Version classiqueVersion mobile

Une histoire éditoriale : The Conjure Woman de Charles W. Chesnutt

 | 
Cécile Cottenet

Chapitre V

Mariage éditorial et composition

Texte intégral

[…] dans le monde éditorial comme dans la vie, on voit de bons et de piètres mariages, de longues fidélités et de misérables divorces (Nyssen 1993, p. 30).

  • 1 Contrat, CC4 : 1. Le registre des contrats de Houghton, Mifflin pour 1899 indique que l’accord pour (...)
  • 2 La durée de ce « mariage » devrait être évaluée d’après la durée du copyright de l’œuvre publiée. A (...)

1La notion d’alliance entre auteur et éditeur est manifeste dans le contrat de publication, qui scelle parfois le destin non pas d’un seul livre, mais de plusieurs à venir. Comme pour une alliance matrimoniale, la froideur d’un contrat ne saurait rendre l’essence de ces « mariages éditoriaux », fondés sur une relation particulière entre deux parties dont chacune s’efforcera de prolonger un travail commun. Pour comprendre ces alliances, il importe de se plonger dans l’analyse des rapports plus personnels, entre l’auteur et ses interlocuteurs privilégiés au sein de la maison d’édition. Les parties en présence, indiquées sur le contrat de publication de The Conjure Woman, sont Chesnutt, et la personne morale Houghton, Mifflin and Company1. Mais c’est l’éditeur Walter H. Page qui fut le véritable interlocuteur de Chesnutt au cours des négociations et de la publication de son recueil. De fait, il serait approprié de le désigner sous le titre de directeur littéraire. Les liens qui unissaient les deux hommes étaient bien plus que simplement commerciaux, et leur correspondance témoigne d’une réelle sympathie. Ce chapitre tentera de cerner les raisons qui poussèrent Charles W. Chesnutt vers cette domiciliation éditoriale, et de comprendre le rôle des éditeurs, directeurs littéraires, et autres témoins de ce mariage qui allait lier Chesnutt à ses éditeurs jusqu’en 1955, date à laquelle s’achevait la durée de protection du livre par le copyright2.

La domiciliation éditoriale

2« Publier chez tel ou tel », c’est accepter que son texte soit marqué de l’empreinte de l’éditeur, qui peut-être fera le succès de son livre. C’est, véritablement, domicilier son œuvre, et aucun écrivain, même débutant, ne se hasarde à envoyer son manuscrit, souvent non sollicité, à toutes les maisons d’édition en présence dans le champ éditorial ; il sélectionne celle ou celles qui sont à même de l’accepter, et de le rendre le plus attrayant possible aux lecteurs. Bien souvent, il recherchera l’éditeur capable de produire le livre en altérant le texte le moins possible. Par domiciliation éditoriale, il faut donc entendre celle de l’écrivain et celle de son texte. Si les considérations pragmatiques sont parfois au premier rang pour l’auteur en quête de succès, les relations humaines jouent un rôle essentiel dans le choix d’un éditeur. Sans doute ces relations étaient-elles d’autant plus importantes à une époque où l’édition américaine gardait les traces d’une structure familiale, voire paternaliste, et où les agents littéraires n’avaient pas encore pris la place prépondérante auprès des écrivains nord-américains que l’on connaît aujourd’hui. La capacité d’un éditeur à encourager, à rassurer ses auteurs était et reste un facteur déterminant dans le choix de la maison d’édition, ce que souligne Hubert Nyssen en insistant sur le rôle d’accompagnement de l’éditeur dans les périodes de « baby blues » de certains écrivains, qui vivent la publication de leur texte comme une séparation analogue à celle vécue par une femme accouchée (Nyssen 1993, p. 66).

3Il n’est jamais innocent de domicilier un texte chez tel éditeur, car la puissance évocatrice du seul nom des éditions peut conditionner la réception du livre. Cela est particulièrement vrai lorsqu’un auteur inconnu signe son premier ouvrage. « Le nom de l’éditeur, le sigle de la collection parlent au lecteur avant le texte lui-même », écrit Nyssen du haut de son expérience professionnelle de lecteur et d’éditeur (Nyssen 1993, p. 31). Le choix d’une maison dépendra donc de son capital symbolique propre, véhiculé par le nom et le sigle des éditions. Quels facteurs menèrent Chesnutt au choix de Houghton, Mifflin ?

  • 3 Il ne faut voir aucune goujaterie dans cette traduction d’«  old friends ». Manuscript Report 1900, (...)
  • 4 Rapport de lecture pour The Rainbow Chasers, MH : P, Reader Reports, MS Stor 245, boîte 3. Ce roman (...)

4La relation d’identification de l’écrivain à sa maison d’édition est frappante. Houghton, Mifflin n’était en aucun cas une simple machine par laquelle le texte transita pour devenir livre. Même si Chesnutt avait auparavant publié certaines nouvelles dans le magazine de la maison, The Atlantic Monthly, il ne devint un auteur Houghton, Mifflin qu’avec la signature du contrat pour The Conjure Woman le 8 octobre 1898 (CC4 : 1). La conception du métier d’éditeur de Henry O. Houghton, George H. Mifflin, et des éditeurs-gentlemen plus généralement, qui insistaient pour que l’ensemble des écrits d’un auteur paraisse chez un même éditeur, laisse à penser que dès ce moment Chesnutt était devenu un auteur maison. Les liens entre éditeurs et auteurs du catalogue étaient particulièrement resserrés ; avec une affection non dénuée de paternalisme, le rapport sur les manuscrits reçus en 1900 désignait les auteures précédemment publiées chez Houghton, Mifflin comme « de vieilles amies » 3 ! L’importance de la domiciliation éditoriale est manifeste dans un rapport de lecture sur The Rainbow Chasers que Chesnutt avait soumis le 7 mars 1900 : « Si nous n’avions aucun lien avec l’auteur, je pense qu’il serait plus sûr de décliner cette nouvelle qui n’a aucune raison valable d’exister. Mais l’auteur est dans notre catalogue, et nous ferions bien de prendre ce livre. »4 Point de philanthropie ici, mais la preuve qu’un solide ancrage éditorial pouvait constituer un avantage pour les deux parties. Après avoir acquis une certaine renommée grâce à ses précédentes publications, Chesnutt pouvait prendre le risque de faire paraître un livre moins prometteur. En retour cette même parution pouvait amener à de nouvelles ventes de ses précédents livres, un avantage pour Houghton, Mifflin.

  • 5 Voir les lettres de Houghton, Mifflin à Chesnutt, 27 octobre 1891 (CC4 : 1), et de Chesnutt à Walte (...)
  • 6 Lettre de Chesnutt à Houghton, Mifflin, 19 septembre 1898 (Chesnutt 1997b, p. 113).

5Les rapports de Chesnutt avec ses éditeurs étaient chaleureux, les rejets annoncés en douceur, enrobés de compliments ou de regrets sincères, et les correspondances, suivies, témoignent toujours d’une extrême délicatesse. Houghton, Mifflin fut la première maison à laquelle Chesnutt soumit ses manuscrits, et la première à les refuser. En effet sa première proposition de recueil fut rejetée par Houghton, Mifflin le 27 octobre 1891. Avant de choisir la forme du recueil, il avait songé à publier un premier roman, « Rena Walden », puis un deuxième court roman en 1897, Mandy Oxendine5. De toute évidence pour Chesnutt la maison de Boston était la plus prestigieuse, ainsi qu’il l’écrivait à ses éditeurs : « Laissez-moi vous assurer que j’apprécie tout particulièrement le privilège de “sortir” sous les auspices de votre Maison. »6 Conscient de l’influence que pouvait exercer le sceau « Houghton, Mifflin », et, rempli d’espoir, il écrivait à Walter H. Page :

  • 7 Lettre de Chesnutt à Walter H. Page, 7 décembre 1897 (Chesnutt 1997b, p. 103).

Je pense sincèrement que par leur originalité, ces [nouvelles] trouveront un public, et elles augmenteront considérablement leur chance d’y parvenir si elles sont publiées par une maison de la qualité de Houghton, Mifflin & Co. Il n’est pas difficile de trouver un éditeur, quelque part, à certaines conditions ; mais il y a éditeur et éditeur.7

6Après avoir percé dans l’un des meilleurs magazines semi-littéraires, Chesnutt ne pouvait concevoir de publier dans une maison moins réputée, et faire estampiller son premier livre de la devise « Tout bien ou rien » ne pouvait qu’assurer à The Conjure Woman un certain écho. Il semblerait également que son choix se soit naturellement porté sur cette maison, au regard des passerelles entre The Atlantic Monthly, qui l’avait fait connaître, et le département éditorial de la maison-mère. Enfin il est indéniable que le prestige de la maison d’édition reconnu par Chesnutt tenait aussi à son catalogue.

7Pour Nyssen des fils relient inévitablement une nouvelle publication à l’ensemble du catalogue d’un éditeur :

[…] un texte se lit et se juge, pour une part, parfois infime mais jamais négligeable, en fonction de la marque de l’éditeur, de la classe qui est la sienne, de sa notoriété, donc des auteurs qu’il publie. Par quoi l’on voit soudain que la reconnaissance d’un texte dépend aussi d’autres textes dont l’auteur était à cent lieues. Ces petits mécanismes interactifs, c’est tout le mystère de l’édition et de l’anamorphose du texte ! (Nyssen 1993, p. 31)

8Au vu de l’ancienneté et de la réputation en 1899 de Houghton, Mifflin, les « petits mécanismes interactifs » qui permettraient la transformation, voire la sublimation, de The Conjure Woman étaient également nombreux et divers. Non seulement Chesnutt s’inscrivait dans la lignée d’un Joel C. Harris, et par ses intentions extra-littéraires, dans celle de Harriet Beecher Stowe, mais de plus, il se plaçait indirectement sous leur parrainage par le seul fait de paraître chez le même éditeur. En outre les lecteurs ne manqueraient pas d’associer le nom de Chesnutt à ceux de l’écrivain de couleur locale Sarah Orne Jewett, de Mary H. Catherwood, ou de William D. Howells. De plus loin, quelques étincelles de la gloire de Hawthorne, Thoreau ou Longfellow rejailliraient sur lui, apportant un sceau de qualité à son livre, qui pourtant n’avait rien de commun avec les œuvres de ses illustres prédécesseurs.

  • 8 Lettre de Chesnutt à Page, 20 mai 1898 (Chesnutt 1997b, p. 107).
  • 9 Dans cet article de 1999 Bourdieu donne l’exemple de Gallimard pour démontrer cet « effet de label  (...)

9Ces associations de noms, et partant, de qualité, par la seule apposition de la griffe de l’éditeur, montrent le pouvoir de consécration que constitue le transfert de capital symbolique de l’éditeur depuis son catalogue. La domiciliation éditoriale n’est jamais le fruit du hasard, et même si parfois certains liens privilégiés avec un mentor ou un agent participent à la sélection de telle maison d’édition, il est vrai que dès la fin du XIXe siècle, les écrivains savaient s’orienter parmi les responsables éditoriaux, « en fonction d’une représentation plus ou moins juste » de ces maisons (Bourdieu 1999, p. 3). Chesnutt l’illustre dans une lettre où il disait sa surprise d’apprendre que Walter H. Page n’était pas de Nouvelle-Angleterre, mais de Caroline du Nord8. The Atlantic Monthly et Houghton, Mifflin étaient dans son esprit associés à cette région « cultivée » des États-Unis qu’était la Nouvelle-Angleterre, d’où son choix. Toute représentation dépendait des catalogues, mais également de « l’effet de label » ici exercé par l’emblème9. L’image du jeune pâtre assis sur un rocher jouant de la flûte véhiculait des valeurs volontairement suggérées par les fondateurs de la maison. Au fil du temps d’autres s’y étaient greffées, imaginées par les lecteurs, et transférées par les auteurs eux-mêmes.

10La domiciliation éditoriale, en fonction de ces critères, permettait une association de The Conjure Woman avec l’image que le public, les lecteurs, et les critiques, s’étaient faite de Houghton, Mifflin.

Un binôme : Chesnutt et Page

11Si Albion W. Tourgée et George W. Cable furent à la fois des modèles et des mentors avant la publication de The Conjure Woman, la personnalité la plus importante au début de la carrière de Chesnutt fut certainement Walter H. Page. Bien qu’il n’ait jamais reçu le titre de directeur éditorial, il ne fait aucun doute qu’il lui aurait été attribué pour son rôle dans l’élaboration du premier recueil de l’écrivain. Plusieurs facteurs peuvent expliquer les liens particuliers entre les deux hommes.

