Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Lumières en mouvement

 | 
Isabelle Moreau

Transmettre et diffuser

Les Éléments de physiologie de Diderot : inconnus ou clandestins ? Le cas de Garat

Caroline Warman

Texte intégral

  • 1 Je voudrais marquer ici ma reconnaissance envers les institutions qui m’accueillent ; c’est grâce a (...)

1Ce chapitre se propose de faire trois choses assez simples : premièrement, de présenter un texte qui est relativement peu connu, deuxièmement, de poser quelques questions sur la disparition de ce texte à une époque qui a priori s’intéressait beaucoup à la physiologie et à l’entendement humain, et troisièmement, de le comparer aux cours de Garat prononcés à l’École normale en l’an III, soit en 17951.

  • 2 Jean Mayer écrit que « sous la forme où nous les connaissons, les Éléments de physiologie n’ont pas (...)
  • 3 Paolo Quintili nous parle des « notes détachées sur la physiologie qu[e Diderot] prenait depuis 176 (...)
  • 4 « il n’a laissé de l’important ouvrage qu’il projetait, et dont je viens d’indiquer le sujet, que q (...)
  • 5 À part les deux manuscrits principaux – le premier étant celui de Saint-Pétersbourg (préparé par le (...)
  • 6 H. Dieckmann, « J. A. Naigeon’s analysis of Diderot’s Rêve de d’Alembert » ; J. Varloot, « La physi (...)
  • 7 « Diderot avait poussé le travail jusqu’à l’achèvement []. La division en nouveaux chapitres numéro (...)

2Le texte des Éléments de physiologie, que Diderot avait apparemment à cœur, ne serait néanmoins pas très réussi2. Élaboré entre 1765 et la mort de Diderot en 17843, resté inachevé, il est à l’état fragmentaire et composé en large partie de notes de lecture, comme le prétend Naigeon – ce sur quoi s’accordent aussi Jules Assézat et Maurice Tourneux puis Herbert Dieckmann4. Leur avis se fonde sans doute sur les différents états du manuscrit : il y en a deux, l’un à Saint-Pétersbourg, et l’autre dans le fonds Vandeul – sans parler d’autres manuscrits fragmentaires qui semblent faire partie de l’ouvrage, présentant également des notes de lecture un peu mélangées et incohérentes5 . Il n’a donc pas été beaucoup étudié, à part dans les éditions de Jean Mayer de 1964 et ensuite dans les Œuvres complètes (DPV, t. XVII, 1987), et dans quelques rares articles – notamment d’Herbert Dieckmann et de Jean Varloot, qui s’intéressent surtout au sort du manuscrit et s’en servent pour dégager les idées tardives de Diderot sur la physiologie6 . Paolo Quintili a beaucoup fait pour changer cet état de choses ; une introduction très riche replace Diderot dans les courants de pensée sensationnistes du xviiie siècle et explique ce que Jean Mayer avait déjà dit, à savoir que les Éléments de physiologie est un ouvrage beaucoup plus achevé qu’on ne le croyait7. Néanmoins, il est resté muet, et n’a pas eu d’influence, parce qu’il n’a pas été lu.

3Nous sommes du même avis que Jean Mayer et Paolo Quintili en ce qui concerne son état d’achèvement : nous soutenons même qu’il a de grandes qualités littéraires et fait preuve à la fois d’une concision et d’une précision étonnantes quant aux parties descriptives et d’un style lyrique souvent émouvant dans les parties spéculatives. C’est un ouvrage qui s’ouvre sur les mots « La nature » et se termine par les mots « la mort ». Preuve qu’il n’est ni inachevé, ni peu soigné. Si nous relisons la définition de d’Alembert sur ce que sont les « Éléments d’une science », dans l’Encyclopédie, nous trouvons que deux qualités sont primordiales : d’un côté la synthèse, de l’autre l’ouverture des voies de la découverte.

  • 8 D’Alembert, art. élémens de sciences, signé « O », Encyclopédie, 1755, t. V, p. 491-497, p. 497.

Des élémens bien faits, suivant le plan que nous avons exposé, et par des écrivains capables d’exécuter ce plan, auroient une double utilité : ils mettroient les bons esprits sur la voie des découvertes à faire, en leur présentant les découvertes déjà faites ; de plus ils mettroient chacun plus à portée de distinguer les vraies découvertes d’avec les fausses ; car tout ce qui ne pourroit point être ajouté aux élémens d’une Science comme par forme de supplément, ne seroit point digne du nom de découverte . Voyez ce mot.8

  • 9 « Diderot va consacrer à cet argument la partie III des Éléments, la plus originale, concernant les (...)
  • 10 III. ii « Animal : sensibilité », EP /PQ p. 122 ; EP/DPV p. 306.
  • 11 I. ii « Animal : mort », EP /PQ p. 127 ; EP/DPV p. 312. L’édition de P. Quintili donne par erreur « (...)

4Le texte des Éléments de physiologie reste très proche de cette double définition, la diversité de sujets et de styles en reflétant les multiples buts. Ce qui suit constitue en quelque sorte un éventail des styles et des tons que Diderot utilise dans les Éléments de physiologie et qui donnent une idée de son étendue et de son intérêt. L’ouvrage se divise en trois parties : la première, « Des êtres », la deuxième, « Éléments et parties du corps humain », et la troisième sur « Les phénomènes du cerveau »9 – la partie la plus originale nous le confirme Paolo Quintili. Nous y trouvons la profession de foi qui suit : « Je ne crois pas au manque absolu de sensibilité d’une partie animale quel conque. »10 Y figurent aussi des déclarations comme celle-ci, caractérisée par sa brièveté, sa précision, son autorité : « Nul état fixe dans le corps animal : il décroît quand il ne croît plus. »11 C’est le langage, le style serré des Pensées philosophiques.

  • 12 « Il s’agit d’anatomie plus que de physiologie, et d’énumérations un peu fastidieuses dans une coll (...)
  • 13 P. Quintili, EP/PQ p. 31.

5Comme il convient dans un ouvrage portant sur la physiologie, le langage descriptif domine, surtout dans la deuxième partie et le premier chapitre de la troisième partie – des sections entièrement omises par Laurent Versini, dans son édition réduite des Éléments, pour cette raison, dit-il, qu’il s’agit pour la plus grande part d’un plagiat de Haller, sans intérêt pour le lecteur de Diderot12. S’il est vrai que la physiologie du corps, telle que Diderot la présente, s’appuie sur les recherches de Haller, ses vastes lectures ne se bornent pas à ce savant, et la théorie de l’irritabilité hallérienne se trouve mariée à celle de la sensibilité de l’école montpelliéraine, et à d’autres encore. Il s’agit plutôt d’un ouvrage qui, pour reprendre les mots de Paolo Quintili, « réunit [l] es notes [de lecture] dans un texte accompli »13. Quintili ne parle ici que de la première ébauche, c’est-à-dire du manuscrit de Saint-Pétersbourg, plus proche des lectures de Diderot et de lectures antérieures à celles entreprises pour le manuscrit Vandeul (celui qui fournit le texte que l’on connaît maintenant). Mais toujours est-il que sa remarque éclaire la qualité de ces lectures fondues et retravaillées, et donc démontre le peu de pertinence de la notion de plagiat. De plus, les descriptions atteignent à une clarté de représentation qui dépasse celle d’un diagramme ou d’une quelconque planche anatomique, en en décrivant non seulement les parties mais aussi leur relation les unes avec les autres, leur rôle, et le mouvement qui les relie. On peut penser à la description de la vue, par exemple :

  • 14 III. i « Sensation : vue », EP /PQ p. 279 ; EP/DPV p. 454.

Chemin des rayons de la lumière dans l’œil : ils traversent la cornée, se réfractent ; passent dans l’humeur aqueuse, convergent, mais un peu moins ; deviennent presque [parallèles], tombent sur le cristallin ; convergent beaucoup ; au sortir du cristallin continuent de converger dans l’humeur vitrée moins que dans le cristallin, mais plus qu’avant d’y entrer ; puis atteignent la rétine, où l’image se peint ; mais renversée, parce que les rayons des extrémités de l’objet se sont croisés. Le cristallin est mobile en avant et en arrière. En se portant en avant, il corrige les rayons trop [divergents] ; en arrière, il corrige les rayons trop convergents.14

6On reconnaît le Diderot des Salons dans cette façon d’évoquer un tableau de manière vivante et dynamique, tout en attirant l’attention sur la qualité immobile et figée des arts plastiques en particulier et de la représentation visuelle en général.

