Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Acceptation sociale et développement des territoires

 | 
Samuel Depraz
, 
Ute Cornec
, 
Ulrike Grabski-Kieron

Partie III. Les systèmes de gouvernance et les initiatives sociales, moteurs des processus de développement régional

Chapitre VI

Entre développement régional durable et industrialisation de rattrapage

Analyse de pouvoir de deux régimes de gouvernance régionale en Estrémadure (Espagne)

Georg Fiedler

Résumé

Le présent chapitre propose une lecture de la gouvernance régionale basée sur l’analyse du pouvoir. Pour ce faire, la démarche empirique est centrée sur deux régimes de gouvernance en Estrémadure : un groupe LEADER et un régime formé autour d’un projet de construction d’une raffinerie. Dans le cadre d’une comparaison de ces deux études de cas, l’attention est portée sur différentes formes d’exercice du pouvoir et des rapports de force correspondants. Afin d’appréhender de tels phénomènes de pouvoir de manière conceptuelle une grille d’analyse se fondant sur une analytique du pouvoir de la gouvernance régionale est employée. En s’orientant sur une méthode d’analyse qualitative de réseau, des entretiens thématiques semi-directifs ainsi que des diagrammes de Venn ou des organigrammes sont utilisés pour la collecte de diverses dimensions de pouvoir. Une exploitation du matériel récolté par le biais d’une analyse du discours permet de mettre en lumière des formes en partie différentes, mais également très similaires d’exercice du pouvoir. Ces dernières peuvent être finalement intégrées dans l’analytique du pouvoir et apportent donc des éclaircissements quant aux rapports de force qui constituent les deux régimes de gouvernance régionale entre développement régional durable et industrialisation de rattrapage. Jusqu’ici thématisé de manière plutôt marginale, le pouvoir comme dimension révélatrice de la gouvernance régionale doit ainsi continuer à trouver sa place dans le débat sur la gouvernance.

Das vorliegende Kapitel unterbreitet eine machtanalytische Lesart von Regional Governance. Dazu richtet sich der empirische Fokus auf zwei Regional Governance-Regimes in Extremadura : eine LEADER-Gruppe und ein Regime, welches sich um den projektierten Bau einer Raffinerie formiert hat. Im Zuge eines Vergleichs beider Fallstudien liegt das Hauptaugenmerk auf unterschiedlichen Formen der Machtausübung und entsprechenden Machtverhältnissen. Um solche Machtphänomene konzeptionell in den Blick zu bekommen, dient ein Analyseraster, welches auf einer Machtanalytik von Regional Governance abhebt. Methodisch orientiert am Vorgehen einer Qualitativen Netzwerkanalyse kommen für die Erhebung unterschiedlicher Machtdimensionen problemzentrierte Interviews und Venn-Diagramme bzw. Organigramme zum Einsatz. Die diskursanalytische Auswertung des gewonnenen Materials ermöglicht es, teils unterschiedliche teils ganz ähnliche Formen von Machtausübung zu beleuchten. Diese lassen sich abschließend in die dargelegte Machtanalytik einordnen und geben so Aufschluss darüber, welche Kräfteverhältnisse die zwei Regional Governance-Regimes zwischen nachhaltiger Entwicklung und nachholender Industrialisierung konstituieren. Bisher eher randlich thematisiert, soll Macht als Erschließungsdimension von Regional Governance hiermit weiter Eingang in die Governance-Debatte finden.

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Cette étude a pu être réalisée dans le cadre d’un projet de recherche financé par la Deutsche Fors (...)
  • 2 Toutes les citations dont la version originale n’est pas en langue française ont été traduites par (...)
  • 3 L’abréviation PSOE signifie Partido Socialista Obrero Español. En français : « Parti socialiste ou (...)

1« Ce que nous ne discuterons pas, c’est une décision prise politiquement : la raffinerie se fera » (PCRN 2005, p. 21)2. C’est ainsi que l’ancien président d’Estrémadure, Juan Carlos Rodríguez Ibarra, offrit fin 2004 à la communauté autonome située au sud-ouest de l’Espagne le soi-disant « meilleur cadeau apporté par les rois mages » (El Eco de los Barros, mensuel d’information municipal de la commune Villafranca de los Barros, décembre 2004). L’annonce du plus grand projet d’industrialisation ayant vu le jour jusqu’à cette date dans cette région à forte prédominance agricole déclencha diverses réactions. Une vague de protestations contre la raffinerie et la manière de procéder du PSOE3, alors au pouvoir sous Ibarra en Estrémadure depuis 22 ans, se canalisa en janvier 2005 sous la forme d’une plate-forme civique – la Plataforma cuidadana refinería no (PCRN). Comme réponse à ce mouvement se constitua la Plataforma refinería sí, éminemment soutenue par les milieux politiques et s’engageant jusqu’à ce jour pour l’implantation de la raffinerie (PRODEVI 2013). Autour du facteur de conflits que représente la raffinerie se forma durant plus de huit ans un tissu social varié. Un aperçu de la situation peut s’esquisser ainsi : au regard de sa proximité avec la prospère région viticole et oléicole de Tierra de Barros, le site de la raffinerie touche d’abord directement des intérêts agroalimentaires. Le chemin de Compostelle, Vía de la Plata, traverse par ailleurs sur près de deux kilomètres le lieu de production prévu, ce qui a conduit à l’implication de nouveaux acteurs de la société civile. Localisé dans la périphérie intérieure espagnole, le site pétrochimique nécessite en outre la construction d’une infrastructure d’alimentation et d’évacuation : un système de pipelines, reliant le complexe industriel planifié dans la Sierra San Jorge à Huelva et couvrant une distance d’environ 200 kilomètres, affecte également, au-delà de la partie méridionale d’Estrémadure, l’Andalousie – et notamment des zones protégées. La relative proximité de la frontière portugaise engage également des représentants d’intérêts portugais dans le paysage des acteurs. Il est ici surtout question du fleuve (frontalier) Guadiana, dans lequel les eaux usées issues de la raffinerie devraient être déversées. En tant que destinataires, l’UE ainsi que l’ONU font entrer en jeu des conventions et directives politiques sur le plan international. Conjointement avec des compagnies pétrolières internationales, des banques et des sponsors ainsi que diverses organisations gouvernementales et non gouvernementales, l’ensemble des acteurs fonde un premier régime complexe de gouvernance régionale.

  • 4 En français : Association pour le développement de la Sierra Grande-Tierra de Barros.
  • 5 Le sigle LEADER signifie : « Liaison entre actions de développement de l’économie rurale ». Prolon (...)

2Dans le voisinage direct du site envisagé pour la raffinerie s’étend le territoire du Groupe d’action locale (GAL) Federación para el desarrollo de Sierra Grande-Tierra de Barros (FEDESIBA)4. Ce deuxième régime de gouvernance régionale de plus petite dimension et de provenance européenne est issu de la fusion de deux GAL en juin 2001 dans le cadre du programme LEADER5. Mise en œuvre en Espagne depuis les années quatre-vingt-dix, l’approche LEADER vise à promouvoir de manière durable un développement rural intégré (CE 2006, p. 5) et reflète la « tentative de pilotage » d’une forme normative de gouvernance régionale (Fürst 2007, p. 8). Tout comme le régime de gouvernance régionale autour de la raffinerie de pétrole, le GAL intègre – mais de manière prescriptive, conformément au programme européen – différents acteurs (collectifs) provenant de la société civile, des partenaires économiques et sociaux, ainsi que des responsables politiques.

