Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Acceptation sociale et développement des territoires

 | 
Samuel Depraz
, 
Ute Cornec
, 
Ulrike Grabski-Kieron

Conclusion

Le temps de l’acceptance

Samuel Depraz

Texte intégral

1Les contributions au présent ouvrage ont permis d’esquisser les grands points transversaux sur lesquels peut se focaliser l’attention dès lors qu’il s’agit de mieux comprendre l’acceptation sociale des projets d’aménagement et de développement régional. Ces points, tels qu’ils ont été détaillés en introduction, ont trait a) aux représentations sociales du territoire, b) aux logiques de pouvoir qui sont à l’œuvre dans les réseaux d’acteurs, telles qu’elles s’inscrivent dans le périmètre des projets d’aménagement, et c) aux usages et pratiques du territoire qui caractérisent les modes d’habiter dans l’espace d’étude.

2Un enjeu complémentaire à cet ouvrage consisterait cependant à comprendre comment se coordonnent ces moments de la discussion et quelles relations ils entretiennent les uns avec les autres dans le temps du projet d’aménagement. En effet, si l’on a insisté dans cet ouvrage principalement sur la dimension spatiale des tensions d’aménagement, le critère de la temporalité reste essentiel : simultanéité des revendications, successions cycliques de confrontations ou de négociations, etc. C’est parfois même la seule dimension du conflit qui prévale dans les analyses, au détriment de toute référence à la spatialité. Si cet ouvrage a principalement insisté sur l’inscription spatiale des tensions liées à l’aménagement des territoires, l’articulation entre les deux catégories de pensée s’avère donc utile.

L’acceptation sociale, un processus d’appropriation

3Cette brève conclusion ne saurait y suffire, mais il semble important d’esquisser au moins quelques pistes de réflexion. On peut en effet considérer l’idée d’acceptation sociale comme un processus d’appropriation, avec sa temporalité propre, tendant généralement vers un instant résolutoire, voire le stade idéaltypique de l’acceptance, tel que nous l’avons défini en introduction. La temporalité implique cependant aussi la possibilité d’éventuelles ruptures, de crises paroxystiques, de bifurcations dans le processus, voire de régressions. Bref, il s’agirait d’un processus complexe, mais à tout le moins teinté d’une volonté d’apprivoisement entre parties prenantes. Autrement dit, c’est le temps nécessaire à l’interconnaissance et à l’établissement de la confiance qui est ici visé.

4Cette idée de processus, donc d’une temporalité associée à l’événement territorial, est souvent présente dans le champ lexical du projet et de l’aménagement lorsque l’on parle de « démarche de projet », de « programmation » ou de « phasage ». De nombreux exemples de décomposition analytique de cette temporalité du projet d’aménagement et du conflit qui l’accompagne éventuellement existent dans la recherche. On pense en particulier, et de manière non exhaustive, aux séquences DAD (décider, analyser, défendre) ou CAC (concerter, analyser, choisir) du processus de décision accompagnant les projets d’aménagement, telles qu’elles sont décrites par Laurent Mermet (Mermet et al. 2004) ou au modèle d’interprétation du conflit construit par Arnaud Lecourt et Guillaume Faburel (2008, p. 39 et suiv.) autour de la ligne du temps du projet. C’est aussi l’entrée première de Marc Mormont (2006) qui décompose la rythmicité des conflits selon ses étapes, du déclenchement à la résolution, et de Lionel Laslaz (2005) lorsqu’il parle de « polémogénèse » pour décrire le « processus de création et de grossissement » des conflits environnementaux (Laslaz 2010, p. 22).

5De la même manière, on peut donc envisager l’acceptation sociale des projets d’aménagement et de développement territorial comme un processus spatialisé, en miroir de la conflictualité, avec une temporalité structurant plusieurs étapes ou moments essentiels de l’appropriation. Il s’agit donc d’appréhender ces étapes plus globalement et de cerner à chaque fois en quoi la spatialité intervient comme modalité particulière d’une forme d’appropriation des enjeux territoriaux. Le schéma ci-après tente de synthétiser a priori ces grandes étapes (figure 1) telles qu’on peut intuitivement les concevoir et qu’on les observe dans de nombreuses publications selon un rythme souvent ternaire – témoin d’un mode de pensée relativement normatif que l’on pourrait ici d’ailleurs interroger.

Figure 1 – Modélisation théorique intuitive du processus d’acceptation sociale

Figure 1 – Modélisation théorique intuitive du processus d’acceptation sociale

Conception Samuel Depraz, 2015.

6La primeur a souvent été donnée à un moment prétendument initial d’acquisition de l’information, entendu comme une condition nécessaire préalable à une bonne acceptation sociale d’un projet préconçu et déjà objectivé. Chez Arnaud Lecourt et Guillaume Faburel, il existerait même des « attributs objectifs du projet » précédant la phase d’information du public (2008, p. 40). Il faut veiller au biais techniciste sur lequel repose implicitement une telle représentation : cela présuppose en fait une forme d’inégalité entre savoirs sur le territoire du projet, selon laquelle les concepteurs ont une maîtrise anticipée du sujet puis s’en ouvrent aux riverains, lesquels sont encore ignorants des enjeux et des moyens mis en œuvre. Or il y a moins inégalité que différence de forme entre savoirs, comme l’ont démontré les précédents chapitres. Il y a surtout un écart entre des savoirs savants, scientifiquement et techniquement informés sur le projet – donc des savoirs experts – et des savoirs utilitaires, qui dépendent des usages du territoire, ou bien des savoirs empiriques, fondés sur la fréquentation quotidienne et la connaissance fine du local, avec la mise en avant du registre des émotions, des habitudes et des préférences spatiales. Il faut ainsi admettre qu’il puisse y avoir autant d’intensité d’information dans chaque groupe de savoir. Chacun des deux préexiste à la mise en œuvre du projet et possède son propre domaine de légitimation. Plus qu’une acquisition d’information par une partie supposée moins informée, la démarche d’acceptation sociale relève donc en réalité d’un ajustement réciproque entre plusieurs registres de savoirs simultanés.

Une simultanéité des étapes de l’acceptation

7Il s’agit même d’un échange permanent, et les modalités de l’échange d’information – la méta-information – importent autant que l’information en soi, puisqu’il s’agit en fait d’accorder entre eux des contenus rationnels et des représentations subjectives du territoire ; à la fois des approches théoriques et des pratiques des lieux. On en arrive même à révoquer l’idée qu’il puisse préexister des attributs objectifs du projet à transmettre si l’on veut bien considérer, avec l’interactionnisme symbolique (Blumer 1969 ; Queiroz et Ziolkowski 1994), que le sens des choses est donné par l’interaction elle-même, la réalité n’étant finalement qu’une construction intersubjective qui n’advient qu’avec la mise en présence des parties prenantes.

8Le travail sur les représentations spatiales, à ce titre, constitue la monnaie d’échange entre les acteurs. La co-construction d’une image partagée, par des transactions et compromis entre représentations antagonistes, s’avère ainsi le levier privilégié pour une meilleure acceptation sociale du projet d’aménagement. On pourra prolonger cette réflexion par les exemples de mise en œuvre proposés notamment par les travaux sur l’ingénierie territoriale (Trognon et al. 2013), dans lesquels la construction des projets d’aménagement locaux se fonde sur une démarche participative inscrite dans l’intégralité du temps du projet, et qui travaille en permanence sur l’image des lieux : ateliers participatifs, balades paysagères, etc. En termes de temporalité, l’échange d’informations et, plus encore, de méta-informations est donc une constante, plutôt qu’une étape initiale. Elle constitue, finalement, un socle continu et nécessaire pour construire l’acceptation sociale en alimentant la construction d’un mode de gouvernance puis d’un mode de gestion du territoire (figure 2).

Figure 2 – L’acceptation, un système d’interactions non linéaire

Figure 2 – L’acceptation, un système d’interactions non linéaire

Conception Samuel Depraz, 2015.

9Le second moment, plus institutionnel, constituerait selon la figure 1 une phase d’organisation des réseaux d’acteurs autour du projet par la construction de réseaux de connaissance puis le partage du pouvoir de décision. Il y aurait ainsi, après appropriation de l’information sur le projet, un rapprochement avec les porteurs du projet, voire une adhésion aux valeurs qu’ils convoquent et qu’ils représentent. On propose cependant, selon la figure 2, de voir également cette phase comme une étape simultanée et indissociable du travail d’échange sur les représentations. La proximité ainsi organisée, au sens proposé par André Torre et Alain Rallet (2005), va certes produire une instance décisionnelle, mais celle-ci ne se structure que sur la base d’images partagées, et contribue en retour à faire évoluer ces images.

