Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vision du monde de Wilhelm von Humboldt

 | 
Anne-Marie Chabrolle-Cerretini

Troisième partie. Les principes d'une recherche des visions du monde

Chapitre V

Les principes organisateurs de l’étude

Texte intégral

Si la méthode d’embrasser, autant que possible, l’universalité des idiomes connûs est indispensable pour réduire l’étude des langues à un sistême scientifique, elle est également nécessaire pour pénétrer plus avant dans ce qui constitue le but de cette étude même, la connoissance de l’étendue et des développemens de l’esprit humain.
Wilhelm von Humboldt, Essai sur les langues du nouveau continent.

1L’approche théorique de la langue garde son entière cohérence lors de sa mise en œuvre dans le plan d’étude comparée. Chaque concept et chaque mise en liens des fonctions du langage sont traités méthodologiquement. Tout tient ensemble et se trouve justifié. Ce chapitre est consacré aux principes organisateurs de cette étude qui doit mener aux visions du monde des langues.

La constitution du corpus

  • 1 La remarque de Chateaubriand qui rencontre Humboldt à Berlin en 1821 atteste s’il en était besoin q (...)

2Au début du XIXe siècle, nous l’avons vu (p. 48), les Européens peuvent accéder à la connaissance d’un grand nombre de langues du monde entier. Dans le même temps, une ligne politique et épistémologique semble partager ce gigantesque corpus linguistique entre les linguistes qui travaillent à la reconstruction de la famille indo-européenne, s’intéressant exclusivement au sanskrit et aux langues qui peuvent lui être apparentées, et les autres qui se lancent dans l’étude de langues de régions du monde encore méconnues, en raison d’intérêts scientifiques autres que ceux de la grammaire comparée, d’opportunités diverses et de voyages. Ce sont principalement des langues de l’Europe de l’Est, de l’Amérique latine et de l’Afrique qui sont concernées. Humboldt s’intéresse à toutes les langues, pour la raison évidente qu’elles sont chacune un exemplaire de l’aptitude des hommes au langage. Il n’y a pas, pour lui, de petites ou de grandes langues ni de parlers plus dignes d’attention que d’autres1. Dans une étude dont la finalité est de rendre compte de la diversité linguistique, ce serait même antinomique. Reste qu’il convient de s’entourer de toutes les conditions pour que ce but soit atteint. La question de la constitution du corpus s’avère ainsi capitale. Humboldt entend y répondre à partir de différents points de vue, quantitatif, géographique, génétique et historique.

La diversité du point de vue quantitatif

3Un premier critère est celui du nombre de langues à intégrer dans l’étude. Toutes les langues connues sont concernées. C’est une nécessité pour plusieurs raisons.

4D’une part, il est indispensable d’intégrer le plus de langues possible dans l’étude à cause des objectifs revendiqués. Comment rendre compte de la faculté de langage de l’homme sans explorer un maximum de ses développements cognitifs ? C’est la validité même des résultats qui est en jeu. En fait, quand Humboldt rend public son projet linguistique, il est déjà en possession d’un corpus immense. Si nous avons évoqué la dette qu’il exprime envers son frère, nous pouvons citer aussi le fonds recueilli par Lorenzo Hervás y Panduro auquel Humboldt fait également une allusion dans l’Essai. Humboldt a en effet rencontré à Rome entre le 25 novembre 1802 et la fin de l’année 1808 ce jésuite espagnol, bibliothécaire pontifical au palais du Quirinal, qui possède des documents sur les langues du monde entier et particulièrement d’Amérique amassés par ses compatriotes et des Italiens, souvent d’anciens missionnaires. Hervás a prêté à Humboldt son vaste corpus dont on sait combien il a alimenté en exemples les textes sur le duel et sur le kavi notamment.

  • 2 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 303.

