Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Acceptation sociale et développement des territoires

 | 
Samuel Depraz
, 
Ute Cornec
, 
Ulrike Grabski-Kieron

Partie IV. L'acceptation sociale des enjeux de protection du patrimoine naturel et culturel

Chapitre VIII

Les nouveaux médias, vecteurs d’acceptation pour la préservation de l’architecture villageoise ?

Aspects théoriques et pratiques à travers l’exemple des séchoirs à tabac du sud du Palatinat

Frank Sebastian Johner

Résumé

Les nouveaux médias peuvent contribuer à la protection du patrimoine rural, en ce qu’ils peuvent améliorer l’acceptation sociale de l’idée de préservation par une meilleure connaissance de cette architecture. Car sans connaissance préalable, il ne peut y avoir d’appréciation ni d’acceptation sociale pour la préservation des bâtiments. Suivant les concepts de Riegl et les critères de l’Unesco, trois modalités de connaissance du patrimoine seront expliquées puis appliquées à l’exemple des séchoirs à tabac du Palatinat du Sud. Pour aider à cette acquisition de connaissances, les nouveaux médias offrent une connaissance multi-sensorielle efficace à travers le texte, les images, voire la vidéo et des fichiers audio. Les projets présentés ici – article de Wikipédia, blog, site sur l’histoire régionale, informant sur les séchoirs à tabac dans la région sud du Palatinat – constituent une stratégie de publication adaptée, laquelle repose sur des principes de seuil bas, sur la spécification du groupe cible et une mise en relation conviviale, complétée par d’autres manifestations via les écomusées et les Journées européennes du patrimoine.

Neue Medien können der Denkmalpflege helfen, dank einer besseren Kenntnis die soziale Akzeptanz des Erhalts ländlicher Architektur zu erhöhen. Denn ohne Kenntnis der Gebäude keine Wertschätzung. Ohne Wertschätzung keine soziale Akzeptanz für den Erhalt der Gebäude. Riegl und der Unesco-Kriterien folgend werden drei Arten der Kenntnis des Kulturerbes erläutert und zur Studie der Tabaktrockenschuppen in der Südpfalz angewandt. Um diesen Erwerb von Kenntnissen zu fördern bieten neue Medien eine effiziente multisensuelle Wissensvermittlung durch Text, Bild- (Video) und Audio-Dateien. Die hier vorgestellten Projekte – Wikipedia-Artikel, Blog, Website zur Landesgeschichte, die über die Tabakschuppen in der Südpfalz informieren – stellen eine anpassende Publikationstrategie dar, die auf den folgenden Prinzipien basiert : Niedrigschwelligkeit, Zielgruppenspezifität und benutzerfreundliche Verlinkung. Ergänzende Maßnahmen sind u. a. eine Veranstaltung im Heimatmuseum am Tag des Offenen Denkmals.

Texte intégral

  • 1 L’auteur tient à exprimer sa gratitude envers tous ceux qui agissent en faveur de la conservation (...)

1Les vieux bâtiments, lorsqu’ils ont perdu leur fonction, sont un enjeu pour les protecteurs du patrimoine, les aménageurs et les architectes – ou bien pour les engins de démolition. Car par-delà cette perte d’usage, les évolutions des trajectoires de vie individuelles, l’exode rural et les mutations démographiques des campagnes conduisent aussi à la dégradation et la démolition de formes architecturales pourtant dignes de préservation. Les nouveaux médias peuvent-ils alors contribuer à sauver l’architecture ancienne1 ?

2La présente contribution vise précisément à comprendre cet enjeu et à esquisser une réponse d’ordre scientifique. Il s’agit surtout de tempérer des attentes excessives qui feraient des nouveaux médias les bottes de sept lieues de la protection du patrimoine : ces médias peuvent surtout aider à structurer quelque peu le « combat d’arrière-garde » – pour le dire hélas crûment – que constitue la préservation de ces bâtiments historiques.

3Après avoir présenté dans un premier temps la situation, une partie théorique analysera ensuite le rapport entre l’état des connaissances, la valorisation et l’acceptation sociale de l’idée de préservation, ainsi que les formes que prennent ces connaissances et cette valorisation. L’enjeu que représentent les nouveaux médias sera ensuite envisagé en relation avec les besoins, les stratégies de publication et l’élargissement envisagé des mesures de protection.

4L’auteur montrera en guise d’illustration quelques projets appliqués, montés à peu de frais en parallèle au travail de recherche ; ce qui permet d’isoler les points cruciaux essentiels pour ouvrir des perspectives fructueuses en termes d’histoire de l’art – bien plutôt qu’en termes d’économie touristique ou numérique.

Les séchoirs à tabac du sud du Palatinat

5Le Palatinat méridional se situe dans la vallée du Rhin supérieur. Il s’étend des monts de la Forêt palatine (Pfälzerwald) jusqu’au Rhin, et depuis la frontière française jusqu’à une ligne théorique allant de Neustadt à Spire (voir figure 1). La culture du tabac s’est développée depuis le xvie siècle dans le Palatinat méridional, et a connu son apogée aux xixe et xxe siècles (Seibert et Hechler 1976). C’est de cette époque que datent les nombreux séchoirs à tabac : de vastes bâtiments en bois, dans lesquels les feuilles de tabac sont mises à sécher après la récolte (voir figure 2).

6La culture du tabac relève maintenant du passé : les cultivateurs sont devenus des employés, et les champs de tabac ont été bâtis. Les séchoirs ont donc perdu leur fonction originelle ; et une réutilisation des bâtiments s’avère difficile.

