Version classiqueVersion mobile

L'Écho de la fabrique

 | 
Ludovic Frobert

Marius Chastaing et la presse ouvrière à Lyon

Jeremy Popkin

Texte intégral

  • 1 La liste des actionnaires originaux dans le journal est publiée par son successeur, la Tribune prol (...)

1L’Écho de la fabrique est le premier journal en France à se poser comme porte-parole de la classe ouvrière. Comme on sait, le journal est créé en octobre 1831 par un groupe composé principalement, sinon de vrais prolétaires, du moins de chefs d’atelier, des hommes regardés à l’époque comme des ouvriers, bien qu’étant propriétaires de leurs propres ateliers et souvent employeurs à une petite échelle.1 L’initiative du projet vient de l’un d’eux, Joachim Falconnet, bien connu dans le monde de la fabrique à l’époque. Mais, dès le début, le journal a recours à des rédacteurs qui ne viennent pas du monde du travail. Certes, la plupart des chefs d’atelier n’étaient pas analphabètes, et plusieurs d’entre eux signèrent des articles du journal. Mais ils étaient sans doute conscients du fait que le journalisme exigeait des capacités et des connaissances particulières : une familiarité avec l’écriture et un niveau d’éducation qu’un artisan pouvait difficilement atteindre à l’époque.

  • 2 L’Écho de la fabrique, 1er avril 1832, et pour sa mort, 12 août 1832.

2Parmi les premiers actionnaires, deux hommes – Antoine Vidal, « homme de lettres » et Marius Chastaing, « légiste » – ont très certainement été inclus parce qu’ils avaient les talents nécessaires pour ce genre de travail. Vidal, connu comme poète – on le surnommait « le Béranger lyonnais » –, est le plus en vue pendant les premiers mois de la publication. Gérant officiel du journal, il signe la plupart des déclarations de principes publiées dans le journal pendant ses premiers mois de publication. Mais au début du mois d’août 1832, il meurt, bien qu’il n’ait que trente-deux ans.2 Son collègue Chastaing le remplace. C’est le début d’une carrière consacrée au journalisme ouvrier qui va durer jusqu’au début des années 1850, faisant de lui la première grande figure de la presse prolétarienne française.

  • 3 Marius Chastaing, Vingt-deux jours de captivité, Lyon, Bureau de la Tribune lyonnaise, 1849, p. 5. (...)
  • 4 Sur la vie de Chastaing, voir son manifeste électoral dans la Tribune lyonnaise, Revue politique, s (...)

3Au moment de la fondation de L’Écho de la fabrique en 1831, Marius Chastaing a trente-deux ans. Il est né le 7 thermidor de l’an VIII (26 juillet 1800) à Lyon, ce qui lui permet d’écrire plus tard « je puis donc me dire républicain de naissance ».3 Son père est huissier au palais de justice, et la famille habite place de la Baleine. On ne connaît aucun détail sur sa jeunesse. Il fait des études de droit, mais n’obtient jamais un diplôme. Il commence à s’occuper des questions politiques dès le début de la Restauration, publiant un pamphlet républicain, et, d’après son propre témoignage, il participe à un mouvement républicain en 1817. Accusé en 1818 d’avoir insulté un portrait du roi Louis XVIII, il doit interrompre ses études de droit. En 1820, il rencontre Vidal et milite avec lui pour des causes libérales, notamment l’enseignement mutuel.4 Dès le début des années 1820, il gagne sa vie en tenant un « Cabinet des affaires contentieux et de commerce », offrant de représenter des clients dans toutes sortes d’affaires civiles et de les aider à placer leurs épargnes (3 mars 1832). Une bonne partie de ses clients ont dû venir du monde ouvrier – des gens qui ont besoin de quelqu’un qui comprenne le langage des contrats et des lois, mais qui ne peuvent pas payer les services d’un avocat ou d’un notaire.

  • 5 Le nom de Chastaing ne figure pas parmi les cent quinze écrivains cités dans [Sébastien Kauffmann],(...)
  • 6 ADR, 4 M 263, dossier « Loge de la Bienveillance »

4Chastaing occupe donc une place aux marges de la classe bourgeoise ; il ne travaille pas de ses mains, mais son métier ne lui donne pas le statut d’un membre des professions libérales. Il ne semble pas fréquenter le milieu de jeunes avocats, médecins et hommes d’affaires d’où viennent la plupart des journalistes actifs à Lyon autour de 1830, et on ne sait pas s’il a participé aux événements de juillet 1830.5 La composition de la loge maçonnique dont Chastaing fut membre en 1835 donne un aperçu du milieu social dans lequel il vivait. Parmi les trente-cinq membres, quelques-uns pouvaient être classés comme « bourgeois » – cinq négociants et un rentier – et quelques-uns appartenaient au monde de la boutique et de l’artisanat – un boulanger, un chef d’atelier, un plâtrier, un tailleur – mais la plupart avaient un statut social ambigu. Les deux commis négociants, les deux opticiens, les sept élèves en médecine, l’artiste dramatique, le sculpteur que Chastaing a dû adresser comme frères dans les cérémonies de la loge étaient, comme lui, ni ouvriers ni vrais membres de la bourgeoisie. On remarque d’ailleurs l’absence complète dans cette liste d’avocats et de médecins, deux groupes qui fournissaient une bonne partie de l’élite politique de la ville à l’époque.6

  • 7 Sur le rôle de La Glaneuse dans l’insurrection, voir Jeremy D. Popkin, Press, Revolution and Social (...)
  • 8 ADR, T 353, déclaration du 9 mai 1832 ; voir l’avis dans L’Écho du 13 mai 1832, signé de Vidal.
  • 9 L’Écho de la fabrique, 9 septembre 1832. Jacques Berger, « ouvrier en soie, » avait été nommé géran (...)

5Le premier numéro de L’Écho de la fabrique paraît le 30 octobre 1831, au milieu du conflit qui allait culminer trois semaines plus tard dans la première insurrection des canuts. Bien qu’ayant clairement prédit cet événement, L’Écho réussit à se poser comme spectateur attristé des événements, à la différence du journal républicain La Glaneuse, qui avait appelé directement au renversement du régime.7 Pendant ces semaines dramatiques, il est difficile de situer le rôle de Chastaing dans le journal. Le premier article signé de son nom ne date que du 25 décembre 1831. Au cours de la première moitié de 1832, on trouve beaucoup d’articles signés de son nom ou de ses initiales, mais c’est son camarade Antoine Vidal qui parle le plus souvent au nom du journal. Au mois de mai, Joachim Falconnet, élu au conseil des prud’hommes, se retire, du moins ostensiblement, de la direction du journal, déclarant à la préfecture qu’il vient de céder la propriété du titre à Vidal.8 C’est seulement après la mort de ce dernier, au mois d’août 1832, que Chastaing est nommé officiellement rédacteur.9

6La nomination de Chastaing comme rédacteur en août 1832 ne signifie pas que L’Écho de la fabrique est devenu « son » journal. À l’encontre des autres journaux lyonnais, L’Écho se définit comme la voix d’une entité sociologique, la « caste prolétaire », et non pas comme l’ouvrage d’un rédacteur parlant au nom de cet être de raison, l’opinion publique. Les chefs d’atelier qui ont contribué à l’établissement de L’Écho continuent à suivre de près le contenu du journal, comme allait le montrer la crise d’août 1833, lorsque la rédaction est retirée à Chastaing. On détient les contrats de plusieurs autres rédacteurs de journaux lyonnais de l’époque, mais on ne connaît pas les termes de l’accord passé entre Chastaing et le conseil d’actionnaires de L’Écho en septembre 1832, sauf qu’il l’oblige à travailler avec un comité de rédaction qui comprenait trois chefs d’atelier et deux autres hommes de lettres. On peut dire, néanmoins, que le journal est identifié, par les autres journalistes et par les autorités, comme un produit collectif, le journal « des ouvriers », et non pas comme « le journal de Chastaing », tandis que le grand journal républicain de ces années, Le Précurseur, par exemple, est souvent identifié par le nom de son rédacteur principal, Anselme Pétetin. On ne peut donc interpréter tout ce que Chastaing écrit dans L’Écho de la fabrique comme l’expression de ses convictions personnelles.