5D’autre part, pour Humboldt, l’intégration de toutes les langues connues va de pair avec un recensement du nombre de langues, qui s’affinerait considérablement. Cette perspective comptable apporterait sa contribution à la compréhension des causes de la diversité et à celle des rapports entre la langue et la nation. En effet, il serait souhaitable de parvenir à une estimation du nombre de langues et de celui des locuteurs qui les parlent. En commençant par les situations linguistiques connues, ces chiffres pourraient être comparés à ceux de contextes américains par exemple, Humboldt écrivant volontiers en effet que l’Amérique est encore « un vaste atelier » pour comprendre le mystère « de la formation des langues »2. Ces comparaisons permettraient alors d’éclairer la question de l ‘ évolution des langues par les phénomènes d’engendrement, de fusion et de ramification que l’on discute depuis des siècles.

La diversité du point de vue géographique

6La dimension géographique doit être également prise en compte dans le regroupement des documents pour la future étude. Une représentation de toutes les régions du monde répond au critère scientifique d’objectivité et permet de préciser les rapports éventuels entre les origines d’une langue et sa diffusion sur un territoire donné.

La diversité du point de vue génétique

7De même que les critères de quantité et de localisation spatiale interviennent nécessairement dans la constitution d’un corpus traitant de la diversité, le critère des origines est une donnée incontournable. La différence est que cette dimension est un sujet d’actualité en 1820 et que son traitement tient globalement de l’avancée des connaissances portant sur un plus grand nombre de langues du monde. Pour Humboldt, il ne faut pas s’en tenir aux résultats partiels et discutables obtenus principalement sur la famille indo-européenne. L’on ne peut se fier à aucun résultat tangible. C’est en couplant tous les critères que l’on peut prétendre à un examen véritable de la diversité, qui par ailleurs apportera des éléments de réponse aux reconstructions généalogiques.

8En ce qui concerne le projet humboldtien, le risque d’une analyse peu satisfaisante est majoré si les langues sont apparentées et ne diffèrent pas considérablement. Pour le linguiste, la question des causes de la diversité structurale des langues demeure entière. Pour valider l’hypothèse dominante de différences imputables à la généalogie (grammaire comparée) ou au contraire celle de rapprochements liés au fait que les langues partagent, quel que soit leur degré de parenté, une même étape de leur développement (Humboldt), seule une prise en compte d’un maximum de langues peut faire avancer la connaissance.

La diversité du point de vue historique

  • 3 Sur le caractère national des langues, traduit par D. Thouard, 2000, p. 141. Voir aussi Sur le cara (...)
  • 4 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et (...)

9Le critère historique est un corollaire de la réflexion de Humboldt sur l’origine d’une langue et sur les principes de son évolution. Si l’on considère premièrement qu’« on peut aussi peu imaginer un point où commencerait une nation [qu’un point où commencerait] une langue »3 ; deuxièmement qu’il est improbable qu’un « développement très raffiné »4 de la langue intervienne dès sa naissance, on comprend que pour le linguiste un temps doit s’écouler afin que la langue et la nation entrent dans cette relation constructive et développent un certain nombre des potentialités de la langue d’une façon individuelle. Dans cet intervalle entre la naissance imperceptible d’une langue et la phase où elle est reconnue comme telle, il y a un cheminement historique qui implique fortement la langue et la nation :

  • 5 Sur la naissance des formes grammaticales, traduit par D. Thouard, 1999, p. 79. Voir aussi De l’ori (...)

Partout dans les langues, l’action du temps est couplée avec l’action de l’individualité nationale.5

10Humboldt reconnaît ainsi trois périodes dans la transformation continue des langues :

  • la formation première, mais complète de sa stucture organique ;

  • la transformation produite par des apports étrangers, jusqu’à ce qu’elle parvienne à nouveau à un état de stabilité ;

    • 6 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et (...)

    son développement interne plus poussé, quand sa différenciation (vis-à-vis d’autres) et sa structure sont établies de façon immuable.6

  • 7 Introduction à l’œuvre sur le kavi, traduit par P. Caussat, 1974, p. 318 (GS VII, p. 165).
  • 8 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 338.
  • 9 Introduction à l’œuvre sur le kavi, traduit par P. Caussat, 1974, p. 318 (GS VII, p. 165).

