Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Écho de la fabrique

 | 
Ludovic Frobert

Les imprimeurs des journaux canuts

Dominique Varry

Texte intégral

  • 1 Jean-Baptiste Monfalcon, Manuel du bibliophile et de l’archéologue lyonnais, Paris, A. Delahaye, 18 (...)

1Évoquer les imprimeurs des journaux canuts n’est pas une entreprise aisée, et cela tient d’abord à ce que l’histoire de l’imprimerie et de la librairie lyonnaise est encore très mal connue. Jean-Baptiste Monfalcon, évoquant l’époque dans laquelle il vivait, avait osé écrire dans son Manuel du bibliophile et de l’archéologue lyonnais publié en 1857 : « arrivé à l’époque de la décadence complète de l’imprimerie lyonnaise ».1 Cette conception de l’histoire, qui voudrait qu’à un âge d’or des XVe et XVIe siècles n’ait succédé qu’une décadence pluriséculaire, doit aujourd’hui être abandonnée. De fait, tout au long des temps, les imprimeurs-libraires lyonnais ont su s’adapter aux conjonctures et aux circonstances du moment. C’est ce qu’ils ont fait, au XIXe siècle, en s’impliquant dans la diffusion de la presse périodique. Au nombre des multiples titres qu’ils ont imprimés figurent les journaux canuts. Mais ceux-ci n’en constituent qu’une part infime. Tout aussi minoritaires parmi les professionnels du temps furent ceux qui les produisirent. Que savons-nous d’eux ? C’est à cette interrogation que ces quelques pages voudraient apporter des éléments de réponse.

Des métamorphoses… dans un carcan

  • 2 Dominique Varry, « L’imprimerie à Lyon au XIXe siècle », L’esprit d’un siècle : Lyon 1800-1914, cat (...)
  • 3 Claude Savart, Les catholiques en France au XIXe siècle. Le témoignage du livre religieux, Paris, B (...)
  • 4 Laurent Guillo, Louis-Benoît Perrin et Alfred-Louis Perrin, imprimeurs à Lyon (1823-1863-1883), dip (...)
  • 5 Jean Etèvenaux, Bicentenaire des Ets A. Rey éditeur imprimeur avec douze peintres lyonnais, Lyon, R (...)
  • 6 Jeremy Popkin, Press, Revolution, and Social Identity in France, 1830-1835, University Park (PA), P (...)
  • 7 Bruno Béguet, L’imprimerie et la librairie à Lyon (1800-1850), diplôme supérieur de bibliothécaire, (...)
  • 8 Nathalie Lacroix, Les imprimeurs lyonnais 1870-1900, mémoire de DEA, Villeurbanne, ENSB, 1991.
  • 9 Aurélie Darbour, Clémence Joste, Céline Lèbre, Anne-Laure Mennessier, « Emmanuel Vitte, le dernier (...)
  • 10 Aimé Vingtrinier, Histoire de l’imprimerie à Lyon, des origines à nos jours, Lyon, Adrien Storck, 1 (...)

2L’adaptabilité aux circonstances semble être une des caractéristiques majeures des imprimeurs-libraires lyonnais au cours des temps. À peine le nouvel art était-il introduit à Lyon en 1473, que ses pionniers se signalaient déjà par leurs initiatives. Le premier livre imprimé en français parut à Lyon en 1476. Le premier livre français illustré sortit d’un autre atelier lyonnais en 1478… Le « siècle d’or », le XVIe, fut illustré par de très grands noms : de Tournes, Gryphe, Dolet… Il vit aussi les premiers livres contrefaits localement, des éditions aldines. Le siècle suivant devait être la grande époque de la contrefaçon, un mal nécessaire auquel les imprimeurs provinciaux furent peu ou prou contraints pour subsister face à la prédominance de leurs confrères parisiens. À une production officielle et autorisée s’ajoutait donc une production officieuse et illicite. La contrefaçon, réprimée plus ou moins sévèrement selon les temps, se poursuivit durant tout le XVIIIe siècle, et jeta ses derniers feux vers 1815-1820. Au XVIIIe siècle, s’ajouta à la production officielle et à la production contrefaite la production clandestine d’ouvrages philosophiques : celle de premières et des secondes Lumières, sous fausses adresses étrangères ou imaginaires. Le pli du contournement des réglementations draconiennes était pris. Avec le XIXe siècle, et ses mutations multiples, les Lyonnais durent une nouvelle fois innover. C’est en tout cas une des réalités méconnues redécouvertes à l’occasion de la préparation de l’exposition « L’imprimerie miroir de son temps », organisée au musée de l’Imprimerie dans le cadre de la manifestation « L’Esprit d’un siècle ».2 La production livresque était en retrait, limitée au livre catholique, domaine où s’affirma long temps la prééminence de Lyon3, et aux ouvrages classiques de littérature et d’histoire. C’est à Paris que régnait désormais l’éditeur moderne, ce nouveau venu. En revanche, Lyon s’imposa sur les scènes nationale et internationale (Europe, Moyen-Orient, Amérique du Sud…) comme un centre spécialisé dans la production d’imprimés administratifs (papiers à en-tête, factures, quittances, chèques…) et commerciaux (publicités en tous genres, étiquettes de marchandises les plus variées…), produits alors très porteurs. Le troisième créneau dans lequel s’impliquèrent alors les Lyonnais fut celui de la presse périodique. Nous retrouvons là l’objet de notre investigation. Mais nous devons aussi constater que les travaux historiques sur l’imprimerie lyonnaise font, pour cette période aussi, défaut. Seul le XVIe siècle a été vraiment étudié, même s’il reste fort à faire à son sujet. Le XVIIe siècle, exploré par deux thèses, est à peu près terra incognita. Le XVIIIe siècle, objet de nos investigations depuis une vingtaine d’années, commence à sortir de l’ombre. Quant au XIXe siècle, il n’a jusqu’ici fait l’objet que de travaux dispersés et partiels. De rares monographies ont été consacrées à des figures d’imprimeurs tel Louis Perrin4, ou ont répondu à des commandes de firmes encore existantes.5 Seul l’ouvrage de Jeremy Popkin6, de portée nationale quoique centré sur Lyon, tranche sur cette atonie. Des « coups de sonde » ponctuels ont été donnés par de rares travaux universitaires sur l’instauration du brevet7, les imprimeries de la fin du siècle8, la firme Vitte9… Mais certaines périodes chronologiques n’ont toujours pas été étudiées ! Quant à l’Histoire de l’imprimerie lyonnaise publiée en 1894 par l’un des siens, Aimé Vingtrinier, non seulement elle est à prendre avec beaucoup de précautions pour les périodes anciennes, mais elle est à peu près muette sur le xix e siècle.10

