Version classiqueVersion mobile

Une histoire éditoriale : The Conjure Woman de Charles W. Chesnutt

 | 
Cécile Cottenet

Chapitre III

Premières armes

Texte intégral

1Avant d’être ainsi célébré à la fin des années 1920, Chesnutt avait fait ses armes dans un contexte particulier, au sein duquel s’était développé son projet. Le champ littéraire dans lequel il s’inscrit était structuré par plusieurs institutions. Ainsi avant le développement des universités à la fin du XIXe siècle aux États-Unis, le rôle de la presse littéraire et semi-littéraire fut considérable. Non seulement elle offrait une vitrine par le biais de la critique, mais elle représentait également la création contemporaine, en permettant aux écrivains de publier. Ainsi elle constituait un véritable « tremplin » vers une publication ultérieure dans une maison d’édition, et son essor dans le dernier quart du XIXe siècle fut un facteur déterminant de l’accès de Chesnutt à la publication.

2Bien qu’éloigné des « centres littéraires » comme il l’écrivait à Walter H. Page, Chesnutt savait qu’une des étapes vers l’édition d’un livre était la prépublication dans les magazines et journaux, si influents dans la construction et la diffusion d’une littérature nationale. Il poursuivit donc son apprentissage du métier d’écrivain à l’école de la presse, en se confrontant avec les rédacteurs en chef, avec les contraintes du nombre de mots, et les compromis. En publiant ainsi dans la presse, Chesnutt suivait les pas de Harriet Beecher Stowe dont l’incroyable best-seller Uncle Tom’s Cabin avait initialement été publié en feuilleton dans The National Era. De fait Beecher Stowe, par sa démarche et ses écrits, fut l’un des trois modèles les plus influents dans les premières années où Chesnutt tentait de se faire publier. Elle rejoignait deux autres mentors, Albion W. Tourgée et George W. Cable.

L’ère du magazine

3Entre 1860 et 1900, l’expansion de la publication, de la diffusion des magazines, et le développement du lectorat étaient tels qu’on a souvent appelé cette période « l’ère du magazine ». C’est à la fin du XIXe siècle qu’émergèrent des périodiques critiques, tels The Critic, The Dial, The Bookman créé sur le modèle de son homonyme londonien, Current Literature, ou encore le Saturday Review of Books du New York Times en 1896 (Mott 1957, vol. 3, p. 124-135). Concernant les organes de diffusion de fiction, on peut ainsi distinguer trois catégories, dont l’importance varie au cours de cette période : les journaux quotidiens ou hebdomadaires, les magazines populaires, et les magazines dits littéraires ou culturels. Outre le débouché qu’ils constituaient, les journaux favorisèrent l’essor du livre, notamment à travers les pages réservées aux campagnes de promotion, qui se firent de plus en plus originales au début du XXe siècle.

  • 1 Soit pour les quotidiens, une augmentation de 387 à 2 226 titres.
  • 2 À la fin du XIXe siècle les livres de poche, ou dime novels de mauvaise qualité, rééditions de text (...)

4Charles A. Johanningsmeier estime qu’entre 1861 et 1900, plus d’œuvres de fiction étaient publiées dans les journaux que dans les magazines et en format livre. Avec une certaine prudence, il estime la croissance des journaux sur le sol national entre 1860 et 1899 à + 383 % (Johanningsmeier 1997, p. 17)1. Dans leur histoire de la presse américaine, Michael et Edwin Emery indiquent que la diffusion totale de tous les quotidiens fut multipliée par 5 entre 1870 et 1900 (Emery 1992, p. 155-156). Le prix moyen des journaux, comparé à celui des magazines et des livres, les rendait plus accessibles à un large public : 2 à 3 cents pour un quotidien, 5 cents pour un hebdomadaire dans le dernier quart du XIXe siècle, contre 25 à 35 cents pour un magazine littéraire, et 1,25 à 1,50 dollar pour un livre d’édition courante, c’est-à-dire relié pleine toile (Emery 1992, p. 3)2. Johanningsmeier considère cependant avec méfiance les chiffres de diffusion, qui ne peuvent être avérés, car nul ne sait entre combien de mains passait chaque exemplaire d’un quotidien ; on peut estimer que les journaux de Boston, New York et San Francisco se vendaient entre 10 000 et 120 000 exemplaires (Johanningsmeier 1997, p. 2).

5Ces chiffres témoigneraient ainsi de la vaste diffusion des auteurs qui publiaient dans ces journaux. La publication en feuilleton d’Uncle Tom’s Cabin révèle l’importance des journaux dans le succès des textes de fiction. Par ailleurs, tout au long de la période, on mesure également l’importance du magazine populaire. Certains apparurent à la fin des années 1880, tels Cosmopolitan, Ladies’Home Journal, Collier’s, McClure’s Magazine, largement illustrés et vendus entre 5 et 15 cents ; d’autres magazines fondés dans la première moitié du siècle avaient continué d’évoluer, certains entièrement consacrés à la fiction, tels Golden Argosy, Short Stories, Current Literature, ou Story-Teller, d’autres mêlant analyse politique, satire sociale, pages culturelles, fiction et poésie (Mott 1957, vol. 3, p. 114). Ainsi Chesnutt fut publié dans les hebdomadaires – presque mort-nés – Tid-Bits (1884-88) et TwoTales (1892-93), qui, d’après Mott, faisaient paraître certains des meilleurs auteurs de cette génération, aussi bien que dans des magazines plus largement connus (Mott 1957, vol. 3, p. 117, note 36). Tous ne visaient pas le même public, et ne payaient pas leurs auteurs aussi généreusement les uns que les autres. Un aperçu de trois magazines populaires permet de comprendre la diversité de ces lieux de publication.

  • 3 « She Reminded Him », publié dans le numéro 550, fut payé 2 dollars, et compte dans l’édition de Sy (...)

6Entre 1887 et 1889 Chesnutt publia des anecdotes et nouvelles dans Puck, hebdomadaire satirique new-yorkais. La rédaction de ce magazine vendu 10 cents s’était résolument tournée vers les arts et les lettres dans la seconde moitié des années 1890, et sa diffusion à l’époque est estimée à 90 000 exemplaires. Chesnutt fut payé entre 2 et 4,50 dollars pour chacune de ses contributions, ces prix variant vraisemblablement selon la longueur des textes3 Quelque dix ans plus tard, il publiait en mars 1900 dans The Youth’s Companion la nouvelle « Aunt Mimy’s Son », payée 50 dollars (CC 3 : 49). Cet hebdomadaire fondé à Boston en 1827, d’abord réservé aux enfants, était devenu un « magazine familial » d’une douzaine de pages, vendu 1 dollar par an dans la seconde moitié du XIXe siècle. Ces deux facteurs, prix bas et large lectorat, permettaient à l’écrivain de toucher un plus vaste public, ce qu’atteste sa diffusion à plus d’un demimillion d’exemplaires en 1898. Les plus grands noms de la littérature p arurent dans ce magazine richement illustré : William D. Howells, Jules Verne, Jack London, Charles E. Craddock alias Mary N. Murfree, Tennyson, Longfellow, Whitman… Les grandes qualités morales de la fiction étaient garanties par son rédacteur en chef Daniel S. Ford qui n’admettait aucun écart de langage.

7Il est vrai que ces magazines sélectionnaient les manuscrits de manière extrêmement rigoureuse, comme en témoigne une lettre circulaire envoyée à Chesnutt en 1900, qui insistait sur la mission « éducative » du magazine : destinées à une lecture « familiale », les nouvelles ne devaient pas excéder 3 500 mots ni descendre en deçà de 1 500, et devaient comprendre au moins un incident notable, qui contribuait à la formation du personnage principal. Les auteurs se gardaient d’alimenter toute controverse de nature religieuse ou politique, l’amour ne pouvait être traité à la légère, la comédie était préférable à la farce, et le dialecte devait être utilisé avec parcimonie (CC4 : 49). En d’autres termes, la bienséance devait être respectée, et la morale, préservée. Chesnutt, qui partageait un grand nombre de ces valeurs victoriennes, se conforma volontiers à ces recommandations.

  • 4 Jack London alors inconnu aurait été payé seulement 5 dollars pour sa nouvelle « To the Man on the (...)

8D’autres magazines intermédiaires, entre le magazine populaire et le magazine littéraire, ne pouvaient cependant pas, ou peu, rémunérer les auteurs qui en faisaient le succès. Il en était ainsi de The Overland Monthly, qui publia en 1889 « The Conjurer’s Revenge » de Chesnutt. Fondé en 1868 à San Francisco afin d’accueillir des écrivains californiens, ce magazine avait eu comme premier rédacteur en chef Bret Harte. Dans les années 1890 y contribuèrent Josiah Royce, Willa Cather ou Gertrude Atherton, ainsi que le jeune Jack London4. La diffusion de ce magazine, vendu 4 puis 3 dollars par an, était estimée autour de 18 000 exemplaires pour 1888, et devait évoluer en dents de scie jusqu’en 1910. Ces tarifs sont ceux des plus « grands » magazines tels que Century Magazine ou The Atlantic Monthly, auquel il fut même comparé pour sa qualité et son contenu. Mais en 1889 il se différenciait de ceux-ci par ses moyens, plus modestes, ainsi que par son siège géographique.

  • 5 26 décembre 1888, CC3 : 27. Si cette lettre exprime une certaine rivalité, elle révèle aussi une ém (...)

9Une lettre de la rédaction de The Overland Monthly à Chesnutt expliquait les difficultés de la rédaction à payer ses auteurs. Il était important pour eux de développer le lectorat de la Californie alors presque inexistant, et de stimuler la production littéraire locale. Il était donc logique que ce magazine, qui n’avait pas encore atteint la renommée des institutions littéraires de l’Est, se concentre sur cette production locale5. Malgré cela, le magazine rémunéra Chesnutt à hauteur de 10 dollars (CC 3 : 27). Rappelons que la Californie n’avait que 38 ans en 1888, alors que la tradition d’imprimerie et de presse en Nouvelle-Angleterre remontait à 1639. La situation dominante de la Nouvelle-Angleterre et de New York dans le domaine de la presse se retrouvait alors dans le domaine de l’édition littéraire.