11La première étape de la rencontre entre la langue et la nation se caractérise par le fait que « les nations sont accaparées par la langue elle-même plus que par la fin qu’elle poursuit »7. C’est la structure de la langue qui est l’objet d’attentions. Cette première étape est déterminante puisque c’est de celle-ci que naît une individualité. À plusieurs reprises Humboldt évoque cette singularité qui prend corps par le terme de « cristallisation » : en français, « un point de crystallisation de la matière »8, comme en allemand, « la genèse de la langue ressemble, pour reprendre un terme de comparaison dans la nature physique, au processus de cristallisation »9.

12La deuxième étape demeure encore très liée à la première en ce sens que c’est toujours de la langue elle-même qu’il s’agit. Cette phase est caractérisée par le fait que la langue s’est enrichie d’emprunts et d’influences d’autres langues et qu’elle doit les assimiler selon ses règles internes qui commencent à se fixer.

13La troisième étape voit la langue construite et les liens entre la langue et la nation noués à jamais :

  • 10 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et (...)

On ne peut pas distinguer avec certitude les deux premiers moments. Mais le troisième introduit une différence décisive et essentielle. Le point qui le sépare des autres est celui de l’organisation accomplie où la langue est en possession de toutes ses fonctions dans un usage libre, et au-delà duquel sa structure propre ne subit plus d’altérations.10

14Les langues parvenues à la troisième phase de leur évolution ont construit leur structure interne et la nation peut se préoccuper davantage de l’usage de la langue que de la langue elle-même :

  • 11 Introduction à l’œuvre sur le kavi, traduit par P. Caussat, 1974, p. 320 (GS VII, p. 167).

La nation concentre désormais son activité moins sur la langue elle-même que sur l’usage qu’elle en fait. La langue entame alors avec l’esprit du peuple une carrière au cours de laquelle aucune des deux parties en présence ne peut revendiquer son indépendance, chacune jouissant, au contraire, du soutien et du dynamisme que l’autre lui offre.11

15C’est à ce troisième stade de leur évolution que les langues intéressent Humboldt et sont susceptibles d’intégrer son étude. En effet, les langues stabilisées peuvent se révéler à l’observation et à l’analyse. De même, c’est à partir de ce niveau de maturité que la nation va produire des textes qui seront eux-mêmes objets d’étude.

L’accès aux langues

16Toutes les langues arrivées à la dernière étape de leur évolution entrent dans l’étude. Comment Humboldt envisage-t-il concrètement cet accès aux langues ? Il distingue un accès direct et un accès indirect. Par accès direct, il désigne l’apprentissage par le linguiste de nombreuses langues. Il ne s’agit pas de parcourir le monde et de s’immerger dans toutes les situations linguistiques ni de s’enfermer dans un bureau afin de mémoriser laborieusement de multiples grammaires. Humboldt dessine le portrait d’un linguiste polyglotte qui apprend selon une méthode raisonnée, systématique et efficace :

  • 12 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 328.

Si l’on apprend les langues comme nous faisons communément à présent, en plus grande partie par la lecture et l’exercice de parler et d’écrire, il est beaucoup plus difficile d’en concevoir pleinement une seule, et plus encore de retirer une utilité un peu marquée de celles qu’on connoit imparfaitement. Si au contraire l’étude des langues étoit entièrement sistématique, rien ne seroit perdû, aucune langue ne nous seroit étrangère, il y en auroit un assez grand nombre dont nous connoitrions parfaitement l’organisation, sans même du reste en savoir un seul mot, d’autres nous nous serions appropriés plus ou moins aussi le matériel, quelques unes enfin nous seroient familières entièrement pour les parler et les écrire avec correction et propriété.12

  • 13 Voir K. Mueller-Vollmer, Wilhelm von Humboldt Sprachwissenschaft, 1993.

17C’est cette approche qu’il plébiscite. Lui-même connaît dans le détail des langues aussi différentes que le basque, le chinois, le kavi, le grec, le français ou encore le nahuatl, pour ne prendre que quelques exemples13 . Si ce contact direct avec la langue n’est pas possible parce que la langue n’existe plus ou parce qu’il n’est pas envisageable d’entrer en relation avec ses locuteurs, il faudra se contenter d’un accès indirect, c’est-à-dire la connaissance de la langue par l’intermédiaire d’un ouvrage. Ce sera de préférence la consultation d’une grammaire d’une langue particulière, au détriment d’une étude de travaux qui traitent de nombreuses langues comme le Mithridates oder allgemeine Sprachenkunde d’Adelung (1806-1817), auquel Humboldt a pourtant contribué.