10De même, les réseaux d’acteurs ne précèdent pas la constitution d’une troisième phase consacrée à la gestion collaborative du territoire, une fois le projet abouti, mais en sont le cadre opératoire : les réseaux d’acteurs, une fois structurés autour du projet, forment une « communauté débattante » (Fourniau 2007) dynamique qui procède à des recadrages constants des termes du problème d’aménagement et des choix de gestion qui le concernent, tandis que la gestion du territoire redéfinit en permanence les relations entre acteurs. Cette idée d’ajustement en continu révoque une fois de plus l’idée d’une succession ordonnée de phases, mais appelle plutôt une analyse en termes de rétroactions, de causalités circulaires, sur le mode des systèmes complexes dans lesquels le territoire est finalement autant un support qu’un produit. Cette temporalité récursive et cette simultanéité des leviers de l’acceptation sociale permettent toutes deux, si l’on veut bien les prendre en compte, de récuser l’idée selon laquelle la simple transmission initiale d’informations pré-formatées sur un projet d’aménagement vaudra acceptation sociale ultérieure.

11L’acceptation sociale se conquiert finalement plus difficilement que par une relation à distance et ponctuelle avec les parties prenantes du territoire. Elle suppose un réel investissement de terrain, dans un idéal de confiance déjà résumé par Honneth : celui d’une société de la reconnaissance.

Bibliographie

Blumer Herbert, 1986 [1969], Symbolic Interactionism : Perspective and Method, Berkeley, University of California Press.

De Queiroz Jean-Manuel, Ziolkovski Marek, 1994, L’interactionnisme symbolique, Rennes, PUR.

Fourniau Jean-Michel, 2007, « L’expérience démocratique des “citoyens en tant que riverains” dans les conflits d’aménagement », Revue européenne des sciences sociales, tome XLV, no 136, p. 149-179. En ligne : [http://ress.revues.org/95] (consulté le 10 mars 2015).

Laslaz Lionel, 2005, Les zones centrales des parcs nationaux alpins français (Vanoise, Écrins, Mercantour), des conflits au consensus social ? Contribution critique à l’analyse des processus territoriaux d’admission des espaces protégés et des rapports entre sociétés et politiques d’aménagement en milieux montagnards, thèse de doctorat, Chambéry, Université de Savoie.

— 2010, « Une construction territoriale de la protection par la conflictualité. Prolégomènes », Les espaces protégés entre conflits et acceptation, Laslaz Lionel, Gauchon Christophe, Duval Mélanie, Héritier Stéphane éd., Paris, Belin, p. 7-44.

Lecourt Arnaud, Faburel Guillaume, 2008, « Comprendre la place des territoires et de leurs vécus dans les conflits d’aménagement. Proposition d’un modèle d’analyse pour les grands équipements », Territoires de conflits. Analyse des mutations de l’occupation de l’espace, Kirat Thierry, Torre André éd., Paris, L’Harmattan, p. 21-47.

Mermet Laurent, Dubien Isabelle, Emerit Alexandre, Laurans Yann, 2004, « Les porteurs de projets face à leurs opposants : six critères pour évaluer la concertation en aménagement », Politiques et management public, vol. 22, no 1, 2004. p. 1-22.

Mormont Marc, 2006, « Conflit et territorialisation », Géographie, économie, société, vol. 8, no 2006/3, p. 299-318.

Torre André, Rallet Alain, 2005, « Proximity and localization », Regional Studies, vol. 39, no 1, p. 47-60.

Trognon Laurent, Lardon Sylvie, Payre Mathieu, 2013, « La chaîne d’ingénierie territoriale, vers un ingenium territorial ? », ICI. Les territoires : l’Intelligence, la Communication et l’Ingénierie territoriales pour penser ensemble le développement des territoires, Charlebois Denis éd., Gatineau, Université du Québec en Outaouais, p. 271-284.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Modélisation théorique intuitive du processus d’acceptation sociale
Crédits Conception Samuel Depraz, 2015.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5777/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Figure 2 – L’acceptation, un système d’interactions non linéaire
Crédits Conception Samuel Depraz, 2015.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5777/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

Auteur

Maître de conférences en géographie-aménagement, université Jean Moulin - Lyon 3 (université de Lyon), laboratoire Environnement, ville, société (EVS, UMR 5600 du CNRS)

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540