Version classiqueVersion mobile

Arguments minimalistes

 | 
Alain Rouveret

Chapitre VIII

Phases

Texte intégral

1Les grammaires chomskyennes ont très tôt intégré l’idée que l’application des opérations syntaxiques et interprétatives ne peut invoquer la totalité de l’espace syntaxique disponible (correspondant à une proposition complexe, par exemple), mais doit être limitée à des portions de la structure syntagmatique définies pour chaque processus grammatical particulier. L’observation que les langues naturelles ont un fonctionnement par domaines a donné lieu à la définition de contraintes de localité, principes généraux qui restreignent l’application de certains processus grammaticaux ou interprétatifs à un domaine syntaxique spécifique (sur la notion de domaine, voir Milner 1989, p. 461 et suiv.).

2Les recherches menées dans les années soixante-dix et quatre-vingt dans le sillage de Current Issues in Linguistic Theory (1964), de ATS (1965), de la thèse de John Robert Ross (1967) et de CoT (1973) ont défini deux concepts distincts de localité. Un premier ensemble de contraintes peut être formulé en termes de barrières, de nœuds-bornes, délimitant des domaines aux frontières infranchissables depuis l’intérieur et impénétrables depuis l’extérieur. Un deuxième ensemble est fondé sur la notion d’intervention, l’idée étant qu’un élément donné se déplaçant vers une position donnée ne peut croiser, dans son parcours, un élément ou une position d’un certain type. C’est dans Barriers que cette dualité est mise en lumière pour la première fois, sous la forme de deux constructions théoriques indépendantes, la théorie des barrières et la Condition de minimalité (voir VII.4.2 et VII.4.3).

3Depuis l’avènement du Programme Minimaliste dans la première moitié des années quatre-vingt-dix, plusieurs des conditions qui définissaient la théorie de la localité dans les modèles antérieurs ont été réévaluées ou reformulées, l’objectif étant de les dériver de considérations minimalistes. Une théorie minimaliste de la localité doit bien sûr veiller à ne recourir qu’à des conditions qui représentent des solutions optimales à la lisibilité des interfaces ou contribuent à l’efficacité computationnelle. On est en droit de supposer que c’est en particulier le fait d’alléger la charge computationnelle qui rend les principes de localité conceptuellement nécessaires.

4Il reste qu’à ce stade de la recherche, les effets de localité ne semblent pas pouvoir être dérivés d’une source unique. Il est nécessaire d’opérer une distinction entre deux concepts généraux, la localité fondée sur une notion générale de frontière infranchissable et la localité d’intervention. Même s’il est incontestable que des redondances existent entre eux, leur unification paraît aujourd’hui hors de portée. La théorie minimaliste doit donc se contenter d’enregistrer ce résultat hérité des recherches antérieures, en tentant de l’intégrer au dispositif de façon optimale.

5Ce chapitre et le suivant explorent donc plus en détail la forme particulière qui est donnée dans l’approche minimaliste à ces deux concepts de localité. Seront ainsi discutées :
(i) la théorie des phases (et la Condition d’impénétrabilité des phases), fondée sur l’idée que les dérivations procèdent en construisant, en interprétant et en réalisant successivement des fragments de structure appelés phases, que le transfert aux interfaces sémantique et phonologique intervient plusieurs fois dans la dérivation des phrases complexes et aussi dans celle des phrases simples et que les fragments de structure ainsi transmis cessent d’être accessibles aux opérations syntaxiques ultérieures ;
(ii) la Condition du lien minimal, qui est construite comme une condition sur l’accessibilité des traits aux relations de vérification ou de valuation et repose sur l’idée que l’élément le plus proche est aussi le seul accessible aux opérations.

6Au cours de la discussion, on s’attachera à déterminer si la théorie minimaliste de la localité, fondée sur (i) et (ii), ouvre la voie à des avancées substantielles dans la solution des questions restées en suspens.

1. Trois arguments pour l’existence des phases

7Le concept de phase fournit un équivalent minimaliste de la notion de cycle et intervient directement dans la formulation du principe qui subsume les effets de la Condition de cyclicité stricte et ceux de la Condition de sous-jacence : la Condition d’impénétrabilité des phases. La théorie résultante code la généralisation que certains domaines définissent des frontières infranchissables depuis l’intérieur et impénétrables depuis l’extérieur. Mais son rôle dans le dispositif ne se réduit pas à définir une théorie de la localité, c’est-à-dire à caractériser l’espace syntaxique dans lequel la dérivation peut cibler les objets pouvant participer à une opération. Les phases définissent bien des unités dérivationnelles, comme les cycles dans les modèles précédents. Mais elles correspondent aussi à des sous-sélections lexicales pouvant être placées dans la mémoire active et à des unités de transfert pour l’interprétation sémantique et la réalisation phonologique.

8Quels arguments sont avancés par Chomsky en faveur d’un dispositif de ce type ? Le premier concerne l’efficacité computationnelle. Dans MI (c’est-à-dire avant que Move ne soit caractérisé comme une simple instance de Merge), Chomsky pose la question générale suivante : si leur coût respectif détermine le choix des opérations, pourquoi le mouvement a‑t-il lieu dans certaines structures, alors que l’opération d’accord moins coûteuse devrait suffire ? Une partie de la réponse réside dans le principe (1) – voir aussi (7) et (8), chapitre VII –, qui restreint le premier merger des arguments aux positions non θ (et limite indirectement leurs déplacements à des positions θ).

(1) Le premier site d’insertion (First Merge) des arguments, et seulement celui des arguments, est une position θ.

9Move est la seule option dans les situations où un trait [EPP] impose le déplacement d’un argument depuis une position θ. En effet, l’insertion directe par Merge de l’argument dans le site d’arrivée est exclue par (1). Dans ce cas au moins, la nécessité du mouvement ne peut être contestée. Mais les explétifs existent et, par définition, ne sont pas soumis à (1). La question se pose donc de savoir pourquoi le déplacement n’est pas systématiquement bloqué par l’insertion directe d’un explétif dans la position de sujet grammatical. Le problème disparaît de lui-même si l’échantillon lexical pertinent ne contient pas d’explétif. Or Move peut opérer dans une proposition subordonnée alors même qu’un explétif est présent dans l’échantillon lexical. Aux exemples discutés en II.4.3, on peut adjoindre les énoncés (2) et (3), où la disponibilité du il explétif devrait bloquer le déplacement de PRO dans la subordonnée.

(2) Il est amusant [α PRO de [t jouer aux échecs]].
(3) Il est l’heure [α PRO de [partir t]].

10La solution proposée par Chomsky dans MI consiste à introduire les notions de lexical subarray (sous-sélection lexicale) et de phase dans le dispositif (mais on doit se souvenir que l’unification postérieure de Merge et de Move dans BEA affaiblit fortement l’argument en faveur des sous-sélections lexicales fondé sur les constructions explétives).

Supposons qu’on sélectionne LA comme précédemment […]. Supposons aussi qu’à chaque étape de la dérivation, un sous-ensemble LAi soit extrait, placé dans la mémoire active (c’est-à-dire dans l’espace de travail), et soumis à la procédure L. Quand LAi est épuisé, la computation se poursuit quand c’est possible ; ou elle peut revenir à LA, extraire LAj et procéder comme précédemment. […] La complexité opératoire est en un sens réduite, chaque étape de la dérivation n’ayant accès qu’à une partie de LA. Si la sous-sélection dans la mémoire active ne contient pas d’explétif, alors Move peut opérer à l’étape correspondante ; si elle en contient un, l’insertion (Merge) de l’explétif préempte Move. (MI, p. 106)

11En bref, la question du choix entre Merge et Move ne se pose que si la sous-sélection pertinente contient à la fois un explétif et un DP susceptible de se déplacer. Dans le cas contraire, la préférence de Merge sur Move ne joue pas. C’est donc le même argument conceptuel, celui de la complexité opératoire et du coût computationnel, qui exclut que CHL ait un accès continu, non restreint, au Lexique et conduit à l’introduction de la notion d’échantillon lexical (LA) et qui impose que CHL ait un accès cyclique à l’échantillon lexical et conduit à l’introduction de la notion de phase. L’idée est de partitionner l’échantillon lexical lui-même, de façon à ce que CHL ait accès à une seule sous-sélection à la fois et effectue à partir de cette sous-sélection toutes les opérations possibles, sans avoir à faire référence aux autres sous-sélections. Chomsky réfère sous l’étiquette de « phase » à chacun des sous-ensembles résultant de la partition, ainsi qu’à l’ensemble des opérations effectuées sur ce sous-ensemble et à l’objet syntaxique résultant. C’est cette notion qui intervient dans la solution du problème posé par la concurrence entre Merge et Move, développée en II.4.3. La computation à l’intérieur de chaque phase peut procéder en parallèle avec celle des autres phases, chacune créant un objet syntaxique nouveau. On peut dire que « CHL construit des objets syntaxiques en parallèle » (MI, p. 110). Ainsi dans l’exemple (4) :

(4) La démonstration que les glaciers reculent indique que le réchauffement global est un phénomène préoccupant.

12les phases pré-finales de la dérivation sont les objets syntaxiques P1, P2, P3 en (5) :

(5) a. P1 = [CP que le réchauffement global est un phénomène préoccupant]
  b. P2 = [CP que les glaciers reculent]
  c. P3 = [v*P [la démonstration P2 [indique P1]]]
  • 1 Sur ce scénario, voir MI, p. 110, et les éclaircissements d’Atkinson (2007).

13P1 et P2 ne sont pas ordonnés l’un par rapport à l’autre. Par contre, P3 doit être ordonné par rapport à P1 et à P2, une hypothèse nécessaire parce que P1 et P2 doivent être intégrés à P3. Il est utile de préciser comment exactement est réalisée l’intégration des objets syntaxiques pertinents quand une phase définit un constituant d’une autre phase. Pour que Merge puisse opérer de façon à produire la démonstration que les glaciers reculent, la partition qu’évoque Chomsky doit être effectuée en plusieurs fois. On doit d’abord sélectionner le sous-ensemble {que, T, les, glaciers, reculent} ; CHL opère sur ce sous-ensemble, produisant P2. Ce n’est qu’ensuite qu’on considère l’ensemble {la, démonstration, P2}. Si P2 n’était pas disponible à ce point, Merge ne pourrait opérer pour produire la démonstration que les glaciers reculent. Parallèlement, l’introduction du sous-ensemble {que, T, le, réchauffement, global, est, un, phénomène, préoccupant} permet de construire l’objet syntaxique P1, combiné ensuite par Merge avec {indique}. La combinaison du v*P résultant avec l’objet [la démonstration P2] permet à la dérivation de produire P4, qui est un v*P.1 L’énoncé (4) résulte du merger de T avec P3 et de l’application des opérations d’accord et de mouvement nécessaires à la vérification des divers traits ininterprétables.

14La seconde raison justifiant l’intégration des phases au dispositif est anticipée dans une note de C&T (note 50, p. 385) et concerne la lisibilité des interfaces. FI impose que les objets présentés aux systèmes d’interface soient pleinement lisibles par ces systèmes – cela concerne à la fois leurs traits et la façon dont ces traits sont combinés. Les traits ininterprétables à un niveau d’interface donné doivent avoir été supprimés avant que la dérivation ait atteint ce niveau, condition nécessaire pour éviter un échec dérivationnel. Mais certains traits non interprétables en LF ont un réflexe morphologique en PF. C’est le cas, par exemple, des traits φ de T ou, dans les langues à cas morphologiques, du Cas sur les DP. Cela fait problème si la relation de vérification impliquant les traits concernés a lieu dans la syntaxe explicite : le trait ininterprétable est vérifié et effacé avant Spell-Out, ce qui rend inexplicable le fait que sa matrice de traits phonétiques soit préservée. Si d’autre part, la vérification intervient après Spell-Out, tout indique que les traits non interprétables pourront atteindre les interfaces, déclenchant un échec dérivationnel. Pour résoudre la difficulté, Chomsky propose que Spell-Out soit cyclique. Les traits ininterprétables valués par Agree doivent être effacés (deleted) dans le cycle où ils sont valués, car, par la suite, la distinction entre traits ininterprétables valués et traits interprétables est perdue. Mais ils ne sont détruits (erased) qu’après avoir été envoyés au composant d’épellation – au niveau de chaque phase. La distinction entre traits valués et traits non valués joue un rôle important dans l’argumentation, puisqu’elle permet d’éviter une « anticipation » (look ahead), suspecte d’un point de vue minimaliste. On sait à tout moment de la dérivation si un trait a été valué ou ne l’a pas été. En même temps, le fait qu’il existe une relation biunivoque entre la valuation et l’interprétabilité permet de ne pas perdre de vue cette seconde dimension. C’est cette corrélation qui permet en définitive à Spell-Out de cibler les traits appropriés. Il existe en effet une dépendance étroite entre la vérification de traits et Spell-Out, soulignée par Chomsky dans MI (p. 131) et dans DbP (p. 5). Sa proposition est que Spell-Out doit opérer aux points où la valuation intervient (aux points où la distinction valué / non valué est encore accessible), c’est-à-dire de façon cyclique, puisque la valuation opère cycliquement.

15Or aux yeux de Chomsky, c’est à nouveau la notion de phase qui fournit la notion de cyclicité pertinente. Bien qu’il n’y ait pas de connexion logiquement nécessaire entre l’idée que certains constituants définissent des phases dérivationnelles et l’idée que l’épellation est cyclique, l’hypothèse de travail avancée par Chomsky est que les domaines définissant des inputs appropriés pour l’opération Spell-Out sont les phases. Rappelons encore une fois que cette hypothèse est avancée pour résoudre un problème clairement identifié, mais non résolu de façon satisfaisante, dans la version du modèle développée dans C&T : le fait que les traits ininterprétables supposés avoir été effacés aient parfois un réflexe phonologique explicite. Le point de vue de Chomsky est que la présence en PF d’une morphologie reliée à un trait donné constitue un indice solide de la présence à ce niveau du trait correspondant. Ce trait n’a donc pas été effacé, une situation qui pose problème à l’hypothèse du Spell-Out unique. La proposition de Chomsky est que les opérations s’appliquent cycliquement selon un ordre déterminé : accord/mouvement, effacement de trait, interprétation phonétique (Spell-Out), destruction de trait. Les opérations de nature phonologique peuvent donc dépendre de l’application préalable de certaines opérations syntaxiques et en même temps précéder d’autres opérations syntaxiques – voir plus bas l’analyse des exemples (6) et (7).

  • 2 L’hypothèse du cycle unique a déjà été évoquée en II.6.1.

16Le troisième argument en faveur de la dérivation phasale est contenu dans les deux premiers. Le Spell-Out cyclique permet d’éliminer une redondance dans le dispositif grammatical. Les versions précédentes du modèle, y compris, dans une certaine mesure, celle qui est développée dans C&T, distinguaient trois cycles dérivationnels : les opérations de la syntaxe explicite en définissaient un ; celles de la syntaxe silencieuse également – on peut le désigner sous l’étiquette de « cycle LF » ; les opérations du composant phonologique (dans la mesure où ces opérations sont également cycliques) aussi, le « cycle PF ». Un tel dispositif reposait crucialement sur l’existence de niveaux de représentation internes que l’approche minimaliste cherche à éliminer. Dans l’approche fondée sur le Spell-Out cyclique, il n’y a plus de distinction entre deux cycles syntaxiques indépendants explicite et silencieux (overt/covert) ; il n’y a qu’un seul cycle syntaxique correspondant à la syntaxe étroite. Le cycle phonologique n’est pas un troisième cycle indépendant, mais procède essentiellement en parallèle avec l’autre (voir DbP, p. 5). Toutes les opérations sont cycliques.2 Des opérations ayant des effets phonétiques peuvent en particulier se trouver intercalées parmi les opérations de la syntaxe étroite.

17Or c’est exactement à cette conclusion qu’était parvenue Bresnan (1971) dans un article célèbre. Bresnan démontre que parmi les règles phonologiques, celle qui confère une proéminence accentuelle à la tête d’une projection syntagmatique, la Nuclear Stress Rule (NSR) de Chomsky et Halle (1968), doit s’appliquer, dans chaque domaine cyclique, après les opérations transformationnelles (Bresnan 1971, p. 259). Cette hypothèse est nécessaire pour accommoder la différence d’intonation qui signale les deux interprétations de (6a), où les caractères en gras désignent l’élément qui reçoit l’accent :

(6) a. John has plans to leave.
  b John has plans to leave.
    « John a des plans à déposer. »
  c John has plans to leave.
    « John a le projet de partir. »
(7) John asked what books Helen had written.
  « John a demandé quels livres Helen avait écrits. »
  • 3 Bresnan adopte l’analyse par montée des relatives développée par Vergnaud (1974).

