Version classiqueVersion mobile

L'Écho de la fabrique

 | 
Ludovic Frobert

La muse de la Fabrique. Les rubriques littéraires de L’Écho de la fabrique

Sarah Mombert

Texte intégral

  • 1 L’Écho de la fabrique, 18 mars 1832, p. 8.

1La vie quotidienne des canuts a beau être confinée à l’espace clos des ateliers et largement dominée par les questions industrielles et économiques, les ouvriers en soie ne sont pas pour autant sourds aux échos de l’actualité littéraire de leur temps. La répercussion des événements culturels au plus intime de leur activité professionnelle transparaît jusque dans les annonces de leur journal, qui prennent pour le lecteur d’aujourd’hui l’aspect poétique d’un monde dont la réalité concrète nous échappe : « On demande des métiers de maître pour hernani. S’adresser au journal ».1 Que le héros de la pièce de Victor Hugo qui déclencha, le 25 février 1830, la « bataille » romantique au théâtre, ait donné son nom à l’une des productions les plus lucratives des canuts lyonnais est un indice de la perméabilité de la Fabrique aux événements culturels nationaux.

2Mais, au-delà de l’écho que la littérature du jour trouve dans les nouveautés de l’industrie textile, c’est sa place dans le journal des canuts de 1832 qui nous intéressera ici. Les journaux du XIXe siècle, par leur proximité éditoriale et intellectuelle avec les autres productions des Belles-Lettres, présentent des affinités importantes avec les autres secteurs du champ littéraire contemporain. La presse périodique, par sa fonction critique, rend compte des livres parus, des spectacles représentés sur les scènes locales ou nationales et de l’ensemble de la littérature telle qu’on la conçoit dans les cercles lettrés : sur ce point, L’Écho de la fabrique participe d’un mouvement général de développement de la presse dans les années 1830. Mais, en tant que média d’information dédié à la vie professionnelle et associative locale, rédigé à destination d’un public spécifiquement industriel, L’Écho de la fabrique ambitionne aussi de refléter, voire de produire, une littérature différente de celle qui intéresse les journaux bourgeois. Reliée à des pratiques culturelles orales, telle la chanson, fondée sur les références d’ouvriers peu lettrés, porteuse d’un discours politique et social spécifique, la littérature adopte, dans L’Écho de la fabrique, une physionomie particulière, dont cette étude se propose d’analyser les grandes lignes.

*

  • 2 Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, Paris, Hachette, 1863.
  • 3 D’après un article qui répond aux injures adressées à L’Écho de la fabrique par Le Courrier de Lyon(...)

3Il est nécessaire, pour étudier la place et la fonction de la littérature dans L’Écho de la fabrique, de partir du sous-titre du journal, Journal industriel et littéraire de Lyon, dont la signification et les enjeux stratégiques méritent d’être précisés. Selon le Dictionnaire de Littré, « Journal littéraire se dit, par opposition à journal politique, d’un écrit périodique qui est uniquement consacré aux choses littéraires ».2 Or, L’Écho de la fabrique a beau paraître pendant la période où la législation, mise en place après les journées révolutionnaires de Juillet, est encore libérale envers la presse, le journal a cependant intérêt, s’il veut survivre, à ne pas apparaître comme une feuille politique. Intérêt juridique d’une part, car la loi du 8 avril 1831 a accéléré la procédure judiciaire permettant de juger les délits de presse, et la cour d’assises attend désormais les rédacteurs imprudents. Intérêt financier ensuite : éviter le cautionnement permet à une feuille pauvre comme L’Écho de la fabrique de survivre en évitant les montages financiers hasardeux.3

4Intituler une feuille périodique Journal littéraire consiste donc, en 1832, à proclamer stratégiquement que l’on ne donnera pas la priorité aux questions politiques. Il faut comprendre que, dans la hiérarchie des objets journalistiques, L’Écho de la fabrique mettra l’industrie en avant, la littérature étant surtout un alibi pour minimiser aux yeux des autorités la portée politique réelle du journal. Antoine Vidal s’emploie à clarifier la position de la rédaction sur ce point, dans son article intitulé « Du cercle que peut parcourir une feuille industrielle, d’après la loi sur la liberté de la presse et le cautionnement » (3 juin 1832, p. 3), qui commence par proclamer « Notre feuille n’est nullement dirigée dans un but politique », avant de proposer une définition pour le moins extensive des sujets qui, ne relevant pas de la politique, peuvent être abordés dans L’Écho de la fabrique :

Selon nous, tout ce que nous avons dit ne se rattache qu’aux intérêts industriels ; car nous croyons savoir distinguer dans les gouvernemens, quels partis et quelles couleurs sont favorables ou non à l’industrie et au progrès.

