Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Acceptation sociale et développement des territoires

 | 
Samuel Depraz
, 
Ute Cornec
, 
Ulrike Grabski-Kieron

Introduction générale

Pourquoi et comment travailler l’acceptation sociale dans les territoires ?

Samuel Depraz

Texte intégral

1Le 27 novembre 2013, les représentants des élus locaux au Conseil d’administration du parc national de la Vanoise ont unanimement refusé de voter la charte du parc, un document introduit par la loi Girand de 2006 afin de produire plus de concertation, de dialogue et de synergies territoriales dans les espaces naturels protégés. La charte était pourtant bien destinée à devenir un document de compromis, reflétant la diversité des porteurs d’enjeux ; elle devait témoigner d’une reconnaissance mutuelle entre acteurs en vue d’une stratégie partagée de développement. Ce refus a fait suite, l’année précédente, au rejet massif par 26 communes sur 29 du projet préalable de cette même charte de parc, les trois dernières communes ayant émis des avis réservés (Masson-Maret et Vairetto 2014). La situation s’est encore dégradée en 2015, avec la séquestration du directeur du parc par des éleveurs, puis le rejet définitif de la charte par 27 des 29 communes au motif de ne pas entraver leur développement touristique hivernal.

2L’existence en soi d’un refus, d’une contestation face aux contraintes territoriales induites par un parc national n’a rien d’exceptionnel, puisqu’il est somme toute fréquent que des conflits émaillent la plupart des opérations d’aménagement du territoire, et souvent de manière plus radicale encore que dans le cas des espaces protégés : barrages (Mermet 1998 ; Blanc et Bonin 2008 ; Bethemont 2009), aéroports (Pistre 2010), installations énergétiques, incinérateurs (Lyrette et Simard 2006 ; Jeannaux 2006) ou lignes à grande vitesse (Lolive 1999). Ce qui frappe ici est plutôt le fait que ce refus intervienne au sein même d’un processus destiné à améliorer l’acceptation sociale des contraintes de protection de la nature par la mise en place d’une structure plus participative et concertée. Dans les faits, l’introduction de la négociation autour de la charte a plutôt ravivé des tensions préexistantes dans une ambiance conflictuelle latente (Laslaz 2011). À l’évidence, les mécanismes de l’acceptation sociale ne sont donc toujours pas opératoires : du moins si le déficit est clairement identifié, les moyens d’y remédier ne fonctionnent pas et les modalités de développement territorial se conjuguent essentiellement avec la notion de conflit – c’est d’ailleurs cette dernière entrée qui reste largement privilégiée en France par la recherche géographique sur le sujet (Charlier 1999 ; Dziedzicki 2001 ; Lecourt 2003 ; Melé et al. 2003 ; Cadoret 2006 ; Kirat et al. 2008) tout comme à l’international, où des travaux en nombre croissant se positionnent au croisement entre géographie et sociologie du conflit (Leitner et al. 2008 ; Nicholls et Miller 2013).

Qu’est-ce que l’acceptation sociale ?

  • 1 L’ouvrage n’aborde pas directement, à ce titre, les théories du développement régional ou les modè (...)
  • 2 En témoigne par exemple la démarche entamée depuis 2012 par l’atelier « Développement durable et a (...)

3L’objectif que se fixe le présent ouvrage est de revenir sur un aspect plus particulier des tensions liées aux projets d’aménagement, ces derniers étant entendus comme la concrétisation de politiques de développement régional ou urbain, avec les représentations que cela suppose1. Il s’agit de se concentrer sur l’idée d’acceptation sociale, envisagée comme l’une des composantes d’un processus conflictuel, soit qu’elle en constitue la solution espérée (acceptation croissante), ou la cause (déficit d’acceptation). On lui préfère parfois, en français, le terme d’« acceptabilité sociale »2, ce dernier terme permettant alors de se concentrer plus encore sur la compréhension des critères et conditions nécessaires à la bonne acceptation sociale des projets de développement territorial.

4La notion a surtout été développée dans un contexte technique : celui des risques (idée de « risque acceptable »), ou des échanges marchands, en lien avec le taux de satisfaction des clients vis-à-vis de la qualité des produits. Le risque acceptable, selon l’ingénierie de projet, c’est un taux limite d’exposition à un aléa, un seuil à ne pas dépasser pour rester socialement reconnu et intégré – donc une réduction maximale des incertitudes introduites par l’élément soumis à notre analyse.

5L’idée d’acceptation sociale a connu plus récemment un transfert vers les sciences sociales, dont la géographie, notamment dans le domaine des conflits d’aménagement et d’environnement (Châtaigner et Jobert 2003 ; Wüstenhagen et al. 2007 ; Laslaz et al. 2010 ; Deshaies 2011). Il s’agit alors d’étudier les conditions de réception d’une « innovation » territoriale, entendue tant comme un objet technique (équipement public, infrastructures de transports) que comme un outil réglementaire (normes, lois) visant à l’aménagement et au développement du territoire. On analyse alors les critères d’adoption de la mesure, ou à l’inverse les réserves, voire la conflictualité latente liée aux contraintes introduites par le changement et qui impactent sur les modes de vie au quotidien (ressources, habitudes, etc.). Il s’agit ainsi de travailler autrement le conflit, en travaillant souvent plus en amont, voire en présence de simples tensions entre acteurs.

  • 3 Voir également, pour cette distinction entre tensions et conflits, le résumé d’André Torre (Torre (...)

6La tension sociale peut être définie comme la manifestation (verbale, symbolique) de jeux d’opposition n’ayant pas encore produit de démonstrations effectives et collectives de refus. Elle est donc souvent révélée qualitativement par le chercheur. Le conflit, à l’inverse, est attesté lorsqu’il y a un « engagement crédible », selon André Torre (et al. 2006), donc une manifestation explicite de protestation par la judiciarisation ou la médiatisation (pétitions, manifestations, etc.), et donc lorsqu’il y a une transaction directe entre protagonistes, avec la formation d’un « système d’action » collectif qui « dramatise le débat public » tout en recomposant les « registres de légitimité » (Melé et al. 2003, p. 17) 3. Pour Patrice Melé, lorsqu’on parle de tensions, on reste donc en présence d’« antagonismes de valeur », et non de conflits ; on parlerait même abusivement de « conflits latents, sous-jacents », puisque le conflit est, par nature, explicite. En fait, travailler sur des tensions, c’est plutôt se placer « du côté de l’explication de l’existence de conflits, de l’identification de causalités » (ibid., p. 16) et tenter de mettre à jour les potentiels conflictuels dans le débat public, sans certitude de leur manifestation effective à terme. La lecture en termes d’acceptabilité sociale ou de déficit d’acceptation se place donc sous cette entrée. C’est une démarche distincte – mais complémentaire – de l’analyse centrée sur la conflictualité.

7En la matière, la psychologie sociale allemande a fortement développé la notion d’acceptation en lui donnant à la fois un contenu conceptuel précis et des méthodes d’analyse (Bechmann 1988 ; Lucke 1995 ; Lucke et Hasse 1998). Selon les dictionnaires de sociologie allemands, l’acceptation sociale est ainsi la « propriété qu’a une innovation de susciter une réaction positive de la part des personnes concernées lors de son apparition » (dictionnaire Endruweit 2014). L’idée d’innovation ne désigne pas ici qu’un objet technique, mais bien toute forme de nouveauté sociale affectant les opinions et les décisions individuelles ou collectives (Lucke et Hasse 1998, p. 17). Une nuance est ensuite introduite entre acceptation et acceptabilité. L’acceptation (Akzeptanz) est d’abord une démarche subjective et individuelle, lorsque l’acceptabilité (Sozialverträglichkeit) est une résultante plus objective et collective des différents niveaux d’acceptation individuels, donc une forme de montée en généralité des observations individuelles :

  • 4 « Sozialverträglichkeit ist die Eigenschaft einer Innovation, sich funktional in eine bestehende S (...)

L’acceptabilité sociale est la capacité qu’a une innovation de s’intégrer fonctionnellement dans une structure sociale existante (changement évolutif) ou de modifier suffisamment cette structure sociale pour s’y adapter (changement révolutionnaire). La différence fondamentale, d’un point de vue méthodologique, réside dans une approche subjective pour ce qui est de l’acceptation et d’une approche objective pour ce qui concerne l’acceptabilité.4

8La conceptualisation de la notion d’acceptation sociale permet donc de la distinguer de ses vagues synonymes que sont l’approbation, la reconnaissance, la confirmation, etc. Pour mieux souligner encore la force herméneutique du terme, on a d’ailleurs proposé de renforcer le terme en introduisant en français le néologisme « acceptance », entendu comme une posture subjective manifestant « un degré supérieur de l’acceptation sociale […] qui implique une adhésion aux valeurs portées par l’objet nouveau » (Depraz 2005 ; voir aussi le Cahier méthodologique dans le présent ouvrage). L’acceptance est, en d’autres termes, une forme d’acceptation sociale réussie, c’est-à-dire dans laquelle l’innovation a su s’intégrer aux normes et valeurs du groupe social étudié, donc à ses critères d’acceptabilité.

