Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Lumières en mouvement

 | 
Isabelle Moreau

Transmettre et diffuser

Fontenelle et la transmission des savoirs

Maria Susana Seguin

Texte intégral

  • 1 Fontenelle fréquenta les salons de la duchesse du Maine, de Mme Lambert et de son amie de toujours, (...)
  • 2 Fontenelle entre à l’Académie française en 1691, à l’Académie des sciences en 1699 et à l’Académie (...)
  • 3 Citons, à titre d’exemple, les Poésies pastorales, parues en 1688.
  • 4 Tels que Psyché (1678) ou Thétis et Pélée (1723).
  • 5 Nouveaux dialogues des morts (1683), Histoire des oracles (1686), De l’origine des fables (1724) ou (...)
  • 6 Outre les Entretiens sur la pluralité des mondes, signalons la préface qu’il écrivit pour l’Analyse (...)
  • 7 L’édition de ses œuvres complètes de 1766 contient également : De l’existence de Dieu ; Du bonheur  (...)

1Lorsqu’il s’agit de réfléchir aux « Lumières en mouvement », à la « transmission des savoirs » au xviiie siècle, le nom de Fontenelle semble s’imposer de lui-même. D’une part, en raison de la longévité de l’écrivain (né en février 1657 et mort en janvier 1757), qui en fait un témoin privilégié aussi bien des grandes révolutions scientifiques de la fin du xviie siècle que de la naissance de la pensée des Lumières. D’autre part, en raison de la nature de l’œuvre scientifique et philosophique de l’auteur des Entretiens sur la pluralité des mondes, associée par la critique à l’idée de vulgarisation, de diffusion des nouveaux savoirs, que Fontenelle parvient à traduire mieux que personne dans le langage de la société française de la fin du règne de Louis XIV et de la Régence. Finalement, à cause de l’appartenance évidente de Fontenelle à la république des lettres, qui se traduit par la fréquentation de milieux intellectuels aussi variés que les salons mondains1, les milieux académiques2 ou philosophiques. Fontenelle est un acteur privilégié de la vie intellectuelle de cette époque, capable de pratiquer également des genres variés, de la poésie mondaine3 au livret d’opéra4, en passant par la réflexion historique et philosophique5, la vulgarisation scientifique6 et les écrits philosophiques de portée bien plus polémique7.

  • 8 Sur la dimension de « vulgarisateur » de Fontenelle dans les Entretiens, voir la présentation de C. (...)

2Or, paradoxalement, le caractère hétéroclite de l’œuvre de Fontenelle complique en même temps l’appréhension d’une pensée qui se diffuse dans des formes diverses, comme si la logique philosophique de cette pensée était directement associée à la forme qu’elle prend, et que la légèreté de l’écriture fontenellienne était le pendant d’une pensée, somme toute, peu structurée. Ceci est d’autant plus vrai dans le cas de la partie scientifique de l’œuvre de Fontenelle, souvent réduite à la simple vulgarisation8. Dans ce contexte, notre auteur semble échapper à la problématique soulevée par ce volume, dans le sens où nous examinons ici la circulation d’idées à l’intérieur d’une œuvre unique, diverse et hétéroclite, destinée en partie à traduire les idées des autres en un langage compréhensible par le public mondain, mais nullement constituée en système personnel. D’ailleurs, peut-on réellement faire de l’un des derniers défenseurs des tourbillons cartésiens, devant la physique newtonienne qui s’impose dans les milieux savants français, l’acteur d’une métamorphose des savoirs scientifiques et philosophiques, d’une transformation de la pensée héritée du Grand Siècle, à travers les grandes images ou motifs qui la représentent ?

3Ce paradoxe propre à l’œuvre de Fontenelle ne doit pas nous faire conclure trop vite à l’intérêt relatif de sa pensée, ni à l’influence limitée d’une littérature adressée en priorité aux mondains érudits mais non aux hommes de lettres ou aux savants. Au contraire, le rôle d’interprète des savoirs que joue Fontenelle entre le xviie et le xviiie siècle constitue une articulation essentielle dans la diffusion des nouvelles idées et l’illustration d’une transformation de la stratégie de diffusion des conceptions philosophiques souvent peu conformes aux dogmes chrétiens. Destinés à un large public, cultivé mais pas toujours érudit, écrits dans une langue spirituelle, mais dénués apparemment des effets brillants et polémiques de certains de ses contemporains, les écrits de Fontenelle ont contribué sans doute plus que d’autres à imposer de manière subtile et conciliante une certaine vision de la nature et du savoir auprès non seulement de l’opinion publique française mais, du fait du prestige de l’auteur et de la nature et de la diffusion de certains de ses écrits, également auprès d’un public de dimension européenne.

  • 9 C’est le cas à propos du travail de Fontenelle dans la diffusion du calcul infinitésimal. Sur ce su (...)
  • 10 Voir S. Mazauric, Fontenelle et l’invention de l’histoire des sciences à l’aube des Lumières, et mo (...)

4En effet, la critique contemporaine insiste sur l’intérêt de la pensée philosophique et scientifique de Fontenelle9, non seulement celle qui apparaît comme le résultat de ses propres recherches et qui se diffuse parfois par les voies secrètes de la clandestinité philosophique, mais aussi celle qu’il élabore dans le cadre de ses fonctions officielles, et notamment celles qu’il assume lorsqu’il se voit confier, au moment du renouvellement de l’Académie royale des sciences, la charge de secrétaire perpétuel de l’institution10. À ce titre, Fontenelle doit rédiger chaque année l’histoire des activités de la compagnie, une lourde tâche, que le secrétaire mènera de front en même temps que sa propre carrière philosophique et littéraire, entre 1699 et 1740, date à laquelle, très âgé, il parvient à se faire décharger de sa fonction au bénéfice de Dortous de Mairan.

  • 11 Histoire de l’Académie royale des sciences, avec les Mémoires de mathématique et de physique tirés (...)
  • 12 On peut ainsi suivre des « séries » thématiques bien délimitées à l’intérieur de l’Histoire de l’Ac (...)
  • 13 C’est le cas des Mémoires pour servir à l’histoire des insectes (1734-1742) de Réaumur, un ouvrage (...)

