Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'animal sauvage entre nuisance et patrimoine

 | 
Stéphane Frioux
, 
Émilie-Anne Pépy

Introduction

Stéphane Frioux et Émilie-Anne Pépy

Texte intégral

1Depuis longtemps « familiers » des hommes dans leur imaginaire – que l’on pense aux peintures des grottes préhistoriques – et dans les mises en forme littéraires du monde et de la société humaine (contes pour enfants et adultes, fables…), les animaux sauvages font partie intégrante de la montée médiatique récente des thématiques environnementales. Baleines, éléphants, ours blancs alimentent les rubriques des journaux gratuits et font l’objet de nombreux reportages télévisés. Les safaris attirent toujours de riches photographes chasseurs de lions en Afrique du Sud. L’ours blanc est devenu le symbole d’une nature en péril, emblème utilisé dans les discours environnementalistes à l’intention des urbains occidentaux. La biodiversité, objectif affiché depuis le sommet de Rio (1992), versant naturaliste du « développement durable », fait l’objet de travaux de chercheurs de très nombreuses disciplines, en même temps qu’elle vient conforter l’action de certaines associations.

  • 1 Charles-François Mathis, In Nature we Trust. Les paysages anglais à l’ère industrielle, Paris, Pres (...)
  • 2 Thomas Zeller, Driving Germany, the Landscape of the German Autobahn, 1930-1970, Oxford - New York, (...)

2Mais la « protection » de la nature et des animaux en particulier remonte bien plus loin, au moins au XIXe siècle (loi Grammont en France, 1850), avec la création d’associations de défense des animaux (SPA, Ligue de protection des oiseaux). C’est l’époque du « conservationnisme », où les Anglo-Saxons créent les premiers parcs naturels (Yellowstone en 1872, Canada en 1885), et où les élites, imprégnées de romantisme et d’esthétisme, tentent de préserver des « sites naturels » de la modernité industrielle (loi de 1906). La dégradation de la nature est alors une préoccupation majeure d’élites cultivées, inquiètes de voir la campagne anglaise disparaître derrière des projets d’aménagements faits pour les citadins1, au moment où l’industrialisation et l’urbanisation des sociétés occidentales, les progrès des transports (chemin de fer, automobile) bouleversent sur de nombreux aspects les rapports des hommes à leur espace2.

  • 3 Florian Charvolin, L’invention de l’environnement en France.
  • 4 La loi du 10 juillet 1976 commence ainsi (article 1er) : « La protection des espaces naturels et de (...)

3Plusieurs évolutions majeures sont apparues durant ces quarante dernières années : d’abord, l’institutionnalisation des questions environnementales à travers la création de ministères, d’organismes, d’emplois dédiés à la protection de la nature3. Ensuite, une popularisation de la connaissance de la nature et de l’intérêt pour sa protection. Enfin, certains chercheurs et penseurs parlent désormais d’un renversement de conception des rapports homme/nature, qui passe par exemple par la reconnaissance d’un devoir de l’homme envers la nature en général et des « espèces protégées » en particulier (loi de 19764).

  • 5 « L’animal sauvage entre nuisance et patrimoine. France XVIe-XXIe siècle », journée d’étude organis (...)

4Ces débats de société, ces transformations législatives et juridiques nous ont amenés à nous poser la question de la place de l’animal sauvage en France, aujourd’hui comme au cours des derniers siècles, à travers quelques études de cas présentées au cours d’une journée d’étude organisée par des doctorants à l’École normale supérieure Lettres et sciences humaines de Lyon, où sont intervenus principalement des jeunes chercheurs, ainsi que des spécialistes des thématiques liées à l’animal sauvage5.

5Les textes rassemblés dans le présent ouvrage, issus de cette journée, balaient différents espaces (villes, campagnes, littoraux, montagnes) et traitent d’animaux variés. Cependant, plusieurs pistes de réflexion se dégagent :

  1. Le statut des espèces sauvages : des espèces à chasser pour leur intérêt alimentaire ou pour le plaisir, aux espèces à protéger, il semble bien qu’une profonde évolution ait accompagné les XIXe et XXe siècles, en laissant subsister des écarts d’attitude selon les animaux.

