Version classiqueVersion mobile

La vision du monde de Wilhelm von Humboldt

 | 
Anne-Marie Chabrolle-Cerretini

Deuxième partie. Le concept de vision du monde

Chapitre III

Le discours de 1820

Texte intégral

L’invention d’un savoir passe par un certain circuit de paroles : elle peut rencontrer une formule éclatante, mais la formule à elle seule n’est pas le savoir gagné, elle n’est que le bonheur d’expression d’un dire développé, ou du moins développable. L’invention de la formule se broche sur le tissu du savoir. Une théorie scientifique s’expose à travers l’exposé de son corps vérifiable : observation, expérimentation, calcul.
Judith Schlanger, Les métaphores de l’organisme.

1Si l’organisation de la première partie reflète la nécessité d’esquisser les avant-traces de l’apparition du concept, il est attendu de faire commencer la deuxième par les entrées officialisées de celui-ci. Ce chapitre examine les premières occurrences de la vision du monde dans leurs environnements textuels.

Le texte fondateur d’une pensée linguistique qui va s’écrire jusqu’en 1835

  • 1 La recherche linguistique comparative dans son rapport aux différentes phases du développement du l (...)

2Le concept de Weltansicht - vision du monde, central dans la pensée linguistique de Humboldt apparaît explicitement pour la première fois dans le discours qu’il prononce à l’Académie de Berlin en 1820 : Ueber das vergleichende Sprachstudium in Beziehung auf die verschiedenen Epochen der Sprachentwicklung1.

  • 2 La tâche de l’historien, traduit par P. Caussat, dans Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres (...)
  • 3 De l’origine des formes grammaticales et de leur influence sur le développement des idées, 1969 ; S (...)

3Ce discours est un moment important dans la vie du linguiste. Il a lieu le 29 juin 1820, soit environ six mois après que Humboldt a mis fin à ses activités politiques. Si ce sont plutôt les responsabilités professionnelles qui l’ont propulsé sur la scène publique depuis 1802, ces dixhuit années ont servi parallèlement à l’observation et à l’expérimentation d’une théorie du langage posée progressivement, de manière fragmentée. Le discours marque ainsi le début d’une exposition publique de ses idées linguistiques et précède deux autres discours tout aussi fondamentaux qui se tiendront en ce même lieu : le 12 avril 1821 (Über die Aufgabe des Geschichtschreibers2) et le 17 janvier 1822 (Über das Entsteben der Grammatischen Formen, und ihren Einfluss auf die Ideenentwicklung3).

  • 4 J. Trabant, « How relativistic are Humboldt’s Weltansichten ? », 2000, p. 25.
  • 5 Leibniz, « Bref essai sur l’origine des peuples déduite principalement des indications fournies par (...)
  • 6 J. G. von Herder, Traité de l’origine du langage, traduit par D. Modigliani, Paris, PUF (Écritures) (...)

4Jürgen Trabant4 a rappelé quels orateurs allemands célèbres s’étaient exprimés sur le langage en cette même Académie, à la suite desquels s’inscrit Humboldt : Leibniz en 1710 (Brevis designatio meditationum de originibus gentium ductis potissimum ex indicio linguarum5) et Herder en 1771, dont le texte est publié en 1772 (Abhandlung über den Ursprung der Sprache6). De bon droit, il est permis de penser que le discours dans lequel Humboldt révèle son projet a été rédigé avec attention eu égard à ses prédécesseurs, mais aussi en tenant compte de ses contemporains qui participent aux débats linguistiques et se sont engagés majoritairement dans la grammaire comparée. Une étude attentive du texte nous confirme que Humboldt a tissé subtilement une riche intertextualité. Ainsi nous partirons de ce discours qui révèle le concept, pour poser le cadre théorique et épistémologique de cette façon de penser la diversité linguistique que Humboldt a décidé de faire connaître à un large public.

  • 7 Sur la particularité de cette écriture, voir A. -M. Chabrolle-Cerretini éd., Dossier HEL, n ° 1, 20 (...)

5Pourtant, prendre appui sur ce seul discours pour définir la vision du monde dans le cadre d’une théorie du langage fondée sur la diversité linguistique ne peut être totalement satisfaisant, pour une raison que le lecteur de Humboldt découvre très vite, à savoir le risque de se trouver en contradiction avec l’écriture même du linguiste. Règle numéro un : il faut rarement s’en tenir aux passages où un concept est thématisé, car la richesse de l’écriture humboldtienne réside dans le fait que tout se tient, qu’un concept en entraîne un autre et que l’on peut trouver des développements même partiels, mais très éclairants sur le sujet en question, dans des phrases qui, à première vue, développent une autre idée principale. Règle numéro deux : chez Humboldt, le contenu d’un concept se constitue peu à peu, au fil des textes. Le linguiste n’enferme jamais un concept dans une définition lexicographique7. Cela explique le choix de m’arrêter sur cette prise de parole de 1820, sans pour autant négliger les textes postérieurs pour présenter le concept dans toute son extension dans les chapitres qui suivent.

6La version écrite du discours de 1820 est connue sous la forme de vingt-trois paragraphes. Les deux occurrences du concept apparaissent pratiquement à la fin du discours, très précisément dans les paragraphes 20 et 23. Cette organisation peut se comprendre par une double volonté chez Humboldt de situer dans un premier temps son projet dans le débat linguistique de l’époque et de déterminer sa place de linguiste parmi ceux qui ont nourri les discussions avant lui et ont créé des attentes demeurées sans suite.

7Le discours commence ainsi par les enjeux de l’étude comparée des langues :

  • 8 Texte cité et traduit par J. Trabant, « Humboldt et Leibniz : le concept intérieur de la linguistiq (...)

L’étude comparative des langues ne peut conduire à des connaissances certaines et importantes sur le langage, l’évolution des peuples et la formation de l’homme que si on en fait une étude propre qui ait son utilité et sa fin en elle-même.8

8À de très nombreuses reprises, nous le verrons, les deux traductions françaises nous proposent une lecture assez différente du discours. Denis Thouard fait le choix de mots concrets qui semblent être proches de l’écriture de Humboldt, alors que Pierre Caussat est plus abstrait. L’exemple de la désignation du projet « das vergleichende Sprachstudium » illustre ces partis pris. Pour Denis Thouard, il s’agit d’une « étude comparée des langues », alors que pour Pierre Caussat il est question d’une « recherche linguistique comparative ». Le syntagme « étude comparée des langues » sera privilégié ici pour sa dimension concrète qui renvoie également, selon moi, à l’empirie du travail de Humboldt.

9Le début du discours est retentissant. Nous retrouvons l’idée de la « formation de l’homme », Menschenbildung, dont la dimension de progrès, importante pour Humboldt, apparaît nettement dans la traduction de Pierre Caussat :

  • 9 La recherche linguistique comparative, traduit par P. Caussat, Introduction à l’œuvre sur le kavi e (...)

La recherche linguistique comparative ne peut prétendre ouvrir des perspectives importantes et incontestables sur le langage, le développement des peuples et la promotion de l’humanité, qu’en se constituant en discipline autonome ayant en elle-même son utilité et sa fin.9

  • 10 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et (...)