Figure 1 – Carte de situation du Palatinat méridional

Figure 1 – Carte de situation du Palatinat méridional

Réalisation Claudia Schroer / Institut de géographie de Münster, 2014.

Figure 2 – Séchoirs à tabac à Herxheim bei Landau (Palatinat)

Figure 2 – Séchoirs à tabac à Herxheim bei Landau (Palatinat)

Une des plus anciennes concentrations de séchoirs des deux côtés d’une rue (Bruchweg).

Photo Franck Sebastian Johner, 2011.

  • 2 Il n’est pas dit combien de séchoirs seraient à conserver, ni selon quels critères les sélectionne (...)
  • 3 Pour combler au moins en partie le déficit de connaissances en matière d’histoire de l’art sur ce (...)

7La plupart des hommes ont la volonté et ressentent l’obligation morale de préserver les témoins des cultures passées. Mais il n’y a pas que les témoins de la culture aristocratique ou religieuse – les forts, les châteaux ou les églises – qui soient dignes de préservation. Les marqueurs de la culture des sociétés paysannes, dominantes en nombre, le sont aussi. Les séchoirs à tabac du Palatinat méridional en font partie. Le but minimal serait donc de parvenir à préserver une sélection d’ensembles bâtis et de séchoirs2. Certes, la préservation de tous les séchoirs existants n’est ni réaliste, ni même envisagée. Mais pour garantir une sélection suffisamment représentative, l’ensemble des séchoirs encore en place doit être appréhendé3. Cela suppose une réduction du rythme des destructions, lesquelles peuvent advenir soit par des dégâts naturels sur les bâtiments (tempêtes, foudre, dégâts causés par les arbres ou les animaux) soit par l’action anthropique, que ce soit par négligence ou bien de manière intentionnelle. On peut remarquer des destructions pures et simples (non-conservation), des abandons (non-intervention), des réductions de volume (intervention quantitative) ou des transformations (intervention qualitative). La destruction constituant la perte la plus significative, c’est principalement pour contrecarrer ce processus qu’il est envisagé d’améliorer auprès de la population l’acceptation de l’idée d’une préservation des séchoirs à tabac. La question centrale est alors de savoir comment disposer quelqu’un en faveur de la préservation lorsqu’il est en position de décider du maintien ou de la destruction d’un séchoir.

Aspects théoriques de la préservation

  • 4 L’acceptation sociale est aussi évoquée dans des situations de choix individuel. Elle peut inclure (...)
  • 5 L’explication de cette relation n’est pas ici le cœur du propos ; voir plutôt Simon (1957).

8L’idée de base de la préservation se déroule comme suit : 1) sans connaissance, pas de possibilité d’appréciation ; 2) sans appréciation positive, pas d’acceptation sociale de l’idée de préservation. Ces relations supposées nécessitent toutefois une explication. Dans le point numéro deux, l’idée d’acceptation sociale est entendue comme une forme de décision volontaire. Elle se présente lorsqu’on se trouve confronté à un choix – par exemple celui de rénover un monument historique plutôt que de le détruire – et que l’on approuve la proposition faite par une tierce personne en faveur de l’une ou l’autre des options4. L’appréciation est le fait ici de ressentir des sentiments positifs ou négatifs, soit de l’envie ou de l’ennui. Pour le dire plus simplement, l’approbation est directement corrélée avec l’appréciation de la proposition : plus l’appréciation est positive, puis l’approbation sera grande – et inversement5. Dans le point numéro un, la connaissance signifie l’ensemble des conditions de l’expérience indispensables pour répondre à une proposition d’action ou d’abandon : cela implique donc non seulement des connaissances théoriques ou des capacités réflexives, mais aussi des compétences pratiques, d’ordre physique (Polanyi 1966). Ainsi, la préservation d’un outil de production implique par exemple de connaître les gestes techniques, les mouvements qui y sont associés ; il faut concentrer son attention sur des connaissances appliquées, pratiques, sur le fait que l’objet technique est bien un outil de production, sur ce qu’il contribue à produire, etc. On insiste donc ici à la fois sur la dimension affective de l’appréciation, et sur l’importance de la dimension pratique des savoirs.

  • 6 L’iconologie de Panofsky distingue trois niveaux de connaissance, le premier (pré-iconographique) (...)
  • 7 On remet cependant en question l’aspect restrictif de son approche visuelle – notamment dans les e (...)

9Une fois ces définitions posées, les relations entre la connaissance et l’appréciation peuvent être ordonnées selon trois degrés successifs6, en écho aux niveaux de la connaissance visuelle proposés par Erwin Panofsky (1978 [1955], p. 26-67)7.

Appréciation par la perception et la sensation

  • 8 Voir le travail d’Edmund Burke notamment pour les bâtiments. Pour les ambiances, voir Alois Riegl, (...)
  • 9 En ce qui concerne l’objet, par ailleurs, il faut que soit garantie une certaine visibilité, soit (...)

10Un premier niveau d’appréciation repose sur les perceptions. L’attention est guidée vers un ensemble sensoriel – par exemple un paysage – ou bien par certains aspects particuliers du visible, comme un bâtiment en particulier. L’appréciation est exprimée par une ambiance ou un sentiment, par exemple la beauté, la majesté (Burke 1767) ; de fait, bien des séchoirs à tabac plaisent particulièrement par leur charme morbide (Riegl 1996b ; Böhme 1997)8. Cette appréciation suppose de la part du sujet des capacités d’attention et de perception9. Certes, ces capacités sont données à tous, sinon en cas de cécité ou autre handicap sensoriel, mais peuvent toutefois se différencier en fonction du niveau d’attention porté à l’objet, tout particulièrement entre des étrangers – par exemple des touristes – et des habitués – les habitants locaux (Franck 1998). Un étranger consacre parfois son attention à faire l’expérience de la majesté d’un paysage ou de la beauté d’une construction. Il en va différemment des habitués, qui économisent leur attention dans leurs actions de tous les jours. Face à la routine du quotidien, dont font justement partie les formes permanentes de leur environnement architectural, l’attention plonge et produit une « cécité opérationnelle » qui conduit à ignorer le registre du beau. Pour garantir la possibilité d’une appréciation perceptive de ces formes, il faut donc provoquer d’abord une rupture dans la manière dont est mobilisée l’attention.

Appréciation par la reconnaissance conceptuelle

  • 10 Voir à ce sujet le concept d’Alois Riegl de « valeur historique ». C’est particulièrement vrai lor (...)
  • 11 On peut comparer ce point avec le quatrième critère de reconnaissance des biens du patrimoine mond (...)
  • 12 Pour un amateur qui distingue grossièrement le courant romantique du courant gothique, deux monume (...)
  • 13 Voir là aussi la notion de « valeur d’usage » chez Alois Riegl. Pour beaucoup de non-utilisateurs, (...)

11Dans un second temps, ce qui est perçu est identifié en tant que concept reconnu. Le paysage est celui du Palatinat méridional, les bâtiments sont des séchoirs à tabac. Ce deuxième niveau suppose une relation de familiarité avec les formes (Panofsky 1978). Un étranger reconnaîtra certes un séchoir à tabac en tant qu’œuvre humaine, bâtiment profane ou fonctionnel. Mais il ne dispose pas du concept de « hangar de séchage du tabac ». L’appréciation ne peut être établie qu’en fonction du degré préalable de concrétisation du concept10. Selon la manière dont on conçoit la notion de « ferme », certains bâtiments répondront mieux que d’autres à cette représentation : « une ferme qui comporte encore une porte cochère, des granges, des étables et un four à pain suscitera plus d’attention que si le seul corps de ferme […] subsiste » (Hubel 2011, p. 180), ceci parce que le concept de ferme représente plus que le seul bâtiment d’habitation11. Ce type d’appréciation distingue clairement l’expert de l’amateur, puisque le premier dispose d’un appareil conceptuel précis et différencié. Cette plus grande précision s’exprime par des revendications plus élevées, tout comme l’appréciation s’applique à plus d’objets en raison d’une meilleure capacité de différenciation12. Ainsi, le développement des capacités de différenciation auprès des amateurs favorise leur meilleure appréciation. Mais l’appréciation de ce qui est connu est aussi influencée par des associations affectives autour de l’envie ou de l’indifférence, ce dont attestent les théories sur la dissonance cognitive (Festinger 1978 [1957] ; Heider 1977 [1958]). Par exemple, dès qu’un étranger aura appris que tel bâtiment est un séchoir à tabac, il pourra y associer les idées de fumée de cigarette et de cancer du poumon, ce qui pourra influer négativement sur son appréciation des séchoirs. La perte de fonction du bâtiment, ou sa reconversion peuvent alors être une chance pour que de nouvelles associations soient faites avec de nouveaux usages – monument historique, but touristique, détente – et, ainsi, que les valeurs changent. Enfin et surtout, l’appréciation dépend aussi, du point de vue de l’utilisateur ou du propriétaire, du degré d’utilité du bâtiment13. Du fait de leur perte de fonction, les séchoirs à tabac ont déjà vu disparaître un important potentiel d’appréciation pour garantir leur préservation. De nouveaux usages sont nécessaires à cette fin.

Appréciation par l’exceptionnalité et l’universalité

  • 14 Une forme particulière de mise en valeur est la forme superlative: « la plus grande concentration (...)

12Le troisième niveau d’appréciation permet d’envisager les connaissances dans leur rapport à un ensemble plus large – la région, le vaste monde. Cet ensemble n’est pas donné d’office, en ce qu’il dépasse les limites de l’ici et maintenant. Il faut pour y accéder des prérequis sur les facteurs historiques et culturels qui ont motivé la création et le développement des séchoirs à tabac. Il faut aussi connaître l’existence de bâtiments similaires en d’autres lieux. Deux sources d’appréciation peuvent ainsi être ouvertes : on peut, dans un premier temps, se focaliser sur les différences, et reconnaître en bien des aspects une singularité forte des bâtiments, de leur origine et de leur développement. L’exceptionnalité étant, sur le terrain, un critère fondamental pour la conservation des monuments en péril : l’Unesco considère ainsi par exemple parmi ses critères que, pour l’inscription sur la liste des biens du patrimoine mondial, le bien doit « apporter un témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition culturelle » (critère ii ; Unesco-CPM 2011, p. 37). Cette exceptionnalité est aussi un critère primordial pour la publicité superlative de l’industrie touristique (Reeves 1961)14. L’exceptionnalité, enfin, peut aussi servir non seulement une représentation extérieure, mais aussi une auto-évaluation positive des individus et de la collectivité locale (Tajfel 1982 [1981]).

13Si, dans un second temps, on se concentre plutôt sur le principe d’universalité, il est alors possible de reconnaître le lien qui rapproche, qui crée un sentiment d’appartenance et unit les habitants du Palatinat à travers une langue et une histoire communes, et dont certains types architecturaux témoigneraient. Cependant, il semble – avec toutes les réserves qui s’imposent – que ce soit l’exceptionnalité qui domine sur l’universalité dans ce type d’appréciation.

Aspects pratiques de mise en œuvre

14Pour la mise en œuvre pratique des réflexions théoriques qui ont précédé, les conditions suivantes ont été observées :

1) Transmission indirecte des connaissances. En raison de l’éloignement entre le lieu de résidence de l’auteur (Cologne) et le Palatinat méridional, il a fallu renoncer à l’idée d’une transmission directe des connaissances, par exemple par le biais de conférences ou de visites guidées sur le terrain. On a donc considéré l’idée d’une transmission indirecte par le biais des supports médiatiques.

2) Ressources limitées. Pour des questions de disponibilité et de financement, seuls les médias coûtant peu de temps et d’argent ont été pris en considération.

3) Efficacité. Les ressources disponibles ont dû être utilisées de la manière la plus efficace possible, de telle sorte à produire un effet maximal. Du point de vue de l’accessibilité spatiale et temporelle, l’effet est maximal si les requêtes peuvent être conduites en tout temps et en tout lieu. Dans l’éventail des supports médiatiques disponibles, le choix s’est porté sur les nouveaux médias, puisque – à la différence des médias traditionnels – les informations sont sauvegardées au format numérique et sont téléchargeables à toute heure, dans le monde entier, via Internet. Qui plus est, à la différence une fois de plus des médias imprimés, les informations sont rectifiables à tout moment et l’on peut présenter des images animées (vidéos) ou des données audio.

15D’autres conditions à observer relèvent du cadre juridique, notamment les droits d’auteur, tout comme la protection des données personnelles ; c’est ainsi qu’il a fallu renoncer à l’usage de Facebook, dans la mesure où cette entreprise ne respecte pas de manière suffisamment satisfaisante la protection des données.

L’enjeu des nouveaux médias

16Les formes d’appréciation et de connaissance décrites dans la partie précédente ont rapidement conduit à utiliser les possibilités offertes par les nouveaux médias dans la mesure où cela s’avère particulièrement adapté à la diffusion des connaissances.

  • 15 Voir à ce sujet : [http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Notoriété] (consulté le 10 mars 2014).
  • 16 Pour la version allemande. En français, les critères généraux de notoriété exigent « une couvertur (...)
  • 17 Le déficit de production de rapports scientifiques est l’une des critères de manque de notoriété, (...)
  • 18 Un conflit éditorial est un échange entre au moins deux contributeurs qui prend la forme d’actions (...)

17Le premier projet appliqué englobe une série de contributions à la version allemande de l’encyclopédie en ligne Wikipédia. Jusqu’en février 2010, il n’existait pas d’article relatif aux séchoirs à tabac. La tâche a consisté à éditer des articles, à créer des liens et à télécharger des images (photographies, dessins). Ceci devait rendre effectives certaines conditions d’appréciation : les images permettent d’avoir une impression indirecte des séchoirs à tabac, ce qui constitue un prérequis pour apprécier leur caractère esthétique ou majestueux (Burke 1767). Le texte présente plusieurs types de séchoirs à tabac et soutient ainsi la capacité de différenciation du lecteur, tandis que les informations rendent possible une série d’associations nouvelles, tout en offrant des connaissances sur la genèse, le développement et la diffusion des séchoirs à tabacs, y compris en dehors du Palatinat du Sud. Wikipédia impose cependant plusieurs exigences aux auteurs : les articles doivent avoir une certaine portée, doivent respecter une neutralité de ton et remplir plusieurs critères de notoriété15. Que résulte-t-il de ces exigences ? Il n’est pas possible pour l’auteur d’exprimer ses propres jugements de valeur. Mais surtout, dans la formulation actuelle des critères de notoriété, la communauté des contributeurs de Wikipédia reproduit sans le moindre recul critique les structures de pertinence dominantes pour ses articles. Par exemple, pour apprécier la pertinence des articles relatifs à l’architecture, il est stipulé que « pour aider à la décision, on peut se référer à d’autres travaux de référencement (dictionnaires, guides d’histoire de l’art, guides touristiques) »16. En ce qui concerne la préservation des séchoirs à tabac, qui sont largement ignorés par la recherche et qui sont détruits par bien des propriétaires, ces principes forment un cercle vicieux : puisque les séchoirs ne sont pas considérés comme notoires, on dispose de peu de rapports à leur sujet. Et ce manque d’études critiques conduit à ne pas changer ce déficit de notoriété17. Quant à la conformité aux règles éditoriales, chaque lecteur peut en être juge et s’engager, s’il l’estime nécessaire, dans des conflits éditoriaux (ou edit wars)18.

18La deuxième application pratique consiste en un blog sur les séchoirs à tabac du Palatinat méridional. Les mêmes connaissances que sur Wikipédia doivent y être proposées, cependant le format blog offre de plus grandes possibilités en termes de contenu et de forme, lesquels ne sont plus tenus par les critères de pertinence et de neutralité. Puisque l’on peut publier en toute indépendance, il n’y a pas de conflit éditorial à redouter. Il existe des hébergeurs gratuits ou payants, ces derniers offrant plus de possibilités en termes de design, d’incorporation de publicités ou de téléchargement de vidéos et de données audio (Frankenmölle 2010, p. 42-43). Le choix a porté toutefois sur un hébergement gratuit auprès de l’éditeur Wordpress19.

19Le troisième projet s’adresse aux scientifiques et aux amateurs éclairés et sera peu expliqué ici dans la mesure où il est moins significatif pour le sujet. Il s’agit du site Regionalgeschichte.net, développé sous le logiciel TYPO3 par l’Institut pour l’histoire régionale de l’université de Mayence. Ces pages dispensent des informations historiques sur les communes de Rhénanie-Palatinat, de la Sarre, ainsi que sur les monuments qui les caractérisent ; on y trouve également des contributions de nature scientifique. Les recommandations aux auteurs sont sensiblement plus élevées que dans les cas précédents, il faut être enregistré et obtenir un accès éditorial.

20Au total, les trois offres en ligne sont gratuites, tant pour le contributeur que pour l’utilisateur, sachant qu’un temps limité de mise en forme est nécessaire en général pour l’édition (Frankemölle 2010).

Principes d’une stratégie éditoriale

21Le choix de ces projets ne préjuge encore en rien de la manière dont ils vont être mis en œuvre et comment ils vont être liés les uns aux autres. Trois principes constituent l’enjeu éditorial des supports médiatiques envisagés, principes qui sont plus largement applicables pour tout autre projet de communication ou de marketing.

22Le premier principe est celui d’une accessibilité facilitée. Il convient de libérer le chemin de toute barrière pratique ou normative qui pourrait empêcher l’utilisation de l’offre d’information. On entend par barrière pratique les obstacles d’ordre technique ou financier. En termes d’ergonomie, les informations doivent être aisément accessibles, tant physiquement qu’intellectuellement, par exemple par des menus contextuels simples, une grande lisibilité et clarté du texte, tout comme une mise à jour des liens. En termes économiques, les informations doivent être proposées gratuitement ou bien à coût minimal. Enfin, une optimisation du référencement doit permettre de faire remonter l’information le plus haut possible dans les moteurs de recherche. Les barrières normatives sont constituées par les obstacles d’ordre réglementaire et sociaux : par exemple, qu’aucune contrainte juridique n’empêche l’utilisation des informations, comme celle des droits d’auteurs. Du point de vue social, les informations doivent être sérieuses et fiables – ainsi les articles Wikipédia ne sont pas encore dignes d’entrer dans les références bibliographiques, quand bien même leur qualité n’est pas en cause dans bien des cas.

  • 20 Estimations : les historiens de l’art seraient entre une et deux douzaines, les propriétaires plus (...)
  • 21 En 2011, on a compté 411 513 nuitées touristiques, hors campings, dans les trois Kreise (districts (...)

23Le second principe consiste à s’adapter aux spécificités du groupe cible. Ce qu’on est prêt à accepter diffère d’un individu à l’autre. Si un propos individualisé n’est pas envisageable, une stratégie en direction d’un groupe cible l’est plus. La question est donc : qui s’intéresse aux séchoirs à tabac du Palatinat méridional ? Plusieurs groupes d’intérêt ont alors été identifiés : ceux qui ont un intérêt direct (propriétaires, occupants), et ceux qui ont un intérêt indirect (protecteurs du patrimoine, historiens, historiens de l’art) pour la préservation des séchoirs à tabac. Les habitants qui sont attachés à leur pays natal et qui ont un intérêt pour le Palatinat – et, par ce biais, pour les séchoirs caractéristiques du Palatinat méridional – constituent un autre groupe, tout comme les touristes qui, tout en étant extérieurs à la région, visitent le Palatinat. Les deux premiers ensembles constituent un groupe réduit en effectif, mais très intéressé20. Les touristes et les habitants du Palatinat méridional forment à l’inverse un groupe important en nombre, mais peu intéressé21. Les contributions sur Wikipédia s’adressent à tous, mais plus particulièrement au groupe le moins intéressé. Le blog et l’offre sur le site Regionalgeschischt.net ont été conçus pour les plus intéressés.

24Le dernier principe est celui de la mise en relation des différents supports. L’approfondissement de la recherche dépend de l’intérêt que l’on a pour elle. Un premier aperçu est proposé en général par Wikipédia pour qui veut s’informer rapidement sur un thème donné. Au sein de l’encyclopédie en ligne existe une structure de liens en étoile. Les articles décrivant les communes dans lesquelles on trouve des bâtiments dédiés à la culture du tabac, comme Hatzenbühl, Hayna, Herxheim ou bien Rülzheim, sont reliés à l’article central sur les séchoirs à tabac. De plus, cet article central sert, par-delà son rôle informatif – à rediriger les personnes les plus intéressées via une chaîne de liens depuis les informations les plus générales vers les deux autres projets, puis vers des références scientifiques plus particulières et plus exigeantes – et pour partie au format électronique. Dans le blog, en revanche, la structure est arborescente. Depuis la page d’accueil, on parvient selon son intérêt vers des pages spécifiques et des articles thématiques spécialisés.

Vers un élargissement des mesures de protection ?

25Quand bien même le propos a porté principalement sur les nouveaux médias, quelques mesures complémentaires doivent être ici évoquées pour augmenter l’appréciation des séchoirs à tabac et l’acceptation sociale de l’idée de leur préservation.

  • 22 L’auteur remercie ici pour ces journées Carola et Florian Blümig, Alexander Gramsch, Georg Haag, C (...)