  2. La place réservée aux animaux sauvages par les sociétés dans leur environnement. Le recul des activités traditionnelles en montagne s’accompagne de débats virulents sur la présence ou non d’animaux considérés tant comme prédateurs que comme symboles de biodiversité ; dans d’autres espaces, comme les villes, les animaux sauvages existent aussi, avec des situations aussi variées que celles des insectes, blattes et autres indésirables, et celles des espèces exotiques enfermées, admirées, étudiées dans les zoos.

  3. Avec cette approche sociospatiale surgissent des questionnements sociopolitiques : qui contrôle ou cherche à contrôler la territorialisation du sauvage ? Qui définit les espèces utiles, nuisibles, ou précieuses, et les politiques à mener selon les statuts ?

  4. Enfin, ce que l’on pourrait appeler l’« artificialisation » du sauvage : la maîtrise de la reproduction des espèces aquatiques (huîtres, truites, etc.) permet de satisfaire une demande sociale toujours croissante à partir du XIXe siècle, comme la mise en scène de la nature exotique dans les zoos. Cette intervention humaine qui va de plus en plus loin dans la maîtrise du vivant met sérieusement en question la pertinence, au XXIe siècle, d’une vraie frontière domestique/sauvage.

6Notre ouvrage explorera ces axes en débutant par l’aspect le plus brûlant dans la France actuelle, les conflits d’acteurs autour de la cohabitation entre sociétés rurales et animaux sauvages dans les territoires de montagne. Ensuite, c’est l’évolution et la diversité du statut et des représentations des animaux sauvages qui nous intéresseront, avant d’entrevoir comment, depuis la fin du XVIIIe siècle, l’homme est devenu capable – et désireux, par goût ou par nécessité – de recomposer le sauvage.

L’animal sauvage, un statut en profonde mutation

  • 6 Éric Baratay, L’Église et l’animal (France, xvie-xxe siècle), Paris, Cerf, 1996.
  • 7 Jacques Derrida, L’animal que donc je suis.
  • 8 Dominique Lestel, L’animalité. Essai sur le statut de l’humain.

7Jeunes chercheurs en sciences sociales, nous n’avons pas eu la prétention de vouloir travailler sur la frontière domestique/sauvage, domaine qui relève de la compétence des éthologues et des spécialistes du monde animal. Loin de nous également l’ambition d’apporter une pierre à l’édifice mouvant de la conception philosophique de la différence homme/animal. Gardons à l’esprit, cependant, que la culture judéo-chrétienne a placé d’emblée l’homme au-dessus de l’animal ; modelé par Dieu à son image, il possède une âme immortelle, ce qui reste très discuté pour le reste de la création6. Or, récemment, les philosophes ont relativisé les anciens clivages homme/animal et culture/nature7. Citons Dominique Lestel, pour qui la séparation homme/animal est une construction intellectuelle dont il est possible de retracer les étapes dans l’histoire. Il développe le concept de « communauté hybride », qui englobe les rapports entre l’homme et l’animal domestiqué ou apprivoisé, y compris des relations affectives fortes dont témoignent littérature et culture populaires. L’association homme/animal repose alors sur des intérêts partagés et des échanges réciproques. Or de tels rapports ne peuvent exister entre l’homme et l’animal sauvage. « L’animal sauvage est d’abord l’étranger à la communauté, celui avec lequel le pacte conjoint de partage des intérêts et de partage de sens fonctionne d’une toute autre façon. »8 D’autre part, vu des sciences humaines et sociales, l’animal que l’on pourrait qualifier de « sauvage » serait un être vivant qui échappe à la maîtrise de l’homme – ce qui ne veut pas dire que l’homme ne met pas en œuvre, quand il le désire, des stratégies de contrôle et même d’aide à la reproduction, comme l’ont montré les lâchers d’ours dans les Pyrénées.

  • 9 Michel Pastoureau, L’ours, histoire d’un roi déchu.
  • 10 Anne-Marie Helvétius, « Le saint et la sacralisation de l’espace en Gaule du Nord d’après les sourc (...)

