Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Acceptation sociale et développement des territoires

 | 
Samuel Depraz
, 
Ute Cornec
, 
Ulrike Grabski-Kieron

Cahier méthodologique

Les enquêtes de perception et d’évaluation paysagère

Yves-François Le Lay et Marylise Cottet

Texte intégral

1Toute action modifiant le paysage est reconnue et évaluée par les personnes qui le vivent au quotidien. En vertu de ce constat, les décideurs, les gestionnaires et les scientifiques s’intéressent aux composantes cognitive (connaissances, opinions ou croyances), affective (valeurs) et conative (pré-comportements) de l’attitude (Ajzen 2005) des habitants à l’égard des programmes de gestion, d’entretien, de protection, de restauration ou d’aménagement et de leurs implications paysagères/environnementales. Des méthodologies ont été élaborées pour appréhender les attentes et l’acceptance du public envers ces projets. Parmi celles-ci, les enquêtes de perception et d’évaluation paysagère apparaissent aux États-Unis dans les années soixante et se développent dans les années soixante-dix. Conduites par des psychologues de l’environnement, des géographes, des architectes du paysage ou encore des gestionnaires, elles ont rapidement gagné en diversité : les participants, les techniques d’évaluation, les objets d’étude, les facteurs explicatifs des valeurs paysagères, les modalités de la collecte de données, tout est susceptible de varier d’une enquête à l’autre. Trois approches principales (tableau 1) peuvent néanmoins être distinguées selon le gradient d’expertise des participants (Zube et al. 1982 ; Le Lay et al. 2012). Dans le cadre du paradigme expert, l’enquêteur demande à des professionnels d’évaluer les paysages à l’aune de ses compétences professionnelles. En revanche, la sollicitation du grand public pour appréhender l’expérience quotidienne de son cadre de vie relève du paradigme expérientiel. Au sein du paradigme expérimental, des protocoles s’efforcent de mieux comprendre l’interface humains / non humains et notamment l’influence respective des attributs des paysages et des caractéristiques socioculturelles des répondants sur leurs réponses (Kaplan et Kaplan 1989). Si le paysage donne la primauté au sens de la vision, le bruit de l’eau courante et de la faune aviaire, l’odeur du sous-bois et de l’eau morte ou la fraîcheur de l’air sur la peau contribuent à enrichir l’expérience paysagère. Aussi, force est de reconnaître que toute enquête devrait se dérouler in situ. Mais les contraintes logistiques, monétaires et expérimentales ont incité les enquêteurs à recourir à des substituts du réel commodes, notamment la photographie et la vidéo. La comparaison des réponses obtenues au moyen de ces divers stimuli a montré qu’elles convergent le plus souvent, attestant ainsi de la validité de la médiation.

Tableau 1 – Caractérisation des études de perception paysagère

Principales approches Paradigme expert Paradigme expérimental Paradigme expérientiel
Tendance psychophysique Tendance Cognitive
Répondants Professionnels (experts) Groupes-échantillons de professionnels et du grand public Grand public (profanes)
Participation des sujets Observateurs formés et qualifiés Répondants Participants
Techniques d’évaluation Techniquesde mesure Techniques des préférences (relation entre les éléments physiques et les jugements de valeur) Approches du consensus (entrevues en profondeur, entretiens semi-directifs, etc.)
Objet principal de l’étude Environment(s) Interactions humain/environnement Sujets
Méthodes Réductionnisme Systémique et complexité Holisme
Facteurs expliquant les valeurs paysagères Caractéristiques socioculturelles (âge, genre, revenu, profession, domicile, nationalité…)
Principes d’esthétique formelle, d’écologie et d’aménagement Facteurs paysagers biophysiques (ouverture / fermeture, proportion d’eau ou de végétation, couleurs, luminosité…) Dimensions cognitives et affectives (attractivité, préférence, esthétique, naturalité, lisibilité, cohérence, complexité, mystère) Expérience quotidienne (familiarité, sentiment d’appartenance, sociabilité…)
Collecte des données Questionnaires structurés, photo-questionnaires, oculométrie, mesures de terrain Entrevues en profondeur enregistrées, photographie auto-dirigée, littérature…