  • 6 The Bookman, août 1898, CC : Album de coupures de presse, The Conjure Woman.

10Ces magazines ne sont pas un phénomène limité au dernier quart du XIXe siècle – en effet Puck fut publié jusqu’en 1918, Youth’s Companion jusqu’en 1929, et The Overland Monthly jusqu’en 1935. Ils sont le symbole d’un marché de masse en développement, et les précurseurs des magazines des années 1920, The Saturday Evening Post, Red Book, Woman’s Home Companion, hauts lieux des feuilletons populaires (Tebbel 1972-1980, vol. 3, p. 38-44). Pourtant ce n’était pas là qu’un écrivain était consacré, et en lisant les coupures de presse concernant Chesnutt, on s’aperçoit de l’importance du lieu de publication. À plusieurs reprises, les journaux soulignaient que Chesnutt avait publié plus de ses nouvelles dans The Atlantic Monthly que dans aucun autre magazine, « ce qui en soi attestait la très grande qualité littéraire de son œuvre »6. Même si cette affirmation est fausse – il avait alors publié plus de nouvelles dans Family Fiction que dans The Atlantic Monthly – elle montre à quel point le lieu de parution marque le texte et son auteur d’une première empreinte, qui peut dans certains cas s’apparenter au sceau de l’excellence. Deux raisons expliquent principalement le prestige de magazines tels que Harper’s Magazine, Harper’s Bazar, Lippincott’s, Century Magazine ou The Atlantic Monthly, fondés dans la seconde moitié du XIXe siècle : tout d’abord ils étaient reconnus pour leur qualité, garantie par leur format et leur prix. Cette même qualité attirait en même temps qu’elle était cautionnée par un lectorat restreint – comment les classes populaires auraient-elles pu acheter ces périodiques au prix de 25 ou 35 cents ? En outre ils offraient aux auteurs des liens plus ou moins directs avec le monde de l’édition, car ils étaient généralement la propriété de grandes maisons. Même si leur diffusion n’égalait pas celle des plus petits magazines – elle se situait en moyenne entre 150 000 et 200 000 exemplaires entre 1860 et 1900 – les éditeurs en retour pouvaient y faire la promotion de leurs ouvrages (Johanningsmeier 1997, p. 15).

  • 7 L’expression est de Chesnutt : voir lettre à Walter H. Page, 30 janvier 1899, CC2 : 3.

11Créé en 1857 par James R. Lowell, The Atlantic Monthly avait été acheté en 1873 par Henry O. Houghton, cofondateur des éditions Houghton, Mifflin and Company, qui l’édita jusqu’en 1908. Initialement imprimeur, Houghton l’avait imprimé entre 1857 et 1865 pour le compte de ses prédécesseurs et ancêtres de la maison, Ticknor and Fields, puis John Osgood ; à ses yeux le magazine était un atout inégalable, permettant aux éditeurs de se faire connaître, et de faire connaître leurs auteurs (Ballou 1970, p. 157). À la fin du siècle, il continuait d’évoquer pour nombre de ses lecteurs l’aura de Longfellow, Emerson, Hawthorne, Beecher Stowe, Hawthorne, Whittier, qui avaient été parmi les premiers à y contribuer. Lowell avait largement développé le domaine de la fiction, et ses successeurs poursuivirent dans cette voie. Ce magazine vendu 4 dollars par an après 1865, et résolument tourné vers la production américaine dans les années 1870, resta cependant longtemps un magazine « provincial », au cachet bostonien. Dans les années 1880 à 1909 se succédèrent au poste de rédacteur en chef Thomas B. Aldrich, Horace Scudder, Walter H. Page et Bliss Perry, tous également éditeurs au sein de la maison Houghton, Mifflin and Company. Le contenu du magazine n’était pas à dire vrai provocateur, même si y étaient exprimés des points de vue sur des problèmes sociaux controversés – ainsi Booker T. Washington, mais aussi Roosevelt, Wilson, Edwin L. Godkin trouvèrent dans ses pages une tribune, particulièrement sous Walter H. Page et Bliss Perry. The Atlantic Monthly représentait l’archétype de la culture des classes moyennes, un magazine de bon ton (genteel ), d’un élégant format et d’une bonne renommée. Sa diffusion évaluée entre 10 000 et 14 000 exemplaires au tournant du siècle, plutôt faible, lui conférait un caractère élitiste qui confirmait son prestige tout autant que celui de sa rédaction (Mott 1957, vol. 3, p. 511). Après quelques années de parution dans des journaux de moindre envergure, Chesnutt était parfaitement conscient de l’importance de sa percée lorsqu’en 1887 et 1888 « The Goophered Grapevine » et « Po’ Sandy », puis en 1898 « The Wife of his Youth » furent publiées dans The Atlantic Monthly : l’approbation de de la rédaction du magazine n’était-elle pas la « marque de l’excellence littéraire »7 ?

La presse noire

12Contrairement à la génération de la Renaissance de Harlem, Chesnutt ne bénéficia pas des débouchés qu’offraient les magazines noirs The Crisis ou Opportunity dans les années 1920. Pourtant une presse noire existait déjà dans les années 1880. Encore convient-il de s’entendre sur l’appellation : s’agit-il d’une presse dont la publication, les collaborateurs, et le lectorat, seraient majoritairement de couleur ? S’agit-il plus simplement d’une presse réservée en priorité à un lectorat noir, que son équipe rédactionnelle soit noire ou blanche ? Les magazines et journaux cités ci-dessous appartiennent aux deux catégories, mais nous continuerons de l’appeler « presse noire » ou « presse de couleur ». Il est évident que cette presse, entre 1865 et 1930, n’était pas prédominante sur la scène américaine. Certes, dès la première moitié du XIXe siècle quelques journaux édités par des hommes de couleur avaient fait leur apparition : selon Emery, 40 journaux furent créés entre 1827 et 1861 ; 1 187, entre la fin de la guerre de Sécession et le tournant du siècle, tels The Tribune de Philadelphie établi en 1884, ou The Baltimore Afro-American en 1892 (Emery 1992, p. 227-228). Mais beaucoup restaient des journaux d’opinion, au caractère plus politique et militant que littéraire. Leur fonction première était de promouvoir l’abolition de l’esclavage, l’égalité, et les droits civiques. En 1838 avaient paru les premiers magazines noirs, tels que The Mirror of Liberty, ou The National Reformer, dont les titres suggèrent la dimension, encore une fois, éminemment politique (Loggins 1964, p. 51 et suivantes).

  • 8 Chesnutt estimait que cette liste représentait un dixième de l’ensemble des journaux de couleur. Si (...)

13Il peut sembler étonnant qu’en 1899, bien que connaissant l’existence d’une association éditoriale africaine-américaine, les éditeurs Houghton, Mifflin n’aient pas su nommer une dizaine de journaux et magazines noirs (Helen M. Chesnutt 1952, p. 127). Dans sa réponse du 14 décembre à leurs interrogations sur cette presse, Chesnutt donne de précieuses informations, fournissant et commentant une liste non exhaustive de 33 journaux susceptibles d’assurer la promotion de ses livres auprès d’un lectorat noir8. Parmi ceux-ci, se trouvaient The New York Age dirigé par T. Thomas Fortune, The Colored American et The Daily Record de Washington, le Richmond Planet, le Chicago Conservator, The Outlook de San Francisco, le Cleveland Gazette, le Plain Dealer de Topeka (Kansas), le trimestriel A. M. E. Review, ou encore The Southern Workman. L’écrivain ne citait que les journaux qu’il estimait être de bonne, voire d’excellente facture, et on remarque l’étendue géographique de leurs sièges sociaux – de la Pennsylvanie à la Californie, du Minnesota à la Géorgie. Quelques-uns de ces journaux et magazines publiaient de la littérature, même si la plupart étaient des journaux d’actualité. William E. B. DuBois considérait The New York Age comme le premier hebdomadaire noir jusque dans les années 1910, tout en lui reprochant d’être inféodé à son rival Booker T. Washington (DuBois, Locke, 1999, p. xxvii). Il est vrai que ce journal avait été choisi et subventionné par Washington pour être la voix nationale noire, et que son rôle fut important dans la propagation des idées de chefs de file de l’époque. Les éditoriaux polémiques de son rédacteur en chef, T. Thomas Fortune, étaient cités dans la presse nationale et lus par des hommes aussi influents que Theodore Roosevelt (Emery 1992, p. 229).

  • 9 CC6 : 13. « Tobe’s Tribulations » fut payée 16 dollars (CC4 : 42). Chesnutt publia dans ce magazine (...)

14Un autre journal mérite d’être cité. Bien que classé par Walter C. Daniel parmi les journaux noirs, The Southern Workman était coédité par Blancs et Noirs. Ce magazine, fondé en 1872, était initialement l’organe publicitaire de l’institut Hampton en Virginie, qui dispensait un enseignement technique selon la philosophie de Booker T. Washington. Ce n’est qu’à partir de 1899 qu’il commença véritablement à s’attaquer aux problèmes de relations raciales, et à publier prose et poésie. En novembre 1900 il publiait la nouvelle de Chesnutt « Tobe’s Tribulations », en compagnie du poème « De Critter’s Dance » de Dunbar, d’un article du sociologue Kelly Miller, et d’éditoriaux sur les émeutes raciales, l’obstruction au droit de vote, et la ségrégation raciale9. Ce mensuel vendu au prix de 1 dollar par an, dont la diffusion la plus forte fut de 4 000 exemplaires, était donc en premier lieu un forum offrant la possibilité aux intellectuels de débattre des sujets de l’époque (Daniel 1982, p. 358). Ceux-ci ne se limitaient pas aux problèmes « noirs », car Hampton Institute offrait également une éducation aux Indiens. En outre, The Workman mettait l’accent sur le folklore du Sud, parfois à travers des chansons de l’époque de l’esclavage ; ainsi, Chesnutt y trouva tout naturellement un débouché pour ses nouvelles dialectales, comme celles rassemblées dans son premier recueil The Conjure Woman.