9Le triptyque acceptation sociale / acceptance / acceptabilité sociale peut dès lors acquérir une certaine force conceptuelle. Il s’affirme comme un objet transversal, qui convoque dans l’analyse territoriale les apports de la sociologie, de la psychologie sociale, de la science politique et du droit. En effet, on interroge moins ici la dimension visible du conflit (ressources, usages, intérêts matériels) que les dimensions subjectives (représentations, affects, comportements) qui réinterprètent les déterminants individuels des antagonismes et permettent, ou non, la bonne réception du projet. On parle donc de représentations sociales, d’émotions et de logiques de pouvoir spatialisées.

10L’ensemble des contributions de cet ouvrage s’attache précisément à démontrer l’importance de ces dimensions subjectives dans le processus d’acceptation des innovations territoriales et des projets d’aménagement. On verra, en particulier, comment les auteurs se proposent d’éclairer l’analyse sociologique par la mise en évidence de représentations spatiales qui peuvent contribuer à expliquer les modalités d’acceptation sociale ou de rejet potentiel des politiques de développement.

Pourquoi l’acceptation sociale ?

11Pourquoi la recherche se devrait-elle cependant de travailler cette idée d’acceptation sociale ? Les motifs sont de deux ordres. Le premier ordre, technique et social, reprend le paradoxe évoqué en introduction. Les contentieux liés au projet d’aménagement vont croissant, alors même que les politiques publiques proposent toujours plus d’outils participatifs pour y remédier : débats publics, études d’impact, consultations et enquêtes publiques, médiation, etc.

12Cela pourrait s’expliquer, en première approche, par une pression foncière accrue sur l’espace, augmentant le potentiel de conflits. Une logique assurantielle, avec l’espoir de dédommagements contractuels face aux projets d’aménagement, inciterait également les porteurs d’enjeux à manifester toujours plus leur opposition sur la scène locale, même par principe, ce qui outrepasserait ainsi les possibilités de réponse des gestionnaires de projet et expliquerait une judiciarisation croissante des conflits d’aménagement. On pourrait également accuser une segmentation sociale de plus en plus forte entre acteurs, manifestée par l’effacement des formes de solidarité de groupe dans une « société d’éloignement » où le manque de confiance envers autrui serait devenu patent : « les bases matérielles de l’établissement de la confiance sociale s’effritent ; les individus se fient moins les uns aux autres parce qu’ils ne se connaissent plus assez » (Rosanvallon 2006, p. 18). Ceci conduirait à opposer des parties prenantes toujours plus hétérogènes et antagonistes dans leurs représentations de l’espace et leurs attentes. Le conflit est alors la manifestation devenue dominante d’une société « post-politique » qui régule la décision par le contentieux plutôt que par la voie de la représentation et de la réglementation (Dupuy et Halpern 2009 ; Swyngedouw 2011).

13Cependant, si l’on étudie plus précisément la manière dont s’élaborent les processus participatifs, l’enjeu majeur semble plutôt résider dans une « crise » de la décision publique, inapte à intégrer les racines sociologiques de la conflictualité dans le processus décisionnel en raison d’une tradition techniciste et sectorielle difficile à dépasser (Pham et Torre 2012). En France tout particulièrement, la prégnance des grands corps de l’État dans l’expertise territoriale contribue à former une entité homogène et puissante dans la prise de décision, de ce fait difficile à ouvrir au partage décisionnel par crainte d’une perte de légitimité – d’autant plus que la valeur de leur expertise technique est de plus en plus régulièrement contestée (Callon et al. 2001). On peut aussi interroger le risque que représente toute institutionnalisation trop normée de la participation, qui tente de fixer un processus agonistique par nature fuyant et informel. Au final, l’institutionnalisation vient paradoxalement renforcer le conflit en particulier parce qu’ils tendent toujours à réduire la diversité dont les conflits qui les suscitent sont nourris (Blondiaux et Sintomer 2002).

La modalité dominante d’institutionnalisation du débat public procède à un partage des rôles […] qui annule en fait la démonstration faite par l’irruption dialogique des riverains dans les conflits d’aménagement. […] L’institutionnalisation du débat n’enrichit pas les répertoires d’action et fait au contraire peser sur l’action conflictuelle de nouvelles contraintes de justification liées à la légitimation du consensus par la procédure. (Fourniau 2007, p. 165)

14En somme, il ne suffit pas de mettre en place des structures de participation pour réduire les tensions sociales face aux projets d’aménagement. L’outil institutionnel n’emporte pas l’intelligence du social. D’une part, la décision publique semble avoir des difficultés à suivre le rythme d’une contestation sociale devenue structurelle ; d’autre part, la participation n’aboutit pas forcément si les motifs subjectifs de tensions ne sont pas envisagés et si les résistances implicites des porteurs de projet au risque que représente le débat public ne sont pas surmontées. Il reste donc nécessaire de mieux mettre en évidence les causes plus profondes du déficit d’acceptation sociale qui se produit en amont des démarches d’aménagement ou bien tout au long de processus participatifs.

 

  • 5 Le contexte d’incertitude qui caractérise la société contemporaine, complexe et hautement technici (...)

15Le second ordre de justification est cependant plus positif, et relève de la philosophie sociale. Il fait le constat d’une exigence collective renforcée en matière de politiques publiques, donc d’une éducation croissante à l’enjeu politique. La capacité à agir, au sens de la capacitation (empowerment) anglo-saxonne, serait ainsi l’autre moteur de la contestation. La citoyenneté contemporaine ne se contente plus d’un simple contrôle en légalité des politiques publiques, appuyées sur le seul jeu de la démocratie représentative. On rejette désormais la tradition dirigiste selon laquelle un responsable politique, une fois élu, serait fondé en droit pour intervenir sur les territoires sans avoir à rendre d’autres comptes qu’au moment du scrutin suivant5. Les attentes citoyennes sont plus élevées et appellent une double légitimation de la décision publique : non seulement en amont (processus électif) mais aussi en cours de décision, par le jeu d’une gouvernance élargie et d’une consultation valide (processus délibératif). C’est l’idée de la « société de la concertation » (Abstimmungsgesellschaft, selon Lucke 1995) ou, plus généralement, de la « démocratie délibérative » que l’on trouve formalisée notamment chez John Rawls et Jürgen Habermas. Une forme de démocratie capable d’une plus grande inclusion sociale dans la prise de décision afin de rendre cette dernière, en retour, plus légitime (Macedo 1999 ; Young 2000).

Selon un tel point de vue théorique, la norme n’est légitime que si elle est fondée sur des raisons publiques résultant d’un processus de délibération inclusif et équitable, auquel tous les citoyens peuvent participer et dans lequel ils sont amenés à coopérer librement […]. Le moment décisif n’est plus l’élection mais la formation de l’opinion publique, qui est conçue comme étant normalement (en l’absence de déformations) de nature communicationnelle. (Blondiaux et Sintomer 2002, p. 18 et 23)

16En dépit même de l’essor et de la diversité des formes de mise en œuvre de cette légitimation – études d’impact, consultations publiques, forums et ateliers participatifs, etc. – les initiatives publiques peinent à suivre le rythme des exigences collectives, comme on l’a vu dans le premier point. On peut même considérer qu’il n’est pas possible, structurellement, d’y répondre par les institutions. La société civile exprime alors son attente dans un « moment agonistique » (Melé et al. 2013), moment fondateur d’une « société de la protestation » (Tilly et Tarrow 2008) afin de catalyser la prise en compte du social dans l’action publique. Cette défiance envers les institutions de la démocratie représentative est devenue fondatrice d’une « contre-démocratie » qui, par essence, fonde son action dans la surveillance, la critique et la contestation du politique (Rosanvallon 2006). Par conséquent, la conflictualité ne croît pas forcément en raison de divergences d’usage toujours plus grandes, ou d’un supposé délitement social, mais du fait même d’exigences civiles toujours plus grandes dans le fonctionnement de la démocratie. Le conflit n’est que la manifestation d’une quête de légitimation démocratique ; cela déborde largement les motifs d’opposition.

