Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vision du monde de Wilhelm von Humboldt

 | 
Anne-Marie Chabrolle-Cerretini

Conclusion

Texte intégral

1Nous avons commencé l’histoire de la vision du monde en évoquant Humboldt à la fin du XVIIIe siècle, pour le saisir dans sa pensée anthropologique qui participe complètement de ce débat sur l’autonomisation du concept d’homme, examiné, jusqu’à cette époque-là, à l’intérieur du discours philosophique. Nous avons pu mesurer combien Humboldt, une fois défini le cadre théorique et méthodologique de son anthropologie comparée ayant pour objet la connaissance de l’homme dans son individualité (étude comparative historique qui se veut conçue à des fins multiples, d’utilité, de morale, de culture et de progrès), va rapidement parcourir la distance intellectuelle qui le sépare de son étude linguistique. Toutes les interrogations qui l’animent vont converger, en un temps assez bref, en effet, vers la conviction que la dimension langagière de l’homme est susceptible de conduire à la compréhension des particularités des groupes humains. D’une anthropologie comparée, Humboldt en vient à une linguistique fondée sur la diversité des langues.

2L’originalité de Humboldt réside en une définition de la langue comme un lieu vivant qui intègre d’une part le rapport avec la pensée et le monde extralinguistique et, d’autre part, le lien avec une communauté humaine, une nation. L’interaction continue et créatrice entre la pensée, la langue et le monde est fécondée par une nation qui donne à la langue particulière l’essence de son individualité, et qui, dans le même temps, se constitue en tant que nation grâce à la langue. Cette individualité incarnée dans la forme interne de la langue s’exprime dans une vision du monde. Ce concept qui apparaît pour la première fois en 1820 désigne la saisie organisée du monde extérieur par la langue, la façon de comprendre la réalité extralinguistique, la manière de s’y référer et de la construire par le discours. La modernité de Humboldt se tient tout entière dans ce concept de vision du monde que nous pouvons définir, aujourd’hui, comme un lien vivant.

3Cette mise en rapport des différentes fonctions historique, sociale, cognitive, expressive et communicationnelle du langage est d’une grande complexité. Tout est relié : soit de façon bidirectionnelle, comme la langue et la pensée qui ne sont plus conçues dans la dualité traditionnelle, soit de façon circulaire, comme la langue qui constitue la nation qui elle-même nourrit la langue, soit encore de façon enchâssée comme la relation de l’être inclus dans le groupe, lui-même partie de la nation qui appartient à l’humanité. La clairvoyance et l’effort de Humboldt de penser le langage de façon globale, de ne pas isoler ses traits définitoires, de fédérer les contradictions (apparentes, donc) nous convient à apprécier, à sa juste valeur, la richesse et l’actualité des mises en liens, à chercher à appréhender cette théorie dans la globalité qui la caractérise sans essayer ni de la démonter, ni de disjoindre, ni de réduire et d’ordonner ce qui a été pensé au contraire dans la complémentarité, la récursivité et l’interaction continue. Cette remarque est à faire valoir pour le projet d’étude comparée que Humboldt a élaboré dans la perspective de cerner les visions du monde, qui associe un programme de description structurale des langues à une étude herméneutique de la littérature des nations. Cette remarque vaut aussi pour les deux perspectives de recherche, la dimension comparative intervenant au terme d’une description structurale de chacune des langues et la dimension générale de l’étude.

  • 1 H. Meschonnic, « Humboldt, plus d’avenir que de passé », 2004 ; « Penser Humboldt aujourd’hui », 19 (...)

4Henri Meschonnic1 écrit volontiers que Humboldt, philosophe et linguiste, a plus d’avenir que de passé. Tout au long de cet essai, je m’en suis tenue à la part linguistique de sa pensée, concentrée comme nous l’avons vu autour du concept de vision du monde et, au moment de mettre un terme à cet essai, je parviens à la même conclusion, qu’il existe bien un futur pour Humboldt.

  • 2 I. Stengers et J. Schlanger, Les concepts scientifiques, 1991, p. 91-92.

5Le concept n’a pas évolué en conformité avec le projet linguistique humboldtien. La vision du monde, comme d’autres concepts, a quitté son contexte théorique d’origine pour circuler dans les sciences humaines, dès le milieu du XIXe siècle, sans référence à la globalité de la linguistique de Humboldt. Comme l’écrivent Isabelle Stengers et Judith Schlanger2, entre les nouveaux contextes et le concept, toutes les boutures, les hybridations sont permises, et c’est bien ce que nous pourrions constater si nous entreprenions une étude de la réception des idées de Humboldt. Dès le début de cet essai nous évoquions un voyage ; nous pouvons penser légitimement à la probabilité d’un retour. Issu d’une théorisation relevant d’une linguistique générale, le concept de vision du monde n’a pas, pour l’instant, réintégré son domaine scientifique, enrichi et modifié par son périple. La problématique de la diversité linguistique reste encore à traiter. Par ailleurs, le concept demeure pertinent à analyser dans les questions fondamentales qu’il pose toujours. Pour problématiser la dimension linguistique du processus identitaire comme pour penser le changement linguistique dans le dépassement de l’opposition trop rigide du plan de la langue et du discours, on peut entrevoir ce que la théorisation humboldtienne de la diversité des langues nous apporterait.

6Le concept est arrivé trop tard au XIXe siècle, disent certains linguistes, trop tôt disent les plus optimistes d’entre eux.

Notes

1 H. Meschonnic, « Humboldt, plus d’avenir que de passé », 2004 ; « Penser Humboldt aujourd’hui », 1995.

2 I. Stengers et J. Schlanger, Les concepts scientifiques, 1991, p. 91-92.

© ENS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540