Version classiqueVersion mobile

Margaret Sanger et la croisade pour le contrôle des naissances

Le verbe et la plume

Texte intégral

1Le présent ouvrage tend à mettre en lumière les discours et les textes fondamentaux qui constituent l’œuvre de Margaret Sanger. Du fait du grand nombre de ses écrits, une sélection des documents les plus significatifs de son engagement féministe a été effectuée en privilégiant la période qui s’étend de 1914 jusqu’à la deuxième moitié des années 1920, et qui rend compte des fondements de sa croisade, alors empreinte de féminisme, de radicalisme et d’élan révolutionnaire. Les textes proposés, considérés comme fondateurs de son action, sont principalement des articles, des discours, des extraits de pamphlets et d’ouvrages qui, en livrant sa pensée théorique sur la question des femmes, témoignent à la fois de l’audace et de la difficulté d’une telle croisade à cette époque. C’est dans ses écrits que se reflètent ses aspirations, ses analyses et ses objectifs de même que l’intensité des résistances et des préjugés qu’elle eut à affronter. Cette collection de textes, rigoureusement chronologique, vise à éclairer le parcours de Margaret Sanger engagée dans son combat pour le contrôle des naissances et à saisir la force de son raisonnement. Si ses écrits soulignent le thème central qu’est la volonté de ne pas laisser les femmes dans l’ignorance de leur corps et de leur donner les moyens de contrôler leur reproduction, ils ne cesseront d’affirmer le droit inaliénable des femmes à la sexualité et à la libre maternité, en somme à l’autonomie sexuelle. Ils font par ailleurs apparaître une femme exceptionnelle en son temps qui, à force de persévérance, parviendra au sommet de son action et défendra ses convictions tout au long de sa vie.

2Cette anthologie s’ouvre sur des textes extraits du premier journal que fonda en 1914 Margaret Sanger, The Woman Rebel, et sur l’introduction de son pamphlet Family Limitation. Plusieurs articles sont ensuite proposés dont quelques-uns ont été publiés dans la Birth Control Review. Suivent certains chapitres de ses deux principaux ouvrages : Woman and the New Race, auquel est accordée une place prépondérante en raison de la force des idées féministes qui y sont développées, ainsi que The Pivot of Civilization. L’allocution de Margaret Sanger lors de la conférence fondatrice de l’American Birth Control League est également reproduite ici. Enfin, cette présentation s’achève avec un texte au titre évocateur : « The case for birth control ».

3Par ailleurs, plusieurs extraits de textes d’Emma Goldman viendront mettre en perspective la pensée dévoilée dans les écrits de Margaret Sanger, ainsi que la contribution de cette dernière à l’évolution de la condition des femmes aux États-Unis dans la première moitié du XXe siècle.

4Afin d’éclairer le sens et la portée des écrits de Margaret Sanger réunis dans cet ouvrage, il nous est apparu essentiel de situer chacun d’eux dans son contexte particulier. En conséquence, le lecteur trouvera ci-après une brève introduction à chacune de ces publications.

The Woman Rebel et Family Limitation

  • 1 L’origine de ce slogan mobilisateur remonte à la grève ouvrière de Lawrence, Massachusetts, en 191 (...)
  • 2 Deux articles contenus dans le premier numéro de ce journal expriment clairement l’objectif de Mar (...)
  • 3 Il s’agit des numéros de mars, mai, juillet, août, septembre-octobre.

5Fondé au printemps 1914 par Margaret Sanger de retour d’Europe, The Woman Rebel marque le début de sa croisade en faveur du contrôle des naissances qui allait donner lieu à l’un des principaux mouvements sociaux du XXe siècle et transformer profondément la vie des femmes. Dès le premier numéro, Margaret Sanger affirme sa détermination dans son combat pour l’émancipation des femmes. Le défi lancé par ce journal féministe radical est énoncé en ces termes par ce sous-titre provocateur : « Ni dieux, ni maîtres »1. S’il démontre sa volonté de défier la loi Comstock et de diffuser des informations anti-conceptionnelles, son ambition est avant tout de rendre aux femmes la maîtrise de leur vie et de leur corps en leur donnant la liberté de refuser les grossesses non désirées. The Woman Rebel, aux articles percutants, révèle le ton radical du combat de Margaret Sanger visant à donner aux femmes les moyens de se libérer des conséquences de la sexualité féminine et des contraintes biologiques inhérentes à leur sexe2. Elle y aborde les thèmes de la maternité, de la libération sexuelle, de l’avortement, de la prostitution, du mariage et montre à travers ces pages la force de son engagement en faveur du contrôle des naissances en attaquant les conventions sexuelles et la censure. Bien qu’aucune information sur les méthodes contraceptives ne fût mentionnée explicitement, on lui intima l’ordre de cesser toute diffusion de ce journal qui était en violation de la loi Comstock. Elle fit ainsi paraître sept numéros de mars à octobre 1914, dont cinq furent supprimés par les autorités de la poste fédérale américaine qui avait un droit de censure3. Si The Woman Rebel est considéré comme l’élément fondateur de la campagne de Margaret Sanger, il lui a avant tout permis de se positionner comme la figure principale du mouvement pour le contrôle des naissances, position qu’elle conservera pendant près d’un demi-siècle.