2Une étude de cas permet de décrire quelques étapes de l’enquête par photo-questionnaire (Le Lay et al. 2013). Le reboisement des têtes de bassin, la construction de barrages et les prélèvements de granulats ont perturbé le transport solide du fleuve Magra (Italie) dont le paysage a connu une profonde évolution au cours du xxe siècle, notamment l’incision du plancher alluvial, la rétraction de la bande active et le développement de la végétation alluviale. Le style en tresse se raréfie sur ce fleuve, en Italie et plus généralement en Europe, alors que la littérature scientifique reconnaît les bénéfices écologiques qui y sont associés : sa mosaïque d’habitats favorise la biodiversité des communautés de plantes, d’insectes, de poissons et d’oiseaux. C’est pourquoi les gestionnaires du Magra envisagent d’y restaurer les formes et les processus d’une rivière en tresse, par exemple en déboisant ses marges ou plus directement en y injectant des sédiments. Ces travaux se traduiront dans le paysage par la recrudescence des bancs de galets aux dépens de la végétation. Comment les riverains se positionneront-ils à l’égard de ce projet de restauration ? Accepteront-ils de telles transformations paysagères ? Pour répondre à ces questions, un protocole simple a été développé. Dix photographies ont été sélectionnées ; les proportions d’eau, de sédiment et de végétation y varient (encadré 1, avec une de ces photographies en exemple). Elles ont été présentées à cinq groupes de répondants, à savoir des gestionnaires, des scientifiques, des usagers du fleuve, un groupe de collégiens habitant à proximité du Magra et un autre habitant plus loin. Sur chaque cliché, les participants ont notamment été invités à évaluer dans quelle mesure chaque paysage leur semblait être esthétique, satisfaire leurs besoins et nécessiter une intervention pour changer l’existant. Pour chaque question et chaque photographie, ils ont inscrit une marque sur une échelle visuelle analogique (encadré 1, partie b). Après avoir été convertis en une note entre 0 et 10 au moyen d’un abaque, ces scores ont été comparés aux caractéristiques des paysages fluviaux (encadré 1, partie c). Une matrice des corrélations permet ensuite de mesurer la relation entre chacune des variables listées (encadré 2). Ainsi, si l’influence de la végétation sur l’évaluation paysagère ne s’avère pas prépondérante, les résultats montrent qu’un cliché riche en sédiments est perçu comme moins esthétique, ne favorise pas les usages et incite à intervenir pour améliorer l’existant. En revanche, les paysages bien pourvus en eau sont reconnus comme plus beaux et plus utiles, si bien qu’ils suscitent une moindre motivation à les modifier. Dès lors, en restaurant les rivières en tresse où les bancs de graviers et de galets se développent aux dépens de l’eau et de la végétation, les gestionnaires risquent de contrarier les aspirations paysagères des usagers. Il importe d’en prendre conscience pour accompagner les travaux d’une campagne d’information : expliquer au public les tenants et les aboutissants consolidera son adhésion au projet et atténuera les dynamiques de réactance.

Figure 1 – Une enquête par photo-questionnaire et oculométrie sur des paysages fluviaux

Figure 1 – Une enquête par photo-questionnaire et oculométrie sur des paysages fluviaux

Conception Yves-François Le Lay et Marylise Cottet, 2014.

Figure 2 – Matrice des corrélations des variables portant sur l’esthétique, la satisfaction des usages, la motivation à intervenir et les proportions d’eau, de végétation et de sédiment dans dix photographies du fleuve Magra (Italie)

Figure 2 – Matrice des corrélations des variables portant sur l’esthétique, la satisfaction des usages, la motivation à intervenir et les proportions d’eau, de végétation et de sédiment dans dix photographies du fleuve Magra (Italie)

Conception Yves-François Le Lay et Marylise Cottet, 2014.

