Version classiqueVersion mobile

Arguments minimalistes

 | 
Alain Rouveret

Chapitre VII

Mouvement

Texte intégral

  • 1 La construction verbale passive fournit un exemple simple de cette situation. En (i) :
  • 2 Toute théorie linguistique doit d’une façon ou d’une autre représenter et formaliser cette propriét (...)

1Convenons d’appeler « dislocation » le phénomène par lequel les objets syntaxiques se trouvent associés à plus d’une position dans la structure et sont en particulier interprétés dans une position, prononcés dans une autre.1 Dans les modèles génératifs, cette caractéristique saillante des langues naturelles est prise en charge par l’opération de « mouvement » (on parle aussi de « déplacement »).2 Les chapitres précédents ont fourni plusieurs indications sur la façon dont la dislocation est implémentée dans la grammaire. Mais, dans une perspective minimaliste, la question du comment ne se confond pas avec celle du pourquoi. Il convient aussi de déterminer la raison pour laquelle les mots et les expressions se déplacent, c’est-à-dire d’isoler la cause du mouvement.

  • 3 Jacques Jayez, dans son cours « Introduction à la sémantique » (ENS-LSH, 2008-2009), donne de la co (...)

2Dans les écrits minimalistes des années quatre-vingt-dix, notamment C&T, il s’agissait surtout de caractériser le mouvement au regard des autres opérations rendues disponibles par la Faculté de Langage, l’opération Merge en particulier, d’évaluer sa complexité et son coût global. Or on peut penser que l’existence même du mouvement met directement en question l’hypothèse que le langage est un objet parfait. Chomsky utilise souvent l’idée que si une propriété P n’est pas représentée dans les langages formels et dans les autres systèmes symboliques, alors P est un candidat plausible à l’inclusion dans la classe des imperfections, une pratique argumentative explicitement revendiquée dans Interview (voir p. 109). Or aucun langage formel n’intègre une notion de dislocation ou une opération de mouvement. Il y a sur ce point un contraste marqué entre Move, dont le statut est incertain, et l’opération Merge, conceptuellement nécessaire, au sens que Chomsky donne à cette notion, parce qu’elle constitue une solution optimale à la représentation de l’une des propriétés fondamentales du langage, la compositionnalité.3 Cet argument conceptuel concluant à l’imperfection du déplacement se double d’un argument formel. L’opération Move, qui produit les structures disloquées, est plus complexe que Merge, parce que chaque instance de Move inclut une instance de Merge et suppose en outre que soit déterminée la quantité de matériel déplacé. La complexité de Move, contrastant avec la simplicité de Merge, sous-tend la préférence de Merge sur Move.

3Dans les articles suivants, l’écart entre les deux opérations s’est considérablement réduit, Move en vient à être caractérisé comme une instance particulière de Merge.

4La première partie de ce chapitre examine les arguments que Chomsky présente à l’appui de cette innovation théorique, ainsi que les autres questions relatives à l’ontologie du mouvement dans le minimalisme. La seconde partie se concentre sur la phénoménologie du mouvement, en distinguant les différents types de mouvement et en indiquant, pour chacun, les propriétés qui permettent de le diagnostiquer.

1. Le mouvement est-il une imperfection ?

1.1. Le mouvement est une imperfection apparente

  • 4 Cette conception du mouvement est sous-jacente à ce qui a été dit de Move dans le chapitre II.

5Si le déplacement existe, il est nécessaire, dans une perspective minimaliste, de préciser la raison qui justifie son intégration au dispositif. Et cela ne peut se faire qu’en tentant d’évaluer cette opération à la lumière des principes qui définissent le dispositif. Son existence ne semble pas pouvoir être justifiée dans les mêmes termes que celle de Merge. Elle ne peut tenir sa légitimité que de sa contribution à la satisfaction des exigences de la SMT. De fait, dans MI et DbP, Chomsky avance que le recours à la dislocation permet la vérification optimale de certaines conditions d’interface. Il est évidemment essentiel d’identifier les conditions qui sont ainsi satisfaites. Selon Chomsky, la dislocation participe directement à la représentation de ce qu’il appelle la « dualité de la sémantique ». En d’autres termes, le système C-I en relation d’interface avec la Faculté de Langage non seulement requiert que les objets produits par la syntaxe au sens large soient lisibles et interprétables, il impose aussi que ces objets rendent accessibles et éventuellement explicites les distinctions entre plusieurs types d’information sémantique. Chomsky réduit cette pluralité à une dualité et distingue entre l’information thématique, concernée principalement par les relations sémantiques entre catégories-opérateurs et arguments, et tout le reste, c’est-à-dire les relations de portée et l’information liée au discours, qui impliquent typiquement la périphérie gauche de la proposition. Je reviendrai sur cette dualité dans la section 2. Pour l’instant, demandons-nous quelles considérations conduisent à la conclusion que le mouvement n’est qu’une imperfection apparente.4

6J’ai déjà fait référence au passage de MI dans lequel Chomsky définit les implications de la SMT sur la façon de mener la recherche sur le langage :

La stratégie de recherche consiste à débusquer les « imperfections » du langage, les propriétés qu’il devrait ne pas avoir, si [la SMT] est correcte. Les imperfections apparentes peuvent se présenter sous plusieurs formes. Étant donné une propriété apparente P du langage, on peut découvrir que :
a. P est réelle et constitue une imperfection.
b. P n’est pas réelle, contrairement à ce que l’on avait supposé.
c. P est réelle, mais ne constitue pas une imperfection ; P fait partie de la meilleure stratégie pour satisfaire les spécifications de design. (MI, p. 112)

7Le fait que le composant phonologique contrevienne systématiquement à la Condition d’inclusion constitue une imperfection irréductible, c’est-à-dire illustre la situation (a). Chomsky, dans MI, pose que cette condition et la SMT ne valent que pour la syntaxe étroite.

8Il est facile de déterminer ce que peut recouvrir le cas (b). On peut citer les diverses stipulations et conventions intervenant dans la théorie X-barre et qui disparaissent ou sont dérivées une fois que l’on adopte la théorie de la bare phrase structure. La structure S tombe également sous cette caractérisation. On a bien affaire à une imperfection puisque, dans le modèle précédent, c’était un niveau de représentation non nécessaire conceptuellement, exclusivement motivé par des considérations internes à la théorie. Cette imperfection n’est tout simplement pas réelle, puisque les phénomènes qui étaient supposés justifier l’existence de ce niveau peuvent être accommodés au niveau LF.

9C’est le cas (c) qui est décisif pour évaluer la SMT. La propriété de dislocation représente indiscutablement un premier exemple d’imperfection potentielle. Mais elle n’est pas la seule dans ce cas. L’existence même de traits ininterprétables sur les items lexicaux constitue une seconde imperfection. De ces traits, nous savons qu’ils doivent avoir été effacés en LF, parce qu’ils ne véhiculent aucune interprétation, mais peuvent avoir une réalisation morphologique en PF. Cette situation ne se rencontre dans aucun langage formel, aucun n’intègre une morphologie, en particulier une morphologie flexionnelle. On a donc affaire à une imperfection authentique, « réelle », si l’on reprend les termes du passage de MI qui suit.

La syntaxe étroite inclut aussi des procédés qui sont des imperfections, sauf si on peut montrer qu’elles ne sont pas réelles (option b), ce qui paraît peu plausible), ou qu’elles sont motivées par des spécifications de design (option c), la possibilité la plus intéressante). […] Considérons deux exemples remarquables :
(i) les traits ininterprétables des items lexicaux ;
(ii) la propriété de « dislocation ».
Sous (i), on trouve des traits qui ne reçoivent aucune interprétation en LF et ne requièrent pas d’être interprétés en PF, ce qui va à l’encontre de toute interprétation raisonnable de la Condition d’interprétabilité […]. (MI, p. 119)

10Face à ces deux imperfections, deux routes peuvent être suivies. On peut les considérer comme deux imperfections authentiques, sans lien l’une avec l’autre, et se résigner à abandonner ou, du moins, à affaiblir considérablement la SMT. Mais une deuxième voie existe, évoquée dans le passage ci-dessus : montrer que ces deux propriétés ne constituent des imperfections que si on les considère indépendamment, qu’elles sont en réalité corrélées et que, prises ensemble, elles constituent une pièce maîtresse dans la mise en place d’une solution optimale au problème posé par la nécessité de satisfaire les conditions de lisibilité des niveaux d’interface. D’une part, la dislocation n’est qu’une imperfection apparente, puisqu’elle assure la lisibilité de l’objet d’interface SEM par le système C-I et a donc des conséquences pour l’interprétation. D’autre part, les traits morphosyntaxiques ininterprétables sont un composant technique essentiel du mécanisme qui implémente la dislocation. Si donc la dislocation n’est qu’une imperfection apparente, les traits qui l’implémentent ne sont pas une imperfection du tout. C’est cette position que défend Chomsky dans le passage suivant de MI (voir aussi Interview, p. 113) :

[…] certaines propriétés sémantiques peuvent être spécifiquement associées aux structures disloquées, mais nous voulons découvrir les mécanismes qui forcent la dislocation. Les intuitions minimalistes nous conduisent à considérer l’autre imperfection majeure, les traits flexionnels ininterprétables. Il est possible que ces mécanismes soient utilisés pour produire la propriété de dislocation. Si c’est le cas, les deux imperfections pourraient se réduire à une seule, la propriété de dislocation. (MI, p. 121)

1.2. Le mouvement n’est pas une imperfection

11Dans BEA, la dislocation cesse d’être considérée comme une imperfection, réelle ou apparente. Ce changement de perspective est étroitement lié à une différence de point de vue concernant l’opposition entre l’opération de construction de la structure et le mouvement. Le mouvement est désormais subsumé sous la même opération Merge que le processus de construction de la structure, ce que marque la terminologie qui réfère au mouvement sous l’étiquette de « Merge interne » (internal Merge, IM). L’abolition de la distinction de fond entre le Merge externe et le Merge interne et sa réduction au statut de simple commodité terminologique permettent à Chomsky de conclure que le Merge interne, c’est-à-dire le déplacement, est lui-même une opération non contrainte, marquée au sceau de la nécessité conceptuelle, et donc de coût nul. Pour obtenir la dislocation, il est inutile de définir une opération nouvelle de mouvement. Il n’est pas non plus nécessaire, comme cela était fait dans MI et dans DbP, de chercher à motiver le déplacement. C’est ce qu’exprime le passage suivant :

NS [narrow syntax, la syntaxe étroite] est basée sur l’opération librement accessible Merge. La SMT implique que le Merge de α, β est non contraint et est donc soit externe, soit interne. Dans le Merge externe, α et β sont des objets séparés ; dans le Merge interne, l’un est une partie de l’autre, et Merge produit la propriété de déplacement, qui est omniprésente dans le langage et doit être capturée d’une façon ou d’une autre dans toute théorie. Il est difficile de penser à une approche plus simple que celle qui consiste à autoriser le Merge interne […], une opération qui est disponible sans coût aucun. Par suite, le déplacement n’est pas une « imperfection » du langage ; c’est son absence qui serait une imperfection […]. (BEA, p. 110)

12Cette conception est réaffirmée dans OPh (p. 140-141) et dans PoP (p. 40).

13Les conséquences de ce glissement conceptuel méritent d’être explicitées. Atkinson (2007) observe tout d’abord que passer d’une conception dans laquelle la dislocation n’est qu’une imperfection apparente à une conception dans laquelle elle n’est pas une imperfection du tout modifie le statut dans le design des traits ininterprétables qui tirent toute leur légitimité du fait qu’ils implémentent la dislocation. Si d’autre part Move se réduit à Merge, il n’est plus possible de justifier une quelconque préférence de Merge sur Move en se référant au coût des opérations. L’argument en faveur des sous-sélections lexicales et de la théorie des phases fondé sur les constructions explétives (voir II.4 et VIII.1) ne tient plus, si Merge et Move sont la même opération. Si l’on adopte une perspective plus générale, on observe que deux dimensions fondamentales de la computation syntaxique, précédemment dissociées et endossées par des modules distincts, la construction de la structure et le déplacement, sont désormais unifiées et prises en charge par une opération unique, Merge. Si le Merge externe et le Merge interne sont caractérisés comme deux opérations de coût nul, librement accessibles l’une et l’autre, on s’attend à ce que le mouvement soit une propriété aussi omniprésente dans les langues naturelles que l’infinité discrète.

14L’idée que Move se dissout dans Merge invite d’autre part à s’interroger sur la nature de l’opération Merge elle-même. Le système computationnel a recours à une opération Merge qui construit librement des structures syntagmatiques et s’appuie sur les systèmes d’interface pour filtrer les structures déviantes. Si l’on admet que cette opération est libre, c’est-à-dire n’est pas « déclenchée » (triggered) par la nécessité de valuer des traits ininterprétables et n’est pas contrainte par une condition de matching entre traits, on peut parler de free Merge. Mais, si le Merge externe est libre, le Merge interne doit l’être aussi. Inversement, si l’une de ces opérations n’est pas libre, l’autre ne peut pas l’être non plus. Or, à partir de DbP et de BEA, Chomsky raisonne clairement en termes de free Move. Cette conception est en net porte-à-faux avec l’idée que IM est une opération de dernier recours, ainsi qu’avec la caractérisation compositionnelle du mouvement, selon laquelle MoveAgreePied-pipingMerge. Cette caractérisation n’est apparemment pas remise en cause dans BEA (voir p. 113-114). Mais dans le même passage, Chomsky opère une séparation stricte entre l’« opération » Merge et la « relation » Agree qui se vérifie entre une sonde et une cible, quand elles se trouvent dans la relation appropriée. Cette relation, qui est évaluée au niveau phasal pour vérifier si la Condition du lien minimal est satisfaite, ne définit donc plus une précondition sur le mouvement. En bref, le Merge interne n’est qu’un composant dans un processus complexe, le déplacement, qui associe une opération (Merge) et une relation (Agree). L’identification de IM et de EM est parfaitement légitime dans cette perspective.

