Desktop versionMobile version

Une histoire éditoriale : The Conjure Woman de Charles W. Chesnutt

 | 
Cécile Cottenet

Préface

Hélène Christol

Full text

  • 1 Lettre non datée, Frank à Toomer, Jean Toomer Papers, Yale University, boîte 3, fichiers 84 et 133
  • 2 Antoine Compagnon, La seconde main, ou le travail de la citation, Paris, Seuil, 1979, p. 328.

1À quoi sert une préface ? La question s’est maintes fois posée à ceux qui ont dû assumer la tâche difficile de rédiger ce texte liminaire, partie prenante de la captatio benevolentiae de l’ancienne rhétorique. On se souvient des hésitations de Waldo Frank à qui Jean Toomer avait demandé de composer une préface à son roman Cane et qui, après avoir accepté de rédiger un avant-propos, écrivait au romancier, son ami : « J’étais extrêmement réservé pour l’avant-propos. Bien sûr tu te rends compte qu’un avant-propos est fait pour le public, et qu’il s’agit d’un essai en diplomatie […]. »1 Une fois vaincues ses hésitations, Frank écrivit cependant son texte, car la préface reste un terrain de communication privilégiée, un lieu intermédiaire entre l’auteur et le lecteur, qui permet de préparer aux lectures du livre tout en ne mettant pas en péril les surprises et bonheurs qu’il peut réserver. Paratexte utile pour certains, inutile pour d’autres, elle est certainement un élément de la « vitrine d’exposition » telle que la définit Antoine Compagnon dans La seconde main, ou le travail de la citation2. Enfin et surtout, elle ouvre un espace de liberté à son auteur en ne lui imposant pas de rendre compte de tout ce que contient l’ouvrage – et celui qui va être évoqué est d’une telle richesse qu’il serait impossible à résumer dans le cadre des quelques pages d’une préface –, mais en lui permettant de choisir les moments ou éléments particuliers qui nourrissent ce plaisir spécifique du texte et de sa lecture.

  • 3 H. Nyssen, « L’accastillage du texte » [en ligne], Bruxelles, Académie royale de langue et de litt (...)

2Ces prolégomènes nous ont semblé utiles pour introduire une étude qui se penche sur les rapports entre le texte de l’écrivain et le livre publié, notre préface étant déjà l’un des gréements qui permettront, nous l’espérons, l’accastillage et le lancement de ce beau navire qu’est le livre de Cécile Cottenet, Une histoire éditoriale : The Conjure Woman de Charles W. Chesnutt. La métaphore maritime, filée par l’éditeur d’Actes Sud, Hubert Nyssen, dans sa conférence d’octobre 2000 à l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, pourrait d’ailleurs servir de point focal à la démarche de l’ouvrage de Cécile Cottenet, qui, lui aussi, choisit de suivre un autre « bâtiment d’écriture sortant des chantiers de l’écrivain pour accoster ceux de l’éditeur afin d’y être accastillé avant de prendre la mer »3, celui du recueil de nouvelles, The Conjure Woman, de Charles W. Chesnutt, publié aux États-Unis en 1899.