8Les animaux sauvages font l’objet de représentations variées dans l’imaginaire collectif. Les religions leur ont attribué une dimension mythologique importante depuis la préhistoire. Les hommes de Lascaux partageaient l’espace avec une faune sauvage souvent dangereuse, alors que les territoires respectifs des groupes humains et des animaux n’étaient pas différenciés. En érigeant l’animal en totem, l’homme en faisait le symbole de la toute-puissance de la nature, tout en cherchant à s’approprier sa force, sa ruse, sa sagesse. Par exemple, jusqu’au VIIIe siècle, les peuples germaniques et scandinaves vouaient un culte à l’ours, perçu comme un intermédiaire entre le monde des hommes et celui des dieux ; les spécialistes s’interrogent même sur la possibilité qu’une religion de l’ours ait existé dès le Paléolithique9. Dans les mythologies grecques, romaines, celtes, bien des héros ont été élevés par des animaux sauvages, acquérant des qualités physiques exceptionnelles à la hauteur de leur destin. Le Livre de la Jungle de Rudyard Kipling, popularisé par les studios Disney, n’en serait qu’un lointain avatar… La tradition chrétienne renvoie une image plus négative de l’animal. L’homme pourvu d’une âme est à l’image de la divinité, tandis que l’animalité est renvoyée au chaos, voire à la tentation diabolique. Dans les récits de fondation de monastères, Anne-Marie Helvétius remarque que le saint est souvent aux prises avec une « ménagerie baroque » (ours, loup, renard, lion, âne) qu’il lui faut chasser du lieu qu’il doit occuper10. Ces animaux sont considérés comme les serviteurs du diable. Il faut attendre le XIIIe siècle et saint François d’Assise pour que soit réhabilitée la figure de l’animal comme créature de Dieu ; sa bonne entente avec l’homme renvoie à la pureté originelle d’avant la chute. Émilie-Anne Pépy examine le cas des ours sur le territoire de la Grande-Chartreuse ; le décalage entre les pratiques et les représentations montre que la conception chrétienne de l’animal a perduré jusqu’au XXe siècle.

9Aujourd’hui, certains animaux sauvages effraient (araignées, serpents, piranhas…) de part leur dangerosité supposée ou leur aspect déplaisant. D’autres deviennent des « familiers » des enfants dès leur plus jeune âge : à travers les histoires, les peluches… jusqu’aux animaux en chair et en os des parcs animaliers. En quelques semaines, le petit ours polaire Knut, né à l’hiver 2007 au zoo de Berlin, est devenu la coqueluche des internautes du monde entier et l’objet d’un véritable commerce de produits dérivés. Ce genre de phénomène n’est pas nouveau, Éric Baratay nous relate l’histoire de la construction de ces attractions touristiques et de l’attitude du public. Les visiteurs du zoo, au XIXe siècle, adoptent des « mascottes » et recherchent avant tout à voir des espèces exotiques ; ils classent les animaux selon une « zoologie populaire », qui attribue à certains un caractère « méchant », à d’autres la gentillesse. Mais un statut réunit les animaux pensionnaires, c’est celui de captif : les évasions d’animaux, comme celles des prisonniers humains, alimentent les médias et les hantises suscitées par la transgression d’une frontière symbolique entre nature et culture.

10Si les animaux sauvages échappent, par l’adjectif même qui les qualifie, à la notion de domestication, et à des idées connexes comme la familiarité, il n’en demeure pas moins qu’en ce début de XXIe siècle, des rapprochements de plus en plus nombreux s’opèrent entre les hommes et eux, en particulier parce qu’ils font l’objet d’un contrôle de plus en plus poussé. Comme l’explique Dominique Lestel,

  • 11 Dominique Lestel, L’animalité. Essai sur le statut de l’humain, p. 67.

les mouvements écologistes et la multiplication des animaux de compagnie instaurent un nouveau type de rapport à l’animal dans nos cultures. Ni apprivoisement, ni domestication, l’approche écologiste renvoie à la préservation, […] à une manière subtile de laisser les animaux habiter nos cités et notre langage, double condition d’une cohabitation dans la communauté des hommes […]. Le couple animal domestique/animal sauvage a été supplanté par le couple animal de compagnie/animal à préserver.11

11Bagues de repérage posées sur les oiseaux migrateurs, capteurs sur les ours ou les lions des réserves africaines : l’animal, protégé pour sa beauté, sa rareté ou son intérêt touristique, est rarement laissé en dehors de la surveillance des hommes qu’il intéresse.

