Version classiqueVersion mobile

La vision du monde de Wilhelm von Humboldt

 | 
Anne-Marie Chabrolle-Cerretini

Première partie. Humboldt et son époque : les origines du concept

Chapitre I

L’homme, objet d’étude

Texte intégral

La spécificité de l’anthropologie comparée consiste à traiter spéculativement un matériau empirique, philosophiquement un objet historique, et enfin, en faisant intervenir son développement potentiel, la condition réelle de l’homme.
Wilhelm von Humboldt, Plan d’une anthropologie comparée.

1La vision du monde est enracinée dans les problématiques anthropologiques et linguistiques de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe. Le concept sera l’aboutissement d’une pensée questionnant l’homme, laquelle, chemin faisant, en intégrant la langue comme caractéristique humaine, va évoluer vers une étude du langage. Dans ce premier chapitre, il s’agit de retracer l’étape anthropologique du projet de Humboldt, sur fond d’une épistémologie moderne de l’homme en pleine élaboration, dans une Europe marquée du sceau d’une post-Révolution française.

Une science de l’homme

2Si l’homme non européen découvert à la Renaissance lors des explorations de terres hors de l’Europe avait favorisé les premiers questionnements réels sur la diversité humaine, il faut attendre le XVIIIe siècle pour que l’on commence à faire de l’homme un objet d’étude fondée sur l’observation. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les recherches qui s’inscrivent dans cette perspective sont nombreuses, très différentes quant à leurs propositions, et ne paraissent pas être reliées entre elles. Les orientations privilégiées semblent contraster aussi selon les pays. Ce qui finalement les caractérise est la volonté d’abandonner le domaine de la spéculation afin de développer un savoir positif pour une meilleure connaissance de l’homme et peut-être arrêter le concept d’homme. On voit bien que cette science plurielle n’est pas l’anthropologie au sens où nous l’entendons aujourd’hui, soit la science qui a pour objet les multiples dimensions de l’homme en société. Il est plus proche de la réalité de dire qu’elle regroupe des études qui vont de la métaphysique à l’anatomie humaine.

La physiologie comparée

3La science anthropologique est alimentée par un premier courant bien représenté quantitativement, qui s’apparente à une physiologie comparée.

  • 1 Voir N. Dias et B. Rupp-Eisenreich, « Linguistique et anthropologie physique », 2000, p. 282.
  • 2 J. F. Blumenbach, Institutions physiologiques, 1797, p. 86.

4En Allemagne, cette science a commencé avec le médecin Johann Friedrich Blumenbach et ses observations sur les crânes, d’où résultera la phrénologie (localisation des facultés mentales) sous l’influence de Franz Josef Gall1. Plus globalement, elle se constitue à l’université de Göttingen autour notamment d’Albrecht von Haller et de Christian Wilhelm Büttner. Il est probable que Humboldt a côtoyé Blumenbach, d’avril 1788 à juillet 1789, en suivant des cours à l’université de Göttingen, lesquels auront pour conséquence de l’éloigner, dès 1788, de l’esprit des Lumières insufflé par son père au début de sa formation. Blumenbach a laissé des ouvrages comme un Manuel d’histoire naturelle portant exclusivement sur les animaux ainsi que les Institutions physiologiques qui offrent une description minutieuse de l’homme avec, à noter, comme seule référence au langage, la section 12 « De la voix et de la parole », où l’auteur établit une distinction entre la parole libérée sous l’action des lèvres, dents, palais, langue et nez et la voix libérée par l’intervention du larynx2. Pour lui, le langage n’étant pas inné, il ne pouvait à ce titre entrer dans son étude.

  • 3 A. Kremer-Marietti, « L’anthropologie physique et morale en France et ses implications idéologiques (...)

5Pour la France, Angèle Kremer-Marietti3 a bien vu que cette science positive est marquée par une filiation avec l’Histoire naturelle de l’homme de Buffon. Si l’on regarde, dans l’Encyclopédie, l’article consacré à l’« anatomie » rédigé par Diderot lui-même, on lit :

L’anatomie humaine qui est absolument et proprement appelée anatomie a pour objet, ou si l’on aime mieux, pour sujet le corps humain. C’est l’art que plusieurs appellent anthropologie.

  • 4 T. Todorov, Nous et les autres. La réflexion française sur la diversité humaine, 1989.

6Dans la recherche d’une caractérisation de l’espèce humaine, de nombreuses idées s’affrontent, les uns soutenant l’unité de l’espèce humaine, les autres sa diversité. La thèse polygéniste se caractérisera par une tendance à déplacer l’anthropologie physique vers une anthropologie morale qui cherchera une validation par l’observation de crânes. Buffon, lui, défend la thèse monogéniste, il ne peut nier les faits. Par contre, à l’intérieur de cette unité, il affirme d’une part une variété de l’espèce humaine qu’il explique par des arguments anatomiques et psychologiques et d’autre part une hiérarchisation des variétés humaines fondée sur le principe de sociabilité. Tzvetan Todorov4 a bien montré comment ce qu’il appelle la théorie racialiste, qui commence avec Buffon, a profité de l’aura du naturaliste. Pour notre propos, dans cette science de l’homme qui se cherche, il est surtout important de souligner les aspects suivants : premièrement elle est multiforme, deuxièmement elle entre dans des débats éminemment conflictuels dès lors qu’elle va au-delà d’une simple description anatomique, puisque c’est l’unité de l’espèce humaine qui est interrogée, mais également l’origine de l’homme et son corollaire, l’intervention divine, qui, jusqu’à cette époque, n’avait pas été remise en question. Par ailleurs, il faut noter que dans le sillage de ces débuts scientifiques se développent des thèses sur le déterminisme des races, qui s’installeront durablement. De plus, sans minimiser la présence de quelques remarques linguistiques comme en 1788 celles du Suisse Chavannes dans Anthropologie ou science générale de l’homme, dont une des neuf parties, la « Glossologie ou science de l’homme parlant », annonce une prise en compte du langage dans la caractérisation de l’espèce humaine, il faut tout de même bien reconnaître que ces approches demeurent rares.

Le voyage anthropologique

7Le deuxième axe d’écrits et de recherches s’inscrivant dans le cadre de cette science qui se dessine peut sembler, au premier coup d’œil, plus éloigné de Humboldt puisqu’il y est surtout question des idéologues et de son frère, Alexander, naturaliste, géographe et voyageur. Or le rapport critique entretenu par Humboldt avec les révolutionnaires français qui exercèrent un rôle constructif dans les fondements épistémologiques de la science anthropologique, et le rôle tenu par le frère cadet dans la recherche scientifique de Wilhelm incitent à s’arrêter sur l’objet de grands débats enthousiastes dans les toutes premières années du XIXe siècle à Paris : le voyage anthropologique. D’autre part c’est dans ce Paris de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe, en 1796 très précisément, que Humboldt pense déjà à un travail anthropologique :

  • 5 Journal parisien (1797-1799), 31 décembre 1797, traduit par É. Beyer, 2001, p. 41.

