Version classiqueVersion mobile

Margaret Sanger et la croisade pour le contrôle des naissances

Réception. Un si long combat

Texte intégral

1Aborder la question de la réception de l’œuvre de Margaret Sanger aux États-Unis implique que soient pris en considération ses écrits tout autant que ses actions qui mettent en perspective les modalités et les enjeux de sa croisade en faveur du contrôle des naissances.

  • 1 Il est fait référence respectivement aux cas New York v. Sanger et US v. One Package of Japanese P (...)

2Grande oratrice et auteure prolifique, ses multiples discours, articles et ouvrages témoignent sans conteste de son engagement infaillible pour l’émancipation des femmes. De même son activisme militant, qui se traduisit principalement par l’ouverture de la première clinique de contrôle des naissances aux États-Unis et par l’établissement de la Ligue américaine pour le contrôle des naissances, se verra récompensé par deux décisions de justice en 1918 et en 19361 qui modifieront profondément la loi sur l’accès des femmes au contrôle des naissances.

3Parce qu’elle veut ouvrir le débat et susciter des perspectives de réflexion, Margaret Sanger défie les normes et les lois édictées par une société dont elle récuse les valeurs. Tout au long de sa croisade, elle n’aura de cesse d’affirmer que le contrôle des naissances est un droit fondamental des femmes, une condition essentielle à leur émancipation. Indéniablement en avance sur son temps, elle a réussi à faire de son message radical en faveur d’une plus grande autonomie sexuelle une question publique en justifiant le besoin pour les femmes de pouvoir contrôler leur reproduction.

  • 2 Voir les témoignages publiés dans The Woman Rebel, « What they say », vol. 1, n° 2, avril 1914, p. (...)
  • 3 Notamment dans les milieux radicaux et les syndicats.
  • 4 Cela avait déjà été le cas avec certains de ses articles sur l’hygiène sexuelle publiés dans The N (...)

4L’œuvre de Margaret Sanger fut l’objet d’une réception contrastée parmi ses contemporains, symptomatique des lignes de force qui traversaient la société américaine au début du XXe siècle. Dès sa parution en 1914, The Woman Rebel, qui restera définitivement le dépositaire emblématique de sa pensée et de sa personnalité, connaît un succès immédiat. Imprégné de l’esprit révolutionnaire qui régnait dans le milieu anarchiste et intellectuel de Greenwich Village, ce journal, plus que tout autre, va faire connaître Margaret Sanger aux États-Unis. Si The Woman Rebel est accueilli par les femmes avec beaucoup d’enthousiasme2 comme le démontre l’affluence des demandes d’abonnements3 et des lettres encourageant son initiative audacieuse, il déclenche les foudres des plus conservateurs. Jugés scandaleux et obscènes, plusieurs numéros de ce journal sont censurés en vertu de la loi Comstock qui condamnait toute propagande anticonceptionnelle4 . Parce qu’ils affirment le droit inaliénable des femmes à disposer de leur corps en faisant référence à la sexualité et à la prévention de la conception, ses écrits, notamment The Woman Rebel puis Family Limitation, sont assimilés à une littérature immorale. Il va sans dire que Margaret Sanger, par la vigueur de son propos, choque. Son œuvre naissante est fustigée pour son immoralité et son caractère obscène par ses détracteurs qui, imprégnés d’une conception puritaine, s’indignent et crient à l’outrage aux bonnes mœurs. Le scandale suscité par ses écrits et l’accusation de violation des lois sur l’obscénité expliquent son exil en Europe en 1915. Pourtant, ni les condamnations, ni les critiques acerbes dont elle fit l’objet ne semblaient pouvoir l’arrêter dans sa croisade, car non seulement elle était une femme rebelle, mais elle était avant tout animée d’un ardent esprit révolutionnaire. À une période où la question de la morale prévalait dans la société américaine, Margaret Sanger ouvrit le débat sur un sujet brûlant.

  • 5 Voir les correspondances entre certains radicaux et Margaret Sanger dans E. Katz, Selected Papers (...)
  • 6 Parmi ces journaux se trouvent principalement The New York Call, Mother Earth, The Masses, The New (...)
  • 7 Lorsque ce magazine disparut en novembre 1917, M. Eastman lança une nouvelle publication The Liber (...)
  • 8 M. Eastman, « The woman rebel », The Masses, 1er mai 1914, p. 5. Jamais cependant, Margaret Sanger (...)

