Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Écho de la fabrique

 | 
Ludovic Frobert

Désignation et reconnaissance : le concours pour « chercher un terme appellatif qui remplace celui de canut » dans L’Écho de la fabrique

Marie-France Piguet

Texte intégral

1Contrairement à ce que l’on pourrait attendre, le mot canut(s) est peu employé dans L’Écho de la fabrique, et si la lecture de la version numérisée du journal en offre des occurrences nombreuses, c’est en raison surtout des notes de l’équipe éditoriale où les expressions « journal des canuts », « représentants des canuts », « revendications des canuts », « prud’homme canut », « lecteurs canuts », « intérieurs canuts »… sont régulièrement attestées, conformément à l’usage contemporain du terme.

2Ceux que nous nommons maintenant canuts ne se désignaient pas volontiers eux-mêmes sous ce terme, car il s’agissait alors d’un sobriquet qu’ils ressentaient comme une injure, d’une désignation humiliante qu’ils ont évité d’employer. L’exploration du texte numérisé permet même de soutenir que le mot canut(s) aurait été presque absent de L’Écho de la fabrique, si la question de cette dénomination n’avait été au centre d’une importante réflexion dont le journal a gardé la trace.

  • 1 Selon l’expression d’Annie Geffroy qui a étudié en détail les conditions d’émergence de cette désig (...)
  • 2 Marius Chastaing, « Concours ouvert sur l’adoption d’un terme générique, pour désigner la classe de (...)

3Des exemples de désignation stigmatisante d’un groupe social ne sont pas rares qui s’accompagnent souvent d’un retournement axiologique du désignant à la faveur d’un changement de rapport de force. C’est ainsi que durant la Révolution l’expression « sans-culottes » a d’abord été une insulte, un « désignant socio-politique “ordurier” et “aristocratique” »1 avant de devenir une appellation assumée et revendiquée. Chaque cas participe cependant d’une situation singulière, et celui de canut(s) présente le grand intérêt d’avoir été explicitement formulé par les désignés eux-mêmes qui ont organisé au sein de L’Écho de la fabrique un étonnant « concours » pour trouver « un terme appellatif qui remplace celui de canut [en capitales dans le texte] ».2

4C’est donc à ce mot qui fait aujourd’hui référence aux acteurs d’une révolte spécifique à l’histoire économique, sociale et culturelle lyonnaise, regardée souvent comme l’une des premières révoltes ouvrières du XIXe siècle, à son usage dans le journal de ceux qu’il désigne, à la mise en œuvre du concours et aux enjeux d’une telle désignation que cette étude est consacrée.

L’usage du mot canut dans L’Écho de la fabrique

5Dans L’Écho de la fabrique qui affiche comme sous-titre Journal des chefs d’ateliers et ouvriers en soie, canut est un mot rare, comme il a été dit – on en compte une quarantaine d’occurrences environ –, un mot dont l’emploi reste à peu près absent des articles venus des rédacteurs de L’Écho de la fabrique. Le « Prospectus » de lancement du journal ne s’adresse d’ailleurs pas aux canuts mais à « MM. les chefs d’ateliers ou ouvriers » et ses rédacteurs se présentent dans la lettre adressée à Monsieur le Préfet comme « Chefs d’ateliers, Fabricans d’étoffes de soie, unies et façonnées de la ville de Lyon et de ses faubourgs ». Dans les lettres au rédacteur closes par une signature généralement accompagnée du nom de métier du signataire : Béranger, ouvrier boulanger ; L. F. S. B. Chef d’atelier à la Guillotière ; Marin, maître ouvrier ; Un fabricant ; C…, commis-fabricant ; Charnier, Prud’homme, chef d’atelier ; Piquet, fabricant de schalls et bordures, rue des Capucins ; Buisson, Ouvrier ciseleur ; Votre abonné, Dufourd, chef d’atelier ; etc., une seule, semble-t-il, est signée un canut, votre abonné (numéro du 15 janvier 1832), mais le nom de famille du signataire est absent.

6Ce sont peut-être les souscripteurs pour le soutien de telle famille ou telle cause qui se réclament le plus souvent de l’appellation de canuts : « un canut, pour le salut de son âme 65c » (24 février 1833), « un canut au patriote Laffite 1fr » (21 avril 1833), « un canut républicain », « un canut des Tapis », « un canut du couvent des Carmélites »…, ou dans la rubrique humoristique « Coups de navette » : « un canut demande s’il a le droit de récuser son juge, lorsque celui-ci récuse la loi » (15 juillet 1832), « j’ai vu deux canuts avec leurs marchands, prenant une tasse au café Corti ; de là, ils ont été ensemble à la comédie ; ils se donnaient le bras… compère vous mentez » (16 décembre 1832).

  • 3 Pour reprendre l’expression de Jacqueline Authier-Revuz, Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles r (...)