26Pour permettre une appréciation de la part des populations locales, on a évoqué plus haut la nécessité de faire éclore une forme d’attention envers les bâtiments. Le plus simple est d’intervenir aux moments les moins remplis de la routine du quotidien, donc pendant les temps de loisirs, principalement le week-end ou pendant les vacances. Les gens sont plus disponibles et plus réceptifs, à la fois en termes d’attention et d’emploi du temps. Les « Journées du patrimoine » s’avèrent ainsi une manifestation appropriée : ces journées se déroulent à l’échelle européenne sur un week-end, chaque année lors du deuxième dimanche de septembre. En 2012, le fil conducteur a été « le bois », une opportunité précieuse pour une manifestation sur les séchoirs à tabac, dont la structure est en bois22. En rapport avec l’idée de renforcement par l’usage, dans le musée de la ville de Herxheim, un architecte reconnu a informé les propriétaires de séchoirs à tabac sur les potentialités de reconversion des bâtiments. Pour renforcer le sentiment d’exceptionnalité, dans la presse et au musée, un message superlatif sur le Palatinat méridional indiquait que la région constitue la plus grande concentration de séchoirs à tabac en Europe. Enfin, les séchoirs ont été plusieurs fois présentés en tant que « marqueurs de l’identité régionale », cette fois pour renforcer le sentiment d’appartenance.

27En parallèle à cette action ponctuelle, un article sur l’histoire des séchoirs à tabac est régulièrement publié dans le bulletin bimensuel de la communauté de communes d’Herxheim. Le service régional des monuments historiques ayant, dès 1994, déjà publié de son côté un ouvrage – clairement écrit et richement illustré – qui mettait en évidence le caractère esthétique des séchoirs à tabac et de la commune de Hayna (Schüler et Straeter 1994).

Conclusion

  • 23 Pour l’entrée Tabakschuppen, le site Regionalgeschichte.net et le blog suivent en deuxième et troi (...)

28En guise de synthèse, une comparaison peut être faite entre les deux expériences, l’une en ligne, l’autre hors-ligne. Dans la hiérarchisation des moteurs de recherche, l’article allemand de Wikipédia ressort en première position lorsqu’on entre les mots-clés Tabaktrockenschuppen (hangars de séchage du tabac) et Tabakschuppen (séchoirs à tabac)23. Ainsi, un but important a été atteint : pour qui s’intéresse aux séchoirs à tabac, des informations et des illustrations de nature à améliorer son appréciation sont désormais disponibles. L’intérêt pour ce sujet reste cependant dans des proportions limitées, au vu des statistiques de fréquentation. Le nombre de visiteurs mensuels pour l’article de Wikipédia évolue de 97 (février 2012) à 131 (un an après), 107 (deux ans après) et enfin 136 en décembre 2012, avec des pics à 196 en décembre 2011 et un minimum à 52 en juin 2010. L’article fait donc partie des pages très peu visitées, ce qui ne surprend guère compte tenu du thème. Un total de 0,83 % des visiteurs sur Wikipédia clique sur le lien externe qui renvoie au blog – soit vingt personnes sur 2403 visiteurs de juin 2011 à décembre 2012. Ce taux de clic, ou Click-through-rate (CTR) est très bon, compte tenu des standards de la publicité en ligne qui oscillent entre 0,1 et 0,6 % (Tomorrow Focus Media 2010, p. 14). Mais l’efficacité d’ensemble de tous les projets reste difficile à estimer.

29Lors des journées du patrimoine, on a pu pratiquement compter une centaine de visiteurs. C’est un chiffre faible en valeur absolue, mais dix fois plus que lors d’un week-end habituel. Après entretien de l’auteur avec les visiteurs, la manifestation a surtout attiré des spécialistes, comme des architectes, des amateurs d’histoire locale et des propriétaires de séchoirs à tabac. Deux propriétaires se sont montrés intéressés par les propositions de conversion des bâtiments présentées par les architectes. Ceci laisse espérer qu’au moins dans ces deux cas de figure, la démolition sera évitée.

Bibliographie

Böhme Gernot, 1997, Atmosphäre. Essays zur neuen Ästhetik, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp.

Burke Edmund, 1767, A philosophical Enquiry into the Origin of our Ideas of the Sublime and Beautiful, Londres, Dodsley.

Festinger Leon, 1978, Theorie der kognitiven Dissonanz [1957, A theory of cognitive dissonance, Stanford, Stanford University Press], Berne/Stuttgart/Vienne, Hans Huber.

Franck Georg, 1998, Ökonomie der Aufmerksamkeit : Ein Entwurf, Munich, Hanser.

Frankemölle Gabriele, 2010, Weblog mit Wordpress 3, Düsseldorf, Data Becker.

Heider Fritz, 1977, Psychologie der interpersonalen Beziehungen [1958, The psychology of interpersonal relations, New York, John Wiley & Sons], Stuttgart, Klett.

Hubel, Achim, 2011, Denkmalpflege. Geschichte, Themen, Aufgaben. Eine Einführung, Stuttgart, Philipp Reclam.

Huse Norbert éd., 1996, Denkmalpflege. Deutsche Texte aus drei Jahrhunderten, Munich, C.H. Beck.

Johner Frank Sebastian, 2012, Multisensualität statt Dominanz des Visuellen. Beschreibung und Erklärung von Architekturphänomenen aus architekturhistorischer Sicht, Köln, conférence présentée à Weimar aux 7es rencontres du réseau avancé Stadt Raum Architektur. En ligne : [http://tabaktrockenschuppen.files.wordpress.com/2011/11/multisensualitaet-statt-dominanz-des-visuellen-frank-sebastian-johner-20121.pdf] (consulté le 27 février 2014).

Panofsky Erwin, 1978, « Ikonographie und Ikonologie. Eine Einführung in die Kunst der Renaissance », Sinn und Deutung in der bildenden Kunst, Panofsky Erwin [1955, Meaning in the Visual Arts, New York, Doubleday & Company], Köln, Dumont Buchverlag, p. 36-67.

— 1967, Essais d’iconologie. Les thèmes humanistes dans l’art de la Renaissance, Paris, Gallimard.

