Version classiqueVersion mobile

L'Écho de la fabrique

 | 
Ludovic Frobert

Les saint-simoniens à l’épreuve des « événements de Lyon » : une approche communicationnelle1

Philippe Régnier

Texte intégral

  • 1 La référence à « l’agir communicationnel » de Jürgen Habermas (plus qu’aux « sciences de la commun (...)

1Publiquement soulevée par les contemporains au lendemain même des faits, et depuis lors plus d’une fois reprise et réinterprétée par les historiens, la question du rôle des saint-simoniens et de leur doctrine dans ou devant la révolte des canuts de 1831 est en général abordée en termes d’évaluation politique et au regard d’un système de pensée constitué (le libéralisme, le marxisme, le réformisme…). Pour qui se penche sur cet événement ou plus généralement sur les prémices du mouvement ouvrier, il est presque devenu d’usage de se demander si les saint-simoniens n’ont pas été peu ou prou à l’origine de cette première irruption du « prolétariat » sur la scène publique et, à partir de là, pourquoi on ne les y voit pas aux avant-postes pendant les affrontements.

2Mais à rebours de la redécouverte au XXe siècle, notamment par Fernand Rude et par Jacques Rancière, de la précoce découverte saint-simonienne du prolétariat urbain, deux récentes thèses ont bien montré que des présupposés libéraux, au sens économique et même idéologique du mot, et des hésitations stratégiques sur la ligne politique à tenir, expliquent en partie la conduite des saint-simoniens.

  • 2 Sur ces trois points, voir Jacques Canton-Debat, Un homme d’affaires lyonnais : Arlès-Dufour (1797 (...)

3Dans le négociant en soieries Arlès-Dufour, un intime et un soutien déclaré du chef saint-simonien Enfantin, Jacques Canton-Debat dépeint en effet à la fois un généreux souscripteur de la caisse de prêts aux indigents, un collaborateur discret de L’Écho de la fabrique, et un disciple déterminé de Jean-Baptiste Say en matière de liberté du commerce.2

  • 3 Voir Lionel Latty, Henri Fournel 1799-1876. Ingénieur du corps des Mines, saint-simonien. Sa vie, (...)

4De son côté, Lionel Latty, retraçant la carrière de l’ingénieur des Mines et ancien directeur du Creusot Henri Fournel, lui aussi un proche d’Enfantin, s’étonne que ni son personnage ni des hommes de compétence semblable, comme Michel Chevalier, n’aient eu à cœur de proposer une étude économique et une solution technique du problème plutôt que de laisser les antagonismes aller à l’explosion. Ses accusations sont fortes : « ambiguïté », « double langage », « partialité ». En ne s’offrant pas à entrer pratiquement dans la négociation présidée par le préfet, les saint-simoniens auraient contribué à « enfermer le milieu ouvrier dans une impasse ».3

5Or, le lecteur actuel de L’Écho de la fabrique sur Internet aura plus d’une occasion de le constater par lui-même, s’il est une doctrine vers laquelle les rédacteurs de L’Écho se tournaient pourtant avec espoir dès le début, c’est bien vers celle de Saint-Simon. À l’évidence, ce débat sur la responsabilité n’est donc pas près d’être épuisé.

  • 4 Qu’il me soit permis de renvoyer ici à mes deux articles, « La Ruche populaire et la poésie des ou (...)
  • 5 Sur « l’Église de Lyon », voir Henri-René d’Allemagne, Les Saint-Simoniens, 1827-1837, Paris, Grün (...)
  • 6 Dès le second alinéa de ce prospectus, en date du 23 octobre 1831, consultable au début de l’éditi (...)
  • 7 Le lieu d’énonciation (Paris) et l’inscription dans le champ journalistique parisien, le jeu sur l (...)

6Une méthode pour le renouveler pourrait être d’examiner les positions saint-simoniennes en les considérant pour ce qu’elles sont essentiellement, à savoir des actes de communication politique. Au-delà du cas d’école de l’économie de la « fabrique » qui reporte sur les producteurs tout le poids des fluctuations du marché international des soieries, en amont même de la construction des identités sociales bourgeoise et ouvrière, ce qui se joue aussi en cette origine n’est autre que la recherche, par des représentants de la jeune génération de la classe montante, d’un point d’équilibre de leur discours sur le social et d’une posture d’adresse au monde ouvrier. Le saint-simonisme, est-il besoin de le rappeler, est une idéologie militante inventée à Paris et propagée depuis Paris, par le canal notamment de revues et de journaux, et ses prosélytes parisiens appartiennent tous à la bourgeoisie, grande, moyenne ou petite, du moins jusqu’au lancement de La Ruche populaire en 1839 par l’artisan et petit fabricant Vinçard.4 À Lyon même, les principaux porte-parole sont les médecins hospitaliers François et Peiffer5, ainsi que le déjà nommé Arlès-Dufour, un homme issu du peuple et un philanthrope, certes, mais bel et bien un confrère de ces « chefs de commerce » dont le prospectus de L’Écho de la fabrique dénonce d’entrée « la cupidité et l’égoïsme ».6 Dès lors que leur presse constitue le moyen d’intervention privilégié des saint-simoniens et qu’ils visent par là à se poser, si l’on peut dire, en médiateurs médiatiques7, il n’est pas incongru de concentrer l’attention sur leur parole journalistique, quitte à en chercher quelques clés dans leurs brochures et leurs archives.

Les cadres de réception et d’expression

  • 8 « Angleterre », 16 juillet 1825, Le Globe, p. 683.
  • 9 « France », 24 novembre 1827, ibid., p. 2.
  • 10 27 août 1830, « Des attroupements d’ouvriers », ibid., p. 745.