12Derrière la qualification de « sauvage », se cachent des statuts extrêmement divers, dont certains sont en pleine évolution : des animaux sauvages recherchés pour leur consommation alimentaire ou le simple plaisir de les chasser ou de les pêcher se sont « désensauvagés » : c’est le cas du sanglier selon les agriculteurs alpins interrogés par Coralie Mounet, des truites élevées en pisciculture pour satisfaire ensuite les pêcheurs à la ligne (article de Jean-François Malange).

L’animal sauvage et son territoire

13La question du statut à accorder à l’animal sauvage a des répercussions importantes en matière d’aménagement du territoire. Le statut d’animal « protégé », quasiment « patrimoine naturel », vaut à certaines espèces de bénéficier de l’attention des hommes dans des espaces-réserves dévolus à la nature sauvage (faune, mais également flore).

  • 12 Nous n’avons pas sollicité Jean-Marc Moriceau, présent à la journée d’étude du 4 mai 2007, pour cet (...)

14Cette « territorialisation » du sauvage n’est pas nouvelle. Les hommes de l’Antiquité avaient instauré un modus vivendi avec le règne animal qui se fondait sur un partage de l’espace. Aux humains, la domus, l’hortus, et l’ager, sphères du domestique, du familier, des terres cultivées ; aux bêtes sauvages, le saltus, incluant la forêt. Ce modèle, où l’animal sauvage (fera) représentait l’inconnu et le danger, a perduré jusqu’à la sortie de l’Ancien Régime en Europe. Jusqu’au XIXe siècle, la transgression des frontières du domestique n’était pas rare. Au Moyen Âge et sous l’Ancien Régime, l’animal sauvage ne limite pas ses déplacements aux marges de la civilisation, dans les brumeuses forêts des chasses seigneuriales. L’enquête de Jean-Marc Moriceau sur le loup porte sur une période allant de la guerre de Cent Ans à la première guerre mondiale12. Les attaques de canis lupus sur l’homme s’inscrivent dans des contextes particuliers et récurrents. Les loups sortent du bois précisément lorsque l’espèce humaine s’entredéchire dans des guerres civiles ou européennes, famines et pestes achevant de l’affaiblir, alors que les privilégiés, qui sont supposés donner la chasse aux nuisibles, ne remplissent plus leur office. D’après la grille de lecture providentialiste de l’époque, l’irruption de l’animal sauvage dans l’espace domestique est souvent interprétée comme le signe de l’ire divine, puisque l’ordre naturel des choses est bouleversé.

  • 13 Alain Corbin éd., L’avènement des loisirs, 1850-1960, Paris, Flammarion (Champs), 2001.

15Le XIXe siècle est un tournant majeur dans l’histoire de l’appropriation de l’espace. La révolution industrielle entraîne la dilatation de l’espace économique, la densification du maillage routier, l’apparition du chemin de fer. La circulation des hommes augmente, y compris à des fins de loisir avec la démocratisation des pratiques touristiques13. Les espaces qui restaient à l’écart se découvrent, se parcourent. Le positivisme ambiant invite à considérer la nature comme une ressource maîtrisable qu’il faut mettre au service du bien commun. En même temps que s’accroît l’emprise de l’homme sur les milieux naturels, s’amorce une prise de conscience aiguë du risque de dégradation irrémédiable de la nature. Malgré la naissance des premières associations de protection de la nature à la fin du siècle, on est loin de considérer les animaux sauvages comme des représentants d’une biodiversité qu’il faut maintenir. Au contraire, le XIXe siècle voit se démocratiser les pratiques de chasse. Il faut attendre la conception des parcs nationaux dans les années 1960 pour que soit débattue la question de faire revivre des espèces sauvages autrefois éradiquées, afin de recréer une richesse faunistique perdue.

  • 14 Sophie Bobbé, « Du projet de zonage aux mesures T. Conceptions divergentes de gestion territoriale (...)