5Cette assimilation de la politique à l’industrie lui permet de jurer ses grands dieux :

Nous, faire de la politique !… Dieu nous en préserve ! notre carrière est assez vaste, et le champ que nous avons à parcourir est parsemé d’assez d’épines sans chercher à nous enfoncer dans le fatras des protocoles.

6Affiché au frontispice du journal et exhibé dans les articles programmatiques, l’alibi littéraire est utilisé quotidiennement par les rédacteurs. C’est ainsi que la poésie sert de paravent au discours politique dans le compte rendu que donne, le 7 octobre 1832, L’Écho de la fabrique du banquet offert au député Garnier-Pagès. Le toast en vers composé par Amédée Roussillac n’ayant pas pu être prononcé pendant le banquet, il est reproduit par le journal qui, sous couvert de littérature, trouve ainsi le moyen de mentionner les « persécutions » auquel le représentant de l’extrême gauche a été en butte lorsqu’il s’est trouvé contraint de fuir Paris à l’occasion de l’insurrection qui suivit les funérailles du général Lamarque. Une note ajoutée au texte du toast juge très sévèrement l’état de siège décrété par Louis-Philippe le 6 juin, de sorte que l’article, prudemment retranché derrière le voile que la poésie jette sur toute chose, se transforme en distribution de bons et de mauvais points. Le rédacteur de l’article insiste sur le caractère prétendument apolitique du journal en renvoyant le lecteur aux feuilles à cautionnement qui, elles, transcrivent le texte des toasts proprement politiques prononcés lors du banquet :

Des citoyens généreux ont porté des toasts énergiques applaudis à outrance, et qu’on lira avec plaisir dans le Précurseur et la Glaneuse, le cadre de notre feuille ne nous permettant pas de les transcrire. (7 octobre 1832, p. 5)

7Les vers adressés par Roussillac à Garnier-Pagès, sous couvert de louer la fraternité entre le représentant du peuple et les « prolétaires » (« Viens parmi nous, viens, nous savons comprendre/Ton caractère et tes hautes vertus ! »), rappellent habilement les aspects polémiques de l’histoire récente, où le pouvoir a joué le mauvais rôle, par exemple dans les derniers vers : « Et, tu le vois, l’amour du prolétaire/Console bien des haines du pouvoir. »

8La préoccupation littéraire affichée par le journal apparaît donc au premier chef comme une volonté de positionnement dans le champ journalistique, qui reflète la prudence des directeurs successifs du journal. Mais L’Écho de la fabrique n’est pas un journal opportuniste conçu selon les principes spéculatifs de la presse commerciale, et l’on ne peut s’en tenir à cette explication superficielle pour comprendre la place qu’occupe la littérature dans ses colonnes.

*

9Destiné à un public peu instruit, L’Écho de la fabrique se voit attribuer par ses rédacteurs en chef une fonction de substitut éducatif. Au cœur de cette dimension pédagogique du journal, l’idée que les prolétaires ne lisent pas, faute de temps, se trouve affirmée, par exemple, à l’occasion de la publication de la chanson de Laudera Les Ferrandiniers :

Nous réclamons l’indulgence de nos lecteurs pour la chanson ci-après. Son auteur la donne bien plus encore comme l’expression des besoins de l’ouvrier, et non comme poésie ; car, on le sait, le travailleur n’a guère le temps de cultiver ses facultés intellectuelles et son génie poétique. (2 mars 1834, p. 7)

10L’exigence d’une littérature forte d’un contenu qui parle à l’ouvrier et brève dans sa forme, de façon à pouvoir être lue et mémorisée rapidement, explique la conception de la rubrique « Lectures prolétaires », annoncée ainsi :

M. Marius Ch... g l’un de nos collaborateurs, a promis de nous donner divers morceaux, ou pensées choisies, extraits de divers auteurs et nous les insérerons sous ce titre, pour l’instruction des prolétaires qui n’ont pas le temps de lire eux-mêmes. (26 août 1832, p. 7-8)

11La conception de cette rubrique est expliquée plus en détails lors d’une livraison suivante :

Chaque pensée doit être lue et méditée avec soin, soit qu’on l’approuve soit qu’on la rejette, afin de se rendre raison des motifs d’approbation ou de blâme. L’Écho de la fabrique, étant un journal hebdomadaire, qui par conséquent doit se distinguer des autres journaux, et avoir un but d’utilité réelle, aura bien mérité, s’il parvient à répandre dans la classe ouvrière avec le goût de la lecture un enseignement moral aussi éloigné de la pédanterie que de la trivialité. (14 octobre 1832, p. 7)