7Ce serait une lourde erreur que de concevoir la presse et l’idéologie saint-simoniennes comme des créations ex nihilo. Il suffit de remonter au Globe libéral de Dubois et de Pierre Leroux, dont Le Globe de Michel Chevalier a repris le titre, la maquette, les locaux et les abonnés, pour mesurer à quel point le libéralisme d’opposition aux Bourbons, inspiré par les réalités anglaises, prend en considération ce qui est encore très loin d’être appelé la question sociale. En 1825, ce Globe d’intellectuels critiques cite en exemple la pratique anglaise des bibliothèques pour artisans, facteur, selon certains, de paix sociale.8 Deux ans plus tard, son diagnostic ne varie pas. Selon lui, c’est grâce à la supériorité de son organisation sociale depuis la Révolution, que la France serait, elle, à l’abri des « violences d’un peuple prolétaire ».9 La montée de la misère et les attroupements bruyants qui la manifestent dans la rue durant l’hiver 1830 ne l’effraient pas outre mesure : il insiste pour que l’on en reconnaisse et explore les raisons, qu’il suppose réelles et fondées, et, légaliste, il suggère que les protestataires s’expriment plutôt par écrit à qui de droit.10 Après Juillet, à la différence de ceux qui craignent une jonction entre « les classes inférieures » en ébullition et « les têtes philosophiques », le même Globe, alors encore libéral, mais pratiquement dirigé par le seul Leroux en passe de rallier ses voisins d’immeuble saint-simoniens, penche, contre les penseurs « métaphysiques » – ceux qui s’en tiennent aux droits politiques du peuple –, vers les « économistes novateurs qui s’appliquent aux intérêts populaires ». Ceux-ci, explique-t-il, « réclament […] certaines réformes dans les lois commerciales et financières, certaines institutions de crédit, toutes les facilités d’associations particulières et d’organisations laborieuses ». À l’inverse, les adversaires du Globe, dont il se démarque, tendent à « sem[er] une défiance funeste » et à « constitu[er] les classes moyennes et supérieures sur le pied de défensive en présence des classes laborieuses » sans proposer de moyens spécifiques de satisfaire « à ce besoin instinctif de bien-être, à ce mouvement de progrès, qui se manifestent de plus en plus dans les derniers rangs de la société ». Tout au plus prônent-ils « purement et simplement l’assimilation naturelle de la classe ouvrière par la classe moyenne ». Mais, observe Le Globe libéral, ce processus d’assimilation est bien trop lent par rapport au rythme de croissance de la classe ouvrière ». Conclusion :

  • 11 15 septembre 1830, « France », ibid., p. 825-826.

… il importe d’aviser dès à présent à des moyens directs d’améliorer l’état de la classe laborieuse en elle-même ; de faire qu’elle soit bourgeoise autant que possible tout en demeurant ouvrière. Car, son bon sens se développant aujourd’hui d’après une progression fort rapide, il y aurait à craindre qu’il n’y eût bientôt plus de rapport entre son intelligence et sa position.11

  • 12 N° 37, p. 289-291. La collection de L’Organisateur, paginée en continu sur l’original, est télécha (...)

8La lecture en parallèle de L’Organisateur, gazette des saint-simoniens, un hebdomadaire du samedi, qui rend compte de la « mission » envoyée à Lyon au printemps de 1831 pour l’évangéliser, ferait presque douter d’abord de la sollicitude pour les ouvriers des nouveaux apôtres du Nouveau christianisme. Prononcée devant un « nombreux » auditoire réuni salle de la Loterie et publiée (sur trois pages) par le numéro du 30 avril 1831, la première « prédication » de Laurent, un avocat ardéchois pourtant issu de la mouvance des conspirations républicaines, fait appel à « l’amour de l’ordre et de la liberté » que les « habitants de Lyon », indistinctement, partageraient avec les fils de Saint-Simon. Son objectif déclaré est de les rallier à une religion de l’industrie et de la science destinée à apporter enfin la paix aux femmes et aux « masses populaires », les principales victimes, selon Laurent, de « l’esprit guerrier » qui aurait été commun à tous les régimes précédents, de la Révolution à la Restauration en passant par l’Empire.12 Prononcée par un major de Polytechnique, né à Lyon et lui aussi d’appartenance républicaine, Jean Reynaud, la seconde allocution, rapportée dans le numéro du 7 mai, et qualifiée de « discours », a lieu au même endroit et fait l’objet d’un « résumé » (de deux pages) emprunté au Précurseur de Lyon. Elle marque un certain infléchissement, l’orateur tenant à écarter le reproche « d’inutile rêverie ou de vague mysticisme » en expliquant que la religion est le moteur même de la transformation de la vie en société d’ici-bas. Et de lever le voile en reprenant la devise radicale de L’Organisateur et du nouveau Globe, assortie de deux phrases de commentaire précisant ce qui est la finalité (définie par une citation empruntée à Saint-Simon) et ce qui est l’organisation politique à instaurer pour la réaliser (un complément doctrinal ajouté par les disciples) :

Toutes les institutions sociales doivent tendre à l’amélioration progressive, sous le rapport moral, intellectuel et physique, de la classe la plus pauvre et la plus nombreuse : voilà le but. Tous les privilèges dus au hasard de la naissance doivent être successivement abolis ; et alors chacun doit être classé suivant sa capacité et rétribué suivant ses œuvres : voilà les moyens. Et de cet ensemble […] naîtra une association universelle fondée sur un échange d’amour et de travail.

9Reste qu’à travers les quelque 1200 à 1500 auditeurs de la salle de la Loterie comptés par Le Précurseur, Reynaud veut « [s’]adress[er] principalement à ceux qui, catholiques par extrait de baptême, ont oublié le temple et ses prières, et à ceux qui, catholiques encore par habitude d’enfance, se sentent cependant comme instinctivement gênés et mal à l’aise dans l’étroite enceinte de l’église » (n° 38, p. 298-300). Flatterie calculée envers la fidélité catholique bien connue de la majorité des Lyonnais ? Il est clair, en tout état de cause, que le propos est dirigé vers les élites, appelées à se pencher sur le peuple, et qu’il mise essentiellement sur la fibre de la charité.

  • 13 Si l’on en croit une lettre de Jean Reynaud à Charton du 12 mai 1831 (publiée dans la Correspondan (...)