3Tout ouvrage possède une genèse et celui-ci ne déroge pas à la règle. Il a pour origine une thèse de doctorat soutenue brillamment il y a quelques années à l’université de Provence, dont le sujet portait sur les histoires éditoriales de deux œuvres écrites par deux écrivains noirs aux États-Unis, The Conjure Woman de Charles W. Chesnutt (1899) et Cane de Jean Toomer (1923). Le sujet avait permis à Cécile Cottenet, auteur de la thèse, d’explorer les conditions dans lesquelles la littérature africaine-américaine avait pu et dû affronter une institution éditoriale et un lectorat majoritairement blancs à la fin du XIXe siècle et dans les premières années du XXe. Une histoire éditoriale : The Conjure Woman de Charles W. Chesnutt se recentre sur le premier de ces écrivains, Charles W. Chesnutt, ce qui permet à son auteur de redonner voix et présence à un romancier et nouvelliste mal connu en France, mais fort respecté aux États-Unis au tournant du siècle, dont la renommée subit quelques éclipses par la suite avant de renaître avec un nouveau lectorat dans les années 1960. Témoins de ce renouveau de notoriété et de reconnaissance, du moins aux États-Unis, deux événements parmi d’autres : en 2008, la décision de la poste américaine d’émettre, dans sa série Black Heritage, un timbre à l’effigie de Chesnutt. Cette émission fut accompagnée d’une cérémonie spéciale en l’honneur de l’artiste à la bibliothèque municipale de Cleveland, ville où Chesnutt était né en 1858. Plus significative encore, la décision des éditions Library of America de publier en 2002 une nouvelle édition des œuvres de Chesnutt, préfacée par Werner Sollors, dans la série des écrivains américains célèbres. Cette entrée au panthéon des grands écrivains américains soulignait, s’il en était besoin, le rôle essentiel de Chesnutt dans le développement de la littérature africaine-américaine, mais aussi, plus globalement, dans celui de la littérature américaine.

  • 4 Voir la citation complète ci-après, p. 51.

4L’objet de ce livre n’est cependant pas d’écrire une autre biographie de Chesnutt ou de commenter en détail tel ou tel élément de sa vie. Il existe déjà plusieurs ouvrages de ce genre, signalés d’ailleurs dans l’excellente bibliographie qui clôt Une histoire éditoriale : The Conjure Woman de Charles W. Chesnutt. Sont seulement évoquées quelques étapes essentielles de cette trajectoire personnelle que pourrait illustrer la citation de Langston Hughes, judicieusement placée en exergue : « Les Noirs en Amérique ont les mêmes problèmes que n’importe quels autres écrivains et quelques autres en plus. » C’est l’analyse érudite et critique de ces « quelques autres problèmes en plus » qui fait de ce livre un ouvrage indispensable pour qui veut comprendre les conditions difficiles dans lesquelles ce précurseur, malgré son isolement et le contexte social et racial de son époque, a pu avoir accès à une maison d’édition aussi célèbre que Houghton, Mifflin. Pour qui veut découvrir aussi comment cet auteur métis, en négociant avec les éditeurs et les lecteurs blancs de Houghton, est devenu écrivain professionnel tout en assumant le rôle de porte-parole de la communauté noire. L’ouvrage de Cécile Cottenet explore avec talent et lucidité la triple dimension identitaire, caractéristique du statut de tout écrivain noir aux États-Unis – identité raciale, identité américaine et identité professionnelle et artistique. Loin d’enfermer Chesnutt dans une définition raciale unique, il rend ainsi compte de la spécificité de l’histoire éditoriale multiple de son premier recueil de nouvelles, The Conjure Woman, dont il a fait son objet d’étude particulier. Cette approche qui privilégie la complexité des rapports entre Noirs et Blancs, métissage et américanité, reflète en fait la conception qu’avait Chesnutt lui-même de son identité. Métis presque blanc, il voyait, comme Toomer après lui, l’avenir des États-Unis en termes d’américanité et de métissage et rejetait le concept d’une littérature trop « raciale » ou « ethnique » telle que la définissaient, dans les années 1920, certaines figures de proue de la Renaissance de Harlem. Les remarques de Werner Sollors, évoquées à la fin du deuxième chapitre, à propos des littératures dites « ethniques », traitant de ces œuvres comme expressions d’une négociation entre les cultures, mais aussi « manuels de socialisation par les codes de l’américanité »4 sont particulièrement utiles pour rendre compte d’un débat situé au cœur même des chemins d’identité qu’ont parcourus les écrivains africains-américains du siècle dernier.

