Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Lumières en mouvement

 | 
Isabelle Moreau

Transmettre et diffuser

La réputation de Francis Bacon au xviiie siècle

Alexis Tadié

Texte intégral

Pendant que des adversaires peu instruits ou mal intentionnés faisoient ouvertement la guerre à la Philosophie, elle se réfugioit, pour ainsi dire, dans les Ouvrages de quelques grands hommes, qui, sans avoir l’ambition dangereuse d’arracher le bandeau des yeux de leurs contemporains, préparoient de loin dans l’ombre & le silence la lumiere dont le monde devoit être éclairé peu-à-peu & par degrés insensibles. A la tête de ces illustres personnages doit être placé l’immortel Chancelier d’Angleterre, François Bacon, dont les Ouvrages si justement èstimés, & plus estimés pourtant qu’ils ne sont connus, méritent encore plus notre lecture que nos éloges.
Diderot et d’Alembert, « Discours préliminaire des éditeurs », Encyclopédie, vol. I [1751]

1À ouvrir au hasard les ouvrages du xviiie siècle, la figure de Bacon y apparaît toujours couverte des plus nobles éloges et des plus homériques épithètes. La première référence à Bacon dans le discours préliminaire de l’Encyclopédie indique clairement trois aspects de la réputation du philosophe anglais : on ne saurait sous-estimer son importance ; il faut reconnaître que ses ouvrages sont peu lus ; on doit en encourager la lecture. Ces trois principes définissent le rapport des philosophes à la figure de Bacon : l’Encyclopédie n’a de cesse de célébrer le personnage du chancelier d’Angleterre, dans l’article baconisme (vol. II [1752], 8-10) par exemple, mais surtout dans le discours préliminaire et dans l’article art (vol. I, 713-718) ; la réputation de ce philosophe n’est pas fondée sur une lecture attentive de ses textes, même si, comme le rappellent les auteurs, Descartes et d’autres encore ont trouvé inspiration dans ses œuvres ; la médiation de Diderot doit enfin conduire à retourner à ses textes :

Je crois avoir appris à mes concitoyens à estimer & à lire le chancelier Bacon ; on a plus feuilleté ce profond auteur depuis cinq à six ans, qu’il ne l’avoit jamais été. Nous sommes cependant encore bien loin de sentir l’importance de ses ouvrages ; les esprits ne sont pas assez avancés. (article encyclopédie, vol. V [1755], p. 635-649)

2C’est bien sûr le Prospectus qui a permis cette fréquentation de l’auteur du Novum Organum.

3La notoriété de Bacon repose parfois sur le scandale, et si certains auteurs aiment à rappeler quelques affaires de corruption, la bonhomie de la postérité est grande. Voltaire cite, par exemple, le mot de Bolingbroke à propos du duc de Marlborough : « c’était un si grand homme que j’ai oublié ses vices » (Lettres philosophiques, 12e lettre, p. 109). L’indulgence de l’Encyclopédie est égale : « J’aimerois mieux Bacon grand auteur & homme de bien ; mais s’il faut opter, je l’aime mieux encore grand homme & fripon, qu’Homme de bien & ignoré : ce qui eût été le mieux pour lui & pour les siens, n’est pas le mieux pour moi » (article platonisme).

4La réputation anglaise comme française de Bacon est immense. Dans le Tatler, on lit par exemple sous la plume d’Addison :

  • 1 « I shall in this paper only instance Sir Francis Bacon, a man who for the greatness of genius, and (...)

Dans cet article je ne parlerai que de Sir Francis Bacon, un homme qui, par l’éminence de son génie et l’étendue de son savoir, fit honneur à son époque et à son pays ; je dirais presque à la nature humaine elle-même. Il possédait tout à la fois ces talents extraordinaires que l’on ne trouve que dispersés chez les plus grands auteurs de l’antiquité. Il ajoutait à une connaissance claire, distincte et complète d’Aristote, l’ensemble des belles lumières, des grâces et des ornements de Cicéron. On ne sait ce qu’il faut admirer le plus dans ses écrits, de la robustesse de la raison, de la force du style, ou de l’éclat de l’imagination.1

  • 2 « In the 17th Century, however, Sir Francis Bacon, was the first Author, whose Stile was capable of (...)
  • 3 « Before Descartes, Francis Bacon, baron of Verulam, chancellor of England, had exposed the errors (...)
  • 4 A. Pope, Essai sur l’homme. Par M. Pope. Traduit de l’anglois en françois. Edition revue par le tra (...)

5Ces remarques donnent le ton, et l’on en rencontre l’écho dans tout le siècle. La préface d’un dictionnaire universel voit par exemple en Bacon l’inventeur d’un style, repris et amélioré par les générations suivantes2. En Allemagne, la réputation est identique, et l’auteur d’un manuel de philosophie, traduit également en anglais, voit en Bacon l’inventeur de la philosophie moderne3. Pope le vante dans son Essai sur l’homme (Essay on Man) : « Si les talens nous flattent, réfléchissons combien a brillé Bacon, le plus habile, le plus éclairé & le plus foible des hommes. »4 En France comme en Angleterre, le chancelier Bacon sert de modèle et de référence incontournable avec Locke et Newton, avec Platon et Cicéron. Il est cependant cité davantage par aphorisme que par œuvre, par réputation que par fréquentation.

  • 5 Sur la réception de Bacon, voir A. Pérez-Ramos, « Bacon’s legacy » ; G. Rees, préface à F. Bacon, T (...)

6Y a-t-il un paradoxe à souligner la célébrité de l’auteur du Novum Organum et la relative ignorance où seraient tenues ses œuvres au xviiie siècle ? Figure obligée du discours, la référence à Bacon ne s’accom pagne pas nécessairement d’une réflexion et d’une discussion de ses thèses, au xviiie siècle à tout le moins. On a même soutenu que l’Angleterre avait pu redécouvrir Bacon grâce aux philosophes : c’est en tout cas ce que soutient le premier traducteur anglais du Discours préliminaire en 1752. On observe donc en France comme en Angleterre une tension, propre au xviiie siècle peut-être, entre une œuvre peu fréquentée et un personnage universellement mentionné. On voudra ici approcher à la fois la circulation de sa pensée, selon le mode philosophique, et le développement parallèle d’une image, peut-être distincte de sa philosophie5. À côté de l’inspirateur des philosophes, un Bacon de morceaux choisis voire de fiction traverse le xviiie siècle.

La circulation d’une philosophie : Bacon entre Grande-Bretagne et France au xviiie siècle

  • 6 C. Webster, The Great Instauration
  • 7 « In Desarts but of small extent,/Bacon, like Moses, led us forth at last,/The barren Wilderness he (...)
  • 8 Ibid., p. 35 : « I shall onely mention one great Man, who had the true Imagination of the whole ext (...)
  • 9 C. Webster, The Great Instauration
  • 10 F. Bacon, « Introduction » au Novum Organum, dans The Instauration Magna, partie II, Novum Organum (...)

7Les modes de circulation de la philosophie de Bacon au xviie siècle sont connus. Si la Royal Society en fait son champion, de façon à défendre son projet scientifique, ce sont les cercles puritains qui, les premiers, se retrouvent autour de la pensée de Bacon : Charles Webster6 en a donné l’histoire. La circulation de ses idées emprunte deux voies reconnaissables, celle de l’institution et de son histoire officielle d’une part, celle des cercles de philosophie de l’autre. On se souvient que le poème liminaire de l’histoire de la Royal Society de Thomas Sprat, composé par Abraham Cowley, compare Bacon à Moïse7 ; quant à Sprat, il attribue à l’auteur de la Nouvelle Atlantide la paternité de cette nouvelle institution : « Je ne mentionnerai que ce seul grand Homme, celui qui a véritablement conçu toute cette entreprise, telle qu’elle existe à présent ; il s’agit de Lord Bacon. »8 C’est en particulier son programme d’histoire naturelle que Sprat met en avant, et que toute la postérité défend. La renommée de textes comme Historia Ventorum, et plus encore Sylva Sylvarum, atteste d’un Bacon dont la réputation repose avant tout sur l’histoire naturelle. Mais comme l’a suggéré Webster9, l’importance de Bacon tient plutôt à la façon dont ses œuvres alimentent le programme réformiste des cercles puritains : le lien avec la Royal Society dissimule l’alliance entre baconisme ordinaire et réformisme puritain. Plus tard dans le siècle, les interprètes insistent sur le rapport à Newton, en suggérant que l’auteur des Principa s’appuie sur les principes de la science baconienne (Newton appliquerait les recommandations de l’induction baconienne lorsqu’il déclare en particulier ne pas fabriquer d’hypothèses). De manière générale, pour les commentateurs de la fin du xviie siècle et du xviiie siècle, c’est de Bacon que naît toute la philosophie contemporaine, en particulier celle de Newton : c’est lui qui a su définir la philosophie expérimentale. Comme le note Graham Rees, Bacon a d’abord permis de justifier Newton, puis la science newtonienne a été considérée comme une preuve du baconisme10. Le prestige de Bacon restait donc intact en Angleterre au xviiie siècle.

8C’est encore bien davantage le cas en Écosse, où la figure du chancelier parcourt la philosophie de penseurs comme Thomas Reid et Dugald Stewart. Reid, qui est à la fois mathématicien, philosophe naturel et moraliste, se déclare disciple de Bacon, qu’il s’agisse de comprendre le progrès de la science, de fonder sa réflexion sur une logique, ou encore de développer des principes de philosophie morale. Ainsi, pour l’auteur de An Inquiry into the Human Mind, c’est à Bacon que l’on doit la philosophie et la science modernes. Commentant une première version du manuscrit de Dugald Stewart, Elements of the Philosophy of the Human Mind, initialement paru en 1792, Reid écrit à l’auteur :

  • 11 « I do not think that Lord Bacon has receaved from posterity a higher degree of Admiration than he (...)

Je ne crois pas que Lord Bacon ait reçu de la postérité plus grande admiration qu’il ne mérite… Je ne connais pas non plus le moindre cas de découverte qu’on lui ait attribué, dont il n’ait eu effectivement l’intuition.
Quelqu’un a-t-il, avant L. Bacon, considéré la philosophie comme l’interprétation chaste de la nature ? Quelqu’un a-t-il, avant ou après lui, livré conception plus juste, plus complète, et plus sublime de la philosophie ? N’est-ce pas lui qui, le premier, a enseigné à l’humanité comment distinguer théories et hypothèses, ces fabrications issues de l’imagination de l’homme, des oracles de la nature ; qui lui a appris à révérer ceux-ci et à mépriser celles-là ? Son Novum Organum n’a-t-il pas donné naissance à l’art de l’induction ? Y eut-il jamais au monde livre qui donne les contours d’un art aussi important, avec plus de justesse et de minutie, avant que cet art arrive à existence ? Newton n’a-t-il pas suivi pas à pas ses préceptes dans son Optique et dans son Astronomie ?11

9Comme en écho à Diderot, Reid déplore le peu de cas que fait la philosophie des leçons de Bacon : il regrette que le cartésianisme ait triomphé en Europe et que les principes de sa philosophie n’aient pas été analysés et suivis. Si Bacon n’est pas un inventeur, ses indications et ses intuitions ont en revanche montré la voie : Reid compare Bacon à Socrate, qui, quoiqu’il n’ait pas écrit de livres, a enseigné aux autres comment les écrire. La grandeur de Bacon ne tient pas à ses découvertes scientifiques mais à l’influence que son œuvre a pu exercer sur les personnalités scientifiques de son époque. Reid reprend, d’autre part, la figure d’un Newton qui aurait été baconien dans la démarche scientifique : pour le philosophe écossais, Locke et Newton sont tous deux les héritiers du chancelier, ce dernier faisant peut-être figure de principal disciple de Bacon. L’importance de l’auteur du Novum Organum n’est en ce sens pas à juger à l’aune d’éventuelles découvertes, mais plutôt en fonction de l’influence réelle qu’il a pu exercer sur les savants.

10La série de questions rhétoriques qu’égrène Reid indique les points fondamentaux de la doctrine baconienne pour celui-ci : l’expérience et l’induction sont les piliers de cette philosophie. Il cite une expression de l’Instauratio Magna afin de souligner l’importance de Bacon dans l’entreprise de connaissance de la nature et de progrès de la philosophie naturelle. Reid est baconien en cette matière, car il pense que la véritable philosophie découvre les connexions entre les signes naturels et les choses, et que c’est l’expérience qui permet précisément de les mettre d’abord au jour, avant de pouvoir passer aux règles. D’autre part, la pensée de Bacon a permis de séparer fausses doctrines et philosophies spécieuses de la véritable connaissance de la nature : c’est toute la dimension critique de la philosophie de Bacon qui apparaît ici, en particulier la doctrine des idoles. Le concept d’induction est enfin central pour Reid, comme pour Stewart, car il permet de penser les progrès de la physique et de l’astronomie, et de systématiser les règles du savoir. Seule l’induction peut conduire à une véritable interprétation de la nature et elle s’applique à la fois dans le champ de la physique, des sciences de la nature et de l’étude de l’esprit humain. C’est donc, plus fondamentalement, la logique baconienne que Reid place au cœur de son analyse.

11La pensée de Bacon est donc centrale à la philosophie de Reid : en fondant sa philosophie morale comme sa conception de la science sur l’induction, Reid donne à son œuvre une unité méthodologique. Pour Reid comme pour Bacon, la véritable démarche philosophique et scientifique procède par degrés, pour s’élever vers la plus grande généralité. Selon Bacon, les axiomes sur lesquels s’appuie le mouvement de la découverte ne doivent en effet pas être entendus comme des axiomes au sens mathématique, courant du terme, mais doivent être compris comme des propositions correspondant à divers stades de l’enquête. On peut rencontrer différents types d’axiomes, qui indiquent le degré de généralité et de certitude auquel la recherche est parvenue. Bacon considère que ces axiomes sont autant de degrés d’une échelle, et que l’on peut ainsi passer des axiomes mineurs aux axiomes moyens, puis aux axiomes les plus généraux, contrairement au syllogisme qui passe tout de suite aux axiomes les plus généraux. Empruntant une image centrale à la pensée de Bacon, Reid définit dans une lettre à Kames la vocation du philosophe :

  • 12 Ibid., p. 93 : « Ambitious of Knowledge, & unconscious of our own weakness, we would fain Jump at o (...)

Avides de savoir et inconscients de notre propre faiblesse, nous aimerions sauter sans transition de la marche la plus basse à la plus haute. Mais le résultat est que nous tombons et devons recommencer nos travaux. N’est-ce pas là une bonne image du philosophe, milord ? Je le crois sincèrement, et en serais fort satisfait, si je ne l’avais dérobée à Lord Bacon.12

12Macvey Napier, qui entreprend de défendre Bacon dans les Transactions of the Royal Society of Edinburgh (1818), suit l’analyse ouverte par Reid, en insistant sur l’apport de Bacon à la physique :

  • 13 M. Napier, Transactions of the Royal Society of Edinburgh, p. 383 : « Bacon’s grand distinction, th (...)

Le grand mérite de Bacon, considéré comme quelqu’un qui fait progresser la physique, tient donc à ceci, qu’il est le premier à avoir clairement et complètement mis à jour les règles et les remparts du raisonnement juste dans les recherches physiques.13

  • 14 Ibid., p. 386 : « … there may be nothing in this logic that can be called a discovery in the strict (...)
  • 15 Ibid., p. 390 : « … the subsequent progress of physical knowledge was greatly accelerated by the ef (...)

13Et, comme Reid, c’est la logique baconienne qu’il considère comme essentielle au progrès du savoir : « Il n’y a peut-être rien dans cette logique qu’on puisse appeler découverte au sens strict ; mais l’énoncé de ses préceptes constitue certainement un pas de géant sur la voie de l’avancement de la science véritable. »14 Bacon n’est en somme pas nécessairement homme de science au sens de Newton, mais ce sont ses travaux qui ont permis l’avancée de la science : « Les progrès ultérieurs du savoir physique ont été considérablement accélérés par les effets produits par les écrits de Bacon. »15

  • 16 Sur Jean Baudoin, voir E. Bury, « Jean Baudoin (1584-1650), témoin de la culture baroque et pionnie (...)
  • 17 Sur Fortin de la Hoguette, lecteur de Bacon, voir M. Fattori, « Fortin de la Hoguette tra Francis B (...)

14Ce qui est vrai de la Grande-Bretagne, l’est encore davantage de la France, où Voltaire d’abord, les encyclopédistes ensuite, se font les chantres de Bacon. Au xviie siècle, Bacon était déjà connu du public français, grâce à Jean Baudoin16, qui traduit les Essais (sous le titre Essays moraux) en 1619, à partir de l’italien, ainsi que des œuvres d’his toire et de philosophie naturelles du philosophe anglais. Les cercles philosophiques français se penchent également sur certains aspects de son œuvre, et l’on sait l’admiration que vouent certains penseurs à l’auteur des Essais, en particulier Fortin de la Hoguette17. Et c’est au xviiie siècle que la fortune de Bacon prend son essor en France. Voltaire, dans sa lettre sur le chancelier Bacon, loue le père de la philosophie expérimentale, le précurseur de Newton, un grand historien et un bel esprit. L’Encyclopédie insiste sur sa propre dette à l’égard de Bacon. Ils admirent d’abord la réfutation de la scolastique chez « ce génie si sublime ». C’est d’autre part l’idée de tableau raisonné des savoirs qu’ils ont trouvé chez l’auteur du De Augmentis : « Nous déclarerons ici que nous devons principalement au chancelier Bacon l’Arbre encyclopédique » écrit d’Alembert dans le discours préliminaire, même s’il concède que l’ordonnancement en est différent. Et l’on se souvient que le discours préliminaire propose pour finir un « systeme général de la connoissance humaine suivant le chancelier Bacon ». L’article baconisme, que l’on doit à l’abbé Pestré, propose un condensé de la philosophie de Bacon. L’article art, rédigé par Diderot, rend également hommage à Bacon pour avoir su apercevoir l’importance des arts mécaniques, sans lesquels il ne saurait y avoir d’étude sérieuse de la nature :

Après avoir remarqué avec un philosophe que je ne me lasse point de loüer, parce que je ne me suis jamais lassé de la lire, que l’histoire de la nature est incomplete sans celle des Arts : & après avoir invité les naturalistes à couronner leur travail sur les regnes des végétaux, des minéraux, des animaux, & c. par les expériences des Arts méchaniques, dont la connoissance importe beaucoup plus à la vraie Philosophie…

  • 18 Voir aussi Diderot, Pensées sur l’interprétation de la nature, LVI, p. 109-111.

15Partout l’Encyclopédie reprend Bacon : l’article rhétorique s’appuie sur ses définitions (« l’art d’appliquer & d’adresser les préceptes de la raison à l’imagination, & de les rendre si frappans pour elle, que la volonté & les desirs en soient affectés ») ; à l’instar de ce que pense Bacon, l’article causes finales ne fait pas grand cas de celles-ci en physique18 ; l’article chaleur reprend les analyses de Bacon dans le Novum Organum ; l’article éclectisme rappelle que sa philosophie en est l’un des grands exemples. Si bien qu’il est possible de reconstruire un Bacon de l’Encyclopédie : père de la philosophie expérimentale, premier des philosophes, contempteur de la scolastique (« Il connut trèsbien l’imperfection de la Philosophie scholastique, & il enseigna les seuls moyens qu’il y eût pour y rémédier »), matérialiste en cela qu’il récuse les causes finales, homme de science, moraliste à l’occasion. En particulier, la connaissance de la nature vers laquelle se dirige l’Encyclopédie doit infiniment au travail de défrichage et de reconstruction auquel s’est livré le chancelier Bacon : « il a vû que les idees qui sont l’ouvrage de l’esprit, avoient été mal faites ; & que par conséquent, pour avancer dans la recherche de la vérité, il falloit les refaire » (article baconisme).

16La dette est sans nul doute importante, et elle trouve à s’exprimer au-delà de l’Encyclopédie, par exemple dans les Pensées sur l’interprétation de la nature, véritable plaidoyer pour la philosophie expérimentale, que Diderot oppose à la philosophie rationnelle (XXIII, p. 73). Ce dernier texte permet de mieux comprendre, au demeurant, la nature de la relation de Diderot à Bacon. Le titre même de l’ouvrage reprend un titre et un programme chers au philosophe anglais, que l’on retrouve par exemple dans le sous-titre du Valerius Terminus : De l’interprétation de la nature. Mais le texte lui-même n’est pas une réponse à Bacon, et ne le cite au demeurant pas directement. C’est plutôt l’esprit de sa pensée qui imprègne la démarche de Diderot : l’enquête sur la nature porte la marque de préoccupations baconiennes. Dans l’image que Diderot se fait de la science, on retrouve l’esprit de l’auteur de Du progrès : « Je me représente la vaste enceinte des sciences, comme un grand terrain parsemé de places obscures et de places éclairées » (p. 71). Dans les principes d’étude de la nature, on perçoit l’influence du chancelier, chez qui la différence entre observation de la nature et expérimentation est solidement établie : « Nous avons trois moyens principaux ; l’observation de la Nature, la réflexion et l’expérience. L’observation recueille les faits, la réflexion les combine, l’expérience vérifie le résultat de la combinaison » (ibid.). L’analyse de l’expérience doit beaucoup à Bacon, qu’il s’agisse d’insister sur ses mérites, ou encore de réfléchir à son utilisation, parfois contraire à l’hypothèse théorique étudiée :

Il faut laisser l’expérience à sa liberté ; c’est la tenir captive que de n’en montrer que le côté qui prouve et que d’en voiler le côté qui contredit. C’est l’inconvénient qu’il y a, non pas à avoir des idées, mais à s’en laisser aveugler, lorsqu’on tente une expérience. (XLVII, p. 98)

17Déplorant l’emprise des sciences abstraites, Diderot propose une manière de philosopher qui prend appui sur Bacon, en particulier dans le rapport à la nature, dans l’utilisation des instruments que préconisait Bacon (LII, p. 106), ou encore dans l’importance accordée aux arts, c’est-à-dire aux techniques :

Les sciences abstraites ont occupé trop longtemps et avec trop peu de fruit les meilleurs esprits ; ou l’on n’a point étudié ce qu’il importait de savoir ; ou l’on n’a mis ni choix, ni veus, ni méthodes dans ses études ; les mots se sont multipliés sans fin, et la connaissance des choses est restée en arrière. (p. 71)

18C’est encore la leçon de Bacon et de l’analyse des idoles que Diderot semble méditer lorsqu’il énumère les obstacles qui se présentent à l’entendement (LV, p. 107) :

… l’entendement a ses préjugés ; le sens, son incertitude ; la mémoire, ses limites ; l’imagination, ses lueurs ; les instruments, leur imperfection… Nous n’avons contre tant d’obstacles que nous trouvons en nous, et que la Nature nous oppose au-dehors, qu’une expérience lente, qu’une réflexion bornée. (XXII, p. 73)

  • 19 M. Groult, « Le rôle de l’inversion dans la compréhension des systèmes au xviiie siècle. Bacon et d (...)

19Les encyclopédistes s’écartent aussi de Bacon, et Martine Groult a suggéré comment comprendre ce qui les sépare, en particulier une anthropologisation accentuée qui place l’homme (ou son entendement) à l’origine de la connaissance. De plus, la parole donnée à l’homme, dans la philosophie de d’Alembert, investit l’homme du pouvoir du savoir : « … l’Encyclopédie a ainsi posé un point de vue qui représente l’homme lui-même dans ses efforts pour “éclairer l’entrée” de l’édifice métaphysique des sciences à ceux qui voient. »19 Élisabeth de Fontenay insiste de même sur quatre différences fondamentales entre Bacon et l’Encyclopédie : le système de Bacon est programmatique alors que celui de Diderot et d’Alembert n’est que constatif (il propose un état des lieux) ; l’entendement est la faculté principale chez les encyclopédistes ; l’ordre des facultés n’est pas le même (la raison figure entre mémoire et imagination dans l’Encyclopédie) ; la place des mathématiques est essentielle pour d’Alembert et Diderot. Pour Élisabeth de Fontenay, l’étalage de la dette envers Bacon dissimule surtout le spinozisme des auteurs :

  • 20 É. de Fontenay, « L’esprit et la main : de Diderot à Bacon, quelle dette ? », p. 85.

Ce n’est pas tant que Diderot a mal lu Bacon – il a mal lu tout le monde –, mais qu’il a fait montre de Bacon, qu’il l’a étalé pour dissimuler la reprise qu’il effectuait des concepts spinozistes les plus inacceptables par les autorités théologiques et politiques de son époque.20

  • 21 Il écrit dans le préambule : « Aie toujours présent à l’esprit que la Nature n’est pas Dieu, qu’un (...)

20Si des écarts par rapport au baconisme correspondent à une nécessaire évolution de la pensée, on voit que les idées baconiennes sont parfois reconfigurées : l’accent est mis sur une philosophie séparée de la religion, sur une pensée qui fait de l’homme le centre de la création, sur une épistémologie qui s’appuie sur les sensations, sur un matérialisme qui ignore les causes finales. La figure de Bacon permet l’appropriation de certains concepts, la définition de certaines positions, la dissimulation aussi, si l’on veut, de certaines tendances à l’athéisme – et dans les Pensées sur l’interprétation de la nature, Diderot se défend des accusations de spinozisme comme de matérialisme21.

  • 22 J. de Maistre, Examen de la philosophie de Bacon où l’on traite différentes questions de philosophi (...)

21C’est pourquoi Bacon peut également servir de repoussoir, chez un Joseph de Maistre par exemple, dont on sait la violence des attaques dans son Examen de la philosophie de Bacon (1836) : c’est évidemment le matérialisme du philosophe anglais qui chagrine Maistre. Le chapitre « De l’âme » commence par ces mots : « Chaque ligne de Bacon conduit au matérialisme ; mais nulle part il ne s’est montré plus habile sophiste, hypocrite plus raffiné, plus profond, plus dangereux, que dans ce qu’il a écrit sur l’âme. »22 Qu’ils soient écossais ou français, les plus sincères défenseurs de Bacon au xviiie siècle déplorent l’incompréhension dans laquelle il est tombé : ses œuvres sont peu lues, les concepts sont mal compris, et ce malgré quelques brillants disciples, comme Newton. Et si l’œuvre de Reid comme celle de Diderot retournent aux textes, c’est dans l’espoir non seulement de faire connaître l’œuvre de Francis Bacon, mais surtout afin d’y définir certains des principes d’une réflexion philosophique. En particulier, l’insistance sur l’expérience ou sur le pouvoir de l’induction permet de redonner à Bacon une actualité philosophique qu’il semblerait avoir perdue.

Les lieux de la circulation : Bacon dans les périodiques

  • 23 Spectator, n° 554, vendredi 5 décembre 1712 – Hughes : « One of the most extensive and improved Gen (...)
  • 24 « As for the Passions, and Studies of the Minde ; Avoid Envie ; Anxious Feares ; Anger fretting inw (...)
  • 25 Spectator, n° 447, samedi 2 août 1712 – Addison : « Sir Francis Bacon observes in his Natural Philo (...)

22Pourtant, la figure de Bacon reste célèbre. C’est que la circulation des idées ne saurait se borner à la réception d’une œuvre, et à sa réutilisation par les philosophes. Ce qu’on appellerait maintenant la vulgarisation de cette œuvre est d’égale importance. On sait que les périodiques jouent à cet égard un rôle fondamental, et le Spectator, pour ne citer que le plus célèbre d’entre eux, rend accessible au plus grand nombre une certaine conception de la philosophie de Locke. Bacon figure également parmi les philosophes sinon discutés du moins mentionnés dans ces publications. Pour le Spectator, le génie de Bacon est l’égal de celui de Platon et Aristote, de Virgile et Cicéron, de Milton. Son talent est l’un des plus grands d’Angleterre, non seulement parce qu’il domine un savoir considérable, mais parce qu’il a ouvert des avenues à la science, si nombreuses qu’un homme seul ne pourrait les parcourir23. Les articles citent le Sylva Sylvarum, Du progrès aussi, mais ce sont les Essais qui retiennent le plus souvent l’attention des auteurs. De fait, contrairement à la philosophie de Locke dont on sait qu’elle fait l’objet d’interrogations suivies, la pensée de Bacon n’est pas présentée par le Spectator dans des exposés construits. Ce sont plutôt la remarque éclairante, l’anecdote appropriée, l’exemple édifiant qui permettent aux auteurs d’engager le dialogue avec Bacon, comme si l’essayiste s’efforçait de se concentrer sur l’auteur des Essais, peut-être de l’imiter dans cette activité – on sait que les Essais de Bacon sont l’un des grands modèles des essayistes anglais au xviiie siècle. Au-delà de la célébration du génie de la philosophie anglaise, c’est un Bacon de morceaux choisis qui apparaît ici. Dans la série des plaisirs de l’imagination, par exemple, Addison est prompt à citer Bacon, dont l’essai sur la santé recommande la lecture d’un poème, ou la contemplation d’un paysage, afin d’échapper aux discours trop subtils24. L’essai qui analyse la force de l’habitude dans la perception permet à Addison de suggérer que l’esprit fonctionne comme le goût : prenant appui sur une remarque de Bacon25, il explique qu’une fois habitué à un exercice particulier, l’esprit perd toute aversion envers celui-ci, et en vient à y prendre plaisir.

  • 26 Spectator, n° 389, mardi 27 mai, 1712 – Budgell : « … the greatest and most eminent Persons of all (...)
  • 27 F. Bacon, Essais, p. 83.

23La question de la religion et de l’athéisme permet de mesurer davantage ce qui sépare ce Bacon rendu célèbre par les publications périodiques, d’un Bacon plus trouble qui a la faveur du xviie siècle français, et peut-être aussi du xviiie siècle. Le débat autour de l’athéisme revient en effet sous la plume des auteurs du Spectator : la seule mention du nom de Bacon, avec celui de Platon, Cicéron, Boyle ou encore Locke, sert pour eux d’argument contre l’athéisme, car il suffit d’invoquer la réfutation de l’athéisme par ces philosophes pour convaincre les esprits les plus récalcitrants26. Dans le Tatler, Addison avait développé ce thème, citant à la fois une prière composée par Bacon, et la maxime de Bacon selon laquelle un peu de philosophie éloigne de la religion alors que beaucoup y ramène : « Il est exact qu’un peu de philosophie incline les esprits vers l’athéisme, mais que la profondeur philosophique les ramène à la religion. »27

24Cette célèbre remarque a donné lieu à des interprétations diverses. C’est en effet la question des rapports entre religion et philosophie chez Bacon qui affleure ici : l’un des principes de la philosophie baconienne, dès Du progrès, est qu’il faut séparer les matières afin de n’introduire aucune contamination. Dans les Essais, ce thème revient différemment, et s’il serait trop long d’exposer ici la nature de la représentation de la religion dans ce texte, on notera que cette sentence figure dès l’édition de 1612, et qu’elle dessine clairement la tentation de l’athéisme ; le texte explique les raisons de cette tentation :

… car tant que l’esprit envisage les causes secondes dispersées, il peut s’y arrêter parfois sans aller plus loin ; mais quand il envisage l’enchaînement de ces causes conjointes et liées ensemble, il lui faut nécessairement recourir à la Providence et à la Divinité. (Ibid.)

25Il s’agit du premier stade de la quête philosophique, comme un premier moment sceptique qu’il faut ensuite éliminer. Il en va de même pour la superstition dont Bacon dit qu’elle représente un danger plus grand même que l’athéisme. La position de Bacon est bien entendu ambiguë, non pas dans ses intentions, mais peut-être dans sa formulation, et en tout cas dans son utilisation : on peut dessiner des parcours différents de la pensée de Bacon en France et en Angleterre.

  • 28 M. Fattori, « Fortin de la Hoguette tra Francis Bacon e Marin Mersenne : intorno all’edizione franc (...)
  • 29 « This author has remarked in several parts of his works, that a thorough insight into philosophy m (...)

26En France, en effet, la réputation de Bacon, dans certains cercles libertins en particulier, reposait sur la circulation de manuscrits et sur une lecture des Essais mettant en valeur le caractère social de la religion, et non sa dimension spirituelle28 : de fait, dans l’essai en question, Bacon ne considère pas la religion d’un point de vue spirituel, mais comme une force sociale, et il lui adjoint des références à Machiavel, Lucrèce, Démocrite ou Épicure, auteurs peu célébrés pour leur dévotion. Les commentaires de Bacon pouvaient donc être interprétés comme une défense voilée de l’athéisme. On comprend alors la réputation de Bacon dans certains milieux français au xviie siècle – un La Mothe Le Vayer était, par exemple, l’un de ses grands admirateurs. Bacon se trouve pris dans un réseau de réflexion autour de l’athéisme, dont la portée dépasse parfois le sens de sa philosophie. Sans aller jusqu’à faire de Bacon un précurseur de Bayle, ce qu’il n’est évidemment pas, il n’en demeure pas moins que certains de ses textes peuvent être invoqués pour séparer philosophie et religion, raison et foi. La lecture française de Bacon garde sans nul doute la trace de cette interprétation, dont on imagine qu’elle pouvait convenir aux rédacteurs de l’Encyclopédie. C’est pourquoi, il n’est à notre sens pas besoin d’aller jusqu’à considérer que Bacon servait de voile au spinozisme pour Diderot et les encyclopédistes : la lecture de ses textes, en France, ne négligeait pas la mise en valeur des ambiguïtés de ses propos. En Angleterre, au xviiie siècle, ces textes sont lus à l’inverse comme une défense de la religion et une attaque contre l’athéisme. L’intervention d’Addison, en particulier dans le Tatler, vise au contraire à mettre en avant un Bacon pourfendeur de l’athéisme – quitte à reformuler la première partie de la maxime29. Un deuxième réseau, celui-là plus propre à l’Angleterre, s’appuie alors sur Bacon pour défendre la religion et s’opposer à l’athéisme.

27De manière générale, le florilège de références et citations du chancelier Bacon qui se dessine en filigrane du Spectator a une importance considérable à la fois parce qu’il permet de dessiner une figure du philosophe comme homme de génie, défenseur du christianisme, autorité en histoire naturelle, mais aussi référence incontournable sur les questions de style et de langage. Cette figure parcourt ensuite le siècle. Le Spectator est lu, et surtout repris dans d’autres ouvrages et périodiques de l’époque. La pratique des beauties, ou morceaux choisis, permet de recueillir les best of. Le passage cité plus haut où Addison réfléchit sur le fonctionnement de l’habitude, et qui inclut la référence à Bacon et à l’éducation du goût, se retrouve par exemple dans nombre de publications : périodiques, manuels d’éducation qui recueillent volontiers les meilleurs passages du Spectator, recueils de lectures édifiantes, mélanges de conseils moraux, etc. Ces publications se reprennent les unes les autres, bien entendu, vantant par exemple le style de Bacon dans les mêmes termes. C’est enfin son christianisme qui trouve à s’affirmer à nouveau dans ces publications. Une certaine image du philosophe se répand alors dans ces ouvrages et périodiques, celle d’un très grand génie dont le style comme la pensée doivent être admirés, même si nulle part on ne trouve les recommandations d’un Diderot enjoignant la lecture des œuvres du chancelier. Il s’agit, au contraire, d’une référence obligée, d’une figure incontournable à laquelle on renvoie, mais par citation de citation, reprise de reprise. Cette mise en morceaux choisis de Bacon trouve au demeurant sa source dans le style même du philosophe, dont la pensée, qui procède par aphorismes, invite à une réutilisation dans d’autres contextes. Si les essais eux-mêmes, par exemple, sont parfois séparés du recueil dans lequel ils figurent, ce sont les pensées qui les composent qui se trouvent reprises, recontextualisées par les périodiques.

  • 30 On a omis délibérément ici la question de la circulation des portraits et images de Bacon, qui relè (...)

28Il faudrait enfin mentionner, dans la construction de cette image du philosophe, le récit de vie, qui accompagne nombre de rééditions des œuvres du chancelier30. C’est en particulier la vie écrite par David Mallet qui est reproduite au xviiie siècle. À l’époque comme de nos jours, célébrité ne signifie pas qualité ; si l’on en croit Samuel Johnson, cette vie présente quelques défauts :

  • 31 « A new edition of the works of Bacon being prepared (1740) for the prefs, Mallet was employed to p (...)

Comme l’on préparait une nouvelle édition des œuvres de Bacon (1740), pour la préface, on fit appel à Mallet pour qu’il y ajoute une vie, qu’il rédigea avec élégance, si ce n’est avec quelque affectation ; mais on y trouve tellement plus de savoir historique que scientifique que, lorsque Mallet s’attaqua plus tard à la vie de Marlborough, Warburton nota qu’il pourrait peut-être oublier que Marlborough était général, de la même façon qu’il avait oublié que Bacon était philosophe.31

  • 32 Sur Deleyre, voir F. Venturi, « Un enciclopedista : Alexandre Deleyre ».

29Cette vie souvent rééditée traverse aussi la Manche, puisque l’important ouvrage d’Alexandre Deleyre, Analyse de la philosophie du chancelier François Bacon avec sa vie (1755), comporte une traduction française assez fidèle de cette vie. Deleyre, lui-même philosophe, contributeur à l’Encyclopédie, ami de Rousseau, auteur de l’article épingle que l’on sait capital pour la pensée économique, déclare, dans son étude de Bacon, rendre célèbre sa pensée. Deleyre, qui siège à la Convention, s’appuie encore sur Bacon dans ses Idées sur l’éducation nationale, revendiquant une forme d’utopie pouvant être mise en œuvre en France, insistant sur les techniques et les arts. L’ouvrage de Deleyre est capital, non seulement parce qu’il cherche à faire lire l’œuvre de Bacon (l’ambition de Diderot, on s’en souvient) ou à tout le moins à en « dispenser ceux qui ne peuvent prendre ni le temps ni la peine d’aller à la source », mais aussi parce qu’il était effectivement connu des philosophes, Deleyre ayant par exemple dédicacé un exemplaire de son ouvrage à Diderot32. De plus, cet ouvrage est traduit en russe et en allemand au cours du xviiie siècle, ce qui contribue à la réputation de Bacon en Europe. Deleyre fréquente le cercle des premiers encyclopédistes, et rend hommage à Diderot d’avoir su réhabiliter l’image de Bacon. En retour, Diderot fait l’éloge de Deleyre qui

  • 33 Cité par F. Venturi, « Un enciclopedista : Alexandre Deleyre », p. 794.

décrivoit la fabrication de l’épingle dans les atteliers même des ouvriers, sur nos dessiens, tandis qu’il faisoit imprimer à Paris son analyse de la philosophie sublime et profonde du chancelier Bacon, ouvrage qui, joint à la description précédente, prouvera qu’un bon esprit peut quelquefois, avec le même succès, et s’elever aux contemplations les plus hautes de la philosophie, et descendre aux détails de la méchanique la plus minutieuse.33

30On peut voir en Deleyre non seulement le disciple parfait de Bacon, comme le souligne Diderot, mais encore l’incarnation discrète du lien entre Bacon et les encyclopédistes : dans son rapport à Bacon, dont il analyse et commente la pensée en insistant notamment sur l’importance des arts, dans sa fréquentation du cercle des encyclopédistes, et au travers de la rédaction des articles de l’Encyclopédie épingle et fanatisme.

31Cette esquisse permet alors de comprendre que l’étude de la réception de l’œuvre du philosophe ne suffit pas à rendre palpable la nature de sa réputation : celle-ci emprunte également d’autres chemins, moins philosophiques, mais qui permettent de percevoir la fréquence d’une référence, la présence d’une figure, l’utilisation peut-être de celle-ci. Depuis le xviie siècle, en effet, la circulation des idées de Bacon s’accompagne, ou se dissimule peut-être, derrière une réputation considérable : l’égal de Platon et le détracteur d’Aristote.

De l’emblème à la fiction : Bacon et Swift

32Terminons ce court aperçu de la circulation peut-être pas tant des idées que de la figure du chancelier François Bacon, par un autre chemin détourné qu’emprunte son image. La bataille fait rage :

  • 34 « Then Aristotle observing Bacon advance with a furious Mien, drew his Bow to the Head, and let fly (...)

Puis Aristote, observant l’avance féroce de Bacon, banda son arc en direction de la tête, et lâcha sa flèche, qui rata le courageux Moderne, et siffla au-dessus de sa tête ; mais elle frappa Des-Cartes ; la pointe d’acier fut prompte à trouver un défaut du casque ; elle perça le cuir et la doublure, et pénétra son œil droit. La torture de la douleur fit tournoyer le courageux archer, jusqu’à ce que la mort, semblable à quelque étoile au pouvoir occulte, l’aspire dans son propre vortex.34

  • 35 « … how the Antients could pretend to insist upon their Antiquity, when it was so plain (if they we (...)

33Il s’agit du combat des Anciens et des Modernes (The Battle of the Books) de Jonathan Swift, qui annonce le thème baconien dans l’œuvre du romancier. Brian Vickers a bien montré l’importance de la figure de Bacon pour l’auteur du Conte du tonneau. Il a en particulier souligné l’importance (à la fois en nombre et en intensité) des emprunts à l’œuvre du philosophe, et la façon dont Swift cherche toujours à s’en démarquer. C’est en particulier le premier moment de la philosophie baconienne, celui où l’on abat les fausses théories et les philosophies périmées, que Swift prend pour cible. De plus, Bacon adopte les apparences, pour Swift, du moderne aux théories absurdes, en particulier celle selon laquelle l’époque moderne est en fait la plus ancienne, et que Swift satirise si drôlement dans The Battle : « Comment les Anciens pouvaient-ils prétendre à leur antiquité, alors qu’il était si évident (s’ils insistaient) que les Modernes étaient de loin les plus Anciens ? »35 Swift poursuit son entreprise satirique en s’attaquant à la division baconienne des facultés. L’attitude de Swift vis-à-vis de Bacon, comme l’a souligné Vickers, s’accompagne à l’occasion d’un élément de sérieux, ou d’influence, et il n’est pas impossible, en effet, que le Sylva Sylvarum ou encore l’Histoire des vents fournissent un certain nombre d’allusions scientifiques à l’auteur du Conte du tonneau.

  • 36 « Too great a study of strength, to the neglect of the other qualities of Style, is found to betray (...)
  • 37 B. Vickers, « Swift and the baconian idol », p. 114.

34Le deuxième aspect de la satire swiftienne de Bacon concerne le style du chancelier, dont il désapprouve la tendance à la métaphore – alors qu’on l’a vu, il est, à l’époque, souvent considéré comme l’inventeur du style anglais moderne. Cette satire annonce le peu de cas que feront les augustiniens du style de l’auteur des Essais. Et de fait, à la fin du xviiie siècle, un texte important comme les Lectures on Rhetoric and Belles Lettres de Hugh Blair montre l’étendue du chemin parcouru depuis l’époque où le style de Bacon avait valeur de modèle36. Une autre caractéristique du style de Bacon que Swift parodie tient à l’utilisation abusive de citations, maximes, allusions : le Conte du tonneau se livre à une destruction en règle de cet aspect de l’écriture de Bacon. L’ensemble produit le résultat, selon Vickers, de transformer ce géant de l’époque précédente en un simple fabricateur des maximes les plus banales37. Mais si l’étude de Vickers se termine sur un bref aperçu de la façon dont d’autres textes, en particulier Gulliver’s Travels, ont parodié Bacon, on peut sans doute poursuivre la réflexion.

35Vickers a bien indiqué que la parodie scientifique de l’académie de Lagado s’articulait à l’Académie projetée par Bacon dans la Nouvelle Atlantide, en particulier dans ses idéaux d’utilitarisme. La signification de ce livre III, et plus particulièrement de la visite de l’Académie par Gulliver, va cependant plus loin qu’une simple dérision vis-à-vis de la proposition de Bacon. En effet, le mouvement satirique de la pensée de Swift ne vise pas seulement des cibles ponctuelles mais se déploie contre la pensée de Bacon tout entière. Si le processus de la pensée moderne est fondé sur la séparation, entre la nature et la culture par exemple, Swift montre précisément cette ambition pour ce qu’elle est, une absurdité : poussé à son terme ce principe permettrait aux hommes de science d’extraire les rayons de soleil des concombres, sans parler d’autres expériences moins ragoûtantes. De manière plus générale, le livre III des Voyages de Gulliver fait apparaître une académie précisément envahie par tout ce que les textes baconiens cherchent à tenir à distance : illusions, idoles, etc. À chaque pas de Gulliver dans le monde des gens de science, les idoles ont triomphé.

  • 38 L’expression latine est Idola Tribus, soit littéralement « idoles de la tribu », et Bacon les dénom (...)
  • 39 L’expression latine est Idola Fori, renvoyant ainsi au « forum ».

36On sait que Bacon identifie quatre catégories d’idoles de la pensée, qui sont autant de catégories d’obstacles qui se dressent face à l’entendement, et qu’il se doit de surmonter pour parvenir à la connaissance. Les idoles ont trait aux dispositions cognitives de l’esprit : elles constituent avant tout des obstacles internes à l’avancée du savoir, qui empêchent le jugement de l’homme de s’exprimer de façon assurée. Elles relèvent de la nature humaine, et doivent être identifiées pour pouvoir procéder à leur éradication. La première catégorie, dite des « idoles de la race »38, concerne la propension à considérer que les sens sont la mesure de toute chose. La deuxième catégorie d’idoles, appelée par Bacon « idoles de la caverne », naît de la nature de l’individu, de son éducation, de ses habitudes, etc. Elle comprend nombre d’exemples, mais Bacon s’en tient aux plus pernicieux. Le premier type est livré par l’enthousiasme des hommes pour certaines sciences, parce qu’ils s’en croient les auteurs ou parce qu’ils s’y sont consacrés avec ardeur ; en se tournant vers la philosophie, ils en déforment les principes, aussi vrai qu’ils sont enclins à projeter sur celle-ci leurs ardeurs initiales. La troisième catégorie d’idoles, la plus tenace, les « idoles de la place publique »39, concerne directement le langage et en particulier l’alliance des mots et des choses. En effet, l’entendement humain croit maîtriser le langage, mais c’est en fait le langage qui domine l’homme. La dernière catégorie d’idoles, les « idoles du théâtre », regroupe des contraintes externes et non innées, contrairement aux trois classes précédentes. Ces idoles naissent de théories inventées et de règles erronées.

37Ces quatre catégories d’idoles se retrouvent dans l’Académie de Lagado. Les hommes de science ont en effet d’abord succombé aux idoles de la race : l’homme qui cherche à teindre les toiles d’araignées incarne, par exemple, la tendance de l’entendement à s’arrêter sur un sujet, à s’y fixer, sans prendre garde au reste des données du monde. De même, ces hommes de science sont en proie aux idoles de la caverne, car ils sont absorbés par leurs théories et savoirs, simplement parce qu’ils en sont les auteurs et les inventeurs. Les idoles de la place publique ont clairement pris le dessus sur l’homme qui cherche à construire une encyclopédie à partir d’une machine sur laquelle se trouvent tous les mots de la langue, en ordre précis, ou des artistes universels qui cherchent à abolir le langage pour parler directement à l’aide des choses. Quant aux idoles du théâtre, elles semblent, par exemple, s’être emparées de l’expérimentateur politique qui veut trouver des remèdes à toutes les maladies, et qui aimerait prendre appui sur ceux appropriés au corps politique. En ce sens, les hommes de science ont succombé aux idoles, et le lecteur du livre III de Gulliver contemple le triomphe d’illusions qu’il fallait au contraire éradiquer (comme un gigantesque retour du refoulé), incarné par le fait que ces savants sont prisonniers de la matière alors qu’ils aspirent aux plus hautes sphères de la philosophie spéculative.

38C’est ainsi que se déploie la pensée satirique de Swift, s’articulant à la figure de Bacon, la mettant en péril par des tactiques parodiques identifiables, mais l’ébranlant plus sûrement encore par une stratégie qui pousse à son terme logique ses présupposés. S’il faut triompher des idoles, mais qu’en même temps la victoire n’est jamais assurée, faisons l’expérience, semble dire Swift, d’une victoire totale de celles-ci. Et contemplons les savants de l’Académie.

39Parti d’une étude où les idées de Bacon pouvaient traverser à la fois la Manche et les siècles pour venir s’incarner dans l’Encyclopédie, voire donner naissance à un nouveau Bacon, nous avons également suivi une figure, trop célèbre pour être honnête, trop visible pour s’appuyer sur les textes, mais dont les modes de diffusion paraissent essentiels. Car les lieux de circulation des idées ou des images, périodiques ou vies d’écrivains, éditions ou citations, imposent de considérer, dans le cas de Bacon en tout cas, mais il en irait de même d’autres penseurs, tous les aspects d’une fortune philosophique considérable. Cette image complexe, à la fois profonde dans l’influence théorique, et superficielle dans la réputation qui se déplace, trouve enfin à se dissoudre dans la satire, ou dans la fiction, fournissant à la pensée du roman comme une première inspiration. On conclura alors sans conclure sur l’absence d’une doctrine baconienne au xviiie siècle. La variété des modes d’appropriation, la fréquente réécriture de réécritures, les allers et retours entre la France et la Grande-Bretagne, à la fois dans l’admiration et dans la détestation, dans le dithyrambe et dans la remise en cause, conduisent à ne pas conclure. Peut-on conclure sur la réputation de Francis Bacon au xviiie siècle ? De Swift à Reid, la figure n’est pas la même, la pensée n’est pas la même, hommage peut-être ultime à la force d’une philosophie qui ne se laissait enfermer dans aucun cadre, dans aucune définition, dans aucune doctrine.

Bibliographie

Bibliographie

Sources primaires

Bacon Francis, Essais, Maurice Castelain trad., Paris, Aubier, 1979.

The Essayes or Counsels, Civill and Morall, Michael Kiernan éd., Oxford, Clarendon Press (The Oxford Francis Bacon, 15), 2000.

The Instauratio Magna, Oxford, Clarendon Press, 2004.

Barclay James, A Complete and Universal English Dictionary on a New Plan : Including not only I. A Full Explanation of Difficult Words and Technical Terms… II. A Pronouncing Dictionary ;… VIII. An Authentic Account of the Counties, Cities, and Market Towns in England, Wales, and Scotland ;… To which are Prefixed, A Free Enquiry into the Origin and Antiquity of Letters : an Essay on the Origin and Antiquity of the English Language : a Sketch of the Constitution, Government, and Trade of England : a… Grammar of the English Language : and… An Outline of Antient and Modern History ;… By the Rev. James Barclay,… and others, London, printed for Richardson and Urquhart ; W. Otridge ; H. Gardner ; G. Pearch ; S. Leacroft [and 3 others in London], 1774.

Bielfeld Jakob Friedrich Freiherr von, The Elements of Universal Erudition. Containing an Analytical Abridgment of the Sciences, Polite Arts, and Belles Lettres. By Baron Bielfeld,… Translated from the Last Edition Printed at Berlin. By W. Hooper, M. D. In Three Volumes, Dublin, printed for H. Saunders J. J. Potts D. Chamberlaine W. Sleater J. Hoey jun. and 4 others, 1771.

Blair Hugh, Lectures on Rhetoric and Belles Lettres. By Hugh Blair,… In two Volumes, London, printed for W. Strahan ; T. Cadell ; and W. Creech, in Edinburgh, 1783.

Bond Donald F., The Spectator, Oxford, Clarendon Press, 1965.

The Tatler, Oxford, Clarendon Press, 1987.

Deleyre Alexandre, Analyse de la philosophie du chancelier François Bacon avec sa vie, Amsterdam-Paris, Desaint et Saillant, 1755.

Diderot Denis, Pensées sur l’interprétation de la nature, Paris, Flammarion, 2005.

Diderot Denis et d’Alembert Jean Le Rond, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers par une société de gens de lettres ; mis en ordre & publié par M. Diderot… & quant à la partie mathematique, par M. d’Alembert, Genève-Paris-Neufchastel, Chez Briasson and others, 1754.

Johnson Samuel, The Lives of the English Poets : and a Criticism on their Works, Dublin, printed for Wm. Wilson, 1780-1781.

Maistre Joseph de, Examen de la philosophie de Bacon où l’on traite différentes questions de philosophie rationnelle, Lyon, J. B. Pélagaud, 1868.

Napier Macvey, Transactions of the Royal Society of Edinburgh, VIII, 1818, p. 373-425.

Reid Thomas et Wood P., The Correspondence of Thomas Reid, Édimbourg, Edinburgh University Press, 2002.

Sprat Thomas, Cowley Abraham, Hollar Wenceslaus et al., The History of the Royal-Society of London, for the Improving of Natural Knowledge, Londons, printed by Thomas Roycroft for J. Martyn at the Bell without Temple-bar and J. Allestry at the Rose and Crown in Duck-lane printers to the Royal Society, 1667.

Swift Jonathan et Davis Herbert John, A Tale of a Tub : with Other Early Works, 1696-1707, Oxford, Blackwell, 1939.

Voltaire, Lettres philosophiques, par M. de V… Texte imprimé, À Amsterdam, chez E. Lucas au Livre d’or, 1734.

Études critiques

Bury Emmanuel, « Jean Baudoin (1584-1650), témoin de la culture baroque et pionnier du classicisme », xviie siècle, n° 216, 2002, p. 393-396.

Davenport Wade A., « Reid’s indebtedness to Bacon », The Monist, vol. 70, n° 4, 1987, p. 496-507.

Fattori Marta, « Fortin de la Hoguette tra Francis Bacon e Marin Mersenne : intorno all’edizione francese del De Augmentis Scientiarum (1624) », Linguagio e Filosofia nel Seicento Europeo, Florence, Leo S. Olschki editore, 2000, p. 385-411.

Ferretti Giuliano, Un « soldat philosophe », Philippe Fortin de la Hoguette (1585-1668 ?), Genève, ECIG, 1988.

Fontenay Élisabeth de, « L’esprit et la main : de Diderot à Bacon, quelle dette ? », L’héritage baconien au xviie et au xviiie siècles, C. Jaquet éd., Paris, Kimé, 2000, p. 71-89.

Groult Martine, « Le rôle de l’inversion dans la compréhension des systèmes au xviiie siècle. Bacon et d’Alembert », L’héritage baconien au xviie et au xviiie siècles, C. Jaquet éd., Paris, Kimé, 2000, p. 45-65.

Kynaston-Snell Harold F., Jean Baudoin et les Essais de Bacon en France jusqu’au xviiie siècle, Paris, Jouve, 1939.

Pérez-Ramos Antonio, « Bacon’s legacy », The Cambridge Companion to Bacon, M. Peltonen éd., Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p. 311-334.

Venturi Franco, « Un enciclopedista : Alexandre Deleyre », Rivista storica italiana, LXXVII (4), 1965, p. 791-824.

Vickers Brian, « Swift and the baconian idol », The World of Jonathan Swift : Essays for the Tercentenary, B. Vickers éd., Oxford, Blackwell, 1968.

Webster Charles, The Great Instauration : Science, Medicine and Reform, 1626-1660, Oxford, Peter Lang, 2002 [1975].

Yeo Richard, « An idol of the market-place : baconianism in nineteenth-century Britain », History of Science, 23 (3), 1985, p. 251-298.

Notes

1 « I shall in this paper only instance Sir Francis Bacon, a man who for the greatness of genius, and compass of knowledge, did honour to his age and country ; I could almost say to human nature itself. He possessed at once all those extraordinary talents which were divided amongst the greatest authors of antiquity. He had the sound, distinct, comprehensive knowledge of Aristotle, with all the beautiful lights, graces, and embellishments of Cicero. One does not know which to admire most in his writings, the strength of reason, force of style, or brightness of imagination » (The Tatler, n° 267, From Thursday, December 21, to Saturday, December 23, 1710, Bond 1987). Ma traduction.

2 « In the 17th Century, however, Sir Francis Bacon, was the first Author, whose Stile was capable of entertaining and instructing the Readers of the present Age. To him succeeded Milton, Waller, Algernon Sydney, Lord Clarendon, & c. & c. who made great Improvements upon his Stile. We are indebted, however, to Mr. Dryden, Addison, Budgell, Steele, Swift, and Pope, for the inimitable Beauties with which our Language shines at present ; and by whom, I humbly conceive, it was carried to its Acme or utmost Pitch of Perfection » (J. Barclay, A Complete and Universal English Dictionary on a New Plan…, 1774, préface).

3 « Before Descartes, Francis Bacon, baron of Verulam, chancellor of England, had exposed the errors of the philosophy of the schools, and the wretched methord that was there pursued. He was one of the greatest men that has ever appeared upon the earth. It was he who lighted that torch with which all his successors have illuminated philosophy ; and in his writings are to be found the seeds of every new discovery, and of every new hypothesis » (J. F. Bielfeld, The Elements of Universal Erudition…, 1771).

4 A. Pope, Essai sur l’homme. Par M. Pope. Traduit de l’anglois en françois. Edition revue par le traducteur, traduction par Étienne de Silhouette, Londres-Amsterdam, Pierre Dunoyer - Jean Frédéric Bernard, 1736, p. 102 ; A. Pope, Essay on Man, Épître IV, l. 281-282, dans Poetical Works, Herbert Davis éd., Londres, Oxford University Press, 1966, p. 276 : « if parts allure thee, think how Bacon shin’d,/The wisest, brightest, meanest of mankind ».

5 Sur la réception de Bacon, voir A. Pérez-Ramos, « Bacon’s legacy » ; G. Rees, préface à F. Bacon, The Instauratio Magna : Last writing, Oxford, The Clarendon Press, 2000. Pour le xixe siècle en particulier, voir R. Yeo, « An idol of the market-place : baconianism in nineteenth-century Britain ».

6 C. Webster, The Great Instauration

7 « In Desarts but of small extent,/Bacon, like Moses, led us forth at last,/The barren Wilderness he past,/Did on the very Border stand/Of the blest promis’d Land,/And from the Mountains Top of his Exalted Wit,/Saw it himself, and shew’d us it » (T. Sprat, A. Cowley, W. Hollar et al., The History of the Royal-Society of London, for the Improving of Natural Knowledge, poème liminaire).

8 Ibid., p. 35 : « I shall onely mention one great Man, who had the true Imagination of the whole extent of this Enterprize, as it is now set on foot ; and that is, the Lord Bacon. » Ma traduction.

9 C. Webster, The Great Instauration

10 F. Bacon, « Introduction » au Novum Organum, dans The Instauration Magna, partie II, Novum Organum and Associated Texts, G. Reeds et M. Wakeley éd., Oxford, The Clarendon Press, 2004, p. XXVI.

11 « I do not think that Lord Bacon has receaved from posterity a higher degree of Admiration than he deserves… Nor do I know any instance of hints of discoveries ascribed to him of which he had n° Conception. /Did any Man before L. Bacon represent Philosophy as a Chaste Interpretation of Nature ? Did any Man before or after him give so just, so comprehensive, and so Sublime a Conception of it ? Was it not he that first taught Mankind to distinguish Theories & Hypotheses the Fictions of human Fancy, from the Oracles of Nature ; to revere the last & to put due Contempt upon the first ? Did not his Novum Organum give birth to the Art of Induction ? Was there ever a Book in the World that delineated so important an Art so justly, & so minutely before that Art had an Existence ? Has not Newton in his Opticks and in his Astronomy followed his precepts, step by step ? » (T. Reid et P. Wood, The Correspondence of Thomas Reid, p. 211). Ma traduction.

12 Ibid., p. 93 : « Ambitious of Knowledge, & unconscious of our own weakness, we would fain Jump at once from the lowest step to the highest. But the Effect of thisis, that we tumble down, & find that our work must be begun anew. Is not this a good Picture of a Philosopher, my Lord ? I think so truly, and would be vain of it if I were not afraid that I have stolen it from Lord Bacon. » Ma traduction. Voir W. A. Davenport, « Reid’s indebtedness to Bacon ».

13 M. Napier, Transactions of the Royal Society of Edinburgh, p. 383 : « Bacon’s grand distinction, then, considered as an improver of physics, lies in this, that he was the first who clearly and fully pointed out the rules and safeguards of right reasoning in physical inquiries. » Ma traduction.

14 Ibid., p. 386 : « … there may be nothing in this logic that can be called a discovery in the strict sense of the word ; but the statement of its precepts, was certainly a grand and important step towards the advancement of genuine science. » Ma traduction.

15 Ibid., p. 390 : « … the subsequent progress of physical knowledge was greatly accelerated by the effects which they [the writings of Bacon] produced. » Pour une analyse plus précise du texte de Napier, voir R. Yeo, « An idol of the market-place : baconianism in nineteenth-century Britain ».

16 Sur Jean Baudoin, voir E. Bury, « Jean Baudoin (1584-1650), témoin de la culture baroque et pionnier du classicisme » et H. F. Kynaston-Snell, Jean Baudoin et les Essais de Bacon en France jusqu’au xviiie siècle.

17 Sur Fortin de la Hoguette, lecteur de Bacon, voir M. Fattori, « Fortin de la Hoguette tra Francis Bacon e Marin Mersenne : intorno all’edizione francese del De Augmentis Scientiarum (1624) » et G. Ferretti, Un « Soldat philosophe », Philippe Fortin de la Hoguette (1585-1668 ?).

18 Voir aussi Diderot, Pensées sur l’interprétation de la nature, LVI, p. 109-111.

19 M. Groult, « Le rôle de l’inversion dans la compréhension des systèmes au xviiie siècle. Bacon et d’Alembert », p. 64.

20 É. de Fontenay, « L’esprit et la main : de Diderot à Bacon, quelle dette ? », p. 85.

21 Il écrit dans le préambule : « Aie toujours présent à l’esprit que la Nature n’est pas Dieu, qu’un homme n’est pas une machine, qu’une hypothèse n’est pas un fait ; et sois assuré que tu ne m’auras point compris, partout où tu croiras percevoir quelque chose de contraire à ces principes » (Diderot, Pensées sur l’interprétation de la nature, p. 59).

22 J. de Maistre, Examen de la philosophie de Bacon où l’on traite différentes questions de philosophie rationnelle, vol. II, p. 33.

23 Spectator, n° 554, vendredi 5 décembre 1712 – Hughes : « One of the most extensive and improved Genius’s we have had any Instance of in our own Nation, or in any other, was that of Sir Francis Bacon, Lord Verulam. This great Man, by an extraordinary Force of Nature, Compass of Thought, and indefatigable Study, had amassed to himself such stores of Knowledge as we cannot look upon without Amazement. His Capacity seems to have grasped All that was revealed in Books before his Time ; and not satisfied with that, he began to strike out new Tracks of Science, too many to be travelled over by any one Man, in the Compass of the longest Life. These, therefore, he could only mark down, like imperfect Coastings in Maps, or supposed Points of Land, to be further discovered, and ascertained by the Industry of After-Ages, who should proceed upon his Notices or Conjectures » (D. F. Bond, The Spectator, vol. IV, p. 487).

24 « As for the Passions, and Studies of the Minde ; Avoid Envie ; Anxious Feares ; Anger fretting inwards ; Subtill and knottie Inquisitions ; Joyes and Exhilarations in Excesse ; Sadnesse not Communicated. Entertaine Hopes ; Mirth rather then Joye ; Varietie of Delights, rather than Surfet of them ; Wonder, and admiration, and therefore Novelties ; Studies that fill the Minde with Splendide and Illustrious Objects, as Histories, Fables, and Contemplations of Nature » (F. Bacon, « Of Regiment of Health », The Essayes, p. 100-101).

25 Spectator, n° 447, samedi 2 août 1712 – Addison : « Sir Francis Bacon observes in his Natural Philosophy, that our Taste is never pleased better, than with those things which at first created a Disgust in it. He gives particular Instances of Claret, Coffee, and other Liquors, which the palate seldom approves upon the first Taste ; but when it has once got a Relish of them, generally retains it for Life. The Mind is constituted after the same manner, and after having habituated her self to any particular Exercise or Employment, not only loses her first Aversion towards it, but conceives a certain Fondness and Affection for it » (D. F. Bond, The Spectator, vol. IV, p. 70).

26 Spectator, n° 389, mardi 27 mai, 1712 – Budgell : « … the greatest and most eminent Persons of all Ages have been against them, and always complied with the Publick Forms of Worship established in their respective Countries, when there was nothing in them either derogatory to the Honour of the Supream Being, or prejudicial to the Good of Mankind » (D. F. Bond, The Spectator, vol. III, p. 460).

27 F. Bacon, Essais, p. 83.

28 M. Fattori, « Fortin de la Hoguette tra Francis Bacon e Marin Mersenne : intorno all’edizione francese del De Augmentis Scientiarum (1624) », p. 385-411.

29 « This author has remarked in several parts of his works, that a thorough insight into philosophy makes a good believer, and that a smattering in it naturally produces such a race of despicable infidels as the little profligate writers of the present age, whom (I must confess) I have always accused to myself, not so much for their want of faith as their want of learning » (Addison, Tatler, n° 267, du jeudi 21 décembre, au samedi 23 décembre 1710).

30 On a omis délibérément ici la question de la circulation des portraits et images de Bacon, qui relève d’une autre étude.

31 « A new edition of the works of Bacon being prepared (1740) for the prefs, Mallet was employed to prefix a Life, which he has written with elegance, perhaps with some affectation ; but with so much more knowledge of history than of science, that when he afterwards undertook the life of Marlborough, Warburton remarked, that he might perhaps forget that Marlborough was a general, as he had forgotten that Bacon was a philosopher » (S. Johnson, The Lives of the English Poets : and a Criticism on their Works, p. 306). Ma traduction.

32 Sur Deleyre, voir F. Venturi, « Un enciclopedista : Alexandre Deleyre ».

33 Cité par F. Venturi, « Un enciclopedista : Alexandre Deleyre », p. 794.

34 « Then Aristotle observing Bacon advance with a furious Mien, drew his Bow to the Head, and let fly his Arrow, which mist the valiant Modern, and went hizzing over his Head ; but Des-Cartes it hit ; The Steel Point quickly found a Defect in his Head-piece ; it pierced the Leather and the Past-board, and went in at his Right Eye. The Torture of the Pain, whirled the valiant Bow-man round, till Death, like a Star of superior Influence, drew him into his own Vortex » (J. Swift et H. J. Davis, A Tale of a Tub : with Other Early Works, 1696-1707, p. 156). Ma traduction.

35 « … how the Antients could pretend to insist upon their Antiquity, when it was so plain (if they went to that) that the Moderns were much the more Antient of the two » (J. Swift et H. J. Davis, A Tale of a Tub : with Other Early Works, p. 147). Ma traduction.

36 « Too great a study of strength, to the neglect of the other qualities of Style, is found to betray writers into a harsh manner. Harshness arises from unusual words, from forced inversions in the construction of a Sentence, and too much neglect of smoothness and ease. This is rechoned the fault to some of our earliest classics in the English language ; such as Sir Walter Raleigh, Sir Francis Bacon, Hooker, […] These writers had nerves and strength in a high degree, and are to this day eminent for that quality in Style. But the language in their hands was exceedingly different from what it is now, and was indeed entirely formed upon the idiom and construction of the Latin in the arrangement of sentences. […] The present form which the language has assumed, has, in some measure, sacrificed the study of strength to that of perspicuity and ease. Our arrangement of words has become less forcible, perhaps, but more plain and natural : and this is now understood to be the genius of our Language » (H. Blair, Lectures on Rhetoric and Belles Lettres…).

37 B. Vickers, « Swift and the baconian idol », p. 114.

38 L’expression latine est Idola Tribus, soit littéralement « idoles de la tribu », et Bacon les dénomme ainsi pour marquer le fait qu’elles sont enracinées dans la nature de l’homme.

39 L’expression latine est Idola Fori, renvoyant ainsi au « forum ».

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540