15Néanmoins cette presse restait l’héritière des idéologies religieuses du XIXe siècle, se penchant plus volontiers sur les problèmes sociaux et raciaux que sur l’expérimentation littéraire (Brawley 1927, p. 177). Par ailleurs les critères de sélection constituaient un autre facteur expliquant la réticence des écrivains de couleur à y publier. Ils craignaient peut-être en effet que les magazines « noirs » n’acceptent sans grande discrimination des textes pour leur représentativité plutôt que pour leurs réelles qualités.

Le rôle des réseaux – les syndicats littéraires

16Malgré son isolement par rapport aux centres éditoriaux qu’étaient Boston ou New York, la correspondance de Chesnutt avec les rédacteurs en chef de journaux et magazines est particulièrement abondante. Ces contacts furent favorisés par une institution souvent méconnue et pourtant extrêmement populaire au milieu du XIXe siècle, le syndicat littéraire. C’est à l’école de celui de Samuel S. McClure qu’entre 1885 et 1893, Chesnutt apprit à se conformer aux exigences de format, à accepter d’être payé en retard, et à distinguer les magazines de qualité (high-class magazines, comme les appelait McClure) des autres magazines et journaux de qualité inférieure (CC4 : 16).

  • 10 Les épreuves en placard sont des épreuves tirées sur le recto uniquement, sans pagination mais avec (...)
  • 11 Le Postal Act de 1885 établissait un tarif de 1 cent par livre pour la presse, contre 8 cents pour (...)

17Dans son étude sur ces syndicats littéraires, Charles A. Johanningsmeier estime qu’ils distribuèrent entre 1861 et 1900 plus d’œuvres de fiction que n’en diffusèrent les livres et les magazines. Ces institutions achetaient nouvelles et autres formes de fiction, qu’elles distribuaient à plusieurs journaux à travers les États-Unis, ainsi que dans d’autres pays. À partir des années 1870 et 1880, la reproduction des textes se faisait à partir de plaques stéréotypées, ou d’épreuves en placard10, acheminées par voie postale. Les journaux qui les achetaient les composaient eux-mêmes, participant ainsi aux frais de la publication. Au vu de l’augmentation extraordinaire du nombre de titres dans les trente dernières années du XIXe siècle, on imagine le formidable moyen de distribution que constituaient ces syndicats, d’autant plus que les taxes postales appliquées aux journaux et magazines étaient plus faibles que celles appliquées au livre relié11. Les auteurs syndiqués pouvaient ainsi s’adresser à un public plus vaste que celui des seuls magazines. Selon Johanningsmeier, ce public était composé de membres des deux sexes, réparti sur un territoire qui dépassait la seule région du Nord-Est, et représentait un large spectre social (Johanningsmeier 1997, p. 2-10). En un sens, cette forme de distribution préfigurait le marché de masse à venir.

18L’un des arguments avancés par les critiques de ces organisations évoquait la piètre qualité littéraire des textes ainsi diffusés. Mais même si leur public était souvent populaire, les syndicats n’étaient pas des fournisseurs de romans de quatre sous (dime novels) honnis par les défenseurs de l’ordre moral. En outre, parce que les frais d’obtention des droits de publication en feuilleton étaient partagés par plusieurs journaux, les syndicats pouvaient se permettre de rémunérer les auteurs de façon plus avantageuse que si ceux-ci ne s’étaient adressés qu’à une seule rédaction. À partir des années 1880, sous l’influence de Tillotson en Angleterre, les syndicats se mirent à solliciter des manuscrits directement auprès des auteurs, et à vendre une fiction de meilleure qualité. Ainsi furent publiés les premiers textes de Henry James ou de Bret Harte.

19Aux États-Unis, il est particulièrement frappant d’observer que les syndicats favorisèrent l’essor d’une production de fiction américaine à partir du milieu des années 1880. Cette production avait jusqu’alors souvent été menacée par la reproduction bon marché d’auteurs anglais, non protégés par un droit d’auteur international, inexistant aux États-Unis avant 1891. De plus, de jeunes écrivains débutants étaient ainsi assurés d’un salaire minimal : c’est ainsi que Jack London, Frank Norris, ou Stephen Crane commencèrent leur carrière. Prêts et avances étaient consentis plus aisément et généreusement par les syndicats que par les rédacteurs en chef de magazines, ce qui représentait un autre avantage dont surent tirer profit Mark Twain ou Rudyard Kipling (Johanningsmeier 1997, p. 115 et suivantes).

20Ainsi, les atouts paraissaient grands, malgré les critiques de l’époque, qui reprochaient notamment au système de considérer la littérature comme n’importe quelle autre marchandise, et de traiter ses auteurs tels des ouvriers à la chaîne. Il est vrai que nombre de patrons de syndicats donnaient à leurs auteurs des consignes strictes quant aux thèmes, à la forme, et à la longueur des textes, les réduisant ainsi à des « produits ». Tout comme les magazines familiaux – The Youth’s Companion, Family Fiction – les journaux étaient lus par des lecteurs de tous âges, aussi la fiction devait-elle rester « convenable », préserver une certaine morale. Cette contrainte semble en outre avoir été accentuée par les convictions personnelles de personnages comme Samuel S. McClure ou Irving Bacheller (Johanningsmeier 1997, p. 127). Mais pourquoi les auteurs débutants se seraient-ils privés d’un débouché qui leur procurait revenu et publicité par le biais d’une vaste diffusion nationale ?

  • 12 Les nouvelles citées furent assurément distribuées par McClure, comme en témoigne la correspondance (...)
  • 13 Johanningsmeier donne l’exemple de Bret Harte, déjà reconnu, payé par le syndicat Tillotson 73 doll (...)

21Chesnutt fit paraître certains de ses premiers écrits grâce au syndicat McClure, sans doute un des plus influents organismes du genre aux États-Unis. « Uncle Peter’s House » (1885), « A Tight Boot » (1886), « A Bad Night » (1886), « A Doubtful Success » « A Secret Ally » et « A Midnight Adventure » en 1887, « Cartwright’s Mistake » (1888) furent donc publiés par le syndicat12. Certaines de ces nouvelles, par leur longueur, étaient plus proches de l’« historiette », ou selon le terme employé par Sylvia L. Render, de l’« anecdote ». McClure paya 10 dollars la première nouvelle de Chesnutt publiée, « Uncle Peter’s House », que son auteur avait présentée sans succès à un concours, à l’issue duquel elle avait été retenue cependant pour publication (Helen M. Chesnutt 1952, p. 39). Les autres furent payées 5 dollars. Dans une lettre, McClure se disait prêt à payer 3 fois ce prix pour une nouvelle de 5 000 mots – soit un ratio de 3 dollars pour 1 000 mots (CC 4 : 16). Ce tarif demeure inférieur à la moyenne offerte par les magazines, soit 10 dollars pour 1 000 mots, mais représente plus que le tarif pratiqué par Family Fiction, qui en 1887 ne paya « Wine and Water » que 3 dollars13. Si on compare ces chiffres au loyer que payait alors Chesnutt pour sa maison à Cleveland, soit 16 dollars par mois, on en déduit qu’il lui fallait vendre en moyenne 3 nouvelles par mois pour assurer un toit à sa famille (Helen M. Chesnutt 1952, p. 39).

  • 14 Helen M. Chesnutt (1952, p. 39) note qu’il fut fondé en avril 1885 ; de fait c’est la date d’ouvert (...)
  • 15 Les noms de Phelps, Murfree, Harris, Catherwood et Orne Jewett se retrouvent de façon récurrente da (...)

22La correspondance entre Chesnutt et McClure nous renseigne sur les pratiques du syndicat14. La fiction, souvent retenue un an à l’avance, était distribuée selon les réseaux à des hebdomadaires ou à des quotidiens. La première « branche » de distribution était exclusivement américaine, et reflétait le goût de l’époque pour la littérature « couleur locale » – Joel C. Harris et Charles E. Craddock pour le Sud, Sarah Orne Jewett pour la Nouvelle-Angleterre, et Mary H. Catherwood pour le centre –, ainsi que l’essor des écrivaines. Incidemment, tous les auteurs nommés cidessus étaient publiés par Houghton, Mifflin, qui semble s’être fait une spécialité du genre15. La fiction réservée aux quotidiens, outre celle des Américains cités ci-dessus, se composait de traductions de Maupassant, Zola, Gautier, Hugo, Erckmann-Chatrian, Boccace, ou Frédéric Mistral.

  • 16 McClure se vantait d’avoir distribué, entre avril et novembre 1885, 150 nouvelles à l’ensemble des (...)
  • 17 Voir la lettre circulaire du 8 mai 1886, CC4 : 16.

23La distribution était assez large, faite selon un quadrillage de l’espace américain divisé en 4 « territoires », où des transactions régulières ou occasionnelles s’étaient établies avec les journaux : en 1886 McClure diffusait en Nouvelle-Angleterre à travers 11 journaux réguliers et 2 occasionnels, dans le centre avec 29 journaux réguliers, dont 3 journaux de Cleveland, le Sud avec 4 journaux réguliers et 4 occasionnels, et enfin dans l’Ouest avec 18 journaux réguliers dont le Post et l’Examiner de San Francisco, et 5 occasionnels. Soit au total, 76 journaux, et l’assurance qu’un article, ou une nouvelle, ne pouvait paraître dans 2 journaux d’un même territoire – afin sans doute de permettre une plus vaste répartition des auteurs16. Il apparaît clairement que le syndicat offrait de grandes possibilités aux jeunes auteurs pour se faire connaître. De plus McClure proposait à ses auteurs d’assurer leur promotion et leur avancement auprès d’éditeurs, à titre gratuit17.

24Mais c’était avant tout un homme d’affaires. Ainsi il écrivait à Chesnutt :

Les nouvelles n’ont de valeur pour moi que si elles sont vendables. Une nouvelle de 1 500 mots vaut plus pour moi qu’une de 2 000 mots, parce qu’en réalité je pourrai la vendre à plus de journaux, tandis que ceux-ci paient le même prix. (CC4 : 16)

25Le propos est direct, et révèle un homme connaissant parfaitement le marché de la fiction, capable de s’adapter à la demande. Son expérience auprès de Century Magazine en 1884 l’avait sans doute familiarisé avec les attentes du public (CC4 : 16). On le perçoit dans son choix des auteurs, qui répondait à l’engouement pour la couleur locale, ainsi que dans les contraintes de format, soit entre 1 500 et 2 000 mots. De fait cette sorte de contraintes émanait moins du syndicat que des journaux eux-mêmes.