18Cet avis s’accompagne de réserves quant à la fiabilité des informations linguistiques. La principale remarque consiste en une mise en garde sur les ouvrages des missionnaires de la Renaissance portant sur les langues d’Amérique. Tout en reconnaissant leur immense apport à la documentation des langues, Humboldt les juge imprécis, partiels et désordonnés parce qu’ils n’ont pas été effectués par des individus formés à l’observation de systèmes linguistiques exotiques :

  • 14 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 303.

Mais ces hommes [les missionnaires], si respectables d’ailleurs, n’étoient guères faits pour approfondir des idiomes d’une structure hardie et entièrement neuve pour eux, et il est triste à voir quelles tortures ils se donnent à eux mêmes et à l’objet qu’ils traitent, pour le soumettre aux règles rétrécies de la grammaire latine d’Antoine de Nebrixa, ou de tel autre Régent de Collège Espagnol. Des pages entières sont employées à discuter, si telle ou telle langue sauvage a un participe, un gérondif, un supin et cet.14

19On comprend bien le désespoir de Humboldt de ne pouvoir utiliser de tels documents qu’avec circonspection, mais il convient de garder à l’esprit le contexte d’écriture de ces derniers. Certes, de nombreux textes sont des ouvrages de grammatisation mal conduits pour plusieurs raisons. Comme l’écrit Humboldt, les missionnaires, qui au demeurant ne sont pas grammairiens et sont familiers seulement de leurs langues vernaculaires et du latin, possèdent comme seule métalangue celle qui est héritée de la grammaire gréco-latine, avec laquelle ils cherchent à rendre compte, tant bien que mal, de langues éloignées du latin. Par ailleurs, les ouvrages sur les langues n’avaient pas forcément comme objectif celui d’être une description grammaticale et lexicale. Ils répondaient davantage à une volonté de faciliter un échange avec les locuteurs indigènes, afin de les soumettre et de les évangéliser. Dès lors que l’on considère ces enjeux, il est possible d’observer deux tendances d’écriture. L’une fait appel à cette mémoire collective gréco-latine pour faciliter la compréhension, d’autant plus qu’à cette époque il n’était pas encore si facile pour les locuteurs de langues romanes de s’émanciper du modèle de la langue-mère. L’autre est celle qui se fonde davantage sur l’expérience et se laisserait volontiers guider plus librement par la finalité du travail.

  • 15 A. de Olmos, Grammaire de la langue nahuatl ou mexicaine, composée en 1547 par le franciscain André (...)
  • 16 Voir C. Hernández Sacristán, « Wilhem von Humboldt y su gramática exicana : comentarios a una carac (...)

20Ainsi pour s’en tenir aux documents que Humboldt a étudiés, il est possible d’illustrer cette deuxième tendance par les deux premières grammaires du nahuatl d’Olmos (1547) et de Carochi (1645)15. Il semble que ces auteurs aient écrit leurs grammaires sans connaissances grammaticales particulières, mais plutôt à partir d’un savoir intuitif, et qu’en lieu et place d’une description traditionnelle en parties du discours et catégories grammaticales, nous trouvions des éléments linguistiques regroupés en catégories fonctionnelles16. Pour le traitement du lexique, Humboldt a déploré dans sa propre grammaire du nahuatl de n’avoir pu compter sur une étude des racines sémantiques et de n’avoir disposé que de listes, certes très longues, de mots obtenus par dérivation. On le constate, les listes d’Olmos et de Carochi, peu exploitables pour le linguiste qui cherche les principes de création lexicale, sont susceptibles de satisfaire, en revanche, le lecteur désireux de connaître rapidement la langue pour l’utiliser.