12En effet, les extraits publiés dans cette rubrique ressortissent essentiellement à la littérature morale : maximes, citations qui donnent à penser, vers philosophiques tirés des auteurs antiques et modernes. Les citations sont des pensées de portée générale, du type « Avoir beaucoup d’esprit et peu de jugement, c’est, avec le superflu, manquer du nécessaire » (Trublet – 9 septembre 1832, p. 7) ou des considérations morales destinées spécifiquement aux prolétaires, aux opprimés ou aux hommes qui souffrent, comme celle-ci, de Mme de Genlis : « Nés pour souffrir, nous sommes puissamment armés contre les peines déchirantes du cœur » (p. 7). Elles évoquent souvent les souffrances et les injustices qui pèsent sur le peuple mais, loin d’être des appels à la révolution, elles portent un regard éclairé sur les malheurs du prolétaire, pour qu’il cherche par la fraternité, l’éducation et l’entraide mutuelle, à améliorer sa condition. Moralement, les « lectures prolétaires » sont donc assez consensuelles ; formellement, elles le sont encore plus, par leur proximité avec la démarche des almanachs, des albums, ou des recueils.

13Il est possible d’étendre cette remarque des « Lectures prolétaires » à la plupart des rubriques littéraires du journal : si le discours d’accompagnement est très spécifique, parce qu’il précise exactement à quel public s’adressent les extraits publiés et quel usage il doit en être fait, en revanche, les textes littéraires eux-mêmes relèvent généralement d’un classicisme esthétique et d’un conformisme moral qui tranchent avec la tonalité d’ensemble de L’Écho de la fabrique.

14L’aperçu de la littérature proposé par L’Écho relève plus du répertoire scolaire des bons sentiments et des genres canoniques que de la découverte ou de l’éducation du sens critique. C’est pourquoi les patrons littéraires d’après lesquels sont taillées les pièces publiées paraissent à la fois visibles et attendus. De nombreux articles prennent en effet la forme de quasi-pastiches ou de réécritures orientées, construits sur la structure commune de l’apologue, c’est-à-dire d’un récit assorti d’une morale explicite. Sur un canevas connu, relevant de la culture populaire, le rédacteur calque un sens directement lié à la question ouvrière ou à l’actualité de la Fabrique. Ainsi, le 25 décembre 1831, Marius Chastaing récrit à la manière du fabuliste l’histoire du prolétariat ouvrier :

Un homme immensément riche eut trois fils, l’aîné s’empara de sa fortune sans vouloir admettre au partage ses deux frères puînés. Un laps de temps s’écoula, le second fils grandit et réclama sa part […]. À son tour, le dernier enfant réclama une part égale à celle de ses deux frères […]. Aujourd’hui il est père de famille et propriétaire. Puisse-t-il à son tour ne pas oublier l’injustice dont il fut longtemps victime. (25 décembre 1831, p. 7)

15Ces apologues, dont la qualité littéraire n’est peut-être pas à la hauteur des ambitions sociales et morales, contribuent à diffuser des formes de récit caractéristiques de la littérature destinée aux enfants ; en ce sens, l’éducation populaire qu’ils proposent ne diffère guère de celle que l’Église ou les organes de la presse bien-pensante jugent appropriée à l’éducation d’un peuple-enfant.

*

16Une littérature d’instruction esthétique et morale destinée au peuple, telle que semble la pratiquer L’Écho, s’accompagne généralement d’un arsenal de références invoquées comme modèles à suivre et comme autorités légitimantes. Trois indices témoignent de la prégnance de ces modèles : la fréquence des mentions du nom de certains « grands » auteurs, les pratiques de reproduction (les bonnes feuilles, les exergues, les citations) et l’utilisation de schémas poétiques ou narratifs identifiables. Les deux premiers phénomènes vont toujours de pair, puisque les célébrités littéraires nommées par les rédacteurs voient leurs textes reproduits dans le journal, de façon ponctuelle, par des citations, ou de façon extensive, à travers la pratique des bonnes feuilles. Car les rubriques littéraires de L’Écho de la fabrique, il faut le préciser, ne sont pas alimentées majoritairement des produits de la muse ouvrière. Chateaubriand ou Barthélemy sont aussi présents dans les colonnes du journal des canuts que les Lyonnais Berthaud, l’ancien tullier Vidal ou ce « J. M., chef d’atelier », dont l’hommage « À la mémoire de A. Vidal » est publié au moment de la mort du premier gérant du journal.

  • 4 L’influence de Béranger sur L’Écho de la fabrique a été abondamment commentée dans la notice que Lu (...)