  • 18 La date n’est pas précisée, mais ce document est inséré parmi des coupures de presse datées entre 1 (...)

26Ces conditions strictes, et les paiements souvent retardés, étaient donc compensées par les avantages qu’apporta à Chesnutt le syndicat de Samuel S. McClure. Il avait commencé à soumettre des manuscrits dès 1882, mais c’est certainement son passage par ce réseau de distribution qui lui permit assez rapidement de négocier directement avec les rédactions (CC 3 : 25). Sans doute son nom commença-t-il à circuler, car on trouve ce court encart paru dans Puck : « Le Philadelphia News publie une nouvelle intitulée “Born a Slave” de Charles Chestnut [sic]. Ainsi le prénom de cet écrivain vénérable et prolifique est Charles ? Très intéressant. »18 En 1887, Chesnutt faisait ses armes dans le métier d’écrivain, en même temps qu’il se faisait un nom.

Le rôle de la presse dans la professionnalisation du métier d’écrivain

27La presse constituait donc un lieu de publication autant qu’un lieu de promotion pour les écrivains. Mais ce n’est pas là son unique fonction, car en tant qu’entreprise culturelle, elle offrait différents métiers permettant aux écrivains de vivre de leur plume, donc de se professionnaliser. Si on revient aux critères de « professionnalisation » définis par William Charvat, il est intéressant de noter que l’historien du livre considère l’intention de l’écrivain de se détacher de l’amateurisme, plutôt que sa réussite effective dans la professionnalisation. Cette phase reste donc un idéal à atteindre. Par ailleurs, on ne peut parler de la profession d’écrivain comme de n’importe quelle autre. C’est ici le processus, le trajet, et non la finalité qui nous importe. Dans cette perspective, les analyses de Nathalie Heinich s’avèrent fort utiles.

28Dans Être écrivain, la sociologue pose la question de la profession de l’écrivain, qu’elle situe dans une dialectique avec l’écrivain-artiste. La profession demanderait donc, comme le souligne Charvat, une spécialisation de l’activité, exercée à temps plein, et offrant une rémunération ; Heinich précise qu’aujourd’hui cet exercice « professionnel » se mesure par la part des droits d’auteur dans l’ensemble des revenus, s’opposant donc à cette même activité vécue comme purement artistique (Heinich 2000, p. 26-29). L’écrivain tend à faire converger le pôle artistique et le pôle « marchand », ce qui nécessite des compromis, dont celui de l’exercice d’un métier ou de tâches rémunérées, liées au champ littéraire – tels les métiers de l’édition ou du journalisme. Il semblerait d’ailleurs que celui-ci figure parmi les moins « répréhensibles » des compromis, car il permet à l’écrivain d’éviter le « compromis mercantile » sur la qualité de l’œuvre, en d’autres termes, de se soumettre entièrement aux contraintes imposées par les goûts du public, et par les éditeurs. Ce n’est pas ici la pureté de l’écrivain tenu à l’écart des contingences matérielles du marché qui nous importe, mais, précisément, ces contingences.

29Faut-il comprendre que le fait de produire quelques articles de critique littéraire, d’opinion, ou d’exercer des fonctions éditoriales, représente nécessairement un compromis pour l’écrivain ? Ne peut-on y voir plutôt une étape dans sa professionnalisation ? Heinich n’exclut pas de la pratique professionnelle de l’écrivain celle de métiers annexes ; Charvat soulignait pourtant la difficulté que ces derniers posent dans la perspective d’une réelle professionnalisation (Charvat 1992, p. 28). Il trouvait déjà au XVIIIe siècle dans les carrières de Joel Barlow, Thomas Paine, Susannah Rowson et Charles B. Brown des signes de la professionnalisation de l’écriture, qui tiennent avant tout à leur propre volonté d’abandonner la « pose » de l’amateur, et de se désigner comme écrivains de profession. Selon lui, les premiers écrivains professionnels n’apparurent aux États-Unis qu’à partir de 1820, avec Washington Irving et James F. Cooper, puis Herman Melville, et Henry Longfellow. Les sources détaillées des revenus de ce dernier font d’ailleurs clairement apparaître des activités « annexes », tel son professorat à Harvard (Charvat 1992, p. 112-113). Mais ces écrivains professionnels restaient rares.

30Plus rares encore étaient-ils, selon Sterling A. Brown, parmi les écrivains de couleur. Ainsi le critique affirmait-il en 1941 qu’avant Richard Wright et Native Son, aucun écrivain noir – pas même Chesnutt et Dunbar, classés comme les premiers écrivains professionnels noirs – n’avait jamais vécu de sa plume. Avec un fort sentiment d’injustice et de conscience raciale, Brown dénonçait l’inégalité des chances entre écrivains noirs et blancs, ces derniers étant susceptibles d’être rémunérés pour des conférences, ou de trouver des métiers dans l’édition, la presse, la publicité, la radio, tandis que les Noirs bénéficiaient parfois de quelque prix ou bourse, mais jamais de véritables métiers « d’appoint » (Brown 1996, p. 407).

  • 19 James B. Pond avait également organisé des tournées pour Mark Twain.

31Ce portrait n’est pas entièrement exact : il fut possible à Chesnutt et à Dunbar, par le biais de lectures et de conférences, à la fois de percevoir une modeste rémunération et d’accroître leur popularité. Pour l’anecdote, Chesnutt fit appel au major James B. Pond, le célèbre imprésario qui avait aidé Dunbar à se faire un nom, en l’introduisant auprès d’éditeurs new-yorkais19. L’auteur de The Conjure Woman fit ainsi une tournée à la fin de 1899 pour promouvoir ses deux recueils, et une seconde dans les États du Sud entre décembre 1901 et décembre 1902, comme il le consigne minutieusement dans son Literary memoranda. On y apprend qu’il pouvait ainsi gagner 15 dollars pour une seule lecture.

  • 20 « Things to be Thankful For » et « Advice to Young Men », publiés sous le pseudonyme d’« Uncle Solo (...)
  • 21 CC3 : 3. Atlantic Monthly payait en moyenne 10 dollars pour 1 000 mots (CC4 : 46).

32De plus comme nombre d’écrivains de couleur, Charles W. Chesnutt apprit certains aspects de la profession à travers ses articles, chroniques et essais publiés dans la presse avant sa première publication chez Houghton, Mifflin20. Nous avons évoqué ses premiers revenus, mais ceux-ci sont incomparables à la rémunération offerte par The Atlantic Monthly : en avril 1888 les rédacteurs de ce prestigieux magazine payèrent 40 dollars pour « Po’ Sandy » parue en mai, et dix ans plus tard, 65 dollars pour « Hot-Foot Hannibal », parue dans le numéro de janvier 189921.

  • 22 Correspondance, CC4 : 46.

33Il existe donc bien un facteur « rémunération » dans le trajet de Chesnutt, signe d’une professionnalisation. Mais ce n’est pas là le seul attrait des magazines, et Chesnutt trouva dans la presse un moyen d’apprendre son métier d’écrivain. Il endura une longue phase d’incertitude, proposant ses manuscrits, essuyant les lettres de refus et acceptant les retards de paiement ou de parution, mais continuant à écrire. Il se formait, côtoyant à travers ses échanges épistolaires des personnages influents dans la sphère des magazines. Dans sa correspondance, Chesnutt déploie une humilité qui confine presque à la flagornerie, allant même jusqu’à assurer en 1892 à la rédaction du nouveau magazine Two Tales qu’il accepterait un tarif inférieur à ceux pratiqués par les grands magazines. On comprend dès lors sa relative patience dans ses relations avec la presse22. Était-ce le geste d’un « grand seigneur », ou simplement le désir d’être publié, au-delà de tout besoin financier ?

  • 23 On peut penser que « Dave’s Neckliss », parue en octobre 1889, fut achetée au même tarif que « Po’S (...)

34Malgré les réputations diverses des magazines et journaux dans lesquels il publia, conscient de la nécessité de maintenir son nom sous les yeux du public, Chesnutt s’accommodait des contraintes éditoriales. Ainsi il accepta largement le « compromis » incontournable de l’écrivain qui souhaite vivre de sa plume. Quel en fut le résultat ? On peut évaluer ses revenus de la publication dans la presse à 26 dollars en 1886, 41 en 1887, 65,5 en 1888, 10 en 1889 – sans tenir compte de « Dave’s Neckliss » parue dans The Atlantic Monthly, et dont on peut évaluer le prix à 40 dollars –, 120 en 1898, 100 en 1899, 136 en 190023. Ces revenus sont faibles, pourtant il continuerait de convoiter ces lieux de publication après ses premiers livres, tâchant de faire circuler son nom sur la scène littéraire.

Premiers modèles et mentors

35McClure ne fut pas le seul à faire le lien entre Chesnutt et la presse. Ces contacts furent également favorisés par l’entremise de deux hommes, George W. Cable et Albion W. Tourgée, qui furent, autant que des influences littéraires, des mentors pour le jeune apprenti-écrivain. Néanmoins, avant d’examiner leurs rapports, il convient de s’attarder sur celle qui fut l’une des premières et des plus grandes influences de Chesnutt, Harriet Beecher Stowe.

36Chesnutt lui-même reconnaissait le rôle prépondérant de ces auteurs dans son essai « Post-Bellum - Pre-Harlem » de 1931, qui retraçait son propre trajet d’écrivain :

Il existait de nombreux romans traitant de l’esclavage et des Noirs. Harriet Beecher Stowe, avait couvert, tout particulièrement dans La Case de l’oncle Tom, tout le sujet de l’esclavage et du mélange des races. George W. Cable s’était attardé sur les aspects romantiques mais également tragiques de relations interraciales en Louisiane, et le Juge Albion W. Tourgée, dans ce qui fut un des best-sellers de l’époque, A Fool’s Errand, ainsi que dans Bricks Without Straws, avait traité des problèmes de la Reconstruction. (Chesnutt 1937, p. 51)

37La constance avec laquelle Chesnutt cite ces trois figures de la littérature du XIXe siècle au long de sa carrière ne laisse aucun doute sur la place qu’il leur accordait dans sa propre création.