18L’interprétation de (6b) est que John détient des plans qu’il doit déposer, celle de (6c) que John planifie son départ. Cette différence interprétative s’adosse à une différence dans les structures syntaxiques associées. Le contraste dans les profils intonationnels confirme que l’intonation est elle-même directement conditionnée par la structure syntaxique. En (6b), il y a un point de la dérivation où plans occupe la position objet direct de leave, définissant ainsi une cible appropriée pour la NSR dans le cycle CP correspondant à la relative infinitivale. Il est accentuellement marqué dans cette position et conserve ce marquage quand, au cycle suivant, il monte dans la position tête de la relative infinitivale.3 En (6c), leave ne quitte pas son cycle CP d’origine. Il définit le prédicat de la proposition infinitive complément de plans, ce qui en fait le syntagme le plus profondément enchâssé dans son domaine et le qualifie comme cible pour la NSR. La conséquence que tire Bresnan est que la NSR fait partie du cycle transformationnel lui-même et ne relève pas d’un cycle phonologique séparé. L’exemple (7) appuie la même conclusion. L’expression interrogative qui a été déplacée à la périphérie de sa proposition se comporte, pour les besoins de l’accentuation, comme si elle occupait sa position d’origine, recevant l’accent qui est normalement assigné à un élément en position finale de proposition. Le verbe, quant à lui, qui, linéairement, définit l’élément final de la phrase, ne reçoit aucun accent. Bresnan suggère que l’accent de phrase est en réalité assigné lorsque l’expression interrogative se trouve in situ, dans la position objet, avant sa montée dans le spécifieur de CP. Elle conclut que, dans la dérivation correspondante, une règle phonologique, la NSR, est suivie par une opération syntaxique de mouvement.

19Chomsky fait référence à Bresnan (1971) et à Uriagereka (1999b) pour l’hypothèse du Spell-Out cyclique et du cycle unique (MI, note 99). Mais, à ses yeux, l’argument qui soutient cette hypothèse est aussi et surtout de nature conceptuelle. Il s’agit de lier tous les processus syntaxiques au concept de phase, plus précisément de localiser exclusivement la cause de ces processus dans les têtes de phase elles-mêmes.

Cette architecture computationnelle, si elle peut être maintenue, semble être aussi parfaite que possible. Les structures S et LF ne sont plus formulables comme des niveaux et donc disparaissent, tout comme la structure D, et les computations se réduisent à un cycle unique. Toutes les opérations devraient être guidées par l’élément distingué de la phase, la tête de phase C, v. (TF, p. 18)

20Le dispositif phasal s’écarte donc de façon significative du modèle en Y standard. À mesure que les fragments de structure sont assemblés, ils sont transmis par paquets, cycliquement, aux composants Σ et Φ, ce qui a pour effet de les rendre définitivement inaccessibles au système computationnel. On en arrive au schéma architectural proposé dans BEA, représenté en (19), chapitre II. Une caractéristique supplémentaire de ce dispositif doit être soulignée. Les fragments de structure correspondant à des phases complètes et achevées sont simultanément transmis, évalués et interprétés aux deux interfaces. L’utilisation du terme Transfer pointe vers cette conclusion : Spell-Out n’est qu’un cas particulier de Transfer et désigne le mapping d’un objet syntaxique sur PHON ; certains auteurs parlent d’Interpret pour désigner l’opération de mapping du même objet sur SEM.

21En résumé, dans la théorie des phases, l’accès de CHL à l’échantillon lexical est cyclique, l’accès de CHL aux interfaces l’est aussi. Il est clair que la charge supportée par le système computationnel se trouve considérablement réduite par l’hypothèse du transfert cyclique aux interfaces. L’objectif est toujours d’assimiler la théorie de la grammaire à une computation pleinement efficace et de rapprocher le langage d’un design optimal.

2. La théorie des phases

22Quels sont les objets syntaxiques qui se qualifient comme phases, c’est-à-dire à la fois comme unités pour la computation et comme unités pour le transfert ? Dans une perspective minimaliste, il serait souhaitable que ces entités correspondent à des objets syntaxiques naturels au regard des conditions d’interface, des objets cohérents et autonomes phonologiquement et sémantiquement. Dans MI, Chomsky propose la caractérisation suivante :

Du côté de la signification, le choix le plus simple et le mieux fondé est de considérer SO [l’objet syntaxique définissant une phase] comme étant la contrepartie syntaxique la plus proche d’une proposition : soit un groupe verbal dans lequel tous les rôles θ sont assignés, soit une proposition complète incluant le temps et la force [illocutoire]. Disons que ces objets sont propositionnels. Ce choix est confirmé quand on se tourne du côté du son, étant donné les propriétés mentionnées précédemment qui distinguent CP de TP et qui s’étendent à vP (antéposition, extraposition, pseudo-clivage, fragments de réponse,…). (MI, p. 106)

23Il est essentiel ici de faire référence aux conditions d’interface (voir BEA, p. 124). Ott (2009) observe que, comme les autres concepts minimalistes, la notion de phase doit être motivée par son caractère conceptuellement nécessaire. De fait, les phases peuvent être vues comme faisant partie intégrante des conditions que le système C-I impose aux objets syntaxiques qui lui sont présentés par Σ : « […] seuls les objets syntaxiques d’un certain type pourront entrer en relation d’interface avec la “pensée” » (Ott 2009, p. 259). Selon Chomsky, les objets en question sont les phases. D’où l’importance de les doter d’un statut sémantique clair. À (8a) et (8b) qui invoquent la propositionnalité, Ott propose d’adjoindre (8c), qui permet d’inclure les DP dans la liste des domaines-phases.

  • 4 Rappelons que v* note la tête des groupes verbaux agentifs dont le spécifieur abrite un argument ex (...)
(8) a. CP est une phase parce qu’il correspond à une représentation complète de la structure événementielle ;
  b. v*P est une phase parce qu’il correspond à une représentation complète de la structure argumentale ;4
  c. DP est une phase parce qu’il est référentiel.

24L’identification de ces projections comme des phases est plausible, étant donné la dualité de la sémantique et l’emploi référentiel des expressions nominales.

25Du point de vue phonologique, v*P et CP (et DP) sont relativement isolables. Chomsky précise que, pas plus qu’un TP fini, un VP inaccusatif ou passif ne constitue une phase :

[…] LAi contient une occurrence de C ou une occurrence de v, déterminant une proposition ou un groupe verbal – exactement une occurrence si la restriction est aussi stricte que possible. […] Appelons phase dans une dérivation l’Objet Syntaxique (SO) dérivé de cette façon par un choix de LA. Une phase est un CP ou un vP, mais pas un TP ou un groupe verbal ayant pour tête un H dépourvu de traits φ et donc ne participant pas à la vérification du Cas ou de l’accord : ni TP fini ni VP inaccusatif/passif ne constituent une phase. (MI, p. 106-107)

26Chomsky observe également que les propositions infinitives à contrôle, comme les propositions à temps fini, possèdent bien l’intégrité sémantique et prosodique requise, alors que les propositions infinitives à montée ne la possèdent pas. À l’appui de cette conclusion, il cite le contraste entre (9a) et (9b) découvert par Rizzi (1982) pour l’italien et qui paraît également observable en anglais et en français. Le statut phasal des domaines CP à temps fini ne peut être mis en doute, voir (9c) :

(9) a. C’est se coucher tous les soirs de bonne heure que Marcel préfère.
  b. *C’est se coucher tous les soirs de bonne heure que Marcel semble.
  c. C’est que Marcel se couche de bonne heure que sa mère souhaite par-dessus tout.

27En bref, le fonctionnement phasal est explicitement relié à l’insertion à un point de la dérivation de certaines catégories syntaxiques désignées, la tête v* du groupe verbal et la tête C de la proposition, qui qualifient le domaine correspondant, v*P et CP respectivement, comme propositionnel, ainsi que la tête D des expressions nominales référentielles. L’hypothèse est ici que l’insertion de v* ou de C (ou de D) crée un sous-domaine pour la computation et qu’une fois effectuées toutes les opérations pouvant opérer au niveau v*P ou CP (ou DP), l’objet syntaxique résultant est soumis à Spell-Out et peut être oublié par les computations ultérieures. Le principe suivant, qui équivaut à poser une condition de cyclicité forte sur les dérivations, explicite cette conception :

(10) La tête d’une phase est inerte après que la phase est achevée, ne déclenchant plus d’opération nouvelle. (MI, p. 107)

28En d’autres termes, une tête de phase ne peut déclencher Merge ou Attract dans une phase ultérieure. Une dérivation échoue au niveau phasal si toutes les exigences sélectionnelles qui doivent être satisfaites à ce niveau (exigence EPP de T et de v/C ; sélection de l’argument externe par v*) ne l’ont pas été.

  • 5 Chomsky propose dans OPh que les traits ininterprétables aient exclusivement leur origine dans les (...)
  • 6 Chomsky insiste à plusieurs reprises sur le fait que la relation spécifieur-tête n’est pas impliqué (...)
  • 7 C’est le cas des C intermédiaires dans les structures à déplacement long d’interrogatif, voir 5.1.
  • 8 OCC signifie « je dois être une occurrence d’un élément ß ».
  • 9 Dans ce qui suit, je conserverai l’abréviation EF et utiliserai l’expression « trait EF » malgré so (...)
  • 10 Pour des constructions illustrant cette situation, voir VI.4.

29Par définition, les têtes de phase portent des traits ininterprétables, des traits φ par exemple, fonctionnant comme sondes et déclenchant des opérations syntaxiques.5 Elles peuvent aussi être dotées d’un trait déclenchant un déplacement vers leur périphérie, leur marge. Le trait pertinent est un trait [EPP] quand sa présence est requise par les propriétés inhérentes de la tête qui le porte, en particulier quand seul le déplacement dans la périphérie du domaine phasal permet la vérification des traits de la tête. Le trait Q du C interrogatif, les traits de Cas et d’accord de v* déclenchent un mouvement « guidé par les traits ».6 Mais, contrairement aux autres têtes, les têtes de phase peuvent aussi porter un trait de type [EPP], quand sa présence n’est pas exigée par leurs propriétés inhérentes,7 mais contribue à la dérivation d’un objet à SEM exprimant des propriétés discursives ou des propriétés de portée qui ne peuvent l’être autrement. Ce trait assigné aux têtes de phase, qui n’est certainement pas l’invention la plus heureuse de Chomsky, a reçu des étiquettes diverses : il est appelé [EPP] dans MI (et est couplé avec un trait « périphérique » P), « trait [EPP] généralisé » dans DbP, « trait d’occurrence » (OCC) dans BEA,8 « trait de marge » (edge feature, EF) dans OPh.9 Lorsqu’un tel trait est présent, on a affaire à un « mouvement indirectement guidé par les traits », le trait de marge ne déclenchant pas un processus de vérification fondé sur une relation d’accord entre une sonde et une cible. C’est la situation illustrée par les structures à mouvement long d’interrogatif. Le C intermédiaire est doté d’un trait EF qui permet à l’interrogatif d’accéder à la phase supérieure – voir la discussion de (25) ci-dessous. Les têtes de phase ont un autre privilège que les autres têtes n’ont pas : elles admettent plusieurs spécifieurs.10

30Il est clair que les propriétés mentionnées dans le passage cité – statut de sonde, activité – sont corrélées. La tête de phase reste active aussi longtemps que la phase est en construction, c’est-à-dire aussi longtemps que ceux de ses traits qui peuvent l’être n’ont pas été vérifiés, processus qui suppose que la tête sonde systématiquement son domaine. Le cycle phasal s’achève lorsque la vérification des traits de la tête a été effectuée. Celle-ci devient alors inactive. Cela ne veut pas dire qu’une tête de phase devient invisible quand la construction de la phase est achevée : elle peut en effet être sélectionnée et éventuellement déplacée.

31Il est temps de préciser quelle est la structure interne des phases. Elle peut être schématisée comme suit :

(11) … X… [HP α H [YP… Y…]]…
  • 11 Il y a chez Chomsky un certain flottement dans l’emploi du terme edge, qui désigne tantôt la combin (...)

32H est la tête de la phase HP, avec H = {C, v}. La projection YP correspond au complément de la tête H : elle définit le domaine de la phase HP et correspond à l’objet syntaxique qui est le premier combiné avec la tête de phase, soit TP pour C et VP pour v. α correspond à tout le matériel lexical que Merge peut associer à {H, Y}, soit le spécifieur (ou les spécifieurs) de la tête H et les éléments adjoints à HP ; α définit la marge (edge) de la phase HP.11

33Une proposition simple contenant un verbe transitif se compose donc de deux phases, v*P et CP, et est construite en deux étapes. La première phase peut être schématisée comme en (12), où EA désigne l’argument externe, IA l’argument interne :

(12) [v*P EA v* [VP V IA]]
  • 12 Cette limitation à deux rappelle la formulation de la sous-jacence donnée dans CoT, selon laquelle (...)

34Mais si l’argument externe a son origine dans le spécifieur de v*P, conformément à (1), la première phase (v*P) ne peut être épelée avant que la construction de la seconde (CP) ait commencé. L’argument externe doit en effet se déplacer dans la position spécifieur de la catégorie T combinée avec v*P, pour satisfaire le trait [EPP] de cette dernière et vérifier ses traits φ, tout en éliminant son propre trait de Cas. Cela signifie que les deux phases doivent coexister un certain temps dans l’espace de travail. Le mouvement étant successif cyclique, il suffit que deux phases coexistent dans cet espace.12 On doit supposer qu’une portion au moins de la phase Ph1 est visible à la phase Ph2. La Condition d’impénétrabilité des phases énonce que les opérations du cycle Ph2 ne peuvent « regarder » dans la phase Ph1 plus bas que la tête H. H doit être visible pour la sélection et le mouvement de tête, ce qui laisse penser que son spécifieur l’est aussi.

(13) Condition d’impénétrabilité des phases (Phase Impenetrability Condition, PIC ; version de MI)
  Dans une phase HP ayant pour tête H, le domaine de H n’est pas accessible aux opérations externes à HP ; seules H et sa marge sont accessibles à de telles opérations. (MI, p. 108)

35En d’autres termes, le domaine d’une tête de phase, qui est le domaine de c-commande de cette tête, est impénétrable à une sonde externe c-commandant la phase. L’idée sous-jacente à la PIC est que les points de la dérivation auxquels une phase est complète définissent des étapes auxquelles une partie de l’objet syntaxique existant est transférée aux interfaces, interprétée et épelée. Plus précisément, le domaine d’une tête de phase, YP en (11), est simultanément transmis au composant phonologique pour être épelé et au composant sémantique pour être interprété quand la phase correspondante, HP en (11), est achevée. Quand le transfert a eu lieu, le domaine de la phase n’est plus accessible à aucune opération syntaxique. Dans le cas de (12), cela signifie que quand la phase v*P est achevée, au point où la tête T est insérée par Merge, le domaine VP complément de la tête de phase v* est transféré aux interfaces.

36Il faut bien sûr admettre que lorsque la dérivation atteint la phase la plus haute, tous les constituants inclus dans cette phase (la tête, son spécifieur, et pas seulement les objets qui constituent son domaine) sont transférés aux interfaces.

  • 13 Si l’on fait abstraction des effets liés à la Condition de sous-jacence, le Principe de cyclicité s (...)

37On voit que le mouvement successif cyclique est une conséquence nécessaire de la Condition d’impénétrabilité des phases, qui force les éléments déplacés à transiter par la marge des phases intermédiaires dans leur trajet vers leur site de réalisation final. En fait, la PIC impose à la computation syntaxique une forme de cyclicité encore plus forte que celle qu’imposait la Condition de cyclicité stricte dans les modèles antérieurs. Elle exclut en particulier que les objets syntaxiques, une fois générés, soient modifiés par des computations ultérieures.13 Le coût computationnel s’en trouve diminué d’autant.

38En résumé, les hypothèses définissant la théorie des phases sont les suivantes :

  • 14 L’hypothèse (14e) revient à exclure de la grammaire tout procédé de rétrospection qui permettrait d (...)
(14) a. Les phases sont cohérentes et indépendantes : du point de vue sémantique, elles sont propositionnelles ; du point de vue phonologique, elles sont isolables.
  b. Les phases définissent « les domaines dans lesquels les traits ininterprétables sont valués » (OPh, p. 20).
  c. Les têtes de phase peuvent recevoir un trait de type [EPP], déclenchant un déplacement vers leur marge.
  d. Le domaine des phases est transféré cycliquement aux systèmes d’interface. Le transfert a lieu à la complétion de chaque phase.
  e. Une fois le transfert opéré, le domaine de la phase est inaccessible à toute opération syntaxique.14

2.1. Difficultés

39La caractérisation de la phasalité donnée en (13) rencontre un certain nombre de difficultés. Plusieurs sont mentionnées dans l’article de Boeckx et Grohmann (2007), auquel je me permets de renvoyer.

40Les critères retenus pour la définition des phases ne donnent pas toujours les résultats souhaités. Chomsky avance que (i) les domaines définissant des phases sont phonologiquement isolables et que (ii) les autres constituants, en particulier le complément des têtes de phase, ne le sont pas. L’argument théorique est ici que les objets épelés d’un seul tenant en PF possèdent la propriété d’isolabilité. Pourtant, d’autres domaines que CP et v*P sont isolables, les PP par exemple. Bošković (2002) observe que les domaines TP sont également isolables dans la construction Right Node Raising (RNR).

(15) Je sais quand, mais je ne sais pas où Léa a rencontré Max.

41Certaines analyses posent qu’un déplacement est impliqué dans la dérivation des constructions RNR. Si c’est le cas, il faut admettre que, dans certaines conditions, le complément de certaines têtes de phase peut être déplacé. Le comportement de la structure C-TP contraste sur ce point avec celui des configurations D-NP et v-VP, dans lesquelles le complément ne semble pas pouvoir être extrait.

42On a souvent observé qu’il existait un porte-à-faux entre l’idée que les phases sont des objets isolables phonologiquement et l’hypothèse que le transfert aux interfaces est réglé par la PIC. Cette dernière pose en effet qu’une fois une phase achevée, c’est le domaine de la phase, et non la phase elle-même, qui est transféré aux interfaces et gelé syntaxiquement. En bref, les phases définissent des unités pour la computation, mais ce sont les domaines des têtes de phase qui définissent des unités pour le transfert. Une conséquence immédiate de cette conception est que le complément d’une part, la tête, le spécifieur et les adjoints d’autre part sont épelés à des moments différents de la dérivation. Dans le schéma (16), la tête H et le spécifieur α appartiennent à la phase suivante pour les besoins de Spell-Out.

(16) … [ZP… Z… [HP α H [YP… Y…]]]…

43En bref, le domaine d’une phase est bien caractérisé comme une unité isolable aux interfaces, mais la phase elle-même ne l’est pas.

44L’affirmation que les phases, et seulement elles, sont des objets sémantiquement propositionnels est elle aussi difficile à maintenir. On ne voit pas immédiatement pourquoi le complément infinitival d’un verbe à montée, qui est un TP (Jean semble [Jean avoir trouvé la solution]), serait moins propositionnel que le complément infinitival d’un verbe à contrôle, qui est un CP (Jean veut [PRO trouver la solution]). Le complément TP infinitival du verbe laisser est lui-même clairement propositionnel (Jean a laissé [Marie gagner le concours]), mais ne définit pas une phase. La même difficulté conceptuelle que précédemment réapparaît. Le transfert étant réglé par la PIC, ce qui est présenté à l’interface sémantique, le complément de la tête de phase, n’est pas un objet propositionnel complet, mais une sous-partie de cet objet.

  • 15 À ma connaissance, Atkinson (2001) est le premier à avoir soulevé cette difficulté. Boeckx et Grohm (...)

45Au-delà des objections qui ont été levées à leur encontre, la question essentielle que posent les phases, dans la caractérisation qu’en donne Chomsky, concerne le cumul de deux propriétés apparemment sans relation : d’une part, elles définissent des ensembles contraints de choix lexicaux ; d’autre part, elles marquent des points de discontinuité, des ponctuations dans les dérivations, déclenchant à leur complétion le processus de transfert. Existe-t-il des raisons sérieuses d’établir une correspondance entre ces deux propriétés ?15 Une question corrélée à la précédente est celle de la coïncidence supposée des domaines définissant des unités interprétatives pour la sémantique et des domaines définissant des unités réalisationnelles pour la phonologie. Cette coïncidence résulte de ce que la PIC est posée comme une condition générale sur les computations, en combinaison avec l’idée que le squelette phasal est identique pour toutes les opérations et est défini en termes strictement syntaxiques : les unités interprétatives et les unités réalisationnelles sont les mêmes parce qu’elles coïncident avec les unités pertinentes pour la dérivation syntaxique.

46Mais aucune nécessité logique n’impose que l’accès aux deux interfaces soit simultané. Certains chercheurs s’affranchissent de cette contrainte très forte sur la computation phasale. Cecchetto (2004) pose que si l’accès au composant phonologique est cyclique, l’accès au composant sémantique se fait en une seule étape, quand la dérivation effectuée de bas en haut a atteint la racine de la phrase. De son côté, Narita (2014) avance un argument intéressant en faveur de l’application simultanée, en cours de dérivation, de Spell-Out et d’Interpret aux objets syntaxiques, ce qui a pour effet de mettre un terme définitif à l’accessibilité de ces objets aux opérations de la syntaxe étroite. Elle observe que si l’application du Merge interne est aussi libre que celle du Merge externe, il est nécessaire de garantir la possibilité de distinguer entre les objets résultant du Merge interne et les objets de même structure syntaxique créés par le Merge externe. Cette exigence s’impose en effet si l’on veut tirer parti de l’existence des deux instances de Merge pour accommoder la dualité de la sémantique et aussi pour dériver la représentation phonétique. Ce résultat peut être obtenu en retraçant le parcours dérivationnel impliqué dans les structures correspondantes : seuls les objets dont la dérivation met en jeu le Merge interne incluent une copie de l’objet déplacé, qui doit être identifiée. Mais un tel regard rétrospectif sur les dérivations n’est pas sans coût pour la computation et il est souhaitable de l’éviter. On peut aussi, pour reconstruire le Merge interne, minimiser, autant que faire se peut, le délai entre le point où cette opération s’applique et le transfert de l’objet syntaxique correspondant. Selon Narita, la meilleure solution consiste à faire coïncider, dans la dérivation d’un objet syntaxique, son transfert aux interfaces avec l’opération du Merge interne. Narita admet également que les deux interfaces, et pas seulement l’interface C-I, exploitent la différence entre le Merge externe et le Merge interne. Elle en conclut que Spell-Out (le transfert vers l’interface SM) et Interpret (le transfert vers l’interface C-I) doivent s’appliquer de façon simultanée, au même point que le Merge interne. C’est donc indirectement la nécessité de satisfaire la Condition d’inclusion qui force la syntaxe à poser la simultanéité dérivationnelle de Transfer et du Merge interne. Ce raisonnement de Narita rappelle l’argumentation de Chomsky touchant la nécessité de distinguer aux interfaces entre les traits interprétables et les traits ininterprétables valués. Ces derniers, qui doivent être effacés immédiatement après avoir été valués, peuvent néanmoins être phonologiquement réalisés. Chomsky conclut que la valuation ne peut intervenir ni avant Transfer ni après. La valuation et le transfert doivent opérer simultanément dans la dérivation. Si l’on combine ce résultat avec la proposition de Narita, on en arrive à la conclusion que le Merge interne et Agree doivent opérer de façon contemporaine à Transfer.

2.2. Convergence

47Dans la présentation précédente, les phases définissent des unités sémantiquement complètes et cohérentes. Mais elles ne sont pas nécessairement convergentes syntaxiquement, dans la mesure où certains des traits non interprétables peuvent ne pas avoir été valués au sein de la phase. Dans MI (p. 107), Chomsky évoque une autre possibilité, celle de définir les phases sur la base de la notion de convergence.

(17) Une possibilité concurrente […] consiste à définir les phases en termes de convergence. Les deux options sont donc :
(i) les phases sont propositionnelles ;
  (ii) les phases sont convergentes.
Dans les termes de (i), LAi est déterminé par un seul choix de C ou de v*. Dans les termes de (ii), la détermination locale n’est pas possible.
  • 16 Pour l’opposition entre CP et TP, voir les exemples (9).

48Si l’option (i) a la préférence de Chomsky, c’est parce qu’il souhaite distinguer les catégories CP et v*P de TP et VP respectivement. CP et v*P partagent plusieurs propriétés distributionnelles et interprétatives que ne manifestent pas les deux autres.16 Pour exclure l’option (ii), il cite l’équivalent anglais de (18) :

(18) Quel article y a-t-il un espoir [α que Jean lise quel article] ?

49Rappelons que l’expression qu-/wh- déplacée porte un trait ininterprétable analogue au Cas structural pour les noms, qui requiert qu’elle se déplace dans sa position finale. On retrouve ici le problème posé par les étapes non finales du mouvement successif cyclique, déjà évoqué. L’objet syntaxique déplacé contient un trait ininterprétable. La computation se faisant de bas en haut, il est clair qu’elle ne converge pas au niveau du CP enchâssé, où ce trait ne peut être vérifié. Si l’on raisonne en termes de convergence, Transfer ne peut intervenir que lorsque tous les traits ininterprétables ont été éliminés. Il est donc différé. En fait, la seule phase convergente est celle qui est fondée sur la numération correspondant à la phrase entière. Or à l’intérieur d’une même phase la préférence de Merge sur Move joue pleinement. La phase correspondant à la structure entière contient aussi l’explétif il (y a). Pour dériver (18), il serait nécessaire de déplacer Jean du spécifieur du v*P enchâssé dans le spécifieur du TP enchâssé. Mais la préférence pour Merge exclut ce déplacement, rendant impossible la dérivation de (18). Si au contraire les phases sont définies substantiellement, par la présence d’une occurrence de v* ou de C, une phase v*P et deux phases CP sont impliquées en (18) et la difficulté qui vient d’être mentionnée disparaît.

  • 17 Sur l’hypothèse de l’héritage de traits, voir section 6.
  • 18 Les arguments donnés par Chomsky pour justifier l’asymétrie entre v*P et vP ne sont pas pleinement (...)

50Il n’est pas certain, cependant, qu’une notion sémantique comme la propositionnalité (qui du reste n’est pas vraiment définie) doive intervenir dans le fonctionnement syntaxique, si du moins on adhère à la conception naturaliste et internaliste de la syntaxe qui est celle du minimalisme. Narita (2014), se référant à Hinzen (2006), observe que c’est au contraire à partir de la dérivation des objets syntaxiques et du rôle qu’y jouent les domaines CP et v*P que l’on peut donner contenu et substance à des propriétés sémantiques comme la propositionnalité. L’option qui consiste à définir les phases en termes de convergence évite cet écueil. Un objet syntaxique est convergent s’il satisfait FI, si, en particulier, il ne contient plus aucun trait non valué. Or, si la caractérisation des phases en termes de convergence ne produisait pas les distinctions requises à l’époque où MI a été écrit, il n’en va plus de même, comme l’observe Narita (2014), depuis que l’hypothèse de l’héritage de traits a été introduite. Dans OPh, C et v* sont reconnus comme les catégories à l’origine des traits ininterprétables φ sur T et sur V.17 C’est seulement une fois que les têtes C et v* ont été introduites qu’une relation d’accord peut s’établir entre les traits ininterprétables φ de T ou de V et l’argument nominal marqué pour le nominatif ou l’accusatif. Dans cette perspective, CP et v*P définissent des objets syntaxiques qui convergent une fois qu’ont été opérées en leur sein toutes les computations qui pouvaient l’être. On doit aussi observer que la caractérisation en termes de convergence opère la distinction nécessaire entre les v*P transitifs et les vP inaccusatifs ou passifs. Ces derniers ne peuvent définir une phase parce qu’ils ne correspondent jamais à un objet convergent.18

51Dans la suite de ce chapitre, je conserverai la caractérisation propositionnelle des phases, malgré ses défauts et malgré les avantages évidents de la définition fondée sur la convergence.

3. Éclaircissements

3.1. Le mouvement phasal

52Deux cas de mouvement doivent être distingués : le mouvement interne à une phase et le mouvement interphasal. Les opérations Agree et Move impliquées dans un déplacement peuvent être strictement internes à une phase ou mettre en relation un élément à la marge de la phase subordonnée avec un élément de la phase superordonnée. L’interaction interphasale ne peut se faire qu’à la marge de la phase subordonnée.

53Le mouvement est guidé par les traits – et ceci ne vaut pas uniquement pour les traits des têtes de phase. La distinction entre le mouvement A et le mouvement A’ est rapportée aux traits de la tête attracteur : on a un mouvement A quand la tête H porte des traits φ – on a alors affaire au système du Cas et de l’accord ; on a un mouvement A’ quand H porte un ou plusieurs traits périphériques, [finitude], si l’on suit Holmberg et Platzack (1995), ou [finitude], [topic], [focus], [force] si l’on retranscrit en termes de traits les catégories que Rizzi (1997) identifie dans la périphérie gauche de la proposition. [EPP], dans sa version initiale, joue un rôle déterminant dans le fonctionnement du mouvement A. L’hypothèse de Chomsky est que le mouvement A’ est lui aussi exclusivement guidé par un trait de type [EPP]. Cette caractérisation du mouvement vaut aussi bien pour les mouvements A et A’ internes à une phase que pour le mouvement A’ inter-phasal.

  • 19 C et D ne semblent jamais se déplacer vers une position tête plus haute. On doit se borner à enregi (...)
  • 20 Mais pour les cas où l’argument objet est lui-même interrogatif, voir VII.5.

54Si les v*P transitifs, les CP finis et les CP à contrôle définissent des phases, il est facile de faire l’inventaire des éléments qui auront la possibilité de se déplacer hors de ces domaines. Dans les termes de la PIC, ces éléments sont la tête de phase v*,19 l’argument externe, qui a son origine à la marge de la phase v*P, ainsi que tous les éléments susceptibles d’accéder par mouvement à la tête ou à la marge de v*P et à la marge de CP. Or ces éléments n’accèdent à ces positions que si la tête de phase est porteuse d’au moins un trait ininterprétable qui demande à être valué, lui-même couplé avec un trait [EPP]. Tout indique que les têtes v* et C ne sont pas porteuses de la même matrice de traits : v* est certainement doté de traits φ, appelés à être valués par les traits φ de l’argument direct ; C quant à lui est spécifié pour un ou plusieurs traits « périphériques ». Dans la mesure où les deux catégories v* et C n’ont pas le même équipement en traits, les éléments attirés par l’une et l’autre ne seront pas les mêmes.20 Dans les deux cas, la classe des éléments appelés à rejoindre la marge de la phase est intégralement déterminée par l’équipement en traits de la tête de phase. Svenonius (2001) observe que si le mouvement A est déclenché par la présence de traits φ fonctionnant comme sonde sur la tête T attracteur, également dotée d’un trait [EPP], et si C est dépourvu de tels traits, on s’attend à ce que le mouvement A ne sollicite jamais le système CP. Puisque C est d’autre part une tête de phase, on prédit aussi que le mouvement A ne franchit jamais une frontière CP délimitant une proposition à temps fini ou une proposition contrôlée, puisqu’il n’a pas accès à la marge de la phase CP. Par contre, le déplacement de l’argument externe de la position SpecvP dans la position SpecTP est légitime et conforme à la PIC puisque cet argument a son origine à la marge de la phase v*P et que T est le locus des traits φ impliqués dans le système nominatif-accord et la catégorie par excellence porteuse du trait [EPP]. La présence de [EPP] sur T garantit que la valuation nécessaire des traits φ sur T, en l’absence d’explétif, se fait par mouvement. L’interaction entre la phase v*P et le domaine TP met donc nécessairement en jeu la marge de v*P.

3.2. Spell-Out / prononciation

55Le phénomène discuté par Bresnan, voir (6)-(7), une fois qu’on l’interprète en termes de Spell-Out cyclique, a des conséquences de grande portée, dont certaines sont discutées par Simpson et Wu (2002) :
(i) les domaines CP définissent des domaines pour le Spell-Out cyclique, mais c’est le complément TP de la tête C qui est affecté, et non le CP dans son entier ;
(ii) quand la règle d’accentuation opère, il est essentiel que l’expression interrogative en (6b) occupe sa position originelle derrière le verbe, qui est aussi la position finale de proposition ;
(iii) après l’application de la NSR et après Spell-Out, l’expression interrogative peut et doit encore se déplacer à la marge de la phase C.

56Cette dernière conclusion a deux conséquences. Elle confirme tout d’abord que, dans l’hypothèse du cycle unique, les règles phonologiques sont intercalées parmi les opérations syntaxiques, au sens où un processus syntaxique intervenant après une règle phonologique admet comme input l’output de cette dernière. Elle indique aussi que le Spell-Out cyclique ne fixe pas l’ordre linéaire des éléments dans la séquence de façon définitive. Mais alors, quel est le rôle de Spell-Out ? Lasnik et Uriagereka (2005, p. 94-95), qui abordent cette question, concluent que l’objet ciblé par Spell-Out n’est pas nécessairement prononcé au point où ce processus intervient et évoquent la possibilité que Spell-Out se limite à effacer les frontières syntagmatiques, à « aplatir » la structure, bref à appliquer un syntagme sur une séquence de mots. Bien que l’accès aux constituants internes d’une expression interrogative épelée soit impossible, la séquence correspondante se comporte comme un « composé géant », continuant à se déplacer, jusqu’à ce qu’il ait atteint le site où le trait wh peut être vérifié. C’est à ce point qu’il est prononcé. Il est donc nécessaire de dissocier Spell-Out et prononciation.

4. Statut phasal de vP et de DP

57Il est assez facile de justifier le statut phasal des domaines CP. Il suffit d’étendre à l’approche phasale les arguments empiriques classiques habituellement avancés en faveur de la cyclicité des dérivations (voir VII.4.2). La tâche est beaucoup plus délicate dans le cas de vP. Mais certains phénomènes confirment que la marge de vP est directement impliquée dans les dépendances A’ établies à distance.

  • 21 Les sites de reconstruction potentiels sont indiqués entre crochets, incluant la mention OK si la r (...)

58La PIC impose que dans un parcours de déplacement, l’objet déplacé transite par la marge de chaque phase. Il est donc naturel d’exploiter les phénomènes habituellement invoqués à l’appui de la cyclicité successive pour diagnostiquer le statut phasal de v*P. Fox (2000) et Legate (2003) utilisent les phénomènes de reconstruction pour établir la présence de copies intermédiaires à la périphérie des domaines vP. Discutant de données analogues aux exemples (19), dans lesquels l’expression interrogative antéposée contient à la fois un pronom lié et une expression référentielle, Fox conclut qu’il doit exister un site de reconstruction à la marge de v*P, ce que confirme son statut phasal.21

(19) a. [Lequel des articles qu’ili a donnés à Mariej] chaque étudianti a-t-il [OK] exigé d’ellej de pouvoir réviser [*] ?
  b. *[Lequel des articles qu’ili a donnés à Mariej] a-t-ellej [*] demandé à chaque étudiant de réviser [*] ?
  • 22 Souhaitant démontrer que les phases ont aussi une existence en PF, Legate adapte à la théorie des p (...)

59L’observation importante est ici que l’énoncé (19a) est grammatical avec une interprétation liste de paires dans laquelle le premier pronom (il) est lié par le quantifieur universel en position sujet (chaque étudiant) et le second pronom (elle) est coréférent au nom propre dans la relative (Marie). Cette interprétation suppose que Marie n’est pas c-commandée par le pronom coréférent. La grammaticalité de (19a) indique donc que l’expression interrogative peut être reconstruite dans une position plus basse que l’expression quantifiée chaque étudiant, mais plus haute que elle. Une telle position est disponible, si l’on pose que le mouvement d’interrogatif laisse une copie dans le spécifieur externe du v*P exigé d’elle de… Puisque la reconstruction consiste, dans une chaîne d’occurrences d’un élément déplacé, à interpréter l’une des copies plutôt que la tête de la chaîne, (19a) est un argument en faveur de l’hypothèse que le mouvement successif cyclique transite par le spécifieur de v*P. Par contre, l’énoncé agrammatical (19b), dans lequel les positions respectives du quantifieur et du pronom sont inversées, ne rend disponible aucun site de reconstruction permettant le liage de la variable sans que le Principe C soit violé : elle c-commande Marie dans tous les sites de reconstruction possibles. La dérivation échoue à l’interface C-I. De ces observations, Fox (2000) et Legate (2003) concluent que les phénomènes de reconstruction fournissent un argument en faveur du statut phasal de v*P, au moins du côté interprétatif.22

4.1. Phases fortes / phases faibles

60La PIC bloque la construction d’une relation d’accord en (11) entre un trait de X et une expression interne à YP. Cela signifie par exemple que dans la construction verbale transitive schématisée en (20), aucun trait de T ne peut cibler l’argument objet de V :

(20) … T… [vP DPs v* [VP V DPo]]…
  • 23 Sur l’accord avec l’associé dans les constructions en there, voir VI.7.1.1. Ces constructions, dans (...)

61Les choses paraissent fonctionner tout différemment dans les constructions verbales inaccusatives et passives. Le fait qu’en anglais, une relation d’accord se vérifie dans les constructions explétives existentielles entre Tfin et l’associé de l’explétif suggère qu’aucune frontière de phase n’est présente dans ce cas.23Agree doit opérer en (21) pour permettre la valuation des traits φ de la catégorie Tfin par ceux de l’expression nominale, ainsi que la vérification du trait de Cas nominatif de cette dernière. Si vP avait un statut phasal plein, Agree ne pourrait opérer entre T et l’argument sujet postverbal.

(21) There T [vP arrived [DP a man]]

62La légitimité de la relation entre T et l’associé en (21) peut recevoir deux interprétations : ou bien les constructions inaccusatives (et passives) n’incluent pas de projection vP, ou bien ces constructions contiennent une projection vP, mais cette dernière ne définit pas un domaine phasal (au sens plein). Les deux hypothèses ont été successivement adoptées par Chomsky.

63Pour distinguer entre constructions verbales transitives et constructions verbales inaccusatives et passives, Chomsky propose dans MI que les secondes, contrairement aux premières, n’incluent pas de projection vP. Par suite, le groupe verbal d’un verbe inaccusatif ou d’une construction passive ne compte pas pour déterminer les points d’épellation. Cependant, Legate (2003) établit que les v*P transitifs et inergatifs ne peuvent être les seules structures verbales définissant des phases. En répétant pour les constructions inaccusatives et passives les arguments construits à partir des constructions transitives et inergatives, elle démontre que les phénomènes de reconstruction décelables dans les secondes s’observent également dans les premières, ce qui indique que v est également présent dans les constructions verbales inaccusatives et passives – appelons-le le v défectif – et rend disponible un site de reconstruction à la périphérie de la phase.

(22) a. [À laquelle des fêtes où ili a invité Mariej] chaque hommei a-t-il été [OK] séparé chaque homme d’elle[*] ?
  b. [À laquelle des fêtes où ili a invité Mariej] chaque hommei est-il [OK] allé chaque homme vers ellej [*] ?
  • 24 Legate (2003) invoque aussi les phénomènes d’intonation et le fonctionnement de la NSR à l’appui du (...)

64Les propriétés interprétatives de (22a) contenant une construction verbale passive et de (22b) contenant un prédicat inaccusatif sont en tous points parallèles à celles de la structure transitive (19a). En bref, le vP défectif, vPdef, rend disponibles les mêmes sites de reconstruction que le v* transitif.24 Dans la mesure où le vP inaccusatif/passif est doté de la même intégrité sémantique et prosodique que le vP transitif, il est naturel de considérer qu’il satisfait aussi à la caractérisation de phase. Pour intégrer cette donnée nouvelle, Chomsky, dans DbP (p. 12), introduit une distinction entre phases fortes et phases faibles (strong vs. weak phases). Les phases faibles ne sont pas pertinentes pour déterminer les points de transfert aux interfaces, mais ce sont néanmoins des phases au sens propositionnel. On ne voit guère à quelle nécessité répond l’introduction d’une distinction aussi obscure dans la théorie. La notion de phase faible a été abandonnée par la suite, elle n’est pas reprise dans OPh et AUGB.

65Mais une nouvelle difficulté apparaît, que ne peuvent résoudre ni l’hypothèse que les vP inaccusatifs et passifs ne définissent pas des phases, ni l’hypothèse qu’ils définissent des phases faibles. L’idée que seules les frontières des domaines vP inaccusatifs et passifs sont transparentes aux opérations est infirmée par l’existence dans les constructions transitives datives-nominatives de l’islandais d’un accord en nombre entre T et l’objet postverbal. Cette construction peut être illustrée par l’exemple suivant emprunté à Sigurðsson (1996) :

(23) Henni [T höfðu] [v*P likað þeir] [islandais]
  elle-datif avait-T-3Pl aimé eux-nominatif-pluriel  
  « Elle les avait aimés. »

66Si l’on raisonne dans les termes de la PIC et si v* définit une tête de phase, on s’attend à ce qu’Agree ne puisse associer la catégorie T, site de réalisation de l’auxiliaire, et l’objet nominatif in situ à travers la frontière v*P. En (23), cependant, T et les traits qu’il porte se révèlent capables de sonder à travers la frontière de la phase (forte) v*P, qui n’a donc rien d’impénétrable au sens de la PIC.

67Pour accommoder cette observation, Chomsky, dans DbP, admet qu’une phase n’est interprétée ou évaluée qu’à la complétion de la phase suivante, voir (24). Il modifie la version de la Condition d’impénétrabilité des phases donnée dans MI et propose la formulation (25). L’introduction par Merge de la tête X sélectionnant HP, qui n’est habituellement pas une tête de phase, ne rend pas accessible YP (et tout ce qu’il contient). Le domaine de la phase Ph1 ne devient inaccessible que lorsque la tête de la phase Ph2 est insérée. Si la tête X sélectionnant YP n’est pas une tête de phase, elle continue à avoir accès au domaine de la phase HP.

(24) Ph1 est interprétée/évaluée à Ph2. (DbP, 14)
(25) Condition d’impénétrabilité des phases (version de DbP)
  [Dans une structure [ZP Z… [HP α [H YP]]], avec H et Z des têtes de phase,] le domaine de H n’est pas accessible aux opérations au niveau ZP ; seules H et sa marge α sont accessibles à de telles opérations.
  (DbP, p. 13)
  • 25 La formulation (25) n’a pas seulement des implications pour la relation entre la catégorie T et un (...)
  • 26 Pour une comparaison approfondie des deux versions de la PIC et de leurs implications respectives, (...)

68La formulation (13) ne fixait pas de limite à l’accessibilité de la tête d’une phase et de sa marge aux opérations externes à la phase elle-même. (24) et (25) précisent que cette accessibilité ne va pas au-delà de la phase (forte) suivante. (25) a d’autre part pour effet de différer le transfert du domaine de H (= YP), jusqu’à l’insertion de la tête de phase (forte) suivante (= Z). La conséquence de ce délai dans le transfert est que, dans une structure du type de (23), l’espace de recherche de la tête T, qui n’est pas une tête de phase, est étendu : T a désormais accès à l’intérieur du domaine VP de v, aussi longtemps que C n’a pas été inséré.25 Dans la version précédente de la PIC, le domaine de la tête H est épelé dès la complétion de la phase HP. Ce qui signifie que T ne peut avoir accès à VP. La condition (25) est clairement moins restrictive que la condition (13). Mais elle paraît empiriquement supérieure à (13), car elle fournit une solution naturelle au problème posé par les énoncés du type de (23). Marc Richards (2004) observe que cette nouvelle formulation a pour effet de rendre inutile et redondante la distinction entre phases fortes et phases faibles, distinction déjà battue en brèche par les conclusions de Fox (2000) et Legate (2003).26 Mais elle menace le fondement même de la notion de phase. Abels (2003, p. 65) note qu’elle retire à la PIC une partie de sa motivation théorique initiale, puisque l’idée sous-jacente à cette condition est que le complément d’une tête de phase cesse d’être accessible quand il est épelé, simplement parce que l’épellation le fait disparaître :

Il n’y a plus aucun moyen de dériver d’un mécanisme uniforme et non stipulatif à la fois la Condition d’impénétrabilité, qui marque TP comme impénétrable, et la supposée généralisation que les CP, non les TP, sont les fragments de structure pertinents pour la phonologie et pour la sémantique. (Abels 2003, p. 65)

  • 27 Pour une discussion, voir IX.3.2, où sont examinées les conséquences du phénomène de l’accord à dis (...)

69Une autre façon d’aborder le problème soulevé par le phénomène d’accord à distance, récemment évoquée par Chomsky (2012), consiste non pas à affaiblir la Condition d’impénétrabilité, mais à redéfinir la notion de transfert. Il propose que les structures transférées, quoique désormais protégées contre toute manipulation, demeurent visibles pour Agree. Ainsi comprise, l’hypothèse de l’opacité des phases à la suite du transfert se borne à répéter ce que la Condition de non-altération (NTC), introduite dans AUGB, disait déjà. Elle laisse ouverte la possibilité que le déplacement se produise librement à travers les frontières d’une phase, pourvu que l’objet affecté occupe la marge de la phase. Une autre option, également évoquée par Chomsky, serait d’admettre que la PIC ne vaut pas pour la syntaxe étroite, donc pour Agree, mais pour les composants qui appliquent cette dernière sur les interfaces.27

70La question du statut des structures transférées est très générale et ne se limite pas au problème de l’accord à distance. Le phénomène étudié par Bresnan montre que le transfert ne fixe pas l’ordre des éléments de façon définitive. Dans ce cas au moins, une structure est manipulée après son transfert (voir section 3.3). Cette incertitude touchant la nature et le rôle exact de Transfer est une difficulté majeure que la théorie des phases doit affronter pour pouvoir sérieusement rivaliser avec les théories antérieures de la cyclicité dérivationnelle.

4.2. Un vP généralisé ?

71Les découvertes de Fox (2000) et de Legate (2003) appuient l’idée que tous les verbes, qu’ils soient transitifs, inaccusatifs ou passifs, incluent un vP dans leur projection étendue. L’hypothèse du vP généralisé a des avantages et des inconvénients, souvent signalés dans la littérature.
(i) La généralisation de v à tous les types de VP ouvre la voie à l’élimination d’une spécification catégorielle sur la tête lexicale V, comme le propose la Morphologie Distribuée pour toutes les racines lexicales. Les phases pourraient tomber sous le schéma général F-XP, où XP est la projection d’une racine lexicale ou « substantielle » (T est aussi considéré comme une catégorie de substance), dont l’appartenance catégorielle serait déterminée par l’élément fonctionnel F (voir DbP, p. 14).
(ii) Elle rend disponible un nombre plus important de sites de reconstruction, un résultat bienvenu si l’on prend en compte les arguments de Fox et Legate.
(iii) Elle prend acte de la démonstration de Baker, Johnson et Roberts (1989) que les constructions passives incluent un argument externe implicite, mais syntaxiquement actif (ce qui donne une grande plausibilité à la présence d’un vP dans ces structures).
(iv) Mais elle exclut la possibilité de définir v comme la « tête de Burzio », voir la discussion en III.5.2.
(v) Elle compromet la définition des phases comme des domaines uniformément « propositionnels ». Dans le cas des constructions inaccusatives – non passives, voir (iii) –, c’est le VP qui définit le groupe verbal avec sa structure argumentale complète, non le vP (étant admis que v est présent).

  • 28 La théorie des phases rend disponible une analyse nouvelle du phénomène de l’accord du participe pa (...)

72Pour conclure, l’hypothèse que vP est généralisé à tous les types de prédicats verbaux et constitue une phase dans toutes les structures rencontre des difficultés sérieuses, tant empiriques que conceptuelles. Elle ne pourra être tenue pour confirmée que lorsqu’une position ferme aura pu être définie touchant chacune des questions laissées ouvertes.28

4.3. Les DP définissent-ils des phases ?

73Pour être complète, la discussion devrait aussi aborder le statut des domaines DP, considérés dans BEA comme définissant des phases. La question est traitée en détail par Matushansky (2005), qui examine le comportement des DP au regard des propriétés diagnostiques permettant de détecter les phases. Elle conclut que les DP se qualifient incontestablement comme phases au regard des diagnostics touchant PF, mais qu’ils ne se comportent pas comme des phases au regard des diagnostics concernant LF et des diagnostics purement syntaxiques, ce qui implique que si les deux classes de tests sont valides, le transfert à PF et le transfert à LF ne peuvent être simultanés. Je me permets de renvoyer à son étude.

5. Les phases dans la théorie de la localité

  • 29 Ce point de vue n’est pas partagé par tous. Il est vrai que toute phase définit potentiellement un (...)

74Dans la mesure où elle impose sur les opérations de mouvement une condition forte de cyclicité et où elle endosse certains aspects de la théorie des barrières (voir Chomsky 1986a), proposant une définition nouvelle de ce qu’on appelait précédemment un « nœud-borne » (bounding node), la théorie des phases a nécessairement partie liée avec la théorie de la localité.29 La question qu’il convient maintenant d’examiner est celle de savoir si la théorie de la localité peut se réduire à la théorie des phases et, dans l’hypothèse probable où cette réduction n’est pas possible, quelle est la part des phases dans une approche générale des phénomènes de localité.

75La Condition de sous-jacence formulée en (12), chapitre VII, la théorie de la localité fondée sur la notion de barrière, la Condition d’impénétrabilité des phases dans ses deux versions (13) et (25) partagent l’hypothèse que certains domaines sont des domaines clos qui rendent disponible une porte de sortie (escape hatch), passage nécessaire pour tout objet syntaxique déplacé hors de ces domaines. On peut référer à la théorie correspondante sous l’étiquette de « théorie des parcours scandés » (theory of punctuated paths), dans la mesure où certaines positions dans un parcours de déplacement constituent des étapes obligées pour le terme déplacé. La théorie des phases consiste à poser qu’il existe un ensemble de catégories têtes qui ont pour caractéristique d’imposer que tout terme qui les croise au cours de son déplacement transite par la position spécifieur correspondante : ces têtes sont les têtes de phase. Mais dans les structures complexes à enchâssements multiples, toutes les têtes de phase sur le parcours ne possèdent pas l’équipement en traits requis pour attirer les expressions pertinentes. On doit donc se demander comment dans les termes de la PIC sont produites les étapes non finales du mouvement successif cyclique.

76Si, d’autre part, le mouvement d’interrogatif, archétype du mouvement A’, peut franchir les frontières d’une phase CP, il ne peut franchir les frontières d’un îlot fort, c’est-à-dire celles d’un sujet propositionnel, d’un adjoint ou d’un groupe nominal complexe. Il peut par contre, dans certaines conditions, en particulier s’il affecte une expression interrogative référentielle, se produire à travers les frontières d’un îlot faible. La question qui se pose est la suivante : la théorie des phases propose-t-elle une caractérisation appropriée des domaines pertinents pour la localité du mouvement A’ ?

5.1. Le trait [EF] et le mouvement indirectement guidé par les traits

77Les structures complexes du type de (26) soulèvent un problème délicat, connu depuis longtemps.

(26) [CP Quel livre crois [TP tu T [vP v [CP que Marie achètera [vP v quel livre]]]]]
  • 30 Les choses ne sont pas simples parce qu’il faudrait garantir que le trait facultatif Q est obligato (...)

