Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Écho de la fabrique

 | 
Ludovic Frobert

Labels ouvriers dans le journal des canuts. Approche lexicométrique

Maurice Tournier

Note de l’éditeur

Favorable à une simplification raisonnable de l’orthographe, l’auteur applique dans ses publications plusieurs rectifications préconisées par le Conseil supérieur de la langue française et recommandées par l’Académie (sauf pour les citations extraites de textes d’époque).

Texte intégral

  • 1 Sur ces deux aspects, le mot canut, de tradition orale populaire, et la recherche par les tisseurs (...)

1Comment les gens de métier se nomment-ils et nomment-ils leurs vis-à-vis ? Ce problème est central dans les affrontements lyonnais sur le tarif, les mercuriales, les prudhommes, la presse, l’association et autres droits, que relate L’Écho de la fabrique, témoin majeur, côté ouvrier, de la période 1831-1834. Il est d’autant plus central que le vocabulaire désignatif et dénominatif, loin de paraitre stable, donne plutôt l’impression d’une évolution des labels en usage, accompagnant les querelles sociales et politiques. Les « canuts » – puisque tel est le nom (parfois péjoratif dans les années 1830) dont l’histoire a marqué leurs révoltes – ne cherchent-ils pas, au cours de cette période, à s’inventer de nouveaux labels qui leur permettraient de cerner leur condition plus justement que les anciens, sans trouver l’accord qui les classerait à une place fixe au sein de la fabrique lyonnaise et des relations de travail ?1 Car les places bougent. On sait aussi que, dans le long cours de l’histoire, du XVIe au XIXe siècle, les rapports entre les hommes ont changé et que les mots ne cessent d’en mener ou marquer les changements.

2Examiner le vocabulaire de L’Écho de la fabrique du point de vue statistique permettra-t-il de montrer sur pièces la variation, ou la constance d’emploi, des usages et des labels ? Plusieurs précautions sont à prendre dans la constitution d’un corpus représentatif à la fois de cette question et du vocabulaire canut : ne garder, des livraisons de L’Écho, que ce qui fait partie du discours propre aux rédacteurs et aux proches du journal (textes signés ou attribuables et textes anonymes), amener ces textes à la lecture systématique des mots par l’ordinateur (régler les problèmes posés par les vraies et fausses ponctuations, vrais et faux traits d’union, majuscules, apostrophes, indiciations, appels de note accolés…), sélectionner un échantillon représentatif de l’évolution postulée du vocabulaire de L’Écho. Mon choix s’est porté sur 26 livraisons du journal, en deux parties homogènes et comparables : 13 prises au début de la publication (du numéro 0 de lancement au 12 inclus) et les 13 dernières (du numéro 156 au 168). On voit que l’une et l’autre de ces parties incluent sans trop déborder les moments cruciaux des deux révoltes. Le corpus total, partitionnable soit en deux périodes couvrant les évènements de 1831 et de 1834, soit selon les 26 numéros, soit plutôt en 12 regroupements chronologiques mieux équilibrés, compte presque 140 000 occurrences (voir ci-dessous le tableau des quantités).

  • 2 Pierre Lafon, « Sur la variabilité de la fréquence des formes dans un corpus », Mots, vol. 1, octob (...)
  • 3 EA2290 Syled, Outils de statistique textuelle, Lexico 3, Université de la Sorbonne nouvelle - Paris (...)

3La recherche utilisera comme matériau d’inventaire les fréquences et les co-fréquences immédiates des formes graphiques de ces textes, soumises à une procédure de la probabilisation, qui détermine la « spécificité » d’emploi de chaque mot et de chaque groupe de mots.2 Les premiers programmes en ont été élaborés, dans l’ancien Laboratoire de lexicométrie politique de Saint-Cloud, par Pierre Lafon, l’initiateur de la méthode, et par André Salem et son équipe, auxquels nous avons emprunté les logiciels développés à Saint-Cloud puis à l’université Paris 3 (Lexico 1 pour Mac et surtout Lexico 3 pour PC).3

De la mise en chiffres à la mise en questions

  • 4 Notation exponentielle : E rend compte d’un exposant négatif. Exemples : 5E02 = 5-2 = 0,05/1 = 5 % (...)

4Le premier intérêt de la lexicométrie est de signaler tout évènement quantitatif qui déroge au jeu de la « bonne » répartition et de mesurer l’écart entre le modèle et l’évènement en procédant à des tris et classements en probabilité. Toute fréquence de partie dotée d’une probabilité de 1 % à 9 % (notée E02)4 et d’avantage situera, par définition de recherche, son emploi dans la zone dite « banale ». En revanche, dans le cadre de cette étude, une probabilisation inférieure à 1 % (notée entre E03 et E38) permettra de mettre en relief automatiquement telle fréquence mathématiquement inattendue. Une probabilisation de l’ordre du milliardième (notée E09) ou plus minime encore signalera les cas exceptionnels, donc les plus « spécifiques », en plus ou en moins, au sous-ensemble concerné. Voici le tableau de la partition en deux (1831-1834) et celui des premiers mots spécifiques en suremploi (notés +) et en sous-emploi (notés -), à probabilité < 1 % dans chaque partie, pour les 300 formes à plus forte fréquence du corpus (notée F).

Corpus

Nombre des occurrences

Nombre des formes

137 261

12 820

période 1831

68 075

8539

période 1834

69196

8623

5Spécificités (à F > 45, prob. < 1 % (E03)

1831

1834

Rang

Forme

F

f prob.

f prob.

2

et

3628

1683 - E05

1945 + E05

5

le

2844

1483 + E03

1361 - E03

6

les

2793

1551 + E11

1242- E11

7

l

2559

1180 - E04

1379 + E04

9

des

1882

1012 + E04

870 - E04

11

nous

1735

715 - E13

1020 + E13

15

qu

1396

646 - E03

750 + E03

21

ne

1056

573 + E03

483 - E03

24

par

940

508 + E03

432 - E03

25

ce

890

390 - E04

500 + E04

29

se

691

387 + E04

304 - E04

30

on

643

368 + E05

275 - E05

42

mais

477

197 - E04

280 + E04

43

ouvriers

448

336 + E28

112 - E28

44

notre

428

182 - E03

246 + E03

45

si

426

172 - E05

254 + E05

52

elle

361

129 - E08

232 + E08

57

bien

347

119 - E09

228 + E09

58

comme

335

140 - E03

195 + E03

61

c

298

126 - E03

172 + E03

62

était

294

184 + E06

110 - E06

71

Lyon

234

149 + E06

85 - E06

73

point

230

170 + E14

60 - E14

76

sieur

221

188 + E28

33 - E28

79

ouvrier

202

134 + E06

68 - E06

82

prix

188

133 + E09

55 - E09

84

dit

184

110 + E03

74 - E03

86

aussi

179

69 - E03

110 + E03

8

quelques

177

122 + E07

55 - E07

92

168

101 + E03

67 - E03

95

aujourd'hui

164

51 - E06

113 + E06

98

atelier

151

51 - E05

100 + E05

99

tarif

151

146 + E38

5 - E38

100

peuple

148

32 - E12

116 + E12

104

alors

135

51 - E03

84 + E03

105

étaient

135

97 + E07

97 + E07

108

négocians

132

97 + E07

38 - E07

113

journal

123

44 - E03

79 + E03

114

ville

123

96 + E11

27 - E11

115

fut

122

80 + E04

42 - E04

116

loi

122

23 - E12

99 + E12

119

avaient

116

84 + E07

32 - E07

120

jours

116

75 + E04

41- E04

121

travail

116

40 - E04

76 + E04

127

fabrique

109

72 + E04

37 - E04

1831

1834

Rang

Forme

F

f prob.

f prob.

128

classe

108

73 + E04

35 - E04

129

soit

107

36 - E04

71 + E04

131

commerce

106

91 + E15

15 - E15

137

chefs

101

74 + E06

27 - E06

139

misère

101

66 + E03

35 - E03

141

depuis

98

65 + E04

33 - E04

143

association

97

11 - E15

86 + E15

145

travailleurs

97

4 - E23

93 + E23

148

faut

94

34 - E03

60 + E03

152

monsieur

91

31 - E03

60 + E03

161

ai

85

26 - E04

59 + E04

162

droit

84

25 - E04

59 + E04

163

lettre

84

20 - E06

64 + E06

180

novembre

77

53 + E04

24 - E04

194

mieux

71

23 - E03

48 + E03

195

négociant

71

63 + E12

8 - E12

198

ateliers

69

58 + E09

11 - E09

200

courrier

69

14 - E07

55 + E07

204

droits

68

14 - E07

54 + E07

205

maintenant

68

18 - E05

50 + E05

208

place

67

44 + E03

23 - E03

213

soie

65

54 + E08

11 - E08

222

ait

62

20 - E03

42 + E03

223

ouvrage

62

41 + E03

21 - E03

225

préfet

62

52 + E08

10 - E08

226

pendant

61

40 + E03

21 - E03

228

rédacteur

61

16 - E04

45 + E04

236

lecteurs

58

11 - E06

47 + E06

238

pourquoi

58

19 - E03

39 + E03

240

devant

57

15 - E04

42 + E04

242

métier

56

17 - E03

39 + E03

246

heures

55

40 + E04

15 - E04

247

malheureux

55

42 + E05

13 - E05

248

mille

55

37 + E03

18 - E03

249

quelque

55

16 - E03

39 + E03

258

pièce

53

41 + E05

12 - E05

268

puis

51

4 - E10

47 + E10

274

mutuellistes

50

0 - E15

50 + E15

276

ouvrière

50

34 + E03

16 - E03

281

indemnité

48

8 - E06

40 + E06

283

question

48

12 - E04

36 + E04

289

quel

47

32 + E03

15 - E03

291

sort

47

33 + E03

14 - E03

298

liberté

46

13 - E03

33 + E03

300

veut

46

12 - E04

34 + E04

6Quelques observations d’abord sur cette liste, restreinte aux hautes fréquences les plus spécifiques. La comparaison se faisant ici entre deux sous-ensembles seulement, ce que l’on constate de positif dans l’un se retrouve dans l’autre en négatif et inversement, avec la même probabilité. Les formes d’emploi « banal » (à probabilité ≥ 1 %), automatiquement exclues de cette liste, constituent une bonne part des hautes fréquences ; ce sont pour la plupart des outils grammaticaux : de, la, à, que, d’, qui, il, un, etc. Rien de remarquable en cela, à l’exception des pluriels des, les significativement plus fréquents en 1831 qu’en 1834 et de nous, extrêmement spécifique en positif de 1834. L’écart entre les emplois est assez patent pour qu’on puisse imaginer un glissement d’une troisième personne (les/des ouvriers) à une personnalisation plus ample du discours signalée par nous et notre.