  • 10 La guerre hispano-américaine de 1898 signe la fin de l’empire colonial espagnol, tout en inaugurant (...)

12Leur correspondance commença en 1897, deux ans après l’arrivée de Page au poste de rédacteur en chef adjoint du magazine The Atlantic Monthly. Son accession à ce poste avait sans doute été facilitée par son expérience de rédacteur au State Chronicle de Raleigh en Caroline du Nord, et au sein de la rédaction de The Forum. En août 1898 il succédait à Horace E. Scudder au poste de rédacteur en chef d’Atlantic (Mott 1957, vol. 3, p. 493). Il marquerait Atlantic par son progressisme, son enthousiasme et son goût de la polémique, qu’il ne manqua pas de manifester notamment lors de la guerre hispano-américaine de 1898 (Mott 1957, vol. 3, p. 512)10. Chesnutt avait déjà entrouvert la porte de ce magazine avec la publication en 1887 de « The Goophered Grapevine ». Très rapidement l’écrivain s’ouvrit à Page, comme en témoigne cette lettre du 7 décembre 1897, dans laquelle il laissait affleurer ses états d’âme, au-delà des considérations professionnelles, sans oser tout à fait s’épancher. Il y évoquait son parcours, son rêve, et concluait en toute sincérité par cet aveu :

Dans la poursuite de mes ambitions littéraires, j’aimerais pouvoir susciter votre intérêt ainsi que votre amitié, et j’ose espérer que vous ne trouverez pas déplacé le fait que je vous écrive pour vous le dire, et vous en expliquer les raisons. (Chesnutt 1997b, p. 103)

13Le fait que Page fût comme lui originaire de la Caroline du Nord accrut la sympathie qu’il ressentit presque immédiatement. Chesnutt se mit alors à donner à ses lettres un ton plus familier, les parsemant de tournures dialectales, sans jamais se départir de son scrupuleux respect des convenances. Cette correspondance imprégnée de déférence, comme toute celle de Chesnutt avec ses éditeurs, prend une nouvelle coloration fort amicale.

14Au-delà de ce lien géographique, l’écrivain appréciait certainement l’ouverture d’esprit de Page sur le problème racial, d’autant plus remarquable qu’il était originaire du Sud. Page, dont le père avait possédé des esclaves, partageait certaines des inquiétudes de Chesnutt quant à la dégradation des conditions de vie dans les États du Sud. Le 22 mars 1899, sachant que l’éditeur revenait d’un court séjour dans le Sud, Chesnutt évoquait la possibilité de discuter avec lui des difficultés liées à la « question raciale », n’ayant aucun doute sur l’objectivité de Page :

Je connais votre point de vue général sur ces questions et je ne doute pas que vous ayez entendu les arguments de chaque partie sur ces points – si toutefois on accepte qu’il y ait plusieurs parties. (Chesnutt 1997b, p. 121)

15Lors de ses années à The Forum, entre 1887 et 1895, le journal avait publié nombre de contributions en faveur de la cause noire, écrits aussi bien par des auteurs blancs, tel le sénateur Morgan de l’Alabama, qu’africains-américains, tels Booker T. Washington ou encore Kelly Miller (Logan 1954, p. 262).

  • 11 Voir Chesnutt 1997b, p. 107, note 2. Cet essai parut dans The Independent, 41, 29 août 1889. Leitz (...)
  • 12 Page quitta Houghton, Mifflin and Company en août 1899 pour travailler pour les maisons associées H (...)
  • 13 Après le succès de The Leopard’s Spots qui se vendit à plus de 100 000 exemplaires la première anné (...)

16Pourtant Leitz et McElrath soulignent qu’en dépit de cette ouverture d’esprit, Page n’était pas entièrement exempt de préjugés. Ainsi en 1889 dans l’essai « A New Problem in the Education of the Freedman », il avait sans ambages décrié l’utilité du cursus classique, avançant que la voie du progrès pour les Africains-Américains était celle du travail manuel, et qu’un cursus classique ne pouvait que les détourner de ces professions11. Il est surprenant que Chesnutt n’ait pas gardé souvenir d’un tel point de vue. Le conservatisme de Page se lirait plus tard encore dans ses choix éditoriaux : si son goût pour la fiction régionaliste et sa fascination pour l’histoire l’avaient amené à publier Chesnutt ou Mary Johnston, en 1902 il publierait avec Doubleday, Page le révisionniste et ouvertement raciste The Leopard’s Spots de Thomas Dixon12. Ce roman non seulement développait une vision idéalisée et nostalgique d’un âge d’or à jamais disparu – et imaginaire –, mais abondait en qualificatifs des plus injurieux appliqués aux anciens esclaves13. À DuBois qui reprocherait à Doubleday, Page and Company d’« exploiter » Dixon, il expliquerait son choix en invoquant le principe de la liberté d’expression :

Lorsqu’il y a des années, je me battais pour la liberté d’opinion dans le Sud, la seule chose que ceux que j’appelle les ennemis de la liberté d’opinion m’accordaient était la liberté absolue de dire ce que je voulais. […] une démocratie peut être fondée entièrement sur un principe unique, la liberté d’expression absolue, et ne peut être fondée sur aucune autre base. Ainsi lorsque Mr. Dixon – qui représente ce que je considère comme la doctrine de mes ennemis – se présentait, j’aurais eu honte si en tant que dirigeant d’une maison d’édition, j’avais hésité à lui donner la même liberté d’expression que j’ai toujours réclamée de la part des siens […] (27 novembre 1905, DuBois 1973, p. 114)

17Le plus curieux est que Chesnutt ferait paraître en 1905 The Colonel’s Dream chez l’éditeur de Dixon.

  • 14 Houghton, Mifflin déploya de grands moyens promotionnels pour la publication de To Have and to Hold(...)

18The Leopard’s Spots fut l’un des immenses succès dont Page pouvait s’enorgueillir. De fait, sans compter ceux des romans successifs de Dixon, après la prépublication du roman de Mary Johnston, To Have and to Hold, qui selon Mott fit doubler le tirage de The Atlantic Monthly, Page publia au sein de sa deuxième maison d’édition The Pit de Frank Norris, qui fut classé parmi les best-sellers de l’année 1903 (Hackett, Burke, 1977, p. 67)14. Dès 1897, Page avait décelé le talent de Chesnutt, et dès lors, l’avait pris sous sa protection. Réaliste, se souciant de publier des livres qui se vendaient, il désirait toutefois que la relation entre auteur et éditeur dépasse le simple domaine professionnel, et envisageait son métier comme un véritable service rendu à l’auteur. À l’heure où il était encore fréquent que les écrivains participent aux frais de publication, Page était partisan d’un partenariat complet entre éditeurs et auteurs, estimant qu’il était juste que les premiers partagent la bonne fortune aussi bien que les infortunes du livre publié. Ainsi à ses yeux l’édition n’était pas un simple service contractuel, mais bien un service amical rendu à l’auteur (Gross 1962, p. 27).

  • 15 Lettre de Page à Chesnutt, 12 novembre 1900, CC3 : 37. Il aura fallu attendre onze ans et de nombre (...)

19Walter H. Page mit réellement en pratique ses idées tout au long de sa carrière. Les encouragements répétés à Chesnutt et sa loyauté sont le reflet de cette intégrité. Lorsque, en dépit de l’offre de Doubleday, Page de publier enfin The House Behind the Cedars, Chesnutt publia le roman chez Houghton, Mifflin, Page ne lui en fit pas le reproche, et garda à l’auteur toute son estime et son amitié. Il alla jusqu’à faire paraître un encart pour promouvoir House dans son propre journal, The World’s Work15.

  • 16 Page serait nommé ambassadeur des États-Unis en Grande-Bretagne sous le gouvernement Wilson, entre (...)

20Il communiquait à Chesnutt les décisions de Houghton, Mifflin, et les opinions exprimées par les lecteurs de la maison. Ses lettres, lorsqu’elles annonçaient le refus d’un manuscrit par The Atlantic Monthly, visaient toujours à atténuer les déceptions du jeune écrivain. Ainsi lorsqu’il refusa « The Dumb Witness » et « The Bouquet » en octobre 1897, il fit comprendre à Chesnutt que la raison principale tenait à l’acceptation antérieure de deux de ses nouvelles. Ses formulations, pour le moins enrobées, étaient peut-être, déjà, celles du diplomate qu’il deviendrait en 191316 :

  • 17 Lettre de Page à Chesnutt, 2 octobre 1897, CC3 : 3. Les deux nouvelles précédemment acceptées étaie (...)

Je m’empresse de vous assurer que j’en aurais gardé une, sinon les deux, si ce n’était la grande difficulté que nous avons eue à placer vos deux autres nouvelles que j’admire beaucoup ; et je ne voudrais pas garder celles-ci tout en sachant que nous ne pourrons certainement pas les publier avant longtemps. Je pense que le champ que vous explorez actuellement est fertile mais nous ne pouvons nous permettre de trop nous y consacrer, et je crains que ces deux nouvelles ne soient les seules sur lesquelles nous puissions nous engager pour le moment.17

  • 18 CC3 : 3 ; lettre de Chesnutt à Page, 22 octobre 1897 (Chesnutt 1997b, p. 100). Les nouvelles plus l (...)
  • 19 Lettre de Page à Chesnutt, 15 décembre 1897, CC3 : 3.
  • 20 Lettre de Page à Chesnutt, 17 août 1898, et 6 septembre 1898, CC3 : 3.

21Dès 1889 Chesnutt avait émis l’hypothèse d’un recueil de nouvelles, et fait une proposition à Houghton, Mifflin en 1891. Mais c’est Walter H. Page qui fut à l’origine de l’élaboration de The Conjure Woman. Dans la lettre de 1897 citée ci-dessus, sans aucune promesse de publication, il évoquait la possibilité de publier un recueil de nouvelles sélectionnées avec discernement. Le 20 octobre 1897 il demanda à l’écrivain de lui envoyer toutes ses nouvelles, à l’exception des plus longues, publiées ou non ; aussitôt Chesnutt proposa un choix de 20 nouvelles18. Seules trois d’entre elles, aux thème et structure communs, furent finalement retenues pour The Conjure Woman. Entre le 2 octobre 1897 et septembre 1898, date à laquelle Houghton, Mifflin accepta enfin de publier ce premier recueil, Page ne cessa de rassurer Chesnutt, l’informant de l’accueil favorable de ses nouvelles au sein des éditions. Il semble en effet que, fait exceptionnel, tous les lecteurs de la maison aient lu les nouvelles19 ! Dans le même temps il l’encourageait à persévérer pour son roman, car il pensait que ce genre établirait plus fermement sa réputation qu’un recueil de nouvelles. Enfin c’est par une lettre personnelle qu’il annonça l’acceptation unanime du manuscrit le 6 septembre, trois jours avant la lettre officielle au nom de Houghton, Mifflin20.

22Le véritable tournant dans l’histoire éditoriale de The Conjure Woman survint le 30 mars 1898, dans une lettre de Page qui mêlait prudence et enthousiasme. Il y regrettait de ne pouvoir publier un recueil constitué des nouvelles envoyées par Chesnutt, qu’il jugeait trop hétéroclites ; il invoquait un problème tenant à la nature même des recueils, à savoir leur faible succès en raison de la prépublication de leur contenu dans les magazines, qui tendait à en épuiser le lectorat. Mais il s’avança toutefois, sans avoir aucune garantie de publication de la maison, et fit à Chesnutt une proposition : reprendre la veine des nouvelles « The Goophered Grapevine » et « Po’ Sandy ». Cette proposition semble émaner de lui seul, comme l’atteste cette lettre du 30 mars 1898 :

  • 21 Lettre de Page à Chesnutt, 30 mars 1898, CC3 : 3.

Il reste une chance que Messieurs Houghton, Mifflin et Compagnie fassent quelque chose pour vous dans cette optique – si vous aviez assez de nouvelles « magiques » (conjure) pour constituer un livre, même petit […]. Quant à moi, sans aucune hésitation je vous prédis un véritable et durable succès pour ces nouvelles […]. Si vous pouviez en produire cinq ou six autres, je pourrais me risquer à vous faire une double promesse – premièrement, une publication dans le magazine, puis un recueil qui, je pense, pourrait faire un livre à succès. Cette dernière opinion sur la publication d’un recueil n’engage que moi, car la compagnie ne m’a pas fermement autorisé à vous faire une telle promesse ; mais vos nouvelles nous ont tous tellement impressionnés que je ne doute pas de l’issue favorable.21

  • 22 Lettre de Page à Chesnutt, 30 mars 1899, CC3 : 3.