16Aujourd’hui, la nouveauté réside dans la vocation patrimoniale des espaces naturels. Le loup ne fait plus peur, l’ours n’est plus une bête de foire, mais ils servent à la promotion touristique de régions rurales où les activités agropastorales ont subi un net recul. On tente de segmenter l’espace en territoires dévolus aux activités humaines et en réserves de « nature naturelle », valorisées comme un patrimoine14. Cependant, l’opinion est partagée à leur égard, tant il n’est pas possible de cantonner des prédateurs à l’intérieur de frontières étanches. La rencontre entre l’ours ou le loup et un troupeau de brebis, ou à l’inverse entre un chasseur et un plantigrade déclenche la colère d’un groupe social, éleveurs ou écologistes. Farid Benhammou dans le cas de l’ours pyrénéen et Coralie Mounet au sujet du loup des Alpes examinent les conflits sociaux qui naissent de cette délicate gestion territoriale du partage homme/nature. Le discours du monde de l’élevage, qui semblait dans un premier temps homogène, se différencie lorsqu’on se penche sur les spécificités locales d’un territoire. Il convient alors d’adopter une échelle d’analyse très fine afin de rendre compte des multiples configurations possibles, d’autant plus qu’il faut distinguer les espèces sauvages « protégées » et les espèces sauvages « ordinaires ». Avec le cas du sanglier dans le Valbonnais, l’intrusion réelle ou supposée d’un animal relevant de la nature ordinaire dans un espace protégé a eu pour conséquence de remettre en cause le rôle de protection de cet espace (parc national des Écrins). En filigrane, la question qui se pose est celle de la légitimité de l’irruption d’une espèce définie comme ordinaire dans un espace sanctuarisé, censé protéger une nature remarquable.

17Mais les débats autour des réintroductions d’animaux potentiellement dangereux révèlent aussi le rôle complexe et ambigu de ces réserves, puisqu’il s’agit à la fois de préserver la faune sauvage, et de protéger les activités humaines en cantonnant l’animal à l’intérieur de frontières. Dans le cas du parc naturel régional du Vercors, les expériences menées montrent que les conflits autour d’une espèce protégée potentiellement nuisible peuvent être étouffés dans un espace à vocation réglementaire (dont l’occupation et la mise en valeur sont soumises à condition), pour peu que les gestionnaires prennent en compte l’aspect humain, en plus de l’aspect écologique. Les enjeux territoriaux autour de la préservation et/ou la réintroduction d’espèces sauvages révèlent des clivages sociaux mouvants, selon les espèces ou les espaces considérés. À partir du cas des vautours des Grands Causses, Sophie Bobbé relativise les antagonismes classiques entre les représentants du monde agropastoral et les défenseurs de la nature ; autrefois « nuisible » et promis à l’extermination, le vautour d’aujourd’hui est promu « véritable auxiliaire sauvage » de la profession d’éleveur, alors que sont expérimentés de nouveaux modes de cohabitation, voire de collaboration entre les éleveurs et les charognards.

  • 15 Pour un panorama, on se reportera au numéro 48 de la revue Annales des Mines, série Responsabilité (...)

18Ainsi, les enjeux environnementaux montrent que le non-humain (qu’il s’agisse d’une espèce animale, végétale, ou d’un milieu géographique) produit du social… et beaucoup de réflexions. L’environnement, champ d’étude encore sous-investi par certaines disciplines des sciences sociales, comme l’histoire, est pourtant un sujet d’étude fécond pour celles-ci15.

L’animal sauvage, une question politique et sociale déjà ancienne

  • 16 Pour une réflexion sur diverses problématiques relatives à ce thème, voir Paul Bacot et al., L’anim (...)
  • 17 Michel Pastoureau, L’ours, histoire d’un roi déchu et Gaston Duchet-Suchaux, Le bestiaire médiéval  (...)

19Étymologiquement, le « politique » s’occupe des affaires de la cité. L’animal sauvage devrait en être exclu. Pourtant, symboliquement, celui-ci prend une place dans la vie politique : ne dit-on d’ailleurs pas de quelqu’un qu’il est une « bête » ou un « animal » politique16 ? L’héraldique reflète également la fascination qu’exercent les animaux, auxquels on prête des caractéristiques morales censées refléter leurs qualités physiques17. Pour les princes de l’Antiquité et du Moyen Âge qui entretenaient des ménageries de bêtes sauvages, si possible rares et exotiques, les animaux étaient un moyen de mettre en scène les attributs de leur puissance. Si l’animal a longtemps servi la symbolique du pouvoir, il est venu un temps où le pouvoir politique des hommes a dû gérer les conflits sociaux engendrés par les bêtes. Nous retrouvons ici la chronologie de l’évolution du rapport entre nos sociétés occidentales et leur environnement.

  • 18 Alice Ingold, « Naming and mapping national resources in Italie (19th Century) : propositions for a (...)