17Cela rejoint, enfin, la théorie développée par Axel Honneth selon laquelle le cadre démocratique contemporain serait mû par un idéal de reconnaissance (Anerkennung) qui guide de plus en plus, de manière tangentielle, les comportements individuels et collectifs. L’idée d’un partage croissant de la décision publique, l’exigence d’une gouvernance plus élargie relèveraient en fait d’une forme de justice sociale dans laquelle la démocratie consacre non seulement la valeur normative de la loi, mais aussi l’importance de l’estime sociale, donc d’une expression nécessaire de la solidarité entre membres du corps social vis-à-vis de ceux qui en éprouveraient le manque. Dans cette optique, le conflit social que l’on observe dans les projets d’aménagement ne serait pas tant un moyen d’atteindre des buts matériels et des intérêts individuels, mais bien plutôt une forme de lutte fédératrice pour la reconnaissance, entendue comme « une force morale qui alimente le développement et le progrès de la société humaine » (Honneth 2000, p. 171). On lutte moins pour le résultat matériel du conflit, lequel devient autant support que prétexte, que pour le gain en matière de reconnaissance sociale de la part des porteurs identifiés de la décision publique. La dimension socialisante du conflit, identifiée très tôt chez Georg Simmel (1995), Lewis Coser (1982) ou Julien Freund (1983) est ici confirmée. C’est, en d’autres termes, une lecture élargie de la théorie de l’acteur stratégique de Michel Crozier et Erhardt Friedberg (1977) orientée non seulement vers un espoir de gain individuel, mais aussi vers un accomplissement social collectif.

18La recherche sur l’acceptation sociale vise donc, à sa manière, à faciliter la compréhension des formes d’interaction positive et de reconnaissance réciproque entre parties prenantes dans le cadre du jeu démocratique contemporain, dans une finalité d’application aux enjeux de développement des territoires.

Comment l’acceptation sociale ?

19Ces fondamentaux étant rappelés, reste encore à envisager comment rendre visibles les composantes subjectives de l’acceptation. Si le matériau de recherche ici travaillé est d’abord social, il reste transversal et, selon les auteurs, pourra être envisagé avec les outils de la science politique, de la sociologie, de la psychologie sociale, de l’anthropologie ou de l’histoire des arts (figure 1). Cependant, le fait de travailler sur les enjeux du développement territorial implique tout de même une spécificité : la présence d’une forte dimension visuelle et spatiale dans les analyses, avec la possibilité de territorialiser les représentations et d’enraciner les conflits dans des lieux porteurs d’une symbolique du pouvoir, comme le propose la recherche en géographie et en aménagement. Une approche comparative entre les territoires du conflit social vient souvent rappeler l’irréductibilité de l’espace et les particularismes de chaque contexte local face à toute volonté de mise en œuvre d’une approche globale trop normative.

Figure 1 – Les principaux champs d’analyse des facteurs subjectifs de l’acceptation sociale

Figure 1 – Les principaux champs d’analyse des facteurs subjectifs de l’acceptation sociale

Un partage conceptuel entre approches disciplinaires.

Conception Samuel Depraz, 2015.

20Face à la complexité de ces croisements thématiques et notionnels, tout comme des réseaux d’acteurs en présence dans un territoire, on peut tenter de réduire la difficulté en étudiant séparément les mécanismes de l’acceptation sociale selon les types d’acteurs et leurs intérêts divergents (Wüstenhagen et al. 2007, p. 2684). On pourrait ainsi distinguer une acceptation d’ordre sociopolitique, manifestée par les porteurs d’enjeux, les décideurs, etc., donc plutôt centrée sur les réseaux décisionnels et les modalités du partage du pouvoir ; une acceptation d’ordre communautaire, centrée sur les riverains et plutôt appuyée sur les représentations collectives, les échanges d’information et l’idée de justice sociale ; enfin, une acceptation marchande, guidée par le principe de satisfaction des consommateurs et des acteurs privés selon une évaluation respective des enjeux par des opérations d’ordre coût/avantages, donc plus matérielle en apparence. Cette dernière approche par le marché, souvent négligée, est en effet un impensé important dans le champ de la conflictualité d’aménagement, où l’on parle d’abord de politiques publiques et d’intérêt général dès lors que le projet d’aménagement n’a pas une dimension commerciale immédiate.

21Cependant la création de catégories thématiques d’acteurs masque la superposition de ces entrées au sein de groupes sociaux malléables, voire d’un même acteur. Dès lors, il semble essentiel d’éviter les catégorisations a priori qui masqueraient cette complexité. Une lecture centrée sur la subjectivité des personnes, à l’échelon des individus, permet au contraire de maintenir les catégories ouvertes et de les reconstruire a posteriori. Les méthodes d’interprétation inductives de matériaux qualitatifs, fondées sur l’entretien individuel, dominent ainsi largement les travaux ici présentés.

22Le collectif d’auteurs franco-allemand réuni dans cet ouvrage a abordé la question de l’acceptation sociale à travers quatre grands thèmes d’aménagement, que reprennent par commodité et souci de dialogue les quatre parties de l’ouvrage : le projet urbain, le développement des transports durables, la gouvernance régionale et la protection du patrimoine naturel et culturel. Cependant, la question commune de la méthode et des concepts utilisés pour parler d’acceptation permet de faire émerger l’importance de plusieurs thèmes transversaux, que l’on peut ici résumer succinctement.

L’attention au visuel, base sensible de l’acceptation sociale

23La sensibilité géographique de la plupart des auteurs, mais surtout la dimension spatiale des projets d’aménagement ont conduit rapidement une majorité de contributions à envisager la dimension visuelle des objets soumis à la contestation. Cette « visualité », érigée en catégorie d’analyse, se décline de plusieurs manières : elle est, tout d’abord, au sens foucaldien (Foucault 2001a et b), l’une des formes de manifestation du pouvoir en tant que signifiant dans un dispositif de pouvoir par nature diffus. L’espace visible, par des limites, des objets symboliques, manifeste le pouvoir et rend les appropriations territoriales tangibles (Raffestin 1980 ; Sack 1986). La « visualité » est, ensuite, un élément important de la perception, qui fonde l’appréciation esthétique et émotionnelle des individus vis-à-vis de l’objet d’étude. Enfin, plus indirectement, elle peut fonder pour des lieux à forte charge symbolique et marqués par la grandeur, l’élévation ou la verticalité, un rapport ontologique à la temporalité (transmission patrimoniale) voire à la transcendance (présence du sacré) selon les contextes culturels.

24Ainsi, il s’agit de développer des outils d’analyse pour mesurer les valeurs associées à la visualité. Se pose dès lors la question du biais que constitue le recours au langage, via les entretiens, ou à la médiation d’images choisies, comme dans les enquêtes par photographies, pour recueillir l’expérience sensible du regard.

 

25Pour y répondre et limiter l’obstacle, Katharina Wischmann (chapitre II) propose une analyse de discours visuel. Cette méthode ne consiste pas en une forme d’enquête par photolangage, mais bien en un processus d’identification de la dimension visuelle des discours, selon une approche post-structuraliste appuyée sur les concepts de Michel Foucault. On évite ainsi les biais liés à la soumission d’images auprès de l’enquêté, on ne repose que sur l’analyse de discours dans lesquels les éléments verbaux présentant une dimension visuelle sont privilégiés, comme les rapports d’opposition entre formes, taille, couleurs, etc. Le recours à l’image ne vient qu’a posteriori identifier les lieux et les formes évoquées par les enquêtés, et donner ainsi une visibilité aux concepts spatiaux du langage. En ceci, la méthode consiste en un croisement heuristique très fructueux entre les catégories d’analyse de discours et l’identification des dimensions visuelles de la spatialité dans l’organisation des rapports de pouvoir. La dimension visuelle révélée par Katharina Wischmann met en lumière la force d’imposition des productions formelles de la gentrification (tours, immeubles de standing), objets qui focalisent l’expression des résistances locales.

26C’est ce même biais de l’image que souhaitent dépasser Yves-François Le Lay et Marylise Cottet dans leur développement de l’enquête par oculométrie (Cahier méthodologique). Au-delà même de la matérialisation du visible par le discours, ils tentent d’atteindre le processus perceptif lui-même pour le confronter ensuite à la production de discours. Certes, « force est de reconnaître que toute enquête devrait se dérouler in situ » (Le Lay, Cottet, dans le présent ouvrage). À défaut d’une telle possibilité, le contexte expérimental tente de recréer des conditions perceptives fines et d’identifier, au-delà de la sélection des images, ce qui fonde l’appréciation du terrain dans chaque image, donc les catégories invariantes qui peuvent alimenter l’acceptation ou le rejet d’une évolution paysagère. Les auteurs produisent ainsi une cartographie originale de la visualité et de ses objets préférentiels du point de vue des observateurs enquêtés.

