Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vision du monde de Wilhelm von Humboldt

 | 
Anne-Marie Chabrolle-Cerretini

Troisième partie. Les principes d'une recherche des visions du monde

Chapitre VI

La linguistique humboldtienne

Texte intégral

1La linguistique humboldtienne réunit et organise toutes les perspectives d’études envisageables tant sur le plan de la langue que sur le plan du discours. Ce chapitre dévoile l’architecture complexe d’une étude de la diversité des langues.

L’étude de la structure de la langue

Une description exhaustive

2Le premier axe qui concerne l’organisme de la langue s’intéresse à la description de la structure de la langue, Bau, que Humboldt a choisi de rendre en français par « charpente » et « structure » :

  • « Quoique, s’il m’est permis de me servir de cette expression, la charpente de toutes les langues […] » ;
  • « l’étude simultanée de la structure » ;
  • « […] sa structure […] est une structure organique » ;
  • « leur propre structure primitive »1.

3Les deux termes évoquent les éléments qui organisent la langue, non seulement ses composantes reliées entre elles participant à son fonctionnement, mais aussi les voies empruntées pour cette structuration. La nature organique de la langue dicte son étude :

  • 2 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et (...)

C’est un être organique, il faut le traiter comme tel. La première règle est donc d’étudier avant tout chaque langue connue dans sa connexion interne, d’y rechercher toutes les analogies possibles, de les ordonner systématiquement, afin d’en tirer par l’intuition la connaissance de la liaison grammaticale des idées en chaque langue, celle de l’extension du concept désigné, de la nature de cette désignation et de l’élan spirituel plus ou moins vif qui lui est inhérent et la pousse à s’étendre et à s’affiner.2

  • 3 La recherche linguistique comparative, traduit par P. Caussat, Introduction à l’œuvre sur le kavi e (...)

4La langue doit être perçue dans sa « connexion interne » dans la traduction de Denis Thouard, dans sa « cohésion interne » chez Pierre Caussat3. L’idée commune qui est traduite est bien celle que tous les choix qui s’opèrent à l’intérieur de la langue sont reliés entre eux, c’est ce qu’évoque Zusammenhang. L’emploi du terme de « connexion » précise que les rapports sont ceux de la similitude ou de la dépendance. La traduction de Pierre Caussat me paraît ajouter, sans raison, à la pensée de Humboldt le fait que cet ensemble dont les parties sont intimement liées est aussi organisé logiquement. Il semble qu’à ce niveau-là de l’intimité de la langue Humboldt a simplement voulu exprimer l’idée de liens.

5Pour mettre à jour ce maillage interne, il convient de prendre en compte le caractère dynamique de la langue qui permet une perpétuelle adaptation :

Mais le fonctionnement de la langue ne s’épuise pas dans la production et la mise au point d’un phénomène particulier ; il doit en même temps laisser ouvert l’horizon qui lui donne la possibilité de produire une foule inépuisable d’autres phénomènes encore imprévisibles et répondant à l’ensemble des conditions qui lui sont imposées par la pensée. Car elle est la contrepartie d’un domaine infini et véritablement illimité, le champ englobant de tout le pensable. C’est pourquoi elle est appelée à faire, à partir de moyens finis, un usage infini, puisque aussi bien c’est une seule et même force qui produit à la fois la pensée et la langue.

  • 4 Introduction à l’œuvre sur le kavi, traduit par P. Caussat, 1974, p. 246 et p. 250 (GS VI, p. 98-99 (...)

Le point de vue adopté ici met en lumière l’unité du répertoire lexical dans une langue donnée. Ce répertoire forme un ensemble unifié, parce que c’est une seule et même force qui l’a produit et que cette production s’est poursuivie selon un enchaînement indivisible. Son unité repose sur la cohésion – régie par l’affinité des concepts – des intuitions médiatrices et des éléments phonétiques. C’est cette cohésion systématique que nous avons à serrer de plus près.4

  • 5 Sur l’étude du langage ou plan pour une encyclopédie systématique de toutes les langues, traduit pa (...)