  • 11 Dominique Varry, « L’imprimerie et la librairie à Lyon au XIXe siècle », Le commerce de la librairi (...)

3À cette époque, l’imprimerie et la librairie furent des professions très encadrées et surveillées, d’une manière beaucoup plus efficace et drastique que ce qu’avait connu le XVIIIe siècle. La Révolution, qui avait abouti à la mise à bas du système ancien et à l’éclosion de multiples ateliers et boutiques parfois très éphémères, fut suivie d’une remise au pas, surtout à partir des années 1810. Cette année-là vit, en effet, l’introduction du système du brevet, qui de 1811 à son abolition en 1870 à la suite de la défaite, régenta les professions de libraire, d’imprimeur en lettres et d’imprimeur lithographe. Seuls les cabinets de lecture, malgré le désir des autorités qui auraient bien voulu le leur imposer, réussirent à échapper à l’obligation du brevet. En 1789, la ville comptait treize ateliers typographiques. Quinze autres, dont certains très éphémères, virent le jour entre 1790 et 1799. En 1800, leur nombre était retombé à seize. Lorsque le décret du 5 février 1810 introduisit le brevet, la capitale des Gaules comptait dix-neuf ateliers typographiques : sept héréditaires depuis l’Ancien Régime, huit créés depuis la Révolution, et quatre depuis 1800. La volonté des autorités du temps était d’en revenir aux douze ateliers théoriques de la fin de l’Ancien Régime. On distingua alors entre « imprimeurs conservés » et « imprimeurs tolérés », ces derniers ateliers devant disparaître à la cessation d’activité de leurs propriétaires.11

4On n’écrira pas ici une histoire du « brevet » qui a été faite ailleurs. Rappelons seulement que le nombre des brevets était contingenté, et que le précieux sésame n’était décerné qu’après une enquête de police sur les capacités professionnelles, les bonnes vies et mœurs, et les opinions politiques de l’impétrant. Ce dernier devait d’ailleurs prêter serment de fidélité au régime. S’il était relativement difficile d’obtenir un brevet, s’il fallait en obtenir plusieurs lorsqu’on était tout à la fois libraire et imprimeur (typographe et ou lithographe), il était rapide et facile de se le voir retirer par les autorités qui l’avaient accordé. Tel fut le cas de Mistral, en 1823, qui avait imprimé des proclamations libérales. De 1811 à fin 1849, soixante-trois brevets d’imprimeurs et cent cinquante-cinq brevets de libraires (dont trente-deux à des imprimeurs brevetés) furent délivrés à Lyon. Sur cet ensemble, quatre brevets d’imprimeurs typographes seulement furent des créations, dont ceux de deux personnages que nous allons évoquer un peu plus loin : Jean Bajat à la Guillotière en 1831, et Théodore Lépagnez à la Croix-Rousse en 1839. Nous ne pouvons donner d’informations pour la période 1850-1870, car elle n’a pas encore été étudiée.

5La loi du 10 septembre 1870, qui abolit le brevet, proclamait :

Article 1 : Les professions d’imprimeur et de libraire sont libres.
Article 2 : Toute personne qui voudra exercer l’une ou l’autre de ces professions sera tenue à une simple déclaration faite au ministère de l’Intérieur.

6C’est assez dire que la période 1810-1870 fut celle d’une surveillance de tous les instants et de ceux qui détenaient un ou plusieurs brevets, et de ceux qui n’en avaient pas, et à qui il était formellement interdit de posséder du matériel d’imprimerie. Il n’est donc pas surprenant que la grande majorité des imprimeurs lyonnais du temps ait été politiquement marquée. La plupart d’entre eux étaient catholiques et légitimistes. Ceux qui affichaient d’autres opinions, comme le républicain Léonard (dit Léon) Boitel, ou les rares imprimeurs des journaux canuts, s’exposaient et prenaient des risques parfois très gros !