 

27Dans un autre ordre, celui de l’esthétique, Frank Sebastian Johner (chapitre VIII) mobilise quant à lui les critères d’appréciation de l’esthétique du bâti selon Erwin Panofsky. Il nous rappelle ainsi, à la suite de l’auteur, que le sentiment procuré par les lieux repose sur un processus de re-connaissance de critères culturels appris sur le beau, la catégorisation conceptuelle des objets culturels et le sentiment d’exceptionnalité ou d’universalité. On peut ainsi même en jouer pour améliorer l’acceptation sociale des objets dans une stratégie active de communication visuelle.

28Émeline Comby (Cahier méthodologique) procède quant à elle de manière distincte en retrouvant ces composantes apprises de la perception sociale des milieux dans les textes de presse. Cette interprétation diachronique des représentations par une analyse textométrique permet de montrer en quoi le caractère emblématique de certaines espèces animales « épouse une stratégie de communication pour favoriser une mise en tourisme d’un lieu vu comme patrimonial », sa visualité notamment servant de vecteur à une meilleure acceptation sociale des logiques de protection.

 

29Enfin, Maria Isabel Valderrama (chapitre X) souligne quant à elle la valeur ontologique des lieux, dans un massif montagneux enneigé culminant à plus de cinq mille mètres d’altitude en milieu tropical. Cette omniprésence visuelle, conjointe à une sorte d’insularité du relief sur un littoral colombien plutôt bas, lui confère une signification forte dans les croyances traditionnelles et oriente les modes de gestion tout comme l’acceptation des projets d’aménagement dans la région par les populations autochtones, gardiennes des lieux. Ce paramètre sensible et spirituel, loin d’être réductible aux logiques matérielles du marché, est en réalité fondateur des incompréhensions et des conflits entre parties prenantes dans la zone.

Le décryptage des logiques implicites de pouvoir

  • 6 On pense en particulier aux stratégies de communication sur les projets à l’intention du grand pub (...)
  • 7 La notion de « régime de gouvernance » est ici empruntée aux travaux de Bernard Enjolras et désign (...)

30Déjà présents dans l’analyse de la dimension visuelle et spatiale des projets6, les jeux de pouvoir sont identifiés comme l’autre levier implicite des processus d’acceptation sociale. Il s’agit de comprendre ici comment un régime de gouvernance7, de par sa conformation et sa capacité d’innovation / d’adaptation, peut parvenir à générer une forte adhésion à ses projets, dans une logique de construction d’un consensus autour de la prise de décision et de compréhension mutuelle des intérêts. À l’inverse, on peut aussi tenter d’expliquer le rejet des projets de la part des parties prenantes par des formes d’exclusion du pouvoir, tant effectives que symboliques. Entre ces deux situations extrêmes, il s’agit de voir comment un régime de gouvernance peut, par des techniques appropriées, produire des dispositifs de pouvoir capables d’influer sur l’acceptation sociale des projets.

31Cette lecture critique visant à mettre en lumière des stratégies de pouvoir destinées à améliorer l’acceptation sociale des projets de développement fait directement écho à l’analyse foucaldienne de la « gouvernementalité », entendue comme le contrôle stratégique exercé sur des populations par un appareil de pouvoir via des institutions, des normes et une expertise sociopolitique. C’est dans cet esprit que Georg Fiedler (chapitre VI) décrypte les principes de gouvernementalité mis en œuvre par plusieurs régimes de gouvernance en Estrémadure (Espagne) pour faire accepter un projet énergétique. Les jeux de pouvoir sont identifiés en fonction de plusieurs critères issus des travaux de Michel Foucault et appliqués à chaque régime de gouvernance : leurs objectifs, leur institutionnalisation, leur stratégie de différenciation, leurs instruments effectifs de pouvoir et leur registre de rationalité. On se concentre ainsi sur les modes de légitimation du pouvoir et la manière de communiquer au sein des réseaux d’acteurs. Lena Neubert, quant à elle (chapitre VII), applique une grille de lecture moins critique de la gouvernance régionale, inscrite dans le paradigme de « l’institutionnalisme centré sur les acteurs ». Selon Renate Mayntz et Fritz Scharpf (2001), promoteurs de cette approche, la lecture des jeux de pouvoir ne saurait se réduire à une seule analyse des institutions et de leurs relations réglementaires ; elle doit impérativement s’élargir à une « observation des acteurs en action » pour mettre en avant la relation informelle qu’ils entretiennent entre eux et avec les institutions.

32D’une certaine manière, les deux chapitres ci-dessus renvoient à l’importance de l’interactionnisme symbolique (Blumer 1986 ; Goffmann 1973) dans les relations de pouvoir en ce qu’ils soulignent à travers une microsociologie du pouvoir la force des jeux interpersonnels à l’intérieur du cadre structurel que constituent les institutions et les réglementations. Le pouvoir n’est pas déterminé objectivement par les seules formes officielles de gouvernement : il se diffuse dans les réseaux de la gouvernance, constitue un réel « dispositif », au sens de Foucault, et prend une dimension informelle et subjective parce qu’il doit aussi être considéré comme une construction sociale entre acteurs.

 

33Les lectures de Clément Barbier (chapitre I) et d’Anne Vogelpohl (chapitre III) se focalisent quant à elles plutôt sur les productions normatives des régimes de gouvernance, c’est-à-dire sur la manière dont les pouvoirs locaux, principalement municipaux, cherchent stratégiquement à produire ou à renforcer l’acceptation sociale envers les transformations urbaines à travers la mise en place de projets de développement urbain ou de normes réglementaires en urbanisme. Ceci étant, ces normes sont surtout analysées dans leur dimension subjective, en ce qu’elles sont support d’une stratégie de pouvoir et sources de représentations sociales contradictoires.

34Pour comprendre ces stratégies, Clément Barbier reprend la lecture critique du contenu sociopolitique des projets urbains telle qu’elle est menée par Gilles Pinson, en France (2009), en montrant que les politiques publiques d’intervention sur les quartiers sensibles à Lille et à Hambourg ont su manipuler les catégories d’action à l’œuvre pour rendre ces espaces plus acceptables, quitte à occulter les réalités sociales du terrain. Plutôt que d’envisager les problèmes sociaux en eux-mêmes, on joue ainsi sur la qualité écologique des programmes d’aménagement et leur participation au développement économique métropolitain. On promeut les partenariats privés comme solution pour financer les projets, tout en affichant l’intégration des enjeux sociaux au développement urbain. Les représentations positives de la « durabilité », de la « métropolisation » et du « partenariat public-privé » dans les projets vont contribuer à forcer les représentations et à servir l’acceptation sociale. Cependant, ce biais sémantique entraîne également un décalage de la cible des projets en faveur des classes moyennes, ce qui met finalement en question la durabilité sociale réelle des projets.

35Le projet urbain, ici, n’est donc pas le produit d’une démarche participative ni le fruit d’une gouvernance urbaine élargie, quand bien même il s’en réclame. Si l’on y trouve quelques dispositifs de consultation, le projet a surtout valeur de « référence », c’est-à-dire qu’il devient un projet attestataire (Boutinet 2005) avant tout destiné à réguler les tensions et à orienter les représentations locales vers des valeurs communes, présentées sous un jour très positif, pour mieux conforter la légitimité des acteurs locaux vis-à-vis de leurs administrés.

36D’une manière plus générale, la portée lénifiante des grandes notions à la mode en aménagement, à l’image du « développement durable » analysé par Vincent Béal (et al. 2011) dans les projets urbains, a été souvent montrée du doigt en ce qu’elle contribue à produire un consensus artificiel autour des projets d’aménagement. De telles manipulations sémantiques, qui visent à rendre acceptable l’avènement des politiques libérales contemporaines, sont au cœur de la critique sociologique radicale. Mais ces manipulations sémantiques s’appuient aussi, faut-il le rappeler, sur des évolutions globales de la société. Elles ne sont pas inventées de toutes pièces par les régimes de gouvernance : elles résultent aussi de paradigmes dominants vecteurs de consensus. Ainsi, les notions de « croissance », de « durabilité » sont à la base des paradigmes politiques en vigueur (Hall 1993). On se situe donc plutôt dans un système de co-construction, un travail de transcodage de ces normes sociales où le pouvoir produit un discours qui est aussi politiquement attendu.