21De même, Humboldt évoque avec une petite pointe de critique le travail plus tardif de Hervás, son catalogue de langues du monde entier en 6 volumes, car il n’a pu tirer tout le profit escompté de cet immense corpus ordonné par l’abbé espagnol pour comprendre l’histoire des nations. Il ne s’agit pas cette fois d’une absence de méthode, c’est peut-être même tout le contraire. En effet, chez Hervás on décèle nettement des principes méthodologiques au service d’une analyse de la langue définie comme un des moyens d’étudier la correspondance entre la langue et la nation :

  • 17 Traduction personnelle. L. Hervás, Catálogo de las lenguas de las naciones conocidas (1784), volume (...)

J’ai exposé les moyens avec lesquels on peut connaître le nombre et respectivement l’affinité ou la diversité des nations, et parmi eux pour parvenir avec exactitude à cette connaissance, j’ai choisi celui des langues qui exposent et manifestent clairement le caractère et la descendance propre de chaque nation […].17

22Les langues sont traitées sur trois plans, celui du lexique, de la prononciation et de l’« artifice grammatical » (la morphologie et la syntaxe) :

  • 18 Traduction personnelle, ibid., p. 11.

Les diverses langues, quand on les écrit, offrent au lecteur deux traits caractéristiques de leur diversité qui sont les mots et l’artifice grammatical avec lequel les premiers s’ordonnent pour former du discours ; et quand on les parle, elles présentent un troisième trait différenciant qui est celui de la prononciation ou l’accent oral avec lequel on produit les mots.18

  • 19 Voir citation p. 57.
  • 20 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 307.

23L’on mesure par ces exemples l’immense travail descriptif de la nature et de l’organisation des langues que Humboldt doit accomplir. Dès 180319, il est conscient de l’ampleur de la tâche. En 1812 il précise le caractère indispensable des analyses rigoureuses à mener dans « un même corps d’ouvrage » pour faciliter « la comparaison et le jugement »20. Dans cette perspective, il décline quelques grands principes structurant son étude à venir.

Une étude comparée des langues

24L’étude des visions du monde ne peut se concevoir qu’à partir de principes méthodologiques nouveaux. On l’a bien compris, il n’est pas envisageable de pouvoir se fonder en toute sérénité sur les études antérieures parce que celles-ci sont conçues dans des perspectives différentes ou théoriquement et méthodologiquement de façon insatisfaisante. Par ailleurs, Humboldt mesure toute l’importance de ces études préliminaires qui ne peuvent être que l’œuvre de spécialistes. Il faut donc dépasser l’existant et faire en sorte que les principes nouveaux servent une analyse complète et exacte de chaque langue dans le but de cerner les visions du monde. Humboldt écrit en français à plusieurs reprises qu’il est nécessaire d’aller au-delà du modèle de la grammaire générale :

  • 21 Ibid., p. 312.

Il faut même aller plus loin, s’élever, à l’aide de la Grammaire générale, au dessus de la masse des faits existans, et voir en quoi cette dernière reste incomplette et défectueuse. Ce n’est qu’ainsi que l’étude des langues pourra devenir véritablement une science, et qu’on pourra acquérir la facilité d’approfondir entièrement et de juger sous tous ses rapports chaque langue donnée.21

25La nouvelle méthode qui s’inspire de l’essence de la langue et de la finalité de l’étude dépassera la grammaire générale sur quatre aspects :

  • la systématicité de la méthode qui garantit la scientificité et la réussite de l’étude ;

  • une analyse de la langue au-delà du sémantisme de ses catégories grammaticales ;

  • le traitement du va-et-vient entre le particulier et le général ;

  • une réelle dimension multilingue pour parvenir à ce degré de généralisation souhaité.

26En ce qui concerne la systématicité de la méthode, plusieurs fois en français comme en allemand, Humboldt évoque l’idée d’une approche systématique des langues :

    • 22 Sur le caractère national des langues, traduit par D. Thouard, 2000, p. 137 ; Sur le caractère nati (...)

    « die systematische Zusammenstellung », traduit par un « inventaire systématique » (Pierre Caussat et Denis Thouard)22 ;

    • 23 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et (...)

