Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Lumières en mouvement

 | 
Isabelle Moreau

Renouveler et réinventer

Figures et modèles de la catastrophe : de la théorie de la Terre à l’anthropologie

Benoît De Baere

Texte intégral

  • 1 M. -T. Inguenaud (« Une lettre inédite de Nicolas-Antoine Boullanger à Joseph-Nicolas Delisle (175 (...)
  • 2 J. Roger (« La théorie de la Terre au xviie siècle », p. 26) rappelle que « si l’on veut tenter de (...)

1Il n’est pas tout à fait insolite, dans le contexte d’une réflexion sur la circulation des idées au xviiie siècle, de s’attacher à Boulanger1 et Buffon : l’ingénieur du corps des Ponts et Chaussés et l’intendant du Jardin du Roi incarnent, à bien des égards, cette circulation des traditions et des livres, des idées et des savoirs tellement caractéristique du siècle des Lumières. Cela tient, tout d’abord, à la richesse des traditions dans lesquelles ces auteurs s’inscrivent et à la diversité des sujets qu’ils abordent dans leurs œuvres, diversité qui leur permet, par ailleurs, d’établir des corrélations inédites entre, par exemple, la « théorie de la Terre »2 et l’histoire politique et religieuse, ou encore, d’élaborer, à la croisée des sciences de la terre et des sciences du vivant, une nouvelle philosophie de l’homme. Or, dans le contexte de la problématique qui nous requiert, leur intérêt réside aussi, et peut-être même surtout, dans le fait qu’ils se connaissaient – ou du moins, qu’ils se sont lus : Boulanger, dans ses Anecdotes de la nature, résume et commente certains aspects de la théorie de la Terre que Buffon expose dans le premier volume de son Histoire naturelle, et ce même Buffon, plus de deux décennies plus tard, reprend des éléments de la théorie de Boulanger pour les intégrer dans ses Époques de la nature sans toutefois citer l’œuvre du jeune ingénieur comme source.

  • 3 John Hampton et Jacques Roger travaillaient indépendamment l’un de l’autre. Hampton a présenté ses (...)
  • 4 J. Hampton, Nicolas-Antoine Boulanger et la science de son temps, p. 32.
  • 5 Ibid., p. 86.
  • 6 J. Roger, « Introduction », dans Buffon, Époques de la nature, p. XXXVI. Voir aussi, dans le même (...)
  • 7 J. Roger, « Introduction », p. XXXVI.
  • 8 J. Hampton, Nicolas-Antoine Boulanger…, p. 89.
  • 9 M. S. Seguin, « Philosophe malgré lui : de quelques lecteurs clandestins de l’abbé Pluche », p. 17 (...)

2Mon ambition est d’examiner l’étendue et la nature de la dette de Buffon à l’égard du jeune ingénieur. Il est vrai que je ne suis pas le premier à m’intéresser à cette question : depuis la redécouverte du manuscrit des Anecdotes de la nature par John Hampton et Jacques Roger3, elle a déjà retenu l’attention de plusieurs commentateurs. Or, s’il est vrai qu’au terme de leurs analyses ceux-ci concluent invariablement que Buffon présente une théorie de la Terre originale et cohérente (les différences « profondes et inconciliables »4 entre son hypothèse et celle de Boulanger « sautent aux yeux »5), les Époques ne comportent pas uniquement une théorie de la Terre : le dernier chapitre de l’œuvre – la septième « époque » – approfondit la réflexion que Buffon avait déjà consacrée, ailleurs, à l’homme et à sa place dans le monde. Seulement voilà, les emprunts à Boulanger qui transparaissent dans cette dernière partie du texte de Buffon ne font pas l’objet d’une appréciation aussi nuancée, marqués comme ils le sont sans doute par le jugement de Jacques Roger. Celui-ci ne se contentait pas, en effet, d’attribuer les premiers paragraphes de la septième « époque » à l’influence de Boulanger (il s’agit d’une « peinture tragique »6, d’un « tableau sinistre »7 des débuts d’une humanité sauvage, exposée aux injures des éléments) ; il jugeait en outre que cet emprunt était malhabile et « surprenant », en contradiction avec la pensée « personnelle et vraie » (ibid.) de Buffon : « Boulanger se faisait de l’homme une idée toute différente de celle qu’en avait Buffon. Aussi y a-t-il quelque disparate dans ce début de la Septième Époque » (p. XXXVII). S’il est vrai que tous les commentateurs ne sont pas allés jusqu’à mettre en cause la cohérence de l’anthropologie philosophique que Buffon développe dans les Époques, la plupart d’entre eux se contentent de signaler que certains passages clés de ce texte (et notamment son incipit) s’« expliquent » par l’influence directe de Boulanger. John Hampton, par exemple, n’y trouve « rien que Boulanger n’ait pu écrire », car c’est « d’une base toute semblable qu’il déduit sa philosophie de la religion »8, et Maria Susana Seguin voit en ce passage des Époques un exemple de l’influence de Boulanger9.

  • 10 G. -L. Leclerc, comte de Buffon, Variétés dans l’espèce humaine, dans Histoire naturelle, générale (...)
  • 11 Buffon, Discours sur la nature des animaux, dans Histoire naturelle…, vol. IV (1753), p. 1-110.
  • 12 Buffon, Les animaux sauvages, dans Histoire naturelle…, vol. VI (1756), p. 55-62.
  • 13 Buffon, Les animaux carnassiers, dans Histoire naturelle…, vol. VII (1758), p. 3-38.
  • 14 Buffon, Nomenclature des singes, dans Histoire naturelle …, vol. XIV (1766), p. 1-42. Pour la list (...)

3Il est évident qu’en elles-mêmes, ces attributions ne posent pas problème : nous savons qu’il y a bien eu influence. Seulement, il me semble que dans le contexte d’une analyse de l’œuvre de Buffon (analyse que, à vrai dire, ni Hampton ni Maria Susana Seguin ne prétendent donner), il ne suffit pas d’identifier les passages empruntés à Boulanger : il faut également rendre compte du fait que Buffon ait choisi d’intégrer ces éléments dans son texte en les reprenant à son propre compte. Quel rapport, donc, entre l’anthropologie philosophique que Buffon met en place, dès 1749, dans les Variétés dans l’espèce humaine10, le Discours sur la nature des animaux11, Les animaux sauvages12, Les animaux carnassiers13 et la Nomenclature des singes14, d’une part, et les « tableaux » empruntés aux Anecdotes de la nature, d’autre part ?

4À ma connaissance, cette question n’a pas encore reçu l’attention qu’elle mérite. Dans un effort pour l’élucider, je m’attacherai à la démonstration de deux hypothèses interdépendantes. La première est que Buffon a trouvé dans l’œuvre de Boulanger l’expression d’une pensée historique plus ou moins compatible avec l’anthropologie philosophique qu’il avait déjà constituée mais qui reposait sur des catégories anhistoriques. La seconde hypothèse est que si Buffon a choisi d’intégrer certains éléments de la pensée de Boulanger dans son propos, c’est que l’intégration de cette dimension historique lui permettait de donner une prégnance plus grande à certaines distinctions qui organisaient déjà sa pensée mais qui, jusqu’alors, n’avaient été que typologiques. J’avance, plus précisément, que Buffon reprend à Boulanger l’écart historique que celui-ci avait introduit entre la communauté primitive et la société moderne, parce qu’il y voit un moyen de mettre en valeur l’écart typologique entre la horde sauvage et la société policée qu’il avait lui-même établi.

5Ensemble, ces deux hypothèses permettent non seulement de comprendre la nature des emprunts dont il a été question jusqu’à présent mais aussi de rendre compte de leur fonction et de la manière dont ils viennent s’inscrire dans le cadre de la philosophie de l’homme de Buffon – une philosophie qui, par ailleurs, diffère de celle de l’auteur des Anecdotes de la nature tant dans sa structure interne que dans ses ambitions. Reste qu’avant de procéder aux démonstrations, il peut être utile de proposer quelques rappels concernant les œuvres et les « systèmes » en présence…

Des Anecdotes … aux Époques de la nature

  • 15 Il s’agit des articles corvée, déluge, guèbres, hébraïque (Langue) et œconomie politique. Voir P. (...)
  • 16 Boulanger cité par N. Gobet, « Lettre à Grosier du 14 juillet 1779 », Journal de littérature, des (...)
  • 17 N. -A. Boulanger, Mémoire sur une nouvelle mappemonde, Paris, s. e., 1753. Je citerai ce texte dan (...)
  • 18 Le seul exemplaire actuellement connu est conservé à la Bibliothèque du Muséum d’histoire naturell (...)

6Nicolas-Antoine Boulanger a certes contribué à quelques articles de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert15 mais il est aussi – et surtout – l’auteur d’une série d’ouvrages qui se rattachent aux Anecdotes sur l’histoire de l’homme16, un projet qu’il annonce par un résumé dans son Mémoire sur une nouvelle mappemonde17. Il se propose, écrit-il dans ce petit ouvrage, d’étudier la manière dont les « révolutions » de la terre – les catastrophes dont son relief porte toujours les traces – déterminent le cours de l’histoire de l’humanité. De fait, aucun des textes qui portent sur cette question n’a paru du vivant de Boulanger : les Recherches sur l’origine du despotisme oriental (1761) et L’Antiquité dévoilée par ses usages (1766) ont connu une publication posthume et les Anecdotes de la nature18 sont demeurées à l’état manuscrit jusqu’au xxe siècle… Pourtant, ces ouvrages nous permettent de reconstituer, de façon assez précise, la pensée de Boulanger. Concentrons-nous pour l’instant sur ses idées au sujet de l’histoire de notre planète, car sa théorie de la Terre constitue effectivement le cadre dans lequel son histoire de l’humanité vient s’inscrire.

  • 19 N. -A. Boulanger, Mémoire sur une nouvelle mappemonde, p. 3.
  • 20 N. -A. Boulanger, Anecdotes physiques…, p. 1-2.

7Boulanger commence par constater que la forme de la terre – une « masse aplatie vers les pôles et élevée sous l’équateur »19 – suggère qu’elle a « autrefois obéi aux lois de l’hydrostatique » (ibid.) ; elle a donc « dû commencer par l’état de fluidité » ou, à tout le moins, il faut la considérer comme ayant été « dès son origine et étant pour jamais une masse souple et flexible dans son tout » (ibid.). À cela s’ajoute que la surface de notre globe porte les marques d’un séjour ancien des eaux, d’un cycle d’immersions et d’émersions successives : ne suffit-il pas de « baisser les yeux vers la terre et [de] la regarder avec une attention un peu réfléchie, pour reconnaître qu’elle a été construite sous les eaux et par les eaux »20 ? Notre auteur avoue ne pas connaître le mécanisme qui permet de rendre compte de ces changements, mais il penche pour une explication « catastrophiste » :

… je suis très porté à croire que cette mutation ne s’est point faite peu à peu, comme quelques uns l’ont pensé ; les lits de nos continents ont à la vérité été amassés sous les eaux, peu à peu, mais la cause qui les en a fait sortir n’a pu vraisemblablement être qu’une cause violente et subite, telle qu’une perte d’équilibre et un mouvement général dans toutes les parties de la croûte terrestre que je soupçonne […]. (p. 247)

8Boulanger estime cependant que dans la mesure où le relief terrestre est beaucoup plus escarpé et irrégulier que celui qui peut se créer au fond des eaux, il ne suffit pas d’invoquer les courants sous-marins pour expliquer sa formation. Il faut donc faire intervenir d’autres agents dont l’influence a pu se faire sentir après l’émersion des terres et qui sont suffisamment puissants pour avoir pu causer ces « terribles ravages » (p. 365) dont nous voyons toujours les traces. Ici encore, l’auteur des Anecdotes de la nature privilégie une hypothèse catastrophiste, car contrairement à Buffon qui, en 1749, pose que même les reliefs les plus accidentés ont pu être formés par l’action de causes constantes et toujours répétées (nous y reviendrons), il suppose des « accidents » soudains et violents : « … les irrégularités intérieures et extérieures de la terre ne sont point l’effet des causes réglées et ordinaires, mais les vestiges et les preuves d’événements formidables » (p. 611).

9La nature de ces « événements formidables » reste, bien sûr, à déterminer. Or, Boulanger se souvient d’avoir observé que « toute eau qui court brise et escarpe ce qui lui est opposé » (p. 196). Pourquoi donc ne pas postuler d’« immenses torrents » qui, de même qu’un petit ruisseau « qui serpente sur les sables ou au milieu d’une prairie » (ibid.), agissent sur les terrains qu’ils parcourent ? Pourquoi ne pas attribuer à ces torrents les « terribles ravages » (p. 365) dont la terre porte toujours la marque ?

  • 21 M. S. Seguin, Science et religion dans la pensée française du xviiie siècle : le mythe du Déluge u (...)

10C’est, en tout cas, l’option retenue par Boulanger. Le problème est qu’il demeure souvent confus quand il s’agit de préciser la nature de ces torrents et d’expliquer le mécanisme dont ils résultent21 : l’éruption de ces torrents et les inondations qui en résultent sont-elles universelles, ou ne concernent-elles que des régions spécifiques du globe ? Quant aux torrents : d’où viennent-ils ? Doivent-ils leur existence aux montagnes qui, soudain, se mettent à dégorger d’énormes quantités d’eau, ou s’agit-il de masses d’eau qui se déplacent, causant des inondations en chaîne ? Pourrait-il s’agir d’un simple grossissement des rivières ? Mais dans ce cas, comment l’expliquer ? Les eaux viennent-elles de l’intérieur de la terre ou résultent-elles de « pluies universelles » ?

  • 22 M. S. Seguin, Science et religion…, p. 125.
  • 23 Ibid., p. 34.
  • 24 N. -A. Boulanger, Œuvres complètes, t. II : Anecdotes physiques…, p. 376-377.
  • 25 Ibid., p. 377.

11S’il est vrai que la théorie de la Terre de Boulanger comporte ses ambiguïtés, ses zones d’ombre, elle est très explicite par rapport au statut du déluge biblique : « … la dernière de ces grandes catastrophes, survenue en principe il y a 6400 ans, s’est conservée […] dans les différentes traditions religieuses et particulièrement dans les récits bibliques de la Création et du Déluge. »22 Signalons toutefois que Boulanger ne réserve pas l’emploi du mot « déluge » à l’événement conté dans la Genèse : il assimile le mot « déluge » à « toute inondation plus ou moins considérable des temps anciens ou modernes »23. Il y a donc eu des déluges, même si, dans la mémoire des peuples, ces catastrophes ont été confondues les unes avec les autres : « au-delà de deux ou trois de ces révolutions, nous ne pouvons plus nettement distinguer la succession des faits et toutes ces matières se soustraient à notre analyse par la petitesse de leur partie, leur altération et la grandeur de leur subdivision. »24 Autant dire que l’origine du globe que nous habitons se perd dans la nuit des temps : l’homme est incapable de « concevoir » son « antiquité »25 et il ne parviendra jamais à reconstituer la chronologie de son passé.

… il est sûr que si l’on pouvait interroger le moindre grain de sable dans toutes les parties qui le constituent, qu’il n’y en a pas une qui ne nous donnât une suite d’époques encore plus considérable et peut-être infinie par rapport à la faiblesse de nos idées sur l’espace et sur le temps. (Ibid.)

  • 26 Même si l’adoption d’un modèle catastrophiste est souvent dictée par une volonté de respecter la c (...)
  • 27 N. -A. Boulanger, Œuvres complètes, t. II : Anecdotes physiques…, p. 117-118.

12En raison des incertitudes et des contradictions qu’elle renferme, et malgré le fait qu’elle propose un mariage assez inhabituel – du moins au xviiie siècle26 – entre une pensée catastrophiste et des durées « longues » (qui font éclater le cadre étroit de la chronologique biblique), l’historien des sciences retiendra surtout que la théorie de la Terre de Boulanger a été élaborée à partir d’observations précises et originales. L’historien des idées, en revanche, peut excuser les zones d’ombre qu’elle renferme, car l’auteur des Anecdotes de la nature entendait surtout établir le cadre dans lequel pouvait se déployer sa réflexion au sujet de l’histoire de l’homme, une réflexion qu’il mène en historien érudit et en mythographe. Sa théorie de la Terre n’est pas un but en elle-même : les catastrophes qu’elle postule sont avant tout « les destructeurs des nations »27.

  • 28 Si je place le mot « géologie » entre guillemets, c’est que son usage, dans ce contexte, est anach (...)
  • 29 Buffon, Second Discours. Histoire et théorie de la Terre, dans Histoire naturelle…, vol. I (1749), (...)
  • 30 Buffon, Preuves de la théorie de la Terre, dans Histoire naturelle…, vol. I (1749), p. 125-612.
  • 31 Buffon, Époques de la nature, dans Supplément à l’Histoire naturelle, Paris, Imprimerie royale, 17 (...)

13C’est de façon comparable que Buffon, qui assigne pourtant un statut différent aux sciences de la terre, fait précéder sa réflexion sur l’« économie animale » d’une enquête sur notre globe – sur sa structure, les matières qui le composent, les mécanismes qui lui ont donné son aspect extérieur et, enfin, son histoire. Le naturaliste montbardois présente les premiers résultats de ces recherches « géologiques »28 en 1749, dans un texte intitulé Histoire et théorie de la Terre29 et dans le corps de « preuves » qui l’accompagne30, avant de reprendre l’essentiel de sa théorie (que, toutefois, il réorganise) dans les Époques de la nature31.

14Commençons, cependant, par quelques rappels au sujet de sa théorie de la Terre de 1749, texte que Boulanger connaît puisque, dans ses Anecdotes, il s’y réfère à plusieurs reprises.

  • 32 Buffon, « Preuves de la théorie de la Terre, article VIII : Sur les Coquilles & les autres Product (...)

15Tout comme Boulanger quelques années plus tard, Buffon commence par constater que la terre est « élevée sur l’équateur & abaissée sous les pôles, dans la proportion qu’exigent les lois de la pesanteur & de la force centrifuge » (p. 5) et qu’on trouve, sur toute sa surface, « & même sur les montagnes », « une immense quantité de coquilles & d’autres débris des productions de la mer » (p. 6) ; tout comme Boulanger, il conclut de ce second fait que les terres ont, pendant longtemps, été submergées par les eaux des océans. Contrairement à l’auteur des Anecdotes de la nature, toutefois, Buffon estime que le relief que nous voyons autour de nous ne doit rien aux « catastrophes », c’est-à-dire aux phénomènes inattendus, rares et violents. Il a, au contraire, été créé par l’action régulière et ininterrompue des eaux, « ou plûtôt par les sédimens qu’elles ont déposez dans la succession des temps »32. Cela vaut même pour les côtes les plus escarpées :

  • 33 Buffon, Second Discours. Histoire et théorie de la Terre, dans Histoire naturelle…, vol. I (1749), (...)

… les eaux qui n’auront que le mouvement du flux déposeront sur la cime le sédiment ordinaire, & celles qui obéiront au courant entraîneront au loin les parties qui se seroient déposées entre deux, & en même temps elles creuseront un vallon au pied de ces montagnes, dont tous les angles se trouveront correspondans, & par l’effet de ces deux mouvemens & de ces dépôts, le fond de la mer aura bien-tôt été sillonné, traversé de collines & de chaînes de montagnes, & semé d’inégalités telles que nous les y trouverons aujourd’hui.33

16Pourtant, Buffon ne se contente pas de présenter une théorie de la Terre : dans le premier article de ses Preuves de la théorie de la Terre, il présente également une cosmogonie. Ainsi, écrit-il, nous ne savons pas uniquement que notre globe a dû être liquide ; il est possible de montrer que cette matière liquide était en fait de la matière solaire en fusion, projetée hors de cet astre par une comète qui était venue s’écraser à sa surface. Ce « torrent » de matière s’est ensuite coagulé pour former les planètes de notre système solaire.

17Dans cet état de sa réflexion, Buffon ne parvient pas encore à établir une continuité entre la cosmogonie des Preuves de la théorie de la Terre et la théorie de la Terre du Second discours. Ces deux « moments » se suivent, cela va de soi, mais leur articulation pose problème. Comment en effet passer de l’un à l’autre ?

  • 34 Buffon, Époques de la nature, dans Supplément à l’Histoire naturelle, déjà cité, vol. V, p. 5.
  • 35 Ibid., p. 93.

18Ce n’est qu’à partir de la seconde moitié des années 1760 que Buffon élabore, petit à petit, le cadre de pensée qui lui permet d’articuler ces deux moments de l’histoire de notre globe. Cela tient au fait qu’il s’intéresse de plus en plus à la chaleur intérieure du globe terrestre, qui est « indépendante de celle que les rayons du soleil peuvent lui communiquer »34 et qu’il ne tarde pas à interpréter comme une chaleur « fossile », comme un reste de la chaleur immense de la matière en fusion à laquelle les planètes de notre système solaire doivent leur existence. On comprend pourquoi en lisant les Époques : dans ce texte qui reprend l’essentiel des hypothèses de 1749, le refroidissement de la matière solaire constitue non seulement le moteur du récit, mais il permet en outre d’assurer la transition entre la cosmogonie et la théorie de la Terre. Au cours de la première « époque », la matière terrestre (toujours liquide après avoir été projetée hors du soleil) prend la forme d’un sphéroïde ; au cours de la seconde, elle se consolide jusqu’au centre. Pendant la troisième époque, la surface de la terre se refroidit au point de pouvoir accueillir les eaux qui, jusque-là, étaient suspendues dans l’atmosphère ; il se forme donc une mer qui couvre les continents « jusqu’à quinze cents toises au-dessus du niveau de la mer actuelle »35. La quatrième époque voit l’effondrement, sous le poids des eaux, d’un grand nombre de cavernes souterraines (il s’agit d’anciennes « boursouflures » qui remontent au temps où le globe était un volume de matière incandescente) et le retrait d’une partie des mers. Comme l’a noté Gabriel Gohau, c’est également la période où

  • 36 G. Gohau, Les sciences de la terre aux xviie et xviiie siècles. Naissance de la géologie, p. 201-2 (...)

les continents abritent des végétaux dont les débris sédimentés forment des charbons et des pyrites qui s’enflamment en s’unissant aux « substances minérales sublimées par la grande chaleur de la terre », et produisent [d]es éruptions volcaniques.36

  • 37 Pour plus d’informations à ce sujet, consulter mon article « L’écriture de la catastrophe dans l’H (...)
  • 38 Buffon, Époques de la nature, dans Supplément à l’Histoire naturelle, déjà cité, vol. V, p. 165, 1 (...)

19Grâce au modèle du refroidissement, Buffon peut également intégrer les catastrophes dans l’ordre des temps : affaissements, tremblements de terre et éruptions volcaniques font désormais partie des phénomènes qui rythment l’histoire du globe et qui contribuent à déterminer son relief37. Pendant la cinquième époque, enfin, le refroidissement progressif de la surface terrestre chasse, petit à petit, les éléphants et les autres « animaux du midi »38 vers les contrées sous l’équateur : ces animaux suivent le déplacement de la zone de température à laquelle ils doivent leur naissance.

  • 39 Pour plus d’informations à ce sujet, consulter mon article « Une histoire vraie… mais hypothétique (...)

20Le récit que Buffon présente dans les Époques intègre, on le voit, la cosmogonie, la théorie de la Terre et l’histoire de la nature vivante dans un même ordre linéaire, dans le cadre d’une même « histoire » irréversible qui fait intervenir des durées bien plus longues que celles prévues par le comput traditionnel basé sur l’Ancien Testament. Il est, en outre, possible d’en reconstituer la chronologie. En effet, le naturaliste de Montbard estime qu’en extrapolant les résultats obtenus au cours d’expériences sur le refroidissement de matières aussi diverses que le fer, l’or, le plomb, l’argent, le bismuth, le cuivre, l’étain, l’antimoine, le zinc, le marbre, le grès, le verre etc., il est possible de calculer le cadre chronologique dans lequel cette histoire de notre globe s’inscrit, ou encore, de déterminer le moment où la matière qui, aujourd’hui, forme notre planète, a été projetée en dehors du soleil (il y a de cela 74832 ans), combien de temps il lui a fallu pour qu’elle se consolide (2936 ans), à quel moment la vie a pu apparaître (après 34270 ans), etc.39.

  • 40 J. Roger, « Introduction » aux Époques de la nature, p. CXXX-CXXXI.
  • 41 Ibid., p. CXXX.

21Même si les Époques de la nature offrent une synthèse magistrale de la pensée de Buffon, l’ouvrage ne fut pas bien reçu des savants qui « marqu[aient] beaucoup d’estime pour l’auteur, et une incrédulité totale à l’égard de son système »40. On comprend pourquoi : en 1749 déjà, Leonhard Euler avait prouvé l’impossibilité physique de l’hypothèse cosmogonique qui y était présentée ! (Selon les lois de la gravitation, « les masses arrachées au soleil par la comète devraient avoir des orbites très excentriques et raser la surface du soleil à chacune de leurs révolutions »41.) À cela s’ajoute qu’au moment où Buffon s’emploie encore à composer un système retraçant le passé de la terre entière, ses collègues de l’Académie des sciences se posent, depuis quelques décennies déjà, des objectifs bien plus modestes – et bien plus précis. Ils sont, par exemple, engagés dans des études de terrain qui permettent de reconstituer l’histoire locale de formations géologiques précises : Déodat de Dolomieu s’intéresse aux volcans et parcourt l’Auvergne tout comme Nicolas Desmarest, tandis que Horace-Bénédict de Saussure explore les Alpes, qu’Antoine de Genssane et Jean-Louis Giraud-Soulavie se concentrent sur le Languedoc, que Palassou et Louis Ramond de Carbonnières étudient les Pyrénées, etc.

  • 42 L. Châtellier, « Buffon, le temps et Dieu », p. 270.
  • 43 J. Roger, « Un manuscrit inédit perdu et retrouvé : les Anecdotes de la nature de Nicolas-Antoine (...)
  • 44 Jacques Roger note à ce sujet que « la personnalité de Gobet et celle de Grosier permettent de voi (...)

22Les Époques n’en remportent pas moins un franc succès littéraire et philosophique : les contemporains de Buffon y voient une « remise en cause générale des idées reçues […] sur la Création, le monde et Dieu »42. Aucune surprise, dès lors, à ce que les défenseurs de l’orthodoxie religieuse s’attachent à discréditer les hypothèses qu’il renferme (Royou, Feller), qu’ils aient manœuvré pour obtenir une condamnation de Buffon en Sorbonne (Riballier) ou qu’ils aient tenté d’attaquer l’œuvre de Buffon en s’en prenant à l’intégrité intellectuelle de son auteur. C’est dans ce même contexte qu’il faut situer l’accusation de plagiat que Nicolas Gobet formule dans sa lettre datée du 14 juillet 1779 et qui paraît, « accompagn[ée] d’un “ avertissement ” d’une parfaite hypocrisie »43, dans le Journal de littérature, des sciences et arts de Jean-Baptiste Grosier44.

  • 45 P. Boutin, « Introduction », dans N. -A. Boulanger, Œuvres complètes, t. II, p. 20.
  • 46 N. Gobet, « Lettre à Grosier du 14 juillet 1779 », déjà cité note 16.

23Soit dit en passant : indépendamment de ses intentions polémiques, qui sont patentes, la lettre de Gobet a permis à Pierre Boutin d’établir, « avec quelque degré de certitude », que l’« in-4 º avec dix-sept cartes » que Buffon a sans doute eu entre les mains ne correspond pas à la version « définitive » du manuscrit de Boulanger, actuellement conservée au Muséum national d’histoire naturelle, à Paris, et connue sous le titre d’Anecdotes physiques de l’histoire de la nature45. En outre, elle a l’intérêt de nous apprendre par quels intermédiaires le manuscrit de Boulanger est arrivé entre les mains de Buffon (« C’est M. Dutens qui m’a demandé ce manuscrit pour le remettre à M. le comte de Buffon… »46).

  • 47 Ibid., p. 314.

24Revenons, toutefois, aux accusations de Gobet qui reproche à Buffon d’avoir « singulièrement profité […] d’un ouvrage manuscrit de Boulanger, intitulé : Anecdotes de la nature »47. Ainsi, précise-t-il, « le commentaire des premiers versets de la Genèse [aux pages 29-39 des Époques] est entièrement de Boulanger », tout comme la description du bassin de la Marne et la carte que Buffon a jointe à son texte :

Boulanger expose […] sa théorie de la terre, dans laquelle il attribue la formation des montagnes à l’éruption des grands bassins : celui de la Marne est pris pour exemple. La carte gravée dans l’ouvrage de M. de Buffon est une de celles qui accompagnaient le manuscrit. (Ibid.)

  • 48 Lettre à Guéneau de Montbeillard (30 juillet 1779), lettre à Bexon (8 août 1779), dans Corresponda (...)
  • 49 J. Hampton, Nicolas-Antoine Boulanger et la science de son temps, p. 89.

25Grâce à sa correspondance, nous savons que Buffon projetait une réponse mais qu’il a renoncé à la publier48, comprenant sans doute que cela l’aurait placé dans la situation peu confortable d’avoir à avouer l’importance d’une dette qu’il avait, d’abord, tenté de passer sous silence. En effet, même s’il juge qu’il est « évident » que « les accusations de Gobet sont très exagérées »49, Jacques Roger n’en est pas moins parvenu à identifier plusieurs passages des Époques qui reprennent, en les paraphrasant, des passages précis des Anecdotes : à la page 68, la remarque sur les chronologies « courtes » qui ne doivent leur existence qu’au fait que l’homme ne parvient pas à concevoir des longues durées ; pages 149 à 160, la description du cours de la Marne et du plateau de Langres ; page 197, la réflexion sur la submersion de l’Atlantide ; page 303, la description de la mer Méditerranée avant l’ouverture du détroit de Gibraltar ; pages 595 et suivantes, la « note justificative » sur l’antiquité de certains peuples.

26Malgré l’importance et la quantité de ces emprunts, le « système » présenté dans les Époques est bien de Buffon. Il prolonge la réflexion entamée dans la théorie de la Terre et la cosmogonie de 1749 et intègre toutes les données, anciennes et nouvelles, dans un récit qui doit sa cohérence à un principe qui, jusque-là, n’avait pas encore retenu l’attention des savants : le refroidissement progressif du globe terrestre. Aucune surprise, dès lors, à ce que les commentateurs qui se sont intéressés à la question du « plagiat » de Buffon aient conclu à l’importance et à l’originalité de Buffon – du moins en ce qui concerne l’histoire de la terre. Car il n’en va pas de même pour la composante anthropologique des Époques, dans laquelle on a trop souvent – et peut-être trop facilement – opposé la pensée de Buffon et les emprunts à Boulanger. Pourtant, Buffon aussi conçoit sa théorie de la Terre comme le cadre dans lequel s’inscrit l’histoire de l’homme ; lui aussi place son propos sur la physique du globe au service d’une anthropologie cohérente. Pour s’en rendre compte, il suffit de se reporter à la septième « époque », qui ne se distingue pas des périodes précédentes par une nouvelle étape dans le refroidissement du globe mais par la présence de l’humanité qui, désormais, peut seconder la nature dans ses opérations. Il est donc temps de renouer avec le projet énoncé dans les premiers pages de cette étude et d’examiner comment Buffon intègre les emprunts à Boulanger dans son anthropologie philosophique.

De l’histoire de la Terre à l’anthropologie philosophique

27L’histoire du globe, telle qu’elle est reconstituée par Buffon et Boulanger, est scandée par des événements violents et destructeurs. Que ces catastrophes soient causées par des « fermentations » souterraines (comme dans les Anecdotes) ou par le refroidissement de notre planète (comme dans les Époques), c’est leur enchaînement qui détermine, au sens fort du mot, le cadre dans lequel l’homme peut construire son histoire à lui. Dans ce sens, il est significatif que nos deux auteurs posent que la misère, le dénuement et le désarroi caractéristiques de l’après-catastrophe constituent l’état « originel » de l’homme – peu importe, à cet égard, que l’origine de l’homme soit pensée comme relative (par rapport à la catastrophe la plus récente) ou en des termes absolus (inscrits dans une chronologie précise). Les extraits suivants sont significatifs à cet égard : Et :

  • 50 N. -A. Boulanger, Recherches sur l’origine du despotisme oriental, p. 25.

Il a été des temps où l’homme s’est regardé comme l’objet de la haine & de la vengeance de toute la nature irritée ; toutes les sociétés ont été rompues ; les hommes ont été obligés d’errer à l’avanture sur les ruines du Monde, au gré de tous les fléaux qui sembloient les poursuivre ; ils étoient alors sans secours, sans subsistance & sans consolation ; retirés dans les montagnes, elles s’écroûloient sous leurs piés ; fugitifs dans les plaines, les eaux venoient les submerger ; cachés dans les antres & les cavernes, ils y étoient ensevelis tous vivans ; enfin toujours errans, toujours cherchans de nouveaux climats & de nouveaux asiles, par tout ils étoient persécutés.50

28Et

  • 51 Buffon, Époques de la nature, dans Supplément à l’Histoire naturelle, déjà cité, vol. V, p. 225.

Les premiers hommes témoins des mouvements convulsifs de la terre, encore récents & très fréquents, n’ayant que les montagnes pour asiles contre les inondations, chassés souvent de ces mêmes asiles par le feu des volcans, tremblants sur une terre qui trembloit sous leurs pieds, nus d’esprit & de corps, exposés aux injures de tous les éléments, victimes de la fureur des animaux féroces, dont ils ne pouvaient éviter de devenir la proie ; tous également pénétrés du sentiment commun d’une terreur funeste, tous également pressés par la nécessité, n’ont-ils pas très promptement cherché à se réunir, d’abord pour se défendre par le nombre, ensuite pour s’aider & travailler de concert à se faire un domicile & des armes ?51

29Il est important toutefois de noter que même si nos deux auteurs donnent à leur histoire de l’humanité le même point de départ, les récits qu’ils présentent ont leur cohérence propre : ils sont régis par d’autres principes et sont présentés dans un but différent.

  • 52 N. -A. Boulanger, Recherches sur l’origine du despotisme oriental, p. 288-289.
  • 53 Ibid., p. 40.

30Commençons par l’Antiquité dévoilée par ses usages et les Recherches sur l’origine du despotisme oriental : il est bien connu que Boulanger développe sa réflexion à partir de ce qui, selon lui, a dû être l’état d’âme des survivants de la dernière grande catastrophe. Terrorisés par le souvenir des événements auxquels ils venaient d’assister mais soulagés d’y avoir survécu, ils ne se contentèrent pas de s’assembler pour « former de nouvelles sociétés » et pour « s’aider réciproquement à supporter leurs maux ». Devenus, par leurs souffrances, « religieux, modérés, industrieux & compatissans »52, ils se donnèrent des lois « simples » et « sages »53 et s’en remettaient, pour leur maintien, aux Anciens et aux chefs de famille : « leur expérience, leur sagesse, leur âge, & leur nom de peres, leur attiroit de la part de tous un profond respect & une vénération naturelle » (p. 82). Ils établirent également une religion « dont les principaux motifs étoient une reconnoissance infinie envers l’Être Suprême qui les avoit sauvé, & le désir d’en instruire toutes les races futures » (p. 48-49). Cherchant à « perpétuer la mémoire » de ces événements funestes, ils instituèrent en même temps « des fêtes commémoratives, capables […] d’entretenir sans cesse les Nations de la fragilité de leur séjour, & de les avertir, par le tableau des vicissitudes passées, de toutes les vicissitudes à venir » (p. 49).

  • 54 N. -A. Boulanger, L’Antiquité dévoilée par ses usages, p. 123.
  • 55 N. -A. Boulanger, Recherches sur l’origine du despotisme oriental, p. 25.

31Dans ce sens, on peut effectivement poser que les « révolutions de la nature » ont tenu lieu de « législateurs » (p. 29 et 38) et de « missionnaires » (p. 38) aux sociétés primitives. Encore ne faut-il pas se laisser abuser par l’emploi que Boulanger fait, dans ce contexte, du mot « société » : les « premiers habitans du monde renouvellé »54 n’étaient que des vagabonds misérables, « toujours errans, toujours cherchans de nouveaux climats & de nouveaux asiles »55. Cet état de choses a duré jusqu’à ce que « les familles primitives [,] s’étant de plus en plus rapprochées & multipliées, formerent des sociétés nombreuses » (p. 79-81) : les hommes, conscients qu’il leur fallait désormais un lien « plus fort & plus frappant » pour maintenir l’unité au sein de leurs communautés, établirent alors des lois « civiles, œconomiques & domestiques » et se donnèrent un gouvernement politique (p. 81).

32C’est dans ce premier acte législatif que Boulanger voit l’origine de la décadence morale des peuples, qui s’imaginent toujours « suivre les loix & les usages de [leurs] ancêtres, lorsqu’ils n’en suivent plus que le spectre & le fantôme » (p. 22) : après s’être conduit pendant des siècles « selon les lumiéres de sa raison », l’homme s’abandonna « à la conduite des Loix » :

… il cess[a] de penser par lui-même ; ces Loix s’altér[èrent] sans qu’il s’en apperç[ût], & il ne se condui[sit] plus que par les usages & par les coutumes : celles-ci devenant obscures, on se rempli[t] de préjugés, de fausses traditions, & d’opinions folles & superstitieuses, qui devi[nrent] à la fin la base & la regle de la conduite générale de toutes les nations. (p. 89)

33Les conséquences de la décadence des institutions politiques et religieuses furent, si possible, plus dramatiques encore, car Boulanger pose qu’à un moment donné, l’homme, désireux d’appliquer « ici-bas » les principes « du regne d’en-haut » (p. 106-107), décida de se soumettre au règne de Dieu. Il établit donc une « théocratie », au sens propre de ce mot. Or,

le Dieu Monarque de la Société ne pouvant lui commander d’une façon directe, [il] se mit dans la nécessité d’imaginer des moyens de connoître ses ordres & ses volontés ; une absurde convention établit donc dans la Théocratie, des signes sur la Terre & dans le Ciel, que l’on regarda comme les interprêtes du Souverain invisible. (p. 133)

34À cela s’ajoute que les peuples qui, au début, parvenaient encore à distinguer le cérémonial allégorique qui doit accompagner un tel gouvernement de son principe, finirent par prendre le cérémonial à la lettre – avec des conséquences désastreuses : « la Divinité étant traitée comme une Créature mortelle, on la perdit à la fin de vue, & l’homme devint idolâtre » (p. 143). La religion put, dès lors, « absorb[er] la Police, dont elle se rendit la Souveraine, & à mesure qu’elle augmenta ses droits temporels, elle se corrompit elle-même, & changea de nature » (p. 123). L’homme, toutefois, n’était pas encore arrivé au bout de ces peines. Boulanger explique pourquoi :

Si la Théocratie céleste doit être un jour là-haut un état constant de justice, de liberté & de béatitude, il n’en est pas de même d’une Théocratie terrestre, où le peuple ne peut qu’abuser de sa liberté, & où ceux qui commandent ne peuvent qu’abuser du pouvoir du Ciel ; ainsi il est vraisemblable que ce Gouvernement s’est perdu dans ces deux excès. Par l’un, tout l’ancien Occident a changé sa liberté en brigandage, en une vie errante & tout-à-fait sauvage ; par l’autre, tout l’ancien Orient s’est asservi à des Tyrans. (p. 176)

  • 56 L’expression est de M. S. Seguin, Science et religion…, p. 421.
  • 57 N.-A. Boulanger, Recherches sur l’origine du despotisme oriental, p. 215.
  • 58 Ibid., p. 97.

35Au terme de cette « descente aux enfers »56, la religion innocente et sublime du temps des origines s’efface au profit d’une idolâtrie dégradante, et les institutions civiles ont été remplacées par un despotisme sanguinaire – deux « monstres [dont] la fraternité est si étroite, qu’ils ne sont réellement qu’une seule & même chose »57. Boulanger, cependant, ne se contente pas de ce constat désabusé : identifier la source du mal, c’est se donner les moyens de le guérir. Aussi est-ce à ce point précis qu’apparaît la signification proprement philosophique de l’histoire qu’il retrace dans l’Antiquité dévoilée et dans les Recherches : l’intérêt de ces textes ne tient-il pas au fait qu’ils montrent que les institutions politiques et religieuses dont nous avons hérité sont d’origine humaine ? Il est donc permis – légitime – de les amender quand il s’avère qu’elles ne sont plus capables d’assurer le bonheur des hommes. En d’autres mots, pourquoi ne pas remodeler les institutions politiques pour qu’elles reflètent ce contrat que chaque particulier passe avec la société, si cela permet d’endiguer les prétentions des despotes ? Si ce n’est que par abus que les institutions civiles ont été subordonnées à la religion, pourquoi ne pas revendiquer la séparation des deux et assigner, à chacun, sa place ? Pourquoi, enfin, ne pas « épurer » cette religion contaminée par la superstition, « fille de la crainte & de la terreur, qui [l’]absorbe […] & qui, prenant sa place & sa figure, l’anéantit »58 ?

  • 59 M. S. Seguin, Science et religion…, p. 430.
  • 60 N.-A. Boulanger, L’Antiquité dévoilée par ses usages, p. 379-380.

36Nous rejoignons donc la conclusion de Maria Susana Seguin : « Boulanger laisse à l’homme le soin de se construire une société et un gouvernement à la mesure de lui-même, dans lesquels la raison prenne la place sur la peur. »59 Nos institutions sont perfectibles ; que les législateurs commencent donc par apprendre aux citoyens « à s’aimer, à se secourir, à se rendre mutuellement heureux dans la société qui n’est avantageuse au genre humain qu’autant qu’elle adoucit ses peines »60. Et Boulanger de conclure :

  • 61 N.-A. Boulanger, Recherches sur l’origine du despotisme oriental, p. 328.

On ne doit point s’imaginer que nous ne puissions voir un jour des Monarchies parfaites, auxquelles il ne manquera rien de ce qui est de l’essence de ce Gouvernement. Ses principes humains & naturels, feront connoître quelles en doivent être toutes les véritables loix ; & ces loix étant aussi humaines naturelles que les principes qui les font découvrir, on peut prévoir que le temps & le progrès de la raison y améneront nécessairement.61

37Il ne s’agit donc pas uniquement de faire œuvre d’érudition : le projet de Boulanger s’inscrit parfaitement dans celui des Lumières et ce n’est pas un hasard si d’Holbach et Diderot, entre autres, y ont porté un tel intérêt.

38La même chose vaut pour Buffon – à ceci près que le naturaliste montbardois établit sa philosophie de l’homme à l’aide d’un raisonnement très différent. Il y a d’ailleurs fort à parier que l’auteur de l’Histoire naturelle se méfiait de l’hypothèse de Boulanger, qui dépend, nous l’avons vu, d’un présupposé d’ordre psychologique (la terreur, mêlée de reconnaissance, que ressentaient les survivants du dernier grand cataclysme). Buffon avait l’habitude d’examiner le « physique » des animaux, leur physionomie et leur comportement, avant de se prononcer sur les modalités de leur vie en groupe ; il suit la même démarche lorsqu’il s’agit d’étudier l’homme. C’est, en effet, l’étude des « variétés » dans l’espèce humaine, entamée en 1749, qui sert d’assise à sa philosophie de l’homme – une philosophie qui s’attache moins au devenir historique de nos sociétés qu’aux différences structurales entre l’« état sauvage » et l’« état policé ». Aussi Buffon n’assigne-t-il pas le même rôle à la notion d’institution… Prenons, toutefois, les choses du début.

  • 62 Buffon, Les animaux carnassiers, dans Histoire naturelle…, vol. VII (1758), p. 28.
  • 63 Ibid.
  • 64 Buffon, Discours sur la nature des animaux, dans Histoire naturelle…, vol. IV (1753), p. 97.
  • 65 Buffon, « Histoire naturelle de l’homme : de l’enfance », dans Histoire naturelle…, vol. II (1749) (...)
  • 66 Buffon, Discours sur la nature des animaux, dans Histoire naturelle…, vol. IV, p. 97.
  • 67 Buffon, Les animaux carnassiers, p. 374.

39Pour Buffon, l’homme est un être « naturellement » sociable, qui n’a jamais pu exister « sans former des familles »62. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer le jeune animal, qui n’a « besoin de [sa] mère que pendant quelques mois »63, à l’enfant nouveau-né qui « n’existe presque pas encore » : « nu, foible, incapable d’aucun mouvement, privé de toute action, [il est] réduit à tout souffrir ».64 Voire, « si quelque chose est capable de nous donner une idée de notre faiblesse, c’est l’état où nous nous trouvons immédiatement après la naissance »65 : notre vie, à ce moment, ne dépend-elle pas entièrement des « secours » qu’on nous donne66 ? La conclusion s’impose : l’union des pères et mères aux enfants est naturelle « puisqu’elle est nécessaire »67.

40Ces noyaux familiaux, solidarisés par le soin pour les nouveau-nés, sont au cœur de l’anthropologie philosophique de Buffon. Non seulement parce qu’ils constituent la base de toute société, mais aussi, et surtout, parce que c’est en eux que réside le potentiel évolutif de l’homme : dans cet être doué de raison, la fréquentation prolongée des mêmes individus favorise l’émergence d’un langage qui, de simple qu’il était, ne tarde pas à évoluer. Il finit par permettre ce que notre auteur appelle un « apprentissage de l’espèce » : grâce à la parole, l’homme peut, en effet, profiter de l’expérience accumulée d’un grand nombre d’individus.

  • 68 M. Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, p. 246.
  • 69 Buffon, Époques de la nature, dans Supplément à l’Histoire naturelle, déjà cité, vol. V, p. 225.
  • 70 Buffon, « Le castor », dans Histoire naturelle, vol. VIII (1760), p. 285.

41Ce mécanisme est d’autant plus important que l’homme de Buffon vit dans un monde qui est foncièrement indifférent à son égard : ce n’est, écrit-il à plusieurs reprises, qu’en domestiquant l’environnement dans lequel il évolue, en lui imposant sa volonté, qu’il se ménage un espace de survie. Dans ce sens, il n’est pas surprenant que la distinction principale que Buffon établit entre l’homme sauvage et l’homme civilisé réside en « un certain rapport – puissance ou impuissance – de l’homme à la nature – éléments et espèces vivantes – qui définit l’état sauvage, l’état policé, l’état de civilisation »68. Dans la communauté primitive, les individus « sont encore, tant au moral qu’au physique, dans l’état de pure nature » : ils n’ont « ni vêtements, ni religion, ni société » et leur nombre se limite à « quelques familles dispersées à de grandes distances ». Or, dans leur cas, l’humanité ne compte « pour rien »69, car seuls les hommes qui se sont réunis en une société « plénière & puissante, telle qu’elle existe parmi les peuples anciennement policés » peuvent exercer une emprise réelle sur leur environnement70.

  • 71 C. Blanckaert, « La valeur de l’homme : l’idée de nature humaine chez Buffon », p. 587.

42Bien entendu, cette analyse ne permet pas uniquement de distinguer les sociétés humaines des sociétés animales : elle offre, en outre, un moyen de comparer les sociétés humaines entre elles. Les unes « ne dépend[ent], pour ainsi dire, que des exigences naturelles », tandis que les autres sont « policée[s], juridiquement organisée[s] »71. Puisqu’elles disposent d’une autorité centrale, de lois et d’une tradition, c’est « le droit [qui y] qualifie le devoir » (ibid.) :

  • 72 Buffon, Variétés dans l’espèce humaine, dans Histoire naturelle…, vol. III (1749), p. 491.

… toute nation où il n’y a ni règle, ni loi, ni maître, ni société habituelle, est moins une nation qu’un assemblage tumultueux d’hommes barbares & indépendans, qui n’obéissent qu’à leurs passions particulières, & qui, ne pouvant avoir un intérêt commun, sont incapables de se diriger vers un même but & de se soûmettre à des usages constans, qui tous supposent une suite de desseins raisonnés et approuvés par le plus grand nombre.72

  • 73 M. Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, p. 275.
  • 74 J. Roger, Buffon. Un philosophe au Jardin du Roi, p. 346.
  • 75 Ibid., p. 351.
  • 76 Buffon, Époques de la nature, dans Supplément à l’Histoire naturelle, déjà cité, vol. V, p. 253.

43Il importe, à ce point, de remarquer que cette typologie tend à annuler la distinction entre la communauté primitive et la société décadente : dans la mesure où toutes deux se caractérisent avant tout par leur impuissance, il est effectivement possible de les renvoyer dos à dos. La seule différence – différence à laquelle Buffon, par ailleurs, ne s’intéresse pas – tient au fait que la première ne dispose pas encore des institutions nécessaires pour agir sur son environnement, tandis que la seconde n’en dispose plus (ou qu’elle est en train de les perdre). Il s’agit d’un point capital : l’écart entre l’état sauvage et l’état social qui fonde l’anthropologie philosophique de Buffon est, en principe, anhistorique. Ou plutôt : s’il est vrai qu’il s’agit d’un intervalle qualitatif que l’homme parcourt pendant le processus historique de sa réalisation de soi, comme le veut Michèle Duchet73, il ne faut pas oublier que le sens de l’histoire n’est pas nécessairement celui du progrès. Autant dire que « les progrès de la civilisation ne sont jamais définitifs »74 : le pouvoir de l’homme sur la nature « n’est que le résultat d’une histoire, et [une] autre histoire pourrait tout remettre en question »75. Le défi lancé par Buffon est, dès lors, de taille : maintenant que l’homme a découvert « l’étendue de sa puissance » qui dépend entièrement « de l’exercice de son intelligence », il doit observer et cultiver la nature. C’est ainsi qu’il se donne « les moyens pour se la soumettre, & de [s] facilités pour tirer de son sein des richesses nouvelles, sans diminuer les trésors de son inépuisable fécondité »76. Nous retrouvons, une fois de plus, l’esprit des Lumières :

  • 77 Ibid., p. 253-254.

Et que ne pourrait-il pas sur lui-même, je veux dire sur sa propre espèce, si la volonté était toujours dirigée par l’intelligence ! Qui sait jusqu’à quel point l’homme pourrait perfectionner sa nature, soit au moral, soit au physique ? Y a-t-il une seule nation qui puisse se vanter d’être arrivée au meilleur gouvernement possible, qui serait de rendre tous les hommes non pas également heureux, mais moins inégalement malheureux, en veillant à leur conservation, à l’épargne de leurs sueurs & de leur sang par la paix, par l’abondance des subsistances, par les aisances de la vie, & les facilités pour leur propagation ? Voilà le but moral de toute société qui cherche à s’améliorer. […] Il semble [toutefois] que de tout temps l’homme ait fait moins de réflexions sur le bien que de recherches pour le mal ; toute société est mêlée de l’un & de l’autre ; & comme de tous les sentiments qui affectent la multitude, la crainte est le plus puissant, les grands talents dans l’art de faire du mal ont été les premiers qui aient frappé l’esprit de l’homme ; ensuite ceux qui l’ont amusé ont occupé son cœur : & ce n’est qu’après un trop long usage de ces deux moyens de faux honneur & de plaisir stérile qu’enfin il a reconnu que sa vraie gloire est la science, & la paix son vrai bonheur.77

44C’est à dessein que, dans cette petite présentation, je n’ai – à quelques références près – cité que des textes antérieurs aux Époques de la nature : il n’y a pas de meilleure façon de montrer que la composante typologique de la philosophie de l’homme de Buffon est déjà solidement établie au moment où il entreprend la rédaction de cette impressionnante synthèse. Or, c’est précisément pour cette raison qu’il peut y intégrer des tableaux « historiques » empruntés à Boulanger : l’état misérable dans lequel cet auteur peint l’humanité au début des temps historiques souligne l’écart « structural » que Buffon avait déjà établi entre l’état sauvage et l’état policé. L’écart historique que les Anecdotes de la nature établissent entre la communauté primitive, d’une part, et la société moderne, d’autre part, contribue à mettre en valeur l’écart typologique entre la horde sauvage et la société policée.

  • 78 J. Roger, « Introduction » aux Époques de la nature, p. LXXVII.

45Dans ce sens, Jacques Roger n’a peut-être pas posé la bonne question en s’étonnant du fait que les êtres « nus d’esprit et de corps », ces victimes terrorisées, continuellement exposées aux « injures [des] éléments » et à la « fureur des animaux féroces » que Buffon évoque dans les premiers paragraphes de la septième époque, aient pu « si rapidement faire de la Terre “ le domaine de l’homme ” »78. La vraie question, celle à laquelle Buffon tente de répondre, est : comment l’homme est-il parvenu à devenir le « témoin intelligent », « l’admirateur paisible » ou encore le « maître de la terre » que Buffon évoque dans d’autres textes – dans la Cinquième époque, par exemple, mais aussi, à l’autre extrémité de l’œuvre, dans l’Histoire naturelle de l’homme :

  • 79 Buffon, « Histoire naturelle de l’homme : de l’âge viril », dans Histoire naturelle…, vol. II (174 (...)

Tout annonce dans tous deux les maîtres de la terre, tout marque dans l’homme, même à l’extérieur, sa supériorité sur tous les êtres vivans ; il se soûtient droit et élevé, son attitude est celle du commandement, sa tête regarde le ciel et présente une face auguste sur laquelle est imprimé le caractère de sa dignité ; l’image de l’ame y est peinte par la physionomie, l’excellence de sa nature perce à travers les organes matériels et anime d’un feu divin les traits de son visage ; son port majestueux, sa démarche ferme et hardie annoncent sa noblesse et son rang ; il ne touche à la terre que par ses extrémités les plus éloignées, il ne la voit que de loin, et semble la dédaigner.79

46De fait, cette « maîtrise » ne va pas de soi. Nous avons vu à quoi elle tient : à l’usage de la raison et à la mise en place d’institutions efficaces, capables non seulement d’assurer la stabilité et le bonheur de la société, mais aussi de motiver les hommes à s’investir dans ce vaste projet de domestication par lequel ils font de la terre leur domaine, projet dans lequel ils sont appelés à participer quand bien même ils ne cueilleraient pas, eux-mêmes, tous les fruits de leurs efforts.

47À ce point, une dernière remarque s’impose. Car il est intéressant de noter que, aussi bien chez Boulanger que chez Buffon, le plaidoyer en faveur d’une gestion « raisonnable » des institutions a une dimension profondément tragique qui procède du fait que l’histoire de l’homme se déroule sur l’arrière-fond d’une théorie de la Terre catastrophiste. Prenons Boulanger, nous avons vu que pour lui, l’histoire de l’humanité a commencé aux lendemains d’un cataclysme à l’échelle planétaire, dans l’intervalle « calme » entre deux cataclysmes – car la théorie de la Terre est cyclique, ce qui signifie qu’une nouvelle catastrophe viendra, tôt ou tard, annuler tous les progrès que l’homme a pu réaliser :

  • 80 N. -A. Boulanger, Œuvres complètes, t. II : Anecdotes physiques…, p. 314-315.

Je crois même que ce serait en vain que quelques savants pourraient se sauver, et que les peuples du monde futur en tireraient peu d’avantages et de connaissances, parce que l’excès de misère où doivent tomber les débris du genre humain après ces grands bouleversements, doit être tel qu’il ne peut plus rester d’autre pensée et d’autre soin à l’homme, que de pourvoir à une subsistance dure et laborieuse, et qu’il faut peut-être au moins sept, huit ou dix siècles avant que l’espèce humaine ait, pour ainsi dire, le temps de respirer et de se reconnaître ; quand ce nouveau monde dénué de tout pourrait ne se repeupler que par des académiciens, mais sans livres, sans machines et sans instruments, je crois encore qu’au bout de quelques générations, ce monde ne serait néanmoins rempli que de misérables sauvages qui auraient à la vérité plus de traditions que s’ils n’eussent eu pour pères que des sauvages et des barbares comme eux.80

  • 81 J. Hampton, Nicolas-Antoine Boulanger et la science de son temps, p. 79.
  • 82 F. Tinland, « Les limites de l’animalité et de l’humanité selon Buffon et leur pertinence pour l’a (...)

48Hampton écrit à cet égard que « Boulanger aboutit à un pessimisme d’autant plus désespérant qu’il n’envisage pas l’extinction totale de la race humaine ». Au contraire, « les nations seront décimées par chaque nouveau cataclysme, et la civilisation sera chaque fois remplacée par une longue période de misère et d’imbécilité »81. Quant à la théorie de Buffon, rappelons-nous que l’auteur des Époques part du principe que notre globe ne cesse de se refroidir depuis que la matière qui le constitue a été projetée en dehors du soleil par une comète. Nous vivons actuellement une période « tempérée », « une sorte de milieu optimal en lequel s’inscrit la parenthèse de notre collaboration aux harmonies naturelles »82. La terre, toutefois, continue à se refroidir et à mesure qu’elle se refroidit, la vie qu’elle porte se rapproche inexorablement de la mort : elle finira dans le froid et la stérilité. Buffon calcule même le temps qui nous reste : un peu plus de quatre-vingt mille ans… Qu’il s’agisse de l’« épuration » jamais achevée de nos institutions ou de la domestication de l’environnement par l’homme, le travail de la raison prend donc l’allure d’un défi. Même face à la possibilité d’une catastrophe planétaire qui, en causant des destructions indescriptibles, effacera jusqu’aux dernières traces de notre culture ; même face à la certitude que la vie sur notre planète disparaîtra sous les glaces éternelles, l’homme ne peut pas ne pas s’unir à ses semblables. Il ne peut pas ne pas se battre pour améliorer, ne fût-ce que provisoirement, les conditions de son existence.

Bibliographie

Bibliographie

Sources primaires

Boulanger Nicolas-Antoine, Recherches sur l’origine du despotisme oriental, s. l. [Genève], 1761.

L’Antiquité dévoilée par ses usages, ou Examen critique des principales opinions, cérémonies et institutions religieuses et politiques des différens peuples de la terre, Amsterdam, Marc Michel Rey, 1766.

Œuvres complètes, t. II : Anecdotes physiques de l’histoire de la nature avec la Nouvelle Mappemonde et le Mémoire sur une nouvelle mappemonde, Paris, Honoré Champion, 2006.

Buffon Georges-Louis Leclerc, Histoire naturelle, générale et particulière, avec une description du cabinet du roi, Paris, Imprimerie royale, 1749-1778, 36 volumes.

Œuvres philosophiques, Jean Piveteau éd., Paris, PUF, 1954.

Époques de la nature, J. Roger éd., Paris, Éditions du Muséum national d’histoire naturelle, 1988 [1962].

Études critiques

Châtellier Louis, « Buffon, le temps et Dieu », Religions en transition dans la seconde moitié du dix-huitième siècle, Oxford, The Voltaire Foundation (Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 2), 2002, p. 263-273.

De Baere Benoît, « Une histoire vraie… mais hypothétique. Le problème du statut des “ Époques de la nature ” de Buffon », Les songes de Clio. Fiction et histoire sous l’Ancien Régime, Thierry Belleguic, Éric Van der Schueren et Sabrina Vervacke dir., Québec, Presses de l’université Laval, 2006, p. 247-261.

— « L’écriture de la catastrophe dans l’Histoire naturelle de Buffon : Sciences de la terre, esthétique, anthropologie », Les lettres romanes, t. LXI, n° 3-4, 2007, p. 185-203.

Blanckaert Claude, « La valeur de l’homme : l’idée de nature humaine chez Buffon », Buffon 88, Jean Gayon dir., Paris, Vrin, 1992, p. 583-600.

Duchet Michèle, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1995.

Ellenberger François, Histoire de la géologie, Paris, Lavoisier, 1994, 2 volumes.

Gohau Gabriel, Les sciences de la terre aux xviie et xviiie siècles. Naissance de la géologie, Paris, Albin Michel, 1990.

Hampton John, Nicolas-Antoine Boulanger et la science de son temps, Genève, Droz, 1955.

Inguenaud Marie-Thérèse, « Une lettre inédite de Nicolas-Antoine Boullanger à Joseph-Nicolas Delisle (1753) », Dix-huitième siècle, n° 29, 1997, p. 283-286.

Roger Jacques, « Un manuscrit inédit perdu et retrouvé : les Anecdotes de la nature de Nicolas-Antoine Boulanger », Revue des sciences humaines, n° 71 (nouvelle série), 1953, p. 231-254. Réimpression dans le recueil d’articles Pour une histoire des sciences à part entière, Paris, Albin Michel, 1995.

— « La théorie de la Terre au xviie siècle », Revue d’histoire des sciences, XXVI/I, 1973, p. 23-48.

Buffon. Un philosophe au Jardin du Roi, Paris, Fayard, 1989.

Seguin Maria Susana, Science et religion dans la pensée française du xviiie siècle : le mythe du déluge universel, Paris, Honoré Champion, 2001.

— « Philosophe malgré lui : de quelques lecteurs clandestins de l’abbé Pluche », Écrire la nature au xviiie siècle. Autour de l’abbé Pluche, Françoise Gevrey, Julie Boch et Jean-Louis Haquette dir., Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2006, p. 163-175.

Tinland Franck, « Les limites de l’animalité et de l’humanité selon Buffon et leur pertinence pour l’anthropologie contemporaine », Buffon 88, Jean Gayon dir., Paris, Vrin, 1992, p. 543-555.

Notes

1 M. -T. Inguenaud (« Une lettre inédite de Nicolas-Antoine Boullanger à Joseph-Nicolas Delisle (1753) », p. 283) et P. Boutin (« Introduction », dans N. -A. Boulanger, Œuvres complètes, t. II : Anecdotes physiques de l’histoire de la nature avec la Nouvelle Mappemonde et le Mémoire sur une nouvelle mappemonde, p. 12) ont établi de façon convaincante que cet auteur signait du nom de « Boullanger » – avec deux « l » ; aussi ont-ils choisi de respecter cette graphie. Il m’a paru préférable, toutefois, de respecter la forme consacrée par l’usage. D’ailleurs, la Bibliothèque nationale de France ne retient que la forme internationale « Boulanger, Nicolas-Antoine ».

2 J. Roger (« La théorie de la Terre au xviie siècle », p. 26) rappelle que « si l’on veut tenter de définir la théorie de la Terre par ses traits les plus distinctifs, on dira que c’est un système qui cherche à donner une explication historique et physique de la structure intérieure et du relief superficiel du globe terrestre pris dans l’ensemble de sa masse et de l’ensemble son histoire ». Il s’agit donc du champ du savoir qui, à sa dissolution, donne lieu à la géologie, l’hydrogéologie, la vulcanologie, la géophysique, etc. « L’expression [théorie de la Terre] apparaît, peut-être pour la première fois, dans le titre de la Telluris theoria sacra de Burnet, en 1681. Elle est reprise dans A New Theory of the Earth de William Whiston en 1696, dans la Théorie de la Terre de Buffon en 1749, dans la Theory of the Earth de Hutton en 1795 et dans l’œuvre de son disciple John Playfair, les Illustrations of the Huttonian Theory of the Earth, parues en 1802, dans le Discours sur les révolutions du globe de Cuvier, qui avait d’abord paru en préface aux Recherches sur les ossements fossiles des quadrupèdes (1812) sous la forme d’un Discours préliminaire sur la théorie de la Terre » (ibid., p. 24).

3 John Hampton et Jacques Roger travaillaient indépendamment l’un de l’autre. Hampton a présenté ses recherches dans le livre Nicolas-Antoine Boulanger et la science de son temps ; Jacques Roger a présenté les premiers résultats de ses analyses dans l’article « Un manuscrit inédit perdu et retrouvé : les Anecdotes de la nature de Nicolas-Antoine Boulanger » avant de les approfondir dans son « Introduction », à Buffon, Époques de la nature. Je citerai sa première étude à travers la réimpression qui en a été donnée dans le recueil Pour une histoire des sciences à part entière (Paris, Albin Michel, 1995).

4 J. Hampton, Nicolas-Antoine Boulanger et la science de son temps, p. 32.

5 Ibid., p. 86.

6 J. Roger, « Introduction », dans Buffon, Époques de la nature, p. XXXVI. Voir aussi, dans le même ouvrage, p. 306, note 1.

7 J. Roger, « Introduction », p. XXXVI.

8 J. Hampton, Nicolas-Antoine Boulanger…, p. 89.

9 M. S. Seguin, « Philosophe malgré lui : de quelques lecteurs clandestins de l’abbé Pluche », p. 174.

10 G. -L. Leclerc, comte de Buffon, Variétés dans l’espèce humaine, dans Histoire naturelle, générale et particulière, avec une description du cabinet du roi, vol. III (1749), p. 371-530.