6Cette unité qu’il faut découvrir est due en partie à un réseau d’analogies. L’analogie, principe cognitif fondamental, est bien désignée comme celui de la formation de la langue. C’est l’élément organisateur à trouver : « Une seule chose importe c’est de trouver l’esprit qui préside à son analogie »5, trouve-t-on écrit dès 1801-1802.

  • 6 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 325.

7Le principe analogique est reconnu comme constituant la langue depuis les Grecs, mais contrairement aux grammairiens de l’Antiquité, Humboldt lui accorde une valeur cognitive, inhérente à la langue et qui se développe à l’intérieur de celle-ci. Toutes les analogies développées dans la langue ne sont plus forcément visibles, ayant évolué avec le temps. Néanmoins, il convient de mettre à nu ce « systeme complèt des analogies »6 qui, du point de vue grammatical et lexical, demeure perceptible et d’isoler les éléments de la langue pour lesquels il est désormais impossible de repérer de tels liens.

8Le premier axe de recherche doit permettre de répondre à un certain nombre de questions sur la manière dont la langue s’y prend pour s’acquitter de tout ce qu’elle doit faire afin de satisfaire les besoins de ses locuteurs. Pour ce qu’elle doit accomplir d’un point de vue grammatical :

  • 7 Sur le caractère national des langues (extraits), traduit par P. Caussat, 1996, p. 436 (GS IV, p. 4 (...)

[…] quelles perspectives elle tire de chacune des parties du discours prise séparément et de leur liaison ?
De quelle espèce de marque elle se sert pour désigner les concepts grammaticaux (apposition, flexion, apophonie, etc.) ?
Quels éléments phonétiques elle destine à cette fin (s’agit-il seulement de certains sons, comme ceux qu’on dit en arabe serviles, ou bien de tous, et lesquels, cas par cas ?).7

9Pour ce qui relève du lexique :

  • 8 Sur le caractère national des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langue (...)

[…] comment, du point de vue des sons, des mots proviennent-ils de mots ?
– selon quel mode de représentation dans la signification des mots des concepts peuvent-ils être dérivés de concepts ?
– comment les mots se comportent-ils par rapport aux concepts ? chacun épuise-t-il celui qu’il désigne ou bien contient-il également plusieurs [concepts] voisins ?
– y a-t-il un rapport identifiable entre les sons et leurs significations, et lequel ?8

10Deux types de travaux sur la structure des langues permettent de répondre à ces questions, des monographies sur une langue et des études sur un fait linguistique, une classe de mots ou une « loi d’organisation » observée dans le plus grand nombre de langues possible :

  • 9 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et (...)

Hormis ces monographies de langues prises dans leur ensemble, l’étude comparée des langues demande que l’on passe en revue dans toutes les langues d’autres parties singulières de leur structure, par exemple, le verbe. Car on doit rechercher et relier entre eux tous les fils de la trame d’ensemble, dont certains passent, pour ainsi dire en largeur, à travers les parties équivalentes de toutes les langues, et d’autres, pour ainsi dire en longueur, à travers les différentes parties de chaque langue. Les premiers reçoivent leur direction de l’équivalence, dans toutes les nations, entre le besoin de parler et la faculté de parler ; les derniers, de leur individualité.9

11La traduction de Pierre Caussat est, à mon sens, très justement évocatrice. Elle restitue l’image de la toile d’araignée ou du tissu serré que Humboldt entend confectionner. L’ambition est de parvenir à une « encyclopédie », « une étude complète » qui donnera à voir toutes les langues cernées par une analyse de tous leurs aspects :

  • 10 La recherche linguistique comparative, traduit par P. Caussat, Introduction à l’œuvre sur le kavi e (...)

Mais outre ces monographies globales, la théorie comparative doit s’attacher à des segments singuliers de la construction linguistique, tel, par exemple, le verbe dont on suivra le sort que lui réserve la série entière des langues. Car il s’agit de décroiser et de recroiser tous les fils du réseau linguistique ; les uns, dans le sens de la largeur, si l’on peut dire, mettant en cause les segments similaires de toutes les langues ; les autres, dans le sens de la longueur, faisant interférer les segments de nature diverse à l’intérieur de chaque langue. Les premiers sont fonction de l’identité des besoins et des potentialités linguistiques présents dans toutes les nations ; les seconds signalent les traits individuels que chacune d’elles possède en propre.10

12Toutes les langues entrent dans ce tissage qui doit dévoiler les particularités de chacune d’entre elles.