23Quel risque y avait-il réellement à faire cette proposition ? La publication dans The Atlantic Monthly serait assurée par Page lui-même, et il est fort à parier que sa réputation et son talent de découvreur lui conféraient une certaine influence sur les éditeurs de Houghton, Mifflin. Était-ce de la flatterie ? Certaines lettres peuvent le laisser croire. Ainsi lorsqu’il l’informa d’un nouveau rejet de « Rena Walden » en mars 1899, il expliquait que les éditeurs attendaient beaucoup plus de lui et de son talent22. Il est pourtant difficile de tenir Page pour démagogue, car on voit mal l’intérêt qu’aurait eu l’éditeur à flatter un écrivain alors inconnu. Son intuition était sincère, et sa psychologie aiguë ; au vu de son expertise du marché littéraire, le succès qu’il prédisait à ce premier recueil n’était pas entièrement illusoire – de fait The Conjure Woman deviendrait le plus célèbre des livres de Chesnutt. La finesse de ses perceptions transparaît mieux encore dans le contraste entre cette première lettre et la seconde, au nom des éditions, au ton plus officiel, et aux espoirs nuancés :

  • 23 Lettre de Page à Chesnutt, 9 septembre 1898, MH : P, MS Am 2030 [205]. Cette lettre est signée « Ho (...)

La facture est bonne – dans certaines nouvelles, de fait, nous pensons qu’elle est excellente ; mais comment savoir si l’intérêt porté aujourd’hui à cette dimension des personnages noirs sera suffisant pour garantir au livre le succès que nous lui souhaitons ? Nous sommes néanmoins prêts à tenter l’expérience, et espérer que les résultats soient à la hauteur de nos attentes. Si nous avons choisi de vous faire part de nos doutes, ce n’est pas pour vous décourager, mais simplement pour que vous ayez une trace de notre sentiment d’aujourd’hui quant aux perspectives financières ; ainsi lorsque contre toute attente votre livre deviendra populaire, vous aurez une preuve du manque de clairvoyance de votre éditeur !23

24Élégante manière d’informer Chesnutt qu’il ne devait pas s’attendre à un succès commercial. Tandis qu’il mettait en avant ici des réalités très matérielles, dans ses lettres plus personnelles Page montrait avec quel discernement il avait pris la mesure de Chesnutt, et tentait par de nombreux moyens d’apaiser l’ego souvent meurtri de cet écrivain dont il avait sans doute perçu la très grande ambition.

  • 24 Cette lettre est d’autant plus touchante que Scudder était alors malade, et n’avait plus d’intérêt (...)
  • 25 Voir lettre du 10 août 1899, CC3 : 3.
  • 26 On peut ainsi se demander si, en sa qualité de vice-président honoraire, Page n’aida pas à faire en (...)
  • 27 James L. Allen (1849-1925), écrivain et critique du Kentucky, avait ardemment défendu la littératur (...)

25Chesnutt entretint des relations extrêmement cordiales avec d’autres personnages d’envergure de la maison d’édition : en témoignent les notes personnelles de Horace E. Scudder, qui, un an avant sa mort, lui ferait part personnellement de son admiration pour The House Behind the Cedars24. En témoigne également cette attention de George H. Mifflin qui tiendrait à l’informer lui-même du départ de Page, au nom des « conversations privées » qu’il avait eues avec Chesnutt25. Il semblerait que l’influence de Page sur la popularité de Chesnutt ne se soit pas bornée à ses fonctions éditoriales, et qu’il ait continué à le « promouvoir » bien après 190526. Son rôle de médiateur entre Chesnutt et les éditeurs de Houghton, Mifflin and Co. est indéniable. Peut-être la caution du critique et écrivain de couleur locale, James L. Allen, enthousiasmé par « The Wife of his Youth » paru dans The Atlantic Monthly de juin 1898, aida-t-elle à la décision finale de publier un premier recueil27. Sa ténacité au long des quelque dix-huit mois qui s’écoulèrent entre sa première suggestion et la publication de The Conjure Woman manifeste sa vision de la fonction éditoriale, vision qu’il partageait avec George H. Mifflin et Horace E. Scudder : loyauté, encouragement, et mise au service d’un auteur et de son œuvre.

26De fait le rôle de Walter H. Page dans la création du premier recueil de Chesnutt pose la question de la paternité multiple du livre. Son importance fut telle qu’on peut se demander si la notice bibliographique ne devrait pas être modifiée afin de faire figurer son nom comme coauteur. Ce qui mène à une autre interrogation : The Conjure Woman ne serait-elle pas une œuvre de commande ? Avant de procéder à l’analyse détaillée de cette collaboration, il convient de donner un aperçu de ce recueil.

Le choix d’un genre et d’une forme

27The Conjure Woman est composé de 7 nouvelles dont les unités de lieu et de temps – la période d’avant la guerre de Sécession, ou période antebellum, en Caroline du Nord, envisagée du point de vue de la Reconstruction – ont déjà été évoquées. La construction des nouvelles est la même à travers tout le recueil : une double structure narrative, John le Yankee constituant le narrateur de la structure « extérieure », le garant de la raison en quelque sorte, tandis qu’Uncle Julius, conteur d’histoires plus extraordinaires les unes que les autres, est le narrateur de la structure intérieure. C’est un merveilleux conteur dont les anecdotes empreintes de magie et de souvenirs de « l’institution particulière » divertissent Annie, venue s’abriter des rigueurs du froid sous le climat bénéfique de cette région des États-Unis. Le premier narrateur, John, introduit chacune des nouvelles, puis laisse la place au second narrateur dont il écoute sans trop y accorder d’importance les histoires où se mêlent esclaves ensorcelés et maîtres tyranniques.

  • 28 Lettre de Chesnutt à Walter H. Page, 20 mai 1898 (Chesnutt 1997b, p. 105).

28Sur un plan intradiégétique ces histoires fantastiques, fondées sur le folklore de cette partie du Sud, permettent à Julius de se jouer de l’ignorance du couple de Yankees et de s’arroger quelques petits privilèges. Chesnutt décrivait ses nouvelles comme la combinaison de structures narratives imbriquées l’une dans l’autre28. Cette structure a comme effet d’opposer le Sud et le Nord représenté par John et Annie, symboles d’un certain rationalisme, tandis que Julius incarne l’esprit empreint de superstitions des Noirs du Sud. Les contes de son personnage a priori typique du Noir fidèle permettaient en outre à Chesnutt de brosser un portrait des conditions de vie des Noirs dans le Sud avant l’abolition de l’esclavage en 1865, sans toutefois verser dans la complaisance.

29Dans la première nouvelle, « The Goophered Grapevine », Julius met en garde ses nouveaux employeurs : le vignoble qu’ils comptent acheter est hanté depuis l’esclavage, et ce serait folie de l’acquérir. En effet le propriétaire des vignes avait fait appel à une « magicienne » (conjure woman) pour protéger les raisins, mais un esclave en avait dérobé et s’était retrouvé ensorcelé. Dès lors l’esclave comme les vignes n’avaient cessé de « croître et décroître » au fil des saisons, pour finalement mourir. Ce n’est qu’au dénouement que nous apprenons l’intérêt tout particulier de Julius pour ces vignes. Avant que John n’arrive, il avait tiré quelque bénéfice de la vente de ces raisins prétendument maudits. Dans une autre nouvelle, « Po’Sandy », le vieil homme parviendra à dissuader John, en impressionnant son épouse, d’utiliser le bois d’une vieille maison abandonnée pour bâtir une nouvelle cuisine. Ce bois en effet n’est rien d’autre que le corps mutilé de l’ancien esclave Sandy transformé en arbre, dont Julius conte l’histoire tragique. Une fois encore ses propres intérêts ne sont pas étrangers à ce conte. Dans la troisième nouvelle, « Mars Jeems’s Nightmare », le conteur évoque la « rédemption » d’un cruel planteur qui, après un terrible cauchemar provoqué par Aunt Peggy, conjure woman, devient un maître bon et généreux avec ses esclaves. John ne manque pas de relever la morale : un maître devrait toujours être indulgent envers ces « pauvres nègres ignorants qui n’ont jamais reçu d’éducation », s’il ne veut pas être tourmenté par d’horribles cauchemars (Chesnutt 1999a, p. 100). En vérité à travers cette histoire Julius cherchait à sauver l’emploi chez John et Annie de son petit-fils Tom, bien qu’il se fût montré inapte aux tâches qui lui avaient été assignées. Dans « The Conjurer’s Revenge », par le biais de l’histoire tragique de Primus, esclave transformé en mule par un sorcier, Julius persuade John d’acheter un cheval au lieu d’une mule, transaction dont sans doute il aura recueilli une commission. La sixième nouvelle, « The Gray Wolf’s Ha’nt », relate le tragique amour de l’esclave Mahaly pour son mari Dan, trompé par un envoûteur et condamné à errer sous la forme d’un loup gris après avoir tué Mahaly sur les conseils du sorcier. Depuis ce jour le terrain que John souhaite défricher est maudit. Julius se sert de cette histoire afin de préserver le secret de sa cache à miel sur ce même lopin de terre.

30« Sis Becky’s Pickaninny » et « Hot-Foot Hannibal » diffèrent quelque peu, car Julius n’y sert pas ses propres intérêts, mais ceux d’Annie et de sa sœur Mabel. Dans « Sis Becky’s Pickaninny », la cinquième du recueil, Uncle Julius évoque le souvenir de l’esclave Becky échangée contre un cheval, et emmenée loin de son bébé, Moses. Grâce aux sorts et recettes de la désormais célèbre Aunt Peggy, et de sa patte de lapin porte-bonheur, elle put retourner auprès de son enfant et finir ses jours aussi heureuse qu’il était possible de l’être pour une esclave libérée. Cette triste histoire ne semble avoir d’autre but que de chasser la mélancolie d’Annie. Enfin la dernière nouvelle, « Hot-Foot Hannibal », comprend l’une des plus longues histoires de Julius, celle de Chloe, trompée par le jaloux Hannibal, morte par amour pour son amant Jeff, et qui revient hanter les environs de son ancienne plantation. Prétextant que la jument qui les mène ne peut continuer sur le chemin par peur du spectre de Chloe, Julius détourne la voiture de John, Annie et Mabel vers la route la plus longue. Hasard ? Ils y croisent le prétendant de Mabel, Malcolm Murchison, lui offrant l’occasion de se réconcilier avec lui.

31Ainsi résumées, ces nouvelles apparaissent comme de véritables contes pour enfants. Mais le tragique n’en est jamais absent, et le ressort comique du récit ne peut cacher la réalité de l’esclavage : punitions cruelles, familles brisées, dispersées dans différents États, mais aussi rivalité entre esclaves aux champs et esclaves domestiques, ou peur des patrouilles qui s’assuraient du respect du couvre-feu. Plus poignant encore, ces histoires révèlent par petites touches toute la signification de l’expression « esclavage de possession » (chattel slavery), cette institution particulière où une femme, un homme pouvaient être échangés contre des chevaux ou servir de remboursement de dettes de jeu, où un enfant pouvait être offert en « prime » avec sa mère ; où certains hommes n’étaient plus que des bêtes.

32Plusieurs raisons peuvent expliquer le choix du genre de la nouvelle. Sans exclure les raisons esthétiques qui guidèrent Chesnutt à privilégier l’adéquation du médium à sa vision, on peut cependant s’attarder sur l’importance de l’état du marché littéraire à l’époque de la parution des deux recueils, et sur l’influence probable de quelques prédécesseurs. Plutôt que d’influence, peut-être faudrait-il parler d’effet d’entraînement, car il ne s’agit pas ici de relever l’influence littéraire de tel auteur sur Chesnutt. Nous avons précédemment fait remarquer la popularité de la nouvelle aux États-Unis à la fin du XIXe siècle, ainsi que les influences des plus grands nouvellistes, dont Tourgueniev et Tchekhov. Le critique William D. Howells, lui-même nouvelliste, contribua sans doute à maintenir la popularité du genre auprès du public. Au vu de la profusion de nouvelles à l’époque, il n’est guère étonnant que Chesnutt se soit à son tour essayé à cette forme. En outre il ne faut pas négliger le rôle de la prépublication dans la formation – et la professionnalisation – des écrivains de l’époque ; en effet les magazines demandaient des pièces courtes.

