Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vision du monde de Wilhelm von Humboldt

 | 
Anne-Marie Chabrolle-Cerretini

Première partie. Humboldt et son époque : les origines du concept

Chapitre II

Les langues : réalités de tous les enjeux

Texte intégral

1Dans ce chapitre, nous abordons la deuxième étape dans l’évolution de la pensée de Humboldt, celle de la redéfinition du concept d’homme par rapport à la langue. L’étape est d’autant plus capitale qu’elle aura pour effet le basculement de son projet anthropologique dans une linguistique qui le mènera à la vision du monde.

La langue et les questions identitaires

La langue, la littérature et la nation

2À la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe, en Europe, la langue, comme l’homme, est l’objet de nombreux questionnements scientifiques, mais se trouve être aussi au centre d’enjeux politiques et culturels. Il est possible de cerner cette situation à partir de la notion de nation.

  • 1 Sur les termes de « peuple », « nation » et « patrie », voir G. Rémi, « Aux sources du nationalisme (...)
  • 2 B. Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La (...)

3Si l’on admet une différence entre ce terme et la notion proche d’État1, fondée sur le fait que l’État met plutôt en avant le pouvoir accordé à une autorité souveraine tandis que la nation privilégie l’idée de l’unité d’une communauté politique, on peut dire qu’à la fin du XVIIIe siècle les nations européennes sont en pleine formation. Cette situation est liée à des changements sociaux et économiques qui, paradoxalement, peuvent être absorbés et acceptés par cette nation, communauté plutôt atemporelle, à la fois vivante et conservatrice. Que ce soit pour Benedict Anderson ou Anne-Marie Thiesse2, la nation est une fiction, imaginée par un collectif fraternel. Dans cette invention, la langue est une pièce maîtresse dont la tâche fédératrice et génératrice est lourde. Cette situation politique et culturelle à laquelle tous les États européens accèdent en cette fin de siècle est aussi favorisée par trois données :

  • Un épanouissement romantique des esprits a mené à une découverte de soi, une confiance en ses propres forces qui a entraîné de vastes mouvements émancipateurs touchant tous les domaines de la vie. Il a favorisé aussi des prises de conscience de particularités culturelles.

  • La domination culturelle et linguistique de la France commence à être mal vécue dans bon nombre de pays. L’usage du français qui s’est généralisé depuis les Lumières et après la Révolution va bien au-delà d’une mode, mais dicte aux autres langues et aux locuteurs de celles-ci son rapport au monde.

  • La Révolution française et sa politique de la langue ont alimenté cette conscience que l’on a déjà connue, me semble-t-il, avec d’autres enjeux et modalités à la Renaissance : la langue peut devenir un facteur de changement de la réalité, l’homme est partie prenante de l’histoire de sa langue et il peut (et doit) agir consciemment sur elle.

4À ces paramètres communs aux pays européens vient s’ajouter une détérioration des liens entre la France et l’Allemagne, les conflits militaires engagés par Napoléon dès le début du XIXe siècle avec l’occupation de la Prusse en 1806 ne servant pas la relation. Tous ces éléments vont favoriser un durcissement des sentiments nationaux. Dans ce contexte, la question de l’identité linguistique va se poser avec une grande acuité. La représentation de la langue va se modifier et, de simple caractéristique culturelle d’une communauté, elle va se trouver investie de l’esprit de la nation.

5Certes, nous venons de le voir, la question du rapport entre le peuple et sa langue n’est pas nouvelle. Elle est posée depuis la Renaissance, dans le cadre notamment des actions de protection et d’enrichissement du lexique par le peuple. Au XVIIe siècle, c’est l’exemple représentatif de Leibniz. Ainsi, en 1679 et en 1697, il inscrit on ne peut plus clairement son projet lexicographique dans la perspective de donner à la nation allemande sa gloire méritée :

  • 3 Leibniz, « Considérations inattendues sur l’usage et l’amélioration de la langue allemande », L’har (...)

La visée principale d’une telle œuvre serait certes le développement de la chère patrie du peuple allemand. Mais son but particulier et son entreprise seraient orientés vers la langue, les moyens de la perfectionner, de l’embellir et de l’étudier.3

  • 4 Ibid., p. 39 ; « Exhortation aux Allemands d’avoir à perfectionner leur entendement et leur langue  (...)
  • 5 Leibniz prévoit un dictionnaire en trois parties : un livre pour les mots d’usage courant, le dicti (...)

6Convaincu que « la langue est un miroir de l’entendement »4, Leibniz analyse l’état du lexique de sa langue. Pour lui, la langue allemande a développé insuffisamment certains pans lexicaux, notamment ceux concernant le champ des sentiments ou ceux qui relèvent de la morale, de l’art de gouverner, alors que les champs de la métallurgie, de l’exploitation des mines, de la chasse et de l’élevage lui semblent riches. On comprend bien dès lors que les trois parties du dictionnaire conçu par Leibniz en font un instrument de savoir et de pouvoir indispensable pour que la nation, en raison des qualités qu’elle se doit de montrer, occupe un rang de premier ordre en Europe5.

  • 6 A. -M. Thiesse, La création des identités nationales, 2001. Voir aussi sur la question de l’identit (...)

7Sans doute, la confrontation culturelle, intellectuelle et politique avec la France a renforcé l’Allemagne dans sa conviction que c’est par la langue qu’elle va construire son unité nationale, contrairement à la nation française où l’entité politique et spirituelle a préexisté à la langue nationale. Cette recherche d’identité nationale passe par des étapes incontournables, comme l’a bien montré Anne-Marie Thiesse6. La recherche d’une filiation est l’une d’elles : il faut s’inscrire dans une histoire. La caractéristique est que, pour la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe, cette quête d’ancêtres se fait par la langue et la littérature et qu’elle s’accompagne d’un regard qui se détourne de la culture gréco-latine. La langue est véritablement conçue comme un bien vivant, dans lequel se façonne et se concentre l’esprit du peuple qui parle la langue. La langue mène au discours qu’elle produit, à la littérature, qui est alors perçue comme le réceptacle de cette force du peuple, une création vivante, et qui par conséquent devient objet de grandes sollicitations.

  • 7 Voir M. Crépon, Les géographies de l’esprit, 1996, et P. Caussat, De l’identité culturelle, Paris, (...)

8En Allemagne, la construction d’une littérature nationale va devenir un sujet central pour bon nombre de théorisations sur les rapports entre la langue et la nation. L’on passe ainsi de l’appel patriotique à travailler la langue lancé par Leibniz en 1679 (« Exhortation aux Allemands d’avoir à perfectionner leur langue »), à une nouvelle philosophie de l’histoire de Herder qui noue les rapports forts entre la langue et la nation7 :

  • 8 J. G. Herder, « Sur la nouvelle littérature allemande. Fragments », traduit par M. Crépon dans P. C (...)

Chaque nation possède son propre dépôt de pensées ainsi devenues signes. Et ce dépôt c’est sa langue nationale : un dépôt auquel, des siècles durant, elle apporte sa contribution, un dépôt qui, comme l’éclat de la lune, a connu plus de transformations que le trésor d’un roi entre les mains de ses successeurs indignes, un dépôt dont souvent les voisins se sont enrichis par le brigandage et la rapine, mais qui néanmoins, tel qu’il est, ne cesse d’appartenir en propre à la nation qui le possède et qu’elle seule peut faire fructifier : le trésor de pensées de tout un peuple. Écrivains de la nation ! Comment pourriez-vous le faire fructifier ? Et un philologue de la nation, que ne pourrait-il révéler en ce trésor et expliquer par son moyen ?8

9C’est la littérature qui fait le lien entre la langue et le peuple :

  • 9 Ibid., p. 88.

Dès lors, si toute langue originaire, en tant qu’elle est la plante du pays qui l’a vue croître, se tourne vers son horizon de ciel et de terre, si toute langue nationale se forme d’après les mœurs et la mentalité de son peuple, alors réciproquement, la littérature d’un pays, qui est originaire et nationale, doit se former d’après la langue de cette nation, au point que leurs cours se mêlent. La littérature a grandi dans la langue comme la langue dans la littérature.9

10Pour Herder, la langue est ainsi à la fois :

    • 10 Ibid., p. 79.

    l’instrument de la littérature qui s’enrichit grâce à elle et réciproquement : « C’est dans un même effort qu’assurément l’une et l’autre s’enrichissent, car, pour l’essentiel, elles se perfectionnent d’un même pas »10 ;

  • la littérature est un réceptacle, « un dépôt », qui devient « un trésor » dont on hérite légitimement de génération en génération ;

  • la littérature est un contenu, perfectible, sans cesse travaillé.