  • 4 Après plusieurs refus, Bill Shatoff, un émigré russe, accepta d’imprimer 100 000 exemplaires de la (...)

6Confrontée à la difficulté de répandre son message sur le contrôle des naissances, Margaret Sanger écrivit cette même année un pamphlet qui, de par son contenu, allait ouvertement défier la loi Comstock. Destiné aux hommes et aux femmes de la classe ouvrière, Family Limitation, écrit au printemps 1914, rassemble les informations que Margaret Sanger s’était procurées lors de son séjour en France. Cette petite brochure d’éducation sexuelle, propose ainsi différentes méthodes contraceptives : diaphragmes, éponges, douches et suppositoires vaginaux, accompagnées d’instructions spécifiques pour les mettre en pratique. Outre les techniques qui y sont présentées, l’on peut y trouver, comme c’était le cas des ouvrages dans la première moitié du XIXe siècle, des diagrammes et autres illustrations anatomiques de l’appareil reproductif afin de sensibiliser les femmes au fonctionnement de leur corps et leur permettre une utilisation de ces moyens contraceptifs. Family Limitation fut publié de 1914 à 1931 et traduit dans de nombreuses langues4. Ce pamphlet joua un rôle très important car il permit, d’une part, de faire circuler l’information sur les techniques contraceptives auprès de milliers de femmes à travers le pays et, d’autre part, de rendre la cause publique en provoquant un débat sur le contrôle des naissances.

7Si The Woman Rebel et Family Limitation posent les fondations du mouvement pour le contrôle des naissances, la Birth Control Review fondée par Margaret Sanger en 1917 s’inscrit pleinement dans la continuité de sa croisade engagée au mépris de la loi.

The Birth Control Review

  • 5 Voir cet article publié en février 1917, p. 101-103 dans cette anthologie.

8Margaret Sanger publia le premier numéro de cette revue à New York en février 1917. Il s’ouvrait par cet éditorial provocateur : « Allons-nous enfreindre cette loi ? »5 Dédiée au principe de la maternité volontaire, cette revue, véritable organe du mouvement pour le contrôle des naissances, servit de source principale d’information pour ses partisans. Dans un style différent de ses précédentes publications, en particulier moins provocateur, Margaret Sanger en fit un forum capital pour la circulation de ses idées sur les femmes et leur droit à la liberté sexuelle. Elle utilisa en effet cette revue comme sa propre tribune et y publia certains de ses discours tout comme de nombreux articles ayant trait à la régénération raciale, en d’autres termes à l’amélioration de la race, à la sexualité, à la nécessité des cliniques de contrôle des naissances, à l’hygiène, à l’eugénisme, cela dans une perspective féministe. L’on y retrouve de nombreuses personnalités, notamment Havelock Ellis, Marie Stopes, Crystal Eastman, Eugene Debs, Charles Robert Drysdale, parmi les plus connus qui contribuèrent à cette revue. Margaret Sanger en fut la rédactrice en chef jusqu’au 31 janvier 1929. Puis la revue fut publiée par l’American Birth Control League jusqu’en juillet 1933 avant de prendre la forme d’un bulletin mensuel jusqu’en 1940, date à laquelle sa publication cessa définitivement.

Woman and the New Race et The Pivot of Civilization

9Si Margaret Sanger a laissé de nombreux écrits et textes fondamentaux, deux ouvrages sont particulièrement révélateurs de sa pensée : Woman and the New Race et The Pivot of Civilization. Tous deux réaffirment le droit inaliénable des femmes à disposer de leur corps et à la libre maternité.