Une méthode inductive et le principe de comparaison

13L’étude exhaustive de la structure d’une langue dans sa cohérence interne ne peut s’effectuer, pour Humboldt, que selon une méthode inductive. En effet, la méthode inverse qui consiste à analyser une langue à partir d’une grille d’observation générale élaborée souvent depuis sa propre langue et des connaissances grammaticales organisées selon toute vraisemblance autour du modèle gréco-latin a fait ses preuves et a démontré ses limites, nous l’avons vu :

  • 11 Introduction à l’œuvre sur le kavi, traduit par P. Caussat, 1974, p. 245 (GS VII, p. 97).

S’agissant d’organisme en contact immédiat avec la dynamique spirituelle et s’exprimant dans un système complètement articulé, les délimitations qu’on peut y opérer ne définissent pas seulement des parties, mais aussi des lois de fonctionnement, ou plutôt, pour employer des expressions qui n’empiètent pas, si peu que ce soit, sur la recherche inductive, des directions et des intentions de fonctionnement. On peut les comparer, en prenant pour modèle les organismes corporels, aux lois physiologiques dont l’observation scientifique requiert un traitement tout autre que celui qui est exigé par la description anatomique des parties prises une à une. Il ne s’agira donc pas ici de procéder de proche en proche et de façon discontinue, comme le font nos grammairiens, et de traiter, à la suite, du système phonétique, du nom, du pronom, etc., mais de repérer les propriétés spécifiques des langues, propriétés qui saturent chacune de ces parties et contribuent à leur rigoureuse détermination.11

14Opter pour une approche inductive revient à rechercher les lois internes de la langue et à ne pas courir le risque de s’arrêter uniquement aux phénomènes qui diffèrent des hypothèses de départ. Cette démarche doit favoriser la caractérisation. Ce qui caractérise une langue peut être exclusif à celle-ci ou commun à bien d’autres, il n’en reste pas moins que tous ces éléments concourent à l’individualiser. La particularité comme témoignage unique d’une universalité du langage a plus de probabilités de se laisser appréhender dans cette observation non guidée de la langue.

15Le principe de comparaison est sollicité pour servir divers objectifs. Il est utilisé d’une part comme la méthode inductive pour cerner le particulier, dans la confrontation avec d’autres singularités. D’autre part, le recours à la comparaison relève de la nécessité de renseigner le général à partir du particulier. Le traitement du rapport entre une langue particulière et le langage est déjà évoqué en français, en 1812 :

  • 12 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 315-316.

[…] il ne faut jamais perdre de vuë l’ensemble qu’on veut approfondir, l’organisation du langage en général, ou l’étendue de l’esprit humain, ses variétés, et ses progrès, en tant qu’il est influencé ou qu’il dépend de la langue dans laquelle il exprime ces idées.12

16La comparaison intervient après les études menées sur chacune des langues ou sur les « parties » ou « segments linguistiques ». Elle doit garantir une neutralité et une absence d’arbitraire dans les affirmations sur les langues :

  • 13 Ibid., p. 327.

Avant que de comparer plusieurs langues, il faut premièrement approfondir chacune d’elles en particulier, ce qui ne se fait point en feuilletant simplement son dictionnaire, mais uniquement par une étude plus lente et plus sévère, et en consultant surtout aussi les travaux de ceux qui se sont occupés exclusivement d’elle seule.13

17La comparaison participe aussi à cette grande entreprise de constitution d’une « toile » des langues. C’est un principe qui permet d’ordonner et de classer les résultats obtenus :

  • 14 Ibid., p. 326.