11Cette définition de la nation par la langue a pour conséquence, comme l’écrit Marc Crépon, d’envisager l’histoire d’une façon critique par rapport à celle des Lumières :

  • 11 M. Crépon, Les géographies de l’esprit, 1996, p. 139.
  • 12 M. Crépon, « Introduction », dans P. Caussat et al., La langue source de la nation, 1996, p. 41.

La valorisation de l’origine et de la continuité, la confiance dans la longue maturation d’un germe exigent qu’on leur reconnaisse une positivité que les dicours historiques des Lumières ont trop tendance à leur refuser. C’est en ce sens qu’une nouvelle intelligence historique est requise, qui réside moins dans la capacité de juger, de prononcer des arrêts, que dans l’aptitude à éprouver une époque passée comme un tout et surtout saisir la nécessité de la durée propre au développement, à la formation de toute individualité historique.11
[…] c’est l’idée que chaque nation – loin d’être une étape plus ou moins réussie dans l’histoire nécessaire des progrès de l’esprit humain – a son génie propre, incomparable, irréductible à quelque modèle que ce soit ; un génie qui s’exprime d’abord et avant tout dans la langue. La question de l’identité n’est pas seulement l’affaire d’une défense et d’une promotion de la langue, elle dépend aussi de la reconnaissance de l’égale importance historique de chaque nation […].12

12L’exhortation à écrire et à rechercher dans la littérature l’essence du lien entre un peuple et sa langue va trouver au début du XIXe siècle sa pleine expression dans le travail des frères Grimm. Jacob et Wilhelm Grimm vont rassembler et écrire un ensemble impressionnant de contes, de légendes, de documents juridiques et de dictionnaires, mais aussi une grammaire de l’allemand et de toutes les autres langues de la branche germanique, à destination à la fois de spécialistes et d’un lectorat plus vaste. Ces œuvres doivent inciter la nation allemande à prendre conscience de son unité et de sa grandeur. Ce travail fera référence en matière de corpus et de principes méthodologiques à tel point qu’il sera imité plus tard dans de nombreux pays en pleine fabrication d’une identité collective.

La recherche de filiations linguistiques

  • 13 Pour la périodisation, voir M. -A. Paveau et G. -E. Sarfati, Les grandes théories de la linguistiqu (...)

13Il s’agit ici de la grammaire comparée considérée à ses débuts, soit de la fin du XVIIIe siècle aux années 1860-187013. La motivation de départ de la grammaire comparée est d’établir les rapports existant entre les langues parlées (ou ayant été parlées) en Europe (latin, grec, langues germaniques) et l’ancienne langue de l’Inde (le sanskrit). Ce courant linguistique se distingue dans l’histoire de la discipline par le fait que, pour la première fois, un rapprochement entre les langues est érigé en principe méthodologique. Ce qui sera envisagé ici, c’est l’impulsion de départ, scientifique et idéologique.

14La grammaire comparée naît en Allemagne et il y a au moins deux explications à cela. La première, évoquée déjà à plusieurs reprises, est cette volonté allemande de réaliser une unité nationale par l’établissement d’un patrimoine commun indispensable. L’hypothèse d’un lien entre les langues germaniques et la langue de la sagesse indienne est alors séduisante : la nation allemande ne pourrait que bénéficier de cette aura. Marc Crépon a bien montré en quoi cette fascination pour l’Inde et le regard nouveau porté sur le sanskrit ne sont pas liés à une curiosité subite pour cette culture en elle-même, mais à la possibilité qu’elle offrait d’apporter des réponses à la nation allemande en quête d’ascendants :

  • 14 M. Crépon., L’Orient au miroir de la philosophie, 1993, p. 12-13.

Il s’agit de comprendre ce qui se passe au tournant du XVIIIe et du XIXe, avec la découverte du sanskrit. L’intérêt pour la Chine est relayé par la fascination pour l’Inde. À la sinophilie se substitue l’indomanie, dont les penseurs et philologues allemands, davantage que les philosophes français, se font les fervents prosélytes. À l’Inde, il est demandé tout autre chose qu’à la Chine : non plus un modèle politique et religieux, décrivant l’horizon de nos espérances, mais le secret de nos origines. L’enquête sur l’Inde prend la forme d’une quête de la filiation perdue, qui rattache les langues que nous parlons à la langue primitive, et retrouve grâce à cette généalogie l’unité cachée de l’humanité.14

15L’enjeu doit être capital pour s’engager dans un tel décentrement et aller puiser dans ce passé, si lointain géographiquement, ce qui va rassembler. Il est de taille, en effet, car c’est aussi une autre histoire de l’humanité qui peut s’écrire et un renouveau spirituel dont l’Allemagne peut espérer conduire le flambeau en Europe. Sylvain Auroux écrit à juste titre que l’on a peu prêté attention au fait que la grammaire comparée éliminait définitivement la thèse encore très vivace d’une filiation directe entre les langues parlées en Europe et l’hébreu puisqu’elle allait prouver une séparation entre la famille indo-européenne et la famille sémitique. Avec de telles espérances à la clé, que l’on s’achemine, dès le début du XIXe siècle, vers une étude généalogique n’a déjà plus rien de surprenant.

16À cette première explication, il convient d’en ajouter une seconde, celle de la structuration de la recherche universitaire allemande qui, au tout début du XIXe siècle, n’a pas d’équivalent européen. Comme l’a écrit Sylvain Auroux, « le comparatisme est par définition un savoir purement universitaire » et marque aussi une ère nouvelle pour les sciences du langage :

  • 15 S. Auroux, « Introduction », 2000, p. 19.

[…] pour la première fois [elles] connaissent une structure sociale qui permet d’organiser la recherche (universités, revues, sociétés savantes), d’avoir constamment une représentation de son état (ouvrages de synthèses), d’identifier les découvertes, de les authentifier et de leur donner un nom (tout au long du siècle – depuis la loi de Grimm –, les lois phonétiques vont être nommées par le nom de leur inventeur).15

17Cette Université allemande conçue autour du concept de la Wissenschaft, la recherche, est l’œuvre de Humboldt. En fait, il s’est occupé de l’enseignement primaire et du secondaire, mais l’on retient, à juste titre, son empreinte surtout dans la réforme de l’enseignement supérieur. Cette part dans l’éducation de l’individu qu’il octroie à l’État (et contribue à structurer) ne semble pas en porte-à-faux avec sa conception de la Bildung, ni même avec ses positions libérales de la fin du XVIIIe siècle. Il considère que l’État doit financer la recherche par des budgets réguliers, mais que celle-ci ne doit pas être au service de l’État, lequel devra fournir à l’étudiant tout ce dont il a besoin pour son éducation qui reste du domaine individuel. Ainsi, on aura compris qu’en qualité de linguiste, Humboldt se distingue de la grammaire comparée. Par contre, institutionnellement, il est possible de dire que Humboldt a contribué au développement de cette linguistique. Pour Georges Mounin, c’est à ce moment-là que le sort de la grammaire comparée est lié à Humboldt :

  • 16 G. Mounin, Histoire de la linguistique, 1967, p. 114.

L’extraordinaire développement que va connaître la grammaire comparée en Allemagne apparaît dès ce moment conditionné par l’effort intelligent d’un homme influent, Humboldt.16

18Humboldt s’est d’ailleurs impliqué dans le recrutement de Franz Bopp pour la chaire de sanskrit à l’université de Berlin, sans jamais avoir brigué lui-même de postes universitaires. Néanmoins, tout en ne partageant pas les choix théoriques et méthodologiques de ces grammairiens, Humboldt entretiendra avec eux de nombreux échanges, participera à quelques travaux collectifs, sans jamais renier le développement de sa propre pensée.