  • 6 The Autobiography of Margaret Sanger, p. 299. Plusieurs titres furent envisagés : Voluntary Mother (...)
  • 7 Voir la lettre de Juliet Barrett Rublee à Margaret Sanger, 6 août 1919, Esther Katz éd., The Selec (...)

10Margaret Sanger écrit Woman and the New Race en 1920, en pleine apogée de la première vague féministe, le droit de vote tout juste acquis. Considéré comme l’œuvre théorique fondatrice de sa croisade, cet ouvrage, que Margaret appela son « heart book »6, articule habilement prises de position radicales et féministes. Margaret Sanger eut du mal à trouver un éditeur car tous jugaient le sujet trop polémique7. Finalement publié en août 1920 et préfacé par Havelock Ellis, Woman and the New Race est un manifeste féministe qui, en célébrant la véritable nature de la femme, délivrée de la maternité forcée, affirme sa liberté. Cet ouvrage reprend la théorie développée par Havelock Ellis selon laquelle l’esprit féminin doit se libérer et trouver son expression pour permettre à la femme la pleine réalisation de son être.

11Convaincue de la nécessité d’institutionnaliser le mouvement pour le contrôle des naissances, Margaret Sanger fonde en novembre 1921 l’American Birth Control League. C’est à cette occasion qu’elle organise la première convention américaine sur le contrôle des naissances réunissant scientifiques, médecins et partisans d’une telle régulation. Pendant trois jours, l’on débat des techniques contraceptives et de la moralité du contrôle des naissances. Le dernier jour cependant, Margaret Sanger est arrêtée et envoyée en prison sur l’ordre de l’archevêque Patrick Joseph Hayes de l’archevêché de New York. La conférence est reportée de quelques jours et Margaret Sanger peut finalement prononcer son discours intitulé « La moralité du contrôle des naissances » le 18 novembre 1921. Dans ce discours elle expose sa réflexion selon laquelle il faut une morale dont les normes et les valeurs sont reconnues et acceptées de tous.

12Alors que Woman and the New Race venait juste d’être publié, Margaret Sanger travaillait déjà à ce qui serait The Pivot of Civilization. Dans cet ouvrage, elle traite de l’éducation, du travail des enfants, de la moralité et des principes de l’église catholique, mais elle revient toujours sur la nécessité du contrôle des naissances comme solution à tous ces problèmes en se référant à certains arguments eugéniques. Avec ce livre, elle entend lancer un appel aux scientifiques et à la profession médicale pour qu’ils apportent leur soutien à la cause du contrôle des naissances. Elle y expose notamment ses idéaux au regard de la science du XXe siècle. Publié en juin 1922, The Pivot of Civilization suscite de nombreuses critiques parmi lesquelles l’accusation de détruire la morale traditionnelle et de porter atteinte à la pureté des femmes.

13Si ces écrits ont en commun de livrer une vue d’ensemble de la pensée de Margaret Sanger sur la question des femmes, ils illustrent sa contribution irremplaçable à la cause du contrôle des naissances et témoignent, tout autant que ses actions, de la force de son engagement féministe.

Notes

1 L’origine de ce slogan mobilisateur remonte à la grève ouvrière de Lawrence, Massachusetts, en 1912, au cours de laquelle Margaret Sanger était intervenue.

2 Deux articles contenus dans le premier numéro de ce journal expriment clairement l’objectif de Margaret Sanger. Il s’agit de « The aim » et « Why the woman rebel ? ». Les principaux thèmes traités dans The Woman Rebel sont le contrôle des naissances, la libération sexuelle, la maternité, le néomalthusianisme et la censure.

3 Il s’agit des numéros de mars, mai, juillet, août, septembre-octobre.

4 Après plusieurs refus, Bill Shatoff, un émigré russe, accepta d’imprimer 100 000 exemplaires de la première édition de Family Limitation. Ce pamphlet sera traduit dans treize langues, notamment en italien, espagnol, hébreu, japonais, lithuanien, polonais, yiddish.

5 Voir cet article publié en février 1917, p. 101-103 dans cette anthologie.

6 The Autobiography of Margaret Sanger, p. 299. Plusieurs titres furent envisagés : Voluntary Motherhood, The Door to Woman’s Freedom, The Modern Woman, avant que ne soit retenu Woman and The New Race.

7 Voir la lettre de Juliet Barrett Rublee à Margaret Sanger, 6 août 1919, Esther Katz éd., The Selected Papers of Margaret Sanger, vol. 1, The Woman Rebel, 1900-1928, p. 259-260.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search