11 Buffon, Discours sur la nature des animaux, dans Histoire naturelle…, vol. IV (1753), p. 1-110.

12 Buffon, Les animaux sauvages, dans Histoire naturelle…, vol. VI (1756), p. 55-62.

13 Buffon, Les animaux carnassiers, dans Histoire naturelle…, vol. VII (1758), p. 3-38.

14 Buffon, Nomenclature des singes, dans Histoire naturelle …, vol. XIV (1766), p. 1-42. Pour la liste complète des œuvres pertinentes pour cette problématique, consulter M. Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, p. 231.

15 Il s’agit des articles corvée, déluge, guèbres, hébraïque (Langue) et œconomie politique. Voir P. Boutin, « Éléments de bibliographie », dans N. -A. Boulanger, Œuvres complètes, t. II : Anecdotes physiques…, p. 562.

16 Boulanger cité par N. Gobet, « Lettre à Grosier du 14 juillet 1779 », Journal de littérature, des sciences et arts, t. IV, 1779, p. 53-56. Cette lettre a été reproduite dans son intégralité par J. Roger, dans l’article « Un manuscrit inédit perdu et retrouvé : les Anecdotes de la nature de Nicolas-Antoine Boulanger », Pour une histoire des sciences à part entière, p. 314-315 ; c’est à cette édition que je me réfère.

17 N. -A. Boulanger, Mémoire sur une nouvelle mappemonde, Paris, s. e., 1753. Je citerai ce texte dans l’édition de P. Boutin : N. -A. Boulanger, Œuvres complètes, t. II : Anecdotes physiques…, p. 373-399.

18 Le seul exemplaire actuellement connu est conservé à la Bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle à Paris, sous la cote Ms 869.

19 N. -A. Boulanger, Mémoire sur une nouvelle mappemonde, p. 3.

20 N. -A. Boulanger, Anecdotes physiques…, p. 1-2.

21 M. S. Seguin, Science et religion dans la pensée française du xviiie siècle : le mythe du Déluge universel, p. 125, note.

22 M. S. Seguin, Science et religion…, p. 125.

23 Ibid., p. 34.

24 N. -A. Boulanger, Œuvres complètes, t. II : Anecdotes physiques…, p. 376-377.

25 Ibid., p. 377.

26 Même si l’adoption d’un modèle catastrophiste est souvent dictée par une volonté de respecter la chronologie biblique, il faut se garder d’établir un lien exclusif entre ces deux options : « Vallisnieri était actualiste, dans le temps court » mais « les actualistes fluvialistes de la fin du siècle vivent dans la durée longue » ; « Woodward, Bourguet et autres diluvianistes précoces hyper-catastrophistes compriment au maximum le temps » mais « De Luc, lui aussi catastrophiste anti-actualiste, accepte le temps long ». Pour plus d’informations à ce sujet, consulter F. Ellenberger, Histoire de la géologie, vol. II, p. 40.

27 N. -A. Boulanger, Œuvres complètes, t. II : Anecdotes physiques…, p. 117-118.

28 Si je place le mot « géologie » entre guillemets, c’est que son usage, dans ce contexte, est anachronique : le terme ne fut utilisé pour la première fois qu’en 1778, par Jean-André Deluc.

29 Buffon, Second Discours. Histoire et théorie de la Terre, dans Histoire naturelle…, vol. I (1749), p. 65-124.

30 Buffon, Preuves de la théorie de la Terre, dans Histoire naturelle…, vol. I (1749), p. 125-612.

31 Buffon, Époques de la nature, dans Supplément à l’Histoire naturelle, Paris, Imprimerie royale, 1778, vol. V, p. 1-254 (texte) et 495-599 (notes justificatives).

32 Buffon, « Preuves de la théorie de la Terre, article VIII : Sur les Coquilles & les autres Productions de la Mer, qu’on trouve dans l’intérieur de la Terre », dans Histoire naturelle…, vol. I (1749), p. 304.

33 Buffon, Second Discours. Histoire et théorie de la Terre, dans Histoire naturelle…, vol. I (1749), p. 88.

34 Buffon, Époques de la nature, dans Supplément à l’Histoire naturelle, déjà cité, vol. V, p. 5.

35 Ibid., p. 93.

36 G. Gohau, Les sciences de la terre aux xviie et xviiie siècles. Naissance de la géologie, p. 201-202.

37 Pour plus d’informations à ce sujet, consulter mon article « L’écriture de la catastrophe dans l’Histoire naturelle de Buffon : sciences de la terre, esthétique, anthropologie ».

38 Buffon, Époques de la nature, dans Supplément à l’Histoire naturelle, déjà cité, vol. V, p. 165, 170, 173, 188 et 189.

39 Pour plus d’informations à ce sujet, consulter mon article « Une histoire vraie… mais hypothétique. Le problème du statut des “ Époques de la nature ” de Buffon », dans T. Belleguic, É. Van der Schueren et S. Vervacke dir., Les songes de Clio. Fiction et histoire sous l’Ancien Régime, Québec, Presses de l’Université Laval, 2006, p. 247-261.

40 J. Roger, « Introduction » aux Époques de la nature, p. CXXX-CXXXI.

41 Ibid., p. CXXX.

42 L. Châtellier, « Buffon, le temps et Dieu », p. 270.

43 J. Roger, « Un manuscrit inédit perdu et retrouvé : les Anecdotes de la nature de Nicolas-Antoine Boulanger », p. 313.

44 Jacques Roger note à ce sujet que « la personnalité de Gobet et celle de Grosier permettent de voir dans cette escarmouche une première attaque des dévots : le bénéfice était double, puisque Buffon était accusé de plagiat, et son nom lié à celui de “ l’athée Boulanger ”, référence assez compromettante pour un homme dont les sentiments chrétiens n’étaient pas à l’abri de tout soupçon » (« Introduction » aux Époques de la nature, p. CXXXII).

45 P. Boutin, « Introduction », dans N. -A. Boulanger, Œuvres complètes, t. II, p. 20.

46 N. Gobet, « Lettre à Grosier du 14 juillet 1779 », déjà cité note 16.

47 Ibid., p. 314.

48 Lettre à Guéneau de Montbeillard (30 juillet 1779), lettre à Bexon (8 août 1779), dans Correspondance inédite de Buffon à laquelle ont été réunies toutes les lettres publiées jusqu’à ce jour, Henri Nadault de Buffon éd., Paris, Hachette, 1860, 2 volumes.

49 J. Hampton, Nicolas-Antoine Boulanger et la science de son temps, p. 89.

50 N. -A. Boulanger, Recherches sur l’origine du despotisme oriental, p. 25.

51 Buffon, Époques de la nature, dans Supplément à l’Histoire naturelle, déjà cité, vol. V, p. 225.

52 N. -A. Boulanger, Recherches sur l’origine du despotisme oriental, p. 288-289.

53 Ibid., p. 40.

54 N. -A. Boulanger, L’Antiquité dévoilée par ses usages, p. 123.

55 N. -A. Boulanger, Recherches sur l’origine du despotisme oriental, p. 25.

56 L’expression est de M. S. Seguin, Science et religion…, p. 421.

57 N.-A. Boulanger, Recherches sur l’origine du despotisme oriental, p. 215.

58 Ibid., p. 97.

59 M. S. Seguin, Science et religion…, p. 430.

60 N.-A. Boulanger, L’Antiquité dévoilée par ses usages, p. 379-380.

61 N.-A. Boulanger, Recherches sur l’origine du despotisme oriental, p. 328.

62 Buffon, Les animaux carnassiers, dans Histoire naturelle…, vol. VII (1758), p. 28.

63 Ibid.

64 Buffon, Discours sur la nature des animaux, dans Histoire naturelle…, vol. IV (1753), p. 97.

65 Buffon, « Histoire naturelle de l’homme : de l’enfance », dans Histoire naturelle…, vol. II (1749), p. 445.

66 Buffon, Discours sur la nature des animaux, dans Histoire naturelle…, vol. IV, p. 97.

67 Buffon, Les animaux carnassiers, p. 374.

68 M. Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, p. 246.

69 Buffon, Époques de la nature, dans Supplément à l’Histoire naturelle, déjà cité, vol. V, p. 225.

70 Buffon, « Le castor », dans Histoire naturelle, vol. VIII (1760), p. 285.

71 C. Blanckaert, « La valeur de l’homme : l’idée de nature humaine chez Buffon », p. 587.

72 Buffon, Variétés dans l’espèce humaine, dans Histoire naturelle…, vol. III (1749), p. 491.

73 M. Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, p. 275.

74 J. Roger, Buffon. Un philosophe au Jardin du Roi, p. 346.

75 Ibid., p. 351.

76 Buffon, Époques de la nature, dans Supplément à l’Histoire naturelle, déjà cité, vol. V, p. 253.

77 Ibid., p. 253-254.

78 J. Roger, « Introduction » aux Époques de la nature, p. LXXVII.

79 Buffon, « Histoire naturelle de l’homme : de l’âge viril », dans Histoire naturelle…, vol. II (1749), p. 518.

80 N. -A. Boulanger, Œuvres complètes, t. II : Anecdotes physiques…, p. 314-315.

81 J. Hampton, Nicolas-Antoine Boulanger et la science de son temps, p. 79.

82 F. Tinland, « Les limites de l’animalité et de l’humanité selon Buffon et leur pertinence pour l’anthropologie contemporaine », p. 553.

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540