15Le processus de copie (Copy) ne figure pas non plus dans cette caractérisation nouvelle du mouvement, non pas parce que c’est une opération indépendante du Merge interne, mais parce que ce n’est pas une opération du tout. L’hypothèse que les copies seraient créées par un processus particulier qui les insérerait dans la position de l’élément déplacé ou dans le site du déplacement (dans le cadre d’une opération Remerge) est explicitement rejetée dans OPh (voir note 17). C’est le concept d’occurrence qui endosse désormais ce qu’il y a d’utile dans la notion de copie, une chaîne étant définie comme une séquence d’occurrences d’un même élément α.

2. La dualité de la sémantique

16Poser que la dislocation ne constitue pas une imperfection veut dire, si l’on raisonne dans les termes de la SMT, qu’elle fournit une solution optimale à la nécessité de satisfaire les conditions de lisibilité et d’interprétabilité aux niveaux d’interface. Pour donner corps à cette hypothèse, il est nécessaire de distinguer soigneusement deux questions :

(1) Peut-on identifier les conditions d’interface que la dislocation permet de satisfaire ?
(2) Existe-t-il des arguments appuyant la conclusion que la dislocation est une solution optimale au problème posé ?

17C’est la question (1) que j’examinerai dans un premier temps. Chomsky lui apporte dans MI une réponse très claire. Il propose que le mouvement et les traits qui le déclenchent sont au cœur du codage linguistique de ce qu’il appelle la « dualité de la sémantique ». Cette idée est selon lui présente dans la grammaire générative depuis les origines :

En ce qui concerne la dislocation, [l’idée qu’elle a à voir avec des conditions de lisibilité imposées de l’extérieur] est avancée depuis les débuts de la grammaire générative moderne, avec des spéculations sur la facilitation du processing (du côté du son) et la dissociation des principes interprétatifs profonds et de surface (du côté de la signification). (MI, p. 120)

2.1. Relations sémantiques et mouvement

  • 5 Rappelons que la catégorie Agr ne fait plus partie aujourd’hui de l’inventaire des catégories fonct (...)
  • 6 Chomsky écrit : « Si l’argument externe est dans SpecvP […], alors la configuration v–VP peut être (...)
  • 7 Cette présentation doit évidemment être affinée, pour tenir compte des phénomènes appuyant l’analys (...)
  • 8 Je simplifie à dessein. Nous savons que la vérification du trait de Cas et des traits φ peut s’effe (...)

18Les structures disloquées manifestent donc des propriétés sémantiques particulières, qu’il s’agit maintenant d’expliciter. Une observation déjà ancienne de la grammaire générative est que les expressions linguistiques sont généralement prononcées dans une position autre que celle où elles sont thématiquement interprétées. Les constructions verbales passives illustrent cette observation de façon transparente (voir note 1). Il en va de même pour la syntaxe des sujets dans les domaines propositionnels, si l’on adopte l’hypothèse connue sous l’étiquette de VP-internal Subject Hypothesis (« hypothèse du sujet interne à VP », voir III.5.2). Cette hypothèse pose que les arguments externes ont leur origine au sein de la projection verbale, dans le spécifieur de v*P, où ils reçoivent un rôle θ (dans un système qui intègre la tête fonctionnelle v*). En même temps, le sujet d’une proposition qui, dans une construction transitive active, coïncide avec l’argument externe du prédicat verbal, entretient un lien privilégié avec une (ou plusieurs) catégorie flexionnelle, qui, suivant les auteurs, est la catégorie portemanteau I (pour Inflection, « Flexion ») ou la catégorie Agrs (subject Agreement, « Accord sujet ») immédiatement au-dessus de T (Tense, « Temps ») dans la présentation de MPLT, ou la seule catégorie T.5 Cette relation est morphologiquement manifestée par le Cas endossé par le sujet, le nominatif dans les langues qui nous intéressent ici, et par la marque d’accord sur le verbe fléchi. Il est clair que le locus naturel de ces deux phénomènes, accord et marquage casuel, ne peut être le domaine lexical. C’est nécessairement le domaine flexionnel, c’est-à-dire la portion de la structure propositionnelle dominée par la projection TP et excluant la projection verbale, c’est-à-dire le domaine lexical. On se trouve donc en face de deux exigences contradictoires, concernant le sujet. D’une part, des considérations internes à la théorie des dépendances θ imposent la conclusion qu’il a son origine dans la même projection que les autres arguments du verbe.6 D’autre part, il doit à un moment de la dérivation se trouver au contact de la catégorie fonctionnelle T qui garantit son marquage casuel et définit le site originel des marques d’accord (ou des traits φ correspondants) réalisées sur les formes verbales finies.7 L’hypothèse est donc que l’argument externe dans une proposition verbale transitive se déplace de la position SpecvP où il a son origine, dans la position SpecTP, le site du sujet grammatical, pour permettre la vérification de son Cas (nominatif) et la valuation de l’accord (en traits φ) sur le verbe.8 Ce scénario dérivationnel suppose que l’expression nominale pertinente occupe successivement deux positions différentes, l’une correspondant à son statut thématique (celui d’argument externe), l’autre correspondant à son « rôle syntaxique » (celui de sujet grammatical). Un aspect important de cette thèse est que les positions θ et les positions casuelles constituent des ensembles disjoints. Il est donc naturel que Chomsky oppose la position où une expression est interprétée et celle où elle est prononcée.

19Ces observations, pour convaincantes qu’elles soient, ne permettent pas de corréler le déplacement du sujet à une exigence de nature sémantique. Ni l’accord verbal ni le marquage casuel du sujet ne peuvent refléter des exigences de l’interface sémantique. On doit observer cependant que le déplacement dans le spécifieur de TP n’est pas sans incidence interprétative, même si cette dernière est assez ténue. Les deux phrases suivantes, respectivement active et passive, se distinguent par le fait que ce n’est pas le même argument qui est déplacé dans la position de sujet flexionnel : dans la construction active, il s’agit de l’argument externe, dans la passive, de l’argument interne/direct.

(3) a. La flèche de Robin a atteint [la flèche de Robin tv la cible].
  b. La cible a été atteinte [tv la cible] par la flèche de Robin.

20Les valeurs de vérité des deux propositions sont identiques, les contenus propositionnels sont les mêmes. Si l’on associe la sémantique exclusivement aux notions de contenu propositionnel et de valeur de vérité, le déplacement d’une expression référentielle dans le spécifieur de TP (ou peut-être, dans une perspective cartographique, dans le spécifieur de FinP) n’a aucune incidence sémantique. Mais lorsqu’il parle de la « dualité de la sémantique », Chomsky utilise l’expression dans un sens très élargi qui inclut aussi la structure informationnelle et les rôles discursifs. En (3a) et en (3b), c’est le sujet grammatical qui, dans les deux cas, endosse le rôle discursif de topique de l’énoncé. (3a) dit quelque chose à propos de la flèche de Robin, alors que (3b) est un énoncé à propos de la cible. C’est dire que le mouvement dans le spécifieur de TP participe à la structuration de l’information. On peut conclure que l’interprétation θ des arguments se fait in situ, mais que c’est le site où ils sont prononcés qui définit leur statut informationnel/discursif.

  • 9 « Portée » (scope) désigne la portion d’une phrase qui est interprétée comme étant affectée par la (...)

21Quand le terme déplacé est lui-même une expression quantifiée, l’impact sémantique du déplacement est indiscutable, puisqu’il intervient directement dans la détermination des relations de portée.9 Les exemples célèbres discutés par Jackendoff (1972) illustrent l’interaction entre une expression quantifiée et la négation.

(4) a. Beaucoup de flèches n’ont pas atteint [beaucoup de flèches tv la cible].
  b. La cible n’a pas été atteinte [tv la cible] par beaucoup de flèches.
  c. Beaucoup de flèches ont atteint la cible.

22Les conditions de vérité de (4a) n’excluent pas (4c), contrairement aux conditions de vérité de (4b). Descriptivement, cette différence peut être ramenée au fait qu’en (4a), l’expression quantifiée beaucoup de flèches inclut la négation dans sa portée, alors qu’en (4b), les relations de portée sont inversées. Puisque les constructions passives sont dérivées transformationnellement, on doit conclure que l’asymétrie illustrée par le couple (4a)-(4b) est un « effet sémantique de surface ». Il est clair que les mouvements impliqués en (4a) et en (4b) ont une incidence sémantique majeure, ainsi, bien sûr, qu’un effet sur l’ordre des mots.

  • 10 L’emploi de qui en (5) restreint encore les interprétations possibles, au sens où ce pronom ne peut (...)
  • 11 Cette propriété se manifeste dans les énoncés qui, comme (i), contiennent plus d’une expression qua (...)

23Cette conception du mouvement peut être étendue aux déplacements A’ ciblant une position de la périphérie gauche. Ce type de déplacement a également des effets sémantiques manifestes. Dans une approche rudimentaire ne postulant qu’une seule position A’ dans la périphérie, SpecCP est le site de réalisation naturel des expressions interrogatives. Tout mot ou expression qu- argument d’une tête verbale endosse le rôle θ correspondant à son statut argumental (il s’agit du rôle Destinataire en (5)).10 En même temps, étant doté de force quantificationnelle, cet élément définit des relations de portée, qui participent directement à la construction du sens de l’énoncé.11 En (5), le déplacement de à qui à la périphérie marque que l’interrogatif inclut la proposition dans sa portée.

(5) À qui parlera-t-elle [tv à qui] ?
  • 12 Ce passage est commenté par Atkinson (2007) qui observe qu’il est curieux de considérer « les propr (...)

24À la fin des années soixante, ce type d’observation avait conduit à la formulation de la Théorie Standard Étendue, posant que certains aspects de l’interprétation sont déterminés à partir de la structure D, alors que d’autres ne peuvent être traités sans faire référence à la structure S. C’est la raison pour laquelle Chomsky parle encore parfois de « phénomènes de surface », comme dans le passage de MI cité ci-dessous. Reconsidérant la question à la lumière des développements contemporains, il écrit :12

Une façon d’aborder cet ensemble de problèmes a consisté à distinguer le rôle de la structure D et celui de la structure S dans l’interprétation sémantique : la première contribue à déterminer des propriétés quasi logiques telles que l’implication et la structure θ ; la seconde des propriétés comme la relation topique-commentaire, le focus, la spécificité, l’opposition entre information ancienne et information nouvelle, la force agentive, et d’autres, qui sont souvent considérées davantage comme orientées vers le discours et […] comme impliquant la marge des constructions. […] Les propriétés profondes […] sont du type général trouvé dans les systèmes modelés sur le langage ; les propriétés de surface apparaissent comme étant spécifiques au langage humain. Si la distinction est réelle, on s’attendrait à découvrir que le design du langage marque [cette distinction] de façon systématique, au moins en partie. (MI, p. 120-121)

25L’aspect le plus intéressant de ce passage réside dans la réaffirmation de l’idée que différents aspects de l’interprétation peuvent être mis en relation avec différentes zones de l’architecture grammaticale. Il semble exister dans la structure syntaxique des positions désignées, dédiées à une propriété sémantique du premier ou du second type. Or le mouvement semble directement impliqué dans l’un des aspects de la construction de l’interprétation sémantique, mais pas dans l’autre. L’interprétation θ des arguments se fait en effet dans leur premier site d’insertion, c’est-à-dire dans la position où ils sont first merged, voir (6). Les arguments doivent être initialement insérés dans des positions θ, voir (7).

(6) Les rôles θ ne peuvent être assignés que sous l’opération Merge [externe].
(7) Le Merge simple dans une position θ est une exigence imposée aux arguments et restreinte aux arguments. (MI, p. 103)
  • 13 Cette conception configurationnelle est celle qui est définie dans Hale et Keyser (2002).

26(6) et (7) reflètent la conception purement configurationnelle qu’a Chomsky des rôles θ et de l’assignation θ.13 L’une de ses conséquences est qu’il existe un linking canonique des rôles θ aux positions syntaxiques, une hypothèse que formalise le Principe d’uniformité de l’assignation thématique (UTAH) de Baker (1988). Dans la conception configurationnelle, les rôles θ sont des relations, ce ne sont pas des traits requérant d’être appareillés.

27Par contre, les caractéristiques discursives et informationnelles des expressions référentielles et la portée des interrogatifs sont déterminées dans des positions externes au domaine lexical, soit dans le domaine flexionnel, soit dans la périphérie gauche de la proposition. Dans les deux cas, il semble que le mouvement, c’est-à-dire le Merge interne, soit obligatoirement impliqué. Il est intéressant de se demander pourquoi les langues naturelles procèdent sur une base configurationnelle dans le premier cas (et identifient les rôles θ configurationnellement), mais ont recours au procédé du mouvement dans le second.

28La discussion qui précède pose l’existence d’un lien étroit entre la dualité de la sémantique et l’existence de deux zones dans la structure de la proposition d’une part, entre la dualité de la sémantique et la dualité de Merge d’autre part. Cette triple partition est brièvement examinée dans la section suivante.

2.2. Une triple partition : interprétations, positions, stratégies

29La correspondance établie entre interprétation et position dans les passages de MI, DbP et BEA cités plus haut est on ne peut plus simple et directe :
(i) le même objet endosse habituellement plusieurs interprétations, en particulier un rôle θ, un rôle discursif (il endosse aussi un rôle syntaxique, sujet, objet…, qui n’est pas de nature sémantique) ;
(ii) il existe des positions sémantiquement spécialisées dans les structures ;
(iii) un objet syntaxique n’endosse une interprétation donnée que s’il occupe basiquement ou dérivationnellement la position pertinente.

30Une implication essentielle de ce qui précède est que les éléments dotés de portée, tels que les expressions interrogatives, doivent apparaître dans des configurations distinctes de celles où leurs propriétés θ sont définies. Cela suit de l’idée que la multiplicité des interprétations associées aux arguments implique une multiplicité de configurations dans lesquelles les arguments peuvent apparaître. L’opération QR (Quantifier Raising, « Montée de quantifieur ») déplaçant dans la syntaxe silencieuse (c’est-à-dire dans la syntaxe post-Spell-Out) les expressions quantifiées à la périphérie de la proposition (ou du vP) fait donc partie de plein droit du dispositif mis en place.

