Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Acceptation sociale et développement des territoires

 | 
Samuel Depraz
, 
Ute Cornec
, 
Ulrike Grabski-Kieron

Cahier méthodologique

Une modélisation de l’acceptation sociale par l’échelle d’acceptance

Samuel Depraz

Texte intégral

1L’acceptation sociale, entendue comme une réponse individuelle ou collective à la survenue d’une innovation dans le champ social, ne saurait se résumer à une simple dichotomie entre des partisans et des opposants à cette innovation, qu’il s’agisse d’une mesure politique, d’un objet technique ou d’une transformation du territoire. L’analyse détaillée des positions d’acteurs révèle un éventail plus large de réponses, souvent décrites sur une échelle qualitative allant de l’adoption sans réserve au rejet violent de l’objet nouveau, mais en passant par des situations de tolérance, d’indifférence ou d’acceptation avec réserves. Ces positions très diverses sont couplées à un champ conflictuel tout aussi divers, engageant des conflits d’usage, d’intérêt, de pouvoir ou de valeurs, souvent entremêlés et difficilement dissociables, notamment dans le domaine de la protection de la nature.

 

2Pour clarifier et analyser plus en détail ces variations, il convient de revenir sur le concept même d’acceptation. La psychologie sociale allemande a proposé, depuis les années quatre-vingt, d’étudier l’acceptation sociale au filtre des attitudes (Einstellungen) des personnes interrogées. En effet, la notion d’attitude permet de décomposer les réponses en trois dimensions principales : (a) la sphère conative, qui désigne les actions et décisions prises au sujet de l’objet soumis à notre évaluation – donc rejet actif, absence de prise de position publique, ou action militante en faveur de l’objet ; (b) la sphère cognitive, qui désigne l’ensemble des connaissances acquises sur l’objet soumis à notre évaluation, favorables ou défavorables à son acceptation ; et (c) la sphère affective, ou normativo-évaluative (Lucke 1995, p. 176), qui rassemble l’ensemble des émotions et des filtres culturels activés par l’objet nouveau, positifs ou négatifs.

3Ces trois dimensions heuristiques, à valeur cumulative et indissociables les unes des autres, sont essentielles pour faire ressortir les facteurs d’acceptation ou de rejet de l’innovation sociale. En effet, elles mettent en évidence le rôle des facteurs subjectifs et implicites dans la prise de décision. L’importance des situations intermédiaires, dans lesquelles le sujet ne prend pas part activement à une polémique, mais possède cependant des opinions et des affects en faveur ou en défaveur de l’objet nouveau, est alors mobilisable pour expliquer des situations de conflictualité latente et détecter les risques de dégradation, même en l’absence de tensions explicites (figure 1). La méthode d’analyse par les attitudes souligne l’existence d’une différence entre l’acceptation simple, qui est une forme d’agrément donné à l’objet nouveau, sans pour autant être nécessairement convaincu par son intérêt ni en apprécier, émotionnellement, les atouts ; et ce qui relève de l’acceptance, entendue au contraire comme le degré supérieur de l’acceptation sociale et qui implique une adhésion aux valeurs portées par l’objet nouveau (Depraz 2005, p. 7). L’acceptance constitue donc une forme de légitimation envers l’innovation, lorsque l’acceptation sociale désigne l’ensemble des positions possibles, considérées plus collectivement comme une structure d’interprétation socialement construite et interactive (Lucke 1995, p. 92).

4Bien des recherches mettent en évidence cet écart, en apparence contradictoire, entre une acceptation de principe et des réticences d’usage, donc un déficit d’acceptance. Cet écart est potentiellement source de tensions en cas d’évolution des rapports de pouvoir dans le champ conflictuel, la neutralité est rare.

Figure 1 – Les trois dimensions des attitudes et l’échelle d’acceptance qui en résulte

Figure 1 – Les trois dimensions des attitudes et l’échelle d’acceptance qui en résulte

Source : Depraz 2005, adapté.