7Il est rare que Diderot laisse la physiologie dont il parle au niveau relativement abstrait du corps. Il la relie toujours à l’expérience humaine et parfois à la sienne propre :

  • 15 I. ii « Animal : mort », EP /PQ p. 129 ; EP/DPV p. 313.

L’enfant court à la mort les yeux fermés : l’homme est stationnaire ; le vieillard y arrive le dos tourné. […] J’avais soixante-six ans passés quand je me disais ces vérités.15

  • 16 III. iii « Mémoire », EP /PQ p. 295 ; EP/DPV p. 468.

8Un sentiment de liberté se dégage souvent du texte, aucunement soumis à ses descriptions ; Diderot, commentant ce qu’il décrit, réfléchit et s’interroge sur les conséquences implicites. Souvent le début des phrases – « Je suis porté à croire, que » ou bien « J’ajouterais même que »16 – indique une pensée en cours d’élaboration. Ce qu’il est « porté à croire » sur la mémoire témoigne de cette liberté spéculatrice, alliée à un élan lyrique frappant :

  • 17 III. iii « Mémoire », EP /PQ p. 295 ; EP/DPV p. 468-469.

Je suis porté à croire que tout ce que nous avons vu, connu, entendu, aperçu, jusqu’aux arbres d’une longue forêt, que dis-je, jusqu’à la disposition des branches, à la forme des feuilles, et à la variété des couleurs, des verts et des lumières ; […] jusqu’à la multitude des voix humaines, des cris des animaux, et des bruits physiques, à la mélodie et à l’harmonie de tous les airs, de toutes les pièces de musique, de tous les concerts, que nous avons entendus, tout cela existe en nous à notre insu.17

9C’est le moment où, en divisant la mémoire en consciente et présente « à notre insu », il commence à élaborer ce qu’on appellera plus tard l’inconscient.

10Si on se souvient, avec d’Alembert, que « Des élémens bien faits, […] mettroient les bons esprits sur la voie des découvertes à faire », alors on comprend mieux à quoi répondent les déclarations suivantes :

  • 18 III. ii « Entendement », EP /PQ p. 294 ; EP/DPV p. 468.

Ce que nous connaissons le moins, ce sont les sens intimes, c’est nous, l’objet, l’impression, la représentation, l’attention.18

  • 19 III. ix « Maladies », EP /PQ p. 354 ; EP/DPV p. 513.

Comment perfectionner la médecine ? En multipliant, en rendant générale l’ouverture des cadavres.19

  • 20 J.-P. Marat : I. iii « Hommes : Ame », EP /PQ p. 147 ; EP /DPV p. 330-331 ; Condillac : III. vi « V (...)

11C’est surtout un texte dynamique, dialoguant avec les médecins et savants qu’il cite et qu’il récrit – Marat sur la division du corps et de l’âme, ou encore Condillac sur la hiérarchie désir-volonté – et qui donne le relais de façon très claire à ceux qui devaient le suivre, aux idéologues, entre autres20. Le fait qu’il n’ait pas atteint son public engendre un sentiment de déception aiguë. C’est un texte qui est fait pour passionner les esprits du xviiie siècle, qu’ils le devancent ou le suivent : sur l’entendement humain, ses interlocuteurs les plus évidents sont, avant lui, Locke et Condillac, tandis qu’après lui, Garat, dans ses cours à l’École normale de l’an III, et un peu plus tard, les idéologues de la section « analyse des sensations et des idées » (dont Garat faisait aussi partie) participeront à des débats auxquels Diderot, silencieux, privé de voix, avait déjà assisté. Concernant les études physiologiques – sur les nerfs, la sensibilité et l’irritation –, les interlocuteurs sont tout aussi évidents : Barthez, Bonnet, Haller avant lui, et de Sèze, Cabanis, Bichat, Lamarck après lui. La perte est donc grande.

  • 21 J. Mayer, EP /DPV p. 270 ; P. Quintili, EP/PQ p. 32.

12Toutefois, il existe un doute par rapport à cette perte, petit, mais réel. Il y avait un troisième manuscrit, outre les deux manuscrits sans lecteur – l’un de Catherine la grande à Saint-Pétersbourg, resté inédit jusqu’à l’édition Assézat Tourneux (1875-1880), et l’autre du fonds Vandeul, enfin ouvert à Dieckmann en 1948. Rappelons ce que nous en savons21 . On ne connaît l’existence de ce manuscrit qu’on n’a plus que par le biais d’une vente de librairie en 1837 et par le compte rendu, assez détaillé d’ailleurs, qu’en donne Walferdin (l’un des éditeurs de l’édition Brière de 1821-1823 et qui signa une première édition des Salons dans la Revue de Paris en 1857). Le manuscrit lui-même aurait été accompagné d’une lettre adressée au Comité d’instruction publique, datée du 4 germinal de l’an II (c’est-à-dire du 24 mars 1794), de la part d’un certain citoyen Garron qui se disait l’ami de Diderot et dont le but était de présenter l’ouvrage à la nation. C’est un grand mystère puisque les procès-verbaux du Comité d’instruction publique ne le mentionnent pas alors qu’ils ont pour habitude de noter soigneusement tout ouvrage envoyé, et d’en dresser un compte rendu. Néanmoins, on sait qu’il a existé, et qu’il a dû circuler quelque peu ; d’abord parce qu’il a été mis en vente quarante ans plus tard, ensuite parce qu’il était censé être entre les mains d’un certain Jean-Pierre Moët, habitant Versailles, décédé le 16 mars 1806. Moët, dont on sait peu de chose, était franc-maçon (un détail qui n’a pas été mis en avant) et avait occupé une place importante dans la hiérarchie du Grand Orient dans les années 1750 et 1760. Nous n’avons pas réussi à mener les recherches plus loin, mais le fait que Moët soit franc-maçon est significatif : il nous indique qui s’intéressait à Diderot, et nous offre, par ailleurs, quelques pistes à suivre.

  • 22 P. Pellerin, « Naigeon, une certaine image de Diderot sous la Révolution », p. 21 ; P. Quintili, «  (...)
  • 23 R. Tarin, Diderot et la Révolution française, p. 60.
  • 24 « J’ai regret d’entrer dans ces explications ; mais on les a rendues trop nécessaires. Jamais je n’ (...)

13C’est donc un manuscrit qui circule ou qui, s’il ne circule pas de façon littérale, a fait au moins un trajet, même si ce ne fut qu’en ligne droite et non pas de manière circulaire. Si on n’en sait pas plus, on peut néanmoins affirmer qu’il s’agit d’un manuscrit clandestin et pas uniquement d’un autographe non imprimé. Les manuscrits ne sont pas tous clandestins, après tout. Alors pourquoi insister sur sa clandestinité ? On avait bel et bien imprimé ses devanciers : Haller, Bonnet, Condillac, de Sèze, etc. Il est vrai que son matérialisme y est bien affiché, mais cela n’en aurait pas empêché la publication – surtout dans une décennie qui a vu paraître Justine ou les malheurs de la vertu et L’Histoire de Juliette ou les prospérités du vice, des écrits pétris d’un matérialisme exacerbé et qui ne visent pas spécialement l’innocence morale. Enfin, des critiques – Raymond Trousson, Pascale Pellerin et Paolo Quintili – ont déjà remarqué qu’un étrange silence se fait autour de Diderot dans les années 1790 : son nom est comme effacé des débats philosophiques22. Philosophe notoire, encyclopédiste honni, on ne l’évoque que pour l’accabler d’insultes. Le 7 mai 1794 (18 floréal an II), peu après l’envoi supposé du manuscrit, Robespierre condamne les encyclopédistes en les traitant de charlatans et en les accusant d’avoir persécuté « la vertu et le génie de la liberté en la personne de ce Jean-Jacques »23 ; ensuite en 1796, pendant le procès de Babeuf, on parle beaucoup du Code de nature dont il se réclame, attribué à tort à Diderot depuis 1772 – en fait, il était dû à Morellet. Diderot est alors pris en horreur : René Tarin nous cite La Harpe qui, dans ses cours de littérature de 1797, traite Diderot d’« auteur immoral et subversif mais aussi sanguinaire » (p. 143) ; dans un mémoire de prix sur la littérature française au xviiie siècle, soumis à la section littérature de l’Institut en 1804, où siégeait également La Harpe, Prosper de Barante conclut que Diderot est un écrivain « funeste à la littérature comme à la morale » (p. 157). Dans ce contexte, on comprend que le texte des Éléments de physiologie soit resté clandestin. On ne peut pas être au service de la République et se réclamer de Diderot. Garat, dans ses cours sur l’analyse de l’entendement, à l’École normale de l’an III (1795), avait dû se défendre de l’accusation de matérialisme24 . Sur trois pages il explique pourquoi dire que la sensation est à l’origine des connaissances n’a rien à voir avec le matérialisme, et ses longues explications nous communiquent sinon son innocence du moins la gravité de l’accusation. Or, le texte des Éléments de physiologie est matérialiste et ne le cache pas ; et le fait qu’il échoue chez un franc-maçon n’est pas sans importance en soi. Mais rien ne nous explique comment ce voyage a pu s’accomplir.

  • 25 Voir la « Chronologie 1789-1830 : invention de la notion de patrimoine », http://www.vie-publique.f (...)
  • 26 Abbé Grégoire, « Rapport sur les destructions opérées par le vandalisme, et sur les moyens de le ré (...)
  • 27 Abbé Grégoire, « Rapport sur la bibliographie » (22 germinal an II), Procès-verbaux du comité d’ins (...)
  • 28 Abbé Grégoire, « Rapport sur la bibliographie », Procès-verbaux, t. IV, p. 127.
  • 29 Abbé Grégoire, « Rapport sur la bibliographie » (21 germinal an II), Procès-verbaux, t. IV, p. 127.
  • 30 Abbé Grégoire, « Rapport sur la bibliographie » (21 germinal an II), Procès-verbaux, t. IV, p. 125.
  • 31 Ibid.

14Toujours est-il qu’il n’a pas été mis au rebut par les commis surchargés du Comité d’instruction publique – question qu’il faut quand même poser. Au contraire, le Comité d’instruction publique insiste fermement sur l’importance et la conservation des manuscrits et adopte, le 15 mars 1794, l’instruction proposée par la Commission temporaire des arts sur la « manière d’inventorier et de conserver tous les objets qui peuvent servir aux arts, aux sciences et à l’enseignement »25. On peut se demander si cette instruction n’aurait pas provoqué l’envoi du manuscrit neuf jours plus tard. On sait aussi que l’abbé Grégoire, membre très actif du Comité d’instruction publique, dresse un rapport en août 1794 sur les « destructions opérées par le vandalisme et sur les moyens de le réprimer »26. Ses instructions très détaillées sur la bibliographie et sur la conservation des manuscrits sont envoyées partout en France comme conseils à appliquer immédiatement27. Grégoire n’établit aucune hiérarchie entre des manuscrits qualifiés de grande valeur et à conserver, et d’autres moins importants, à ne pas conserver. Il s’en prend à ceux qui « voudraient encore, dit-on, s’arroger un droit de vie et de mort sur les livres nationaux »28. Et il poursuit : « … le moment d’élaguer viendra ; mais il faut savoir ce que nous avons, avant de savoir ce que nous garderons. »29 Et il se réfère à Diderot et d’Alembert, en exigeant qu’on s’efforce de perfectionner, par les travaux sur la bibliographie, « un tableau généalogique des connaissances humaines, dont les subdivisions seront plus étendues et plus précises que dans celui de Bacon, quoique rectifié par les rédacteurs de l’Encyclopédie »30. Il insiste même sur l’importance de dresser un « dictionnaire des livres anonymes et pseudonymes »31.

  • 32 L. Brockliss et J. Colin, The Medical World of Early Modern France, p. 804-811.
  • 33 On discute des procédures à suivre par rapport aux cabinets d’histoire naturelle offerts à la Répub (...)
  • 34 Voir les Procès-verbaux du comité d’instruction publique, t. III (1897), p. 502-503, où se trouve l (...)
  • 35 R. Trousson, Images de Diderot en France, 1784-1913, p. 42.
  • 36 Mathieu, « Règlement pour le secrétariat du comité », Procès-verbaux…, t. IV, p. 775-777.

15Ce n’est donc pas pour ce genre de raison que les procès-verbaux ne portent pas de trace écrite des Éléments de physiologie. On ne peut même pas se permettre d’imaginer que c’est par pure ignorance de la physiologie puisque le secrétaire du Comité d’instruction publique, Plaichard, est médecin lui-même, et que tous les ouvrages sur la médecine lui sont envoyés pour qu’il en fasse un compte rendu ; on discute, par ailleurs, à cette époque, de la fondation des écoles de médecine32, et il est souvent question dans les procès-verbaux des cabinets d’anatomie de monsieur un tel, qu’il importe de conserver pour la nation33. Enfin, l’hypothèse que les gens du Comité d’instruction publique et de la Commission temporaire des arts ne s’intéressent pas à Diderot, ou ne connaissent pas bien la valeur et l’originalité de ses écrits, est également écartée : Naigeon et Lamarck travaillent pour la Commission temporaire des arts, tandis que Garat est, lui aussi, affecté au Comité d’instruction publique34 . On sait d’ailleurs que certains manuscrits de Diderot, retrouvés parmi les papiers de Grimm, avaient été remis en 1793 dans un dépôt, et que de là, ils disparaissaient pour ressortir dans les pages de la Décade philosophique . Raymond Trousson émet l’hypothèse que c’est par Guingené, alors directeur général du Comité d’instruction publique, membre de l’institut et rédacteur de la Décade, que cette fuite a pu se faire35. En général, la mise en garde des manuscrits et des objets offerts par le public à la nation n’est pas tout à fait étanche : ce problème est abordé dans un compte rendu de l’état du secrétariat de la part d’un certain Mathieu, le 23 messidor an II36.

16Ce qui nous permet de déduire sans trop de difficulté que le manuscrit circulait quelque part, et aurait intéressé certains lecteurs, bien qu’ils se soient sentis obligés d’en cacher la provenance. Malgré tout, le manuscrit lui-même reste fantôme. On connaît des lecteurs probables sinon attestés, au nombre de deux (le citoyen Garron et Moët), ainsi que des lecteurs potentiels (les membres du Comité d’instruction publique). Autant dire peu de pistes. Intéressons-nous à présent aux cours de Garat sur l’analyse de l’entendement, donnés en l’an III (1795) à l’École normale, pour voir si leur thématique, apparemment si proche à la fois des Éléments de physiologie et de la section analyse des sensations et des idées de l’Institut, abordait effectivement les mêmes sujets. Cet heureux hasard démontrerait une fois de plus que Diderot devance ses contemporains.

17Or, nous avons trouvé qu’entre les cours de Garat et les Éléments de physiologie, il y a quelques parallèles et quelques similarités assez porteurs, des analyses et une structure d’analyse suffisamment proches pour faire croire que soit Diderot avait deviné juste, et que l’évolution de sa pensée allait dans le même sens que ceux qui allaient le suivre – lesquels, ne l’ayant pas lu, se trouvaient obligés de tout repenser –, soit que Garat avait bel et bien lu les Éléments de physiologie. Au lecteur de peser le pour et le contre.

  • 37 Philippe Roger qui, à l’heure actuelle, prépare en équipe une édition commentée des séances des Éco (...)
  • 38 « Il y a vingt ans que je les médite, mais je n’ai pas encore écrit une seule page : c’est au milie (...)
  • 39 Pages (non numérotées) d’ouverture, Séances des Écoles normales, […]. Leçons, t. VII et t. VIII.

18Venons-en au texte, un texte qui d’ailleurs reste inachevé, parce que des sept cours prévus, Garat n’en a donné que deux, dont la plupart de ce qu’il nous a livré est consacré à l’histoire de cette nouvelle science de l’analyse de l’entendement, à Bacon et Locke, à Condillac et Bonnet, et à l’exposé détaillé de son plan. Rattrapé par son passé au début de 1795 (ministre de la Justice au moment des massacres de Septembre dans les prisons, il est accusé après Thermidor d’inertie, voire de complicité), Garat n’achève pas ses cours. Il suspend son enseignement pour préparer sa défense37 . La recherche sur l’influence textuelle n’est pas facilitée puisque les professeurs n’avaient pas le droit de lire un texte devant les élèves – ils devaient parler pour être plus directs et compréhensibles, des sténographes étant là pour tout noter –, comme en témoigne le titre du recueil imprimé : les Séances des Écoles normales, recueillies par des sténographes, et revues par les professeurs. L’une des conséquences prévisibles d’un texte supposé oral, c’est qu’on aura du mal à relever des citations directes, quel qu’en soit l’auteur. En même temps, il peut paraître un peu curieux que Garat n’ait pas terminé un ouvrage qu’il prétend avoir médité pendant vingt ans, dont la perte prospective au pied de l’échafaud lui avait causé des regrets amers, dont les cours constitués (une fois échappé à la mort) avaient eu beaucoup de succès auprès des élèves, et dont les suites étaient toujours demandées par les imprimeurs en 1800 – au point qu’ils en parlent à la première page des tomes VII et VIII de la nouvelle édition, la première étant épuisée38 : « Le citoyen Garat n’a plus qu’à réviser également ses premières Leçons sur l’analyse de l’entendement humain ; et les Élèves des Écoles normales ne tarderont pas à en jouir » lit-on, à deux reprises39.

19Revenons aux deux leçons véritablement prononcées et aux débats qu’elles ont suscités. Se réclamant de Bacon, les propos de Garat concernent les sensations, les idées, les signes, les mots, la mémoire, l’imagination et le perfectionnement possible des sens – des sujets qui se trouvent dans la troisième partie des Éléments, dans les chapitres i (« Sensations »), ii (« Entendement »), iii (« Mémoire ») et iv (« Imagination »). Pour mieux faire ressortir des rapports éventuels sans trop les forcer, nous avons décidé de mettre les textes suggestifs les uns à la suite des autres, d’abord Garat, ensuite Diderot.

20Commençons par le plan. Garat divise les cours en cinq sections :

  • 40 D. -J. Garat, « Analyse de l’entendement », Séances des Écoles normales, […]. Leçons, t. II, p. 4-5 (...)

… la première section sera destinée à traiter des sens et des sensations. C’est par-là que tout commence pour l’entendement, et que nous devons commencer son analyse.40 Dans la seconde section, je traiterai de ce qu’on a appelé les facultés de l’entendement humain. (Garat, p. 13) [Dans la troisième section, on traitera de] l’exposition et développement de la théorie des idées de tous les genres. (p. 21 )
À la théorie des idées, est unie immédiatement et intimement la théorie du langage ou des langues : ce sera l’objet de la quatrième section. (p. 30 )
Dans la cinquième et dernière section, je traiterai de la méthode. […] Ici je ferai voir que, bien sentir, bien se servir de ses facultés, bien former ses idées, bien parler, sous des points de vue, et sous des termes divers, ne sont qu’une seule et même chose. (p. 39)

21Le texte reste très abstrait jusqu’ici, et on remarque des ressemblances assez nettes tant avec le système de Condillac, qu’avec le Diderot des Éléments de physiologie. Des exemples servent à préciser la comparaison envisagée.

Démêler le faisceau

  • 41 Voir, par exemple, l’extrait suivant. C’est Bordeu qui parle : « Mais qu’est-ce qu’un être sensible (...)

22Les deux textes qui suivent ajoutent à la théorie lockéenne de la connaissance par la sensation les notions de sensations multiples, de complexité et de durée, lesquelles doivent être soumises à l’analyse, ou démêlées . Diderot en fait une image littérale du faisceau – terme habituellement associé aux fibres des nerfs eux-mêmes, dont il s’est beaucoup servi dans le Rêve de d’Alembert, mais qui n’apparaît pas dans le chapitre consacré ici aux nerfs (2e partie, chapitre vi, « Nerfs »)41.

  • 42 III. ii « Entendement », EP /PQ p. 287 ; EP/DPV p. 462.

Parmi nos sensations, il en est d’autres qui nous arrivent également par tous les sens, qui leur sont communes à tous, et que pour cela même, on a plus de peine à démêler, à distinguer. Telles sont les sensations de bien et de mal-être, de plaisir, de douleur, d’amour, de haine, de succession, de durée, de nombre, etc. etc. (Garat, p. 6) Les objets agissent sur les sens ; la sensation dans l’organe a de la durée ; les sens agissent sur le cerveau, cette action a de la durée : aucune sensation n’est simple, ni momentanée, car s’il m’est permis de m’exprimer ainsi, c’est un faisceau. De là naît la pensée, le jugement.42

Les sens trompeurs mais auto-corrigeants

23L’analyse des sensations est d’autant moins facile que les sens eux-mêmes sont trompeurs : heureusement, ils se corrigent. De nouveau, les deux philosophes sont d’accord :

  • 43 III. i « Sensation : vue », EP /PQ p. 282 ; EP/DPV p. 457.

Lorsqu’un de nos sens est prêt à nous tromper, tous les autres sont prêts à nous avertir de sa supercherie. (Garat, p. 8 )
Combien l’organe de l’œil serait trompeur, si son jugement n’était pas sans cesse rectifié par le toucher.43

24Les extraits suivants se trouvent chez Garat dans l’espace de quelques pages où il expose le sujet de son cours projeté mais apparemment jamais donné sur les sensations.

Le perfectionnement des sens, en particulier de celui du toucher

  • 44 III. i « Sensation : toucher », EP /PQ p. 273 ; EP/DPV p. 448.
  • 45 III. i « Sensation : vue », EP /PQ p. 282 ; EP/DPV p. 456-457.

Nos sens qui sont aussi des organes de notre corps, et les plus délicats de tous, ne pourroient-ils pas de même par des exercices bien appropriés à ce but, acquérir plus de finesse, plus d’énergie, plus d’étendue ? (Garat, p. 9 )
Est-il possible de créer un art de voir, qui apprendrait à voir plus rapidement et à de plus grandes distances, un plus grand nombre d’objets à-la-fois sous toutes leurs formes et avec les nuances les plus légères de leurs couleurs ? Est-il possible de créer un art de toucher qui apprendrait à distinguer et à démêler rapidement sur la surface des corps, des formes, des contours, des polis et des aspérités que nous ne pouvons pas même soupçonner, parce que nous ne nous sommes pas exercés à les démêler par nos sensations, et à les distinguer par des noms ? (p. 9-10) Je conçois un toucher si exquis qu’il suppléerait aux quatre autres sens. Il serait diversement affecté selon les odeurs, les saveurs, les formes et les couleurs.44 Nous exerçons nos sens comme la nature nous les a donnés et que les besoins et les circonstances l’exigent : mais nous ne les perfectionnons pas : nous ne nous apprenons pas à voir, à flairer, à sentir, à écouter, à moins que notre profession ne nous y force.45

25On voit de ces extraits sur les sens et sur leur perfectionnement potentiel que ce que Diderot ne suggère que par l’imagination (« je conçois ») et la négation (« nous ne les perfectionnons pas ») est tourné en question et en défi par Garat (« ne pourroient-ils pas », « est-il possible »), et que celui-ci fait donc évoluer le débat, comme s’il en prenait le relais.

La vue du sauvage

26La figure du sauvage qui perçoit de loin le vaisseau qui arrive donne un exemple du perfectionnement des sens possible selon Garat et Diderot.

Des voyageurs assurent que des hottentots, du haut des rochers du cap de Bonne-Espérance, découvrent à l’œil nud, dans l’immensité de l’océan, des vaisseaux que les européens peuvent à peine percevoir avec le télescope. (Garat, p. 10-11)

  • 46 III. i « Sensation : vue », EP /PQ p. 282 ; EP/DPV p. 457.

27Celui qui ne voit pas comme le sauvage, verrait comme lui si son œil était exercé46.

  • 47 III. iv « Imagination », EP /PQ p. 304-305 ; EP/DPV p. 476.

Un mot sur les formes vagues et indécises pour l’œil. Par exemple, je ne vois en mer qu’un point nébuleux qui ne me dit rien, mais ce point nébuleux est un vaisseau pour celui qui l’a souvent observé et peut-être un vaisseau très distinct. Comment cela s’est-il fait ? D’abord, ce n’était pour le sauvage, comme pour moi, qu’un point nébuleux.47

28L’exemple qui sert à démontrer l’hypothèse est le même. Est-ce un lieu commun ?

Le perfectionnement du tact chez l’aveugle

29Garat poursuit son raisonnement sur le perfectionnement et l’autocorrection des sens en présentant à ses auditeurs/lecteurs un cas qui réunit les deux phénomènes : celui de l’aveugle.

Vous savez, et vous y pensez peut-être avant que je vous en parle, vous savez quelle étendue, quelle finesse, quelle sagacité presque miraculeuse, l’organe du tact acquiert dans les infortunés que la nature ou des accidens ont privés de l’organe de la vue. (Garat, p. 11)

  • 48 Condillac dans son Traité des sensations (1754) évoque bien sûr la question du concours des sens, m (...)

30Ici, clin d’œil presque automatique à Diderot : cette fois, c’est la célèbre Lettre sur les aveugles qui est visée48 . Impossible de ne pas penser à ce texte, et sa phrase d’ouverture indique qu’on y pensait déjà, que Diderot était sous-entendu. La question de la cécité est reprise à plusieurs endroits des Éléments. Nous pouvons nous référer à l’extrait suivant qui se trouve à la fin du chapitre sur les « organes » (III. viii) :

  • 49 III. viii « Organes », EP /PQ p. 347 ; EP/DPV p. 508.

Il est vrai que quelquefois le vice naturel d’un organe se répare par l’exercice plus fréquent d’un autre. Si l’aveugle a perdu la sensation des formes et de tous les sentiments qui en émanent, il est bien plus sensible aux cris […].49

La variété des sensations

  • 50 J’aborde la question des rapports éventuels entre Diderot et Cabanis dans mon article, « Diderot et (...)

31Un élément important de la pensée de Diderot sur la sensation est qu’elle soit tout aussi dynamique et mouvementée que le matérialisme au cœur duquel elle s’insère. La sensation n’est pas figée en elle-même, et ne l’est pas d’une personne à une autre, ni d’un organe à un autre. Garat, lui aussi, adhère à cette notion de la sensation dynamique, en action et réaction permanentes. Plus tard, Cabanis reprendra la même idée dans ses Rapports du physique et du moral (1802) pour faire de la variation le thème central de l’ouvrage50.

  • 51 III. i « Sensation : vue », EP /PQ p. 285-286 ; EP/DPV p. 459.

La sensibilité elle-même […] parait différer d’un homme à un homme, et dans le même homme, d’un instant à un autre instant. (Garat, p. 12 )
La variété des sensations s’explique, ce me semble, assez bien par la variété des manières dont un même organe peut être affecté […].
De là ce qui est peine dans un instant, devient plaisir dans un autre ; de là ce qui est plaisir pour moi, est peine pour vous : de là jugement divers d’un spectacle, d’un récit, d’un poème, d’un discours, d’une histoire, d’un roman, d’un tableau, d’une action.51

Mémoire et entendement

  • 52 III. iii « Mémoire », EP /PQ p. 302 ; EP/DPV p. 474.

32À ce sujet, les deux philosophes s’accordent pour dire que, d’un côté, « la mémoire n’a pas toujours obtenu et n’obtient pas encore une grande considération parmi les philosophes » (Garat, p. 15), et de l’autre, que « l’empire de la mémoire sur la raison n’a jamais été assez examiné »52.

33Nous ne pouvons malheureusement pousser notre comparaison plus loin en ce qui concerne la mémoire, puisque Garat, on l’a vu, n’a fait qu’annoncer ses cours. Toutefois, la façon dont il présente le sujet indique des ressemblances assez importantes. De la mémoire, il passe à l’imagination.

Imagination

34Dans la citation qui suit, et qui annonce ses propos sur l’imagination, Garat prend pour la première fois ses distances par rapport à Locke et à Condillac.

Les Locke et les Condillac n’ont pu éviter le vague de certaines idées ; c’est pour avoir négligé de faire ces distinctions, qu’on a eu, sur l’imagination, des opinions si opposées. (Garat, p. 17)

35Il poursuit avec une définition de l’imagination, qui, on le verra, n’est pas éloignée de celle de Diderot :

Qu’est-ce, en effet, que l’imagination ? C’est la faculté de se peindre les objets absens, comme s’ils étaient présens encore, avec tous leurs traits, toutes leurs formes, toutes leurs couleurs, avec toutes les circonstances de tems et de lieu qui les précèdent, les accompagnent et les suivent. (Ibid.)

36Diderot fournit sa propre définition, au chapitre du même nom :

  • 53 III. iv « Imagination », EP /PQ p. 302 ; EP/DPV p. 475.

Faculté de se peindre les objets absents, comme s’ils étaient présents, d’emprunter des objets sensibles des images qui servent de comparaison, d’attacher à un mot abstrait un corps, voilà l’idée que j’ai de l’imagination.53

37On voit bien que la « Faculté de se peindre les objets absents, comme s’ils étaient présents » est identique et que la même formule se retrouve chez les deux auteurs. Il se peut qu’elle soit courante, mais nous avouons ne l’avoir trouvée ni dans Voltaire, ni dans l’Encyclopédie, ni dans Rousseau. La seule instance un peu ressemblante se trouve dans le Telliamed de Benoît de Maillet, mais si l’équivalence absence/présence s’y trouve, le sens fondamental n’est pas le même. Et on remarque que Diderot s’approprie la définition en fin de phrase : « voila l’idée que j’ai de l’imagination » – autrement dit, soit l’originalité affichée relève de la mystification, ce qui est tout à fait possible chez lui, soit c’est une formule qui lui est propre.

38Chose intéressante et suggestive, Garat enchaîne, tout de suite après son paragraphe sur l’imagination, avec un portrait très beau de l’homme de sensibilité exquise, donc de l’homme de génie selon son système. Le voici.

Portrait de l’homme sensible et de l’homme de génie

L’imagination est l’attribut des hommes de la sensibilité la plus forte et la plus exquise : elle est cette sensibilité même ; et plus on sent, plus on a de moyens de voir, d’apprendre et de créer. L’observation et le calcul vérifient ; mais c’est l’imagination qui marche en avant pour découvrir ce qu’il faut soumettre au calcul et à l’observation. Elle est entre les facultés de l’entendement, ce que sont dans les armées, ces avant-gardes qui vont aux reconnaissances, qui devinent et voient en même-tems dans quelle forêt l’ennemi peut être caché, et les sommités dont il faut s’emparer pour tout voir et pour tout dominer. C’est à l’imagination qu’appartiennent ces pressentimens, qui sont comme ces jets de lumière qui précèdent le soleil, avant que son globe apparu sur l’horizon, ait dissipé les ténèbres. L’histoire des sciences en fait foi ; les découvertes les plus sublimes et les plus utiles au genre humain ont commencé par n’être que les soupçons de quelques hommes de génie ; et la raison des grands philosophes n’a été presque jamais qu’une imagination vaste, soumise à des règles exactes. En un mot quand on n’a que de l’imagination, et qu’on en a beaucoup, on est à-peu-près un fou ; quand on n’a que de la raison, on peut n’être qu’un homme assez commun ; quand on a une raison sévère et une imagination brillante, on est un homme de génie. (Garat, p. 18-19)

39Si on accepte que Diderot hante ces pages, on serait tenté de dire que c’est un portrait de Diderot lui-même. On pense tout de suite au portrait ironique mais également beau de Diderot que le même Garat avait fait en 1779, lui qui était jeune journaliste au Mercure de France :

  • 54 Garat dans le Mercure de France, le 15 février 1779, repris dans Diderot, Correspondance, t. XV, p. (...)

Peu à peu sa voix [celle de Diderot] s’élève et devient distincte et sonore ; il était d’abord presque immobile ; ses gestes deviennent fréquents et animés. Il ne m’a jamais vu que dans ce moment ; et lorsque nous sommes assis, il frappe sur ma cuisse comme si elle était à lui. Si les liaisons rapides et légères de son discours amènent le mot de lois, il me fait un plan de législation ; si elles amènent le mot théâtre, il me donne à choisir entre cinq ou six plans de drames et de tragédies. À propos des tableaux qu’il est nécessaire de mettre sur le théâtre, où l’on doit voir des scènes et non pas entendre des dialogues, il se rappelle que Tacite est le plus grand peintre de l’antiquité et il me récite ou me traduit les Annales et les Histoires. Mais combien il est affreux que les barbares aient enseveli sous les ruines des chefs d’œuvre de l’architecture un si grand nombre de chefs-d’œuvre de Tacite ! Là-dessus il s’attendrit sur la perte de tant de beautés qu’il regrette et qu’il pleure comme s’il les avait connues […]. Promenant alors son imagination sur les ruines de l’antique Italie, il se rappelle comment les arts, le goût et la politesse d’Athènes avaient adouci les vertus terribles des conquérants du monde. Il se transporte aux jours heureux […].54

  • 55 Garat dans le Mercure de France, cité dans Diderot, Correspondance, t. XV, p. 130.
  • 56 Diderot, Correspondance, t. XV, p. 131, note 14.

40Une mémoire vaste et une sensibilité active sont mises au service de l’imagination dans ce portrait que Garat avait dressé « du grand homme [… de] génie »55. Ce Garat journaliste de l’avant-Révolution, professeur à l’École normale pendant la Révolution, a connu Diderot, lequel, après avoir lu le portrait cité, déclare qu’il n’est « point éloigné d’aimer [Garat] »56.

41Les extraits des cours de Garat cités ci-dessus sont les plus susceptibles de trouver une origine chez Diderot – et ceci, uniquement dans la 3e partie des Éléments, dans les chapitres sur la sensation, la mémoire et l’imagination. Par ailleurs, Garat suit sa propre pensée : il s’agirait d’une influence tacite, muette, plutôt que d’un plagiat. Selon cette thèse, et une fois prises en considération les ressemblances citées plus haut, il nous paraît hautement probable que Garat ait lu les Éléments ou qu’il en connaissait bien le contenu. La définition de l’imagination est textuellement la même, le poids donné aux sensations et à leur variation dynamique est le même, l’exemple donné de la vue perfectionnée est le même, tandis que le portrait de la « sensibilité exquise », suivant une allusion probable à la Lettre sur les aveugles, se termine par la description de l’homme de génie, et ne s’éloigne pas beaucoup du portrait qu’il avait fait de Diderot quinze ans auparavant. On peut donc se croire autorisé d’y voir des indices de la présence de la pensée de Diderot, et plus particulièrement de celle des Éléments.

42Peut-être peut-on aller plus loin encore et émettre l’hypothèse que lorsqu’au xixe siècle on a lu sur une feuille « Garron », on l’a mal lu, et qu’il s’agit en fait de Garat lui-même. Nous n’avons vu qu’un seul exemplaire de la signature de Dominique-Joseph Garat, mis en vente aux enchères et visible sur Internet à l’heure actuelle : il provient d’une lettre de Garat à un certain Rousselin, datée du 30 août 1799 ; le « t » terminal ressemble fort à un « n »57. Si, comme on l’a déjà dit, Diderot n’est « point éloigné d’aimer [Garat] », s’il voit en lui non seulement un disciple admirateur mais aussi quelqu’un qui est prêt à parler de lui au grand public, il ne nous paraît pas exclu que Diderot lui ait passé un manuscrit pour la postérité.

43Reste qu’il n’y a pas de preuve explicite, ni que Garron soit Garat, ni que Garat ait lu le manuscrit des Éléments : cette question ne peut pas être résolue de façon définitive, sauf en indiquant les pistes possibles et donc en rappelant que Garat a des relations fort étroites avec le Comité d’instruction publique, qu’il fréquente la société d’Auteuil avant et après la Révolution, et a non seulement connu Diderot mais en a esquissé un portrait admirateur, qu’il est franc-maçon depuis 1779, appartenant à la loge des « Neuf sœurs », fondée par Mme Helvétius, et qu’il reste très lié avec ses frères francs-maçons, autrement dit les idéologues, ceux qui ont fait de ses cours sur l’analyse de l’entendement, si inexistants soient-ils, leur texte fondateur.

  • 58 Sur le néologisme « idéologie », inventé par Destutt, voir J. Boulad-Ayoub, « La leçon de l’idéolog (...)

44Pour conclure, il paraît invraisemblable qu’un manuscrit de Diderot, portant sur les thèmes jumeaux de la physiologie et de l’entendement et qui circule pendant les années 1790, n’ait pas été lu. En revanche, on comprend très bien qu’il ait pu circuler de façon clandestine, et que ceux qui l’ont lu aient senti la nécessité de le cacher. Dans cette optique, on peut émettre l’hypothèse que Garat l’a lu. Les Éléments de physiologie ont peut-être joué un rôle plus important qu’on ne l’a imaginé jusqu’ici. On peut se demander pourquoi, d’ailleurs, Destutt de Tracy avait suggéré qu’on change l’expression « analyse des sensations et des idées » en « idéologie » en 1798, l’année même de la publication des Œuvres de Diderot par Naigeon58 : ce pouvait être pour masquer l’influence d’une pensée qu’il importait de renier, tout en la poursuivant par ailleurs.

Bibliographie

Bibliographie

Sources primaires

Diderot Denis, Éléments de physiologie, J. Mayer éd, Paris, Didier, 1964.

Correspondance, G. Roth et J. Varloot éd., Paris, Minuit, 1955-1970, 15 volumes.

Éléments de physiologie, J. Mayer éd., dans Œuvres complètes, t. XVII, Paris, Hermann, 1987.

Le Manuscrit de Pétersbourg, G. Dulac éd., dans Œuvres complètes, t. XVII, Paris, Hermann, 1987.

Le Rêve de d’Alembert, J. Varloot et G. Dulac éd., dans Œuvres complètes, t. XVII, Paris, Hermann, 1987.

Éléments de physiologie, dans Œuvres, L. Versini éd., t. I, Philosophie, Paris, Laffont, 1994, p. 1253-1317.

Éléments de physiologie, P. Quintili éd., Paris, Champion, 2004.

Diderot Denis et d’Alembert Jean Le Rond, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers par une société de gens de lettres, Paris, chez Briasson, David L’aîné, Le Breton, Durand, 1751-1772, 28 volumes.

Garat Dominique-Joseph, « Analyse de l’entendement », Séances des Écoles normales, recueillies par des sténographes, et revues par les professeurs. Nouvelle Édition. Leçons, Paris, L’Imprimerie du Cercle-social, 1796, 8 tomes, t. I, p. 138-169 ; t. II, p. 3-40.

— « Analyse de l’entendement », Séances des Écoles normales, recueillies par des sténographes, et revues par les professeurs. Nouvelle Édition. Débats, Paris, L’Imprimerie du Cercle-social, 1800-1801, 3 volumes, t. I, p. 206-233 ; t. III, p. 5-168.

Guillaume James éd., Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale publiés et annotés, t. IV, 1er germinal an II (21 mars 1794) - II fructidor an II (28 août 1794), Paris, Imprimerie nationale, 1901.

Naigeon Jacques-André, de l’Institut, Mémoires historiques et philosophiques sur la vie et les ouvrages de D. Diderot, Paris, J. L. L. Brière, 1821.

Salverte Eusèbe, Éloge philosophique de Denys Diderot, lu à l’Institut National, le 7 thermidor an VIII, Paris, Chez Surosne, 1801.

Tuetey Louis éd., Procès-verbaux de la Commission temporaire des arts, Paris, Imprimerie nationale, 1912.

Études critiques

Boulad-Ayoub Josiane, « La leçon de l’idéologie allemande », Philosophiques, X, n° 2, octobre 1983, p. 221-241.

Brockliss Laurence et Colin Jones, The Medical World of Early Modern France, Oxford, Clarendon Press, 1997.

Buisson Ferdinand éd., Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, édition de 1911, édition électronique : http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/.

Dieckmann Herbert, « J. A. Naigeon’s analysis of Diderot’s Rêve de d’Alembert », Modern Language Notes, LIII, n° 8, 1938, p. 479-486.

Pellerin Pascale, « Naigeon, une certaine image de Diderot sous la Révolution », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, n° 29, 2000, p. 25-44.

