Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vision du monde de Wilhelm von Humboldt

 | 
Anne-Marie Chabrolle-Cerretini

Introduction

Texte intégral

1C’est au linguiste allemand, Wilhelm von Humboldt, qui vécut de 1767 à 1835, que nous devons le concept de Weltansicht traduit en français par « vision du monde ». Présenté officiellement par son auteur dans un discours à l’Académie de Berlin en 1820, ce concept est souvent choisi pour évoquer la contribution de Humboldt à l’histoire de la linguistique. Derrière ces références régulières se cache en réalité une méconnaissance du concept, de sa place dans la théorie du langage humboldtienne, de sa portée dans la linguistique contemporaine et de sa force d’actualité. Cet essai a un double objectif : d’une part exposer la richesse du concept de vision du monde désignant une perception du monde organisée par une langue particulière ; d’autre part retracer l’histoire de ce concept qui permet de penser la diversité des langues.

  • 1 D’après la base Frantext interrogée.

2La locution « vision du monde » apparaît aujourd’hui très régulièrement dans la presse écrite et dans des essais sociologiques. Nous la trouvons également depuis 1848 dans les œuvres littéraires françaises1. Son emploi ne semble pas relever de contextes spécifiques, même si les principales occurrences appartiennent en majorité à ceux des analyses politiques et sociales (A), des critiques littéraires (B), des magazines de loisir (C), des réflexions sociologiques (D), et des passages descriptifs de personnages en littérature (E). Nous lisons ainsi :

A.

    • 2 É. Favereau, Libération, 19 septembre 2002, p. 18.

    dans le cadre d’une rediscussion d’acquis sociaux : « Ce qui est déplorable dans cette affaire, c’est que le gouvernement ne veut rien entendre. Et laisse les assureurs imposer leur vision du monde de la santé. »2

    • 3 B. Stern, Le Monde, 26 janvier 2001, p. 2.

    pour signifier les différentes approches de la mondialisation par une synecdoque : « Davos et Porto Alegre : le choc de deux visions du monde. »3

    • 4 P. Boulet-Gercourt, Le Nouvel Observateur, n° 1995, 30 janvier - 5 février 2003, p. 14.

    dans le contexte de politique internationale : « Quelle est sa vision du monde et de l’Amérique ? »4

B.

    • 5 A. Lancelin, Le Nouvel Observateur, n° 1993, 16-22 janvier 2003, p. 84.

    pour saluer la sortie d’une enquête journalistique sur les expéditions anthropologiques des années 1970 : « Renforcée par des documentaires couverts de prix comme The Feast (1969) ou The Ax Fight (1971), réalisés par Timothy Asch, cette vision du monde primitif écornera durablement la conception idéalisée qu’avait pu en offrir l’anthropologue Margaret Mead d’après ses observations dans le Pacifique sud. »5

C.

    • 6 Changer tout. Le magazine qui va au bout de vos rêves, octobre 2002, Couverture.

    dans le contexte de la réalisation d’idées et de rêves, le sommaire d’un magazine : « Perso, vision du monde, boulot, savoir vivre selon ses rêves »6.

D.

    • 7 Sciences humaines, hors-série n° 15, décembre 1996 - janvier 1997, p. 25.

    […] le football comme vision du monde. »7

    • 8 T. Todorov, Devoirs et délices. Une vie de passeur, 2002, p. 202.

    Je peux confronter ma vision du monde à celle d’un être humain très différent de moi, et nous pouvons nous comprendre – comprendre aussi pourquoi nous sommes très différents. »8

    • 9 M. Ricard, Plaidoyer pour le bonheur, Paris, Nil éditions, 2003, p. 22.

    « changer notre vision du monde n’implique pas un optimisme naïf, pas plus qu’une euphorie artificielle destinée à compenser l’adversité. »9

E.

    • 10 É. Zola, L’œuvre (1886), dans Œuvres complètes, M. Le Blond éd., t. 15, Paris, F. Bernouard, 1928, (...)