3Afin d’analyser ces deux régimes de gouvernance partiellement liés, le « pouvoir » est défini ici comme dimension révélatrice du concept de gouvernance régionale. Cette approche se fonde sur les réflexions suivantes : premièrement, les phénomènes de pouvoir sont généralement abordés de manière formelle et technocratique dans le débat sur la gouvernance (Brand 2004, p. 114 ; Benz 2006). Par conséquent, on part souvent du principe que, lorsque l’on parle de gouvernance, il s’agit « de la résolution de problèmes collectifs et non pas – avant toute chose – de gain de pouvoir ou de conservation du pouvoir » (Mayntz 2009, p. 49). Deuxièmement, en parallèle à ce biais conceptuel centré sur la résolution de problèmes (Höppner et Nagel 2008, p. 127), on peut constater en même temps dans la recherche sur la gouvernance une forme d’aveuglement quant aux notions de pouvoir et de domination (Höppner et Nagel 2008, p. 134 ; Marquardt 2010, p. 242 ; Demirović 2011, p. 75). Troisièmement, le débat sur la gouvernance régionale envisage de manière plutôt marginale les phénomènes de pouvoir – à quelques exceptions près, par exemple Marco Pütz (2004) – car on part d’ordinaire du principe que « les questions de pouvoir peuvent être en grande partie évitées » (Fürst 2003, p. 443). Des définitions qui envisagent la gouvernance régionale comme une « coopération en réseau entre acteurs du secteur de l’État, de l’économie privée et de la société civile pour traiter les problèmes du développement rural » (Fürst et al. 2005, p. 331) renvoient, en somme, à la (mé)compréhension du pouvoir dans le débat sur la gouvernance régionale : la définition reflète certes explicitement une conception symétrique du pouvoir au sens de « pouvoir comme coopération et consensus » – par exemple dans la lignée d’Hannah Arendt (Lukes 1983, p. 107) – ; pourtant, la conception du pouvoir dans les analyses de gouvernance régionale demeure souvent limitée à « une qualité parmi d’autres propre aux acteurs au sein de constellations d’acteurs ou d’interactions » (Pütz 2004, p. 55 ; voir également Benz et Fürst 2003, p. 31 et 41). Se référant à l’interprétation asymétrique (par exemple à la suite de Max Weber), le pouvoir est compris – si tel est le cas – avant toute chose comme une dominance d’acteurs regroupés en constellations de pouvoir (Scherer 2006, p. 116). En bref : « le pouvoir comme hiérarchie et domination » (Lukes 1983, p. 107) qu’il s’agira dès le départ d’éviter (Fürst 2003, p. 443 ; Beutl 2010, p. 53 et suiv.). Pour résumer, les travaux de recherche menés jusqu’à aujourd’hui sur la gouvernance régionale comportent un certain nombre de « contours indécis » au vu des questions de pouvoir et conservent également une tendance essentiellement normative.

4La présente contribution esquisse pour cette raison une lecture de la gouvernance régionale résolument axée sur l’analyse du pouvoir. Ainsi, par l’étude comparative de deux arrangements de gouvernance, il s’agira, d’une part, d’examiner comment le pouvoir est exercé dans le contexte de régimes de gouvernance régionale et, d’autre part, de mettre au jour les formes de rapports de pouvoir qui constituent les régimes de gouvernance régionale.

Cadre théorique et conceptuel de l’analyse du pouvoir

5En s’inspirant d’idées développées par Foucault sur l’analytique du pouvoir (Defert et Ewald 2005), la présente contribution conceptualise le « pouvoir » en tant que dimension révélatrice de gouvernance régionale. Car, par rapport à d’autres tentatives pour appréhender les phénomènes de pouvoir (Pütz 2004), la notion de gouvernement développée par Foucault dans cet ouvrage correspond dans un premier temps à une compréhension large du concept de gouvernance (Benz et al. 2007, p. 10 ; Lemke 2007, p. 60 ; Mayntz 2009) et offre ainsi un point de départ permettant de saisir la gouvernance régionale dans une perspective d’analyse du pouvoir. En prolongation de cela, et en prenant appui sur le programme de recherche de l’analyse du discours de la sociologie de la connaissance (Wissenssoziologische Diskursanalyse ou WDA : Keller 2005), peut être développé un cadre pour l’analyse comparative du pouvoir des deux régimes de gouvernance régionale.

Analytique du pouvoir de la gouvernance régionale

6Avec sa vaste notion du gouvernement, Foucault appréhende la « diversité de significations que le terme posséda jusqu’au xviiie siècle encore » (Lemke 2009, p. 474). Gouverner désigne à cet égard « l’ensemble des procédés par lesquels les hommes se dirigent les uns les autres » (Foucault 1994a, p. 94). Car à côté du « gouvernement sous sa forme politique » (Foucault 2004b, p. 93), il faut également tenir compte de la direction des hommes dans beaucoup de contextes différents, comme l’éducation des enfants, la gestion d’un commerce, mais aussi la conduite d’une institution ou d’une communauté régionale (Lemke 2009, p. 475). En l’occurrence, la notion de « conduite » recouvre d’une part le fait de « mener les autres (selon des mécanismes de coercition plus ou moins stricts) et [d’autre part] la manière de se comporter dans un champ plus ou moins ouvert de possibilités » (Foucault 1994d, p. 237).

  • 6 Avec cette notion de gouvernement, Foucault ouvre également une perspective dépassant la conceptio (...)

7En partant de cette large notion de gouvernement, Foucault propose une entrée nouvelle vers l’étude de l’exercice du pouvoir et des relations de pouvoir, envisagées « sous l’angle de rapports de conduite » (Lemke 2005, p. 336). Exercer un pouvoir signifie par conséquent gérer des conduites étrangères comme ses propres conduites, c’est-à-dire influer de différentes manières sur la probabilité d’action de sujets individuels ou collectifs (Foucault 1994d, p. 237 et suiv.). Le pouvoir est par conséquent constamment relationnel : « une action sur des actions ». Un rapport de pouvoir ne signifie ainsi « pas en lui-même une violence qui saurait parfois se cacher » – dans le sens évoqué en introduction d’un pouvoir entendu comme hiérarchie et domination – ni non plus « un consentement qui, implicitement, se reconduirait » (ibid., p. 236). Foucault intègre certes ce « schématisme juridique » (Foucault 1994b, p. 150) dans sa conception stratégique et productive du pouvoir, lequel ne cerne de manière analytique qu’un usage légitime et illégitime de l’exercice du pouvoir6. Cependant, il va en même temps plus loin. Caractérisée comme « un mode d’action de certains sur certains autres » (Foucault 1994d, p. 235) ou la conduite des conduites, c’est en effet précisément « ce moment du caractère relationnel et réflexif qui distingue la relation de pouvoir d’un accord ou d’un rapport de violence » (Lemke 2009, p. 478).

8Cette définition encore assez générale des relations de pouvoir selon Foucault comme l’exercice du pouvoir des uns sur les autres fait l’objet d’une différenciation supplémentaire. Il postule en effet que seules les relations de pouvoir qui se rapportent à un système de connaissances calculé et systématisé devraient être admises en tant que gouvernement (Frankenberger 2007, p. 165). Le gouvernement ne constitue par conséquent qu’une partie du champ des relations de pouvoir. En outre, Foucault fait encore la distinction entre pouvoir et domination. On peut ainsi différencier trois niveaux de l’analytique du pouvoir (Lemke 2005, p. 338), comme l’illustre le schéma ci-dessous :

Figure 1 – Les trois niveaux de l’analyse du pouvoir selon Foucault

Figure 1 – Les trois niveaux de l’analyse du pouvoir selon Foucault

D’après Frankenberger (2007, p. 171).

Conception Georg Fiedler, 2014.

  • 7 Avec le terme « techniques » on n’entend pas seulement les équipements techniques. Partant de la s (...)