10Changement complet de thème, de destinataires et de régime rhétorique dans la troisième allocution, telle qu’elle est rapportée par Le Précurseur et publiée par L’Organisateur du 14 mai suivant, intégralement (sur huit pages pleines, commençant à la une). Suite à des obstacles posés par le préfet13, la « prédication » de Reynaud doit être transportée dans une autre salle, beaucoup plus vaste, le Cirque, « immense local où 3 000 personnes peuvent s’assembler, mais qui était dans un tel état de délabrement qu’il a fallu plusieurs jours pour le mettre en état de recevoir les habitants de Lyon ». Reynaud y aborde de front le tabou de « la transformation de la propriété », présenté par le saint-simonisme comme la « pierre angulaire » de sa doctrine. Il ne s’attache pas seulement à démontrer la nécessité de mettre fin à l’hérédité de la propriété des « instruments du travail » et, à partir de là, d’installer un autre mode de répartition des richesses produites, mettant ainsi en cause « cette bizarre division de la société en oisifs consommateurs et en travailleurs producteurs ». Il ose aussi protester contre la réduction des ouvriers à l’état d’« instruments destinés à donner le mouvement des machines » ou d’« insectes que l’on nourrit parce que la richesse qu’ils produisent a plus de valeur que ce qu’ils mangent ». Abandonnant le ton doctoral de sa précédente performance oratoire, il multiplie les apostrophes et les interjections et, au moment de la péroraison, enflamme son propos en s’adressant à Lyon personnifiée et en mettant en évidence des antithèses scandaleuses :

… toi qui reposes si bien entre ces collines verdoyantes de la Saône […] et ces montagnes neigeuses, célèbres dans le monde qui te font un horizon digne de ta grandeur et de ta puissance ; reine d’industrie […] n’auras-tu donc jamais que des habitations infectes et des rues croupissantes pour ceux dont le travail te fait si vaste et si riche ? Quoi ! toujours la misère pour ceux qui enfantent l’opulence ? Quoi ! ce sera toujours du sein d’une désolante pauvreté que naîtront ces tissus magnifiques destinés à alimenter le luxe des classes privilégiées de la naissance ? […] toujours, pour ceux qui vivent entourés des plus splendides couleurs, des haillons, des figures exténuées par la fatigue, livides par la maladie ! Non, pour des peuples qui marchent vers un état universel d’association, fondée sur l’industrie et le travail pacifique, un pareil état de choses est monstrueux ; et devant la majesté providentielle rien de monstrueux ne saurait avoir une existence longue et une subsistance assurée.

11Appel à la révolte ? Pire, est-on tenté de conclure : à la subversion, à une révolution.

12Ce sens se lit entre les lignes. Mais il est à nuancer. Car c’est précisément lorsque l’orateur, peu auparavant, a mis dans la balance « le souvenir de Spartacus et de la Jacquerie » pour achever d’effrayer le bourgeois, qu’il s’emploie prophétiquement à présenter le saint-simonisme comme la meilleure assurance sur l’avenir :

… les signes d’un mouvement nouveau dans les constitutions sociales sont éclatants ; et le temps est venu où le salut de la société n’est plus que dans une nouvelle parole religieuse qui doit changer non les maîtres par les esclaves, mais les esclaves par les maîtres, et semer sur nous tous, non la guerre, mais l’amour. (N° 39, p. 302-308)

13Un tel schéma politique est l’inverse exact, on ne manquera pas de le remarquer, de la formule marxienne postérieure et prise pour devise de la première Internationale, selon laquelle « l’émancipation des travailleurs doit être l’émancipation des travailleurs eux-mêmes ». De fait, après les éclats de voix donnés en spectacle au Cirque, le séjour à Lyon de la « mission » tel qu’il est rapporté par les journaux se termine plus sagement encore qu’il n’avait commencé. Après un échange de lettres ouvertes, de caractère essentiellement théologique, avec un catholique – Le Précurseur de Lyon accueillant les questions comme les réponses, et L’Organisateur se bornant à reproduire celles-ci –, une nouvelle et ultime prédication de Reynaud au Cirque, mi-transcrite, mi-résumée par L’Organisateur du 4 juin, tourne la page du monde réel et entraîne pour de bon l’auditoire, puis le lectorat, dans des considérations mystiques, terminées par une sorte de prière lyrique, au sujet « du lien qui unit l’homme au monde extérieur », soit Dieu et la « vie universelle » (n° 42, p. 325-328). C’est à se demander si ce n’est pas l’afflux inattendu d’un public en attente de comprendre la situation sociale explosive de la ville qui aurait au fond déterminé les écarts oratoires de Reynaud.

14Indépendamment des faits et des propos rapportés, un curieux schéma de médiatisation se trouve ainsi instauré par la communication saint-simonienne : les dirigeants, depuis la capitale, se servent du relais d’un journal local, qu’ils affectent de citer, pour attester la réalité et l’impact de leur parole publique sur une terre de mission et pour propager leur doctrine sur le plan national, tandis que, sur place, leurs envoyés tirent argument du retentissement dans un périodique parisien de leurs activités lyonnaises pour en optimiser les effets locaux.

La construction et la gestion médiatiques des événements

15Tous ces précédents influent sur la manière dont, officiellement devenu le « journal de la doctrine saint-simonienne », Le Globe construit la révolte des canuts comme un événement dont il se prétend le mieux placé pour rendre compte.

16 « Manifestation du parti des travailleurs. Les ouvriers de Lyon » : ce titre, qui impose une interprétation du fait avant et bien plus qu’il ne l’énonce dans sa réalité brute, date non pas de novembre et du déclenchement des violences, mais du 31 octobre. Il fait suite à la réunion en préfecture, le 25 octobre, des délégués des tisseurs de soie et des négociants-fabricants pour convenir d’un tarif – réunion brièvement évoquée, la veille, parmi d’autres « nouvelles diverses », par une anodine « correspondance » de Lyon (« On nous écrit de Lyon », etc.). Selon le circuit précédemment rodé, l’article, destiné à impressionner (trois colonnes pleines en pages intérieures, rubrique « France »), emprunte son récit au Précurseur de Lyon, qu’il cite explicitement. Mais se situant en quelque sorte au second degré, il ne livre l’information qu’encadrée de ses commentaires. L’article en effet débute en reprenant la représentation de Lyon esquissée par Reynaud, celle d’une ville peuplée aux « deux tiers » de « prolétaires » particulièrement misérables. Ce que souligne le rédacteur, plus que la justesse des réclamations, c’est que « les prolétaires ont accepté pour mandataires quelques hommes des leurs que leur capacité signalait à la confiance générale », en sorte que Lyon aurait vu se former « une véritable assemblée industrielle » :

  • 14 L’expression de « parti politique des travailleurs » a été avancée par Laurent dans une prédicatio (...)