17Les deux noms qui reviennent le plus fréquemment dans le panthéon poétique de L’Écho de la fabrique sont ceux du chansonnier Pierre de Béranger4 et du poète satirique Auguste Barthélemy. Béranger est la référence littéraire principale de L’Écho de la fabrique, surtout après la trahison politique de Barthélemy, dénoncée en septembre 1832 dans le journal. Au contraire du poète satirique, rallié aux partis bourgeois, Béranger, affirme L’Écho de la fabrique, est toujours resté fidèle au peuple :

Béranger vient de doter la France d’un nouveau recueil de ses Odes sublimes. Le poète populaire n’a pas besoin d’éloges ; son nom est de ceux qui se prononcent tout seuls. Son nom est pur, car il n’a jamais failli. (17 février 1833, p. 6)

18Le célèbre chansonnier fait office d’étalon pour évaluer le talent poétique des poètes locaux, par exemple Roussillac :

Nous devons signaler une pièce de vers remarquable, que M. Amédée Roussillac vient de publier sous le titre de De profondis [sic] pour le second anniversaire des journées des 27, 28 et 29 juillet ; nous ne sommes pas accoutumés à l’hyperbole, mais nous pouvons assurer qu’elle est digne de la plume de Béranger. (5 août 1832, p. 7)

19La comparaison n’est pas choisie au hasard, Roussillac ayant demandé – et obtenu – le patronage du grand chansonnier :

  • 5 L’Écho de la fabrique, 2 septembre 1832, à propos de l’ode de Roussillac où celui-ci invite le célè (...)

Nous offrons au public pour en juger, les stances qui suivent, adressées à l’immortel Béranger. Ce poète aimable a encouragé notre jeune auteur à poursuivre la carrière des Delavigne, des Lamartine, etc.5

20Outre la constance de ses idées, le journal des canuts loue Béranger en tant que promoteur de la chanson, genre intimement lié à la vie populaire, puisque les textes des chansonniers animent les longues journées sur le métier et les soirées au café, et que, intimement mêlés à l’actualité, ils sont potentiellement porteurs d’un discours critique. Marius Chastaing le rappelle dans son compte rendu du volume du chansonnier lyonnais Laudera jeune, Le Chansonnier du Mouvement. Prudemment, le rédacteur s’abstient de toute citation, et s’en tient à des allusions au contenu des chansons :

La première chanson a pour titre : à ma Muse, et son refrain : Je ne te comprends pas est appliqué, avec autant d’énergie que de goût, à diverses circonstances de la société que nous ne voulons pas rappeler. Le lecteur aura du plaisir à les chercher lui-même. Les Quasis, le Charivari, la Paix ont reçu les honneurs de la proscription, cela ne prouve pas qu’elles soient les plus mauvaises du recueil. Toutes les chansons qui le composent sont chantées chaque soir dans les divers cafés des Célestins, où elles provoquent de nombreux applaudissemens. (14 octobre 1832, p. 5)

21Fidèle à ce principe selon lequel la chanson est le genre poétique le plus à même d’accompagner au quotidien la vie des ouvriers, le journal publie de nombreuses chansons, souvent liées à l’actualité. Par exemple celle d’Antoine Vidal intitulée Le vingt-cinq octobre 1831, dont le premier couplet chante la joie des canuts après l’adoption du tarif :

Lisette, ma douce amie,
Pare ton corset de fleurs ;
Dieu, protégeant l’industrie,
Vient de finir nos malheurs.
Tu ne seras plus pauvrette ;
Allons ! reprends ta gaîté ;
Chante avec moi, bonne Lisette,
Chante vive la liberté !
(30 octobre 1831, p. 8)

22Cette chanson est bientôt complétée par son symétrique, la chanson de la déception, À ma Lisette :

  • 6 Notons que les deux chansons, bien que de tonalité opposée, se chantent sur le même air, l’air du B (...)

Ma Lisette, ô toi que j’aime !
Quel sort, hélas ! te poursuit !…
Tu crus au bonheur suprême,
Ce bonheur s’évanouit.
Des grands la voix indiscrète
A prédit un prix nouveau ;
Tisse toujours, bonne Lisette,
C’est l’étoffe de mon drapeau.
(20 novembre 1831, p. 7)6

23La chanson, parue dans le journal le 20 novembre, veille de l’insurrection, témoigne de la déception des canuts et de la montée de l’atmosphère insurrectionnelle. Mais le drapeau que tisse Lisette est tricolore, tandis que les canuts brandiront le lendemain un drapeau noir, signe que leur révolte se veut sociale avant d’être politique. On voit comment le chansonnier tente d’orienter l’action de ses frères : les trois couleurs du drapeau national, rapportées dans la chanson au teint de Lisette, incitent non à la révolte, mais à l’espérance dans le calme, voire à la résignation : « Gagne peu, mais sers la France,/Et je t’aimerai toujours » (ibid., strophe 3).

  • 7 Dans les extraits publiés par L’Écho de la fabrique, Barthélemy est seul nommé, puisqu’il signe seu (...)