    « […] contre le travail au Louvre, il se serait, disait-il, coupé le poignet, plutôt que d’y retourner gâter son œil à une de ces copies, qui encrassent pour toujours la vision du monde où l’on vit. Est-ce que, en art, il y avait autre chose que de donner ce qu’on avait dans le ventre ? »10

    • 11 G. de Maupassant, Allouma (1889), Contes et nouvelles, A. M. Schmidt et G. Delaisement éd., t. 2, P (...)

    […] et elle y mêlait des observations délicieusement puériles, toute une vision du monde nomade née dans une cervelle d’écureuil qui a sauté de tente en tente, de campement en campement, de tribu en tribu. »11

3La compréhension de la locution est aisée. Cette dernière fait allusion, quel que soit le contexte d’apparition, à une représentation, à une conception du monde par un individu ou un groupe.

4Les concepts circulent et voyagent au point de devenir dans certains de leurs emplois un raccourci verbal commun. Signe de vitalité d’une formule éclatante sans aucun doute. Edgar Morin s’est exprimé sur la circulation salutaire des concepts pour les disciplines scientifiques :

  • 12 E. Morin, Introduction à la pensée complexe, 1996, p. 154.

Les concepts voyagent et il vaut mieux qu’ils voyagent en sachant qu’ils voyagent. Il vaut mieux qu’ils ne voyagent pas clandestinement. Il est bon aussi qu’ils voyagent sans être détectés par les douaniers ! En fait la circulation clandestine des concepts a quand même permis aux disciplines de se désasphyxier, de se désembouteiller ; la science serait totalement embouteillée si les concepts ne migraient pas clandestinement.12

  • 13 Voir E. F. Koerner, The Importance of Techmer’s « Internationale Zeitschrift für allgemeine Sprachw (...)

5Pour la vision du monde, c’est dans le cadre des sciences humaines que le voyage s’est effectué, semi-clandestinement. L’étape la plus célèbre est l’« hypothèse Sapir et Whorf », du nom des deux linguistes américains investis chacun différemment dans la question de la dimension culturelle de la langue. Cette thèse n’est pas systématiquement mise en relation avec Humboldt. Pourtant, la filiation des idées entre William D. Whitney (1827-1894), formé en Allemagne, et Franz Boas (1858-1942) qui eut pour étudiant Edward Sapir (1884-1939), qui lui-même fut enseignant de Benjamin L. Whorf (1897-1941), a été régulièrement confirmée13.

  • 14 Voir C. Fuchs éd., La linguistique cognitive, Paris, Ophrys, 2004.

6Nous trouvons également des mentions à Humboldt dans les deux principaux courants cognitiviste et constructiviste de la linguistique cognitive14, qui se définissent de façon très différente par rapport à la problématique de la diversité des langues. Humboldt semble parfois convoqué pour répondre à des besoins de légitimité scientifique et historique dans le débat opposant les « relativistes » aux « universalistes ». La vision du monde apparaît aussi en anthropolinguistique et en sociolinguistique dans le questionnement plus vaste du relativisme linguistique.

7Dans ce voyage interdisciplinaire, le concept a évolué, coupé de l’ensemble théorique dont il était issu. Au-delà de la non-(re) connaissance des origines du concept, c’est bien en effet d’une évolution en non-conformité avec la pensée humboldtienne qu’il s’agit. Des simplifications, des interprétations et des radicalisations se sont opérées sous l’influence d’autres courants de pensée et de connaissances nouvelles. Certains aspects de la vision du monde, à l’image de ces représentations en trois dimensions que l’on peut déformer, ont fait l’objet d’une mise en relief inédite, et le concept a été alors tiré vers des problématiques posées autrement. C’est ainsi que la vision du monde peut rencontrer aujourd’hui, de façon plus directe, la question du changement linguistique ou se trouver au cœur de la discussion sur l’articulation entre les éléments invariants et variants dans les langues ou encore se voir invitée dans le débat sur les universaux du langage.