10Cette connaissance de l’épanouissement de l’homme est conditionnée par une analyse concevant les langues comme un objet d’étude pour elles-mêmes. Humboldt commence ni plus ni moins son discours en revendiquant une nouvelle science autonome qui seule peut garantir des « avancées sûres et importantes »10 sur le langage et les hommes.

11En 1820 une science autonome du langage et des langues serait une grande nouveauté. L’annonce stimule l’attention de l’auditoire. Déjà le titre du discours humboldtien révélant l’intention d’une étude interne du langage semblait avoir été conçu pour faire écho au titre du discours de Leibniz du début du XVIIIe siècle, qui proposait, au contraire, une recherche linguistique subordonnée à l’histoire de l’homme. La première phrase ne laisse plus aucun doute. Alors que Humboldt expose son refus d’une étude des langues alimentée par des motivations extérieures, que ce soit l’étude de la parenté des peuples ou une volonté d’érudition, on ne peut s’empêcher de penser à l’étude des langues de Leibniz, présentée à l’Académie comme un moyen d’accéder à la connaissance de l’origine des peuples :

  • 11 Leibniz, « Bref essai sur l’origine des peuples déduite principalement des indications fournies par (...)

Tandis que les origines lointaines des peuples échappent à l’Histoire, les langues nous tiennent lieu de documents sur l’Antiquité. Les traces les plus archaïques des langues subsistent dans les noms des fleuves et des forêts qui survivent généralement aux changements de populations […].11

  • 12 J. Trabant, « Humboldt et Leibniz : le concept intérieur de la linguistique », 1990, p. 138.

12Entre Leibniz et Humboldt, comme l’écrit à juste titre Jürgen Trabant12, il y a le concept d’autonomie, développé par Kant, que Humboldt applique à l’activité scientifique. Il est convaincu que le langage humain mérite une étude finalisée vers sa seule connaissance, sans exclure que les résultats obtenus servent par la suite à répondre à d’autres questionnements.

13En commençant son discours de cette manière, Humboldt n’ignore pas non plus que ses auditeurs peuvent avoir en tête le souhait émis par Herder, entre 1787 et 1791, d’une science étudiant les langues dans leur rapport avec le peuple qui la parle, qu’il aurait voulu voir menée par quelqu’un de la compétence et de l’enthousiasme de Leibniz :

  • 13 Herder, Idées sur la philosophie de l’humanité, traduit par E. Quinet, 1991, p. 155-156.

La comparaison philosophique des langues est incontestablement la meilleure étude que l’on puisse faire sur l’histoire et les divers caractères de l’intelligence et du cœur humains ; car toute la langue porte l’empreinte de la pensée et du caractère du peuple qui la parle. Non seulement l’organe de la parole varie avec les climats, non seulement chaque nation a certains sons, certaines lettres qui lui sont propres, mais encore le nom des choses qui frappent l’ouïe, et même les interjections, expressions immédiates des passions, changent sur toute la surface de la terre. À cela ajoutez-vous les expressions allégoriques, les formes du discours, en un mot, la structure même du langage, les rapports, l’arrangement et la connexion de ses parties ? Elle devient pour ainsi dire infinie ; et pourtant le génie d’un peuple ne se révèle nulle part plus évidemment que dans la physionomie de sa langue. Par exemple, telle nation a-t-elle beaucoup de mots, ou compte-telle beaucoup d’actions ? Quelle est la manière d’exprimer le temps et la personne, à quel ordre d’idées est-elle attachée de préférence ? […] Dans les grammaires et dans les livres de voyages on trouve de nombreux matériaux pour un ouvrage de ce genre […] ; c’est ainsi que l’on construirait le plus riche édifice d’idées humaines, la meilleure logique et la meilleure métaphysique de l’intelligence : pourtant le laurier n’est pas encore cueilli, il faut qu’un autre Leibniz se présente quand son temps sera venu.13

  • 14 Les premiers classements de langues du début du XIXe siècle (Adelung, les frères Schlegel) se font (...)

14Une quarantaine d’années se sont écoulées et le temps est venu. Un autre Leibniz va proposer une théorisation des différences de « structure du langage » dans leur rapport avec « le génie d’un peuple ». La suite de l’allocution est un modèle de discours contextualisé, pour qui sait entendre. Jusqu’au milieu du troisième paragraphe, le discours se déroule sans implication personnelle de Humboldt. Celui-ci tient pourtant des propos sur le développement des langues et contre-argumente des propositions de l’époque qui hiérarchisent les langues sur des critères d’élaboration grammaticale plus ou moins aboutie14. Lorsque Humboldt intervient pour la première fois en son nom, c’est son expérience des langues qui lui donne l’autorité pour dire que cette direction de recherche n’est pas la bonne :

  • 15 La recherche linguistique comparative, traduit par P. Caussat, Introduction à l’œuvre sur le kavi e (...)

L’expérience que, pour ma part, j’ai accumulée jusqu’à présent me permet de dire que les idiomes réputés les plus grossiers et les plus barbares disposent déjà de tout ce qu’exige un usage pleinement satisfaisant des formes […].15

15Humboldt poursuit ainsi l’installation du cadre dans lequel sa linguistique doit prendre place. Après l’autonomie, il recommande l’abandon du postulat d’une recherche scientifique de l’origine des peuples par des reconstructions linguistiques. On se souvient de ce qu’il écrivait déjà le 8 juin 1805, comme tout commentaire à l’ensemble de cette démarche :

  • 16 Lettres à G. Schweighaeuser, traduit par A. Laquiante, 1893, p. 105.

C’est ce qui m’inspire en général de l’aversion pour les systèmes sur les migrations des peuples et sur l’origine des langues qui ne sont pas établis d’après des données incontestables. Il y a là comme un immense désert dans lequel peuvent errer, sans se rencontrer, des milliers d’individus.16

16Pendant les vingt dernières années, il a mesuré combien il est illusoire, et tout simplement impossible, de convoiter ce rapprochement entre l’origine des peuples et celle des langues. Les arguments ne manquent pas : les siècles qui se sont écoulés, occasionnant mort, naissance de langues, et emprunts entre celles-ci, ont déjà brouillé à jamais la lisibilité d’une généalogie ; les connaissances sur les langues du monde sont insuffisantes et il est même impossible d’en donner le nombre ; la plupart des matériaux à partir desquels l’étude peut s’engager restent défectueux et les principes d’analyse des langues sont inadaptés. Dans tous les cas il est indispensable de se confronter aux langues méconnues et lointaines pour avancer dans de telles hypothèses.

  • 17 Prüfung der Untersuchungen über die Urbewohner Spaniens vermittelst der Vaskischen Sprache (1821), (...)

17Il s’ensuit une proposition qui peut tenir lieu et place d’une double critique à peine masquée. Elle récuse d’une part Leibniz et ses reconstructions linguistiques, même si Humboldt partage son souhait de comprendre la diversité des langues par un rapprochement avec la faculté humaine de penser – critique que l’on peut étendre à l’ensemble de la recherche étymologique si l’on pense aussi aux remarques sans appel sur les travaux d’Astarloa pour le basque et aux propositions méthodologiques contenues dans l’ouvrage de Humboldt sur cette langue, paru un an avant son discours17. Sont d’autre part remis en cause les acteurs de la grammaire comparée à l’endroit du flou théorique et méthodologique que leurs études entretiennent avec la prise en compte de la dimension historique.