7À côté de cette tendance à ne pas définir professionnellement ou à ne pas autoriser facilement une telle autodésignation, on observe aussi que canut(s) est un mot le plus souvent employé en italique, un mot qui fait référence d’abord à lui-même, un mot sur lequel on attire l’attention mais que l’on tient avec une certaine distance, bref, un mot « qui ne va pas de soi ».3 Certes, il s’agit parfois de marquer ainsi la dimension locale d’un désignant que l’on applique à l’extérieur de son registre habituel d’énonciation, « les canuts de Zurich » par exemple (4 août 1833), mais il n’en va pas toujours de cette seule dimension. Dans le compte rendu du conseil des prud’hommes du 29 décembre 1831 par exemple, publié le 1er janvier 1832, il est précisé que « le sieur Champagne », négociant de son état, se serait écrié : « Je suis canut, et fils d’ouvrier, je connais aussi l’état », le rédacteur mettant en italique le mot canut.

  • 4 Voir la note des éditeurs de la version numérisée de L’Écho de la fabrique, 14 avril 1833.
  • 5 Dans les numéros 15, 16, 17 et 18 de L’Écho de la fabrique, avril-mai 1833.
  • 6 Pour de plus amples développements et les autres dimensions de cette nouvelle, voir la contribution (...)

8Une nouvelle et une chanson ont pourtant pour titre Le canut. On doit la première à Louis Couailhac, professeur au lycée de Lyon destitué pour ses opinions républicaines4, qui narre en quatre épisodes5 l’histoire d’un « canut », injustement condamné à une incarcération de deux mois et qui trouve la mort à sa sortie de prison en participant aux manifestations avec ses compagnons.6 Au moment de cette libération et de cette mort, le « fabricant » qui est à l’origine de la condamnation reçoit la croix d’honneur. De son côté, la chanson, œuvre d’un « chef d’atelier » nommé Ratelade, est une complainte qui revendique le nom de canut :

Je suis canut, et gaiement je m’applique
Aux nouveautés, aux articles de goût ;
Je suis toujours joyeux, quand j’ai dans ma boutique
Crêpes, zéphirs, et gaze marabout.
(L’Écho de la fabrique, 20 octobre 1833)

  • 7 Voir la note n° 32.

9Elle évoque l’amour du canut pour son travail, l’intérêt de ce labeur pour les élégants, les dames de cour, les banquiers, les moines, les prélats, les guerriers : « Pour le guerrier qui défend sa patrie/Je fais aussi le glorieux ruban », mais termine chaque strophe par l’expression de la misère, de la solitude et du désespoir du canut : « Pourtant le froid tous les hivers j’endure », « Cependant je touche à l’indigence », « J’embellis tout, et pourtant on m’oublie ». On note dans cette chanson, l’énoncé d’oppositions structurantes qui resteront présentes sous un autre mode que celui de la complainte individuelle, dans Les canuts d’Aristide Bruant.7

10De l’un et l’autre de ces textes qui affichent conjointement pour titre Le canut et qui cherchent à dresser sous ce nom le portrait d’un ouvrier travailleur, compétent, digne, se fait jour une résignation douloureuse face à l’injustice sociale qui contraste avec les deux chansons intitulées La ferrandinière. C’est aussi de plainte et de misère que témoigne l’expression « pauvres canuts » employée par Bouvery dans une lettre au rédacteur publiée le 14 juillet 1833 :

[Les membres du conseil des prud’hommes] eux-mêmes le disent, la loi n’est rien pour eux, et nous voilà, pauvres canuts, nous sommes déshérités du droit commun et obligés d’abandonner la défense de nos intérêts les plus pressans à la conscience de ces messieurs.

  • 8 Dans un article du 18 mars 1833 « Situation de Lyon », republié dans L’Écho du 24 mars 1833.
  • 9 Cité dans L’Écho de la fabrique, 29 avril 1832.

11Les articles des autres journaux cités par L’Écho de la fabrique emploient peu le mot qui reste neutre et non marqué lorsque ces journaux manifestent une empathie avec le mouvement à la manière du Messager des chambres8 pour lequel « les fabricans lyonnais ont à l’égard des ouvriers quelques préjugés » et que ce serait une « erreur […] de s’imaginer que les canuts soient plus difficiles à contenter que les autres ouvriers en général », mais qui pourrait traduire une certaine condescendance dans l’expression « braves canuts » du journal légitimiste Le Revenant.9

12L’examen des principaux emplois de canut(s) dans L’Écho de la fabrique esquisse un usage problématique du mot, que les débuts du concours invitent à analyser comme une véritable stratégie d’évitement. Ce qui se révélera être, en effet, un concours pour « chercher un terme appellatif qui remplace celui de canut » (28 octobre 1832) ne sera formulé ainsi qu’à la sixième annonce dudit concours, le mot même de canut étant absent de ces annonces jusqu’à la même date ! Il s’agit dans la formulation initiale du gérant Berger de trouver « un terme générique à l’effet de désigner la classe générale des ouvriers en soie » (26 août 1832).

« Désigner la classe générale des ouvriers en soie » : présentation du concours

13Le concours s’ouvre dans le journal du 26 août 1832, s’étend sur seize numéros et cesse sans aucune explication le 7 avril 1833 avec un rapport du rédacteur en chef, Marius Chastaing, faisant état des dernières propositions.