La langue basque à la source du projet linguistique humboldtien

19Alors que Humboldt rédige ses principes d’une anthropologie comparée, son Journal parisien témoigne, par d’innombrables remarques sur la langue française, de son extrême attention portée au lien qu’il pressent entre une langue et un mode de pensée qui caractériserait alors le groupe humain parlant la langue. C’est la désormais célèbre expérience infructueuse d’expliquer aux Français la métaphysique kantienne qui lui révèle qu’une langue peut être incapable de mener à certains raisonnements. C’est l’exemple des mots « abstraction » et « notion abstraite » :

  • 17 Journal parisien (1797-1799), traduit par É. Beyer, 2001, p. 109.

Ils [les mots] ont chez eux [les Français] une autre signification. Nous nous représentons sous ce terme l’opération qui laisse de côté toute expérience, toute chose donnée ; eux, seulement l’acte arbitraire visant à fixer son attention sur un objet entre plusieurs autres au sein de l’expérience.17

20Ou encore cet exemple sur deux mots qui témoignerait d’une façon caractéristique pour une communauté d’envisager le monde à partir de sa langue :

  • 18 Ibid., p. 143.

La langue française possède trop de mots comme « sensibilité », « irritabilité », etc. ; elle est déjà trop fortement déterminée pour permettre tout progrès. C’est pourquoi ils manient les signes sans s’apercevoir qu’il leur manque le contenu. – Ils raisonnent à l’avance sur les résultats des expériences. –18

21Pendant que ses compatriotes linguistes se tournent vers la généalogie des langues ou durcissent le ton nationaliste, Humboldt prépare son premier voyage vers la péninsule Ibérique qui va faire évoluer son anthropologie comparée vers une étude comparée des langues.

Les voyages de Humboldt en Espagne

22Au départ de Paris, Humboldt effectue deux voyages en Espagne.

  • 19 Annonce d’un essai sur la langue et la nation basque avec indication du point de vue et du contenu (...)

Mon choix de prendre justement pour objet les Basques fut au départ le fruit du hasard. Mon voyage en Espagne [le premier] avait attiré mon intérêt pour la nation et le pays, qui me devinrent l’un et l’autre chers dans l’acception stricte du terme, lorsque j’entrepris un voyage spécifique en Biscaye [le second] et dans les provinces basques et que je séjournai pendant quelques semaines dans les régions montagneuses les plus reculées.19

  • 20 Voir P. R. Sweet, Wilhelm von Humboldt. A Biography, 1980.

23Le hasard, donc, fit bien les choses, comme il se doit. Effectivement, ni dans le projet d’anthropologie tel qu’il apparaît dans les deux textes de 1796 et 1798, ni même dans son journal, Humboldt ne fait allusion à la possible insertion d'une caractérisation du peuple espagnol dans le tableau qu’il entend brosser du XVIIIe siècle. Pourtant, l’étude de la correspondance montre que dès décembre 1798 il est question d’un voyage en Espagne, qui aurait pu coïncider, s’il avait débuté plus tôt, avec le séjour de son frère Alexander dans la péninsule Ibérique avant qu’il ne s’embarque, le 15 juin, de La Corogne pour le Venezuela. L’itinéraire du premier voyage (d’août 1799 à avril 1800, en famille, soit Caroline von Humboldt, trois enfants âgés de deux à sept ans, le tuteur de ces derniers et une domestique20) est assez conventionnel. Il satisfait les goûts culturels et exotiques de l’époque avec la visite de l’Escorial, l’Andalousie, Montserrat près de Barcelone (déjà visité par d’autres voyageurs allemands connus de Humboldt) et semble aussi inspiré par les récits d’Alexander. Il n’en demeure pas moins que l’étape dans le Pays basque français et espagnol a fait l’objet d’une préparation très minutieuse et qu’à ce titre l’on peut avancer que Humboldt a été éveillé à la spécificité de l’identité basque par ses rencontres avec des Basques de Paris, dont Dominique-Joseph Garat.

24Le 31 janvier 1798 :

  • 21 Journal parisien (1797-1799), traduit par É. Beyer, 2001, p. 47-48.

Discussion avec Garat et visite chez lui. La première discussion, dans la rue, fut assez générale, sur la métaphysique, ses progrès en France et en Allemagne et la nécessité de les poursuivre. Eu égard à cela, il avança notamment la probabilité de plusieurs révolutions auxquelles il fallait se préparer, puisqu’on avait maintenant assez constaté combien on avait manqué de discernement, et ce, même en France. […] Il parla de son désir de vivre à la campagne. Depuis sa jeunesse, il y était habitué ; bien sûr, sa région natale, les Pyrénées, lui manque ici. Là-bas, il était entouré d’un côté par la montagne et de l’autre par l’océan. Ces grands objets portent l’âme vers les notions premières.21

  • 22 M. Duhart, Moi, Dominique Joseph Garat, homme des Lumières et patriote basque, 1998.

25Si l’on se fie aux travaux biographiques sur Garat22, il n’aurait pas été question de la langue basque au cours des premières rencontres entre Garat et Humboldt. Quoi qu’il en soit, Garat, homme politique, journaliste et professeur basque, écrivit dans Le Mercure en 1783 un article dans lequel il supposait une influence du langage sur la formation et le développement des idées en se fondant sur ses observations de la langue et la culture basques : Humboldt avait donc avec lui des affinités qui ont pu contribuer à le sensibiliser aux particularités culturelles basques. Dans le même ordre d’idées, on sait que Humboldt a suivi le cours d’analyse de l’entendement assuré par Garat à l’École normale de Paris ou se l’est procuré :

  • 23 Journal parisien (1797-1799), traduit par É. Beyer, 2001, p. 259.

Analyse de l’entendement. Garat, professeur. Ce sont deux leçons dans lesquelles il ne discute que de son plan. C’est du pur Condillac. Il veut traiter en cinq parties des sensations, facultés, idées, langages et méthodes. À la fin tout converge en une langue universelle pour laquelle (c’est à cela qu’on reconnaît Garat) un congrès réunirait les savants de l’Europe bientôt républicaine désormais. Sur la philosophie, il n’y a rien à dire parce que ce ne sont que de vieilles choses connues. Le style est très bon et plein d’imagination dans la première leçon traitant historiquement de Bacon, Locke, Bonnet et Condillac.23

  • 24 Sur R. Varnhagen et ses relations avec les intellectuels rencontrés à Berlin dont Schlegel et Humbo (...)
  • 25 Voir A. Farinelli, « Guillaume de Humboldt et l’Espagne », 1898 ; G. de Humboldt, Recherches sur le (...)

26Entre le premier et le second voyage consacré exclusivement au Pays basque (d’avril à juin 1801, avec le négociant hambourgeois Georg Wilhelm Bokelmann, ami de Rahel Varnhagen24, jusqu’à la frontière espagnole), Humboldt a déjà tiré profit de ses observations de terrain concernant l’onomastique, de ses discussions avec les historiens, paysans, hommes politiques rencontrés, des chansons et récits de pratiques culturelles recueillis25. Il a lu les ouvrages de grammairiens, parmi lesquels celui d’Oihenart (1638) et le Diccionario trilingüe castellano, bascuence y latín de Larramendi (1745). Il a pris conscience de la particularité des études sur le basque qui ne se sont pas encore réellement départies de la question de l’origine de la langue. L’importance accordée à l’ancienneté et à l’étrangeté du basque par rapport aux langues connues pour justifier l’hypothèse selon laquelle il serait la langue de l’humanité, a en effet faussé l’ensemble des descriptions. Humboldt va apprendre sérieusement la langue, consulter de nombreux textes littéraires anciens, commander plusieurs traductions d’auteurs latins, d’extraits du Nouveau Testament à un écrivain basque, Juan Antonio Moguel. En Espagne, lors du second voyage motivé par une exploration complémentaire, il rencontrera tous les spécialistes du basque, notamment Astarloa, ami de Moguel, avec qui il discutera beaucoup d’étymologie.