  • 29 Lettre de Page à Chesnutt, 15 décembre 1897 (Helen M. Chesnutt 1952, p. 87).
  • 30 Chesnutt avait soumis « Rena Walden » sous la forme d’une nouvelle la première fois en 1889 au maga (...)

33Pourtant la nouvelle restait un genre mineur en comparaison du roman, forme par excellence de la consécration, ainsi que le suggérait Walter H. Page qui pensait qu’une telle publication serait « une étape plus importante pour [sa] carrière littéraire que la publication de n’importe quel recueil de nouvelles »29. Chesnutt en était conscient, puisque dès 1895 il entendait faire ses « débuts » avec son court roman « Rena Walden », qui ne serait publié qu’en 1900 sous le titre The House Behind the Cedars30. Mais les étapes d’une carrière littéraire semblaient clairement définies : venait d’abord la publication de nouvelles dans les magazines, puis la parution d’un recueil de ces nouvelles, et enfin l’espoir d’un premier roman. La nouvelle n’était pas seulement un moyen de se forger une réputation, mais offrait aussi la possibilité de vivre de ses écrits. En vérité, le choix du genre était en partie lié à une certaine sécurité financière. Beaucoup d’auteurs se tournaient vers le roman dès qu’ils en avaient les moyens matériels.

  • 31 Cependant cette littérature se voulait « l’expression consciente de la vie d’une région » (Rhode 19 (...)

34Chesnutt ne se contenta pas de choisir un genre littéraire en vogue, il s’inscrivit dans une tradition littéraire elle-même appréciée. Le goût du public pour la littérature dite couleur locale a déjà été évoqué, avec la popularité d’auteurs tels que Sarah Orne Jewett, Mary H. Catherwood, mais également les critiques et écrivains de fiction James L. Allen et Hamlin Garland, qui tentèrent d’en codifier le genre. Ainsi l’accent mis sur un environnement et une ambiance spécifiques ne devait jamais être gratuit, mais au contraire guider le lecteur vers un idéal de vérité. La littérature dite du Nouveau Sud, celle de Thomas N. Page, Joel C. Harris, James L. Allen ou même George W. Cable, peut être considérée comme une sous-catégorie de cette littérature régionaliste, même si le plus souvent les auteurs cités étaient plus sectionalistes que régionalistes, à savoir nostalgiques et parfois revanchards31.

  • 32 Sa première nouvelle ayant pour protagoniste et narrateur Uncle Remus parut dans The Constitution d (...)

35La tradition spécifique dans laquelle s’inscrivent les nouvelles de The Conjure Woman est celle popularisée par Joel C. Harris dans sa série des contes d’Uncle Remus, initiée en 1881 avec Uncle Remus : His Songs and His Sayings32. À travers le petit garçon à qui s’adresse le récit intradiégétique, le narrateur, un vieil esclave fort caricatural – jusque dans son titre « Uncle » –, s’adresse à l’ensemble des lecteurs dans ses « récits de plantation » (plantation stories). Ses légendes et proverbes sont autant de récits du folklore des esclaves, présentés comme authentiques, recueillis auprès des anciens habitants des plantations de Géorgie. Lorsque Chesnutt commença à publier ses propres nouvelles de sorcellerie, Remus incarnait à lui seul la vie de ces plantations. Dans l’introduction à son édition de 1993 de The Conjure Woman, Richard H. Brodhead souligne à quel point la figure rurale du vieillard noir, témoin des us et coutumes de l’esclavage, était familière aux lecteurs de la littérature de la Reconstruction. Le cadre même, formé par le destinataire avide de connaissances et le narrateur noir, était connu, et les personnages délibérément présentés comme stéréotypés (Brodhead 1993a, p. 5-7). Mais comme de nombreux commentateurs de Chesnutt, Brodhead souligne comment l’auteur parvient à subvertir délicatement les codes, les conventions de cette littérature. L’analyse de William L. Andrews dans The Literary Career of Charles W. Chesnutt dégage plusieurs points de convergence, et de divergence, entre le récit de plantation et les nouvelles du premier recueil (Andrews 1980, p. 39-73).

36Les nouvelles offrent des vignettes évocatrices du milieu enchanteur du Nouveau Sud de l’après-Reconstruction, avec son climat bénéfique, sa terre idéale pour la culture du raisin, sa main-d’œuvre aussi peu onéreuse que ses terres, ou la poésie de ses couchers de soleil. Cette image d’un Sud opulent, porteur de tant d’espoirs, est celle que reflète le regard de John et Annie, Yankees « étrangers ». Elle participe ainsi de ce qu’Andrews nomme la veine « réconciliatrice » de la littérature du Nouveau Sud : à travers John et Annie, Chesnutt tente de figurer la réconciliation entre les anciennes sections, en promouvant d’une certaine manière le mythe d’un Sud progressiste, prêt à être pleinement réintégré dans l’Union (Andrews 1980, p. 42-43). En ce sens il se rapproche en effet d’auteurs de l’école de la plantation tels Harris et Thomas N. Page, si désireux de peindre le Sud idyllique – et imaginaire – de l’avant-guerre.

  • 33 Chesnutt, « Remarks in Accepting the Spingarn Medal », CCP 1009-1010.

37Tandis que dans le cadre extérieur John fait l’apologie du Nouveau Sud, Julius nous présente le Vieux Sud des plantations. Il pourrait n’être qu’un porte-parole nostalgique, à l’instar de Remus, mais nous verrons que son point de vue était loin d’être passéiste. Pourtant il n’échappe pas entièrement à la caricature, conservant certaines caractéristiques des figures littéraires que Chesnutt connaissait bien : le mauvais Nègre et le bon Nègre apparenté aux « oncles » et « mammies », le Nègre des Blancs, celui qui courbe l’échine, le bon à rien et le bouffon toujours prêt à toutes les pitreries pour plaire aux Blancs33.

  • 34 Voir Williamson (1984), Blight (2001), et Dormon (1988).

38Chesnutt ne remettait pas en question ces figures, mais souhaitait sinon transcender la typologie, du moins montrer d’autres « types » de Noirs. Pourtant dans son premier recueil Julius apparaît aux lecteurs comme un croisement entre « le bon Nègre » et le bouffon. Selon Andrews, ces mêmes stéréotypes font de lui un personnage certes dépourvu d’une certaine épaisseur, mais qui lui permettent d’échapper aux foudres d’un lectorat blanc qui sans doute ne lui aurait pas permis de prendre une autre dimension. David W. Blight (2001) et Joel Williamson (1984) esquissent l’évolution de la figure stéréotypée des Noirs dans les États-Unis de l’après-Reconstruction. Alors que dans les années 1870-1880 l’humeur était à la réconciliation, la caricature centrale développée dans la presse et la littérature populaire était celle du « Noir loyal », toujours heureux et insouciant (happy-go-lucky ), proche du Sambo de Stanley Elkins. Cette figure, que l’on retrouve sous la plume de Thomas N. Page comme sous les traits de Julius, servait à justifier l’idée que l’esclavage n’était pas la cause de la guerre, ce qui exemptait par là même le Sud de toute responsabilité dans le conflit. L’argument, fallacieux, était le suivant : puisque les relations entre maîtres et esclaves avaient toujours été bonnes et bénéfiques pour les descendants d’Africains dans les plantations, pourquoi aurait-il été nécessaire d’abolir cette saine institution ? De là découlait également l’idée que si les relations raciales s’étaient dégradées au lendemain de la Reconstruction, la faute en incombait aux nordistes, qui avaient troublé l’harmonie qui régnait entre Blancs et Noirs sous l’esclavage. Dans les années 1890, le Sud inventa un nouveau stéréotype, bientôt diffusé dans l’ensemble du pays : la figure du Noir dégénéré, oscillant entre la brute violente – dont on perçoit la menace qu’il pouvait faire peser sur les femmes blanches – et le simple d’esprit, le « bouffon » ou coon, personnage de vaudeville à l’allure négligée34. Julius, « bon Nègre », joue donc un rôle prédéterminé, et ne heurte pas la sensibilité de ses réels destinataires. Une fois encore le lectorat était essentiel dans la création des personnages et de leurs attributs. Pourtant plusieurs éléments révèlent à quel point Chesnutt, tout en adoptant les codes et conventions de la plantation story, les subvertissait.

39Le décor choisi, la région de Fayetteville où les propriétaires d’esclaves avaient pour la plupart été de petits fermiers travaillant aux côtés de leurs esclaves, ce qui entraînait une certaine proximité, ne possède ni le charme ni le prestige des plantations de Géorgie ou de Virginie dépeintes par Harris ou Thomas N. Page. Ici la vision passéiste de la splendeur des planteurs ne pouvait véritablement se développer (Andrews 1980, p. 41). De plus l’introduction des superstitions et de la sorcellerie était une réelle nouveauté, même si Harris avait exploité la veine du folklore africain-américain et son bestiaire légendaire. Enfin si dans la littérature réconciliatrice les personnages blancs paternalistes ont pour fonction de souligner l’état de soumission des Noirs qui ne sauraient s’élever sans l’aide bienveillante des Blancs, au contraire Julius est autonome, et n’a aucune leçon à recevoir de John ou d’Annie. Il sait parfaitement s’octroyer de petits privilèges grâce à ses rocambolesques histoires, en s’appuyant non sur la crédulité de John, qui ne se départit pas de son esprit critique, mais plutôt sur le sentimentalisme d’Annie.

40Ici encore Chesnutt détourne les conventions du genre pour éclairer la réalité de l’esclavage, loin d’une vision idéalisée d’un Harris, tout en ménageant ses lecteurs. Il n’y a pas dans ces nouvelles de dénonciation directe et indignée de l’institution particulière, ainsi que l’esclavage était parfois désigné. C’est à travers la réaction d’Annie aux récits de Julius qu’il met en exergue la cruauté de l’esclavage : ainsi Annie voit derrière la magie et le comique de Julius l’ignominie de la séparation des mères et des enfants dans « Sis Becky’s Pickaninny » (Andrews 1980, p. 69-72). John dévoile lui-même ce stratagème, en suggérant la diversité des lectures possibles :

Ma femme […] trouve un très grand intérêt aux histoires de la vie des plantations que racontent les gens de couleur les plus âgés. Certaines de ces histoires ont un charme vieillot, d’autres sont absolument extraordinaires, et révèlent ainsi la tournure orientale de l’esprit des Noirs ; tandis que d’autres encore, ainsi contées librement à l’oreille compatissante d’une femme élevée dans le Nord, dévoilent le tragique de la face sombre de l’esclavage. (Chesnutt 1999a, p. 40-41)

  • 35 « Eh bien ! Les gens sans éducation sont les êtres les plus fanatiques, les plus superstitieux et t (...)

41Annie et John forment deux facettes d’une même figure, celle de l’étranger bienveillant – Annie est apte à déceler le pathos des récits – et celle plus paternaliste des Blancs. John rappelle aux lecteurs que Julius n’est après tout qu’un vieux Noir ignorant, mais qu’il est de son devoir de l’aider, comme l’attestent ses interjections et commentaires amusés. Le contraste entre les réactions de John et Annie est très bien illustré dans « Sis Becky’s Pickaninny » : alors qu’Annie est émue par le récit, John commence par faire remarquer à Julius le ridicule de ce qu’il décrit. Ainsi il s’exclame à la vue du gris-gris de son cocher : « […] ton peuple ne pourra jamais s’élever dans ce monde s’il ne rejette pas ces superstitions puériles et apprend enfin à vivre à la lumière de la raison et du bon sens » (Chesnutt 1999a, p. 135). Ces paroles auraient pu être attribuées à l’auteur qui quelques années auparavant s’était lui aussi indigné des croyances superstitieuses des Noirs qu’il fréquentait dans les écoles de campagne35.

42Chesnutt adopta donc des stratégies narratives existantes, employées par des auteurs blancs, mais il travaillait de l’intérieur pour subtilement « miner les positions » de son auditoire, conformément à son programme de 1880. Puisque les préjugés ne pouvaient être combattus par la violence, c’est en s’insinuant entre les stéréotypes et en détournant les conventions que cet auteur de couleur pouvait espérer plaider la cause d’un peuple opprimé auprès d’un public blanc pétri de préjugés. Le risque était cependant qu’il tombât à son tour dans les pièges de la caricature, et ne réussît pas à dévoiler l’implicite.

Recueil véritable ou commande ?