7L’observation la plus importante concerne les noms dont la fréquence f est assortie d’une probabilité de l’ordre du milliardième (E09) ou inférieure : ouvriers, sieur, prix, tarif, peuple, négocians, ville, loi, commerce, travailleurs, association, négociant, ateliers, mutuellistes. L’ordinateur éveille notre attention sur ces 14 formes, qu’elles caractérisent le discours de 1831 pour ouvriers, sieur, prix, tarif, négocians, ville, commerce, négociant, ateliers ou qu’elles soient spécifiques à 1834 pour peuple, loi, travailleurs, association, mutuellistes. On relève, plus bas dans la liste des fréquences mais toujours à une probabilité avoisinant le milliardième, pour 1831 : mouchoirs (31/0), schals (23/4), délégués (23/4), étoffes (35/7), le segment chefs d’atelier au pluriel (46/0 à E15). À des probabilités moins infimes, cette impression d’une thématique majoritaire se renforce, avec : fabrique (72/37) et fabriques (14/2), classe (73/35), soie (54/11), préfet (52/10), etc. À une probabilité d’apparition à peine plus forte, la récolte va dans le même sens avec : main-d’œuvre (12/0), mercuriale, magasin, manufactures, misère, détresse, égoïsme, égoïstes, population, philantropes, frères, soies, soierie, des noms de lieux comme Lyon (150/86), Croix-Rousse (27/8), Angleterre, Naples, Zurich et des segments comme la classe ouvrière (29/7), classe industrielle (ou industrieuse) (10/0), au tarif (26/0), ouvriers de Lyon (22/2), étoffes de soie (20/4), maître(s)-ouvrier(s) (13/0), exécution du tarif (7/0), chefs ou maisons de commerce, etc. Notons que le nom le plus spécifique de tous, en positif pour 1831 et en négatif pour 1834, est le mot tarif (146/5), suivi par sieur, ouvriers et négocians, tous extrêmement suremployés dans une première période fortement centrée sur ces mots-clés. La thématique qui se dégage de cet ensemble de constats n’est autre que ce qui fait le centre de la crise d’avril 1831 : le conflit ouvriers contre négocians au sujet des prix des façons (14/2). Les mots vivent en grappes dans le discours. Il existe bien ici une grappe majeure. Des graphiques nous le montreront.

  • 5 Ainsi, 2 544 mutuellistes signent une protestation « contre la loi liberticide des associations », (...)

8En 1834, cette thématique, bien que présente (le segment chef d’atelier tout au singulier est « banal » dans le corpus et celui de chefs d’atelier, plus rare, spécifique), fait place à de nombreux et divers intrus : nous, peuple, loi, travailleurs, mutuellistes, association, associations (1/33 à E09)5, comparaître (2/42 à E11), suivis de ferrandiniers (0/16), travail (40/76), travailleur (1/14), femmes (1/20), femme (10/32), fille (2/23), sans oublier elle et elles, ainsi qu’à tout un vocabulaire politique : droits (14/54) et droit (25/59), législateurs (0/11), coalitions (0/18) et coalition (0/13), roi (8/24), crieurs (1/17), journal (44/79), républicains (0/13) et républicain (0/10), police, audience, échos de thématiques associationnistes, juridiques et politiques, que viennent renforcer indemnité, liberté, humanité, citoyens, lois, procès, une discussion sur la question de l’ apprentissage (4/20), avec apprenti et apprentie, certaines insistance sur le présent immédiat : aujourd’hui (51/113), maintenant (18/50), et des segments tels que : procureur du roi (0/15), classe (ou famille) des travailleurs (0/12), classes travailleuses (0/7), loi contre (0/9), Courrier de Lyon (8/35)… Les formes les plus spécifiques pour 1834 sont travailleurs, peuple, association et mutuellistes, mais à un moindre degré que celles de 1831.

9Dans la zone définie comme « banale », plusieurs termes semblent échapper aux antagonismes sociaux, y compris celui qui tourne autour du tarif et des mercuriales ; il est même étonnant de trouver là des formes non spécifiques (à probabilité ≥ 5 %) comme : fabricans (49/40) et fabricant (19/30), prud’hommes (44/40), maîtres (40/29) et maître (27/42), fabrication, industrie, industriel, industrielle, métiers, société, France, justice, paix (31/31), guerre, Écho (23/23), cité, pays, autorité, intérêts, intérêt, débat, décret, Précurseur (12/12), citoyen, compagnon (s) (6/6).

  • 6 Les gérants et rédacteurs en chef, entre 1831 à 1833, en particulier le tulliste instituteur Antoin (...)

