Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'animal sauvage entre nuisance et patrimoine

 | 
Stéphane Frioux
, 
Émilie-Anne Pépy

Les territoires du sauvage. Les grands prédateurs, risque pour les sociétés humaines et /ou éléments de patrimoine naturel régional ?

Première partie. Introduction

Texte intégral

  • 1 Jean-Marc Moriceau, Histoire du méchant loup : 3000 attaques sur l’homme en France, xve-xxe siècle, (...)

1Lors de la journée d’étude du 4 mai 2007, Jean-Marc Moriceau présentait les résultats de son enquête sur les loups mangeurs d’homme1, générateurs de tant de mythes et productions imaginaires. Il concluait à une potentielle dangerosité du loup pour l’homme dans certaines circonstances : les animaux se font plus menaçants lorsque les groupes humains, affaiblis par les conséquences de guerres, famines ou épidémies, ne se donnent plus les moyens de les tenir à distance, et ils opèrent une sélection de leurs victimes en fonction de l’âge et du genre (les enfants et les femmes restant les plus vulnérables). Reste le cas particulier du loup anthropophage ; le comportement de ce « tueur en série » serait symptomatique d’une déviance par rapport au comportement habituel de l’espèce. La base de données constituée par l’historien et ses collaborateurs permet toutefois de conclure à une indubitable dangerosité du prédateur dans les temps historiques, lorsque les territoires des loups et des hommes n’étaient pas encore différenciés. C’est cette question du territoire de l’animal, qui retient l’attention d’Éric Fabre et Julien Alleau. Leur contribution a pour objectif de « mieux comprendre un processus affectant un objet biologique perçu dans un temps historique ». Ils expliquent que la disparition du loup en France est moins à relier à une intensification de sa chasse par l’homme, qu’à l’évolution des écosystèmes aux XVIIIe et XIXe siècles sous la pression humaine (extension des zones cultivées, disparition des marges forestières…), qui a conduit à une restriction irréversible de son territoire. Leur recherche s’effectue à une échelle très fine, puisqu’elle débouche sur une cartographie des phénomènes observés sur les 45 communes du Var et des Alpes-de-Haute-Provence composant le parc naturel régional du Verdon.

2Parcs et réserves : là réside tout l’enjeu de la question de l’animal sauvage aujourd’hui, alors que se pose avec acuité le problème de sa réintroduction dans des espaces en déprise, et de sa « re-territorialisation ». Au cours du dernier demi-siècle, l’animal sauvage s’est imposé comme une solution pour revaloriser des angles morts du territoire national par une plus-value symbolique : « animal-patrimoine » garant d’un retour à la « vraie » nature, ou « animal-témoin » permettant de promouvoir des activités agricoles labellisées « écologiquement correctes ». Autrefois mal-aimé des éleveurs, qui l’accusaient d’enlever les jeunes des troupeaux, le vautour, victime de surchasse, avait disparu des cieux des Causses dans les années 1950. Sophie Bobbé montre qu’il est désormais l’emblème d’une réintroduction réussie, puisqu’il est en passe de devenir l’allié des exploitants, sensibilisés à l’idée d’une collaboration écologique entre l’homme et l’animal sauvage dans le domaine de l’équarrissage : le vautour est un mode naturel et efficace pour faire disparaître les déchets animaux. Outre une valeur utilitaire, voire esthétique, le rapace acquiert désormais une valeur économique et touristique. Le cas de l’ours des Pyrénées, étudié par Farid Benhammou, demeure bien plus problématique, car la question de la réintroduction de ce fauve emblématique réactive des lignes de fracture anciennes. Aux anciennes oppositions urbains/ruraux (et néoruraux), Paris et le « désert français », vient en effet se juxtaposer une instrumentalisation du concept d’identité régionale par les « anti » comme par les « pro » ours. Coralie Mounet s’intéresse au problème sous un angle différent : quel territoire les acteurs locaux sont-ils prêts à concéder aux animaux sauvages « à problèmes » que sont les loups et les sangliers des Alpes françaises ? Ces deux études sur des massifs et des prédateurs différents montrent que l’animal sauvage produit du social et même du politique. La première partie de cet ouvrage conclut donc à l’utilité de faire l’histoire de l’animal sauvage, non seulement pour lui-même, dans une optique d’histoire environnementale, mais également parce qu’il demeure un révélateur, voire un catalyseur de clivages sociaux et d’évolutions culturelles dans le rapport de l’homme à la nature.

Notes

1 Jean-Marc Moriceau, Histoire du méchant loup : 3000 attaques sur l’homme en France, xve-xxe siècle, Paris, Fayard, 2007.

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable