Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Acceptation sociale et développement des territoires

 | 
Samuel Depraz
, 
Ute Cornec
, 
Ulrike Grabski-Kieron

Partie IV. L'acceptation sociale des enjeux de protection du patrimoine naturel et culturel

Chapitre IX

Prise en compte des populations locales dans la gestion d’aires protégées

Les cas du Merapi (Indonésie), d’Ambatovaky et Betampona-Ivoloina (Madagascar)

Jean-Baptiste Bing

Résumé

Une des questions sensibles à propos des initiatives de protection de la nature est celle de la prise en compte par les décideurs des pratiques, savoirs et intérêts des populations locales. Cet article examine, à travers deux études de cas dans l’Est malgache et une à Java, une double hypothèse : que la nature de cette prise en compte et le degré d’implication des populations locales déterminent en grande partie l’acceptation sociale de ces statuts protecteurs ou leur rejet ; que cette acceptation sociale conditionne la réussite ou l’échec de ces politiques d’aménagement. L’examen du rôle joué par les acteurs en présence, des conflits de territorialité qui les opposent et enfin des modalités du passage d’une acceptation passive à une participation active conduit à la conclusion que la protection des écosystèmes passe par l’intégration des habitants qui en font partie et par des perspectives de développement local.

Eine der sensiblen Fragen bei Naturschutzinitiative liegt in der Beteiligung der Entscheidungsträger, Praktiker und der lokalen Bevölkerungen. In diesem Beitrag wird durch drei Fallstudien (zwei im Osten-Madagaskar und eine in Java, Indonesien) eine zweifache Hypothese überprüft : dass die Art und Weise und der Grad der Beteiligung der lokalen Bevölkerung zu einem großen Teil über die Akzeptanz der Schutzmaßnahmen entscheiden und dass die Sozialverträglichkeit den Erfolg oder das Scheitern vom Planungsmaßnahmen bestimmt. Eine Untersuchung über die Rolle der verschiedenen Akteure, über deren räumlichen Konflikte und die Modalitäten, die eine passive Annahme in eine aktive Partizipation wandeln, führt zu dem Ergebnis, dass der Schutz der Ökosystemen zwangsläufig eine Integration der betroffenen Einwohner und lokale Entwicklungsperspektiven erfordert.

Texte intégral

1Derrière la typologie des statuts juridiques des aires protégées se cache une large variété de pratiques, tant dans la phase de création que dans celle de gestion (Depraz 2008). L’une des questions sensibles à propos de ces initiatives de protection de la nature est celle de la prise en compte, par les divers décideurs (pouvoirs publics locaux, nationaux ou internationaux, acteurs privés, organisations non gouvernementales, institutions scientifiques) des pratiques, des savoirs et des intérêts des populations habitant, exploitant ou parcourant ces zones.

2Cet article examinera, par une triple étude de cas (deux en pays Betsimisaraka, à Madagascar, et une à Java, en Indonésie) une double hypothèse : tout d’abord, que la nature de cette prise en compte et le degré d’implication des populations locales déterminent en grande partie l’acceptation sociale de ces statuts protecteurs ou leur rejet ; ensuite, que cette acceptation sociale conditionne in fine, dans un régime qui se réclame de la démocratie, la réussite ou l’échec de ces politiques d’aménagement.

3Pour ce faire, identifier le rôle des différents acteurs impliqués – y compris le chercheur – permettra de mettre en évidence, d’une part, les conflits de territorialité entre les parties concernées et, d’autre part, les conditions pour passer d’une acceptation, entendue comme une attitude passive, à une participation active à la gestion des sites.

Contexte : acteurs et enjeux

4Présenter quelques éléments du contexte d’enquête est nécessaire à trois titres : pour définir l’objet d’étude, tant du point de vue conceptuel que de celui de la localisation physique et culturelle (Dovert 2004) ; pour articuler les différentes échelles d’analyse et déterminer les enjeux, les politiques de protection menées localement ayant des implications régionales ; enfin, pour identifier les acteurs impliqués dans les dynamiques étudiées.

Présentation des aires

  • 1 Estimations fournies par M. Christian Awuy, l’un des principaux artisans du développement de l’agr (...)

5Le parc national du Merapi (Tanam Nasional Gunung Merapi), créé en 2004, couvre 6 410 hectares sur les flancs du volcan Merapi (figure 1). Son tracé passe au-dessus des villages les plus élevés, et comprend les zones forestières, situées en général au-dessus de 950 ou 1000 mètres d’altitude, ainsi que la zone sommitale qui culmine à 2 960 mètres environ et inclut le cratère et ses abords immédiats. La forêt tropicale d’altitude actuelle n’est que le vestige d’une vaste forêt primaire défrichée au cours de l’histoire (Durand 1994) ; les activités humaines la menacent plus que l’activité volcanique. Sur les flancs du Merapi, la population rurale est très dense : plus d’un million d’habitants et souvent plus de 1 000 habitants au kilomètre carré (Lavigne 2001) dont 80 % dépendent surtout de l’agriculture et 15 % du tourisme1. En plus d’être un volcan parmi les plus peuplés et les plus actifs du globe ainsi que l’un des plus fréquentés par les touristes, le Merapi constitue l’un des hauts lieux de la spiritualité javanaise (Bing 2014a).

6Un col situé à 1 450 mètres d’altitude relie le Merapi à son voisin le Merbabu ; mais ce dernier est inactif, moins peuplé et plus forestier. Ces différences physiques et anthropiques engendrent des enjeux écologiques et sociaux si éloignés que le ministère des Forêts (Menteri kehutanan, dont la tutelle sur les parcs nationaux s’exerce par les instances locales de chaque parc) a établi un parc national de taille réduite sur chaque volcan, alors que le plan d’origine en prévoyait un seul qui les engloberait. Sur le Merapi, ce statut vise à préserver et/ou restaurer le milieu, et à attirer plus de touristes tout en réduisant leurs nuisances. Concilier ces objectifs serait impossible s’il n’existait des programmes complémentaires, menés avec les groupes associatifs habitants par des autorités provinciales et locales, et destinés à favoriser la diversification économique. Bien que ces efforts rendent la population moins dépendante des ressources forestières, la création du parc fut source d’inquiétudes pour nombre d’habitants quant à leur accès aux dites ressources, et ceci en dépit même du caractère relativement participatif du processus, comme on le verra plus loin.

Figure 1 – Carte de localisation du parc national du Merapi

Figure 1 – Carte de localisation du parc national du Merapi

Réalisation Samuel Depraz, 2014.

7De l’autre côté de l’océan Indien, à Madagascar, la réserve spéciale d’Ambatovaky couvre 60 050 hectares et date de 1958. Située dans les collines du district de Soanierana Ivongo, dans la région de Analanjirofo (figure 2), elle est principalement couverte de forêt dense sempervirente de basse et moyenne altitude. Comme toutes les aires protégées publiques du pays, sa gestion revient à l’agence Madagascar National Parks par délégation du ministère de l’Environnement. Les enjeux environnementaux sont importants : l’arrière-pays de la côte Est abrite les derniers massifs de forêt primaire qui, sur l’île, restent suffisamment vastes pour assurer à la faune et à la flore locale un espace vital suffisant. La grande biodiversité et le taux élevé d’endémisme ont d’ailleurs valu aux « Forêts de l’Est » de figurer sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité2. Afin de conserver une unité à l’ensemble, les nombreuses aires protégées sont reliées sur le papier par des corridors forestiers. Mais le mal-développement des provinces côtières et le trafic de bois précieux, qui sévit depuis le coup d’État de 2009 – trafic favorisé par la corruption et le manque de réaction, fors les discours, des autorités3 – conduisent à une déforestation qui paraît inéluctable.

  • 4 Les chiffres précis manquent à propos des zones rurales concernées, quoique chaque chef de village (...)

8De 23 à 24 000 personnes habiteraient officiellement autour de la réserve spéciale d’Ambatovaky, qui est, quant à elle, censée être vide d’habitants. En réalité, outre une sous-évaluation probable de ce chiffre, plusieurs villages en forte croissance démographique4 parsèment le territoire d’Ambatovaky. Tous subissent un grave manque d’infrastructures : la route nationale no 5 (piste carrossable non bitumée, dépourvue de pont) et le chef-lieu de district se situent à deux jours de marche ; il n’y a ni eau courante ni électricité ; l’encadrement médical et scolaire ne correspond même pas au strict minimum. Les perspectives économiques sont donc limitées à l’exploitation des ressources forestières et à une agriculture peu productive, essentiellement vivrière (riziculture, quelques plantations), qui s’étend depuis plusieurs décennies aux dépens des forêts primaires (défrichements initiaux) comme secondaires (tavy, ou « culture sur brûlis »).

9Moins de deux cents kilomètres plus au sud (district de Tamatave 2, région Atsinanana), une expérience de cogestion fournit un contre-exemple intéressant : la réserve naturelle intégrale de Betampona, créée en 1927 sur 2 228 hectares et cogérée par le Madagascar National Park (MNP) et par l’organisation non gouvernementale Madagascar Fauna and Flora Group (MFG). Cette dernière, formée d’un consortium d’institutions scientifiques euro-américaines, est d’abord la gestionnaire de la station forestière d’Ivoloina, une station d’essai agroforestière établie durant la colonisation et passée en 1960 aux mains du gouvernement national qui y créa un centre d’accueil pour animaux – lémuriens surtout – victimes de trafics. En 1988, les autorités lancèrent un appel d’offres, remporté par MFG, pour confier la gestion de la station à des institutions scientifiques. Depuis, au-delà des fonctions traditionnelles de refuge et de recherche agronomique, forestière et éthologique, MFG a donné une dimension pédagogique à la station forestière et a étendu son action à la réserve naturelle intégrale voisine de Betampona par des programmes de conservation menés avec l’agence nationale MNP.

10Comme à Ambatovaky, les populations rurales entourant les deux entités connaissent une forte croissance, mais la densité y est plus élevée. Sur la côte et dans l’arrière-pays immédiat, la forêt est essentiellement secondaire : les lambeaux de forêt primaire ne deviennent courants que dans les environs de Betampona. Même s’ils n’ont pas non plus l’électricité ni l’eau courante, les habitants souffrent moins de l’enclavement : ils bénéficient de la double proximité de la RN 5 (ici bitumée et pourvue de ponts) et de Tamatave (capitale régionale, premier port et deuxième ville du pays). Aux dires de MFG, Betampona et Ivoloina se complètent : la mutualisation des acquis de la recherche dans les deux centres et l’implication des habitants dans la définition des programmes de conservation, de recherche et de développement rural permettraient une gestion fort efficace.

Figure 2 – Carte de localisation de la réserve spéciale d’Ambatovaky et des deux sites d’activité de Madagascar Fauna and Flora Group

Figure 2 – Carte de localisation de la réserve spéciale d’Ambatovaky et des deux sites d’activité de Madagascar Fauna and Flora Group

Réalisation Samuel Depraz, 2014.

11Il y aurait donc là trois cas fortement différenciés, en termes d’adaptation au contexte, des politiques de protection : les deux cas malgaches, extrêmes, contrastant avec le cas indonésien plus nuancé. C’est en ces oppositions que réside leur efficacité heuristique permettant de comprendre les processus sociaux étudiés (Flyvbjerg 2011), à savoir l’articulation de la prise en compte des habitants par les projets et l’acceptation des seconds par les premiers. Les différents séjours de terrain ont en effet montré que l’acceptation des projets est corrélée aux capacités d’adaptation au contexte local : élevées à Betampona et Ivoloina, moins évidentes sur le Merapi, inexistantes à Ambatovaky.