Conception Samuel Depraz, 2014.

5De fait, les facteurs d’achoppement de l’acceptation sociale ont pu être modélisés en psychologie de l’environnement. Si, d’un point de vue matériel, des conditions socio-économiques locales défavorables peuvent affecter la bonne acceptation des contraintes environnementales, Susanne Stoll (1999) et Gundula Hübner (dans Wierbinski 1998, p. 63 et suiv.) identifient surtout l’importance des barrières émotionnelles et culturelles, les logiques d’évitement face aux logiques de culpabilisation, le sentiment de restriction des libertés d’usage, le déficit perçu d’information, la sélection de boucs émissaires parmi les acteurs adverses et un manque de confiance envers l’expertise, jugée trop distante et en posture défensive.

6Comprendre l’acceptation sociale signifie donc se placer en amont de la conflictualité, en se focalisant sur la dimension subjective des problèmes. Les techniques mobilisées pour cette évaluation, à forte dimension qualitative, révèlent cependant un « mix méthodologique » (Mose 2009, p. 25) qu’il convient d’explorer et d’organiser (Depraz et Laslaz 2014). La plupart des travaux s’appuient surtout sur des entretiens présentiels de type semi-directifs ; sur des photo-langages avec échelle de Likert, ou des trinômes photographiques, pour mesurer les différences et ressemblances entre couples d’images deux à deux parmi trois ; ou encore sur des techniques dites sémiométriques (Corneloup 2004), qui procèdent par association de termes à une représentation – sélection de qualificatifs dans une liste – ou, enfin, par différenciateurs sémantiques, c’est-à-dire par le recours à des couples d’antonymes auxquels on associe une échelle qualitative de préférence (ibid., p. 25 et suiv. ; Méry 2008), ces deux dernières techniques permettant ensuite de produire une analyse factorielle des correspondances.

7Dans le cadre d’une recherche prospective en cours, et à partir d’une précédente étude comparative de terrain visant à évaluer l’acceptation sociale des mesures de protection de la nature (gestion de parcs nationaux) en Allemagne et en Hongrie, on a proposé de systématiser la méthode en assignant plus précisément un type de technique à chaque niveau d’analyse (tableau 1). En effet, il s’agit tout d’abord de réinjecter une dimension normative dans l’analyse à travers l’examen des actions concrètes d’opposition ou de soutien – analyse du contentieux, discours de presse – pour mieux cerner la dimension conative des attitudes ; mais aussi de dépasser les biais des formes médiatisées de l’entretien (supports photographiques, questionnaire) afin d’atteindre le plus possible la dimension affective. On a privilégié pour cela l’entretien compréhensif, développé par le sociologue Jean-Claude Kaufmann (1996), fondé sur les principes d’empathie et d’explication des postures de discours : détection des oppositions structurantes, distanciation par rapport au contenu de la part du locuteur, présence de poncifs, de leitmotive, de prénotions spontanées savantes, etc. Enfin, pour ajouter une dimension géographique à l’analyse, il s’agit de spatialiser les réponses, non en tant qu’éléments exhaustifs de la territorialité, mais en tant que marqueurs que l’on peut confronter à un autre marquage de l’espace lié à la symbolique des lieux : panneaux d’information, de réglementation témoignant du pouvoir de l’espace protégé, barrières et clôtures, postes d’information et de surveillance des parcs, etc.

 

Tableau 1 – Un cadre méthodologique pour l’évaluation de l’acceptation sociale

Sphère conative Discours de presse (comptage d’événements : réunions publiques, manifestations, etc.)
Analyse du contentieux, des occurrences réglementaires
Cartographie des marquages territoriaux
Sphère cognitive Entretien semi-directif
Questionnaire
Sphère affective (ou normativo-évaluative) Sociogrammes (à dire d’acteurs)
Entretien approfondi, ouvert
Photolangage
Différenciation sémantique
Techniques associatives
Incluant des échelles d’attitudes (Guttman, Thurstone, Likert)
Entretien compréhensif
Observation participante

Distinction des techniques d’enquête selon les composantes des attitudes.