5Le résultat de ce travail constitue une somme de textes considérable : Fontenelle est responsable de la publication d’une quarantaine de volumes de l’Histoire de l’Académie des sciences11. Chacun de ces volumes est composé d’une partie historique, de certains Mémoires présentés par les académiciens à la Compagnie, et des Éloges des membres de l’institution disparus dans l’année, et que Fontenelle écrit lui-même à chaque fois. Mais le travail le plus lourd est celui que Fontenelle consacre à la rédaction de la première partie de l’Histoire de l’Académie des sciences, le volet historique proprement dit (plus d’une centaine de pages à chaque fois), que l’on peut définir comme une sorte de grande introduction aux textes scientifiques publiés dans le même volume. L’Histoire de l’Académie des sciences offre ainsi au lecteur un panorama général des principales observations et découvertes réalisées par les membres et correspondants de l’institution pendant une année civile, et propose un parcours de lecture dynamique des mémoires de l’année, auxquels le texte réfère. Ces mémoires sont présentés par ailleurs, à travers une série de renvois d’un volume à un autre, comme des épisodes de l’histoire particulière d’une discipline scientifique donnée ou d’un savoir nouveau12. Conformément à son goût pour la variété, Fontenelle ajoute aussi à la partie historique des commentaires à propos de la correspondance reçue par les académiciens de la part de collaborateurs installés en province ou à l’étranger, des résumés de discussions tenues lors des séances hebdomadaires, des rapports sur les expériences conduites dans le cadre des activités de l’institution, ou des comptes rendus d’ouvrages récemment publiés, et qu’il commente lui-même13.

  • 14 C’est ce qu’avance Simone Mazauric dans l’ouvrage qu’elle consacre au travail de Fontenelle à l’Aca (...)
  • 15 Sur les éloges de Fontenelle, voir S. Mazauric, Fontenelle et l’invention de l’histoire des science (...)

6Le travail de Fontenelle en tant que secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences est certes un travail de circonstance, profondément marqué par les attentes de l’institution, par sa place dans la querelle des Anciens et des Modernes, et par la politique royale en matière de sciences14. De ce fait, le secrétaire perpétuel doit nécessairement conformer son travail aux exigences du règlement de l’institution ou aux contraintes génériques que supposent les parties qui composent la rédaction de l’histoire de l’institution (les éloges, par exemple). Il n’en reste pas moins que Fontenelle en fait aussi le lieu d’une réflexion personnelle sur la science en action et sur les acteurs de cette transformation, un travail qui lui permet de répondre rigoureusement aux exigences de sa charge, tout en renouvelant le traitement des genres en jeu, l’éloge académique par exemple, et en ouvrant une tradition que n’hésiteront pas à emprunter ses successeurs (d’Alembert ou Condorcet)15.

7Si les Éloges ont, jusque-là, retenu l’attention de la critique, il est également possible de suivre l’évolution de la pensée fontenellienne dans les textes de la partie historique. Cette lecture suppose un effort d’interprétation, car il s’agit d’une réflexion diffuse, qu’il faut aller chercher dans le travail même d’écriture, mais parfaitement cohérente avec l’ensemble de l’œuvre de Fontenelle et d’autant plus efficace auprès du public qu’elle semble se confondre avec un travail systématique de recensement savant mais impersonnel du travail des autres membres de l’Académie. À ce titre, les textes que Fontenelle écrit pour l’Histoire de l’Académie des sciences révèlent les subtilités de sa réflexion épistémologique et traduisent une affirmation de la pensée scientifique et philosophique de notre auteur, qui se manifeste par des prises de position parfois assez radicales.

  • 16 Rappelons les mots de Fontenelle dans la préface à l’Histoire de l’Académie des sciences : « L’espr (...)

8Une dernière remarque méthodologique. Il est vrai que Fontenelle affiche ouvertement sa préférence pour le langage mathématique, comme la forme la plus épurée de la réflexion humaine, qu’il résume dans son éloge de « l’esprit géométrique »16. Nous proposerons ici, cependant, une réflexion sur les chapitres de l’Histoire de l’Académie des sciences qui concernent la seule « physique », terme générique qui désigne non seulement la physique au sens moderne, mais surtout les sciences de la nature et du vivant (théorie de la Terre, anatomie, botanique, zoologie, chimie), autrement dit les domaines où la nature ne peut être appréhendée qu’à travers des faits, rarement traduisibles en langage mathématique.

9Ce qui peut apparaître comme un déficit épistémologique, selon la conception que l’on attribue traditionnellement à Fontenelle en raison de sa préférence pour les mathématiques, se révèle pourtant comme un fait significatif pour nous, ainsi qu’un domaine de recherche particulièrement révélateur de la pensée de l’auteur. Certes, les sciences de la nature et du vivant de la fin du xviie siècle et du début du xviiie siècle manifestent un retard par rapport au développement qu’ont pu connaître, à la même époque, les sciences spéculatives, essentiellement parce que les savants ne disposent pas encore des outils technologiques ni de la conceptualisation épistémologique leur permettant de résoudre des énigmes majeures de la nature : l’origine de la vie, par exemple. Cette partie de l’Histoire de l’Académie des sciences oblige donc Fontenelle à tenir un discours sur les choses et non pas sur les idées, ou plutôt à élaborer des idées à partir des faits, et donc à partir du monde sensible dont les héritiers du cartésianisme se méfient particulièrement.

10Les observations de Fontenelle s’inscrivent dans cette attitude épistémologique générale. La nature sensible semble échapper constamment à l’analyse. Ceci explique les fréquentes remarques qui, chez Fontenelle, semblent traduire une attitude sceptique désabusée, comme celle qu’il énonce en commentant les résultats différents obtenus par les mesures de la dilatation de l’air :

  • 17 Fontenelle, « Sur la dilatation de l’air », HARS, 1708, p. 11. Citons cette autre affirmation, à pr (...)

Il n’y a guère de choses en physique si bien décidées qu’il n’y ait toujours lieu à la révision, et il est difficile que la Nature, lors même que nous croyons la saisir le mieux, ne nous échappe par quelque endroit.17

11Mais la prudence imposée par la nature de ces observations ne dégage pas Fontenelle de sa responsabilité de secrétaire perpétuel de l’institution. La nécessité d’écrire une histoire des savoirs sur la nature sensible est incompatible avec une attitude sceptique de principe, puisqu’elle suppose que l’on admette comme préalable indispensable la possibilité même de ce savoir. Conscient de la situation paradoxale dans laquelle il se trouve, Fontenelle élabore une théorie de la connaissance qui, chez lui, ne prend pas la forme d’une pensée systématique mais qui se confond avec l’élaboration d’un discours sur la science. La démarche rhétorique et esthétique de Fontenelle aboutit ainsi à l’élaboration de principes épistémologiques très personnels, et qui constituent l’une de ses principales contributions au savoir du temps.