Acteur ou observateur ?

12Si un regard extérieur (a fortiori celui d’un étranger) peut paraître de prime abord plus objectif qu’un regard intérieur, le temps passé sur place, le réseau de relations dans lequel se trouve pris l’observateur, sa relation avec le terrain et la langue plongent le chercheur dans une immédiateté et une quotidienneté que seul un examen réflexif permet de relativiser.

13Les données exploitées proviennent principalement de séjours sur les trois terrains évoqués, lors de séjours de recherche en master (2009) et en thèse (2013) à Java, d’un volontariat (2009-2011) et de la recherche de thèse (2014) à Madagascar. Issues d’observations et d’entretiens, formels et informels, les notes ramenées permettent, en confrontant les uns aux autres les discours tenus et les pratiques observées, de dégager des points de tension, des désaccords, des contradictions, des non-dits, mais aussi quelques grandes lignes plus consensuelles. Des données secondaires les complètent, tirées d’une part de la presse locale et d’autre part de documents émanant des aires protégées concernées et destinés au grand public.

  • 5 Bule en Indonésie et vazaha à Madagascar, plus ou moins synonymes, désignent le Blanc ou l’Occiden (...)

14Il convient de distinguer les données issues des trois courts séjours consacrés à la recherche de celles obtenues lors de la longue période de volontariat dédié à l’action éducative. Selon le but du séjour, l’intensité de la collecte variait. Changeait également le rapport à la population locale : scientifique étranger lors des séjours de recherche, autonome vis-à-vis des institutions locales à Java et impliqué dans une ONG à Madagascar ; étranger au service des institutions scolaires locales à Madagascar lors du volontariat. Enfin, la perception même de l’« étranger » différait : près des centres urbains (Yogyakarta et Tamatave), les habitants sont habitués aux bule ou vazaha5, qu’ils soient touristes, chercheurs ou résidents, y compris dans les zones rurales ; par contre, dans l’arrière-pays de la région Analanjirofo, les passages de vazaha se comptent sur les doigts d’une main depuis l’indépendance (1960), d’où une plus grande perturbation du quotidien.

15Autre source d’interférences influant sur la collecte et sur l’interprétation des données : la langue. Sur le Merapi, parler couramment indonésien – langue nationale pratiquée par presque tous – permettait une évolution autonome et des interactions directes. Par contre, en pays Betsimisaraka, un niveau insuffisant de malgache, langue du quotidien, obligeait à recourir à un(e) interprète maîtrisant le français, en général un villageois âgé ou un collègue malgache, le français étant certes langue nationale mais restant peu pratiqué.

16Par-delà la connaissance approfondie de ces trois terrains, pourquoi les confronter ? Ni les superficies concernées ni les densités de population ne sont comparables ; cependant leur mise en rapport peut permettre, grâce aux contrastes observés dans leurs modes de gestion, d’identifier et d’examiner les diverses modalités de la prise en compte de la population par les institutions responsables. Ces modalités peuvent en effet se révéler source de blocage ou, au contraire, d’accélération des processus de protection.

Conflits de territorialité entre habitants et autorités de tutelle

17Les blocages peuvent provenir de trois types de conflits territoriaux : concurrence pour s’approprier des ressources, incompréhensions quant à la valeur d’un lieu, révolte face à un pouvoir inaccessible.

Rivalités pour le contrôle des ressources

18Sur le Merapi, l’implication de la population dans la création et la gestion du parc naturel doit être pensée dans le cadre de l’ensemble des relations impliquant les autorités administratives provinciales et locales, les institutions scientifiques et la population. La plus importante de ces relations est celle qui provient de la gestion des risques volcaniques (Lavigne 2001). Or, l’histoire du parc et de la volcanologie locale montre une méfiance ancienne entre les parties concernées : scientifiques et administratifs éprouvent une certaine condescendance envers les « campagnards » (orang deso), considérés parfois comme des incultes superstitieux ; et les susdits voient dans les premiers des « gens d’ailleurs » (wong sono), « de la ville » (dari kota), qui cherchent à s’immiscer dans un mode de vie ancestral et efficace. Cette opposition ne doit toutefois pas être exagérée : les scientifiques s’intéressent de plus en plus aux savoirs et pratiques vernaculaires (Bing 2009) et, inversement, les jeunes générations, considérées au sens large comme étant les moins de soixante ans, montrent plus d’ouverture envers les autorités scientifiques que les anciens (Bing 2014a).

  • 6 Voir Bing 2014b pour un point sur ces questions liées à la relocalisation.

19La forte densité de population sur les pentes du Merapi, qui décroît avec l’altitude, rend les ressources rares donc convoitées. Dans les limites du parc national du Merapi, l’enjeu porte sur les ressources forestières. Les paysans des villages d’altitude fréquentent la forêt pour s’approvisionner en fourrage et en bois de chauffe, ce qui les rend autonomes pour une part importante de leurs intrants. Ceci a expliqué les craintes exprimées par les habitants lors de l’établissement du parc national du Merapi, dont l’objectif affiché était d’appliquer strictement les règles édictées par le ministère des Forêts. Aujourd’hui, ces craintes semblent levées : le parc national du Merapi autorise les habitants à ramasser du fourrage et le bois déjà à terre. En contrepartie, les habitants ont dû faire des concessions, comme renoncer à la chasse et à l’abattage. Pourtant, ce compromis, fruit de longues négociations, manque de garanties : à la merci d’un changement d’orientation ministériel, il concerne surtout un milieu très fragile où le moindre déséquilibre peut tout remettre en cause. Ainsi l’éruption de 2010, qui a ravagé plusieurs villages, a aussi dévasté tout un pan de la forêt ; les habitants ont alors vécu un changement de régime économique brutal avec une baisse de l’agriculture et de l’élevage, et une forte hausse du tourisme, ce qui n’induit pas nécessairement des pratiques plus favorables à l’environnement – l’hypothèse inverse paraît même vraisemblable dans le cas du dark tourism sauvage, qui prospère sur les sites ravagés ; des études complémentaires devraient confirmer ou infirmer cela6.