7Avant d’essayer de présenter ces derniers, il est un autre élément à prendre en considération, celui des transformations de la cité. En 1789, Lyon comptait 150 000 habitants. Elle en avait 256 000 en 1851, à la veille de l’intégration des quartiers périphériques. Les Lyonnais étaient 376 000 en 1881, et 465 000 en 1910. En 1852, la ville avait absorbé Vaise et les Brotteaux, mais aussi la Croix-Rousse et la Guillottière, deux communes où exercèrent certains de ceux qui nous intéressent. La géographie des imprimeries et des librairies dut s’adapter à ces mutations. Le quartier traditionnel du livre, de la rue Mercière à Bellecour, éclata. Boutiques et ateliers commencèrent d’essaimer dans toute la ville et sa périphérie. Le phénomène était déjà amorcé en 1823, année où on signalait trois ateliers d’imprimeurs dans le quartier Saint-Jean. Mais les dates les plus significatives furent sans doute 1831, avec la création de la première imprimerie de la Guillotière (Bajat), et 1839, avec celle de l’installation de Lépagnez à la Croix-Rousse. Les deux localités étaient encore extérieures à la ville, et c’est sans doute l’une des raisons de l’attribution de ces brevets.

Un portrait de groupe… flou

  • 12 Élodie Extier, Les imprimeurs-libraires de la Guillotière et de la Croix-Rousse au XIXe siècle : l’ (...)
  • 13 Bruno Béguet, L’imprimerie et la librairie à Lyon (1800-1850), ouvr. cité.
  • 14 http://www.imprimerie.lyon;fr/imprimerie/sections/fr/documentation/somme_typographique.

8Les cinq imprimeurs repérés comme ayant produit des journaux canuts conservent pour nous une bonne partie de leur mystère. Seul Théodore Lépagnez, sur lequel nous reviendrons plus longuement, a récemment fait l’objet d’une étude menée sous notre direction.12 Pour les quatre autres (Hyacinthe Charvin, Jérôme Perret, Jean-Marie et Benoît Boursy), les éléments biographiques connus proviennent pour l’essentiel des notices du travail de Bruno Béguet13 et du sixième volume de la Somme typographique de Marius Audin.14

  • 15 Archives départementales du Rhône, T 310.

9– Hyacinthe Charvin a exercé comme imprimeur typographe, à Lyon, de 1830 à 1843. Il était né le 9 septembre 1787 de François Charvin, chamoiseur, et d’Angélique Conord. Il fut d’abord prote, c’est-à-dire chef d’atelier, chez l’imprimeur Mathieu-Placide Rusand, l’un des grands noms de la place de Lyon. Il obtint son brevet d’imprimeur en lettres en 1830, et s’installa 5, rue de Chalamont. Là, il succédait à Jean-François Rolland, né en 1771, et qui fut imprimeur-libraire de 1797 à 1830. Son devancier était quelque peu marginal, puisqu’il écrivait à l’administration en 1824 : « J’exerce la profession d’imprimeur-libraire seulement pour entretenir un commerce de livres, qui se compose principalement d’ouvrages que je rédige moi-même presque tous en faveur de la religion et de l’éducation ».15

10Entre 1840 et 1843, Charvin fut associé à un nommé Jacques Nigon, né en 1801. Ce dernier aurait dirigé l’imprimerie de la veuve Claudine Ayné de 1835 à 1840, avant d’obtenir cette année-là un brevet d’imprimeur-lithographe, puis un brevet d’imprimeur en lettres le 3 février 1842. Nous ignorons la raison de la cessation d’activité de cet atelier en 1843. Deux ans plus tard, Charvin s’installait comme libraire à Belley, dans l’Ain. Il mourut après 1851. Son nom demeure associé à l’impression de la première série de L’Écho de la fabrique, et à celle de La Glaneuse.

11– Jérôme Perret, lui, eut une carrière très brève puisqu’elle dura de 1832 à 1834. Il était né à Vienne (Isère) en 1803 ou 1809 selon les documents. De fait, son acte de naissance est jusqu’ici demeuré introuvable. Il travaillait comme ouvrier typographe avant d’obtenir un brevet d’imprimeur en lettres en 1832. Célibataire, il demeurait rue Saint-Dominique. Une mort brutale l’emporta le 24 avril 1834. Sa sœur Rose lui succéda jusqu’en 1836, puis revendit le brevet. Il publia L’homme rouge de Berthaut et Weyrat, et L’Écho des travailleurs, journal de la fabrique de Lyon (1833-1834 ?), dont Sigaud était gérant. On lui doit aussi la petite brochure de quatre pages in-quarto : Banquet industriel pour l’anniversaire de la fondation de L’Écho de la fabrique (28 octobre 1832) par Berger (BM Lyon, 111727).