9Selon la conception courante, un état de domination est habituellement associé au concept de pouvoir (Foucault 1994c, p. 728). Dans la terminologie foucaldienne la domination représente toutefois une forme particulière des relations de pouvoir, cristallisées ou, pour ainsi dire, rigides et bloquées, et qui sont instituées par des moyens économiques, politiques ou militaires. La fixation et la régulation durable de telles relations asymétriques de pouvoir n’autorisent que des options d’intervention restreintes. De l’autre côté se trouvent les relations stratégiques. Elles s’entendent comme des « jeux stratégiques entre des libertés » (ibid.), omniprésents dans toute relation sociale ou interaction, et visent à influencer l’action d’autres personnes. À un échelon intermédiaire, les techniques gouvernementales7, qui se fondent sur des rationalités politiques, ont une sorte de fonction charnière ou forment une sorte de lien entre les relations stratégiques et les états de domination. Elles comprennent « toutes les mille manières, modalités et possibilités qui existent de guider les hommes, de diriger leur conduite, de contraindre leurs actions et leurs réactions, etc. » (Foucault 2004a, p. 3). Les techniques gouvernementales constituent à ce titre des « formes plus ou moins systématisées, régulées et réfléchies de l’exercice du pouvoir » (Lemke 2008, p. 42). Le « gouvernent régional » se sert également de telles techniques gouvernementales structurées qui se réfèrent, dans le cas des périmètres LEADER, à la rationalité politique du programme d’un développement rural intégré et durable : c’est-à-dire une approche territoriale – l’exploitation des potentiels endogènes – et une démarche intersectorielle et transversale, avec l’intégration en réseau et la participation active de différents acteurs ainsi que l’établissement de structures décisionnelles sur le plan régional (Mose 2005, p. 20).

10Si l’on suit cette lecture, la gouvernance peut être d’abord conçue comme une « mise en réseau complexe » (Frankenberger 2007, p. 169) de techniques de domination et de techniques de soi. Les individus sont soumis par des techniques de domination à des objectifs précis ou à la conduite d’autres individus et se trouvent amenés à adopter un comportement et une manière d’agir définis (Foucault 1994f, p. 785 ; Frankenberger, ibid.). Les techniques d’auto-conduite impliquent en revanche un rapport à soi ou une « auto-domination », par exemple comme principes du comportement personnel par lesquels « l’individu agit sur lui-même » (Foucault 1993, p. 203) afin de parvenir à un certain état de satisfaction, d’équilibre ou même de bonheur (Foucault 1994f, p. 785). La gouvernance – également au sens d’une « auto-conduite » – représente par conséquent « le point d’intersection où la conduite des individus par d’autres est liée à la manière dont ils se conduisent eux-mêmes » (Foucault 1993, p. 203). La gouvernance régionale inclut parallèlement à cela en particulier aussi les techniques de signification et de production. En raison de techniques de signification, comme des désignations d’éléments régionaux (du paysage) basées sur le programme en tant que potentiels endogènes, des signes et des symboles reçoivent ou produisent un sens précis. Ils peuvent alors aussi donner naissance à de nouvelles formes de savoir ou de système de connaissance. Les techniques de production, en tant que capacités et compétences concrètes à travailler, produire et transformer des choses (Foucault 1994d, p. 233), par exemple la fabrication de produits régionaux, sont également à prendre en compte.

11Dans une perspective analytique du pouvoir, la gouvernance régionale peut ainsi être définie comme point d’imbrication diversifié entre techniques de domination et techniques de soi-même ainsi qu’entre techniques de signification et de production. Conformément à la proposition de Foucault de « démarrer l’analyse sur le champ des pratiques » (Füller et Marquardt 2009, p. 99), l’accent de l’étude est donc mis sur ces techniques gouvernementales.

Cadre de l’analyse comparative du pouvoir de régimes de gouvernance régionale

12En se basant sur l’analytique du pouvoir, un régime de gouvernance régionale est tout d’abord défini de manière plus précise comme un continuum spécifique de techniques gouvernementales. Ceux qu’on gouverne avec ces techniques de gouvernance sont, en ce sens, « de toute façon des gens, ce sont des hommes, ce sont des individus ou des collectivités » (Foucault 2004b, p. 126). Ou, dans les termes de l’analyse du discours en sciences sociales (WDA), des acteurs sociaux « qui sont constitués socialement et qui produisent quelque chose de social dans les activités qu’ils exercent » (Keller 2012, p. 92). Ils sont les destinataires d’un système de connaissance systématisé, dans le cas présent de techniques gouvernementales « régionales » ou d’une manière définie de gouverner. Si la gouvernance peut se rapporter à des faits sociaux très divers (Sørensen et Torfing 2009, p. 236), les régimes de gouvernance régionaux problématisent des domaines de pratiques du développement régional. Pour une étude concrète, Foucault propose cinq dimensions d’analyse centrales (Foucault 1994d, p. 239 et suiv.).

13La première dimension d’analyse est formée par les types d’objectifs qui sont poursuivis au travers de l’action sur les actions d’autres personnes (Foucault 1994d, p. 240 ; Frankenberger 2007, p. 172). Les différents types d’objectifs auxquels les divers acteurs des régimes de gouvernance aspirent peuvent être mis en lumière, selon la WDA, par les modèles d’interprétation et de signification des intentions poursuivies. Car, en vue d’un « événement-occasion » (Keller 2005, p. 235), comme l’implantation prévue d’une raffinerie, des raisons logiques ou des significations précises sont attribuées aux actions respectives des acteurs ainsi qu’aux objectifs de leurs agissements au sein d’actes d’interprétation concrets (voir également Flusser 1994 ; Keller 2005, ibid.). Des modèles d’interprétation associent en cela « différents éléments de signification en une figure d’interprétation cohérente – mais pas nécessairement consistante » (Keller 2007, p. 104 et suiv.). Les modèles d’interprétation et de signification puisent alors d’un côté dans les réserves de connaissances sociales, mais peuvent également générer de l’autre de nouvelles figures d’interprétation (Keller 2005, p. 238). En tant qu’attributions de sens guidant l’action dans une « communauté de connaissances » (Keller 2007, p. 104), ils rendent possibles des processus de compréhension et d’interaction « ainsi que des coordinations d’action réciproques entre acteurs » (Keller 2012, p. 95). En tant que schémas générateurs de sens, ils sont (re)produits à travers des discours – tout d’abord compris comme un ensemble d’affirmations se rapportant les unes aux autres.

  • 8 « Un fait institutionnel désigne chaque fait contenant la structure logique X vaut en tant qu’Y da (...)

14Les formes de l’institutionnalisation constituent la seconde dimension de l’analyse. Elles peuvent être conçues, en recourant à la WDA, comme les positions occupées par les locuteurs dans le discours et les rôles assignés à ces positions par des constellations d’acteurs structurées de manière institutionnelle (Keller 2012, p. 98). De telles constellations structurées institutionnellement peuvent prendre des formes diverses allant « d’un dispositif fermé » jusqu’à « des systèmes très complexes dotés d’appareils multiples » (Foucault 1994d, p. 240). Les positions respectives des locuteurs reposent alors sur le « fait institutionnel » (Searle 2009, p. 93) d’après lequel un acteur ne peut avoir un rôle précis ou ne peut exercer un pouvoir donné que parce qu’une position déterminée lui a été collectivement attribuée. La forme de cette attribution observe, selon Searle (2009), la règle suivante8 : un acteur déterminé (X), par exemple un maire, endosse aussi la fonction de président (Y) dans le contexte du GAL FEDESIBA (C) – par exemple parce que sa position présidentielle de locuteur est reconnue collectivement en raison d’une procédure électorale. La position de locuteur rend un acteur apte (ou le force) à exercer un pouvoir déontique, qui est une forme spéciale de pouvoir : elle est « caractérisée par des notions comme droits, devoirs, obligations, habilitations […] » (Searle 2009, p. 94) – ou « pouvoir juridique ». Néanmoins, le pouvoir déontique n’est ainsi pas une propriété (individuelle), mais reste relationnel – il est toujours attribué par le discours.