  • 24 Son premier écrit ouvertement abolitionniste, paru sous le nom de Stowe, était la nouvelle « Immedi (...)
  • 25 Chesnutt, « The Negro in Books », CC11 : 17.

38Le seul roman de Harriet Beecher Stowe cité par l’écrivain est le plus célèbre de cette écrivaine qui avait combattu l’esclavage dès 1845 dans des textes publiés dans la presse (Parfait 2007, p. 14)24. Uncle Tom’s Cabin était le premier roman de Beecher Stowe, publié en feuilleton entre le 5 juin 1851 et le 1er avril 1852 dans The National Era, hebdomadaire antiesclavagiste. En 1899, il demeurait le roman le plus emblématique de la cause abolitionniste, et avait indéniablement acquis le statut de classique de la littérature américaine. En réalité ce n’est pas tant l’écrivaine que ce livre spécifique qui occupait dans le panthéon de Chesnutt une place particulière. L’attachement de l’écrivain à ce roman tient essentiellement à trois points. En premier lieu il saluait l’absence de propagande antiesclavagiste dans cette œuvre dont la force tenait à ses yeux dans les descriptions détaillées que faisait Beecher Stowe de la période de l’esclavage25 :

  • 26 Chesnutt, « Remarks in Accepting the Spingarn Medal », CCP1012.

Uncle Tom’s Cabin, cette œuvre pionnière de la fiction des Noirs, ne se perdait pas en longues pages antiesclavagistes […]. C’est à travers sa description de l’institution de l’esclavage et de son impact sur la vie de ses victimes, blanches, noires et métisses, qu’elle touchait le cœur et la conscience de la nation et, possiblement, constitua l’influence la plus puissante dans le combat pour l’abolition de l’esclavage.26

39Cette vision du livre de Beecher Stowe est discutable, mais l’éloge fait écho à une expérience à venir : le livre le plus ouvertement politique de Chesnutt, le roman à thèse The Marrow of Tradition (1901), serait un échec cuisant. De plus, son point de vue sur Uncle Tom’s Cabin s’accorde parfaitement avec sa volonté de s’insinuer dans l’esprit du lecteur blanc, afin de lui montrer la réalité africaine-américaine.

  • 27 Thomas S. Stribling (1881-1965), écrivain du Sud, publia son roman Birthright en 1922.

40Le deuxième point est révélé par l’adjectif « pionnier » employé plus haut par Chesnutt : l’introduction par Beecher Stowe de personnages noirs et du thème de la ligne de partage de couleurs (color line) constituait un élément novateur. Le critique noir William S. Braithwaite ne dirait pas autre chose dans « The Negro in Literature », où il faisait d’Uncle Tom’s Cabin – roman sentimental à ses yeux – l’annonciateur de la littérature de la Reconstruction, mais également un « butoir » : ainsi la première période de littérature américaine où apparaissaient les Africains-Américains allait selon lui d’Uncle Tom’s Cabin en 1852 à The Leopard’s Spots en 1902, soit la fin de la littérature de la Reconstruction, tandis qu’une deuxième période s’étendait jusqu’à la publication de Birthright de Thomas S. Stribling en 1922 (Braithwaite 1997, p. 305)27. Chesnutt reconnaissait à Beecher Stowe le mérite d’avoir su s’écarter des stéréotypes et caricatures – de fait Uncle Tom’s Cabin en établit de nouveaux – pour inclure « tous les types » littéraires de « Nègres » :

  • 28 Chesnutt, « The Negro in Books », CC11 : 18.

Tous les types de personnages de couleur sont représentés dans cette œuvre aussi acclamée que décriée, et pourtant immortelle. L’Oncle Tom, le protagoniste de l’histoire, est un modèle de fidélité et d’abnégation ; l’inimitable Topsy, la malheureuse Cassie, les indignes Sambo et Quimbo, George Harris et Eliza, si clairs qu’ils pourraient se faire passer pour blancs – chaque type est à sa place, et tous sont bien dépeints et authentiques. Aucune critique n’a jamais remis en question l’exactitude de sa peinture du caractère des Noirs dans cette œuvre immortelle, dont le succès tient à son vibrant appel à la justice la plus élémentaire.28

  • 29 Jay Saunders Redding notait en 1939 que si le premier recueil de Chesnutt était éminemment remarqua (...)
  • 30 L’utilisation de la figure du Sambo, telle qu’elle fut notamment définie par Stanley Elkins dans A (...)

41Chesnutt soulignait ici l’un des problèmes centraux de l’évaluation de ce classique : d’une part il admirait la vérité du tableau, tout en réduisant parfois les Noirs à quelques figures imposées ; d’autre part il ne remettait pas en question l’utilisation de types littéraires, nécessairement limités. Dans les nouvelles de The Conjure Woman, Chesnutt ne chercha pas réellement à révolutionner ces figures de la littérature « noire », même s’il en connaissait les limites et cherchait à les subvertir29. C’est du moins ce que soutient Joel Taxel dans son étude de la figure de Sambo chez Chesnutt, où il démontre comment l’auteur s’était saisi de cette figure devenue archétypale de l’esclave « docile mais irresponsable, loyal mais paresseux, humble mais menteur et voleur chronique », selon Stanley Elkins, pour parvenir à ses propres fins. Uncle Julius est pour Taxel un avatar évident de ce type devenu « une nouvelle arme dont se saisirent les Africains-Américains dans leur longue lutte pour la liberté et la dignité en Amérique » (Taxel 1975, p. 105-108)30.

  • 31 Ainsi le premier éditeur, John P. Jewett, avait exploité les chiffres de vente à des fins promotion (...)

42La troisième raison de son attachement à Uncle Tom’s Cabin tient non plus au texte mais au succès incroyable du roman. Dès 1880, il comparait ses propres qualités et ses avantages à ceux de Beecher Stowe, qui, malgré ses origines nordistes, avait su trouver les mots pour décrire le Sud et sa mentalité. Pourquoi lui-même, élevé dans le Sud, ayant partagé la vie des Noirs et des Blancs, ne pouvait-il pas écrire un livre aussi bon, voire meilleur, que celui de Beecher Stowe (Chesnutt 1993b, p. 125) ? Il ne pouvait pas alors ignorer l’énorme succès d’Uncle Tom’s Cabin depuis sa parution, alors que les journaux et les couvertures du livre affichaient le nombre d’exemplaires vendus31. En 1875, date à laquelle Chesnutt dit avoir relu le roman, l’ensemble des ventes s’élevait à 333 000 exemplaires (Chesnutt 1993b, p. 50 ; Parfait 2007, p. 80). Certes il n’évoquait pas directement le succès extraordinaire de cette publication, mais le suggérait à travers le parallèle entre Beecher Stowe et Albion W. Tourgée. En notant le chiffre de la vente des droits sur A Fool’s Errand, et en supposant l’importance des droits d’auteur recueillis avant 1880, Chesnutt faisait de Tourgée un modèle non pas seulement littéraire, mais professionnel (Chesnutt 1993b, p. 125). Très au fait des tractations éditoriales et des succès financiers de ces écrivains, il envisageait sans doute sa propre carrière littéraire sous les mêmes auspices.

  • 32 McElrath et Leitz font remarquer que la première lettre connue entre les deux hommes date de 1888 ( (...)
  • 33 A Fool’s Errand de 1879, édition électronique, UNC-CH Digitization Project, Documenting the America (...)

43La réussite de Beecher Stowe et d’Uncle Tom’s Cabin, aussi bien artistique que commerciale, était pour Chesnutt de l’ordre du mythe, et il n’eut pas l’occasion d’approcher la romancière. En revanche il établit dès 1888 une correspondance nourrie avec Albion W. Tourgée qu’il avait tant admiré dans sa jeunesse32. Ce dernier allait devenir son conseiller, mentor, et ami. Né en 1838, il était venu de l’Ohio en Caroline du Nord avec de nombreux carpetbaggers sous la Reconstruction. Avocat des esclaves émancipés, puis juge de 1868 à 1874, il joua un rôle important dans l’élaboration d’une nouvelle Constitution de cet État, dans l’avancée des droits civiques des Africains-Américains, notamment en dénonçant publiquement les actions du Ku Klux Klan. Il disparut de la scène politique républicaine jusqu’en 1896, date à laquelle il fut désigné pour défendre Homer Plessy dans le célèbre procès qui allait officialiser la ségrégation raciale dans les transports publics. Il est l’auteur de plusieurs romans, dont Figs and Thistles. A Romance of the Western Reserve (1879) et Bricks Without Straw (1880). Mais le plus reconnu et le plus célèbre de ses livres reste certainement A Fool’s Errand publié anonymement en 187933. Le roman fut acclamé comme une œuvre réaliste et impartiale, tandis que son auteur était comparé à Dickens et Thackeray. Avant tout, ce livre fut salué comme le nouvel Uncle Tom’s Cabin, comme l’attestent deux critiques reproduites en paratexte de l’édition de 1879 :

Ce livre ne peut qu’engendrer une furore dans les cercles littéraires, politiques et sociaux, que seule celle suscitée par Uncle Tom’s Cabin surpassa il y a un quart de siècle. (St Paul Despatch)
Ce livre est puissant, et, nous le craignons, promet de provoquer autant de dégâts dans le monde qu’Uncle Tom’s Cabin, dont il est véritablement le pendant. (The Raleigh Observer)

44Tous les éléments étaient rassemblés pour que Chesnutt soit fasciné par cet homme : tous deux étaient originaires de l’Ohio, avaient une connaissance intime de la Caroline du Nord et des préjugés de ses habitants, défendaient la cause des Africains-Américains. Enfin, Tourgée s’inscrivait dans la lignée d’Uncle Tom’s Cabin avec son propre bestseller A Fool’s Errand.

  • 34 L’article est « The South as a Field for Fiction », Forum, 6, décembre 1888, p. 404-413.
  • 35 Lettre de Tourgée à Chesnutt, 8 décembre 1888, CC2 : 9.