20Depuis l’époque moderne, l’État se préoccupe des ressources naturelles, particulièrement en dressant des inventaires18, mais également en restreignant l’accès à ces ressources ou le droit de les exploiter. Dans le cas français, on doit à Colbert l’ordonnance de 1669 sur les Eaux et Forêts, qui opère une compilation et une mise à jour d’une législation antérieure abondante mais morcelée. À la fin du XVIIe siècle, l’essor des villes et les ambitions guerrières de la monarchie avaient contribué à accentuer la pression sur les ressources boisées. L’ordonnance de 1669 a pour objectif d’imposer une gestion nationale du capital forestier, et d’encourager le reboisement du domaine royal. Cette initiative venue d’en haut se heurta à de nombreuses résistances locales menées par les parlements, qui supportaient mal toute atteinte aux anciens privilèges. Cependant, la politique de Colbert initie un renforcement de l’intervention de l’État dans la gestion des ressources naturelles. Olivier Levasseur nous montre ainsi qu’à partir du XVIIIe siècle, l’État cherche à prendre en main la protection des littoraux en limitant la pêche aux huîtres ; en même temps, on encourage le contrôle de la reproduction des mollusques, par une activité qui, de simple « aide » à la nature pour repeupler les bancs, se transforme en véritable « industrie ». C’est alors que le positivisme bat son plein : le sauvage est non seulement maîtrisé, mais aussi bel et bien artificialisé pour répondre aux goûts des sociétés occidentales qui tendent alors à dominer la nature.

21Cet exemple des huîtres nous laisse entrevoir la question de l’évolution des représentations et des pratiques depuis deux siècles : à l’époque de la naissance de l’ostréiculture, les populations locales « pillent » les réserves à huîtres simplement pour se nourrir, et certaines voix s’élèvent contre une activité qui fait obstacle à la seule activité valable, la pêche. Aujourd’hui, les mouvements écologistes et certains gouvernements s’attaquent au problème de la surpêche, mais bien peu de voix se font entendre pour critiquer les conditions de l’aquaculture, à la productivité sans cesse perfectionnée pour répondre aux besoins croissants des consommateurs.

  • 19 Recherches prolongées actuellement pour la période des Trente Glorieuses, où apparaissent d’autres (...)
  • 20 C’est la question que pose le numéro de la Revue de géographie alpine consacré à La montagne comme (...)

22Gardons donc bien à l’esprit que l’implication des citoyens dans la protection des animaux a évolué et que notre regard est historiquement daté. Si les autorités ont volontiers encouragé la chasse aux nuisibles (Stéphane Frioux évoque les chasses aux mouches et autres insectes dans les villes en pleine époque de développement de l’hygiénisme)19, elles imposent aux individus le devoir de protéger la nature et érigent la préservation de certaines espèces animales en intérêt général. Ne considère-t-on pas cette nature protégée comme une nouvelle ressource, dans la mesure où l’ensauvagement de territoires délaissés par les activités des hommes les transforme en espaces récréatifs et touristiques20 ?

23L’exemple du massif du Caroux (Haut-Languedoc) est révélateur. L’État y avait entrepris un rachat massif des terres dès les années 1900, dans le cadre de la RTM (Restauration des terrains de montagne). Au cours de la décennie 1960, face à la situation de déprise de cet espace rural, les aménageurs proposèrent une alternative fondée sur l’introduction du mouflon : symbole d’un ensauvagement de l’espace, l’animal devait contribuer à garantir son intérêt touristique. Cette opération a été couronnée de succès. Le mouflon se laisse admirer par les visiteurs et satisfait les appétits cynégétiques de touristes européens prêts à payer chèrement le droit d’abattre des bêtes sélectionnées pour leur âge ou leur faiblesse. Pour les visiteurs, le mouflon est une « image de marque du territoire » ; pour les autochtones, il reste une « bête à touristes » trop proche des animaux domestiques, et seul le sanglier reste digne d’être chassé en raison de ses caractéristiques sauvages…

24Des mécanismes semblables sont à l’œuvre dans les Pyrénées (étudiées par Farid Benhammou) autour du cas de l’ours ; tout un pan de l’opinion considère que cette espèce emblématique doit faire l’objet d’une protection rapprochée, et si d’aventure un chasseur s’avise d’abattre un ours (comme Cannelle, tuée le 1er novembre 2004), la polémique s’abat sur les vallées, relayée par la presse nationale.