Au milieu des petits débats de la polémique du jour, un tel fait pourrait passer inaperçu et attirer à peine les regards distraits des hommes politiques dont toutes les facultés sont aujourd’hui absorbées par le soin de se garer des éclaboussures qui jaillissent de certains marchés ; mais il nous appartient à nous Saint-Simoniens qui nous sommes constitués les organes et les directeurs du parti des travailleurs14, de discerner et d’indiquer tout ce qu’il a de grave dans la fondation de cette assemblée, où les délégués des prolétaires ont directement exposé leurs griefs devant leurs patrons, sous la protection et avec la sanction de l’autorité publique.

17Là encore, on ne peut se défendre de l’impression que le référent force le cadre interprétatif préconstruit, ou pour le dire moins abstraitement, que le mouvement de masse des canuts bouscule la doctrine saint-simonienne. Car après cette envolée sur une forme de démocratie représentative innovante, et aux assises plus larges que le système censitaire du parlementarisme selon la Charte, vient un autre commentaire, négatif celui-là et même annonciateur des malheurs qui suivront :

Il ne faut point se dissimuler cependant que la transaction qui vient d’être conclue […] ne saurait présenter de suffisantes garanties de durée ; la discussion des intérêts des deux parties n’a pu être libre, car il y a quelque chose d’irrésistible dans la voix même très pacifique des mandataires de cent mille hommes qui demandent du pain ; et il nous appartient à nous qui sommes particulièrement les représentants des classes inférieures, de demander si dans cette circonstance il a été possible de ne pas sacrifier les intérêts des fabricants à la sécurité publique ? Il nous appartient, à nous, défenseurs de tous les travailleurs, des directeurs d’industrie comme des ouvriers des rangs les plus humbles, il nous appartient de demander si, en raison de l’augmentation du salaire, le manufacturier pourra trouver l’écoulement de ses produits, pourra soutenir la concurrence de Zurich, d’Eberfeld, des fabriques anglaises ? Le fabricant lyonnais ne sera-t-il point obligé de suspendre ses travaux, de diminuer le nombre des métiers ? Les journaux et la correspondance de Lyon l’insinuent déjà. Et ce cas échéant, quelle ne serait point la détresse de la classe ouvrière ? À quoi leur aurait servi l’augmentation momentanée de leur salaire, si le salaire tout entier venait à leur manquer ?

18Passons, en dépit de leur caractère anticipateur, sur les solutions palliatives mises en avant par l’article (baisse des charges patronales et diminution des taxes sur les produits de consommation de base) et sur la stratégie politique dont il les montre porteuses. À plus ou moins long terme, selon que le mouvement révolutionnaire de Juillet se prolongera ou s’arrêtera court, la visée est bien celle de l’expropriation des oisifs – propriétaires fonciers ou détenteurs de rentes sur l’État – au profit d’une alliance des patrons et des ouvriers qui prendrait ainsi le contrôle de l’appareil de production et par là même mettrait fin à leur exploitation commune par les premiers. Du point de vue qui nous occupe, celui de la médiation et de la médiatisation saint-simoniennes, l’important est plutôt la stratégie de communication qui découle de cette stratégie politique : tout faire pour ériger « l’événement grave dont Lyon vient d’être le théâtre » en un « éclatant symbole de la situation industrielle de toute la France » (n° 304, p. 1214-1215).

19Ni plus, ni moins. Pas question, donc, de franchir le pas qui consisterait à se solidariser avec lesdits prolétaires, à s’adresser à eux en priorité ou encore à parler exclusivement en leur nom et place à eux. Lorsque Le Globe du 4 novembre évoque les émeutes de la misère survenues à Bristol, un autre signe avant-coureur du même mois d’octobre, comme l’« exemple de ce qui arrive lorsque des populations indignement foulées ne peuvent parvenir à faire comprendre leurs griefs », il n’appelle pas les misérables français à faire exploser la même colère. Son avertissement s’adresse expressément aux « législateurs » de la chambre des députés (n° 308, p. 1229). Pour autant, le 11 novembre encore, le « journal de la religion saint-simonienne » ne craint pas de revenir, en première page et sous ce titre, sur l’antagonisme de « Ceux qui ont et [de] ceux qui n’ont pas ». C’est, il est vrai, pour appeler à une « solution pacifique » pendant qu’il est encore temps. Mais aussi pour se situer résolument dans le mouvement de l’histoire :

Qu’on redoute des changements brusques, l’insurrection brutale des classes inférieures, c’est une crainte d’homme sage. Nous non plus, nous n’appelons point un Spartacus prolétaire avide de rompre ses chaînes sur la tête de la bourgeoisie pour retomber ensuite lui et les siens dans un plus cruel esclavage. Mais qu’on ait garde de nier le progrès : l’humanité a une destination, et il serait aussi absurde de vouloir lui tracer sa route, qu’il le serait de vouloir retenir la terre dans son double mouvement. […] Prétendre que par des ordonnances de police, par des lois contre les attroupements, par des verdicts de jury, on comprimera le mouvement ascendant des classes laborieuses, c’est parodier le collège des cardinaux et le pontife romain décrétant par bulle que la terre ne saurait tourner autour du soleil. (N° 315, p. 1237)

20Aussi les premières réactions du Globe de Michel Chevalier à la catastrophe annoncée à Paris par Le Moniteur trois jours après son déclenchement, soit le 24 novembre, n’ont-elles rien de commun avec la panique et la haine qui se lisent ailleurs, et que les journées de juin 1848, puis la Semaine sanglante, porteront à leur paroxysme. L’éditorial du 25 novembre, « Troubles de Lyon. – Appel à la paix », marque même une rupture d’équilibre en faveur des insurgés. Oubliant cette fois de plaindre les négociants-fabricants, l’organe saint-simonien ose se ranger explicitement du côté des fauteurs de troubles en question. Il va, au-delà de la sympathie, jusqu’à l’empathie :

C’est à nous surtout que ces scènes sont amères, à nous qui nous sommes constitués les interprètes, les avocats de la classe la plus nombreuse et la plus pauvre, […] à nous qui palpitons à ses douleurs, qui nous sentons vivre en elle. […] Nous voudrions en ces moments où elle se cabre furieuse, où elle cède aux transports de la frénésie qu’ont allumée en son sein la faim et le désespoir, l’étreindre, l’enlacer, afin de lui communiquer par tous les pores les sentiments d’ordre, de paix et de conciliation dont nous sommes pleins. Mais si profond que soit l’abîme dans lequel elle tombe, nous ne nous sentons pas la force de le lui imputer à crime. (N° 329, p. 1313)

  • 15 D’après un entrefilet de la rubrique « France », Le Globe, n° 330, 26 novembre 1831, p. 1317.
  • 16 Propos signé de Michel Chevalier, en tête de la brochure anonyme citée, que l’on peut consulter pa (...)