15En lien étroit avec ce qui précède, le système de différenciation constitue la troisième dimension d’analyse. Ce système permet, sur la base de différences traditionnelles, symboliques et culturelles, ou encore socio-économiques (Foucault 1994d, p. 239) d’occuper une position de locuteur et, ainsi, d’exercer une influence sur l’action d’autrui. Par exemple, certaines attestations de formation permettent d’occuper la position de secrétaire général du GAL, position à partir de laquelle un jugement positif ou négatif peut alors être porté sur des projets de développement. Pour savoir quelles différenciations concrètes au sein des deux régimes de gouvernance constituent à la fois une condition et un effet de relations de pouvoir (ibid.), il est possible d’avoir recours au concept de « position de sujet » (Keller 2012, p. 100 et suiv.). Le sujet désigne, dans ce cadre, un rapport à soi supposé ou « présumé souhaité, rejeté, loué, dénoncé du contrôle réfléchi de l’action d’acteurs sociaux individuels – et peut-être également collectifs » (Keller 2012, p. 100). Les positions de sujet produites de manière discursive créent dans un système de différenciation diversifié des offres d’identité ou des modèles de subjectivation (Keller 2005, p. 218). Dans le cadre du conflit qui s’est formé autour de la raffinerie, évoqué en introduction, ce phénomène se produit au moyen de la ligne agonistique entre les partisans de la raffinerie et ses opposants : en qualifiant les opposants au projet de « citoyens responsables », capables de défendre l’héritage naturel et culturel contre les intérêts ou le profit des « caciques politiques », les discours produisent ainsi la réalité dont ils traitent – au sens propre du terme. Car de tels « sujets modèles » (Keller 2012, p. 100) générés par le discours constituent pour les acteurs des deux régimes de gouvernance des « directives pratiques pour la subjectivation » (Keller 2005, p. 218). Dans les discours sont alors également impliquées des pratiques d’actions instructives.

  • 9 Les pratiques sont d’après la WDA des « modèles d’action mis à disposition des acteurs au travers (...)

16Les modalités instrumentales, comme quatrième dimension d’analyse, désignent la manière dont le pouvoir est exercé. Concrètement, le pouvoir peut être exercé à travers la menace, la violence armée, par des moyens économiques ou des mécanismes de contrôle, selon des règles formelles ou informelles, etc. (Foucault 1994d, p. 240). Cette dimension englobe les formes d’action effectives et les comportements, ou plus précisément : les pratiques9 des acteurs. Dans le contexte des deux arrangements de gouvernance régionale, l’application de telles « practices of governance » (Füller et Marquardt 2009, p. 97) est analysable avec le concept de « modes de subjectivation » (Keller 2012, p. 102). Le système de différenciation produisant d’un côté des schémas d’identification modèles (voir également Foucault 1994c, p. 719) et les positions de locuteurs permettant, de l’autre, de remplir certains rôles, la « subjectivation effective » (Keller 2012, p. 102) consiste alors en la prise de telles positions de sujets ou locuteurs. Des pratiques allant de pair avec la subjectivation, par exemple des manifestations contre l’implantation d’une raffinerie, font toutefois constamment l’objet de légères nuances résultant de situations spécifiques à un contexte particulier. De même, les modes de subjectivation changent continuellement en raison de l’action ou de la réaction performative et interprétative des acteurs sociaux. Car le concept d’acteur de la WDA met à disposition des acteurs – dans la tradition interprétative et socioconstructiviste – certaines options, surtout d’opposition : par exemple, la « prise appliquée » de position en tant que sujet ou locuteur, la subversion ou réinterprétation, totale ou partielle, de cette position, la réflexion critique ou créative sur des formes de subjectivation ou leur application naïve (Keller, ibid. ; voir aussi Foucault 1994c, p. 719 et suiv. ; Lemke 2005, p. 344 et suiv.). Dans ce sens, les discours (re)produisent alors également des modèles supra-individuels de « l’auto-compréhension et de l’action » (Glasze et Mattissek 2009, p. 11).

  • 10 Dans l’original, la cinquième dimension d’analyse est nommée : « Les degrés de rationalisation » ( (...)

17La cinquième et dernière dimension d’analyse est formée par les genres de rationalité10. Dans le cadre de cette dimension d’analyse, on considère la variabilité temporelle et contextuelle des logiques immanentes d’un « gouvernement spatial » (Reuber 2012, p. 208). La notion de rationalité ne vise pas en cela une « raison transcendantale » (Lemke 2008, p. 40), mais désigne pour ainsi dire une forme de la raison comprise de manière instrumentale (Höppner et Nagel 2008, p. 123). On peut par exemple évoquer la rationalité de planification de la ville adaptée à la voiture qui apparaîtrait dans les contextes urbains européens actuels comme incompatible avec la rationalité d’un développement urbain durable. Les genres de rationalité de la planification spatiale ou du développement régional se rapportent à la production régulière « de processus, programmes ainsi que schémas de perception et de jugement » tout comme d’action (Reichert, cité dans Höppner et Nagel 2008, p. 123). Ils sont résumés ici sous la désignation de rationalités de politique régionale et mis en lumière de manière comparative au regard de leur « structure phénoménale » (Keller 2005, p. 243). Le concept de structure phénoménale part du principe « que les discours qualifient des éléments différents dans la constitution de leur rapport référentiel (c’est-à-dire de leur thème) et qu’ils les relient en une forme spécifique, la constitution phénoménale » (Keller 2007, p. 99). Comme dimension d’analyse intégrative, les constitutions phénoménales respectives des deux régimes révèlent quels modèles d’interprétation et de signification, quelles constellations d’acteurs et positions de locuteurs, quelles positions de sujets et quels modes de subjectivation produisent certains discours. En comparant les résultats empiriques des différentes dimensions d’analyse se dégagent les techniques gouvernementales correspondantes – des techniques de signification, de production tout comme des techniques de domination et des techniques de soi – qu’un discours engendre (Keller 2012, p. 103). Les discours doivent en ce sens également être considérés comme des processus dans lesquels des « conceptions et logiques d’action déterminées sont produites et sans cesse transformées » (Glasze et Mattissek 2009, p. 12). Dans ce contexte, les techniques de gouvernance régionale, en tant que point d’intersection entre « dire » et « faire » et « des règles qu’on s’impose et des raisons qu’on se donne » (Foucault 1994e, p. 22), se réfèrent constamment à une rationalité de politique régionale complémentaire (Lemke 2008, p. 41 ; voir figure 1 et section précédente).

18En conclusion, on peut ainsi mettre au jour, par le classement successif des techniques gouvernementales dans l’analytique du pouvoir, quelles rationalités de politique régionale constituent des formes spécifiques de rapports de pouvoir au sein des deux régimes de gouvernance régionale.

Méthodologie

Analyse qualitative de réseau

19Dans la foulée de l’orientation prise par la sociologie de la connaissance, la méthode ayant servi à l’étude comparative est celle d’une analyse qualitative de réseau (Schindler 2006, p. 100). En effet, une analyse qualitative de réseau permet de comprendre d’une part « des interprétations des acteurs, des perceptions subjectives, des degrés d’importance individuels et des orientations dirigeantes » et de dégager d’autre part « la pratique concrète, les interactions et les accomplissements d’actions des sujets dans leur contexte respectifs » (Hollstein 2006, p. 21). Une revue documentaire et, plus particulièrement, les entretiens et interviews d’experts permettent la saisie de données qualitatives sur le réseau (Schindler 2006, p. 115 ; Hollstein 2010, p. 460). Leur possibilité d’application a varié au cours de la recherche (Hollstein 2010, p. 460 et suiv.).