Les conséquences scientifiques

27Ces deux voyages sont évoqués par certains spécialistes en termes d’illumination soudaine, de révélation ou de déclic dans la vie scientifique de Humboldt. Je choisirais pour ma part celui d’intuition. Néanmoins, il est tout à fait vrai que, dans les deux textes sur l’anthropologie, l’étude du langage n’était pas encore désignée comme celle devant permettre de rendre compte de la diversité de l’esprit humain. On a même vu que le langage n’occupait pas une place privilégiée dans les traits susceptibles de mener à une caractérisation des individus. C’est dans un texte plus tardif de Humboldt que l’on peut trouver quelques indications sur ce qui, conjointement à une réflexion anthropologique qui s’est structurée, a pu dans cette confrontation avec le peuple basque faire évoluer sa recherche d’une anthropologie comparée vers une linguistique. En 1812, il écrit :

  • 26 Annonce d’un essai sur la langue et la nation basque, traduit par D. Samain, 2005, p. 32 (GS III, p (...)

[…] les Basques n’offrent pas moins un objet extrêmement intéressant pour effectuer une recherche dans la perspective qu’on annonce ici. D’un point de vue géographique et historique, ils constituent une totalité bien fermée et isolée.26

  • 27 Ibid.

28Cette situation d’isolement qui ne semble pas s’être modifiée depuis des siècles, associée à une origine inconnue, constitue un terrain d’observation précieux. Humboldt mesure combien cette configuration est devenue rare en Europe : si, dans cette région du monde, il n’est plus pensable (pour lui) d’assister à la naissance d’une langue, il est en revanche concevable d’éclairer le lien existant entre une nation et sa langue puisque le basque apparaît exempt de toute influence étrangère. Le peuple basque avait alors de quoi intéresser un homme qui se rend compte que c’est « dans leur langue que les différences entre les nations s’expriment de la manière la plus précise et la plus pure » et qu’il faut réaliser « l’étude combinée de la langue et de l’histoire »27. La caractéristique basque va en effet le convaincre que la langue, en raison de ses propriétés, peut devenir le vecteur de sa recherche de ce qui particularise un groupe humain.

29La rencontre avec la langue et la culture basques est ainsi le passage d’une anthropologie comparée à une recherche linguistique comparée. Le fil conducteur de cette évolution demeure la Bildung :

  • 28 Ibid., p. 31 (GS III, p. 290).

[…] on dispose même de concepts encore trop vacillants sur la manière dont la langue d’une nation est tout à la fois la mesure et le moyen de sa formation [Bildung], pour ne pas devoir reconnaître pour un nouveau domaine l’étude conjointe de la langue, de l’histoire et du peuple en vue de connaître et d’évaluer le genre humain – comme une vaste totalité divisée en races, en peuples et en nations, soumises à des lois de la nature et à des conditions données de manière immuable, mais aussi se déterminant simultanément soi-même par la liberté.28

30L’étude de la situation basque va permettre à Humboldt de poser des formalisations novatrices des rapports langue/nation, langue/pensée, et de concevoir une interaction continue entre pensée/langue/nation. Cette conception de la langue dans des rapports de dépendance qui n’ont encore jamais été théorisés ainsi est issue de ce cheminement anthropologique propre à Humboldt. Jean Quillien a évoqué avec justesse cette articulation entre l’étape anthropologique et la recherche linguistique :

  • 29 J. Quillien, L’anthropologie philosophique de G. de Humboldt, 1991, p. 581.

[…] la science du langage qu’il inaugure (la linguistique) rompt avec tout ce qui précède, théories de type empiriste (type Hume ou Condillac), visionnaire (type Hamann et même Herder), ou spéculatif (type Fichte) ; Humboldt ne rompt pas avec sa philosophie antérieure. […] il rompt bien avec la philosophie, mais non sa philosophie. Autrement dit, la rupture est déjà faite avant qu’il ne se tourne vers le langage ; en tant que rupture, elle existe, ce qui manque encore, c’est le mode complet de son accomplissement.29

31Pour Pierre Caussat, ce passage intellectuel chez Humboldt est, en anthropologie, l’équivalent de la révolution que Copernic a opérée en cosmologie. C’est la fin d’un monde linguistique statique et hiérarchisé, auquel, selon lui, Humboldt substitue un univers dynamique :

  • 30 P. Caussat, « Introduction », La langue source de la nation, 1996, p. 429.

[…] un univers de langues toutes agissantes, défaillantes et puissantes à la fois, instituant chacune la nation qui la met en scène, construisant ses œuvres en se construisant elle-même comme l’œuvre-source et inventant sa vision du monde qui coopère avec les autres, différentes et associées, dans l’édification d’une humanité indéfiniment multipliée.30

  • 31 Ibid., p. 423.

32Il faut également souligner que cette idée d’une recherche de la caractérisation des peuples par leur langue naît du contact avec la langue basque. Alors que les langues véhiculaires d’Europe sont en proie à des enjeux patriotiques susceptibles d’interférer dans l’objectivité de la recherche, Humboldt entend cerner l’essence de cette force dynamique qui lie un peuple à sa langue par l’analyse du basque qui, pour reprendre les termes de Pierre Caussat, est à l’époque considéré comme « une langue moins que langue, un dialecte, voire un patois, refoulé, méconnu, nié, sauvé par la ténacité de ceux qui le parlent »31. C’est peut-être là une preuve du véritable mouvement scientifique qui anime Humboldt. Pour décrire les caractères nationaux, il faut comprendre ce qui les nourrit, et il compte y parvenir par l’étude du basque, puis celle de langues amérindiennes inconnues. C’est scientifiquement qu’il entend décrire la différence entre les langues, ni gommée ni exacerbée :

  • 32 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 306.

[…] l’étude des langues Indiennes telle que nous pouvons la faire d’après les données que nous possédons, nous offre un autre avantage également grand et important, celui d’étendre nos idées sur les langues en général, sur la manière dont elles se forment, sur leur affinité avec les nations qui les parlent ; elle nous montre en grand ce dont nos langues cultivées conservent à peine encore de foibles vestiges, […] elle fournit enfin de nombreux exemples et les plus riches matériaux aux plus profondes méditations sur les causes et la notion de la diversité des nations et des langues.32

  • 33 Voir R. Vollmann, « Le système casuel basque chez Humboldt », 2005 ; B. Hurch, M.-J. Kerejeta, « Hu (...)

33Par ailleurs, si la rencontre de Humboldt avec le basque est fructueuse pour sa réflexion théorique, elle l’est aussi pour la description grammaticale de cette langue. Plus globalement, elle met Humboldt sur la voie d’une analyse de la structure des langues. Au dire des bascologues d’aujourd’hui, le travail de Humboldt reste un matériau de référence pour la méthode appliquée, les nombreux phénomènes phonétiques et surtout morphologiques décrits, ainsi que pour la reconnaissance de plusieurs dialectes basques33. Il est le second non-bascophone, après Oihenart, à s’être lancé dans une telle entreprise, ce qui en dit long sur l’histoire de la bascologie, mais davantage encore sur les compétences linguistiques et les défis scientifiques auxquels s’attelle Humboldt. Il n’hésite pas, par exemple, pour les besoins de son étude, à se fabriquer pour son seul usage un dictionnaire espagnol-basque à partir de tous les documents amassés, notamment ceux de Larramendi.

34Dès 1803, dans une lettre adressée de Rome à un ancien précepteur de ses enfants, il est question de son travail sur le basque et d’une vaste étude :

  • 34 Lettres à G. Schweighaeuser, traduit par A. Laquiante, 1893, p. 95.

[Le travail sur les Basques] contient : 1. une esquisse du pays et du peuple en forme de récit de voyage ; 2. une grammaire ; 3. un vocabulaire établi d’après mon système personnel ; 4. des recherches sur l’origine de ce peuple ; tout cela, voyez-vous, demande encore un labeur considérable, quel que soit celui auquel je me suis déjà livré. On peut dire que le voyage est terminé ; la grammaire est rédigée en majeure partie.34

35Humboldt va finalement publier l’Annonce, qui comme son titre l’indique, dévoile le contenu général d’un ouvrage à venir, mais qui ne sera jamais réalisé. Puis Humboldt écrira trois textes consacrés exclusivement au basque : en 1812 un article pour le Deutsches Museum de Friedrich von Schlegel, en 1817 un autre pour le Mithridates de Johann Christoph Adelung et Johann Severin Vater, et en 1821 l’essai Prüfung der Untersuchungen über die Urbewohner Spaniens vermittelst der Vaskischen Sprache. Dans les trois textes, les principes d’une analyse interne sont développés en vue d’éudier les premiers habitants de l’Europe à travers la langue basque. La structure du basque est dégagée à partir de ses lois internes tant d’un point de vue phonétique et morphologique que sémantique. La comparaison avec d’autres langues intervient dans les démonstrations ou à titre de contre-exemples.

