Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Acceptation sociale et développement des territoires

 | 
Samuel Depraz
, 
Ute Cornec
, 
Ulrike Grabski-Kieron

Partie I. Les projets de développement urbain, vecteurs d'acceptation sociale

Introduction

Ute Cornec

Texte intégral

1Le rôle des villes est primordial pour le développement de la sociétBarbieré – pour « faire société », au sens de Max Weber (2014) – et promouvoir le développement durable, car les modes de vie urbains étendent largement leur emprise et influencent de plus en plus l’évolution des comportements (Haëntjes 2008). De plus, les agglomérations urbaines constituent l’échelon le plus approprié pour faire converger le développement économique et social et la protection de l’environnement (Orfeuil 2006), la ville étant le lieu où se concentre la majorité des ressources : population, emplois, pouvoir d’achat, moyens financiers, matière grise notamment. Mais le développement durable de la ville est aussi le développement du caractère de chacune des villes. Il a la capacité intrinsèque de valoriser leur géographie, leur ambiance, leurs quartiers, leur architecture, c’est-à-dire ce que l’on aime en elles.

2Pourtant, les villes européennes tendent à se singulariser de moins en moins les unes par rapport aux autres (Le Galès 2003 ; Siebel 2004). Leur art de vivre, leur appartenance ne permettent plus vraiment de les distinguer. Dans les artères commerçantes et dans les zones piétonnières, on retrouve les mêmes grands bâtiments de bureau, les mêmes supermarchés, les mêmes boutiques selon un processus de métropolisation et de gentrification qui traduit, à l’échelle locale, les effets de la mondialisation économique ; tout semble devenir interchangeable (Bierbach et Bulot 2007).

3Ainsi, la réelle attractivité d’une ville ou d’un quartier ne dépend pas prioritairement de la qualité des infrastructures, aussi chères soient-elles à l’élite des hommes d’affaires européens, mais réside surtout dans la qualité de vie des quartiers et dans l’éventail des services offerts aux habitants selon un processus de développement collectivement souhaitable. Cette qualité de vie est symbolisée par les liens d’interdépendance qui se constituent entre les citadins pour gérer ensemble les bénéfices qu’ils retirent d’être en ville (Simmel 2013) : sécurité, mobilité, accès à la vie économique, confort, mais aussi la reconnaissance et la mise en valeur des compétences multiples.

4Les thèmes de la citoyenneté et de la mixité urbaine apparaissent au cœur des questions autour des projets de renouvellement urbain en France et en Allemagne depuis au moins dix ans (Association 4D 2003 ; Barth et Lang 2003 ; ARL 2006 ; DIV 2006, ANRU / CDC 2009). Dans ce contexte, le questionnement dans les recherches européennes s’est élargi à de nouveaux domaines comme celui de la « nouvelle gouvernance urbaine » (Hall et Pfeiffer 2000 ; Selle 2000 ; Mückenberger 2002) qui traite depuis un long moment déjà la problématique de l’acceptation sociale des grands projets urbains comme des projets d’infrastructures.

Métropolisation, gentrification et acceptation sociale

5Les trois analyses suivantes, qui se concentrent sur la ville de Hambourg (Allemagne) mais incluent aussi une comparaison avec Lille (France), ont permis de questionner la cohérence et l’acceptation sociale des actions de transformation d’un quartier pour les besoins – essentiellement économiques – d’aujourd’hui (Cluzet 2007 ; Baraud-Serfati 2011). Elles traitent des modalités d’intervention dans le tissu urbain existant, que ce soit dans le cadre des projets de renouvellement urbain relatifs à des quartiers confrontés à des problèmes sociaux, ou dans le contexte évolutif et plus spontané provoqué par le processus de gentrification.

6Les interrogations communes des auteurs portent sur les vecteurs qui sont utilisés ou qui seraient, du moins, à mieux considérer pour améliorer la réception des transformations urbaines par les habitants. Katharina Wischmann se concentre surtout sur la dimension visuelle du tissu urbain, en partant du constat que les formes du bâti contribuent à structurer les représentations et les discours des habitants et, ainsi, peuvent révéler leurs appréhensions éventuelles face aux changements. Une plus grande attention portée à la dimension visuelle de l’urbain, en ce que cette dernière manifeste des rapports de pouvoir et de domination dans la production de la ville, permettrait déjà de mieux considérer les réactions potentielles de rejet face aux symboles trop puissants de la gentrification (tours, urbanisme minéral, commerces élitistes, etc.) et de mieux réfléchir à la régulation de ce phénomène.

7Clément Barbier et Anna Vogelpohl, quant à eux, interrogent plutôt la production de la ville par les acteurs institutionnels et la manière dont ces derniers positionnent leur discours pour mieux faire accepter le changement. Clément Barbier, en particulier, montre que les arguments de l’environnement, de la durabilité ou encore de l’ouverture économique métropolitaine renouvellent la manière de présenter les projets de renouvellement urbain dans les quartiers à problèmes et permettent de convier de nouveaux acteurs privés dans la production de la ville, tout comme une nouvelle fraction d’habitants – mais cette transformation du discours dans les politiques de la ville n’est pas non plus sans conséquences sur la nature du projet lui-même, lequel adopte lui aussi les codes et les valeurs sélectives de la métropolisation. L’attention aux discours et à leurs effets sur la production du projet urbain reste donc importante.

8Pour contrer ces effets ségrégatifs de la métropolisation, Anna Vogelpohl propose quant à elle de mieux considérer l’argument juridique. En agissant dans les documents d’urbanisme, notamment à travers l’outil du « règlement de conservation sociale » à Hambourg, on peut infléchir les perceptions des investisseurs sur les quartiers urbains en voie de gentrification et, ainsi, rendre les changements plus modérés et socialement plus acceptables. Mais là encore, l’auteur s’intéresse moins à l’effectivité réelle de l’outil qu’à son effet symbolique, subjectif, sur la manière dont les habitants peuvent se représenter la ville.

Bibliographie

ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine) / CDC (Caisse des dépôts), 2009, Les rendez-vous de la rénovation urbaine et de l’urbanisme durables – panorama des projets, Paris, Incidences.

ARL (Akademie für Raumforschung und Landesplanung), 2006, « Räumliche Konsequenzen des demographischen Wandels -Demographische Trends in Deutschland, Folgen für Städte und Regionen », Forschungs- und Sitzungsberichte der Akademie für Raumforschung und Landesplanung, Hannovre.

Arlt Günter, Kowarik Ingo, Mathey Juliane, Rebele Franz éd., 2003, « Urbane Innenentwicklung in Ökologie und Planung », IÖR- Schriften, no 39, Dresde, Leibnitz-Institut für ökologische Raumentwicklung.

Association 4D, 2003, Politique de la ville et développement durable, renouvellement urbain, mixité et participation des citoyens ?, Paris, Association 4D (les Mardis de 4D).

Baraud-Serfaty Isabelle, 2011, « Ville durable cherche modèle économique », Études foncières, no 149, p. 10-13.

Barth Hans-Günter, Lang Anette, 2003, Nachhaltige Stadtentwicklung in Deutschland und Frankreich, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang.

Bierbach Christine, Bulot Thierry éd., 2007, Les codes de la ville. Cultures, langues et formes d’expression urbaines, Paris, L’Harmattan.

Cluzet Alain, 2007, Ville libérale, ville durable ? Répondre à l’urgence environnementale, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube.

DIV (Délégation interministérielle à la ville), 2006, Deutsch-französisches Seminar zu Fragen der Stadterneuerung, Paris, Les éditions de la DIV. En ligne : [http://www.ville.gouv.fr/IMG/pdf/deutsch-franzosisches-seminar_cle0bf45d.pdf] (consulté le 2 juin 2014).

Haëntjes Jean, 2008, Le pouvoir des villes ou l’art de rendre désirable le développement durable, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Hall Peter, Pfeiffer Ullrich, 2000, URBAN 21 – Menschen Medien Märkte. Der Expertenbericht zur Zukunft der Städte, Stuttgart/Munich, DVA.

Le Galès Patrick, 2003, Le retour des villes européennes. Sociétés urbaines, mondialisation, gouvernement et gouvernance, Paris, Presses de Sciences Po.

Mückenberger Ullrich, 2002, « Örtliche Zielkonflikte und die Macht der Zivilgesellschaft », Raumzeitpolitik, Henkel Dietrich, Eberling Matthias, Opladen, Leske + Budrich.

Orfeuil Jean-Pierre, 2006, « L’avenir se joue dans les villes », Alternatives économiques, no 253, dossier : « La ville durable, un vrai défi », p. 57-68.

Selle Klaus, 2000, « Nachhaltige Kommunikation ? Stadtentwicklung als Verständigungsarbeit – Entwicklungslinien, Stärken, Schwächen und Folgerungen », Information zur Raumentwicklung, vol. 2000/1 (Nachhaltigkeit als sozialer Prozess), p. 9-20.

Siebel Walter éd., 2004, Die europäische Stadt, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp Verlag (SV).

Simmel Georg, 2013, Les grandes villes et la vie de l’esprit. Suivi de « Sociologie des sens » [1903], Paris, Payot (Petite Bibliothèque Payot).

Weber Max, 2014, La ville [1921], Paris, La Découverte.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540