14L’idée de son organisation fait suite à une lettre au rédacteur publiée le 19 août 1832 par un certain F. Méziat connu de L’Écho de la fabrique uniquement dans ce contexte, critiquant l’emploi du terme ferrandiniers dans le numéro précédent pour appeler au « bal des Ferrandiniers » : « Les compagnons ouvriers en soie s’étant réunis et ayant cru devoir adopter le nom de Ferrandiniers [en italique dans le texte], donneront un bal au café du Grand-Orient » (12 août 1832).

  • 10 Voir la note « concours » dans le numéro suivant de L’Écho de la fabrique, celui du 26 août 1832. L (...)

15Il s’agit là d’un nom dont se réclament un grand nombre d’ouvriers en soie10, qui désigne les seuls compagnons ouvriers. C’est un mot connu, enregistré d’ailleurs par le dictionnaire de l’Académie dès sa première édition en 1694, qui le définit à la date d’ouverture du concours (1832, quatrième édition) par « Ouvrier qui fabrique les étoffes de soie, et surtout une espèce d’étoffe qu’on appelait autrefois Ferrandine ». Pour Méziat, « le titre que vient d’adopter une estimable classe d’ouvriers de notre ville, ne répond pas à notre époque de régénération » (19 août 1832), car il est dérivé du mot ferrandine, une étoffe ancienne fabriquée autrefois. De plus, il « ne laisse dans l’esprit aucune trace qui puisse faire croire qu’il se rapporte au tissage de la soie ». Méziat propose alors d’employer un mot nouveau créé sur le latin, celui de séricarien(s), de sericarius « ouvrier en soie », et le rédacteur note : « Nous croyons qu’il serait convenable de chercher un terme générique pour désigner la classe des tisseurs sur étoffes de soie. Nous pensons que celui proposé par M. Méziat, sericariens, pourrait être adopté ». Chastaing soutient la proposition de Méziat en mettant l’accent sur la nécessité de trouver ce qu’il appelle « un terme générique », l’expression reviendra à de nombreuses reprises, c’est-à-dire un mot qui n’opère pas de clivage dans l’ensemble des tisseurs de soie.

16L’annonce du concours est lancée dès le numéro suivant par Berger, le gérant du journal, en ces termes :

Nous croyons faire plaisir à nos lecteurs en ouvrant un concours pour l’adoption d’un terme générique à l’effet de désigner la classe générale des ouvriers en soie. Le nom de ferrandinier a été pris par un grand nombre de ces tisseurs, mais il ne nous semble pas devoir être adopté ; le ferrandinier est celui qui fait de la ferrandine (étoffe passée de mode) comme le satinier, le taffetasier font des satins, des taffetas. Nous aurions préféré le mot de séricariens proposé par M. Méziat, mais il a soulevé des objections. (26 août 1832)

17La référence obsolète de ferrandinier sera toujours sollicitée par Chastaing et Berger pour écarter le terme, mais des raisons plus politiques ne sont probablement pas étrangères au rejet de celui dont se réclament les seuls compagnons.

  • 11 Où siègent Bofferding, Marrel, Berthelier, Biollay, Drivon, Jacob et Moine.

18Berger précise que les propositions de mots nouveaux sont à envoyer jusqu’au 15 octobre, date à laquelle L’Écho de la fabrique choisira l’expression « la plus convenable » qui sera dès lors utilisée dans le journal ; son auteur gagnera « un abonnement gratuit au journal, pendant toute sa durée ». Il indique dans les numéros suivants que les auteurs seront convoqués pour « débattre entr’eux », que le rédacteur en chef du journal Marius Chastaing établira un rapport sur la question au nouveau comité de surveillance du journal11, et qu’une commission composée de MM. Bofferding, Marrel, Falconnet et Berthelier a été nommée qui devra donner un « avis motivé » sur ce rapport. L’affaire est donc traitée très sérieusement et les difficultés inhérentes à l’adoption d’un mot nouveau rappelées par une analogie avec les unités de mesure nées du système décimal :

Nous savons que ce mot nouveau éprouvera des difficultés pour être adopté, mais il n’en éprouvera pas plus qu’en ont subi l’établissement du calcul décimal, de l’unité des poids et mesures, et des mots qui servent à les désigner comme le mètre, le stère, et leurs dérivés, etc ; nous espérons parvenir au même résultat. (2 septembre 1832)

19Chastaing établira en fait deux rapports sur le concours, le premier daté du 16 octobre 1832, publié en deux parties les 28 octobre 1832 et 4 novembre, le second daté du 7 janvier 1833 et publié le 7 avril 1833. Le premier rapport expose les raisons du concours, suivies de la liste des mots proposés classés par ordre de leur arrivée au journal et des lettres des concurrents les plus utiles à faire connaître. Le second rapport intègre « dans l’intérêt de la science » les mots proposés par les retardataires. À l’adresse de ceux qui critiquent un tel projet au sein du journal, de Labory en particulier, Chastaing souligne dès le premier rapport le lien profond entre ce problème symbolique de désignation et celui des combats en cours :

  • 12 Marius Chastaing, « Concours ouvert sur l’adoption d’un terme générique, pour désigner la classe de (...)