10Des tris automatiques sont ainsi pratiqués, au niveau des formes textuelles, mettant en évidence, malgré d’inattendus mots de base, un fort contraste lexical entre les deux périodes. Est-ce la langue qui bougerait, dans le court espace de deux ans et demi ? Plusieurs cas de décalages statistiquement perceptibles pourraient nous amener à poser la question d’une évolution d’habitudes linguistiques entre 1831 et 1834. On constate, par exemple, que la négation en point (170/60) ou en pas (334/393) présente une rupture avec, pour point, une chute de son usage dans certains segments (32/16), et pour pas une surenchère au sein des mêmes entourages (52/84). Un contraste des emplois est également flagrant, pour désigner des individus, entre sieur (188/33) ou sieurs (10/1) très suremployés en 1831 et Monsieur (31/60) ou m. (226/275) un peu plus fréquents en 1834 ; à un moindre degré il en est de même pour dame et mme : ce sont, pour une bonne part, les comptes rendus des audiences du conseil des prudhommes qui changent, dans ce domaine, de lexique. On constate aussi qu’un adverbe très séparé de l’adjectif n’apparait que tardivement (0/43) : archaïsme d’un côté, modernisation de l’autre ? Et que dire des auxiliaires, à l’imparfait et surtout au passé simple, en net surcroit en 1831 ? Parlons donc plutôt d’un léger bougé du style, dans le récit de l’évènement : la disparition du segment ne fut point (7/0) pourrait symboliser ce type de mise à jour lexicale. Ce pourrait être une marque d’auteur, voire d’équipe rédactrice6, s’il n’y avait pas tant de textes anonymes. On ne peut guère aller plus loin sans sortir de notre sujet.

  • 7 Justin Godard écrit : « Un document nous a transmis le “rôle des très riches tiré du rôle des ouvri (...)

11Notre attention a surtout été attirée par des distorsions de fréquences beaucoup plus profondes : elles se placent au niveau des labels sociaux. Pourquoi ouvriers en 1831 et travailleurs en 1834 ? Pourquoi classe ouvrière en 1831 et peuple en 1834 ? Pourquoi le terme négocians, si important en 1831, est-il si peu repris en 1834, en même temps que s’évanouit la lexie chefs de commerce ? Que viennent faire maîtres et fabricans7 dans la zone d’emploi banal, sans paraitre obéir à l’antagonisme marqué par les termes précédents ? On pourrait aussi s’interroger sur ce nous qui parle à voix de plus en plus forte dans L’Écho. Y aurait-il aussi en 1834, en même temps qu’une ouverture au politique, par le biais des procès pour grève ou pour délit de presse, un recentrage à plusieurs pôles sur des thèmes particuliers de débat (qui ressurgiront en 1848 !) : les prudhommes, la multiplication et l’extension horizontale des associations et du mutuellisme, les droits des femmes, l’apprentissage, les libertés, la République… Vrais ou faux problèmes ? La statistique ayant ainsi éveillé notre curiosité sur ces points, il est temps de quitter le domaine des probabilités pour pénétrer plus avant dans les contextes d’emploi.

De la mise en évidence à la mise en contexte

12Un autre avantage de la recherche sur ordinateur est justement de permettre une visibilité immédiate des oppositions et des regroupements de fréquences, en même temps que l’accès immédiat à tous les endroits d’un texte concernés par une question matérielle simple. Lexico 3 fournit ainsi tous les graphes d’évolution qu’on peut souhaiter. La notion de « grappe thématique » ouvre alors un accès au sens… à condition que l’observateur garde présent à l’esprit que, faisant l’hypothèse d’une évolution du vocabulaire, il pratique à tous moments un raccourci de deux ans dans l’usage des mots. L’ajout d’une barre verticale médiane est là pour rappeler les deux années (de février 1832 à février 1834), dont notre corpus ne rend pas compte. On présuppose donc que les deux moments extrêmes d’un discours à auteurs homogènes sont représentatifs de ses grandes évolutions comme de ses permanences.

13Une première évolution apparait dans la curieuse baisse de fréquence d’ouvriers, chefs (d’atelier ou de commerce) et négocians, qu’accompagnent, nous le verrons, celle d’un vocabulaire de la soie et celle d’un vocabulaire du tarif. En face d’elle, nous observerons l’installation en 1834 de registres divers, autour de peuple, travailleurs, lois et association.

14À la suite de la simple mise en évidence par le graphique 1 de la chute d’occurrences opérée dans L’Écho par le lexique « ouvrier », compensée en partie par une montée de travailleurs, peuple et mutuellistes, le graphique 2 montre, quoique de manière plus complexe, une parenté certaine entre l’évolution des emplois d’ ouvriers et de négocians (et de commerçans mais non de marchands ou de fabricans), que viennent renforcer non seulement leurs singuliers mais le pluriel chefs (qui concerne aussi bien les lieux de la fabrique et des ateliers que du commerce). Ce duo antagonique ne bouge pas seul ; il fait partie d’une grappe statistique qu’illustrent à merveille les graphiques 3 et 4.

Graphique 1. Ouvriers, travailleurs

Graphique 1. Ouvriers, travailleurs

Graphique 2. Ouvriers, négocians

Graphique 2. Ouvriers, négocians

Graphique 3. Soies, étoffes

Graphique 3. Soies, étoffes

Graphique 4. Tarif, prix

Graphique 4. Tarif, prix

15Nous avons regroupé pour le graphique 3 les termes les plus fréquents concernant la soierie et les étoffes : presque tous cantonnent leurs occurrences en première période. L’exception la plus évidente est velours, objet d’une grève des peluchiers et veloutiers dégénérant en une première grève généralisée en février 1834, prélude au procès intenté à treize canuts et un ferrandinier, autour duquel se soudera la résistance ouvrière en avril.