L’idée d’un travail sur le siècle et sur l’anthropologie est presque vieille d’un an et il n’y a cependant toujours rien de concret.5

8Son journal à la date du 31 décembre 1797 révèle en effet son ambition anthropologique, qui ne semble pas devoir être agrémentée d’un voyage. L’idée d’un voyage en Espagne prendra forme plus tard, en décembre 1798.

9Les expéditions de cette époque réunissent le voyageur et le philosophe et l’on commence à s’interroger sur les pratiques de collecte d’informations de terrain et leur traitement. En 1800, Joseph-Marie de Gérando écrit la première méthodologie du voyage : Considérations sur les diverses méthodes à suivre dans l’observation des peuples sauvages. Une société savante se crée à Paris, la Société des observateurs de l’homme, rassemblant des grammairiens, des médecins ou des philosophes qui sont pour certains d’entre eux des idéologues. Elle aura une vie brève de 1799 à 1805. Elle ne parviendra pas au terme d’une définition d’un nouveau champ du savoir qui aurait eu pour objet l’homme sous ses multiples aspects physique, social et culturel. La méthode de Gérando est ethnocentrique dans ses intentions, même si l’auteur s’en défend. Elle l’est aussi dans sa conception, puisqu’il part d’un cadre universaliste et rationaliste, qui est le sien, pour élaborer les premiers principes qui devront permettre d’entrer en contact par la langue avec le « peuple sauvage ». Dans un premier temps, les voyageurs occidentaux sont invités à identifier dans la langue étrangère la nature des mots qu’ils entendent : noms, adjectifs, verbes et prépositions. À noter, aussi, l’esprit condescendant de l’ensemble de la méthode :

  • 6 J. -M. de Gérando, cité par C. Désirat, « Le programme des idéologues », 2000, p. 275.

Ils [les observateurs] finiront par les termes employés à exprimer des rapports, et qui ont donné naissance dans nos langues aux prépositions et adverbes. Comme l’idée d’un rapport naît toujours de la comparaison de deux ou plusieurs objets, ils auront soin de placer ces objets sous les yeux des Sauvages, et de les disposer de telle manière que le rapport dont ils demanderont l’expression soit celui qui vienne s’offrir plus naturellement à leur attention.6

10Dans un deuxième temps Gérando envisage d’aborder la pensée de ces hommes en distinguant dans leur discours leurs « idées abstraites », réfléchies, ou leurs idées complexes, par une liste de questions à poser :

  • 7 Ibid., p. 275.

Ces premiers élémens étant fixés, ils pourront demander les termes attachés aux idées plus complexes, comme celle d’un village, d’une forêt, d’une armée […]. Les Sauvages ne peuvent sans doute posséder un grand nombre d’idées abstraites, parce qu’ils n’ont pas eu l’occasion d’exécuter des comparaisons systématiques […].7

  • 8 F. Laplantine, L’anthropologie, 1987, p. 58.

11En ce qui concerne l’étude de la diversité humaine à travers la langue, la théorisation est entièrement élaborée à partir du modèle gréco-latin qui ne facilite pas la découverte des langues dans leur propre cohérence. Néanmoins, l’idée de systématiser l’approche de l’homme social et culturel « exotique » (pour l’instant il n’est pas pensé que l’homme occidental puisse être objet d’étude) prend forme même si, sans doute, comme l’écrit François Laplantine, « ce programme qui consiste à lier une réflexion organisée à une observation systématique […] n’a pu être mis à exécution, car l’époque n’était pas encore mûre »8.

  • 9 Voir M. Dettelbach, « La science omnivore d’Alexander von Humboldt », La recherche, n° 302, octobre (...)

12Dans ces mêmes années, Alexander von Humboldt9, débarqué en août 1804 à Bordeaux, après cinq années en Amérique espagnole, présente devant l’Assemblée, plusieurs fois par semaine, ses travaux et surtout expose sa vision dynamique de la nature, sa théorie des liens qui, existant entre tous les éléments sur terre, rendent possible son équilibre général. Alexander a le plus grand projet éditorial de l’époque, Relation historique du voyage aux régions équinoxiales du Nouveau Continent, qui réunissait physiciens, mathématiciens, dessinateurs, graveurs et cartographes, et auquel Wilhelm est associé pour la rédaction de la partie linguistique. Ce dernier apporte une contribution plus modeste que prévu. Néanmoins, le texte Essai sur les langues du Nouveau Continent écrit pour le livre d’Alexander, qui n’a d’étude sur les langues d’Amérique que le nom, contient des vues théoriques et programmatiques de premier ordre sur l’étude des langues telle que la conçoit Wilhelm.

13De toute évidence, une harmonie intellectuelle règne entre les deux frères Humboldt. S’ils n’ont pas les mêmes passions, les mêmes objets d’étude, il y a un terrain d’entente sur les façons de les envisager. Que ce soit dans Relation historique du voyage aux régions équinoxiales du Nouveau Continent ou dans le discours que le linguiste fera en 1820 Sur l’étude comparée des langues dans son rapport aux différentes époques du développement du langage, nous découvrons cette même approche systémique de la nature et des langues ainsi qu’un souci identique d’allier l’observation et la théorie.

La physiognomonie

  • 10 J. Friedrich, « Le recours de Humboldt au concept de “physionomie” », 2000, p. 85.

14Le dernier axe qui sera évoqué est celui de la physiognomonie. Janette Friedrich10 a rappelé l’omniprésence de cette science accompagnant les sciences humaines dans l’Allemagne de cette époque, comme l’alchimie allait avec les sciences de la nature. C’est à Johann Kaspar Lavater que l’on doit les Essais sur la physiognomonie (1775-1778), dont les quatre volumes développent l’intérêt qu’il y a à reconnaître l’intérieur de l’homme par l’étude de la conformation de son corps, ce qui se traduira de façon plus restreinte en une étude des traits du visage et de leur signification :

  • 11 J. K. Lavater, La physiognomonie ou l’art de connaître les hommes d’après les traits de leur physio (...)

Plus on observe l’homme, plus on découvre en lui de force et de bien réel. De même que le peintre à l’œil exercé aperçoit mille petites nuances, mille accidents de couleur, imperceptibles pour les yeux des autres, de même le physiognomoniste remarque une quantité de bonnes qualités, réelles ou possibles, que mille autres yeux d’hommes dédaigneux et calomniateurs de l’humanité – ou bien aussi de juges bienveillants – ne sauraient discerner.11

15Cette recherche se fait, pour Lavater, dans le cadre de valeurs très chrétiennes de promotion de l’amour des hommes, qui ne seront d’ailleurs pas suivies par les nombreuses personnalités intéressées, un temps, par cette direction d’études.