78L’analyse du mouvement long de l’expression interrogative comme un déplacement successif cyclique fait difficulté. Le trait [u-Q] qui demande à être valué et fonctionne comme sonde n’est présent que sur la tête C la plus haute. L’expression interrogative enchâssée définissant la cible n’est pas accessible à la sonde Q dont elle est séparée en (26) par plusieurs frontières de phases vP et CP. Le déplacement pertinent ne peut réussir que s’il est effectué en plusieurs étapes, c’est-à-dire s’il est cyclique. Mais, dans le cas considéré, cela signifie qu’il doit transiter par des positions SpecCP (et éventuellement SpecvP) intermédiaires dont le C (ou le v) n’est pas spécifié pour le trait Q. Par quel type de trait le déplacement pertinent est-il déclenché ? On peut exclure d’emblée la possibilité que les têtes C sur le trajet du mouvement soient chacune dotées d’un trait Q devant être vérifié. Il faudrait alors expliquer pourquoi le C d’une complétive ne contenant pas elle-même d’interrogatif ne peut recevoir cette spécification, en d’autres termes pourquoi l’assignation d’un tel trait à C est facultative.30

  • 31 On se souvient que le spécifieur de Tdef fournit au mouvement A successif cyclique une porte de sor (...)

79On peut aussi tenter de modeler la relation impliquée sur les relations de vérification ordinaires, en conférant au trait attracteur un statut particulier. C’est ce que fait Chomsky dans une note de MI (p. 149, note 91), où il associe au C intermédiaire un trait P (périphérique) non spécifique, analogue au trait [personne] du Temps défectif dans les constructions à montée.31 Il s’agit d’autoriser le spécifieur de CP à fonctionner comme porte de sortie pour le mouvement wh/qu successif cyclique, l’idée essentielle étant que « les conditions de localité requièrent un mouvement court, décomposé en étapes successives, réalisant la convergence [seulement] à la dernière étape » (MI, p. 108). Il reste évidemment à préciser ce que recouvre exactement la défectivité de C : quel pourrait être, dans le domaine CP, l’équivalent de Tdef ? La seule réponse offerte par Chomsky est que la présence du trait P sur le C défectif pourrait, comme celle du trait [personne] sur Tdef, être corrélée à la présence d’un trait de type [EPP] sur C.

  • 32 Une analyse dans les mêmes termes du mouvement A à distance est évidemment envisageable, voir chapi (...)
  • 33 L’idée que les étapes intermédiaires dans un mouvement cyclique ne sont pas soumises à une exigence (...)

80Une approche beaucoup plus simple consiste à admettre que le mouvement dans ce cas ne met en jeu qu’un trait de type [EPP], également désigné sous l’étiquette OCC (pour occurrence) ou EF pour edge feature (trait de marge), assigné facultativement aux têtes C, fonctionnant comme attracteur non sélectif et autorisant la montée d’une expression interrogative dans un spécifieur intermédiaire, sans qu’aucune relation de vérification soit impliquée (voir section 2).32 On a affaire à un « mouvement indirectement guidé par les traits » (indirect feature-driven movement, IFM, voir MI, p. 108). Le trait périphérique qui motive l’extraction hors du domaine n’est présent que sur la tête la plus haute. Les considérations de vérification de traits ne jouent aucun rôle dans le fonctionnement des mouvements intermédiaires.33 C’est cette position qui est introduite dans MI et DbP et développée dans OPh.

81La question se pose évidemment de savoir dans quelles conditions l’insertion d’un trait de type [EPP] en cours de dérivation est légitime (elle se pose chaque fois que sa présence n’est pas imposée par les propriétés de la tête fonctionnelle qui l’accueille). Dans MI, Chomsky apporte une première réponse à cette question et la précise dans DbP :

(27) a. La tête H d’une phase Ph peut recevoir un trait [EPP]. (MI, p. 109)
  b. Les opérations facultatives ne s’appliquent que si elles ont un effet sur le résultat (outcome). (DbP, p. 34)

82L’intuition exprimée par (27a) est que le fait pour les têtes C et v de porter facultativement un trait [EPP] doit être considéré comme une propriété des phases elles-mêmes, c’est-à-dire du système computationnel. (27b) établit un semblant de protocole pour l’attribution de ce trait, considérée comme une opération. La condition pour qu’un trait de type [EPP] soit assigné est qu’il ait un effet sur l’outcome et en particulier permette le déplacement successif cyclique. Atkinson (2007) souligne le caractère relativement inquiétant de ce choix théorique. D’une part, on s’attendrait à ce que l’insertion d’un trait nouveau en cours de dérivation viole la Contrainte d’inclusion. D’autre part, le système ne peut savoir que ce trait aura un effet sur l’outcome que s’il est doté du don d’anticipation. Il n’est pas sûr que considérer (27a) et (27b) comme des propriétés du système dérivationnel lui-même, plutôt que comme une caractéristique des têtes impliquées, contribue à réduire la difficulté. Notons que l’assignation du trait [EPP] à T, qui déclenche le mouvement de l’argument sujet, n’a quant à elle rien de facultatif.

83Cette incertitude sur la nature des traits de marge est en partie levée dans OPh, où Chomsky affine considérablement la caractérisation de [EF], en lui associant des propriétés, qui le distinguent nettement des traits φ, c’est-à-dire des traits d’accord, mais aussi du trait [EPP]. Comme les autres traits ininterprétables, le trait [EF] a son origine sur une tête de phase, mais contrairement aux traits φ ou à [EPP], ce trait ne peut être transmis à une tête non phasale (sur l’hypothèse de l’héritage, voir section 6). [EF] attire d’autre part un élément dans la périphérie sans qu’une relation Agree ait été établie au préalable. Il s’agit d’un indiscriminate feature, qui n’est pas sélectif dans le choix d’une cible et peut attirer dans la périphérie n’importe quel objet interne à son domaine (la question de savoir si [EPP] est lui-même un trait sélectif reste ouverte à ce jour). Ceci vaut aussi bien pour le mouvement d’interrogatif que pour les autres mouvements A’, comme la topicalisation, qui soulèvent le même problème touchant la caractérisation du mouvement long. Que la relation en jeu soit interne à une phase ou interphasale ou interpropositionnelle, le trait [EF] ne déclenche pas un processus de vérification fondé sur une relation d’accord. Cela signifie qu’il est inutile d’associer au terme attiré un trait distinctif particulier et aussi que la relation ainsi construite ne donne pas lieu à des effets d’intervention, puisqu’aucune recherche minimale n’est impliquée (voir OPh, p. 151). Il en va tout autrement, on le sait, pour l’accord en traits φ.

84Cette caractérisation a des conséquences multiples, touchant en particulier les chaînes A, les chaînes A’ et leur interaction. Les deux types de chaînes ont des origines dérivationnelles différentes – résultant les premières de la nécessité de valuer des traits d’accord, les secondes de l’attraction par un trait périphérique ou un trait de marge [EF]. Mais par delà cette différence, elles partagent les mêmes propriétés. Elles doivent être uniformes (elles ne peuvent être mixtes et sont exclusivement A ou A’). Chomsky introduit en particulier une notion de « chaîne complète », à laquelle il attribue des propriétés spécifiques : est complète une chaîne dont tous les traits ininterprétables ont été valués. Et il avance l’hypothèse que la tête d’une chaîne A complète (tout comme les maillons inférieurs de la chaîne) est invisible à toute computation ultérieure, précisément parce que tous ses traits ininterprétables ont été valués. Elle ne peut donc plus entrer dans une relation Agree (OPh, p. 150). Cette proposition, on le voit, capture, sous une forme différente, les effets de la Condition d’activité discutée en VI.2 et en VI.6.1. Elle permet aussi d’expliquer pourquoi il n’y a pas d’interaction entre les chaînes A et les chaînes A’ et pourquoi elles fonctionnent de façon identique au regard de l’intervention. Chomsky reprend l’idée, déjà évoquée dans l’analyse des constructions en there (voir (57), chapitre VI, section 7.1.3), que seule une chaîne complète (ou de façon équivalente, seule la tête d’une chaîne) peut définir un élément intervenant. Mais nous venons de voir que la tête d’une chaîne A complète est invisible à toute computation, dès que les traits ininterprétables pertinents ont été valués. C’est ce qui explique qu’un trait [EF] ne puisse déclencher aucun mouvement dans la périphérie depuis la tête d’une chaîne A complète. La position SpecTP abritant la tête de la chaîne A (quij) en (30b), chapitre VII section 5, répété ici en (28), est invisible au trait [EF], en fait « impénétrable » par ce trait, ce qui dérive l’impossibilité de déplacer l’interrogatif directement de SpecTP dans SpecCP dans les structures correspondantes.

(28) [CP quii C [TP quij T-rencontrera [vP quik v* [VPrencontrera Jean]]]]

85Ce qui est vrai des chaînes A l’est aussi des chaînes A’. Chomsky considère la structure (29) (OPh, p. 152).

(29) C [T [quelle fille [Jean v* [rencontrera quelle fille]]]]

86L’hypothèse que seules les chaînes complètes définissent des éléments intervenants explique pourquoi aucun effet d’intervention n’est observable lorsque, dans la structure (29), Jean est déplacé dans le spécifieur de TP, par dessus l’expression quelle fille qui occupe le spécifieur externe de v*P, où elle a été attirée par le trait [EF] de v*. Les traits φ de l’expression interrogative n’interviennent pas dans la relation entre la sonde T et les traits de la cible Jean, parce que la chaîne A’ dont la tête quelle fille occupe la marge de v*P n’est pas complète. On voit que les caractéristiques des chaînes, leur uniformité, leurs origines dérivationnelles différentes – des traits distincts sont impliqués dans les chaînes A et dans les chaînes A’ – et le fait que seules les chaînes complètes donnent lieu à des effets d’intervention parviennent à expliquer l’absence d’interaction entre les chaînes A et les chaînes A’. C’est cette propriété essentielle que la Minimalité relativisée cherchait à représenter.

5.2. Îlots forts

87Les études comparatives menées au cours des années quatre-vingt ont établi, sans doute possible, que les phénomènes de localité, s’ils sont sensibles aux caractéristiques hiérarchiques des structures, exprimées en termes de nœuds-bornes, de dominance et de c-commande, sont plus divers et souvent plus subtils que ne le laisse attendre une approche fondée exclusivement sur la cyclicité et la sous-jacence. D’autres dimensions interviennent, comme la nature des termes déplacés (s’agit-il d’expressions interrogatives reliées au discours ou de simples quantifieurs interrogatifs ?), leur statut grammatical (a-t-on affaire à un complément, à un sujet, à un adjoint ?), et aussi le statut syntaxique du domaine à partir duquel se fait l’extraction (ce domaine est-il lui-même un complément, un sujet ou un adjoint) ?

88Il apparaît que certaines contraintes d’îlot (et la Condition de sous-jacence dont elles dérivent) peuvent être violées dans certaines conditions par les éléments qui sont censés les observer, alors que d’autres contraintes ne le peuvent pas. On peut en fait distinguer, dans les violations des conditions d’îlot, plusieurs degrés de déviance. On a pris l’habitude de désigner sous l’étiquette d’« îlots forts » les domaines structuraux hors desquels l’extraction paraît strictement exclue et sous celle d’« îlots faibles » les domaines hors desquels elle semble possible, au moins pour certains éléments. Définissent en particulier des îlots forts les domaines propositionnels sujets et les domaines propositionnels adjoints. La généralisation pertinente, initialement formulée par Cattell (1976), est que l’extraction hors des compléments est très généralement possible, alors que l’extraction hors des spécifieurs et hors des adjoints ne l’est pas. Il est de fait impossible d’opérer une extraction hors d’un sujet propositionnel (comme Ross l’avait observé, voir 30a), ou hors d’une proposition adverbiale adjointe (voir 30b). Ces domaines constituent donc des îlots forts.

(30) a. *C’est le poème de Mallarmé que [apprendre par cœur le poème de Mallarmé] serait préférable.
  b. *Quels amis les filles ont-elles quitté la fête [sans saluer quels amis] ?
  • 34 Dans Barriers, Chomsky tente de dériver les effets de la CED de principes motivés indépendamment, t (...)

89À la suite de Huang (1982), on regroupe habituellement la Condition des sujets propositionnels (Propositional Island Condition) et la Conditions des adjoints (Adjunct Island Condition) sous le label de Condition sur les domaines d’extraction (Condition on Extraction Domains). Müller (2011) donne de cette condition la version simplifiée suivante :34

(31) Condition sur les domaines d’extraction (CED)
(i) Le mouvement ne doit franchir aucune barrière.
  (ii) Un XP est une barrière si, et seulement si, ce n’est pas un complément.

90Uriagereka (1999b), Nunes et Uriagereka (2000) montrent que l’hypothèse du Spell-Out multiple/cyclique, combinée au LCA, ouvre la voie à un traitement minimaliste des effets liés aux îlots forts. L’idée générale qu’ils défendent est que les propriétés d’épellation associées à certains constituants XP rendent compte directement de leur statut d’îlots pour l’extraction. Ce statut est étroitement corrélé au fait que ces constituants ont été soumis à Spell-Out avant d’être combinés par Merge avec le constituant sœur.

91Nunes et Uriagereka (2000) observent que les îlots forts définissent une classe de domaines dont l’impénétrabilité résulte d’une configuration structurale et catégorielle particulière, non des relations d’Agree qui peuvent ou non s’établir entre une tête de phase et un syntagme candidat au déplacement. La définition suivante d’îlot fort est proposée :

(32) Un îlot fort est un constituant syntagmatique qui ne se projette pas et qui est sœur d’un constituant syntagmatique qui se projette.

92En (33), le nœud Y est un îlot fort.

(33) [X [Y P Q] [X R S]]

93Outre les domaines sujets, nominaux ou propositionnels et les domaines adjoints, les groupes nominaux complexes dans lesquels un domaine CP est enchâssé sous une tête nominale tombent également sous cette caractérisation.

94Selon eux, les effets liés à la CED se manifestent « quand un objet syntaxique K, qui est requis à une étape dérivationnelle donnée, est devenu inaccessible au système computationnel à une étape dérivationnelle antérieure, quand le fragment de structure contenant K a été épelé ». Ce résultat, qui repose sur un ensemble d’hypothèses spécifiques, mais indépendamment motivées, concernant l’épellation cyclique, a ses racines théoriques dans l’Axiome de correspondance linéaire (LCA) de Kayne (1994). On se souvient que le LCA impose un ordonnancement total des nœuds préterminaux dans un arbre, fondé sur la c-commande asymétrique, qui se traduit en précédence linéaire en PF. Dans sa caractérisation initiale, il restreint la classe des indicateurs syntagmatiques possibles. Dans la reconstruction qu’en propose Chomsky dans C&T, il contraint les linéarisations possibles en PF d’indicateurs syntagmatiques a priori non ordonnés. En d’autres termes, il garantit la linéarisation des structures arborescentes dans un modèle de la structure syntagmatique fondé sur la bare phrase structure. Nunes et Uriagereka (2000) proposent les formulations suivantes :

(34) Linéariser est l’opération qui applique une structure syntagmatique sur un ordre linéaire des terminaux en accord avec le LCA en (33).
(35) a. LCA (étape basique)
    Un item lexical α précède un item lexical β si α c-commande asymétriquement β.
  b. LCA (étape inductive)
    Si γ précède β et si γ domine α, alors α précède β.

95En introduisant la théorie du Spell-Out multiple, Uriagereka (1999b) cherchait précisément à simplifier la définition du LCA en éliminant l’étape inductive (35b). Il pose d’abord qu’une « unité de commande » (command unit) émerge dans une dérivation par l’effet d’une application continue de Merge au même objet. Si (35b) n’est pas stipulé, comment fonctionne la linéarisation dans les cas où est impliquée plus d’une unité de commande ? La réponse d’Uriagereka est que la linéarisation comporte plusieurs étapes et que chacune n’inclut que des unités de commande. À titre d’illustration, considérons l’exemple (36) :

(36) Le frère de Pierre écrira un livre sur Properce quand il sera à la retraite.

96Dans la formulation originale du LCA, la linéarisation de la tête verbale écrira par rapport aux items lexicaux qui constituent son complément ne soulève pas de problèmes particuliers, mais celle de ces éléments pris ensemble par rapport au sujet et à la proposition adjointe est plus délicate. Supposons que l’on s’en tienne à la formulation (35a). On peut assembler par Merge les éléments terminaux correspondant à la séquence écrira un livre sur Properce au sein d’un même espace de travail dérivationnel et créer une unité de commande. Quant aux éléments terminaux internes au DP sujet et ceux qui sont inclus dans le CP adjoint, Uriagereka propose qu’ils soient assemblés dans des espaces de travail autonomes, avant d’être connectés au reste de la proposition. Il propose aussi que Spell-Out puisse opérer plusieurs fois au cours de la dérivation d’un énoncé. Le nombre d’applications de Spell-Out est déterminé par des considérations d’économie qui se réduisent ici à des considérations de linéarisation. Si, comme le suppose Kayne (1994), la dérivation échoue quand n’est pas produit un ordonnancement total des items d’un énoncé, le système est contraint de recourir à des applications multiples de Spell-Out, ciblant des fragments de structure sur lesquels Linéariser peut opérer. Les items lexicaux internes au DP et au CP adjoint sont d’abord épelés et linéarisés séparément au niveau de leurs PF respectives. Ils sont ensuite « branchés » au point où ils apparaissent dans la structure d’ensemble. C’est le label d’une structure donnée qui fournit l’adresse permettant d’opérer le branchement approprié à la fois dans le composant phonologique et dans le composant interprétatif. Étant donné l’objet syntaxique K = {γ, {α, β}}, constitué de α et β et du label γ, Spell-Out envoie {α, β} aux composants phonologiques et interprétatifs, laissant K avec son label. Cela implique qu’une fois retirés les sous-constituants de K, le système computationnel traite K comme un « item lexical géant ». K doit rester accessible à ce système parce que le label code l’information qui permet à une catégorie syntaxique d’être soumise à des opérations syntaxiques.