31Il est donc nécessaire de définir avec précision chaque configuration porteuse d’interprétation. Les interprétations a priori possibles pour une expression réalisée dans la périphérie étant relativement nombreuses et variées, il faut disposer d’une cartographie détaillée de cette zone pour permettre la représentation appropriée des diverses options sémantiques disponibles. Comme on le sait, la mise au point d’une cartographie de la périphérie gauche est un projet poursuivi par Luigi Rizzi depuis plusieurs années (voir Rizzi 1997 et ici même III.5.3).

32À cette double partition (dualité sémantique / dualité positionnelle) s’en ajoute une troisième, fondée sur la stratégie dérivationnelle utilisée pour signaler les interprétations endossées par tel ou tel objet syntaxique. Au premier abord, la généralisation correcte semble être que les langues naturelles recourent au mouvement (c’est-à-dire au déplacement dans une position désignée) lorsqu’il s’agit de signaler une relation de portée ou un statut discursif particulier, mais s’appuient exclusivement sur la configuration lorsque les dépendances θ sont en cause. En bref, le langage utilise la dislocation pour marquer certaines des distinctions interprétatives qui viennent d’être décrites, mais pas les autres. Cette observation est fondamentale pour qui cherche à apporter une réponse théoriquement fondée à la question (2) : existe-t-il des arguments en faveur de la conclusion que la dislocation est une solution optimale au problème de la satisfaction des conditions d’interface ? La réponse est clairement positive. Un objet syntaxique dont le profil interprétatif se limiterait à porter un rôle θ (ce serait le cas, par exemple, de l’objet non interrogatif, non quantifié, non topicalisé d’une préposition) n’aurait pas à se déplacer (si on suppose qu’il peut aussi être casuellement légitimé in situ). C’est lorsqu’un objet est amené à endosser plusieurs interprétations sémantiques – ce qui correspond au cas non marqué pour un grand nombre d’expressions nominales – que la dislocation intervient. Cette généralisation est elle-même dérivable de deux considérations indépendantes, déjà évoquées : d’une part, il existe des positions sémantiquement spécialisées dans l’arborescence ; d’autre part, dans un dispositif qui intègre le Merge interne comme un cas particulier de Merge, le déplacement est la stratégie la plus simple imaginable pour établir une relation entre deux positions.

33De fait, Chomsky pose explicitement que la distinction entre le Merge externe et le Merge interne permet d’opérer la partition correcte entre les aspects argumentaux de l’interprétation et les autres aspects, c’est-à-dire de représenter la dualité de la sémantique :

Il y a deux types de Merge (externe et interne) et deux types de conditions sémantiques à C-I (la dualité notée plus haut). On s’attend donc à ce que ces deux types soient corrélés. Cela paraît vrai. La structure argumentale est associée au Merge externe (structure basique) ; tout le reste au Merge interne (structure dérivée). (BEA, p. 111)

34L’existence de cette corrélation n’est nullement une nécessité logique. Mais Chomsky semble la considérer comme pleinement satisfaisante du point de vue conceptuel et empirique. L’idée qui se trouve réaffirmée ici est que les aspects de l’interprétation liés à la structure ont partie liée avec des configurations spécifiques, créées par Merge, externe ou interne, et que si l’interprétation θ d’un objet syntaxique dépend du Merge externe, il faut recourir à une configuration nouvelle et faire intervenir le Merge interne pour signaler la portée de ce même objet : il faut le déplacer.

2.3. Asymétrie des deux interfaces

35Cette présentation a aussi des conséquences concernant la nature et le rôle des deux interfaces, l’interface sémantique et l’interface phonologique. Après avoir posé dans MPLT que « toutes les conditions sont des conditions d’interface », Chomsky précise les choses dans BEA, où est introduite la condition d’interface IC, caractérisée comme suit :

Pour que le langage soit utilisable, son design doit satisfaire une « condition d’interface » IC : l’information contenue dans les expressions générées par L doit être accessible aux autres systèmes. […] IC doit être une condition suffisamment forte pour permettre une diversité suffisante des expressions lisibles à l’interface SEM. (BEA, p. 106)

  • 14 Si on adopte la conception développée dans BEA, selon laquelle les « degrés de déviance » sont ana (...)

36L’information générée par la computation syntaxique doit être accessible aux systèmes avec lesquels la Faculté de Langage est en relation d’interface. Chomsky n’explicite pas la relation existant entre IC et FI, ni entre IC et la SMT. Il est clair que l’accessibilité à laquelle il fait référence implique la lisibilité, mais qu’en même temps, la lisibilité n’est plus désormais une condition suffisante. Il faut encore que les représentations d’interface PHON et SEM véhiculent toute la richesse et la diversité informationnelles requises. Touchant PHON, IC impose qu’elle fournisse les informations nécessaires à l’assignation de l’ordre linéaire à l’interface SM. Quant à SEM, IC requiert qu’elle rende disponibles tous les types d’information sémantique qu’exploite le système C-I, en particulier qu’elle code la dualité de la sémantique.14

  • 15 Pour un exemple de mouvement en PF, voir section 8.

37On doit se demander si, dans le dispositif proposé, des déplacements peuvent intervenir sur la branche PF de la grammaire et, si de tels déplacements existent, quelles sont leurs propriétés. Il est naturel de supposer que les déplacements intervenant sur la branche PF n’ont aucun effet sémantique et qu’inversement, des déplacements sans conséquence sémantique ne peuvent intervenir que sur la branche PF (voir DbP, p. 15). On aurait dans ce cas affaire à un exemple de dislocation phonologique, non de dislocation de syntaxe étroite.15

38Il n’y a d’autre part aucune raison de supposer que ce type de déplacement est limité aux syntagmes. De fait, Chomsky propose de caractériser le mouvement de tête comme un phénomène phonologique, n’intervenant pas dans la syntaxe étroite. Et l’un des arguments qu’il invoque est précisément que ce type de déplacement est sans incidence sémantique (voir section 6). Mais si certains déplacements interviennent sur la branche PF de la grammaire, on doit définitivement abandonner l’idée que le mouvement, considéré d’un point de vue général, produit toujours du sens. Les propriétés sémantiques associées au mouvement sont en réalité des propriétés de la structure qu’il produit. Chomsky conclut : « Les effets sémantiques de surface sont restreints à la syntaxe étroite » (DbP, p. 15), où « syntaxe étroite » désigne le parcours reliant la numération à LF, c’est-à-dire incluant les opérations de la syntaxe silencieuse, mais pas celles qui interviennent sur la branche PF – voir chapitre II, (24).

2.4. Le rôle de la morphologie

39Si l’on s’intéresse à la phénoménologie du mouvement, en laissant de côté les questions techniques qu’il soulève, on rencontre inévitablement la question de la morphologie et la façon dont elle intervient dans le codage de la dualité sémantique. Le problème est des plus complexes. Chomsky se montre en fait extrêmement prudent touchant la relation entre le mouvement, la flexion et la dualité de la sémantique qu’ils sont supposés représenter. Dans un passage d’Interview (p. 121-122), trop long pour être reproduit ici, il dissocie explicitement déplacement et morphologie.

40Poser que l’assignation θ est opérée sur une base configurationnelle, c’est admettre que ni le mouvement ni la morphologie flexionnelle ne sont impliqués dans le processus. Inversement, poser que les expressions nominales sujets se déplacent dans le domaine flexionnel pour être casuellement légitimées ou sanctionner une relation d’accord avec le verbe fléchi, c’est dire que la morphologie flexionnelle est directement impliquée dans les relations pertinentes. Dans les constructions interrogatives, c’est une classe morphologiquement distinguée de pronoms et de déterminants qui est sollicitée dans la construction de la dépendance. On peut poser que tout élément qu-/wh- est porteur d’un trait équivalent à un marqueur de portée.

  • 16 Le terme « configurationnellement » signifie ici : en recourant à des déplacements créant des conf (...)

41Mais la corrélation ainsi établie entre mouvement et morphologie est inexacte. La morphologie est en effet parfois présente dans des situations n’impliquant aucun déplacement. Ainsi, les Cas inhérents identifient bel et bien un rôle sémantique au moyen de la flexion. Il n’est donc pas vrai que les rôles sémantiques soient identifiés exclusivement par la configuration plutôt que par des marques flexionnelles particulières. Le langage préfère d’autre part signaler la sémantique de surface configurationnellement, plutôt qu’en recourant à un système flexionnel.16 Chomsky observe à ce propos que si la sémantique de surface (relations de portée, rôles discursifs) était signalée par la flexion, le système s’en trouverait compliqué d’autant. La morphologie, considérée superficiellement, n’est donc pas ce qui guide les déplacements. Cela implique que, par-delà les tendances générales qui ont été signalées, il n’existe pas de relation simple et directe entre les diverses relations sémantiques devant être représentées au niveau SEM et livrées au système C-I, et leur réflexe morphologique.

  • 17 Voir les travaux pionniers d’Andrew Carstairs-McCarthy et ceux, plus récents, d’Olivier Bonami.

42L’idée que le système morphologique sous-jacent ne peut pas excéder un certain niveau de complexité, familière dans les recherches contemporaines sur l’économie des paradigmes morphologiques,17 mais nouvelle dans une perspective chomskyenne, et l’idée que le marquage configurationnel permet d’éviter une complication excessive de ce système méritent attention. On doit observer au passage que les langues paraissent tolérer précisément le type de complexité que Chomsky semble vouloir exclure (pour cette observation, voir Norvin Richards 2007). Ainsi, la particule –wa en japonais qui signale le Topique peut coexister avec un marquage casuel inhérent et des postpositions (mais pas avec un marquage casuel structural : dans ce cas, c’est la marque de topicalisation qui s’impose aux dépens de la marque casuelle). On a ainsi :

(8) a. Taroo-(ni/kara)-wa.
    Tarro-(Dat/de)-Topique
  b. Taroo-(*ga/*o)-wa.
    Taroo-(Nom/Acc)-Topique

43Plus généralement, il semble que les langues n’hésitent pas à empiler plusieurs marques flexionnelles sur la même racine, dénotant (dans le cas du japonais) les unes des propriétés sémantiques profondes, les autres des propriétés de surface. Mais le japonais ne semble pas admettre la combinaison de deux marques codant des propriétés de surface, comme on vient de le remarquer.

44En bref, la morphologie n’est pas un guide fiable permettant de distinguer les deux types de relations sémantiques : les relations sémantiques profondes et les relations sémantiques de surface peuvent les unes et les autres recourir à un marquage morphologique ou s’en dispenser. L’opposition entre marquage configurationnel et marquage flexionnel est d’autre part trompeuse parce que les diverses relations sémantiques endossées par une expression nominale semblent avoir un fondement positionnel, donc configurationnel, la morphologie pouvant ou non signaler les relations pertinentes.

45Nous savons désormais que la dislocation est une stratégie optimale pour produire des représentations d’interface SEM accommodant la dualité de la sémantique. Nous savons aussi que les diverses relations sémantiques concernées peuvent être manifestées morphologiquement ou ne pas l’être.

3. Une conception téléologique du mouvement ?

46La dislocation contribue à satisfaire les exigences des interfaces, en permettant la représentation de la dualité de la sémantique. Faut-il conclure pour autant que Chomsky adopte une conception téléologique du mouvement, posant que ce dernier est guidé par la nécessité d’associer telle et telle interprétation à un objet syntaxique donné ? Ou considère-t-il que le système computationnel et l’opération de mouvement qu’il intègre opèrent de façon aveugle et mécanique, produisant indépendamment des structures qui sont ensuite interprétées par les systèmes externes ? La réponse à cette question n’engage pas nécessairement des conséquences empiriques de grande portée, mais elle est cruciale pour quiconque cherche à comprendre la nature de la relation entre la computation minimaliste et les interfaces de la Faculté de Langage, et aussi la nature du lien entre un phénomène linguistique (la dislocation) et les mécanismes qui l’implémentent (ceux qui définissent le mouvement).

47La position de Chomsky sur ce point est ambiguë. Dans MI et dans DbP, mais aussi dans BEA et dans OPh, il lui arrive de parler comme si l’application des opérations de déplacement était motivée ou déterminée par les conditions d’interface, en particulier par la nécessité de produire des structures suffisamment étoffées pour représenter la richesse et la variété des interprétations sémantiques, formulations qui pourraient donner à penser qu’il adopte une position fonctionnaliste. Mais, dans le passage suivant, emprunté à DbP, il rejette très explicitement cette conception. Parlant de la construction Object Shift, il écrit :

On décrit parfois l’opération comme guidée par les propriétés de[s] Obj[ets] […]. C’est une formulation discutable, cependant. Un système computationnel aveugle ne devrait pas avoir accès à des considérations de cette nature, impliquant typiquement des situations discursives et autres. Ces dernières sont mieux comprises comme des propriétés de la configuration résultante, comme dans le cas des propriétés sémantiques associées à la montée des sujets dans SpecTP, qui pourraient très bien être reliées à celles des constructions Object-Shift. On pourrait aussi dire informellement qu’en (55), l’expression the men est montée afin de lier l’élément anaphorique.
(55) The men seem to each other to be intelligent.
Mais les mécanismes sont aveugles à ces conséquences et cela n’aurait aucun sens d’assigner le trait lieur à the men avec des principes requérant que l’expression monte pour accommoder ce trait. La même approche [non fonctionnaliste] semble justifiée dans le cas d’Object Shift […]. (DbP, p. 32)

48Le mouvement représente donc un mécanisme optimal permettant la représentation de la dualité de la sémantique, mais il n’est pas guidé par la nécessité de représenter cette dualité. Cette conclusion a évidemment des conséquences touchant le rôle des traits qui déclenchent le mouvement : ces traits permettent seulement aux effets discursifs et aux effets de portée de se manifester. Hinzen (2006), qui discute très longuement de cette question, cite le principe suivant introduit par Uriagereka, qui résume parfaitement la position que l’on peut, à la suite de Hinzen, appeler internaliste.