16Il est attesté que Humboldt a rencontré Lavater en 1789. On comprend ce qui a pu l’attirer chez cet homme, dans ces années 1788-1789 de remise en question du rationalisme : la possibilité de connaître l’homme concret en plus de l’homme en général. Avant cette date, Goethe et Humboldt se sont laissé séduire par cette science qui valorise l’empirie et laisse envisager l’éventualité d’un classement des connaissances scientifiques sur l’homme. Après sa fréquentation de Lavater, Humboldt tempère ses attentes face à cette science. Pour Goethe, c’est le sujet même de la physiognomonie qui deviendra discutable, car l’homme ne peut se manifester dans son physique. Pour Humboldt, le désappointement vient de la généralisation que tente Lavater alors qu’au contraire l’enjeu qui semble se dessiner pour lui est de parvenir à saisir le particulier. Le 1er janvier 1798, il tient encore ces propos :

  • 12 Journal parisien (1797-1799), 1er janvier 1798, traduit par É. Beyer, 2001, p. 44.

Pour ce qui est de la physionomie nationale des Français, je ne peux absolument pas parvenir encore à une observation à la fois vraiment sûre et méthodique. Je dois avouer en toute franchise qu’il m’est arrivé quelquefois de confondre Allemands et Français. S’appuyer sur la forme des traits pour en déduire quelque chose de général sera pratiquement impossible. On voit des visages de toutes sortes. Cependant, il est vrai que je n’en ai presque jamais vu un seul sur lequel je n’aurais retrouvé quelque part l’empreinte nationale. La seule méthode sûre devra consister à distinguer les différentes catégories de physionomies et, en chacune, en quoi elle est française.12

17Ces lignes révèlent la contribution de la description physiognomonique dans son entreprise de caractérisation qui prend forme, mais aussi ses limites. Quelques mois plus tard, la position de Humboldt se clarifie encore :

  • 13 Le dix-huitième siècle, traduit par C. Losfeld, 1995, p. 118-119 (Das achtzehnte Jahrhundert, GS II (...)

Depuis quelque temps, il est d’usage de condamner la physiognomonie comme une étude chimérique et charlatanesque. Sans vouloir laver la physiognomonie de cette imputation, notons que ce sont ses partisans eux-mêmes qui ont alimenté ce reproche en s’efforçant d’élever au rang de science un art destiné à affiner le regard de l’observateur plus qu’à sonder l’objet observé […]. Comment expliquer, sinon, l’attitude contradictoire de ses détracteurs qui la rejettent en théorie, mais en font un usage quotidien. L’erreur des nouveaux physiognomonistes est double. D’une part, elle consiste à considérer l’aspect extérieur non comme une des sources de connaissance possibles, mais comme la meilleure, sinon la seule qui permette de saisir tout le caractère intrinsèque du sujet. D’autre part, elle consiste à tirer des conclusions à partir d’esquisses semblables à des silhouettes, quand seul un regard percevant la forme extérieure dans sa totalité vivante l’y autoriserait, à attribuer à la grandeur et au rapport des éléments stables et individuels une importance excessive, et, à négliger, enfin, l’impression qui se dégage du tout, ainsi que les éléments variables. Tout ce qui s’apparente, même de loin, à la méthode systématique anéantit l’esprit d’une physiognomonie réellement pratique, quoique cette dernière ne puisse se vanter de succès aussi éclatants que ceux remportés par la physiognomonie théorique et scientifique.13

18Dans son anthropologie, il gardera de la physiognomonie la pratique de l’esquisse et le souci des détails organisés pour la caractérisation de l’individu.

Humboldt et l’anthropologie comparée

19Le projet anthropologique de Humboldt est la solution vers laquelle aboutissent toutes ses interrogations des années 1789-1798. Le travail anthropologique, auquel il réfléchit depuis 1796, voit le jour définitivement en 1798. L’écrit qu’il évoquait sur le siècle aura pour titre Le dix-huitième siècle, le texte anthropologique, celui de Plan d’une anthropologie comparée. L’ensemble regroupe des principes généraux de description et d’appréciation du caractère d’un groupe humain et une application à un siècle en particulier. Ces deux textes rédigés en fait entre 1796 et 1798 s’avèrent indissociables tant leur contenu est proche. En effet, Le dix-huitième siècle n’est pas une caractérisation, mais un développement des principes théoriques et méthodologiques fondamentaux de cette nouvelle recherche, plus approfondi que dans le Plan.

Les idées de progrès et d’éducation de soi au cœur de l’anthropologie

20Nous évoquions plus haut les interrogations multiples qui ont mis Humboldt sur la voie de l’anthropologie. Les premiers questionnements peuvent être reliés à son analyse de la Révolution française. Partons donc de 1789 et du premier voyage de trois semaines que Humboldt effectue à Paris, en août, comme beaucoup de ses contemporains, pour voir, comprendre, tirer des leçons politiques de cette Révolution française. Quand Humboldt arrive dans la capitale, il a vingt-deux ans. On peut dire que les débuts de sa vie d’adulte se déroulent dans une Europe qui a aboli l’Ancien Régime et voit se superposer à une volonté cosmopolite pacifique des aspirations patriotiques. Quand ces dernières s’inscrivent dans des revendications sociales, c’est le processus révolutionnaire qui s’enclenche comme en France ou, bien avant, aux États-Unis où l’on s’est battu jusqu’à l’indépendance signée en juillet 1776.

21Le séjour parisien de Humboldt, les nombreuses visites d’institutions qu’il effectue (Assemblée nationale, hôpitaux, morgue) lui font prendre connaissance de la situation française et lui permettent dans le même temps d’interroger les particularités de la société allemande. Qu’est-ce qui rend possible ou impossible telle ou telle situation ? Quels devenirs historiques pour un peuple ? Quels sont les facteurs de cette évolution ? Quel est le rôle de l’État dans cet avenir ? Les premières réponses figureront dans trois textes écrits autour de 1792 : Idées sur les constitutions, Essai sur les limites de l’État et Les lois de la croissance des forces humaines.

22Humboldt accorde une grande attention au milieu naturel et aux liens que l’homme entretient avec lui. Humboldt nomme à cette époque les deux qualités de l’esprit humain la spontanéité et la réceptivité. Elles interviennent ensemble dans le rapport que l’esprit humain construit avec le monde. Par « réceptivité », il entend la capacité de l’homme à s’enrichir des apports physiques et idéologiques du milieu dans lequel il vit, et par « spontanéité », il désigne toutes les créations et transformations du milieu par l’homme. Du fait de ces qualités, l’homme est le principal facteur du devenir historique du peuple auquel il appartient. Lequel se conçoit, pour Humboldt, en termes de progrès.

23S’ensuivent de très nombreuses questions concernant l’enjeu qu’il y aurait à mesurer le rapport entre les forces réceptives et spontanées de l’homme et le progrès. C’est le rôle de l’État que Humboldt questionne. Est-ce que celui-ci intervient dans la relation nouée entre l’homme et le progrès ? Est-ce par l’éducation ? L’État intervient-il indépendamment de ce rapport ? Est-ce que le type d’intervention de l’État a une incidence sur la régularité, la lenteur ou au contraire la rapidité du progrès ?

