Version classiqueVersion mobile

Margaret Sanger et la croisade pour le contrôle des naissances

Itinéraire d’une femme rebelle

Texte intégral

Le mouvement qu’elle a lancé se développera pour devenir le plus influent de tous les temps. Lorsque sera écrite l’histoire de notre civilisation, ce sera une histoire biologique, et Margaret Sanger en sera l’héroïne.
H. G. Wells, discours au Barber-Surgeon’s Hall, Londres, 1931

1Femme d’exception, engagée en faveur de l’émancipation féminine, Margaret Sanger tient une place éminente parmi les féministes américaines. Par sa vie comme par son œuvre, elle a joué un rôle pionnier dans la conquête progressive par les femmes du droit fondamental à disposer de leur corps et à décider de leur destinée. Passionnée, indépendante, rebelle et profondément féministe dans son combat pour le contrôle des naissances, elle a voué son existence à défendre « sa cause ». Ses revendications, qui n’aboutiront, pour nombre d’entre elles, qu’un demi-siècle plus tard, vont faire d’elle un personnage emblématique du mouvement pour le contrôle des naissances aux États-Unis. Ses prises de positions courageuses en faveur de la contraception et de l’autonomie sexuelle révèlent une femme en avance sur son temps. En ouvrant une voie nouvelle, Margaret Sanger a résolument marqué l’histoire des femmes américaines, certes, mais son œuvre s’étend bien au-delà de ces frontières. Or, elle semble demeurer une figure oubliée, et cet ouvrage a pour ambition de mettre en lumière cette grande avocate de l’émancipation des femmes dont les principes féministes résonnent encore aujourd’hui.

  • 1 Elle est le sixième enfant dans l’ordre de naissance.
  • 2 Michael Higgins fut influencé par les idées de Robert ingersoll et Henry george. Robert ingersoll ( (...)
  • 3 V. Coigney, Margaret Sanger : Rebel with a Cause, p. 34.

2Margaret Louise Higgins Sanger est née le 14 septembre 1879 à Corning dans l’état de New York. Fille d’Anne Purcell Higgins et de Michael Hennessy Higgins d’origine irlandaise, Margaret grandit au sein d’une famille de 11 enfants1. La famille Higgins vit très modestement et le père, tailleur de pierre, a du mal à subvenir aux besoins des siens. Radical, rebelle et libre-penseur, son père aura une influence décisive sur la personnalité de Margaret qui fit montre très tôt d’un goût prononcé pour l’histoire des femmes2. La jeune fille vécut une enfance assez difficile du fait notamment de la maladie de sa mère et des conditions de vie de cette famille nombreuse. D’ailleurs, elle ne tarde pas à échapper à cette oppression. Avec l’aide de ses sœurs aînées, mary et anna, qui lui offrent de payer ses frais de scolarité, Margaret étudie à Claverack College, une école privée, et au Hudson River Institute de 1896 à 1898. C’est à cette époque qu’elle développe un intérêt particulier pour la question des femmes et se découvre une prédisposition pour le débat et l’argumentation3.

  • 4 Elle parle alors de « stagnation spirituelle », My Fight for Birth Control, p. 40.

3En cette année 1898, alors que Margaret Sanger enseigne dans une école publique du New Jersey, elle doit se résoudre à interrompre son activité et à rejoindre le domicile familial en raison de l’état de santé de sa mère. Anne Higgins, qui souffre de tuberculose depuis de nombreuses années, meurt en mars 1899, à l’âge de 50 ans. Profondément affectée par ce drame, Margaret Sanger voit dans les grossesses à répétition la principale cause du décès prématuré de sa mère. Cette expérience douloureuse va nourrir sa réflexion ultérieure sur la condition des femmes, et en particulier sur la nécessité de la limitation des naissances. Margaret reste alors à Corning et mène une vie austère de femme au foyer comme l’avait fait sa mère tout au long de ces années. Pour Margaret, c’est le début d’une période difficile car ce père autrefois adoré fait désormais preuve d’une autorité tyrannique à laquelle elle va s’efforcer d’échapper. Elle quitte ainsi définitivement le foyer familial et entreprend de suivre un programme de formation pour devenir infirmière à l’hôpital White Plains de New York. En 1902, alors qu’elle termine sa formation au Manhattan Eye and Ear Hospital à New York, elle rencontre un jeune architecte, William Sanger. Ils lient leur destin en se mariant quelques mois plus tard et s’installent à Hastings, dans la banlieue de New York. Très vite naît leur premier enfant, stuart, en 1903, suivi de grant en 1908, puis de Peggy en 1910. Après quelques années d’une vie de femme au foyer, Margaret prend conscience que cette vie ne lui convient plus4. La famille décide alors de quitter la banlieue tranquille de Hastings pour s’installer à New York, plus précisément à Greenwich Village. Leur installation au cœur de New York en cette année 1910 marque un tournant capital dans la vie de Margaret.