18Argument humboldtien majeur, l’étude de la variété des langues ne peut être reliée strictement et exclusivement à la place occupée par ces dernières dans la généalogie par rapport à une langue originelle. La compréhension de la diversité linguistique constitue un objet d’étude à part entière, l’objet de la linguistique. Que les recherches s’orientent vers la langue des origines (le passé) ou l’ambition d’une langue universelle (l’avenir), on peut constater que la diversité n’a pas été encore pensée pour elle-même et que son étude n’a pas été organisée.

19Dans la recherche d’une compréhension de la diversité humaine qui était la finalité de son anthropologie, Humboldt a admis que c’est le langage, cette faculté universelle qui se spécifie dans les langues parlées par tous les individus peuplant la terre, qui le mènera à la caractérisation des hommes. Convaincu que la diversité des langues est l’indice d’une variété de pensée, il a finalement conçu, dès 1801-1802, l’idée que pour cerner la diversité humaine, il lui faut appréhender l’ensemble des développements possibles de l’esprit humain que laisse entrevoir la multiplicité des langues :

  • 18 Sur l’étude du langage ou plan pour une encyclopédie systématique de toutes les langues, traduit pa (...)

L’étude des langues de la planète est ainsi l’histoire universelle des pensées et des impressions de l’humanité.18

20Presque vingt ans plus tard, Humboldt met en place dans le paragraphe 9 de son discours une science du langage, autonome, fondée sur l’analyse de la diversité des langues qui révélerait le but de l’humanité, donner toujours plus de sens différents du monde :

  • 19 La recherche linguistique comparative, traduit par P. Caussat, Introduction à l’œuvre sur le kavi e (...)

La diversité des langues constitue la toile de fond, le thème directeur, dont l’élaboration doit être demandée à l’expérience et doit suivre l’histoire à la trace ; elle requiert l’exploration méthodique de ses causes et de ses effets, ainsi que du rapport qu’elle soutient avec la nature, les avatars et les fins de l’humanité. Mais la diversité linguistique présente un double visage ; elle se présente d’abord comme un phénomène d’histoire naturelle, comme une conséquence inévitable de la diversité et de la séparation des groupes ethniques, et comme l’obstacle qui s’oppose à l’alliance immédiate de tous les membres de l’espèce humaine […].19

  • 20 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et (...)

21Ce « double visage » chez Pierre Caussat ou « double aspect »20 chez Denis Thouard de la diversité linguistique peut être soumis à l’observation : d’un côté elle est un phénomène naturel, historique, lié à la diversité humaine, et de l’autre elle a une dimension intellectuelle, entretenue par les rapports entre la langue, la pensée et la nation. La suite de ce paragraphe 9 aborde ce deuxième aspect de la diversité des langues :

  • 21 La recherche linguistique comparative, traduit par P. Caussat, Introduction à l’œuvre sur le kavi e (...)

[…] dans un deuxième temps, elle [la diversité des langues] s’affirme comme un phénomène intellectuel téléologique où il est permis de voir l’axe qui sous-tend le projet créateur des nations, le véhicule d’une variabilité plus foisonnante et d’une originalité plus affirmée des productions intellectuelles, le principe créateur d’une alliance contractée entre les membres évolués de l’espèce humaine : alliance qui, fondée sur la réciprocité intimement inscrite au cœur de l’individualité, en reçoit une résonance plus profonde.21

22Il semble alors manifeste que cette recherche puisse avoir quatre finalités, que Humboldt énumère d’ailleurs au paragraphe suivant :

  • 22 La recherche linguistique comparative, traduit par P. Caussat, Introduction à l’œuvre sur le kavi e (...)

La langue, les fins qu’elle permet à l’homme d’atteindre, le développement progressif de l’humanité, et les singularités nationales […].22

23Pour la première fois dans l’histoire occidentale de la description des langues se développe un intérêt scientifique pour la diversité des langues qui est considéré non pas comme un handicap pour l’humanité, mais comme sa richesse même. En effet, l’Occident a toujours été plurilingue et pourtant cette situation n’a jamais constitué un fil conducteur de l’étude linguistique. À la Renaissance, la découverte de langues sur des continents lointains et la situation linguistique de l’Europe ont généré des catalogues de langues ainsi qu’un processus de grammatisation impressionnant dans une perspective de christianisation hors de l’Europe et de centralisation du pouvoir dans les pays européens. Ensuite, au XVIIe siècle, la question ne s’est guère posée qu’en termes d’articulation entre les éléments invariants et variants des langues, alimentant un débat centré sur l’expression différenciée d’une pensée universelle préexistant au langage. Le XIXe siècle se caractérise par de nouvelles compilations et une reconstitution de l’unité originelle du groupe de langues indo-européennes.

24Quant à Humboldt, dans son discours de 1820, il abat les cartes d’un enjeu scientifique conséquent en envisageant la diversité linguistique à partir d’une définition de la langue dans des rapports de dépendance originaux avec la pensée, l’homme et la nation. Le projet de Humboldt est une recherche de la diversité, à contre-courant linguistique, à compter de cette date, d’une reconstruction généalogique des langues.

Les premières occurrences du concept de vision du monde

Les apparitions du concept

25Notre lecture nous conduit aux quatre derniers paragraphes du discours (de 20 à 23). C’est dans le vingtième, qui traite de la nature de la diversité linguistique, que le concept de vision du monde apparaît pour la première fois :

  • 23 Texte cité et traduit par J. Trabant, « Du génie aux gènes des langues », 2000, p. 82-83 (GS IV, p. (...)

Par la dépendance mutuelle de la pensée et du mot il devient évident que les langues ne sont pas des moyens pour représenter la vérité déjà connue au préalable mais beaucoup plus des moyens pour découvrir la vérité encore inconnue. La diversité des langues n’est donc pas une diversité de sons et de signes mais une diversité des visions du monde.23

26Humboldt pose de façon univoque un lien entre la pensée et la langue, « la dépendance mutuelle de la pensée et du mot ». La fonction cognitive, dirions-nous aujourd’hui, qu’il accorde au langage permet, selon des « moyens », de « découvrir » le réel encore inconnu, dépassant ainsi la fonction d’analyse définie par Condillac, tournée vers « la vérité déjà connue ». Le langage est médiateur dans cette représentation particulière et organisée du monde, nommée « vision du monde ». Ainsi, une étape est irrémédiablement franchie qui laisse sur la touche les thèses précédentes d’une diversité linguistique perçue comme une simple variation dans la désignation conventionnelle de la réalité, une variation des connotations ou des réalisations phonétiques.

27Le concept apparaît une seconde fois, dans le paragraphe conclusif, alors que viennent d’être exposés les axes de ce travail qui permet de saisir les visions du monde. Humboldt y aborde l’évidence de la dimension générale que doit prendre cette étude :

  • 24 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et (...)

S’il y a en effet dans les langues parvenues à une culture supérieure une vision du monde originale, il doit y avoir une proportion entre celles-ci, non seulement prises ensemble, mais également par rapport à la totalité de toutes les langues pensables.24

28On peut considérer que les contextes d’apparition du concept de vision du monde ont été choisis pour leur importance. Les enjeux théoriques essentiels pour Humboldt seraient alors ceux de :

  • la langue dans sa dépendance avec la pensée (contexte 1) ;

  • la langue comme une réalisation concrète d’une aptitude commune aux humains qui s’est individualisée (contexte 2).