24Humboldt élabore d’abord des réponses politiques à toutes ces questions. La thèse principale qu’il défend est celle d’un minimum d’État, chargé exclusivement de garantir le droit naturel des individus à la liberté :

  • 14 Essai sur les limites de l’action de l’État, traduit par H. Chrétien, 2004, p. 22.

En effet, si c’est un beau et noble spectacle que de voir un peuple qui, fort de la certitude de ses droits humains et civiques, brise ses fers ; c’en est encore un plus beau et plus noble de voir un prince qui brise les liens de son peuple et lui garantit la liberté, non par bienfaisance ou par bonté, mais parce qu’il considère cela comme le premier et le plus absolu de ses devoirs : ce qui vient du respect et de la soumission à la loi est plus noble et plus beau que ce qui est forcé par la nécessité et le besoin.14

25Quelques années plus tard, alors qu’il réfléchit à son anthropologie, on découvre, dans une lettre du 2 février 1796 adressée à Schiller, une idée de progrès qui justifierait une étude comparative historique des particularités humaines pour dégager celles qui favorisent le développement humain :

  • 15 Cité par R. Leroux, L’anthropologie comparée de Guillaume de Humboldt, 1958, p. 13.

Il faudrait dégager de l’histoire un tableau qui mettrait en lumière les résultats auxquels le genre humain est parvenu par le travail de tous les siècles et de toutes les nations. On obtiendrait ainsi une image qui devrait être à deux dimensions et qui exposerait d’un côté à quel degré intensif de force et de grandeur l’esprit et le caractère de l’homme se sont peu à peu élevés et d’un autre côté la multiplicité extensive des activités que l’humanité a déployées tant sur le plan des sciences que sur celui de la littérature, des mœurs, de la civilisation, des systèmes de gouvernement, du commerce et des techniques. Cela permettrait d’abstraire de l’évolution historique quelques lois, par l’application desquelles on pourrait dans une certaine mesure éliminer le hasard et créer pour tous les hommes des possibilités de bonheur et de culture.15

26Peu de temps après, dans une lettre du 22 octobre 1796 adressée à Friedrich August Wolf, Humboldt évoque, sur le modèle de l’anatomie comparée, son intention de « confronter les différences d’organisation spirituelle des différentes classes d’hommes et d’individus », ce qui correspond pratiquement mot pour mot aux premières lignes du Plan d’une anthropologie comparée :

  • 16 Plan d’une anthropologie comparée, traduit par C. Losfeld, 1995, p. 161 (Plan einer vergleichenden (...)

En anatomie comparée, on explique la constitution du corps humain en examinant des animaux. De même dans le cadre d’une anthropologie comparée, il est possible d’établir les particularités propres au caractère moral de chacun des différents types d’hommes, puis, en les comparant, de porter sur eux un jugement.16

27On ne peut s’empêcher de relier cette idée de progrès, qui se théorise dans l’anthropologie, à l’expérience parisienne, et de la penser, dans cette hypothèse, sous l’angle d’une contre-proposition à la France jacobine. Dans tous les cas, l’idée de progrès de l’homme conduit Humboldt vers l’anthropologie ; pour Robert Leroux, c’est indéniable :

  • 17 R. Leroux, L’anthropologie comparée de Guillaume de Humboldt, 1958, p. 15.

Les trois idées de progrès vers la perfection, d’originalité créatrice et de liberté morale sont à notre avis les trois idées maîtresses de l’anthropologie qu’il va tenter de constituer.17

28De la même façon, le rapprochement établi entre l’amélioration du destin de l’humanité et la formation de soi, la Bildung, est sans doute à mettre en relation avec l’observation de l’état de la France à la fin du siècle. D’où la question d’une anthropologie qui serait pensée à partir de l’analyse de la situation française. Ne convient-il pas, dès lors, plus sûrement, d’apprécier l’émergence de ces idées-forces de progrès et d’éducation dans le cadre plus vaste de contre-propositions au culte de la raison mis en place par les idéologues ?

  • 18 G. Gusdorf, Fondements du savoir romantique, 1982, p. 57.
  • 19 Voir X. Darcos, Histoire de la littérature française, 1992.

29On sait bien que les réactions à ce modèle français sont de tout ordre, scientifique, culturel et idéologique, et que le romantisme en est une, parmi d’autres. Selon Peter Schmitter, le terme de romantisme peut désigner soit une période allant des années 1790 à 1850, soit un état d’esprit. C’est la dernière acception qui est retenue ici. Pour Georges Gusdorf, « la conscience romantique est la configuration mentale correspondant au remembrement du domaine européen sous l’effet de la Révolution française »18. En France, l’Ancien Régime qui imposait à l’homme un ordre vertical est remis en cause par les idéologues, qui sont loin d’avoir quelques affinités avec le romantisme qui ne commencera guère dans ce pays avant 182019. Le courant romantique commence au contraire très tôt dans l’espace germanique, et de la façon la plus complète. Il s’oppose à cette conception de l’homme uniquement rationnel qui postule une identité de l’objectif et du subjectif. En fait Peter Schmitter a synthétisé la complexité de cet état d’esprit en écrivant :

  • 20 P. Schmitter, « Le savoir romantique », 2000, p. 64.

Tout en incluant des concepts de l’Aufklärung, de l’époque classique et de méthodes positivistes, ce modèle se caractérise par son opposition à ces mêmes tendances.20

30Il ajoute que ce mouvement de réaction au rationalisme s’observe dans tous les domaines intellectuels et cherche :

  • 21 Ibid., p. 64.

[…] à voir l’homme dans sa complexité, à savoir à le concevoir comme une unité d’esprit et de nature et comme un être en évolution et inséré dans un contexte historique, à comprendre l’homme sous les différents aspects de l’individu, du peuple et de l’espèce. En même temps, cette attitude antirationaliste eut cependant pour conséquence que les sentiments furent mis en valeur, que l’individuel et le subjectif furent fortement accentués.21

  • 22 G. Gusdorf, Fondements du savoir romantique, 1982, p. 64.

31Georges Gusdorf évoque avec concision ce courant qui se nourrit d’un recentrage sur l’individu : « Le romantisme implique une conversion de la culture, dont le centre de gravité se déplace de l’extérieur vers l’intérieur. »22

32L’esprit romantique va apporter sa contribution aux débats anthropologiques et linguistiques. Quant à Humboldt, s’il ne peut être associé pleinement à ce mouvement romantique allemand, il en incarne certaines aspirations et théorise un bon nombre de ses questionnements, tout en affichant une évidente originalité dans sa théorisation et ses propositions d’étude.

Un prolongement au criticisme

33Le deuxième questionnement, concomitant, qui conduit Humboldt à la réponse anthropologique est lié à sa relecture de Kant. En 1798, Kant s’apprête à faire publier l’Anthropologie du point de vue pragmatique où il définit l’anthropologie ainsi :

  • 23 E. Kant, Anthropologie du point de vue pragmatique, traduit par M. Foucault, Paris, Vrin, 1994, p. (...)