On pourroit en réunissant méthodiquement l’organisation de toutes les langues connues former une grammaire, ou plutôt puisque l’idée de grammaire est trop rétrécie pour ce qui doit être désigné ici, un système du langage non pas philosophiquement, mais historiquement général. Ce systême auroit nécessairement une partie élémentaire qui ne traiterait que des lettres qui composent les langues, et de leurs rapports en tant qu’ils tiennent uniquement à leurs sons et leur prononciation, une partie grammaticale qui prendroit en considération la manière de lier les mots pour en former un discours, enfin une partie lexicale qui cependant ne feroit pas l’énumération des mots mêmes, mais renfermeroit simplement les règles et les analogies de leur formation. Chacune de ces parties commenceroit par l’exposition des idées abstraites qui la regardent, puisque tout ce qui est réel, doit être classé, ordonné et jugé d’après des idées générales et donneroit après le tableau des langues existantes.14

18À l’intérieur de ces trois parties, d’autres regroupements sont envisagés selon les degrés et le nombre des différences :

  • 15 Ibid.

Ici on rangeroit en premier lieu ce que toutes les langues les plus différentes ont de commun ensemble, feroit suivre après ce qui appartient chaque fois à un plus grand nombre d’elles, et descendroit ainsi successivement aux plus petites particularités. Toutes les langues qui se ressemblent sous quelque point de vue que cela soit, se trouveroient pour lors rangées ensemble, et en descendant des premiers chapitres aux derniers on se formeroit en même tems une idée complette de leurs qualités distinctives.15

  • 16 C. Normand, « La question d’une science générale », 2000, p. 442.

19D’avoir pensé le langage dans sa dimension anthropologique a eu pour conséquence de toujours viser l’organisation de l’étude des particularités linguistiques dans le cadre d’une étude générale qui doit se comprendre comme « une réflexion unifiante sur la diversité des langues »16 :

  • 17 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 309.

L’étude des langues doit examiner, défricher et fertiliser ce domaine, et les recherches sur une langue quelconque ont par conséquent toujours un double but, d’expliquer la langue particulière par l’universalité de celles que nous connoissons, et de jetter du jour sur les langues en général par elle ; de mieux déterminer l’étendue et la distribution du domaine que nous venons de décrire, par l’examen d’une langue particulière, et d’apprendre à connoître les intentions et les moyens de celle-ci par les intentions et les moyens de l’homme parlant, en général.17

20La dimension générale de la linguistique de Humboldt ne peut être niée même si elle ne satisfait pas à tous les critères retenus pour caractériser cette science générale dont il est courant d’avancer que l’idée n’en devient effective qu’aux alentours de 1880. L’étude de Humboldt affiche la même vocation de rassembler et d’organiser de façon systématique les connaissances sur le plus de langues possible. Son but est de dégager des enseignements généraux sur les développements cognitifs du langage, et non pas les traits universels de celui-ci :

  • 18 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et (...)

Ce n’est que par l’examen de langues […] que l’on peut répondre à la question générale : comment apprécier l’incidence de la diversité des langues en général sur la culture du genre humain ?18

21Bien que le plan général soit l’enjeu ultime de la recherche humboldtienne, l’examen des langues comme parties d’un ensemble constitue un pan de l’étude à part entière et n’est ni discrédité ni sous-estimé. Le rapport partie/tout est défini par Humboldt dans ses écrits où les langues sont présentées comme des compléments, des pendants, et forment un prisme :

  • 19 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 309.
  • 20 Ibid., p. 80 (GS IV, p. 15).

Car toutes les langues ensemble ressemblent à un Prisme dont chaque face montreroit l’univers sous une couleur différemment nuancée.19 La langue n’est pas faite d’atomes isolés, chacun de ses éléments s’annonce comme simple partie d’un ensemble.20

  • 21 Pour la thèse d’une conception holiste du langage chez Humboldt, voir J. Habermas, Vérité et justif (...)

22Ce rapport partie/tout relève d’un emboîtement complexe chez Humboldt. Il dépasse l’approche réductionniste qui ne voit que les parties, mais ne peut être compris non plus comme relevant d’une conception holiste du langage qui ne voit que le tout21.

23Il n’y a pas d’étude menée à terme qui puisse être vraiment considérée comme le prototype d’une analyse de la structure des langues. Malgré tout, l’étude Le duel exemplifie parfaitement la démarche qu’entend appliquer Humboldt pour l’observation d’un phénomène linguistique dans plusieurs langues. L’analyse se décompose en quatre parties.