  • 5 H. Hersey, Margaret Sanger : The Biography of the Birth Control Pioneer, p. 91-92. En tant que memb (...)

4Tandis que William se destine à la peinture, Margaret, elle, exerce son activité d’infirmière dans les quartiers pauvres de New York et se spécialise dans le domaine de la santé des femmes. Immergés dans la culture bohème de Greenwich Village, ils fréquentent des intellectuels, des artistes, des socialistes et des radicaux qui leur ouvrent de nouveaux horizons. Cette agitation intellectuelle va profondément influencer Margaret Sanger. Devenue membre du parti socialiste5, elle prend conscience de la nécessité du contrôle des naissances afin de libérer les femmes, notamment celles de la classe ouvrière, des conséquences des grossesses à répétition et du fardeau que représentent les familles nombreuses. Élément fondamental de changement social, le contrôle des naissances va devenir pour Margaret Sanger le combat de toute une vie.

  • 6 Ces articles sont publiés de novembre 1912 à mars 1913.
  • 7 L’article censuré s’intitulait « some consequences of ignorance and silence – Part III » et avait p (...)

5Margaret fait sa première intervention publique en 1910 sur le thème de l’hygiène et de la santé des femmes devant une petite assemblée lors d’une réunion du parti socialiste à New York. Cette première expérience d’une prise de parole publique se révèle être un véritable succès et très vite ses interventions se multiplient devant un auditoire de plus en plus large. Sa croisade vient de commencer. Elle est peu après sollicitée pour écrire une série d’articles, ayant trait à ses interventions, pour le journal socialiste The New York Call. Sous le titre « What every mother should know », ces articles visaient à expliquer le fonctionnement du corps humain et la vie sexuelle. Il s’ensuit une autre série d’articles intitulée « What every girl shoud know »6 qui traitait des maladies vénériennes et de différents aspects de la santé et de la sexualité, soulignant la nécessité d’une éducation sexuelle pour les garçons et les filles. Le dernier article, censuré pour cause d’obscénité, marqua le début de ses déboires avec la censure7.

  • 8 The Autobiography of Margaret Sanger, p. 88. Voir également « Impressions of the east side, Part I  (...)

6Mais c’est par son expérience personnelle en tant qu’infirmière dans les quartiers pauvres de New York qu’elle découvre les souffrances quotidiennes des femmes et prend véritablement conscience de l’importance de limiter les naissances. La pauvreté, les grossesses non désirées, les avortements clandestins sont autant de contraintes et de dangers pour les femmes8. C’est en 1912 que la vie de Margaret Sanger bascule au même moment que celle d’une de ses patientes. Sadie Sachs, jeune mère de trois enfants, meurt en tentant de mettre fin à une nouvelle grossesse. Profondément bouleversée, Margaret Sanger se trouve désemparée devant les conséquences dramatiques des avortements clandestins et son incapacité à venir en aide à ces femmes en quête d’une solution pour contrôler leur fécondité. Impuissante à répondre aux attentes désespérées des femmes pour limiter la taille de leur famille, Margaret est néanmoins décidée à s’engager pour les libérer du carcan des grossesses non désirées :

  • 9 The Autobiography of Margaret Sanger, p. 92

Je ne pouvais en supporter davantage. […] Je savais que je ne pourrais plus me contenter de ma tâche d’assistance aux mourants. […] J’étais résolue à chercher la racine du mal, à agir pour changer le destin de ces mères dont la misère était aussi immense que le ciel.9

7Margaret Sanger vient de trouver le sens de sa vie et de son engagement. À partir de ce jour, elle va se consacrer à défendre la cause des femmes.

  • 10 Notamment : Boston Public Library, Library of Congress, Library of the New York Academy of Medicine

8Pendant près d’un an, elle approfondit sa réflexion et part en quête d’informations dans les bibliothèques10 pour découvrir s’il existe des moyens permettant aux femmes de limiter le nombre de leurs enfants. Mais de réponse, elle n’en trouve pas, du moins pas aux États-Unis. En octobre 1913, Margaret Sanger décide alors de partir pour l’Europe, accompagnée de son mari et de ses trois enfants, en vue de recueillir des informations sur les techniques contraceptives. En France, elle découvre que le contrôle des naissances y est respectable, notamment parmi les néomalthusiens, et largement pratiqué. Si les femmes ont peu d’enfants, c’est en raison de leurs connaissances sur les moyens de limiter les naissances. En possession de ces informations essentielles, Margaret Sanger veut avant tout les diffuser auprès des femmes américaines qui s’attacheront ensuite à les mettre en pratique. Elle a l’intention de lancer une campagne nationale et de combattre la loi Comstock qui interdit la diffusion d’informations sur les moyens de limitation des naissances par la poste fédérale américaine. Mais en premier lieu, il convient de susciter une véritable prise de conscience chez les femmes de la classe ouvrière qui, pense-t-elle, parce qu’elles sont les premières victimes de cette loi, soutiendront la demande de libre circulation d’informations anticonceptionnelles. Elle laisse alors son mari à Paris et revient à New York le 31 décembre 1913 avec la conviction qu’elle a une mission à accomplir.

  • 11 Elle voyagea sous le nom de Bertha Watson.

9En mars 1914, Margaret Sanger lance un journal, The Woman Rebel, dont le titre reflète bien la personnalité de son auteur. Radical et féministe, il prône le droit des femmes de pratiquer le contrôle des naissances. Plusieurs numéros sont censurés par les services postaux, et Margaret Sanger est accusée de violer la législation contre l’obscénité. Pour éviter de tomber sous le coup de la loi qui interdit toute propagande anticonceptionnelle, elle décide alors de s’exiler en Europe. Le 29 octobre 1914, elle s’enfuit au Canada puis embarque pour Londres sous un nom d’emprunt11. Laissant mari et enfants aux États-Unis, Margaret n’a d’autre choix que l’exil. Toutefois, elle a secrètement écrit un pamphlet qui va lui donner l’occasion de défier ouvertement la loi Comstock. Family Limitation offre des informations et des instructions sur les méthodes de contrôle des naissances existantes et encourage les femmes à les utiliser comme moyen d’émancipation. Trois jours après son départ pour montréal, les brochures sont envoyées par la poste à travers les États-Unis. Elle vient une nouvelle fois d’enfreindre la loi au nom de la liberté des femmes à recevoir des informations sur le contrôle des naissances. Diffusé à des dizaines de milliers d’exemplaires dans tout le pays, ce pamphlet pose publiquement la question du contrôle des naissances et provoque les foudres d’Anthony Comstock, initiateur de la loi du même nom.

  • 12 H. Ellis, Studies in the Psychology of Sex. Les différents volumes de cette série furent publiés en (...)
  • 13 The Autobiography of Margaret Sanger, p. 141.
  • 14 Elle voyage principalement en Espagne, en France et en Hollande.
  • 15 Il s’agit de English Methods of Birth Control, Dutch Methods of Birth Control et Magnetation Method (...)

10Son exil à Londres dure une année pendant laquelle elle se lie avec le milieu intellectuel : réformateurs, philosophes, écrivains qui vont contribuer à préciser sa réflexion et impulser sa campagne en faveur du contrôle des naissances. Elle fait ainsi la connaissance d’Havelock Ellis12, précurseur de la morale sexuelle moderne et auteur de Studies in the Psychology of Sex. Sa rencontre avec ce naturaliste, pionnier de la psychologie sexuelle, marque un tournant décisif dans son existence et dans sa conception de la vie et de la sexualité13. Tous deux nouent une relation intellectuelle et affective très forte qui influencera profondément la perception par Margaret Sanger de la sexualité humaine. Devenu son mentor, il contribuera à modérer sa vision radicale et l’incitera à concentrer sa réflexion et ses revendications sur le thème du contrôle des naissances. Pendant presque deux ans, accompagnée de Havelock Ellis, elle parcourt l’Europe14 en quête d’informations sur les moyens contraceptifs existants. Puis, nourrie de ces recherches, elle rédige une série de trois pamphlets dans lesquels elle préconise le contrôle des naissances et décrit certaines techniques contraceptives15.

  • 16 Margaret Sanger espérait être jugée avec l’objectif de renforcer sa propagande pour le contrôle des (...)

11Lorsqu’en février 1915, William Sanger est arrêté et condamné à trente jours de prison pour avoir distribué le pamphlet Family Limitation, Margaret Sanger, alors poursuivie par la justice, prend la décision de retourner aux États-Unis afin de faire face aux charges qui pèsent contre elle pour la publication de The Woman Rebel. Mais des problèmes personnels et familiaux vont profondément affecter son existence. Sa fille Peggy, âgée de 5 ans, meurt en novembre de cette même année d’une pneumonie. Cet événement dramatique, associé à la propagande orchestrée par la presse autour de son procès, la propulse sur la scène médiatique. La défense de sa cause suscite un véritable élan de popularité en sa faveur et conduit le gouvernement à abandonner les charges qui pèsent contre elle en février 191616.

  • 17 « Condemnation is misunderstanding », avril 1916.
  • 18 Voir son discours prononcé le 18 novembre 1921, « La moralité du contrôle des naissances », p. 131 (...)

12Agitatrice audacieuse, combative et passionnée, Margaret Sanger va continuer de diffuser les informations sur le contrôle des naissances et poursuivre ses tactiques d’action directe. Elle se lance dans une pérégrination militante et oratoire en organisant une tournée de conférences de trois mois à travers le pays. Son discours, qu’elle prononcera 119 fois, est à chaque fois remanié en fonction du public auquel elle l’adresse17. Aux femmes de la classe ouvrière, elle parle de la nécessité de limiter les naissances, à celles de la classe moyenne, des droits des femmes et d’émancipation. Elle prodigue des conseils, informe sur les méthodes contraceptives disponibles et débat ouvertement de la légitimité du contrôle des naissances. Auprès de toutes ces femmes cependant, elle insiste sur un fait central : chaque enfant doit résulter de la volonté et du choix, et doit être conçu dans l’amour18. Ses discours, qui touchent à l’intime et à la vie privée, suscitent de nombreuses controverses. N’abandonnant rien de ses idéaux, Margaret Sanger poursuit sa campagne qui fait scandale. Elle est d’ailleurs emprisonnée pour outrage aux bonnes mœurs. Mais cette tournée de conférences renforce sa conviction que sa cause est juste et qu’il faut aller encore plus loin.

  • 19 Décision du juge Frederick Crane dans le cas New York v. Sanger.

13Précipitant le tournant déjà opéré avant de fuir les États-Unis, Margaret Sanger entreprend d’ouvrir une clinique de contrôle des naissances, bravant ouvertement la loi et les gardiens de la moralité traditionnelle. Le 16 octobre 1916, Margaret Sanger fonde ainsi la première clinique de contrôle des naissances à Brownsville, dans le quartier de Brooklyn. Dès le premier jour, des centaines de femmes affluent en quête d’informations. Outre des conseils pour limiter leur fécondité, la clinique propose aux femmes des consultations médicales et distribue des diaphragmes, en totale violation de la loi interdisant la propagande anticonceptionnelle. La clinique est d’ailleurs fermée dix jours après son ouverture, et Margaret Sanger arrêtée une nouvelle fois pour outrage aux bonnes mœurs et condamnée à trente jours de prison. Néanmoins, la publicité provoquée par l’ouverture de cette clinique rallie de nombreux partisans à sa cause permettant la construction d’un mouvement mieux structuré dans la lutte pour la révision des lois interdisant la diffusion d’informations sur la contraception. Parallèlement, le 8 janvier 1918, une nouvelle interprétation de la loi par la Cour de l’État de New York va autoriser les médecins à délivrer aux femmes mariées des informations sur la contraception et ce, uniquement dans un but médical. Cette décision permet alors à Margaret Sanger d’ouvrir de nouveau sa clinique avec l’appui de personnes issues de la profession médicale19.

14Elle ne va cependant pas en rester là. Elle poursuit avec ténacité et un grand sens stratégique les objectifs qu’elle s’est fixés. Elle décide d’agir sur le plan national et, pour ce faire, fonde la Birth Control Review. Cette revue mensuelle, forum capital pour la circulation des idées sur la contraception, sera publiée sous sa direction de février 1917 à août 1928 et servira de base pour la création de l’American Birth Control League (ABCL) en 1921. Les objectifs de l’ABCL visaient l’éducation, les réformes législatives, l’établissement de cliniques au niveau national et le développement d’un réseau international. Réunissant des femmes de la classe moyenne et des professionnels de santé dont elle peine à gagner le soutien, son objectif est d’éduquer l’opinion publique et de parvenir à la révision de la loi Comstock.

15À partir des années 1920, une ère nouvelle se profile dans la vie de Margaret Sanger qui va progressivement entreprendre de devenir l’icône centrale du mouvement pour le contrôle des naissances. Sa stratégie est double : d’une part, elle doit continuer à faire circuler les informations sur la contraception au moyen d’ouvrages et de conférences, et d’autre part, elle doit fonder une organisation puissante et accroître la respectabilité du mouvement. Elle publie ainsi Woman and the New Race en 1920 qui traite des liens entre le contrôle des naissances, l’émancipation et les droits des femmes, et The Pivot of Civilization en 1922, qui insiste sur la dimension économique, sociale et eugénique du contrôle des naissances. Ces deux livres lui permettent de s’affirmer comme la figure principale du mouvement sur la scène nationale et internationale. Son message est clair : toutes les femmes doivent avoir accès au contrôle des naissances afin de restreindre volontairement leur fécondité et ainsi tendre à leur épanouissement personnel. Cette prise de position lui vaut l’opprobre d’une société puritaine fidèle aux principes de l’Église. Mais le mouvement en faveur du contrôle des naissances qu’elle a lancé est désormais inéluctable.

16Sa vie sentimentale est tout aussi trépidante. Margaret Sanger, qui vit dans l’anticonformisme le plus total de par ses différentes liaisons amoureuses avec notamment Havelock Ellis et H. G. Wells, divorce de William Sanger en 1921. Elle se remarie en 1922 avec un riche industriel, James Noah Slee, qui apportera son soutien financier à sa cause pour le contrôle des naissances. Néanmoins, l’indépendance financière et sexuelle dont fait preuve Margaret au sein de ce mariage illustre parfaitement ses convictions féministes sur la place et le rôle de la femme au sein de la société.

  • 20 250 centres de planning familial furent ouverts dans 150 villes américaines. En 1926, le centre imp (...)

17Parce qu’elle envisage le mouvement pour le contrôle des naissances comme une dynamique internationale, elle voyage à travers le monde pour répandre son message sur la limitation des naissances, notamment en Europe et en Asie. De retour aux États-Unis, elle fonde en 1923 à New York le premier centre de planning familial, sous le nom de Clinical Research Bureau, dont la mission est d’informer les femmes sur les méthodes contraceptives disponibles et de servir de centre de recherche aux médecins et scientifiques en vue de rassembler des preuves concrètes de l’efficacité des méthodes contraceptives. Elle espère ainsi faire pression sur la communauté médicale afin qu’elle reconnaisse le contrôle des naissances comme une question de santé publique. Un grand nombre de centres de planning familial sont ainsi créés au niveau national proposant aux femmes de toutes origines sociales des services tels que gynécologie, contraception, éducation sexuelle20. Margaret est alors devenue la figure incontestable et honorable du mouvement pour le contrôle des naissances.

18En 1927, elle organise à genève la première conférence mondiale sur la population. Elle espère convaincre la Société des Nations que la régulation des naissances est essentielle pour résoudre le problème de la surpopulation. En 1929, elle fonde le National Committee on Federal Legislation for Birth Control dans le but de libéraliser le contrôle des naissances et de faire pression sur les législateurs afin que les médecins soient autorisés à prescrire des contraceptifs. Elle en sera la présidente jusqu’à sa dissolution en 1937.

  • 21 L’American Medical Association a été fondée en 1847. C’est la plus importante association de médeci (...)

19À la fin des années 1920, la stratégie de Margaret Sanger, qui consiste à développer et renforcer le mouvement pour le contrôle des naissances, l’amène à tempérer sa position. Jugée pourtant encore trop radicale, elle met fin à sa présidence de l’American Birth Control League en 1928. Elle attaque ses opposants sur tous les fronts et tente de persuader l’American Medical Association21 d’autoriser les médecins à prescrire des contraceptifs. En 1936, cette association, longtemps hostile, revoit sa position et reconnaît la contraception comme faisant partie de la pratique médicale. Les médecins sont alors autorisés à prescrire ou à distribuer des contraceptifs. Pour Margaret Sanger, c’est une véritable victoire car le contrôle des naissances est devenu une cause respectable.

20Après la fusion de l’American Birth Control League et du Birth Control Clinical Research Bureau qui donne naissance à la Birth Control Federation of America en 1939, le rôle de Margaret Sanger devient surtout honorifique. Par ailleurs, un autre changement se fait jour puisque l’expression « contrôle des naissances », popularisée par Margaret Sanger, est abandonnée, car jugée trop controversée, au bénéfice du vocable « planning familial ». Ce changement terminologique définit la contraception non plus seulement comme un moyen au service de la femme, mais comme un moyen permettant d’améliorer la santé de la famille et de contribuer au bien-être de la nation. La Birth Control Federation of America devient ainsi Planned Parenthood Federation of America en 1942. Cette stratégie en vue d’atténuer le radicalisme du mouvement et d’étouffer toute connotation eugéniste lui vaut, ainsi qu’au planning familial, la reconnaissance et le respect toujours grandissants de l’opinion publique. Après 1942, Margaret Sanger se retire à tucson, arizona, et cesse toute participation active dans le mouvement. En 1952, elle prend toutefois part à la création de l’International Planned Parenthood Federation, issue de la fédération américaine du même nom et en préside les activités jusqu’en 1959.

  • 22 Gregory Pincus (1903-1967), endocrinologue américain, fonde la Worcester Foundation for Experimenta (...)
  • 23 Cette pilule portait le nom d’Enovid.

21Dans le même temps, Margaret Sanger mène une autre campagne. Convaincue de la nécessité de créer un contraceptif oral, elle tente de persuader médecins et scientifiques de mettre en œuvre une recherche dans ce domaine. Bien que ce sujet suscite peu d’intérêt à l’époque, un appui venu du monde médical va mettre la science au service de la condition des femmes. En 1956, le Dr Gregory Pincus22 met au point le premier contraceptif oral. La pilule est née. Margaret Sanger a plus de 80 ans lorsque les scientifiques qu’elle s’est efforcée de rallier à sa cause lancent le premier contraceptif oral. En 1960, la Food and Drug Administration approuve l’utilisation de ce contraceptif23 qui s’impose rapidement comme le moyen de contrôle des naissances le plus populaire aux États-Unis.

  • 24 Griswold v. Connecticut (1965). Cet arrêt de la Cour suprême des États-Unis invalide une loi de l’É (...)

22Margaret Sanger s’éteint le 6 septembre 1966 à Tucson, Arizona, à l’âge de 86 ans, quelques mois seulement après la décision de la Cour suprême Griswold v. Connecticut24 qui légalise la contraception pour les couples mariés, marquant ainsi l’aboutissement de la croisade pour le contrôle des naissances et la fin de l’ère Comstock.

Notes

1 Elle est le sixième enfant dans l’ordre de naissance.

2 Michael Higgins fut influencé par les idées de Robert ingersoll et Henry george. Robert ingersoll (1833-1899) est un homme politique américain, vétéran de la guerre de sécession, libre-penseur et défenseur de l’agnosticisme. Henry George (1839-1897), économiste politique américain, est connu pour son célèbre ouvrage publié en 1879, Progress and Poverty.

3 V. Coigney, Margaret Sanger : Rebel with a Cause, p. 34.

4 Elle parle alors de « stagnation spirituelle », My Fight for Birth Control, p. 40.

5 H. Hersey, Margaret Sanger : The Biography of the Birth Control Pioneer, p. 91-92. En tant que membre du parti socialiste, elle prit une part active à la grève des ouvriers à Lawrence, massachusetts en janvier 1912 et à celle de Paterson, New Jersey, en février 1913. Voir respectivement « testimony on the strike at Lawrence, massachusetts », 5 mars 1912 et « The Paterson strike », septembre 1913, dans esther Katz éd., The Selected Papers of Margaret Sanger, vol. 1, The Woman Rebel, 1900-1928, p. 30-33 et p. 54-62.

6 Ces articles sont publiés de novembre 1912 à mars 1913.

7 L’article censuré s’intitulait « some consequences of ignorance and silence – Part III » et avait pour thème les maladies vénériennes.

8 The Autobiography of Margaret Sanger, p. 88. Voir également « Impressions of the east side, Part I », p. 15 ; My Fight for Birth Control, p. 56.

9 The Autobiography of Margaret Sanger, p. 92

10 Notamment : Boston Public Library, Library of Congress, Library of the New York Academy of Medicine.

11 Elle voyagea sous le nom de Bertha Watson.

12 H. Ellis, Studies in the Psychology of Sex. Les différents volumes de cette série furent publiés entre 1897 et 1928. Il est également l’auteur de Little Essays of Love and Virtue, 1922. Il est l’un des premiers défenseurs du contrôle des naissances et pionnier de la recherche en psychologie sexuelle. Pour lui, l’instinct sexuel est un fait humain de première importance qui a des conséquences directes sur l’espèce et l’individu.

13 The Autobiography of Margaret Sanger, p. 141.

14 Elle voyage principalement en Espagne, en France et en Hollande.

15 Il s’agit de English Methods of Birth Control, Dutch Methods of Birth Control et Magnetation Methods of Birth control, publiés en 1915.

16 Margaret Sanger espérait être jugée avec l’objectif de renforcer sa propagande pour le contrôle des naissances.

17 « Condemnation is misunderstanding », avril 1916.

18 Voir son discours prononcé le 18 novembre 1921, « La moralité du contrôle des naissances », p. 131 dans cette anthologie.

19 Décision du juge Frederick Crane dans le cas New York v. Sanger.

20 250 centres de planning familial furent ouverts dans 150 villes américaines. En 1926, le centre implanté par Margaret Sanger à Brownsville avait déjà reçu plus d’un million de lettres provenant de femmes intéressées par les moyens contraceptifs tels que diaphragmes, spermicides, douches et préservatifs.

21 L’American Medical Association a été fondée en 1847. C’est la plus importante association de médecins des États-Unis et elle a pour mission de promouvoir la médecine afin d’améliorer la santé publique.

22 Gregory Pincus (1903-1967), endocrinologue américain, fonde la Worcester Foundation for Experimental Biology en 1944.

23 Cette pilule portait le nom d’Enovid.

24 Griswold v. Connecticut (1965). Cet arrêt de la Cour suprême des États-Unis invalide une loi de l’État du Connecticut interdisant l’usage de contraceptifs oraux, et ce, même aux couples mariés, faisant ainsi prévaloir le droit à la liberté individuelle et le droit au respect de la vie privée. Pour les couples non mariés, ce droit leur sera accordé en 1972 avec la décision de la Cour suprême Eisenstadt v. Baird.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search