  • 18 Fontenelle, Entretiens sur la pluralité des mondes (1686). Voir l’édition citée de C. Martin, p. 62
  • 19 Pas moins d’une quinzaine de commentaires de Fontenelle portent sur la question de l’aurore boréale (...)

12« … je me figure toujours que la Nature est un grand spectacle qui ressemble à celui de l’opéra », affirmait le philosophe à la marquise des Entretiens, avant de développer une cosmologie mécaniste où tout dans l’univers s’explique par le jeu de poulies, de cordes et de contrepoids18. Cette métaphore mécaniste du spectacle théâtral est toujours active dans l’Histoire de l’Académie des sciences et, comme dans les Entretiens, elle est employée pour désigner les observations astronomiques, ou les phénomènes célestes en général. Ainsi, par exemple, de l’aurore boréale, qui occupe particulièrement les recherches des académiciens entre 1712 et 172819. L’une de ces observations, d’une aurore particulièrement puissante, fait l’objet d’un commentaire enthousiaste de la part de Fontenelle :

  • 20 Fontenelle, « Sur la lumière septentrionale », HARS, 1726, p. 3.

Ç’a été le plus beau spectacle que le théâtre du grand Ciel nous eût encore donné, et s’il n’eût été préparé depuis dix ans par des scènes moins brillantes, la surprise des physiciens et la terreur du peuple, auraient été au plus haut point.20

  • 21 « Il n’appartient qu’aux phénomènes célestes, entièrement dégagés de notre atmosphère et d’ailleurs (...)

13La métaphore de l’opéra se déployait, dans les Entretiens, dans l’allusion au « parterre » et aux « mécaniciens » cachés au milieu du public, dont le but était de pouvoir regarder dans les coulisses du spectacle de l’Univers, ce que le reste du public, fasciné par le merveilleux de la représentation (le vol de Phaéton), ignorait totalement. La métaphore s’inscrit par des procédés similaires dans les différents volumes de l’Histoire de l’Académie, où elle reste active dans la présence des « spectateurs », terme qui désigne régulièrement les savants, et en particulier les astronomes21.

  • 22 « Mais que sera-ce, si l’on fait réflexion, que l’homme est un assemblage de merveilles, ou semblab (...)
  • 23 « Quelque ancienne et quelque établie que soit la réputation des abeilles, on ne les croyait point (...)
  • 24 « Le plus grand appareil de chimie qui soit dans tout le corps humain, le plus merveilleux laborato (...)
  • 25 « Aussi l’angle de contingence était une merveille incompréhensible, et l’on n’eût pas pu expliquer (...)

14La logique sémantique de cette métaphore semble également respectée, Fontenelle désigne comme des « spectateurs » les observateurs d’une nature qu’on ne peut pas encore totalement expliquer (comme c’est alors le cas de l’aurore boréale), mais que la libido sciendi invite à interroger autrement que sous la forme du merveilleux surnaturel. Le « spectateur » apparaît ainsi comme la personnification de la première attitude de l’esprit humain tentant d’appréhender le fonctionnement de la nature et d’en élaborer un discours de savoir. Le regard du savant suppose donc une attitude d’esprit totalement différente de la contemplation naïve de la nature qui fait s’émerveiller le simple contemplateur devant les effets naturels, ou le public d’opéra devant le vol de Phaéton. L’attitude du savant s’applique à un ensemble de phénomènes naturels désignés par Fontenelle comme des « merveilles » : le corps humain22, les insectes23, le cerveau humain24, et même les angles de contingence, véritables « merveilles » de la géométrie avant que les mathématiques de l’infini ne viennent les rendre intelligibles25. Le rôle du savant est alors comparable à celui du « machiniste » caché dans le parterre, capable d’expliquer le fonctionnement des « machineries de l’opéra », ou des « merveilles de la Nature », de voir, comme le philosophe des Entretiens le suggère, comment « le derrière du théâtre serait disposé » (ibid., p. X).

15La métaphore du spectacle renvoie chez Fontenelle au principe épistémologique de l’observation de la nature. Elle se diffuse dans un réseau sémantique qui, dans l’ensemble des chapitres de physique de l’Histoire de l’Académie des sciences, prend la forme de l’isotopie de la vue, l’activité du savant étant assimilée à la capacité de « voir » ce que les autres ne voient pas (comme le machiniste du parterre), de percer à jour le fonctionnement de la nature, de déjouer ce qu’elle a de « merveilleux » et de transcrire cette réalité dans un code langagier capable de transformer le spectacle prodigieux en discours cohérent, en connaissance sinon certaine, du moins probable.

  • 26 C’est par ces termes que s’ouvre, dans l’Histoire des oracles (1686), le récit de la célèbre « dent (...)
  • 27 Fontenelle, « Sur les singularités de l’histoire naturelle de la France », HARS, 1699, p. 23. Je so (...)

16Ainsi de cette étrange « fontaine brûlante », dont l’existence avait été signalée à l’Académie par un correspondant, et qui, après vérification, s’était révélée une croyance populaire sans fondement. Le commentaire de Fontenelle reprend les termes mêmes qu’il avait utilisés dans l’Histoire des oracles au sujet de la célèbre « dent d’or »26 : « M. Dieulamant s’était transporté sur le lieu, et avait vu avec des yeux de physicien », remarque Fontenelle ; puis il conclut : « La fontaine brûlante n’est point une fontaine […]. Il est bon de s’assurer exactement des faits et de ne pas chercher la raison de ce qui n’est point. »27

17On comprend ainsi qu’une « merveille » de la nature n’est pas un signe renvoyant à une réalité dans le monde sensible, mais la traduction langagière de l’incapacité dans laquelle se trouvent les savants de donner une explication du fonctionnement de la nature, le signe qui traduit le premier stade de l’esprit humain dans sa recherche du savoir, et qui rappelle que la saine curiosité, guidée par la raison, est le début de toute forme de connaissance. Dans cette même logique, l’incapacité de produire un sens scientifique s’exprime, chez Fontenelle, par la métaphore de la vue, ou plutôt de la cécité :

  • 28 Fontenelle, « Sur le sens dont plusieurs corps se tournent », HARS, 1703, p. 16. Je souligne.