  • 21 Stéphane Frioux et Jean-François Malange, « “L’eau pure pour tous !” Mobilisation sociale contre la (...)
  • 22 Loi no 76-629 du 10 juillet 1976 relative à la protection de la nature, chapitre II : « De la prote (...)

25De sorte que la question qui se pose est de plus en plus fréquemment : qui est nuisible ? l’animal ou l’homme ? Pour les défenseurs des oiseaux, des loups et des ours, les ennemis sont bien les chasseurs ou les éleveurs. Cette posture existait déjà au XIXe siècle, lorsque l’on désignait les industriels comme les responsables de la disparition des poissons dans les cours d’eau21. Désormais, le pastoralisme est accusé et évolue donc, selon les acteurs sociaux et les discours, du statut de victime à celui de coupable. Enfin, la puissance publique reconnaît maintenant non seulement l’intérêt de la protection de l’animal, le devoir qui s’impose à chacun d’y contribuer, mais le considère comme « être sensible » et étend l’interdiction des mauvais traitements aux animaux « sauvages apprivoisés ou tenus en captivité »22. L’animal sera-t-il un jour l’égal juridique de l’homme ?

  • 23 Signalons la première tentative de synthèse francophone : Robert Delort et François Walter, Histoir (...)

26En résumé, jamais autant qu’aujourd’hui, peut-être, les sociétés humaines n’ont affublé les animaux sauvages d’autant de statuts différents ; hier craints et en même temps indispensables comme source de nourriture, ils sont aujourd’hui souvent considérés comme les victimes de l’action humaine, dans un contexte d’inquiétude grandissante sur les dégradations commises par l’homme à l’encontre de l’environnement et des écosystèmes (l’année 2008 a ainsi été consacrée à l’ours polaire). Si l’histoire de l’environnement est en train de prendre son essor23, tant il est vrai que l’historien se pose les questions de son temps, elle trouve à ses côtés des sciences sociales – sociologie, géographie, anthropologie – qui l’enrichissent en territorialisant les problèmes et en décortiquant les enjeux de débats, souvent passionnés, qui n’ont pas fini de susciter des polémiques et de faire couler beaucoup d’encre.

Bibliographie

Annales des Mines, série Responsabilité et environnement, n° 48, L’environnement au regard des sciences sociales, les sciences sociales à l’épreuve de l’environnement, octobre 2007.

Bacot Paul et al., L’animal en politique, Paris, L’Harmattan, 2003.

Baratay Éric, Et l’homme créa l’animal : histoire d’une condition, Paris, Odile Jacob, 2003.

Bobbé Sophie, L’ours et le loup, essai d’anthropologie symbolique, Paris, INRA Éditions, 2002.

Bobbé Sophie éd., « Nouvelles figures du sauvage », Communication, n° 76, 2004, p. 203-220.

Camproux-Duffrène Marie-Pierre et Durousseau Michel éd., La protection de la nature, 30 ans après la loi du 10 juillet 1976, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2007.

Charvolin Florian, L’invention de l’environnement en France, Paris, La Découverte, 2003.

Delort Robert, Les animaux ont une histoire, Paris, Fayard, 1984.

Derrida Jacques, L’animal que donc je suis, Paris, Galilée, 2006.

Hodak Caroline, « Les animaux dans la cité : pour une histoire urbaine de la nature », Genèse, n° 37, 1999, p. 156-169.

Lestel Dominique, L’animalité. Essai sur le statut de l’humain, Paris, Hatier, 1996.

Mauz Isabelle, Gens, cornes et crocs, Paris, Cemagref-Cirad-Ifremer-INRA (Indisciplines), 2005.

Mauz Isabelle éd., La montagne comme ménagerie, numéro spécial de la Revue de géographie alpine, t. 94, n° 4, 2006.

Moriceau Jean-Marc, Histoire du méchant loup : 3 000 attaques sur l’homme en France, XVe - XXe siècle, Paris, Fayard, 2007.

Pastoureau Michel, L’ours, histoire d’un roi déchu, Paris, Seuil, 2007.

Notes

1 Charles-François Mathis, In Nature we Trust. Les paysages anglais à l’ère industrielle, Paris, Presses de l’université Paris Sorbonne, 2009.

2 Thomas Zeller, Driving Germany, the Landscape of the German Autobahn, 1930-1970, Oxford - New York, Bergham Books, 2007.