21Sous Casimir Perier, pareil acte de discours frise les tribunaux. Performativement, il « constitue » les saint-simoniens en interprètes, en défenseurs, en représentants judiciaires des canuts. En même temps, non sans annoncer la thématique féministe d’Enfantin, il amorce une allégorisation féminine et fortement érotisée de la classe ouvrière, ainsi que, simultanément, une virilisation de ces mêmes défenseurs, décrits, eux, dans la posture d’un amant s’efforçant en vain de combattre une crise de nerfs de son amie par des caresses. Après les prédications enflammées de Reynaud et une telle campagne d’articles en faveur des prolétaires, il n’est pas surprenant que, sans attendre les poursuites gouvernementales (elles commenceront en janvier) ni les historiens du XXe siècle, une feuille libérale comme le Journal de Paris « insinu[e] que le Saint-Simonisme pourrait bien être pour quelque chose dans les événements de Lyon ».15 Aussi bien la brochure hâtivement publiée par Michel Chevalier à partir d’extraits du Globe sous le titre Événements de Lyon a-t-elle un double but inavoué : le prémunir, lui et ses coreligionnaires, contre les accusations prévisibles de l’enquête publique commandée par le pouvoir ; et, à destination des militants comme du public, composer, a posteriori et contre toute évidence, le pieux souvenir d’une « politique pacifique et conciliatrice ».16 Il n’empêche qu’à peine la ville reconquise par la troupe, le premier bilan tiré par le journal, le 30 novembre, et repris en conclusion de la brochure, n’est pas loin du cri de victoire (médiatique) :

[Les événements de Lyon] ont changé le sens du mot politique ; ils l’ont élargi. Les intérêts du travail sont décidément entrés dans le cercle politique et vont s’y étendre de plus en plus. Les journaux ministériels ont déclaré que la base de la politique du cabinet, c’était l’amélioration morale, intellectuelle et physique de la classe la plus nombreuse et la plus pauvre. C’est une révolution. (N° 334, p. 1333)

22Le fait est que, désormais, une problématique commune, ou, pour le dire en termes foucaltiens, un discours commun, initié par les saint-simoniens, devient dominant dans la presse. Le Globe du 9 décembre a ainsi beau jeu de le relever en citant le Journal des débats, selon lui « l’organe et le directeur de la classe importante de la grande propriété », qu’il surprend à plagier quasi textuellement le diagnostic martelé par son adversaire et néanmoins confrère, l’organe du parti des travailleurs. Voici en effet ce qu’y écrit l’un de ses collaborateurs, Saint-Marc Girardin :

  • 17 Article cité dans le n° 343 du Globe, p. 1369. Jeremy Popkin en note pertinemment l’importance dès (...)

La sédition de Lyon a révélé un grave secret, celui de la lutte intestine qui a lieu dans la société entre la classe qui possède et celle qui ne possède pas. […] Les barbares qui menacent la société ne sont point au Caucase ni dans les steppes de la Tartarie ; ils sont dans les faubourgs de nos villes manufacturières ; et ces barbares, il ne faut point les injurier, ils sont, hélas ! plus à plaindre qu’à blâmer ; ils souffrent, la misère les écrase.17

  • 18 Le mot apparaît une première fois dans Le Globe du 13 février 1832, comme antonyme d’individualism (...)

23Ce discours réversible (pro ou contra, selon le choix de l’énonciateur) est bien sûr celui du socialisme18, avant la lettre et avant son expression partisane.

De la représentation à l’incarnation

  • 19 Voir sa déclaration lors de la « cérémonie du 27 novembre », reproduite dans Le Globe du lendemain (...)

24Post hoc, propter hoc, n’aurait-on pas tort de dire à propos de l’autre crise et de l’autre secret qui, à moindre échelle, éclatent dans la société saint-simonienne durant cette même fin de novembre, et dont Le Globe, pour le coup, ne livre pas d’explication en profondeur. Car la synchronie et l’homologie de ce qui se passe à l’extérieur et à l’intérieur du mouvement saint-simonien sont pour le moins frappantes. En résumé, après un bon semestre de lutte intestine et sourde entre Bazard et Enfantin et leurs partisans respectifs, leur dissentiment éclate au grand jour, Enfantin l’emporte, il réoriente la doctrine dans un sens réformiste et féministe, et son triomphe entraîne le départ des disciples de tendance républicaine, notamment des hommes de la mission du Midi, Laurent, Reynaud et Leroux. Tout se passe comme si la maturation de la crise lyonnaise, son éclatement puis sa répression catalysaient la crise doctrinale et politique au sein du « collège » de la rue Monsigny, et, inversement, à regarder par l’autre bout de la lorgnette, comme si les saint-simoniens en proie à des dissensions de toute sorte les vivaient et les résolvaient, par projection, à travers leur vision à distance des événements lyonnais. Étrange parallélisme : 21 novembre, début de la révolte des canuts ; 25 novembre : décision gouvernementale d’envoyer l’armée ; 27 novembre : devenant le seul et unique « Père suprême », Enfantin déclare terminée la phase où les saint-simoniens ont « sapé l’ordre politique ancien » et appelle à ouvrir la phase où ils entreprendront la « régénération morale »19 de la société.

  • 20 « De la politique intérieure de la France », Revue encyclopédique, t. 52, livraison (faussement) d (...)
  • 21 Voir sa lettre de protestation, non publiée et sans date, de Reynaud au rédacteur du Globe, ms 764 (...)
  • 22 « De la société saint-simonienne et des causes qui ont amené sa dissolution », Revue encyclopédiqu (...)
  • 23 « De la nécessité d’une représentation spéciale pour les prolétaires », Revue encyclopédique, livr (...)