Ce n’est pas seulement l’intelligence qui nous manque pour découvrir les causes naturelles, il semble que les yeux nous manquent aussi pour voir les effets ; et mille choses se présentent incessamment, qui ne sont point observées.28

18Voir « avec des yeux de physicien » implique l’intention de dépasser les apparences, d’appréhender le monde sensible en faisant abstraction de toute considération personnelle ou utilitaire, de toute détermination causale ou finale et de combler un vide langagier par le biais d’un discours en adéquation avec le monde sensible, une attitude qui distingue le philosophe de l’homme ordinaire, le « machiniste » du public d’opéra. C’est ce que Fontenelle observe lorsqu’il présente un mémoire de Réaumur consacré aux guêpes, dont l’intérêt ne peut être compris que de ceux qui savent regarder la nature de manière pertinente :

  • 29 Fontenelle, « Sur les guêpes », HARS, 1719, p. 14. Je souligne.

Autant les abeilles se sont attiré la faveur de la part des hommes […] autant les guêpes s’en sont-elles attiré de mépris et d’aversion. […] Mais comme ce ne sont pas nos utilités ou nos goûts qui doivent régler les rangs dans l’univers, les guêpes et les abeilles sont assez égales aux yeux des philosophes.29

19Les « yeux » des savants ne sont certes pas infaillibles ; Fontenelle observe à propos d’un mémoire de Winslow sur le fonctionnement des glandes :

  • 30 Fontenelle, « Sur les filtrations ou secrétions des sucs dans les glandes », HARS, 1711, p. 19.

les yeux aidés des meilleurs microscopes ne peuvent aller que jusqu’à un certain point, après quoi c’est à la raison à deviner, et par conséquent c’est là que commence le péril de se tromper, si cependant les yeux eux-mêmes n’ont pas déjà aussi un peu deviné à leur manière.30

20Cela dit, la méfiance à l’égard du monde sensible et du pouvoir trompeur de nos sens n’est que relative. La possibilité d’un savoir sur la nature ne s’en trouve pas diminuée, si tant est que le savant est capable de développer sa « vision », soit à travers des outils technologiques, soit à travers des outils conceptuels. La métaphore de la vue est alors utilisée pour désigner les différentes activités intellectuelles qui permettent d’élaborer un savoir sur la nature. C’est ce que semble suggérer Fontenelle à propos des expériences menées par les académiciens au sujet de la moelle épinière :

  • 31 Fontenelle, « Sur la structure de la moelle », HARS, 1714, p. 14. Je souligne.

Il n’y a rien dans les animaux qui n’ait sa structure particulière et organique, et si le premier coup d’œil ne nous la découvre pas, la recherche de la dissection, ou le microscope, ou le raisonnement nous la découvriront : trois manières différentes de voir, qu’il faut ajouter à notre vue simple et ordinaire, et qui vont infiniment plus loin.31

  • 32 Cette attitude de Fontenelle n’est pas sans rappeler celle que défend Gassendi dans les Exercitatio (...)
  • 33 Ainsi, au sujet de la portée historique des sciences, Fontenelle affirme : « Les mathématiques, la (...)

21L’élaboration d’un savoir sur la nature repose alors sur la multiplication et la diversification des observations que les savants portent sur elle au cours de leur vie, et au-delà, dans le cours de l’histoire de l’esprit humain. La prise de position épistémologique n’est certes pas exclusive de Fontenelle, observation et expérimentation étaient même les deux principes sur lesquels l’institution de l’Académie des sciences fondait son travail. L’originalité de Fontenelle est de faire du discours sur la science – celui-là même qu’il élabore en tant que secrétaire perpétuel de l’institution – une autre forme de saisie du monde sensible, de représentation de la nature, grâce à laquelle le savant peut par la suite élaborer un savoir positif. Ce travail d’écriture comme saisie de la nature, mis en pratique dans l’écriture continuelle que suppose le rôle de secrétaire perpétuel, n’est efficace que dans la mesure où il acquiert une dimension historique. Ainsi, la précision du langage augmentant au fur et à mesure que les connaissances se précisent, la construction du discours scientifique et du savoir qu’il représente se confond avec l’écriture de l’Histoire de l’Académie des sciences32, et de manière plus large, avec une conception historique des connaissances, parfaitement compatible avec celle que Fontenelle défend dans la Digression des Anciens et des Modernes33.

  • 34 M. S. Seguin, « Fontenelle et le genre du mémoire académique ».
  • 35 M. S. Seguin, « Du classement des savoirs à la construction discursive de la science ».

22Cette conception épistémologique est à la source de l’esthétique du « faire voir » que Fontenelle développe, dans l’Histoire de l’Académie des sciences : utilisation récurrente de l’hypotypose, multiplication des images sensorielles, précision minutieuse de la description qui ne tient compte ni de la morale ni de la bienséance34. La perspective historique apparaît également par le traitement générique d’ensemble qui caractérise le travail de Fontenelle, l’approche sérielle et la rhétorique de l’analogie apparaissant ainsi comme autant de stratégies discursives permettant de transformer la représentation de la nature en une structure analytique, indispensable à l’élaboration d’un discours de savoir inscrit dans le temps35. Ce nouveau regard sur la nature, que constitue le discours scientifique, agit comme un outil complémentaire dans un effort d’interprétation :

  • 36 Fontenelle, « Sur la formation de la voix », HARS, 1706, p. 15.

Tout sujet exactement considéré devient infini – remarque Fontenelle à propos d’un mémoire sur les cordes vocales et la formation de la voix – et l’attention est une espèce de microscope, qui le grossit et le multiplie toujours, à proportion qu’elle est plus parfaite.36

  • 37 Fontenelle, « Sur les yeux de l’homme et de différents animaux », HARS, 1726, p. 21.
  • 38 Fontenelle, « Sur les guêpes », HARS, 1719, p. 20.

23L’esthétique du « faire voir » n’est pas gratuite, elle correspond chez Fontenelle non seulement à la perspective historique qui, seule, garantit la possibilité d’un savoir sur la nature, mais également à sa volonté de donner au discours sur la nature sensible l’« esprit géométrique » qui garantit, aux yeux de notre auteur, la qualité du discours scientifique. Démultiplier les regards revient alors à adopter une attitude épistémologique qui épouse les manifestations mêmes de la nature, comme la seule possibilité de l’appréhender dans ses multiples manifestations : « Il n’y a encore rien qui ait été assez examiné, et peut-être rien ne le sera jamais assez. Tout est infini dans la nature », observe Fontenelle, au sujet d’un mémoire consacré aux yeux des hommes et des animaux37. Son travail de secrétaire de l’Académie des sciences semble le conforter dans l’idée que l’uniformité des lois de l’univers n’entraîne pas la fixité de ses structures, et que la nature procède par des processus combina toires rendant possibles une infinité de manifestations. L’élaboration d’un savoir sûr suppose alors au moins autant d’observations que la nature a de manifestations, ce qui n’est concevable que dans une dimension historique : « Il semble que la nature ait pris plaisir à suivre les règles des combinaisons, et plus on comparera ensemble ses différents ouvrages, plus on trouvera que ce génie des combinaisons y domine »38, conclut Fontenelle à propos des remarques proposées par Réaumur sur les guêpes.

  • 39 N. -A. Pluche, Le spectacle de la nature.
  • 40 Fontenelle, « Sur les monstres », HARS, 1740, p. 49.
  • 41 « Il ne s’agit que de deviner juste les desseins de la Nature, mais il est toujours à présumer qu’u (...)
  • 42 « … si la nature peut pousser quelquefois trop loin l’ossification des chairs, qu’elle a eu souvent (...)
  • 43 « Jamais peut-être on ne prouvera mieux que par le sujet de cet article, que la Nature ayant pris u (...)
  • 44 « La sagesse de la nature a sacrifié un avantage qui ne nous servait de rien, à un autre qui nous e (...)
  • 45 « … il serait assuré du génie de la Nature, d’avoir ménagé des ressources pour les accidents du cer (...)
  • 46 « La première formation des animaux qui sortent vivants du sein de leurs mères, semble avoir été co (...)
  • 47 « … en voici encore un, du moins aussi surprenant, et qui paraît en quelque sorte être un effort de (...)
  • 48 « Les premières notions de la physique, l’essence de la matière, par exemple, et la nature du mouve (...)

24C’est ici que l’on peut percevoir l’audace philosophique de Fontenelle. Cette dynamique combinatoire dont il dote la nature, et qui rend nécessaire la démultiplication des regards, écarte totalement et les causes premières, et les causes finales du discours qui peut lui être consacré. Et de fait, l’Histoire de l’Académie des sciences s’intéresse plus au « comment » qu’au « pourquoi » des phénomènes naturels. Le « spectacle de la nature », pour reprendre le titre de l’abbé Pluche39, dont l’œuvre est contemporaine du travail de Fontenelle, n’invite nullement à adorer le Créateur de l’Univers, dont l’existence est le plus souvent soigneusement passée sous silence. En effet, Fontenelle évoque rarement l’« auteur de la Nature »40, et le plus souvent, il limite son action à l’élaboration de lois générales de l’univers, « les seules dignes de sa sagesse » (ibid.). Partout ailleurs, c’est la nature elle-même qui apparaît comme une intelligence supérieure, constamment personnifiée : elle est dotée de volonté (elle a des desseins41, des vues42, un plan général dans ses productions43), d’intelligence (la « sagesse de la Nature »44, le « génie »45), voire d’une certaine forme de ruse, puisqu’elle se moque des savants, déjoue leurs systèmes, se dérobe aux yeux des philo sophes46, et « cache »47 ses secrets les plus chers, comme la nature de l’âme humaine ou celle de la matière48.

25La machine universelle de Fontenelle est bien une natura naturans, une réalité en permanente transformation, et dont les infinis possibles sont comparables aux infinis mathématiques que Fontenelle défend ailleurs, et auxquels il a consacré près de trente années de recherche et un ouvrage, les Éléments de la géométrie de l’infini, paru en 1727. De sorte que, si la nature sensible n’est pas toujours traduisible en langage mathématique, elle devient mathématique en action, une fonction exponentielle des possibilités de la matière et des formes sensibles qu’elle peut prendre.

  • 49 M. S. Seguin, « De la beauté des monstres : poétique de la catastrophe dans les sciences du vivant  (...)

26L’esthétique du « faire voir » est donc la réponse langagière à « l’esprit géométrique » qui se manifeste dans la nature et que l’on peut définir dans des termes qui relèvent du calcul infinitésimal. La nature agit par des principes constants (des lois), mais dont les infinies opérations combinatoires produisent une infinité de structures possibles, les « merveilles » de la nature, celles-là même qui constituent le spectacle par lequel commence toute la connaissance. Dans cette dynamique créatrice, le hasard devient même un des facteurs possibles de la diversification des formes. C’est d’ailleurs le hasard, cause aveugle par excellence, qui apparaît, en dernier ressort, comme responsable de l’existence de certaines structures, dont les monstres49, qui constituent l’une des thématiques les plus récurrentes de l’Histoire :

  • 50 Fontenelle, « Observations d’anatomie », HARS, 1702, p. 28.

Ce n’est que le hasard de la rencontre des fœtus […] qui les détermine à quitter certains chemins et à en suivre toujours d’autres. Et comme ce hasard est susceptible d’une infinité de combinaisons différentes, c’est une chose infinie que les monstres qui le sont par quelques parties doubles.50

27Ou encore :

  • 51 Fontenelle, « Sur les monstres », HARS, 1740, p. 49.

Ne reconnaît-on pas là [à l’origine des êtres exceptionnels que sont les monstres] les effets de causes accidentelles, irrégulières, aveugles, qui n’agissent pas de concert avec les lois générales [et qui donc ne sont pas le fait de l’auteur de la nature], et ne reviennent point deux fois à une même combinaison ?51

28Force est de constater que plus de quarante années de travail sur l’élaboration du savoir scientifique permettent de préciser la portée de la pensée épistémologique de Fontenelle, et que la grande machine universelle qu’il décrivait dans les Entretiens sur la pluralité des mondes prend dans les textes de l’Histoire de l’Académie des sciences une tout autre dimension. La nature apparaît désormais comme un ensemble de lois permettant par le processus combinatoire une infinité de possibles, dénués définitivement de toute connotation morale. Ce principe combinatoire infini laisse aussi entrevoir la possibilité d’une matière dotée d’une énergie propre, se contrôlant elle-même, capable de constamment se régénérer, de se transformer, renvoyant alors l’idée de la création à un premier moment indéfini, éloignant toute idée d’une fin prochaine et, dans tous les cas, éloignant dangereusement la présence divine de la scène naturelle.