Polanyi Michael, 1966, The Tacit Dimension, Londres, Routledge / University of Chicago Press.

Reeves Rosser, 1961, Reality in Advertising, New York, Knopf.

Riegl Alois, 1996a, « Der moderne Denkmalskultus, sein Wesen, seine Entstehung » [1903], Klassische Texte der Wiener Schule der Kunstgeschichte, Artur Rosenauer éd., Partie I, volume 5, Vienne, WUV-Universitätsverlag, p. 139-184.

Riegl Alois, 1996b, « Die Stimmung als Inhalt der modernen Kunst » [1899], Klassische Texte der Wiener Schule der Kunstgeschichte, Artur Rosenauer éd., Partie I, volume 5, Vienne, WUV-Universitätsverlag, p. 27-37.

Schüler Christian, Straeter Heinz, 1994, Hayna. Geschichte eines Tabakdorfs in der Südpfalz, Landesamt für Denkmalpflege Rheinland-Pfalz, Speyer, Zechner.

Seibert Theo, Hechler Günter, 1976, Tabakanbau in Deutschland, Landau (in der Pfalz), Pfälzische Verlagsanstalt.

Simon Herbert, 1957, Models of Man. Social and Rational, Mathematical Essays on Rational Human Behavior in a Social Setting, New York, John Wiley & Sons.

Statistisches Landesamt Rheinland-Pfalz éd., 2012a, Statistische Berichte. Bevölkerung der Gemeinden am 31. Dezember 2011, Bad Ems. En ligne : [http://www.statistik.rlp.de/fileadmin/dokumente/berichte/A1033_201122_hj_G.pdf] (consulté le 10 mars 2014).

— 2012b, Statistische Berichte. Gäste und Übernachtungen im Tourismus 2011, Bad Ems, en ligne : [http://www.statistik.rlp.de/fileadmin/dokumente/berichte/G4013_201100_1j_G.pdf] (consulté le 10 mars 2014).

Tajfel Henri, 1982, Gruppenkonflikt und Vorurteil. Entstehung und Funktion sozialer Stereotypen [1981, Human groups and social categories, Cambridge, Cambridge University Press], Berne/Stuttgart/Vienne, Hans Huber.

Tomorrow Focus Media éd., 2010, Click Effects 2010. Analyse der Klickraten im Tomorrow Focus Netzwerk ?, München. En ligne : [http://www.tomorrow-focus-media.de/uploads/tx_mjstudien/Click_effects.pdf?PHPSESSID=7bd7f07fda92ea06567c6a1624ee6c8c] (consulté le 10 mars 2014).

Unesco-CPM (Centre du patrimoine mondial), 2011, Établir une proposition d’inscription au patrimoine mondial, Manuel de référence [2e édition], Unesco / ICCROM / ICOMOS / UICN, Paris. En ligne : [http://whc.unesco.org/document/116070] (consulté le 27 février 2014).

Weber Max, 1984, Soziologische Grundbegriffe [extrait de l’ouvrage Wirtschaft und Gesellschaft, 1921], Tübingen, J. C. B. Mohr (Paul Siebeck).

Notes

1 L’auteur tient à exprimer sa gratitude envers tous ceux qui agissent en faveur de la conservation des séchoirs à tabac. Il remercie notamment madame Nicole Theriault, de l’administration de la communauté de communes de Herxheim bei Landau, pour son soutien.

2 Il n’est pas dit combien de séchoirs seraient à conserver, ni selon quels critères les sélectionner, mais la préservation d’un maximum de séchoirs est réclamée ; voir ces éléments de débat chez Huse (1996).

3 Pour combler au moins en partie le déficit de connaissances en matière d’histoire de l’art sur ce sujet, l’auteur conduit un projet de recherche sur « les séchoirs à tabac du xixe siècle dans le Palatinat méridional ».

4 L’acceptation sociale est aussi évoquée dans des situations de choix individuel. Elle peut inclure, si les propositions de choix sont exogènes, l’approbation d’un refus, ou d’une marque d’indifférence (par exemple, approuver le boycott d’un scrutin électoral). L’idée de « proposition » est donc à entendre comme l’éventail complet des choix, allant de la revendication (approbation active) jusqu’à la menace (rejet actif). Pour préciser ces attitudes entre l’action, l’abandon ou la réaction, voir Weber (1984, p. 19).

5 L’explication de cette relation n’est pas ici le cœur du propos ; voir plutôt Simon (1957).

6 L’iconologie de Panofsky distingue trois niveaux de connaissance, le premier (pré-iconographique) relevant de la perception et de l’identification des formes, le second (iconographique) de leurs associations conceptuelles, et le troisième (iconologique) de la mise au jour des significations profondes, symboliques et culturelles, de l’œuvre observée (Panofsky 1967, p. 13-20). La suite du texte respecte cette logique en recherchant successivement une reconnaissance des formes par l’observateur, puis une compréhension de leurs significations conceptuelles et, enfin, une appréciation de leur valeur symbolique et culturelle [N.D.E.].

7 On remet cependant en question l’aspect restrictif de son approche visuelle – notamment dans les expressions « Iconographie », « Iconologie » – dédiée principalement à l’œuvre peinte, ou encore par le titre même de l’ouvrage : L’œuvre d’art et ses significations, essais sur les arts « visuels » (traduction française). En effet, si l’on se réfère à l’appréciation d’Alois Riegl, qui propose pourtant lui aussi une définition restrictive de l’œuvre d’art, une œuvre d’art serait « toute production humaine sensible, visible ou audible qui présente une valeur artistique » (1996a, p. 139). Les hangars de séchage du tabac sont, à ce titre – comme tout autre bâtiment – aussi à appréhender en fonction de leurs caractéristiques matérielles, thermiques voire olfactives (voir à ce sujet Johner 2012).