 

37Anne Vogelpohl, en revanche, montre comment un gouvernement urbain plus critique à l’encontre des processus d’exclusion urbaine peut mettre en place des outils réglementaires capables d’orienter et de corriger les transformations de la ville : face à la gentrification et à sa contestation sociale, telle qu’on la trouve notamment formulée par Neil Smith (1996) et Tom Slater (2011), des règlements précis peuvent influencer l’investissement privé et protéger en partie les quartiers visés. L’auteure montre surtout comment l’action publique locale en est venue à agir sur le levier réglementaire pour influer sur la perception de la ville et la meilleure acceptation sociale d’un changement temporisé. Fait intéressant : ce n’est pas tant le dispositif réglementaire en soi qui est efficace – il existe depuis longtemps, sans avoir toujours eu de l’effet – que « l’effet de bluff » produit par les nouveaux discours qui l’accompagnent. La crainte d’une perte de profit dans des quartiers en apparence trop régulés dissuade ainsi une promotion immobilière trop agressive.

38L’acceptation sociale, au filtre de l’ensemble de ces contributions, apparaît donc comme la résultante explicite des jeux interpersonnels de pouvoir et d’une stratégie orientée de production du consensus au sein des structures de gouvernance à l’échelon local. C’est la clef pour légitimer les postures de décision de ces mêmes réseaux de pouvoir.

L’importance d’une herméneutique des pratiques du territoire

39Le troisième levier d’ensemble de l’acceptation sociale repose manifestement sur une étude fine de la manière dont les populations perçoivent et pratiquent leur territoire. Faire accepter un projet d’aménagement, une innovation territoriale, cela signifie aussi inscrire l’objet en conformité avec des représentations et des pratiques, ou alors faire évoluer ces dernières en intégrant au projet les habitudes, les normes voire les méta-normes (Axelrod 1986) qui régulent le fonctionnement des sociétés civiles. Tous ces facteurs comportementaux peuvent constituer autant de motifs de résistance au changement, et ceci parfois même en dépit d’une perception des avantages rationnels qu’il y aurait à accueillir la nouveauté : on joue ici sur le registre des émotions et des représentations, au sein de sphères de rationalité limitées qui conduisent à des ajustements cognitifs permanents au quotidien, bien loin de tout raisonnement normatif ou technique sur le changement.

40Cette dimension est particulièrement travaillée par Julia Jarass (chapitre IV) et Thomas Buhler (chapitre V) dans deux contributions stimulantes liées à la géographie des transports. Les notions de préférences spatiales et de routines constituent les deux leviers identifiés par les auteurs pour mieux comprendre les comportements des usagers en matière de déplacements et, notamment, leurs résistances face à l’injonction au changement. C’est une forme de psychologie sociale appliquée aux transports. Dans ce même esprit, je propose dans le cahier méthodologique une clef de lecture de l’acceptation sociale par les attitudes. Cette notion sociologique se décompose en plusieurs sphères : conative (actions), cognitive (connaissances), affective (émotions), cette dernière variable entrant parfois en contradiction avec les précédentes et pouvant ainsi expliquer des déficits d’acceptation peu évidents – du moins du strict point de vue de la rationalité externe affichée par les acteurs. Dans tous les cas, il s’agit de mieux focaliser l’attention sur la partie implicite des comportements. Les travaux de Jean-Claude Kaufmann (2001) sont plusieurs fois convoqués par ce groupe d’auteurs.

41Une autre recherche, sous la plume de Jean-Baptiste Bing (chapitre IX), propose de reprendre les concepts d’Augustin Berque. Avec la médiance, l’auteur souhaite mettre en évidence le rapport plus ontologique à l’espace de certaines sociétés extra-européennes, par opposition à la « forclusion du travail médial » observée dans la pensée occidentale. On entend par là le fait que la relation au territoire étudiée à Madagascar ou en Indonésie est plus immédiate et investie de sens que la relation du corps social occidental envers son environnement, extériorisée et réduite volontairement à une dimension technicienne et symbolique (Berque 1990, 2005). La pratique rituelle du territoire autochtone, marquée par l’espace profane de production mais aussi par les objets tabous et les lieux de culte, est profondément intériorisée et oriente la manière d’accepter l’innovation territoriale face à la survenue de programmes de protection des forêts. Cependant, c’est une lecture beaucoup plus implicite, faiblement visuelle, qui s’impose cette fois et rend le travail anthropologique incontournable.

 

42On aurait pu également étendre ce champ d’analyse à l’étude des proximités entre acteurs, au sens entendu par l’économie de la proximité (Torre et Beuret 2012). Ce courant de recherche a mis en évidence le rôle de la proximité dans les conflits d’usage du territoire, certaines superpositions ou certains voisinages spatiaux pouvant exacerber les rivalités entre usagers. Il a aussi identifié, en réponse, l’importance des proximités organisées dans l’atténuation des tensions. Par « proximité organisée », on entend un rapprochement entre parties prenantes au sein des réseaux d’acteurs locaux, avec une convergence vers des normes et valeurs partagées. Cela s’explique par un même champ lexical expert, lié à des proximités disciplinaires et à des parcours académiques proches ; par des routines comportementales similaires ; par des systèmes de croyance partagés. On évoque à nouveau ici la dimension implicite des relations sociales, les attitudes des acteurs et les ententes tacites qui facilitent les convergences et l’acceptation sociale. Il s’agit toutefois d’une approche plus collective des relations sociales. Elle se rapproche de la compréhension des enjeux de pouvoir évoquée plus haut, mais sait prêter attention à une microsociologie des comportements et des pratiques habitantes.

  • 8 On peut renvoyer, au-delà du propos de cet ouvrage, aux travaux liés au développement local, dans (...)

43L’idée de proximité organisée est implicitement présente dans le travail de Jean-Baptiste Bing, lorsqu’il insiste sur le rôle des médiateurs, ces habitants inclus dans les institutions de gestion du territoire qui maîtrisent les codes culturels et communicatifs des deux parties en présence et construisent des savoirs véhiculaires, adaptés aux contextes locaux, en jouant sur les codes sociaux spécifiques : rapport à la hiérarchie, appui des cadres religieux, relation vers le non-humain, etc. La médiation, terme transversal dans la théorie de l’acteur-réseau de Bruno Latour (1992, 1995), est bien envisagée comme un processus actif de recomposition des savoirs et d’innovation, et non de simple intermédiation. Le travail de médiation, au-delà du cas présent, est dans les faits de plus en plus évoqué pour accompagner le développement territorial en créant, à terme, un réseau d’action8 voué à l’amélioration de l’acceptation sociale du changement.

Tableau 1 – Tableau résumé des principaux concepts et auteurs mobilisés dans les contributions du présent ouvrage

Auteur

Lieu de l’étude

Méthode

Auteurs et notions de référence utilisés

Technique(s) de collecte des données

Processus interprétatif et critères éventuellement mobilisés

Dimension de l’acceptation sociale étudiée*

Barbier

Lille, Hambourg

Comparative

Sintomer (participation), Pinson (projet)

Entretiens semi-directifs

Analyse de discours, identification d’acteurs clefs

Subjective et normative (rôle des arguments économiques et environnementaux dans l’acceptabilité sociale des grands projets urbains)

Wischmann

Hambourg

Monographique

Foucault (espace et pouvoir)

Entretiens semi-directifs

Analyse visuelle de discours

Subjective (importance des perceptions visuelles pour expliquer le refus des formes de la gentrification urbaine)

Vogelpohl

Hambourg

Monographique

Smith et Slater (critique de la gentrification)

Entretiens semi-directifs

Analyse documentaire diachronique (Bohnsack, méthode documentaire)

Subjective et normative (influence de la norme juridique sur les perceptions et les pratiques face à la gentrification urbaine)

Jarass

Cologne

Monographique

Schwanen et Mokhtarian (préferences résidentielles)

Entretiens semi-directifs

Analyse de discours

Traitement statistique

Subjective (rôle des préférences résidentielles dans l’acceptation du changement des pratiques de déplacement)

Buhler

Lyon

Monographique

Kaufmann (comportements)

Discours situés (enregistrements)

Analyse de discours

+ traitement statistique

Subjective (rôle des habitudes dans l’acceptation du changement des pratiques de déplacement)

Fiedler

Estrémadure (Espagne)

Monographique

Foucault (gouvernementalité), Benz et Fürst (gouvernance régionale)

Interviews à dire d’experts

Entretiens semi-directifs

Analyse de discours, Diagramme de Venn + catégories du gouvernement de Foucault

Subjective et normative

(rapports de pouvoir, modes de gouvernance pour faire accepter des grands projets de développement régional)

Neubert

Allemagne

Comparative

Benz et Fürst (gouvernance régionale)