29Fontenelle réussit alors à établir une analogie parfaite entre l’infinitude de la nature et les possibilités infinies qui s’offrent à l’esprit humain, tout en faisant de la règle combinatoire le présupposé épistémologique essentiel du savoir scientifique, du moins le moyen le plus sûr qui s’offre à l’esprit humain pour accéder à la connaissance positive du monde sensible. Dès lors, la seule possibilité d’appréhender cet univers infini consiste, précisément, à appliquer le principe des combinaisons infinies – entendu ici comme la superposition des observations multiples et l’obtention des rapports par le principe d’analogie – à travers un discours dont l’existence ne se conçoit que dans une perspective historique. Ou, pour le dire dans des termes qui relèvent de « l’esprit géométrique », si les savoirs spéculatifs, comme les mathématiques, procèdent par un développement exponentiel, vers l’infini, les sciences de la nature procèdent par réduction d’équation, depuis l’infini, et, par induction, parviennent à déterminer la relation minimale entre les signes, autrement dit la loi. Le résultat n’est pas toujours un savoir certain, mais un discours vraisemblable, que de nouvelles observations pourront encore préciser à l’avenir. Le scepticisme fontenellien par lequel nous avions commencé n’est en fait que la traduction d’un probabilisme fondamental. Un tel travail dépasse donc le travail d’un moment, voire celui qu’un seul savant peut mener durant sa vie. Mais, en historien de l’esprit humain, Fontenelle fait du savoir sur la nature un savoir essentiellement historique et discursif :

  • 52 Fontenelle, « Observations sur le baromètre », HARS, 1700, p. 3.

Enfin, on peut dire en général que puisqu’il ne nous est permis que de remonter quelquefois et avec peine, des effets aux causes, le travail des observations continues doit être fort nécessaire, et qu’il est même d’autant plus digne de louange qu’il est moins brillant, et que ceux qui l’entreprennent se sacrifient en quelque façon à la gloire de ceux qui feront les systèmes.52

30L’élaboration d’un savoir scientifique sur la nature se confond définitivement avec l’histoire de l’esprit humain, et l’écriture d’un discours du savoir avec l’écriture de cette histoire, celle-là même que Fontenelle est en train d’écrire. La dynamique du savoir ainsi présentée ouvre des perspectives cognitives insoupçonnées, inscrites désormais dans une temporalité élargie, « infiniment infinie », comme dirait Fontenelle, et donc dégagée de toute menace apocalyptique.

31Fontenelle inscrit alors nature et discours sur la nature dans un mouvement circulaire ascendant, littéralement ravissant. Et, par une dernière analogie, il fait de ce mouvement l’objet d’un plaisir esthétique mais aussi intellectuel, comparable à celui de l’opéra : celui de la nature, dotée ici d’un attribut purement divin, diversifiant éternellement ses formes, lançant perpétuellement de nouveaux défis à l’esprit de l’homme ; celui du philosophe, tentant sans cesse de l’appréhender, même s’il sait qu’elle lui échappera toujours un peu. Le génie du « vulgarisateur » prend ici toute sa dimension : le secrétaire perpétuel de l’Académie est, dans sa fonction officielle, l’historiographe des exploits scientifiques du royaume, mais l’esprit libre qu’est essentiellement Fontenelle écrit surtout pour un public non nécessairement initié aux nouveaux savoirs scientifiques ni aux principes épistémologiques qui les sous-tendent, et qu’il veut aussi convertir à la science et à ses conséquences philosophiques. Par une savante composition rhétorique et un travail esthétique et poétique subtil, Fontenelle parvient à inscrire, dans les replis de son discours, des idées philosophiques assez radicales, comme celles de l’infinitude de la nature, de la puissance créatrice de la matière, ou de l’éloignement de l’image du Créateur, des images qui familiarisent le lecteur mondain avec des idées philosophiques que des auteurs comme Helvétius, La Mettrie ou Diderot finiront par systématiser. Autrement dit, derrière son masque mondain et ses fonctions officielles, Fontenelle fait preuve, dans l’Histoire de l’Académie des sciences, d’une liberté d’esprit qui fait de lui l’un des derniers libertins érudits et qui prépare soigneusement la pensée radicale des auteurs des Lumières.

Bibliographie

Bibliographie

Sources primaires

Fontenelle, Entretiens sur la pluralité des mondes, C. Martin éd., Paris, Flammarion, 1998 [1686].

Digression sur les Anciens et les Modernes, dans Œuvres diverses de M. de Fontenelle, t. III, Amsterdam, chez Pierre Mortier, 1701.

Gassendi Pierre, Dissertations en forme de paradoxes contre les aristotéliciens [Exercitationes paradoxicæ adversus aristoteleos], texte établi, traduit et annoté par B. Rochot, Paris, Vrin, 1959 [1624].

Histoire de l’Académie royale des sciences, avec les mémoires de mathématique et de physique tirés des registres de cette Académie, Paris, Compagnie des Libraires, 1699-1740, pour la partie dont s’occupe Fontenelle.

Pluche Noël-Antoine, Le spectacle de la nature, Paris, chez la Veuve Estienne, 1732-1750.

Études critiques

Blay Michel, La naissance de la mécanique analytique. La science du mouvement au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, PUF, 1992.

Les raisons de l’infini. Du monde clos à l’univers infini, Paris, Gallimard, 1993.

— « Dire l’infini de Giordano Bruno à Fontenelle », Revue Fontenelle, n° 4, 2006, p. 131-146.

Cléro Jean-Pierre, « Les Éléments de la géométrie de l’infini, un traité de nomographie ? », Revue Fontenelle, n° 4, 2006, p. 96-119.

Mazauric Simone, Fontenelle et l’invention de l’histoire des sciences à l’aube des Lumières, Paris, Fayard, 2007.

Moreau Isabelle, « Guérir du sot ». Les stratégies d’écriture des libertins à l’âge classique, Paris, Honoré Champion, 2007.

Nicolle Jean-Marie, « Terminologie des figures géométriques dans le discours mathématique de Fontenelle », Revue Fontenelle, n° 4, 2006, p. 121-130.

Seguin Maria Susana, « La figure du savant dans les Éloges des Académiciens de Fontenelle », L’écrivain face au savoir, V. Dufief-Sanchez dir., Dijon, Éditions universitaires de Dijon (Écritures), 2002, p. 29-39.

— « La référence aux Anciens dans les Éloges des Académiciens de Fontenelle : le contre-exemple des Modernes », Poétique de la pensée. Mélanges en l’honneur de Jean Dagen, textes réunis par B. Guion, S. Menant, M. S. Seguin et P. Sellier, Paris, Honoré Champion, 2006, p. 851-861.

— « Du discours sur la nature au langage scientifique », Revue Fontenelle, n° 7 – 2009, à paraître.

— « Du classement des savoirs à la construction discursive de la science », Carte blanche, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, à paraître.

— « Fontenelle et le genre du mémoire académique », Science et littérature à l’âge classique, actes du colloque de novembre 2005, B. Roche dir., Presses universitaires de Saint-Étienne, 2008.