(9) Cécité sémantique
  Le mouvement est insensible à toute motivation sémantique, bien qu’il ne soit pas sans conséquences sémantiques.
  (Uriagereka 2002, p. 212)

49Dans la conception internaliste, la dualité de la sémantique ne force pas le système à déployer certains processus computationnels comme le mouvement. « On a des conditions structurales d’un côté, des phénomènes interprétatifs de l’autre, et [suivant l’expression de Chomsky,] on s’attend à ce qu’ils soient en corrélation » (Hinzen 2006, p. 216). La dualité de la syntaxe elle-même, c’est-à-dire l’opposition entre la construction de la structure et le mouvement, est la simple conséquence du fait qu’une fois que l’opération Merge est disponible dans le dispositif, on est libre de l’appliquer de façon externe ou interne. L’opération Merge se prête naturellement à une double utilisation et il est naturel que la Faculté de Langage mette à profit les possibilités offertes par cette double option dans la représentation de la dualité de la sémantique. Cette position internaliste va directement à l’encontre de l’idée que les déplacements sont motivés par les exigences des interfaces.

50La même réserve vis-à-vis de l’explication externaliste s’impose quand on traite de la relation entre la syntaxe et la forme phonologique. Nous savons que les relations hiérarchiques entre catégories doivent être linéarisables et qu’elles ne le sont que si l’ordre linéaire peut être lu de façon transparente à partir de la structure hiérarchique. Cette dernière condition n’est remplie que par les structures syntaxiques asymétriques. Mais, comme l’observe Hinzen (2006), cela ne signifie pas que « l’exigence fonctionnelle de linéarisabilité est ce qui a façonné les transformations de mouvement dans la syntaxe étroite ». On peut supposer en effet que la Faculté de Langage disposait indépendamment de ces opérations et que, quand il s’est agi de produire des séquences phoniques, elle les a mises à profit, de sorte que les seuls objets « utilisables » ont été les structures asymétriques linéarisables (voir aussi V.2).

51En conclusion, ni la nécessité de représenter la dualité de la sémantique (ou celle de fournir un label à certains objets syntaxiques, voir V.1), ni celle de linéariser les structures ne sauraient expliquer directement l’existence et les propriétés du mouvement.

4. Implémentation du mouvement

52On attend d’une théorie du mouvement qu’elle fournisse une caractérisation des objets déplacés, du site d’arrivée du déplacement, de sa localité, du type d’élément qui occupe la position originelle après le déplacement, et aussi qu’elle précise les aspects techniques de l’opération. Je rappelle ici brièvement quelques-unes des hypothèses minimalistes touchant l’implémentation du mouvement.

53Comme le soulignent Cheng et Corver (2006), une rupture nette entre le dispositif minimaliste et les théories antérieures concerne le statut facultatif des règles de la grammaire. Dans CoT et dans « On Wh-movement », toutes les règles sont considérées comme facultatives, « leur statut obligatoire apparent dérivant de filtres et de principes interprétatifs » (« On Wh-movement », note 19). Un point de vue différent se fait jour dans les articles minimalistes des années quatre-vingt-dix. Le mouvement est caractérisé comme une opération de « dernier recours », qui n’a lieu que pour sauver une dérivation qui, en l’absence de mouvement, échouerait. Il peut s’agir de la valuation d’un trait ininterprétable, de la nécessité de remplir l’exigence imposée par [EPP]… L’effet indirect de l’opération est de satisfaire des exigences d’interface, de permettre en particulier la représentation de la dualité de la sémantique et la dérivation de structures linéarisables (voir sections 2 et 3).

4.1. Théorie du mouvement par copie

54L’innovation majeure de l’approche minimaliste du mouvement est la définition d’une théorie du mouvement par copie. La Condition de non-altération (NTC) – et la Condition d’inclusion, qui est un cas particulier de la NTC – exclut qu’un objet grammatical nouveau, quel qu’il soit, soit introduit en cours de dérivation au sein du domaine affecté par le mouvement. Dans cette perspective, l’hypothèse du mouvement par copie apparaît comme la seule option. La NTC exclut d’autre part que l’output de Merge (X, Y), l’ensemble {X, Y}, soit altéré par une application ultérieure de Merge. Cela signifie que le Merge anticyclique est exclu. Le Merge interne ne peut donc déplacer un élément Z contenu dans {X, Y} qu’à la marge de {X, Y}, ce qui capture les effets de la Condition d’extension sur Merge. Il va également de soi que vider la position originelle de l’item déplacé altérerait les relations structurales dans lesquelles est impliquée cette position. Le mouvement doit donc ne rien modifier des propriétés de l’item déplacé et de sa position originelle. La théorie du mouvement par copie est donc une conséquence quasi nécessaire de la NTC.

55Cette théorie a plusieurs avantages. Elle ouvre la voie à une analyse élégante et naturelle des phénomènes de reconstruction et permet en particulier de faire l’économie d’une opération replaçant l’objet déplacé dans sa position originelle pour l’interpréter. On admet généralement que ce phénomène interprétatif a partie liée avec le mouvement. Poser que la position originelle de l’objet déplacé et éventuellement les sites intermédiaires par lesquels il a transité contiennent chacun une occurrence de cet objet permet de dériver les effets de reconstruction (voir X.3).

  • 18 Nunes donne comme exemple les structures à copies multiples dans les constructions à mouvement d’in (...)

56Une autre conséquence de la théorie du mouvement par copie concerne la façon d’aborder la question de l’épellation dans les chaînes. Cette théorie implique qu’une chaîne est une séquence d’occurrences du même objet. Si le mouvement intervient après Spell-Out, c’est-à-dire si on a affaire à un mouvement dit « silencieux » (covert), par opposition au mouvement « explicite » (overt), l’objet est nécessairement prononcé dans sa position originelle (voir X). Mais quand l’opération Move intervient avant Spell-Out, l’objet déplacé peut a priori être prononcé dans la position correspondant au site visé par le déplacement ou dans une position plus basse, éventuellement dans sa position originelle. C’est très généralement la copie la plus haute qui est prononcée, c’est-à-dire la tête de la chaîne. Un exemple très simple de mouvement pré-Spell-Out est fourni par la construction passive Le problème sera résolu le problème. Notons que, telle quelle, cette structure n’est pas linéarisable, puisque l’occurrence la plus haute de le problème c-commande asymétriquement sera et que la plus basse est c-commandée asymétriquement par sera. Cette situation viole le LCA et l’exigence d’asymétrie totale sur la linéarisation des structures (voir V.2). La difficulté peut être résolue par l’effacement en PF de l’une des copies, ce qui dispense cette dernière d’être linéarisée. Plus généralement, Nunes (2004) démontre que l'effacement du matériel répété dans les chaînes A, les chaînes A’ et les chaînes de têtes peut être vu comme une stratégie de sauvegarde permettant d’assurer la linéarisation des structures correspondantes. Il observe aussi que cette analyse prédit que plusieurs occurrences du même objet peuvent être réalisées dans une structure, dans les situations où, pour une raison ou une autre, l’exigence d’asymétrie est suspendue. Cette prédiction paraît confirmée par les données.18

4.2. Cyclicité et sous-jacence

57Le mouvement est également gouverné par un ensemble de contraintes, que l’on peut interpréter comme autant de conditions d’économie sur les dérivations, dans la mesure où elles ont pour effet de limiter la complexité et d’alléger la charge computationnelle.

58Dans la Théorie Standard Étendue, la notion de cycle était directement impliquée dans le principe général qui réglait le fonctionnement des dérivations en imposant que les opérations transformationnelles s’appliquent localement à des domaines de plus en plus étendus, sans retour possible, la Condition de cyclicité stricte.

(10) Condition de cyclicité stricte
  Aucune règle ne peut opérer dans un domaine dominé par un nœud cyclique α de façon à n’affecter qu’un sous-domaine propre de α, dominé par un nœud β qui est également un nœud cyclique.
  (CoT, p. 243)
  • 19 La condition (10) n’impose pas que le mouvement soit successif cyclique. C’est la Condition de sous (...)

59Est dit cyclique tout nœud pouvant définir un domaine d’application pour une sous-classe de règles au moins. Dans la caractérisation initiale de cette condition, seuls S (= IP) et NP (= DP) se qualifient comme nœuds cycliques, ni VP ni S’ (= CP) n’ont cette propriété. Une implication de (10) est que les règles opèrent uniformément de bas en haut dans les indicateurs syntagmatiques. (10) bloque par exemple la dérivation (11b-d) de la phrase agrammaticale (11a).19

(11) a. *Où le comité exécutif sait-il qui placer sur la liste électorale ?
  b. le comité exécutif sait [placer qui où sur la liste électorale]
  c. où le comité exécutif sait [placer qui sur la liste électorale]
  d. où le comité exécutif sait [qui placer qui sur la liste électorale]

60L’hypothèse cyclique reste présente dans la conception minimaliste du mouvement, même si elle prend une forme différente de ses incarnations antérieures. La Condition d’extension, qui pose que toute application du Merge externe ou du Merge interne à une structure donnée doit étendre cette structure, impose une contrainte de cyclicité stricte sur les dérivations. La notion de cycle est également sous-jacente à l’hypothèse que certains domaines désignés, les phases, définissent des unités pour les dérivations et que l’accès à la numération se fait également par phases, tout comme le transfert aux systèmes d’interface destinés à interpréter et à épeler un morceau de structure. Les CP définissent des phases, ainsi que les domaines vP transitifs (v*P) et peut-être aussi les DP.

  • 20 Cette affirmation doit être nuancée, voir VIII.5.

61Les phases jouent aussi un rôle décisif dans la définition d’une théorie nouvelle de la localité.20 Elles subsument en effet les effets de la Condition de sous-jacence, introduite dans CoT. Je reproduis ici la formulation donnée dans LGB.

(12) Condition de sous-jacence
  Un déplacement ne peut franchir plus d’un nœud-borne (bounding node) en une seule étape.
  • 21 Lorsqu’il a fait cette proposition, Chomsky ne disposait pas en anglais d’évidence empirique appuy (...)

62(12) impose de réinterpréter comme des opérations successives cycliques les règles conçues précédemment comme des règles de mouvement non borné.21 (13) illustre l’application cyclique du mouvement d’interrogatif (Wh-movement).

  • 22 Le déplacement de quelle héritière, s’il est opéré en une fois, viole la condition (12), puisqu’il (...)
(13) a. Quelle héritière as-tu entendu la reine dire que le prince allait épouser ?
  b. [CP quelle héritière as [TP tu entendu [TP la reine dire [CP quelle héritière que [TP le prince allait épouser quelle héritière]]]]]22

63Chomsky montre que l’analyse successive cyclique du mouvement d’interrogatif permet de dériver l’observation que certains domaines syntaxiques sont opaques pour les opérations et les dépendances syntaxiques. Ces domaines sont, depuis la thèse de John R. Ross (1967), désignés sous l’étiquette d’« îlots ». Définissent des îlots les groupes nominaux complexes (Complex NP Constraint, CNPC), les structures coordonnées (Coordinate Structure Constraint, CSC), les sujets propositionnels (Propositional Subject Constraint) et plus généralement les sujets. Est également exclue toute opération affectant la branche gauche d’un constituant complexe (Left Branch Constraint, LBC), ainsi que le déplacement d’un élément vers la droite, s’il franchit plus d’une frontière propositionnelle (Rightward Movement Constraint). L’agrammaticalité de (14), qui enfreint la CNPC, peut être réinterprétée comme une violation de la Condition de sous-jacence.

(14) *[CP quel livre [TP2 Pierre connaît [DP l’auteur [CP qui [TP1 qui a écrit quel livre]]]]] ?
  • 23 Par contre, la bonne formation de (i) est inattendue, si l’on raisonne dans les termes de (12) :

64En (14), l’expression interrogative quel livre a été extraite d’un domaine TP, immédiatement contenu dans un CP, enchâssé sous un DP. Ce déplacement franchit trois nœuds-bornes, TP1, DP, TP2, ce qui est exclu par (12). La Condition de sous-jacence permet également de dériver le phénomène des îlots interrogatifs illustré par (11a). Deux frontières TP sont franchies par le mouvement de , celle qui correspond au domaine enchâssé et celle qui correspond au domaine matrice. Le mouvement successif cyclique qui permettrait d’éviter la violation n’est pas disponible parce que la position spécifieur du CP intermédiaire est déjà occupée par qui.23

  • 24 La condition (12) permet de dériver certaines contraintes impliquant un îlot fort, la CNPC, la LBC, (...)

65En résumé, la Condition de sous-jacence formalise l’hypothèse que les mouvements longs, non bornés n’existent pas. Quand la grammaire doit effectuer un déplacement de ce type, elle le scinde en plusieurs mouvements locaux. Cette condition, qui repose sur l’idée que certains nœuds ou certaines configurations structurales définissent des barrières pour le mouvement, parvient à subsumer plusieurs des contraintes de Ross sous une caractérisation unique.24

66Cette approche réductionniste des phénomènes d’îlot fort est reprise et adaptée dans le minimalisme sous la forme de la théorie des phases. La Condition d’impénétrabilité des phases (Phase Impenetrability Condition, soit PIC) pose qu’un domaine phasal (l’objet syntaxique qui est le complément de la tête de phase, donc TP ou VP) cesse d’être accessible quand la phase est achevée, c’est-à-dire quand les structures CP et v*P ont été construites et que sont intervenues dans le CP ou le v*P toutes les opérations de valuation de traits qui pouvaient intervenir. Seuls restent accessibles à l’étape suivante la tête de la phase H, ainsi que les objets occupant la « marge » (edge) de la phase, c’est-à-dire le spécifieur de HP et les éléments adjoints à HP. Les opérations ne peuvent « regarder à l’intérieur d’une phase plus bas que la tête de cette phase » (MI, p. 108). La PIC impose donc une forme de cyclicité très forte sur les dérivations et dérive les effets de sous-jacence. Il est facile de vérifier que ce dispositif associe à (13a) une dérivation analogue à celle qui est schématisée en (13b) et exclut correctement (14). La théorie des phases est examinée en détail dans le chapitre VIII.