29Le projet est fondé sur l’analyse de la diversité des langues qui installe la vision du monde au cœur de ces nouvelles relations nouées avec la langue. L’ensemble de l’étude, et principalement le concept de vision du monde, ouvre donc la voie à :

  1. un changement dans l’appréciation de la diversité des langues ;

  2. une approche théorique globale de la diversité linguistique.

30En ce qui concerne le premier point, Humboldt rejette tout d’abord la perception négative héritée de la culture judéo-chrétienne, qui a associé la « confusion des langages » à un orgueil humain dont la démesure se serait exprimée dans la construction d’une ziggourat reliant la terre au ciel. Chez Humboldt, il n’existera pas non plus d’échelle de valeurs associée aux langues puisqu’elles partagent une même nature. Quelles que soient leurs particularités, leur extension géographique, ou leur poids politique, elles sont toutes respectables et entrent, sous certaines conditions de maturité, dans un corpus d’étude scientifique même si Humboldt considère que certaines sont plus « idéales » que d’autres, grammaticalement parlant (voir p. 102). De fait, Humboldt inverse ainsi complètement le statut accordé jusqu’à cette époque à la diversité des langues et fait une véritable promotion de la variété des langues, un don inestimable.

31Pierre Caussat a ainsi évoqué le renversement qu’opère Humboldt, à la suite de saint Augustin, dans la perception de la diversité des langues :

  • 25 P. Caussat, « W. von Humboldt, théoricien des lendemains de Babel », 2005, p. 83.

L’unité devient suspecte, accusée de nourrir la prétention démesurée de rivaliser avec Dieu et, ce faisant, de pervertir de fond en comble l’authentique destination de l’homme. Du coup, c’est son corollaire, la séparation, qui accède au titre de garant d’une communauté solidaire, singulière et autonome. Ensemble réduit contre masse enflée, libre corrélation des hommes entre eux contre uniformité imposée et maintenue par violence, parole de l’adresse réciproque contre langue du commandement crié : cette opposition vaut pour Augustin autant que pour Humboldt, à la différence près que ce dernier inaugure une version sécularisée de ce qui constitue chez le premier l’horizon « sacré » de sa vision propre (l’homme fondant son humanité dans le rapport humble et priant qui le fait se tourner vers Dieu). La différence est manifeste, mais dans une continuité qui n’est pas remise en question.25

32En allant dans le même sens que Pierre Caussat, Jürgen Trabant situe cette approche positive de la diversité dans le contexte de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe, en rappelant tout l’engagement culturel et politique que sous-tend cette valorisation de la diversité linguistique. Il ne faut pas minimiser, en effet, que cette approche intervient après l’époque des Lumières qui n’avait juré que par un cosmopolitisme sans nuance ni différence. Il évoque ainsi les étapes d’une pensée de la diversité, d’Éden à Babel, en passant par Paris et la Révolution française qui, en dernier ressort, après l’abbé Grégoire, s’est bien accommodée d’un déni de la pluralité linguistique. Il s’arrête à Tegel, le château de famille de Humboldt où ce dernier a travaillé à bâtir une science du langage et des langues à partir d’une reconnaissance de la diversité linguistique.

  • 26 J. Trabant, Humboldt ou le sens du langage, 1992, p. 47-48.

Face à la diversité des langues, la Révolution française a commencé par suivre la voie chrétienne que lui indiquait la Pentecôte. Durant la phase initiale de la Révolution, il fut décidé de traduire dans les autres langues les lois et les décrets promulgués à Paris et de les expliquer aux peuples dans leurs langues. Mais à la longue, les Apôtres des Lumières jugèrent l’entreprise trop fastidieuse et trop onéreuse – il est vrai qu’il n’y avait pas de Saint-Esprit pour les seconder dans leur tâche ! – si bien qu’avec la seconde phase de la Révolution, celle de la Terreur (qui persiste toujours), ils s’engagèrent sur la voie plus confortable et plus économique du retour à la langue adamique. Les peuples de France furent priés de bien vouloir s’accommoder de la langue des Apôtres, de la langue des Lumières, et d’apprendre le français.26

33Pour ce qui relève de l’approche théorique globale du langage, il faut noter l’ambition scientifique de fonder une linguistique sur la reconnaissance de la diversité des langues en prenant en compte conjointement tous les aspects de cette aptitude naturelle. Pour la première fois on peut lire une théorisation de la fonction cognitive et sa mise en liens avec les aspects expressif, communicatif, historique, social du langage.

Weltansicht : l’histoire d’un mot et de ses traductions

34Le troisième chapitre a été jusque-là consacré à l’analyse des premières apparitions du concept de Weltansicht dans leurs contextes, ce qui a permis de mettre en lumière ce que Humboldt a cherché à faire comprendre de son concept novateur quand il décide de le dévoiler au public. Si j’ai toujours parlé de Weltansicht en termes de vision du monde sans manifester un quelconque doute, il me faut maintenant non seulement expliquer mon choix, mais aussi situer celui-ci dans l’histoire complexe de la traduction de Weltansicht qui a influencé la compréhension, voire l’interprétation erronée du concept hors de l’espace germanophone.

35En 1820, le discours de Humboldt atteste l’apparition du concept de Weltansicht. La consultation d’un dictionnaire allemand s’avère inutile, il n’existe pas d’entrée à ce mot. La composition du concept, par contre, se devine aisément : deux substantifs féminins, Welt, « monde », et Ansicht, « vue, avis, idée, opinion ».

  • 27 « Glossaire », Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, traduit par D (...)

36Du côté du texte allemand, il ne semble pas y avoir de flottement sémantique ni de concurrence. Dans les deux textes linguistiques Le duel de 1827 et l’Introduction à l’œuvre sur le kavi de 1827-1829 nous observons des mots proches morphologiquement et sémantiquement de notre concept. Dans le premier, nous trouvons une occurrence de Weltansicht et deux de Weltanschauung. Dans le second, nous découvrons trois occurrences de Weltansicht, une de Weltanschauung et deux de Weltauffassung. Welt-auffassung peut se traduire par « conception-opinion-vue [Ansicht] du monde ». Weltanschauung est composé quant à lui du verbe schauen : « regarder » et se traduit par « l’action de regarder, de contempler le monde ». Weltanschauung est employé, quel que soit le texte, dans des phrases où Humboldt aborde le besoin spirituel de l’humanité qui a trouvé sa réalisation dans le langage. Dans le développement spirituel que les humains ont engagé, ceux-ci peuvent parvenir à une observation du monde. Loin de se confondre avec la Weltansicht liée par essence à la langue, Weltanschauung renvoie à une étape postérieure, qui intervient dans la confrontation des pensées et relève de la compréhension, plus subjective. Pour insister sur cette différence, Denis Thouard va jusqu’à parler de « pré-compréhension »27 en ce qui concerne la Weltansicht. Le sens accordé à Weltanschauung est largement relayé dans les dictionnaires allemands qui proposent la définition de « subjektive Vorstellung von der Welt », soit une « idée-vision-conception subjective du monde ».