 

20Les habitants de l’arrière-pays Betsimisaraka, à Madagascar, connaissent tout aussi bien leurs forêts, et savent en tirer nourriture, boisson, médicaments, bois de construction, etc. Mais les forêts de l’Est sont fortement menacées par la déforestation due à la grande pauvreté des habitants et à la gabegie politique. Les aires protégées elles-mêmes subissent les défrichements et les trafics de bois précieux ou d’animaux. De façon a priori paradoxale, seules sont épargnées les aires peu enclavées : routes et rivières navigables offrent d’autres débouchés économiques aux habitants et permettent l’accès aux touristes et aux organisations non gouvernementales, qui apportent des devises.

21Ailleurs, la relative proximité de la mer permet tous les trafics. En mai 2011, les ravages du cyclone Bingiza dans certaines parties de la réserve spéciale d’Ambatovaky ont servi de prétexte à l’abattage d’arbres encore sur pied autour des zones abîmées. Quelques mois plus tôt, des témoins ont raconté avoir vu des chargements de bois se faire sur les côtes de la péninsule de Masoala, dans de petits bateaux. Plus largement, il y a consensus pour considérer le trafic de bois comme d’autant plus intouchable que ceux qui le dirigent sont puissants, que les autorités (dites « corrompues » ou « incompétentes ») laissent faire – et que les communautés locales reçoivent des miettes du festin : certains habitants servent de petites mains, largement sous-payées. Ainsi, à Sandrakatsy (district de Mananara-Nord), des membres du personnel de l’école racontaient, pendant que nous dînions, que les trafiquants stockaient les fûts dans le village avant leur acheminement par la route d’abord vers Mananara-Nord (à 35 km), puis vers des ports plus gros et, de là, vers l’étranger (essentiellement la Chine). Pour eux, nul doute que la police et les autorités forestières savaient, mais ne voulaient pas agir.

22Par ailleurs, faute de perspectives économiques et face à l’explosion démographique de l’île, la survie quotidienne passe dans nombre de villages par l’emploi abusif (au-delà des potentialités de renouvellement) des méthodes d’essartage traditionnel (tavy) des forêts secondaires et du défrichement des dernières forêts primaires. Certains se livrent également à la chasse pour agrémenter l’ordinaire, pour vendre leurs prises à des amateurs ou enfin pour des raisons de croyances. Cette exploitation excessive des ressources forestières, parfois consciente, reste toujours empreinte de fatalisme : comment faire autrement ? Enfin, des communautés sont menacées d’expulsion par l’administration forestière en raison de la localisation de leurs villages sur les terres de la réserve spéciale d’Ambatovaky ou dans les couloirs la reliant à d’autres aires protégées. Les habitants revendiquent pourtant une occupation des lieux plus ancienne que l’établissement du statut de protection.

23Face à ces comportements qu’elles assimilent à des délits, les administrations forestières malgaches disposent de trop peu de personnel, lui-même trop peu formé. Lors de leurs tournées d’inspection, les forestiers sont toujours devancés par la rumeur – aux dires mêmes des villageois – et ne peuvent donc jamais surprendre de faits délictueux. Par ailleurs, mal payés, très isolés et peu soutenus par leur hiérarchie, les forestiers ont peu intérêt à s’impliquer dans une mission peu motivante et qui, de plus, pourrait se révéler dangereuse, tout particulièrement dans le cas de la répression du trafic de bois précieux.

Incommensurabilité des médiances

24À ces oppositions mettant en jeu des intérêts matériels liés à la gestion des ressources, s’ajoutent des différences de sens conféré au milieu, au sens de la « médiance » d’Augustin Berque (2009). En caricaturant, il y a d’un côté les tenants d’une modernité rationaliste pour qui l’environnement est une chose, un objet de droit, à exploiter ou à protéger – en tout cas soumis au bon vouloir de l’homme ; et de l’autre des pensées holistiques où l’humanité, bien que centrale, dépend de forces invisibles qui la dépassent, depuis le Créateur (Zanahary à Madagascar, Allah/Gusti à Java) jusqu’aux humains passés dans l’autre monde (razana, les « ancêtres » malgaches, wali, les « saints » javanais) via toute une série d’êtres matériels et immatériels, dont certains s’incarnent dans des formes naturelles.

  • 7 Voir notamment l’étude de Claire Harpet (2000) sur la relation particulière aux lémuriens.

25Même islamisés ou christianisés, les habitants du Merapi restent ainsi – y compris contre l’avis d’oulémas plus orthodoxes – imprégnés d’un animisme vécu et pratiqué au quotidien. À Madagascar, en partie christianisée, des sites sacrés parsèment en dépit des condamnations de pasteurs radicaux les environs d’Ambatovaky, de Betampona et de la station forestière d’Ivoloina : collines abritant des tombeaux, arbres ou cascades servant de lieu de culte, parfois identifiables par une paire de cornes de zébu, etc. Respecter les interdits (fady) y est impératif, sous peine de punition proche ou lointaine7. Sur le Merapi, les paysans ont acquis au fil de leur fréquentation des lieux une connaissance intime des esprits (penunggu) qui les occupent : ils savent vivre à leurs côtés et mériter leur protection face aux dangers volcaniques (Bing 2014a).