  • 11 On pense notamment au plan Badajoz, mené à partir de 1952 pour la production hydroélectrique, l’in (...)

20Dans la phase d’exploration ont tout d’abord été menées des interviews d’experts sur les politiques régionales rurales en Estrémadure, et ce également en référence à divers programmes11 de politique régionale. Pour ce faire ont été réalisés vingt-trois entretiens thématiques semi-directifs axés sur le questionnement suivant : quel a été le développement des politiques régionales de l’ère Franco jusqu’à nos jours, ainsi que les bases conceptuelles de ces dernières ; quelles ont été les stratégies élaborées, les mesures et les instruments du développement rural mis en œuvre ainsi que les compétences politiques mobilisées. Comme interlocuteurs ont été choisis au départ des représentants du monde scientifique, des représentants de divers niveaux institutionnels politico-administratifs sur le plan national, régional et local ainsi que des représentants du troisième secteur. Par effet « boule de neige », de nouveaux contacts, recommandations et indications ainsi que l’accès à certains documents ou médias pertinents pour la suite de l’étude ont également découlé de ces interviews. Parallèlement aux commentaires des experts concernant le domaine de la politique rurale régionale s’est ouvert de surcroît un champ conflictuel actuel dans le domaine du développement régional d’Estrémadure : la polémique tournant autour de la construction d’une raffinerie déjà esquissée au début de cet article. Au regard du mouvement de protestation qui en a résulté, il a paru opportun d’adopter une démarche d’analyse des phénomènes de pouvoir au sein du « régime de la raffinerie » d’abord à partir des résistances observées (Foucault 2005, p. 261 ; Pütz 2004). L’injonction méthodologique de l’expérimentation en parallèle (Yin 2013, p. 46 et suiv.), invite, dans le cadre d’une étude comparative, à prendre en considération de manière ciblée « des manifestations similaires ou différentes de l’objet d’étude » (Mose et al. 2014, p. 7). Le choix du deuxième objet s’est donc porté sur le GAL FEDESIBA. Car le groupe LEADER est apparu tantôt lié, tantôt diamétralement opposé aux intérêts et aux groupements d’acteurs en présence dans le régime de gouvernance autour la raffinerie. Les deux objets se sont, de plus, montrés inégaux en ce qui concerne leur genèse et leur mode d’organisation. Cela permet d’espérer mettre en lumière de manière comparative des formes différentes, mais en même temps également très semblables de techniques de gouvernance régionale, de rationalité sous-jacente et de relations de pouvoir.

  • 12 Les diagrammes de Venn permettent de visualiser des relations d’inclusion ou d’exclusion entre ens (...)

21L’analyse des régimes de gouvernance relative à des modèles d’interprétation et des pratiques – ainsi qu’aux effets de pouvoir en résultant (Hollstein 2010, p. 461 et suiv.) – a nécessité ensuite un guide d’entretien « axé sur la pratique ». Des discussions préalables avec des experts du développement régional et de la géographie politique ont permis de sélectionner pour les entretiens les quatre domaines suivants : premièrement, les causes de la formation de régimes de gouvernance régionale ; deuxièmement, l’orientation de l’action ; troisièmement, la structure institutionnalisée ainsi que la constellation des acteurs et leurs relations ; et quatrièmement les bases de légitimation des régimes de gouvernance. Pour les deux derniers domaines surtout, deux méthodes de visualisation ont pu être appliquées dans le cadre des entretiens : des organigrammes pour le GAL et des diagrammes de Venn12 pour le régime de gouvernance autour de la raffinerie (voir figure 2 et, pour davantage de précisions, Kumar 2002, p. 234 et suiv. ; Schönhuth 2002).

Figure 2 – Diagramme de Venn du régime de gouvernance de la raffinerie

Figure 2 – Diagramme de Venn du régime de gouvernance de la raffinerie

Photo Georg Fiedler, 2014.

22Non content de rendre visibles des rapports de force (Kumar 2002, p. 234), cette démarche a permis de récolter une grande quantité d’informations sur des processus décisionnels, des modes d’interaction, des réseaux relationnels, des attitudes, des positions clés, des rôles individuels, etc. Les deux méthodes ont servi de base parfois pour une grande partie du déroulement de l’entretien et/ou pour stimuler la conversation. Les quatre domaines thématiques du questionnaire permirent de ne pas suivre de manière rigide un modèle de questionnement standardisé, et donnèrent la chance à l’intervieweur « [de] réagir de manière flexible au déroulement de l’entretien » (Reuber et Pfaffenbach 2005, p. 133). À la fin de l’entretien se trouvait un court questionnaire (Flick 2004, p. 137) qui était destiné à prélever en priorité des données socio-statistiques afin de représenter des groupes de personnes interrogées les plus variés possibles. Quinze interviews ont pu être réalisées avec les représentants du GAL FEDESIBA et vingt-sept dans le contexte du régime de la raffinerie. Presque tous les entretiens ont été enregistrés avec un appareil numérique et transcrits par la suite en allemand et en espagnol écrit courant. Au vu de la thématique parfois perçue comme délicate, certaines personnes interrogées ont exprimé le souhait de ne pas être enregistrées. Pour cette raison, ces entretiens ont été simplement consignés par écrit.

Mise en valeur des résultats

23Conformément à la démarche d’analyse du discours développée par la sociologie de la connaissance, des procédés de codification interprétatifs ont été mis en œuvre pour l’évaluation des interviews d’experts et des entretiens (Keller 2007, p. 94-101). Allant au-delà des procédés de codification initiaux fondés sur l’herméneutique interprétative, les procédés orientés sur le discours ne se situent pas au départ sur un plan subjectif, mais sur le « plan des structures discursives et des modèles de sens » . Par conséquent, le fait de coder des « éléments [textuels] ainsi que leurs relations [a servi] à faire ressortir des régularités » et, partant de là, à en déduire des règles de production et de relation entre les éléments appartenant au système de connaissances discursif (Keller 2007, p. 79 ; Mattissek et al. 2013, p. 291).

24Pour l’évaluation des entretiens d’experts, différentes manifestations des quatre techniques gouvernementales exposées dans la partie théorique ont fait office d’« instructions de recherche » (Füller et Marquardt 2009, p. 100) pour les éléments sémantiques à coder. La relation entre les techniques de gouvernance régionale, considérées en tant qu’éléments de discours, s’est avérée décisive et a autorisé en cela, au sens de l’exploration, des premières conclusions sur les rationalités de la politique régionale (Glasze et al. 2009, p. 296).