37En fait, la confusion surgit avec les traductions et les citations du concept dans les textes secondaires. Au vu du texte allemand et des ressources lexicales du français, il est légitime de penser, dans un premier temps, à trois possibilités de traduction : « vue », « vision » et « conception » du monde. Le lexème « vue » fait appel au sens par lequel on perçoit l’extérieur. Il y a quelque chose d’immédiat et d’actif. « Vue » réfère aussi au fait de voir, de regarder quelque chose ou quelqu’un. Le mot a également des emplois métonymiques et renvoie alors à ce qui est vu et à la représentation de ce qui est vu. Enfin on lui reconnaît un emploi figuré et il exprime, alors, la faculté de se représenter mentalement quelque chose, de percevoir par l’esprit, et la faculté de concevoir quelque chose. La seconde possibilité est « vision ». Outre son sens physiologique, « vision » a toujours désigné également l’action, le fait de voir. Dans un sens figuré, il réfère au fait de percevoir, de se représenter en esprit une réalité concrète ou abstraite. Dans un emploi métonymique, il désigne l’image, la représentation mentale d’une réalité et par extension une manière de voir, d’appréhender par l’œil ou l’esprit une réalité concrète ou abstraite. Quant au troisième terme, il est le seul à ne pas présenter d’image visuelle et désigne une manière particulière de se représenter, d’envisager quelque chose.

  • 28 Voir A. -M. Chabrolle-Cerretini, « Les références à Humboldt dans la linguistique française contemp (...)
  • 29 Les références suivent la chronologie des textes de 1820 à 1827-1829. Les contextes d’apparition so (...)

38Aucune traduction française ne fait le choix de « vue », sans doute parce que ses emplois communs renvoient en priorité aux organes de perception et à la perception directe. C’est « vision » qui est choisi quand le concept est réellement traduit. Dans les textes secondaires quand on se réfère au concept humboldtien, soit il est majoritairement question de « conception du monde », soit on cite Weltanschauung28. Enfin, ce qui est plus surprenant est que « vision du monde » ne soit pas réservé dans les textes de Humboldt à la traduction de Weltansicht, mais serve aussi à celle d’autres termes. Afin de clarifier cet emploi particulier, j’ai été ainsi amenée à constituer un petit corpus des occurrences de Weltansicht, Weltanschauung, Weltauffassung, sein eigne Welt et Sprachsicht et de leurs traductions françaises respectives. J’ai élargi, chaque fois que c’était possible, aux traductions italienne, espagnole et anglaise29.

RÉFÉRENCE 1

391820. Première occurrence : Weltansicht (en).

  • 30 Ueber das vergleichende Sprachstudium, GS IV, p. 27.

40Durch die gegenseitige Abhängigkeit des Gedankens, und des Wortes von einander leuchtet es klar ein, dass die Sprachen nicht eigentlich Mittel sind, die a schon erkannte Wahrheit darzustellen, sondern weit mehr, die vorher unerkannte zu entdecken. Ihre Verschiedenheit ist nicht eine von Schällen und Zeichen, sondern eine Verschiedenheit der Weltansichten selbst.30

411974. En français : « la manière même d’appréhender le monde » (Caussat).

  • 31 La recherche linguistique comparative, dans Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 19 (...)

42La dépendance mutuelle et complémentaire de la pensée et du mot a pour conséquence évidente que les langues sont moins des moyens destinés à représenter la vérité déjà connue, que des moyens promis à la découverte de la vérité jusque-là insoupçonnée. La diversité qu’elles révèlent ne porte pas sur les sons et sur les signes : elle concerne la manière même d’appréhender le monde.31

431995. En français : « visions du monde » (Trabant).

  • 32 J. Trabant, « Sprachsinn : le sens du langage, de la linguistique et de la philosophie du langage » (...)

44À cause de la dépendance mutuelle de la pensée et de la parole l’une de l’autre, il paraît clairement évident que les langues ne sont pas, à proprement parler, des moyens pour représenter la vérité déjà reconnue, mais, beaucoup plus, des moyens pour découvrir la vérité inconnue jusqu’ici. Leur diversité n’est pas une diversité de sons et de signes, mais une diversité de visions du monde.32

452000. En français : « visions du monde » (Thouard).

  • 33 Sur l’étude comparée des langues, dans Sur le caractère national des langues et autres écrits sur l (...)

46Du fait de la dépendance réciproque de la pensée et du mot, il est clair que les langues ne sont pas à proprement parler des moyens pour présenter une vérité déjà connue, mais au contraire, pour découvrir une vérité auparavant inconnue. Leur diversité n’est pas due aux sons et aux signes : elle est une diversité des visions du monde elles-mêmes.33

  • 34 Sobre el estudio comparado en relación con las diversas épocas de su evolución, dans Escritos sobre (...)

471991. En espagnol : « una diversidad de vistas del mundo » (Sánchez Pascual)34.

RÉFÉRENCE 2

481820. Weltansicht (en).

  • 35 Ueber das vergleichende Sprachstudium, GS IV, p. 33.

49Denn wenn in den, zu höherer Ausbildung gediehenen Sprachen eigne Weltansichten liegen, so muss es ein Verhältniss dieser nicht nur zu einander, sondern auch zur Totalität aller denbaren geben.35

501974. En français : « perspectives […] sur le monde » (Caussat).

  • 36 La recherche linguistique comparative, dans Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 19 (...)

51Car si, avec les langues qui sont parvenues aux élaborations les plus hautes, on a affaire à autant de perspectives originales sur le monde, il doit y avoir un réseau de relations qui les relie sans doute entre elles mais, surtout, à l’unité totalisante de toutes les perspectives possibles.36

522000. En français : « vision du monde » (Thouard).

  • 37 Sur l’étude comparée des langues, dans Sur le caractère national des langues et autres écrits sur l (...)

53S’il y a en effet dans les langues parvenues à une culture supérieure une vision du monde originale, il doit y avoir une proportion entre celles-ci, non seulement prises ensemble, mais également par rapport à la totalité de toutes les langues pensables.37

  • 38 Sobre el estudio comparado, dans Escritos sobre el lenguaje, 1991, p. 58.

541991. En espagnol : « unas vistas específicas del mundo » (Sánchez Pascual)38.

RÉFÉRENCE 3

551822-1824. Weltansicht (en).

  • 39 Ueber den Nationalcharackter der Sprachen, GS IV, p. 420.

56Ich habe in einer meiner früheren akademischen Vorlesungen die Aufmerksamkeit darauf zu richten versucht, dass die Verschiedenheit der Sprachen in mehr, als einer blossen Verschiedenheit der Zeichen besteht, dass die Wörter und Wortfügungen zuglich die Begriffe bilden und bestimmen, und dass, in ihren Zusammenhange, und ihren Einfluss auf Erkenntniss und Empfindung betrachtet, mehrere Sprachen in der That mehrere Weltansichten sind.39

571996. En français : « visions du monde » (Caussat).

  • 40 Sur le caractère national des langues (extraits), 1996, p. 434.

58Dans une de mes précédentes leçons, j’ai tenté d’attirer l’attention sur le fait que la différence des langues outrepasse la simple différence des signes, que les termes et les emboîtements de termes forment et déterminent en même temps les concepts et que, eu égard à la connexion qu’elles présentent et à l’influence qu’elles exercent sur la connaissance et l’affectivité, une pluralité de langues équivaut en fait à une pluralité de visions du monde.40

592000. En français : « visions du monde » (Thouard).

  • 41 Sur le caractère national des langues, 2000, p. 131.