26En face, certains scientifiques ou administratifs, fréquentant peu les zones considérées ou forts de leur vision rationaliste du monde – en dépit, parfois, de croyances assez similaires mais reformulées dans un langage plus conforme à l’orthodoxie religieuse ou scientifique – ont du mal à interpréter la rationalité paysanne autrement que comme un refus du progrès et un attachement excessif à des traditions obsolètes. L’efficacité de ce mode de vie qui, plus que son apparente rationalité, valide ou non un mythe, leur échappe souvent, en raison de l’incommensurabilité des savoirs et des pratiques en jeu et des formulations les exprimant (ibid.).

27D’autres clivages recoupent plus ou moins celui-ci et traversent les communautés locales elles-mêmes. Se croisent ainsi de manière curieuse des fondamentalistes, tant des pasteurs évangéliques que des imams orthodoxes, qui tonnent contre le paganisme, et des jeunes pour qui certaines traditions ne représentent que des histoires ne valant pas la modernité technologique.

Délinquance ou révolte ?

28Dans le cas de la réserve spéciale d’Ambatovaky, la relation entre autorités et habitants semble bloquée en une opposition frontale. Les habitants ne perçoivent aucune volonté de dialogue ou de compréhension – juste un pouvoir arbitraire qui entend les faire renoncer de force à leurs terres ; la participation consciente à des pratiques délictueuses, du point de vue des autorités, et destructrices, du point de vue scientifique, se vit alors comme un acte de protestation et de revendication territoriale face aux autorités. Avec les deux autres cas étudiés, la différence frappe. Toutefois, tant autour de la réserve intégrale Betampona que de la station forestière d’Ivoloina ou sur le Merapi, certaines pratiques délictueuses se perpétuent : par exemple la chasse résiduelle sur le Merapi – en nette régression selon différentes sources locales – ou certains feux de brousse dans les collines betsimisarakas. Ces actes témoignent du fait que, loin du tableau idyllique que peuvent tracer certains acteurs, dont les organisations non gouvernementales et les groupes d’habitants, des tensions persistent et, parfois, éclatent violemment.

29Sous la pression du paradigme intégrateur et de son injonction participative (Depraz 2008), les autorités prétendent souvent engager un processus de « consultation » ou de « participation » des habitants. En fait, cela peut recouvrir des pratiques dirigistes descendantes (ou top-down) inchangées, qui n’exigent des habitants qu’écoute passive et approbation plus ou moins obligatoire, ne serait-ce que pour une question de politesse, puisque les privilèges liés à la hiérarchie restent forts chez les Javanais comme chez les Betsimisarakas. C’était là l’un des reproches fait à la konsultasi et à la sosialisasi, mises en place aux débuts du parc national du Merapi, même s’il semble y avoir eu une évolution notable ; là aussi réside la différence entre les modes de gestion d’Ambatovaky et de Betampona. Dans le premier cas, la prise de décision est purement descendante ; dans le second, même si les grandes orientations sont définies par MNP et MFG, les modalités concrètes d’application passent par un processus de discussion et d’implication des habitants.

30La première hypothèse envisagée semble donc se confirmer : s’assurer le soutien au moins passif des populations habitant les zones à protéger ou vivant à leur proximité passe par l’intégration minimale de leurs intérêts fondamentaux, qu’ils fussent matériels ou immatériels, dans les plans de protection. Cette acceptation – ou son échec – se traduit par le respect des règlements imposés par les autorités – ou par leur violation.

De l’acceptation à la participation

31Par-delà la simple consultation, on peut envisager la participation plus active des habitants à la gestion des aires protégées et à la construction des savoirs qui y sont associés (Scoones et Thompson 1999). Il faut alors déterminer les conditions de ce dialogue, au sens étymologique du terme, c’est-à-dire la création à deux du logos, entendu comme « pouvoir d’action » (Stehr 2000).

La volonté politique de s’impliquer à long terme

32La stabilité à long terme est nécessaire pour assurer des interactions réciproques entre autorités et habitants sur les thématiques environnementales. Tout d’abord, les dynamiques forestières concernent des rythmes multi-décennaux voire centenaires, incompatibles avec le temps court (Aubert et al. 2008 ; Buttoud 1995). Les politiques mises en place ne doivent donc dépendre ni du court terme de la communication ni du moyen terme des bailleurs de fonds. Ainsi s’explique l’échec de nombre d’opérations de reboisement orchestrées, dans les régions Analanjirofo et Atsinanana, par un responsable politique soucieux de se faire bien voir : elles se soldent par une photo et une brève dans les journaux locaux – et, quelques mois plus tard, les chèvres ont brouté les pousses. Seules les actions menées par des institutions scientifiques, administratives ou associatives réellement impliquées dans des partenariats locaux perdurent. Ainsi, sur le Merapi, seul un passage de relais strictement organisé du point de vue forestier – et pas seulement administratif – a permis la réussite du transfert de compétences opéré en 2004 lors de la création du parc national du Merapi entre l’administration forestière régionale (dinas kehutantan) et l’administration ministérielle via son antenne locale. La continuité des projets de « réhabilitation forestière » (rehabilitasi kehutanan) et de « reboisement » (reboisasi) existe.

33Le changement d’attitude notable des autorités quant à la prise en compte des savoirs et pratiques vernaculaires dans la gestion des ressources, depuis la création du parc national du Merapi en 2004, puis dans la prévention du risque volcanique, depuis l’après-éruption de 2006, laisse augurer d’un véritable début de dialogue sur le Merapi. Mais il aura fallu plusieurs années pour que la méfiance laisse place à des interactions fructueuses. À Madagascar, la différence entre le cas de Betampona-Ivoloina et celui d’Ambatovaky confirme que la volonté politique compte pour beaucoup : MFG a explicitement orienté sa stratégie d’implication des populations à la fois sur le long terme pluri-décennal des forêts et sur le court ou le moyen terme des besoins de la population.