25Il n’est pas inutile, pour éclairer la coïncidence et les interférences, de se reporter à la Revue encyclopédique, dans laquelle s’expriment, séparément, les saint-simoniens républicains. Dans son numéro d’octobre, paru avec un retard d’au moins deux mois, l’ex-chef de l’ancienne mission du Midi, Laurent, estime que le fond de « la politique intérieure de la France » tient à la frustration éprouvée par le peuple : « … les prolétaires, assure-t-il à l’encontre de l’interprétation libérale, ont fait la révolution de 1830 parce qu’un instinct infaillible les poussait aussi [à l’exemple du tiers état en 1789] à prendre place dans l’État. » Or, dans un post-scriptum à cet article, post-scriptum rédigé à propos des événements de Lyon, par conséquent après eux, Laurent estime que ces événements confirment tout à fait son intuition.20 Douterait-on que là se situe bien le clivage déterminant entre les saint-simoniens des deux bords, qu’on pourrait en trouver confirmation dans les conséquences qu’en tire pour sa part Jean Reynaud. Lorsqu’il justifie son refus de suivre Enfantin, Reynaud, en effet, revendique pour lui-même et pour Leroux l’entière responsabilité des prédications de Lyon et en oppose l’inspiration politique à celle du triomphateur de Bazard.21 Bien plus, dans la Revue encyclopédique, il dénie à Enfantin le droit de couvrir ses théories immoralistes « sous la protection du nom de prolétaire ». Pour Reynaud en effet, « l’accroissement de l [a] dignité et de l [’] indépendance » des « classes prolétaires » est « chose plus précieuse encore que l’accroissement de leurs jouissances physiques et de leur bien-être matériel ».22 C’est pourquoi, contre les concepts monolithiques de « travailleurs » ou de « producteurs » tels qu’ils sont fréquemment employés dans les textes saint-simoniens, mais aussi contre la vision républicaine d’un corps unique de citoyens, il va jusqu’à tracer au sein du « peuple » (au sens politique, constitutionnel, du mot) une ligne de fracture fondamentale entre « bourgeois » et « prolétaires », réclamant expressément « une représentation spéciale pour les prolétaires ».23

  • 24 Enseignement des ouvriers, séance intégralement publiée à la une du Globe du 23 décembre 1831 et é (...)

26Tout autres sont les conséquences tirées de l’expérience de Lyon par le cercle d’Enfantin. Revenant sur le sujet lors d’un « enseignement des ouvriers » donné le 18 décembre 1831, l’ingénieur Flachat met les points sur les i. Après avoir prétendu que les canuts, par leur mot d’ordre de « Vivre en travaillant ou mourir en combattant », auraient « oublié leurs femmes et leurs enfants », ainsi que « leurs vieux parents » (l’argument étant que les unes et les autres ne travaillaient pas derrière le métier à tisser), Flachat propose d’y ajouter « ou mourir déshonorés » à l’intention des malheureux négociants-fabricants et de leurs familles. Car, selon lui, « le sort [de ceux-ci] serait mille fois plus déplorable que celui des femmes et des enfants de prolétaires, si la faillite venait à atteindre leurs époux, leurs pères. » Et de faire longuement écho au président du conseil, pour qui, en de tels cas, le gouvernement ne doit pas « s’immiscer dans les transactions particulières » (sic) mais s’en remettre à « l’intérêt bien entendu ». Suit une tirade, qu’il fait applaudir, où, par une allusion transparente pour son auditoire, il redresse implicitement les propos du Globe (voir supra), déclarant que « nous [i. e. les saint-simoniens] nous sentons vivre aussi dans les entrailles de ce fabricant dont le crédit et l’honneur ont été si cruellement menacés ».24

  • 25 Voir les analyses de J. Canton-Debat (référence supra note 2).

27« Ce fabricant » n’est qu’une supposition, une figure de rhétorique : la correspondance d’alors d’Arlès-Dufour, auquel on songe inévitablement, ne crie pas misère. Mais le point de vue professionnel et libéral de l’ami d’Enfantin n’est probablement pas pour rien dans les réserves du Globe sur le tarif.25 Et surtout son désir de voir le saint-simonisme renoncer à la lutte de classe et adopter une ligne plus associationniste ne fait pas de doute. Ainsi, dans une lettre de décembre adressée au groupe enfantinien, estime-t-il que « les prédications de Reynaud à Lyon ont fait le plus grand mal à la Doctrine » et, pour s’être fait copieusement maudire par ses « amis et connaissances comme saint-simonien », que « certainement leur tendance démocratique et républicaine n’a pas été sans influence dans ce qui s’est passé en novembre ». C’est pourquoi il recommande que le nouvel envoyé saint-simonien à Lyon soit « un homme fort, mais religieux, capable de moraliser et de relier les prolétaires, mais capable aussi de répondre à des ergotismes d’avocat », afin, précise-t-il, de « détruire l’impression républicaine produite par les prédications de Reynaud ». Avant d’ajouter une suggestion :

  • 26 Arlès-Dufour à Talabot, 28 décembre 1831, Arsenal, fonds Enfantin, ms 7645, f° 352.

Peut-être l’homme fort, religieux et savant devrait-il être accompagné, non pas d’un jeune et joli saint-simonien de salon ; mais d’un de vos prolétaires les plus avancés, d’un ouvrier.26

  • 27 Pour un historique de cette évolution, voir d’Allemagne, Les Saint-Simoniens…, p. 120 et suiv.
  • 28 Enseignement des ouvriers, brochure citée.

28Sans être neuve dans le saint-simonisme, cette idée, dont Arlès est l’un des promoteurs, de donner une incarnation ouvrière au saint-simonisme, est justement de celles que les enfantiniens sont en train de réinvestir. Conduite par Flachat sous le patronage d’Olinde Rodrigues en ce même mois de décembre, la réorganisation du « degré des ouvriers » en « degré des industriels » marque, par la nouvelle dénomination et par les propos inauguraux de Flachat (ceux-là même qui viennent d’être cités), un rappel des ouvriers à l’union avec les ingénieurs, les fabricants et les négociants.27 Mais elle relance aussi l’effort pour cultiver et rendre visible une spécificité prolétarienne. En témoigne la fin de la séance inaugurale, qui met en scène quatre prolétaires – trois hommes et une femme – promis à des responsabilités et leur donne la parole pour que, tour à tour et en guise de conclusion, ils fassent profession et de leur identité sociale et de leur foi saint-simonienne. Il s’agit bien, au fond, de civiliser les barbares en leur montrant, par l’exemple, combien leur conversion, pour commencer, les améliorerait. Le dernier à parler est le cordonnier Bernard. Après avoir « bravé les balles de juillet », Bernard a revêtu l’habit d’apôtre saint-simonien. Il « ne pense pas jamais arriver à une hauteur bien brillante », mais il occupe « la charge de sous-directeur » de ses « frères ». Il se sent « rempli d’une force nouvelle ».28

  • 29 Déclaration d’Enfantin, dans Émile Barrault et al., Le livre nouveau des saint-simoniens, édition (...)