60J’ai cherché, dans une de mes précédentes conférences académiques, à attirer l’attention sur le fait que la diversité des langues excède une simple diversité des signes, que les mots et la syntaxe forment et déterminent en même temps les concepts, et que, considérées dans leur contexte et leur influence sur la connaissance et la sensation, plusieurs langues sont en fait plusieurs visions du monde.41

  • 42 Essays on Language, 1997, p. 52.

611997. En anglais : « views of life » (Wieczorek et Roe)42.

RÉFÉRENCE 4

621822-1824. Weltansicht.

  • 43 Ueber den Nationalcharackter der Sprachen, GS IV, p. 428.

63In sich selbst aber äussert sich der aus dem Einfluss der Sprache hervorgehende Gewinn auf eine zwiefache Weise, als erhöhete Sprachfähigkeit, und als eigenthümliche Weltansicht.43

641996. En français : « vue singulière projetée sur le monde » (Caussat).

  • 44 Sur le caractère national des langues (extraits), 1996, p. 441-442.

65Ressaisi en lui-même, le profit qu’on doit à la langue se manifeste d’une double manière : comme capacité avivée au langage et comme vue singulière projetée sur le monde.44

662000. En français : « vision du monde » (Thouard).

  • 45 Sur le caractère national des langues, 2000, p. 149.

67Mais en lui-même, le gain issu de l’influence de la langue se traduit de deux manières : par une capacité linguistique accrue et par une vision du monde originale.45

RÉFÉRENCE 5

681827. Weltansicht.

  • 46 Ueber den Dualis, GS VI, p. 23.

69Die Sprache ist aber durchaus kein blosses Verständigungsmittel, sondern der Abdruck des Geistes und Weltansicht der redenden, die Geselligkeit ist das unentbehrliche Hülfsmittel zu ihrer Entfaltung, aber bei weitem nicht der einziger Zweck, auf den sie hinarbeitet, der vielmehr seinen Endpunkt doch in dem Einzelnen findet, insofern der Einzelne von der Menschheit getrennt werden kann.46

701974. En français : « des perspectives […] sur le monde » (Caussat).

  • 47 Le duel, dans Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 1974, p. 119.

71Mais le langage est tout autre chose qu’un simple instrument servant à opérer la compréhension ; il est la réplique de l’esprit et des perspectives que les sujets parlants projettent sur le monde ; l’échange social n’est que l’auxiliaire indispensable qui lui permet de se déployer.47

  • 48 Sobre el dual, dans Escritos sobre el lenguaje, 1991, p. 155.

721991. En espagnol : « vista del mundo » (Sánchez Pascual)48.

  • 49 Essays on Language, 1997, p. 129.

731997. En anglais : « the mark of the intellect and philosophy of those whospeak » (Wieczorek et Roe)49.

RÉFÉRENCES 6 ET 7

741827. Weltanschauung.

  • 50 Ueber den Dualis, GS VI, p. 23.

75Hier aber zeigt sich sogleich eine auffallende Verschiedenheit. Die Sprache trägt Spuren an sich, dass bei ihrer Bildung vorzugsweise aus sinnlichen Weltanschauung geschöpft worden ist, oder aus dem Inneren der Gedanken, wo jene Weltanschauung schon durch die Arbeit des Geistes geganden war.50

761974. En français : « l’intuition sensible du monde extérieur » (Caussat).

  • 51 Le duel, dans Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 1974, p. 119.

77Mais ici se révèle une surprenante diversité. La langue n’est pas sans porter la marque du rôle majeur dévolu, au cours de sa formation, soit à l’intuition sensible du monde extérieur, soit au remaniement intérieur que le travail de l’esprit opère sur cette intuition, en lui imposant sa signature.51

781991. En espagnol : « visión sensible del mundo » (Sánchez Pascual).

  • 52 Sobre el dual, dans Escritos sobre el lenguaje, 1991, p. 155.

79[…] visión sensible del mundo o de la interioridad de los pensamientos, en la cual aquella visión había pasado ya por el trabajo del espíritu.52

801997. En anglais : « Weltanschauung » (Wieczorek et Roe).

  • 53 Essays on Language, 1997.

81[…] elements of language suggest that its formation derived from a Weltanschauung based largely on the sense world, or from within man’s thoughts, where the Weltanschauung was already influenced by he working of spirit.53

RÉFÉRENCE 8

821827-1829. Weltanschauung.

  • 54 Ueber die Verschiedenheiten des menschlichen Sprachbaues, GS VII, p. 20.

83[…] gewinnung eine Weltanschauung z welches der Mensch.54

841974. En français : « vision du monde » (Caussat).

  • 55 Introduction à l’œuvre sur le kavi, 1974, p. 151.

85La production du langage répond à un besoin intérieur de l’humanité. Bien loin de se réduire à un simple besoin extérieur destiné à la communication sociale, il est immanent à la nature humaine, il est la condition indispensable pour qu’elle déploie les forces spirituelles qui l’habitent et pour qu’elle accède à une vision du monde.55

  • 56 Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, 2000, « Glossaire », p. 182.

862000. En français : « conception du monde » (Thouard)56.

  • 57 La diversità delle lingue, 1993, p. 15.

871993. En italien : « visione del mondo » (Di Cesare)57.

  • 58 Sobre la diversidad de las lenguas, dans Sobre la diversidad del lenguaje humano y su influencia so (...)

881990. En espagnol : « una concepción del mundo » (Agud)58.

RÉFÉRENCE 9

891827-1829. Weltansicht.

  • 59 Ueber die Verschiedenheiten des menschlichen Sprachbaues, GS VII, p. 60.

90[…] Nation eine gleichartige Subjectivität einwirkt so liegt in jeder Sprache eine eigenthüliche Weltansicht.59

911974. En français : « vision originale sur le monde » (Caussat).

  • 60 Introduction à l’œuvre sur le kavi, 1974, p. 198.

92[…] et, comme il faut compter encore avec une subjectivité tout aussi exigeante, qui fait valoir ses droits sur la langue à l’intérieur de la même nation, on voit que toute langue projette une vision originale sur le monde.60

  • 61 La diversità delle lingue, 1993, p. 47.

931993. En italien : « visione del mondo » (Di Cesare)61.

  • 62 Sobre la diversidad de las lenguas, dans Sobre la diversidad del lenguaje humano, 1990, p. 83.

941990. En espagnol : « manera peculiar de entender el mundo » (Agud)62.

RÉFÉRENCE 10

951827-1829. Weltansicht.

  • 63 Ueber die Verschiedenheiten des menschlichen Sprachbaues, GS VII, p. 60.

96Die Erlernung einer Fremden Sprache sollte daher die gewinnung eines neuen Standpunkts inder bisherigen Weltansicht seyn […].63

  • 64 « Il faudrait donc voir dans l’apprentissage d’une langue étrangère la conquête d’une perspective n (...)

971974. En français : « vision du monde » (Caussat)64.

  • 65 La diversità delle lingue, 1993, p. 47.

981993. En italien : « visione del mondo » (Di Cesare)65.

  • 66 Sobre la diversidad de las lenguas, dans Sobre la diversidad del lenguaje humano, 1990, p. 83.

991990. En espagnol : « manera de entender el mundo » (Agud)66.

RÉFÉRENCE 11

1001827-1829. Seine eigne Welt.

  • 67 Ueber die Verschiedenheiten des menschlichen Sprachbaues, GS VII, p. 60.