Messieurs, la question qui nous occupe semble au premier coup d’œil être oiseuse, cependant elle ne l’est point ; elle est la suite du mouvement social dont aujourd’hui nous sommes spectateurs en même temps qu’acteurs. Notre programme, « amélioration physique et morale de la classe prolétaire », est le résultat de la marche de l’esprit humain auquel nous avons dû nous associer. La discussion qui s’agite actuellement en est une conséquence.12

20Par ailleurs, le ressort de ce curieux concours, c’est-à-dire la raison principale de l’usage problématique du mot canut(s) qui n’avait pas été énoncée jusque-là, et la nécessité donc de le remplacer, est explicité dans ce premier rapport :

La classe des ouvriers en soie comme toutes les autres, se divise en un grand nombre de professions, ayant chacune un nom distinct. Il y a parmi eux des veloutiers [en italique dans le texte], des rubanniers, des satiniers, des taffetatiers, etc. Ces divers états réunis en forment un seul désigné par un sobriquet devenu à Lyon une injure, je ne sais pourquoi. Ce sobriquet, c’est le mot canut [capitales dans le texte]. Pour éviter de l’employer, il faut se servir d’une périphrase, et dire : Fabricans d’étoffes de soie ou ouvriers en soie. (Ibid.)

21Canut est un mot injurieux pour désigner « la classe des ouvriers en soie », mais c’est aussi un mot qui possède une intéressante propriété dénotative, car il ne distingue pas entre les divers métiers spécifiques, comme Chastaing le souligne, ni entre les diverses fonctions qui composent la fabrication de la soie et que Chastaing évoque indirectement en donnant pour exemples le mot militaire qui regroupe indistinctement le général, l’officier, le soldat, puis celui d’artiste, d’homme de loi, d’homme de lettres… L’objectif du concours consiste donc à créer un mot nouveau qui soit axiologiquement neutre et doté de cette propriété d’exprimer l’ensemble des ouvriers en soie, lequel mot sera mis ensuite en usage par le journal. Pour cela, des règles ont été établies et chaque mot-candidat devra :

  • 13 En fait, à la lecture des mots éliminés par Chastaing, il s’agit de mots qui ne sont pas composés. (...)
  • 14 « Suite du rapport de Marius Chastaing, sur le concours etc. », L’Écho de la fabrique, 4 novembre 1 (...)

1) être simple ; 2) euphonique ; 3) complet ; simple, il doit n’être qu’un mot composé de peu de syllabes13 ; euphonique, il doit être agréable et facile à prononcer ; complet, il doit désigner suffisamment l’ouvrier en soie actuel qui tisse alternativement toutes sortes de matières.14

« Désigner la classe générale des ouvriers en soie » : résultats du concours

  • 15 Labory n’est pas le seul à défendre le mot canut au concours. Pierre Corréard qui publie des chanso (...)
  • 16 Voir par exemple l’usage qu’en fait Vincent de Gournay qui a été intendant du commerce à Lyon au mi (...)

22Au total, soixante-huit mots différents parviendront au journal. Sur la base des critères retenus, mais aussi pour « défaut d’harmonie », Chastaing émettra des réserves sur certaines expressions et en proposera l’exclusion : « textoricarien », « armatisseur », « séricicophante, « maître fabricant d’étoffes de soie » par exemple, mais aussi « canut » avancé par Labory15, nous y reviendrons. Notons au passage qu’aucune proposition de « fabricant » n’a été faite qui reste la dénomination historique16 de ceux qui font fabriquer les soieries.

23Parmi les mots qui satisfont aux règles définies, on peut citer : « tissoie », « arachnéen », « bombixier », « tissoierien », « pamphilarien », « bombycinaire », « polymithe », « omnitisseur », « politisseur », « soieriefèvre », « fabriscricien », « orientalin », « turquetnariste »…, mais aussi « tisseur », « soierinier », « soieriniste », « seritisseur » qui ont la préférence de Chastaing.

24Ces termes neufs, qui, dans leur ensemble, défient l’imagination linguistique contemporaine et probablement celle du moment, n’ont cependant rien d’arbitraire et obéissent tous à des raisons d’un ordre langagier ou référentiel. À défaut d’être toujours faciles à prononcer, « euphoniques » comme il est recommandé, ils se révèlent souvent « complets » dès lors que l’on interroge leur formation. Chacun d’eux en effet combine généralement l’idée de la soie, de la fibre textile avec celle de l’ouvrier qui la transforme en tissu, mais ces deux composantes se déclinent sous des formes parfois surprenantes.

25Sans chercher à proposer une analyse structurée de cette terminologie, qui serait capable de rendre compte de tous ses éléments, on peut cependant en dégager quelques tendances pour montrer les mécanismes mis en œuvre par les participants et expliquer la variété des résultats obtenus.