Interviews à dire d’experts

Entretiens semi-directifs

Analyse de discours, critères de Mayntz et Scharpf (institutionnalisme centré sur les acteurs)

Subjective et normative (rapports de pouvoir, modes de gouvernance pour faire accepter les politiques liées au changement climatique)

Le Lay, Cottet

Italie

Monographique

Kaplan et Kaplan (perception de l’environnement)

Enquête photographique

Oculométrie

Questionnaire, échelles de Lickert + traitement statistique

Subjective (importance des perceptions visuelles dans l’appréciation et donc l’acceptation des logiques de protection des rivières)

Comby

Drôme

Monographique

Smith et Joffe (presse et visualité)

Analyse textuelle des médias

Traitement statistique +

contextualisation / thématisation (logiciel TXM)

Subjective (influence des discours de presse sur les politiques de protection des rivières)

Depraz

Allemagne, Hongrie

Comparative

Stoll (psychologie environnementale)

Kaufmann (comportements)

Entretiens compréhensifs (Kaufmann)

Cartographie des marqueurs territoriaux

Échelle d’acceptance (Rentsch)

Modélisation qualitative à partir des attitudes

Subjective (rôle des affects et des savoirs dans l’acceptation des politiques de protection)

Johner

Palatinat du Sud

Monographique

Panofski (iconologie), Riegl (ambiance, patrimonialisation)

Évaluation de l’impact des nouveaux médias

Catégories d’appréciation esthétique de Panofski (perception, reconnaissance, exceptionnalité)

Subjective (rôle de l’information dans l’acceptation des politiques de valorisation patrimoniale)

Bing

Madagascar, Indonésie

Comparative

Berque (médiance), Latour (médiation)

Raffestin (langue)

Observation participante

Récit anthropologique, lexique des termes ethniques portant sur l’espace local

Subjective (rôle des tabous et des cultes face aux logiques de protection de la nature)

Valderrama

Colombie

Monographique

Lacoste (géopolitique), Raffestin (pouvoir)

Interviews à dire d’experts

Observation participante

Récit anthropologique, identification d’acteurs clefs

Subjective et normative (place de la participation locale et des particularismes culturels dans l’acceptation du développement territorial)

*La classification proposée ici dépend des supports d’analyse choisis par les auteurs : discours, actes, représentations (dimension subjective) ou bien lois, réglementations, cadrage de projets de développement, organisation institutionnelle (dimension normative). Dans ce deuxième cas, les supports normatifs sont cependant analysés à travers leur portée subjective, en ce qu’ils produisent à leur tour des représentations et des discours. Il n’y a donc pas ici à proprement parler d’analyse strictement normative de l’idée d’acceptation sociale.
Synthèse : Samuel Depraz. On renverra à chaque chapitre pour l’explicitation des références conceptuelles et méthodologiques citées dans le tableau.

44En somme, ce qui peut rapprocher a minima les auteurs ci-dessus, par-delà l’extrême diversité des approches et des thématiques mobilisées, reste donc la conviction qu’il existe un biais techniciste implicite dans l’approche réservée aux innovations territoriales. On ne peut raisonner à partir d’un simple bilan comptable coûts/avantages ou d’une ingénierie de projet axée sur les seules ressources, intérêts et avantages réglementaires des parties prenantes. Il faut interroger le rapport subjectif à l’espace, les émotions, le poids des comportements, des habitudes et des préférences spatiales pour comprendre le rapport aux lieux et les pratiques du territoire, envisagés en tant que source essentielle de légitimation du projet de développement territorial.

Conclusion

45La recherche sur l’acceptation sociale ne constitue pas une volonté implicite d’éradication de la conflictualité, ni la quête illusoire de l’effacement de tout antagonisme de valeur. Face à cette perspective idéologique sans doute utopique et naïve, il faut réaffirmer avec force la dimension socialisante des oppositions. Les phases conflictuelles voient s’affirmer des messages, s’inventer des modèles d’action et limitent finalement l’isolement social (Coser 1982). Plus encore, le jeu des antagonismes est fondamentalement intégré à la construction de la décision publique aujourd’hui. À l’inverse, l’hégémonie d’une culture du consensus pourrait même apparaître comme quelque chose de suspect, marginalisant les positions minoritaires dans une forme d’écrasement de la diversité sociale. Cette dénonciation de la « démocratie consensuelle », qui émane de la philosophie critique postmoderne (Rancière 1995 et 2004), affirme fondamentalement que, tant qu’il y a débat, tensions, il existe un espace de liberté et de structuration réellement démocratique pour chaque groupe d’acteurs.

46La conflictualité n’est donc pas une distorsion du jeu politique, mais bien l’un de ses modes de régulation.

 

  • 9 On n’oublie cependant pas que la théorie du bouc émissaire, inspirée des travaux de René Girard (1 (...)
  • 10 L’ouvrage d’Hirschman a popularisé une lecture ternaire des réactions des consommateurs en cas d’i (...)

47La mise en évidence des critères d’acceptabilité de la décision publique, dans la recherche sur l’acceptation sociale, vise en fait surtout à limiter les effets les plus négatifs du conflit, c’est-à-dire ceux qui correspondent à une volonté d’anéantissement du contradicteur, ou à la fonction cathartique du conflit en tant qu’exutoire des frustrations sociales, au prix d’une coûteuse violence, comme l’évoquait Gaston Bouthoul (1976) : on pense par exemple aux phénomènes de « bouc émissaire »9, de confiscation territoriale ou de violence non régulée, avec les pertes matérielles et humaines que cela implique. Le fait de mieux prendre en compte les antagonismes de valeur, et de reconnaître la posture de l’adversaire ne signifie alors pas la suppression des différences, mais simplement la possibilité pour chaque partie de se voir acceptée, sinon légitimée par l’adversaire dans sa prise de parole – ce que l’on nomme la voice, selon les concepts d’Alfred Hirschman (2011)10. Cette condition d’une reconnaissance du statut même de l’adversaire, avec l’identification de ses valeurs et représentations – quand bien même elles sont opposées aux siennes – préserve l’espace de négociation et de liberté des parties prenantes. L’écoute, la médiation et la reconnaissance de l’autre sont ainsi des voies de réduction de la distance cognitive entre acteurs et permettent l’atténuation des formes non productives de la conflictualité. Il y a production d’un savoir-faire territorial partagé où les postures antagonistes convergent et s’hybrident, même a minima, dans une « communauté débattante » (Fourniau 2007) de circonstance.

48Dès lors, l’idée d’une acceptation sociale maximale autour des projets de développement territorial reste un objectif provisoire, sinon illusoire : les scènes locales se reconfigurent en permanence et provoquent d’autres motifs de tensions, voire de conflits, au fur et à mesure de la survenue de nouveaux acteurs et de nouveaux enjeux. Cette recherche suit donc une logique tangentielle, qui consiste à tendre vers une meilleure acceptation sociale tout en sachant que l’objectif reste un horizon théorique quasi inatteignable. Il s’agit cependant d’un moteur d’ordre moral, avec une finalité pratique : faire fonctionner les territoires par la compréhension et l’accompagnement des conflits. Ceci repose sur une analyse fine de la dimension sociale des aménagements, à la fois en matière de réseaux d’acteurs, de représentations sociales partagées, mais aussi de psychologie sociale, pour comprendre les freins à l’acceptation sociale et espérer l’atténuation des dimensions les plus négatives des rapports d’opposition dans les sociétés contemporaines.

Bibliographie

Axelrod Robert, 1983, « An evolutionary approach to norms », The American Political Science Review, vol. 80, no 4, p. 1095-1111.

Béal Vincent, Gauthier Mario, Pinson Gilles dir., 2011, Le développement durable changera-t-il la ville ? Le regard des sciences sociales, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne.

Bechmann Gotthard, 1988, Wieviel Akzeptanz braucht die Politik ? Fragestellung und Perspektiven der Akzeptanzforschung, no 9 de Barsinghäuser Bericht, Institut für Ökologische Zukunftsperspektiven, Barsinghausen, Zukunft.

Beck Ulrich, 2001, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier.

Berque Augustin, 2005, « La forclusion du travail médial », L’espace géographique vol. 34, no 1, p. 81-90.

— 1990, Médiance, de milieux en paysages, Paris, Belin/Reclus.

Bethemont Jacques dir., 2009, Les grands projets hydrauliques et leurs dérives, vol. 84, no 1-2 de Géocarrefour.

Blanc Nathalie, Bonin Sophie dir., 2008, Grands barrages et habitants. Les risques sociaux du développement, Paris, Fondation de la Maison des sciences de l’homme / Éditions Quae.