5Cet ouvrage, on le voit, va donc bien au-delà du portrait individuel et personnel de Chesnutt ou de l’analyse esthétique de ses textes. En privilégiant l’étude du passage de l’homme à l’écrivain, du texte au livre, et du temps personnel au temps de l’histoire, il nous convie à un voyage en terre américaine où l’odyssée d’un homme devient prétexte à une étude sociale et culturelle des mentalités et des modes de production sur lesquels se construit l’un des instruments essentiels de connaissance des siècles derniers : le livre. Dans la foulée de Henri-Jean Martin et de Roger Chartier, cet ouvrage s’inscrit nettement dans le champ de l’histoire du livre et suit avec bonheur les différentes étapes qui mènent du texte au livre. C’est cet angle d’approche qui en détermine la structure, fermement appuyée sur l’étude des contextes dans lesquels s’inscrit l’œuvre de Chesnutt. Cécile Cottenet étudie l’homme et son époque, ses premières armes, les champs de production littéraires dans lesquels il s’inscrit, avant d’en venir à la description détaillée et précise de cet accastillage du texte, évoqué plus haut : composition, titre, tirage, habillage, promotion et accueil des lecteurs. Fondant son analyse sur les textes originaux des correspondances entre Chesnutt et ses éditeurs, en particulier Walter H. Page, qui joua un rôle déterminant dans la carrière littéraire de l’écrivain, elle nous démontre qu’entre le texte et le livre, il reste un espace à explorer et que, n’en déplaise à Genette, le livre pourrait ne pas être une simple anamorphose du texte.

6Tout amoureux du livre se reconnaîtra alors dans ces paroles de Nyssen, écrivain et éditeur, lorsqu’il évoque ce lien presque charnel avec l’objet-livre :

  • 5 H. Nyssen, « L’accastillage du texte », texte cité, p. 1.

Peut-être faudrait-il toucher un livre, le prendre en main, le serrer sous le bras, le presser contre la joue, le palper, le humer, le caresser, en faire ronfler les pages sous le pouce, afin de se persuader qu’il n’est pas le texte mais un objet que le texte a suscité. Alors s’imposerait l’idée qu’entre le moment où l’auteur a posé le mot fin sur la dernière page et l’instant où le premier lecteur a ouvert le livre, une aventure singulière s’est déroulée […].5

7C’est cette aventure que nous permet aussi de partager le livre de Cécile Cottenet, ces moments essentiels entre le texte « nu » de l’écrivain et la publication du livre qui font de l’ouvrage définitif une composition à plusieurs mains.

8Saluons donc la parution de cet ouvrage qui réussit la gageure d’introduire un écrivain et une œuvre peu connus en France tout en recentrant l’analyse autour de la question plus vaste de la production du livre. D’une lecture stimulante, étayé par la présence de documents inédits et originaux, il devrait intéresser non seulement les spécialistes et les chercheurs en études américaines et africaines-américaines, mais aussi tous ceux qui aiment la littérature, l’histoire des idées et des mentalités, les livres et leur fabrication. Sans oublier bien sûr l’invitation à la lecture, car le texte demeure, et ses plaisirs. Textes de Chesnutt, un auteur à découvrir pour beaucoup, texte du livre de Cécile Cottenet, fort d’une autorité et d’un style indiscutables. La communication, citée plus haut, critiquait ce que Nyssen nomme « la turgescence du paratexte » dans l’édition moderne, « comme si dans le couple texte-paratexte, le texte était le partenaire encombrant ». Et d’ajouter avec humour : « L’ennui avec les livres, aurait dit un jour un ministre de la Culture, c’est qu’il faut les lire » (p. 11). Et pourtant rien ne peut remplacer le plaisir du texte. Cette préface n’étant qu’un paratexte, il est donc temps de la clore pour laisser au lecteur le temps de sa lecture dans le silence du texte.

Notes

1 Lettre non datée, Frank à Toomer, Jean Toomer Papers, Yale University, boîte 3, fichiers 84 et 133.

2 Antoine Compagnon, La seconde main, ou le travail de la citation, Paris, Seuil, 1979, p. 328.

3 H. Nyssen, « L’accastillage du texte » [en ligne], Bruxelles, Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, 2008, p. 1.

4 Voir la citation complète ci-après, p. 51.

5 H. Nyssen, « L’accastillage du texte », texte cité, p. 1.

© ENS Éditions, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search