— « De la beauté des monstres : poétique de la catastrophe dans les sciences du vivant », Représenter la catastrophe à l’âge classique : dispositifs, figures, motifs, actes du colloque international de Québec, 26 au 29 septembre 2007, Laval, Presses de l’université de Laval, à paraître.

Notes

1 Fontenelle fréquenta les salons de la duchesse du Maine, de Mme Lambert et de son amie de toujours, Mme de Tencin, chez qui il fréquenta philosophes et hommes de lettres, ainsi que Mme Geoffrin, dont le salon succède à celui de Mme de Tencin.

2 Fontenelle entre à l’Académie française en 1691, à l’Académie des sciences en 1699 et à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1701.

3 Citons, à titre d’exemple, les Poésies pastorales, parues en 1688.

4 Tels que Psyché (1678) ou Thétis et Pélée (1723).

5 Nouveaux dialogues des morts (1683), Histoire des oracles (1686), De l’origine des fables (1724) ou encore la célèbre Digression des Anciens et des Modernes (1688).

6 Outre les Entretiens sur la pluralité des mondes, signalons la préface qu’il écrivit pour l’Analyse des infiniment petits du marquis de l’Hôpital (1696) ou ses propres Éléments de la géométrie de l’infini (1727).

7 L’édition de ses œuvres complètes de 1766 contient également : De l’existence de Dieu ; Du bonheur ; Sur l’instinct ; Sur l’histoire. On lui attribue également d’autres pièces : Traité de la raison humaine ; De la connaissance de l’esprit humain ; Traité de la liberté de l’âme, ainsi que le morceau Ma République.

8 Sur la dimension de « vulgarisateur » de Fontenelle dans les Entretiens, voir la présentation de C. Martin dans son édition critique Entretiens sur la pluralité des mondes, Paris, Flammarion, 1998.

9 C’est le cas à propos du travail de Fontenelle dans la diffusion du calcul infinitésimal. Sur ce sujet, voir M. Blay, La naissance de la mécanique analytique. La science du mouvement au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles ; Les raisons de l’infini. Du monde clos à l’univers infini ; « Dire l’infini de Giordano Bruno à Fontenelle ». Voir également J.-P. Cléro, « Les Éléments de la géométrie de l’infini, un traité de nomographie ? », et J. -M. Nicolle, « Terminologie des figures géométriques dans le discours mathématique de Fontenelle ».

10 Voir S. Mazauric, Fontenelle et l’invention de l’histoire des sciences à l’aube des Lumières, et mon article « Du discours sur la nature au langage scientifique ».

11 Histoire de l’Académie royale des sciences, avec les Mémoires de mathématique et de physique tirés des registres de cette Académie, Paris, Compagnie des Libraires, 16991740, pour la partie dont s’occupe Fontenelle. Désormais, HARS, suivi de l’année du volume.

12 On peut ainsi suivre des « séries » thématiques bien délimitées à l’intérieur de l’Histoire de l’Académie des sciences, telles que celles de la circulation du sang entre la mère et le fœtus, celles consacrées aux monstres, aux coquilles, au cerveau, aux insectes, etc. Voir à ce sujet mon article « Du classement des savoirs à la construction discursive de la science ».

13 C’est le cas des Mémoires pour servir à l’histoire des insectes (1734-1742) de Réaumur, un ouvrage qui n’avait pas été présenté à l’Académie et qui n’émanait pas des recherches académiques de son auteur, et que Fontenelle rapporte très longuement dans l’HARS, 1734, p. 18 et suiv.

14 C’est ce qu’avance Simone Mazauric dans l’ouvrage qu’elle consacre au travail de Fontenelle à l’Académie des sciences, Fontenelle et l’invention de l’histoire des sciences à l’aube des Lumières, voir en particulier les chapitres v et vi.

15 Sur les éloges de Fontenelle, voir S. Mazauric, Fontenelle et l’invention de l’histoire des sciences à l’aube des Lumières, en particulier le chapitre viii. Voir aussi mes articles « La figure du savant dans les Éloges des Académiciens de Fontenelle » et « La référence aux Anciens dans les Éloges des Académiciens de Fontenelle : le contre-exemple des Modernes ».

16 Rappelons les mots de Fontenelle dans la préface à l’Histoire de l’Académie des sciences : « L’esprit géométrique n’est pas si attaché à la géométrie qu’il n’en puisse être tiré, et transporté à d’autres connaissances. Un ouvrage de Morale, de Politique, de Critique, peut-être même d’Éloquence, en sera plus beau, toutes choses d’ailleurs égales, s’il est fait de main de géomètre » (« Préface sur l’utilité des mathématiques et de la physique », HARS, 1699, p. 12).

17 Fontenelle, « Sur la dilatation de l’air », HARS, 1708, p. 11. Citons cette autre affirmation, à propos des expériences menées par Bernoulli au sujet du phosphore : « Il n’en fallut pas davantage à l’Académie pour suspendre son jugement. Dès que l’on connaît un peu la nature, on connaît aussi le péril de décider promptement sur les effets naturels » (« Sur le phosphore », HARS, 1700, p. 8).

18 Fontenelle, Entretiens sur la pluralité des mondes (1686). Voir l’édition citée de C. Martin, p. 62.

19 Pas moins d’une quinzaine de commentaires de Fontenelle portent sur la question de l’aurore boréale et les observations envoyées à l’Académie par différents correspondants. Voir par exemple HARS, 1716, p. 6 ; 1717, p. 3 ; 1718, p. 1 ; 1719, p. 1 ; 1720, p. 4 ; 1726, p. 1, etc.

20 Fontenelle, « Sur la lumière septentrionale », HARS, 1726, p. 3.

21 « Il n’appartient qu’aux phénomènes célestes, entièrement dégagés de notre atmosphère et d’ailleurs très simples et très uniformes, d’être les mêmes pour tous les spectateurs » (Fontenelle, « Sur la lumière septentrionale », HARS, 1720, p. 5).

22 « Mais que sera-ce, si l’on fait réflexion, que l’homme est un assemblage de merveilles, ou semblables à celle-là, ou équivalentes, dont le nombre est beaucoup plus grand que celui des divisions du diamètre de la glotte ? » (Fontenelle, « Sur la formation de la voix », HARS, 1700, p. 25).

23 « Quelque ancienne et quelque établie que soit la réputation des abeilles, on ne les croyait point encore aussi merveilleuses qu’elles le sont, et on peut dire d’elles ce qu’on dit quelquefois des personnes de mérite, qu’elles gagnent à être connues » (Fontenelle, « Sur les abeilles », HARS, 1712, p. 5).

