Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Acceptation sociale et développement des territoires

 | 
Samuel Depraz
, 
Ute Cornec
, 
Ulrike Grabski-Kieron

Partie IV. L'acceptation sociale des enjeux de protection du patrimoine naturel et culturel

Introduction

Samuel Depraz

Texte intégral

  • 1 Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture qui, depuis 1972 et l’ad (...)

1Protéger le patrimoine signifie mettre en lumière des objets culturels ou naturels considérés pour leur valeur identitaire et sociale et formant « un fonds destiné à la jouissance d’une communauté élargie aux dimensions planétaires » (Choay 1996, p. 9). Ce terme, toujours plus généreux, inclut aujourd’hui non seulement les objets du patrimoine historique, mais aussi des monuments de la nature voire des écosystèmes caractérisés par leur rareté et leur richesse, mesurées en termes de biodiversité, comme en témoigne la Liste des biens du patrimoine mondial de l’Unesco1.

2Cela implique cependant – et avant toute chose – de restreindre l’éventail des usages d’un territoire par une mesure juridique de protection : il en découle des contraintes d’aménagement, des limitations d’usage, voire des interdictions d’accès à certaines portions du territoire. Ce simple constat de la dimension contraignante de la protection appelle rapidement un examen de l’acceptation sociale des mesures réglementaires : quelle est la réception des messages réglementaires ? Au-delà de leur légalité intrinsèque, les mesures de protection sont-elles perçues comme légitimes et sont-elles correctement observées ? La dimension identitaire des objets protégés est-elle reconnue par tous, notamment dans le cas d’objets patrimoniaux peu évidents et controversés comme ceux qui relèvent du patrimoine industriel, d’écosystèmes traditionnellement jugés répulsifs – marais, prairies sèches à faible valeur agricole – ou lorsqu’on parle d’espèces longtemps considérées comme nuisibles ? Dans les faits, des expressions de refus – bâtiments dégradés, braconnage, ressources naturelles exploitées malgré les interdits – témoignent souvent d’une résistance d’usage d’importance variable voire, peut-être plus profondément, d’une divergence entre les représentations sociales de la population et les buts avancés par le législateur et les promoteurs de la protection.

Un glissement paradigmatique à l’échelle internationale

3Plutôt qu’une approche réglementaire trop rigoriste et une observation intransigeante de mesures conservatoires exogènes, la pratique contemporaine de la protection du patrimoine naturel ou culturel a évolué vers une approche plus adaptative, capable de tenir compte des populations impactées dans la démarche de protection. Cela implique à la fois une sensibilisation aux valeurs patrimoniales, des incitations en faveur de la protection et, plus encore, une association à la prise de décision.

 

  • 2 Zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager, dispositif créé par la loi de (...)

4Dans le domaine de la protection du patrimoine, en France, cela a été marqué par le passage de protections réglementaires strictes sous l’égide de l’État et des Architectes des bâtiments de France, comme les célèbres secteurs sauvegardés de la loi Malraux (1962), à des mesures plus décentralisées, pilotées par les communes et adaptées aux contextes locaux : ainsi, les Aires de mise en valeur du patrimoine (AVAP), établies en 2010 pour remplacer les ZPPAUP2 de 1983, assouplissent la règle du rayon des cinq cents mètres autour des bâtiments classés en créant un périmètre intelligent, lequel prend en compte les perspectives, les paysages urbains, et en établissant une consultation locale, c’est-à-dire une dimension plus sociale et plus vécue du terrain. Ce faisant, les années quatre-vingt ont introduit dans la sélection de ce qui constitue le patrimoine un contre-discours, moins expert, plus social, et ont permis ainsi la définition de nouveaux objets de protection (patrimoine ordinaire, folklore, etc.). Certes, cela a pu susciter en retour une dénonciation de « l’inflation patrimoniale » de la part des corps constitués (Jeudy 1990 ; Leniaud 1992), mais l’acceptation sociale était à ce prix. Le patrimoine se trouve renforcé par cette plus grande proximité aux critères de choix.

5En Allemagne, par-delà les protections réglementaires des seize différents Länder, un programme de protection du patrimoine urbanistique (Städtebaulicher Denkmalschutz) complète les classements des centres anciens par un soutien financier auprès des propriétaires. Ce programme, partagé entre les Länder et l’État allemand (Bund), développé d’abord à l’Est en 1991 puis étendu à tout le pays en 2009, a permis une protection active du patrimoine ancien des centres-villes par une démarche participative, auprès des habitants, et intégrant aussi bien les élus que les promoteurs immobiliers, les experts du patrimoine ou les urbanistes. Là aussi, le réglementaire ne suffit plus.

 

6Dans le domaine de la protection de la nature, on observe dans le même esprit le développement d’une gestion décentralisée, de mesures contractuelles et de logiques partenariales dans la protection, par exemple par l’établissement de « chartes » ou de « documents d’objectifs » – respectivement pour les parcs naturels régionaux et les sites Natura 2000. Ainsi, un « glissement paradigmatique » d’ensemble peut être attesté (Weixlbaumer, dans Mose 2009, p. 42 et tableau 1), rompant avec une approche radicale de la protection pour ouvrir une conception plus « intégrative » à l’échelle internationale (Depraz 2011), dans laquelle les enjeux sociaux du terrain sont mieux appréhendés. Les qualificatifs retenus par les chercheurs pour désigner le paradigme émergent, depuis les années quatre-vingt, en témoignent.

