Version classiqueVersion mobile

Margaret Sanger et la croisade pour le contrôle des naissances

Figure inspiratrice : Emma Goldman

Emma Goldman
Traduction de Angeline Durand-Vallot

Texte intégral

La tragédie de l’émancipation féminine

« The tragedy of woman’s emancipation », Anarchism and Other Essays, 1910

1[…]

2Son émancipation devrait permettre à la femme d’être humaine dans le sens le plus vrai. Tout ce qui en elle veut ardemment s’affirmer et se manifester devrait atteindre sa pleine expression ; toutes les barrières artificielles devraient être levées, et la route menant à une plus grande liberté devrait être débarrassée de toutes les traces des siècles de soumission et d’esclavage.

3Tel était l’objectif initial du mouvement en faveur de l’émancipation de la femme. Mais les résultats obtenus jusqu’ici ont isolé la femme et l’ont privée des sources de ce bonheur qui lui est si essentiel. L’émancipation extérieure a simplement fait de la femme moderne un être artificiel, qui rappelle les produits de l’arboriculture française avec ses arbres et ses arbustes aux formes fantaisistes, taillés en pyramide, en roue, et en guirlande ; n’importe quelle forme à l’exception de celles qu’elle aurait atteintes par l’expression de ses propres qualités intérieures. Ces plantes féminines artificielles se trouvent en grand nombre, particulièrement dans la prétendue sphère intellectuelle de notre vie.

  • 1 L’on pense notamment aux féministes qui ont participé à la convention de Seneca Falls en juillet 1 (...)

4La liberté et l’égalité pour la femme ! Que d’espoirs et d’aspirations ces mots ont éveillé lorsqu’ils furent prononcés pour la première fois par certaines des plus nobles et des plus braves âmes de l’époque1. Le soleil dans tout son éclat et sa gloire allait se lever sur un nouveau monde où la femme serait libre de choisir sa propre destinée. Ce but était certainement digne du grand enthousiasme, du courage, de la persévérance et de l’effort incessant d’une multitude de pionniers, hommes et femmes, qui ont tout risqué pour se dresser contre un monde fait de préjugés et d’ignorance.

5Mes espoirs tendent également vers ce but, mais je maintiens que l’émancipation de la femme, telle qu’on l’interprète et qu’on la pratique aujourd’hui, n’a pas atteint cette fin. La femme est actuellement confrontée à la nécessité de s’émanciper de l’émancipation, si elle désire vraiment être libre. Ceci peut sembler paradoxal, mais ce n’est pourtant que trop vrai.

6[…]

7L’étroitesse qui caractérise la conception actuelle de l’indépendance de la femme et de son émancipation ; la crainte d’aimer un homme qui n’est pas son égal sur le plan social ; la peur que l’amour la privera de sa liberté et de son indépendance ; la hantise que l’amour ou la joie de la maternité entrave l’exercice de sa profession. Toutes ces craintes font de la femme moderne émancipée une vestale devant laquelle passe la vie, avec ses grandes douleurs qui purifient et ses joies profondes qui ravissent, sans que son âme en soit affectée ou saisie.

8L’émancipation, telle qu’elle est comprise par la majorité de ses adeptes et partisans, a une portée trop limitée pour permettre la libre expression de l’amour illimité et de l’extase qui font partie des émotions profondes de la femme véritable, de l’amante, de la mère.

  • 2 Le terme « tragédie » a été conservé en référence au titre de ce texte.

9La tragédie2 de la femme qui se suffit à elle-même ou qui est économiquement indépendante n’est pas le fait d’un très grand nombre. Certes, cette femme surpasse sa sœur des générations passées dans la connaissance du monde et de la nature humaine ; c’est précisément pour cette raison qu’elle ressent profondément l’absence d’essence vitale qui peut seule enrichir l’âme humaine, et sans laquelle la majorité de femmes sont devenues de simples automates professionnels.

10[…]

  • 3 Emma Goldman fait ici référence au mouvement suffragiste pour lequel l’émancipation des femmes pas (...)

11[…] Certes, le mouvement pour les droits de la femme a brisé beaucoup de vieilles chaînes, mais il en a également forgé de nouvelles3. Le grand mouvement en faveur de la véritable émancipation n’a pas trouvé sur son chemin une grande race de femmes capables de regarder la liberté en face. Leur vision étroite et puritaine a banni l’homme de leur vie émotionnelle comme un perturbateur et un suspect. L’homme ne devait être toléré à aucun prix. Tout juste a-t-il été toléré comme le père de l’enfant car il était difficile de se passer de sa présence. Heureusement, les puritains les plus rigides ne seront jamais assez forts pour tuer l’aspiration innée à la maternité. Mais la liberté de la femme est étroitement liée à celle de l’homme, et bon nombre de mes sœurs prétendument émancipées semblent négliger le fait qu’un enfant né en toute liberté a besoin de l’amour et du dévouement de tous les êtres humains qui l’entourent, de l’homme aussi bien que de la femme. Malheureusement, c’est cette conception étroite des relations humaines qui a conduit à une grande tragédie dans la vie des hommes et des femmes modernes.

12[…]

  • 4 Romains 7 : 1-3 ; Matthieu 19 : 6.

13Une grande intelligence et une belle âme sont généralement considérées comme les attributs nécessaires d’une personnalité noble et profonde. Dans le cas de la femme moderne, ces attributs servent d’obstacle à la pleine affirmation de son être. Pendant plus d’un siècle, le mariage fondé sur la formule biblique, « jusqu’à ce que la mort les sépare »4 a été dénoncé comme une institution représentant la souveraineté de l’homme sur la femme, la totale soumission de cette dernière à ses caprices et à ses ordres, sa dépendance absolue pour ce qui est de son nom et de son entretien. Maintes et maintes fois il a été démontré que cette relation matrimoniale ancienne réduisait la femme à l’état de domestique au service de l’homme et de procréatrice de ses enfants. Cependant, nombre de femmes émancipées préfèrent le mariage, avec toutes ses imperfections, à l’étroitesse d’une vie de célibat, limitée et insupportable à cause des préjugés moraux et sociaux qui restreignent et contraignent la nature féminine.

14L’explication de pareille incohérence de la part de nombreuses femmes avancées provient du fait qu’elles n’ont jamais véritablement compris le sens de l’émancipation. […]

15[…]

16Le salut réside dans une marche énergique vers un avenir plus brillant et plus clair. Nous devons dépasser ces vieilles traditions et habitudes. Le mouvement en faveur de l’émancipation de la femme n’a fait jusqu’ici que le premier pas dans cette direction. Il faut espérer qu’il gagnera en force pour en faire un second. Le droit de vote, ou l’égalité des droits civiques, constituent de bonnes revendications, mais la véritable émancipation ne commence pas plus à l’urne qu’à la barre. Elle commence dans l’âme de la femme. L’histoire nous apprend que toutes les classes opprimées se sont libérées de leurs maîtres par leurs propres efforts. Il est essentiel que la femme retienne cette leçon, qu’elle prenne conscience que sa liberté sera à la mesure de son pouvoir de se libérer elle-même. Il est donc beaucoup plus important pour elle de commencer par sa régénération intérieure, d’ignorer le poids des préjugés, des traditions et des coutumes. La revendication de l’égalité des droits dans tous les domaines de la vie est juste et équitable, mais, en définitive, le droit le plus essentiel est le droit d’aimer et d’être aimé. En effet, si l’émancipation partielle doit aboutir à une émancipation complète et véritable de la femme, la notion ridicule selon laquelle être aimée, être amante et mère est synonyme d’être esclave ou subordonnée devra disparaître. La notion absurde de dualisme des sexes selon laquelle l’homme et la femme représentent deux mondes antagonistes devra disparaître.

17La petitesse sépare ; la grandeur unit. Soyons grandes et généreuses. N’oublions pas les choses essentielles à cause de la masse de futilités auxquelles nous sommes confrontées. Une conception véritable des relations entre les sexes n’admet ni vainqueur, ni vaincu ; elle ne reconnaît qu’une chose : le don illimité de soi, afin de se retrouver plus riche, plus affirmé, meilleur. Cela seul peut combler le vide et transformer la tragédie de l’émancipation féminine en une joie, une joie sans limites.

Du mariage et de l’amour

« Marriage and love », Anarchism and Other Essays, 1910

18Selon la croyance populaire, mariage et amour sont synonymes ; ils résultent des mêmes motifs et répondent aux mêmes besoins humains. Comme la plupart des idées reçues, celle-ci ne repose pas sur des faits réels, mais sur la superstition.

19Le mariage et l’amour n’ont rien en commun, ils sont aussi éloignés l’un de l’autre que les pôles ; ils sont en fait antagonistes. Il ne fait nul doute que certains mariages sont le fait de l’amour. Non cependant que l’amour puisse seulement s’affirmer dans le mariage, la raison en est plutôt que peu de personnes sont en mesure d’outrepasser les conventions. Aujourd’hui, pour un grand nombre d’hommes et de femmes, le mariage n’est qu’une comédie, mais ils s’y soumettent par peur du qu’en dira-t-on. En tout cas, s’il est vrai que certains mariages sont fondés sur l’amour, et s’il est également vrai que dans certains cas, l’amour perdure dans la vie conjugale, j’affirme que ce n’est pas le fait du mariage.

20D’autre part, il est absolument faux de croire que l’amour naît du mariage. Dans de rares occasions, on entend bel et bien parler d’un cas miraculeux d’époux tombés amoureux après le mariage, mais à y regarder de plus près, il se trouve qu’il s’agit d’une simple adaptation à l’inévitable. Certes, le fait de s’habituer l’un à l’autre n’a rien à voir avec la spontanéité, l’intensité, la beauté de l’amour sans lesquelles l’intimité du mariage s’avère dégradante pour la femme aussi bien que pour l’homme.

21[…]

22Presque dès le berceau, on dit à la petite fille que le mariage est son objectif suprême ; en conséquence, sa formation et son éducation doivent tendre vers cette fin. Elle est préparée pour cela, sans pouvoir dire mot, à l’instar de l’animal engraissé pour l’abattoir. Cependant, aussi étrange que cela puisse paraître, on lui permet d’en savoir beaucoup moins sur sa fonction d’épouse et de mère que le simple artisan sur son métier. Il est indécent et obscène qu’une jeune fille respectable sache quoi que ce soit sur la relation conjugale. Ô illogisme de la respectabilité qui recourt au vœu du mariage pour transformer quelque chose d’obscène en un arrangement si pur et si sacré que personne n’ose le remettre en question ou le critiquer. Cependant, telle est l’attitude générale des partisans du mariage. La future épouse et mère est maintenue dans la totale ignorance de son seul atout dans ce domaine concurrentiel, le sexe. C’est ainsi qu’elle s’engage dans une relation à vie dans laquelle elle ne se trouve que terriblement choquée, repoussée, outragée par l’instinct le plus naturel et le plus sain, l’instinct sexuel. Il est raisonnable de dire qu’une grande part du malheur, de la misère, de la détresse, de la souffrance physique du mariage est due à l’ignorance criminelle en matière de sexe qui est portée aux nues comme une grande vertu. Il n’est pas du tout exagéré de dire que plus d’un foyer a été brisé à cause de ce fait déplorable.

23Si, cependant, la femme est assez libre et assez adulte pour s’initier au mystère de la sexualité sans la caution de l’État ou de l’Église, elle sera condamnée comme totalement indigne de devenir l’épouse d’un homme de bien, caractérisé par une tête vide et beaucoup d’argent. Quoi de plus scandaleux que l’idée de voir une femme saine, adulte, pleine de vie et de passion, nier l’exigence de la nature, réprimer son désir le plus intense, miner sa santé et ruiner son mental, limiter sa vision, s’abstenir de la profondeur et de la splendeur de l’expérience sexuelle jusqu’à ce qu’un homme de bien vienne la prendre pour épouse ? C’est précisément ce que signifie le mariage. Comment un tel arrangement peut-il se solder autrement que par un échec ? C’est un des éléments du mariage, et non le moindre, qui le différencie de l’amour.

24[…]

25L’institution du mariage fait de la femme un parasite, une véritable charge. Il la rend inapte à la lutte pour la vie, annihile sa conscience sociale, paralyse son imagination et impose sa gracieuse protection, qui est n’est en réalité qu’un piège, une parodie de la personnalité humaine.

26Si la maternité est l’accomplissement suprême de la nature féminine, de quelle autre protection a-t-elle besoin si ce n’est l’amour et la liberté ? Le mariage ne fait que souiller, porter atteinte et corrompre l’épanouissement de la femme. Ne lui impose-t-il pas d’obéir si elle veut donner la vie ? Ne la condamne-t-il pas à la mort ? N’est-il pas source d’humiliation et de honte si elle refuse d’acheter son droit à la maternité en se vendant elle-même ? Le mariage ne sanctionne-t-il pas seulement la maternité, bien qu’elle soit conçue dans la haine et la contrainte ? Pourtant, si la maternité est un choix libre, si elle est amour, extase, passion provocante, ne place-t-elle pas une couronne d’épines sur une tête innocente et ne grave-t-elle pas en lettres de sang l’affreuse épithète « Bâtard » ? si le mariage avait toutes les vertus qu’on lui prête, alors ses crimes contre la maternité l’excluraient à jamais du royaume de l’amour.

27L’amour, élément le plus fort et le plus profond de toute vie, présage d’espoir, de joie, d’extase ; l’amour qui défie toutes les lois, toutes les conventions ; l’amour, le plus libre, le plus puissant creuset de la destinée humaine ; comment une force si irrésistible peut-elle être synonyme de cette mauvaise herbe semée par l’Église et l’État, le mariage ?

28[…]

29L’amour n’a besoin d’aucune protection, il est sa propre protection. Tant que l’amour engendre la vie, aucun enfant n’est abandonné, ou affamé, ou en manque d’affection. J’affirme que c’est la vérité. Je connais des femmes qui firent le choix d’être mères et ce, au côté d’un homme qu’elles aimaient. Peu d’enfants du mariage bénéficient des soins, de la protection, du dévouement que la maternité libre est capable d’offrir.

30Les défenseurs de l’autorité redoutent l’avènement de la maternité libre, de peur qu’elle ne les prive de leur proie. Qui ferait les guerres ? Qui créerait la richesse ? Qui ferait le policier, le geôlier, si la femme refusait d’engendrer des enfants au hasard ? La race, la race ! crie le roi, le président, le capitaliste, le prêtre. La race doit être préservée, même si cela implique que la femme soit réduite à l’état de simple machine à reproduire, et l’institution du mariage est notre seule soupape de sécurité contre l’éveil sexuel pernicieux de la femme. Mais ces efforts frénétiques pour maintenir un état de servitude sont vains. Vains sont également les édits de l’Église, les folles attaques de nos dirigeants, et même le bras de la justice. La femme ne veut plus prendre part à la production d’une race d’êtres humains malades, faibles, tarés, misérables, qui n’ont ni la force physique, ni la force morale de sortir du joug de la pauvreté et de l’esclavage. Au contraire, elle désire privilégier la qualité à la quantité de sa progéniture, engendrée et élevée dans l’amour, résultant d’un libre choix, non d’une contrainte imposée par le mariage.

31Nos pseudo-moralistes ont encore à apprendre le sens profond de la responsabilité envers l’enfant, que l’amour, exprimé en toute liberté, a éveillé dans le cœur de la femme. Elle préférerait renoncer à jamais à la gloire de la maternité plutôt que de porter la vie dans une ambiance qui ne respire que la destruction et la mort. Et si elle devient bel et bien mère, c’est pour donner à l’enfant ce qu’elle a de plus profond et de meilleur en elle. Sa devise est de se développer avec l’enfant ; elle sait que c’est la seule manière d’aider à la construction de la véritable identité de l’homme et de la femme.

32[…]

33Un jour, un jour les hommes et les femmes s’élèveront, atteindront le sommet, se retrouveront grands, forts et libres, prêts à recevoir, à partager, à savourer la lumière de l’amour. Quel songe, quelle imagination, quel génie poétique peut prédire, même de manière approximative, les effets possibles d’une telle force sur la vie des hommes et des femmes ? si le monde doit donner le jour à de véritables compagnons solidaires, ce ne sera pas le mariage, mais bien l’amour qui en sera l’auteur.

L’hypocrisie du puritanisme

« The hypocrisy of puritanism », Anarchism and Other Essays, 1910

34[…]

  • 5 Il est fait mention ici des tortionnaires, en référence à Tomas de Torquemada (1420-1498), moine d (...)
  • 6 Fondée par l’empereur Nicolas Ier en 1826, la troisième section de la police secrète russe, la plu (...)
  • 7 Il s’agit ici des progressistes.

35Le puritanisme n’emploie plus les poucettes et le fouet, mais il a toujours une emprise des plus pernicieuses sur l’esprit et les sentiments du peuple américain. Rien d’autre ne peut expliquer le pouvoir de Comstock. À l’instar des Torquemada5 d’avant la guerre de sécession, Anthony Comstock est l’autocrate de la morale américaine et dicte les normes du bien et du mal, de la pureté et du vice. Tel un voleur dans la nuit, il s’immisce dans la vie privée des gens et dans leurs relations les plus intimes. Le système d’espionnage que cet homme a mis en place fait honte à la tristement célèbre troisième section de la police secrète russe6. Pourquoi les gens tolèrent-ils un tel outrage à leurs libertés ? Tout simplement parce que Comstock n’est autre que la plus vive expression du puritanisme qui a été cultivé dans le sang des Anglo-Saxons et dont même les libéraux7 n’ont pas réussi à s’affranchir totalement. Le manque de clairvoyance et la lourdeur des vieilles sociétés de tempérance chrétienne des jeunes hommes et femmes, des ligues de la pureté, des syndicats du sabbat américain et du parti de la prohibition avec pour saint patron, Anthony Comstock, sont les fossoyeurs de l’art et de la culture américains.

  • 8 Le rocher de Plymouth est un rocher mythique qui se trouve dans l’État du Massachusetts, sur le li (...)

36L’Europe peut au moins se vanter de son art vigoureux et de sa littérature qui sondent en profondeur les problèmes sociaux et sexuels de notre temps et critiquent sévèrement tous nos simulacres. Toutes les carcasses puritaines sont disséquées avec une lame de chirurgien, libérant ainsi l’homme des poids morts du passé. Mais du fait que le puritanisme contrôle sans cesse la vie des Américains, ni la vérité, ni la sincérité ne sont possibles. Seules l’obscurité et la médiocrité dictent leur conduite, restreignent l’expression naturelle et étouffent les meilleures de nos impulsions. Le puritanisme du XXe siècle est tout autant l’ennemi de la liberté et de la beauté qu’à l’arrivée des pèlerins sur le rocher de Plymouth8. Il récuse, comme quelque chose de vil et d’inique, nos sentiments les plus profonds, mais comme il ignore tout des véritables fonctions des émotions humaines, le puritanisme engendre les vices les plus innommables.

37L’histoire entière de l’ascétisme ne le prouve que trop. L’Église, tout comme le puritanisme, a combattu la chair comme une chose diabolique devant être contenue et cachée à tout prix. Le résultat de cette attitude malveillante commence à peine à être reconnu par les penseurs modernes et les éducateurs. […]

38Le puritanisme, avec sa vision perverse de la signification et des fonctions du corps humain, notamment de celui de la femme, a condamné cette dernière au célibat, à l’élevage forcé d’une race dégénérée ou à la prostitution. L’énormité de ce crime contre l’humanité est évidente au vu des résultats. La femme non mariée est contrainte à l’abstinence sexuelle totale, sous peine d’être considérée comme immorale ou déchue, ce qui engendre chez elle la neurasthénie, l’impuissance, la dépression et une grande variété de troubles nerveux dont une force de travail affaiblie, une joie de vivre limitée, des insomnies et des préoccupations liées aux désirs et aux fantasmes sexuels. Le principe arbitraire et pernicieux de la continence absolue explique aussi probablement l’inégalité psychologique des sexes. Ainsi, Freud pense que l’infériorité intellectuelle de nombre de femmes est due à la répression sexuelle qui leur impose de contenir leurs pensées. En supprimant ainsi les désirs sexuels naturels de la femme célibataire, le puritanisme, par ailleurs, bénit sa sœur mariée pour sa fécondité incontinente. En effet, il ne la bénit pas seulement, mais il force la femme, déjà victime de la répression, à porter des enfants, sans tenir compte de la faiblesse de sa condition physique ou de son incapacité économique à élever une famille nombreuse. La prévention, même par des méthodes déclarées scientifiquement sûres, est totalement interdite et la seule évocation du sujet constitue un crime.

39Par cette tyrannie puritaine, la plupart des femmes se retrouvent vite à court de ressources physiques. Malades et épuisées, elles sont totalement incapables de prodiguer à leurs enfants ne serait-ce que les soins élémentaires. Cela, ajouté à la pression économique, contraint de nombreuses femmes à prendre de très grands risques plutôt que de continuer à donner la vie. La pratique de l’avortement a atteint de telles proportions en Amérique que c’en est à peine croyable. Selon des enquêtes récentes sur la question, dix-sept avortements sont pratiqués pour cent grossesses. Ce chiffre effrayant ne fait état que des cas portés à la connaissance des médecins. Compte tenu du secret qui entoure nécessairement cette pratique, associé à l’inefficacité et à la négligence professionnelles, le puritanisme fait des milliers de victimes par sa propre stupidité et son hypocrisie.

40[…]

41La propension presque illimitée du puritanisme à faire le mal est due au fait qu’il se retranche derrière l’État et la loi. En prétendant protéger le peuple contre « l’immoralité », il a corrompu le gouvernement et a ajouté à son usurpation de la protection morale, la censure légale de nos opinions, de nos sentiments, et même de notre conduite.

42L’art, la littérature, le théâtre, l’intimité de nos correspondances, en fait nos goûts les plus intimes, sont à la merci de ce tyran inexorable. Anthony Comstock, ou n’importe quel autre policier tout aussi ignorant, s’est vu donné le pouvoir de profaner le génie, de souiller et de mutiler la plus sublime création de la nature – La forme humaine. Les livres qui traitent de la plupart des questions essentielles de notre vie, et qui cherchent à faire la lumière sur des problèmes dangereusement obscurcis, sont légalement considérés comme des infractions pénales, et leurs auteurs sans défense sont jetés en prison ou poussés à la destruction et à la mort.

43[…]

  • 9 . Hippolyte Taine (1828-1893) est un philosophe et historien français.

44[…] Le puritanisme, quelle qu’en soit la manifestation, est un germe empoisonné. Tout semble fort et vigoureux en surface, toutefois le poison s’infiltre continuellement jusqu’à ce que la matière soit perdue. Selon Hippolyte Taine, tous les esprits véritablement libres se sont rendu compte que « le puritanisme tue la culture, la philosophie, l’humour et la camaraderie. Il se caractérise par l’ennui, la monotonie et la tristesse »9.

Notes

1 L’on pense notamment aux féministes qui ont participé à la convention de Seneca Falls en juillet 1848 lors de laquelle fut élaborée la Déclaration de sentiments, véritable proclamation en faveur des droits des femmes. Les figures les plus célèbres en sont Elizabeth Cady Stanton et Lucretia Mott.

2 Le terme « tragédie » a été conservé en référence au titre de ce texte.

3 Emma Goldman fait ici référence au mouvement suffragiste pour lequel l’émancipation des femmes passe par l’obtention du droit de vote. Elle pense, quant à elle, que la véritable liberté pour les femmes ne repose pas sur l’obtention de ce droit de vote qui lui apparaît comme un leurre.

4 Romains 7 : 1-3 ; Matthieu 19 : 6.

5 Il est fait mention ici des tortionnaires, en référence à Tomas de Torquemada (1420-1498), moine dominicain et figure emblématique de l’Inquisition espagnole, réputé pour son fanatisme et sa cruauté.

6 Fondée par l’empereur Nicolas Ier en 1826, la troisième section de la police secrète russe, la plus puissante et la plus redoutée, était chargée de la répression et visait à porter à la connaissance de l’empereur tout dysfonctionnement de l’administration de l’Empire.

7 Il s’agit ici des progressistes.

8 Le rocher de Plymouth est un rocher mythique qui se trouve dans l’État du Massachusetts, sur le lieu où William Bradford et ses pèlerins du Mayflower accostèrent en 1620.

9 . Hippolyte Taine (1828-1893) est un philosophe et historien français.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search