Quintili Paolo, « Diderot e la Rivoluzione francese. Miti, modelli, riferimenti nel secolo XXI », Quaderni materialisti, n° 2, 2003, p. 81-106.

Starobinski Jean, Action et réaction, vie et aventures d’un couple, édition revue et corrigée, Paris, Seuil, 1999.

Tarin René, Diderot et la Révolution française, Paris, Honoré Champion, 2001.

Trousson Raymond, Images de Diderot en France, 1784-1913, Paris, Honoré Champion, 1997.

Varloot Jean, « La Physiologie de Diderot », Beiträge zur Romanischen Philologie, XXIV, n° 2, 1985, p. 227-233.

— « Introduction générale », Diderot, Œuvres complètes, Paris, Hermann, 1987, t. XVII, p. IX-XVII.

Notes

1 Je voudrais marquer ici ma reconnaissance envers les institutions qui m’accueillent ; c’est grâce au Jesus College, Oxford, et au John Fell Fund de l’université d’Oxford que j’ai obtenu le congé de recherche qui a rendu ces travaux possibles.

2 Jean Mayer écrit que « sous la forme où nous les connaissons, les Éléments de physiologie n’ont pas l’éclat des chefs-d’œuvre littéraires ni la hardiesse inspirée des grands textes philosophiques de Diderot. Ils souffrent visiblement d’une documentation scientifique encombrante et mal dominée ; ils se ressentent d’une polémique, ouverte ou latente, entre l’auteur et plusieurs de ses informateurs, Marat, Witt, Needham notamment. Mais ils occupent une place centrale dans la philosophie de son âge mûr » (« Introduction », Éléments de physiologie, Jean Mayer éd., p. 286. On citera cette édition comme suit : EP /DPV). Jean Starobinski est du même avis : « Diderot rêva d’une anthropologie d’inspiration médicale quand il entreprit ses Éléments de physiologie, restés inachevés » (Action et réaction, vie et aventures d’un couple, p. 146).

3 Paolo Quintili nous parle des « notes détachées sur la physiologie qu[e Diderot] prenait depuis 1765 » qui auraient servi à la « première rédaction » des Éléments, maintenant à Saint-Pétersbourg (Éléments de physiologie, Paolo Quintili éd., p. 31-32) et d’un travail qui se poursuit jusqu’« aux derniers instants de sa vie » (p. 31). On citera cette édition comme suit : EP/PQ.

4 « il n’a laissé de l’important ouvrage qu’il projetait, et dont je viens d’indiquer le sujet, que quelques matériaux épars et sans aucun ordre entre eux » (J. -A. Naigeon, Mémoires historiques et philosophiques sur la vie et les ouvrages de D. Diderot, p. 291).

5 À part les deux manuscrits principaux – le premier étant celui de Saint-Pétersbourg (préparé par le copiste Girbal en 1780, voir J. Mayer, EP /DPV p. 272, et envoyé à Catherine II avec le fonds Diderot après la mort de celui-ci), et le deuxième, beaucoup plus achevé, du fonds Vandeul (après 1780, voir J. Mayer, Éléments de physiologie, 1964, p. XXVIII ; P. Quintili, EP /PQ p. 34) –, il y a deux autres étapes manuscrites : les Fragments d’« Histoire naturelle et expérimentale de l’homme » (datation entre 1769 et 1778 selon P. Quintili, EP /PQ p. 367) et le Manuscrit de Pétersbourg (1774). Ce dernier est édité par celui qui l’a découvert, Georges Dulac, dans les Œuvres complètes, t. XVII, p. 213-262, et de nouveau dans l’édition de P. Quintili, qui édite aussi les Fragments, EP/PQ p. 365-450.

6 H. Dieckmann, « J. A. Naigeon’s analysis of Diderot’s Rêve de d’Alembert » ; J. Varloot, « La physiologie de Diderot » ; J. Varloot, « Introduction générale » au t. XVII des Œuvres complètes (1987).

7 « Diderot avait poussé le travail jusqu’à l’achèvement []. La division en nouveaux chapitres numérotés [], le reclassement des notes, le travail minutieux du style appartiennent à la phase finale de la mise en œuvre » (J. Mayer, « Introduction », EP /DPV p. 273) ; « Les Éléments de physiologie sont ainsi un ouvrage de réflexion philosophique sur les travaux des naturalistes contemporains et de la tradition iatromécanique. L’œuvre s’inscrit à plein titre dans le processus de redéfinition du concept de nature au xviiie siècle » (P. Quintili, EP/PQ p. 44).

8 D’Alembert, art. élémens de sciences, signé « O », Encyclopédie, 1755, t. V, p. 491-497, p. 497.

9 « Diderot va consacrer à cet argument la partie III des Éléments, la plus originale, concernant les “phénomènes du cerveau”, et relie la vision fédérative de l’être organique à sa théorie, originelle, des passions humaines » (P. Quintili, EP/PQ p. 29).

10 III. ii « Animal : sensibilité », EP /PQ p. 122 ; EP/DPV p. 306.

11 I. ii « Animal : mort », EP /PQ p. 127 ; EP/DPV p. 312. L’édition de P. Quintili donne par erreur « nul état fixe dans le corps l’animal » : nous corrigeons en nous référant à DPV.

12 « Il s’agit d’anatomie plus que de physiologie, et d’énumérations un peu fastidieuses dans une collection d’œuvres philosophiques ou littéraires » (L. Versini, « Introduction » [aux Éléments de physiologie ], Diderot, Œuvres, t. I, p. 1259).

13 P. Quintili, EP/PQ p. 31.

14 III. i « Sensation : vue », EP /PQ p. 279 ; EP/DPV p. 454.

15 I. ii « Animal : mort », EP /PQ p. 129 ; EP/DPV p. 313.

16 III. iii « Mémoire », EP /PQ p. 295 ; EP/DPV p. 468.

17 III. iii « Mémoire », EP /PQ p. 295 ; EP/DPV p. 468-469.

18 III. ii « Entendement », EP /PQ p. 294 ; EP/DPV p. 468.

19 III. ix « Maladies », EP /PQ p. 354 ; EP/DPV p. 513.

20 J.-P. Marat : I. iii « Hommes : Ame », EP /PQ p. 147 ; EP /DPV p. 330-331 ; Condillac : III. vi « Volonté », EP /PQ p. 317 ; EP/DPV p. 486.

21 J. Mayer, EP /DPV p. 270 ; P. Quintili, EP/PQ p. 32.

22 P. Pellerin, « Naigeon, une certaine image de Diderot sous la Révolution », p. 21 ; P. Quintili, « Diderot e la Rivoluzione francese. Miti, modelli, riferimenti nel secolo XXI », p. 87 ; R. Trousson, Images de Diderot en France, 1784-1913, p. 29.

23 R. Tarin, Diderot et la Révolution française, p. 60.

24 « J’ai regret d’entrer dans ces explications ; mais on les a rendues trop nécessaires. Jamais je n’ai dit que la matière est éternelle : jamais je n’ai dit que la matière pense ; jamais je ne le dirai » (D. -J. Garat, « Cours de l’analyse de l’entendement. 9 Ventôse, an trois », dans Séances des Écoles normales […], Débats, t. III, p. 43).

25 Voir la « Chronologie 1789-1830 : invention de la notion de patrimoine », http://www.vie-publique.fr/politiques-publiques/politique-patrimoine/chronologie/chronologie-1789-1830/ consulté le 17 décembre 2007.

26 Abbé Grégoire, « Rapport sur les destructions opérées par le vandalisme, et sur les moyens de le réprimer » : voir au 11 fructidor an II, Procès-verbaux du comité d’instruction publique, t. IV, p. 999, note 2. J. Guillaume y explique que ce rapport est « une longue diatribe remplie d’assertions inexactes, et souvent calomnieuses », ce qui ne modifie pas la thèse soutenue ici que Grégoire et ses collègues s’inquiètent à propos du sort des bibliothèques, et s’efforcent de mettre en place des systèmes pour empêcher les pertes.

27 Abbé Grégoire, « Rapport sur la bibliographie » (22 germinal an II), Procès-verbaux du comité d’instruction publique, t. IV, pièce annexe A, p. 120-129, p. 129.