34Mais ces stratégies à long terme restent à la merci des changements ministériels ou de régime. Or, si l’Indonésie paraît avoir atteint, depuis la réussite de la transition post-suhartiste (1998-2000), une relative stabilité politique, ce n’est pas encore le cas à Madagascar : alors que les gouvernements de Ravalomanana (2002-2009) avaient engagé un transfert de responsabilités vers les communautés villageoises pour gérer de petites forêts domaniales, le coup d’État de 2009 a mis fin à cette politique pour faire place à un flou juridique autorisant toutes les dérives. Il est sans doute trop tôt pour savoir si le nouveau pouvoir – légalement élu fin 2013 et entré en fonction en janvier 2014 – pourra mettre fin à la gabegie. Il est tout au moins permis de l’espérer ; quelques signaux forts semblent avoir été donnés.

Échanges et co-construction de savoirs via les médiateurs

35Menées en commun par les administrations forestières et les institutions scientifiques, les opérations de restauration forestière du Merapi, de la station forestière d’Ivoloina et de la réserve intégrale Betampona impliquent les habitants des villages alentour en tant que planteurs, défricheurs ou récolteurs. C’est le cas de manière ponctuelle – mais régulière – pour la plupart, et à plus long terme pour certains. Cette politique de recrutement local permet au parc national du Merapi, à Java, et à MFG à Madagascar de fournir un revenu à nombre de familles tout en opérant une sensibilisation quant aux enjeux environnementaux. Si l’effet demeure limité pour un emploi épisodique, il est démultiplié quand l’emploi offert s’étale sur plusieurs années voire une carrière entière, et implique des formations plus complètes ; l’effet est maximal quand un habitant quitte les rangs des petites mains pour devenir cadre décideur – ce fait ayant, toutefois, d’avantage été observé dans le cas du MFG que dans celui du parc national du Merapi.

  • 8 La définition et la typologie des « médiateurs » sont approfondies dans Bing (2014b).

36Certes, ces habitants devenus cadres ne représentent qu’une fraction de la population. Ils constituent néanmoins un exemple d’une catégorie capitale : les « médiateurs » (Berliner 2010, reprenant un terme de Latour8). Maîtrisant les codes culturels et communicatifs des partis en présence et ayant leur confiance, les médiateurs rendent effectif le processus participatif (Blondiaux et Sintomer 2002). Ils favorisent ainsi l’émergence de nouvelles pratiques et de nouveaux savoirs, co-construits par les différents partis et dits « véhiculaires » (Bing 2012 d’après Raffestin 1995). Ils contribuent enfin à faire évoluer à la fois les savoirs vernaculaires d’un côté et les savoirs techno-scientifiques de l’autre (ibid.).

37La stratégie de MFG passe explicitement par l’échange permanent avec les communautés locales. Partant des pratiques locales et des savoirs vernaculaires, elle procède à une sensibilisation à l’environnement et à un appui aux processus scolaires dans les villages autour de la réserve intégrale Betampona et de la station forestière Ivoloina. MFG a ainsi développé une série d’outils didactiques utilisables face à tout public – enfants/adultes, lettrés/illettrés notamment – avec une forte participation villageoise pour leur utilisation. L’échange se trouve au cœur d’une démarche au service de la sensibilisation environnementale : les habitants apportent leurs savoirs, savoir-faire et pratiques du terrain, les « extérieurs » amènent des moyens financiers, techniques et scientifiques pour définir ensemble des objectifs et élaborer procédures et outils. Les résultats en termes de réduction de la déforestation et des trafics sont tangibles : depuis peu, MFG est passé à la phase active de restauration forestière autour de Betampona. Cette démarche ne constitue pas toutefois un modèle transposable par un simple copier-coller.

38Il convient d’abord de s’assurer que les techniques d’échange et de communication envisagées pour mener ce dialogue correspondent bien au rôle qu’on entend leur faire jouer dans les pratiques locales. Alors que MFG mobilise occasionnellement des formes vernaculaires de savoirs comme le conte, le parc national du Merapi ne les emploie jamais. À la question du pourquoi, les habitants répondirent que cela ne pouvait fonctionner car un conte ce n’est « pas scientifique » (bukan ilmu) : pour communiquer autour de la science, ils attendent des spécialistes qu’ils utilisent des outils seyant à leur rang : cartes, graphiques, schémas, etc. En revanche s’appuyer sur les hiérarchies religieuses locales permet des avancées (Bing 2014a), ce que ni MFG ni l’agence Madagascar National Parks n’exploitent dans le contexte malgache.

39Enfin, chez les Betsimisarakas comme chez les Javanais, les rapports socioculturels accordent une grande importance à la « face » et à la hiérarchie. Les échanges se fondent sur l’inégalité entre partenaires, puisque chacun occupe une place sociale bien définie, y compris les médiateurs : hommes plutôt que femmes, bilingues plutôt que monolingues, propriétaires plutôt que sans-terre, etc. S’ils savent en jouer, les médiateurs contribuent à ces rapports de force soit en les modifiant soit en les perpétuant – voire les deux à la fois. La question de l’ambiguïté de leur position sociale se pose donc – et mériterait une étude plus longue. Cette question rejoint ainsi celle de la prépondérance de la culture du consensus et du rôle des élites dans ces sociétés : consensus et élites peuvent en effet se montrer plutôt conservateurs, voire sclérosants, ou, au contraire, moteurs de changement (Scoones et Thompson 1999).