16Le graphique 4 regroupe le vocabulaire du tarif : là aussi s’observe un effondrement de ce registre en 1834, à l’exception de salaire et salaires, terme relativement nouveau en canuserie.

17On le constate : termes du lexique ouvrier, de celui du négoce, de celui de la soie et de celui du tarif fonctionnent – en proximité mais à distance aussi – de conserve pendant la période initiale de L’Écho. Il existe bien entre eux un ensemble de valeurs sémantiques reproductible dans plusieurs contextes. Le label ouvrier y prend sens, tantôt à titre de générique pour « travailleur manuel salarié ou tarifé » (en opposition à négociant), tantôt à titre de doublet de compagnon et d’apprenti au service d’un chef d’atelier. Mais que se passe-t-il dans les labels de la période finale, qui viennent compenser le vide désignatif ?

Graphique 5. Peuple, classe

  • 8 Maurice Tournier, « Le peuple quarantehuitard : un outil de classe », dans M. Tournier, Des mots su (...)

18Ce graphique pose le problème de peuple. On a pu observer en 1848 une opposition très forte entre peuple et ouvrier(s)8, qui obéissent l’un et l’autre à des répartitions irrégulières. Les échantillons, choisis pour représenter soit le discours des politiques (Lamartine, Blanqui et les clubs rouges, Louis Blanc, Hugo), soit le discours populaire (pétitions ouvrières, l’Atelier, Proudhon, les chansons populaires, les grévistes préquarante huitards), mettaient en tête de fréquence les labels sociaux suivants, pour six d’entre eux :

19Mais pour les trois restants :

20Or, que trouvons-nous, dix-sept et quatorze ans auparavant, en tête des labels sociaux : ouvriers en phase initiale et peuple en phase finale. En 1848 la promotion de peuple est manifestement signe de politisation du discours social. En était-il de même dans les années 1830 ? Il ne faut pas aller trop vite dans les conclusions… Observons simplement que peuple en 1834 est plus en décalage qu’en harmonie avec les distinctions de classe(s), avec population, avec le registre ouvrier d’usage en 1831. Les graphiques suivants s’efforcent d’illustrer certaines grappes thématiques pour 1834.

Graphique 6. Travailleur (s), association (s), mutuelliste (s)

  • 9 Sur association, voir Maurice Tournier, « Quand un mot en cache d’autres : le vocabulaire de l’ ass (...)
  • 10 L’association mutuelle des Frères unis regroupait maitres et compagnons (tireurs d’or, guimpiers et (...)
  • 11 Fernand Rude, Les révoltes des canuts, 1831-1834, Paris, Maspero, 1982, p. 115.

21Très parlant est le graphe ascendant de travailleurs. L’époque est à l’association9 et au mutuellisme, label en cours d’extension, qui désignait en 1831 les seuls chefs d’atelier patentés et s’applique en 1834 jusque chez les compagnons dits ferrandiniers (non chefs d’atelier) et bien au-delà de la Fabrique. Fleurissent les fraternités et autres concordes (Unistes en 1833, cordonniers en 1834).10 Certes le pluriel syndics (3 occurrences), remplaçable par délégués ou commissaires, et le terme syndicat (absent de notre échantillon) désignent « l’ensemble des syndics » ; mais, ajoute Fernand Rude, « on est tout près du sens moderne : association professionnelle ouvrière ».11 Toute une maturation de « quasi-syndicalisme » commence à Lyon pendant ces années 1830. Les mots, ici, en traduisent l’émergence… en même temps que la volonté de reconnaissance sociale ou les difficultés juridiques.

Graphique 7. Loi, liberté(s), droit(s)

  • 12 Coalition(s), qui signifie à la fois groupement de « résistance » et grève, est très spécifique de (...)

22Ce graphique 7 présente un autre aspect du vocabulaire de 1834, étatique. Il s’agit de lois, de droits, de législateurs, de rapports à l’État. La négociation, l’exécution de prix minimaux par les soyeux ne parait plus être seule ni même prioritaire ; la revendication est montée d’un cran. Le détail des concordanciers nous apprend qu’il s’agit de liberté de la presse, de droit de coalition12, de réglementation de l’apprentissage, de prudhommes paritaires, d’égalité féminine… et surtout de procès (pour délits de publication et de grève) et de menaces qui pèsent sur les droits acquis. La révolte de 1834 éclate à partir du procès pour coalition fait à des canuts en l’hôtel de Chevrières, d’un rassemblement populaire sans armes devant Saint-Jean, de provocations et d’une intervention militaire toute prête, canons en place aux bastilles tournés vers la ville et ses faubourgs.

Graphique 8. Citoyen(s), républicain(s), roi

  • 13 Le suremploi de patrie (36/6) comme de drapeau (21/4) fait penser à l’attachement que les canuts de (...)
  • 14 En fait, le suremploi du terme roi (13/24) en 1834 est dû au segment procureur du roi (0/15). À l’i (...)