36On le constate, le contexte particulier de recherche sur le basque a persuadé Humboldt de la nécessité d’un renouveau méthodologique dans l’étude des langues. Elle l’a mis aussi sur la voie du langage comme possible objet d’étude à partir de l’examen de langues particulières.

L’étude des langues

La connaissance de langues du monde entier

  • 35 S. Auroux et T. Horde, « Les grandes compilations et les modèles de mobilité », 1992, p. 539.

37Le premier trait qui semble caractériser cette période est l’accès sans précédent aux langues de la planète. De tous les continents, des voyageurs, des explorateurs et des missionnaires rapportent des informations sur des langues encore inconnues en Europe. Vocabulaires, dictionnaires, grammaires et récits de voyage avec lexique d’appoint vont permettre la découverte de langues finno-ougriennes, sémitiques, malayo-polynésiennes, amérindiennes, africaines, du chinois, et aussi le déchiffrement de l’écriture égyptienne. Les archives européennes se remplissent de documents sur un nombre toujours croissant de langues et accumulent aussi davantage de références sur une même langue. Les ouvrages présentent un ordonnancement de plus en plus géographique, et non plus strictement alphabétique. Ces travaux peuvent concerner jusqu’à cinq cents langues. Les nouveaux corpus vont alimenter l’ensemble des recherches linguistiques de l’époque, la grammaire comparée et la grammaire générale. Ces « collections » de langues (Pallas, Balbi, Court de Gébelin, Hervás) poursuivent des objectifs différents, à savoir : l’établissement d’une science comme l’ethnologie, la généalogie des peuples et des langues, la visée colonialiste. Pour Sylvain Auroux et Tristan Horde, elles se comprennent aussi comme « une conséquence mécanique de la croissance de la grammatisation »35. Elles démontrent en effet la pluralité linguistique et cherchent à recréer cette uniformisation à laquelle la grammaire latine avait fait croire. Elles peuvent être aussi l’enjeu d’un travail collectif qui participera de ce même esprit, comme les ouvrages dirigés par Adelung et Vater (voir p. 47-48).

38Ce qui est sûr, c’est que les frères Humboldt ont largement contribué à cet enrichissement linguistique des Européens. Alexander rapporte d’Amérique des grammaires et des lexiques de missionnaires espagnols qui s’étaient employés à consigner des descriptions de langues amérindiennes lors de la conquête du Nouveau Continent. Comme Humboldt l’écrit lui-même en 1812 dans l’Essai qui devait intégrer l’ouvrage de son frère, la somme de matériel rapportée par Alexander est considérable :

  • 36 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 306-307.

Je ne me bornerai cependant guères à des réflexions générales sur les langues Américaines ; mon soin principal sera au contraire de les faire connoitre elles mêmes au lecteur. Je lui présenterai des extraits complets de leurs Grammaires et y ajouterai des dictionnaires accompagnés d’une grammaire raisonnée. Si j’ai nommé tantôt les matériaux dont je puis disposer, peu suffisans en comparaison de la masse de choses qui nous restent inconnues, je puis la nommer très considérable en comparaison de ce qu’on a possédé jusqu’ici en Europe. Le zèle infatigable du voyageur à l’ouvrage duquel ce foible mémoire est déstiné à faire suite, a recueilli tout ce qu’il a trouvé dans ce genre en amérique.36

  • 37 Voir J. T. Andresen, Linguistics in America 1769-1924. A Critical History, 1990.
  • 38 Voir J. Trabant, « L’édition des œuvres linguistiques de Humboldt. Le sort d’un legs intempestif », (...)

39On doit, de toute évidence, aux deux frères l’entrée des langues amérindiennes dans les ouvrages européens de l’époque37, et une contribution au début d’échanges scientifiques concernant la linguistique entre Européens et Américains. Wilhelm n’est pas uniquement un passeur de l’exceptionnel corpus de son frère, mais il traite aussi lui-même ces documents38. Il rédige des grammaires, des dictionnaires, et décrit de nombreux aspects structurels des langues d’Amérique du Nord. Il travaille aussi sur les langues de Polynésie, les langues d’Indonésie comme le kavi et, après 1820, sur le chinois.

40Ces trésors linguistiques qui viennent du bout du monde, eux aussi mêlés aux enjeux sociolinguistiques et culturels de l’époque, sont exploités diversement par les linguistes européens. On devine aisément que l’utilisation de ces langues du côté de Humboldt ou de celui des indo-européanistes ne servit pas les mêmes intérêts. Jürgen Trabant rend compte de ce destin linguistique en ces termes :

  • 39 J. Trabant, « Visions linguistiques : les frères Humboldt, l’Amérique et les langues », 2005, p. 68

On doit constater quelque chose d’assez étonnant à savoir que le voyage de Humboldt [Alexander] en Amérique fut un évènement absolument fondamental pour la création de la linguistique moderne dans ses deux branches : pour la branche qui aura le plus de succès au XIXe siècle, pour la linguistique historico-comparative, d’un côté. Pour ce projet-là, que j’appelle le « projet Inde », les langues américaines sont les anti-langues contre lesquelles les langues de l’Inde et, avec elles, celles de l’Europe, les langues indo-européennes, brillent avec d’autant d’éclat. […] De l’autre côté, le voyage humboldtien est l’étincelle qui allume la linguistique anthropologique qui sera la linguistique du XXe siècle. Pour elle, les langues américaines sont plutôt les objets préférés, c’est pourquoi j’appelle cette linguistique-là le « projet Amérique ».39

41Cette conformation des projets, que met en évidence Jürgen Trabant, souligne une dimension que l’on a trop tendance à minorer, l’enjeu de pouvoir que constituent les langues. Elle nous rappelle aussi le lien existant entre un objet et son utilisation méthodique.

La description des langues

  • 40 S. Auroux, « Introduction », 2000, p. 21.
  • 41 Voir J. Bourquin éd., Les prolongements de la grammaire générale en France au XIXe siècle, 2005.

42La grammaire comparée règne en maître au XIXe siècle. L’on sait aujourd’hui, comme l’écrit Sylvain Auroux dans un texte où il évoque la domination comparatiste40, que ce n’est pas, en tout cas, le seul savoir linguistique qui se développe. L’auteur écrit aussi que des problématiques capitales pour le XXe siècle, d’ordre pragmatique, phonétique, sémantique ou de géographie linguistique, commencent même à être posées et se développeront de façon plus conséquente dans la seconde moitié du siècle. De même, en France, sous l’impulsion des idéologues et d’un besoin didactique manifeste à la fin du XVIIIe siècle et au début du siècle suivant, la grammaire générale connaît un prolongement à sa grande diffusion du XVIIe siècle41.

43Par définition, la grammaire comparée, qui se donne pour but la reconstruction d’une généalogie des langues, se situe dans une dimension historique et s’appuie sur des analyses formelles. Cette forme observée peut être phonétique, sémantique et morphologique. Les comparatistes nouent de nombreux contacts avec des spécialistes de tel ou tel aspect formel, qui apportent leur contribution à cette entreprise génétique, sans pour autant adhérer à la finalité de cette recherche.

  • 42 J. Rousseau, « La révolution morphologique », 2000.
  • 43 J. Rousseau, « Humboldt et les morphèmes », 2004, p. 69.

44Comme l’a démontré Jean Rousseau42, la première génération de comparatistes est liée à une « révolution » de la description morphologique des langues. Leur apport est d’avoir contribué à penser la décomposition des formes linguistiques. Cette identification d’unités minimales, notamment celle du système verbal et sa visualisation grâce à l’usage du tiret, a ouvert de réelles perspectives comparatives et typologiques. Humboldt est l’un de ces linguistes et, selon Jean Rousseau, « le premier dans le monde savant à en constater autour de 1800 l’efficacité et la productivité sur la langue basque »43. Du point de vue phonétique, Jacob Grimm et Rasmus Rask ont révélé l’un des séries de régularités dans l’évolution des langues, l’autre des mutations consonantiques. Nous notons également les débuts d’une phonétique instrumentale (Wolfgang von Kempelen, en 1791) qui a permis d’isoler certains phénomènes articulatoires. Les questions sémiotiques sont aussi largement abordées, mais non forcément résolues : la nature interne du signe, son rapport avec le monde extérieur, le signe dans l’acte de parole.