Une doctrine de la connaissance de l’homme, systématiquement traitée (Anthropologie), peut l’être du point de vue physiologique, ou du point de vue pragmatique. La connaissance physiologique de l’homme tend à l’exploration de ce que la nature fait de l’homme ; la connaissance pragmatique de ce que l’homme, en tant qu’être de libre activité, fait ou peut et doit faire de lui-même.23

  • 24 J. Trabant, Traditions de Humboldt, 1999, p. 47-48 ; « Le courant humboldtien », 2000, p. 311.
  • 25 J. Quillien, L’anthropologie philosophique de G. de Humboldt, 1991, p. 118.

34Humboldt, comme l’écrit Jürgen Trabant24, indépendamment de ce travail, a entamé sa réflexion scientifique grâce à une connaissance fine et érudite des Critiques. Humboldt va chercher à répondre à la question fondamentale de la philosophie que Kant est parvenu à poser au terme d’une déconstruction de sa métaphysique : qu’est-ce que l’homme ? C’est ce qui a fait écrire à Jean Quillien : « […] les post-kantiens corrigent le criticisme, Humboldt le prolonge et bâtit à partir de lui. »25 Si Jean Quillien a tout le mérite de cette phrase synthétique si éclairante, il a aussi celui de s’être laissé inspirer par l’extrême précision et lucidité des propos de Humboldt lui-même, et précisément par ceux contenus dans la lettre qu’il adresse le 19 novembre 1793 à Christian Gottfried Körner, rencontré deux mois plus tôt. Humboldt fait le constat qu’une recherche nouvelle portant sur l’homme s’impose. Selon lui, elle possède déjà son fondement philosophique, le criticisme, mais elle doit nécessairement intégrer tous les savoirs nouveaux, nés des recherches empiriques, et les relier, les classer et les organiser systématiquement. Cette nouvelle recherche, c’est l’anthropologie comparée ; la méthode, l’alliance de la spéculation et de l’empirie.

  • 26 Plan d’une anthropologie comparée, traduit par C. Losfeld, 1995, p. 161 (GS I, p. 376).

35En convoquant des savoirs multiples pour la connaissance de l’homme, Humboldt ébauche le concept de sciences humaines et leur lien avec la philosophie. ll pose également les fondements théoriques d’une recherche pluridisciplinaire en faisant appel à l’historien, au philosophe, au biographe, au voyageur, au poète et à l’écrivain, qui tous peuvent « nous livrer des faits empiriques pour constituer cette science »26.

La voie de la comparaison

36Huit ans après son premier séjour dans la capitale française, Humboldt revient s’y installer avec sa famille, plus durablement, en novembre 1797. Il a trente ans. La lecture conjointe de sa correspondance chargée d’intentions et des écrits programmatiques nous enseigne qu’il veut travailler à son projet anthropologique et que cette tâche passe par la description du siècle qui s’achève :

  • 27 Le dix-huitième siècle, traduit par C. Losfeld, 1995, p. 31 (GS II, p. 1).

Quand un siècle s’achève, notre esprit ne peut s’empêcher de se poser cette question : où en sommes-nous ? Quelle partie l’humanité a-t-elle parcourue sur le chemin menant au but ultime ? Quels ont été, jusqu’à présent, ses progrès dans cette direction ?
Répondre à ces questions lourdes de sens n’exige rien de moins qu’une caractéristique de l’époque dans laquelle nous vivons, que la déduction pragmatique de notre état à partir des causes secrètes qui ont suscité les événements antérieurs.27

37Cette description, pour Humboldt, est indispensable. Elle s’impose particulièrement dans le cas du XVIIIe siècle, car, selon lui, c’est le premier siècle à non seulement être autant influencé par les époques antérieures, mais aussi à s’achever par des événements majeurs qui marquent l’avènement d’un siècle différent.

38Le terrain d’observation que se donne Humboldt pour saisir le siècle est Paris. Une lettre écrite quelques jours après son arrivée dans la ville, adressée à Friedrich Gentz, avec qui, à Berlin, il a discuté entre janvier 1790 et juin 1791 du rôle de l’État, livre précisément les raisons :

  • 28 Journal parisien (1797-1799), 29 novembre 1797, traduit par É. Beyer, 2001, p. 324.

Mon séjour ici sera extrêmement utile. L’esprit moderne, surtout dans ses extrêmes et ses extravagances, n’est nulle part ailleurs autant chez lui qu’ici. La France a donné son orientation à la manière de penser de la fin de notre siècle.28

39Le choix de la capitale française semble ainsi attendu pour observer « ces caractéristiques de l’époque » au vu de l’influence que cette ville exerce depuis les Lumières. Il s’agit d’analyser cette situation particulière, de saisir les Français dans le cours de leur histoire comme « le produit » de la Révolution et « la source » des orientations futures :

  • 29 Le dix-huitième siècle, traduit par C. Losfeld, 1995, p. 31 (GS II, p. 1).

Il faut, certes, caractériser avec précision et exhaustivité ce que nous sommes. Cela ne signifie pourtant pas qu’il faille peindre de ce siècle une image coupée de son horizon historique, car une telle image serait sans vie. Cette peinture doit nous apparaître comme un membre vivant de cette chaîne infrangible que sont les causes principales, quand elles œuvrent toutes ensemble, mais elle doit laisser aussi l’impression que nous sommes le produit des forces qui agissaient avant que nous existions, tout autant que la source de forces nouvelles qui nous survivront.29

40Si tous les événements politiques et les consciences nouvelles ne sont pas à relier systématiquement à 1789, s’il est difficile de penser à une Europe partageant au même rythme les mêmes interrogations, la Révolution, puis Napoléon ont contribué pour une grande part à l’avènement d’un monde différent. Pour interroger ces nouvelles conceptions politiques, les modifications des rapports, la nature des conflits et des alliances entre les États, le choix de Paris semble effectivement le seul pertinent. Il convient de ne pas oublier que Humboldt doit mettre à l’épreuve l’idée de progrès et de développement de soi qui lui est chère.

41Outre le rayonnement de la France en cette fin du XVIIIe siècle, deux autres motifs pourraient justifier le choix de Paris, l’un étant plus directement lié à la personnalité de Humboldt, l’autre renvoyant davantage à l’époque. Humboldt est très réceptif à la culture française (ce qui ne veut pas dire qu’il en apprécie tous les aspects, loin s’en faut, mais qu’il les connaît ou les détecte) du fait notamment d’avoir dans sa petite enfance, grâce à son père, grandi dans l’entourage culturel très francophile du roi de Prusse. Ainsi peut s’expliquer, à mon avis, le choix d’aborder la question du destin de l’humanité en étudiant d’abord le devenir d’une culture connue.