4.3. Intervention

67Les effets d’intervention s’observent quand on cherche à établir une dépendance entre deux objets syntaxiques occupant des positions du même type (position A, position A’ ou position tête) ou partageant certains traits (trait de Cas, trait φ, trait wh) par-dessus un objet syntaxique occupant le même type de position ou portant les mêmes traits. C’est à Luigi Rizzi (1990) que revient le mérite d’avoir découvert le caractère systématique de ces effets. Il observe que les trois phénomènes illustrés en (15), (16) et (17) ont un noyau commun.

(15) Super-montée (super-raising)
  *Léa semble qu’il est susceptible Léa d’arriver à temps.
(16) Extraction hors d’un îlot interrogatif
  *Comment Paul se demande quelle voiture Marie a réparée quelle voiture comment ?
(17) Déplacement de tête
  *Quand partir il va partir ?

68Le déplacement n’associe deux positions A qu’en (15). Le site d’arrivée est une position A’ en (16), une position tête en (17). Mais, dans chacune de ces configurations, une catégorie du même type que l’antécédent intervient entre l’antécédent et sa trace. En (15), l’explétif il dans la proposition intermédiaire intervient entre Léa dans la position sujet du verbe matrice et sa trace dans la position sujet du domaine infinitival enchâssé. En (16), l’expression interrogative quelle voiture intervient entre le mot interrogatif comment à la périphérie de la proposition matrice et sa trace interne à la proposition interrogative indirecte. En (17), la tête va intervient entre la tête infinitive déplacée partir et sa trace dans le groupe verbal. Dans chaque cas, une catégorie intervenante semble interférer dans la relation entre un antécédent et sa trace, créant un effet de minimalité. L’observation essentielle faite par Rizzi est que si la notion de minimalité est impliquée en (15)-(17), elle doit être relativisée au type de relation structurale qui est établi : seule une catégorie du même type structural que l’antécédent peut fonctionner comme élément intervenant dans la relation.

69La version initiale de la Minimalité relativisée fait référence aux types de positions. Elle est d’autre part formulée comme une condition sur la bonne formation des chaînes résultant du mouvement, c’est-à-dire comme une condition sur les représentations (voir Rizzi 1990). Elle inclut enfin une référence à la notion de gouvernement. Une formulation plus conforme aux attentes minimalistes est donnée par Rizzi (2001, p. 90) :

(18) Y se trouve dans une configuration minimale avec X si, et seulement si, il n’existe pas de Z tel que :
(i) Z est du même type structural que X ;
  (ii) Z intervient entre X et Y.
(= Z c-commande Y et Z ne c-commande pas X)

70Il est facile de vérifier que (18) subsume les effets de la Condition des îlots interrogatifs, ainsi que ceux de la Condition sur le mouvement de tête, initialement proposée par Travis (1984) :

(19) Condition sur le mouvement de tête (Head Movement Constraint, HMC)
  Le mouvement d’une catégorie X α est restreint à la position de la tête β sœur de la projection maximale de α.

71Cette formulation, adaptée de Barriers, implique qu’une tête ne peut, au cours de son déplacement vers une position tête plus haute, croiser une tête intervenante. (19) peut être vu comme un cas particulier de (18).

72On peut de fait concevoir la minimalité comme une contrainte sur le mouvement, c’est-à-dire comme une condition d’économie sur les dérivations, plutôt que sur les représentations. Il y a aussi des raisons de penser qu’elle doit être relativisée aux traits plutôt qu’aux positions (voir chapitre IX). La Condition du lien minimal, introduite par Chomsky dans C&T, prend acte de ces deux observations :

(20) Condition du lien minimal (Minimal Link Condition, MLC)
  K attire α seulement s’il n’y a pas de β, β plus proche de K que α, tel que K attire β.
  (C&T, p. 311)

73La caractérisation de la minimalité est plus naturelle, selon lui, si elle est incorporée à Move et si Move est conçu en termes d’attraction de traits. L’élément sélectionné pour le mouvement doit être le terme pourvu des traits appropriés le plus proche de l’attracteur. Dans les articles suivants, la MLC est incorporée à Agree, caractérisé dans un premier temps comme une « opération » définissant une précondition sur Move, puis, dans un deuxième temps, comme une « relation » indépendante du Merge interne.

74Comme nous le verrons au chapitre IX, il est facile d’accommoder la restriction sur la super-montée illustrée en (15) et celle sur le mouvement de tête illustrée en (17) dans les termes de (20). Le traitement des îlots interrogatifs – voir (11), (16) – est plus complexe. Mais ces structures indiquent sans doute possible que le calcul de la proximité maximale doit se faire sur la base des traits et non sur la base des positions. Retenons pour l’instant que les relations de mouvement établies par le Merge interne sont sensibles à la fois à la localité phasale et à la localité d’intervention (indépendamment de l’implémentation particulière qui en est proposée).

4.4. Condition d’uniformité des chaînes

75La dernière des contraintes sur l’opération Move relève non pas de l’économie des dérivations, mais de l’économie des représentations. Elle ne concerne pas le fonctionnement optimal des dérivations, mais la nature des représentations que le système computationnel doit livrer aux systèmes d’interface. Nous savons que, pour qu’une dérivation converge, les représentations LF/SEM et PF/PHON doivent satisfaire la condition d’interface IC, c’est-à-dire ne produire que des expressions véhiculant une information « accessible » aux systèmes d’interface S-M et CI. L’accessibilité dont il est question ici implique la lisibilité. Mais, comme le soulignent Lasnik et Uriagereka (2005), la lisibilité est une notion technique qui ne se confond pas avec la notion intuitive d’intelligibilité. Un énoncé peut être intelligible sans être pour autant lisible aux deux interfaces. Il est donc nécessaire de dresser l’inventaire des objets lisibles aux interfaces.

76Touchant SEM, on peut distinguer :
(i) les éléments dans une position tête ou dans une chaîne de têtes ;
(ii) les éléments occupant une position A (c’est-à-dire une position argumentale) ou inclus dans une chaîne A ;
(iii) les éléments occupant une position A’ (c’est-à-dire non argumentale) ou inclus dans une chaîne A’.

77La caractérisation des objets lisibles à SEM fait donc intervenir la notion de chaîne, qu’il est nécessaire désormais de clarifier. Dans LGB, chaîne désigne la séquence de positions coïndicées assurant la transmission d’un rôle θ d’une position θ vidée par mouvement à un argument réalisé dans un position non θ. Soit la définition générale suivante :

(21) Une chaîne est une séquence de positions A α1, α2,… αn, telle que :
  (i) pour tout i, 1 < i < n, αi est le lieur local de αi + 1 ;
  (ii) pour tout i > 1, αi est une catégorie vide non pronominale.
  • 25 Précisons que les chaînes de traits n’existent pas. Il ne serait pas facile de définir les notions (...)

78Cette définition restreint la notion de chaîne aux séquences de positions A. Par la suite, le concept a été étendu de façon à intégrer les séquences dans lesquelles la position la plus haute est une position A’. Il est donc nécessaire désormais de distinguer entre chaînes A et chaînes A’ et de clarifier les conditions que doivent satisfaire les unes et les autres. Dans une chaîne, chaque α doit c-commander sa trace, de sorte que le mouvement impliqué ne peut être que la montée (il ne peut se faire vers le bas, ni « de côté »). Une chaîne doit également satisfaire la Condition d’uniformité, introduite par Chomsky et Lasnik (1993), reformulée dans C&T.25

(22) Condition d’uniformité des chaînes
  Une chaîne doit être uniforme. Une chaîne C = (α1, α2,… αn) est uniforme vis-à-vis de la propriété P si tout αi a la propriété P ou si tout αi a non-P. 
  (Chomsky et Lasnik 1993 ; TMP, p. 91)
(23) Condition d’uniformité des chaînes
  Une chaîne est uniforme quant à son statut syntagmatique.
  (C&T, p. 253)

79Une chaîne doit tout d’abord être uniforme pour ce qui touche au statut lexicalement relié des positions qui la composent. Selon Chomsky et Lasnik (1993 ; TMP, p. 64), « étant donné une tête lexicale L, une position est lexicalement reliée à L (L-related) si elle est le spécifieur ou le complément d’un trait de L ». Outre le complément de V et le spécifieur de vP, le spécifieur de TP et celui des autres catégories verbales flexionnelles comptent comme positions lexicalement reliées à (un trait de) V. Plus généralement, l’ensemble des positions lexicalement reliées coïncide avec l’ensemble des positions A. Dans les termes de (22), une chaîne argumentale doit comprendre exclusivement des positions lexicalement reliées. Les positions A’ sont des positions non lexicalement reliées. Il en va de même pour les têtes et les adjoints. Les têtes ne peuvent donc se déplacer que dans des positions non lexicalement reliées pour former des chaînes uniformes. La Condition d’uniformité exclut aussi les situations de mouvement impropre. Une chaîne A ne peut contenir que des positions A, c’est-à-dire des positions lexicalement reliées. Elle ne peut inclure d’occurrence dans une position A’. La dérivation schématisée en (24) est exclue :

(24) [CP quelle candidate [TP quelle candidate semble [CP quelle candidate que [TP il a été arrêté quelle candidate]]]]
  (où il est un pronom explétif)

80L’expression quelle candidate commence la dérivation dans une position A où aucun Cas n’est assigné ; elle se déplace ensuite dans le spécifieur du CP subordonné, une position A’, puis dans la position de sujet grammatical de la proposition matrice, une position A où elle est casuellement légitimée, puis dans son site final, le spécifieur du CP de la proposition matrice, une position A’. La chaîne résultante, qui n’est pas uniforme quant au statut de ses maillons successifs, est mal formée. La représentation sémantique correspondante viole IC.

81(23) énonce qu’une autre dimension intervient dans la caractérisation de l’uniformité : le statut syntagmatique, c’est-à-dire la propriété qu’a un élément d’être maximal ou minimal ou ni l’un ni l’autre. (23) permet donc de dériver un autre principe de la grammaire, initialement proposé par Emonds (1976), l’Hypothèse de la préservation des structures, que l’on peut reformuler comme suit :

(25) Hypothèse de la préservation des structures (Structure Preserving Hypothesis)
  Une règle transformationnelle ne peut impliquer les positions X et Y si X et Y ne partagent pas la propriété P.

82Ce principe de conservation, qui a permis de contraindre efficacement le fonctionnement des opérations transformationnelles, relativement erratique à l’époque où il a été proposé, est aussi selon Chomsky dans Barriers ce qui empêche le mouvement d’une tête dans une position spécifieur et d’un syntagme dans une position tête : une tête ne peut se déplacer que dans une position tête, un syntagme ne peut se déplacer que dans une position spécifieur. Le mouvement est exclu dans les situations où il viole l’Hypothèse de la préservation et altère la structure initiale. Le principe (25) est formulé en termes dérivationnels. On peut aussi le réinterpréter en termes représentationnels, c’est-à-dire comme une condition sur la bonne formation des chaînes. Dans les situations déviantes, les chaînes résultantes ne sont pas uniformes, donc exclues par (23).

83Gärtner (1995) montre cependant que la définition relationnelle du statut syntagmatique des objets syntaxiques complexes, partie intégrante de la théorie de la bare phrase structure, est en porte-à-faux avec la condition (23). La définition relationnelle fonctionne bien pour les structures produites par Merge (le Merge externe), mais rencontre des difficultés non triviales dans l’analyse des structures résultant de Move (le Merge interne). Combinée à la définition relationnelle du statut syntagmatique, (23) prédit correctement qu’un X ne peut se déplacer dans une position spécifieur ou s’adjoindre à une projection maximale parce que son statut syntagmatique se trouverait modifié : projection [+ minimale, – maximale] dans sa position d’origine, il deviendrait une projection [+ minimale, + maximale] dans son site d’arrivée, où il ne peut se projeter davantage. Mais il est facile de vérifier que l’impossibilité d’adjoindre un XP à une tête Y ne peut être dérivée sur la même base. Ce type de mouvement, qui va à l’encontre du principe (25), devrait également être exclu par la Condition d’uniformité, mais ne l’est pas. Chomsky attribue cette impossibilité à une exigence morphologique vérifiée sur la branche PF, c’est-à-dire après Spell-Out :

La morphologie ne s’occupe que des catégories X et de leurs traits […]. Cette hypothèse naturelle signifie que les syntagmes les plus étendus entrant dans le composant Morphologie sont des X. Si une unité plus étendue apparaît dans un X, la dérivation échoue. (C&T, p. 319)

84On est naturellement conduit à se demander comment la Morphologie est capable de reconnaître les éléments X et de distinguer entre les catégories [+ minimale, + maximale] et les catégories maximales proprement dites, qui sont [– minimale, + maximale].

  • 26 Son statut syntagmatique n’est pas modifié si c’est la tête déplacée qui se projette.
  • 27 WI est l’analogue dans la syntaxe silencieuse de la morphologie sur la branche PF.

85On peut aussi se demander quel est le statut du mouvement de tête dans une approche fondée sur (23). Une tête déplacée, initialement entité [+ minimale, – maximale], comptera relationnellement dans son site d’arrivée, quel qu’il soit, comme une entité [+ minimale, + maximale], en violation de (23), si du moins c’est la catégorie visée par le déplacement qui se projette.26 La conclusion est inévitable : ce type de mouvement doit être exempté de la contrainte (23). Une stipulation supplémentaire est nécessaire pour obtenir le résultat cherché. Chomsky pose qu’en LF, X est soumis à des processus indépendants d’interprétation des mots WI, qui sont tels que « WI ignore les principes de CHL dans X » (C&T, p. 322).27 Gärtner observe également que, si l’on s’en tient aux principes énoncés jusqu’ici, le mouvement de tête successif cyclique ne devrait pas exister non plus. La définition relationnelle du statut syntagmatique assigne au complexe T en (26) le statut [– minimal, – maximal].

(26) [T’ [T V T] [VPV]]

86Que ce soit la tête visée par le déplacement (T) ou la tête déplacée (V) qui se projette, l’objet résultant de l’adjonction acquiert relationnellement le statut [– minimal]. Étant [– minimal, – maximal], il cesse d’être visible et ne devrait plus pouvoir se déplacer. Il ne devrait pas en particulier se déplacer dans la catégorie C, un mouvement dont on sait qu’il est parfaitement légitime et largement attesté. Ces difficultés imposent de reconsidérer la définition relationnelle du statut syntagmatique des objets syntaxiques et le fonctionnement des projections intermédiaires. Elles ne mettent nullement en cause le bien-fondé de la condition (23).