29Réciproquement, les intellectuels dirigeants, eux, travaillent à s’assimiler la nature prolétaire : « l’homme nouveau », selon le titre d’une petite feuille saint-simonienne publiée à Lyon en 1833, est un homme mêlé. Après avoir fermé Le Globe et quitté Paris pour faire retraite et silence à Ménilmontant, les apôtres veillent la nuit pour produire de la théorie, et, le jour, travaillent de leurs mains aux terrassements d’un temple de plein air « pour élever le travail du prolétaire à la hauteur du culte ».29 Puis, lorsque la justice du roi prononce leur dissolution, ils décident de partir à Lyon pour y recevoir « le baptême du salaire » et se faire prolétaires parmi les prolétaires. C’est ce tournant qu’explique, sous le titre et le mot d’ordre « À Lyon ! », un texte de Barrault tiré en brochure à distribuer et daté de « Ménilmontant, le 22 novembre 1832 », soit, à dessein, peut-on penser, du premier anniversaire, au jour près, de l’insurrection des canuts. Barrault y raconte qu’Enfantin lui-même vient de passer par une « douloureuse crise » et que, « baigné d’une sueur ruisselante », il a réuni ses « fils » pour leur annoncer sa propre mue et mutation :

J’ai changé de peau.
Les bourgeois et les docteurs se sont retirés de moi ; nous sommes prolétaires.
Pour nous la politique théorique est finie ; la vie de politique pratique commence.
Nous la pratiquerons à Lyon, car là, des choses nouvelles vont éclore.

30Vu de ce siècle-ci, le propos, bien sûr, réactive par analogie des souvenirs plus récents – que l’on pense aux prêtres-ouvriers de l’après-Libération, condamnés par Pie XII et réhabilités par Vatican II, ou bien, dans un autre registre, aux maoïstes de l’après-Mai 1968 et à leur quête d’une fusion avec les masses par le travail en usine. Mais lu attentivement et dans son contexte de 1832, le tract de Barrault s’inscrit bien dans une perspective de réenchantement du travail industriel et de pacification sociale. S’il dépeint lyriquement la ville de Lyon, sur le modèle du « Paris des saint-simoniens » de Duveyrier, comme un gigantesque travailleur aux regards tournés vers Paris et au dos appuyé à la Croix-Rousse et à Fourvière ainsi qu’« un canut à son métier », le prédicateur enfantinien la situe significativement au point « où le Rhône impétueux comme un hardi prolétaire, et [où] la Saône molle et lente en son cours comme un voluptueux oisif, se marient amoureusement ». Quant aux paroles qu’il est le premier à adresser directement aux canuts et à eux seuls, elles ne les appellent pas à s’émanciper, mais à attendre, sine die, et sans bouger, l’avènement de la Femme-Messie dont il prophétise la venue auprès du « Père » Enfantin :

  • 30 Motivée initialement par la croyance en l’imminence d’une libération des femmes par l’une d’entre (...)
  • 31 L’Attente, 8 pages, consultable par exemple à l’Arsenal sous la cote ms 7861/152.

L’an passé, Lyon […] frappa du pied la terre, et la terre trembla. […] Cette fois, afin que la terre ne tremble pas, […], nous irons lui imposer notre calme et notre patience. Afin de faire passer en lui ce sentiment de l’attente30 que le père a mis en nous, nous irons à lui en frères, nous ne le quitterons ni nuit, ni jour, ni pendant son travail, ni pendant ses délassements […]. Nuit et jour nous aurons sa main dans la nôtre, notre main calleuse qui ne craindra pas de se frotter à la sienne, comme la main blanche et tendre d’un bourgeois. […] Canuts, ne soyez pas honteux de votre nom ; il est déjà noble par vos productifs labeurs et par votre courage ; ennoblissez-le encore par votre calme et votre pacifique attente.
Un jour, parmi les travailleurs affranchis, dans le temple du dieu nouveau, le peuple chantera en chœur :
« Gloire au républicain et au soldat du grand empereur ! dans leur indignation ils ont vaincu la haine des potentats conjurés […]. Mais gloire, trois fois gloire au canut ! il a tout vaincu autour de lui, et il a vaincu sa propre violence !31

Notes

1 La référence à « l’agir communicationnel » de Jürgen Habermas (plus qu’aux « sciences de la communication ») me servira ici à indiquer la perspective théorique de l’étude de la négociation, en ce début des années 1830, des postures et des représentations sociales dans un espace public alors en cours de recomposition. Les journaux évoqués sont des journaux faits par les élites pour les élites, et non pas des mass media, même si l’on peut déjà observer dans leur fonctionnement des traits médiatiques in statu nascendi. Pour un état des connaissances sur le saint-simonisme, voir Nathalie Coilly et Philippe Régnier dir., Le siècle des saint-simoniens. Du Nouveau christianisme au canal de Suez, Paris, BNF/Le Seuil, 2006, 187 pages, et Antoine Picon, Les saint-simoniens. Raison, imaginaire et utopie, Paris, Belin, 2002, 381 pages.

2 Sur ces trois points, voir Jacques Canton-Debat, Un homme d’affaires lyonnais : Arlès-Dufour (1797-1872), thèse d’histoire soutenue à Lyon 2 en 2000 et disponible en 2 volumes (901 pages) à l’Atelier national de reproduction des thèses (« Thèse à la carte »), en particulier p. 186, 207 et 182. Une version abrégée, corédigée par le même avec Maurice Ferdinand, est disponible sous le titre Arlès-Dufour (1797-1872) : Du canal de Suez à l’École centrale de Lyon - Le parcours exceptionnel d’un soyeux lyonnais, Lyon, L’Interdisciplinaire, 2007, 258 pages.