5Comme on peut le présager, c’est surtout dans les milieux radicaux et anarchistes que son action trouva un écho favorable. En effet, ce sont les radicaux parmi lesquels Emma Goldman, Eugene Debs, Elizabeth Gurley Flynn, Caroline Nelson5 qui lui apportent leur plus grand soutien. De son coté, la presse est assez élogieuse, tout du moins s’agissant des quelques journaux qui daignent traiter de ce sujet. Certains consacrent même plusieurs articles à la cause du contrôle des naissances et à Margaret Sanger6 . C’est le cas notamment de The Masses, magazine littéraire et politique socialiste publié à New York entre 1911 et 1917 qui, tout en reflétant la pensée radicale de l’époque, prônait la transformation de la société par une révolution des consciences et l’avènement d’un nouvel ordre social. Ses principaux contributeurs, Max Eastman, Floyd Dell et John Reed, proposaient une critique radicale de l’ordre établi et c’est essentiellement auprès de ces derniers que Margaret Sanger trouva un soutien précieux. Engagés dans le combat en faveur de l’égalité des droits et de la libération sexuelle, ils soutenaient vigoureusement le contrôle des naissances. Max Eastman, rédacteur de The Masses7, fut même un ardent défenseur de Margaret Sanger et de sa croisade. Bien qu’il trouvât son extrémisme agaçant et son attitude trop provocante8, il exprimait beaucoup d’enthousiasme devant ce qu’il considérait comme une lutte pour la liberté et l’émancipation des femmes, et fit l’éloge de la campagne qu’elle menait. Tout en regrettant le manque de modération dans les propos de Margaret Sanger, il défend son droit à la liberté d’opinion et d’expression et ira jusqu’à déclarer :

  • 9 M. Eastman, « The woman rebel », art. cité, p. 5.

Nous devons remercier Margaret Sanger de parler clairement et sagement de l’éducation populaire sur les moyens de prévenir la conception. Et si elle doit aller devant la justice dans ce combat, nous devons y aller aussi et la soutenir.9

6The Masses publia des articles qui appuient les assertions et reprennent les arguments de Margaret Sanger en faveur du contrôle des naissances, mais le ton en fut toutefois plus modéré que les propos de cette dernière.

  • 10 L. Abbott, « The Sanger case », p. 379-380. « The status of the Sanger case », Mother Earth, mars (...)
  • 11 Harry Breckenridge, « The persecution of Margaret Sanger », Mother Earth, novembre 1914, p. 296-29 (...)
  • 12 Emma Goldman et Alexander Berkman entretenaient une relation amoureuse.
  • 13 Lettre d’Emma Goldman à Margaret Sanger, 26 mai 1914, et 7 décembre 1915. Voir aussi The Masses, m (...)
  • 14 Lettre d’Emma Goldman à Margaret Sanger, 7 décembre 1915.
  • 15 Une sélection de lettres qu’elle reçut tout au long de ces années fut publiée sous le titre Mother (...)
  • 16 Lettre de Marie Stopes à Margaret Sanger, 20 septembre 1915.

7Le magazine Mother Earth présenta également plusieurs articles sur le sujet dont certains, comme ceux signés de Leonard Abbott, prennent la défense de Margaret Sanger et vantent les mérites de cette dernière dans sa croisade pour le contrôle des naissances10. De même, un article d’Alexander Berkman en novembre 1914, intitulé « The persecution of Margaret Sanger », condamne le gouvernement fédéral pour déni du droit à la liberté d’expression et appelle la classe ouvrière à venir en aide à Margaret Sanger11. Tout comme son compagnon12, Emma Goldman approuve vigoureusement la publication de The Woman Rebel et le ton provocateur de son auteure. Elle déclare que lors de ses conférences anarchistes, elle vendait le journal, qui était un véritable succès car « le sujet traité est vraiment la première chose qui intéresse les gens. Pas une seule de mes conférences ne peut rassembler une telle foule si ce n’est sur le thème de la grève des naissances »13. Et d’ajouter : « La question du contrôle des naissances intéresse le public comme jamais auparavant »14. Il convient de souligner l’intérêt suscité par Margaret Sanger chez les femmes au début du XXe siècle. Pour preuve, le courrier, qui lui est adressé en abondance, atteste de la réussite de son initiative et de son impact dans la société américaine15. Elle reçoit de nombreuses lettres venues des États-Unis et d’Europe, qui ajoutent une nouvelle dimension à la valeur représentative de sa croisade : des lettres personnelles lui demandant des informations et des conseils, des lettres de soutien de femmes anonymes ou plus célèbres parmi lesquelles on peut citer la féministe britannique Marie Stopes qui ne fait pas figure d’exception. Celle-ci écrit à Margaret Sanger en 1915 : « quoi qu’il se passe maintenant, des dizaines de milliers de femmes américaines te béniront plus tard »16.

  • 17 The New Republic est un magazine américain « progressiste » créé en 1914.

8Au cours de l’exil de Margaret Sanger en Europe en 1915, plusieurs journaux traitent du contrôle des naissances et dévoilent leur position à ce sujet, The Masses comme on l’a vu, ainsi que le journal The New Republic17 qui publie ces lignes :

  • 18 « The age of birth control », The New Republic, 28 février 1915, p. 113. « The control of births » (...)

Nous en avons fini avec le tabou qui interdit toute discussion sur le sujet. Nous en avons fini avec la théorie selon laquelle les bébés, comme le soleil et la pluie, sont les dons et les visitations de Dieu, et qui sont acceptés avec soumission et un cœur reconnaissant.18

  • 19 Ce magazine politique américain était publié à New York.
  • 20 La série d’articles fut publiée entre avril et novembre 1915. Voir par exemple « The control of bi (...)
  • 21 « Big meeting moves for birth control », 27 mai 1915, p. 4 ; « To fight in court for birth control (...)