8 Voir le travail d’Edmund Burke notamment pour les bâtiments. Pour les ambiances, voir Alois Riegl, notamment son propos sur la valeur du temps, de l’ancien (1996a, p. 144-145). Le sentiment immédiat procuré par la perception, tout comme l’ambiance durable associée à l’expérience sensorielle sont deux aspects distincts d’un même ensemble d’affects ; mais ce qui pourra sembler beau dans un cas le sera peut-être moins dans un autre.

9 En ce qui concerne l’objet, par ailleurs, il faut que soit garantie une certaine visibilité, soit sur le terrain, par une accessibilité physique, soit par les médias (ce dont traite la troisième partie de cette contribution par l’insertion d’images ou une ergonomie conviviale), mais aussi une certaine attractivité (au sens d’une dimension exceptionnelle, d’une densité d’éléments perceptibles ou d’un mouvement, etc.).

10 Voir à ce sujet le concept d’Alois Riegl de « valeur historique ». C’est particulièrement vrai lorsqu’on envisage le concept dans des cas particuliers, par exemple dans le cas du château de Heidelberg. Les différentes conceptions théoriques qui ont pu exister alors – « château » ou « ruine » ? – ont enflammé autour de 1900 la controverse autour de la préservation du château de Heidelberg et mis en tension les fondements même de la protection des monuments historiques.

11 On peut comparer ce point avec le quatrième critère de reconnaissance des biens du patrimoine mondial de l’Unesco, lequel stipule que ces biens doivent « offrir un exemple éminent d’un type de construction ou d’ensemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une ou des périodes significative(s) de l’histoire humaine » (Unesco-CPM 2011, p. 39).

12 Pour un amateur qui distingue grossièrement le courant romantique du courant gothique, deux monuments suffiront pour représenter chaque époque. Pour l’expert, qui saura différencier les formes précoces, classiques et tardives de chaque courant, il faudra donc au moins six monuments. En même temps, l’expert est plus capable que l’amateur de découvrir des nuances fines dans des formes idéaltypiques.

13 Voir là aussi la notion de « valeur d’usage » chez Alois Riegl. Pour beaucoup de non-utilisateurs, notamment les touristes, une faible utilité économique est souvent bien appréciée comme preuve d’authenticité.

14 Une forme particulière de mise en valeur est la forme superlative: « la plus grande concentration de structures liées au tabac » (à Herxheim, voir figure 2) ; « les plus vieux bâtiments liés au tabac » (à Hatzenbühl). Ceci fait écho au premier critère de reconnaissance des biens du patrimoine mondial de l’humanité : ils doivent « représenter un chef d’œuvre du génie créatif humain » (Unesco-CPM 2011, p. 36). La notion de chef d’œuvre s’appréhende bien par l’exceptionnalité.

15 Voir à ce sujet : [http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Notoriété] (consulté le 10 mars 2014).

16 Pour la version allemande. En français, les critères généraux de notoriété exigent « une couverture significative durable », c’est-à-dire qui « doit comprendre au minimum deux sources secondaires considérées comme fiables, dont l'objet principal est le sujet de l'article, et qui doivent être espacées d'au moins deux ans ».

17 Le déficit de production de rapports scientifiques est l’une des critères de manque de notoriété, mais pas le seul. Les autres facteurs peuvent être la perte de fonction des séchoirs à tabac, et par conséquent leur faible pertinence économique ; leur faible reconnaissance sociale (on peut leur opposer, à l’inverse, le fort engagement de la population pour la reconstruction de l’église Frauenkirche à Dresde) ; ou encore l’absence d’urgence politique à se saisir de cet enjeu de préservation.

18 Un conflit éditorial est un échange entre au moins deux contributeurs qui prend la forme d’actions de suppression et de rétablissement de contenus – toute personne pouvant, même sans inscription préalable, écrire de nouveaux articles, retravailler les articles existants ou bien effacer des contenus.

19 [http://tabaktrockenschuppen.wordpress.com/] (consulté le 10 mars 2014).

20 Estimations : les historiens de l’art seraient entre une et deux douzaines, les propriétaires plusieurs centaines. Les intérêts entre ces deux types d’acteurs ne sont pas toujours convergents.

21 En 2011, on a compté 411 513 nuitées touristiques, hors campings, dans les trois Kreise (districts) du Palatinat méridional (Statistisches Landesamt 2012b, p. 12) pour 277 834 habitants (chiffres au 31 décembre 2011, Statistisches Landesamt 2012a, p. 5).

22 L’auteur remercie ici pour ces journées Carola et Florian Blümig, Alexander Gramsch, Georg Haag, Christina et Peter Johner, Bernd Persohn et Sven Schnell.

23 Pour l’entrée Tabakschuppen, le site Regionalgeschichte.net et le blog suivent en deuxième et troisième position dans les moteurs de recherche.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Carte de situation du Palatinat méridional
Crédits Réalisation Claudia Schroer / Institut de géographie de Münster, 2014.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5739/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Titre Figure 2 – Séchoirs à tabac à Herxheim bei Landau (Palatinat)
Légende Une des plus anciennes concentrations de séchoirs des deux côtés d’une rue (Bruchweg).
Crédits Photo Franck Sebastian Johner, 2011.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5739/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 601k

Auteur

Doctorant en histoire de l’art à la Faculté de philosophie de l’université de Cologne

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540