    « systematisch zu ordnen », traduit par « ordonner systématiquement » (Denis Thouard)23 ;

  • le titre du texte datant de 1801-1082 Über das Sprachstudium oder Plan zu einer systematischen Encyclopaedie aller Sprachen, traduit par Sur l’étude du langage ou plan pour une encyclopédie systématique de toutes les langues (Pierre Caussat) ;

    • 24 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 321.

    en 1812, une « réunion systématique et raisonnée d’analyses exactes »24.

  • 25 Ibid., p. 307 et p. 316.
  • 26 Ibid., p. 326.

27Ces occurrences sont de toute évidence à rapprocher de celles du paradigme de la méthode : « données méthodologiquement classées », ou encore « en réunissant méthodologiquement »25. Néanmoins, on peut sans doute aller plus loin et penser que, chez Humboldt, l’idée de rassembler des données méthodiquement au point d’ériger les principes de classement en système apparaît assez nettement. Dans l’Essai, Humboldt dit clairement que l’idée de « grammaire » ne convient pas à son projet alors que parler d’« un systeme du langage non pas philosophiquement, mais historiquement général »26 serait plus adapté. L’uniformisation des analyses selon des principes théoriques clairs semble être la condition d’une efficacité maximale. Par contre, il ne faut pas oublier que cette systématicité se construit dans la diversité des données, dégagées d’une analyse chaque fois particulière puisqu’elle consiste en une approche interne de la langue dont on ne peut présager des résultats.

28L’étude humboldtienne se caractérise par un traitement conjoint de tous les aspects de la langue. L’approche de la langue est effectivement globale. Nous retrouvons toujours l’idée que c’est la faculté de langage de l’homme qui se trouve au cœur de l ‘ étude. Contrairement à la grammaire générale, il n’est pas postulé que les mécanismes mentaux sont activés de la même façon chez tous les hommes. Dès lors que la théorisation de la fonction cognitive est mise en lien avec les aspects expressif, communicatif, historique et social du langage, l’étude de la langue est envisagée dans ses rapports multiples :

  • langage/pensée ;

  • langage/nation ;

  • langage/être individuel/groupe/nation/humanité.

29Le va-et-vient continuel entre le plan général et le plan particulier est une des données inhérentes au projet de Humboldt. Le recours à la comparaison relève de cette nécessité d’éclairer le général à partir du particulier et de découvrir le particulier depuis le général :

  • 27 Ibid., p. 316.

Loin d’être une occupation oiseuse, un luxe scientifique, une pareille étude comparative des langues apprend éminemment à mieux manier la sienne propre. […] il ne peut plus rester douteux, que les langues s’expliquent réciproquement, et qu’on ne parvient à en voir une seule dans son jour entier, que lorsqu’on s’élève par des recherches qui tâchent de les embrasser toutes, à un point de comparaison générale.27

30Humboldt a dépassé le principe d’une comparaison selon le modèle de l’anatomie qu’il défendait dans son projet anthropologique. Le principe est également revu et corrigé par rapport à son usage dans la grammaire générale :

  • 28 Sur l’étude du langage ou plan pour une encyclopédie systématique de toutes les langues, traduit pa (...)

Or, s’il est vrai qu’on a souvent mis en œuvre des comparaisons de langues, ce fut seulement en soutien et en appui de recherches historiques, soit afin d’étayer la représentation chimérique d’une archi-langue, soit simplement de faciliter l’apprentissage de telle ou telle langue particulière ; depuis quelques années, on a aussi proposé ce qu’il est convenu d’appeler des théories linguistiques générales et tenté d’exposer la manière dont telle ou telle langue s’y prend pour résoudre telle ou telle tâche, mais seulement cas par cas et à titre d’exemple. Mais l’idée même de dresser un inventaire aussi complet que possible de la masse entière du capital linguistique, de la soumettre à comparaison selon toutes les lois concevables de l’analogie, pour, dans un premier temps, remonter en amont, en partant comme d’un effet, aux modes selon lesquels l’homme invente et perfectionne la langue, et, dans un second redescendre en aval, en partant de cette base prise comme cause, aux œuvres par lesquelles l’homme se donne sa propre culture, en s’efforçant de tenir ensemble les deux perspectives, philosophiquement, quant à leur nature générale, historiquement, quant aux différentes vicissitudes des peuples, c’est une idée, je le soutiens, qu’on a négligée jusqu’ici et qui mérite d’autant plus d’être soigneusement examinée qu’on inaugure avec elle, non pas sans doute une science nouvelle, mais une étude nouvelle dans la série des sciences existant jusqu’à ce jour.28

31Loin d’être un principe accessoire, la comparaison est une donnée capitale pour parvenir à une étude générale des langues.