  • 30 Dans le sens : « qui produit de l’action et du progrès », comme le rappelle J. Starobinski, Action (...)
  • 31 G. Oesterle, « Deux formes d’appropriation de l’étranger à Paris. Modèles de comparaison culturelle (...)

42Enfin, le dernier argument renvoie plus globalement à l’Allemagne de cette époque, en quête d’une unité historique et culturelle à donner à toutes les parcelles de son grand empire. Ce questionnement, auquel Humboldt n’échappe pas, s’effectue dans le cadre du couple « réactif »30 franco-allemand, une réalité déjà féconde au sein de l’Europe du XVIIIe siècle. Pour mesurer l’originalité de la trajectoire comparative que va emprunter Humboldt, il est possible de faire un rapide rapprochement avec l’attitude adoptée par un compatriote de sa génération, Friedrich von Schlegel (1772-1829), linguiste lui aussi, qui suivra dans l’ensemble les mêmes formations universitaires que Humboldt et le nouveau cours interdisciplinaire de science de l’Antiquité de Heyne, à Göttingen. Günther Oesterle31 a montré que les deux hommes proposent une même analyse du présent allemand : il est nécessaire pour les Allemands d’assimiler la culture étrangère, et ils sont capables de le faire ; la culture allemande et la culture française sont antithétiques, cette dernière se révélant inapte à l’herméneutique et incapable d’assimiler la philosophie transcendantale. Les deux hommes vont diverger, par contre, sur la place à accorder à la culture étrangère dans cette recherche identitaire. Pour Humboldt, la compréhension de soi et de son progrès passe par une connaissance de l’autre. Cette recherche de l’équilibre et de la perfection se situe entre la culture étrangère et l’Antiquité :

  • 32 Essais esthétiques sur Hermann et Dorothée de Goethe, traduit par C. Losfeld, 1999, p. 146 (Ueber G (...)

Pour mieux connaître la place particulière que nous occupons, il nous faut nécessairement porter nos regards simultanément sur l’Antiquité et l’étranger.32

43Pour Humboldt, il ne faut pas craindre de corriger des imperfections par l’apport de la culture étrangère, ce qui suppose de l’avoir bien analysée. Pour Schlegel, il faut au contraire puiser les éléments de progrès dans sa propre culture et ses origines :

  • 33 F. von Schlegel, Voyage en France, traduit par P. Marty, 2002, p. 39.

Une vraie révolution ne peut se produire qu’à partir du foyer où la force est une et indivise, pour l’accomplir il manque donc aux masses européennes l’organe nécessaire.33

44Ces propositions différentes concernant la reconsidération de leur culture entraînent Humboldt vers l’anthropologie comparée et Schlegel, plutôt vers un désaveu de cette démarche. Ce dernier écrit, en effet, dans Voyage en France, en 1802, soit quatre années après le Plan de Humboldt :

  • 34 Ibid., p. 21.

Pour l’art de caractériser les nations comme des individus, je n’y crois guère quand il se présente comme le résultat d’une étude longue et patiente et d’une contemplation de nature artistique ; je ne possède pas, du reste, le talent de considérer des êtres vivants comme des œuvres d’art, c’est-à-dire sans la participation d’une vivante sympathie.34

45On peut vraisemblablement percevoir également les options d’épistémologie linguistique qui sépareront les deux hommes. S’il doit y avoir ouverture vers l’autre, pour Schlegel ce sera une confrontation à l’Asie, pour Humboldt, une altérité proche :

  • 35 Ibid., p. 39.

Jusqu’à présent donc, l’Asie a eu la prépondérance et le plus probable est que d’elle viendra le changement.35

46Enfin, cette approche comparée des cultures nous rappelle que dans les années 1798-1799, Humboldt est avant tout un théoricien de la culture. Parallèlement à ses projets anthropologiques, deux autres travaux sont alors en cours qui le confrontent à la culture comme révélateur de l’esprit humain, infiniment divers : la traduction de l’Agamemnon d’Eschyle et une réflexion esthétique sur Hermann et Dorothée de Goethe. Le premier ouvrage sera achevé en 1815, précédé d’une introduction sur l’art de traduire. Le second paraîtra en Allemagne en avril 1798 ; une synthèse théorique sur l’imagination poétique, écrite en français sous la forme d’un article adressé à Germaine de Staël, sera publiée à part dans le Magasin encyclopédique ou journal des lettres et des arts à l’automne 1799.

Les principes de l’anthropologie comparée

47Les principes théoriques de l’anthropologie comparée tels que les conçoit Humboldt entre 1796 et 1798, avant d’opérer un virage décisif vers une étude linguistique, sont, comme l’écrit Jürgen Trabant, originaux, audacieux et posés en toute connaissance de cause.

  • 36 J. Trabant, Traditions de Humboldt, 1999, p. 51.

48Si Humboldt s’attaque à une « description de l’individu historique, qui traditionnellement passe pour être scientifiquement indicible »36, il est bien conscient de la difficulté épistémologique et méthodologique de l’entreprise. Néanmoins, il ne peut se résigner à laisser un objet d’étude si prometteur et il choisit plutôt de s’engager dans la résolution des difficultés. L’objet de l’étude est ainsi présenté :

  • 37 Plan d’une anthroplogie comparée, traduit par C. Losfeld, 1995, p. 170 (GS I, p. 384).

L’anthropologie comparée cherche à établir le caractère de classes d’hommes dans leur totalité, mais elle s’attache tout particulièrement au caractère des nations et des époques.37

49Deux traits définitoires sont avancés. Le premier concerne le caractère qui s’applique autant à une classe d’hommes qu’à une nation ou qu’à une époque (un état de l’humanité). Ce concept est le fondement de cette recherche nouvelle puisqu’il permet d’envisager le sujet, quel qu’il soit, dans son individualité. Le caractère est défini ainsi :

  • 38 Le dix-huitième siècle, traduit par C. Losfeld, 1995, p. 107 (GS II, p. 69).

Les mouvements de l’âme humaine, c’est-à-dire ses pensées, ses sensations, ses penchants et ses décisions, la façon dont ils se produisent, leur succession et les liaisons qu’ils font surgir, voilà en quoi consiste un caractère. Un caractère est le mouvement et le rapport de ses forces perçues en même temps et comme une totalité.38

50Le caractère, c’est la particularité d’un sujet. Cette caractérisation est l’actualisation ou, pour le dire autrement, la manifestation d’une individualité, cette dernière étant une force dynamique singulière, intérieure au sujet. Humboldt s’explique sur ce terme polysémique et insère son acception dans ce contexte sémantique :

  • 39 Ibid., p. 91 (GS II, p. 55).