87Dans les sections suivantes, je me propose d’examiner la caractérisation minimaliste de trois types de mouvement distingués dans les modèles antérieurs, le mouvement A’ tout d’abord, le mouvement de tête, ainsi que le fonctionnement de ce que l’on appelle le « mouvement résiduel ». Le mouvement silencieux est examiné dans le chapitre X.

5. Mouvement A’

88Le mouvement A’ occupe une place relativement restreinte dans les discussions de MI et DbP, toutes les innovations techniques présentées, en particulier le système Agree-sonde-cible, étant principalement destinées à jeter les bases d’une analyse du mouvement A. Chomsky est surtout soucieux de montrer que la conception générale du mouvement qui se dégage de l’étude du mouvement A et l’implémentation qui en est proposée peuvent être étendues sans trop de difficultés au mouvement A’. Dans MI, il fait la proposition suivante :

Considérons le mouvement wh (qu). Il serait point par point analogue au mouvement A si le syntagme wh- (qu-) avait un trait ininterprétable [wh] ([qu]) et un trait interprétable [Q], coïncidant avec la sonde ininterprétable [Q] du complémenteur à la dernière étape ; la cyclicité successive pourrait alors fonctionner, comme nous l’avons indiqué. Le syntagme wh- (qu-) est actif jusqu’à ce que [wh] ([qu]) soit vérifié et effacé. (MI, p. 128)

  • 28 J’ignore ici le rôle joué par le statut phasal de vP. Sur ce point, voir chapitre VIII.

89Si le mouvement d’interrogatif et plus généralement le mouvement A’ opèrent de façon parallèle au mouvement A, on peut poser que la représentation associée à (27a) est (27b) avant que n’interviennent la valuation et le mouvement :28

  • 29 Rappelons que la lettre minuscule i précédant un symbole X référant à un trait donné indique que ce (...)
(27) a. Quel livre achètera-t-elle ?
  b. C [elle achètera quel livre]29
    [u-Q] [i-Q]
    [EF] [u-qu]
  • 30 Chomsky utilise le trait [Q] pour les questions. Il conviendrait de préciser quel est le trait-sond (...)
  • 31 Comme l’observe Radford (2004), le fait que le C interrogatif porte un trait [Q] = [Opérateur] inin (...)

90Contrairement à ce qui était supposé dans les travaux antérieurs, c’est le trait Q, et non pas l’ensemble des traits morphosyntaxiques formant le complémenteur interrogatif, qui est identifié comme la sonde.30 [u-Q] sur C fonctionne comme une sonde ciblant [i-Q] sur quel (livre). L’expression interrogative définit bien une cible active parce qu’elle est aussi porteuse d’un trait ininterprétable [u-qu] qui joue un rôle analogue à celui du trait de Cas dans le mouvement A. L’opération Agree copie la valeur de [i-Q] sur le trait ininterprétable [u-Q] de C et l’efface une fois valué. Le trait [u-qu] sur l’expression interrogative est effacé par la même opération. Un trait de type [EPP], le trait [EF] (pour edge feature), attire l’expression interrogative dans la périphérie de la proposition, produisant l’effet habituel du mouvement d’interrogatif.31

91Or c’est une chaîne non uniforme qui est créée quand une expression interrogative est déplacée dans un spécifieur de la périphérie gauche.

(28) [CP quel problème C [TP Pierre a résolu quel problème]]
(29) [CP quel problème C [TP crois-tu [CP quel problème que [TP Pierre a résolu quel problème]]

92En (28), l’expression interrogative fonctionnant comme opérateur occupe une position A’, alors que sa copie est dans une position A. On peut se contenter de stipuler que le maillon le plus bas dans une chaîne A’ occupe une position A et admettre que cette séquence non uniforme se qualifie malgré tout comme une chaîne. Dans les structures plus complexes comme (29), on peut suivre la suggestion de Lasnik et Uriagereka (2005) consistant à effacer la copie dans le spécifieur du CP intermédiaire. Une fois la trace intermédiaire effacée, on n’a plus affaire à une chaîne à proprement parler, mais à une simple relation de liage ; l’élément lié ne peut plus être une copie, mais est nécessairement un élément pronominal, résultant de la transformation de la trace en un pronom nul, comme le propose Cinque (1990).

  • 32 Les indices souscrits, dans les représentations (30b) et (31b), ne sont évidemment pas des indices (...)

93Dans OPh, Chomsky reprend la question de l’uniformité des chaînes et de la définition des positions A et des positions A’. Sa démonstration s’articule comme suit. Considérons les constructions interrogatives suivantes.32

(30) a. Qui rencontrera Jean ?
  b. [CP quii C [TP quij T-rencontrera [vP quik v* [VP rencontrera Jean]]]]
(31) a. Qui arrivera ?
  b. [CP quii C [TP quij T-arrivera [vP v [VP arrivera quik]]]]

94Admettons provisoirement que (30) contienne une chaîne A formée par le mouvement de l’expression interrogative dans le spécifieur de TP et une chaîne A’-A formée par le mouvement de cette expression du spécifieur de TP dans le spécifieur de CP. Chomsky fait l’observation suivante :

[…] il n’y a jamais eu de justification sérieuse pour poser que deux chaînes sont présentes, une chaîne A uniforme et une chaîne A’-A non uniforme, plutôt qu’une seule chaîne A’-A-A formée par la montée successive cyclique de l’expression interrogative dans SpecTP, puis dans SpecCP. Nous voyons maintenant que l’intuition initiale était justifiée. Il n’y a pas de relation directe entre l’expression interrogative dans SpecCP et [celle qui occupe] SpecTP, et il n’y a aucune raison de penser qu’il y a une chaîne non uniforme : il y a seulement la chaîne argumentale A et une construction opérateur-argument. Les exigences habituelles de computation minimale requièrent que la chaîne A ne contienne aucune copie prononcée. (OPh, p. 150)

  • 33 Dans l’approche définie dans OPh, les traits φ de T sont en réalité des traits que T a hérités de C (...)

95Il propose le scénario dérivationnel suivant. En (30b), l’accord, dans la phase v*P, entre v* et Jean value tous les traits ininterprétables accessibles à ce niveau. Dans la phase CP, les traits φ de T et le trait [EF] de C ciblent simultanément qui, avec le résultat que qui monte deux fois, une fois dans SpecTP, une fois dans SpecCP.33 Cela signifie qu’il existe une relation entre quii et quik et entre quij et quik, mais aucune entre quii et quij. La représentation résultante contient deux chaînes A, (quij, quik) et (quik), chaque chaîne étant un argument et l’opérateur quii définissant un parcours sur chacune des chaînes A interprétées comme des variables liées. En d’autres termes, quii lie quij, bien qu’ils ne soient pas reliés par mouvement. La même analyse peut être étendue à (31). Cette nouvelle approche résout le problème soulevé par l’existence éventuelle de chaînes non uniformes : dans le schéma retenu, toutes les chaînes sont des chaînes A uniformes.

96Bien que les deux chaînes A soient invisibles en (30) et en (31), il est facile de vérifier qu’il existe bien une copie de qui dans le spécifieur de TP. Soit le contraste entre (32a) et (32b) :

(32) a. Quelle fille n’a jamais été récompensée ?
  b. *Quelle fille n’a-t-il jamais été récompensée ?
  • 34 La vraie raison de l’agrammaticalité de (32b) est que la relation d’accord casuel s’établit entre (...)

97En (32b), le spécifieur de TP abrite l’explétif il, alors que nous savons qu’une copie de quelle fille occupe cette position quand la dérivation converge.34 L’exemple (33b), illustrant un cas de croisement faible, et le contraste entre (33a) et (33b) confirment qu’une copie (ici une copie de qui) est présente dans le spécifieur de TP.

(33) a. Quii semble à sesi amis quii être le meilleur choix ?
  b. *Quii donnes-tu l’impression à sesi amis de préférer quii ?

98Un pronom peut habituellement être coréférent à un mot ou une expression interrogative qui le c-commande quand l’élément qu-/wh- a son origine dans la position sujet, pas quand il a son origine dans la position objet.

(34) a. Quii préfère sai mère ?
  b. *Quii sai mère préfère-t-elle ?
  • 35 On peut supposer que la position d’origine de qui en (33a) est soit le spécifieur de être, soit la (...)

99Quand la position spécifieur de TP est occupée par la copie d’un élément qu-, la coïndexation avec un pronom c-commandé est légitime (voir 34a). Quand au contraire cette position ne contient pas la copie d’un élément qu-, la coïndexation avec un pronom c-commandé produit une représentation agrammaticale (voir 34b). Le contraste en (33) confirme donc qu’il y a eu aussi un mouvement dans le SpecTP de la proposition matrice dans des structures à montée du type de (33a) où l’élément qu- a son origine dans une position sujet plus enchâssée.35

100Cette approche introduit un changement de perspective assez radical dans la caractérisation des positions A et des positions A’. Ces dernières sont désormais distinguées « non pas par leur statut structural dans l’indicateur syntagmatique, mais par la façon dont elles sont dérivées » (OPh, p. 150). Une position A’ est une position résultant de l’attraction par le trait de marge [EF] d’une tête de phase – c’est le cas de SpecCP et de Specv*P. Les autres positions sont des positions A.

101Il reste bien sûr à rendre explicites les motivations invoquées par Chomsky en faveur de l’existence du trait [EF] et à l’appui du scénario dérivationnel schématisé en (30b) et (31b). Comme nous le verrons au chapitre VIII, elles sont de deux ordres : d’une part, rendre compte de façon théoriquement fondée de l’impossibilité d’extraire quoi que ce soit (un PP interrogatif par exemple) du constituant occupant la position SpecTP (pour une discussion de la Condition du sujet, voir VIII.6.3) ; d’autre part, proposer une analyse simple et cohérente du mouvement long des éléments interrogatifs, qui soulève une difficulté sérieuse à l’encontre de l’analyse classique, puisqu’on ne peut pas dire dans ce cas que le déplacement dans les CPs intermédiaires est déclenché par un trait matching [wh]/[qu] sur C (voir VIII.5.1).

6. Mouvement de tête

6.1. Mouvement de tête et structure fonctionnelle

  • 36 Elle est aussi soumise à l’exigence imposée par ECP sur les catégories vides non pronominales : ces (...)

102Dans le modèle des Principes et Paramètres, le mouvement de tête désigne l’instance de Move α dans laquelle α est un X (au sens de la théorie X-barre). Cette opération est soumise aux conditions habituelles réglant les processus de mouvement : la Condition de préservation des structures, les conditions de localité.36 Travis (1984) donne à la condition de localité pertinente pour le déplacement des catégories X la forme de la HMC (voir 19).

103Au cours des années quatre-vingt, le mouvement de tête a été invoqué dans l’analyse d’un grand nombre de constructions. La multiplication de ces analyses va de pair avec l’extension considérable pendant cette période du nombre de langues étudiées, mais aussi avec une attention plus grande portée à la structure fonctionnelle des domaines propositionnels, verbaux et nominaux. Je donne ici un bref échantillon de ces analyses :

Inversion du clitique sujet (Kayne 1972)

(35) a. Quel jour arrivera-t-elle ?
  b. [CP quel jour [C arrivera] [IP elle [I arrivera]… quel jour]]
  c. *Je me demande quel jour arrivera-t-elle

104Le fait que l’inversion du clitique sujet ne soit pas disponible dans les domaines enchâssés indique que, dans les phrases matrices, le verbe fini occupe la position C, réservée dans les enchâssées au complémenteur. Dans les propositions matrices, il y a donc mouvement de la tête verbale fléchie de V à I et de I à C.

Mouvement du verbe fini en français (Emonds 1978, Pollock 1989)

(36) a. Paul rencontre souvent Marie dans les cafés.
  b. *Paul souvent rencontre Marie dans les cafés.
  c. [IP Paul [I rencontre] [vP souvent [vP Paul rencontre Marie] dans les cafés]]
(37) a. Paul ne rencontre pas Marie dans les cafés.
  b. [AgrsP Paul [Agrs ne + rencontre] [NegP pas [TP [T rencontre] [vP Paul rencontre Marie] dans les cafés]]]]

Mouvement du verbe infinitif en français (Pollock 1989)

(38)   Paraître souvent triste est un mauvais signe.
(39) a. Ne pas paraître triste est important.
  b. *Ne paraître pas triste est important.
  c. [AgrsP PRO Agrs [NegP ne pas [TP [paraître] [VP paraître triste]]]]

105La discussion des exemples (36)-(39) en III.5.3 a permis d’établir qu’en français, les formes verbales fléchies ont accès à la tête flexionnelle la plus haute – Agrs (Accord sujet) dans le schéma (37b) –, alors que les formes infinitives ne se déplacent pas plus haut que la tête flexionnelle la plus basse – T dans le schéma (39c). On suppose que l’adverbe souvent marque la périphérie du VP (ou du vP) et que la tête Neg s’intercale entre les catégories T et Agrs. Notons que la présence de l’adverbe intervenant en (36a) et celle de pas en (37a) permettent de détecter le mouvement de tête. Lorsqu’une tête verbale et son complément direct sont combinés par le Merge externe, ils forment une structure à branchement binaire dans laquelle les deux termes sont structuralement et linéairement adjacents. Cette adjacence est rompue en (36) et (37), ce qui constitue un indice solide qu’un déplacement a eu lieu, c’est-à-dire que le Merge interne a opéré.