97Cet ensemble d’hypothèses dérive l’observation de Cattell (1976) que seuls les sous-constituants des domaines compléments sont accessibles à l’extraction. La raison pour laquelle le mouvement hors d’un sujet ou d’un adjoint est exclu est que, quand Spell-Out s’applique au DP ou au CP, le système computationnel n’a plus accès à leurs constituants. Au point de la dérivation où l’extraction pourrait intervenir, il n’y a littéralement plus d’objet syntaxique interne au sujet ou à l’adjoint qui pourrait être copié.

98À titre d’exemple, je reprends l’analyse proposée par Nunes et Uriagereka (2000) d’un énoncé illustrant la Condition des adjoints.

(37) *Quel article liras-tu Don Quichotte avant de terminer ?

99Supposons que la proposition temporelle soit adjointe à VP. Dans l’approche fondée sur le Spell-Out multiple, il s’agit d’assembler les structures K et L par applications successives de Merge.

(38) a. K = [vP tu liras Don Quichotte]
  b. L = [PP avant de PRO terminer quel article]
  • 35 Cet ordre est finalement déterminé par le principe qui fixe l’ordre des adjoints dans la grammaire.

100Le système computationnel applique Spell-Out à L, ce qui permet à ses constituants d’être ensuite linéarisés dans le composant phonologique. La structure épelée L’ est ensuite combinée par Merge avec K. Si l’on procédait autrement, les items lexicaux de K ne pourraient pas être linéarisés avec les items lexicaux de L.35liras se déplace dans T, tu dans SpecTP ; le complémenteur interrogatif Q se combine avec TP et liras s’y adjoint. Aucun élément n’est disponible pour vérifier le trait interrogatif de Q : quel article n’est plus accessible au système computationnel à l’étape dérivationnelle où il devrait être copié pour vérifier le trait de Q. La dérivation échoue. (37) n’est donc pas dérivable dans les termes de la dérivation cyclique qui vient d’être schématisée.

  • 36 En fait, comme l’observe Odysseas Fyssas, les deux analyses ne sont pas seulement incompatibles, el (...)

101Comme le souligne Müller (2011), cette analyse n’est pas directement compatible avec la théorie des phases de Chomsky, où les phases sont conçues comme des domaines cycliques d’épellation. Les domaines d’épellation qui, dans l’approche d’Uriagereka (1999b), définissent des unités de commande sont de taille variable. Ils peuvent être plus étendus que le domaine d’épellation d’une phase et même correspondre à l’ensemble de la phrase, aussi longtemps qu’un spécifieur complexe n’est pas impliqué. Ils peuvent aussi être plus restreints, puisqu’un spécifieur complexe définit toujours un domaine d’épellation. L’idée que les phases sont des unités dérivationnelles destinées à réduire l’espace de recherche, l’hypothèse que c’est le complément de la phase qui définit un domaine d’épellation, alors que le spécifieur et la tête restent disponibles pour des opérations ultérieures, sont donc incompatibles avec cette analyse.36

102Quelle que soit l’analyse correcte des îlots forts, il ne semble pas, au premier abord, que la question soulevée par les phénomènes d’îlots faibles puisse être résolue par la théorie des phases. C’est la localité d’intervention, non la théorie des phases, qui paraît directement impliquée dans ces effets. Le problème est repris au chapitre IX.

5.3. Le cycle unique

103L’hypothèse du cycle unique, malgré sa séduction, soulève une difficulté importante. À chaque phase, la grammaire produit une paire (phon, sem), où phon est un fragment de représentation phonétique et sem un fragment de représentation logique, chacun devant être accessible au système d’interface pertinent. Deux questions majeures se posent qui en réalité se confondent : comment l’ensemble des représentations phonétiques phon1, phon2, phon3… est-il intégré en une représentation phonétique PHON cohérente ? comment l’ensemble des représentations logiques sem1, sem2, sem3… est-il intégré en une représentation sémantique SEM cohérente ? Le système C-I doit en effet être à même d’interpréter non seulement des fragments de structures propositionnelles, mais aussi des expressions complètes, bref des phrases et des énoncés – voir les exemples (25)-(26) du chapitre II. C’est le cas dans les situations de liage à distance. On sait aussi que pour que des profils prosodiques et intonationnels puissent être assignés aux phrases, le système SM doit avoir accès à des représentations phonétiques complètes. La nécessité d’assurer l’intégration des représentations sémantiques et des représentations phonétiques partielles en des représentations globales de la signification et du son indique qu’on ne peut pas simplement oublier le contenu interne des éléments de structure transférés aux interfaces. Un algorithme doit être introduit pour les récupérer et les recomposer en des représentations globales cohérentes. Or aucune indication n’est fournie sur la façon de réaliser cette intégration. Il est probable, comme le remarquent Boeckx et Grohmann (2007), que la procédure d’assemblage consistera en partie à répéter le travail computationnel déjà accompli par la dérivation syntaxique.

104Deux conclusions sont possibles. La première est que la computation permettant l’assemblage des expressions complètes auxquelles est confronté le locuteur est l’affaire des systèmes d’interface et de computations au-delà de l’interface. C’est la conclusion d’Ott (2009, p. 261). Une conclusion moins radicale consisterait à poser que l’assemblage pertinent est effectué aux points d’interface eux-mêmes. Dans cette hypothèse, l’approche phasale rejette les propriétés globales des expressions (sémantiques et phonologiques) hors de la syntaxe étroite, mais pas hors de la grammaire. Quelle que soit l’option correcte – et à nouveau, aucune mesure d’évaluation n’est définie qui permettrait de justifier le choix opéré –, on peut conclure que si l’hypothèse du cycle unique allège le poids imposé au système computationnel de la syntaxe étroite, elle alourdit d’autant la charge computationnelle au-delà de la syntaxe étroite ou, si on reprend le point de vue d’Ott, au-delà de l’interface.

6. Extension de la théorie des phases : l’héritage de traits

105MI et de DbP développent l’idée que les traits actifs dans le système CP et ceux qui sont opératoires dans le système TP, bien qu’ils aient un fonctionnement parallèle, doivent être dissociés. Cette hypothèse est reformulée dans les articles qui ont suivi, TF, OPh et AUGB. Dans OPh, Chomsky propose que seules les têtes de phase ont la capacité de déclencher des opérations syntaxiques, Agree en particulier, et qu’elles sont seules dotées des traits ininterprétables appropriés. Cela pose la question du fonctionnement des autres catégories têtes dans la dérivation. L’hypothèse avancée est que T, par exemple, n’est pas par lui-même doté de traits φ, mais qu’il les hérite de C, qui est une tête de phase. Cette proposition permet aussi, selon Chomsky, de dériver la distinction entre positions A et positions A’, distinction définie dérivationnellement désormais, en fonction du type de trait que le contenu de chaque position contribue à valuer.

6.1. L’hypothèse de l’héritage

  • 37 Le phénomène de l’accord du complémenteur, observable dans certaines langues, confère une plausibil (...)
  • 38 Dans la présentation qu’il fait de cette hypothèse, Chomsky mentionne Tense aux côtés des traits φ (...)

106Chomsky propose que seules les têtes de phase puissent être spécifiées pour des traits-sondes. Or, dans MI et DbP, seules les catégories C et v définissent des têtes de phase, auxquelles il est plausible d’adjoindre la tête D (et éventuellement n, si n est posé comme l’équivalent dans les domaines nominaux de v dans les domaines verbaux). Il est inattendu que T n’en définisse pas une, puisque T est le lieu par excellence des traits φ et du trait [EPP], impliqués respectivement dans le système nominatif-accord et dans la montée dans le domaine flexionnel de l’argument externe des prédicats transitifs et inergatifs et de l’argument interne des prédicats inaccusatifs. Dans un système où les traits des têtes de phase guident les dérivations, il faut garantir que T est équipé des traits φ lui permettant de fonctionner comme sonde et de construire une relation de dépendance avec le sujet. La proposition de Chomsky est que les traits φ de T ont leur origine dans la catégorie C elle-même.37 T est totalement dépourvu de traits φ ininterprétables quand il est inséré dans la structure. Il hérite ces traits, dérivationnellement, de la catégorie C. La motivation appuyant originellement cette hypothèse est que T ne manifeste les traits pertinents que lorsqu’il est sélectionné par C. S’il est sélectionné par V, comme c’est le cas dans les domaines infinitifs ECM ou à montée, T est dépourvu de traits φ, ne fonctionne pas comme sonde et est incapable de déclencher des effets nominatif-accord. En bref, seules les têtes de phase sont des sondes de plein droit. Les catégories T et V n’ont qu’indirectement le statut de sondes, qu’elles héritent des têtes de phase C et v. C’est l’hypothèse de l’héritage de traits (Feature Inheritance Hypothesis).38

107Dans cette théorie, C est introduit dans les dérivations porteur de deux types de traits-sondes, les traits φ (aussi désignés sous l’étiquette de traits d’Accord, Agree features, dans OPh) et les traits EF (edge features, traits de marge). EF fait monter les mots et les expressions qu-/wh- dans C, les traits φ font monter un DP dans SpecTP. Chomsky est soucieux de montrer que l’hypothèse de l’héritage est imposée par des considérations de good design, c’est-à-dire permet de satisfaire de façon optimale des conditions d’interface ou d’alléger la charge du système computationnel. Or une exigence que doit absolument satisfaire le niveau d’interface SEM est de rendre accessibles au système C-I des structures argumentales et des structures opérateur-variable nettement différenciées les unes des autres. Il s’agit en fait de coder la dualité de la sémantique et cette dualité est codée de façon optimale par la distinction A-A’. L’hypothèse de l’héritage permet de représenter cette distinction et d’expliquer pourquoi les traits d’Accord ne peuvent demeurer sur C. Si la position spécifieur de TP (et son contenu) semble avoir partie liée avec les traits φ, la position spécifieur de CP (et son contenu) entretient une relation privilégiée avec les traits EF. Il est donc naturel de distinguer les deux types de positions sur la base des deux classes de traits auxquelles elles sont associées.

  • 39 Une autre conséquence de l’hypothèse de l’héritage doit être mentionnée. Dans cette hypothèse, les (...)

108Les implications de l’hypothèse de l’héritage de traits n’apparaissent pleinement que lorsqu’on la replace dans la théorie de la valuation présentée au chapitre VI et lorsqu’on la combine avec la théorie des chaînes (voir sections suivantes).39

6.2. Dérivation des constructions interrogatives

109L’hypothèse de l’héritage intervient de façon déterminante dans l’analyse des constructions interrogatives développée dans OPh (voir VII.5 et, dans ce chapitre, section 5.1). Chomsky développe l’idée que les positions SpecTP et SpecCP en (39b) ne peuvent être reliées par mouvement, simplement parce qu’une fois qu’une expression a atteint la position SpecTP, cette expression et la chaîne A dont elle est la tête deviennent invisibles, tous les traits flexionnels ininterprétables ayant été valués. La seule possibilité est qu’en (39b), le trait [EF] de C et les traits φ hérités de C par T ciblent simultanément qui, avec le résultat que qui monte deux fois, une fois dans SpecTP, une fois dans SpecCP.

(39) a. Qui rencontrera Jean ?
  b. [CP quii C [TP quij T-rencontrera [vP quik v* [VPrencontrera Jean]]]]

110L’hypothèse de l’héritage garantit que le sujet ne se trouve pas encore dans SpecTP au point de la dérivation où la tête C est insérée par Merge. La transmission des traits d’Accord de C à T ne peut intervenir qu’au moment où C est inséré. C’est ce qui explique que les traits-sondes [EF] et φ opèrent simultanément, ciblant l’un et l’autre l’élément qui dans le spécifieur de vP.

111À l’appui de l’idée que les deux sondages interviennent simultanément, en parallèle, Chomsky offre l’argument suivant. Il est exclu que la montée d’un XP pour satisfaire le trait [EF] intervienne après l’opération Agree, parce que l’accord a pour effet de rendre XP invisible. Inversement, il est exclu que la montée de XP pour satisfaire [EF] précède l’accord, car alors son trait de Cas ne serait pas valué. La question ne se posait pas dans les modèles précédents qui prenaient comme allant de soi que la montée dans SpecCP était opérée depuis SpecTP, position où le Cas était assigné ou vérifié. Dans l’analyse proposée, la montée dans SpecCP se fait depuis la position de base de l’expression interrogative. La valuation du trait de Cas met donc nécessairement en jeu un autre mouvement, le mouvement de l’expression interrogative dans SpecTP.

  • 40 Dans les constructions transitives avec objet interrogatif, v* a un spécifieur interne, position de (...)

112On s’attend d’autre part à ce que la propriété de transmission ne soit pas restreinte à la catégorie C, mais soit une propriété générale des têtes de phase. Ainsi v* doit pouvoir transmettre ses traits φ à V. Ces traits fonctionnent alors comme une sonde par héritage pouvant cibler un objet porteur d’un trait de Cas non valué. Quant au spécifieur externe de la catégorie v*P, il se qualifie comme une position A’, puisque c’est le spécifieur d’une tête de phase, qui, lorsqu’il est occupé, satisfait le trait [EF] de v*.40 L’hypothèse de l’héritage ouvre ainsi la voie à une analyse nouvelle des constructions verbales transitives à objet interrogatif, qui permet d’éliminer une difficulté mentionnée, mais non résolue en VII.5. À titre d’exemple, considérons l’énoncé (40).

(40) Quel article de Sapir lira-t-elle d’abord ?

113La tête v* est initialement pourvue d’une matrice ininterprétable de traits φ, d’un trait [EPP] et, lorsque l’objet est interrogatif, d’un trait périphérique [EF]. Rappelons que le trait [EF], librement assigné aux têtes phasales intermédiaires sur le trajet du mouvement, fonctionne comme un attracteur non sélectif, qui permet le déplacement d’interrogatif sans que les traits de l’élément déplacé coïncident avec ceux de la tête attracteur. Il ne participe pas aux relations de vérification, avec matching et effacement, contrairement à ce qui s’observe dans les cas de mouvement A, fondés sur une relation sonde-cible. Ce déplacement indirectement guidé par le trait se pousuit aussi longtemps que l’expression interrogative n’a pas atteint la tête dotée du trait [Q] ininterprétable. Il est maintenant possible d’expliciter la dérivation de (40). Les traits φ de v* et son trait [EPP] migrent sur V, déclenchant l’application d’Agree entre V et l’objet interrogatif suivi par la montée de ce dernier dans le spécifieur de VP. Tous les traits ininterprétables de V se trouvent ainsi vérifiés/valués ; le trait de Cas porté par l’expression interrogative reçoit quant à lui la valeur [accusatif] comme un effet indirect d’Agree. De façon simultanée, le trait [EF] sur v* attire l’expression interrogative dans le spécifieur externe de v*P. L’objet interrogatif dans la position complément de V est donc ciblé à la fois par les traits φ et le trait [EPP] de V et par le trait [EF] de v*, ce qui donne lieu à un déplacement simultané de cet objet dans le spécifieur de VP et dans le spécifieur externe de v*P. Au point de la dérivation où la phase v*P est achevée et la tête T introduite, on a la configuration schématisée en (41).

(41) T… [v*P OBJ [v*’ SUJ [v*’ v* [VP OBJ [VV OBJ]
    [u-qu] [EF] [i-φ] [u- φ]
        [u-Cas] [EPP]

114Il est donc possible de reproduire pour la phase v*P le scénario précédemment justifié pour la phase CP. Il apparaît que le noyau commun à toutes les structures impliquant un déplacement est la notion de chaîne uniforme, non l’origine dérivationnelle des chaînes correspondantes – les chaînes A et les chaînes A’ impliquent des traits différents. Les propositions (i)-(iv) ci-dessous résument ce résultat.
(i) Les positions A et A’ ne sont pas distinguées structuralement, mais par la façon dont elles sont dérivées.
(ii) Une position A’ est une position dont la projection satisfait l’exigence du trait [EF] d’une tête de phase. SpecCP et le spécifieur externe de v*P satisfont à cette caractérisation.
(iii) Le mouvement A’ successif cyclique crée une chaîne A’ uniforme (qui inclut au plus une position A, la position la plus basse).
(iv) Les seules chaînes A légitimes sont les chaînes A complètes, celles qui ne contiennent que des traits valués, soit de façon inhérente, parce qu’ils sont interprétables, soit par l’effet d’Agree, qui a valué les traits ininterprétables.

6.3. La Condition du sujet

  • 41 Cette contrainte exclut (i), par exemple.