Insertion dans des dynamiques locales

40Enfin d’autres pistes, peu exploitées et qui restent à explorer, consistent à se saisir de pratiques anciennes ou de dynamiques locales plus récentes pour les relier aux questions de protection et de développement. Deux exemples illustreront cela.

41Depuis une quinzaine d’années, sur le Merapi, le développement rural passe par des programmes visant à une intensification de certaines activités agricoles, dont l’élevage laitier. D’anciennes plantations fruitières servent désormais de réserves de fourrage et de bois, créant une agroforêt. Se dessine ainsi sur le volcan un double paysage forestier, composé d’une part du parc national du Merapi et d’autre part de cette mosaïque agroforestière. Au quotidien, seul le premier bénéficie de l’appellation hutan (« forêt ») de la part des habitants comme des autorités car il correspond à l’imaginaire de sauvagerie et de faible fréquentation que recouvre ce mot. Mais la seconde, encore appelée kebun (« plantation »), certes moins riche en biodiversité mais densément peuplée et exploitée, contribue autant que la forêt d’altitude à certains effets bénéfiques (limiter l’érosion et les glissements de terrain, par exemple) et, par les revenus qu’elle induit, permet de réduire la pression anthropique sur la première. Elle mérite donc l’attention des chercheurs, des administratifs et des touristes, autant que celle des habitants qui la bâtissent et la cultivent (Torquebiau 2007).

42Autour de Betampona, MFG cherche également à promouvoir une agroforesterie visant à remplacer les pratiques de tavy, facteurs d’érosion et d’appauvrissement des sols, et à créer autour de la réserve intégrale un glacis protecteur, tout en stimulant les revenus des participants. L’organisation encourage à la fois la plantation d’essences indigènes exploitables et, plus largement, développe l’économie rurale (agroforêt, élevage). Mais cette politique est récente : elle a démarré en 2007. Ailleurs dans le pays Betsimisaraka, la situation est contrastée. Jardins-forêts et forêts-jardins couvrent souvent les villages (ibid.) mais, tout autour, la plupart des collines ont été défrichées. Font exception les lieux sacrés, qui restent intouchables tant pour l’agriculture que pour les trafics : ces lambeaux de forêts bénéficient donc, de par leur statut, d’une protection socialement assurée. L’État, on l’a dit, a d’ailleurs partiellement reconnu le rôle protecteur des groupements villageois. Ces derniers ont d’ailleurs sollicité diverses organisations non gouvernementales pour un appui technique, tout en gardant la responsabilité – donc le pouvoir de décision – quant aux modalités de gestion.

Conclusion

43Les cas, très contrastés, de la réserve spéciale d’Ambatovaky, de la cogestion de la réserve naturelle intégrale de Batampona, de la station forestière d’Ivoloina et, enfin, du parc national du Merapi ont confirmé un acquis de la recherche : la protection des écosystèmes passe par l’intégration des habitants qui en font partie et par des perspectives de développement local. Réduire les conflits territoriaux pour l’accès aux ressources matérielles comme symboliques passe par une intégration des intérêts des communautés villageoises qui peuplent ces aires protégées ou vivent autour. Cette garantie minimum d’acceptation sociale peut être renforcée par une mise en œuvre de politiques visant à impliquer activement certains des habitants, censés représenter leur communauté, dans un processus visant à gérer les aires protégées, à échanger et co-construire les savoirs. Il semble donc que les deux hypothèses de départ soient validées.

44Toutefois, quelques précautions doivent être prises. Sur le plan épistémologique, gardons-nous d’idéaliser certains acteurs et d’en diaboliser d’autres : selon les paradigmes, communautés locales, autorités administratives et forestières, institutions scientifiques des pays et régions concernés ou des pays du Nord, entreprises privées et enfin organisations non gouvernementales, ont pu faire figure de chevalier blanc ou, au contraire, de problème majeur (Aubertin 2005). Le paradigme intégrateur actuel (Depraz 2008) vise à impliquer tous ces acteurs, chacun à son niveau de pouvoir et avec sa légitimité (Scoones et Thompson 1999). Entre eux, le dialogue et les pratiques élaborées peu à peu en commun se renforcent car ils permettent d’identifier des intérêts fondamentaux de chaque partie et d’en tenir compte (cas de Betampona-Ivoloina et, peu à peu, du Merapi). Par contre, un règlement imposé de l’extérieur ou l’absence de perspectives d’avenir déclenchent d’eux-mêmes un réflexe de repli sur soi et de résistance, y compris délictuelle (cas d’Ambatovaky).

45Loin de ne bénéficier qu’aux habitants, cette pratique facilite la mission des administrations forestières, et ouvre aux scientifiques les portes des savoirs et savoir-faire locaux. En Indonésie, l’échec d’une protection et d’un développement venus d’en haut et la réussite des projets participatifs ont ainsi conduit des chercheurs en sciences humaines et en sciences appliquées à conceptualiser cela, en opposant hutan negara (« forêt d’État ») et hutan rakyat (« forêt du peuple ») (Utari 2012).

  • 9 Constat des dizaines de fois répété par mes collègues et amis des deux pays – toujours avec révolt (...)

46Enfin, la prise en compte de cet « impératif délibératif », qui semble en Europe être un acquis voire un lieu commun (Blondiaux et Sintomer 2002), peut avoir, ailleurs, des implications plus larges : sa pratique quotidienne, impliquant tous les acteurs concernés, peut être le socle d’une démocratisation de l’État et d’un renforcement de l’État de droit. En Indonésie, où la démocratie récente semble stable mais où de graves problèmes persistent, et à Madagascar, où ni la démocratie ni l’État de droit n’ont pu entrer dans les mœurs politiques9, la question mériterait d’être creusée.