Le terme « caractère » est, dans son acception courante, rapporté presque exclusivement aux mœurs et aux dispositions d’esprit d’un homme, et on le considère comme un critère pour juger de sa moralité. Si on l’étend à la nature de l’esprit et du goût, on lui adjoint généralement les épithètes « intellectuel » et « esthétique ». Dans une autre acception, on emploie le mot « caractère » pour désigner une persévérance remarquable dans la manière de penser ou d’agir. « Avoir du caractère » signifie alors : demeurer fidèle à son caractère. En ce sens, peu nombreux sont ceux à qui l’on reconnaît un caractère. Néanmoins, aucune de ces deux significations ne convient à une théorie philosophique de la connaissance de l’homme, dont nous traçons ici les lignes fondatrices. Cette théorie comprend, en effet, sous le nom de caractère, l’ensemble de toutes les propriétés qui, certes, distinguent l’homme en tant qu’être physique, intellectuel ou moral, mais surtout distinguent les hommes entre eux. On ne peut penser l’homme sans penser en même temps tous les traits qui lui appartiennent, et ces traits sont épars dans la nature tout entière. On ne peut donc déclarer qu’un sujet est tout à fait dénué de caractère, ou se limiter à une seule de ses propriétés.39

51L’expression verbale de la novation théorique semble avoir été longuement examinée. La notion de caractère fonctionne parce qu’elle puise dans la mémoire culturelle déjà une forte charge de traits caractérisants inhérents pour désigner tout ce qui du physique et de l’intellect fait qu’un individu est tel et non autrement. Humboldt ajoute un ancrage historique, les circonstances par rapport auxquelles le sujet réagit.

52Le deuxième élément important de la définition concerne la saisie du caractère. Ces manifestations de l’individualité qui seules s’offrent à l’appréhension du chercheur sont prises dans leur totalité. C’est l’ensemble de ces traits qui constituent la particularité et non uniquement ceux qui seraient les plus saillants. Toutes les remarques servant à la caractérisation constituent le corpus. C’est le traitement spéculatif de cette somme empirique qu’il faut organiser. La collecte des faits ne doit, elle, pas être limitée. Le journal qu’a tenu Humboldt, à Paris, est très instructif à ce sujet. Tout y est consigné et répertorié :

  • 40 Journal parisien (1797-1799), traduit par É. Beyer, 2001, p. 15.

Ces pages contiendront de brèves notes sur tout ce que, jour après jour, j’ai vu, appris, lu ou pensé et qui m’a semblé digne d’être conservé. Elles me serviront à constituer un répertoire de matériaux qui nourrira mes travaux sur la connaissance des hommes et des nations, dans la mesure où j’y consignerai non seulement tous les faits nécessaires à étayer mes affirmations, mais également bon nombre d’idées qui seraient perdues si elles n’étaient ici fixées. […] Le classement de mes notes sera simplement chronologique […]. À chaque sujet sera cependant attribué un numéro de paragraphe spécifique. Ces numéros émailleront l’ensemble – il sera plus commode de citer – et seront pourvus de suffisamment de notes marginales pour qu’elles soient aussi plus faciles à classer en fonction des sujets.40

53À titre d’exemple, à la date du samedi 14 juillet 1798, au numéro 286, nous lisons des remarques classées dans deux rubriques indiquées en marge du texte, « fête nationale » et « caractère national ». Voici ce qui est écrit dans le cadre de la seconde :

  • 41 Ibid., p. 173.

Cette fête offrit un grand et beau spectacle, bien qu’on ne puisse la qualifier de populaire. Ce n’est qu’une manifestation à laquelle le peuple participe en spectateur. En outre, autour de l’autel de la liberté, nulle part on n’entendit crier : Vive la République ! Je m’en étonnai […].41

54En ce qui concerne la méthode, le principe général est d’allier la théorie et l’empirie :

  • 42 Plan d’une anthroplogie comparée, traduit par C. Losfeld, 1995, p. 162 (GS I, p. 378).

Il est nécessaire de faire montre simultanément du sens pratique que possède l’observateur et de l’esprit qui caractérise le philosophe. On y parviendra sensiblement mieux si, dans le cadre d’une anthropologie comparée, on érige la connaissance du caractère individuel en objet de la réflexion scientifique, et s’il est possible de peindre des descriptions exactes et fidèles, à la fois de particularités propres aux différentes classes de l’espèce humaine, et de l’influence habituelle qu’exercent sur le caractère intrinsèque les situations extérieures.42

  • 43 Le dix-huitième siècle, traduit par C. Losfeld, 1995, p. 124 (GS II, p. 84).

Elle [une description du caractère] doit embrasser toutes les particularités de l’individu, et rien de plus, et présenter sa nature intrinsèque exhaustivement et fidèlement, en fonction du rapport de ses forces, de leur mouvement, de la manière dont elles agissent, de leur relation au développement progressif, et d’après leur constitution interne, d’une part, de leur expression externe, d’autre part, dans le corps et l’apparence physique.43

55Humboldt établit quatre règles pour décrire le caractère.

  • 44 Ibid., p. 107 (GS II, p. 69).

Première règle :
Il faut le juger [le caractère] selon sa valeur subjective et sa cohérence interne, et non d’après son aptitude à parvenir à tel ou tel but extérieur. Il ne faut pas le juger non plus d’après la qualité objective de ce qu’il produit, ou dans ce cas, que ce ne soit pas le seul critère. Ne confondons pas, enfin, l’homme et ses œuvres.44

  • 45 Ibid., p. 111 (GS II, p. 72-73).

Deuxième règle :
La seconde règle […] exige que l’observateur, de façon génétique, trace autant que faire se peut, la manière dont elles [les forces spirituelles] se développent et dont elles agissent, et qu’il peigne davantage leur cours que le résultat de leur formation et de leur action.45

  • 46 Ibid., p. 114-115 (GS II, p. 75-76).

Troisième règle :
En décrivant un caractère, qu’on commence toujours par ce qui apparaît immédiatement aux sens, à savoir les actions et les extériorisations, avant de passer à ce qui est moins manifeste, la constitution interne du caractère. Cette dernière, en effet, ne peut être perçue, mais seulement déduite.
Tout ce que l’on peut dire d’un caractère parfaitement dessiné se réduit à trois classes, définies selon leur degré d’évidence. Dans la première se rangent les faits réels, sur lesquels s’appuie nécessairement tout le reste : les discours, les actions et les extériorisations en général, mais aussi la constitution physique du sujet, sa physionomie et son apparence ; dans la seconde, les propriétés générales qui ressortent immédiatement des faits réels déjà évoqués, et auxquelles chacun peut conclure très vite en percevant les faits ; dans la troisième, le caractère intérieur proprement dit, sa constitution essentielle, le mouvement de ses forces et le rapport existant entre elles, la manière dont elles agissent de concert en remplissant leur fonction.46

  • 47 Ibid., p. 117 (GS II, p. 78).