25L’évaluation, fondée sur l’analyse des discours tenus lors des entretiens semi-directifs menés dans l’entourage des deux arrangements de gouvernance, a pris appui sur le concept de structure phénoménale. Les différentes dimensions d’analyse ont ainsi indiqué de manière déductive – comme c’était déjà le cas auparavant avec les techniques gouvernementales dans le cadre des interviews d’experts – la voie à prendre pour déterminer les catégories d’évaluation. Les manifestations empiriques de chacune des dimensions étaient en revanche détectables plus subtilement, et ce de manière inductive par l’analyse du matériel grâce à un système de codification de forme ouverte. La codification a permis à l’aide de plusieurs passages en revue du matériel une densification des extraits du texte qui ont été progressivement soumis à une interprétation comparative. Dans ce contexte, on a appliqué pour la reconstruction comparative de la structure phénoménale le principe du contraste minimal ou maximal (Keller 2007, p. 110). De l’analyse successive fine a ainsi été composée de manière comparative « la forme la plus complète possible de la structure phénoménale, qui permet de clarifier un nombre limité de modèles d’interprétation » (Keller 2007, p. 110), de constellations d’acteurs, de positions de locuteurs et d’acteurs ainsi que les modes de subjectivation les plus importants. À la suite de cela, on a effectué la reconstruction interprétative des structures phénoménales respectives des deux régimes de gouvernance et des rationalités de la politique régionale. Dans ce cadre, les résultats des entretiens d’experts ont également été mis à contribution de manière complémentaire. Le programme informatique maxda a été utilisé pour la codification de tous les entretiens semi-directifs (Kelle 2004).

Conclusion : premiers apports de la recherche sur la gouvernance régionale par l’analyse du pouvoir

26Pour revenir à ce qui a été esquissé au début de cet article, la décision « prise politiquement » de construire une raffinerie de pétrole a constitué l’élément – contestataire – déclencheur qui a conduit à la formation d’un régime de gouvernance spécifique autour du thème de l’industrialisation de rattrapage en Estrémadure. En parallèle, le GAL FEDESIBA préexistant se fixe comme objectif un développement régional durable.

27Les premiers résultats d’analyse permettent, par la comparaison des deux régimes de gouvernance régionale ci-dessus, de mettre en lumière les techniques gouvernementales ainsi que les formes de rapport de pouvoir qui en résultent.

28Tout d’abord, le projet de construction d’une raffinerie, en tant qu’« événement-occasion », produit dans un régime comme dans l’autre deux modèles d’interprétation et de signification dominants. D’un côté, la raffinerie de pétrole constitue une chance historique de développement et de « décollage » industriel. En tant que pôle de croissance pétrochimique, elle promet en effet une profonde modernisation des techniques de production jusqu’alors principalement axées sur le secteur agroalimentaire. La rationalité des politiques régionales s’y rapportant est en conséquence qualifiée de « moderniste, orientée sur les pôles de développement ». De l’autre côté, un modèle d’interprétation intègre la raffinerie dans une « ceinture noire industrielle » et révèle quant à lui une rationalité « transversale durable ». Dans ce cadre d’analyse, le pôle de croissance pétrochimique entraîne l’irréversible déclin de techniques de production alternatives et durables du développement rural en Estrémadure.

29Ces deux modèles d’interprétation et de signification opposés se manifestent au sein du régime de la raffinerie en une constellation bipolaire d’acteurs composée de partisans et d’opposants au projet (voir figure 2). Le bloc des partisans, structuré de manière pyramidale, est occupé – en raison de différenciations hiérarchiques internes au parti ainsi que de rapports de dépendance socio-économiques – par le PSOE estrémadurien, parti au pouvoir avec une majorité absolue. À l’opposé, la plateforme civique contre la raffinerie est marquée en premier lieu par des différences culturelles et symboliques, qui permettent de mener le mouvement de résistance, lequel présente un degré d’institutionnalisation comparativement faible.

30Dans le cadre du GAL FEDESIBA, le design institutionnel est essentiellement prédéterminé par l’Union européenne. Pourtant, les deux blocs opposés qu’on y retrouve présentent, à la base, des différences de leadership similaires à celles du régime de la raffinerie : d’une part, le parti PSOE domine presque complètement le comité directeur du GAL et la prise de décision – au moyen de dépendances internes au parti, mais aussi par des partenariats socio-économiques imposés. D’autre part, le management du groupe LEADER, en particulier celui de son secrétaire général, est plutôt caractérisé par des différenciations culturelles. Ces deux polarités vont là aussi de pair avec des modèles d’interprétation et de signification diamétralement opposés.

31Le GAL FEDESIBA compte pourtant parmi les groupes LEADER les plus prospères en Estrémadure. Cela s’explique par les techniques de gouvernance mises en évidence dans l’analytique du pouvoir : des techniques de domination, notamment la « présélection des décideurs » déjà évoquée plus haut, consolident aussi bien dans le GAL – grâce aux moyens européens – que dans le conflit d’usage la domination de parti de l’« appareil PSOE ». L’« appareil PSOE » réussit également au sein du régime de la raffinerie à occuper des positions décisives et partisanes afin de satisfaire à l’obligatoire étude d’impact sur l’environnement (EIE).

  • 13 En tant que traité international, la convention d’Aarhus doit, entre autres, garantir la participa (...)

32Contre ce film négatif se constitue dès lors la figure du « citoyen responsable » pour qui la résistance contre le projet industriel ne représente pas moins que l’ultima ratio pour la préservation de ses droits démocratiques fondamentaux. Face aux restrictions d’accès à l’information et à la participation exercées par l’autorité publique au cours de l’EIE, le « citoyen responsable » recourt à des techniques de résistance codifiées correspondant à une éthique de développement durable, dont une plainte ayant abouti avec succès devant le Comité des Nations unies pour le contrôle de la convention d’Aarhus13. De même, de nombreuses autres actions de protestations ayant eu un impact auprès du public ont permis d’aboutir à des conclusions négatives dans l’EIE et ont entraîné non seulement l’empêchement de la construction de la raffinerie, mais aussi un affaiblissement de l’« appareil PSOE ».

33En somme, si la domination de parti au sein du groupe LEADER demeure, des techniques de gouvernance régionale de « résistance durable » déstabilisent cet état de domination dans le contexte du régime de la raffinerie. De cette manière, un rapport de force fixé sociopolitiquement est de plus en plus sapé et – pour s’exprimer de façon imagée (voir figure 1) – reconduit dans une polémique agonistique autour d’alternatives de politique régionale entre développement régional durable et industrialisation de rattrapage.

Bibliographie

Benz Arthur, 2006, « Eigendynamik von Governance in der Verwaltung », Politik und Verwaltung, Bogumil Jörg, Jann Werner, Nullmeier Frank, Wiesbaden, Verlag für Sozialwissenschaften, p. 29-49.

Benz Arthur, Fürst Dietrich, 2003, « Region – “Regional Governance” – Regionalentwicklung », Regionen erfolgreich steuern. Regional Governance – von der kommunalen zur regionalen Strategie, Adamaschek Bernd, Pröhl Marga éd., Gütersloh, Verlag Bertelsmann Stiftung, p. 11-66.

Benz Arthur, Lütz Susanne, Schimank Uwe, Simonis Georg, 2007, « Einleitung », Handbuch Governance. Theoretische Grundlagen und empirische Anwendungsfelder, Benz Arthur, Lütz Susanne, Schimank Uwe, Simonis Georg éd., Wiesbaden, VS Verlag für Sozialwissenschaften, p. 9-26.

Beutl Harald, 2010, Regional Governance und Regionalplanung. Zwei Fallbeispiele aus Niederösterreich, Vienne, Université de Vienne / Institut de géographie et d’études régionales (Abhandlungen zur Geographie und Regionalforschung, 12).

Brand Ulrich, 2004, « Governance », Glossar der Gegenwart, Bröckling Ulrich, Krasmann Susanne, Lemke Thomas, Frankfurt a.M., Suhrkamp, p. 111-117.

CE (Commission européenne), 2006, Der Leader-Ansatz : Ein grundlegender Leitfaden / L’approche Leader. Guide de base, Luxembourg, Office des publications officielles des Communautés européennes. En ligne : [http://ec.europa.eu/agriculture/publi/fact/leader/2006_fr.pdf] (consulté le 3 avril 2014).