Constructions à verbe second (den Besten 1981)

(40) a. Hans kaufte den Ball. [allemand]
    Hans a-acheté le ballon  
b. Den Ball hat Hans gekauft.
    le ballon a Hans acheté
c. [CP XP [C vfin] [IP DPs [vP DPs [VP DPo V] v] T]]
  d. … dass Hans den Ball gekauft hat.
    que Hans le ballon acheté a
  e. [CP dass [IP Hans [vP [DPo den Ball] [VP gekauft]] v [T hat]]]

106Dans les langues dites à verbe second, la forme verbale fléchie, verbe ou auxiliaire, se déplace dans la tête C dans les propositions matrices (voir 40a, 40b). Un constituant XP, qui peut être l’argument externe (40a), un argument interne (40b), ou un élément prépositionnel, adverbial ou participial, est déplacé dans le spécifieur de CP, lui conférant un statut de Topique. Dans les propositions enchâssées, C abrite le marqueur de subordination, qui bloque le mouvement de la forme verbale (voir 40d). L’avantage de cette analyse est qu’elle assigne la même structure hiérarchique sous-jacente aux propositions matrices et aux propositions subordonnées et qu’elle explique l’absence de l’effet V2 dans ces dernières.

Constructions à verbe initial (Rouveret 1994, Roberts 2005)

(41) a. Fe ddarllenodd y plant y llyfr. [gallois]
    Prt lire-Pret-3Sg les enfants le livre  
« Les enfants ont lu le livre. »
b. Ni chlywodd Siôn erioed y fath lol.
    Neg entendre-Pret-3Sg Siôn jamais le non-sens
    « Siôn n’a jamais entendu une telle absurdité. »  
c. Synodd bawb y byddai angen mwy o arian.
    surprendre-Pret-3Sg tout-le-monde que sera besoin plus d’argent
  « Cela a surpris tout le monde qu’il y aurait besoin de plus d’argent. »
d. [CP [C Part/Compl] [AgrsP [Agrs vfin] [TP DPs T [vP Adv [vP DPs v [VP V XPo]]]]]]
  • 37 Mais on ne peut exclure la possibilité que le verbe fléchi coexiste dans C avec la particule ou le (...)

107Il est peu probable que les séquences Vfin-DPs-DPo dans les langues à verbe initial puissent recevoir une analyse unitaire (il en va de même pour les séquences DPs-Vfin-DPo dans les langues SVO). Mais la situation paraît relativement claire dans les langues celtiques. Le fait qu’il précède certains adverbes (voir 41b) suggère que l’argument externe quitte le groupe verbal. Le verbe fini qui le précède doit donc occuper une tête fonctionnelle plus haute que celle dont le spécifieur accueille l’argument externe. Mais le verbe ne semble pas avoir accès à la catégorie C, occupée par une particule verbale (dans les propositions matrices, voir 41a) ou par le complémenteur (dans les subordonnées, voir 41c).37 Si l’on reprend l’hypothèse de la flexion scindée, on conclut que l’argument externe occupe la position spécifieur de TP et le verbe fléchi la tête Agrs.

108Le verbe fini dans les langues romanes et dans les langues celtiques instancie un déplacement de v-V dans T dans Agrs ; dans les constructions V2 des langues germaniques, un déplacement de v-V dans T dans C. Cet échantillon limité suffit à établir que le mouvement de tête est paramétré : il est directement sensible aux propriétés des têtes fonctionnelles qui, dans chaque langue, définissent des sites d’accueil potentiels.

6.2. Difficultés de l’approche syntaxique

  • 38 Ces difficultés ont été relevées par Roberts dans plusieurs articles, en particulier Roberts (2011) (...)

109La caractérisation du mouvement de tête dans le modèle des Principes et Paramètres rencontre cependant plusieurs difficultés.38

110On sait aujourd’hui que la HMC connaît beaucoup d’exceptions. Elle est clairement violée dans les constructions instanciant un mouvement long du verbe, voir IX.1.2.

  • 39 Cela est particulièrement clair si, adoptant une approche dérivationnelle à la morphologie flexionn (...)
  • 40 Il va de soi que, lorsque la tête déplacée s’adjoint à une catégorie fonctionnelle non remplie, auc (...)

111D’autre part, comme le souligne Roberts (2011), on attribue à ce type de déplacement une propriété que n’ont pas les opérations de mouvement habituelles. Le mouvement syntagmatique déplace typiquement un objet syntaxique de spécifieur en spécifieur, sans que la forme de cet élément soit affectée. Si l’on définit le mouvement de tête comme l’adjonction d’une tête à la tête qui la sélectionne et la c-commande immédiatement, le déplacement cyclique d’une tête peut accumuler du matériel à chaque déplacement, aboutissant à la formation d’une tête de plus en plus complexe.39 Pour désigner ce phénomène, Travis (2005) parle d’« effet boule de neige », alors qu’elle renvoie au premier comme à l’effet « pierre qui roule ».40 On doit ajouter qu’aucune opération ne peut défaire la tête complexe qui résulte d’un mouvement de tête antérieur, comme l’indique par exemple le fonctionnement du mouvement du verbe en (35), (36), (37) et (40). L’ excorporation ne fait pas partie des options disponibles, une exclusion qu’il est difficile de justifier sur une base théoriquement fondée, comme Roberts (1991) l’a clairement établi.

112La conception classique du mouvement de tête cadre mal avec certaines des hypothèses fondatrices du Programme Minimaliste et avec la caractérisation du mouvement proposée dans les sections précédentes.

113(i) Ce type de déplacement viole la Condition d’extension qui requiert que toutes les opérations de mouvement étendent à sa racine la structure de l’arbre qui définit leur input.

114(ii) Lorsque le mouvement de tête est une adjonction à une autre tête, le terme déplacé ne c-commande pas sa trace dans la structure résultante, si du moins l’on raisonne dans les termes de la définition classique de la c-commande.

115(iii) Ce type de mouvement ne semble pas avoir d’incidence sur l’interprétation sémantique, contrairement au mouvement de syntagme. Le bref survol effectué dans la section précédente a montré que le verbe fini occupe des positions structurales différentes dans les langues romanes, celtiques et germaniques, le mouvement ayant une amplitude plus ou moins grande suivant les langues. Or aucun effet sémantique ne paraît associé à cette variation.

  • 41 L’étiquette T renvoie ici à l’ensemble des têtes fonctionnelles présentes dans le domaine flexionne (...)

116(iv) La dernière difficulté soulevée par le déplacement de tête touche à la question du déclencheur du mouvement. On sait que, dans le cas général, des traits différents ciblent des catégories de type différent. En français, l’argument externe monte systématiquement dans le spécifieur de TP et le verbe fini s’adjoint systématiquement à T.41 Il faut donc garantir qu’à chaque type de mouvement, X ou XP, correspond le trait déclencheur approprié. Chomsky formule la difficulté dans les termes suivants :

On a toujours pris comme allant de soi que le trait V fort est satisfait par la montée de V dans T (français/anglais), non par la montée de VP dans SpecTP ; et que le trait nominal fort l’est par la montée de l’expression nominale dans SpecTP ([EPP]), non par la montée de la tête nominale dans T. Mais l’appareil théorique ne fournit aucune raison évidente motivant ce choix. La même chose est vraie pour la montée dans C et la montée dans D. Dans le cas général, T s’adjoint à C et un XP (disons, un whP) monte dans SpecCP ; la tête wh ne s’adjoint pas à C et le TP ne monte pas dans SpecCP. De même, N monte dans D, NP ne monte pas dans SpecDP. (DbP, p. 38)

  • 42 La question posée est délicate et la solution qu’on peut lui apporter relativement complexe. Il n’e (...)

117L’observation essentielle de Chomsky dans ce passage est que les langues disposent a priori de deux stratégies pour satisfaire l’exigence imposée par le trait V de la catégorie T (c’est-à-dire, dans les termes utilisés dans ce livre, le trait [temps] de T) : elles peuvent a priori adjoindre V à T ou déplacer VP dans SpecTP. De même, pour vérifier le trait N de T (c’est-à-dire, ses traits φ et [EPP]), elles peuvent déplacer le syntagme nominal sujet dans SpecTP ou adjoindre la tête nominale à T. Or, selon Chomsky, les stratégies sélectionnées sont toujours les mêmes : V s’adjoint à T, NP se déplace dans SpecTP. Ce qui est dit pour les traits de la catégorie T vaut aussi pour ceux des catégories C et D. On n’a ni VP-dans-T, ni TP-dans-C, alors que V-dans-T et T-dans-C sont monnaie courante. Le problème est que l’appareil théorique utilisé n’exclut pas les choix concurrents.42

  • 43 Chomsky (2003, p. 306) réaffirme cette position dans un texte peu connu, trop long pour être repro (...)

118Chomsky interprète ces difficultés comme autant d’arguments contre une approche syntaxique du mouvement de tête. Il fait l’hypothèse suivante :43

Une partie importante des processus de montée de tête, à l’exception de l’incorporation au sens de Baker (1988), peut être du ressort du composant phonologique. (DbP, p. 37)

119Ce passage opère une distinction nette entre d’une part les mouvements de tête qui mettent en jeu le déplacement d’une tête fonctionnelle dans une autre ou ceux qui ont pour résultat l’affixation d’une marque flexionnelle à une tête lexicale, illustrés en (36)-(39) et (41), et d’autre part ceux qu’à la suite de Baker (1988), on caractérise comme des processus d’incorporation et dans lesquels la forme résultante d’un mot contient plus d’une racine lexicale (sur l’incorporation, voir III.6.1 et III.6.2). Chomsky ne met pas en cause la nature syntaxique de l’incorporation, telle qu’elle a été caractérisée par Baker. Sa proposition concerne exclusivement les autres phénomènes semblant impliquer un mouvement de tête, en particulier la formation des unités flexionnelles morphologiquement complexes.

  • 44 Le mouvement de tête se distingue aussi du mouvement A en ce qu’il n’est pas affecté, semble-t-il, (...)

120Selon lui, l’hypothèse du mouvement en PF résout toutes les difficultés qui viennent d’être mentionnées. L’absence d’effets sémantiques associés indique que LF ne dispose pas de l’information qu’un mouvement de tête est intervenu, ce qui suggère que ce type de mouvement est confiné à la partie PF de la grammaire. D’un tel mouvement, on n’attend pas qu’il donne lieu à des effets sémantiques particuliers. Un tel mouvement n’a pas à observer la Condition d’extension, n’a pas à c-commander sa trace, ne requiert pas qu’on définisse des conditions de localité ad hoc. La difficulté liée à l’identification du déclencheur du mouvement disparaît également, si les mouvements de tête sont conçus comme des propriétés de PF, « conditionnées par le caractère affixal des catégories flexionnelles » (DbP, p. 38).44

121Certains chercheurs, Roberts (2011) notamment, adressent cependant à l’analyse l’analyse PF une objection majeure. Il n’est pas vrai selon eux que le mouvement de tête n’ait aucune incidence au niveau LF. Roberts cite les exemples (42) qui montrent que anybody, qui, comme les autres items à polarité négative, doit être légitimé par un terme négatif qui le c-commande en LF, peut être légitimé par un auxiliaire négatif monté dans C.

(42) a. *Which one of them does anybody like ?
  b. Which one of them doesn’t anybody like ?
  • 45 Une objection potentielle à l’analyse PF du mouvement de tête est l’existence d’effets de minimali (...)

122Mais il n’est pas certain que le mouvement de tête en tant que tel doive être tenu pour responsable de l’effet sémantique observable en (42b). C’est plutôt le fait que la montée de l’auxiliaire a pour effet indirect de placer l’item à polarité négative dans la portée de la négation. Cette montée est sans effet en (42a). D’autre part, un autre mouvement est impliqué en (42b), le déplacement de l’expression interrogative dans le spécifieur de CP, qui concourt également à la construction de l’interprétation sémantique. Il reste que la négation doit c-commander l’item à polarité négative à Spell-Out et en LF pour que la phrase soit sémantiquement bien formée. Ce n’est possible que si do + Neg s’est déplacé dans la syntaxe explicite. Le problème posé rappelle la discussion de la section 3 sur le statut téléologique du mouvement et semble pouvoir recevoir une solution analogue (voir en particulier le passage de DbP, p. 32, cité dans la discussion).45

6.3. Analyses syntaxiques concurrentes

  • 46 Cette possibilité a été explorée par Donati (2006) et Chomsky (OPh), voir IV.2.3.

123Parmi les approches syntaxiques pouvant éventuellement se substituer aux analyses en termes de mouvement de tête, Roberts cite le mouvement résiduel et la reprojection. Les analyses qu’il regroupe sous l’étiquette de « reprojection » partagent l’hypothèse que, dans certains cas, c’est la catégorie tête déplacée qui fournit son label à la structure résultant du déplacement.46 Cette option doit être sévèrement contrainte. Il est nécessaire en effet, à première vue, d’exclure les structures verbales créées par self-attachment, c’est-à-dire celles dans lesquelles un verbe déplacé est adjoint à sa projection d’origine VP. Cette situation est schématisée en (43).

(43) [V [V] [VP… t…]]
  • 47 Les langues celtiques à verbe initial soulèvent une difficulté à l’encontre de cette analyse, puis (...)

124Selon Chomsky (voir C&T, p. 320-321), la structure (43) résultant de l’attachement de V à la projection VP doit être exclue. Elle viole la condition requérant que la tête d’un syntagme soit définie de façon univoque. V et sa trace sont deux têtes possibles pour le constituant VP. Pour V, cette conclusion va de soi. Pour la trace de V, la question se pose si V est analysé comme adjoint à la projection VP initiale. En bref, une structure créée par self-attachment viole la Condition d’endocentricité. Koeneman (2000) observe cependant qu’on peut remédier à ce problème en projetant un spécifieur supplémentaire. C’est dans ces termes qu’on doit, selon lui, analyser les structures V2. Dans ces dernières, le verbe se déplace et se projette à nouveau. Mais l’opération ne réussit que si un spécifieur supplémentaire est projeté. Un constituant arbitraire doit donc à son tour se déplacer, permettant la projection du spécifieur de la projection verbale nouvellement créée. Une proposition consiste donc pour l’essentiel en une collection de projections verbales (auxquelles il convient d’ajouter les items fonctionnels directement insérés depuis le Lexique, comme les complémenteurs). On voit que, dans cette approche, le paramètre V2 n’est pas formulé sur la base des traits associés à une tête fonctionnelle particulière.47

  • 48 Les auteurs développent l’idée que, dans les configurations de mouvement, tous les traits d’une tê (...)