Blondiaux Loïc, Sintomer Yves, 2002, « L’impératif délibératif », Politix, vol. 15, no 57, p. 17-35.

Blumer Herbert, 1986 [1969], Symbolic Interactionism : Perspective and Method, Berkeley, University of California Press.

Bouthoul Gaston, 1976, Essais de polémologie, Denoël, Paris.

Boutinet Jean-Pierre, 2005 [1990], Anthropologie du projet, Paris, PUF (Quadrige).

Cadoret Anne, 2006, Conflits d’usage liés à l’environnement et réseaux sociaux : enjeux d’une gestion intégrée ? Le cas du littoral du Languedoc-Roussillon, thèse de géographie-aménagement, Université Paul Valéry – Montpellier III.

Callon Michel, Lascoumes Pierre, Barthe Yannick, 2001, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil.

Caron Armelle, Galman Marina, Aubry Christine, 2008, « Une lecture de la dynamique de pacification des conflits autour de la gestion du lac de Grand-Lieu en termes de stéréotypes de la persécution », chapitre VIII de Territoires de conflits, Analyse des mutations de l’occupation de l’espace, T. Kirat et A. Torre dir., Paris, L’Harmattan, p. 165-182.

Charlier Bruno, 1999, La défense de l’environnement : entre espace et territoire, géographie des conflits environnementaux déclenchés en France depuis 1974, thèse de doctorat, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Châtaigner Stéphane, Jobert Arthur, 2003, « Des éoliennes dans le terroir. Enquête sur “l’inacceptabilité” de projets de centrales éoliennes en Languedoc-Roussillon », Flux, no 54, p. 36-48.

Coser Lewis, 1982 [1965], Les fonctions du conflit social, Paris, Presses universitaires de France (Sociologies).

Crozier Michel, Friedberg Erhardt, 1977, L’acteur et le système. Les contraintes de l’action collective, Paris, Seuil.

Dayan Léo, Joyal André, Lardon Sylvie dir., 2011, L’ingénierie de territoire à l’épreuve du développement durable, Paris, L’Harmattan.

Depraz Samuel, 2005, « Le concept d’Akzeptanz et son utilité en géographie sociale. Exemple de l’acceptation locale des parcs nationaux allemands », L’espace géographique, vol. 34, no 1, p. 1-16.

Deshaies Michel, 2011, « Grands projets d’exploitation minière et stratégie des firmes pour se rendre environnementalement acceptables », L’espace politique, no 15 – 2011/3. En ligne : [http://espacepolitique.revues.org/index2117.html] (consulté le 28 mai 2014).

Dupuy Claire, Halpern Charlotte, 2009, « Les politiques publiques face à leurs protestataires », Revue française de science politique, vol. 59, no 4, p. 701-722.

Dziedzicki Jean-Marie, 2001, Gestion des conflits d’aménagement de l’espace : quelle place pour les processus de médiation ?, thèse de doctorat, Université de Tours.

Enjolras Bernard, 2005, « Économie sociale et solidaire et régimes de gouvernance », RECMA / Revue internationale de l’économie solidaire, no 296, p. 56-69.

Foucault Michel, 2001a [1982], « Space, knowledge and power (Espace, savoir et pouvoir) », texte no 310 de Dits et écrits vol. II, Defert Daniel, Ewald François dir., Paris, Gallimard (Quarto), p. 1089-1104.

— 2001b [1977], « L’œil du pouvoir », texte no 195 de Dits et écrits vol. II, Defert Daniel, Ewald François dir., Paris, Gallimard (Quarto), p. 190-206.

Fourniau Jean-Michel, 2007, « L’expérience démocratique des “citoyens en tant que riverains” dans les conflits d’aménagement », Revue européenne des sciences sociales, tome XLV, no 136, p. 149-179. En ligne : [http://ress.revues.org/95] (consulté le 10 mars 2015).

Freund Julien, 1983, Sociologie du conflit, Paris, Presses universitaires de France.

Girard René, 1982, Le bouc émissaire, Paris, Grasset.

Goffman Erwing, 1973, La mise en scène de la vie quotidienne, vol. 2 : « Les relations publiques », Paris, Minuit.

Hall Peter, 1993, « Policy paradigms, social Learning, and the State. The case of economic policymaking in Britain », Comparative Politics, vol. 25, no 3, p. 275-296.

Hirschman Albert, 2011, Exit, voice, loyalty. Défection et prise de parole, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Honneth Axel, 2000, La lutte pour la reconnaissance, Paris, Éditions du Cerf.

Jeannaux Philippe, 2006, Les conflits d’usage dans les espaces périurbains et ruraux français. Une approche par l’analyse économique de la décision publique, thèse de sciences économiques, Université de Bourgogne.

Kaufmann Jean-Claude, 2001, Ego : pour une sociologie de l’individu, Paris, Nathan.

Kirat Thierry, Torre André, Aubin David, Aubry Christine, 2008, Territoires de conflits. Analyses des mutations de l’occupation de l’espace, Paris, L’Harmattan.

Kovách Imre, Kučerová Eva, 2006, « The project class in Central Europe : The Czech and Hungarian cases », Sociologia Ruralis, vol. 46, no 1, p. 3-21.

Laslaz Lionel, 2011, « Produisons du conflit, il restera toujours de l’acceptation. Tensions et concertations autour des Parcs nationaux alpins français », Bulletin de l’Association de géographes français, vol. 88, no 4, p. 387-402.

Laslaz Lionel, Gauchon Christophe, Duval-Massaloux Mélanie, Heritier Stéphane, 2010, Espaces protégés, acceptation sociale et conflits environnementaux, no 10 de Cahiers de Géographie, Chambéry, Edytem / Université de Savoie.

Latour Bruno, 1995, La science en action. Introduction à la sociologie des sciences, Paris, Gallimard.

Latour Bruno dir., 1992, Ces réseaux que la raison ignore, Paris, L’Harmattan.

Lecourt Arnaud, 2003, Les conflits d’aménagement : analyse théorique et pratique à partir du cas breton, thèse de doctorat, Université de Tours.

Leitner Helga, Sheppard Eric, Sziarto Kristin, 2008, « The spatialities of contentious politics », Transactions of the Institute of British Geographers, vol. 33, no 2, p. 157-172.

Lolive Jacques, 1999, « Les politiques à “boîte noire” sont-elles négociables ? Éléments d’analyse du conflit du TGV Méditerranée », Espaces et sociétés, no 97-98, 1999/2, p. 41-62.

Lucke Doris, 1995, Akzeptanz. Legitimität in der “Abstimmungsgesellschaft”, Opladen, Leske + Budrich.

Lucke Doris, Hasse Michael dir., 1998, Annahme verweigert : Beiträge zur soziologischen Akzeptanzforschung, Opladen, Leske + Budrich

Lyrette Étienne, Simard Jean-Guillaume, 2006, « L’action collective et la perception des acteurs face à la mise en place d’équipements énergétiques : les cas de Gentilly-2 et de la centrale de cogénération de Bécancour », Vertigo, vol. 7, no 1. En ligne : [http://vertigo.revues.org/2064] (consulté le 29 mai 2014).

Macedo Stephen dir., 1999, Deliberative Politics : Essays on Democracy and Disagreement, Oxford, Oxford University Press.

Masson-Maret Hélène, Vairetto André, 2014, Patrimoine naturel de la montagne : concilier protection et développement, Rapport d’information no 384 au Sénat, Paris. En ligne : [http://www.senat.fr/rap/r13-384/r13-3841.pdf] (consulté le 13 juin 2014).

Mayntz Renate, Scharpf Fritz W., 2001, « L’institutionnalisme centré sur les acteurs », Politix, vol. 14, no 55, p. 95-123. En ligne : [http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/polix_0295-2319_2001_num_14_55_1174] (consulté le 9 avril 2014).

Melé Patrice, Larue Corinne, Rosemberg Murielle dir., 2003, Conflits et territoires, Tours, Presses universitaires François-Rabelais.

Mermet Laurent, 1998, « Place et conduite de la négociation dans les processus de décision complexes : l’exemple d’un conflit d’environnement », La négociation, situations et problématiques, Faure Guy Olivier, Mermet Laurent, Touzard Hubert dir., Paris, Nathan, p. 139-172.

Nicholls Walter, Miller Byron dir., 2013, Spaces of contention : spatialities and social movements, Burlington, Ashgate publishing.

Pinson Gilles, 2009, Gouverner la ville par projet. Urbanisme et gouvernance des villes européennes, Paris, Presses de Sciences Po.