23Une troisième grappe de vocabulaire spécifique de 1834 devrait concerner, d’après les études des historiens, la politisation de la révolte de 1834, plus mobilisée par les « Droits de l’Homme » que par les mutuellistes. Dans L’Écho de la fabrique les termes les plus fréquent ne le confirment guère. Le graphique 8 montre plutôt que l’usage d’un vocabulaire proprement politique dans L’Écho apporte peu d’illustrations à cette thèse. Les termes politiques les plus fréquents du journal des canuts sont, pour la plupart, de répartition « banale » (citoyen(s), France, pays, politique(s), député(s), concitoyens…). Seuls cinq termes à bonne fréquence échappent à cette bande moyenne : d’une part patrie, nom absent de ce graphique, spécifique de la période initiale (36/6)13, d’autre part républicain (cumulant les formes masculines, féminines au singulier et au pluriel, qui vont toutes dans le même sens), liberté(s), droit(s) et roi, spécifique de la phase finale comme s’il y avait là un surajout subit au discours.14 Le rapport à l’État est, en 1834, ressenti d’abord à partir de conflits avec la loi (procès, coalitions, presse, défense des libertés), mais cela pose déjà le problème du régime…

24L’importance d’une bande moyenne nous introduit au vocabulaire jugé « banal », c’est-à-dire assez bien réparti. Nous avions remarqué, dans cette zone, la présence de prud’hommes, maîtres. Quelle répartition dans le temps ?

Graphique 9. Prudhomme (s), maître (s)

Graphique 9. Prudhomme (s), maître (s)
  • 15 Justin Godart, L’ouvrier en soie, ouvr. cité, p. 181.

25La permanence de maîtres et maître tient-elle à une moindre implication du label dans les conflits de 1831 et surtout de 1834, où sa courbe d’emploi fléchit à partir de mars ? Peut-être. Il faut surtout dire que ce label est victime d’un flou désignatif déjà ancien. On s’aperçoit, en parcourant les concordances, que tantôt il prend la signification générale de supérieur et possesseur d’autorité, tantôt il désigne encore le maître-marchand (2 occurrences), distingué du maître-ouvrier (15 occurrences) depuis le règlement de 166715, tantôt il s’oppose au négociant comme au compagnon à titre de second label pour chef d’atelier, tantôt il peut être un « ancien » maître en faillite redevenu compagnon : son trait particulier est la possession non d’un atelier et d’une patente mais de la maitrise. En dehors de l’usage général, qui autorise le flou, le maître peut encore tenir, dans L’Écho de 1834, la place du patron soyeux :

  • 16 Ce texte, intitulé « Des coalitions », n’est pas signé, comme bon nombre d’écrits dus à la rédactio (...)

Quelle est la limite au-delà de laquelle l’ouvrier serait injuste d’exiger du maître la faculté d’entrer avec lui dans le partage des bénéfices ? […] Nous comprenons très bien que le maître […] doive, en raison de son apport et des chances qu’il court, avoir une garantie de bénéfices proportionnés […]. Mais nous croyons qu’en cette matière le travail est une faculté de production pour le moins aussi importante que le capital. (« Des coalitions », 16 février 183416

  • 17 Ce texte reprend un compte rendu du Globe concernant une discussion entre Charnier (« Spartacus »), (...)
  • 18 Charnier est conscient de ce glissement social : « Ce ne sont pas les fabricans de la vieille roche (...)

26Le plus souvent maître tient à la fois du négociant et de l’ouvrier ; il a la haute main sur le livret du compagnon et tend à baisser à son tour les salaires de sa main-d’œuvre quand le prix de sa façon est baissé par le négociant : d’où les conflits internes à la « classe ouvrière » à laquelle ils appartiennent tous deux. Il est clair qu’« entre les maîtres et les ouvriers il y a débat, lutte ouverte ou cachée. C’est le fruit de la concurrence ». De la sorte l’ouvrier est peu soucieux des intérêts et des joies du maître et le maître peu jaloux du bien-être et du bonheur de l’ouvrier » (1er janvier 1832).17 Cette cassure entre fabricant et ouvrier ne tendrait-elle pas à se déplacer, avec le label maître justement, du maitre-marchand opposé au camp ouvrier dans son ensemble au maitre-ouvrier en voie d’embourgeoisement, opposé à ses compagnons en particulier ?18 Cette question, évitée, niée par les chefs d’atelier, ne résonne-t-elle pas à l’arrière de certains déplacements sémantiques ? Comparons à ce propos trois citations de L’Écho :

Vos ennemis sont ceux qui propagent les bruits sinistres, ceux enfin qui, voyant leur espoir déçu, voudrait [sic] se venger en perdant à la fois, par une collision violente, par de nouveaux malheurs, l’ouvrier, le maître et le négociant. (18 décembre 1831)
Si j’étais négociant, je n’aurais point une cage où l’ouvrier humilié est enfermé comme un orang-outang et ne regarde son maître qu’à travers les barreaux. (15 janvier 1832)
Vous nous dites encore qu’en maîtres absolus nous voulons, nous, simples intermédiaires, exercer la dictature sur l’ouvrier et sur le fabricant. (9 mars 1834)

27Il est bien évident que ni ouvrier ni maître ne sont orientés vers la même désignation dans leurs trois emplois. Entre l’ouvrier salarié par le maître, chef d’atelier, et le maître, tarifé par le négociant, le schéma est classique. Mais l’ ouvrier qu’on reçoit « dans la cage » est en général un chef d’atelier venant chercher (ou rendre) des tâches chez le négociant, son maître (au sens général et au sens ancien de maitre-marchand) ; dans la troisième citation, l’ouvrier est compagnon ou apprenti, et le maître (au sens de canut) est à nouveau l’intermédiaire entre le négociant et les aides du chef d’atelier. Les trois labels jouent ainsi sur des portées différentes. Ici, fabriquant est un double de négociant ; ce n’est pas toujours le cas.