115Nunes et Uriagereka (2000) invoquent la théorie des phases pour dériver les contraintes d’îlot fort, en particulier la CED (voir section 5.2). Mais la conception des phases sous-jacente à leur analyse n’est pas celle de Chomsky. Ce dernier propose également de dériver les effets de la Condition du sujet de la théorie des phases, en la complétant par l’hypothèse de l’héritage. À ses yeux, le phénomène est même l’une des données empiriques qui appuient l’hypothèse de l’héritage. La Condition du sujet est la contrainte excluant qu’une dépendance qu/wh franchisse les frontières d’un DP sujet.41 Considérons les énoncés suivants :

(42) a. *De quelle actrice la photo a-t-elle causé un scandale ?
  b. De quelle actrice a-t-on découvert la photo ?
  c. De quelle actrice la photo était-elle sur la table ?
  d. ? De quelle actrice la photo a-t-elle été volée ?

116(42a) illustre un cas d’extraction apparente hors de la position de sujet grammatical. La structure résultante est mal formée. (42a) contraste avec (42b), où l’extraction a lieu depuis la position d’objet direct. Par contre, l’extraction depuis la position de sujet grammatical semble être légitime dans les constructions inaccusatives, (42c), et passives, (42d). (42c) et (42d) se comportent comme (42b), non comme (42a), où le DP la photo de… occupe pourtant la même position en surface. Si les jugements de grammaticalité sont bien ceux qui sont indiqués, on doit conclure que c’est la position initiale du syntagme hors duquel se fait l’extraction qui est responsable du contraste observé, non sa position dérivée. Cette position est le spécifieur de v*P en (42a), la position d’argument direct de V en (42b)-(42d). Un objet syntaxique contenant une expression qu-/wh- ne définit un îlot pour cette expression que lorsqu’il est inséré (first merged) comme spécifieur de v*P, pas quand il est inséré comme complément de V.

  • 42 Rappelons que C a deux sondes : le trait de marge EF et un trait d’Accord (traits φ), le second éta (...)
  • 43 Des recherches récentes ont cependant établi que tous les sujets ne donnaient pas lieu à des effets (...)

117Pour dériver ce résultat, Chomsky réitère l’hypothèse que le mouvement A d’un sujet interrogatif dans SpecTP et le mouvement A’ du même sujet dans SpecCP sont l’un et l’autre déclenchés par des sondes localisées sur la tête C et procèdent simultanément.42 C’est bien ce qui se passe en (42c) et en (42d) : une seule phase est présente, la phase CP ; la tête C est la seule source de traits pouvant fonctionner comme sondes ; C a accès au PP complément de quelle actrice dans la position d’argument interne des constructions inaccusatives et passives parce que vP ne définit pas une phase dans ces structures. Le PP interrogatif est attiré par C dans son spécifieur par le trait de marge et le DP contenant le PP interrogatif est attiré dans le spécifieur de TP par les traits φ hérités de C par T. La dimension cruciale dans l’analyse de (42c)/(42d) est la mise en œuvre simultanée de ces deux déplacements. Si le mouvement A dans SpecTP précédait le mouvement A’ dans SpecCP et si le mouvement dans SpecCP était opéré depuis SpecTP, la distinction entre (42c)/(42d) et (42a) serait perdue. La configuration (42a), dans laquelle le DP contenant le PP interrogatif a son origine dans Specv*P, se distingue en effet de la précédente en ce que deux phases sont présentes, v*P et CP. Tout se passe comme si la sonde C déclenchant le mouvement d’interrogatif ne pouvait accéder à un PP qu-/wh- interne à l’argument externe de la phase v*P. La solution proposée par Chomsky est on ne peut plus simple : les conditions pour une recherche minimale ne sont pas satisfaites dans cette configuration ; v* ne peut fonctionner comme sonde pour un élément contenu dans son spécifieur. Quand d’autre part la sonde EF/Q sur C cherche un trait coïncident interne à v*P, elle trouve une expression qu-/wh- contenue dans une phase qui a déjà été traitée par la dérivation, la phase DP la photo de quelle actrice, qui n’est plus accessible, puisque la phase DP est elle-même incluse dans la phase v*P. L’expression de quelle actrice n’a plus la possibilité de se déplacer dans SpecCP et de participer aux relations d’accord nécessaires à la légitimation des constructions interrogatives. (42a) n’est tout simplement pas dérivable.43 Deux phases sont également présentes en (42b), CP et v*P. Contrairement au cas illustré par (42a), le constituant pertinent est accessible à la sonde v*. On peut supposer que les traits sondeurs sur v* et sur V opèrent simultanément : le DP objet contenant le PP interrogatif est attiré dans le spécifieur de VP et le PP interrogatif est simultanément attiré dans le spécifieur de v*P. Dans cette dernière position, l’expression interrogative est accessible à la sonde C. (42b) est bien formé.

6.4. L’héritage de traits dans le système C-T

118L’hypothèse de l’héritage de traits, combinée à l’idée que les traits φ hérités par T et les traits [EF] de C sondent simultanément, introduit un changement radical dans la caractérisation des chaînes – voir la discussion de (30) et (31) au chapitre VII ainsi que la section 5.1 dans ce chapitre. Elle suscite aussi des recherches empiriques nouvelles et permet la réinterprétation de résultats anciens. Den Dikken (2011b) analyse une situation dans laquelle, selon lui, l’héritage par T des traits φ de C est bloqué.

  • 44 Cette hypothèse ne va pas de soi. Voir note 38.

119Admettons qu’on prenne au sérieux l’idée que la catégorie T est radicalement dépourvue de traits.44 La structure pertinente a la forme suivante :

(43) [C[uT, uφ] [T [ø] [vP SUJ v + V…]]]
  • 45 L’algorithme d’étiquetage défini par Donati et Cecchetto permet aussi de dériver ce résultat. Voir (...)
  • 46 Dans l’approche défendue par den Dikken et d’autres, la phasalité n’est pas une caractéristique pré (...)

120Selon den Dikken, le mouvement du verbe (c’est-à-dire de la tête complexe v + V) intervenant en (43) est une opération de substitution qui a pour output une structure dans laquelle T « devient » le verbe fini.45 Il suppose en outre que la substitution de v-V à T a pour effet de définir dérivativement T comme une tête de phase et de créer une configuration dans laquelle la tête de phase C, lorsqu’elle est insérée, est construite avec un complément TP qui est lui-même une phase.46 Il est clair que la transmission de traits depuis C ne peut opérer dans ce cas, l’héritage de traits ne pouvant impliquer une tête qui en est déjà pourvue. Mais la dérivation par substitution ne peut aboutir que si le verbe fini est lui-même porteur de traits φ interprétables, donc valués. Ces traits sont en effet les seuls à pouvoir valuer ceux de C. L’argument sujet en particulier ne le peut pas, bien que porteur de traits φ interprétables, car, en (43), il ne monte pas dans SpecTP et est donc séparé de C par la catégorie T intervenante abritant le verbe fini.

121Une deuxième conséquence de la dérivation par substitution défendue par den Dikken est en effet que C ne peut activer le trait [EPP] sur T = v + V. Le mouvement de l’argument externe dans SpecTP est donc impossible. Dire que ce mouvement est bloqué signifie que l’argument externe est nécessairement réalisé dans une position A’, un site de dislocation à gauche. Par contre, le verbe fini étant porteur de traits φ interprétables, le pro-drop du sujet est légitimé (voir VI.8). L’argument présenté parvient donc à dériver l’un des résultats de l’étude d’Alexiadou et Anagnostopoulou (1998), à savoir l’existence d’une connexion étroite entre la montée du verbe dans T, la propriété pro-drop et l’absence d’effet EPP dans SpecTP (et la réalisation du sujet dans une position disloquée à gauche). Cette analyse suppose que les phases peuvent être étendues : un domaine non phasal (TP) peut acquérir des propriétés phasales par l’effet du déplacement d’une tête phasale (v-V) dans sa propre tête (T). Une relation d’héritage s’établit bien dans ce cas entre deux catégories, mais c’est ici la catégorie la plus haute qui hérite de la tête phasale la plus basse.

122Den Dikken examine également le fonctionnement de l’héritage de traits dans les structures où T n’est pas radicalement dépourvu de traits, mais est porteur, selon lui, d’un trait [uT]. Dans ce cas, le déplacement du verbe dans T, s’il a lieu, prend la forme d’une adjonction.

(44) [C[uT, uφ] [T [uT] [vP SUJ v + V…]]]

123Dans cette structure, la transmission des traits φ de C à T a lieu (elle n’est pas bloquée par la présence de uT sur T). C’est à cette dérivation que doivent recourir les langues non pro-drop qui instancient la montée du verbe dans T. On s’attend à ce que, dans ces langues, l’effet EPP soit systématiquement observable. Le français est une langue de ce type.

124En bref, si l’on suit l’argumentation de den Dikken, la procédure d’héritage de C à T n’est mise en œuvre que dans les langues où T n’a pas déjà été pourvu de traits par l’effet du mouvement de v-V dans T. L’héritage peut donc se faire depuis le bas (par mouvement) ou depuis le haut (par transmission). Il semble que dans certaines langues, T et v fonctionnent en tandem, comme s’ils formaient une unité discontinue, alors que dans d’autres, c’est avec C que T entretient une relation extrêmement étroite. On s’attend à ce que cette asymétrie se manifeste dans un ensemble plus vaste de phénomènes que ceux qui sont considérés ici.

125D’autres conséquences de l’hypothèse de l’héritage mériteraient d’être approfondies. Le T des domaines infinitifs compléments d’un verbe à montée ou d’un verbe ECM ne peut par définition hériter de trait de quelque catégorie C que ce soit, puisque aucune n’est présente dans le domaine. En même temps, on ne peut plus parler de « Temps défectif », comme Chomsky le faisait dans MI et dans DbP (voir chapitre VI) : si T est radicalement dépourvu de traits, il ne peut fonctionner comme sonde et attirer un DP dans son spécifieur, ce qui suggère que, dans les constructions à montée, le déplacement dans la position de sujet grammatical du verbe matrice se fait directement depuis le vP enchâssé. Cette conclusion elle-même va à l’encontre de ce que nous enseignent les phénomènes de liage dans ces structures, voir la discussion de (35)-(37) au chapitre VI. Si l’argument déplacé transite effectivement par le spécifieur du TP enchâssé, il faut supposer que le trait [EPP] peut être (facultativement) assigné à toute catégorie tête (et pas exclusivement aux têtes de phase, comme Chomsky le propose) et que sa présence sur une tête est au moins en partie indépendante des relations sonde-cible créées par Agree. Une autre possibilité est d’admettre que, quelle que soit la représentation qu’on leur donne, il existe des cas de mouvement intervenant en syntaxe étroite qui ne sont pas motivés par la nécessité de vérifier des traits ininterprétables. Cette option, lourde de conséquences, est en consonance avec l’hypothèse (indépendante) que le mouvement indirectement guidé par les traits existe.

126Si l’on suit l’analyse de den Dikken, le problème se pose encore de façon différente, parce que T peut hériter ses traits de la catégorie verbale qui s’y déplace et devenir ainsi une tête de phase par procuration. Cette option ne serait disponible que dans les langues où les verbes infinitifs ont la même syntaxe que les verbes finis ou du moins quittent le vP. Malheureusement, il ne semble pas que les constructions à montée aient des propriétés radicalement différentes dans les langues dont on sait que les verbes lexicaux montent dans le T infinitif, comme l’italien, et celles dont on sait que les verbes lexicaux ne montent pas dans le T infinitif, comme l’anglais ou le français contemporain.

6.5. Héritage et nécessité conceptuelle

127Pour que l’hypothèse de l’héritage de traits puisse être intégrée au dispositif minimaliste, il faut démontrer qu’elle est, comme la notion de phase elle-même et l’hypothèse de l’accès cyclique aux interfaces, justifiée par la nécessité conceptuelle, c’est-à-dire par sa place dans un design optimal et par sa contribution à la lisibilité des interfaces. Dans OPh, Chomsky propose que l’héritage de traits suive de façon nécessaire de l’exigence que la distinction A/A’ soit structuralement représentée à l’interface C-I (voir 6.1).

  • 47 Marc Richards (2007) avait développé une version plus sophistiquée du même argument. Selon lui, l’h (...)

128Selon Ott (2009, p. 267), « l’héritage de traits résout un problème concernant la valuation des traits ininterprétables et le timing de Transfer ». Dans AUGB et OPh, Chomsky propose que valuation et Transfer coïncident, ce qui signifie que l’opération Agree est partie intégrante de l’opération Transfer et que tous les processus de valuation sont déclenchés par les têtes de phase. Or, comme le souligne Ott, cette analyse ne peut être maintenue que si les traits non valués ne sont pas présents dès le début sur les têtes non phasales. Il serait en effet très difficile de faire en sorte que les têtes non phasales retardent le processus de sondage par leurs traits non valués jusqu’à l’insertion de la tête de phase. L’hypothèse de l’héritage permet de maintenir l’idée qu’aucune valuation n’intervient avant le point de transfert. La SMT requiert donc que les traits non valués ne soient initialement présents que sur les têtes de phase et implique aussi qu’il existe des têtes plus basses pour accueillir certains d’entre eux. Ott (2009) observe également que l’hypothèse de l’héritage est incompatible avec la formulation révisée de la PIC, (25), et réintroduit de fait la version initiale de cette condition, (13). Si en effet l’héritage de traits intervient pour assurer la valuation au point où Transfer opère, le transfert du complément intervient nécessairement au moment où la tête de phase est insérée par Merge. Il ne peut être suspendu jusqu’à ce que la tête de phase immédiatement supérieure soit insérée, une option que la formulation (25) rend pourtant disponible.47

  • 48 Une propriété essentielle, qui n’est pas abordée ici faute de place, est celle du statut obligatoir (...)

129Mais si la formulation révisée de la PIC est abandonnée, les phénomènes qui ont motivé cette révision n’ont plus d’explication, voir (23). Cette dernière conclusion ne vaut que si l’on suppose que la PIC n’est opératoire que dans la syntaxe étroite et contraint l’opération Agree. On doit donc soit abandonner l’hypothèse de l’héritage de traits, soit admettre que la PIC ne vaut pas pour la syntaxe étroite, mais seulement pour les composants assurant le mapping sur les interfaces. Cette possibilité sera reconsidérée en IX.3. Si l’on adopte l’hypothèse de l’héritage, c’est en fait la seule possibilité.48

7. Propriétés diagnostiques

130Ce qui donne aux phases une importance toute particulière dans le dispositif minimaliste, c’est qu’elles constituent, aux côtés de Merge, une caractéristique spécifique au langage humain. Selon Chomsky, Hauser et Fitch (2002), ce qui distingue le langage humain des autres systèmes de communication, c’est bien sûr la propriété de récursivité, mais c’est aussi la façon très particulière qu’a la syntaxe d’interagir avec les composants externes et les systèmes d’interface.

131En guise de conclusion, il peut être utile de dresser l’inventaire de l’ensemble des propriétés qui peuvent servir à diagnostiquer le statut phasal d’un objet syntaxique. La liste (45)-(47) adapte celles qui ont été proposées par Matushansky (2005) et par Citko (2014).

(45) Propriétés syntaxiques
a. Un domaine phasal HP est un domaine pour la valuation de traits.
  b. H est la source de traits ininterprétables.
  c. Le mouvement hors de HP transite par la marge de HP.
  d. Seules la marge de HP et la tête H sont accessibles depuis l’extérieur de HP.
  e. À la complétion de HP, est déclenché le transfert du complément de H vers les interfaces.
(46) Propriétés de LF
  • 49 Les propriétés de QR sont examinées en X.1.
a. HP a un statut propositionnel
  b. Un élément extrait de HP peut être interprété à la marge de HP.
  c. La Montée de quantifieur (Quantifier Raising, QR) peut cibler la marge de HP.49
(47) Propriétés de PF
a. HP est phonologiquement isolable.
  b. Un élément extrait de HP peut être prononcé à la marge de HP.
  c. Le complément de H peut être élidé.

132L’étude de Matushansky (2005) sur les domaines DP et les incertitudes entourant l’analyse adéquate des groupes verbaux, vP ou non, indiquent que seuls les domaines CP satisfont à la majorité des tests découlant de (45)-(47). Selon Matushansky, l’étude des DP impose de conclure ou bien que (i) l’indépendance interfaciale n’est pas un diagnostic pour le statut phasal, ou bien que (ii) les phases ne manifestent pas leur indépendance aux deux interfaces en même temps. L’hypothèse de la simultanéité des transferts aux interfaces, séduisante et presque nécessaire d’un point de vue minimaliste (voir 2.1), rencontre aussi des difficultés en dehors des domaines DP. Et la référence aux notions sémantiques et phonologiques de propositionnalité et d’isolabilité soulève plus de difficultés qu’elle n’en résout (voir 2.1). Il ne semble donc pas qu’on puisse conserver à la théorie des phases la forme qui lui est donnée aujourd’hui.

Notes

1 Sur ce scénario, voir MI, p. 110, et les éclaircissements d’Atkinson (2007).

2 L’hypothèse du cycle unique a déjà été évoquée en II.6.1.

3 Bresnan adopte l’analyse par montée des relatives développée par Vergnaud (1974).

4 Rappelons que v* note la tête des groupes verbaux agentifs dont le spécifieur abrite un argument externe, v la tête des groupes verbaux inaccusatifs, dont le spécifieur n’est pas projeté. On admettra pour l’instant que seul v* définit une tête de phase.