12– Jean-Marie et Benoît Boursy, le père et le fils, exercèrent successivement de 1813 à 1863, soit durant un demi-siècle. Jean-Marie Boursy, né en 1773 et décédé en 1837, était installé rue de la Poulaillerie, où il travailla de 1813 à 1834. Cette année-là, son fils Benoît lui succéda, alors que théoriquement le brevet aurait dû s’éteindre avec le retrait du père. Né à Lyon le 5 août 1804, Benoît secondait son père depuis 1817. Il transporta son atelier au 66 de la grande rue Mercière en 1846, puis au 90 de la rue Mercière en 1859. Il y exerça jusqu’à son retrait en 1863. Benoît Boursy s’éteignit à Lyon le 8 janvier 1875. L’atelier de Jean-Marie comptait trois presses, dont deux en activité, en 1810. Celui de Benoît alignait quatre presses dont une mécanique en 1854, et comptait alors quatre ouvriers. Un rapport de mars 1840, signalait alors : « Ce sont ses presses qui ont le monopole de la publication des pamphlets et des écrits républicains qui se répandent à Lyon. » Cet atelier fit l’objet de rapports de police en 1816 et en 1831 (AD Rhône, T 303 et 4 M 209). Nous possédons, pour cette année-là, des épreuves corrigées d’une pétition des maîtres-ouvriers en soie. Boursy fut également poursuivi, en 1831, pour avoir imprimé une pétition à l’Assemblée nationale concernant la représentativité du conseil des prud’hommes de Lyon (AD Rhône, 4 M 209). En 1848, enfin, il imprima la circulaire électorale de l’ouvrier typographe Esprit Doutre, candidat à la députation (AD Rhône, R. 1077).

  • 16 Élodie Extier, Les imprimeurs-libraires de la Guillotière et de la Croix-Rousse…, ouvr. cité.

13On l’aura constaté, les informations actuellement connues sur ces personnages sont assez succinctes. Il n’en est pas tout à fait de même de Théodore Lépagnez, qui vient de faire l’objet, à notre initiative, d’une enquête plus poussée16, même si elle ne répond pas à toutes nos interrogations.

14Deux autres personnages, qui n’ont pas imprimé de journaux canuts, méritent cependant, à notre avis, une attention particulière. Il s’agit du libraire Louis Babeuf et de Jean Bajat, le premier imprimeur de la Guillotière.

15Louis Babeuf, libraire breveté à Lyon de 1826 à 1835, était le fils de Robert Babeuf libraire non breveté à Lyon de 1812 à 1815. Il était surtout le petit-fils de Gracchus Babeuf. On sait très peu de choses à son sujet, si ce n’est qu’il obtint un brevet de libraire en 1826, et reprit alors le fonds de son beau-père Jacques Régnier. Ce dernier avait tenu, de 1806 à 1826, une libraire associée à un cabinet de lecture : la Librairie médicale et scientifique.

  • 17 BNF, R 28251 ; Arsenal, MS-7861 (196) ; BNU Strasbourg, G 105 009.

16Louis Babeuf paraît avoir ouvert une librairie à Paris au début des années 1830. Il obtint en 1835 un brevet de libraire dans la capitale, et s’y transporta. Toujours est-il que divers rapports des autorités lyonnaises le signalent, du temps où il était actif dans cette ville, parmi les diffuseurs d’ouvrages fouriéristes. Il est en tout cas avéré qu’il édita les Conférences sur la théorie sociétaire de Charles Fourier faites… à Lyon, en septembre 1833 par Adrien Berbrugger.17 Pour sa part, le prospectus de L’Écho des travailleurs mentionne sa librairie comme lieu de vente de cette publication.

17Jean-Marcellin Bajat fut imprimeur-libraire de 1831 à 1853, et le premier imprimeur de la Guillotière, localité alors extérieure à Lyon. Nous savons qu’il faisait rouler trois presses en 1854, ce qui caractérise un atelier modeste. Son fils Joseph-Eugène lui succéda. Les rapports le concernant mettent l’accent sur son engagement personnel, et le dénoncent comme imprimeur de chansons républicaines et de pamphlets : « appartient au parti républicain », « a de tout temps prêté ses presses aux ennemis du gouvernement ». Ce personnage nous permet d’évoquer les premiers imprimeurs de faubourgs populeux de Lyon, dont il fut, avec Théodore Lépagnez, une figure emblématique.

Les imprimeurs des faubourgs : Bajat et Lépagnez

18Tous deux furent les premiers imprimeurs typographes de localités périphériques intégrées à la ville de Lyon en 1852 : la Guillotière et la Croix-Rousse. De fait, des imprimeurs lithographes reçurent avant eux des brevets pour ces quartiers. À la Guillotière, cinq imprimeurs dont un seul typographe (Henri-François Aurouze) obtinrent des brevets dans les années 1830. Leur activité fut sans doute limitée et nous n’avons aucune trace d’une impression d’Aurouze. À vrai dire, il n’est pas certain qu’ils aient utilisé les brevets obtenus. À la Croix-Rousse, un brevet de lithographe avait été accordé dès 1831 à Anthelme-Marie Corbary, qui fut remplacé en 1853 par Charles Morand. En 1833, un deuxième brevet de lithographe avait été donné à Antoine Treille, qui en reprit un autre à Lyon dès 1836. À la Guillotière comme à la Croix-Rousse, les brevets de typographe accordés respectivement à Jean Bajat et Théodore Lépagnez le furent sur les instances pressantes des municipalités concernées. Les deux ateliers se sont déplacés à plusieurs reprises dans leurs quartiers respectifs.