24Tout aussi étroitement ancrée dans l’actualité, mais porteuse d’un message critique plus virulent, la poésie satirique est elle aussi très présente dans L’Écho de la fabrique. Le grand modèle dans le domaine satirique est le duo formé par Auguste Barthélemy et Joseph Méry7, qui écrivent sur les journées de Juillet, satirisent Louis-Philippe et les autorités politiques, intellectuelles et morales de son règne. Leur plus grand succès combine l’écriture satirique versifiée et la publication périodique, puisqu’il s’agit de la série des 52 livraisons hebdomadaires de la Némésis (mars 1831-avril 1832), dans lesquelles ils attaquent le roi et ses ministres. Plusieurs extraits de la Némésis sont reproduits dans le journal, en particulier ceux qui évoquent la révolte des canuts, en parfaite adéquation avec le propos du journal. La citation du poème satirique soutient par exemple l’interprétation, défendue par les rédacteurs de L’Écho de la fabrique, selon laquelle la révolte n’est pas d’origine proprement idéologique, mais sociale, les émeutiers étant mus par la misère. C’est ainsi que Barthélemy s’adresse aux riches :

Quand par le désespoir le pauvre suscité
Ensanglante le sol d’une grande cité ;
Alors développant vos bourgeoises tactiques,
Vous cherchez à ce mal des causes politiques […]
La misère ! voilà le formidable agent
Qui change en révoltés tout un peuple indigent,
Ainsi de nos malheurs le grand secret s’ explique ;
Les chances de l’empire ou de la république,
Les rêves du moment ne font pas le danger :
L’énigme a quatre mots : Le peuple veut manger !
(1er janvier 1832, p. 7)

  • 8 Berthaud est l’un des collaborateurs du journal satirique lyonnais La Glaneuse, de Granier.

25Dans l’article consacré à Asmodée, poème satirique hebdomadaire du jeune poète Berthaud8, le rédacteur invoque en Barthélemy le parangon des poètes satiriques : « Espérons en lui un digne émule de Barthélemy. Dans un cadre plus restreint, sur un théâtre moins grand, Asmodée rivalisera avec Némésis » (19 février 1832, p. 6). Les sujets traités par Berthaud relèvent de la polémique locale : au lieu de fustiger les puissances de la capitale, il s’en prend au maire de Lyon, M. Prunelle, à M. Varenare, procureur du roi à Lyon, ou au Courrier de Lyon. Dans la satire de Berthaud comme dans celle de son modèle, la préoccupation sociale est centrale, puisqu’il reprend, comme le rappelle M. Chastaing, le principe du Diable boiteux de Lesage, en faisant survoler la ville au démon Asmodée, qui peut ainsi pénétrer du regard les immeubles et dénoncer les misères qu’il y découvre :

Mais j’ai vu suinter au front du prolétaire,
Les larmes du travail, la sueur de la terre ;
Et mon cœur s’est brisé, froissé par la douleur.
J’ai vu, sous les haillons de la sombre misère,
Se dérouler vivant un effroyable ulcère ;
Et j’ai dit : secours au malheur !

  • 9 La Gazette de Normandie, quotidien légitimiste de Rouen, parue entre 1831 et 1836, est dirigée par (...)

26L’Écho de la fabrique pousse parfois très loin l’imbrication entre information et littérature, politique et culture, comme lorsqu’il publie Le Charivari. Narration imitée de Racine (13 mai 1832, p. 7), bonne feuille de La Gazette de Normandie.9 Ce poème anonyme relate en alexandrins un charivari donné par le peuple de Marseille à Adolphe Thiers, député d’Aix, qui vient à l’époque de quitter le parti du Mouvement pour le parti de la Résistance. Il s’agit d’une réécriture parodique, sur le mode héroïcomique, du récit de Théramène dans Phèdre de Racine, où Théramène rapporte à Thésée la mort de son fils Hippolyte, renversé de son char par un monstre sorti des flots. La mise en place du récit est commune au modèle et à la parodie, puisqu’on lit chez Racine :

À peine nous sortions des portes de Trézène,
Il était sur son char. Ses gardes affligés
Imitaient son silence, autour de lui rangés ;
Il suivait tout pensif le chemin de Mycènes.

27Et dans L’Écho de la fabrique :

À peine nous touchions aux portes de Marseille
Il était sur son char ; un postillon crotté
Menait sans le savoir, l’illustre député.
Il digérait en paix le dîner de la veille…

28À l’acmé du déchaînement de la violence tragique, Racine fait intervenir un dieu :

On dit qu’on a vu même, en ce désordre affreux,
Un dieu qui d’aiguillons pressait leur flanc poudreux.

29Dans la parodie, ce dieu est remplacé par un pharmacien armé de ses outils :

  • 10 Charles Louis Cadet de Gassicourt (1769-1821), écrivain et révolutionnaire, était le pharmacien de (...)