43Chesnutt s’était donc attelé à l’écriture de nouvelles bien avant de rencontrer Walter H. Page ; néanmoins ce dernier allait l’aider à affiner sa création, et prescrire des choix que Chesnutt adopta presque sans mot dire. La confiance – aveugle ? – de l’écrivain en son éditeur et le degré d’implication de ce dernier dans l’élaboration du recueil sont évidents dans le récit fait par Chesnutt en 1931 :

Je m’en étais remis à mes amis, et leur avais soumis le recueil. Après quelques retraits et quelques ajouts, tous conseillés par Mr. Page, le livre fut accepté et annoncé pour 1899 sous le titre de The Conjure Woman. (Chesnutt 1937, p. 52)

  • 36 Voir la lettre de Chesnutt à Albion W. Tourgée du 26 septembre 1889 (Chesnutt 1997b, p. 44).
  • 37 Voir chapitre 2. Lettre de Chesnutt à Page, 20 mai 1898 (Chesnutt 1997b, p. 105).
  • 38 « Gratitude » et « The Origin of the Hatchet Story » sont deux nouvelles très brèves parues dans Pu (...)

44À la fin de l’année 1897, Page et les lecteurs de la maison avaient jugé trop hétéroclites les 20 nouvelles envoyées par Chesnutt. Le 30 mars 1898 le rédacteur en chef adjoint de The Atlantic Monthly conseillait avec finesse à Chesnutt de reprendre la veine des « conjure stories » déjà parues, telles que « The Goophered Grapevine » (Helen M. Chesnutt 1952, p. 91). Malgré son intention quelques années auparavant d’abandonner le personnage d’Uncle Julius, Chesnutt se plia à cette contrainte36. Il expliquerait d’ailleurs à Page combien l’expression du dialecte était délicate, voire absurde37. Le dialecte n’avait pas d’existence objective, et n’était à ses yeux qu’une convention du genre désormais reconnu de la plantation story. Ce n’est plus avec spontanéité et aisance, mais à contrecœur qu’il le reprit pour les nouvelles histoires de Conjure Woman. Ce faisant, ne cherchait-il pas à satisfaire les attentes du public déjà bercé par une littérature du Sud dont le dialecte était une caractéristique centrale ? Chesnutt serait finalement reconnu notamment pour son dialecte, mais il est bon de rappeler qu’entre 1887 et 1898, nombre de ses nouvelles et anecdotes en étaient dépourvues, certaines mêmes ne contenaient aucun personnage de couleur. C’est le cas de « Gratitude », « The Origin of the Hatchet Story », et de « Mr Taylor’s Funeral » où aucun des personnages métis ne s’exprime dans un quelconque dialecte, ou encore « The Shadow of My Past » où n’apparaît aucun personnage noir38.

45Le dialecte et le narrateur sont deux éléments essentiels de The Conjure Woman. Le premier serait décrié par nombre d’auteurs africains-américains des générations suivantes. Ainsi James W. Johnson dans son introduction à The Book of American Poetry en 1922 en voyait surtout les limites, l’envisageant comme « tout simplement une mutilation de l’orthographe et de la prononciation de l’anglais » (Johnson 1931, p. 41). Lorsqu’il n’était pas utilisé à des fins de discrimination raciale, le dialecte pouvait-il garantir l’authenticité de l’écriture noire ? Ne contribuait-il pas à enfermer le Noir américain dans une littérature qui n’était considérée noire que par les Blancs ? Ce procédé pouvait rapidement devenir la marque du caractère « primitif » du Noir, et de ce fait, renforcer un certain nombre de stéréotypes. Dès lors il s’agissait d’une stratégie d’écriture risquée.

  • 39 On ne commentera pas « The Marked Tree » que Brodhead insère dans son édition, car cette nouvelle f (...)

46Richard H. Brodhead dans son introduction au recueil en 1993 a mis en lumière la collaboration étroite de Chesnutt et de Page, et « recréé » un volume augmenté des nouvelles « apparentées » à celles de The Conjure Woman (Brodhead 1993a, p. 1-21). La comparaison des nouvelles incluses avec celles qui furent rejetées permet d’émettre quelques hypothèses sur la direction donnée au volume par Walter H. Page et les lecteurs de Houghton, Mifflin39. Dans le bouquet de nouvelles proposées par Chesnutt le 22 octobre 1897, sept présentaient des éléments communs, à savoir Uncle Julius, le dialecte et la Caroline du Nord, mais seules trois furent retenues, « The Goophered Grapevine », « Po’Sandy » et « The Conjurer’s Revenge ». Pourquoi les quatre autres furent-elles rejetées ? Les hypothèses ci-dessous n’invalident pas d’autres raisons tenant aux thèmes ou à la qualité littéraire des nouvelles.

47Dans « Lonesome Ben », qui paraîtrait dans le magazine noir The Southern Workman en mars 1900, Julius conte l’histoire d’un esclave, Ben, qui décide de s’enfuir pour le Nord, mais ne peut se résoudre à quitter la plantation sans avoir revu sa femme et son fils une dernière fois. Ne trouvant rien à manger dans les environs, il se met à consommer de l’argile qui petit à petit éclaircit la couleur de sa peau, jusqu’à ce que ni son épouse, ni son fils, ni même son ancien maître, ne le reconnaissent. Rongé par la solitude, il subit une mort atroce, cuit par le soleil telle une brique, puis littéralement pulvérisé par un arbre qui s’abat sur lui, il retourne en poussière à l’étang où il avait puisé l’argile. Trois points différencient cette nouvelle des autres : contrairement aux nouvelles de The Conjure Woman, Julius ne gagne aucun avantage grâce à ce conte. En outre c’est la seule fois où il n’apparaît pas entièrement soumis à John, et révèle son mépris pour la population blanche pauvre du Sud, en la distinguant clairement des hommes et femmes de couleur. Fidèle à la structure établie, la narration extérieure est faite par John, mais sa conclusion est extrêmement morale, ce qui ajoute à l’atmosphère lourdement didactique. En effet il fait remarquer à son épouse que la meilleure manière d’empêcher que les pauvres, blancs et noirs, ne viennent chercher leur pitance dans cette argile est de leur enseigner le respect de soi, ainsi que le goût du travail et de l’économie, seules à même de leur assurer un moyen de subsistance. Mais on peut supposer que la mort tragique de Ben et la gravité de Julius détonnaient par rapport au comique des autres nouvelles.

48Sans doute était-ce intentionnel de la part de l’auteur. Dans une première version il révélait de façon trop évidente sa propre stratégie. Ainsi dans l’un des brouillons, on trouve ces mots de John :

  • 40 Chesnutt, « Lonesome Ben », tapuscrit, 1re version, CC6 : 5.

C’était probablement juste notre manière de regarder les choses ; d’autres peut-être savent distinguer le tragique du comique dans l’esclavage, mais à nos yeux ils sont très proches […]. Et même lorsque nous entendions ou lisions ces histoires de dévouement à un peuple et de sacrifice de l’esclave pour son maître, nous ne pouvions manquer de percevoir, derrière la noblesse du geste, la perversion de sentiments et d’affections qui par nature lient les hommes entre eux dans la famille et la sphère sociale, ce dont précisément l’esclave avait été privé.40

49Ici toute subtilité disparaît, et aucune trace ne vient alléger cette condamnation sans équivoque de « l’institution particulière ». De tels propos n’auraient pas manqué de heurter le lecteur, et cette version ne fut pas retenue. Toutefois un autre paragraphe de « Lonesome Ben » fut incorporé partiellement, mais moins brutalement, dans la nouvelle « The Gray Wolf’s Ha’nt », comme on le voit ci-dessous :

Il [Julius] détenait également une réserve inépuisable de souvenirs de l’esclavage : certains étaient comiques, d’autres frôlaient le grotesque, d’autres étaient frappés du sceau de la vérité, tandis que certains étaient à l’évidence de pures inventions […]. Mais même dans la plus extraordinaire de ses histoires, c’était comme si une part de pathos s’insinuait, qui nous semblait consubstantielle à l’institution particulière, comme un écho du passé tragique. (« Lonesome Ben », CC 6 : 5)
Des souvenirs de l’esclavage il semblait en effet détenir une réserve inépuisable : certains étaient étrangement grotesques, d’autres comiques ; certains étaient frappés du sceau de la vérité, en filigrane certes, mais repérable tout de même ; d’autres encore étaient à l’évidence de pures inventions. Étaient-ils de son fait ou non ? Nous ne l’avons jamais su, mais il est certain qu’il aimait les embellir. Pourtant même les plus extraordinaires n’étaient pas dépourvus d’une part de pathos – c’était la tragédie de l’histoire elle-même ; l’ombre toujours présente de l’esclavage et de l’ignorance ; la tristesse de la vie contée par un vieil homme à la mémoire vacillante. (Chesnutt 1999a, p. 167-168)

50Dans « The Gray Wolf’s Ha’nt » la volonté de discréditer Julius en tant que narrateur, en soulignant sa tendance à embellir ses histoires, semble entrer dans le cadre du programme de déstabilisation de Chesnutt ; mais il reste cet ineffaçable « sceau de vérité », qui contrebalance le burlesque de la narration.

51« A Deep Sleeper » et « Dave’s Neckliss », deux des autres nouvelles refusées, abondent en détails sur la cruauté du système esclavagiste, ce qui ne transparaît pas de manière aussi flagrante dans les nouvelles du recueil. Chesnutt s’en était expliqué à propos de « Dave’s Neckliss » parue dans The Atlantic Monthly en octobre 1889, et qu’il considérait alors comme la meilleure nouvelle de la « série » :

  • 41 Lettre de Chesnutt à Tourgée, 26 novembre 1889 (Chesnutt 1997b, p. 44).

Le châtiment consistant à attacher le morceau de viande volée autour du cou du voleur existait véritablement sous l’esclavage – de fait je crois que tout ce que nous pouvons imaginer de cruel ou de haïssable trouve son incarnation dans l’institution. La mise en scène de l’incident est bien entendu pure fiction.41

  • 42 « A Deep Sleeper » avait paru dans Two Tales, 5 (53), 11 mars 1893.

52Dave, esclave de Mars Dugald, accusé à tort d’avoir volé du bacon, se trouve condamné à porter un jambon attaché autour du cou, ce qui n’est pas sans rappeler l’usage de la lettre écarlate dans le roman du même nom de Hawthorne. Il le porte tellement longtemps qu’il en devient fou, croyant avoir été transformé lui-même en jambon. Le jour de sa réhabilitation, après que le vrai coupable s’est dénoncé, Julius le trouve pendu au-dessus d’un feu dans le garde-manger. Cette dernière image rappelait les lynchages de plus en plus nombreux dans les dernières années du XIXe siècle (voir Gossett 1997, p. 269 et suivantes), et fut certainement à l’origine du rejet de la nouvelle. « A Deep Sleeper », bien que moins tragique, montre le visage cruel de l’esclavage, à travers les seules paroles du maître42. À l’issue d’un long sommeil induit par un sort, Mars Dugald croyant son esclave Skundus enfui lui promet une punition exemplaire, menaçant de lui donner 400 coups de fouet, puis de le pendre par les pouces, avant de lui arracher jusqu’au dernier centimètre de peau, et de le vendre à un négrier qui l’emmènerait en Alabama. Une telle violence est rare dans les autres nouvelles du recueil, et « A Deep Sleeper » présente une face extrêmement caricaturale du maître qui nuit quelque peu à la qualité de l’écriture.

  • 43 La critique de Wife dans The Nashville Banner, le 2 décembre 1899, donnait une idée du sentiment de (...)

53La dernière nouvelle refusée dans cette série est « The Dumb Witness », à la construction différente : John en est l’unique narrateur, reprenant à son compte le récit de son cocher, rapporté ainsi au discours indirect. C’est la seule nouvelle où Julius se trouve relégué au second plan (Chesnutt 1993a, p. 162). Sans doute Chesnutt aurait-il pu, si Page le lui avait suggéré, réécrire cette nouvelle au discours direct, en dialecte, mais là n’est certainement pas l’unique raison de son exclusion. Comme les deux précédentes, elle illustre une cruauté innommable à travers le récit de l’un des pires châtiments réservé à une ancienne esclave, Viney. Parce qu’elle avait révélé un secret honteux à sa fiancée, et l’avait fait fuir, son maître Malcolm Murchison avait coupé la langue de Viney. Cette image d’horreur, ajoutée à celle de la dégénérescence de la famille Murchison – suggérée par la métaphore du délabrement de la plantation –, pourrait expliquer que la nouvelle n’ait pas été retenue. Mais peut-être plus que tous ces éléments, le plus choquant pour le lecteur blanc de l’époque était l’allusion au tabou des rapports sexuels interraciaux, à travers le personnage de Viney, métisse née d’un ancêtre de Murchison. Même si le terme de miscegenation (métissage) était le plus souvent employé pour décrire un rapport entre un homme noir et une femme blanche, et non l’inverse – généralement accepté comme un simple aléa de l’esclavage –, Chesnutt faisait référence à une situation délicate. Certaines critiques de son second recueil, The Wife of His Youth, lui reprocheraient d’ailleurs de se faire « l’avocat du mélange des races », et l’on comprend alors que Page et les éditeurs de Houghton, Mifflin and Company ne se soient pas risqués dès ce premier livre à brusquer la sensibilité des lecteurs du Sud, comme du Nord43.