  • 19 Fernand Rude, L’insurrection lyonnaise de novembre 1831, le mouvement ouvrier à Lyon de 1827 à 1832 (...)

28En effet, la position sémantiquement instable de maître est aussi celle de fabricant. Cette dernière est même encore plus inconfortable, car on peut, dans les années de la monarchie de Juillet, appeler fabricant aussi bien le négociant que le chef d’atelier, voire le compagnon. Lorsque L’Écho prend à parti « Messieurs les fabricans » ou « nos fabricans », lorsqu’il évoque « les calomnieuses imputations dont les fabricans ont accablé les délégués des chefs d’atelier », il s’agit bien de la « classe des négocians-fabricans » (1 occurrence). En revanche, c’est une vieille revendication des ouvriers sur le label que Jules Favre exprime dans l’une de ses plaidoiries, car qui « fabrique », en réalité ? Maitres et compagnons répondent « Nous, les vrais fabricans ». Ainsi s’explique la dénomination de la « Société de bienfaisance des ouvriers-fabricans de Saint-Just ». La désignation « fabricans d’articles de mode » est reprise dans la phrase suivante, par « les ouvriers en ce genre ». Un placard d’octobre 1831 convoquait à une réunion à la Croix-Rousse les « ouvriers fabricants de rubans »19 (lire chefs d’atelier). L’expression est très usuelle chez les rubanniers de Saint-Étienne.

  • 20 Sur ce sujet, se reporter à Robert J. Bezucha, The Lyon Uprising of 1834 : Social and Political Con (...)

29Reste le problème posé par la courbe de prud'homme(s). Le terme fait aussi partie des emplois non spécifiques, selon notre échantillonnage ; ce vieux label revient régulièrement dans les livraisons, avec le segment conseil des prud'hommes répété pas moins de 64 fois (35/29) tout au long du corpus. Pourtant, un certain suremploi est constatable au centre du graphique : il correspond curieusement à la fin de la première période et au début de la seconde (janvier 1832/janvier 1834) et pose la question de l’entre-deux. Certes il ne remet pas en cause notre hypothèse initiale d’une évolution lexicale, mais une exploration dans cet entre-deux fait penser à une courbe d’emploi dont le climax se situerait en 1832-1833, avec les espoirs déçus de ceux qu’on a bercés et bernés en leur faisant miroiter des prudhommes paritaires à représentation élargie des chefs d’atelier, patentés ou non, puis en imposant, à l’inverse, un droit d’élection réservé aux seuls chefs d’atelier dûment patentés à quatre métiers minimum (Falconnet lui-même, le très estimé fondateur de L’Écho, ne sera pas réélu). D’où cette défiance envers la loi et les législateurs, prélude, selon certains historiens, au soulèvement de 1834.20

*

30Ainsi les mots s’usent et se rechargent, les conditions et la vie sociales changent ; les antagonismes dérivent, se déplacent, se contredisent, dans les esprits. L’Écho porte bien son nom : son vocabulaire restitue, ou réfracte, impeccablement les justesses, les contradictions et les flous désignatifs de son temps et du milieu canut, les évolutions aussi, l’apparition d’exigences nouvelles. Il semble que l’on passe, à l’écoute du vocabulaire, d’une confiance, vite déçue, dans la loi tarifaire et son application, à une défiance dans toute loi d’État, après un intermède prudhommal lui aussi porteur de déceptions. Le milieu ouvrier réagit en élaborant des corps de résistance de plus en plus massifs. C’est ce germe, syndicaliste avant l’heure, qui se développera dans la seconde moitié du siècle. Si une conclusion se fait jour, dans une comparaison qui aurait lieu d’être entre les pétitions ouvrières de 1848 et les revendications portées par les ouvriers (au sens large) de la fabrique lyonnaise, c’est dans la direction d’une vision anticipatrice et d’un vocabulaire à l’avant-garde qu’il faudrait aller. L’Écho de la fabrique annonce, plus de quatorze ans à l’avance, et avec déjà une bonne part de leurs termes, les revendications qui surgiront en 1848.

Notes

1 Sur ces deux aspects, le mot canut, de tradition orale populaire, et la recherche par les tisseurs de soie d’un nouveau label les concernant, voir la contribution de Marie-France Piguet : « Concours pour “chercher un terme appellatif qui remplace celui de canut” dans L’Écho de la fabrique ».

2 Pierre Lafon, « Sur la variabilité de la fréquence des formes dans un corpus », Mots, vol. 1, octobre 1980, p. 127-165, développé dans P. Lafon, Dépouillements et statistiques en lexicométrie, Genève-Paris, Slatkine-Champion, 1984, p. 154-185 ; Pierre Lafon et André Salem, « L’inventaire des segments répétés d’un texte », Mots, vol. 6, mars 1983, p. 161-177, développé dans A. Salem, Pratique des segments répétés. Essai de statistique textuelle, Paris, Klincksieck, 1987 ; Ludovic Lebart et André Salem, Statistique textuelle, Paris, Dunod, 1994, p. 58-70 et 171-184.