26L’idée de soie par exemple, est présente sous le mot français soie (« tissoie », « tissoyer »…), sous le mot latin serica (« tissericien », « seritisseur »…), mais aussi, et c’est moins attendu, sous celui de bombyx, qui est le nom du ver à soie. À partir de ces trois éléments, on observe la formation de séries grâce à une palette de dérivations en -eur, -ien, -iste qui expriment la personne, ou des désinences plus longues alors en usage comme -rinier, -rineur, -riniste qui font référence de façon plus ou moins directe à ouvrier. Autour de l’idée de métier, autre exemple, un concurrent défend le mot latin faber qui ouvre une autre série avec -fèvre (« soiriefèvres », « sérifèvres »…).

  • 17 « Suite du rapport de Marius Chastaing, sur le concours etc. », L’Écho de la fabrique, 4 novembre 1 (...)
  • 18 Ibid. « C’est dans l’île de Cos que l’art de façonner la soie a été inventée d’abord, & on en donne (...)

27À côté de ces séries qui se recoupent parfois, des mots plus isolés tirent leur existence éphémère de mythes antiques, de compositions savantes ou d’anecdotes célèbres mais déconnectés de l’usage du moment. Il en va ainsi de « arachnéen » dérivé de Arachnée qui fut « une habile ouvrière sur les tissus »17 changée en araignée par la jalousie de Minerve, de « pamphilarien » en référence à « Pamphila de l’île de Cos » qui « connut la première l’art d’ouvrer la soie »18, de « polymithe » défendu par Bitry au principe d’une dérivation du grec mitos, « fil » :

  • 19 « Lettre au rédacteur », L’Écho de la fabrique, 4 novembre 1832.

La classe générale des ouvriers en soie me paraît pouvoir être désignée par le terme polymithes que je propose, parce que dans ce seul mot je trouve plusieurs significations, telles que : fil, trame, tissu, broderie, et par cela même me paraît le plus propre à désigner la classe des ouvriers en soie, sous la dénomination de Classe polymithérienne.19

  • 20 « Au rédacteur », L’Écho de la fabrique, 9 décembre 1832.
  • 21 Celle de la Croix-Rousse dans le numéro du 20 janvier 1833 et celle de la Guillotière dans le numér (...)

28C’est le cas aussi du mot « oriantalin » proposé par Beaulieu, professeur de français, suite à un examen de l’étymologie de canut. Pour Beaulieu, « ce mot [celui de canut], un diminutif de canneur, celui-ci de canneta », est « un mot italien dérivé de celui de canne ou cannelle, roseau assez généralement connu ; il fut apporté en France lors de l’émigration des florentins, qui établirent, les premiers, à Lyon, et avant, à Avignon (comtat), des métiers pour fabriquer des étoffes de soie ».20 La « canne » n’étant presque plus utilisée dans la profession, le mot canut a maintenant perdu sa référence fondatrice. Poursuivant son raisonnement, Beaulieu propose de le remplacer par « un mot primitif de la plus ancienne origine » qui pourrait être oriantalis, au motif que ce dernier signifie « peuple ou homme du levant » qui s’occupe de faire une étoffe nommée levantinsatin. Beaulieu qui donnera à L’Écho d’autres articles d’étymologie lyonnaise21 est le seul à interroger l’origine du mot canut, mais le seul aussi à paraître imperméable à sa dimension péjorative.

  • 22 « Lettre au rédacteur », L’Écho de la fabrique, 23 décembre 1832.

29On peut citer encore la proposition d’un « prolétaire » de remplacer canut par turquetnariste composé de deux noms propres Turquet et Nariz qui fondèrent en 1336 la fabrique de soie à Lyon : « Turquet ! Nariz ! une population héritière de votre industrie, transmettrait aux siècles à venir, et vos noms et sa reconnaissance. »22

30Ce concours a mobilisé trente-quatre concurrents, dont plusieurs anonymes. Si certains appartiennent à l’équipe de L’Écho de la fabrique comme Bouvery, Bofferding, Labory, dans une moindre mesure Corréard ou Charnier chef d’atelier élu au conseil des prud’hommes, les noms de la plupart des participants apparaissent, comme celui de Méziat, uniquement dans ce contexte. Il a réuni un monde composite qui a manifesté une remarquable créativité langagière, et mêlé l’érudition savante, les références historico-mythologiques, les étymologies fantaisistes, les compositions hardies, autour du projet de mettre en usage une désignation consciemment, voire scientifiquement construite, dans laquelle l’ensemble des ouvriers en soie puissent se reconnaître.

31Il se termine sans aucune explication, aucun gagnant, aucun nouveau désignant promu, avec le second rapport de Chastaing publié le 7 avril 1833, mais daté du 7 janvier, qui annonçait pourtant la publication prochaine du compte rendu de la séance réunissant les concurrents avec la « commission du concours » ayant eu lieu le 14 janvier 1833. Nous ne connaîtrons donc sans doute jamais les résultats d’une épreuve lexicale si peu banale. Ironie du sort ou, plus probablement, changement des rapports de force à ce sujet au sein de l’équipe de L’Écho de la fabrique, dans ce numéro du 7 avril qui en garde la dernière trace, une chanson très combattante est publiée avec pour titre la ferrandinière. Elle débute en ces termes : « Ferrandiniers, l’heure est venue/ Où l’on doit vivre en travaillant » et il est rappelé en note que « les compagnons de la fabrique ont adopté le titre de Ferrandiniers ».