7Les articles que Chastaing signe avant sa nomination comme rédacteur sont les meilleurs indices de ses vues personnelles, puisqu’ils n’impliquent pas la rédaction tout entière. Il fait son début dans le journal avec un article sur l’égalité naturelle entre les hommes : « beaux ou laids, riches ou pauvres, tous les hommes sont égaux » (15 janvier 1832). C’est un sentiment abstrait, dont l’application aux ouvriers lyonnais n’est pas forcément claire. Un article de mars 1832 insiste sur la justice des demandes de ceux que Chastaing appelle des « pauvres », et non pas des ouvriers. L’Écho de la fabrique, d’après lui, a bien le droit de « parler au pauvre de son indigence, à l’ouvrier de son salaire. Ce n’est pas là les appeler à la révolte ni proclamer la loi agraire, c’est préparer la voie de justice dans laquelle le genre humain s’apprête à marcher ». Mais la meilleure façon pour les pauvres d’améliorer leur condition, d’après Chastaing, est l’éducation : « Que le prolétaire adoucisse ses maux, et ouvre son âme aux clartés de la science » (3 mars 1832).

8Une série d’articles sur le principe de l’égalité permet de mieux comprendre la pensée de Chastaing. L’égalité est, pour lui, un principe immanent de l’histoire :

Jésus-Christ proclama l’égalité morale des hommes […]. Par lui commence l’émancipation de la classe prolétaire. Le principe de l’égalité politique a été conquis en 1789 […] Il manque à la société l’adoption d’un nouveau principe, celui de l’égalité sociale […]. (20 mai 1832)

9Cette égalité sociale n’exige pas le nivellement des revenus, mais plutôt l’assurance pour tous d’un niveau minimum de bien-être.

Dans l’appréciation du nécessaire, il faut avoir égard à la dignité de l’homme et ne pas le ravaler à la condition de la brute. Il faut […] faire la part de l’état normal dans lequel nous sommes, et qu’il n’y ait pas d’homme à homme une disproportion aussi grande que celle que nous voyons […]. (27 mai 1832)

10Plus concrètement, tous doivent être décemment habillés et logés, et avoir accès à une éducation élémentaire. Jusqu’à ce point, l’argumentation de Chastaing suit la tradition de la démocratie avancée de 1793. Dans le dernier article de la série, cependant, il va plus loin. Ici, il s’adresse directement aux « prolétaires », les accusant de maintenir entre eux des préjugés à l’égard de certaines professions. D’après lui, tous les métiers, même le service domestique méprisé par les artisans, ne sont que « des modes différents de gagner le salaire dû au travail » :

Il n’y a pas de professions viles ; s’il y en avait, de quel droit la société aurait-elle condamné quelques-uns de ses membres à les remplir ? Il faudrait ou les supprimer ou y assujettir tous les citoyens à tour de rôle, ainsi que cela se pratique pour les corvées dans les casernes. (17 juin 1832)

11Ainsi, au début de sa carrière comme journaliste, Chastaing peut être considéré comme un tenant d’une démocratie sociale. Il ne penche pas vers le socialisme – il ne met pas en question le droit de la propriété – mais il tire clairement les conséquences du principe de l’égalité, du moins entre les hommes (il ne soulève pas la question des droits des femmes). L’égalité sociale doit, d’après lui, se manifester dans des formes très concrètes : un meilleur niveau de vie pour tous, l’accès à l’éducation. En même temps, Chastaing insiste aussi sur la nécessité pour la classe ouvrière de se transformer elle-même. En demandant le droit à l’éducation pour tous, il écrit que les ouvriers ont besoin de « cette instruction élémentaire qui les civilise, et en leur apprenant leurs droits, leur enseigne aussi leurs devoirs. Alors disparaîtront la grossièreté, la brutalité qu’on reproche à la classe pauvre… » (27 mai 1832). Sa critique de la distinction entre les professions s’adresse en premier lieu aux « prolétaires », parce que, d’après lui, ce sont leurs préjugés à cet égard qui s’opposent « avec le plus de ténacité à l’établissement de ce grand principe d’égalité sociale [qu’ils ont] admis » (17 juin 1832). Dès le début de sa carrière comme journaliste « prolétarien » Chastaing se pose donc comme un défenseur des intérêts des ouvriers mais aussi comme un ami paternel autorisé à sermonner ses lecteurs sur leurs propres péchés.

12Chastaing est tout à fait conscient de la spécificité de sa position comme journaliste, c’est-à-dire un spécialiste de la parole écrite et dont le mouvement ouvrier avait besoin. Avec l’égalité sociale, la grandeur de la profession de journaliste fait la matière de ses plus importants articles dans les premiers mois de sa participation à L’Écho de la fabrique. Dans une « revue des journaux de Lyon », il définit la presse comme « une tribune où tous les intérêts, où toutes les classes de la société ont des représentants énergiques ». Après une revue des autres journaux de la ville, il insiste sur l’importance de L’Écho : « L’industrie avait besoin d’un représentant […]. Les journées de novembre ont augmenté l’importance de ce journal, qui sera celui de la classe prolétaire » (26 février 1832). Deux mois plus tard, il revient sur la question du journalisme, faisant une esquisse de l’histoire de la presse en France depuis Théophraste Renaudot, évoquant les grands noms du journalisme révolutionnaire – Mirabeau, Gorsas, Condorcet, Desmoulins, Marat – avant de conclure : « Qu’on le dise sans crainte et sans détour, un quatrième pouvoir est venu s’ajouter à ceux qui régissaient l’état » (29 avril 1832). Insister sur l’importance de la presse en général, c’est évidemment insister aussi sur l’importance de L’Écho de la fabrique et donc de son rédacteur.

13Sur les moyens autres que la publicité dont les ouvriers disposent pour protéger leurs intérêts, Chastaing garde un silence prudent. Tandis que la répression s’abat sur les individus accusés d’avoir mené l’insurrection de novembre 1831, L’Écho de la fabrique souligne ses intentions pacifiques. Au moment du soulèvement républicain des 5 et 6 juin 1832 à Paris, un éditorial du journal, non signé, annonce : « nous méprisons les émeutes ; car, selon nous, l’amélioration physique et morale des travailleurs dépend de la paix et de la prospérité du pays » (17 juin 1832). Comme les autres rédacteurs du journal, Chastaing a dû accepter la contrainte imposée aux périodiques qui ne veulent pas fournir le lourd cautionnement exigé aux publications à contenu politique. Un éditorial anonyme énumère les sujets dont le journal n’avait pas le droit de parler : « les actes de la haute administration, quand ces actes n’ont aucun rapport avec l’industrie […] les relations extérieures, quand elles n’ont point trait au commerce […] les chambres législatives […] les attentats des factions, les haines des partis et les hommes à bouleversement » (3 juin 1832). Bien que Chastaing ne cache pas ses sympathies pour le mouvement républicain, il n’essaie pas de propager ses principes dans le journal. Mais il ne s’intéresse pas non plus aux possibilités de l’action industrielle. Les questions brûlantes du droit de coalition et du tarif – l’imposition d’un prix négocié pour les tissus fabriqués par les ouvriers en soie – font la matière de quelques articles dans le journal, mais non pas de ceux signés par Chastaing.

14En août 1832, après la mort du rédacteur Antoine Vidal, Chastaing est nommé à sa place. On doit lui attribuer, sans doute, le manifeste paru dans le numéro du 9 septembre 1832, manifeste qui maintient la ligne éditoriale du journal : « La rédaction de L’Écho continuera par conséquent d’être la même, en ce qui touche les doctrines ». Plus qu’auparavant, cependant, ce manifeste fait appel à des contributeurs en dehors de la classe ouvrière. Les « hommes philanthropes qui s’occupent des questions graves d’économie politique et sociale » sont sollicités, ainsi que les littérateurs, les jurisconsultes, les médecins, et les artistes, et les « jeunes hommes ».

15En même temps, cependant, ce manifeste assume plus emphatiquement que jamais pour L’Écho le rôle de porte-parole, non seulement des ouvriers en soie lyonnais, mais de toute la classe ouvrière française.

Nous serons le journal de la caste prolétaire, tout entière ; à nous donc, artisans de toutes professions, industriels de toutes les classes ; ouvriers travailleurs de toute la France… De cette manière, se formera l’association universelle des travailleurs, association qui leur donnera le pouvoir de résister avec avantage, à l’égoïsme, à la cupidité, à la tyrannie des oisifs. Par là commencera cette sainte alliance des peuples, que Béranger a chantée dans une de ses odes sublimes […].

16C’est une conception du rôle de L’Écho bien différente de celle indiquée dans le prospectus original d’octobre 1831, où on avait parlé de la création d’un « journal des chefs d’atelier et des ouvriers en soie » c’est-à-dire d’un journal consacré en priorité aux préoccupations des ouvriers dans l’industrie principale de Lyon. Antoine Vidal, le premier rédacteur, avait déjà insisté sur sa vocation d’être le journal « des prolétaires », (1er avril 1832) et avait appelé à « l’union universelle entre les travailleurs » (27 mai 1832), mais le nouveau manifeste de 9 septembre 1832 est plus explicite à cet égard.

17Chastaing, et L’Écho de la fabrique, poursuit sa défense des intérêts des ouvriers dans les mois suivant sa nomination comme rédacteur. Certes, Chastaing n’ignore pas les intérêts des ouvriers de soie. C’est lui qui lance le célèbre concours tenu par L’Écho afin de remplacer le mot canut par « un terme générique, pour désigner la classe des ouvriers en soie d’une manière complète, simple, et euphonique » (20 octobre 1832). On trouve dans les pages du journal quelques traces des engagements personnels de Chastaing pour améliorer la condition des ouvriers lyonnais. Il fut secrétaire d’une société créée pour l’administration des fonds donnés pour les besoins des victimes de l’insurrection de novembre 1831 (27 janvier 1833), et, en sa capacité de conseiller judiciaire, il plaide la cause d’un ouvrier en conflit avec son propriétaire au sujet de la réparation de son logement (9 juin 1833). Souvent, cependant, dans des articles signés de son nom, Chastaing insiste sur la misère des travailleurs en général. « Le monde ne s’émeut qu’au fracas d’un trône qui s’écroule, d’une grande fortune qui périt. Insensé, il voit avec indifférence l’infortuné obscur qui meurt de faim et de froid » (14 avril 1833). On peut interpréter quelques articles signés de Chastaing comme manifestant un début de réflexion sur la condition des femmes. « Nos lois ne se sont pas assez occupées de la femme, cette intéressante moitié du genre humain. Quelque chose doit compenser pour elle l’absence de tous droits politiques » écrit-il le 23 décembre 1832, et en mai 1833 il lamente le destin des pauvres filles des ouvriers forcées par le besoin à se prostituer.

  • 10 « Banquet industriel pour l’anniversaire de la fondation de L’Écho de la fabrique », novembre 1832, (...)

18Parfois Chastaing laisse de côté les intérêts spécifiques des ouvriers et s’envole vers d’autres horizons. Au banquet tenu pour marquer l’anniversaire de la fondation de L’Écho en octobre 1832, il porte un toast « au courage civil », saluant le « citoyen qui résiste aux exigences d’un pouvoir liberticide ». Les exemples qu’il cite – Hampden, un héros de la révolution anglaise du XVIIe siècle, Manuel, député girondin pendant la Révolution française, et les journalistes qui ont résisté aux ordonnances de juillet 1830 – n’ont aucun lien avec la classe ouvrière.10 Mais on doit dire que pendant cette période, Chastaing n’essaie pas de se mettre en avant dans L’Écho ; tandis que les autres journalistes lyonnais, et surtout le rédacteur du journal républicain Le Précurseur, se distinguent de plus en plus dans leurs publications, L’Écho essaie de paraître comme la voix d’une communauté, non d’un seul auteur.

19Malgré la modestie du rôle que Chastaing prétend jouer dans le journal, la nouvelle annoncée dans son numéro du 18 août 1833 a dû être inattendue : le gérant et le rédacteur du journal venaient d’être congédiés. On ne connaît pas les raisons de l’exclusion de Chastaing. Dans le nouveau journal qu’il créait en octobre 1833, Chastaing lui-même met l’accent sur des divergences idéologiques. D’après lui, les hommes qui l’avaient chassé ont eu une conception étroite et corporatiste du but du journal, tandis que « nous voulions en faire une œuvre de propagande au lieu de le restreindre dans les bornes étroites et mesquines d’un cahier de doléances […] Nous voulions en faire une tribune ouverte à tous les prolétaires, et non à telle ou telle classe ». D’après lui, la faction rivale qui a pris le contrôle de L’Écho de la fabrique « est rentrée dans la spécialité dont nous avions cru devoir nous écarter », c’est-à-dire qu’ils sont en train de faire du journal un organe consacré exclusivement aux intérêts des ouvriers lyonnais de soie (L’Écho des travailleurs, 5 octobre 1833). Mais, comme nous l’avons vu, Chastaing avait annoncé ses tendances universalistes dès sa nomination à la rédaction en septembre 1832.

20Un incident spécifique a-t-il mis le feu aux poudres dans L’Écho de la fabrique ? Le numéro du 11 août 1833 contient un article tiré d’un journal « bourgeois » lyonnais, le Journal de commerce, qui stigmatise la classe des chefs d’atelier dans des termes très durs. Entre autres choses, cet article déclare que « le chef d’atelier comme le frelon se nourrit et s’engraisse des sueurs et des peines des travailleurs » et que « les chefs d’atelier […] ont eu l’adresse de se placer constamment à la tête des ouvriers, et s’en sont créés les représentants ». Comme les réponses publiées dans le numéro de L’Écho du 18 août 1833 le montrent, cette critique n’est pas du tout appréciée par les chefs d’atelier associés au journal. L’article du Journal de commerce met en lumière l’existence des divisions internes dans le monde du travail, et inscrit les chefs d’atelier en dehors de la classe des vrais prolétaires. Une critique de la position privilégiée des chefs d’atelier est peut-être implicite dans la définition universaliste de la classe ouvrière annoncée par Chastaing en septembre 1832, mais cet article le souligne explicitement. L’intention de Chastaing a pu être seulement de montrer aux lecteurs la nature des attaques dirigées contre eux dans la presse bourgeoise, mais les accusations contenues dans cet article avaient trop de vraisemblance pour être tolérées par ceux qui se sentent visés.

21Mais y a-t-il aussi une autre dimension de cette affaire ? On trouve dans la correspondance adressée par le ministre de l’Intérieur, le comte d’Argout, au préfet de Lyon, Adrien Gasparin, une lettre datée du 13 août 1833 qui retient l’attention :

  • 11 D’Argout à Gasparin, 13 août 1833, dans archives municipales de Lyon, Fonds Gasparin, 4 II 9.

Vous avez eu pour la gérance de L’Écho tout le succès que vous pouviez obtenir. Si le nouvel élu n’est pas un homme à vous, c’est du moins un homme entièrement acquis au parti de la modération […]. Vous n’avez qu’à vous féliciter de l’effet de cet important résultat sur la société mutuelliste et vous saurez en tirer profit.11

22Cette lettre n’indique-t-elle pas que Gasparin a essayé d’exacerber les dissensions à l’intérieur de la rédaction du journal, et qu’il a prétendu au ministre que c’était à son initiative que Chastaing avait été évincé ? Malheureusement, comme les spécialistes de l’histoire lyonnaise des années 1830 le savent, la date d’août 1833 correspond à une lacune dans la correspondance envoyée par Gasparin à son supérieur à Paris. On ne sait donc pas ce que Gasparin a pu raconter sur ses contacts dans le milieu de L’Écho. De toute façon, on voit que Gasparin et, grâce à lui, les plus hautes autorités du pays sont au courant de tout ce qui se passe dans les bureaux du journal.

23Marius Chastaing n’est pas prêt à accepter silencieusement sa défaite. Le 5 octobre 1833, il fait circuler le prospectus d’un nouveau journal, L’Écho des travailleurs, journal de la fabrique de Lyon et du progrès social. Le nouveau journal adopte un format identique à celui de L’Écho de la fabrique, et son titre est aussi proche que possible de celui de son rival. Comme nous venons de voir, Chastaing se distingue des nouveaux dirigeants de L’Écho de la fabrique en insistant sur sa conception universaliste de la classe ouvrière et en les accusant de ne s’occuper que des intérêts d’une seule catégorie des travailleurs. L’inclusion du mot travailleurs dans le titre de son journal est une innovation importante : pour la première fois en France, un périodique s’identifie explicitement comme le porte-parole de ceux qui gagnent leur vie à la sueur de leur front. C’est vrai que, dans sa définition du « travailleur », Chastaing comprend « non seulement ceux qui s’occupent de travaux manuels, mais tous les hommes qui font emploi de leurs facultés physiques et intellectuelles, et concourent à l’avantage de la société ». C’est vrai aussi que le titre de son journal fait toujours référence à la « fabrique », parce que, comme il l’écrit, « cette industrie est celle qui à Lyon exploitait le plus grand nombre des citoyens », mais il insiste sur le fait que son journal « ne sera pas exclusif […]. Les corporations ont comme les individus un égoïsme funeste à la liberté ; c’est pour le rompre autant qu’il est en nous, que nous élevons un drapeau sous lequel tous les travailleurs sont conviés à se rassembler » (5 octobre 1833).

24Le refus de Chastaing de laisser à L’Écho de la fabrique le droit de parler au nom des ouvriers ouvre une vraie crise au sein du monde prolétaire à Lyon. Bien qu’il réussisse à rallier à son parti plusieurs des fondateurs originaux de L’Écho, Chastaing ne peut pas prétendre que son nouveau journal a les mêmes racines dans le milieu ouvrier que son rival. Les chefs d’atelier qui prennent le contrôle de L’Écho de la fabrique en août 1833 sont membres de la Société des mutuellistes, qui avait organisé l’insurrection de novembre 1831 et qui allait lancer la grande grève de février 1834, prélude à l’insurrection républicaine d’avril 1834. On a parfois voulu voir derrière L’Écho des travailleurs la société dite des Ferrandiniers, une organisation des compagnons tisserands en opposition avec leurs employeurs, les chefs d’atelier. L’attitude critique de L’Écho des travailleurs à l’égard des mutuellistes, accusés d’être trop exclusifs et pas vraiment représentatifs du monde du travail à Lyon, est évidente, mais même quand il parle des ferrandiniers, il ne s’identifie pas à eux (20 novembre 1833 ; 22 février 1834). L’Écho des travailleurs n’est donc pas l’organe des « vrais » prolétaires, face à un concurrent « petit-bourgeois » : il est plutôt l’organe d’une fraction de chefs d’atelier et d’un journaliste qui se révoltent contre la vision archaïque de l’organisation ouvrière qu’incarne selon lui le mutuellisme.

25Mais L’Écho des travailleurs est surtout l’organe de Marius Chastaing, c’est-à-dire d’un journaliste qui essaie de profiter de ses talents pour monopoliser la faveur des lecteurs prolétaires. Deux conceptions de la presse ouvrière se confrontent ouvertement à Lyon dans les derniers mois de 1833 : d’une part, un journal qui prétend parler pour les travailleurs parce qu’il est sous le contrôle direct des gens issus de leurs rangs, d’autre part, un journal qui doit son titre de prolétaire à son contenu idéologique et non pas à l’identité sociologique de son rédacteur. En plus, le journal de Chastaing profite des possibilités créées par la société « bourgeoise » qui l’entoure. Avec L’Écho des travailleurs, Chastaing ouvre une espèce de marché libre pour la presse ouvrière, et il a recours aux méthodes des commerçants, offrant par exemple aux trois cents premiers abonnés un rabais sur le prix du journal (13 novembre 1833).

26L’Écho de la fabrique salue l’apparition du journal de Chastaing avec hostilité : « C’est M. Marius Chastaing, ex-redacteur en chef de notre journal, entonnant sur nous l’office des morts ! ! ! » (20 octobre 1833) Chastaing se plaint que les nouveaux rédacteurs de l’ancien journal refusent d’insérer une de ses lettres expliquant sa conduite dans leurs colonnes : « Nous concevons jusqu’à un certain point la colère de M. Bernard en voyant surgir une entreprise rivale ; il aurait dû néanmoins la dissimuler sous des formes plus polies » (2 novembre 1833). Les deux journaux ouvriers donnent au public le spectacle d’une guerre de plume tout à fait semblable à celles menées par la presse « bourgeoise », culminant dans une affaire d’honneur entre les gérants des deux titres, terminée au dernier moment par une explication qui permet à tous de se retirer sans effusion de sang (L’Écho des travailleurs, 8 janvier 1834). Chastaing n’est pas directement concerné dans cette affaire, et, en effet, son nom disparaît rapidement du journal ; le dernier article qu’il signe paraît au début de décembre 1833, bien qu’il ait probablement continué d’écrire sous l’anonymat. La scission entre les deux journaux est commentée par la presse bourgeoise. Le Courrier de Lyon, le journal orléaniste, interprète leur rivalité comme un témoignage des « germes de dissolution probable et presque inévitable que cette association [la Société de devoir mutuel] si fortement constituée en apparence, porte dans son sein » (Le Courrier de Lyon, 22 février 1834). Dans l’histoire des insurrections de Lyon qu’il publiait en juin 1834, l’ancien rédacteur du Courrier de Lyon, Jean-Baptiste Monfalcon, revient sur cet épisode, demandant :

Comment supposer que l’harmonie et l’unité de vues puissent subsister longtemps dans une association où abondent tant de préjugés, tant d’ignorance des intérêts de l’industrie, tant de mauvaises passions, et de si grands éléments de désordre ?

  • 12 Jean-Baptiste Monfalcon, Histoire des insurrections de Lyon, en 1831 et 1834, d’après des documents (...)

27D’après Monfalcon, Chastaing aurait identifié son journal avec « la démagogie la plus effrénée », tandis que les chefs d’atelier qui l’avaient remplacé en août 1833 furent « un peu plus modérés ».12

28Au cours des premiers mois de 1834, une nouvelle crise absorbe l’énergie des deux rédactions. Le mouvement mutuelliste se lance dans une grève contre les négociants, tandis que le mouvement républicain à Lyon, mené par les deux journaux républicains, Le Précurseur et La Glaneuse, fait de plus en plus ouvertement campagne contre le régime. L’organe des mutuellistes, l’ancien Écho, est directement engagé dans ces controverses, tandis que le journal de Chastaing, bien que prenant clairement position pour les ouvriers, se trouve en marge des événements. L’Écho des travailleurs cesse de paraître avec le numéro du 22 mars 1834, deux semaines avant le commencement de la deuxième insurrection de Lyon. Complètement absorbé par son combat contre la répression qui avait suivi la grève des ouvriers au mois de mars, L’Écho de la fabrique ne prend pas le temps de commenter cette disparition.

  • 13 Voir notamment le dossier aux Archives nationales, CC 558. Dans un long rapport sur la presse lyonn (...)

29Le fait que son journal ait cessé de paraître avant l’éclatement de l’insurrection d’avril a dû permettre à Chastaing d’échapper aux poursuites menées contre la plupart des autres journalistes lyonnais après la défaite du mouvement. On ne trouve aucune trace de lui dans les volumineuses archives concernant la répression du mouvement ouvrier à Lyon, tandis qu’il y a beaucoup de documents relatifs aux journalistes de L’Écho de la fabrique.13 Mais ni l’insuccès de sa lutte avec les mutuellistes ni la catastrophe d’avril ne le détourne de la carrière journalistique. En septembre 1834, il recommence, sous le voile de l’anonymat, dans un nouveau journal, la Tribune prolétaire. Bien que son nom n’apparaisse pas dans ses colonnes, la filiation de ce journal avec les entreprises antérieures de Chastaing ne fait aucun doute ; un article du 5 octobre 1834 commence ainsi : « Nous avons mainte fois, dans L’Écho de la fabrique et dans L’Écho des travailleurs, appelé l’attention sur les divers abus de la fabrique ». La déclaration de principes imprimée dans le premier numéro du journal a pour titre « Du progrès social », un slogan souvent utilisé par Chastaing, et la définition du terme « prolétaire » offerte quelques semaines plus tard inclut non seulement les travailleurs manuels mais aussi « ces citoyens artistes, savants, industriels, médecins, avocats, ingénieurs… », c’est-à-dire les travailleurs intellectuels que Chastaing a déjà voulu annexer en 1833.

  • 14 « La Revue de Lyon. Grand combat à mort de l’Épingle et du Papillon », bibliothèque municipale de L (...)

30Comme dans les mois précédant l’insurrection d’avril 1834, le journal de Chastaing se trouve en concurrence avec un autre journal ouvrier, L’Indicateur, qui n’est rien d’autre que la continuation de L’Écho de la fabrique et dont le premier numéro est sorti le 21 septembre 1834, comme celui de la Tribune. L’Indicateur ne fait aucun secret de ses liaisons avec le parti qui avait expulsé Chastaing de la rédaction en août 1833. « Nous le disons sans détours, c’est l’œuvre du mutuellisme que nous reprenons », écrivaient ses rédacteurs (28 septembre 1834). Les deux journaux entrent en conflit sur leur héritage commun, offrant des récits contradictoires de la création du premier Écho en 1831 (L’Indicateur, 26 avril 1835 ; Tribune prolétaire, 15 février 1835, 10 mai 1835). Le public lyonnais est conscient de ce clivage : une belle caricature de la presse lyonnaise publiée par la Revue de Lyon au printemps 1835, où tous les périodiques de la ville sont représentés par des figures allégoriques, montre une dispute entre le rédacteur de la Tribune, monté sur une écrevisse et se plaignant que « [son] progrès social au lieu d’avancer recule », et celui de L’Indicateur, qui exhorte son rival d’accepter la nécessité d’une confrontation armée avec le régime orléaniste.14

31Les deux journaux se disputent surtout sur des questions d’économie politique, ce qui nous permet de comprendre avec plus de précision les options idéologiques de Chastaing. L’Indicateur, par exemple, condamne sans appel les doctrines de Jean-Baptiste Say sur la libre entreprise, au nom des « idées françaises d’organisation et de direction » (9 novembre 1834). La concurrence entre les entreprises « excite à sacrifier la bonne qualité à l’apparence. Sous sa funeste influence, le commerce, par une exigence insatiable de bon marché, finit à force d’exagérer la baisse des salaires par se fermer lui-même toute issue de prospérité », écrit Marc Derrion, anticipant la doctrine de Marx sur l’inévitable baisse de taux de profit (28 décembre 1834). Par contraste, la Tribune prolétaire prend parti pour Say et l’école libérale, « plus favorable à la liberté, au progrès rationnel des peuples » (23 novembre 1834), et juge la concurrence sur le marché comme « utile au consommateur, puisqu’elle lui procure à bon marché ce qu’il achèterait cher sans elle » (9 novembre 1834). Quand L’Indicateur se permet une attaque ouverte contre les fabricants de soie lyonnais, le journal de Chastaing proteste contre l’idée d’une guerre des classes : « Traçons une ligne de démarcation entre les véritables défenseurs de la classe populaire et ceux à qui l’injure et la violence seules servent de raisons » (15 février 1835). Tandis que L’Indicateur gravite vers une doctrine socialiste – dépourvue, on doit dire, de toute illusion sur l’unité de la classe ouvrière, comme le montrait une lamentation sur la position du chef d’atelier, « placé entre deux écueils, dont il est presque impossible qu’il évite la profondeur : le négociant et l’ouvrier » (5 juillet 1835) – Chastaing et son journal essayent de réconcilier les droits de la propriété et les besoins des pauvres.

32Déterminées à extirper toutes les voix dissidentes, les autorités orléanistes ne distinguent pas les deux journaux : tous deux deviennent les cibles d’une campagne de répression. Le gérant de la Tribune prolétaire est condamné en novembre 1834 (7 décembre 1834). Chastaing n’est pas visé personnellement, puisqu’il ne signe pas le journal, et il proteste alors car les autres journaux qu’il avait rédigés dans les mêmes principes n’avaient jamais reçu un tel blâme (4 janvier 1835). La Tribune prolétaire essaie de se protéger en rassemblant l’argent pour un cautionnement, ce qui lui aurait permis de traiter des questions politiques (21 juin 1835), mais le projet a dû échouer, puisque la Tribune cesse sa parution à la fin de juillet 1835 ; L’Indicateur avait succombé au début du même mois. Deux nouveaux titres essayent de maintenir en vie la tradition de la presse ouvrière, un mensuel, L’Union des travailleurs, et un bimensuel, Le Nouvel Écho de la fabrique. Le rédacteur de ce dernier, Joachim Falconnet, avait accompagné Chastaing dès le début de son itinéraire, mais cette fois-ci, d’après Falconnet, ils se sont séparés, bien qu’il rende tribut aux « services rendus à la classe ouvrière par M. Marius Chastaing » (Le Nouvel Écho, août 1835). Mais face à la nouvelle législation sur la presse introduite en septembre 1835, ni l’un ni l’autre de ces nouveaux titres ne réussissent à survivre. Avec leur disparition, la première époque de l’histoire de la presse ouvrière à Lyon arrive à sa fin.

  • 15 BML, Fonds Charavay, ms 186, lettre de 14 septembre 1840.
  • 16 Marius Chastaing, Astrée. Discours maçonnique sur la justice, Lyon, Isidore Deleuze, 1838, p. 34 et (...)

33Les lois de septembre 1835 interrompent pendant plusieurs années les tentatives pour créer des journaux consacrés aux intérêts des ouvriers à Lyon. Chastaing reprend sa carrière de conseiller sur les affaires contentieuses ; en 1840, il envoie à l’imprimeur Léon Boitel une brochure qu’il vient de publier sur une nouvelle loi sur les faillites.15 Pendant ces années, il se rapproche de la franc-maçonnerie. Il est adepte d’une tendance dissidente, le rite de Mizraïm, et, comme nous avons vu, en 1835 il est membre de la loge de la Bienveillance, dont les membres viennent soit des rangs inférieurs de la bourgeoisie, soit des milieux artisanaux. Astrée. Discours maçonnique sur la justice, un pamphlet qu’il publie en 1838, indique qu’il aspire toujours au règne de la liberté et l’égalité, mais qu’il considère le « but humanitaire » du mouvement maçonnique comme « bien plus vaste et plus progressif que celui qui serait atteint par telle ou telle forme de gouvernement ». Il affiche une sympathie pour des penseurs qui prêchent « la doctrine d’un être double dans l’homme », comme Swedenborg, Saint-Martin, et Court de Gébélin, et pour les idées de Lamennais.16 Chastaing n’est pas le seul survivant des années 1830 à se tourner vers un mélange des idées sociales et religieuses de ce genre, mais ses nouvelles croyances ont pu mettre une certaine distance entre lui et le milieu ouvrier.

  • 17 L’Écho des ouvriers, n° 3, août 1840.
  • 18 ADR, T 353, sous les dates des 4, 11, et 22 septembre 1841.

34Chastaing n’a pas cependant abandonné sa vocation de journaliste « ouvrier ». Au début des années 1840, la surveillance de la presse s’allège assez pour permettre la parution de quelques nouveaux titres consacrés à la cause ouvrière. En juillet 1840, un autre journaliste, Bernard Collomb, créé L’Écho des ouvriers, journal des intérêts de la fabrique et des chefs d’atelier, où il salue les efforts de Falconnet, de Vidal, et de Chastaing dans L’Écho de la fabrique.17 Chastaing n’apprécie guère l’honneur d’être classé comme un ancêtre dépassé. En janvier 1841, il réapparaît sur la scène, avec L’Écho de la fabrique de 1841, présenté comme le prolongement de « cette tribune puissante qui, sous les noms d’Écho de la fabrique, Écho des travailleurs et Tribune prolétaire, a si longtemps retenti pour la défense de leurs droits », et il dénonce Collomb comme un agent de la mairie. Le nouveau journal souffre de la mauvaise volonté des autorités ; on remarque dans les archives de la préfecture plusieurs changements de nom au cours de l’année 1841, sans doute pour échapper aux interdictions.18

35En 1845, Chastaing revient à la charge, mais avec une nouvelle formule journalistique. Pour échapper aux contraintes sur les titres à courte périodicité, il crée un mensuel, la Tribune lyonnaise. Revue politique, sociale, industrielle, scientifique et littéraire des travailleurs. Encore une fois, il se présente comme « l’ancien rédacteur de L’Écho de la fabrique depuis sa fondation » (mars 1845). Il a toujours la même vocation : « Pour nous le journalisme fut et sera toujours une mission sacrée, que nous résumons par ces mots : moraliser et défendre ». Mais il y a maintenant un élément de religion qui n’apparaissait pas dans ses précédents écrits. Cette déclaration de foi dans le journalisme est suivie par ces phrases :

C’est parce que nous croyons que l’humanité est une et que Dieu vit en elle comme elle vit en lui, suivant les paroles de l’apôtre Paul, que nous osons dire aux travailleurs accablés par de durs labeurs : Esclaves du salaire ! vous êtes les fils des serfs du Moyen-Âge, fils eux-mêmes des esclaves de l’antiquité ! Voyez les progrès que le temps a accomplis, espérez donc en lui, et vous serez heureux un jour. (janvier 1846)

36Dans son numéro de mars 1848, écrit juste avant la nouvelle de la révolution de février, Chastaing souligne encore une fois ses services à la cause ouvrière : « Aucun journal de la classe ouvrière n’avait eu dans cette ville une aussi longue existence. » Il dénonce le journal progressiste de la ville, Le Censeur, comme « une nouvelle Gironde, ou pour mieux dire, l’aristocratie dans la démocratie ». Son journal seul peut prétendre d’être un vrai « organe populaire […] depuis 1831 nous avons élevé le drapeau des travailleurs, nous avons toujours sonné la charge et crié en avant, sans nous laisser paralyser par aucune crainte ». Mais si Chastaing voit toujours son journal comme la voix des ouvriers, il le définit aussi comme « le seul organe de la magnétisme, science de la vie humaine ».

  • 19 Club de l’égalité. Bulletin hebdomadaire, 31 mars 1848.

37Bien qu’il ne l’ait pas prévu, la révolution de 1848 aurait dû être l’apothéose de Chastaing. Dès son début, cependant, il se trouve dépassé par un mouvement ouvrier peu respectueux des anciens meneurs des années 1830. Dans un placard qu’il fait afficher le 1 er mars 1848, Chastaing essaie déjà de contenir ce qu’il voit comme les excès du mouvement. Condamnant les attaques contre les ateliers établis dans les couvents, vus par les ouvriers lyonnais comme une concurrence déloyale, Chastaing écrit : « Nous vous l’avons dit maintes fois, la liberté exige l’ordre : la démocratie c’est la justice, et la justice consiste à ne pas faire à autrui ce qu’on ne voudrait pas qui fût fait à soi-même. » Jusque-là mensuelle, la Tribune devient un journal paraissant tous les dix jours, mais même cette périodicité accélérée ne suffit pas pour le tenir au courant des événements. Le 9 mars, Chastaing et un ami forment leur propre club, le Club de l’égalité, où Chastaing prend souvent la parole, mais même dans cette enceinte, son autorité est souvent contestée. Le 11 mars, Chastaing propose « une fête en l’honneur de toutes les victimes de la tyrannie à Lyon, depuis Mouton-Duvernet en 1815, jusque et compris celles de novembre 1831 et avril 1834, laquelle fête serait faite de concert avec les autres clubs ». Cette préoccupation pour le passé n’est pas du goût des autres clubistes : d’après le journal du club, « le citoyen Roche admet le principe, mais il demande qu’avant tout on s’occupe des élections ». Deux jours plus tard, le club rejette les efforts de Chastaing de se faire élire comme président ou vice-président, le reléguant au poste de secrétaire, qu’il refuse. Le 17 mars, Chastaing lit un discours sur les élections parlementaires, mais « le citoyen Lançon attaque le discours du citoyen Chastaing ; il ne veut pas qu’on parle du lion populaire et il s’élève contre les circulaires du citoyen Ledru-Rollin, ministre de l’Intérieur, que le citoyen Chastaing avait défendues ».19

38Repoussé dans son propre club, Chastaing fait campagne pour un siège au sein de la nouvelle assemblée dans les pages de la Tribune :

Si nos concitoyens nous nomment, nous serons ce que nous avons été dans notre mission d’écrivain ; nous serons l’homme des prolétaires, l’ennemi de l’aristocratie et de tous les privilèges, en même temps ami de l’ordre, partisan inébranlable de la justice et de toutes les libertés, politique, civile et religieuse ; nous porterons à l’Assemblée nationale autre chose que des votes ; nous y porterons un système complet d’amélioration sociale, immédiatement réalisable, sans secousse ni perturbation publique. (10 avril 1848)

39Dans son dernier appel aux électeurs, il rappelle

la mission commencée par lui dans la presse en 1831, à L’Écho de la fabrique […] Il a combattu par la plume comme d’autres par l’épée, et vous le savez, citoyens !… Prolétaire lui-même, né en dehors de tout privilège, ennemi de tout monopole, en même temps ami de l’ordre […] partisan de la justice, ayant consulté toutes les théories sociales sans s’asservir à aucune.

  • 20 Archives nationales, C 1328, dossier Rhône. Chaque électeur a pu voter jusqu’à quatorze candidats ; (...)

40Les résultats des élections sont une déception amère, non seulement pour Chastaing, qui obtient moins de 2000 votes (tandis que Démophile Laforest, le maire provisoire de la ville, en totalise 126 743)20, mais aussi pour le mouvement ouvrier en général, écrasé par les votes des cantons ruraux du département.

  • 21 Marius Chastaing, Astréologie, ou remède aux causes du malaise social, Lyon, Rodanet, 1848.

41Chastaing est donc renvoyé à sa plume. Il continue de rédiger la Tribune lyonnaise, et il rassemble sous le titre d’Astréologie, ou remède aux causes du malaise social21 ses pensées sur la réforme de la société. La révolution de 1848 l’amène à repenser certaines questions. Il ne s’identifie plus comme prolétaire, mais se place « sur les confins de ces deux classes, c’est-à-dire assez heureux pour n’appartenir exclusivement à aucune d’elles » (p. 6), et il se méfie maintenant des passions du peuple : « … nous craindrions de fournir un aliment à des passions justes au fond, mais dont l’explosion serait à craindre, parce qu’il leur est donné de se mouvoir avec plus de liberté » (p. 19). Comme dans ses articles dans L’Écho de la fabrique au début des années 1830, il demande des réformes concrètes pour améliorer la condition de vie des pauvres : une éducation uniforme pour tous, y compris les femmes – il suggère même l’idée des internats obligatoires pour les enfants entre les âges de cinq et vingt-cinq ans, arguant que seuls les enfants des riches bénéficiaient d’une vraie vie familiale (p. 31 et 197) – un système de crédit ouvert à tous, le droit de travail, l’inspection des logements afin d’assurer que tous auraient des « appartements sains et commodes », (p. 133), une régie judiciaire afin d’assurer à tous l’accès aux services d’un avocat, et « une caisse de retraite pour tous les citoyens […] s’alimentant d’une retenue sur le produit de tous les travaux », avec en plus des « hôtels civils pour les invalides » (p. 33). Il développe beaucoup plus qu’auparavant ses pensées à l’égard des femmes. Elles doivent être éduquées jusqu’à l’âge de dix-huit ans, apprendre un métier mais aussi « ces arts aimables […] qui font le charme de la vie, l’agrément des salons, douces jouissances dont la fille du prolétaire se trouve injustement privée » (p. 54). Les femmes doivent avoir le droit, mais non pas l’obligation, de travailler, et la dot qu’elles apportent dans le mariage doit leur rester en propriété et ne pas passer sous le contrôle de leurs maris (p. 22-23). Les épouses doivent recevoir leurs propres pensions de retraite : « … nous ne faisons plus dépendre l’existence de la femme vieille ou infirme de la possession de biens personnels ou de la volonté du mari » (p. 86). Mais Chastaing se démarque des utopistes saint-simoniens qui ont voulu abolir le mariage et la distinction entre les deux sexes : « Sauf à de rares exceptions, […] la femme ne doit pas sortir de la sphère que la providence lui a assignée » (p. 54).

42Obligé par les circonstances de 1848 de proposer un système économique cohérent, Chastaing essaie de se distinguer à la fois des idées libérales et du socialisme. Il n’admet plus, comme il l’avait fait auparavant, le libre échange : « La célèbre maxime des économistes, laissez-faire, laissez-passer, n’est pas admise dans l’ordre politique ; pourquoi en ferait-on une arche sainte dans l’ordre commercial et industriel ? » (p. 89) Mais en même temps, il défend le droit de propriété, à condition de l’étendre à tous :

Lorsque tous posséderont, aucune plainte ne s’élèvera contre le droit de la propriété, car l’instinct de la propriété est dans le cœur de l’homme, et si nous ne déclarons pas cet instinct mauvais, c’est qu’à nos yeux il est un élément du progrès et une condition de la liberté. (p. 122)

43La société garde néanmoins le droit de régler la conduite des propriétaires : « … nous ne contestons pas à la propriété le droit d’user, mais nous lui dénions celui d’abuser » (p. 34). Afin de prévenir les excès de la concurrence, le nombre des membres de chaque profession doit être réglé : « … rien de plus facile que de dresser la statistique de toutes les professions, d’en fixer ensuite le nombre à raison de la population » (p. 64). L’État doit gérer les industries clés dont dépend le bien-être social : les transports, les houillères, l’assurance contre le feu et les accidents, la poste. Elle doit garder aussi les monopoles traditionnels sur la vente du tabac, des cartes à jouer, et de la poudre à canon (p. 210).

44Les institutions politiques intéressent Chastaing beaucoup moins que les questions économiques. Jusqu’à la révolution de 1848, il a été prêt à accepter une monarchie constitutionnelle, comme l’avait fait Lafayette, le « grand citoyen surnommé le héros des Deux-Mondes » en 1830 (p. 11). La révolution accomplie, il délaisse Lafayette et cite les noms de Robespierre et Saint-Just comme inspirations (p. 61). Il lui semble évident alors que le gouvernement ne pouvait être qu’une république démocratique, à base de suffrage masculin universel (p. 95). La Constitution doit garantir la liberté de la presse et les droits d’association et réunion (p. 145) – droits dont Chastaing avait appris l’importance, comme nous l’avons vu, en 1834 – mais les autres questions politiques ne l’intéressent guère. Sa conception de la liberté individuelle a ses limites : par exemple, pour lui, « le droit de choisir le culte n’implique pas celui de n’en adopter aucun » (p. 89).

45Comme Chastaing le reconnaît lui-même, dans les circonstances de 1848, ses vues ne sont plus assez radicales pour lui assurer une audience parmi une classe ouvrière qui s’identifie avec les doctrines de Proudhon ou de Louis Blanc, deux penseurs que Chastaing rejette explicitement :

Aujourd’hui, au milieu de l’effervescence, nous paraîtrons modérés ; en se reportant à l’époque où nous avons commencé, on reconnaîtra que nous avions alors une audace bien grande. Nous n’avons pas changé, mais les événements ont été plus vite que notre plume […] (p. 17)

46L’incohérence de ce mélange des éléments de la tradition libérale, du républicanisme, d’une conception avancée de l’État providence et de quelques propositions franchement étatistes n’est pas faite pour lui gagner des adeptes. Seul un des hommes politiques en vue en 1848 excite l’enthousiasme de Chastaing : il s’agit non pas de l’un ou l’autre des tribuns socialistes ou républicains, mais d’Émile de Girardin, fondateur du journal La Presse. « Il nous paraît l’homme le plus capable que la France ait produit en économie sociale, en administration, en politique » (p. 234). Comme Louis Napoléon, mais avec beaucoup moins de succès, Girardin se présente comme un homme au-dessus des partis, capable de représenter toutes les classes sociales.

47La modération des principes de Chastaing en 1848 ne suffit pas pour le mettre à l’abri de la persécution politique. En juin 1849, la répression du mouvement « démoc-soc » à Paris inspire une insurrection à Lyon. Quelques jours après, Chastaing est arrêté, inculpé d’avoir été membre d’un club subversif. « Il me manquait le baptême de la persécution, je ne l’attendais certes pas de la République », écrit-il avec amertume dans Vingt-deux jours de captivité, le court mémoire qu’il imprime deux mois plus tard. Son arrestation lui donne l’occasion d’esquisser les étapes de sa vie et de souligner qu’« elle se résume tout entière dans quelques opuscules et dans la rédaction du journal L’Écho de la fabrique, transformé depuis cinq ans en la Tribune lyonnaise ». Tandis qu’il s’identifie avec ses journaux, il nie toute participation dans des mouvements contestataires : « Je ne me suis jamais, depuis 1817, mêlé activement à aucune conspiration, je n’ai jamais assisté à aucun conciliabule, coopéré à aucune tentative d’insurrection. » Même dans le cadre de cette protestation contre l’arbitraire policier, Chastaing continue de se distancer du radicalisme de 1848. Il écrit :

Parlez moins, agissez davantage ; au lieu de vous élancer vers les utopies de l’avenir, souvenez-vous du passé et améliorez le présent : une simple réforme utile vaut mieux que tout un système qu’on ne peut, qu’on ne veut ou qu’on n’ose appliquer.

  • 22 Marius Chastaing, Vingt-deux jours de captivité, ouvr. cité, p. 5, 12 et 23.

48En conclusion, il remercie son épouse de ses efforts pour le faire remettre en liberté, en des termes qui montrent que ses idées sur le rôle des femmes doivent beaucoup à sa propre expérience : « Oh ! ne dites pas que la famille n’est pas chose sainte et révérée, ne dites pas que la femme ne remplit pas une mission sublime, c’est dans l’adversité qu’on connaît tout son dévouement. »22

  • 23 Lettres de Devert, gérant de la Tribune, au préfet, 21 août 1850, et de Lagrange, procureur de la r (...)

49Relâché après trois semaines en prison, Chastaing essaie de continuer son travail de journaliste malgré la répression toujours croissante. Dans des articles de la Tribune lyonnaise pendant l’année 1850, il insiste à la fois sur la modération de ses écrits et sur son droit à la parole. L’un de ses associés essaie de convaincre le préfet que la Tribune a « toujours attaqué, même en 1848, les doctrines communistes, fouriéristes, proudhoniennes et autres ; elle a combattu la démagogie et sous plus d’un rapport, elle a pu rendre, et je crois pouvoir dire, elle a rendu de services réels ». Ces protestations ne font aucune impression sur les autorités ; une lettre du procureur du 14 septembre 1850 annonce sa détermination de poursuivre Chastaing, « le seul et véritable propriétaire du journal », pour ses activités.23 Le numéro de février 1851 annonce la fermeture du journal. Sous la signature de son gérant légal, le journal retrace pour la dernière fois la généalogie de la Tribune : « … fidèle aux traditions de L’Écho de la fabrique qu’elle remplaçait en élargissant son cadre […] elle a constamment défendu les intérêts et les droits de la classe laborieuse […] Organe du prolétariat, elle a donné asile aux muses de l’atelier » mais en même temps, « la Tribune a été religieuse dans la véritable acceptation du mot […] Alors que d’autres prêchaient l’athéisme et préconisaient le culte exclusif des intérêts matériels, elle a, donnant la religion pour base à la démocratie, exalté le spiritualisme qui seul produit de grandes choses, qui seul peut éveiller les nobles sentiments. » Encore une fois, par le biais de son collaborateur, Chastaing insiste sur l’innocuité de ses activités :

La Tribune n’a joué aucun rôle agressif dans les luttes de partis ; car, nous pouvons le dire, ses rédacteurs n’ont jamais cherché la gloire frivole de captiver la faveur et le suffrage de la foule, en surexcitant ses passions […] Étrangère à tout esprit de coterie, parce qu’elle était une œuvre isolée, et pour ainsi dire toute personnelle, la Tribune a été l’expression, le type réel du véritable journalisme, du journalisme individuel.

  • 24 Le Progrès de Lyon annonce sa disparition dans son numéro du 26 janvier 1866. Je remercie George J. (...)

50Ce testament est jusqu’ici le dernier témoignage public des activités de Marius Chastaing qu’on a pu retrouver. Il est mort en 1866, mais on ne connaît rien des dernières années de sa vie.24

  • 25 Sur Monfalcon et la révolution de 1848, voir Jeremy D. Popkin, « Worlds turned upside down : Bourge (...)
  • 26 Sur les origines et la carrière de Monfalcon, voir son autobiographie, Souvenirs d’un bibliothécair (...)

51Le ton élégiaque du dernier numéro de la Tribune fait écho à celui adopté presque en même temps par le journaliste orléaniste Jean-Baptiste Monfalcon, grand ennemi de L’Écho de la fabrique dans les années 1830, qui se trouve lui aussi obligé d’abandonner ses travaux journalistiques par un régime qui devient de plus en plus autoritaire.25 Pour ces deux hommes, venus d’horizons idéologiques opposés, la révolution de 1830 avait ouvert des possibilités inimaginables sous la Restauration. Tous les deux avaient épousé le journalisme comme une espèce d’apostolat, et tous les deux avaient eu la malheureuse expérience d’être déboutés de leurs positions de rédacteur à la suite des conflits avec ceux qu’ils avaient voulu servir – Chastaing par les chefs d’atelier dans le conseil de L’Écho de la fabrique, Monfalcon à deux reprises par les actionnaires bourgeois des journaux Le Précurseur (en 1831) et Le Courrier de Lyon (en mars 1834). Bien qu’il fût surtout le porte-parole des intérêts bourgeois, Monfalcon connaissait intimement les souffrances des ouvriers en soie – à la différence de Chastaing, il venait d’une famille des soyeux – et on peut dire qu’il croyait sincèrement travailler pour l’amélioration de leur condition autant que Chastaing.26 Sur quelques points, comme la nécessité d’une meilleure surveillance des conditions de logement dans les quartiers ouvriers, les deux étaient essentiellement d’accord. Tous les deux s’engageaient à leur manière en 1848 pour le maintien de l’ordre – Chastaing dans son club et dans la Tribune lyonnaise, Monfalcon comme rédacteur des Annales de la ville de Lyon et de l’Annuaire de Lyon – avant de trouver que leurs idées et leur confiance dans les possibilités du journalisme, reflets de l’épisode révolutionnaire des années 1830, étaient désormais dépassées.

52Avec le recul d’un siècle et demi, comment doit-on évaluer l’œuvre de Marius Chastaing ? Si L’Écho de la fabrique doit être regardé comme le premier journal ouvrier en France, c’est Chastaing qui en a été l’âme. Il y a peu de doute qu’il a fourni l’essentiel du travail rédactionnel qui a fait de L’Écho un vrai journal et non pas seulement l’expression des doléances des chefs d’atelier. En plus, c’est lui qui a insisté sur la vocation du journal d’être l’organe, non pas des intérêts particuliers des ouvriers en soie, mais d’une « caste prolétaire » s’étendant aux travailleurs de toutes les industries et, potentiellement, de toute la France, sinon du monde entier. C’est lui qui a utilisé pour la première fois dans leur sens moderne, dans les titres des journaux qu’il a créés après son expulsion de L’Écho de la fabrique, les mots « travailleurs » et « prolétaire ». Plus que les véritables ouvriers en soie qui avaient contribué à ces journaux, c’est Chastaing qui a inventé le langage dont allait se servir le mouvement ouvrier français.

53Bien qu’il mérite d’être reconnu comme un grand pionnier du journalisme ouvrier, cependant, il faut reconnaître que Chastaing n’avait pas vraiment épousé l’idée d’un mouvement ouvrier. Il n’avait pas reconnu l’importance du syndicalisme, préfiguré par la Société de devoir mutuel, ni celle de la grève comme arme des ouvriers, ni le rôle de la violence collective dans la défense des intérêts prolétaires ; il n’a pas anticipé non plus la possibilité d’un parti politique ouvrier. D’autre part, cependant, il a très bien posé les prémisses de l’État providence. Dès ses premiers articles dans L’Écho de la fabrique, il a insisté sur l’idée que le principe de l’égalité exige un niveau minimum de vie pour tous, l’éducation universelle, et d’autres droits sociaux. Du temps où l’historiographie du mouvement ouvrier était dominée par le marxisme, on aurait stigmatisé Chastaing comme un réformiste. Maintenant, on peut reconnaître en lui un écrivain qui avait anticipé maints principes de la justice sociale qui sont toujours d’actualité.

  • 27 Chastaing, Vingt-deux jours de captivité, p. 6.

54On peut imaginer, cependant, que Chastaing aurait aimé qu’on se souvienne de lui avant tout comme d’un journaliste. Lui-même avait écrit « je n’ai pas la folle vanité de me croire doué » d’un « talent éminent comme écrivain ».27 Mais, comme on vient de le voir, après 1831, il s’identifie complètement à sa carrière de journaliste au service des prolétaires. Si c’est Chastaing qui a déterminé le destin de L’Écho de la fabrique, il faut dire aussi que L’Écho a déterminé le destin de Chastaing : dès 1831, le travail pour la presse donnait du sens à sa vie, et il y revient chaque fois que les circonstances le permettaient. Comme ses contemporains lyonnais Anselme Pétetin et Jean-Baptiste Monfalcon, il a les talents (et les limites) d’un vrai professionnel de ce métier, et, comme eux, il n’allait jamais trouver aucune autre occupation qui lui allait si bien. Chastaing sait écrire rapidement et avec clarté ; il comprend à la fois l’importance de la cohérence idéologique et de la variété de ton et de contenu dans un journal. Grâce à lui, le premier journal ouvrier en France a pu soutenir la comparaison avec les meilleurs produits de la presse bourgeoise de l’époque, une époque qu’on peut regarder comme l’un des âges d’or de la presse française.

Notes

1 La liste des actionnaires originaux dans le journal est publiée par son successeur, la Tribune prolétaire, 10 mai 1835. Elle comporte vingt-neuf chefs d’atelier et six autres individus.

2 L’Écho de la fabrique, 1er avril 1832, et pour sa mort, 12 août 1832.

3 Marius Chastaing, Vingt-deux jours de captivité, Lyon, Bureau de la Tribune lyonnaise, 1849, p. 5. L’acte de naissance (Archives départementales du Rhône, état civil, microfilmé 730606) donne la date du 7 thermidor VIII ; Chastaing lui-même dit le 8 thermidor.

4 Sur la vie de Chastaing, voir son manifeste électoral dans la Tribune lyonnaise, Revue politique, sociale, industrielle, scientifique et littéraire des travailleurs, 20 avril 1848, ainsi que Chastaing, Vingt-deux jours…, p. 5, et L’Écho de la fabrique, 12 août 1832.

5 Le nom de Chastaing ne figure pas parmi les cent quinze écrivains cités dans [Sébastien Kauffmann], Biographie contemporaine des gens de lettres de Lyon, Lyon et Paris, Chez les marchands de nouveautés, 1826, ni dans aucun autre pamphlet de l’époque.

6 ADR, 4 M 263, dossier « Loge de la Bienveillance »

7 Sur le rôle de La Glaneuse dans l’insurrection, voir Jeremy D. Popkin, Press, Revolution and Social Identities in France, 1830-1835, University Park (PA), Penn State University Press, 2002, p. 197-201.

8 ADR, T 353, déclaration du 9 mai 1832 ; voir l’avis dans L’Écho du 13 mai 1832, signé de Vidal.

9 L’Écho de la fabrique, 9 septembre 1832. Jacques Berger, « ouvrier en soie, » avait été nommé gérant du journal en remplacement du Vidal, le 11 août 1832. ADR, T 353, 11 août 1832.

10 « Banquet industriel pour l’anniversaire de la fondation de L’Écho de la fabrique », novembre 1832, Lyon, Perret, 1832.

11 D’Argout à Gasparin, 13 août 1833, dans archives municipales de Lyon, Fonds Gasparin, 4 II 9.

12 Jean-Baptiste Monfalcon, Histoire des insurrections de Lyon, en 1831 et 1834, d’après des documents authentiques ; précédée d’un essai sur les ouvriers en soie et sur l’organisation de la fabrique, Lyon, Perrin, 1834. Sur le livre de Monfalcon, voir Popkin, Press, Revolution and Social Identities, ouvr. cité, p. 230-38.

13 Voir notamment le dossier aux Archives nationales, CC 558. Dans un long rapport sur la presse lyonnaise, datée du 6 mai 1834, le préfet Gasparin écrit que « L’Écho de la fabrique jette ses derniers soupirs », mais il ne dit rien sur L’Écho des travailleurs, ni sur son rédacteur. AML, fonds Gasparin, II 4 11.

14 « La Revue de Lyon. Grand combat à mort de l’Épingle et du Papillon », bibliothèque municipale de Lyon, Fonds Coste, n° 775, reproduit dans Popkin, Press, Revolution and Social Identity in France, ouvr. cité, p. 27.

15 BML, Fonds Charavay, ms 186, lettre de 14 septembre 1840.

16 Marius Chastaing, Astrée. Discours maçonnique sur la justice, Lyon, Isidore Deleuze, 1838, p. 34 et 50.

17 L’Écho des ouvriers, n° 3, août 1840.

18 ADR, T 353, sous les dates des 4, 11, et 22 septembre 1841.

19 Club de l’égalité. Bulletin hebdomadaire, 31 mars 1848.

20 Archives nationales, C 1328, dossier Rhône. Chaque électeur a pu voter jusqu’à quatorze candidats ; seuls les résultats pour les candidats ayant reçu plus de 2 000 votes ont été envoyés à Paris. Pour le Rhône, Il y avait au total quarante-neuf candidats dans ce cas. Chastaing ne figure pas sur cette liste.

21 Marius Chastaing, Astréologie, ou remède aux causes du malaise social, Lyon, Rodanet, 1848.

22 Marius Chastaing, Vingt-deux jours de captivité, ouvr. cité, p. 5, 12 et 23.

23 Lettres de Devert, gérant de la Tribune, au préfet, 21 août 1850, et de Lagrange, procureur de la république, au commissaire du gouvernement, 14 septembre 1850, dans ADR, T 357, dossier Tribune lyonnaise.

24 Le Progrès de Lyon annonce sa disparition dans son numéro du 26 janvier 1866. Je remercie George J. Sheridan pour ce renseignement.

25 Sur Monfalcon et la révolution de 1848, voir Jeremy D. Popkin, « Worlds turned upside down : Bourgeois experience in the nineteenth-century revolutions, » Journal of Social History, vol. 49, 2007, p. 821-839.

26 Sur les origines et la carrière de Monfalcon, voir son autobiographie, Souvenirs d’un bibliothécaire, ou une vie d’homme de lettres en province, Lyon, J. Nigon, 1853, p. 5-9.

27 Chastaing, Vingt-deux jours de captivité, p. 6.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search