32Enfin, le dernier point sur lequel le projet humboldtien entend dépasser la grammaire générale est lié au précédent. L’étude doit réellement embrasser toutes les langues répondant au critère historique qui a été défini, sans quoi la généralisation du propos n’est pas scientifiquement acceptable. À plusieurs reprises, Humboldt utilise les termes d’« encyclopédie » ou d’« étude complette des langues » qui révèlent sans ambiguïté ses velléités à s’approcher au plus près de cette exhaustivité quantitative et qualitative.

Une étude de la langue et du discours solidaires

  • 29 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et (...)

33Les principes théoriques sont mis en œuvre à la lettre. Si l’on considère, d’une part, que la langue est à la fois une structure, soit « un phénomène de l’histoire naturelle », et un discours, soit « un phénomène intellectuel et téléologique »29, et d’autre part que le but de l’étude est de parvenir à cerner l’ensemble des développements de l’esprit, analysables dans les productions intellectuelles des nations, on comprend que seule la complémentarité d’une étude de la langue et d’une étude du discours puisse être envisagée :

  • 30 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et (...)

À partir de l’investigation de la grammaire et des ressources lexicales de toutes les nations, pour autant que l’on dispose d’auxiliaires, et de l’examen des monuments écrits des langues cultivées, on doit exposer de façon systématique et lumineuse l’espèce et le degré de la production des idées auxquels sont parvenues les langues humaines ainsi que, dans leur structure, l’influence des différentes propriétés sur leur point d’achèvement.30

34Cette justification théorique rejoint la revendication d’une autonomie pour la science du langage, puisque Humboldt s’était appuyé justement sur le fait que la production langagière est la finalité de la langue pour faire admettre sa proposition. De fait, si la science du langage ne va pas jusqu’à cette fin et s’arrête à la description de la structure, elle ne traite tout simplement pas son objet et s’arrête à une étude de moyens.

35Chez Humboldt, c’est l’essence du langage qui gouverne cette organisation. La force dynamique se retrouve du côté de la langue et du côté du discours, il est donc inconcevable de ne pas les envisager dans leurs différences et en même temps dans leur complémentarité. L’étude de la structure repose sur l’organisme de la langue. La métaphore de l’organisme est à nouveau convoquée pour désigner l’organisation interne de la langue dont il faudra rendre compte. L’étude sur le plan discursif est fondée, quant à elle, sur le caractère de la langue. Nous retrouvons cette notion que nous avions vue associée à l’homme dans le projet anthropologique. Tous les traits sémantiques de la notion sont appliqués désormais à la langue : il s’agit de la manifestation de l’individualité de la langue. Autrement dit, la façon privilégiée dont les locuteurs se servent de la structure de la langue, la manière dont ils se l’approprient pour créer du discours, pour produire des idées. Le caractère de la langue s’observe ainsi dans l’actualisation de la structure. La division des deux parties de l’étude linguistique n’est envisageable que provisoirement, comme autant d’étapes solidaires d’un même objectif, cerner les visions du monde :

L’organisme primitif de la langue ne peut être étranger à ces dernières et essentielles applications de la langue. C’est en lui que réside le premier germe du développement futur, et les deux parties de l’étude comparée des langues, séparées dans ce qui précède, sont ici réunies. (Ibid.)

36Pour parvenir à l’étude de la vision du monde des langues, il y a donc deux axes de recherche, le premier concerne la structure de la langue et le second, le discours créé à partir de la langue. Le premier est une étape préliminaire et indispensable à la réalisation du second et le second s’avère être le but du premier.