3 Florian Charvolin, L’invention de l’environnement en France.

4 La loi du 10 juillet 1976 commence ainsi (article 1er) : « La protection des espaces naturels et des paysages, la préservation des espèces animales et végétales, le maintien des équilibres biologiques auxquels ils participent et la protection des ressources naturelles contre toutes les causes de dégradation qui les menacent sont d’intérêt général. Il est du devoir de chacun de veiller à la sauvegarde du patrimoine naturel dans lequel il vit. »

5 « L’animal sauvage entre nuisance et patrimoine. France XVIe-XXIe siècle », journée d’étude organisée par le laboratoire junior PRADIS, ENS LSH, 4 mai 2007.

6 Éric Baratay, L’Église et l’animal (France, xvie-xxe siècle), Paris, Cerf, 1996.

7 Jacques Derrida, L’animal que donc je suis.

8 Dominique Lestel, L’animalité. Essai sur le statut de l’humain.

9 Michel Pastoureau, L’ours, histoire d’un roi déchu.

10 Anne-Marie Helvétius, « Le saint et la sacralisation de l’espace en Gaule du Nord d’après les sources hagiographiques », Le sacré et son inscription dans l’espace à Byzance et en Occident, études comparées, Michel Kaplan éd., Paris, Publications de la Sorbonne, 2001.

11 Dominique Lestel, L’animalité. Essai sur le statut de l’humain, p. 67.

12 Nous n’avons pas sollicité Jean-Marc Moriceau, présent à la journée d’étude du 4 mai 2007, pour cet ouvrage, car il a publié Histoire du méchant loup : 3 000 attaques sur l’homme en France, xve-xxe siècle. Nous y renvoyons donc nos lecteurs.

13 Alain Corbin éd., L’avènement des loisirs, 1850-1960, Paris, Flammarion (Champs), 2001.

14 Sophie Bobbé, « Du projet de zonage aux mesures T. Conceptions divergentes de gestion territoriale des loups dans l’arc alpin », Revue de géographie alpine, n° 4, t. 94, La montagne comme ménagerie, 2006, p. 111-128.

15 Pour un panorama, on se reportera au numéro 48 de la revue Annales des Mines, série Responsabilité et environnement : l’environnement au regard des sciences sociales, les sciences sociales à l’épreuve de l’environnement, octobre 2007.

16 Pour une réflexion sur diverses problématiques relatives à ce thème, voir Paul Bacot et al., L’animal en politique.

17 Michel Pastoureau, L’ours, histoire d’un roi déchu et Gaston Duchet-Suchaux, Le bestiaire médiéval : dictionnaire historique et bibliographie, Paris, Le Léopard d’or, 2002.

18 Alice Ingold, « Naming and mapping national resources in Italie (19th Century) : propositions for a history of categorizing “natural resources” », Views from the South. Environmental Stories from the Mediterranean World (19th-20th Centuries), Marco Armiero éd., Naples, CNR-ISSM, 2006, p. 49-65.

19 Recherches prolongées actuellement pour la période des Trente Glorieuses, où apparaissent d’autres nuisibles, tels les pigeons et les étourneaux.

20 C’est la question que pose le numéro de la Revue de géographie alpine consacré à La montagne comme ménagerie (n° 4, 2006).

21 Stéphane Frioux et Jean-François Malange, « “L’eau pure pour tous !” Mobilisation sociale contre la pollution des eaux douces françaises (1908-années 1960) », Histoire & Sociétés, n° 27, janvier 2009, p. 10-23.

22 Loi no 76-629 du 10 juillet 1976 relative à la protection de la nature, chapitre II : « De la protection de l’animal », articles 9 et 11.

23 Signalons la première tentative de synthèse francophone : Robert Delort et François Walter, Histoire de l’environnement européen, Paris, PUF, 2001, ainsi que les conférences biennales de la European Society for Environmental History (ESEH, http://eseh.org).

Auteurs

Doctorant en histoire contemporaine, umr larhra, université de Lyon, responsable du laboratoire junior pradis-graique, ens lsh (2005-2008), agrégé-répétiteur, ens lsh

Docteure en histoire moderne, chercheuse associée au larhra, université de Lyon, ater ens lsh, membre du laboratoire junior pradis-graique, ens lsh (2005-2008)

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable