Version classiqueVersion mobile

Margaret Sanger et la croisade pour le contrôle des naissances

Aux origines de la croisade pour le contrôle des naissances

Texte intégral

1Le début du XXe siècle est marqué par un tournant radical dans l’histoire des femmes américaines. Amorcés en 1848 avec la première convention féministe de Seneca Falls, de profonds changements vont permettre une transformation sans précédent de la condition des femmes. Mais c’est sous l’influence décisive de Margaret Sanger, femme de conviction entièrement vouée à sa cause, que les américaines vont voir évoluer les idées sur l’émancipation sexuelle et émerger celle du contrôle des naissances.

  • 1 Dans l’Antiquité, le célèbre gynécologue Soranos d’Éphèse (98-138 ap. J.-C.) publia Gynécologie. Ou (...)

2Si l’histoire éclaire le présent en renvoyant à l’origine des pratiques et des lois, elle révèle notamment que le contrôle des naissances n’est pas l’apanage des sociétés modernes contemporaines. De tout temps, la volonté de parer aux conséquences souvent indésirables et dramatiques des rapports sexuels semble avoir existé1. Néanmoins, les procédés utilisés pour répondre à cette demande de contraception, et ainsi prévenir les naissances, étaient rudimentaires et très souvent inefficaces en l’absence de connaissances anatomiques et physiologiques. Par conséquent, il était essentiel que les informations sur la contraception soient largement diffusées afin de donner les moyens à la population américaine de limiter efficacement les naissances.

  • 2 En 1826, Richard Carlile, néomalthusien britannique publie le premier ouvrage en anglais exclusivem (...)
  • 3 L’ouvrage paraît en 1831. Robert Dale Owen encourage la contraception comme un facteur d’émancipati (...)
  • 4 L’ouvrage paraît en 1832. Le Dr Charles Knowlton est le premier Américain à publier un ouvrage sur (...)
  • 5 Londres, Truelove, 1854. George Drysdale est le précurseur de la propagande anticonceptionnelle. So (...)
  • 6 Dans The Wife’s Handbook (Londres, Ramsey, 1886), le médecin anglais, Henry Allbutt, mentionne le d (...)
  • 7 Parmi ces ouvrages, l’on trouve : Esoteric Anthropology de Thomas Low Nichols, 1853 ; Science of Re (...)

3Vers le milieu du XIXe siècle, plusieurs ouvrages paraissent aux États-Unis2. Moral Physiology ; or, A Brief and Plain Treatise on the Population Question3 de l’anglais Robert Dale Owen et The Fruits of Philosophy ; or The Private Companion of Young Married People4 de Charles Knowlton jouèrent un rôle important pour la diffusion du savoir sur les méthodes contraceptives. Tandis qu’Owen préconise la méthode du retrait et insiste sur le contrôle de la reproduction comme un élément essentiel à la santé des femmes et à l’évolution de la société américaine, Knowlton, lui, traite des fonctions du corps et de l’acte sexuel en livrant des conseils et des instructions précises pour prévenir la conception. La contribution de ce dernier lui vaut trois mois de travaux forcés car, selon les autorités, elle attaque les principes de la société victorienne et l’institution du mariage. Par ailleurs, l’ouvrage de George Drysdale, The Elements of Social Science ; or Physical, Sexual, Natural Religion5 comporte plusieurs pages sur la prévention des naissances et présente les méthodes contraceptives comme un remède aux maux économiques et sexuels de l’époque6. Enfin, l’un des ouvrages les plus populaires, The Marriage Guide ; or Natural History of Generation de Frederick Hollick, en 1850, contribue à accroître la respectabilité du sujet et connaît de nombreuses rééditions jusqu’en 1902. Son auteur cite différentes méthodes : le retrait, le préservatif, l’éponge, ainsi que l’injection par seringue d’un liquide destiné à tuer les animalcules du sperme. C’est en fait cette pratique d’injection spermicide qui fut la plus répandue aux États-Unis jusqu’au milieu du XXe siècle. Tout comme la majorité de ses prédécesseurs, Hollick condamne l’avortement et soutient que la fréquence du recours à l’avortement est liée à l’insuffisance des méthodes contraceptives disponibles. Il faut souligner qu’après le milieu du XIXe siècle, ces précurseurs verront leur propagande relayée par d’abondantes publications et communications sur le contrôle de la reproduction7.

4L’histoire du contrôle des naissances est ainsi jalonnée de sources écrites qui révèlent les préoccupations et les attentes de la population en quête de moyens pour échapper aux contraintes des grossesses non désirées et ainsi prévenir les naissances. Démarches isolées pour répondre à la demande de connaissances sur la limitation des naissances, ces ouvrages contribuèrent cependant à faire du contrôle de la reproduction une question publique. Leurs auteurs proclament le droit de la population américaine à l’information anticonceptionnelle et défendent l’idée que le contrôle des naissances au sein du mariage peut avoir des justifications sociales ou économiques.

Une société en mutation

5Dès la fin du XIXe siècle, qui correspond à la naissance de l’Amérique moderne, une ère de profonds changements sociaux et économiques se fait jour. À l’heure où l’urbanisation et l’industrialisation semblent transformer la société américaine, les modes de vie se trouvent profondément modifiés. Soumises au droit et à la morale dominante, vouées jusque-là exclusivement au mariage et à la maternité, les femmes commencent à investir le monde du travail, et leur intégration dans la sphère publique remet en cause leur place au sein du domaine privé. La structure familiale, lieu par excellence de la vie privée et fondement de l’ordre social, en est fortement ébranlée. Ce phénomène aboutit à l’avènement de la famille démocratique qui se caractérise par des relations égalitaires entre ses membres et, en conséquence, à la désagrégation de la famille patriarcale traditionnelle.

6D’autres transformations témoignent de cette période de mutation sociale, notamment dans le domaine des rôles sexuels et de la sexualité. En effet, une profonde évolution dans les comportements sexuels, associée à une nouvelle morale familiale, apparaît, particulièrement parmi les réformateurs et les intellectuels. Cette morale familiale redéfinit la place centrale de l’enfant dans la société et la famille, ainsi que les relations au sein du couple. Par ailleurs, avides de liberté, les femmes commencent à vouloir s’affranchir des restrictions imposées par la morale victorienne. Elles se mettent en quête d’un nouveau style de vie qui laisse libre cours à l’expression individuelle et au plaisir. L’émergence de cette « nouvelle femme » implique la redéfinition de leur rôle et de leur sexualité, éléments fondamentaux de leur autonomie.

7Longtemps assignées à la maternité envisagée comme un devoir conjugal, moral et social, les femmes étaient définies par leur fonction reproductrice qui les privait de l’exercice de leurs autres fonctions sociales. Fait de nature, la maternité semblait caractériser le rôle des femmes ainsi soumises aux lois de leur corps. Durant plusieurs siècles, tout fut mis en œuvre pour les persuader que leur seul accomplissement en tant que telles était d’assumer leurs fonctions reproductrices, en mettant en avant l’argument de nature. Puisque le corps et le sexe faisaient partie de la nature, la femme était donc l’incarnation de cette nature. Cette assignation à une nature, clé d’une inéluctable destinée niant leur identité humaine, n’avait pour autre dessein que d’entretenir une mystique de la maternité. Mais en cette fin du XIXe siècle, cet argument de nature qui cimente ce raisonnement se trouve altéré par l’évolution du comportement sexuel des femmes et de leur rapport au plaisir qui oblige à porter un nouveau regard sur leur sexualité. L’histoire passe ainsi progressivement d’une ère caractérisée par la pruderie victorienne à une nouvelle ère empreinte de liberté sexuelle.

  • 8 La baisse du taux de natalité au début du XXe siècle fit émerger la crainte d’une dépopulation au s (...)
  • 9 Entre 1891 et 1920, plus de 18 millions d’immigrants furent accueillis aux États-Unis. US Departmen (...)
  • 10 Il s’agit de l’abstinence sexuelle.

8Cette période de mutation est également marquée par une obsession démographique due à la baisse de la natalité aux États-Unis. La taille de la cellule familiale se réduit et dès 1850, une chute de la natalité est observée dans le pays, faisant naître l’angoisse de la dépopulation. Face à cette diminution du nombre des naissances, la rhétorique nataliste insiste sur la nécessité de familles nombreuses pour la patrie afin de protéger la société américaine contre le « suicide de la race » annoncé par le président Theodore Roosevelt au début du XXe siècle8. Ce dernier, défenseur de la moralité traditionnelle, voyait dans la décroissance de la population un danger pour la nation, le péril de la race, d’autant plus que l’accroissement du nombre d’immigrants semblait renforcer cette menace9. En effet, la vague d’immigration de masse entre 1890 et 1920 suscita l’émergence du nativisme car beaucoup d’Américains redoutaient l’arrivée d’immigrants qui représentaient à leurs yeux un grave danger pour l’équilibre et la sécurité de la nation. Il est intéressant de noter que les craintes du président Roosevelt à propos du futur de la nation étaient alors communes avec celles de l’Église catholique et des natalistes en général. Pour eux, la restriction volontaire des naissances leur apparaissait comme un crime, un signe de déliquescence sociale. Leurs arguments témoignent de leur peur de voir la société se dégrader au profit de l’égoïsme et de l’individualisme affichés de certains. Ils condamnent alors l’attitude des femmes qui, en quête d’indépendance, voudraient se détourner de la maternité pour servir leurs intérêts personnels. Les préoccupations natalistes particulièrement fortes, alimentées par une peur de la dégénérescence de la population qui fragiliserait la nation américaine, et associées à une idéologie conservatrice, se heurtent aux aspirations à la liberté individuelle et à celles des femmes en particulier. Pour les natalistes, la femme est l’avenir de la société car elle seule a le pouvoir d’engendrer afin de perpétrer l’espèce. Il s’agit donc d’imposer les valeurs et les comportements traditionnels en mettant un frein aux libertés individuelles au nom de l’intérêt national et en insistant sur le dévouement des femmes à la patrie. De fonction sociale, la maternité passe ainsi à un devoir national, patriotique, au regard du discours nataliste de l’époque. Dans ce contexte de pruderie et de moralité victorienne, il faut également prendre en compte l’influence puissante de l’Église catholique, hostile à toute pratique anticonceptionnelle qui ne serait pas naturelle10.

9Si la contraception était encore peu pratiquée dans les classes populaires, ce n’était cependant pas le cas dans les classes aisées qui, depuis longtemps, en faisaient un usage courant. Alors que le taux de natalité de ces dernières était en baisse, il n’en était pas de même dans la classe ouvrière où le nombre d’enfants était toujours élevé : trop élevé pour offrir des conditions de vie satisfaisantes, mais pas assez pour sécuriser l’avenir de la nation. Ce déséquilibre nataliste entre les classes sociales est la preuve que l’accès aux connaissances sur la contraception restait très inégal. En tout état de cause, la question du contrôle des naissances semblait rester très éloignée des préoccupations de la classe ouvrière car là où se trouvaient la misère et l’ignorance, les enfants étaient nombreux. De toute évidence, des transformations s’opérèrent mais incomplètement et inégalement selon les milieux sociaux.

  • 11 Thomas Robert Malthus (1766-1834).
  • 12 En 1822, Francis Place (1771-1854) dénonce ces idées malthusiennes et propose l’utilisation de méth (...)

10Il faut préciser que la lutte en faveur du contrôle des naissances trouve ses origines dans l’analyse néomalthusienne selon laquelle les familles nombreuses affaiblissent la classe ouvrière dans son combat contre la classe capitaliste. Faisant référence à l’économiste britannique Thomas Robert Malthus, le néomalthusianisme se distingue cependant de la théorie que ce dernier défend dans An Essay on the Principle of Population11 publié en 1798. Dans cet essai, Thomas Robert Malthus démontre que la progression géométrique de la population augmente plus rapidement que la progression arithmétique des subsistances, ce qui aura pour conséquence inéluctable un déséquilibre conduisant à la surpopulation, et donc à la famine et à la misère. En vue d’enrayer ce phénomène, il propose de limiter volontairement la natalité, et de ce fait le taux de croissance de la population, en préconisant l’abstinence sexuelle et le mariage tardif. Pour Thomas Robert Malthus, il n’était toutefois aucunement question de restreindre la natalité par l’usage de moyens anticonceptionnels. Cependant, les mesures qu’il recommandait pour lutter contre la surpopulation furent très impopulaires12et vigoureusement rejetées. Si les néomalthusiens sont animés par cette même peur de la surpopulation et de la misère qu’elle engendre, il n’est cependant pas question pour eux de reprendre les méthodes préconisées par Thomas Robert Malthus. En effet, leurs principes sont tout autres, de même que leurs méthodes. Les néomalthusiens, généralement des militants d’extrême gauche et des anarchistes individualistes, veulent diffuser les informations sur les méthodes de contraception et répandre ainsi le contrôle des naissances au nom de la liberté individuelle à laquelle ils associent des arguments économiques pour lutter contre la misère. Au-delà de la question de la surpopulation nationale, c’est le problème du rapport entre la taille des familles de la classe ouvrière et leurs ressources qu’il s’agit de résoudre. Ils insistent sur la nécessité de diminuer le nombre d’enfants dans les familles ouvrières afin d’améliorer leurs conditions de vie. Pour ce faire, ils mènent une campagne d’information visant à porter à la connaissance des milieux populaires les méthodes contraceptives. La propagande néomalthusienne se développe, particulièrement en Europe, de telle sorte qu’elle provoque une transformation profonde des mentalités conduisant à la démythification de la famille nombreuse et à l’avènement de la nouvelle femme.

11Mais ces transformations suscitent des oppositions véhémentes conduisant à une véritable politique de répression de la part des conservateurs qui voient dans ces idées progressistes une menace à l’encontre des structures et des valeurs traditionnelles. Une série de mesures répressives contre le contrôle des naissances est alors mise en œuvre par les pouvoirs publics.

L’ère de la répression

  • 13 Voir p. 18.

12Jusqu’en 187313, les ouvrages ayant trait à l’éducation sexuelle, ainsi que les articles et produits anticonceptionnels étaient en libre circulation aux États-Unis. Cependant, l’angoisse suscitée par la crainte de la dénatalité allait avoir de profonds retentissements et provoquer l’hostilité d’un certain nombre à l’égard du contrôle des naissances appréhendé comme un véritable enjeu social. Tout en permettant la limitation des naissances et ainsi le contrôle de la population, l’éducation sexuelle offre aux femmes une liberté nouvelle, deux conceptions inacceptables pour la société américaine de l’époque qui y voit alors un véritable danger social.

  • 14 La New York society for the Suppression of Vice était soutenue par un grand nombre de membres de la (...)

13C’est dans un contexte de moralisme exacerbé qu’un mouvement pour la pureté sociale, ayant pour principale préoccupation de limiter la liberté sexuelle et d’interdire le contrôle de la reproduction, vit le jour. Incarnation de ce mouvement et premier véritable organe de censure aux États-Unis, la société pour la suppression du vice (New York Society for the Suppression of Vice), fondée à New York en 1873, allait jouer un rôle fondamental dans cette politique de répression à l’encontre de toute forme de propagande anticonceptionnelle. Personnage central de ce courant moraliste, Anthony Comstock, inspecteur de la poste fédérale américaine, se voulait l’émissaire de la morale traditionnelle et de la famille, le défenseur de l’ordre et de la pureté sociale14. Soutenu par les milieux catholiques et conservateurs, il jette l’anathème contre la propagande anticonceptionnelle et dénonce la restriction des naissances comme un fléau qu’il faut enrayer. Ces moralistes mènent une campagne contre le vice et l’obscénité en vue de mettre fin à des pratiques contraceptives qui, selon eux, étaient immorales et constituaient un délit d’outrages aux bonnes mœurs. Parce que la propagande anticonceptionnelle est un facteur capable d’ébranler l’organisation sociale et de menacer l’ordre traditionnel, elle représente un danger pour la société américaine. Pour faire face à cette situation de décadence annoncée et de péril national, leur ambition est d’établir une législation restrictive en matière de contraception et de protection sexuelle afin de préserver la morale américaine traditionnelle et de faire obstacle à la libéralisation des mœurs sexuelles. En effet, en réprimant l’obscénité et l’immoralité, il s’agit d’exercer un contrôle sur la sexualité des individus et particulièrement sur le comportement reproductif et sexuel des femmes afin de les empêcher de se dérober à leur devoir de procréation.

  • 15 Ce droit de censure fut accordé aux autorités de la poste fédérale américaine malgré les garanties (...)
  • 16 Comstock Act, section 211 de l’US Criminal Code.
  • 17 Aux États-Unis, pays fédéral, il existe un droit fédéral et un droit étatique. Les lois peuvent don (...)
  • 18 Pour plus de précisions sur les lois en vigueur aux États-Unis à cette époque, voir le pamphlet Law (...)

14En mars 1873, pour la première fois dans l’histoire des États-Unis, le gouvernement fédéral déclare illégale la libre circulation des informations et des objets relatifs à la contraception et à l’avortement15. La possession et la distribution d’informations, d’objets ou de produits contraceptifs par voie postale sont alors jugées obscènes et illicites et constituent de ce fait une atteinte à la morale publique. En insistant sur le caractère obscène du contrôle des naissances, cette loi, connue sous le nom de loi Comstock, en criminalise la pratique et tout ce qui lui était relatif16. Cette loi contre l’obscénité réprime tout à la fois usage et propagande anticonceptionnels, que ce soit en faveur de la contraception ou de l’avortement pour lesquels aucune distinction n’est opérée. Symbole du retour à l’ordre moral, cette réforme comstockienne met fin à deux siècles de libre circulation des connaissances sur les méthodes contraceptives et la limitation des naissances17. Il va sans dire que la loi Comstock renforça la politique moralisatrice et permit ainsi de réguler le comportement reproductif des femmes sur le territoire américain18. Si les raisons purement morales associées aux préoccupations natalistes peuvent être avancées, c’est également l’émancipation de la femme et la menace que son autonomie pouvait représenter pour l’équilibre social qui semblent expliquer la dureté et la rigidité de cette loi.

15Jusqu’au début du XXe siècle, cette législation répressive suscita peu d’opposition et de résistance y compris de la part de la majorité des féministes. Leur quête de liberté par le contrôle de la reproduction n’était pas une revendication du féminisme à cette époque, et la question de la sexualité était le plus souvent victime de la loi du silence. De fait, peu nombreuses furent celles qui s’opposèrent officiellement à ce qui fut appelé la « Comstockery ». Il faut noter qu’en cette fin de XIXe siècle, il était avant tout question du droit de vote, de reconnaissance politique et sociale. La défense du rôle traditionnel des femmes et de la maternité leur conférait un statut social et juridique reconnu et valorisé.

Les précurseurs

16Dès le début du XXe siècle, cependant, des voix s’élèvent aux États-Unis pour demander la pratique du contrôle des naissances et transformer les idées sur la liberté sexuelle en programme d’action et d’éducation sexuelle. Parmi ces voix, se trouvent notamment celles d’Emma Goldman, Mary Ware Dennett et Margaret Sanger.

  • 19 Voir les articles « Love and marriage », The Woman Rebel, vol. 1, n° 1, mars 1914, p. 3 ; ainsi que (...)
  • 20 Anarchism and Other Essays, New York, Mother Earth Publishing Association, 1910. Elle est la rédact (...)
  • 21 Anarchiste américaine d’origine russe, Emma Goldman (1869-1940) est connue pour ses discours et ses (...)

17À l’époque où Margaret Sanger se lance dans sa croisade pour le contrôle des naissances, la féministe et anarchiste d’origine russe, Emma Goldman avait déjà engagé une bataille en vue de l’émancipation économique et sexuelle des femmes. Sa théorie repose sur la libération de la femme par l’affirmation de son être et le refus du mariage et de la maternité si celle-ci n’est pas volontaire19. Selon elle, il importe que la femme se libère elle-même, par une régénération intérieure. Les idées révolutionnaires qu’elle expose dans Anarchism and Other Essays, son journal Mother Earth et son pamphlet Why and How the Poor Should Not Have Many Children inscrivent le contrôle des naissances dans le contexte plus large des droits des femmes et présentent des arguments eugéniques comme le font la plupart des radicaux de cette époque20. À travers ses nombreux écrits et conférences autour des thèmes de l’émancipation des femmes, de l’amour libre, de la sexualité, du contrôle des naissances, de l’avortement, Emma Goldman, en digne anarchiste21, militait pour la transformation des valeurs morales de la société américaine.

  • 22 Max Eastman (1883-1969) est un écrivain américain qui fonda le journal socialiste The Masses, puis (...)
  • 23 Emma Goldman s’attaqua à Anthony Comstock dans son article « Victims of morality », Mother Earth, m (...)
  • 24 À propos de l’influence de l’idéologie anarchiste sur la pensée de Margaret Sanger, voir L. Gordon,(...)
  • 25 Le premier numéro du journal The Woman Rebel contenait un article d’Emma Goldman intitulé « Love an (...)

18Immergée dans la culture bohème et avant-gardiste de Greenwich Village, Margaret Sanger fut fortement influencée par le mouvement progressiste qui domine alors le paysage politique, par les intellectuels et les radicaux tels que Max Eastman, John Reed, Floyd Dell, Upton Sinclair, Mabel Dodge22 et notamment par la personnalité d’Emma Goldman, représentante de la « nouvelle moralité »23. Leur analyse de la société américaine remet en question la subordination des femmes et de la classe ouvrière, et voit dans l’expression sexuelle un facteur de progrès humain et social. Margaret Sanger souscrit à la théorie anarchiste d’Emma Goldman24 selon laquelle libérer les femmes des grossesses à répétition revient à les libérer de la pauvreté. La libération sexuelle des femmes est liée à une révolution de classe et représente la première condition de leur émancipation. Profondément attachée à la pensée d’Emma Goldman dont elle nourrit sa réflexion, Margaret Sanger niera pourtant ultérieurement l’influence de cette dernière. En effet, si sa réflexion sur le contrôle des naissances s’inscrit dans la continuité des idées libertaires développées par Emma Goldman, elle en viendra à sous-estimer leur contribution dans ses écrits et parviendra à dépasser celle qui fut auparavant son inspiratrice25.

  • 26 Le terme « birth control » fut trouvé par Otto Bobsein. Sur les origines de ce terme et les différe (...)
  • 27 Woman and the New Race, chapitre 1.

19Margaret Sanger, comme on le voit, n’a pas inventé la contraception et n’est pas la première à la revendiquer, mais sa singularité s’exprime à travers la dimension publique qu’elle donne au « contrôle des naissances » en introduisant ce nouveau terme26 dans ce qui allait être considéré par certains comme une révolution sexuelle. Il convient de noter que lorsque Margaret Sanger fait du contrôle des naissances une question publique, celui-ci relevait alors uniquement du domaine privé et sa pratique était déjà répandue dans les classes aisées. Mais l’impossibilité de répondre à la demande des femmes les moins favorisées qui étaient forcées de subir des grossesses non désirées, avec comme seul recours l’avortement clandestin, l’amène à revendiquer ouvertement le contrôle des naissances comme une nécessité absolue. Margaret Sanger s’engage ainsi dans le combat pour le contrôle des naissances au nom de préoccupations féministes et sociales. Pour elle, seule la maîtrise de leur corps peut parvenir à libérer les femmes27.

  • 28 M. W. Dennett, Birth Control Laws, p. 67. Jusqu’au milieu des années 1920, Mary Ware Dennett condui (...)
  • 29 The Sex Side of Life traite de la sexualité comme un phénomène naturel résultant de l’amour entre d (...)

20Dans la lutte pour le contrôle des naissances, il faut également compter sur une autre personnalité, Mary Ware Dennett. Fondatrice de la National Birth Control League en 1915, son objectif est alors d’attaquer la loi Comstock afin que le contrôle des naissances ne soit plus reconnu comme une forme d’obscénité28 . Elle écrit un pamphlet d’éducation sexuelle en 1918, The Sex Side of Life, pour lequel elle est condamnée pour obscénité29. Consciente de la nécessité de transformer la perception de l’opinion publique à propos de la question sexuelle et du contrôle des naissances, Mary Ware Dennett était avant tout décidée à œuvrer au niveau législatif. La stratégie de Margaret Sanger est autrement plus radicale puisqu’elle voulait défier ouvertement la loi par l’action directe et établir des cliniques sur le territoire américain. Peu soucieuse de faire avancer la législation, celle-ci ne conçoit pas d’attendre le retrait des lois et pense que la contraception doit avant tout être largement admise par l’opinion publique. La divergence de stratégie repose sur le niveau auquel l’action doit être entreprise, et renforce la compétition entre les deux femmes. Au terme d’une rivalité qui dure plus de dix ans, Margaret Sanger deviendra la figure éminente du mouvement pour le contrôle des naissances.

21Conquête de l’esprit sur la nature, celui-ci est selon elle nécessaire à l’émancipation des femmes, à l’équilibre de la famille, à la lutte contre la pauvreté et à l’avenir de l’humanité. C’est dans cette perspective que Margaret Sanger se lance dans la croisade pour le contrôle des naissances qui va profondément marquer la société américaine du début du XXe siècle.

Notes

1 Dans l’Antiquité, le célèbre gynécologue Soranos d’Éphèse (98-138 ap. J.-C.) publia Gynécologie. Ouvrage médical du monde gréco-romain, c’est en fait un exposé médical en matière de prévention des naissances. Il préconise la contraception plutôt que l’avortement et présente une série de méthodes contraceptives et abortives. Il faut toutefois préciser que la prévention des naissances restait généralement un savoir ésotérique, réservé aux seuls initiés et ayant un caractère secret.

2 En 1826, Richard Carlile, néomalthusien britannique publie le premier ouvrage en anglais exclusivement consacré à la contraception, Every Woman’s Book.

3 L’ouvrage paraît en 1831. Robert Dale Owen encourage la contraception comme un facteur d’émancipation des femmes et de progrès économique.

4 L’ouvrage paraît en 1832. Le Dr Charles Knowlton est le premier Américain à publier un ouvrage sur ce sujet, ce qui lui vaut d’être condamné par l’État du Massachusetts. Seules quatre pages de cet ouvrage qui en comportait au total cinquante-quatre concernent les fonctions sexuelles.

5 Londres, Truelove, 1854. George Drysdale est le précurseur de la propagande anticonceptionnelle. Son frère Charles Robert Drysdale fonde la Ligue malthusienne en 1877.

6 Dans The Wife’s Handbook (Londres, Ramsey, 1886), le médecin anglais, Henry Allbutt, mentionne le diaphragme comme méthode contraceptive.

7 Parmi ces ouvrages, l’on trouve : Esoteric Anthropology de Thomas Low Nichols, 1853 ; Science of Reproduction and Reproductive Control : The Necessity of Some Abstaining from Having Children – The Duty of All to Limit their Families According to their Circumstances Demonstrated de J. Soule, 1856 ; The Book of Nature de James Ashton, 1859 ; Medical Common Sense : Applied to the Causes, Prevention and Cure of Chronic Diseases and Unhappiness in Marriage de Edward Bliss Foote, 1858 ; Sexual Physiology and Hygiene de Russell Thacher Trall, 1866.

8 La baisse du taux de natalité au début du XXe siècle fit émerger la crainte d’une dépopulation au sein du gouvernement américain. Le président Theodore Roosevelt craignait que le déclin du taux de natalité associé à la nouvelle population d’immigrants ne provoque ce qu’il appela le « suicide de la race », c’est à dire l’extinction de la population d’origine américaine. T. Roosevelt, « Race decadence » ; « A premium on race suicide ». L’expression « suicide de la race » apparut dans son ouvrage publié en 1917, The Foes of Our Own Household, p. 257.

9 Entre 1891 et 1920, plus de 18 millions d’immigrants furent accueillis aux États-Unis. US Department of Homeland Security, Fiscal Year 2000 Statistical Yearbook, Table 1, disponible sur internet (http://www.dhs.gov/fiscal-year-2000-statistical-yearbook-0) en 1910, les immigrants représentaient 14,7 % de la population totale des États-Unis.
Us Bureau of the Census, Statistical Abstracts of the United States, Washington, D. C., Government Printing Office, 1989, 109e éd., tableaux 1, 5-6, 46 ; L. F. Bouvier et R. W. Gardner, « Immigration to the U. S. : The unfinished story », Population Bulletin, n° 41, novembre 1986, tableaux 1, 3, 6 ; US Bureau of the Census, Current Population Reports, Washington, D. C., Government Printing Office, séries P-25, n° 1018, 1989.

10 Il s’agit de l’abstinence sexuelle.

11 Thomas Robert Malthus (1766-1834).

12 En 1822, Francis Place (1771-1854) dénonce ces idées malthusiennes et propose l’utilisation de méthodes contraceptives. Il devient alors le pionnier du mouvement néomalthusien et de la propagande anticonceptionnelle en Angleterre. F. Place, Illustrations and Proofs of the Principle of Population, Londres, 1822.

13 Voir p. 18.

14 La New York society for the Suppression of Vice était soutenue par un grand nombre de membres de la Young Men’s Christian Association. Anthony Comstock mourut le 21 septembre 1915, peu de temps avant le retour d’exil de Margaret Sanger.

15 Ce droit de censure fut accordé aux autorités de la poste fédérale américaine malgré les garanties du premier amendement à la Constitution des États-Unis sur la liberté d’expression.

16 Comstock Act, section 211 de l’US Criminal Code.

17 Aux États-Unis, pays fédéral, il existe un droit fédéral et un droit étatique. Les lois peuvent donc être différentes selon qu’elles sont fédérales ou étatiques. C’est ainsi qu’en 1885, 24 états adoptèrent des lois qui renforcèrent cette politique de répression. Certaines étaient même plus restrictives que la loi fédérale et interdisaient toute conversation et toute transmission verbale d’informations sur la contraception et l’avortement. D’autres interdisaient la possession d’informations sur la prévention de la conception. L’état du Connecticut alla jusqu’à interdire de façon explicite l’acte de contrôler la reproduction. J. F. Brodie, Contraception and Abortion in 19th-Century America, p. 254-257. En 1965, dans le cas Griswold v. Connecticut, la Cour suprême des États-Unis déclara illégale l’interdiction d’utiliser des méthodes contraceptives par les couples mariés.

18 Pour plus de précisions sur les lois en vigueur aux États-Unis à cette époque, voir le pamphlet Laws Relating to Birth Control in the United States and its Territories, New York, Birth Control Clinical Research Bureau, 1938.

19 Voir les articles « Love and marriage », The Woman Rebel, vol. 1, n° 1, mars 1914, p. 3 ; ainsi que « La tragédie de l’émancipation féminine », p. 151-155 dans cette anthologie. Emma Goldman fut une figure inspiratrice pour Margaret Sanger. De ce fait, une sélection de ses textes est proposée dans cet ouvrage.

20 Anarchism and Other Essays, New York, Mother Earth Publishing Association, 1910. Elle est la rédactrice du journal Mother Earth de 1906 à 1917. Son pamphlet Why and How the Poor Should Not Have Many Children a été écrit en collaboration avec Benjamin L. Reitman.

21 Anarchiste américaine d’origine russe, Emma Goldman (1869-1940) est connue pour ses discours et ses écrits radicaux libertaires et féministes.

22 Max Eastman (1883-1969) est un écrivain américain qui fonda le journal socialiste The Masses, puis The Liberator . John Reed (1887-1920) est un écrivain et un journaliste radical qui contribua au journal The Masses, tout comme Floyd Dell (1887-1969) et Upton Sinclair (1878-1968). Mabel Dodge (1879-1962) est une radicale, considérée comme le symbole de la « nouvelle femme ».

23 Emma Goldman s’attaqua à Anthony Comstock dans son article « Victims of morality », Mother Earth, mars 1913, p. 19-24. Parmi les principaux représentants de la « nouvelle moralité » se trouvent Havelock Ellis, Edward Carpenter et Ellen Key.

24 À propos de l’influence de l’idéologie anarchiste sur la pensée de Margaret Sanger, voir L. Gordon, The Moral Property of Women, p. 147-149.

25 Le premier numéro du journal The Woman Rebel contenait un article d’Emma Goldman intitulé « Love and marriage ». E. Chesler, Woman of Valor, p. 87.

26 Le terme « birth control » fut trouvé par Otto Bobsein. Sur les origines de ce terme et les différentes expressions envisagées, voir The Autobiography of Margaret Sanger, p. 108. Pour une définition de ce terme, voir « Le pivot de la civilisation », p. 135-136 dans cette anthologie.

27 Woman and the New Race, chapitre 1.

28 M. W. Dennett, Birth Control Laws, p. 67. Jusqu’au milieu des années 1920, Mary Ware Dennett conduisit une campagne pour le retrait des lois fédérales interdisant la distribution de contraceptifs.

29 The Sex Side of Life traite de la sexualité comme un phénomène naturel résultant de l’amour entre deux êtres et contient des illustrations des organes reproductifs masculins et féminins.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search