  • 18 Élodie Extier, Les imprimeurs-libraires de la Guillotière et de la Croix-Rousse…, ouvr. cité.

19Tous deux eurent une production assez comparable dans ses grandes lignes, bien que d’ampleur différente. Tous deux eurent un engagement politique républicain. Tous deux sont demeurés des noms jusqu’à ce que la récente étude d’Élodie Extier18, à laquelle les pages qui suivent doivent beaucoup, ne les tire de leur anonymat. Il convient donc de les présenter.

20Jean-Marcellin Bajat naquit le 3 fructidor an IV (20 août 1796) à La Frette, une commune de l’Isère. Il était le fils d’un rôtisseur, Jean Bajat, et de Marcelle Chevalier son épouse. Il figure en 1824 sur un état du personnel de l’imprimerie Périsse, implantée 33, grande rue Mercière, sous la mention suivante : « Bajat, Jean-Marcellin, 25 ans, pressier de Grenoble » (AD Rhône, 2 T 27). À la même date, l’imprimeur Antoine Brunet, installé 4, rue de la place Saint-Jean, employait un autre Bajat, peut-être son frère cadet : « Bajat César-Antoine, 22 ans, pressier de Grenoble ».

21Lors de l’enquête consécutive à sa demande de brevet (13 septembre 1831), il résidait 9, rue Boissat à Lyon, puis déménagea très vite à la Guillotière. Il obtint un brevet de libraire, pour cette commune, le 3 octobre 1831, puis un brevet d’imprimeur en lettres le 7 octobre suivant. Il céda son brevet d’imprimeur typographe à son fils Joseph-Eugène le 10 octobre 1853. Ce dernier y adjoignit un brevet de lithographe le 17 juillet 1854. Il faisait rouler trois presses en 1854. Son atelier était installé 9, cours des Brosses, mais il fit faillite en 1860. Jean-Marcellin avait conservé son brevet de libraire. Il ne l’abandonna à Jean-Marie Dalérie que le 15 juin 1860. Il mourut rue Montesquieu à Lyon le 13 avril 1861, dans l’indigence. Il figure comme créancier de son fils pour deux années de pension.

  • 19 Danièle Ducout, Jacky Theurot, Michel Vernus, Le livre en Franche-Comté, Cahiers dolois, 1984, p. 1 (...)
  • 20 Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel, ms 1174, f. 130-286, 79 lettres de 1777 à 1785 (...)
  • 21 AD Rhône, 2 T 34.

22Enée Melchior Théodore Lépagnez, le premier imprimeur typographe de la Guillotère, et l’imprimeur de la seconde série de L’Écho de la fabrique, était franc-comtois et issu d’une famille d’imprimeurs. Il naquit le 17 brumaire an XI (8 novembre 1802) à Vesoul d’un imprimeur local, Jean-Étienne, et de Suzanne Adélaïde Pierrette Fonclause. Sa famille était connue dans le petit monde du livre franc-comtois. Un Jean-François Lépagnez (son frère aîné ?) reçut un brevet de libraire à Vesoul en 1817. Une Anne-Benoîte Dénéria veuve Lépagnez eut un brevet de libraire à Besançon sous la Restauration. La famille s’était implantée dans cette ville au XVIIIe siècle19, et on connaît un Dominique Lépagnez, dit le Cadet, qui, imprimeur-libraire, y créa un cabinet de lecture, et correspondit avec la Société typographique de Neuchâtel20 pour laquelle il aurait placé 390 souscriptions à l’Encyclopédie in-quarto. Le dossier de demande de brevet de Théodore Lépagnez nous éclaire un peu sur son itinéraire.21 Une lettre du maire de la Croix-Rousse au ministre de l’Intérieur, non datée, indique : « Monsieur Lépagnez, qui depuis la fondation du journal Le Courrier de Lyon, dirige l’établissement où on l’imprime, est un homme capable autant qu’il est prudent et consciencieux. » Une autre lettre de mars 1839, dont le scripteur demeure anonyme ajoute : « M. Lépagnez, gérant avec succès depuis plusieurs années l’imprimerie Rosary […] s’est décidé, afin de donner plus d’aisance à sa mère âgée et à sa nombreuse famille, d’employer ses connaissances spéciales et ses intérêts à établir une imprimerie à la Croix-Rousse. » Le quotidien Le Courrier de Lyon s’adressait à la bourgeoisie conservatrice. Il paraissait depuis 1831 sur les presses de Gabriel Rossary, imprimeur installé rue Saint-Dominique depuis 1827. Lépagnez devait tenir un grand rôle dans cet atelier, puisqu’il ferma dès que celui-ci eut obtenu ses brevets d’imprimeur en lettres et lithographe, le 19 mars 1839.

23Premier imprimeur de la Croix-Rousse, il fut imprimeur officiel de cette commune jusqu’en 1850. Il s’établit 12, grande rue de la Croix-Rousse, puis déménagea en 1851 petite rue de Cuire. La tradition assure, sans preuve jusqu’ici, qu’il aurait appartenu à la Charbonnerie. En 1854, il faisait rouler deux presses et travailler quatre ouvriers, ce qui en faisait un atelier très petit. Les autorités le considéraient comme « mettant habituellement ses presses au service des idées et des passions démagogiques ». En 1844, une amende pour délit de librairie donna lieu à des quêtes en sa faveur chez les ouvriers de Lyon.