45Dans un article paru dans Forum en décembre 1888, Tourgée avait brièvement mais élogieusement mentionné Chesnutt, qui l’en remercia (Chesnutt 1997b, p. 45)34. Tourgée prévoyait un brillant avenir au jeune écrivain, car à ses yeux le futur de la littérature américaine serait « négroïde », et c’est dans ce domaine, et non sur la scène politique, que les Africains-Américains gagneraient leurs lauriers35. Ces encouragements étaient-ils teintés de mépris déguisé ? Ou bien Tourgée avait-il perçu lors de son mandat de juge l’étendue des difficultés que rencontrerait cette population ? Si les vues des deux hommes semblaient concorder quant à la place des Noirs dans la littérature américaine, Chesnutt trouvait cependant que les livres de Tourgée n’étaient pas exempts de préjugés. En particulier, il goûtait peu ses personnages métis, proches de la figure du « métis tragique » (tragic mulatto). Faisant référence à Hot Plowshares, il écrivait ainsi à George W. Cable en 1890 :

  • 36 Lettre de Chesnutt à George W. Cable, 13 juin 1890 (Chesnutt 1997b, p. 66).

Les Nègres blancs et cultivés du Juge Tourgée déplorent constamment leur sort et maudissent cette goutte de sang noir qui « tache » – comme je déteste ce terme, il sous-entend une corruption – leur sang pur.36

46Lui-même ne pouvait que se sentir humilié par une telle conception. L’Amérique redoutait tellement cette infime goutte de sang noir, preuve d’une union illégitime ! C’est en réaction que Chesnutt choisirait de représenter cette population au sang mêlé avec la plus grande objectivité, tentant de libérer ses personnages de l’entre-deux, du poids d’un héritage racial complexe et méprisé par la société blanche. Le thème de la punition des enfants et arrière-petits-enfants pour le péché du père reste omniprésent dans l’œuvre de Chesnutt, des nouvelles de The Conjure Woman au personnage tragique de Rena dans The House Behind the Cedars, à Janet Miller, de sang mêlé, et sa sœur blanche, Olivia Carteret, dans The Marrow of Tradition.

47Les échanges entre Chesnutt et Tourgée portaient plus sur des problèmes politiques et sociaux que sur des sujets strictement littéraires. Leur correspondance révèle la déférence de Chesnutt envers ce mentor à qui il demanda d’abord conseil en 1889, lorsqu’il projetait de publier un recueil de nouvelles : Tourgée pensait-il qu’un tel recueil pouvait rapporter quelques bénéfices, ou Chesnutt ferait-il mieux de le publier à compte d’auteur (Chesnutt 1997b, p. 44-45) ? Tourgée lui avait déconseillé de révéler ses origines raciales, pensant que si le futur était « négroïde », ce moment était encore trop lointain, et la vérité ne pouvait que jouer contre lui. Malgré tout, Chesnutt souhaitait lui démontrer qu’il n’en était pas ainsi pour toutes les rédactions et maisons d’édition américaines :

  • 37 Lettre de Chesnutt à Tourgée, 26 septembre 1889 (Chesnutt 1997b, p. 45).

Vous me dites que vous pensez que ma couleur me portera préjudice dans le monde des lettres – ou plutôt, sa révélation. Il en serait peut-être effectivement ainsi avec le public. Cela n’a pas été le cas avec The Independent ; au contraire je pense que cela m’a servi auprès de ce journal. Je ne pense pas que cela me causera du tort avec The Atlantic [Monthly]. Les rédacteurs de ces deux journaux connaissent mes liens avec la race noire.37

48Cette lettre montre à la fois la confiance de Chesnutt en son talent, et l’estime qu’il avait pour les rédacteurs en chef. Son humilité transparaît une fois de plus ; peut-être était-il partagé entre l’orgueil de s’être élevé seul dans cette voie et l’humilité devant l’institution littéraire, en particulier celle de la Nouvelle-Angleterre. Ainsi l’intelligence des rédacteurs en chef de The Independent et The Atlantic Monthly était-elle nécessairement supérieure à celle du « public » sans éducation.

  • 38 Lettre de Tourgée à Chesnutt, 8 décembre 1888, CC2 : 9.

49S’il ne suivit pas aveuglément le conseil de Tourgée sur cette question, en revanche il semble avoir partagé son opinion sur l’usage du dialecte, que Tourgée appelait « un simple incident fugace »38. C’est ainsi que dans la lettre précédemment citée il déclarait :

Je crois bien avoir usé et abusé du vieux Noir qui me sert de porte-parole, et j’ai résolu dans mes prochaines nouvelles de l’abandonner, ainsi qu’une grande partie du dialecte […]. Dans cette nouvelle [« Dave’s Neckliss »] j’ai tenté de sortir du domaine de la superstition pour aller vers celui du sentiment et de la compassion. (Chesnutt 1997b, p. 44)

50Nous savons néanmoins qu’il reprendrait son personnage d’Uncle Julius et les superstitions pour compléter le recueil The Conjure Woman quelque dix ans plus tard.

  • 39 Lettre de Tourgée à Chesnutt, 12 octobre 1889, CC2 : 9.
  • 40 Chesnutt apprit la nomination de Tourgée au consulat des États-Unis en France non pas directement m (...)

51Tourgée ne cessa d’encourager Chesnutt, à qui il trouvait un talent indéniable, mais il ne fut pas d’une grande aide à l’apprenti-auteur. Il est vrai que dès 1889 il s’était proposé, si Chesnutt concrétisait son premier projet de recueil, de lui écrire une préface39. Après que le projet de recueil fut rejeté une première fois par Houghton, Mifflin en 1891, rien ne laisse supposer que Tourgée renouvela sa proposition lors de la préparation de The Conjure Woman. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette absence : en premier lieu les rapports avec Chesnutt s’étaient distendus, certainement suite à la nomination de Tourgée comme consul des États-Unis à Bordeaux en 189740. Deuxièmement, la renommée de Tourgée aux yeux du public littéraire américain avait sans doute décliné depuis 1879, et son intervention dans le procès Plessy contre Ferguson ne lui avait pas redonné d’éclat. Enfin la nature même de ses fonctions en France ne lui aurait sans doute guère laissé le temps de s’intéresser aux destinées d’un écrivain qui n’avait pas réussi à « percer » entre 1889 et 1898.

  • 41 Voir la lettre de Chesnutt à Tourgée, le 21 novembre 1893 : « Je ne pense pas que vous vouliez un r (...)

52À l’inverse, Chesnutt apporta à Tourgée l’aide qu’il avait sollicitée. Après une tentative avortée en 1893 pour créer un journal, en 1895 Chesnutt souscrivit à quelques parts dans le projet de journal The Basis, et aida à le distribuer auprès de la population africaine-américaine. Mais il n’y publia rien, et par ailleurs ce journal périclita au bout d’un an (Chesnutt 1997b, p. 85-93). En 1893, en réponse à l’invitation de Tourgée d’investir financièrement dans le projet de The National Citizen, en échange d’un poste de rédacteur en chef adjoint, Chesnutt se montra méfiant. Il ne rechignait pas seulement à investir dans un projet à risque, mais redoutait d’être considéré comme une caution visant à inciter les lecteurs noirs à s’abonner41. Il ressort de cette correspondance, gagnée par une certaine amertume, que Chesnutt attendait beaucoup de cette relation, qui ne porta pas les fruits escomptés. Néanmoins la place d’Albion W. Tourgée dans la formation, et le développement des ambitions de Chesnutt est loin d’être négligeable, ne serait-ce qu’à travers le modèle de réussite que Tourgée avait établi avec la parution d’A Fool’s Errand.

53Le troisième modèle de Chesnutt est indéniablement l’écrivain louisianais George W. Cable (1844-1925), contemporain de Tourgée. Chroniqueur au New Orleans Picayune, il avait commencé sa carrière de nouvelliste en 1873. Sa première nouvelle, « ’Sieur George », parue dans Scribner’s Monthly, dans laquelle il décrivait le déclin de la culture créole de Louisiane dans le style couleur locale, lui valut un succès littéraire qui devait se prolonger par le succès commercial de son premier recueil de nouvelles, Old Creole Days (1879), puis du roman The Grandissimes (1880). Dans ce dernier, ainsi que dans Madame Delphine. A Novelette and Other Tales (1881), il critiquait ouvertement cette Amérique qui avait permis l’institution des Codes noirs de Louisiane. Sa dénonciation du racisme était si virulente qu’il dut s’exiler dans le Massachusetts en 1885. Chesnutt allait reprendre certains de ses thèmes et techniques, tels l’usage du dialecte, la couleur locale, ainsi que le thème de la malédiction héritée des erreurs du passé (Longest 1988, p. 30-42).

54La rencontre entre Cable et Chesnutt eut lieu en décembre 1888. Cable vit immédiatement ce que la contribution de Chesnutt à l’Open Letter Club, forum de discussion des problèmes raciaux, pouvait représenter. Comme le font remarquer Leitz et McElrath, Chesnutt n’avait pas encore publié d’essais polémiques sur le problème racial (Chesnutt 1997b, p. 21). Cable s’attacha à développer le talent de polémiste chez son poulain, et en mai 1889 parut « What Is a White Man ? » dans The Independent. Chesnutt y démontrait l’absurdité et l’incohérence des lois définissant les Noirs selon leur degré de sang de couleur. Comme Tourgée, Cable demanda à Chesnutt de l’aider à diffuser les idées de l’Open Letter Club, et à recruter de nouveaux membres, ce qu’il fit. Mais Chesnutt, novice dans le monde éditorial, souhaitait ardemment que Cable l’aidât à publier le manuscrit qui lui tenait tant à cœur, « Rena Walden ».

55Ses lettres à Cable témoignent d’une plus grande déférence encore que celle qu’il manifestait envers Tourgée. Après avoir demandé conseil à Cable sur les possibilités de faire carrière dans la littérature, et d’en tirer des revenus substantiels, il lui soumit une première version de ce manuscrit le 9 septembre 1889 avec quelques hésitations hautement respectueuses :

Même si je n’ai pas le « courage » de vous demander des suggestions, pourtant j’apprécierais grandement toutes celles que vous pourriez avoir le temps de me faire sur ce ou tout autre point, et ne craignez pas d’établir un précédent, car je suis bien trop conscient de la valeur de votre temps et de la manière dont vous l’occupez. (Chesnutt 1997b, p. 42-43)

  • 42 « Je ne sais comment vous exprimer toute ma gratitude pour vos sages et bienveillantes critiques de (...)
  • 43 Scribner’s Monthly, an Illustrated Magazine for the People fut fondé en 1870, et prolongé entre 188 (...)