On dit qu’on a vu même (au moins le bruit en court)
Qu’on a vu dans la foule un autre Gassicourt10
Contre son plat bassin heurtant une seringue,
Faire un bruit plus affreux qu’on en fait au bastringue.

30Les formules pathétiques qui, chez Racine, assuraient l’identification du spectateur au récitant endeuillé accentuent au contraire, chez le parodiste, la distance qui sépare le peuple moqueur du député chahuté :

Excusez ma douleur. Cette image cruelle
Sera pour moi de pleurs une source éternelle.
J’ai vu, Seigneur, j’ai vu votre malheureux fils
Traîné par les chevaux que sa main a nourris.
Pardonnez ma douleur ; cette image cruelle
Sera pour moi, de pleurs une source éternelle.
J’ai vu… de mes yeux, vu l’éloquent député,
Honni ! berné : bafoué, conspué.

  • 11 Moins évident est cependant le second mouvement de révolution, qui consiste pour L’Écho de la fabri (...)

31Le récit de Théramène étant l’un des morceaux d’élection des exercices scolaires de l’époque, le parodiste joue sur la reconnaissance du modèle canonique, comme l’affiche clairement le titre scolaire Narration imitée de Racine. La dignité du châtiment infligé par les dieux au fils de Thésée laisse place au châtiment, symboliquement plus humiliant, infligé par le peuple de Marseille à son député juste-milieu. Le charivari, qui inflige au notable l’inversion douloureuse des rapports de force sociaux, est mis en forme et redoublé par le retournement héroï-comique.11

32D’autres exercices scolaires laissent leurs traces dans les compositions, proches du pastiche, des rédacteurs de L’Écho de la fabrique, tel le dialogue « L’un et l’autre », par Antoine Vidal (25 mars 1832), où les deux interlocuteurs s’affrontent sur la question de savoir si les prolétaires doivent être soumis aux propriétaires, « leurs chefs naturels », ou si les deux conditions méritent une égale dignité. Les deux interlocuteurs symbolisent « deux feuilles périodiques de notre ville » sous l’anonymat desquelles on reconnaît Le Précurseur, journal d’Anselme Pétetin (« L’Un »), et Le Courrier de Lyon, représentant les fabricants (« L’Autre »). Or, le dialogue est l’une des formes de prédilection des philosophes du XVIIIe siècle, dont le souvenir est omniprésent dans L’Écho de la fabrique, en particulier chez l’instituteur Vidal. Ainsi dans son « Micromégas », il reprend le principe narratif et le style du Micromégas de Voltaire, lui-même inspiré de Swift : Micromégas, seigneur de Sirius, découvre que la terre est habitée par de minuscules « atomes ». Ici, le géant extraterrestre prend pied sur les rives du Rhône et de la Saône, et écoute un canut lui expliquer les inégalités de conditions qui règnent dans la société lyonnaise. Le récit de Vidal se termine ainsi :

Micromegas, affligé de voir des êtres doués de tant d’intelligence traîner une si pénible existence sur ce petit globule, quitta les atomes en leur faisant mille civilités ; se promettant de publier dans sa planète un bon livre sur l’inégalité des conditions, et projeta de proposer à l’académie de décerner un prix à celui qui ferait le meilleur mémoire sur l’amélioration du sort des travailleurs. (6 mai 1832)

33De philosophe qu’il était chez Voltaire, raisonnant sur le bien et le mal, la guerre, la morale et la science, Micromégas est devenu philanthrope. À l’instar de Lamartine qui, comme l’annonce L’Écho de la fabrique le 13 mai 1832 (13 mai 1832), vient de proposer à l’académie de Mâcon un concours sur « l’amélioration morale et sociale des classes ouvrières, manufacturières et industrielles », Micromégas a perdu beaucoup du sens critique que lui donnait l’éloignement de sa planète et, sous l’influence de l’instituteur qui écrit la suite de ses aventures, il a pris rang parmi les notables philanthropes.

*

34Si, sur bien des aspects, la littérature dans L’Écho de la fabrique relève d’une culture standard, il lui arrive cependant d’abandonner les chemins battus, mais sûrs, des traditions scolaires pour s’aventurer sur les voies nouvelles ouvertes depuis la fin de la Restauration par les journaux littéraires parisiens.

  • 12 Marie-Ève Thérenty, Mosaïques. Être écrivain entre presse et roman (1829-1836), Paris, Champion, 20 (...)