Defert Daniel, Ewald François éd., 2005, Michel Foucault Analytik der Macht, Francfort, Suhrkamp.

Demirović Alex, 2011, « Governance – eine neue Stufe staatlicher Herrschaft », Demokratie und Governance. Kritische Perspektiven auf neue Formen politischer Herrschaft, Demirović Alex, Walk Heike éd., Münster, Westfälisches Dampfboot, p. 73-105.

Flick Uwe, 2004, Qualitative Sozialforschung. Eine Einführung, Reinbek bei Hamburg, Rowohlt-Taschenbuch-Verlag.

Flusser Vilém, 1994, Vom Subjekt zum Projekt. Menschwerdung, Mannheim, Bollmann.

Foucault Michel, 1993, « About the beginning of the hermeneutics of the self », Political Theory, vol. 21, no 2, p. 198-227.

— 1994a, « Conversazione con Michel Foucault (Entretien avec Michel Foucault) », Dits et écrits 1954-1988, tome IV, Defert Daniel, Ewald François éd., Paris, Gallimard, p. 41-95.

— 1994b, « Entretien avec Michel Foucault », Dits et écrits 1954-1988, tome IV, Defert Daniel, Ewald François éd., Paris, Gallimard, p. 140-159.

— 1994c, « L’éthique du souci de soi comme pratique de la liberté », Dits et écrits 1954-1988, tome IV, Defert Daniel, Ewald François éd., Paris, Gallimard, p. 708-729.

— 1994d, « The subjekt and power (Le sujet et le pouvoir) », Dits et écrits 1954-1988, tome IV, Defert Daniel, Ewald François éd., Paris, Gallimard, p. 222-242.

— 1994e, « Table ronde du 20 mai 1978 », Dits et écrits 1954-1988, tome IV, Defert Daniel, Ewald François éd., Paris, Gallimard, p. 20-34.

— 1994f, « Technologies of the self (Les techniques de soi) », Dits et écrits 1954-1988, tome IV, Defert Daniel, Ewald François éd., Paris, Gallimard, p. 777-782.

— 2004a, Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France. 1978-1979, Paris, Gallimard/Seuil.

— 2004b, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France. 1977-1978, Paris, Gallimard/Seuil.

— 2005, « Subjekt und Macht », Michel Foucault Analytik der Macht, Defert Daniel, Ewald François éd., Francfort, Suhrkamp, p. 240-263.

Frankenberger Rolf, 2007, Gesellschaft – Individuum – Gouvernementalität. Theoretische und empirische Beiträge zur Analyse der Postmoderne, Berlin, LIT-Verlag.

Füller Henning, Marquardt Nadine, 2009, « Gouvernementalität in der Humangeographischen Diskursforschung », Handbuch Diskurs und Raum. Theorien und Methoden für die Humangeographie sowie die sozial- und kulturwissenschaftliche Raumforschung Glasze Georg, Mattissek Annika éd., Bielefeld, Transcript, p. 83-106.

Fürst Dietrich, 2003, « Steuerung auf regionaler Ebene versus Regional Governance », Informationen zur Raumentwicklung, no 8/9, p. 441-450.

— 2007, « Regionale Governance – Implikationen für Leader », (Schwerpunkt – Governance im Rahmen von Leader+), Leader+ Magazine, no 8, p. 8-11.

Fürst Dietrich, Lahner Marion, Pollermann Kim, 2005, « Regional Governance bei Gemeinschaftsgütern des Ressourcenschutzes : das Beispiel Biosphärenreservate », Raumforschung und Raumordnung, vol. 63, no 5, p. 330-339.

Glasze Georg, Husseini Shadia, Mose Jörg, 2009, « Kodierende Verfahren in der Diskursforschung » Handbuch Diskurs und Raum. Theorien und Methoden für die Humangeographie sowie die sozial- und kulturwissenschaftliche Raumforschung, Glasze Georg, Mattissek Annika éd., Bielefeld, Transcript, p. 293-314.

Glasze Georg, Mattissek Annika, 2009, « Diskursforschung in der Humangeographie : Konzeptionelle Grundlagen und emprische Operationalisierungen », Handbuch Diskurs und Raum. Theorien und Methoden für die Humangeographie sowie die sozial- und kulturwissenschaftliche Raumforschung, Glasze Georg, Mattissek Annika éd., Bielefeld, Transcript, p. 11-60.

Heidenreich Felix, 2011, « Einleitung », Technologien der Macht. Zu Michel Foucaults Staatsverständnis, Heidenreich Felix, Baden-Baden, Nomos, p. 9-18.

Hollstein Betina, 2006, « Qualitative Methoden und Netzwerkanalyse – ein Widerspruch ? », Qualitative Netzwerkanalyse : Konzepte, Methoden, Anwendungen, Hollstein Betina, Straus Florian éd., Wiesbaden, VS Verlag für Sozialwissenschaften, p. 11-36.

— 2010, « Qualitative Methoden und Mixed-Method-Designs », Handbuch Netzwerkforschung, Stegbauer Christian, Häußling Roger éd., Wiesbaden, VS Verlag für Sozialwissenschaften, p. 459-470.

Höppner Ulrike, Nagel Dominik, 2008, « Jenseits der Staatlichkeit : Governance und Gouvernementalität als postmoderne Konzepte des Regierens », Transdisziplinäre Governanceforschung. Gemeinsam hinter den Staat blicken, De la Rosa Sybille, Höppner Ulrike, Kötter Matthias éd., Baden-Baden, Nomos, p. 119-137.

Kelle Udo, 2004, « Computergestützte Analyse qualitativer Daten », Qualitative Forschung. Ein Handbuch, Flick Uwe, von Kardoff Ernst, Steinke Ines éd., Reinbek bei Hamburg, Rowohlt Taschenbuch Verlag, p. 485-502.

Keller Reiner, 2005, Wissenssoziologische Diskursanalyse. Grundlegung eines Forschungsprogramms, Wiesbaden, VS Verlag für Sozialwissenschaften.

— 2007, Diskursforschung. Eine Einführung für SozialwissenschaftlerInnen, Wiesbaden, VS Verlag für Sozialwissenschaften.

— 2012, « Der menschliche Faktor. Über Akteur(inn)en, Sprecher(inn)en, Subjektpositionen, Subjektivierungsweisen in der Wissenssoziologischen Diskursanalyse », Diskurs – Macht – Subjekt. Theorie und Empirie von Subjektivierung in der Diskursforschung, Keller Reiner, Schneider Werner, Viehöver Willy éd., Wiesbaden, VS Verlag für Sozialwissenschaften, p. 69-108.

Kumar Somesh, 2002, Methods for Community Participation. A Complete Guide for Practitioners, London, ITDG.

Lemke Thomas, 2005, « Geschichte und Erfahrung. Michel Foucault und die Spuren der Macht », Analytik der Macht, Defert Daniel, Ewald François éd., Francfort, éditions Suhrkamp, p. 317-348.

— 2007, « Eine unverdauliche Mahlzeit ? Staatlichkeit, Wissen und die Analytik der Regierung », Michel Foucaults “Geschichte der Gouvernementalität” in den Sozialwissenschaften, Internationale Beiträge, Krasmann Susanne, Volkmer Michael éd., Bielefeld, Transcript, p. 47-74.

— 2008, Gouvernementalität und Biopolitik, Wiesbaden, VS Verlag für Sozialwissenschaften.

— 2009, « Die politische Theorie der Gouvernementalität : Michel Foucault », Politische Theorien der Gegenwart I, Brodocz André, Schaal Gary S., Opladen, Barbara Budrich (UTB), p. 468-498.