24 « Le plus grand appareil de chimie qui soit dans tout le corps humain, le plus merveilleux laboratoire est dans le cerveau » (Fontenelle, « Sur la glande pituitaire », HARS, 1707, p. 16).

25 « Aussi l’angle de contingence était une merveille incompréhensible, et l’on n’eût pas pu expliquer comment aucune ligne droite n’y pouvant passer, il y passait tant de circonférences circulaires qu’on voulait, toujours plus grandes que la première » (Fontenelle, préface aux Éléments de la géométrie de l’infini, Paris, Impression Royale, 1727, p. II. Voir l'édition avec introduction de Michel Blay et Alain Niderot, Paris, Klincksieck, 1990, p. 43).

26 C’est par ces termes que s’ouvre, dans l’Histoire des oracles (1686), le récit de la célèbre « dent d’or » : « Assurons-nous bien du fait, avant que de nous inquiéter de la cause. Il est vrai que cette méthode est lente pour la plupart des gens qui courent naturellement à la cause, et passent par-dessus la vérité du fait ; mais enfin nous éviterons le ridicule d’avoir trouvé la cause de ce qui n’est point » (Histoire des oracles, Louis Maigron éd., Paris, Hachette, 1908, chap. IV). Je souligne.

27 Fontenelle, « Sur les singularités de l’histoire naturelle de la France », HARS, 1699, p. 23. Je souligne.

28 Fontenelle, « Sur le sens dont plusieurs corps se tournent », HARS, 1703, p. 16. Je souligne.

29 Fontenelle, « Sur les guêpes », HARS, 1719, p. 14. Je souligne.

30 Fontenelle, « Sur les filtrations ou secrétions des sucs dans les glandes », HARS, 1711, p. 19.

31 Fontenelle, « Sur la structure de la moelle », HARS, 1714, p. 14. Je souligne.

32 Cette attitude de Fontenelle n’est pas sans rappeler celle que défend Gassendi dans les Exercitationes : « Car l’esprit des derniers venus a toujours des moyens de briller davantage. D’une part en effet ils peuvent savoir tout ce qui a été connu de leurs prédécesseurs ; et d’autre part, s’appuyant sur l’expérience ou sur leur propre raison, ils y peuvent y ajouter du nouveau » (Dissertations en forme de paradoxes contre les aristotéliciens [Exercitationes paradoxicæ adversus aristoteleos ], liv. I, diss. 2, art. 13, p. 68, cité par I. Moreau, « Guérir du sot ». Les stratégies d’écriture des libertins à l’âge classique, p. 422). Sur les relations de Fontenelle avec la pensée gassendiste, voir M. S. Seguin, « Du discours sur la nature au langage scientifique ».

33 Ainsi, au sujet de la portée historique des sciences, Fontenelle affirme : « Les mathématiques, la physique, sont des sciences dont le joug s’appesantit toujours sur les savants : à la fin il y faudrait renoncer, mais les méthodes se multiplient en même temps ; le même esprit qui perfectionne les choses en y ajoutant de nouvelles vues, perfectionne aussi la manière de les apprendre en l’abrégeant, et fournit de nouveaux moyens d’embrasser la nouvelle étendue qu’il donne aux sciences. Un savant de ce siècle-ci contient dix fois un savant du siècle d’Auguste, mais il a eu dix fois plus de commodités pour devenir savant » (Digression sur les Anciens et les Modernes, dans Œuvres diverses de M. de Fontenelle, t. III, p. 144).

34 M. S. Seguin, « Fontenelle et le genre du mémoire académique ».

35 M. S. Seguin, « Du classement des savoirs à la construction discursive de la science ».

36 Fontenelle, « Sur la formation de la voix », HARS, 1706, p. 15.

37 Fontenelle, « Sur les yeux de l’homme et de différents animaux », HARS, 1726, p. 21.

38 Fontenelle, « Sur les guêpes », HARS, 1719, p. 20.

39 N. -A. Pluche, Le spectacle de la nature.

40 Fontenelle, « Sur les monstres », HARS, 1740, p. 49.

41 « Il ne s’agit que de deviner juste les desseins de la Nature, mais il est toujours à présumer qu’un seul moyen en exécute plusieurs » (Fontenelle, « Sur les règles des femmes », HARS, 1720, p. 18).

42 « … si la nature peut pousser quelquefois trop loin l’ossification des chairs, qu’elle a eu souvent en vue, cette raison cesse à l’égard de la carnification des os, qui n’a jamais été de son dessein » (Fontenelle, « Sur des os devenus chair », HARS, 1721, p. 14).

43 « Jamais peut-être on ne prouvera mieux que par le sujet de cet article, que la Nature ayant pris un certain plan général, fait ensuite le diversifier de toutes les façons que demandent les applications particulières » (Fontenelle, « Sur la circulation du sang dans les poissons », HARS, 1701, p. 46).

44 « La sagesse de la nature a sacrifié un avantage qui ne nous servait de rien, à un autre qui nous est fort utile » (Fontenelle, « Sur la formation de la voix », HARS, 1700, p. 19).

45 « … il serait assuré du génie de la Nature, d’avoir ménagé des ressources pour les accidents du cerveau […] » (Fontenelle, « Sur un cerveau pétrifié », HARS, 1703, p. 27).

46 « La première formation des animaux qui sortent vivants du sein de leurs mères, semble avoir été conduite par la nature avec plus de secret, que celle des autres animaux » (Fontenelle, « Sur un embryon », HARS, 1701, p. 19).

47 « … en voici encore un, du moins aussi surprenant, et qui paraît en quelque sorte être un effort de la Nature, pour échapper à nos recherches, et pour nous cacher son secret » (Fontenelle, « Sur un cerveau pétrifié », art. cité).

48 « Les premières notions de la physique, l’essence de la matière, par exemple, et la nature du mouvement, quoique les plus simples en elles-mêmes, ne sont pas les plus claires ; et ces principes qu’il semblerait qu’on devrait connaître parfaitement, avant que d’aller plus loin, demeurent cependant assez peu connus, et on ne laisse pas d’avancer » (Fontenelle, « Sur la continuation du mouvement », HARS, 1701, p. 14).

49 M. S. Seguin, « De la beauté des monstres : poétique de la catastrophe dans les sciences du vivant ».

50 Fontenelle, « Observations d’anatomie », HARS, 1702, p. 28.

51 Fontenelle, « Sur les monstres », HARS, 1740, p. 49.

52 Fontenelle, « Observations sur le baromètre », HARS, 1700, p. 3.

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540