35Dans les moments où la muse des canuts, sans aller jusqu’à l’avant-gardisme, veut montrer qu’elle est fille de son temps, elle adopte certains traits de la poétique journalistique de 1830, à mi-chemin entre la fiction et l’actualité, tels que les décrit Marie-Ève Thérenty.12 L’écriture journalistique de cette époque explore en effet les possibilités de la publication périodique, en organisant des fictions d’actualité en série. On lit dans L’Écho de la fabrique plusieurs articles organisés de façon sérielle, selon un double principe générateur de série, interne – l’anaphore – et externe – la reprise d’un même schéma sur plusieurs numéros. Un exemple marquant est l’article intitulé « Rêveries », dont tous les paragraphes du premier épisode commencent par : « Si j’étais négociant, oh ! qu’ils seraient heureux les ouvriers qui m’approcheraient ! » (15 janvier 1832). Le 22 avril 1832, le même principe générateur revient, mais la liste des bonnes résolutions commençant par « Si j’étais négociant » se termine par une brutale désillusion :

Si j’étais… si j’étais !… le pauvre diable s’aperçut qu’il était minuit. Sa navette tomba ; il la ramassa tristement et fut se coucher, en pensant qu’il avait travaillé dix-huit heures.

36Le troisième épisode propose une variante des deux premiers :

Si j’étais prud’homme… Ici le rêveur rentra en lui-même : il jouissait d’une honnête aisance, et avait hérité de son père d’une maison fort agréable ; mais les appartemens n’étant pas très-vastes, ne pouvant contenir que trois métiers… Il promena ses regards autour de cet atelier où son père avait vécu et où lui vivait en paix ; un soupir lui échappa en pensant qu’il ne serait jamais prud’homme. (20 mai 1832)

  • 13 Cette mise en abyme du métier de journaliste va de pair avec un véritable feuilletage des référence (...)

37Une autre mode littéraire de l’écriture journalistique des années 1830 apparaît occasionnellement dans L’Écho de la fabrique : la mise en abyme, dont l’usage général dans la presse de l’époque montre que le journal prend acte de sa nouvelle importance dans les pratiques quotidiennes des Français en se mettant lui-même en scène. Ainsi dans L’Écho de la fabrique, une série de textes consacrés à la caisse de prêts met en scène deux personnages récurrents, le vieux chef d’atelier Brutus et son interlocuteur Bajolard, accompagnés du rédacteur de L’Écho de la fabrique qui retranscrit leurs paroles.13 Bajolard prend conscience d’être, comme on dit, « dans le journal » : « Bajolard encore indécis s’il irait à la caisse de prêts, et fâché peut-être que je l’eusse mis en scène, me boudait ou à peu près » (30 décembre 1832). Le deuxième article met en scène un troisième canut, qui vient d’être forcé par le négociant d’accepter une convention désavantageuse pour lui, sous la menace de ne plus se voir confier d’ouvrage. Ce troisième personnage s’appelle Champavert et il retrouve ses amis « au café bousingot de la Colonne ». Or, Champavert est le titre d’un recueil de contes de Petrus Borel – et le surnom de l’auteur, figure centrale du groupe des petits romantiques républicains et anarchisants qu’on appelle « bousingots » –, recueil sous presse au moment où paraît l’article. Avant d’aller à une séance du conseil des prud’hommes, les trois canuts et leur ami rédacteur lisent au café les journaux lyonnais et parisiens, et commentent les tendances politiques des uns et des autres, au premier rang desquels L’Écho de la fabrique. Cet article, qui fournit un intéressant panorama de la presse, se montre aussi particulièrement en prise avec le mouvement strictement contemporain de la littérature. Sans surprise, il joue sur les ressorts de l’information, de la fiction et de l’autoréférence d’une façon exactement comparable, dans le registre prolétarien, aux autres journaux de l’époque.

  • 14 C’est le cas de l’article bibliophilique du 22 avril 1832, signé Marius Chastaing : « Variétés. Alm (...)

38La mise en abyme fictionnelle se double, dans le journal, d’articles consacrés au livre, au marché de l’imprimé14 et, plus spécifiquement, à l’actualité de la presse. Ainsi, Marius Chastaing donne, en avril 1832, un important article (30 avril 1832) qui retrace l’histoire du journalisme, dont il rappelle les étapes : les gazettes du XVIIIe siècle, la Révolution française, où le journalisme se nourrit de la passion des citoyens pour les débats de la tribune, le silence de la presse sous l’Empire, l’avancée vers « le courage civil » par l’effet paradoxal des lois antilibérales de la Restauration. Situant sa propre feuille dans cette histoire, il en vient à donner cette définition mémorable de l’entreprise à laquelle il collabore :

On m’a demandé la définition d’un journal, j’ai répondu : c’est un bouclier, un javelot, un miroir, une arène, une table rase.

  • 15 D’après « Variétés. Le Précurseur et le Courrier de Lyon » (M. Chastaing, 6 mai 1832), l’article n’ (...)