  • 44 Lettre de Chesnutt à Page, 20 mai 1898.
  • 45 Lettre de Page à Chesnutt, 9 septembre 1898, MH : P, MS Am 2030 [205]. « A Victim of Heredity » par (...)

54Quelque deux mois après réception de la lettre de Page où il lui suggérait d’écrire d’autres nouvelles dans le même ton que « The Goophered Grapevine » et « The Conjurer’s Revenge », Chesnutt soumit à Houghton, Mifflin 6 nouvelles44. Il fallut encore plus de trois mois avant que les éditeurs ne décident de composer le recueil, et le 9 septembre 1898, Page, sans vouloir imposer une directive supplémentaire, suggéra avec beaucoup de tact d’exclure « Tobe’s Tribulations » et « A Victim of Heredity », laissant toutefois la décision à la discrétion de l’auteur, qui accéda à cette requête45.

55À première vue ces deux nouvelles ne sont pas très différentes de celles qui furent acceptées, mais Brodhead fait remarquer que Chesnutt y manque souvent de glisser vers le stéréotype. Ainsi dans la première Tobe est trop attaché à son confort pour parvenir à gagner le Nord. S’il souhaite s’enfuir, il veut avant tout s’assurer qu’il pourra dormir et manger pendant sa fuite. Il apparaît alors comme une caricature du « Nègre » paresseux, incapable d’assumer les difficultés qui le mèneront à la liberté. D’une certaine manière, Chesnutt semble exploiter l’idée paternaliste qu’un Noir ne saurait vivre sans l’aide de ses maîtres. Dans « A Victim of Heredity » Julius lui-même exploite avec naïveté un préjugé dont l’absurdité n’efface pas le racisme, selon lequel les Noirs aiment le poulet plus que ne l’aiment les Blancs. Annie souligne le sous-entendu en s’insurgeant contre les propos de Julius :

« Je pense qu’il est injuste, John, de faire porter à toute une race le poids des péchés d’un seul bon à rien. Partout où on trouve des marchandises il y a des voleurs, et j’ai du mal à croire que les gens de couleur aiment le poulet plus que les autres », répondit ma femme.
Julius secoua la tête en signe de désaccord : « les indiv’dus de couleur ils aiment le poulet plus que les Blancs. ‘Peuvent pas faire aut’ment. »
« Pourquoi donc ? » demandai-je. « Est-ce dans leur sang ? »
« C’est exa’t’ment ça, M’sieur, z’avez trouvé du premier coup […]. » (Chesnutt 1993a, p. 174)

56Ce nouveau trait de caractère de Julius est étonnant et fait du personnage un stéréotype proche du coon, du « bouffon ». Chesnutt avaitil cherché à appuyer le trait de soumission apparente qui permettait à son personnage de se jouer du couple ? Était-il conscient d’avoir franchi la limite entre petits aménagements et stéréotype ? Ou avait-il modifié Julius afin de gagner les faveurs d’un lectorat friand de ce genre de caricature ? Richard H. Brodhead écrit très justement qu’en écartant ces deux nouvelles, Walter H. Page avait empêché Chesnutt de sombrer dans la caricature (Brodhead 1993a, p. 19).

57La correspondance entre Chesnutt et ses éditeurs montre un auteur docile, prompt à apporter les révisions demandées. Il détermina l’ordre des nouvelles, proposa comme une évidence « The Goophered Grapevine » en première position, car son incipit en faisait naturellement une nouvelle introductive, « Po’Sandy » en deuxième, et « Hot-Foot Hannibal » en dernière position. Toutefois il n’osa imposer ses vues de façon trop catégorique, et par peur de déplaire, ajouta :

  • 46 Lettre de Chesnutt à Houghton, Mifflin, 19 septembre 1898 (Chesnutt 1997b, p. 113).

Néanmoins, à l’exception de la première, et peut-être de la deuxième, l’ordre n’est pas primordial. J’ai laissé de côté les deux nouvelles « Tobe’s Tribulations » et « A Victim of Heredity ». Elles ne sont pas, je l’admets, aussi bonnes que les autres, et à moins que vous ne trouviez le livre trop mince sans celles-ci, je suis satisfait à l’idée de les retirer.46

58Ce passage illustre parfaitement la façon qu’avait Chesnutt de s’en remettre à l’avis de Houghton, Mifflin, tout en exprimant à demi-mot son sentiment profond. Lorsque Page lui avait suggéré d’omettre les deux dernières nouvelles, il n’avait pas fait allusion à la possibilité que le recueil fût trop maigre ; la précision « à moins que vous ne trouviez le livre trop mince » (je souligne) n’est rien d’autre que la propre opinion de Chesnutt. Quoi qu’il en soit, l’ordre proposé par Chesnutt pour les deux premières nouvelles et la dernière fut respecté.

  • 47 MH : P, MS Am 2030 [205]. Chesnutt soumit une liste de titres potentiels, mais celle-ci ne se trouv (...)
  • 48 Contract Book, MH : P. La liste de titres accompagnait une lettre de Chesnutt à Houghton, Mifflin d (...)

59Quant au titre du recueil, il est difficile de savoir avec exactitude qui le choisit. On trouve la première occurrence de l’expression « conjure stories » dans une lettre de Walter H. Page du 30 mars 1898 (Helen M. Chesnutt 1952, p. 91). Mais dans une lettre du 9 septembre 1898, Page exprimait à l’écrivain la volonté des éditeurs de trouver un meilleur titre47. Qui, de Page, Chesnutt ou même des lecteurs de la maison d’édition, trouva le titre définitif, tel qu’il est inscrit pour la première fois le 8 octobre 1898 dans les registres des éditeurs48 ? Walter H. Page ne cessa d’aiguiller subtilement Chesnutt, lui suggérant le thème et la forme des nouvelles qui composeraient le recueil, ainsi que les fragments à exclure. Né dans le Sud où il conservait des attaches, Page semble avoir porté une attention particulière aux représentations de l’esclavage susceptibles d’ébrécher la volonté de réconciliation du pays. Il ne pouvait ignorer la radicalisation des positions politiques et la montée du racisme dans le sud des États-Unis à la fin des années 1890. Dès lors on peut penser qu’il dirigea Chesnutt vers une représentation plus consensuelle de l’avant-guerre. The Conjure Woman peut de fait être envisagé comme une œuvre de commande. Loin d’être une collaboration atypique, c’était une construction indéniablement faite à quatre mains.

De la prépublication à la toilette du texte

  • 49 Pour la date de publication de The Conjure Woman, voir MH : P, Copyright Accounts, MS Am 2030 [122] (...)
  • 50 Par prépublication il faut entendre ici non pas la publication d’exemplaires réservés à la critique (...)

60Si on considère l’intervalle entre l’acceptation du manuscrit de The Conjure Woman et sa publication, entre le 6 septembre 1898 et le 25 mars 1899, on comprend que l’histoire éditoriale de ce livre ne se résume pas à une simple transposition des fragments prépubliés dans le recueil, car d’autres nouvelles vinrent s’ajouter à celles déjà parues49. Deux sortes de prépublication50 sont à distinguer : la publication de chaque nouvelle, individuellement et indépendamment de la publication d’un volume, et la publication d’un fragment du volume à paraître, dans un but promotionnel, telle la publication de « Hot-Foot Hannibal » dans The Atlantic Monthly en janvier 1899 pour annoncer discrètement la parution prochaine du recueil en mars. Dans quel contexte et quels magazines parurent ces fragments ? Comment furent-ils modifiés ou ajustés, pour la composition des recueils ?

  • 51 Publishers’ Weekly, 27 janvier 1900, p. 194.

61Walter H. Page avait soulevé la question épineuse de la publication de nouvelles déjà offertes au public dans les magazines. Selon lui c’était une raison plausible d’insuccès des recueils de nouvelles, et il justifiait ainsi les réticences de Houghton, Mifflin à publier un tel livre (Helen M. Chesnutt 1952, p. 91). Cette réticence est aisément compréhensible, pourtant Publishers’ Weekly faisait remarquer dans son bilan annuel de 1899 que de nombreux recueils de nouvelles avaient paru, reflétant le meilleur de la littérature américaine de l’époque51. Houghton, Mifflin cette même année en publia plusieurs, depuis The Queen of the Swamp, and Other Plain Americans de Mary H. Catherwood, Tiverton Tales d’Alice Brown, Mr. Jack Hamlin’s Mediation and Other Stories de Bret Harte, The Queen’s Twin and Other Stories de Sarah Orne Jewett, jusqu’à The Conjure Woman et The Wife of His Youth. Mais cette question de la redondance concernaitelle véritablement le recueil de Chesnutt ? Sur l’ensemble des 7 nouvelles qui le composent, seules trois furent publiées préalablement à l’acceptation par Houghton, Mifflin, si on omet « Hot-Foot Hannibal » publiée après signature du contrat, en janvier 1899. La question une fois encore est de savoir si on peut objectivement parler de recueil, lorsque plus de la moitié des nouvelles furent composées spécialement pour le livre.

  • 52 On trouve au sommaire de The Atlantic Monthly, 61, mai 1888 : « The Despot of Broomsedge Cove » de (...)

62La prépublication en magazine était un moyen efficace d’affiner un style, une technique, et de se faire un nom. Encore fallait-il qu’elle se fasse dans des organes de presse réputés. Outre le lieu de publication – Boston surclassait à l’époque que San Francisco – il importait que le nom de l’auteur apparût en bonne compagnie : ainsi Chesnutt pouvait s’enorgueillir d’avoir publié sa deuxième nouvelle dans The Atlantic Monthly aux côtés des populaires nouvellistes Charles E. Craddock (Mary N. Murfree), Sarah Orne Jewett, grande favorite de Houghton, Mifflin, des poètes Oliver W. Holmes et James R. Lowell, sans oublier Henry James52. La première nouvelle publiée dans The Atlantic Monthly, elle aussi incluse dans le recueil, était moins mise en valeur par son entourage, bien qu’elle eût paru avec une nouvelle de Sarah Orne Jewett intitulée « The Landscape Chamber », ce qui pouvait favoriser un rapprochement par les lecteurs entre les deux écrivains de couleur locale.

  • 53 Cet essai serait inclus dans The Souls of Black Folk, et forme le chapitre IV, « Of the Meaning of (...)

63Lorsque « Hot-Foot Hannibal » parut dans The Atlantic Monthly en janvier 1899 pour promouvoir le recueil à paraître, Chesnutt se trouvait en compagnie d’Alice Brown, autre écrivain estampillé « Houghton, Mifflin », Frank Norris, et… William E. B. DuBois, qui publiait « A Negro Schoolmaster in the New South »53. Chesnutt remercia Walter H. Page pour cette parution, et le félicita de faire une place à la question raciale dans un tel magazine : « J’ai reçu un exemplaire du numéro de janvier d’Atlantic […]. C’est un très bon numéro et je m’y trouve en excellente compagnie. Le récit de Mr. Du Bois a un charme et une simplicité touchants à certains moments » (Chesnutt 1997b, p. 117). Coïncidence ? Cette proximité avec DuBois, dont l’essai retraçait son expérience d’instituteur dans les écoles rurales du Tennessee, évoque la propre vie de Chesnutt, et apportait une nouvelle signification à la publication de « Hot-Foot Hannibal ». Le magazine paraissait presque unifié par le thème de l’expérience du Sud noir rural. Par de simples associations de noms d’auteurs, Chesnutt se trouvait placé au même rang que de grands écrivains, et associé à une couleur ; la mention de ses origines raciales, rappelons-le, avait été faite publiquement, bien que discrètement, dans ce même magazine à l’occasion de la publication de « The Wife of his Youth » en juillet 1898. Chesnutt avait ainsi évoqué cette divulgation dans une lettre à Page en août : « Permettez-moi de vous remercier […] pour la manière gracieuse et pleine de tact dont vous avez fait allusion à mes liens avec la race de couleur ; ils deviennent ainsi une force plutôt qu’une source de faiblesse » (Chesnutt 1997b, p. 110).