Hypothèses et incertitudes

32L’examen des conditions et l’analyse des diverses dimensions de ce concours permettent de soutenir qu’il a répondu à la diffusion du mot ferrandinier. Dans une note du Rédacteur, Chastaing l’énonce assez clairement :

  • 23 « Note du Rédacteur », datée du 30 août 1832, L’Écho de la fabrique, 4 novembre 1832.

Nous n’aurions pas songé à ouvrir ce concours, si nous n’y avions été sollicité par plusieurs chefs d’atelier : d’ailleurs, dès l’instant qu’un grand nombre d’ouvriers, en prenant le nom de ferrandiniers, annonçaient par là l’intention de changer celui sous lequel ils sont habituellement connus, il nous convenait de régulariser cette pensée.23

33Son organisation participe très probablement d’une stratégie visant à préserver l’unité entre les compagnons et les chefs d’atelier, au moment où la « classe générale des ouvriers en soie » combat contre les négociants, pour l’application du « tarif ».

  • 24 « Concours ouvert sur l’adoption d’un terme générique pour désigner la classe des ouvriers en soie… (...)

34Plus profondément, au sein même de la communauté, l’émergence de ferrandinier met en lumière le discrédit porté au mot canut par ceux qui sont ainsi désignés. L’Écho de la fabrique reste muet sur les raisons de ce discrédit – « je ne sais pourquoi » écrit Chastaing à propos de sa valeur injurieuse24 – mais mentionne d’autres journaux qui peuvent suggérer quelques pistes. Dans le numéro du 24 mars 1833, L’Écho cite Le Messager des chambres qui rappelle :

  • 25 Cette misère a été souvent évoquée, et à plusieurs reprises par Justin Godart dans son ouvrage L’ou (...)

…depuis un siècle, à des époques plus ou moins rapprochées, la misère des ouvriers a été poignante, extrême comme aujourd’hui. Les canuts mendiaient en chantant dans les rues ; des aumônes, distribuées par le clergé ou par le gouvernement calmaient la faim de quelques uns, la mort emportait les autres.25

35Il avait fait état auparavant d’un article du Courrier de Lyon qui expliquait la spécificité de la misère des « ouvriers en soie » et comment leurs conditions d’existence s’étaient profondément modifiées après la Révolution :

  • 26 « De la fabrique des étoffes de soie et des ouvriers », Le Courrier de Lyon, 24 février 1833, cité (...)

Avant la révolution de 1789 et même plus tard, les ouvriers en soie formaient, dans l’immense famille des artisans, une famille particulière dont les caractères ne sont point encore oubliés. Ils avaient un accent, une physionomie et une allure a eux. On remarquait une singularité, souvent piquante, dans la trivialité de leur langage […]. Leur constitution physique avait des traits spéciaux ; on eût reconnu à son aspect un ouvrier en soie parmi vingt autres artisans. […] Depuis la révolution, tout ce qui distinguait et désignait si bien les professions a disparu par degré, et les ouvriers en soie, plus rapidement peut-être encore que les autres classes d’artisans, se sont avec avantage fondus dans la population générale. Ils ont été dès-lors mieux logés, mieux nourris, mieux vêtus, et il leur a fallu davantage.26

  • 27 Dans sa contribution à ce volume, Betsey Price fait état du lien entre la difformité des corps des (...)

36Pendant longtemps, peut-être depuis son origine, le mot canut a probablement désigné à la fois et indissociablement l’ensemble des travailleurs de la soie et la misère stigmatisante attachée à leur condition.27 Même si cet état a connu des améliorations depuis la Révolution, l’humiliation subie est restée présente dans la valeur dépréciative du mot, et l’on peut penser qu’en constituant leur association, les compagnons lui ont préféré celui de ferrandiniers, conduisant ainsi les chefs d’atelier à vouloir mettre en usage un terme générique nouveau qui ne soit pas lesté par une mémoire douloureuse.

37L’histoire du mot reste mal connue car il appartient surtout au langage oral. Le Trésor de la langue française et le Dictionnaire historique de la langue française Le Robert l’attestent depuis 1831, mais l’on sait que son usage est bien antérieur à cette date :

  • 28 Cité d’un texte de 1786 par Justin Godart, L’ouvrier en soie, ouvr. cité, p. 296. Je remercie vivem (...)

Les canuts n’ayant point de vin
Aux Charpennes courent soudain.
Là, calculant avec leurs doigts
De combien ont augmenté les droits
Et sur le vin, et sur la viande
Ils se sont réunis en bande
Pour demander avec éclat
Deux sols de plus au Consulat.28

  • 29 Nizier du Puitspelu, Le Littré de la Grand’Côte à l’usage de ceux qui veulent parler et écrire corr (...)