39Bouclier, un journal sert d’armes défensive [sic] ; javelot, il sert à l’attaque ; miroir, il réfléchit les opinions ; arène, il leur ouvre un champ libre ; table rase, il reçoit et conserve leur expression diverse.15

*

40Nous touchons là ce qui est peut-être l’apport le plus significatif des rubriques littéraires de L’Écho de la fabrique aux pratiques journalistiques de la monarchie de Juillet. Obligé de louvoyer entre les écueils du journalisme d’opinion, les préoccupations sociales liées à une feuille industrielle et le souci d’éducation populaire par la littérature, le journal des canuts parvient à transcender le classicisme d’une esthétique littéraire apprise pour élaborer, pas après pas, une théorie du journalisme littéraire ouvrier entièrement fondée sur la pratique. L’instituteur Vidal ou l’ancien étudiant en droit Marius Chastaing ont beau avoir les références essentiellement classiques qui sont celles de l’école de leur temps, le journal a beau sembler rester prudemment à l’écart du tourbillon des querelles esthétiques qui se déroulent au même moment à Paris, il finit par oublier ses modèles pour inventer sa propre écriture, dans un rapport inédit du journal au lecteur et à lui-même.

Notes

1 L’Écho de la fabrique, 18 mars 1832, p. 8.

2 Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, Paris, Hachette, 1863.

3 D’après un article qui répond aux injures adressées à L’Écho de la fabrique par Le Courrier de Lyon, le cautionnement se monte à 16 000 francs. Mais le journal bourgeois suggère que son montant devrait être doublé pour les journaux qui s’adressent aux pauvres : « Le Courrier dit qu’on devrait exiger 32 000 fr. de cautionnement d’une feuille qui parle au pauvre de son indigence et aux ouvriers de leur salaire » (19 février 1832).

4 L’influence de Béranger sur L’Écho de la fabrique a été abondamment commentée dans la notice que Luce Czyba a consacrée au journal dans La poésie populaire en France au XIXe siècle. Théories, pratiques et réception, H. Millot, N. Vincent-Munnia, M.-C. Schapira et M. Fontana éd., Tusson, Du Lérot, 2005, p. 118-125 et 185-207. Voir aussi l’article de Sophie-Anne Leterrier, « Musique populaire et musique savante au XIXe siècle. Du “peuple” au “public” », Revue d’histoire du XIXe siècle, n° 19, 1999.

5 L’Écho de la fabrique, 2 septembre 1832, à propos de l’ode de Roussillac où celui-ci invite le célèbre chansonnier à reprendre la plume.

6 Notons que les deux chansons, bien que de tonalité opposée, se chantent sur le même air, l’air du Bon pasteur de Béranger.

7 Dans les extraits publiés par L’Écho de la fabrique, Barthélemy est seul nommé, puisqu’il signe seul la Némésis, à laquelle Méry collabore. Le duo proverbial qu’ils forment est cependant cité à d’autres occasions, par exemple, dans le numéro du 26 février 1832, à propos de deux savants « unis comme Pylade et Oreste, ou Barthélemy et Méry ».

8 Berthaud est l’un des collaborateurs du journal satirique lyonnais La Glaneuse, de Granier.

9 La Gazette de Normandie, quotidien légitimiste de Rouen, parue entre 1831 et 1836, est dirigée par Joseph-Alexis Walsh, qui prit ensuite La Mode.

10 Charles Louis Cadet de Gassicourt (1769-1821), écrivain et révolutionnaire, était le pharmacien de Napoléon.

11 Moins évident est cependant le second mouvement de révolution, qui consiste pour L’Écho de la fabrique à emprunter cette page à un journal légitimiste, qui raille certes les proches du roi bourgeois, mais depuis l’autre côté de l’échiquier politique…

12 Marie-Ève Thérenty, Mosaïques. Être écrivain entre presse et roman (1829-1836), Paris, Champion, 2003, et La Littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au XIXe siècle, Paris, Seuil, 2007.

13 Cette mise en abyme du métier de journaliste va de pair avec un véritable feuilletage des références littéraires : le premier article de la série (25 novembre 1832), où Brutus met en garde Bajolard contre les dangers de servitude que présente la caisse de prêts, s’ouvre par une référence homérique, puisqu’il s’intitule « Timeo danaos et dona ferentes » et se termine par une allusion à la fable de La Fontaine Le Loup et le chien, que Brutus promet de dire un jour à son ami pour renforcer sa démonstration.

14 C’est le cas de l’article bibliophilique du 22 avril 1832, signé Marius Chastaing : « Variétés. Almanach des cumulards ».

15 D’après « Variétés. Le Précurseur et le Courrier de Lyon » (M. Chastaing, 6 mai 1832), l’article n’est pas pour rien dans le duel qui a opposé Anselme Pétetin, du Précurseur, à Jouve, rédacteur du Courrier de Lyon.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search