3 EA2290 Syled, Outils de statistique textuelle, Lexico 3, Université de la Sorbonne nouvelle - Paris 3, 2001.

4 Notation exponentielle : E rend compte d’un exposant négatif. Exemples : 5E02 = 5-2 = 0,05/1 = 5 % de prob. ; 5E03 = 5-3 = 0,005/1 = 5 pour mille ; 5E06 = 5 pour un million ; 5E09 = 5 pour un milliard, etc. Plus la probabilité se raréfie, plus la spécificité augmente, tant il est vrai, comme le disait le mathématicien G. T. Guilbaud, que la probabilité ici calculée est la proportion tenue par un constat dans la combinatoire de tous les possibles équiprobables.

5 Ainsi, 2 544 mutuellistes signent une protestation « contre la loi liberticide des associations », L’Écho de la fabrique, 6 avril 1834.

6 Les gérants et rédacteurs en chef, entre 1831 à 1833, en particulier le tulliste instituteur Antoine Vidal et le franc-maçon journaliste Marius Chastaing, se voulaient « gens de lettres », poètes, chansonniers, critiques littéraires. Peut-être leurs successeurs, tels les chefs d’atelier républicains César Bernard et Nicolas-Marie Rey, ont-ils été moins classiques dans leur écriture.

7 Justin Godard écrit : « Un document nous a transmis le “rôle des très riches tiré du rôle des ouvriers de chaque mestier pour l’année 1677”. Nous y relevons la mention de dix-sept marchands de soie, et il faut se souvenir qu’à cette date la distinction n’existait pas entre maîtres et marchands » (L’ouvrier en soie. Monographie du tisseur lyonnais [1899], Genève, réédition Slatkine-Mégariotis Reprints, 1976, p. 389, note 1). Rupture consommée deux siècles plus tard au niveau du vocabulaire : Godard relève, en même temps que s’inscrit dans les labels la fracture entre marchands et maîtres, leur collusion apparente dans un « livre de recettes » d’une « Confrérie des marchands fabriquants et maîtres fabriquants en étoffe d’or, d’argent et de soye » pour les années 1749-1751 (ibid., p. 501). En fait, ces maîtres fabriquants (qui participaient au marché de la soie) disparaitront, étant soit assimilés aux marchands, soit renvoyés vers les chefs d’atelier, voire les compagnons, pour manque de capitaux ou faillite (d’où la présence en 1834 de plusieurs mentions d’ancien fabricant dans L’Écho de la fabrique).

8 Maurice Tournier, « Le peuple quarantehuitard : un outil de classe », dans M. Tournier, Des mots sur la grève. Propos d’étymologie sociale 1, Lyon, ENS Éditions, 2002, p. 83-125.

9 Sur association, voir Maurice Tournier, « Quand un mot en cache d’autres : le vocabulaire de l’ association en 1848 », Des mots sur la grève, ouvr. cité, p. 135-153.

10 L’association mutuelle des Frères unis regroupait maitres et compagnons (tireurs d’or, guimpiers et enjoliveurs).

11 Fernand Rude, Les révoltes des canuts, 1831-1834, Paris, Maspero, 1982, p. 115.

12 Coalition(s), qui signifie à la fois groupement de « résistance » et grève, est très spécifique de 1834, avec la répartition 0/19 au pluriel et 1/13 au singulier.

13 Le suremploi de patrie (36/6) comme de drapeau (21/4) fait penser à l’attachement que les canuts de 1831 tenaient à afficher envers le régime légal.

14 En fait, le suremploi du terme roi (13/24) en 1834 est dû au segment procureur du roi (0/15). À l’inverse, roi-citoyen (5/0) est l’apanage de 1831.

15 Justin Godart, L’ouvrier en soie, ouvr. cité, p. 181.

16 Ce texte, intitulé « Des coalitions », n’est pas signé, comme bon nombre d’écrits dus à la rédaction de L’Écho (« nous »). Les italiques sont d’origine.

17 Ce texte reprend un compte rendu du Globe concernant une discussion entre Charnier (« Spartacus »), délégué des canuts, appelés ouvriers, et quatre fabricants lyonnais, appelés maîtres (dans L’Écho du 1er janvier 1832).

18 Charnier est conscient de ce glissement social : « Ce ne sont pas les fabricans de la vieille roche [...] de la hauteur desquels nous avons à nous plaindre. Les plus orgueilleux à notre égard sont ceux-là mêmes qui sont sortis de nos rangs. [...]. Les fabricans de fraîche date sont ceux qui nous pèsent le plus » (ibid.).

19 Fernand Rude, L’insurrection lyonnaise de novembre 1831, le mouvement ouvrier à Lyon de 1827 à 1832, Paris, Anthropos, 1969, p. 307.

20 Sur ce sujet, se reporter à Robert J. Bezucha, The Lyon Uprising of 1834 : Social and Political Conflict in the Early July Monarchy, Cambridge, Harvard University Press, 1974,

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Ouvriers, travailleurs
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6450/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique 2. Ouvriers, négocians
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6450/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Graphique 3. Soies, étoffes
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6450/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 4. Tarif, prix
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6450/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6450/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6450/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6450/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6450/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6450/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6450/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Graphique 9. Prudhomme (s), maître (s)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6450/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

© ENS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540