7L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) traduit ce glissement paradigmatique jusque dans ses publications, qui s’intéressent depuis la fin des années quatre-vingt à l’impact économique de la protection, à son rôle pour réduire la pauvreté, à la promotion du tourisme durable dans les parcs ou à la participation des habitants à la gestion des espaces protégés (Depraz 2008 ; Phillips 2003).

8Cependant, il subsiste encore un écart important entre la théorie intégrative de la protection contemporaine et les réalités du terrain. Le déficit d’acceptation sociale autour des objets de protection est fréquent et doit être encore interprété.

 

Tableau 1 – Le glissement paradigmatique en matière de gestion des espaces naturels protégés

 

Paradigme dominant (années 1960/1970)

Paradigme émergent (depuis les années 1990)

Rodary et Castellanet (2003) ; Depraz (2008)

« radical »

« intégrateur »

Stoll (2001, p. 34)

« Ecology first »

« people included »

Phillips (2003)

« classique »

« moderne »

Weixlbaumer (2006), Job et al. (2013, p. 206)

« ségrégatif »

« intégratif »

Un constat international (sélection d’auteurs)

De l’importance de l’information à la symbolique des lieux

9Pour comprendre les résistances d’usage face aux mesures de protection, il convient à nouveau de considérer les mécanismes individuels et collectifs qui fondent l’acceptation sociale des contraintes patrimoniales, ce que s’efforcent de montrer les trois contributions qui suivent.

 

10La première contribution, relative à la protection du patrimoine culturel, présente un caractère tout à fait particulier. Elle s’appuie sur un postulat non-scientifique de départ, une conviction assumée de l’auteur : il faut protéger les séchoirs à tabac du Palatinat méridional en ce qu’ils représentent un élément essentiel de l’identité rurale de cette région. L’auteur souhaite même considérer ces objets artisanaux, au filtre des concepts de l’historien de l’art viennois Alois Riegl, comme partie intégrante des productions artistiques. Riegl est en effet essentiel en ce qu’il a précocement envisagé le patrimoine comme un objet historique et social, à évaluer non seulement en fonction de ses valeurs de « remémoration », mais aussi en fonction de ses « valeurs de contemporanéité » (Choay 1996, p. 125-126) : ce dernier terme inclut la valeur d’usage de l’objet pour la société du moment, ou encore le plaisir esthétique des ambiances suscitées pour les visiteurs et observateurs. Cette entrée plus sociale, moins experte, ouvre la porte à un élargissement considérable des objets éligibles à l’idée de protection patrimoniale.

11Nous avons délibérément mis de côté le caractère engagé du propos afin de nous concentrer plutôt sur la stratégie développée par l’auteur pour justifier l’intérêt de la préservation de son objet. En effet, cet objectif lui permet de démontrer très méthodiquement les ressorts de l’acceptation sociale en matière de patrimoine à travers une analyse approfondie des moyens à mettre en œuvre pour l’améliorer. Il s’appuie pour cela sur les critères de connaissance visuelle d’Erwin Panofski (1967), qui se décomposent en trois temps : reconnaissance des formes, identification de leurs associations conceptuelles, puis appréciation de leurs significations symboliques et culturelles profondes. Il s’agit donc de favoriser l’accès à ce niveau ultime de connaissance et, pour ce faire, l’auteur souligne l’importance de la communication et de la construction d’une image valorisante de l’objet – notamment par le recours aux nouveaux médias. Le transfert d’information, la communication et la visualisation des objets protégés sont, en effet, les bases pour une bonne connaissance et une meilleure acceptation sociale des contraintes liées à la protection du patrimoine naturel et culturel – c’est un élément sur lequel se sont également concentrées nombre d’études dans le domaine des espaces protégés, soit sur les modalités de l’échange d’informations (Schuster 2003), soit sur la valeur émotionnelle des objets à protéger (Schemel 2004).

12Cette première contribution, originale, rejoint finalement les deux suivantes sur un même objectif de fond : contribuer à la mise en évidence des facteurs d’acceptation pour une meilleure mise en œuvre des outils de protection du patrimoine, que ce dernier soit culturel ou naturel.

 

13Les deux auteurs suivants abordent la protection du patrimoine naturel par une approche fondée sur l’observation anthropologique de terrains dans des pays en voie de développement (Indonésie, Madagascar, Colombie). Jean-Baptiste Bing souligne tout d’abord l’importance de la participation locale à des programmes financés de gestion écologique de la forêt pour arriver à une forme de reconnaissance mutuelle entre populations riveraines et responsables des espaces protégés. Les résultats deviennent tangibles par l’intercession de « médiateurs » efficaces capables de transcoder les discours des deux parties. Mais l’auteur souligne aussi, plus profondément, l’importance de la prise en compte, tant sur l’île de Java que sur celle de Madagascar, des tabous traditionnels, tels les fadys malgaches, ou du rôle des ancêtres et des lieux de culte dans la démarche de protection si l’on veut aboutir à une réelle convergence de vues.

14La valeur ontologique des lieux et leur rapport à la transcendance constituent même, selon Maria Isabel Valderrama González, la principale pierre d’achoppement d’un processus de gouvernance maladroit dans le territoire de la Sierra Nevada de Santa Maria, en Colombie. D’un point de vue formel et normatif, la participation des populations autochtones aux projets de protection du territoire est garantie par les récentes lois colombiennes sur l’environnement ; cependant cette participation reste biaisée par une reconnaissance de façade, ancrée dans un cadre légal, mais qui s’accompagne d’un mépris de fond et de stratégies de contournement de la part des investisseurs dès que des motivations économiques d’exploitation des ressources naturelles sont en jeu. Là aussi, la question des modalités de transmission de l’information s’avère un enjeu décisif : les savoirs sont cloisonnés, voire intentionnellement retenus. Mais, plus encore, d’un point de vue symbolique, les représentations traditionnelles du territoire de la Sierra, selon lesquelles la montagne est considérée comme un centre du monde et dont les indiens Aruhacos sont les gardiens, sont généralement méprisées dans un contexte de grande violence dans les rapports sociaux.

15Ainsi, au-delà du cadre normatif de la bonne gouvernance et de la participation formelle à la gestion du territoire, les contributions en appellent à la force des représentations, de la construction de l’image des lieux voire à leur dimension hiérophanique. Ces dimensions sociologiquement structurantes, que la rationalité contemporaine a du mal à considérer à sa juste mesure, restent pourtant le fondement de l’idée d’acceptation sociale des logiques d’aménagement du territoire.

Bibliographie

Choay Françoise, 1996, L’allégorie du patrimoine, Paris, Seuil (La couleur des idées).

Depraz Samuel, 2008, « la succession des paradigmes environnementaux », Géographie des espaces naturels protégés, Depraz Samuel, Paris, Armand Colin, p. 68-127.

Depraz Samuel, 2011, « Les territoires de nature protégée, de la théorie participative aux pratiques de bonne gouvernance », Bulletin de l’Association de géographes français, vol. 88, no 4, p. 365-374.

Jeudy Henri-Pierre dir., 1990, Patrimoines en folie, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Job Hubert, Becken Susanne, Sacher Philipp, 2013, « Wie viel Natur darf sein ? Schutzgebietskonzepte im Wandel der Zeit », Standort, vol. 37, no 4, p. 204-210.

Leniaud Jean-Michel, 1992, L’utopie française : essai sur le patrimoine, Paris, Mengès.

Mose Ingo, 2009, Wahrnehmung und Akzeptanz von Großschutzgebieten, Oldenburg, BIS-Verlag (Wahrnehmungs-geographische Studien, 25).

Panofsky Erwin, 1967, Essais d’iconologie. Les thèmes humanistes dans l’art de la Renaissance, Paris, Gallimard.

Phillips Adrian, 2003, « Turning ideas on their head : the new paradigm for protected areas », The George Wright Forum, vol. 20, no 2, p. 8-32.

Rodary Estienne, Castellanet Christian, 2003, « Les trois temps de la conservation », Conservation de la nature et développement, l’intégration impossible ?, Rodary Estienne, Castellanet Christian, Rossi Georges dir., Paris, GRET/Karthala, p. 5-44.

Schemel Hans-Joachim, 2004, « Emotionaler Naturschutz – zur Bedeutung von Gefühlen in naturschutzrelevanten Entscheidungsprozessen », Natur und Landschaft, vol. 79, no 8, p. 371-378.

Schuster Kai, 2003, Lebensstil und Akzeptanz von Naturschutz : Wege zu einer lebensstilbezogenen Naturschutzkommunikation, Heidelberg, Roland Asanger.

Stoll Susanne, 2001, « Reconciling opposition to protected areas in Europe : the German experience », Environment, vol. 43, no 5, p. 32-44.

Weixlbaumer Norbert, 2006, « Auf dem Weg zu innovativen Naturschutz-Landschaften – Natuverständnis und Paradigmen im Wandel », Naturschutz im Gesellschaftlichen Kontext, Erdmann Karl-Heinz, Bork Hans-Rudolf, Hopf Till dir., Bonn-Bad Gotesberg, Bundesamt für Naturschutz (Naturschutz und Biologische Vielfalt, 38), p. 7-28.

Notes

1 Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture qui, depuis 1972 et l’adoption de la Convention du patrimoine mondial, dresse une liste internationale des biens naturels et/ou culturels dignes de protection.

2 Zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager, dispositif créé par la loi de décentralisation de 1983 et renforcé par la loi « paysages » de 1993.

Auteur

Maître de conférences en géographie-aménagement, université Jean Moulin - Lyon 3 (université de Lyon), laboratoire Environnement, ville, société (EVS, UMR 5600 du CNRS)

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540