Bibliographie

Aubert Sigrid, Razafiarison Serge, Bertrand Alain éd., 2008 [2003], Déforestation et systèmes agraires à Madagascar. Les dynamiques des tavy sur la côte orientale, Antananarivo, CIRAD / CITE / FOFIFA / Quae (Repères).

Aubertin Catherine éd., 2005, Représenter la nature ? ONG et biodiversité, Paris, IRD Éditions.

Berliner David, 2010, « Anthropologie et transmission », Terrain, no 55, p. 4-19.

Berque Augustin, 2009, Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin.

Bing Jean-Baptiste, 2009, Savoirs locaux à propos des comportements animaux et stratégies populaires de prévention des risques, mémoire de master 2 sous la direction de F. Lavigne, Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

— 2012, « Du bon usage de la malgachisation. L’écolinguistique de l’école en pays betsimisaraka au regard de la géographie culturelle », Études océan Indien, no 48, p. 123-144.

— 2014a, « Métisser les savoirs pour négocier avec et sur un volcan. Javanité et forêt sur le Merapi », Revue de géographie alpine. En ligne : [http://rga.revues.org/2276] (consulté le 15 avril 2014).

— 2014b, « L’entre-deux comme résilience : les relocalisations sur le volcan Mérapi (Java) », Carnets de géographes, no 7, juin 2014. En ligne : [http://www.carnetsdegeographes.org/carnets_terrain/terrain_07_02_Bing.php] (consulté le 15 juin 2015).

Blondiaux Loïc, Sintomer Yves, 2002, « L’impératif délibératif », Politix, vol. 15, no 57, p. 17-35.

Buttoud Gérard, 1995, La forêt et l’État en Afrique sèche et à Madagascar. Changer de politiques forestières, Paris, Karthala.

Dovert Stéphane éd., 2004, Réfléchir l’Asie du Sud-Est. Essai d’épistémologie, Paris/Bangkok, Les Indes savantes.

Depraz Samuel, 2008, Géographie des espaces naturels protégés. Genèse, principes et enjeux territoriaux, Paris, Armand Colin.

Durand Frédéric, 1994, Les forêts en Asie du Sud-Est. Recul et exploitation. Le cas de l’Indonésie, Paris, L’Harmattan.

Flyvbjerg Bent, 2011, « Case study », The Sage Handbook of Qualitative Research, Denzin Norman K. et Lincoln Yvonna S. éd., Thousand Oaks, Sage Publications, p. 301-316.

Harpet Claire, 2000, Le lémurien. Du sacré à la malédiction (Madagascar), Paris, L’Harmattan.

Lavigne Franck, 2001, « Le paradoxe d’une montagne tropicale volcanique : surpeuplement et risques naturels sur le volcan Merapi, Java, Indonésie », Les montagnes tropicales. Identités, mutations, développement, Bart François, Salomon Jean-Noël, Morin Serge, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux (Espaces tropicaux), p. 119-131.

Lévy Jacques, Lussault Michel éd., 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

Raffestin Claude, 1995, « Langue et territoire. Autour de la géographie culturelle », Kulturen und Raum : theoretische Ansätze und empirische Kulturforschung in Indonesien : Festschrift für Professor Albert Leemann, Wälty Samuel, Werlen Benno, Leemann Albert éd., Zurich, Rüegger, p. 87-104.

Scoones Ian, Thompson John éd., 1999, La reconnaissance du savoir rural. Savoirs des populations, recherche agricole et développement, Paris, Karthala.

Stehr Nico, 2000, « Le savoir en tant que pouvoir d’action », Sociologie et sociétés, vol. 32, no 1, p. 157-170.

Torquebiau Emmanuel, 2007, L’agroforesterie. Des arbres et des champs, Paris, L’Harmattan.

Utari Ayu Dewi, 2012, Penerapan strategi hutan rakyat. Opsi penyelamatan kehancuran hutan negara, Yogyakarta, Cakrawala.

Notes

1 Estimations fournies par M. Christian Awuy, l’un des principaux artisans du développement de l’agro-tourisme sur le Merapi depuis quinze ans.

2 Voir en ligne : [http://whc.unesco.org/fr/list/1257] (consulté le 15 avril 2014).

3 Voir en ligne : [http://whc.unesco.org/fr/actualites/500] et [http://whc.unesco.org/fr/actualites/639] (consulté le 15 avril 2014). Si l’Unesco reste relativement modérée dans ses propos, la presse indépendante malgache se montre beaucoup plus crue.

4 Les chiffres précis manquent à propos des zones rurales concernées, quoique chaque chef de village doive – en théorie – tenir les registres d’état-civil à jour ; cependant, ceux des villages concernés m’ont décrit à plusieurs reprises comment, en quelques générations, de nouveaux hameaux satellites, sans existence légale, avaient émergé pour héberger une partie de l’excédent de population.

5 Bule en Indonésie et vazaha à Madagascar, plus ou moins synonymes, désignent le Blanc ou l’Occidental.

6 Voir Bing 2014b pour un point sur ces questions liées à la relocalisation.

7 Voir notamment l’étude de Claire Harpet (2000) sur la relation particulière aux lémuriens.

8 La définition et la typologie des « médiateurs » sont approfondies dans Bing (2014b).

9 Constat des dizaines de fois répété par mes collègues et amis des deux pays – toujours avec révolte, souvent avec résignation (Indonésie), parfois avec désespoir (Madagascar).

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Carte de localisation du parc national du Merapi
Crédits Réalisation Samuel Depraz, 2014.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5753/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Figure 2 – Carte de localisation de la réserve spéciale d’Ambatovaky et des deux sites d’activité de Madagascar Fauna and Flora Group
Crédits Réalisation Samuel Depraz, 2014.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5753/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 289k

Auteur

Assistant-doctorant en géographie au Département de géographie et environnement de l’université de Genève

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540