8L’objectif à terme de cette méthodologie est d’élargir encore plus la mesure de l’acceptation sociale en la confrontant aux autres critères influant sur la conflictualité, de nature plus formelle : existence d’une pratique de gestion participative, degré de pression sur les ressources naturelles, force de la contrainte juridique effective, propriété et règles d’usage du foncier notamment. On ambitionne ainsi d’aboutir à une modélisation multicritères des facteurs d’acceptation sociale autour des espaces naturels protégés.

9Cette approche plus exhaustive des facteurs conduisant à un déficit d’acceptance, voire à une situation de conflit, semble en effet faire encore défaut dans les outils de gestion des conflits d’usage, tout au moins en ce qui concerne le thème des espaces naturels protégés à ce jour. Les exigences actuelles de gestion des espaces protégés leur imposent pourtant des diagnostics réguliers et la mesure de leur effectivité – objectifs qui ne resteront que partiels sans la prise en compte des enjeux psychosociaux qui agissent aux racines des tensions locales.

Bibliographie

Corneloup Jean, 2004, « L’enquête d’opinion dans l’étude des pratiques sportives de montagne », Bulletin de méthodologie sociologique, no 83, p. 18-42.

Depraz Samuel, 2005, « Le concept d’Akzeptanz et son utilité en géographie sociale. Exemple de l’acceptation locale des parcs nationaux allemands », L’espace géographique, vol. 34, no 1, p. 1-16.

Depraz Samuel, Laslaz Lionel, 2014, « Une méthode en dix points pour comprendre l’acceptation sociale des espaces protégés », Les espaces protégés. Entre conflits et acceptation, Laslaz Lionel, Gauchon Christophe, Duval Mélanie, Héritier Lionel dir., Paris, Belin, p. 49-66.

Kaufmann Jean-Claude, 1996, L’entretien compréhensif. L’enquête et ses méthodes, Paris, Armand Colin (128).

Lucke Doris, 1995, Akzeptanz. Legitimität in der “Abstimmungsgesellschaft”, Opladen, Leske + Budrich.

Méry Stéphane, 2008, « L’utilisation du différenciateur sémantique en sociologie pour appréhender des facteurs agissant sur le choix des pratiques sportives », Bulletin de méthodologie sociologique, no 98, p. 40-59.

Mose Ingo dir., 2009, Wahrnehmung und Akzeptanz von Großschutzgebieten, Oldenbourg, BIS (Wahrnehmungs-geographische Studien, 25).

Rentsch Gudrun, 1988, Die Akzeptanz eines Schutzgebietes untersucht am Beispiel der Einstellung der lokalen Bevölkerung zum Nationalpark Bayerischer Wald, Munich, Université Louis-et-Maximilien (Münchener Geographische Hefte, 57).

Stoll Susanne, 1999, Akzeptanzprobleme bei der Ausweisung von Großschutzgebieten : Ursachenanalyse und Ansätze zu Handlungsstrategien, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang.

Wierbinski Norbert, Erdmann Karl-Heinz, Lange Helmut éd., 1998, Zur Gesellschaftlichen Akzeptanz von Naturschutzmaßnahmen, Bonn, Bundesamt für Naturschutz (BfN-Skripten, 2).

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Les trois dimensions des attitudes et l’échelle d’acceptance qui en résulte
Légende Source : Depraz 2005, adapté.
Crédits Conception Samuel Depraz, 2014.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5716/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 281k

Auteur

Maître de conférences en géographie-aménagement, université Jean Moulin - Lyon 3 (université de Lyon), laboratoire Environnement, ville, société (EVS, UMR 5600 du CNRS)

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540