  • 54 Page à Chesnutt, 18 octobre, 24 octobre 1898, CC3 : 3.
  • 55 Lettre d’Overland Monthly à Chesnutt, 21 septembre 1898, CC4 : 27. La mention « “The Conjurer’s Rev (...)

64Même si The Overland Monthly dans lequel avait paru en juin 1889 « The Conjurer’s Revenge » était moins prestigieux qu’Atlantic, son prix de 4 dollars annuel et la réputation de son premier rédacteur en chef, Bret Harte, en faisaient un lieu de publication enviable. Il semblerait que cette nouvelle ait d’abord été retenue pour être publiée en « avantpremière » dans The Atlantic Monthly afin de « mettre l’eau à la bouche » des lecteurs, dans l’attente du recueil. Page ignorait qu’elle avait d’abord été publiée dans The Overland Monthly54. Contact pris, ce magazine renonça aux droits d’auteur sur la nouvelle, mais la rédaction demanda que son nom fût mentionné dans la préface du recueil ; de fait sous le sommaire de l’édition de 1899 figurait le lieu de la première parution de « The Conjurer’s Revenge », en guise de remerciements55.

  • 56 Il avait entre-temps publié deux essais, « A Multitude of Counselors » dans The Independent du 2 av (...)

65Dix ans séparaient la publication de « The Conjurer’s Revenge » de celle de The Conjure Woman, et Chesnutt était conscient que ses chances d’être publié dépendaient de la visibilité de son nom56. La publication de la nouvelle « The Wife of his Youth » dans The Atlantic Monthly de juillet 1898, avant même l’acceptation du premier recueil, joua en sa faveur, suscitant des réactions enthousiastes, telle celle de l’écrivain James L. Allen. La publication de cette nouvelle se présentait ainsi comme un test pour les éditeurs.

L’accastillage

66Hubert Nyssen nomme « accastillage du texte » sa mise en forme avant la publication, l’ensemble des soins minutieux apportés au texte nu pour le préparer à l’impression, puis à sa publication. Le texte serait ainsi tel un navire dépourvu de tout aménagement, une simple structure qui ne saurait être mise à l’eau sans un équipement approprié (Nyssen 1993, p. 34). Plusieurs étapes interviennent ici : la théâtralisation du texte, où celui-ci est mis en valeur avec, le plus souvent, l’aide du directeur éditorial, la toilette, effectuée conjointement par les correcteurs et l’auteur, et la mise en forme du texte proprement dite. Cette dernière opération, qui vise à clarifier le texte par le biais de ses titres, sous-titres, dédicaces, épigraphes, iconographie, accessoires et commentaires, touche véritablement au paratexte, qui sera examiné plus loin (Nyssen 1993, p. 34-48).

67Les réglages de la toilette visent donc à mettre le texte en lumière, par des arrangements qui nécessitent la plus grande confiance entre l’auteur et l’éditeur au sens anglo-saxon du terme. En vérité nous disposons de peu de sources concernant les réglages apportés au texte, car Chesnutt paraît s’être soumis aux demandes de Page et des lecteurs de la maison Houghton, Mifflin sans grande protestation. Peu exigeant, il avait apporté ses révisions en toute humilité. « Je n’ai aucune idée, bien entendu, de la forme sous laquelle vous pensez publier le livre, mais je souhaiterais qu’elle soit aussi digne que l’épaisseur et le coût que vous envisagez le permettent », écrivait-il à ses éditeurs le 19 septembre 1898. La toilette consista pour lui à corriger les éventuelles fautes d’orthographe et erreurs de syntaxe, ainsi qu’à modifier certaines nouvelles dans leur version magazine, pour les insérer en un ensemble cohérent. On constate sans surprise que la version de « Hot-Foot Hannibal » parue dans The Atlantic Monthly après signature du contrat de publication ne présente pas de différences avec la version du recueil. Quelques petites variations distinguent les deux textes de « Po’ Sandy », notamment concernant l’harmonisation du dialecte de Julius, qui contenait des variantes dans The Atlantic Monthly. Dans les deux cas le découpage des paragraphes était strictement le même.

  • 57 Les ressemblances entre cette description de Patesville et celle de Fayetteville dans l’ouvrage de (...)

68De plus grandes variations sont notables entre les deux versions de « The Goophered Grapevine », première nouvelle de Chesnutt parue dans The Atlantic Monthly et nouvelle inaugurale du livre. En effet l’introduction en fut étoffée pour le recueil, Chesnutt y inséra des informations caractéristiques du style couleur locale. On y apprenait le nom de la ville proche de la plantation où vit Julius, Patesville, qui s’inspirait indéniablement de Fayetteville où Chesnutt avait passé son enfance, et dont il détaillait les bâtiments principaux et les activités économiques. Comme Fayetteville à l’époque de la Reconstruction, Patesville avec ses 4 000 ou 5 000 habitants de races diverses était l’une des plus grandes villes de la Caroline du Nord, et son « empire commercial » était fondé sur le coton et la construction navale (Chesnutt 1999a, p. 3-4)57. Non content de décrire le climat et la flore de la Caroline du Nord, il y évoquait également en quelques mots le climat de l’Ohio que John et Annie avaient fui, pour le bien de cette dernière. Il faisait en passant une remarque sur la culture du raisin en Caroline du Nord, prolongeait le trajet jusqu’à la grande maison tombée en ruine depuis la guerre de Sécession, afin d’y introduire une vignette classique, une petite fille noire, droite comme un « i », portant un seau d’eau sur la tête (Chesnutt 1999a, p. 7). La description de la bâtisse était également étoffée, et couleur locale oblige, Chesnutt précisait que ronces et stramoines reprenaient leurs droits sur les cheminées décrépies et les colonnes du temps jadis. Les marqueurs temporels furent évidemment modifiés, l’incipit d’origine « Il y a une dizaine d’années », claire pour le lecteur de 1887, ne pouvant plus faire référence à la fin de la Reconstruction en 1899. L’incipit du recueil, « Il y a quelques années », perdait cependant de sa précision, ce que l’auteur compensait par de plus amples références aux effets de la guerre. Chesnutt apporta certainement ces modifications dans les derniers mois de 1898, sur les conseils de ses éditeurs :

  • 58 Lettre de Page à Chesnutt, 9 septembre 1898, MH : P, MS Am 2030 [205].

Nous avons une suggestion d’ordre pratique – comme les nouvelles ont été écrites en vue d’une publication individuelle, elles paraissent toutes avoir une sorte de préface ou d’introduction différente […]. Lorsque les nouvelles paraîtront en recueil, une seule introduction explicative sera bien entendu suffisante pour l’ensemble. Par conséquent nous pensions que vous pourriez changer ou abréger les introductions de certaines nouvelles en vue de la toute première.58

  • 59 Lettre de Houghton, Mifflin à Chesnutt, 11 mai 1899, MH : P, MS Am 2030 [205].
  • 60 MH : P, MS Am 2030 - f9.

69Pour l’harmonie du recueil, Chesnutt se plia à cette suggestion somme toute peu contraignante. En détaillant plus la région, il conférait au volume une unité de lieu indispensable, et la Caroline du Nord, et ses plantation stories s’inscrivaient bien dans la lignée d’autres écrivains du Sud. Il était nécessaire d’insuffler une cohérence au recueil, puisqu’il se composait de nouvelles écrites sur une période de onze ans entre 1887 et 1899, ce qui pouvait laisser place à des inconsistances et décalages. Malgré la première toilette, Chesnutt demanderait en mai 1899 à faire quelques modifications du texte, ce qui lui serait gracieusement accordé59. Les modifications furent sans doute apportées lors du deuxième tirage le 29 juillet 189960.

70Nyssen indique que sans une grande proximité entre le directeur éditorial et l’auteur, l’ajustage du texte peut être vécu par ce dernier comme une mutilation de sa création. Il est indéniable que la relation de Chesnutt avec Walter H. Page, lors de la construction de The Conjure Woman, fut une réelle relation de confiance. Chesnutt « s’en était remis à ses amis » comme il l’écrirait dans « Post-Bellum - Pre-Harlem », et les modifications que ses éditeurs lui demandèrent ne semblent pas lui avoir coûté un trop grand effort. D’ailleurs, inconnu du public, et si désireux de percer, comment aurait-il pu se permettre de s’opposer à Page ? Sans doute est-ce pour cette raison qu’on ne trouve pas de trace de réelle contestation dans la correspondance de l’auteur.

Notes

1 Contrat, CC4 : 1. Le registre des contrats de Houghton, Mifflin pour 1899 indique que l’accord pour la publication de The Conjure Woman avait été signé par George H. Mifflin, James M. Kay, Henry O. Houghton, Oscar R. Houghton et Albert F. Houghton (Contract Book, du 16 janvier 1891 au 20 avril 1899, MH : P).

2 La durée de ce « mariage » devrait être évaluée d’après la durée du copyright de l’œuvre publiée. Ainsi le copyright de The Conjure Woman, qui s’achevait en 1926 conformément aux pratiques en vigueur, fut renouvelé en 1927 pour une nouvelle période de vingt-huit ans (voir MH : P, MS Stor 228).

3 Il ne faut voir aucune goujaterie dans cette traduction d’«  old friends ». Manuscript Report 1900, MH : P, bMS Am 1925 (2022).

4 Rapport de lecture pour The Rainbow Chasers, MH : P, Reader Reports, MS Stor 245, boîte 3. Ce roman ne fut jamais publié.

5 Voir les lettres de Houghton, Mifflin à Chesnutt, 27 octobre 1891 (CC4 : 1), et de Chesnutt à Walter H. Page, 13 février 1897 (Chesnutt 1997b, p. 98). C’est avec hésitation qu’il soumettait Mandy Oxendine, suggérant en premier lieu une publication dans The Atlantic Monthly, et en cas de refus, une publication chez Houghton, Mifflin.

6 Lettre de Chesnutt à Houghton, Mifflin, 19 septembre 1898 (Chesnutt 1997b, p. 113).

7 Lettre de Chesnutt à Walter H. Page, 7 décembre 1897 (Chesnutt 1997b, p. 103).

8 Lettre de Chesnutt à Page, 20 mai 1898 (Chesnutt 1997b, p. 107).

9 Dans cet article de 1999 Bourdieu donne l’exemple de Gallimard pour démontrer cet « effet de label » tel qu’il est exercé par les couvertures (p. 3). Cette remarque vaut surtout pour les collections aux couvertures extrêmement reconnaissables. La forte identité des collections The American Commonwealth, The American Men of Letters, The American Statesmen, Riverside Readers ou Riverside Literature pour Houghton, Mifflin était réelle ; mais Chesnutt ne pouvait espérer être publié dans ces collections qui consacraient des classiques.

10 La guerre hispano-américaine de 1898 signe la fin de l’empire colonial espagnol, tout en inaugurant une ère d’interventionnisme américain en Amérique latine. À la suite de ce conflit qui dura une dizaine de mois, les États-Unis obtiennent le contrôle de Porto Rico, les Philippines, ainsi que Cuba, qui devient protectorat déguisé en 1901.

11 Voir Chesnutt 1997b, p. 107, note 2. Cet essai parut dans The Independent, 41, 29 août 1889. Leitz et McElrath supposent que Chesnutt avait lu cet essai, qui avait paru aux côtés de celui de George W. Cable, « The Nation and the Illiteracy of the South ». L’argument de Page contre une éducation classique, souvent avancé à l’époque, serait rejeté avec emphase par William E. B. DuBois dans The Souls of Black Folk (1903) qui s’opposait à la prédominance du cursus industriel pour les Noirs américains, tel qu’il était développé par Booker T. Washington.

12 Page quitta Houghton, Mifflin and Company en août 1899 pour travailler pour les maisons associées Harper and Brothers et Doubleday, McClure, avant de devenir partenaire dans la firme Doubleday, Page en 1900 (lettre de Atlantic Monthly à Chesnutt, 10 août 1899, CC3 : 3).

13 Après le succès de The Leopard’s Spots qui se vendit à plus de 100 000 exemplaires la première année, Doubleday, Page poursuivrait l’aventure avec Dixon, en publiant The One Woman en 1903 et The Clansman en 1905, tous deux cités sur les listes de best-sellers de The Bookman (Hackett, Burke 1977, p. 67, 69).