  • La première établit l’aire géographique couverte par les langues qui présentent le système du duel. Humboldt remarque ainsi pour l’exemple qu’il traite trois grandes zones, qui correspondent aux langues sémitiques (essentiellement l’arabe), aux langues de l’Inde et au lapon pour l’Europe. Il note pour le gallois un phénomène grammatical qui peut être rapproché du duel.
  • La deuxième partie présente une typologie du traitement du duel par ces langues. Trois classes sont dégagées. L’une regroupe les langues qui organisent la catégorie du duel autour de la relation je/tu en la limitant à la classe pronominale, une autre autour des objets qui vont par paires et qui n’étendront pas la catégorie du duel au-delà de la classe des substantifs, et enfin une dernière classe qui réunit les langues qui marquent le duel dans toutes les parties du discours.
  • La troisième partie a pour but de répartir les langues recencées selon la typologie établie.
  • La dernière est consacrée à l’analyse de multiples exemples et brosse ainsi l’étendue des réalisations de cette catégorie du nombre.

L’étude du caractère de la langue

Le terme du processus d’individuation

  • 22 Sur le caractère national des langues, traduit par D. Thouard, 2000, p. 143. Voir aussi Sur le cara (...)

24Le second axe d’étude s’organise autour du caractère de la langue. Comme Humboldt l’écrit dans les années 1822-1824, la manifestation du caractère la plus accomplie est dans « l’usage vivant du discours »22. Il exclut les productions langagières quotidiennes. Outre la nature éphémère de ces types d’échanges oraux ou écrits entre les interlocuteurs, c’est leur absence de finalité esthétique qui pousse Humboldt à se tourner vers les productions langagières qui s’inscrivent dans le temps, les textes littéraires. « Littéraire » est ici pris dans son acception large, c’est-à-dire l’ensemble des œuvres écrites auxquelles on reconnaît une finalité esthétique. Parmi tous les actes de production langagière, c’est, en effet, dans la littérature produite par la nation que le caractère de la langue se manifeste de façon optimale. La langue étant utilisée comme fin, elle est alors « poussée » et exploitée dans ses moindres potentialités pour permettre un développement intellectuel maximal.

25Le second argument justifiant que l’on se concentre sur l’œuvre écrite est sa double influence sur les nations dont elle est l’expression spirituelle :

  • elle continue à exercer une action à long terme sur la langue, donc sur la nation ;
  • elle peut être objectivée et alors se manifeste, de façon plus consciente, à la nation.

26Il reste à comprendre comment s’opère chez Humboldt, sans fracas épistémologique, le passage d’une étude de la particularité d’une langue au niveau de la structure alimentée, par définition, par une nation tout entière, à l’étude du caractère qui repose sur la création de quelques membres de ladite nation.

  • 23 Introduction à l’œuvre sur le kavi, traduit par P. Caussat, 1974, p. 320 (GS VII, p. 167).
  • 24 Ibid., p. 320 (GS VII, p. 167).

27La langue va être nourrie par « deux sources complémentaires qui alimentent son énergie tout en contribuant à sa décantation »23. En fait le peuple n’est pas démis de sa fonction constituante de la langue. Il se trouve qu’à ce troisième stade de sa relation avec la langue, la nation ressent ce besoin de « chants, formules de prière, dictons, contes, tout respire le désir d’échapper à la précarité fugitive de la conversation ; on les recueille, on en fait des variantes, on les imite »24. C’est le rôle des écrivains-artistes-philosophes que de prendre en charge cette étape de création littéraire sans que soit rompu le lien unissant le peuple, les écrivains-artistes-philosophes et les grammairiens qui « mettent la dernière main à l’achèvement de l’organisme » :

  • 25 Ibid., p. 321 (GS VII, p. 168).

On peut concevoir qu’un tel travail d’élaboration s’étende sur différentes époques ; mais, si la langue qui en reçoit les effets doit rester proche du peuple en même temps qu’elle se consolide, il faut qu’il y ait un circuit continu et régulier qui aille du peuple aux écrivains et aux grammairiens pour revenir ensuite irriguer le peuple.25

  • 26 Ibid., p. 346 (GS VII, p. 193).