24Il mourut le 12 janvier 1865, 10, petite rue de Cuire à Lyon (Croix-Rousse). Sa veuve, Jacqueline Bottano reprit l’atelier, et obtint les deux brevets de son mari le 4 mai 1865. Elle dirigea l’affaire avec le fils aîné jusqu’en 1872. La succession de Théodore Lépagnez montait à 5140 francs. Il ne possédait aucun immeuble, pas même les murs de son atelier. Il laissait un fils majeur, trois filles mariées, et deux garçons jumeaux mineurs. En vertu de son contrat de mariage, signé en 1826, sa veuve n’héritait que d’un quart de la fortune du couple, l’essentiel allant aux enfants.

  • 22 AD Rhône, 2 T 4. Sur l’importance des chansons comme vecteur de propagande politique, voir Luc Cour (...)

25Élodie Extier a pu reconstituer la production imprimée de Bajat et de Lépagnez, par les déclarations préalables d’impression, alors obligatoires, d’une part, et par le dépôt légal d’autre part. Elles montent à 537 pour Bajat, et 1500 pour Lépagnez. En revanche, les tirages moyens sont plus importants chez Bajat (un millier d’exemplaires en moyenne) que chez Lépagnez (750 exemplaires en moyenne). Leur production est assez comparable : peu de véritables livres, des textes religieux (tous sauf un protestant chez Lépagnez), des publications multiples et alimentaires (travaux de ville, affiches, brochures…), des périodiques à la durée de vie souvent courte, et des chansons. Ce dernier type d’impression, toujours susceptible d’être séditieux, était particulièrement surveillé par les autorités. Bajat père publia des chansons républicaines dans les années 1840, cinq autres furent saisies chez son fils sous le Second Empire, et une chez Lépagnez.22 Les deux imprimeurs s’impliquèrent dans la publication de textes politiques. Bajat semble en être davantage resté au niveau national, tandis que les publications de Lépagnez s’ancraient davantage dans les problèmes sociaux (secours mutualistes) et locaux. Ainsi, de juillet 1840 à septembre 1841, Lépagnez publia-t-il deux fois par mois L’Écho des ouvriers, journal des intérêts de la fabrique et des chefs d’atelier. Comme on le sait, il imprima aussi, deux fois par mois de 1841 à 1845, une nouvelle édition de L’Écho de la fabrique : littérature, beaux-arts, théâtre, nouvelles, variétés, annonces diverses, dont Louison était le propriétaire-gérant. Ce journal reprenait des éléments de L’Écho de la fabrique (1831-1834), de L’Écho des travailleurs (1833-1834), et de la Tribune prolétaire (1834-1835).

  • 23 Archives municipales de Lyon, L2 60 a.

26Comme leurs confrères, les deux imprimeurs furent l’objet d’une étroite surveillance. Le 27 septembre 1859, Joseph-Eugène Bajat, le fils, était ainsi désigné : « imprimeur, ennemi du gouvernement, républicain ». Un autre rapport, conservé dans le même dossier23, mais remontant au 26 janvier 1859, était même plus accablant :

Le sieur Joseph Eugène Bajat, âgé de 36 ans, né à Lyon, imprimeur en lettres, demeurant cours de Brosses, n° 9, est veuf et père de famille de deux enfants en bas âge. Bajat ne jouit pas d’une grande considération sous le rapport de la moralité ; on lui reproche de vivre […] avec sa fille de service et il a couru sur le compte de cette dernière certains bruits au sujet de sa grossesse qui ne l’accusaient rien moins que d’avortement […] Sous les rapports politiques, il est connu pour être un républicain. Bajat est cependant incapable de concevoir aucun projet hostile au gouvernement, mais c’est un homme très vénal et qui pour de l’argent mettrait ses presses à la disposition de tous les partis […].

  • 24 AD Rhône, 4 M 450.
  • 25 AD Rhône, 2 T 58.

27Pour sa part, Lépagnez était surveillé pour l’impression de périodiques, dont Le Travail et L’Écho de la fabrique.24 Il avait fait deux déclarations préalables d’impression pour L’Écho de la fabrique le 16 septembre 1841, et le 28 décembre 1844.25 Le 6 octobre 1844, le procureur du roi avait écrit au préfet du Rhône pour intensifier la surveillance de cette feuille, qui de plus en plus fréquemment abordait des thèmes politiques.

  • 26 Ibid.

28Le 12 avril 1845, Lépagnez faisait une déclaration d’impression pour un nouveau périodique, La Tribune lyonnaise, créé par le rédacteur en chef de L’Écho de la fabrique, qui abandonnait ce journal. La nouvelle publication était un mensuel diffusant des idées fouriéristes et communistes.26

  • 27 AD Rhône, 4 M 450.
  • 28 BM Lyon, ANCIEN MADPER 5671.