  • 44 Sur la contribution de Humboldt à la typologie, voir E. Coseriu, « Sulla typologia linguistica di W (...)

45Les comparaisons entre les langues anciennes et modernes de l’Europe ont généré pour la première fois dans l’histoire occidentale de la description linguistique des classifications génétiques, on l’a vu, mais aussi typologiques. On observe et on cherche à expliquer ce qui rapproche et différencie. Sur ces questions, Humboldt a apporté sa contribution critique44. L’idée d’une classification est incompatible avec le fondement de sa linguistique. Si l’on admet qu’une typologie s’envisage à partir d’objets-langues qui ont en commun un certain nombre de traits par rapport à un genre, la recherche des particularités chez Humboldt n’est pas d’ordre générique, mais individuel. Son étude est fondée sur ce qui différencie les langues, donc les individualise, et non sur ce qu’elles partagent. Néanmoins le linguiste convient que l’établissement de grandes catégories peut améliorer la description des langues, mais quant à envisager cette catégorisation sur un seul critère, généralement morphologique, la démarche lui semble beaucoup trop restrictive pour la conception de la langue qu’il défend. Humboldt proposera en 1822 une typologie complexe en cohérence avec sa théorie du langage et des langues, et donc bien différente de celles de ses prédécesseurs. Sa classification considérera la langue dans son unité et son principe de structuration, observable sur un plan synchronique, mais aussi dans le développement historique de la langue.

46Trois procédés morphologiques seront identifiés et ordonnés vers un type idéal qui serait la flexion. Ces procédés d’isolation, d’agglutination et de flexion sont examinés au niveau de la formation du mot et de l’articulation de la phrase. Les langues analysées dans leur organisation interne sont ensuite situées sur cet axe qui rend compte d’une formation progressive de la grammaire qui n’a rien à voir avec une gradation universelle :

  • 45 Sur la naissance des formes grammaticales et leur influence sur le développement des idées, traduit (...)

Mais il faut bien se garder de projeter un type universel de formation des langues progressant peu à peu, et de vouloir juger d’après lui tous les phénomènes singuliers.45

47Ainsi, après Johann Christoph Adelung qui distingua sur un critère syllabique une classe de langues monosyllabiques d’une classe polysyllabique, après Friedrich von Schlegel qui en conçut deux aussi, mais sur la base de leur structure morphologique, et August Wilhelm von Schlegel qui reconnut trois grands types de langues, isolante, agglutinante et flexionnelle, Humboldt contribue à ce débat sur la typologie en récusant les principes classificateurs de ses prédécesseurs et en faisant des propositions qui ont été souvent mal interprétées. Il est généralement présenté comme celui qui reconduit les classifications antérieures en améliorant la distinction des langues agglutinantes, alors que sa typologie s’inscrit dans une pensée du langage qui exclut de fait les principes de ses compatriotes.

Les premiers pas vers un principe de relativité linguistique

48Le principe de relativité linguistique pose la question du rapport entre le langage et la pensée, la structuration linguistique et la structuration mentale. Certes, au XVIIIe siècle les liens ne sont pas décrits en ces termes ni forcément pour eux-mêmes. On entrevoit plus souvent ces rapports indirectement à partir de questionnements sur la diversité humaine parfois associée à la diversité linguistique, l’existence d’une langue universelle (le français) et la possibilité de traduction. Quelle que soit la formulation partielle et/ou maladroite du sujet, c’est bien une remise en cause du dualisme pensée/langage héritée de l’Antiquité qui s’amorce au XVIIIe siècle. Il est possible d’aborder ces réflexions en les regroupant en deux ensembles : le premier rassemble les écrits philosophiques et littéraires qui s’interrogent sur les causes de la diversité humaine et linguistique, le second est consacré à la notion de génie de la langue et aux idées s’apparentant à une approche des procédés cognitifs.

49Dans le premier groupe, nous trouvons des textes où figurent de nombreuses listes de paramètres susceptibles d’influencer la langue. Ce sont régulièrement les variations du climat, l’influence des saisons, les religions, les habitudes alimentaires et les fêtes qui sont associées aux variations dans les langues. Dans cet ensemble, nous pouvons ranger aussi Jean-Jacques Rousseau et ses ouvrages Émile et Essai sur l’origine des langues. Sa théorie qui met en opposition l’éducation de l’homme avec celle du citoyen pose la question, elle aussi, de la diversité humaine. S’agit-il d’éduquer un homme en général ou un homme lié à une nation, devant dès lors adopter et reconduire les habitudes de pensée de cette communauté ? Rousseau ne choisit pas la voie du cosmopolitisme qui pourrait neutraliser les effets d’une culture particulière, mais préfère accorder le temps le plus long à une éducation proche de l’état de nature avant l’entrée inéluctable dans la vie en société. Dans ce projet éducatif, les langues, nées de la passion, moyens de relativiser et de discuter le rapport au monde, ne sont apprises que tardivement.

50On retrouve aussi chez Rousseau l’idée que la langue subit des influences extérieures, à savoir, essentiellement, le climat, dans une principale opposition pays nordiques/pays du Sud, développée dès le XVIe siècle, et reprise par Montesquieu dans L’esprit des lois (livres XIV-XVII) avec un souci d’observation scientifique qui se mesure par l’emploi de termes comme « j’ai vu », « j’ai observé », « j’ai examiné ». L’idée d’un rapport triangulaire entre les conditions extérieures (surtout climatiques), un peuple et une culture se conçoit progressivement. Ce sont les éléments culturels institutionnels qui sont analysés comme le résultat d’une telle chaîne de causalité. Les réflexions de Maupertuis sur l’intérêt d’une langue universelle intègrent également ce premier ensemble de textes où l’on décèle clairement que les deux entités du langage et de la pensée jusque-là considérées comme indépendantes commencent timidement à être rapprochées :

  • 46 Maupertuis, « Réflexions philosphiques sur l’origine des langues, et la signification des mots », Œ (...)

Je suis persuadé que si nous venions tout-à-coup à parler une langue commune, dans laquelle chacun voudroit traduire ses idées, on trouveroit de part et d’autre des raisonnements bien étranges, ou plutôt qu’on ne s’entendroit point du tout. Je ne crois pas cependant que la diversité de leur philosophie vînt d’aucune diversité dans les premières perceptions, mais je crois qu’elle viendroit du langage accoutumé de chaque nation, de cette destination des signes aux différentes parties des perceptions.46

  • 47 J. -P. Saint-Gérand, « “Un des mots dont l’acception est la plus vague et l’usage le plus étendu da (...)
  • 48 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 328.

51Dans le second groupe sont réunis les textes qui abordent la notion de génie de la langue dont les premières occurrences sont signalées au XVIIe siècle. Mot d’origine latine, génie a, jusqu’à cette époque, été associé à un individu, poète de préférence, pour souligner la particularité de son esprit. Cette figure métonymique qui permet le passage du poète à la langue que l’on détache totalement de ses locuteurs va d’abord être employée pour parler exclusivement de la langue française. Jean-Philippe Saint-Gérand47 qui a retracé l’histoire du lexème a noté dans le Dictionnaire national de Bescherelle une entrée qui introduit finalement le lien entre la langue et ses locuteurs en 1846. C’est au XVIIIe siècle que le génie de la langue devient un équivalent de caractère qui a désigné, dès le début de la Renaissance, ce qui est propre à chaque langue. On trouve cet emploi indifférencié chez Condillac et Gérando, par exemple. De même, en 1812, Humboldt emploiera lui aussi, en français, la notion de génie pour désigner l’organisation particulière d’une langue dans un passage en faveur d’un apprentissage des langues fondé sur l’observation du système48. Cet usage de génie de la langue ne semble pas avoir eu de suite chez lui. L’expression n’a pas servi de point d’ancrage à la définition de la vision du monde ni d’effet de miroir pour mieux dégager les aspects novateurs de son concept. La locution de génie de la langue sera dès le début du XVIIIe siècle associée à toutes les langues pour désigner leurs caractéristiques formelles et, dans la dernière moitié du XVIIIe siècle, ce sont les marques particulières qui constituent le génie des langues que l’on s’attache à recenser. L’exemple le plus éloquent est celui de Rivarol qui, en 1783, à l’Académie de Berlin, en réponse à la question sur les raisons de l’universalité de la langue française, expose les aspects de la langue et ses mises en fonctionnement qui alimentent ce génie :

  • 49 Rivarol, L’universalité de la langue française, 1991, p. 47.