28Humboldt distingue la poésie de la prose. Ce sont « deux modes d’approche différents d’une fin semblable »26. La fin étant le rapport à la réalité, pour la poésie il s’agit de capter dans l’expérience que l’on a de la réalité sa part sensible, tout en demeurant éloigné de la réalité elle-même, pour la prose il s’agit, au contraire, de donner à comprendre le réel. Les deux mouvements par rapport au réel sont nécessaires à l’esprit humain :

  • 27 Ibid., p. 347 (GS VII, p. 194).

L’intention qui s’investit dans la poésie et celle qui s’investit dans la prose sont appelées à coopérer chacune pour sa part à la tâche commune : permettre à l’homme de s’enraciner profondément dans la réalité tout en projetant avec allégresse loin au-delà de cette même réalité le libre épanouissement de ses richesses.27

29On parvient au terme du processus qui individualise la langue. La compréhension du réel était l’enjeu cognitif de la contruction de la langue, le discours littéraire comme finalité de celle-ci s’élabore par rapport à cette même réalité. S’il y avait quelques enjeux d’ordre esthétique pour Humboldt dans le questionnement qui l’a conduit à la caractérisation des nations, la boucle semble sur le point de se refermer.

Une démarche herméneutique

30Humboldt ne cache pas la difficulté à entreprendre l’analyse du caractère. Les études de la structure et du caractère sont les objets d’une même linguistique. Tout se tient, mais le caractère est ce que Humboldt désigne lui-même comme der Schulsstein, la « clé de voûte », que nous pouvons prendre assurément au pied de la lettre comme l’étape dont dépend l’équilibre de la théorie du langage :

  • 28 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et (...)

Mais si précis et complet que soit l’examen de l’organisme des langues, ce qui est décisif est ce qu’on fait d’elles au moyen de cet organisme, à commencer par leur usage. […] Là est donc la clé de voûte de la linguistique, le point où elle s’unit à la science et à l’art.28

31Cette étude du caractère entre « science et art » n’a pas été définie aussi explicitement que celle de la structure. Malgré tout, nous pouvons dégager clairement l’esprit qui la régit à partir :

  • des premiers ouvrages esthétiques et anthropologiques de Humboldt ;
  • du courrier qu’il adresse à Goethe au moment de son voyage en Espagne, dans lequel il lui expose son projet d’écriture qui « vise plus à reproduire une idée individuelle des choses qu’à donner une description aride quelconque »29 ;
  • et enfin, du discours de 1821, La tâche de l’historien, lu à l’Académie de Berlin, un an après celui sur l’étude comparée des langues. Si ce texte est un véritable discours sur la méthode à suivre pour l’écriture de l’histoire, Humboldt, dans un texte postérieur, nous autorise à transposer celle-ci à l’étude du caractère30.

32La première phase de l’étude concerne la composition du corpus. Le linguiste réunit pour son analyse des textes d’auteurs variés et d’époques d’écriture différentes. Après cette première sélection, une seconde, définitive, ne retiendra que les textes nécessaires qui évitent des redondances. Vient ensuite la phase d’analyse de ce corpus littéraire. Cette dernière est pensée dans le cadre d’une démarche herméneutique. Le linguiste doit relever les éléments de la langue qui ont été actualisés et les relier au contenu exprimé.

33Le but n’est pas la transcription d’une succession de faits. Le linguiste doit trouver des liens entre les faits linguistiques et le sens dans une œuvre. Il répète cette recherche dans toutes les œuvres sélectionnées. Ensuite il doit ordonner les résultats, mieux encore, trouver ce qui en fait un tout, dégager leur cohérence interne. Il est indispensable que le linguiste dégage les liens de ce qui agit ensemble :

  • 31 La tâche de l’historien, traduit par A. Disselkamp et A. Laks, 1985, p. 72 (GS IV, p. 40-41).