Quatrième règle :
On ne doit jamais regarder la constitution physique et physiognomonique d’un sujet comme une source de connaissance immédiate du caractère interne, mais on doit les étudier précisément, et les comparer méticuleusement avec les résultats obtenus par d’autres méthodes, afin de les légitimer ou de les définir avec davantage d’exactitude.47

56Dans cette méthode descriptive en quatre points, il est aisé de retrouver les différents principes que Humboldt a mis à l’épreuve et fourbis en quelques années :

  • le principe de cohérence interne de l’objet, qui doit conduire l’étude ;
  • l’acceptation comme telle de la dimension subjective de l’étude ;
  • La différenciation entre les causes et les résultats ;
  • l’importance accordée au processus de formation ;
  • la description qui débute par les éléments perceptibles pour s’achever par ceux qui ne peuvent être que déduits ;
  • la relativisation des résultats partiels obtenus, grâce à une méthode envisageant la comparaison avec des conclusions issues d’autres façons de procéder.

57Ces principes seront reconduits dans l’étude des langues qui verra le jour au XIXe siècle, mais pour l’heure, dans l’anthropologie, il y a trois parties : l’une est consacrée à la description du groupe dans ses manifestations physiques et intellectuelles (configuration des corps-visages-cheveux-gestes-langage), et aux liens existant entre ces différents paramètres ; la deuxième prend en charge l’étude de l’influence des situations extérieures sur ces particularités en faisant la part de l’accidentel et de l’essentiel ; la dernière, consacrée à une synthèse aussi fine que possible, aurait la finalité d’évaluer le degré de perfection du caractère du groupe.

58Nous notons une constance réelle des préoccupations chez Humboldt et une théorisation progressive de ses observations sur l’homme. Son souci d’une approche interne du sujet et la nécessité qu’il évoquait, très tôt, de relier toutes les parties du sujet pour en esquisser sa systémique se trouvent concrétisés. Enfin, la comparaison est le principe méthodologique qui s’impose pour la compréhension de l’homme et le caractère est le concept qui synthétise les aspirations du projet anthropologique.

Notes

1 Voir N. Dias et B. Rupp-Eisenreich, « Linguistique et anthropologie physique », 2000, p. 282.

2 J. F. Blumenbach, Institutions physiologiques, 1797, p. 86.

3 A. Kremer-Marietti, « L’anthropologie physique et morale en France et ses implications idéologiques », Histoire de l’anthropologie, XVIe-XIXe siècle, Paris, Klincksieck, 1984, p. 319-351.

4 T. Todorov, Nous et les autres. La réflexion française sur la diversité humaine, 1989.

5 Journal parisien (1797-1799), 31 décembre 1797, traduit par É. Beyer, 2001, p. 41.

6 J. -M. de Gérando, cité par C. Désirat, « Le programme des idéologues », 2000, p. 275.

7 Ibid., p. 275.

8 F. Laplantine, L’anthropologie, 1987, p. 58.

9 Voir M. Dettelbach, « La science omnivore d’Alexander von Humboldt », La recherche, n° 302, octobre 1997 ; N. Hossard, Aimé Bonpland (1773-1858), médecin, naturaliste, explorateur en Amérique du Sud, 2001 ; C. Minguet, Humboldt, historien et géographe de l’Amérique espagnole (1799-1804), 1998 ; J. Trabant, « Visions linguistiques : les frères Humboldt, l’Amérique et les langues », 2005.

10 J. Friedrich, « Le recours de Humboldt au concept de “physionomie” », 2000, p. 85.

11 J. K. Lavater, La physiognomonie ou l’art de connaître les hommes d’après les traits de leur physionomie, leurs rapports avec divers animaux, leurs penchants, etc., traduit par H. Bacharach, 1979, p. 72.

12 Journal parisien (1797-1799), 1er janvier 1798, traduit par É. Beyer, 2001, p. 44.

13 Le dix-huitième siècle, traduit par C. Losfeld, 1995, p. 118-119 (Das achtzehnte Jahrhundert, GS II, p. 79).

14 Essai sur les limites de l’action de l’État, traduit par H. Chrétien, 2004, p. 22.

15 Cité par R. Leroux, L’anthropologie comparée de Guillaume de Humboldt, 1958, p. 13.

16 Plan d’une anthropologie comparée, traduit par C. Losfeld, 1995, p. 161 (Plan einer vergleichenden Anthropologie, GS I, p. 377).

17 R. Leroux, L’anthropologie comparée de Guillaume de Humboldt, 1958, p. 15.

18 G. Gusdorf, Fondements du savoir romantique, 1982, p. 57.

19 Voir X. Darcos, Histoire de la littérature française, 1992.

20 P. Schmitter, « Le savoir romantique », 2000, p. 64.

21 Ibid., p. 64.

22 G. Gusdorf, Fondements du savoir romantique, 1982, p. 64.

23 E. Kant, Anthropologie du point de vue pragmatique, traduit par M. Foucault, Paris, Vrin, 1994, p. 11.

24 J. Trabant, Traditions de Humboldt, 1999, p. 47-48 ; « Le courant humboldtien », 2000, p. 311.

25 J. Quillien, L’anthropologie philosophique de G. de Humboldt, 1991, p. 118.

26 Plan d’une anthropologie comparée, traduit par C. Losfeld, 1995, p. 161 (GS I, p. 376).

27 Le dix-huitième siècle, traduit par C. Losfeld, 1995, p. 31 (GS II, p. 1).

28 Journal parisien (1797-1799), 29 novembre 1797, traduit par É. Beyer, 2001, p. 324.

29 Le dix-huitième siècle, traduit par C. Losfeld, 1995, p. 31 (GS II, p. 1).

30 Dans le sens : « qui produit de l’action et du progrès », comme le rappelle J. Starobinski, Action et réaction. Vie et aventures d’un couple, Paris, Seuil, 1999.

31 G. Oesterle, « Deux formes d’appropriation de l’étranger à Paris. Modèles de comparaison culturelle de Wilhelm von Humboldt et de Friedrich Schlegel », 1994.

32 Essais esthétiques sur Hermann et Dorothée de Goethe, traduit par C. Losfeld, 1999, p. 146 (Ueber Göthes Herrmann und Dorothea, GS II, p. 216).

33 F. von Schlegel, Voyage en France, traduit par P. Marty, 2002, p. 39.

34 Ibid., p. 21.

35 Ibid., p. 39.

36 J. Trabant, Traditions de Humboldt, 1999, p. 51.

37 Plan d’une anthroplogie comparée, traduit par C. Losfeld, 1995, p. 170 (GS I, p. 384).

38 Le dix-huitième siècle, traduit par C. Losfeld, 1995, p. 107 (GS II, p. 69).

39 Ibid., p. 91 (GS II, p. 55).

40 Journal parisien (1797-1799), traduit par É. Beyer, 2001, p. 15.

41 Ibid., p. 173.

42 Plan d’une anthroplogie comparée, traduit par C. Losfeld, 1995, p. 162 (GS I, p. 378).

43 Le dix-huitième siècle, traduit par C. Losfeld, 1995, p. 124 (GS II, p. 84).

44 Ibid., p. 107 (GS II, p. 69).

45 Ibid., p. 111 (GS II, p. 72-73).

46 Ibid., p. 114-115 (GS II, p. 75-76).

47 Ibid., p. 117 (GS II, p. 78).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search