56Suivant les critiques de son mentor qu’il trouvait tout à fait justifiées, il développa l’histoire pour en faire un court roman, avant de le lui soumettre une deuxième fois accompagné d’une lettre dont le ton confine à l’obséquiosité42. Les deux hommes travaillèrent ensemble à Cleveland sur le manuscrit, et Chesnutt osa en février 1890 demander à Cable qu’il le soumette à la rédaction de Century, dirigé par Richard W. Gilder depuis 1881, et privilégiant la littérature réconcilationniste du Sud (Chesnutt 1997b, p. 57). Ce magazine était réputé pour la qualité de ses articles et pièces de fiction, et tirait à plus de 200 000 exemplaires à la fin des années 1880. En outre la place de la littérature du Nouveau Sud y était importante – y étaient notamment parus des nouvelles et feuilletons de James L. Allen, Harry S. Edwards, Ruth M. Stuart, et Nights With Uncle Remus de Joel C. Harris43. Le choix de ce magazine littéraire pour la publication de « Rena Walden » était approprié et témoignait de l’ambition de Chesnutt.

  • 44 Lettre de Gilder à Cable, CC1 : 6.

57Néanmoins Gilder rejeta le manuscrit le 28 mai 1890, car en dépit de la nouveauté du sujet et du point de vue, à ses yeux la structure du roman n’était pas assez solide, et les personnages restaient « inintéressants »44. Après ce refus, Chesnutt calma sa colère en révisant scrupuleusement le manuscrit selon les commentaires de Cable (Chesnutt 1997b, p. 69-70). Celui-ci l’avait exhorté à considérer le refus et les commentaires de Gilder comme preuves de son talent, et continuait de l’encourager dans une voie sans compromission :

  • 45 Lettre de Cable à Chesnutt, 17 juin 1890, CC1 : 6.

Vous ne devez sous aucun prétexte accepter de « plaire aux rédacteurs en chef » […] mais les considérer comme de loyaux critiques et ne jamais abandonner quoi que ce soit au public – trop facilement satisfait – avant d’être vous-même content et satisfait.45

  • 46 Lettre de Cable à Chesnutt, 18 août 1890, CC1 : 6.
  • 47 Lettre de Cable à Chesnutt, 2 octobre 1890, CC1 : 6.

58En août 1890, après un deuxième refus de Century, Cable suggéra à Chesnutt de soumettre le nouveau manuscrit amélioré à Thomas B. Aldrich, rédacteur de The Atlantic Monthly. Fort de sa propre expérience, Cable se doutait qu’il lui serait plus aisé d’y publier, puisque le magazine avait déjà fait paraître trois nouvelles de Chesnutt. Il lui évitait ainsi de risquer de nouveaux refus de la part de Harper’s ou Scribner’s46. Face à l’obstination de Chesnutt qui s’était vu refuser le manuscrit par The Atlantic Monthly en septembre, Cable ne pouvait que lui faire part de sa « sagesse » d’écrivain : mieux valait ne pas tenter à tout prix de publier un texte qui ne serait pas digne de son talent, et ne pas céder à la tentation de rabaisser ses critères de jugement47.

59« Rena Walden » est sans doute l’une de ses œuvres qui lui tenaient le plus à cœur. De fait, la nouvelle – publiée en 1900 comme roman sous le titre The House Behind the Cedars – contenait en germe ce qui permettrait à Chesnutt de « miner la position » des Blancs sur la question raciale. En dépit des échecs de Cable à promouvoir son protégé auprès de la rédaction de Century, Chesnutt continua à lui exprimer sa reconnaissance. Alors qu’il attendait confirmation de l’acceptation de ses nouvelles pour un recueil, il lui écrivait :

  • 48 Lettre de Chesnutt à Cable, 5 août 1898 (Chesnutt 1997b, p. 111).

[…] si un jour on reconnaissait une quelconque valeur à mes écrits, je ne manquerais pas de l’attribuer en grande partie à l’inspiration que j’ai tirée de votre amitié et de votre reconnaissance. Même si nos rencontres ont été rares, je les ai toujours tenues comme l’une des choses les plus douces dans une vie qui ne l’a pas toujours été.48

  • 49 Dans l’avant-propos de Paul Marchand Chesnutt reconnaissait sa dette envers George W. Cable (Chesnu (...)

60Au vu du caractère laborieux – au sens noble du terme – et méticuleux de Chesnutt, les conseils de son mentor et les révisions successives de « Rena Walden » lui furent sans aucun doute précieux. De plus, Cable l’avait initié à la mécanique du monde éditorial des magazines. Dans les années qui suivirent Chesnutt se révéla habile aux transactions que demandait ce milieu. Plus que ses conseils techniques, Chesnutt saluait l’amitié de Cable, qui valait à ses yeux bien des encouragements. Enfin il est difficile de ne pas voir l’influence de Cable sur le tardif roman historique de Chesnutt, Paul Marchand, F. M. C. dont l’action se déroule à La Nouvelle-Orléans49.

61Il reste qu’en dépit de ces trois modèles, l’auteur de The Conjure Woman n’eut que peu de contacts avec d’autres écrivains tandis qu’il s’essayait à l’écriture. Jusqu’à la rencontre avec Walter H. Page, rédacteur de The Atlantic Monthly puis éditeur chez Houghton, Mifflin, Chesnutt avança seul, privé de la stimulation artistique qu’il avait tant appelée de ses vœux :

La lecture fournit l’esprit en connaissances – « fait l’homme » ; l’écriture classe et arrange les résultats de nos lectures ; mais c’est seulement par le débat, l’argumentation, l’échange et la critique des opinions que l’on acquiert le talent et l’esprit critique nécessaires à la sélection de ce qui vaut d’être retenu. (29 mai 1880, Chesnutt 1993b, p. 138)

  • 50 « The Goophered Grapevine », The Atlantic Monthly, 60, août 1887 ; « Po’ Sandy », The Atlantic Mont (...)

62En 1891, sans doute enhardi par son expérience, Chesnutt se dit prêt à publier un recueil de nouvelles, et en fit naturellement la proposition à Houghton, Mifflin. Le fait que la maison d’édition publiait The Atlantic Monthly, dans lequel avaient paru trois de ses nouvelles50, n’était pas étranger à ce choix. Les éditeurs lui donnèrent alors un excellent conseil, qui leur était également profitable, car ils ne jugeaient pas que Chesnutt fût prêt pour un livre. Ils désiraient sans doute ne pas totalement perdre l’investissement qu’ils auraient fait en publiant un recueil :

  • 51 Lettre de Houghton, Mifflin à Chesnutt, 27 octobre 1891, CC4 : 1. Dans une lettre du 18 novembre, C (...)

[…] d’après notre expérience un écrivain doit avoir acquis une petite réputation par ses publications dans les magazines avant que nous puissions lui suggérer de faire paraître un recueil de ses nouvelles en livre. La place que vous vous êtes faite est honorable, cependant […] si nous pouvons nous permettre un conseil, nous vous dirions de continuer à publier des nouvelles séparément […] pendant encore un an ou deux, au terme de quoi vous aurez non seulement une position plus en vue encore aux yeux du public, mais vous aurez également accumulé un plus grand nombre de nouvelles dans lesquelles puiser pour un recueil.51

63Il lui faudrait sept ans encore avant d’acquérir une certaine renommée et de pouvoir prendre le risque de publier un livre, en ayant pris soin de maintenir la visibilité de son nom à travers la publication de nouvelles et d’essais.

Notes

1 Soit pour les quotidiens, une augmentation de 387 à 2 226 titres.

2 À la fin du XIXe siècle les livres de poche, ou dime novels de mauvaise qualité, rééditions de textes anglais non protégés par le droit d’auteur, se vendaient entre 25 et 50 cents (Johanningsmeier 1997, p. 14).

3 « She Reminded Him », publié dans le numéro 550, fut payé 2 dollars, et compte dans l’édition de Sylvia L. Render (Chesnutt 1974) 24 lignes ; « How a Good Man Went Wrong » fut payé 4,50 dollars, et s’étire sur 47 lignes (CC3 : 34).

4 Jack London alors inconnu aurait été payé seulement 5 dollars pour sa nouvelle « To the Man on the Trail » (Mott 1957, vol. 3, p. 407-408) ; peut-on déduire du taux de rémunération le degré de popularité des écrivains ? Cela indiquerait que Chesnutt connaissait dès 1889 un certain succès.

5 26 décembre 1888, CC3 : 27. Si cette lettre exprime une certaine rivalité, elle révèle aussi une émulation, et paraît préfigurer maladroitement ce que Frederick J. Turner énoncera en 1893 dans son discours sur l’importance de la frontière.

6 The Bookman, août 1898, CC : Album de coupures de presse, The Conjure Woman.

7 L’expression est de Chesnutt : voir lettre à Walter H. Page, 30 janvier 1899, CC2 : 3.

8 Chesnutt estimait que cette liste représentait un dixième de l’ensemble des journaux de couleur. Si l’on accepte ses estimations, la presse noire en 1899 aurait offert plus de 300 titres (CC4 : 3).

9 CC6 : 13. « Tobe’s Tribulations » fut payée 16 dollars (CC4 : 42). Chesnutt publia dans ce magazine deux autres nouvelles, « Lonesome Ben », en mars 1900, payée 20 dollars, et « The Partners » en mai 1901 (CC6 : 8).

10 Les épreuves en placard sont des épreuves tirées sur le recto uniquement, sans pagination mais avec de larges marges, qui facilitent les éventuelles corrections.

11 Le Postal Act de 1885 établissait un tarif de 1 cent par livre pour la presse, contre 8 cents pour les livres reliés pleine toile (Johanningsmeier 1997, p. 20).