Lukes Steven, 1983, « Macht und Herrschaft bei Weber, Marx, Foucault », Krise der Arbeitsgesellschaft ? Verhandlungen des 21. Deutschen Soziologentages in Bamberg 1982, Matthes Joachim éd., Francfort / New York, Campus, p. 106-119.

Marquardt Nadine, 2010, « Renate Mayntz : Über Governance. Institutionen und Prozesse politischer Regelung », Geographische Zeitschrift, vol. 98, no 4, p. 241-243.

Mattissek Annika, Pfaffenbach Carmella, Reuber Paul, 2013, Methoden der empirischen Humangeographie, Braunschweig, Westermann.

Mayntz Renate, 2009, « Governance Theory als fortentwickelte Steuerungstheorie ? », Über Governance, Institutionen und Prozesse politischer Regelung, Mayntz Renate, Francfort / New York, Campus, p. 41-52.

Mose Ingo, 2005, « Integrierte ländliche Entwicklung in Europa – neue Entwicklungsperspektive für die “extreme Peripherie” ? Erfahrungen aus den schottischen Highlands und Islands », Nachhaltige Innovationsfaktoren für Ländliche Räume, no 26, p. 19-30.

Mose Ingo, Jacuniak-Suda Marta, Fiedler Georg, 2014, « Regional Governance-Stile in Europa. Eine vergleichende Analyse von Steuerungsstilen ausgewählter LEADER-Netzwerke in Extremadura (Spanien), Warmińsko-Mazurskie (Polen) und Western Isles (Schottland) », Raumforschung und Raumordnung, vol. 72, no 1, p. 3-20.

PCRN (Plataforma Ciudadana Refinería No), 2005, Extremadura crece sin Refinería, Villafranca de los Barros, Badajoz, Rayego.

PRODEVI, 2013, Refineria Sí. Plataforma por el progreso y el desarrollo de Villafranca de los Barros. En ligne : [http://www.prodevi.org/] (consulté le 3 avril 2014).

Pütz Marco, 2004, Regional Governance. Theoretisch-konzeptionelle Grundlagen und eine Analyse nachhaltiger Siedlungsentwicklung in der Metropolregion München, Munich, Oekom.

Reuber Paul, 2012, Politische Geographie, Paderborn, Schöningh.

Reuber Paul, Pfaffenbach Carmella, 2005, Methoden der empirischen Humangeographie, Braunschweig, Westermann.

Scherer Roland, 2006, Regionale Innovationskoalitionen. Bedeutung und Erfolgsfaktoren von regionalen Governance-Systemen, Berne, Haupt.

Schindler Delia, 2006, « Die Rolle von Ideen und Deutungsmustern in der Politik : Wissenspolitologische Perspektiven auf Neztwerke », Qualitative Netzwerkanalyse : Konzepte, Methoden, Anwendungen, Hollstein Betina, Straus Florian éd., Wiesbaden, VS Verlag für Sozialwissenschaften, p. 99-124.

Schönhuth Michael, 2002, Entwicklung, Partizipation und Ethnologie. Implikationen der Begegnung von ethnologischen und partizipativen Forschungsansätzen im Entwicklungskontext, mémoire d’habilitation à diriger des recherches, Université de Trèves. En ligne : [http://ubt.opus.hbz-nrw.de/volltexte/2005/300/pdf/habil_schoenhuth.pdf] (consulté le 3 avril 2014).

Searle John Rogers, 2009, « Was ist eine Institution ? », Diskurs und Ökonomie. Diskursanalytische Perspektiven auf Märkte und Organisationen, Diaz-Bone Rainer, Krell Gertraude éd., Wiesbaden, VS Verlag für Sozialwissenschaften, p. 85-108.

Sørensen Eva, Torfing Jacob, 2009, « Making governance networks effective and democratic through metagovernance », Public Administration, vol. 87, no 2, p. 234-258.

Yin Robert K., 2013, Case Study Research. Design and Methods, Thousand Oaks, Sage.

Notes

1 Cette étude a pu être réalisée dans le cadre d’un projet de recherche financé par la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG). L’auteur remercie la Deutsche Forschungsgemeinschaft pour l’octroi de fonds d’aide substantiels sans lesquels la réalisation des vastes études de terrain n’aurait pas été possible. Il remercie également sincèrement les experts du développement régional pour leur soutien.

2 Toutes les citations dont la version originale n’est pas en langue française ont été traduites par l’auteur.

3 L’abréviation PSOE signifie Partido Socialista Obrero Español. En français : « Parti socialiste ouvrier espagnol ».

4 En français : Association pour le développement de la Sierra Grande-Tierra de Barros.

5 Le sigle LEADER signifie : « Liaison entre actions de développement de l’économie rurale ». Prolongé durant les périodes de financement 2007-2013 puis 2014-2020, le GAL comprend aujourd’hui 19 localités et une surface de 1 922 km2 avec une population d’environ 80 000 habitants.

6 Avec cette notion de gouvernement, Foucault ouvre également une perspective dépassant la conception guerrière du pouvoir. Cette dernière est aussi désignée comme étant l’hypothèse de Nietzsche : la conception du pouvoir en tant que guerre, combat et confrontation (voir Lemke 2005, p. 333).

7 Avec le terme « techniques » on n’entend pas seulement les équipements techniques. Partant de la signification classique du mot technè – au sens d’habileté – sont également incluses des pratiques « culturelles » (Heidenreich 2011, p. 12 et suiv.).

8 « Un fait institutionnel désigne chaque fait contenant la structure logique X vaut en tant qu’Y dans C, le terme Y attribuant une fonction de statut, cette fonction de statut comportant (à quelques exceptions près) une déontologie » (Searle 2009, p. 94).

9 Les pratiques sont d’après la WDA des « modèles d’action mis à disposition des acteurs au travers de réserves de connaissances faisant office de répertoire d’actions » (Keller 2005, p. 222).

10 Dans l’original, la cinquième dimension d’analyse est nommée : « Les degrés de rationalisation » (Foucault 1994d).

11 On pense notamment au plan Badajoz, mené à partir de 1952 pour la production hydroélectrique, l’installation de systèmes d’irrigation autour du fleuve Guadiana ainsi que la modernisation de l’infrastructure rurale. Ceci est un exemple d’une rationalité de planification moderniste gérée de manière centralisée. Le Programa de desarrollo regional para Extremadura 1992-1995 (en français : Programme de développement régional pour l’Estrémadure), le Plan de desarrollo regional de Extremadura 2000-2006 (en français : Plan pour le développement régional d’Estrémadure) et le Programa de desarrollo rural de Extremadura 2007-2013 (en français : Programme de développement rural d’Estrémadure) représentent des concepts pluriannuels de politique régionale de provenance européenne. À cela s’ajoute la Ley para el desarrollo sostenible del medio rural no 45/2007 du 13 décembre 2007 (en français : Loi pour le développement durable des espaces ruraux), comme programmatique actuelle de l’État espagnol pour une politique régionale transversale durable.

12 Les diagrammes de Venn permettent de visualiser des relations d’inclusion ou d’exclusion entre ensembles logiques, ou des similitudes, différences, relations entre idées ou groupes d’acteurs [N.D.E.].

13 En tant que traité international, la convention d’Aarhus doit, entre autres, garantir la participation du public aux procédures administratives relatives aux projets ayant un impact sur l’environnement.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Les trois niveaux de l’analyse du pouvoir selon Foucault
Légende D’après Frankenberger (2007, p. 171).
Crédits Conception Georg Fiedler, 2014.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5718/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Figure 2 – Diagramme de Venn du régime de gouvernance de la raffinerie
Crédits Photo Georg Fiedler, 2014.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5718/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 512k

Auteur

Docteur en géographie de l’université Carl von Ossietzky, Oldenbourg

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540