[…] la douceur ou l’âpreté des articulations, l’abondance ou la rareté des voyelles, la prosodie et l’étendue des mots, leurs filiations, et enfin le nombre et la forme des tournures et des constructions qu’ils prennent entre eux […].49

52Cette notion fait apparaître les débuts d’une théorisation de la caractérisation d’une langue dans son rapport avec le peuple qui la parle, lui-même influencé par celle-ci. C’est un rapport circulaire et non plus unidirectionnel entre la langue et un peuple qui est posé :

  • 50 Ibid., p. 43.

Dans ce rapide tableau des nations, on voit le caractère des peuples et le génie de leur langue marcher d’un pas égal, et l’un est toujours garant de l’autre. Admirable propriété de la parole, de montrer ainsi l’homme tout entier.50

  • 51 J. Trabant, « Du génie aux gènes des langues », 2000.
  • 52 H. Meschonnic éd., Et le génie des langues ?, 2000, p. 5.

53Pour Jürgen Trabant51, c’est réellement Condillac qui fait du génie de la langue une question philosophique. Henri Meschonnic synthétise ainsi la problématique du génie de la langue : « une vieille tension entre nature et histoire »52. En effet, les termes du débat multiséculaire sont désormais rassemblés : le génie de la langue est à trouver entre ce qui est propre à la langue et ce qui façonne cette particularité dans le processus historique. Le gouvernement et le climat sont les deux paramètres qui influent sur le peuple qui, à son tour, agit sur le génie :

Deux choses concourent à former le caractère des peuples, le climat et le gouvernement.

  • 53 Condillac, Essai sur l’origine des connaissances humaines, 1746, t. 1, p. 196 et p. 197.

Ainsi que le gouvernement influe sur le caractère des peuples, le caractère des peuples influe sur celui des langues.53

54Pour Condillac, l’étude qui se profile est vaste :

  • 54 Ibid., p. 200.

Si le génie des langues commence à se former d’après celui des peuples, il n’achève de se développer que par le secours des grands écrivains. Pour en découvrir les progrès, il faut résoudre deux questions qui ont été souvent discutées, et jamais ce me semble bien éclaircies. C’est de savoir pourquoi les arts et les sciences ne sont pas également de tous les pays et de tous les siècles, et pourquoi les grands hommes dans tous les genres sont presque contemporains.54

55Condillac place pour la première fois le langage dans une théorie de la connaissance lui permettant ainsi de concevoir les différences entre les langues non plus au seul niveau des signifiants, mais bien des signifiés. Pour lui, le langage sert la pensée, sa formation et son organisation. Les idées sont liées à des sensations pour lesquelles il y a nécessité de distinguer :

  • La perception que nous éprouvons.

  • Le rapport que nous en faisons à quelque chose hors de nous.

    • 55 Ibid., p. 15.

    Le jugement que ce que nous rapportons aux choses leur appartient en effet.55

  • 56 P. Caussat, « La confrontation entre Analyse et Synthèse : Humboldt avocat de la révolution kantien (...)
  • 57 Condillac, Essai sur l’origine des connaissances humaines, 1746, t. 1, p. 155.

56La perception ou l’impression faite à l’âme par l’action des sens est la première opération de l’entendement. Condillac reconnaît au langage une fonction d’analyse qui s’inspire, selon lui, de la nature. Comme le fait remarquer Pierre Caussat, il s’agit dans la pratique d’« une analyse sans analyste, ou analyseur : les moments se relient sans intervention active, par simple inertie »56. Tout est, en effet, histoire de décomposition d’idées complexes – « la réunion ou la collection de plusieurs perceptions » – en idées simples – « une perception considérée toute seule »57. L’esprit semble passif dans les idées simples, mais activé dans les idées complexes puisque c’est grâce à lui que les idées simples peuvent être réunies :

  • 58 Ibid., p. 92.

Quelquefois, après avoir distingué plusieurs idées, nous les considérons comme ne faisant qu’une notion : d’autre fois, nous retranchons d’une notion quelques-unes des idées qui la composent. C’est ce qu’on nomme composer et décomposer les idées. Par le moyen de ces opérations, nous pouvons les comparer sous toutes sortes de rapports, et en faire tous les jours de nouvelles combinaisons.58

57Condillac développe la nature de ces idées complexes qui requièrent l’intervention de l’esprit :

  • 59 Ibid., p. 158.

Parmi les idées complexes, les unes sont composées de perceptions différentes ; telle est celle d’un corps, les autres le sont de perceptions uniformes ou plutôt elles ne sont qu’une même perception répétée plusieurs fois. Tantôt le nombre n’en est point déterminé ; telle est l’idée abstraite de l’étendue : tantôt il est déterminé ; le pied, par exemple, est la perception d’un pouce prise douze fois.59

58En 1798, quand Humboldt lit à Paris les œuvres de Condillac, il perçoit clairement les limites des propositions du philosophe français qu’il dépassera quelques années plus tard :

L’âme n’est active que lorsqu’elle se rappelle une sensation déjà éprouvée ; lorsqu’elle en éprouve une, ce n’est que de manière passive (p. 22). L’imagination n’est qu’une mémoire plus puissante, en ceci qu’elle se remémore les objets (p. 39). La plus grande extension de l’imagination s’opère lorsque, tandis qu’elle se remémore les impressions reçues, se joint à elle la réflexion qui combine les idées, et qu’elle devient ainsi une faculté qui combine les qualités des objets pour en faire des ensembles dont la nature n’offre point de modèles ; par là, elle prouve des jouissances qui, à certains égards, l’emportent sur la réalité même (p. 204). (Visiblement, c’est tout ce que les Français connaissent de l’imagination productive, c’est-à-dire en aucun cas la création du non-réel, mais seulement la liaison, dans la pensée, des différentes manifestations du réel)

  • 60 Journal parisien (1797-1799), traduit par É. Beyer, 2001, p. 141 et p. 89.

Il [Condillac] veut mesurer les limites de l’entendement, déterminer ses opérations, suivre la formation des idées, mais il n’atteint pas une seule fois leur véritable formation.60

59Humboldt constate que « l’analyse » ne conçoit qu’une déconstruction mécanique de la pensée et n’envisage pas la représentation du non-réel, la dimension créative du langage. Pour Humboldt, alors que l’Allemagne discute le caractère synthétique de la connaissance, qu’il développe à la suite de Kant, la France marque un temps d’arrêt dans la formalisation des rapports entre le langage et la pensée, bloquée par sa croyance indéfectible en Condillac.

60Humboldt, rattrapé dès 1802 par des tâches politiques, poursuit malgré tout son cheminement intellectuel qui va le mener à une théorie du langage et un plan d’étude linguistique fondé sur la diversité des langues. Déjà en 1803 il annonce une étude générale des langues résolument novatrice :

  • 61 Lettres à G. Schweighaeuser, traduit par A. Laquiante, 1893, p. 96.

Je poursuis une étude générale des langues et je pense faire imprimer, après les Basques, une dissertation sur la véritable méthode à suivre en cette matière et sur l’utilité réelle de cette étude. Je crois y ouvrir des aperçus nouveaux ; je crois pouvoir montrer qu’il existe une science, tout à fait délaissée jusqu’à présent, qui peut devenir une abondante et féconde source d’idées, ainsi qu’un procédé certain de culture intellectuelle. […] Si ces idées sont accueillies, j’essaierai de composer une encyclopédie pour l’étude des langues, telle que je la comprends […]. Elle est nécessaire, si l’on veut déblayer le terrain et éviter qu’à l’avenir, chacun ne soit obligé de reprendre les choses à nouveau.61

61Humboldt dit vrai. Cette « étude générale des langues » et la méthode pour y parvenir ouvrent des perspectives épistémologiques résolument modernes. Sa nouveauté tient au fait qu’elle propose une théorisation de la diversité des langues, dont l’un des principaux concepts est celui de vision du monde.