3 Voir Lionel Latty, Henri Fournel 1799-1876. Ingénieur du corps des Mines, saint-simonien. Sa vie, ses œuvres, sa contribution au développement économique, industriel et social de son époque, thèse d’histoire soutenue à l’université de Paris X-Nanterre en 2000 (consultable en Usuels à la bibliothèque de l’Arsenal), p. 198-200.

4 Qu’il me soit permis de renvoyer ici à mes deux articles, « La Ruche populaire et la poésie des ouvriers (Paris, décembre 1839-décembre 1849) », et « Louis Vinçard, dit Vinçard aîné : une autobiographie trop exemplaire », Hélène Millot et Marie-Claude Schapira dir., La poésie populaire en France au XIXe siècle, Théories, pratiques et réception, Du Lérot, Tusson, 2005, p. 101-118 et 347-362.

5 Sur « l’Église de Lyon », voir Henri-René d’Allemagne, Les Saint-Simoniens, 1827-1837, Paris, Gründ, 1930, p. 138-140.

6 Dès le second alinéa de ce prospectus, en date du 23 octobre 1831, consultable au début de l’édition en ligne du journal.

7 Le lieu d’énonciation (Paris) et l’inscription dans le champ journalistique parisien, le jeu sur la distance et l’analogie Paris vs Lyon, la revendication du caractère d’organe officiel d’une nouvelle religion sont autant de traits spécifiques par rapport au champ (clos) du journalisme lyonnais tel que l’analyse Jeremy Popkin.

8 « Angleterre », 16 juillet 1825, Le Globe, p. 683.

9 « France », 24 novembre 1827, ibid., p. 2.

10 27 août 1830, « Des attroupements d’ouvriers », ibid., p. 745.

11 15 septembre 1830, « France », ibid., p. 825-826.

12 N° 37, p. 289-291. La collection de L’Organisateur, paginée en continu sur l’original, est téléchargeable en ligne, sous forme de fichiers pdf, sur le site Gallica de la Bibliothèque nationale de France (http://gallica.bnf.fr/).

13 Si l’on en croit une lettre de Jean Reynaud à Charton du 12 mai 1831 (publiée dans la Correspondance générale d’Édouard Charton, Marie-Laure Aurenche éd., Champion, 2008, t. 1, p. 75).

14 L’expression de « parti politique des travailleurs » a été avancée par Laurent dans une prédication du 9 octobre précédent, publiée dans Le Globe du lendemain 10.

15 D’après un entrefilet de la rubrique « France », Le Globe, n° 330, 26 novembre 1831, p. 1317.

16 Propos signé de Michel Chevalier, en tête de la brochure anonyme citée, que l’on peut consulter par exemple à l’Arsenal sous la cote ms 7861/1449 ou bien en ligne sur le site Gallica de la BNF à l’adresse http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k85499t.

17 Article cité dans le n° 343 du Globe, p. 1369. Jeremy Popkin en note pertinemment l’importance dès l’introduction de Press, Revolution, and Social Identities in France, 1830-1835. Dans son essai sur Un mythe romantique : Les barbares, 1789-1848, Pierre Michel avait en outre observé que le premier à avoir sonné le tocsin sur le thème « Voilà les barbares ! » n’est autre que Laurent, le chef de la mission saint-simonienne du Midi, et qu’il l’a fait dès octobre 1830 (Presses universitaires de Lyon, 1981, p. 261).

18 Le mot apparaît une première fois dans Le Globe du 13 février 1832, comme antonyme d’individualisme et dans une acception plutôt péjorative (voir mon article « L’égalité dans le discours socialiste originel », Françoise Gerbod et Françoise Mélonio dir., L’égalité au tournant du siècle. Péguy et ses contemporains, Paris, Champion, 1998, p. 31-42.

19 Voir sa déclaration lors de la « cérémonie du 27 novembre », reproduite dans Le Globe du lendemain 28, n° 332, p. 1325.

20 « De la politique intérieure de la France », Revue encyclopédique, t. 52, livraison (faussement) datée d’octobre 1831, p. 33 et 37.

21 Voir sa lettre de protestation, non publiée et sans date, de Reynaud au rédacteur du Globe, ms 7645 du fonds Enfantin, bibliothèque de l’Arsenal, f° 339 v°.

22 « De la société saint-simonienne et des causes qui ont amené sa dissolution », Revue encyclopédique, livraison (faussement) datée de janvier 1832, p. 3.

23 « De la nécessité d’une représentation spéciale pour les prolétaires », Revue encyclopédique, livraison (faussement) datée d’avril-juin 1832, p. 12-14. La formulation est bien sûr à apprécier dans un contexte historique où la liberté d’association n’est pas reconnue, où il n’existe aucun syndicalisme ni a fortiori aucun dialogue social institué. C’est ce qui rend d’autant plus extraordinaire et préfiguratrice la procédure de délégation adoptée par les canuts pour négocier un tarif.

24 Enseignement des ouvriers, séance intégralement publiée à la une du Globe du 23 décembre 1831 et éditée sous le même titre en une brochure de 23 pages.

25 Voir les analyses de J. Canton-Debat (référence supra note 2).

26 Arlès-Dufour à Talabot, 28 décembre 1831, Arsenal, fonds Enfantin, ms 7645, f° 352.

27 Pour un historique de cette évolution, voir d’Allemagne, Les Saint-Simoniens…, p. 120 et suiv.

28 Enseignement des ouvriers, brochure citée.

29 Déclaration d’Enfantin, dans Émile Barrault et al., Le livre nouveau des saint-simoniens, édition Philippe Régnier, Tusson, Du Lérot, 1992, p. 63.

30 Motivée initialement par la croyance en l’imminence d’une libération des femmes par l’une d’entre elles, la posture dilatoire de l’attente est revêtue d’une portée plus générale par Enfantin, qui en ferait presque une vertu cardinale, dans un petit texte écrit à Ménilmontant en septembre 1832 et diffusé en brochure sous ce titre, précisément, de L’Attente.

31 L’Attente, 8 pages, consultable par exemple à l’Arsenal sous la cote ms 7861/152.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search