3Ces clichés ont été réutilisés dans une expérience d’oculométrie (encadré 1, partie d) qui permet, par l’enregistrement des mouvements oculaires sur l’image, de savoir quels objets paysagers focalisent l’attention visuelle. Celle-ci a confirmé et a approfondi quelques acquis de la littérature scientifique. Les cartes de focalisation oculaire révèlent en effet combien les éléments anthropiques captent l’attention des observateurs. Sur la encadré 1 (partie e), le tracteur rouge, le bâti et le poteau électrique ont attiré le regard. De fait, les paysages « naturels » et artificiels sont rapidement discriminés. L’influence des éléments anthropiques sur les évaluations paysagères, très souvent observée dans la bibliographie, trouve donc un écho dans les stratégies de perception. Ce champ de recherche reste à approfondir. L’ensemble des données de perception, à la fois d’évaluation et d’oculométrie, peut en particulier être interprété à la lumière de concepts forgés en psychologie pour expliquer l’attractivité des paysages : (i) la lisibilité, soit la reconnaissance des éléments visibles et de leurs relations, (ii) la cohérence, c’est-à-dire le degré d’organisation visuelle, (iii) la complexité qui désigne le nombre d’éléments perçus indépendamment et leur degré de dissemblance, et (iv) le mystère, à savoir la propension de l’environnement à offrir de nouvelles informations si l’on s’y aventure plus profondément (Kaplan et Kaplan 1978). La lisibilité et la cohérence du paysage évaluent la compréhension qu’un observateur en a, alors que la complexité et le mystère se rapportent à l’implication de l’observateur et à l’intérêt qu’il porte à ce qui l’environne.

4Quand mobiliser ces techniques ? En amont des décisions, en phase de diagnostic, l’intérêt peut porter sur les représentations sociales, les attitudes, voire l’imaginaire collectif. Pendant les actions environnementales, la thématique de la participation des citoyens reste d’actualité. Voilà qui invite à pointer l’épineuse question de l’information et de l’éducation à caractère environnemental. Les sciences humaines et sociales peuvent jouer un rôle pour accompagner ces campagnes, en insistant non seulement sur la dimension rationnelle et cognitive, mais aussi sur la dimension affective et émotionnelle des interventions paysagères. Après le programme, le retour d’expérience et l’évaluation des travaux ne doivent pas être négligés. Les retours restent trop rares sur les échecs et les problèmes. Les enquêtes de perception et d’évaluation paysagère permettent d’expliquer le soutien des communautés riveraines ou bien les tensions, voire les conflits, qu’ils soient d’usages, d’intérêts ou d’acteurs.

Bibliographie

Ajzen Icek, 2005, Attitudes, Personality, and Behavior, Maidenhead, Open University Press.

Kaplan Rachel et Kaplan Stephen, 1989, The experience of nature. A psychological perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

Kaplan Rachel, Kaplan Stephen, 1978, Humanscape : Environments for People, Scituate, Duxbury Press.

Le Lay Yves-François, Cottet Marylise, Piégay Hervé, Rivière-Honegger Anne, 2012, « Ground imagery and environmental perception : Using photo-questionnaires to evaluate river management strategies », Fluvial Remote Sensing for Science and Management, Carbonneau Patrice E., Piégay Hervé éd., Chichester, Wiley-Blackwell, p. 405-429.

Le Lay Yves-François, Piégay Hervé, Rivière-Honegger Anne, 2013, « Perception of braided river landscapes : Implications for public participation and sustainable management », Journal of Environmental Management, 119, p. 1-12.

Zube Erwin H., Sell James L., Taylor Jonathan G., 1982, « Landscape perception : research, application and theory », Landscape Planning, 9, p. 1-33.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Une enquête par photo-questionnaire et oculométrie sur des paysages fluviaux
Crédits Conception Yves-François Le Lay et Marylise Cottet, 2014.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5778/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Figure 2 – Matrice des corrélations des variables portant sur l’esthétique, la satisfaction des usages, la motivation à intervenir et les proportions d’eau, de végétation et de sédiment dans dix photographies du fleuve Magra (Italie)
Crédits Conception Yves-François Le Lay et Marylise Cottet, 2014.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5778/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 354k

Auteurs

Maître de conferences en géographie à l’école normale supérieure de Lyon (université de Lyon), laboratoire Environnement, ville, société (EVS, UMR 5600 du CNRS)

Chargée de recherches CNRS, université de Lyon, laboratoire Environnement, ville, société (EVS, UMR 5600 du CNRS)

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540