Notes

1 La remarque de Chateaubriand qui rencontre Humboldt à Berlin en 1821 atteste s’il en était besoin que le linguiste allemand aime et connaît les langues sans distinction : « […] il [Humboldt] apprenait toutes les langues et même tous les patois de la terre. Il retrouvait les peuples, habitants anciens d’un sol, par les dénominations géographiques du pays [allusion au travail sur les Basques]. Une de ses filles parlait indifféremment le grec ancien ou le grec moderne ; si l’on fût tombé dans un bon jour, on aurait pu deviser à table en sanscrit » (Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, 1973, t. II, p. 485). Voir aussi le commentaire de J. Trabant, Traditions de Humboldt, 1999, p. 29.

2 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 303.

3 Sur le caractère national des langues, traduit par D. Thouard, 2000, p. 141. Voir aussi Sur le caractère national des langues (extraits), traduit par P. Caussat, 1996, p. 437 (GS IV, p. 424).

4 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, 1999, p. 71. Voir aussi La recherche linguistive comparative, traduit par P. Caussat, Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 1974, p. 74 (GS IV, p. 5).

5 Sur la naissance des formes grammaticales, traduit par D. Thouard, 1999, p. 79. Voir aussi De l’origine des formes grammaticales, traduit par A. Tonnelé, 1969, p. 13 (GS IV, p. 285).

6 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, 2000, p. 73. Voir aussi La recherche linguistique comparative, traduit par P. Caussat, Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 1974, p. 75 (GS IV, p. 6).

7 Introduction à l’œuvre sur le kavi, traduit par P. Caussat, 1974, p. 318 (GS VII, p. 165).

8 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 338.

9 Introduction à l’œuvre sur le kavi, traduit par P. Caussat, 1974, p. 318 (GS VII, p. 165).

10 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, 2000, p. 73. Voir aussi La recherche linguistique comparative, traduit par P. Caussat, Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 1974, p. 75 (GS IV, p. 7).

11 Introduction à l’œuvre sur le kavi, traduit par P. Caussat, 1974, p. 320 (GS VII, p. 167).

12 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 328.

13 Voir K. Mueller-Vollmer, Wilhelm von Humboldt Sprachwissenschaft, 1993.

14 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 303.

15 A. de Olmos, Grammaire de la langue nahuatl ou mexicaine, composée en 1547 par le franciscain Andrés de Olmos et publiée avec notes, éclaicissements, etc. par Rémi Siméon ; H. Carochi, Arte de la lengua mexicana. Con la déclaración de los adverbios della.

16 Voir C. Hernández Sacristán, « Wilhem von Humboldt y su gramática exicana : comentarios a una caracterización tipológica », 1999.

17 Traduction personnelle. L. Hervás, Catálogo de las lenguas de las naciones conocidas (1784), volume 1, Lenguas y naciones americanas, 1979, p. 72.

18 Traduction personnelle, ibid., p. 11.

19 Voir citation p. 57.

20 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 307.

21 Ibid., p. 312.

22 Sur le caractère national des langues, traduit par D. Thouard, 2000, p. 137 ; Sur le caractère national des langues (extraits), traduit par P. Caussat, 1996, p. 436 (GS IV, p. 423).

23 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, 2000, p. 79 (GS IV, p. 10). P. Caussat traduit par « produire au jour le système grammatical » (La recherche linguistique comparative, traduit par P. Caussat, Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 1974, p. 78).

24 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 321.

25 Ibid., p. 307 et p. 316.

26 Ibid., p. 326.

27 Ibid., p. 316.

28 Sur l’étude du langage ou plan pour une encyclopédie systématique de toutes les langues, traduit par P. Caussat, La langue source de la nation, 1996, p. 430 (GS VII, p. 598).

29 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, 2000, p. 75 (GS IV, p. 8). Voir aussi J. Trabant, Humboldt ou le sens du langage, 1922, p. 173, et La recherche linguistique comparative, traduit par P. Caussat, Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 1974, p. 76.

30 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, 2000, p. 109. Voir aussi la traduction de P. Caussat, Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 1974, p. 92 (GS IV, p. 31).

© ENS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540