9Cette même année, le magazine politique américain Harper’s Weekly19 consacre plusieurs articles au problème de la limitation des naissances. Il présente des arguments sociaux, économiques et médicaux en faveur du contrôle des naissances, mais plus important encore, fait de ce sujet, non plus une question morale mais une question scientifique directement liée aux droits des femmes et digne d’être débattue publiquement20 . Cette tendance affirmée de la presse à ouvrir ses pages à une cause si polémique peut également être observée dans le New York Times qui publie un nombre croissant d’articles sur le sujet à partir de 191521. Si cette couverture médiatique favorisa l’émergence de la question de la limitation des naissances et plus largement de l’émancipation des femmes, elle contribua à accroître le soutien de l’opinion publique désormais sensibilisée à ce problème social essentiel.

10Sujet prohibé, il était désormais présent dans de nombreux journaux et magazines à travers le pays. En conséquence, il n’était pas concevable que Margaret Sanger puisse être condamnée par la justice pour avoir traité publiquement du contrôle des naissances dans ses écrits. L’on se souvient pourtant que quelques mois plus tôt, lors du procès de William Sanger accusé d’avoir distribué le pamphlet Family Limitation, le juge McInerney avait réaffirmé la position d’Anthony Comstock :

  • 22 James J. McInerney était un fervent catholique, père de six enfants. Document localisé dans le con (...)

Selon moi, la brochure est à la fois indécente et immorale. Elle va non seulement à l’encontre des lois de l’État, mais à l’encontre des lois de Dieu. Toute personne comme vous qui diffuserait ce genre de littérature est une menace pour la société.22

11Il ne fait pas de doute que pour les conservateurs dont elle s’attire les foudres, Margaret Sanger est une ennemie de la morale.

  • 23 Lors de cette tournée de conférences, elle est arrêtée à Portland, Oregon, et envoyée en prison, T (...)

12Si, à travers ses écrits, les idées de Margaret Sanger gagnent peu à peu la masse du peuple, c’est également grâce à ses interventions orales que l’opinion publique découvre la cause du contrôle des naissances et, dès lors sensibilisée, lui manifeste un intérêt certain et lui voue un véritable soutien. Sa tournée de conférences en 1916 concourt pour une large part à conforter sa renommée récemment acquise. Alors qu’elle sillonne les États-Unis et diffuse son message, une foule de plus en plus nombreuse l’acclame à chacune de ses conférences23 et ce contact avec le public semble renforcer ses engagements et ses convictions. Au printemps 1916, la notoriété de Margaret Sanger était incontestable et les journaux firent montre d’un certain enthousiasme pour sa cause. Par goût de la provocation et de l’agitation, elle a été capable d’attirer l’attention des médias et par conséquent, de l’opinion publique. Elle réussit en effet à susciter un large débat public sur la nécessité et le rôle social du contrôle des naissances. Associé à la lutte des femmes de la classe ouvrière et à l’amélioration de la condition de toutes les femmes américaines, le problème de la limitation des naissances fut présenté comme un lieu stratégique où se fondent les inégalités : inégalités de classe et de sexe. En revendiquant la liberté de la femme à disposer de son corps et en redéfinissant la conception de sa place dans la société, Margaret Sanger fit du contrôle des naissances une question féministe. Cependant, elle ne parvint pas à rallier ses contemporaines engagées dans la croisade pour le droit de vote qui, à l’instar d’Alice Paul, refusaient que la question du contrôle des naissances fût introduite dans leur programme féministe.

  • 24 Ibid., p. 80-85.

13L’ouverture de la première clinique de contrôle des naissances par Margaret Sanger en 1916 s’inscrit dans la continuité de ses actions directes et provocatrices24. La publicité engendrée par cet événement, puisque la clinique fut fermée par la police quelques jours après son ouverture, et par le procès qui s’ensuivit, finit d’asseoir sa popularité. Sa renommée désormais solidement établie, sa campagne suscite un intérêt certain et est dès lors suivie de très près par la presse qui en vient à couvrir toute nouvelle action qu’elle entreprend. Perçu comme un signe d’évolution des mentalités sur ce sujet, le soutien grandissant de l’opinion publique en faveur du contrôle des naissances contraint le gouvernement à abandonner les charges qui pesaient contre elle lors de son jugement en février 1916. Ce procès eut effectivement un impact profond sur l’opinion publique et servit de catalyseur au mouvement lancé par Margaret Sanger.

14Son engagement pour le droit des femmes à disposer de leur corps et la défense de leur liberté lui valent l’admiration d’un grand nombre de femmes comme en témoigne la lettre de Crystal Eastman, féministe radicale membre du National Woman’s Party, devenue une fervente disciple de Margaret Sanger dont elle revendique les principes :

  • 25 C. Eastman, « Birth control in the feminist program », Birth Control Review, janvier 1918, vol. 2, (...)