  • 15 Voir I. Stengers et J. Schlanger, Les concepts scientifiques, 1991.
  • 16 P. Sériot, Structure et totalité, 1999, p. 23.

8Cet essai porte exclusivement sur l’histoire du concept de vision du monde tel que Humboldt l’a défini. Ensuite commencerait une histoire d’héritage linguistique, de recherche de filiations, de néo-humboldtianisme que je n’entreprends pas ici. Le cadre de l’essai ayant été défini, date de naissance et paternité du concept connues, l’histoire de la vision du monde pourrait commencer à partir de 1820 à Berlin. Commode mais inexact. Il est désormais admis qu’un concept naît d’un contexte historique et d’un contexte problématique particuliers15. Il y a un climat favorable à l’émergence d’un concept, un « air du temps et air du lieu », a écrit justement Patrick Sériot16. Il serait ainsi dommageable de se restreindre à l’apparition explicite du mot et de ne pas voir les « avant-traces » du contenu et de la théorisation. C’est d’autant plus vrai chez Humboldt que sa théorie du langage s’est forgée au rythme de l’hypothèse et de l’observation pendant plus de vingt ans.

9Ainsi, la première partie est consacrée aux origines du concept mises en regard avec la période allant de la fin du XVIIIe siècle au début du XIXe. Il ne s’agit en aucun cas de procéder à une synthèse exhaustive des questions débattues alors, mais de saisir les idées et les interrogations qui caractérisent ces années et qui vont alimenter la réflexion de Humboldt jusqu’à le conduire à poser sa théorisation de la diversité linguistique. La deuxième partie est consacrée à la définition proprement dite du concept de vision du monde. Il s’agit d’en examiner tous les aspects théoriques. Cette partie ne constitue pas une présentation de l’ensemble de la théorie de Humboldt, mais une étude de la vision du monde. La troisième partie traite de la mise en œuvre de la linguistique de la diversité et examine les principes méthodologiques de l’étude comparée des langues pensée par Humboldt. Cette dernière partie s’achève sur les traits définitoires de la vision du monde qui n’ont pas trouvé d’audience dans la linguistique des XIXe et XXe siècles.

  • 17 Sur l’histoire des manuscrits de Humboldt, voir J. Trabant, « L’édition des œuvres linguistiques de (...)

10Ce parcours théorique rencontre aussi une histoire d’écriture, de textes et de traduction. La présente étude reflète le parti pris théorique et méthodologique de donner l’espace mérité aux mots de l’auteur. À l’exception des passages extraits de la correspondance et du journal intime tenu par Humboldt à Paris entre 1797 et 1799, chaque citation d’ordre anthropologique et linguistique renvoie en note au texte original. J’ai choisi de me référer aux dix-sept volumes des œuvres de Humboldt17, les Gesammelte Schriften (GS), éditées par Albert Leitzmann au début du XXe siècle.

  • 18 Voir A. -M. Chabrolle-Cerretini, « Bibliographie », Dossier HEL, n° 1, 2002.

11Humboldt a écrit seulement deux textes linguistiques en français, Essai sur les langues du Nouveau Continent en 1812 et Lettre à M. Abel-Rémusat sur la nature des formes grammaticales en général et sur le génie de la langue chinoise en particulier en 1826. Les autres textes convoqués ici apparaissent ainsi pour la plupart dans leur traduction. L’histoire de la traduction française des textes de Humboldt remonte à 1859 avec le travail d’Alfred Tonnelé sur De l’origine des formes grammaticales et de leur influence sur le développement des idées. Vint ensuite la traduction d’Armand Marrast, Recherches sur les habitants primitifs de l’Espagne à l’aide de la langue basque, suivi de l’Essai sur les limites de l’action de l’État en 1867, traduit par Henry Chrétien. C’est Pierre Caussat qui, en 1974, relance la traduction de Humboldt en choisissant des textes programmatiques en histoire et en linguistique et l’Introduction à l’œuvre sur le kavi. Puis ce sont Christophe Losfeld, Annette Disselkamp, André Laks, Denis Thouard, Élisabeth Beyer, Olivier Mannoni et une nouvelle fois Pierre Caussat qui nous font découvrir des textes de Humboldt ou les traduisent pour la seconde fois18.