101Nur weil man in eine fremde Sprache immer, mehr oder weniger seine eigne Welt […].67

  • 68 « […] comme on emporte toujours plus ou moins sa propre vision du monde » (Introduction à l’œuvre s (...)

1021974. En français : « sa propre vision du monde » (Caussat)68.

  • 69 La diversità delle lingue, 1997, p. 47.

1031993. En italien : « la propia visione del mondo » (Di Cesare)69.

  • 70 Sobre la diversidad de las lenguas, dans Sobre la diversidad del lenguaje humano, 1990, p. 83.

1041990. En espagnol : « manera de ver el mundo » (Agud)70.

RÉFÉRENCE 12

1051827-1829. Sprachansicht.

  • 71 Ueber die Verschiedenheiten des menschlichen Sprachbaues, GS VII, p. 60.

106[…] ja seine eigne Sprachansicht hinüberträgt […].71

  • 72 « […] voire sa propre vision de la langue » (Introduction à l’œuvre sur le kavi, 1974, p. 199).

1071974. En français : « vision de la langue » (Caussat)72.

  • 73 La diversità delle lingue, 1993, p. 47.

1081993. En italien : « la visione della propia lingua » (Di Cesare)73.

  • 74 Sobre la diversidad de las lenguas, dans Sobre la diversidad del lenguaje humano, 1990, p. 83.

1091990. En espagnol : « concebir el lenguaje » (Agud)74.

RÉFÉRENCE 13

1101827-1829. Weltansicht.

  • 75 Ueber die Verschiedenheiten des menschlichen Sprachbaues, GS VII, p. 190.

111[…] Nationen in einer mehr oder weniger ausgedehnter Literatur ihre Weltansicht ni edergelegt und in zusammenhängender Rede der Sprache eigeprägt haben.75

  • 76 Introduction à l’œuvre sur le kavi, 1974, p. 326.

1121974. En français : « vision du monde » (Caussat)76.

113Il faut que les nations aient sécrété une littérature plus ou moins étendue pour y déposer leur vision du monde […].

  • 77 La diversità delle lingue, 1993, p. 144.

1141993. En italien : « la visione del mondo » (Di Cesare)77.

  • 78 Sobre la diversidad de las lenguas, dans Sobre la diversidad del lenguaje humano, 1990, p. 222.

1151990. En espagnol : « acepción del mundo » (Agud)78.

RÉFÉRENCE 14

1161827-1829.Weltauffassung.

  • 79 Ueber die Verschiedenheiten des menschlichen Sprachbaues, GS VII, p. 190.

117Erst bei genauerer Erwägung, aber dann klar und deutlich findet man den Charakter der verschiedenen Weltauffassung der Vörter an der Geltung der Wörter haftend.79

1181974. En français : « manières […] d’assumer le monde » (Caussat).

  • 80 Introduction à l’œuvre sur le kavi, 1974, p. 343.

119Si l’on veut un critère particulièrement pertinent des différentes manières qu’ont les peuples d’assumer le monde, on le trouvera dans la valeur attachée aux termes.80

  • 81 La diversità delle lingue, 1993, p. 156.

1201993. En italien : « concezione del mondo » (Di Cesare)81.

  • 82 Sobre la diversidad de las lenguas, dans Sobre la diversidad del lenguaje humano, 1990, p. 243.

1211990. En espagnol : « concepción del mundo » (Agud)82.

RÉFÉRENCE 15

1221827-1829. Weltauffassung.

  • 83 Ueber die Verschiedenheiten des menschlichen Sprachbaues, GS VII, p. 253.

123Sie wird auf der Verfolgung dieser Bahn auch nothwendig zu dem äusseren hingetrieben ein wissenschaftliches Gebäude der Weltauffassung aufzuführen und von diesem Standpunkte aus wieder schaffend zu wirken.83

1241974. En français : « puiser de nouvelles énergies » (Caussat).

  • 84 Introduction à l’œuvre sur le kavi, 1974, p. 406.

125[…] elle est tendue vers l’édification de la science où elle puise de nouvelles énergies.84

  • 85 La diversità delle lingue, 1993, p. 207.

1261993. En italien : « concezione del mondo » (Di Cesare)85.

  • 86 Sobre la diversidad de las lenguas, dans Sobre la diversidad del lenguaje humano, 1990, p. 320.

1271990. En espagnol : « comprensión del mundo » (Agud)86.

128Il se dégage de cette confrontation des textes traduits deux remarques. La première concerne l’ascendant théorique que Weltanschauung semble avoir pris sur Weltansicht. Sa traduction n’est jamais de type paraphrastique et semble davantage fixée que celle de Weltansicht. Le texte anglais va même jusqu’à le citer en allemand. La seconde remarque concerne la préférence en anglais, italien et français des termes « view-visione vision » englobant les sens de la perception et de l’organisation de cette perception par la pensée. La traduction espagnole est plus embarrassante à analyser, car les textes considérés sont traduits par deux personnes. L’une oppose Weltansicht-vista à Weltanschauung-visión et la seconde traduit systématiquement le concept de Weltansicht par une paraphrase du type « manière particulière de comprendre le monde », tout en réservant « conception du monde » à Weltanschauung.

129Pour ma part j’ai adopté « vision du monde » pour les motifs évoqués ci-dessus et parce que je pense rendre compte ainsi de la relation entre le locuteur et l’objet du réel qui se noue dans la fonction de synthèse telle que la définit Humboldt.

Notes

1 La recherche linguistique comparative dans son rapport aux différentes phases du développement du langage, traduit par P. Caussat, dans Introduction à l’œuvre sur le kawi et autres essais, 1974 ; Sur l’étude comparée des langues dans son rapport aux différentes époques du développement du langage, traduit par D. Thouard, dans Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, 2000 (GS IV).

2 La tâche de l’historien, traduit par P. Caussat, dans Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 1974 ; La tâche de l’historien, traduit par A. Disselkamp et A. Laks, 1985 (GS IV).

3 De l’origine des formes grammaticales et de leur influence sur le développement des idées, 1969 ; Sur la naissance des formes grammaticales et leur influence sur le développement des idées, traduit par D. Thouard, 1999 (GS IV).

4 J. Trabant, « How relativistic are Humboldt’s Weltansichten ? », 2000, p. 25.

5 Leibniz, « Bref essai sur l’origine des peuples déduite principalement des indications fournies par les langues », traduit par M. Crépon, 2000.

6 J. G. von Herder, Traité de l’origine du langage, traduit par D. Modigliani, Paris, PUF (Écritures), 1992.

7 Sur la particularité de cette écriture, voir A. -M. Chabrolle-Cerretini éd., Dossier HEL, n ° 1, 2002.

8 Texte cité et traduit par J. Trabant, « Humboldt et Leibniz : le concept intérieur de la linguistique », 1990, p. 137 (GS IV, p. 1).

9 La recherche linguistique comparative, traduit par P. Caussat, Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 1974, p. 71 (GS IV, p. 1).

10 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, 2000, p. 65 (GS IV, p. 1).

11 Leibniz, « Bref essai sur l’origine des peuples déduite principalement des indications fournies par les langues », traduit par M. Crépon, 2000, p. 171.