Pistre Pierre, 2010, « Mobilisation dans les campagnes toulousaines : conflit d’aménagement et tensions locales », Espaces et sociétés, no 143, p. 151-169.

Piveteau Vincent, 2011, « L’ingénierie territoriale, défi pour la gouvernance », Pour, no 209, p. 159-164.

Pham Hai Vu, Torre André, 2012, « La décision publique à l’épreuve des conflits. Un cadre d’analyse des processus décisionnels au regard de l’expression des oppositions », Revue d’économie industrielle, no 138, p. 93-126.

Raffestin Claude, 1980, Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litec.

Rancière Jacques, 2004, Aux bords du politique [1998], Paris, Gallimard (Folio Essais).

— 1995, La mésentente. Politique et esthétique, Paris, Galilée.

Rosanvallon Pierre, 2006, La contre-démocratie. La politique à l’heure de la défiance, Paris, Seuil.

Sack Robert David, 1986, Human territoriality, Its theory and history, Cambridge, Cambridge University Press.

Simmel Georg, 1995, Le conflit [1908], Paris, Circé.

Slater Tom, 2011, « Gentrification of the city », chapitre 50 de The New Blackwell Companion to the City, Bridge Gary, Watson Sophie, Londres, Blackwell Publishing, p. 571-585.

Smith Neil, 1996, The New Urban Frontier : Gentrification and the Revanchist City, New York, Routledge.

Swyngedouw Erik, 2011, « Interrogating post-democracy : reclaiming egalitarian political spaces », Political Geography, no 30, p. 370-380.

Tilly Charles, Tarrow Sidney, 2008, Politique(s) du conflit. De la grève à la révolution, Paris, Presses de Sciences Po (Références).

Torre André, Beuret Jean-Eudes, 2012, Proximités territoriales, Construire la gouvernance des territoires, entre conventions, conflits et concertations, Paris, Economica (Anthropos).

Torre André, Melot Romain, Bossuet Luc, Cadoret Anne, Caron Armelle, Darly Ségolène, Jeanneaux Philippe, Kirat Thierry, Pham Haï Vu, 2010, « Comment évaluer et mesurer la conflictualité liée aux usages de l’espace ? Éléments de méthode et de repérage », Vertigo, vol. 10, no 1. En ligne : [http://vertigo.revues.org/9590 ; DOI : 10.4000/vertigo.9590] (consulté le 27 mai 2014)

Torre André, Aznar Olivier, Bonin Muriel, Caron Armelle, Chia Eduardo, Galman Marina, Lefranc Christine, Melot Romain, Guérin Marc, Jeanneaux Philippe, Paoli Jean-Christophe, Salazar Maria Isabel, Thinon Pascal, Kirat Thierry, 2006, « Conflits et tensions autour des usages de l’espace dans les territoires ruraux et périurbains. Le cas de six zones géographiques françaises », Revue d’économie régionale et urbaine, no 3/2006, p. 415-453. En ligne : [http://www.cairn.info/revue-d-economie-regionale-et-urbaine-2006-3-page-415.htm] (consulté le 27 avril 2015).

Torre André, Rallet Alain, 2004, « Proximité et localisation », Économie rurale, vol. 39, no 280, p. 25-41.

Wüstenhagen Rolf, Wolsink Maarten, Bürer Mary Jean, 2007, « Social acceptance of renewable energy innovation : an introduction to the concept », Energy Policy, no 35/2007, p. 2683-2691.

Young Iris Marion, 2000, Inclusion and Democracy, Oxford, Oxford University Press.

Notes

1 L’ouvrage n’aborde pas directement, à ce titre, les théories du développement régional ou les modèles du développement urbain, mais se concentre plus concrètement sur les logiques de projet qui en découlent en matière d’aménagement. On retrouvera cependant, selon les chapitres, une mise en perspective des projets d’aménagement au filtre des nouveaux paradigmes du développement des territoires, notamment ceux de la durabilité, de la transition énergétique ou de la métropolisation.

2 En témoigne par exemple la démarche entamée depuis 2012 par l’atelier « Développement durable et acceptabilité sociale » du Groupement d’intérêt scientifique Recherche-Habitat-Logement et du réseau Approches critiques du développement durable – AC/DD, piloté par la Maison des sciences de l’homme Paris Nord, l’université Paris 8 et l’École nationale d’architecture Paris-Val de Seine.

3 Voir également, pour cette distinction entre tensions et conflits, le résumé d’André Torre (Torre et al., 2010) et l’analyse globale de la variété des manifestations de la conflictualité chez Charles Tilly et Sidney Tarrow (2008).

4 « Sozialverträglichkeit ist die Eigenschaft einer Innovation, sich funktional in eine bestehende Sozialstruktur einpflanzen zu lassen (evolutionärer Wandel) oder reine gegebene Sozialstruktur so verändern zu können, dass sie funktional in die neue Sozialstruktur passt (revolutionärer Wandel). Der methodologische Grundunterschied liegt im subjektiven Ansatz bei der Akzeptanz und im objektiven Ansatz bei der Sozialverträglichkeit. » Endruweit Günter, Trommsdorf Gisela, Burzan Nicole dir., 2014, Wörterbuch der Soziologie, 3e édition, Constance / Munich, UVK, p. 15 (traduction de l’auteur).

5 Le contexte d’incertitude qui caractérise la société contemporaine, complexe et hautement technicisée, avec la survenue de catastrophes technologiques qui ont mis fin à tout a priori optimiste envers la modernité et le progrès matériel, contribue également beaucoup à cette défiance, comme le rappelle Ulrich Beck (2001).

6 On pense en particulier aux stratégies de communication sur les projets à l’intention du grand public, qui font la part belle à l’esquisse d’urbanisme et à l’image, vecteur puissant d’impressions positives.

7 La notion de « régime de gouvernance » est ici empruntée aux travaux de Bernard Enjolras et désigne à la fois l’ensemble des acteurs impliqués dans la réalisation des projets de développement, mais aussi les instruments (normatifs, informatifs et incitatifs) employés à cette fin ainsi que les modes d’interaction et de coordination privilégiés par la conduite de projet (Enjolras 2005).

8 On peut renvoyer, au-delà du propos de cet ouvrage, aux travaux liés au développement local, dans lequel on a pu identifier le rôle clef de cette médiation territoriale à travers l’émergence d’une « ingénierie territoriale » (Dayan et al. 2011 ; Piveteau 2011), ou d’une « classe de projet » (Kovách et Kučerová 2006), à savoir un réseau d’acteurs constitué à partir des projets de développement territorial et qui crée le liant nécessaire entre la décision politique et la réception sociale par des processus d’interprétation, d’adaptation et d’innovation entre cadres formels et attendus sociaux. On consultera avec profit les travaux du programme d’étude ALDETEC (Action locale et développement territorial en Europe centrale) pour identifier la formation de ces réseaux de médiation territoriale – en ligne : [http://recherche.univ-montp3.fr/artdev/aldetec/] (consulté le 24 juin 2014).

9 On n’oublie cependant pas que la théorie du bouc émissaire, inspirée des travaux de René Girard (1982), peut constituer une forme paroxystique de résolution des conflits, l’acceptation sociale se faisant au prix du sacrifice symbolique d’un des acteurs, comme Armelle Caron l’a étudié dans le cas du lac de Grand-Lieu (Caron et al. 2008).

10 L’ouvrage d’Hirschman a popularisé une lecture ternaire des réactions des consommateurs en cas d’insatisfaction face à un produit, entre loyauté envers le produit (loyalty), protestation à l’encontre du producteur (voice) et abandon pur et simple de la marque (exit). Cette analyse, transférée dans le champ du projet d’aménagement, permet de rappeler que, dans deux des trois situations d’Hirschman, le mécontentement est non reconnu : soit on s’accommode de la situation en n’exprimant pas ses rancœurs (loyalty), soit l’on quitte purement et simplement le territoire du projet (exit). La conflictualité peut donc produire des situations résolutoires de non-acceptation sociale et d’inégalités entre parties prenantes, avec tensions latentes. Seule la troisième voie (voice) permet, par l’expression du mécontentement, la possibilité d’une reconnaissance mutuelle et d’un rééquilibrage entre parties prenantes.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Les principaux champs d’analyse des facteurs subjectifs de l’acceptation sociale
Légende Un partage conceptuel entre approches disciplinaires.
Crédits Conception Samuel Depraz, 2015.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5649/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 311k

Auteur

Maître de conférences en géographie-aménagement, université Jean Moulin - Lyon 3 (université de Lyon), laboratoire Environnement, ville, société (EVS, UMR 5600 du CNRS)

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540