12 Les nouvelles citées furent assurément distribuées par McClure, comme en témoigne la correspondance avec le syndicat. Mais « The Shadow of my Past », acceptée en août 1893, fut vraisemblablement refusée par les journaux. Chesnutt souhaitait l’intégrer dans un premier recueil en 1897, puis la proposa à nouveau à Youth’s Companion en 1899. Ces derniers la rejetèrent, la trouvant trop « cynique » (CC4 : 49).

13 Johanningsmeier donne l’exemple de Bret Harte, déjà reconnu, payé par le syndicat Tillotson 73 dollars pour 1 000 mots lors de la publication de « The Argonauts of North Liberty » (Johanningsmeier 1997, p. 115). Il est certain que ce tarif restait exceptionnel ; en outre McClure n’avait réellement commencé sa distribution qu’en 1885, et ne possédait pas alors les mêmes arguments de négociation.

14 Helen M. Chesnutt (1952, p. 39) note qu’il fut fondé en avril 1885 ; de fait c’est la date d’ouverture du service aux quotidiens, mais les documents envoyés à Chesnutt laissent croire que le service aux hebdomadaires l’avait précédé (CC4 : 16). Emery note que le syndicat McClure fut établi en 1884.

15 Les noms de Phelps, Murfree, Harris, Catherwood et Orne Jewett se retrouvent de façon récurrente dans les annonces de parutions de Houghton, Mifflin and Company dans The Bookman, entre le 11 mars 1899 et le 2 février 1901, et figurent dans le catalogue illustré des éditions en 1902 (CC16 : 8).

16 McClure se vantait d’avoir distribué, entre avril et novembre 1885, 150 nouvelles à l’ensemble des quotidiens (CC4 : 16).

17 Voir la lettre circulaire du 8 mai 1886, CC4 : 16.

18 La date n’est pas précisée, mais ce document est inséré parmi des coupures de presse datées entre 1885 et 1889. On peut émettre l’hypothèse suivante : cette question a nécessairement été posée avant que Chesnutt ait commencé à paraître dans Puck, donc avant mars 1887 (CC3 : 34). En revanche la nouvelle « Born a Slave » ne se trouve pas dans la collection Chesnutt à Fisk ; il est très probable que celle-ci ait été faussement attribuée à Chesnutt.

19 James B. Pond avait également organisé des tournées pour Mark Twain.

20 « Things to be Thankful For » et « Advice to Young Men », publiés sous le pseudonyme d’« Uncle Solomon », respectivement dans les numéros d’octobre et novembre 1886 du Social Circle Journal de Cleveland ; « What is a White Man ? », The Independent, 30 mai 1889, « A Multitude of Counselors », The Independent, 2 avril 1891, et « Resolutions Concerning Recent Southern Outrages », Cleveland Gazette, 4 juin 1892 (Chesnutt 1999b).

21 CC3 : 3. Atlantic Monthly payait en moyenne 10 dollars pour 1 000 mots (CC4 : 46).

22 Correspondance, CC4 : 46.

23 On peut penser que « Dave’s Neckliss », parue en octobre 1889, fut achetée au même tarif que « Po’Sandy » publiée l’année précédente, soit 40 dollars. À ces revenus devraient s’ajouter ceux liés à la parution des articles et critiques de Chesnutt. De même l’estimation pour 1887 ne tient pas compte de « The Goophered Grapevine », parue également dans Atlantic, et dont la rémunération pouvait s’élever à 40 dollars (correspondance avec Houghton, Mifflin, The Chicago Ledger, The Critic, The Detroit Free Press, CC3 : 21 - CC3 : 41 ; avec Family Fiction, The Outlook, The Overland Monthly, Puck, The Southern Workman, Youth’s Companion et McClure, CC4 : 16 - CC4 : 49).

24 Son premier écrit ouvertement abolitionniste, paru sous le nom de Stowe, était la nouvelle « Immediate Emancipation. A Sketch » dans The New York Evangelist, 2 janvier 1845.

25 Chesnutt, « The Negro in Books », CC11 : 17.

26 Chesnutt, « Remarks in Accepting the Spingarn Medal », CCP1012.

27 Thomas S. Stribling (1881-1965), écrivain du Sud, publia son roman Birthright en 1922.

28 Chesnutt, « The Negro in Books », CC11 : 18.

29 Jay Saunders Redding notait en 1939 que si le premier recueil de Chesnutt était éminemment remarquable, dépourvu d’accents propagandistes, démontrant une maîtrise objective d’un matériau esthétique, en revanche il ne rompait pas entièrement avec la tradition du « bouffon » nègre de la littérature américaine (Redding 1939, p. 60).

30 L’utilisation de la figure du Sambo, telle qu’elle fut notamment définie par Stanley Elkins dans A Problem in American Institutional and Intellectual Life, montre à quel point les personnages d’Uncle Tom’s Cabin étaient devenus des archétypes. En premier lieu on pourrait citer le nom même d’Uncle Tom qui devint une insulte dès 1860, désignant l’Africain-Américain servile, déloyal envers sa culture, et plus tard, un membre de la classe moyenne à l’attitude méprisante (Major 1994, p. 492).

31 Ainsi le premier éditeur, John P. Jewett, avait exploité les chiffres de vente à des fins promotionnelles, les affichant sur les couvertures des rééditions successives.

32 McElrath et Leitz font remarquer que la première lettre connue entre les deux hommes date de 1888 (voir CC 2 : 9) mais que leur correspondance avait pu commencer avant cette date (Chesnutt 1997b, p. 45).

33 A Fool’s Errand de 1879, édition électronique, UNC-CH Digitization Project, Documenting the American South, U of North Carolina at Chapel Hill [en ligne]. Parmi les autres livres de Tourgée, signalons Toinette. A Tale of the South (1874) réédité en 1884 sous le titre A Royal Gentleman. The Invisible Empire (1879-1880), John Eax and Mamelon, or, The South Without the Shadow (1882), ou encore Hot Plowshares (1883).

34 L’article est « The South as a Field for Fiction », Forum, 6, décembre 1888, p. 404-413.

35 Lettre de Tourgée à Chesnutt, 8 décembre 1888, CC2 : 9.

36 Lettre de Chesnutt à George W. Cable, 13 juin 1890 (Chesnutt 1997b, p. 66).

37 Lettre de Chesnutt à Tourgée, 26 septembre 1889 (Chesnutt 1997b, p. 45).

38 Lettre de Tourgée à Chesnutt, 8 décembre 1888, CC2 : 9.

39 Lettre de Tourgée à Chesnutt, 12 octobre 1889, CC2 : 9.

40 Chesnutt apprit la nomination de Tourgée au consulat des États-Unis en France non pas directement mais par les journaux, alors que la fille de Tourgée avait sollicité son aide pour une telle nomination en Écosse quelques mois auparavant. Cela laisse supposer que les liens s’étaient en effet relâchés. Toutefois, preuve de sa fidélité, Chesnutt participa à une cérémonie à la mémoire de Tourgée mort en France en 1905 (Chesnutt 1997b, p. 99, 100, 230).

41 Voir la lettre de Chesnutt à Tourgée, le 21 novembre 1893 : « Je ne pense pas que vous vouliez un rédacteur en chef adjoint comme simple ornement. Assurément je refuse de n’être qu’un vulgaire homme de paille dans ce projet, même pour l’honneur d’associer mon nom à celui si distingué que vous portez. » Le 27 novembre il recommandait quelques noms d’Africains-Américains plus riches que lui, plus susceptibles d’investir les fonds nécessaires au projet (Chesnutt 1997b, p. 80, 81).

42 « Je ne sais comment vous exprimer toute ma gratitude pour vos sages et bienveillantes critiques de “Rena Walden”. Chaque suggestion est pertinente, et je reconnais avoir volontairement esquivé le travail nécessaire à son amélioration […]. J’ai quelques doutes quant à ma capacité de faire de cette nouvelle tout ce que vous suggérez, mais je ferai de mon mieux, et vous montrerai le résultat. » Lettre de Chesnutt à Cable, le 4 octobre 1889 (Chesnutt 1997b, p. 46-47).

43 Scribner’s Monthly, an Illustrated Magazine for the People fut fondé en 1870, et prolongé entre 1881 et 1929 par The Century Illustrated Monthly Magazine, omettant ainsi d’afficher le lien qui le retenait à la maison d’édition Scribner and Company. Richard W. Gilder en fut le rédacteur en chef de 1881 à 1909 (Mott 1957, vol. 3, p. 457-480).

44 Lettre de Gilder à Cable, CC1 : 6.

45 Lettre de Cable à Chesnutt, 17 juin 1890, CC1 : 6.

46 Lettre de Cable à Chesnutt, 18 août 1890, CC1 : 6.

47 Lettre de Cable à Chesnutt, 2 octobre 1890, CC1 : 6.

48 Lettre de Chesnutt à Cable, 5 août 1898 (Chesnutt 1997b, p. 111).

49 Dans l’avant-propos de Paul Marchand Chesnutt reconnaissait sa dette envers George W. Cable (Chesnutt 1999c, p. 3). Rappelons que le roman fut rejeté successivement par Houghton, Mifflin ; Harcourt, Brace and Company, et Alfred Knopf en 1921 (Chesnutt 1999c, p. xviii).

50 « The Goophered Grapevine », The Atlantic Monthly, 60, août 1887 ; « Po’ Sandy », The Atlantic Monthly, 61, mai 1888, et « Dave’s Neckliss », The Atlantic Monthly, 64, octobre 1889.

51 Lettre de Houghton, Mifflin à Chesnutt, 27 octobre 1891, CC4 : 1. Dans une lettre du 18 novembre, Chesnutt demanda aux éditeurs les raisons du rejet de son manuscrit. Si ces raisons avaient été commerciales et financières, il se déclarait prêt à payer les frais de publication : lettre de Chesnutt à Houghton, Mifflin, 18 novembre 1891 (Chesnutt 1997b, p. 76). En réponse Houghton, Mifflin lui assurait que c’était au nom de l’intérêt littéraire de sa carrière, et non pas de son propre intérêt commercial, ou celui de la maison. Mais le détail des frais provoqués par une éventuelle publication à compte d’auteur laisse à penser que la maison bostonienne ne négligeait pas son propre intérêt (lettre de Houghton, Mifflin à Chesnutt, 21 novembre 1891, CC4 : 1).

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search