L’histoire doit toujours provoquer cet effet intérieur, quel que soit son objet, qu’elle raconte un tissu d’événements interdépendants ou un événement particulier. Un historien digne de ce nom doit exposer chaque événement comme partie d’un tout, ou, ce qui revient au même, exposer à travers chacun la forme de l’histoire en général.31

34C’est dans cette recherche des liens qu’intervient la capacité créatrice du linguiste, devant se développer entre les faits et le sens à trouver à cette totalité.

35Dans le texte de 1821, Humboldt établit la comparaison entre l’exposition historique et la représentation artistique :

  • 32 Ibid., p. 72-73 (GS IV, p. 41).

L’exposition historique est, comme la représentation artistique, imitation de la nature. L’une et l’autre ont pour base la connaissance de la vraie forme, la découverte du nécessaire, l’exclusion du contingent. Il ne faut donc pas avoir de scrupules à appliquer la procédure de l’artiste, dont la connaissance est plus aisée, à celle de l’historien, sur laquelle pèsent plus de doutes.32

36Humboldt envisage toutes les solutions offertes à l’historien pour écrire l’événement, la « forme ». Il exclut la solution qui consiste à copier les formes vivantes de la façon la plus ressemblante. Il lui semble que la solution de partir de l’intérieur de l’événement soit en revanche celle qu’il convient d’adopter :

  • 33 Ibid., p. 73. Voir aussi La tâche de l’historien, traduit par P. Caussat, Introduction à l’œuvre su (...)

Deux voies s’offrent à l’imitation de la forme organique : soit que l’on copie immédiatement les contours extérieurs, aussi précisément que l’œil et la main en sont capables, soit que, en partant de l’intérieur, on étudie au préalable la manière dont les contours extérieurs naissent du concept et de la forme du tout, qu’on procède à l’abstraction des rapports et qu’on se livre à un travail grâce auquel la forme soit d’abord saisie tout autrement que le regard profane ne la perçoit, puis si profondément renouvelée par l’imagination que, par-delà même son accord littéral avec la nature, elle porte en elle une vérité plus haute.33

  • 34 Ibid., traduction de P. Caussat, 1974, p. 40 (GS IV, p. 37-38).
  • 35 Ibid., traduction d’A. Disselkamp et A. Laks, 1985, p. 68-69 (GS IV, p. 37).

37À partir de ce qui est observable, le linguiste doit induire un certain nombre de traits concomitants qui font sens. Il ne s’agit pas de créer ex nihilo, mais de produire « une puissance capable d’ouvrir les perspectives et de prodiguer les enchaînements »34, ou pour reprendre la traduction d’Annette Disselkamp et d’André Laks, si l’imagination n’est pas sollicitée à l’état pur, elle « se nomme plus justement intuition et talent de coordination »35. L’étude du caractère ressemble ainsi à une mise en regard de traits choisis et ordonnés pour donner à voir et comprendre l’individualité de la langue qui s’exprime.

  • 36 Ibid., traduction de P. Caussat, 1974, p. 49 (GS IV, p. 47).

38Cette compréhension se construit à partir d’une recherche d’analogons qui suppose ainsi l’existence d’« une connivence antérieure et originaire entre le sujet et l’objet »36 :

  • 37 Ibid., traduction d’A. Disselkamp et A. Laks, 1985, p. 78. Voir aussi la traduction de P. Caussat, (...)

Toute compréhension d’une chose présuppose comme condition de sa possibilité que celui qui comprend possède d’emblée un analogon de ce qui sera ensuite effectivement compris, un accord préalable et original entre le sujet et l’objet. La compréhension ne saurait jamais être un simple développement à partir de celui-là, ni un simple prélèvement opéré sur celui-ci, mais est l’un et l’autre simultanément. Car elle consiste toujours à appliquer à un nouveau cas particulier une généralité antérieurement donnée.37

  • 38 J. Trabant, Humboldt ou le sens du langage, 1992, p. 169.

39En ce qui concerne la nature de l’« analogon », on peut avancer qu’il s’agit de passerelles interprétatives latentes, « antérieures », entre le chercheur et l’objet qui doivent être extériorisées. Pour Jürgen Trabant, c’est une compréhension qui s’apparente « à un dialogue, à une entente »38 entre le chercheur et l’objet.