38Son origine est réputée obscure par ces mêmes dictionnaires qui ne proposent que des hypothèses : il pourrait être rapproché de l’ancien provençal canut attesté en 1397 au sens de « taffetassier », ou rattaché à cannette, voire à canne par dérivation, mais dans ce cas le suffixe reste inexpliqué. Selon le Französisches Etymologisches Wörterbuch cité et critiqué par le Trésor de la langue française, canut serait un emprunt au latin « blanc brillant, argenté ». Pour sa part, Le Littré de la Grand’Côte à l’usage de ceux qui veulent parler et écrire correctement29 de Nizier du Puitspelu est plus affirmatif, qui soutient que canut ne vient pas de cannette, mais « de canne, plus le suffixe ut pour u, qui représente le latin orem, français eur. Le canut est donc celui qui use de la canne (dont a été faite la cannette) ».

  • 30 Maurice Tournier précise, que « le terme de “canut” était pris en mauvaise part et interdit dans ce (...)

39À l’époque de L’Écho, il semble donc que canut soit un mot du langage populaire se transmettant de génération en génération, un sobriquet marqué par l’histoire sociale de ceux qu’il désigne, qui peut facilement se transformer pour ces raisons en une injure30, sans cependant que cette dimension insultante lui soit inhérente et donc ressentie par tous. Ainsi, pour Raoul, veloutier qui propose soierier :

Il [le mot canut ] m’a toujours paru être, non pas une épithète injurieuse, mais simplement un terme d’innocente raillerie donné et reçu comme tel. Ainsi, pour les autres professions, nous avons les termes de gniafre, merlan, mitron, pique-prunes, etc, (dans la langue parlée seulement). (25 novembre 1832)

40Et il en va à peu près de même avec la remarque de Du Nagel :

Le nom de canut n’a rien de déshonorant, il a été celui de plusieurs rois de Suède et de Danemark qui ne lui ont rien légué de ridicule ; cependant, si les ouvriers qu’il désigne s’obstinent à le prendre pour une insulte, il convient qu’ils en changent. (23 décembre 1832)

41En opposition totale avec l’organisation du concours, « j’ai cru, Monsieur, que c’était une plaisanterie que votre concours », Labory revendique l’usage du mot :

  • 31 « Au rédacteur », L’Écho de la fabrique, 4 novembre 1832.

Pourquoi donc, enfans ingrats, rougirions-nous du nom que nos pères nous ont laissé ! pourquoi cette susceptibilité, pour mieux dire, cette pruderie ? Qu’a donc de déshonorant le nom de canut ? qu’importe que ce soit par raillerie ou autrement qu’on nous le donne ? Par lui-même un mot n’a rien de fâcheux.31

  • 32 Ce retournement est enregistré dans la célèbre chanson d’Aristide Bruant, Les canuts, chantée pour (...)

42L’histoire donnera raison à Labory comme on sait, et jusque dans le détail : « Intitulez-vous hautement journal des canuts [en capitales dans le texte] » conseille-t-il, mais dans le temps de l’événement que nous donne à lire L’Écho de la fabrique, on évite encore d’avoir à écrire le mot canut. Dès lors, la question se pose de la date du retournement axiologique du terme.32 À la faveur de quel événement ou de quelle lecture des événements de 1831, le mot canut est-il devenu ensuite ce qu’il reste pour nous, le symbole de la dignité ouvrière ?

Notes

1 Selon l’expression d’Annie Geffroy qui a étudié en détail les conditions d’émergence de cette désignation, « Sans-culotte(s) novembre 1790 - juin 1792 », Dictionnaire des usages socio-politiques (1770-1815), fascicule 1, Paris, Klincksieck, 1985, p. 163.

2 Marius Chastaing, « Concours ouvert sur l’adoption d’un terme générique, pour désigner la classe des ouvriers en soie d’une manière complète, simple et euphonique », L’Écho de la fabrique, 28 octobre 1832.

3 Pour reprendre l’expression de Jacqueline Authier-Revuz, Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, Paris, Larousse (Sciences du langage), 1995.

4 Voir la note des éditeurs de la version numérisée de L’Écho de la fabrique, 14 avril 1833.

5 Dans les numéros 15, 16, 17 et 18 de L’Écho de la fabrique, avril-mai 1833.

6 Pour de plus amples développements et les autres dimensions de cette nouvelle, voir la contribution d’Anne Verjus à ce volume.

7 Voir la note n° 32.

8 Dans un article du 18 mars 1833 « Situation de Lyon », republié dans L’Écho du 24 mars 1833.

9 Cité dans L’Écho de la fabrique, 29 avril 1832.

10 Voir la note « concours » dans le numéro suivant de L’Écho de la fabrique, celui du 26 août 1832. Les compagnons qui avaient créé leur propre association en février 1832 s’étaient appelés Ferrandiniers.

11 Où siègent Bofferding, Marrel, Berthelier, Biollay, Drivon, Jacob et Moine.

12 Marius Chastaing, « Concours ouvert sur l’adoption d’un terme générique, pour désigner la classe des ouvriers en soie d’une manière complète, simple et euphonique », L’Écho de la fabrique, 28 octobre 1832.