29Le cas du Travail, organe de la rénovation sociale est davantage documenté.27 Théodore Lépagnez fit une déclaration d’impression pour le prospectus le 24 avril 1841, et une autre pour le journal le 11 juin. Nous savons que le tirage des premiers numéros fut de cinq cents exemplaires, soit deux feuilles in-quarto, pour un nombre d’abonnés compris entre cent cinquante et deux cents. La publication eut une durée de vie très courte, puisque la bibliothèque municipale de Lyon n’en conserve que trois numéros, de juin à septembre 1841.28 Il est vrai qu’on avait pris, dès le début, les choses en main en haut lieu.

30Dès le 7 mai 1841, le ministre de l’Intérieur écrivait au préfet du Rhône :

Je reçois […] un exemplaire du prospectus d’un journal mensuel intitulé Le Travail et qui doit prochainement paraître à Lyon. Ce prospectus est imprimé chez Th. Lépagnez, grande rue, 12, à la Croix-Rousse […]. J’ai lieu de croire […] qu’il y a identité entre le journal Le Travail et celui dont […] vous m’annonciez la prochaine apparition sous le titre l’Atelier lyonnais. Les principes politiques et industriels sont les mêmes, ce sont ceux que la secte des communistes avoue. Je vous invite à faire examiner avec un soin tout particulier les articles que ce journal publiera, et à les signaler au parquet chaque fois qu’ils vous paraitront contenir des attaques contre la propriété et l’ordre social, ou contre les lois du Royaume […].

31Le 3 août suivant, après avoir pris connaissance du numéro 2 de la publication, le procureur du roi écrivait au préfet :

Je n’ai pas hésité à penser que l’article intitulé Pourquoi sommes-nous communistes, qui remplit les premières colonnes de cette feuille, nécessitait des poursuites. Je vois du danger dans la constitution du journal autant que dans les idées subversives à la propagation desquelles il se voue […]. Ce danger mérite d’autant plus de fixer l’attention de l’autorité que Le Travail, comme […] ses premiers numéros le démontrent, tend à un but révolutionnaire qui s’accomplirait par la destruction de la propriété et le changement des conditions de travail et que sa tactique, pour atteindre ce but, consiste évidemment à soulever dans notre ville les passions d’une nombreuse population ouvrière contre tous les chefs d’industrie […]. Qu’aucune tolérance ne soit accordée à un pareil journal et que le numéro dont j’ai l’honneur de vous entretenir soit immédiatement poursuivi […]. M. le Procureur Général désire être fixé sur le degré réel de publicité qu’aurait le journal Le Travail. Dans ce but, je viens vous prier […] de vouloir bien me faire parvenir les renseignements qui seraient en votre pouvoir sur l’importance qu’aurait à vos yeux, du point de vue de l’ordre public, sa publication […].

32Ce à quoi le préfet répondait : « Si donc on peut diriger une poursuite judiciaire contre le journal Le Travail, on aurait fait, je crois, une chose utile à l’ordre public. »

33Le fin mot de l’histoire revenait au sous-secrétaire d’État à l’Intérieur qui écrivait au préfet du Rhône, le 20 octobre 1841 :

… cette feuille a attaqué, à plusieurs reprises, la propriété en la dénonçant comme la cause de tous les vices qui rongent la société. Ses doléances sur la situation misérable de la classe ouvrière, sa critique acerbe des actes du Gouvernement et l’extrême modicité de son prix font de ce journal une publication véritablement dangereuse.

34Elle avait cessé de paraître avec le troisième numéro, celui de septembre !

*

  • 29 Dominique Varry, « D’une revue l’autre. Imprimeurs et érudits lyonnais du XIXe siècle », Gryphe, re (...)

35Imprimer et publier dans la France des années 1810-1870 était sans doute beaucoup plus difficile et risqué qu’à certaines époques antérieures et postérieures. La surveillance était stricte et efficace. Avoir une production idéologiquement marquée ne pouvait qu’attirer la suspicion. Tel fut le lot de nombreux imprimeurs du temps. Rappelons qu’à Lyon un Léon Boitel (1806-1855) s’attira des ennuis pour ses idées républicaines, qu’un Claude-Théodore Pitrat (1786-1868) fut condamné à quinze mois de prison en 1833 pour délit de presse… Encore ne s’agit-il que de quelques exemples pris parmi les professionnels les plus en vue et les plus respectés.29 Il n’est donc pas surprenant que la carrière de Hyacinthe Charvin, l’imprimeur de L’Écho de la fabrique première manière ait été assez courte : treize ans. La durée de vie de ce genre de publication ne pouvait qu’être brève. Leur imprimeur était, par la force des choses, contraint d’une part à multiplier les titres successifs au gré des interdictions, et d’autre part à imprimer du tout-venant plus anodin. La carrière de Jérôme Perret fut abrégée par un décès brutal. Il y a fort à parier que, sans la maladie, elle aurait vite connu des limites. Seuls les Boursy père et fils, Bajat et Lépagnez ont eu une durée d’exercice assez longue, mais non sans accrocs, comptant essentiellement sur les travaux de ville pour assurer le quotidien de leurs ateliers respectifs, mais non leur fortune. Là encore, il n’est pas anodin que deux des imprimeurs les plus marqués politiquement aient été les précurseurs de leur art dans les faubourgs populeux et ouvriers de la Guillotière et de la Croix-Rousse.