5 Chomsky propose dans OPh que les traits ininterprétables aient exclusivement leur origine dans les têtes de phase. C’est même une propriété définitoire des têtes de phase que d’être la source des traits ininterprétables associés aux autres catégories têtes de leur domaine (voir section 6).

6 Chomsky insiste à plusieurs reprises sur le fait que la relation spécifieur-tête n’est pas impliquée dans la vérification de ces traits : ils sont valués par un terme identifié par une recherche minimale dans le domaine (de c-commande) de la tête de phase et déplacés ensuite dans son spécifieur. La relation spécifieur-tête n’est qu’un épiphénomène de ce déplacement imposé par EPP.

7 C’est le cas des C intermédiaires dans les structures à déplacement long d’interrogatif, voir 5.1.

8 OCC signifie « je dois être une occurrence d’un élément ß ».

9 Dans ce qui suit, je conserverai l’abréviation EF et utiliserai l’expression « trait EF » malgré son caractère redondant.

10 Pour des constructions illustrant cette situation, voir VI.4.

11 Il y a chez Chomsky un certain flottement dans l’emploi du terme edge, qui désigne tantôt la combinaison de la tête de phase et de son spécifieur, tantôt (le plus souvent) le spécifieur seul.

12 Cette limitation à deux rappelle la formulation de la sous-jacence donnée dans CoT, selon laquelle un mouvement ne peut franchir qu’un nœud cyclique à la fois, et le modèle de Barriers, dans lequel VP définit, aux côtés de CP, une barrière pour le gouvernement.

13 Si l’on fait abstraction des effets liés à la Condition de sous-jacence, le Principe de cyclicité stricte, formulé dans CoT, autorise la mise en relation d’une expression dans une proposition profondément enchâssée avec une position appartenant à une proposition hiérarchiquement plus haute. Cette option n’est pas disponible dans une approche intégrant la PIC, puisque l’expression enchâssée n’est plus accessible quand la dérivation atteint la proposition la plus haute.

14 L’hypothèse (14e) revient à exclure de la grammaire tout procédé de rétrospection qui permettrait de garder en mémoire et éventuellement d’exploiter le détail de ce que les étapes antérieures de la dérivation ont accompli. Sheer (2009) insiste sur le fait que l’origine de ce type de contrainte doit être cherchée dans la phonologie, pas dans la syntaxe ; voir la Condition du cycle strict de Mascaro (1976) et son usage « syntaxique » par Rouveret et Vergnaud (1980) dans leur analyse des constructions causatives. Il met également en regard la théorie des phases et le fait que seuls certains domaines définissent des unités pour le transfert avec la notion de Spell-Out sélectif de Halle et Vergnaud (1987).

15 À ma connaissance, Atkinson (2001) est le premier à avoir soulevé cette difficulté. Boeckx et Grohmann (2007) la mentionnent également.

16 Pour l’opposition entre CP et TP, voir les exemples (9).

17 Sur l’hypothèse de l’héritage de traits, voir section 6.

18 Les arguments donnés par Chomsky pour justifier l’asymétrie entre v*P et vP ne sont pas pleinement convaincants. On ne voit pas immédiatement pourquoi la structure argumentale des prédicats inaccusatifs ou des verbes passifs serait moins complète que celle des prédicats transitifs et inergatifs. Et il n’est pas souhaitable de poser que c’est la présence d’un argument externe qui définit un domaine verbal comme une phase (ce que ne fait pas Chomsky). La définition des phases basée sur la convergence évite cette difficulté.

19 C et D ne semblent jamais se déplacer vers une position tête plus haute. On doit se borner à enregistrer cette caractéristique, en observant que ce déplacement ne serait pas bloqué par la PIC.

20 Mais pour les cas où l’argument objet est lui-même interrogatif, voir VII.5.

21 Les sites de reconstruction potentiels sont indiqués entre crochets, incluant la mention OK si la reconstruction est possible et un astérisque si la reconstruction est exclue. (19b) est la transposition au français de l’un des exemples discutés par Fox. Les jugements concernant les données françaises paraissent en tous points parallèles à ceux suscités par les exemples anglais.

22 Souhaitant démontrer que les phases ont aussi une existence en PF, Legate adapte à la théorie des phases les arguments de Bresnan en faveur de la cyclicité de la NSR : la NSR opère au niveau phasal. L’argument ne tient que si l’intonation est bien un phénomène phonologique, c’est-à-dire si le calcul de l’intonation résulte de la computation phonologique. Ce dernier point est contesté par Sheer (2009), qui considère que l’intonation n’est pas un phénomène phonologique, mais syntaxique. Cette conclusion, si elle était avérée, affaiblirait considérablement l’incidence des phénomènes d’intonation dans la justification du Spell-Out cyclique. Voir aussi section 3.2.

23 Sur l’accord avec l’associé dans les constructions en there, voir VI.7.1.1. Ces constructions, dans lesquelles seul Agree est impliqué, montrent que les conséquences de la dérivation phasale ne sont pas restreintes à Move.

24 Legate (2003) invoque aussi les phénomènes d’intonation et le fonctionnement de la NSR à l’appui du statut phasal des vP inaccusatifs et passifs. Du côté interprétatif, on peut observer, à la suite de Citko (2014), que les données présentées établissent sans doute possible l’existence d’un site de reconstruction à la périphérie des groupes verbaux inaccusatifs et passifs, comme à celle des groupes verbaux transitifs et inergatifs (ce qui confirme leur statut phasal), mais que cette conclusion est en partie indépendante de la question de savoir si les constructions passives et inaccusatives incluent ou non un vP.

25 La formulation (25) n’a pas seulement des implications pour la relation entre la catégorie T et un sujet interne au domaine d’une phase forte v*P. Elle prédit également que l’accord entre la tête T et un DP interne à un CP enchâssé est possible en (i), pourvu qu’une seconde frontière de phase forte n’intervienne pas entre T et DP :

(i) [CP [TP T [vP v [VP V [CP… DP…]]]]

Si la construction correspondante est mal formée, ce ne peut être que parce que DP n’est plus actif ou parce qu’il existe sur le parcours un élément intervenant. Ces deux cas sont l’un et l’autre illustrés par l’exemple (ii) cité par Chomsky dans MI.

(ii) *There seem [that it was told friends [that it’s raining]]

D’une part, la cible de l’accord (friends) est inactive au point où T cherche à valuer ses traits φ. D’autre part, it, lui aussi inactif, fonctionne comme élément intervenant défectif.

26 Pour une comparaison approfondie des deux versions de la PIC et de leurs implications respectives, voir Marc Richards (2004, 2007, 2011). Il observe que la différence entre les deux versions se ramène à l’appartenance de T à une sous-sélection plutôt qu’à une autre.

27 Pour une discussion, voir IX.3.2, où sont examinées les conséquences du phénomène de l’accord à distance.

28 La théorie des phases rend disponible une analyse nouvelle du phénomène de l’accord du participe passé en italien et en français. D’Alessandro et Roberts (2008) montrent que l’accord n’est observable que si la sonde et la cible impliquées sont l’une et l’autre contenues dans le complément de la tête de la phase « minimale » (c’est-à-dire, la tête structuralement la plus proche du domaine complément). Cette conclusion converge avec l’idée avancée par Bobaljik (2008) que les phénomènes d’accord se produisent à l’intérieur du complément d’une tête de phase, « la sous-structure qui est transférée en PF comme une unité ».

29 Ce point de vue n’est pas partagé par tous. Il est vrai que toute phase définit potentiellement un îlot pour l’extraction. Mais un élément peut échapper au domaine phasal qui le contient en se déplaçant à sa marge. On se souvient que, pour garantir la cyclicité successive des déplacements, Chomsky fait l’hypothèse que toutes les têtes de phase sont pourvues d’un trait périphérique P ou d’un trait de marge EF (voir VII.5 et dans le présent chapitre la section 5.1). C’est là affaiblir considérablement le statut de barrière des frontières de phase et réduire d’autant la possibilité que les phases servent de base à une théorie de la localité. Boeckx et Grohmann (2007) vont jusqu’à conclure que « la localité n’offre aucun argument en faveur des phases ». Ce point de vue n’est pas pleinement correct. La théorie des phases rend par exemple disponible une analyse intéressante des phénomènes d’îlots forts (voir 5.2).

30 Les choses ne sont pas simples parce qu’il faudrait garantir que le trait facultatif Q est obligatoirement sélectionné dans le cas de (26), tout en excluant les énoncés interrogatifs du type (i) :

(i) *Quii ti pense [à quij tu as parlé tj] ?

Pourtant, on ne peut mettre en doute que le mouvement de l’expression interrogative transite par les SpecCP intermédiaires. Le phénomène du mouvement avec copie, qui se manifeste dans certaines variétés d’allemand, indique que le mouvement de l’interrogatif laisse une copie dans les systèmes CP intermédiaires et est donc successif cyclique. Voir chapitre VII, note 18.

31 On se souvient que le spécifieur de Tdef fournit au mouvement A successif cyclique une porte de sortie hors des propositions infinitives. Ceci parce que le caractère défectif de T (le fait qu’il ne soit pas φ-complet) permet à l’expression nominale en cours de déplacement de rester active et accessible pour d’autres applications d’Agree et de Move, les traits qui lui permettent de rester active ne pouvant pas être effacés par Tdef. Voir chapitre VI.

32 Une analyse dans les mêmes termes du mouvement A à distance est évidemment envisageable, voir chapitre VI.

33 L’idée que les étapes intermédiaires dans un mouvement cyclique ne sont pas soumises à une exigence de vérification immédiate a son origine dans Takahashi (1994).

34 Dans Barriers, Chomsky tente de dériver les effets de la CED de principes motivés indépendamment, tout en capturant la sensibilité de l’extraction au statut grammatical du terme extrait (adjoint, sujet, objet) ; voir aussi Kayne (1984) et Cinque (1990). La Condition de sous-jacence est réinterprétée comme une contrainte sur le mouvement excluant qu’un déplacement franchisse plus d’une barrière. Une notion de barrière par héritage est introduite. Le TP dominant immédiatement un DP sujet est une barrière par héritage ; donc le mouvement d’un élément interne au DP sujet dans le spécifieur de CP franchit nécessairement deux barrières, en violation de la sous-jacence. Pour la même raison, il est impossible d’extraire hors d’une proposition relative, ce que stipule la Condition des groupes nominaux complexes. L’idée sous-jacente à l’analyse par héritage est qu’une relation peut être établie à travers une frontière CP ou une frontière TP ou à travers une frontière CP ou une frontière DP, mais pas à travers les deux.

35 Cet ordre est finalement déterminé par le principe qui fixe l’ordre des adjoints dans la grammaire.

36 En fait, comme l’observe Odysseas Fyssas, les deux analyses ne sont pas seulement incompatibles, elles sont contradictoires.

37 Le phénomène de l’accord du complémenteur, observable dans certaines langues, confère une plausibilité initiale à l’hypothèse que les traits φ ont leur origine dans C. En flamand de l’Ouest, le complémenteur d’une proposition à temps fini subordonnée partage ses traits de personne et de nombre avec le sujet grammatical de la proposition qu’il introduit. Haegeman (1992) fournit l’exemple suivant :

(i) Kpeinzen dank ik morgen goan.
    je-croi que-1Sg je demain aller
    « Je crois que je partirai demain. »

38 Dans la présentation qu’il fait de cette hypothèse, Chomsky mentionne Tense aux côtés des traits φ parmi les traits hérités. Pourtant si la catégorie T doit avoir une réalité, il faut bien supposer qu’elle est spécifiée pour au moins un trait interprétable. On a souvent souligné le caractère apparemment anticyclique de la transmission des traits de C à T (bien que la question de l’anti-cyclicité ne se pose pas dans un système où le cycle est défini sur la base de la notion de phase et où C définit une tête de phase). Plusieurs chercheurs avaient défendu le choix inverse, proposant que les traits de C ont leur origine dans T, voir par exemple Pesetsky et Torrego (2001) sur le mouvement de T dans C et Nash et Rouveret (1997, 2002) pour la proposition que les traits non satisfaits au niveau T sont soit hérités par C, soit copiés sur une catégorie T proxy projetée au-dessus du T originel.

39 Une autre conséquence de l’hypothèse de l’héritage doit être mentionnée. Dans cette hypothèse, les traits ininterprétables ne sont associés qu’aux têtes de phase. Or certains chercheurs proposent d’assimiler le fonctionnement du Merge externe dans la sous-catégorisation à un type particulier d’Agree, impliquant un trait ininterprétable associé à une catégorie lexicale. Si l’on pose que les traits ininterprétables sont une propriété exclusive des têtes de phase, cette analyse de la sous-catégorisation ne peut être maintenue. À moins bien sûr que les traits codant la sous-catégorisation d’une tête lexicale ne soient eux-mêmes hérités de la tête phasale la plus proche…

40 Dans les constructions transitives avec objet interrogatif, v* a un spécifieur interne, position de first Merge de l’argument externe, et un spécifieur externe, position A’ associée au trait [EF] de v.

41 Cette contrainte exclut (i), par exemple.

(i) *De qui sais-tu que publier la photo a causé un scandale ?

42 Rappelons que C a deux sondes : le trait de marge EF et un trait d’Accord (traits φ), le second étant hérité par T.

43 Des recherches récentes ont cependant établi que tous les sujets ne donnaient pas lieu à des effets d’îlot. Selon Bianchi et Chesi (2014), plusieurs facteurs sont impliqués, en particulier l’opposition entre interprétation thétique et interprétation catégorique de l’énoncé, qui elle-même dépend de la nature épisodique ou permanente du prédicat et, en italien, de la position préverbale ou postverbale du sujet. La présuppositionnalité des sujets (les sujets catégoriques sont nécessairement présupposés), leur statut défini ou indéfini interviennent également. Selon les auteurs, les énoncés (i) et (ii) représentent deux cas extrêmes :

(i) il personaggio di cui è stata pubblicata [un’intervista __]
    la personnalité dont a été publiée une interview
  (ii)  ?* il personaggio di cui [l’intervista __] ha provocato uno scandalo
    la personnalité dont l’interview a provoqué un scandale

(i) contient un argument interne non déplacé, non relié au discours, (ii) un argument externe relié au discours, occupant une position dérivée. Bianchi et Chesi parviennent à la conclusion que les sujets ne se qualifient comme des îlots que quand ils sont interprétés à l’interface à l’extérieur du noyau prédicatif de la proposition, ce qui est le cas des sujets catégoriques. Ils sont transparents pour l’extraction quand ils sont inclus dans une structure thétique. Dans ce cas, ils sont systématiquement reconstruits dans une position θ interne au prédicat. Les domaines sujets, réputés définir des îlots forts, donnent donc lieu aussi à des phénomènes de sensibilité sélective.

44 Cette hypothèse ne va pas de soi. Voir note 38.

45 L’algorithme d’étiquetage défini par Donati et Cecchetto permet aussi de dériver ce résultat. Voir V.1.3.

46 Dans l’approche défendue par den Dikken et d’autres, la phasalité n’est pas une caractéristique prédéfinie et immuable de certains domaines, mais une propriété qui peut être modifiée par le mouvement de tête en syntaxe. Le déplacement de v-V dans T a pour effet d’étendre la phase vP et de différer le transfert, qui ne se fait pas au niveau vP, mais au niveau TP. Une première formulation de cette idée se trouve dans Barriers, où le mouvement de V dans I (= T) avait pour effet d’annuler le statut de barrière de VP.

47 Marc Richards (2007) avait développé une version plus sophistiquée du même argument. Selon lui, l’hypothèse de l’héritage s’impose comme une nécessité si l’on admet à la fois que (i) la valuation et le transfert des traits ininterprétables opèrent simultanément, et que (ii) la marge et le complément d’une phase sont transférés séparément. La condition (ii), c’est-à-dire la PIC, fait que la condition de convergence (i) ne peut être satisfaite. Une tête de phase, porteuse d’un trait ininterprétable, n’est pas transférée au niveau phasal, puisqu’elle fait partie de la marge, ce qui viole la condition que valuation phasale et transfert coïncident. L’hypothèse de l’héritage permet de résoudre la difficulté. Puisque la tête de phase n’est pas épelée avant la phase suivante, son trait ininterprétable doit descendre sur la tête de son complément pour satisfaire (i). On ne peut cependant exclure la possibilité qu’un trait ininterprétable porté par une tête de phase soit valué par un item inclus dans la phase suivante, satisfaisant (i). Il est vrai que, dans le cas général, le trait qui demande à être valué c-commande le trait qui lui donne sa valeur. Ce qui ne serait pas le cas dans la situation envisagée.

48 Une propriété essentielle, qui n’est pas abordée ici faute de place, est celle du statut obligatoire ou facultatif, systématique ou aléatoire, du processus d’héritage. Legate (2011) parle de under-inheritance pour désigner les situations où le transfert des traits de C à T n’a pas lieu. Elle discute les constructions à sujet initial dans les langues V2, où le sujet dans SpecCP se comporte comme s’il occupait une position A. Dans la structure correspondante, C conserve ses traits φ et le sujet se déplace directement dans SpecCP.

49 Les propriétés de QR sont examinées en X.1.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search