28 Abbé Grégoire, « Rapport sur la bibliographie », Procès-verbaux, t. IV, p. 127.

29 Abbé Grégoire, « Rapport sur la bibliographie » (21 germinal an II), Procès-verbaux, t. IV, p. 127.

30 Abbé Grégoire, « Rapport sur la bibliographie » (21 germinal an II), Procès-verbaux, t. IV, p. 125.

31 Ibid.

32 L. Brockliss et J. Colin, The Medical World of Early Modern France, p. 804-811.

33 On discute des procédures à suivre par rapport aux cabinets d’histoire naturelle offerts à la République le 10 fructidor an II (Procès-verbaux, t. IV, p. 990-991) ; Lamarck signe un rapport sur le cabinet d’histoire naturelle du citoyen Vaillant, le 24 germinal an II (14 avril 1794), t. IV, p. 140 ; le 5 thermidor de l’an II, « le citoyen Suë, propriétaire d’un cabinet d’anatomie, exprime le désir qu’il a d’en faire don à la nation, en se réservant seulement le droit d’en être le conservateur », t. IV, p. 846-847, etc. On parle aussi des cabinets du citoyen Fayolle (11 fructidor, t. IV, p. 996), du citoyen Joubert (11 germinal, t. IV, p. 56), du ci-devant d’Orléans (17 germinal, t. IV, p. 96) : cette liste est loin d’être exhaustive.

34 Voir les Procès-verbaux du comité d’instruction publique, t. III (1897), p. 502-503, où se trouve la liste des membres de la Commission temporaire des arts, y compris Lamarck, mais non Naigeon le jeune (c’est-à-dire, Jacques-André Naigeon, le disciple de Diderot), et les Procès-verbaux de la commission temporaire des arts, où les deux se trouvent cités, éd. Tuetey, p. IX, note 5. Garat était nommé commissaire du comité d’instruction publique le 26 fructidor an II, et exerce ses fonctions jusqu’en thermidor an III : il est remplacé par son adjoint Guingené, « Garat », Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, sous la direction de Ferdinand Buisson, édition de 1911, édition électronique.

35 R. Trousson, Images de Diderot en France, 1784-1913, p. 42.

36 Mathieu, « Règlement pour le secrétariat du comité », Procès-verbaux…, t. IV, p. 775-777.

37 Philippe Roger qui, à l’heure actuelle, prépare en équipe une édition commentée des séances des Écoles normales, recueillies par des sténographes, a eu la bonté de nous expliquer le contexte du désistement de Garat (communication personnelle, 10 février 2008).

38 « Il y a vingt ans que je les médite, mais je n’ai pas encore écrit une seule page : c’est au milieu de vous que je vais faire l’ouvrage que je dois faire pour vous. Nous allons le faire ensemble : naguères, et lorsque la hache était suspendue sur toutes les têtes, dans ce péril universel, auquel nous avons échappé, un des regrets que je donnais à la vie, était de mourir sans laisser à côté de l’échafaud l’ouvrage auquel je m’étais si long-tems préparé » (D. -J. Garat, « Analyse de l’entendement », Séances [etc.], Leçons, t. I, p. 169).

39 Pages (non numérotées) d’ouverture, Séances des Écoles normales, […]. Leçons, t. VII et t. VIII.

40 D. -J. Garat, « Analyse de l’entendement », Séances des Écoles normales, […]. Leçons, t. II, p. 4-5 (leçon du 23 pluviôse an III). Nous avons davantage mis en valeur les cinq sections proposées par Garat qu’il ne l’a lui-même fait pour en dégager les ressemblances avec toute une histoire de la philosophie sensualiste. Comme le lecteur attentif le verra, ces sections proviennent de différentes parties de son texte.

41 Voir, par exemple, l’extrait suivant. C’est Bordeu qui parle : « Mais qu’est-ce qu’un être sensible ? Un être abandonné à la discrétion du diaphragme. Un mot touchant a-t-il frappé l’oreille ? un phénomène singulier a-t-il frappé l’œil ? et voilà tout à coup le tumulte intérieur qui s’élève, tous les brins du faisceau qui s’agitent, le frisson qui se répand, l’horreur qui saisit, les larmes qui coulent, les soupirs qui suffoquent, la voix qui s’interrompt, l’origine du faisceau qui ne sait ce qu’il devient ; plus de sang-froid, plus de raison, plus de jugement, plus d’instinct, plus de ressource » (Le Rêve de d’Alembert, J. Varloot et G. Dulac éd., dans Œuvres complètes, t. XVII, p. 179).

42 III. ii « Entendement », EP /PQ p. 287 ; EP/DPV p. 462.

43 III. i « Sensation : vue », EP /PQ p. 282 ; EP/DPV p. 457.

44 III. i « Sensation : toucher », EP /PQ p. 273 ; EP/DPV p. 448.

45 III. i « Sensation : vue », EP /PQ p. 282 ; EP/DPV p. 456-457.

46 III. i « Sensation : vue », EP /PQ p. 282 ; EP/DPV p. 457.

47 III. iv « Imagination », EP /PQ p. 304-305 ; EP/DPV p. 476.

48 Condillac dans son Traité des sensations (1754) évoque bien sûr la question du concours des sens, mais il nous paraît impossible que La lettre sur les aveugles ne soit pas présente à l’esprit de Garat à cet endroit. Salverte, dans son éloge de Diderot, prononcé à l’Institut le 7 thermidor de l’an VIII, expose la relation des deux penseurs ainsi que de Bonnet à ce sujet, de façon très claire, et en même temps nous rappelle que les travaux de Diderot étaient loin d’être oubliés : « Condillac et Bonnet, pour développer la nature de notre intelligence, ont imaginé de la composer, en animant par supposition une statue humaine, qui acquiérait un à un chacun des sens que nous possédons, et en suivant la marche et le progrès des idées que feraient naître l’acquisition d’un sens nouveau, et sa combinaison avec les sens déjà examinés. Mais avant que Condillac eut mis en œuvre cette composition ingénieuse, Diderot était arrivé au même but, en examinant la décomposition que produit dans l’intelligence de l’homme la soustraction d’un ou de plusieurs sens. Il aborda ces questions curieuses, sous le rapport de l’entendement et sous celui de la moralité, dans les lettres sur les sourds et muets, et sur les aveugles » (E. Salverte, Éloge philosophique de Denys Diderot, p. 24-25) ; « Et les êtres qu’une semblable défectuosité avait fait long-temps négliger à l’observateur, sont devenus, par cette défectuosité même, aux yeux du philosophe, le sujet des recherches les plus intéressantes » (ibid., p. 26) ; « Mais Diderot, qui peut-être a eu l’honneur de fournir à Haüy, à de l’Epée, à Sicard, la première idée de leurs philanthropiques travaux » (ibid., p. 28). Salverte attribue donc tout le mérite d’avoir trouvé le sujet à Diderot, et semble ignorer les autres instances de l’aveugle dans les débats philosophiques antérieurs à Diderot, dont Kate E. Tunstall nous expose toute la complexité ailleurs dans ce volume.

49 III. viii « Organes », EP /PQ p. 347 ; EP/DPV p. 508.

50 J’aborde la question des rapports éventuels entre Diderot et Cabanis dans mon article, « Diderot et Cabanis, physiologues moralistes : dialogue et dissémination », Médecine, sciences de vie et littérature, L. Dumasy et H. Spengler éd., Grenoble, ELLUG, sous presse.

51 III. i « Sensation : vue », EP /PQ p. 285-286 ; EP/DPV p. 459.

52 III. iii « Mémoire », EP /PQ p. 302 ; EP/DPV p. 474.

53 III. iv « Imagination », EP /PQ p. 302 ; EP/DPV p. 475.

54 Garat dans le Mercure de France, le 15 février 1779, repris dans Diderot, Correspondance, t. XV, p. 130-131.

55 Garat dans le Mercure de France, cité dans Diderot, Correspondance, t. XV, p. 130.

56 Diderot, Correspondance, t. XV, p. 131, note 14.

57 http://www.documents-anciens.com/fiche-385.html, consulté le 20 mai 2008.

58 Sur le néologisme « idéologie », inventé par Destutt, voir J. Boulad-Ayoub, « La leçon de l’idéologie allemande », p. 222-223.

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540