12 J. Trabant, « Humboldt et Leibniz : le concept intérieur de la linguistique », 1990, p. 138.

13 Herder, Idées sur la philosophie de l’humanité, traduit par E. Quinet, 1991, p. 155-156.

14 Les premiers classements de langues du début du XIXe siècle (Adelung, les frères Schlegel) se font sur les seuls critères morphologiques.

15 La recherche linguistique comparative, traduit par P. Caussat, Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 1974, p. 72. Voir aussi Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, 2000, p. 67 (GS IV, p. 3).

16 Lettres à G. Schweighaeuser, traduit par A. Laquiante, 1893, p. 105.

17 Prüfung der Untersuchungen über die Urbewohner Spaniens vermittelst der Vaskischen Sprache (1821), GS IV. Voir A. -M. Chabrolle-Cerretini, « L’étude du basque de Wilhelm von Humboldt », 1999.

18 Sur l’étude du langage ou plan pour une encyclopédie systématique de toutes les langues, traduit par P. Caussat, La langue source de la nation, 1996, p. 434 (Über das Sprachstudium oder Plan zu einer systematischen Encyclopedie aller Sprachen, GS VII-2, p. 602-603).

19 La recherche linguistique comparative, traduit par P. Caussat, Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 1974, p. 76 (GS IV, p. 7).

20 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, 2000, p. 75.

21 La recherche linguistique comparative, traduit par P. Caussat, Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 1974, p. 76. Voir aussi Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, 2000, p. 75 (GS IV, p. 8).

22 La recherche linguistique comparative, traduit par P. Caussat, Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 1974, p. 77. Voir aussi Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, 2000, p. 77 (GS IV, p. 9).

23 Texte cité et traduit par J. Trabant, « Du génie aux gènes des langues », 2000, p. 82-83 (GS IV, p. 27).

24 Sur l’étude comparée des langues, traduit par D. Thouard, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, 2000, p. 109 (GS IV, p. 33).

25 P. Caussat, « W. von Humboldt, théoricien des lendemains de Babel », 2005, p. 83.

26 J. Trabant, Humboldt ou le sens du langage, 1992, p. 47-48.

27 « Glossaire », Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, traduit par D. Thouard, 2000, p. 182.

28 Voir A. -M. Chabrolle-Cerretini, « Les références à Humboldt dans la linguistique française contemporaine », 2004.

29 Les références suivent la chronologie des textes de 1820 à 1827-1829. Les contextes d’apparition sont donnés presque exclusivement pour les traductions françaises.

30 Ueber das vergleichende Sprachstudium, GS IV, p. 27.

31 La recherche linguistique comparative, dans Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 1974, p. 88.

32 J. Trabant, « Sprachsinn : le sens du langage, de la linguistique et de la philosophie du langage », 1995, p. 55-56.

33 Sur l’étude comparée des langues, dans Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, 2000, p. 101.

34 Sobre el estudio comparado en relación con las diversas épocas de su evolución, dans Escritos sobre el lenguaje, 1991, p. 54.

35 Ueber das vergleichende Sprachstudium, GS IV, p. 33.

36 La recherche linguistique comparative, dans Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 1974, p. 92.

37 Sur l’étude comparée des langues, dans Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, 2000, p. 109.

38 Sobre el estudio comparado, dans Escritos sobre el lenguaje, 1991, p. 58.

39 Ueber den Nationalcharackter der Sprachen, GS IV, p. 420.

40 Sur le caractère national des langues (extraits), 1996, p. 434.

41 Sur le caractère national des langues, 2000, p. 131.

42 Essays on Language, 1997, p. 52.

43 Ueber den Nationalcharackter der Sprachen, GS IV, p. 428.

44 Sur le caractère national des langues (extraits), 1996, p. 441-442.

45 Sur le caractère national des langues, 2000, p. 149.

46 Ueber den Dualis, GS VI, p. 23.

47 Le duel, dans Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 1974, p. 119.

48 Sobre el dual, dans Escritos sobre el lenguaje, 1991, p. 155.

49 Essays on Language, 1997, p. 129.

50 Ueber den Dualis, GS VI, p. 23.

51 Le duel, dans Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, 1974, p. 119.

52 Sobre el dual, dans Escritos sobre el lenguaje, 1991, p. 155.

53 Essays on Language, 1997.

54 Ueber die Verschiedenheiten des menschlichen Sprachbaues, GS VII, p. 20.

55 Introduction à l’œuvre sur le kavi, 1974, p. 151.

56 Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, 2000, « Glossaire », p. 182.

57 La diversità delle lingue, 1993, p. 15.

58 Sobre la diversidad de las lenguas, dans Sobre la diversidad del lenguaje humano y su influencia sobre el desarrollo espiritual de la humanidad, 1990, p. 32.

59 Ueber die Verschiedenheiten des menschlichen Sprachbaues, GS VII, p. 60.

60 Introduction à l’œuvre sur le kavi, 1974, p. 198.

61 La diversità delle lingue, 1993, p. 47.

62 Sobre la diversidad de las lenguas, dans Sobre la diversidad del lenguaje humano, 1990, p. 83.

63 Ueber die Verschiedenheiten des menschlichen Sprachbaues, GS VII, p. 60.

64 « Il faudrait donc voir dans l’apprentissage d’une langue étrangère la conquête d’une perspective nouvelle et le renouvellement de la vision du monde qui dominait jusque-là » (Introduction à l’œuvre sur le kavi, 1974, p. 199).

65 La diversità delle lingue, 1993, p. 47.

66 Sobre la diversidad de las lenguas, dans Sobre la diversidad del lenguaje humano, 1990, p. 83.

67 Ueber die Verschiedenheiten des menschlichen Sprachbaues, GS VII, p. 60.

68 « […] comme on emporte toujours plus ou moins sa propre vision du monde » (Introduction à l’œuvre sur le kavi, 1974, p. 199).

69 La diversità delle lingue, 1997, p. 47.

70 Sobre la diversidad de las lenguas, dans Sobre la diversidad del lenguaje humano, 1990, p. 83.

71 Ueber die Verschiedenheiten des menschlichen Sprachbaues, GS VII, p. 60.

72 « […] voire sa propre vision de la langue » (Introduction à l’œuvre sur le kavi, 1974, p. 199).

73 La diversità delle lingue, 1993, p. 47.

74 Sobre la diversidad de las lenguas, dans Sobre la diversidad del lenguaje humano, 1990, p. 83.

75 Ueber die Verschiedenheiten des menschlichen Sprachbaues, GS VII, p. 190.

76 Introduction à l’œuvre sur le kavi, 1974, p. 326.

77 La diversità delle lingue, 1993, p. 144.

78 Sobre la diversidad de las lenguas, dans Sobre la diversidad del lenguaje humano, 1990, p. 222.

79 Ueber die Verschiedenheiten des menschlichen Sprachbaues, GS VII, p. 190.

80 Introduction à l’œuvre sur le kavi, 1974, p. 343.

81 La diversità delle lingue, 1993, p. 156.

82 Sobre la diversidad de las lenguas, dans Sobre la diversidad del lenguaje humano, 1990, p. 243.

83 Ueber die Verschiedenheiten des menschlichen Sprachbaues, GS VII, p. 253.

84 Introduction à l’œuvre sur le kavi, 1974, p. 406.

85 La diversità delle lingue, 1993, p. 207.

86 Sobre la diversidad de las lenguas, dans Sobre la diversidad del lenguaje humano, 1990, p. 320.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search