40La vision du monde d’une langue se dégage de cette étude, partie de la structure pour être finalisée dans celle du caractère. Elle est la somme de ces éléments de description structurelle et de l’analyse des œuvres écrites, qui révèle le projet créateur du peuple qui chemine avec la langue depuis ses débuts.

Notes

1 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 308, 311, 321 et 323.

2 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, 2000, p. 79 (GS IV, p. 10).

3 La recherche linguistique comparative, traduit par P. Caussat, Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 1974, p. 78.

4 Introduction à l’œuvre sur le kavi, traduit par P. Caussat, 1974, p. 246 et p. 250 (GS VI, p. 98-99 et p. 102).

5 Sur l’étude du langage ou plan pour une encyclopédie systématique de toutes les langues, traduit par P. Caussat, La langue source de la nation, 1996, p. 431-432 (GS VII, p. 600).

6 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 325.

7 Sur le caractère national des langues (extraits), traduit par P. Caussat, 1996, p. 436 (GS IV, p. 423).

8 Sur le caractère national des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, 2000, p. 135 (GS IV, p. 423).

9 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, 2000, p. 79-81 (GS IV, p. 11).

10 La recherche linguistique comparative, traduit par P. Caussat, Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 1974, p. 78.

11 Introduction à l’œuvre sur le kavi, traduit par P. Caussat, 1974, p. 245 (GS VII, p. 97).

12 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 315-316.

13 Ibid., p. 327.

14 Ibid., p. 326.

15 Ibid.

16 C. Normand, « La question d’une science générale », 2000, p. 442.

17 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 309.

18 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, 2000, p. 91-93 (GS IV, p. 19). Voir aussi La recherche linguistique comparative, traduit par P. Caussat, Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 1974, p. 84.

19 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 309.

20 Ibid., p. 80 (GS IV, p. 15).

21 Pour la thèse d’une conception holiste du langage chez Humboldt, voir J. Habermas, Vérité et justification, 2001.

22 Sur le caractère national des langues, traduit par D. Thouard, 2000, p. 143. Voir aussi Sur le caractère national des langues (extraits), traduit par P. Caussat, 1996, p. 439 (GS IV, p. 426).

23 Introduction à l’œuvre sur le kavi, traduit par P. Caussat, 1974, p. 320 (GS VII, p. 167).

24 Ibid., p. 320 (GS VII, p. 167).

25 Ibid., p. 321 (GS VII, p. 168).

26 Ibid., p. 346 (GS VII, p. 193).

27 Ibid., p. 347 (GS VII, p. 194).

28 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, 2000, p. 81-83. Voir aussi La recherche linguistive comparative, traduit par P. Caussat, Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 1974, p. 79 (GS IV, p. 12-13).

29 Lettre à Goethe, citée par A. Farinelli, « Guillaume de Humboldt et l’Espagne », 1898, p. 51.

30 P. Caussat et J. Trabant se sont déjà exprimés sur la valeur méthodologique de ce texte pour l’écriture d’une anthropologie : Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 1974, « Introduction à La tâche de l’historien », p. 37 ; J. Trabant, Humboldt ou le sens du langage, 1992, p. 168.

31 La tâche de l’historien, traduit par A. Disselkamp et A. Laks, 1985, p. 72 (GS IV, p. 40-41).

32 Ibid., p. 72-73 (GS IV, p. 41).

33 Ibid., p. 73. Voir aussi La tâche de l’historien, traduit par P. Caussat, Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 1974, p. 44 (GS IV, p. 41-42).

34 Ibid., traduction de P. Caussat, 1974, p. 40 (GS IV, p. 37-38).

35 Ibid., traduction d’A. Disselkamp et A. Laks, 1985, p. 68-69 (GS IV, p. 37).

36 Ibid., traduction de P. Caussat, 1974, p. 49 (GS IV, p. 47).

37 Ibid., traduction d’A. Disselkamp et A. Laks, 1985, p. 78. Voir aussi la traduction de P. Caussat, 1974, p. 49 (GS IV, p. 47).

38 J. Trabant, Humboldt ou le sens du langage, 1992, p. 169.

© ENS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540