13 En fait, à la lecture des mots éliminés par Chastaing, il s’agit de mots qui ne sont pas composés. C’est sur cette base que « tisseur de soie » n’a pas été retenu.

14 « Suite du rapport de Marius Chastaing, sur le concours etc. », L’Écho de la fabrique, 4 novembre 1832.

15 Labory n’est pas le seul à défendre le mot canut au concours. Pierre Corréard qui publie des chansons dans L’Écho de la fabrique, un « saint-simonien, fils d’un riche négociant de cette ville » selon L’Écho de la fabrique du 23 septembre 1832, a lui aussi proposé le mot canut, sans sembler cependant en faire usage dans ses textes (voir la note 32).

16 Voir par exemple l’usage qu’en fait Vincent de Gournay qui a été intendant du commerce à Lyon au milieu du XVIIIe siècle, dans son « Mémoire adressé à la chambre de commerce de Lyon » (1753), Mémoires et lettres de Vincent de Gournay, T. Tsuda éd., Tokyo, Kinokuniya, 1993.

17 « Suite du rapport de Marius Chastaing, sur le concours etc. », L’Écho de la fabrique, 4 novembre 1832.

18 Ibid. « C’est dans l’île de Cos que l’art de façonner la soie a été inventée d’abord, & on en donne l’honneur à Pamphile fille de Platis. Cette découverte ne fut pas longtems inconnue aux Romains », Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1765, t. 15, article soie, p. 268.

19 « Lettre au rédacteur », L’Écho de la fabrique, 4 novembre 1832.

20 « Au rédacteur », L’Écho de la fabrique, 9 décembre 1832.

21 Celle de la Croix-Rousse dans le numéro du 20 janvier 1833 et celle de la Guillotière dans le numéro du 21 avril 1833.

22 « Lettre au rédacteur », L’Écho de la fabrique, 23 décembre 1832.

23 « Note du Rédacteur », datée du 30 août 1832, L’Écho de la fabrique, 4 novembre 1832.

24 « Concours ouvert sur l’adoption d’un terme générique pour désigner la classe des ouvriers en soie… », L’Écho de la fabrique, 28 octobre 1832.

25 Cette misère a été souvent évoquée, et à plusieurs reprises par Justin Godart dans son ouvrage L’ouvrier en soie : monographie du tisseur lyonnais. Étude historique, économique et sociale [1899], Genève, Slatkine, 1976.

26 « De la fabrique des étoffes de soie et des ouvriers », Le Courrier de Lyon, 24 février 1833, cité par L’Écho de la fabrique, 3 mars 1833.

27 Dans sa contribution à ce volume, Betsey Price fait état du lien entre la difformité des corps des canuts et le travail des enfants dans les ateliers.

28 Cité d’un texte de 1786 par Justin Godart, L’ouvrier en soie, ouvr. cité, p. 296. Je remercie vivement Maurice Tournier de m’avoir signalé cette attestation. Dans ce même ouvrage, Godart cite un autre énoncé attestant le mot canut daté de 1744.

29 Nizier du Puitspelu, Le Littré de la Grand’Côte à l’usage de ceux qui veulent parler et écrire correctement, Lyon, impr. Juré de l’Académie, 1903, p. 74-75.

30 Maurice Tournier précise, que « le terme de “canut” était pris en mauvaise part et interdit dans certains ateliers au témoignage de M. Mattelon », dans le lexique qui accompagne La ville flagellée. Lyon 1831-1834, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 298.

31 « Au rédacteur », L’Écho de la fabrique, 4 novembre 1832.

32 Ce retournement est enregistré dans la célèbre chanson d’Aristide Bruant, Les canuts, chantée pour la première fois à l’Exposition de Lyon en juin 1894, puis publiée par son auteur en 1899 dans Sur la route, chansons et monologues, Château de Courtenay (Loiret), p. 65-66. Sur l’histoire de cette chanson, celle précisément de ses rapports avec le poème de Heinrich Heine Les pauvres tisserands (Die armen Weber, 1844) publié à la suite de la répression du mouvement des tisserands de Silésie, voir l’étude de François Genton, « Tisserands de Silésie et canuts. De Heinrich Heine à Aristide Bruant », Recherches et travaux, n° 56, Grenoble, Université Stendhal, 1999, p. 49-64, où l’auteur précise que « l’image de l’ouvrier de l’industrie du vêtement qui lui-même n’a pas de vêtements » apparaît déjà dans une chanson de Pierre Corréard : « Soie ondoyante,/ Laine ravie aux doux agneaux,/ Qui devenez par nos travaux/ Vêtements, parure attrayante,/ Souvent nous et nos fils/ Nous n’avons pas d’habits ! » Cette dernière, datée de juin 1832, a été publiée dans L’Écho de la fabrique du 30 septembre 1832, sous le titre La prolétarienne. Tous mes remerciements à Jacques Guilhaumou et à Emmanuel Renault pour m’avoir signalé cette étude lors d’une discussion durant le colloque.

Auteur

Chargée de recherches au CNRS

© ENS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540