Notes

1 Sur les termes de « peuple », « nation » et « patrie », voir G. Rémi, « Aux sources du nationalisme allemand ? Sur nation et patrie dans l’Esprit du temps d’Arndt et les Discours à la nation allemande de Fichte », 1996.

2 B. Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte (Poche), 2002 (édition originale en anglais, 1983) ; A. -M. Thiesse, La création des identités nationales, 2001.

3 Leibniz, « Considérations inattendues sur l’usage et l’amélioration de la langue allemande », L’harmonie des langues, traduit par M. Crépon, 2000, p. 59.

4 Ibid., p. 39 ; « Exhortation aux Allemands d’avoir à perfectionner leur entendement et leur langue », ibid., p. 136.

5 Leibniz prévoit un dictionnaire en trois parties : un livre pour les mots d’usage courant, le dictionnaire d’usage ; un livre pour les mots des différents arts, le trésor de la langue ; et un livre pour les mots anciens et les régionalismes, la source de la langue.

6 A. -M. Thiesse, La création des identités nationales, 2001. Voir aussi sur la question de l’identité linguistique A. -M. Chabrolle-Cerretini, « Réflexions sur la dimension linguistique du processus identitaire », Les cahiers de Romania, n° 1, M. Roig Miranda éd., 2004.

7 Voir M. Crépon, Les géographies de l’esprit, 1996, et P. Caussat, De l’identité culturelle, Paris, Desclée de Brouwer, 1989.

8 J. G. Herder, « Sur la nouvelle littérature allemande. Fragments », traduit par M. Crépon dans P. Caussat et al., La langue source de la nation, 1996, p. 84.

9 Ibid., p. 88.

10 Ibid., p. 79.

11 M. Crépon, Les géographies de l’esprit, 1996, p. 139.

12 M. Crépon, « Introduction », dans P. Caussat et al., La langue source de la nation, 1996, p. 41.

13 Pour la périodisation, voir M. -A. Paveau et G. -E. Sarfati, Les grandes théories de la linguistique. De la grammaire comparée à la pragmatique, Paris, Armand Colin, 2003. Pour l’ensemble de l’époque, voir G. Bergounioux, Aux origines de la linguistique française, 1994.

14 M. Crépon., L’Orient au miroir de la philosophie, 1993, p. 12-13.

15 S. Auroux, « Introduction », 2000, p. 19.

16 G. Mounin, Histoire de la linguistique, 1967, p. 114.

17 Journal parisien (1797-1799), traduit par É. Beyer, 2001, p. 109.

18 Ibid., p. 143.

19 Annonce d’un essai sur la langue et la nation basque avec indication du point de vue et du contenu de l’ouvrage, traduit par D. Samain, 2005, p. 32 (Ankündigung einer Schrift über die Vaskische Sprache und Nation, nebst Angabe des Gesichtspunctes und Inhalts derselben, GS III, p. 292).

20 Voir P. R. Sweet, Wilhelm von Humboldt. A Biography, 1980.

21 Journal parisien (1797-1799), traduit par É. Beyer, 2001, p. 47-48.

22 M. Duhart, Moi, Dominique Joseph Garat, homme des Lumières et patriote basque, 1998.

23 Journal parisien (1797-1799), traduit par É. Beyer, 2001, p. 259.

24 Sur R. Varnhagen et ses relations avec les intellectuels rencontrés à Berlin dont Schlegel et Humboldt, voir H. Arendt, Rahel Varnhagen, la vie d’une juive allemande à l’époque du romantisme.

25 Voir A. Farinelli, « Guillaume de Humboldt et l’Espagne », 1898 ; G. de Humboldt, Recherches sur les habitants primitifs de l’Espagne à l’aide de la langue basque, traduit et édité par A. Marrast, Paris, Librairie Franck, 1866 ; M. Duhart, Moi, Dominique Joseph Garat, homme des Lumières et patriote basque, 1998 ; A. -M. Chabrolle-Cerretini, « L’étude du basque de Wilhelm von Humboldt », 1999, p. 381-385 ; M. Espagne, De l’archive au texte. Recherches d’histoire génétique, 1998.

26 Annonce d’un essai sur la langue et la nation basque, traduit par D. Samain, 2005, p. 32 (GS III, p. 292).

27 Ibid.

28 Ibid., p. 31 (GS III, p. 290).

29 J. Quillien, L’anthropologie philosophique de G. de Humboldt, 1991, p. 581.

30 P. Caussat, « Introduction », La langue source de la nation, 1996, p. 429.

31 Ibid., p. 423.

32 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 306.

33 Voir R. Vollmann, « Le système casuel basque chez Humboldt », 2005 ; B. Hurch, M.-J. Kerejeta, « Humboldt’s Basque grammar. A typological sketch », 1995 ; M. Morvan, Les origines linguistiques du basque, 1996.

34 Lettres à G. Schweighaeuser, traduit par A. Laquiante, 1893, p. 95.

35 S. Auroux et T. Horde, « Les grandes compilations et les modèles de mobilité », 1992, p. 539.

36 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 306-307.

37 Voir J. T. Andresen, Linguistics in America 1769-1924. A Critical History, 1990.

38 Voir J. Trabant, « L’édition des œuvres linguistiques de Humboldt. Le sort d’un legs intempestif », 2002 ; J. Rousseau, « Note sur les langues indiennes citées par Humboldt », 1999. Voir W. von Humboldt, Mexicanische Grammatik, M. Ringmacher éd., Paderborn, F. Schöningh, 1994.

39 J. Trabant, « Visions linguistiques : les frères Humboldt, l’Amérique et les langues », 2005, p. 68.

40 S. Auroux, « Introduction », 2000, p. 21.

41 Voir J. Bourquin éd., Les prolongements de la grammaire générale en France au XIXe siècle, 2005.

42 J. Rousseau, « La révolution morphologique », 2000.

43 J. Rousseau, « Humboldt et les morphèmes », 2004, p. 69.

44 Sur la contribution de Humboldt à la typologie, voir E. Coseriu, « Sulla typologia linguistica di Wilhelm von Humboldt. Contributo alla critica della tradizione linguistica », 1973.

45 Sur la naissance des formes grammaticales et leur influence sur le développement des idées, traduit par D. Thouard, 1999, p. 79. Voir aussi De l’origine des formes grammaticales, 1969, reproduction de la traduction d’A. Tonnelé de 1859, p. 13. Über das Entstehen der grammatischen Formen, und ihren Einfluss auf die Ideenentwicklung, GS IV, p. 285.

46 Maupertuis, « Réflexions philosphiques sur l’origine des langues, et la signification des mots », Œuvres, Lyon, J. -M. Bruyset, 1756, t. I, p. 275.

47 J. -P. Saint-Gérand, « “Un des mots dont l’acception est la plus vague et l’usage le plus étendu dans les idiomes modernes”, et le génie de la langue française au XIXe siècle (1780-1960)… avec un petit prolongement jusqu’à nos jours », 2000, p. 37.

48 Essai sur les langues du Nouveau Continent, GS V, p. 328.

49 Rivarol, L’universalité de la langue française, 1991, p. 47.

50 Ibid., p. 43.

51 J. Trabant, « Du génie aux gènes des langues », 2000.

52 H. Meschonnic éd., Et le génie des langues ?, 2000, p. 5.

53 Condillac, Essai sur l’origine des connaissances humaines, 1746, t. 1, p. 196 et p. 197.

54 Ibid., p. 200.

55 Ibid., p. 15.

56 P. Caussat, « La confrontation entre Analyse et Synthèse : Humboldt avocat de la révolution kantienne face à la pensée héritée de Condillac », 2004, p. 56.

57 Condillac, Essai sur l’origine des connaissances humaines, 1746, t. 1, p. 155.

58 Ibid., p. 92.

59 Ibid., p. 158.

60 Journal parisien (1797-1799), traduit par É. Beyer, 2001, p. 141 et p. 89.

61 Lettres à G. Schweighaeuser, traduit par A. Laquiante, 1893, p. 96.

© ENS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540