  • 19 W. von Humboldt, « Introduction à l’Agamemnon », Sur le caractère national des langues et autres éc (...)

12J’ai été tentée pour chaque extrait ayant fait l’objet de plusieurs traductions de mettre en regard les différentes propositions, en laissant au lecteur l’appréciation de cette pluralité. Humboldt n’a-t-il pas écrit lui-même que plusieurs traductions valent mieux qu’une, car « elles sont autant d’images d’un même esprit »19 ? La lecture eût pu sembler parfois redondante, mais surtout je me serais engagée vers un autre travail concernant davantage l’histoire de la réception de Humboldt en France, dans laquelle l’œuvre traduite a indéniablement sa part de responsabilité. Dans la perspective de s’en tenir à une monographie du concept, le regard à porter sur les traductions est, de fait, sensiblement différent. Il me faut servir le texte allemand au plus près. J’ai ainsi été amenée à choisir une traduction plutôt qu’une autre quand il y en avait plusieurs, à confronter les textes obtenus pour m’approcher au mieux du texte de Humboldt et à proposer dans quelques cas une nouvelle version française. En notes, j’ai systématiquement indiqué les références des traductions éconduites pour une lecture complémentaire toujours très enrichissante.

Notes

1 D’après la base Frantext interrogée.

2 É. Favereau, Libération, 19 septembre 2002, p. 18.

3 B. Stern, Le Monde, 26 janvier 2001, p. 2.

4 P. Boulet-Gercourt, Le Nouvel Observateur, n° 1995, 30 janvier - 5 février 2003, p. 14.

5 A. Lancelin, Le Nouvel Observateur, n° 1993, 16-22 janvier 2003, p. 84.

6 Changer tout. Le magazine qui va au bout de vos rêves, octobre 2002, Couverture.

7 Sciences humaines, hors-série n° 15, décembre 1996 - janvier 1997, p. 25.

8 T. Todorov, Devoirs et délices. Une vie de passeur, 2002, p. 202.

9 M. Ricard, Plaidoyer pour le bonheur, Paris, Nil éditions, 2003, p. 22.

10 É. Zola, L’œuvre (1886), dans Œuvres complètes, M. Le Blond éd., t. 15, Paris, F. Bernouard, 1928, p. 43 (base Frantext).

11 G. de Maupassant, Allouma (1889), Contes et nouvelles, A. M. Schmidt et G. Delaisement éd., t. 2, Paris, Albin Michel, 1959, p. 1313-1314 (base Frantext).

12 E. Morin, Introduction à la pensée complexe, 1996, p. 154.

13 Voir E. F. Koerner, The Importance of Techmer’s « Internationale Zeitschrift für allgemeine Sprachwissenschaft » in the Development of General Linguistics, 1973 ; B. Malmberg, Histoire de la linguistique de Sumer à Saussure, 1991 ; J. T. Andresen, Linguistics in America 1769-1924. A Critical History, 1990 ; J. A. Lucy, Language, Diversity and Thought, 1992. A. M. Chabrolle-Cerretini, « La linguistique cognitive et Humboldt », 2007.

14 Voir C. Fuchs éd., La linguistique cognitive, Paris, Ophrys, 2004.

15 Voir I. Stengers et J. Schlanger, Les concepts scientifiques, 1991.

16 P. Sériot, Structure et totalité, 1999, p. 23.

17 Sur l’histoire des manuscrits de Humboldt, voir J. Trabant, « L’édition des œuvres linguistiques de Humboldt. Le sort d’un legs intempestif », 2002.

18 Voir A. -M. Chabrolle-Cerretini, « Bibliographie », Dossier HEL, n° 1, 2002.

19 W. von Humboldt, « Introduction à l’Agamemnon », Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, traduit par D. Thouard, 2000, p. 47.

© ENS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540