14 Houghton, Mifflin déploya de grands moyens promotionnels pour la publication de To Have and to Hold de Mary Johnston en 1899.

15 Lettre de Page à Chesnutt, 12 novembre 1900, CC3 : 37. Il aura fallu attendre onze ans et de nombreuses révisions pour que « Rena Walden » soit publié en 1900 sous le titre de The House Behind the Cedars. Page lui avait fait au nom de Doubleday, Page une proposition de contrat en janvier, offrant des droits d’auteur selon une échelle de progression – 10 % sur les 2 000 premiers exemplaires, 12,5 % sur les 2 000 suivants, et 15 % sur les exemplaires vendus ensuite (lettre de Page à Chesnutt, 24 janvier 1900, CC3 : 37). Sans l’en informer, Chesnutt avait soumis le manuscrit à Houghton, Mifflin, qui l’accepta en mars et le publia le 27 octobre (lettre de Francis J. Garrison à Chesnutt, 6 mars 1900, CC4 : 4).

16 Page serait nommé ambassadeur des États-Unis en Grande-Bretagne sous le gouvernement Wilson, entre 1913 et 1918 (Massa 1988, p. 180).

17 Lettre de Page à Chesnutt, 2 octobre 1897, CC3 : 3. Les deux nouvelles précédemment acceptées étaient « The Wife of his Youth » qui serait publiée dans Atlantic, 82, en juillet 1898, et « The March of Progress » qui serait finalement publiée dans The Century en janvier 1901. Les deux nouvelles refusées étaient « The Dumb Witness », jamais publiée, et « The Bouquet », publiée dans The Atlantic Monthly, 64, en novembre 1899. La publication de cette nouvelle servit à promouvoir le second recueil, The Wife of His Youth, publié le 29 novembre.

18 CC3 : 3 ; lettre de Chesnutt à Page, 22 octobre 1897 (Chesnutt 1997b, p. 100). Les nouvelles plus longues auxquelles Page faisait référence étaient sans doute « Rena Walden », Mandy Oxendine et « A Business Career » (Chesnutt 1997b, p. 101, note 1).

19 Lettre de Page à Chesnutt, 15 décembre 1897, CC3 : 3.

20 Lettre de Page à Chesnutt, 17 août 1898, et 6 septembre 1898, CC3 : 3.

21 Lettre de Page à Chesnutt, 30 mars 1898, CC3 : 3.

22 Lettre de Page à Chesnutt, 30 mars 1899, CC3 : 3.

23 Lettre de Page à Chesnutt, 9 septembre 1898, MH : P, MS Am 2030 [205]. Cette lettre est signée « Houghton, Mifflin and Co. W. H. P. », à la différence de la correspondance plus personnelle entre Page et Chesnutt, signée simplement « Walter Hines Page ».

24 Cette lettre est d’autant plus touchante que Scudder était alors malade, et n’avait plus d’intérêt à « soigner » les auteurs de Houghton, Mifflin : « J’ai pensé à beaucoup de choses pendant que j’étais alité, et j’ai notamment pensé à vous et à votre œuvre, et me suis rappelé que je ne vous avais jamais écrit pour vous dire combien j’admirais le talent avec lequel vous aviez modifié l’intrigue de House Behind the Cedars » (Scudder à Chesnutt, 2 juin 1901, CC2 : 6). C’était un bel hommage à la ténacité de Chesnutt et à sa faculté d’accepter les critiques, et de sans cesse réviser ses manuscrits.

25 Voir lettre du 10 août 1899, CC3 : 3.

26 On peut ainsi se demander si, en sa qualité de vice-président honoraire, Page n’aida pas à faire entrer en 1917 son ancien protégé dans les rangs du très sélectif National Arts Club de New York. C’est ce que laisse supposer une brochure du club trouvée dans les archives de Chesnutt (CC16 : 5). Le National Arts Club, fondé en 1898 par le critique du New York Times Claude DeKay, est une organisation de mécénat visant à promouvoir et aider l’art américain dans plusieurs disciplines. Entre autres personnages illustres, John Pierpont Morgan, Theodore Roosevelt, Woodrow Wilson ou encore le photographe Alfred Stieglitz en furent membres. Voir sur <www.nationalartsclub.org>.

27 James L. Allen (1849-1925), écrivain et critique du Kentucky, avait ardemment défendu la littérature de couleur locale dans les années 1880. Dans une lettre adressée à Page, et que ce dernier transmettrait à Chesnutt, Allen s’était littéralement enflammé à propos de « The Wife of his Youth ». Lettre de James L. Allen à Page, 27 juin 1898, citée par Helen M. Chesnutt (1952, p. 96).

28 Lettre de Chesnutt à Walter H. Page, 20 mai 1898 (Chesnutt 1997b, p. 105).

29 Lettre de Page à Chesnutt, 15 décembre 1897 (Helen M. Chesnutt 1952, p. 87).

30 Chesnutt avait soumis « Rena Walden » sous la forme d’une nouvelle la première fois en 1889 au magazine Century. En 1895 le manuscrit avait été étoffé et il compte 28 000 mots environ. Son auteur écrivait à George W. Cable en 1895 : « […] j’espère faire des débuts dignes de ce nom avec celui-ci » (Chesnutt 1997b, p. 83).

31 Cependant cette littérature se voulait « l’expression consciente de la vie d’une région » (Rhode 1975, p. 28).

32 Sa première nouvelle ayant pour protagoniste et narrateur Uncle Remus parut dans The Constitution d’Atlanta en 1879.

33 Chesnutt, « Remarks in Accepting the Spingarn Medal », CCP 1009-1010.

34 Voir Williamson (1984), Blight (2001), et Dormon (1988).

35 « Eh bien ! Les gens sans éducation sont les êtres les plus fanatiques, les plus superstitieux et têtus au monde ! Ces gens en bas croient aux fantômes, aux fers à cheval, aux signes dans les nuages et je ne sais quoi encore, et tous les arguments de la terre ne pourraient les en dissuader. Il est totalement inutile de discuter avec de telles personnes » (Chesnutt 1993b, p. 81).

36 Voir la lettre de Chesnutt à Albion W. Tourgée du 26 septembre 1889 (Chesnutt 1997b, p. 44).

37 Voir chapitre 2. Lettre de Chesnutt à Page, 20 mai 1898 (Chesnutt 1997b, p. 105).

38 « Gratitude » et « The Origin of the Hatchet Story » sont deux nouvelles très brèves parues dans Puck en décembre 1888 et avril 1889 respectivement. Les deux autres nouvelles ne furent jamais publiées mais avaient été proposées pour le recueil le 22 octobre 1897.

39 On ne commentera pas « The Marked Tree » que Brodhead insère dans son édition, car cette nouvelle fut manifestement écrite après la publication du recueil. Une fois la formule relancée, sans doute au vu du succès de ce genre de nouvelles, Chesnutt poursuivit de loin en loin dans cette veine après la publication de The Conjure Woman. Brodhead note que « The Marked Tree » est une « reprise tardive de la formule » (Brodhead 1993a, p. 24), qui parut en deux épisodes dans The Crisis, 29 décembre 1924 et janvier 1925. Dans un carnet où Chesnutt avait noté le scénario de ce qui serait The Marrow of Tradition vers 1900, on trouve le projet d’une nouvelle intitulée « The Bewitched Pigs », dans laquelle il reprenait les personnages de John et Julius (« Literary Memoranda », CC13 : 5).

40 Chesnutt, « Lonesome Ben », tapuscrit, 1re version, CC6 : 5.

41 Lettre de Chesnutt à Tourgée, 26 novembre 1889 (Chesnutt 1997b, p. 44).

42 « A Deep Sleeper » avait paru dans Two Tales, 5 (53), 11 mars 1893.

43 La critique de Wife dans The Nashville Banner, le 2 décembre 1899, donnait une idée du sentiment des Blancs du Sud sur ce sujet : « Mr. Chestnut [sic] semble à présent se faire l’avocat du mélange des races, ou du moins souhaiter un assouplissement de l’attitude ferme de la race blanche sur ce point. Le sentiment du Sud sur la question du mélange des races est si fort et si profondément enraciné que toute critique concernant ce point ne peut qu’être jugée raciste, pourtant nous pensons que l’opinion des descendants blancs des races teutonnes ailleurs dans le monde n’est pas si différente de la nôtre » (CC : Album de coupures de presse, The Wife of His Youth).

44 Lettre de Chesnutt à Page, 20 mai 1898.

45 Lettre de Page à Chesnutt, 9 septembre 1898, MH : P, MS Am 2030 [205]. « A Victim of Heredity » parut dans Self-Culture Magazine, 11, juillet 1900. « Tobe’s Tribulations » parut dans le journal de Hampton Institute, The Southern Workman, 29, novembre 1900. Les autres contributions à ce numéro de Southern Workman révèlent l’aspect militant du journal ; on y trouve les éditoriaux suivants : « The Cause of Race Riots », « Negro Disfranchisement », ou « Segregation ».

46 Lettre de Chesnutt à Houghton, Mifflin, 19 septembre 1898 (Chesnutt 1997b, p. 113).

47 MH : P, MS Am 2030 [205]. Chesnutt soumit une liste de titres potentiels, mais celle-ci ne se trouve ni dans ses archives ni dans celles de Houghton, Mifflin.

48 Contract Book, MH : P. La liste de titres accompagnait une lettre de Chesnutt à Houghton, Mifflin du 19 septembre 1898 (Chesnutt 1997b, p. 113).

49 Pour la date de publication de The Conjure Woman, voir MH : P, Copyright Accounts, MS Am 2030 [122], p. 88-89.

50 Par prépublication il faut entendre ici non pas la publication d’exemplaires réservés à la critique, mais la publication dans divers organes de presse et magazines, antérieure à la publication sous forme de livre.

51 Publishers’ Weekly, 27 janvier 1900, p. 194.

52 On trouve au sommaire de The Atlantic Monthly, 61, mai 1888 : « The Despot of Broomsedge Cove » de Charles E. Craddock, « Miss Tempy’s Watchers » de Sarah Orne Jewett, « Over the Teacups » de Oliver W. Holmes, « Endymion », « The Secret », « Turner’s Old Téméraire » de James R. Lowell, « The Aspern Papers » de Henry James, et « Po’ Sandy » de Chesnutt. La nouvelle « Dave’s Neckliss », qui ne fut pas retenue pour le recueil, bien qu’étant dans la même veine, avait paru dans The Atlantic Monthly, 64, en octobre 1889, en même temps que « Going to Shrewsbury », « The White Rose Road » de Sarah Orne Jewett, et « The Tragic Muse » de Henry James.

53 Cet essai serait inclus dans The Souls of Black Folk, et forme le chapitre IV, « Of the Meaning of Progress ». À noter également, la nouvelle « The Bouquet », publiée en pré-annonce du recueil The Wife of His Youth, figurait dans le même numéro d’Atlantic, 84, novembre 1899, que l’essai de Booker T. Washington, « The Case of the Negro ». L’association était d’autant plus évidente que « The Bouquet » dénonçait plus clairement la condition des Noirs dans le Nouveau Sud.

54 Page à Chesnutt, 18 octobre, 24 octobre 1898, CC3 : 3.

55 Lettre d’Overland Monthly à Chesnutt, 21 septembre 1898, CC4 : 27. La mention « “The Conjurer’s Revenge” est rééditée avec la permission de The Overland Monthly » figure dans l’édition courante comme dans l’édition limitée de 1899.

56 Il avait entre-temps publié deux essais, « A Multitude of Counselors » dans The Independent du 2 avril 1891, et « Resolutions Concerning Recent Southern Outrages » dans The Cleveland Gazette, le 4 juin 1892. Il est certain que le second, paru dans un journal local africain-américain, sur un sujet délicat, ne pouvait véritablement augmenter sa popularité.

57 Les ressemblances entre cette description de Patesville et celle de Fayetteville dans l’ouvrage de Sydney Nathans sont frappantes : l’heure du couvre-feu, l’importance de la halle (the Market House), et la position géographique de la ville, avec son accès au port de Wilmington, qui lui conférait un rôle commercial influent en Caroline du Nord, sont également citées. Voir S. Nathans éd. (1983b, p. 59-82).

58 Lettre de Page à Chesnutt, 9 septembre 1898, MH : P, MS Am 2030 [205].

59 Lettre de Houghton, Mifflin à Chesnutt, 11 mai 1899, MH : P, MS Am 2030 [205].

60 MH : P, MS Am 2030 - f9.

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search