Notes

1 Jean-Baptiste Monfalcon, Manuel du bibliophile et de l’archéologue lyonnais, Paris, A. Delahaye, 1857, p. xl.

2 Dominique Varry, « L’imprimerie à Lyon au XIXe siècle », L’esprit d’un siècle : Lyon 1800-1914, catalogue des expositions organisées par la ville de Lyon (avril-juillet 2007), Lyon, Éditions Fage et Ville de Lyon, 2007, p. 262-277.

3 Claude Savart, Les catholiques en France au XIXe siècle. Le témoignage du livre religieux, Paris, Beauchesne, 1985. D’après la Bibliographie de la France, que cet auteur a dépouillée pour les années 1851-1870, le trio de tête des éditeurs catholiques français ayant publié des ouvrages religieux s’établissait comme suit : Périsse de Lyon 1895 titres, Mame de Tours 1 624 titres, Pélagaud de Lyon 1 418 titres.

4 Laurent Guillo, Louis-Benoît Perrin et Alfred-Louis Perrin, imprimeurs à Lyon (1823-1863-1883), diplôme supérieur de bibliothécaire, Villeurbanne, ENSB, 1986 ; Louis Perrin ou l’art du livre à Lyon au XIXe siècle, Lyon, musée de l’Imprimerie, 1987 ; Jean-Baptiste Monfalcon, Étude sur Louis Perrin, imprimeur lyonnais, édition établie par Laurent Guillo, Paris, Éditions des Cendres, 1994 ; René Ponot, Louis Perrin & l’énigme des Augustaux, Paris, Éditions des Cendres, 1994.

5 Jean Etèvenaux, Bicentenaire des Ets A. Rey éditeur imprimeur avec douze peintres lyonnais, Lyon, Rey, 1991.

6 Jeremy Popkin, Press, Revolution, and Social Identity in France, 1830-1835, University Park (PA), Penn State Press, 2002.

7 Bruno Béguet, L’imprimerie et la librairie à Lyon (1800-1850), diplôme supérieur de bibliothécaire, Villeurbanne, ENSB, 1986 ; Gaëlle Bidart et Sabine Pommaret, Imprimeries conservées, imprimeries supprimées : Lyon et le Rhône, 1809-1811, mémoire de recherche, Villeurbanne, Enssib, 2001.

8 Nathalie Lacroix, Les imprimeurs lyonnais 1870-1900, mémoire de DEA, Villeurbanne, ENSB, 1991.

9 Aurélie Darbour, Clémence Joste, Céline Lèbre, Anne-Laure Mennessier, « Emmanuel Vitte, le dernier des libraires catholiques lyonnais ? », Lyon et les livres, Dominique Varry éd., Histoire et civilisation du livre : revue internationale, n° 2, 2006, p. 213-227.

10 Aimé Vingtrinier, Histoire de l’imprimerie à Lyon, des origines à nos jours, Lyon, Adrien Storck, 1894.

11 Dominique Varry, « L’imprimerie et la librairie à Lyon au XIXe siècle », Le commerce de la librairie en France au XIXe siècle 1789-1914, Jean-Yves Mollier éd., Paris, IMEC Éditions et Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997, p. 61-69.

12 Élodie Extier, Les imprimeurs-libraires de la Guillotière et de la Croix-Rousse au XIXe siècle : l’exemple de Bajat et de Lépagnez, mémoire de master 1 « Cultures de l’écrit et de l’image », Villeurbanne, Enssib, 2008.

13 Bruno Béguet, L’imprimerie et la librairie à Lyon (1800-1850), ouvr. cité.

14 http://www.imprimerie.lyon;fr/imprimerie/sections/fr/documentation/somme_typographique.

15 Archives départementales du Rhône, T 310.

16 Élodie Extier, Les imprimeurs-libraires de la Guillotière et de la Croix-Rousse…, ouvr. cité.

17 BNF, R 28251 ; Arsenal, MS-7861 (196) ; BNU Strasbourg, G 105 009.

18 Élodie Extier, Les imprimeurs-libraires de la Guillotière et de la Croix-Rousse…, ouvr. cité.

19 Danièle Ducout, Jacky Theurot, Michel Vernus, Le livre en Franche-Comté, Cahiers dolois, 1984, p. 109-113.

20 Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel, ms 1174, f. 130-286, 79 lettres de 1777 à 1785 et un catalogue de 1781.

21 AD Rhône, 2 T 34.

22 AD Rhône, 2 T 4. Sur l’importance des chansons comme vecteur de propagande politique, voir Luc Courtaux, La parole ouvrière : expression et diffusion de la revendication sociale à Lyon, de 1830 à 1871, Villeurbanne, DEA, ENSB, 1991, 2 volumes.

23 Archives municipales de Lyon, L2 60 a.

24 AD Rhône, 4 M 450.

25 AD Rhône, 2 T 58.

26 Ibid.

27 AD Rhône, 4 M 450.

28 BM Lyon, ANCIEN MADPER 5671.

29 Dominique Varry, « D’une revue l’autre. Imprimeurs et érudits lyonnais du XIXe siècle », Gryphe, revue de la bibliothèque de Lyon, n° 17, septembre 2007, p. 4-9.

Auteur

Professeur à l’ENSSIB

© ENS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540