Que nous soyons les disciples d’Alice Paul ou de Ruth Law, ou d’Ellen Key, ou d’olive Schreiner, nous devons toutes être des adeptes de Margaret Sanger. Les féministes ne sont pas des nonnes. On devrait le savoir. Nous voulons aimer et être aimées, et la plupart d’entre nous voulons des enfants, un ou deux au moins. Mais nous voulons que nos enfants soient délibérément, ardemment appelés à la vie, quand nous sommes au meilleur de nous-mêmes, et non pas pour nous surcharger dans les périodes de pauvreté et de faiblesse. Nous voulons cette précieuse connaissance de la sexualité, pas seulement pour nous-mêmes qui sommes des féministes éveillées, nous la voulons pour les millions de féministes ignorantes qui peuplent la terre en nombre, nous la voulons pour toutes les femmes.25

  • 26 C. Eastman, « Now we can begin », The Liberator, décembre 1920, p. 23-24.
  • 27 S. Browne, « Birth control and sex psychology : A reply to “back of birth control” », p. 33. Cet a (...)

15En 1920, Crystal Eastman publie un article dans The Liberator dans lequel elle insiste sur la nécessité de reconnaître le contrôle des naissances comme l’élément central de l’émancipation des femmes et de l’intégrer dans les revendications et les programmes des féministes26. En outre, un article de la jeune féministe britannique Stella Browne, paru en 1922 dans la Birth Control Review vient appuyer la pensée de Margaret Sanger : « le contrôle des naissances est la clé vers la liberté sexuelle »27.

16Les ouvrages de Margaret Sanger seront réédités pendant de nombreuses années, notamment son pamphlet Family Limitation, qui ne connut pas moins de 18 rééditions et fut traduit dans plus d’une dizaine de langues. Woman and the New Race, préfacé par Havelock Ellis qui recommandait au monde entier de le lire, se vendit à 200 000 exemplaires. Succès immédiat et bien accueilli par la critique, il valut une certaine célébrité à Margaret Sanger. Son amie et confidente, Juliet Barrett Rublee lui confia :

  • 28 Lettre de Juliet Barrett Rublee à Margaret Sanger, 6 août 1919.

Je pense que ce livre est tout simplement merveilleux, je suis impatiente de le voir publié. Le livre aidera à libérer les femmes, à l’intérieur, à les faire penser par elles-mêmes, à leur donner le courage d’avoir confiance et de suivre leurs sentiments […].28

  • 29 À eux seuls, ces deux livres se vendirent à plus de 567 000 exemplaires entre 1920 et 1926.
    Anne Ke (...)
  • 30 La presse couvrit très largement cet événement et les nombreux articles écrits à cette occasion so (...)
  • 31 The Autobiography of Margaret Sanger, p. 361. En 1924, Margaret Sanger est invitée à tenir une con (...)

17Devant l’intérêt que suscite ce premier ouvrage théorique, Margaret Sanger publie The Pivot of Civilization en 1922. Ces deux ouvrages29 ont établi les fondations du mouvement pour le contrôle des naissances et firent rapidement de Margaret Sanger une figure internationale, l’influence de son œuvre débordant largement les frontières outre-Atlantique. De même, la fondation de l’American Birth Control League en 1921 conforta Margaret Sanger dans sa position de figure principale du mouvement pour le contrôle des naissances30. À mesure que cette question se propage dans l’opinion publique, son acceptation grandit. Pour preuve, les événements qui entourèrent la tenue de la convention fondatrice de la ligue précédemment citée, notamment l’arrestation de Margaret Sanger, firent la une des journaux et rapidement de nouveaux partisans s’empressèrent de soutenir cette cause, y compris parmi la profession médicale jusque-là hostile. En effet, le mouvement attira, outre un plus grand nombre de femmes en quête d’indépendance, des personnes influentes parmi les intellectuels, la profession médicale et le monde des affaires. Ainsi, la notoriété de Margaret Sanger fut à son apogée au cours des années 1920, offrant une certaine respectabilité au mouvement pour le contrôle des naissances31.

  • 32 Voir à ce propos L. Hollingworth, « For or against birth control », The New Republic, non daté, Li (...)

18Si l’évolution de la réception de l’œuvre de Margaret Sanger est étroitement liée à l’acceptation croissante d’un sujet controversé qui touche à l’intime, elle ne saurait toutefois dissimuler les réactions extrêmement vives et hostiles qu’elle a suscitées. Bon nombre de critiques sont immédiatement formulées contre elle et vont marquer durablement la réception de son œuvre. Alors qu’elle ne cesse d’affirmer ses convictions, les conservateurs crient au scandale et l’accusent de faire preuve d’immoralité et d’obscénité. En effet, la réception de ses premiers écrits survient à une période où certains s’affairent à restaurer les valeurs morales et familiales. Il n’est donc pas surprenant que ses idées rencontrent une forte résistance dans les milieux conservateurs et ecclésiastiques. Ses adversaires sont ainsi clairement identifiés : l’Église et l’État à travers les ligues pour la répression du vice représentées par Anthony Comstock et la loi du même nom. La vigueur des réactions contre la croisade de Margaret Sanger témoigne de l’importance de l’enjeu qu’il représente dans la société américaine. Les critiques s’attachèrent à souligner le caractère pernicieux des implications morales et des conséquences sociales de l’émancipation sexuelle des femmes par le contrôle des naissances32. Chacun de ses écrits, chacune de ses déclarations en faveur de la liberté des femmes à disposer de leur corps est considéré comme une provocation par les conservateurs et par l’Église qui veulent réduire au silence cette voix féministe importune opposée à la morale sexuelle de l’époque. Ses propos dérangent dans une période où dominent l’impératif de décence et la morale vertueuse. Son attitude constitue donc un défi pour les défenseurs de l’ordre moral qui appuient leurs arguments sur une condamnation de l’obscénité. Margaret Sanger est dans la ligne de mire de ces diverses forces réactionnaires qui se déchaînent contre elle à mesure qu’elle déploie ses arguments et renforce le lien entre la question sexuelle et l’émancipation des femmes. C’est alors une véritable croisade pour l’ordre moral qui est mise en œuvre et qui va donner lieu à des clivages irréductibles.

  • 33 The Autobiography of Margaret Sanger, p. 184. C’est ce qu’elle fera entre 1930 et 1936.
  • 34 My Fight for Birth Control, p. 45.
  • 35 Le Casti Canubi de 1930 viendra officialiser la position de l’Église sur ce sujet. Encyclique Cast (...)
  • 36 « La femme et la nouvelle race », p. 108 dans cette anthologie.
  • 37 My Fight for Birth Control, p. 219-220.

19Arrêtée à maintes reprises, Margaret Sanger ne cessa cependant jamais de défier la loi Comstock par ses écrits émancipateurs et ses actions provocatrices. Sa campagne pour le contrôle des naissances ne fut pas sans susciter des réactions de la part des pouvoirs publics qui s’opposèrent fermement à toute remise en question de la morale traditionnelle. Lors de son procès en 1915, son avocat lui tint ces propos : « La loi n’est peut-être pas ce qu’elle devrait être, mais vous n’irez nulle part en la transgressant. Elle doit être modifiée par des méthodes légales ; rassemblez tous vos amis et allez au Congrès »33. Mais la stratégie de Margaret Sanger au début de sa croisade était tout autre et reposait essentiellement sur l’agitation et l’éducation34. Qu’il s’agisse de ses publications provocatrices ou de ses actions militantes, elle sera toujours animée d’un esprit de révolte et d’insoumission à l’ordre établi. C’est d’ailleurs par la confrontation et le conflit qu’elle saura faire avancer sa cause en remportant des victoires décisives et s’attirer les faveurs de l’opinion publique, de la presse, et plus tardivement, de la profession médicale tout autant que les foudres des gardiens de la morale. En effet, ses prises de position radicales en faveur de l’émancipation sexuelle des femmes, confortées par son goût de l’indépendance, lui valent une forte résistance des pouvoirs publics certes, mais également l’opposition très vive du milieu religieux. En ce début de XXe siècle, l’Église catholique manifestait une profonde méfiance à l’égard de la question sexuelle et des droits des femmes qui apparaissaient contraires aux intérêts de la société et de la religion. L’Église s’oppose alors formellement à la contraception, à la sexualité non procréatrice et au plaisir sexuel considéré comme un péché35. En effet, la tradition chrétienne impose l’obligation de procréation et condamne tout acte conjugal qui n’a pas de finalité procréatrice. Elle impose une conception réductrice de la sexualité qui ne peut avoir d’autre but que la perpétuation de l’espèce. Les femmes ont l’obligation de se conformer à l’intention créatrice de Dieu et de ne pas interférer dans ce processus naturel qu’est la transmission de la vie. L’Église met ainsi en opposition le péché et la nature, le plaisir et la maternité, et accuse le contrôle des naissances d’être une atteinte à la dignité de la maternité et à la moralité. Inutile de dire que ces principes religieux vont à l’encontre des idées défendues par Margaret Sanger qui réfute le christianisme, incarnation de la soumission, l’asservissement, l’obscurantisme et la négation de la liberté individuelle. Pour elle, la femme, par le contrôle des naissances, doit refuser de se soumettre aux préceptes religieux, à cette mystique féminine catholique qui fait de la femme une machine à reproduire36, si elle veut avancer sur le chemin de l’émancipation. Le contrôle des naissances représente ainsi une menace pour la morale catholique et le pouvoir de l’Église à qui il importe, en conséquence, d’entretenir l’ignorance et de tenir à distance toute information sur la sexualité et la limitation des naissances. L’arrestation de Margaret Sanger à New York à l’occasion de la première convention américaine sur le contrôle des naissances en novembre 1921 vient confirmer l’hostilité et la volonté de l’Église de taire le sujet du contrôle des naissances. Cet incident, qui suscite cependant un soutien très favorable à cette cause37, liera de manière indéfectible le contrôle des naissances au principe de liberté individuelle.

20L’analyse de Margaret Sanger apporte un éclairage nouveau sur la nécessité du contrôle des naissances en vue de l’émancipation des femmes et engendre un débat passionné parmi ses contemporains. Nombreux sont ceux qui cernèrent la profondeur de son combat et de son enjeu pour la dignité et l’autonomie sexuelle de la femme. En revanche, ses détracteurs acharnés la considérèrent comme une ennemie de la société, de la morale et de la religion, et de ce fait, ne lui laissèrent aucun répit. Près d’un siècle s’est écoulé depuis les débuts de sa croisade et bien qu’elle ait atteint respectabilité et reconnaissance publique, Margaret Sanger continue à provoquer la controverse. Si celle-ci ne s’est pas éteinte avec elle, c’est en raison de la nature même des questions qu’elle soulève et des remises en cause qu’elle implique à travers le thème du contrôle des naissances, mais aussi en raison des alliances que Margaret Sanger s’est efforcée de créer. Certaines de ses idées, notamment sur l’eugénisme, ont fait l’objet d’interprétations contestables et ont conduit à des méprises persistantes quant à ses véritables intentions. Sa stratégie d’alliance avec le courant eugéniste a fortement influencé de manière négative sa réception, jusqu’à ternir sa réputation. Si elle est une figure souvent oubliée du féminisme, c’est parce que la finalité de son combat est controversée du fait de cette alliance. Il convient cependant de prendre en considération le contexte idéologique et social de l’époque pour replacer ses idées et reconnaître son rôle historique majeur dans la lutte pour l’émancipation sexuelle des femmes. Il importe également de souligner qu’elle ne s’est jamais éloignée de sa cause et n’a jamais renoncé à son engagement envers les femmes même si ses tactiques et ses stratégies évoluèrent et ce, afin de mieux défendre le principe de contrôle des naissances.

21L’intensité des réactions met en évidence le caractère pionnier de son œuvre à une période empreinte de conservatisme et de modernité naissante. Margaret Sanger est sans conteste l’auteur d’une œuvre polémique et fondatrice qui témoigne de sa volonté infaillible de mener sa croisade afin d’émanciper les femmes et de rendre l’humanité meilleure. En affirmant que le contrôle des naissances est un droit naturel et essentiel à la liberté des femmes, elle a reconnu dans leur émancipation sexuelle un droit humain fondamental.

22L’œuvre de Margaret Sanger a marqué son temps de manière incontestable par son influence majeure sur la vie de millions de femmes aux États-Unis. Aujourd’hui encore, elle demeure une référence incontournable en raison de sa vision radicale et novatrice de la condition des femmes.

23Sa croisade a eu un impact considérable sur la société américaine, et les principes qu’elle a si ardemment défendus ont trouvé des échos profonds parmi les féministes de la deuxième vague. Son œuvre a ainsi ouvert la voie au féminisme américain contemporain dont il a su nourrir la réflexion. Précurseur, son discours sur la sexualité et le droit d’une femme à disposer de son corps annonce avec un demi-siècle d’avance les revendications des féministes des années 1960. À travers ses publications controversées et ses actions engagées, Margaret Sanger a porté ces mêmes revendications pour l’autonomie sexuelle des femmes, plusieurs décennies auparavant, donnant à son œuvre un caractère visionnaire.

  • 38 La politique d’abstinence préconisée par George W. Bush, reposant sur l’idée qu’une activité sexue (...)

24En 1965, le cas Griswold v. Connecticut, considéré comme l’acte fondateur de la libéralisation de la contraception aux États-Unis, viendra achever victorieusement la lutte commencée au début du XXe siècle par Margaret Sanger. À cette occasion, la Cour suprême déclara que la loi de l’État du Connecticut interdisant l’usage de contraceptifs oraux, y compris aux couples mariés, était contraire à la liberté individuelle, au droit et au respect de la vie privée. En légalisant la contraception, cette décision a consacré le contrôle des naissances comme un droit des femmes à contrôler leur fécondité, et a marqué le début d’une nouvelle ère dans la vie des américaines. La pérennité des conquêtes dues à l’action de Margaret Sanger résiste depuis, même si elle a pu être menacée, un temps, par la politique de George W. Bush et la montée de la droite religieuse aux États-Unis38. En outre, le débat actuel sur le droit à l’avortement, qui révèle les mêmes lignes de fracture que celles apparues au début de la croisade pour le contrôle des naissances, met en lumière la portée de la revendication de Margaret Sanger en faveur de cette liberté fondamentale pour les femmes d’exercer un contrôle sur leur propre vie en décidant d’avoir ou non un enfant et renforce de ce fait la validité de ses écrits.

  • 39 Voir les déclarations d’Hillary Clinton à l’occasion de la cérémonie organisée par la Planned Pare (...)

25La contribution de Margaret Sanger à l’évolution de la condition des femmes est inestimable, et la réception de son œuvre se trouve avant tout dans la marque profonde qu’elle a laissée dans l’histoire. En revendiquant et en légitimant l’émancipation sexuelle des femmes par le contrôle des naissances, elle les a délivrées de leur oppression séculaire et a ainsi délivré l’humanité39. Décriée et contestée, reconnue et honorée, Margaret Sanger s’est imposée comme la figure emblématique de la cause du contrôle des naissances et comme l’une des personnalités féminines les plus influentes du XXe siècle dans la lutte pour l’émancipation des femmes. Parce qu’elle a laissé un texte fondateur et un héritage vivant, son nom restera à jamais ancré dans l’histoire des femmes.

Notes

1 Il est fait référence respectivement aux cas New York v. Sanger et US v. One Package of Japanese Pessaries. La décision New York v. Sanger de la Cour d’appel de l’État de New York en 1918 autorisa les médecins à dispenser à leurs patientes des conseils sur la contraception, uniquement dans un but médical. Quant à la décision US v. One Package of Japanese Pessaries de la Cour d’appel des États-Unis pour le deuxième circuit en 1936, elle légalisa le contrôle des naissances en permettant aux femmes de recevoir des informations sur la contraception, de même que des moyens contraceptifs.

2 Voir les témoignages publiés dans The Woman Rebel, « What they say », vol. 1, n° 2, avril 1914, p. 15 et « Some letters », vol. 1, n° 7, septembre-octobre 1914, p. 55.

3 Notamment dans les milieux radicaux et les syndicats.

4 Cela avait déjà été le cas avec certains de ses articles sur l’hygiène sexuelle publiés dans The New York Call en 1913.

5 Voir les correspondances entre certains radicaux et Margaret Sanger dans E. Katz, Selected Papers of Margaret Sanger, vol. 1, The Woman Rebel, 1900-1928 : Emma Goldman à Margaret Sanger, 9 avril 1914, Eugene Debs à Margaret Sanger, 16 décembre 1914, Caroline Nelson à Margaret Sanger, 12 juin 1915, Elizabeth Gurley Flynn à Margaret Sanger, 16 août 1915. Otto Bobsien, James Norton, Jr et S. Michelson Wexler lui apportent également leur soutien. Voir The Woman Rebel, vol. 1, n° 7, septembre-octobre 1914, p. 51-52.
Elle trouve également un soutien auprès des anarchistes et notamment des membres de l’École moderne de New York dont faisaient partie Leonard Abbott, Harry Kelly, Alexander Berkman, Voltairine de Cleyre et Emma Goldman. Voir E. Katz, Selected Papers of Margaret Sanger, vol. 1, The Woman Rebel, 1900-1928, p. 128.

6 Parmi ces journaux se trouvent principalement The New York Call, Mother Earth, The Masses, The New Republic, Harper’s Weekly et The New York Times.

7 Lorsque ce magazine disparut en novembre 1917, M. Eastman lança une nouvelle publication The Liberator qui vit le jour en 1918.

8 M. Eastman, « The woman rebel », The Masses, 1er mai 1914, p. 5. Jamais cependant, Margaret Sanger ne regretta d’avoir fait preuve de radicalisme dans son journal The Woman Rebel : « Il exprimait exactement ce que je ressentais et pensais à l’époque », My Fight for Birth Control, p. 80.

9 M. Eastman, « The woman rebel », art. cité, p. 5.

10 L. Abbott, « The Sanger case », p. 379-380. « The status of the Sanger case », Mother Earth, mars 1915, p. 451-452.

11 Harry Breckenridge, « The persecution of Margaret Sanger », Mother Earth, novembre 1914, p. 296-297. Harry Breckenridge était le nom d’emprunt d’Alexander Berkman.

12 Emma Goldman et Alexander Berkman entretenaient une relation amoureuse.

13 Lettre d’Emma Goldman à Margaret Sanger, 26 mai 1914, et 7 décembre 1915. Voir aussi The Masses, mai 1914, p. 5.

14 Lettre d’Emma Goldman à Margaret Sanger, 7 décembre 1915.

15 Une sélection de lettres qu’elle reçut tout au long de ces années fut publiée sous le titre Motherhood in Bondage en 1928. Par ces témoignages, c’est une dénonciation collective des injustices subies par les femmes qu’offre Margaret Sanger. Elle déclara avoir reçu plus d’un million de lettres demandant des informations sur la contraception entre 1921 et 1926, The Autobiography of Margaret Sanger, p. 361. Elle reçut 71 841 lettres pendant l’année 1923. Voir E. Katz, Selected Papers of Margaret Sanger, vol. 1, The Woman Rebel, 1900-1928, p. 296.

16 Lettre de Marie Stopes à Margaret Sanger, 20 septembre 1915.

17 The New Republic est un magazine américain « progressiste » créé en 1914.

18 « The age of birth control », The New Republic, 28 février 1915, p. 113. « The control of births », The New Republic, 6 mars 1915, p. 114-115. Voir également M. Eastman, « Is the truth obscene », The Masses, mars 1915, p. 5-6, et les autres numéros de cette même année.

19 Ce magazine politique américain était publié à New York.

20 La série d’articles fut publiée entre avril et novembre 1915. Voir par exemple « The control of births », 10 avril 1915, p. 342-343 et « Spacing out babies », 24 avril 1915, p. 401-402.

21 « Big meeting moves for birth control », 27 mai 1915, p. 4 ; « To fight in court for birth control », 5 septembre 1915, p. 8 ; « Woman and the fading of the maternal instinct », 5 septembre 1915, p. SM9 ; « Disorder in court as Sanger is fined », 11 septembre 1915, p. 7 ; « Want women to try her », 15 janvier 1916, p. 5 ; « Friends dine Mrs. Sanger », 18 janvier 1916, p. 7 ; « Talks of birth control », 20 avril 1916, p. 13 ; « Mrs. Rose Stokes defies the police », 6 mai 1916, p. 5 ; « Plan birth control office », 21 mai 1916, p. E3 ; « Mrs. Sanger accepts bail », 28 octobre 1916, p. 8 ; « Doctors divided on birth control », 19 novembre 1916, p. 22 ; « Mrs. Sanger’s writ fails », 23 décembre 1916, p. 5 ; « Doctors vote down birth control », 27 décembre 1916, p. 6 ; « Birth controllers up for trial » ; 5 janvier 1917, p. 4 ; « Speaks for birth control », 5 janvier 1917, p. 4 ; « Mrs Sanger’s aid is found guilty », 9 janvier 1917, p. 11 ; « Emma Goldman acquitted », 9 janvier 1917, p. 11 ; « Mrs. Sanger in Paterson », 22 janvier 1917, p. 18 ; « Mrs. Sanger guilty faces prison term », 3 février 1917, p. 8 ; « Mrs. Sanger gets 30 days », 6 février 1917, p. 12.

22 James J. McInerney était un fervent catholique, père de six enfants. Document localisé dans le conteneur 209, Margaret Sanger Papers, Library of Congress, et « Disorder in court as Sanger is fined », New York Times, 11 septembre 1915, p. 7.

23 Lors de cette tournée de conférences, elle est arrêtée à Portland, Oregon, et envoyée en prison, The Autobiography of Margaret Sanger, p. 192-209.

24 Ibid., p. 80-85.

25 C. Eastman, « Birth control in the feminist program », Birth Control Review, janvier 1918, vol. 2, n° 1, p. 3, 15.

26 C. Eastman, « Now we can begin », The Liberator, décembre 1920, p. 23-24.

27 S. Browne, « Birth control and sex psychology : A reply to “back of birth control” », p. 33. Cet article est une réponse à celui de Charlotte Perkins Gilman, « Back of birth control » publié également en mars 1922 dans la Birth Control Review. Stella Browne était engagée dans la cause du contrôle des naissances et de l’avortement en Angleterre. À plusieurs reprises, Margaret Sanger loue les féministes britanniques pour leur soutien à la cause du contrôle des naissances. « Le pivot de la civilisation », p. 137 dans cette anthologie ; « The militants in England », The Woman Rebel, vol. 1, n° 4, juin 1914, p. 25, 31 ; « Militants in England », The Woman Rebel, vol. 1, n° 5, juillet 1914, p. 35.

28 Lettre de Juliet Barrett Rublee à Margaret Sanger, 6 août 1919.

29 À eux seuls, ces deux livres se vendirent à plus de 567 000 exemplaires entre 1920 et 1926.
Anne Kennedy, Planned Parenthood Federation of America Papers, Sophia Smith Collection, Smith College, 5 octobre 1926.

30 La presse couvrit très largement cet événement et les nombreux articles écrits à cette occasion soutiennent Margaret Sanger dans son action : « Police denounced for stopping meeting », The New York Times, 17 novembre 1921, p. 5 ; « Birth control raid to be investigated », The New York Times, 18 novembre 1921, p. 18 ; « Birth control talk guarded by police », The New York Times, 19 novembre 1921, p. 1.

31 The Autobiography of Margaret Sanger, p. 361. En 1924, Margaret Sanger est invitée à tenir une conférence, « Mrs. Sanger talks at Yale », The New York Times, 5 décembre 1924, p. 7.

32 Voir à ce propos L. Hollingworth, « For or against birth control », The New Republic, non daté, Library of Congress Collection.

33 The Autobiography of Margaret Sanger, p. 184. C’est ce qu’elle fera entre 1930 et 1936.

34 My Fight for Birth Control, p. 45.

35 Le Casti Canubi de 1930 viendra officialiser la position de l’Église sur ce sujet. Encyclique Casti Canubi, 31 décembre 1930 ; Encyclique Mater et Magistra, 15 mai 1961 ; Encyclique Humanae Vitae, 25 juillet 1968.

36 « La femme et la nouvelle race », p. 108 dans cette anthologie.

37 My Fight for Birth Control, p. 219-220.

38 La politique d’abstinence préconisée par George W. Bush, reposant sur l’idée qu’une activité sexuelle chez les jeunes est une déviance des normes de la sexualité humaine, fait apparaître que les arguments de Margaret Sanger ont toute leur place dans ce débat.

39 Voir les déclarations d’Hillary Clinton à l’occasion de la cérémonie organisée par la Planned Parenthood Federation of America en mars 2009 au cours de laquelle elle s’est vu décerner le prix Margaret Sanger (Planned Parenthood Federation of America Margaret Sanger Award) créé en 1966.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search