125Les articles d’Ackema, Neeleman et Weerman (1993) et de Nash et Rouveret (1997) anticipent les analyses en termes de reprojection. Les premiers soutiennent que la construction des structures propositionnelles est directement dépendante du mouvement du verbe. Nash et Rouveret, souhaitant faire l’économie de la catégorie Agr et plus généralement de toute catégorie sans contenu sémantique, mais cherchant en même temps à élaborer un modèle qui permettrait une diversité plus grande des squelettes fonctionnels, avancent que la théorie syntaxique devrait reconnaître l’existence de catégories proxy, c’est-à-dire de têtes syntaxiques purement dérivationnelles, projetées pour fournir l’espace syntaxique nécessaire à la vérification de tous les traits de la catégorie dont ils sont la copie. Dans cette perspective, le processus de fission de trait intervient directement dans la construction de la structure, avec le résultat que les traits associés initialement à une catégorie fonctionnelle se trouvent répartis sur plusieurs têtes syntaxiques. La tête Temps fini peut ainsi se trouver dominée par une catégorie T proxy pour garantir la vérification conjointe des traits φ et du trait [EPP]. Cela équivaut à dire que la tête T est reprojetée.48

126À l’issue de cet examen, il est difficile de tirer des conclusions fermes touchant le statut du mouvement de tête dans l’approche minimaliste. De la discussion précédente, on peut cependant retenir que c’est bien un mouvement de tête intervenant dans la syntaxe étroite, avec des effets sur l’interprétation, qui est impliqué dans les phénomènes d’incorporation décrits par Baker (1988) et que, pour les autres configurations habituellement abordées en termes de mouvement de tête, il est difficile de trancher entre l’analyse syntaxique et l’analyse phonologique. On peut néanmoins tenir pour acquis que, contrairement à ce qui est soutenu par certains chercheurs, la mise en œuvre du mouvement de tête (en tant que distinct de l’incorporation) ne s’accompagne pas d’effets sémantiques particuliers.

7. Mouvement résiduel

127Le mouvement résiduel a été initialement invoqué par den Besten et Webelhuth (1990) pour rendre compte des énoncés allemands dans lesquels le terme initial se réduit à une forme participiale, voir (44a). La structure associée est schématisée en (44b).

(44) a. Gelesen hat er das Buch nicht.
    lu a il le livre Neg
    « Il n’a pas lu le livre. »          
b. [CP [VP das Buch gelesen] [C hat] [TP er das Buch nicht VP]]

128La dérivation est la suivante : das Buch est d’abord soumis à l’opération Scrambling qui l’extrait du VP où il a son origine et le déplace dans une position interne au TP ; la forme verbale fléchie hat monte dans C ; puis le VP, en fait ce qu’il en reste, c’est-à-dire le participe gelesen, est déplacé dans le spécifieur de CP.

129Des analyses en termes de mouvement résiduel ont également été proposées pour accommoder la syntaxe des verbes fléchis dans les langues germaniques, dans les structures V2 et dans les structures non-V2. L’étude de Wiklund et al. (2007) établit par exemple que deux types de mouvement du verbe internes au domaine flexionnel (donc non-V2) doivent être distingués dans les langues scandinaves. En islandais, le verbe est déplacé par-dessus la négation et précède tous les adverbes. En féroïen, le mouvement du verbe ne peut croiser la négation, ne précède pas nécessairement (tous) les adverbes et peut n’en précéder aucun. Bentzen (2008) observe qu’on peut de ce point de vue établir un parallélisme entre les langues scandinaves et les langues romanes, plus précisément entre l’islandais et le français d’une part, entre le féroïen et l’italien d’autre part. Je me borne à citer les exemples romans.

(45) a. Jean ne résoudra pas le problème.
  b. Max embrasse souvent Léa.
  c. Jean résoudra probablement le problème.
(46) a. Gianni non risolverà il problema. [italien]
    Gianni Neg résoudra le problème  
  « Gianni ne résoudra pas le problème. »
b. Alcuni studenti (fraintendono) spesso (fraintendono) completamente il compito.
    certains étudiants comprennent-mal souvent comprennent-mal complètement le devoir
  « Il est fréquent que certains étudiants comprennent mal le devoir. »
  • 49 Cette présentation, volontairement rapide, laisse plusieurs questions sans réponse. En particulier, (...)

130Dans l’analyse cartographique de la périphérie gauche (voir Rizzi 1997), c’est la catégorie fonctionnelle Fin (pour Finitude) qui marque la frontière entre le domaine flexionnel et la périphérie gauche. Bentzen (2008) propose que le trait [Fin] correspondant puisse être légitimé par Move ou par Agree. Si la seconde option est retenue, aucun déplacement du verbe n’est observable. [Fin] entre en relation d’accord avec le verbe fini, également spécifié pour le trait [Fin]. Ce dernier suit tout le matériel interne à la projection FinP. C’est la situation illustrée par le féroïen et l’italien. Si la première option est retenue, le verbe fléchi se déplace vers la projection FinP et, dans son déplacement, croise nécessairement les adverbes et la négation. Mais pour obtenir le résultat cherché, il est nécessaire de supposer que le mouvement du verbe affecte également l’argument sujet et qu’ils se déplacent conjointement dans le spécifieur de FinP, produisant un ordre Sujet - Verbe fini. Ce déplacement ne peut être caractérisé comme le déplacement du vP tout entier. L’argument objet des constructions verbales transitives semble en effet conserver sa position originelle, ce qui suggère que l’objet a été extrait du vP, avant que ce dernier ne soit déplacé dans le spécifieur de FinP. On a donc affaire à un cas de mouvement résiduel.49 L’objection majeure que l’on peut soulever à l’encontre de ce type d’analyse est le fait que, s’il peut être justifié dans certains cas, en (44) par exemple, le mouvement préalable qui vide d’une partie de son contenu le syntagme appelé à se déplacer n’a souvent aucune motivation indépendante. Or, dans l’approche minimaliste, les mouvements doivent toujours avoir lieu pour une raison.

  • 50 Des analyses en termes de mouvement résiduel ont aussi été proposées pour les structures à verbe i (...)

131Il est donc essentiel de définir les propriétés diagnostiques permettant de décider si certains ordres linéaires sont dérivés par une combinaison de plusieurs opérations de mouvement indépendantes ou reposent sur un mouvement résiduel. La question se pose parce que, si le mouvement résiduel est intégré à la grammaire, il est fréquent que plusieurs scénarios soient disponibles pour dériver un ordre linéaire donné. Considérant les séquences verbe-objet-sujet en portugais, Costa (2004a) observe qu’elles peuvent a priori être produites par une opération analogue à Object Shift combinée à un mouvement du verbe ou par un déplacement du sujet hors du vP, suivi par un déplacement ultérieur du résidu du vP contenant à la fois le verbe, l’objet et la copie du sujet. Il montre que ces deux options peuvent être distinguées empiriquement et que la distribution des adverbes internes à VP, les propriétés de c-commande et de portée du sujet, la cliticisation de l’objet ne sont naturellement accommodées que par la première option. L’analyse des constructions causatives du français rencontre une question analogue.50

132Les séquences sujet-objet-verbe sont également susceptibles de deux analyses.

(47) a. [XP sujet [XP X [VP V… objet…]]]
  b. [XP sujet [XP [X V X] [VP tV… objet…]]]
  c. [XP sujet [XP objet [XP [X V X] [VP tV tobj]]]]
  d. [XP sujet [XP [VP tV… objet…] [XP [X V X] [VP tVP]]]

133Une fois que le verbe a quitté le VP et s’est adjoint à la tête fonctionnelle X (47b), l’objet peut s’adjoindre à la projection maximale XP, laissant le VP vide (dérivation 47c). Mais il est également possible de déplacer l’ensemble du VP, qui ne contient plus que l’objet direct, et de l’adjoindre à la projection maximale XP (dérivation 47d). Dans le premier cas, on a affaire à un simple déplacement de l’objet ; dans le second au déplacement du VP entier vidé de sa tête V, donc à un déplacement résiduel. Or si les deux dérivations sont également disponibles, on perd, selon Johnson (2007), l’une des corrélations ordinales isolées par Greenberg (1966), selon laquelle les langues OV sont aussi les langues dans lesquelles le verbe est précédé par ses autres compléments et par ses modifieurs. Il est clair que la dérivation (47d) est mieux à même que la dérivation (47c) de dériver cette corrélation. Mais si la dérivation (47d) est préférée pour une raison qui reste à déterminer, il faut expliquer pourquoi le VP ne peut être adjoint au XP supérieur, plutôt qu’au XP dominant le VP originel. Dans cette hypothèse, l’ordre dérivé serait objet-sujet-verbe, un type de langue virtuellement inconnu.

  • 51 Dans la mesure où elle invoque un mouvement syntagmatique dans la syntaxe étroite, elle laisse atte (...)

134Il est clair que l’hypothèse du mouvement résiduel évite le problème soulevé par les analyses formulées en termes de mouvement de tête à l’encontre de la Condition d’extension et de la définition de la c-commande.51 On peut même supposer qu’une théorie qui recourt massivement au mouvement résiduel permet de faire l’économie du mouvement de tête. Or une théorie qui n’admet que le mouvement syntagmatique est plus simple qu’une théorie qui intègre à la fois le mouvement de tête et le mouvement syntagmatique. Mais l’élimination du mouvement de tête n’est pas sans coût. Dans un dispositif qui recourt exclusivement au mouvement résiduel, il est nécessaire de définir avec précision les conditions dans lesquelles il intervient et d’isoler les propriétés qui permettent de le diagnostiquer.

8. Mouvement phonologique

135Outre celles qui impliquent un mouvement de tête, Chomsky cite d’autres constructions qui, selon lui, sont candidates à une analyse en termes de mouvement phonologique. L’une d’elles est celle dans laquelle un objet direct occupe une position précédant le participe passif dont il dépend, plutôt que celle qui suit le participe et qui serait la position attendue, voir (48). Il appelle Th/Ex (Thematization/Extraction) le mouvement impliqué dans la dérivation de ce type de structure.

(48) a. There was a large book placed a large book on the table.
  b. *There was placed a large book on the table.

136L’analyse qu’il développe dans DbP (p. 19-26) repose sur (49) :

(49) En PF, déplacer l’objet direct à la marge gauche (ou droite) de vP.

137Mais cette opération a aussi des effets sur la syntaxe étroite, comme nous allons le voir.

138À l’appui de la construction de Th/Ex comme une opération phonologique, il observe :

(50) Th/Ex n’a pas d’incidence sémantique, contrairement à Object Shift, qui n’est compatible qu’avec les expressions nominales spécifiques.
(51) Le DP qui est soumis à Th/Ex est inaccessible aux opérations syntaxiques, telles que le mouvement d’interrogatif.

139(51) distingue Th/Ex des constructions explétives ordinaires. On peut ainsi opposer la construction Th/Ex (52a) à la structure explétive (52b).

(52) a. *What are there [books about what] being sold in Boston these days ?
  b. What are there [several packages of what] in the room ?

140Ce contraste indique qu’une fois qu’un objet syntaxique a été construit et transféré au composant phonologique pour être soumis à Th/Ex, ce qui reste de cet objet, dépouillé de ses traits phonologiques à Spell-Out, n’est plus disponible à la phase suivante pour l’extraction ou la sous-extraction dans la computation syntaxique et en LF. Mais, si l’objet soumis à Th/Ex ne peut être affecté par un déplacement, il a la possibilité de s’accorder. La trace de l’associé de there doit en effet rester visible à Agree, puisque le trait de Cas nominatif de l’associé doit être valué. Chomsky se demande donc quel ingrédient de Move est incompatible avec la trace de Th/Ex. Ce ne peut être ni Merge ni Agree parce que l’associé s’accorde. Mais il est possible que les traces ne puissent « suivre le mouvement » (être soumises à pied-piping). Il est possible aussi qu’une trace inactive résiste à Match. Chomsky observe que faire dépendre un déplacement de la présence de certains traits phonologiques n’est pas optimal du tout. Ce n’est pas à la syntaxe étroite qu’il revient de se préoccuper de ce type de phénomène, mais bien au composant phonologique. Il conclut que l’opération Th/Ex doit être construite comme une opération phonologique, mais qu’il faut en même temps garantir à la syntaxe étroite un accès très limité au composant phonologique.

141On peut observer pour conclure que dans les langues romanes, mais aussi dans les langues germaniques autres que l’anglais, les jugements sont exactement à l’inverse de ceux qui sont donnés pour l’anglais. Cela suggère que le mouvement PF de l’objet n’intervient pas dans ces langues et confirme la nature superficielle, purement phonologique de l’opération.

9. Propriétés diagnostiques

142En guise de conclusion, il peut être intéressant de se demander quelles propriétés diagnostiques peuvent être utilisées pour détecter le mouvement syntagmatique et le mouvement de tête. C’est la question que posent Lechner (2013) et Harley (2013) dans deux articles récents. Je reprends ici une partie de leurs conclusions. Si on laisse de côté les tests de nature psycholinguistique, neurologique, ceux qui sont basés sur l’acquisition, la pathologie ou l’évolution du langage, pour s’en tenir à des propriétés purement syntaxiques, on est conduit à distinguer celles qui reposent sur un changement de forme (phonologique ou morphologique), celles qui sont liées à un changement de nature interprétative, et celles qui reflètent des propriétés de l’opération de mouvement elle-même (Lechner 2013).

  • 52 Mais aucun mouvement à vide n’est impliqué dans cet exemple, si l’on adopte l’analyse développée da (...)

143Les mouvements intervenant avant Spell-Out induisent généralement un changement de forme, mais ce dernier peut ne pas avoir de réflexe dans la séquence linéaire. Le mouvement des interrogatifs sujets de la position SpecTP dans la position SpecCP (voir Qui qui a téléphoné ?) n’est pas détectable, c’est un mouvement à vide.52 Un changement morphologique, affectant un autre élément que l’objet déplacé, peut aussi servir à diagnostiquer le trajet du mouvement. Les exemples de cette situation sont nombreux. On peut citer l’accord du participe passé dans les constructions impliquant un mouvement du sujet ou de l’objet en français, la variation morphologique des complémenteurs en irlandais dans les situations de relativisation à distance, le blocage de la contraction de want to en wanna en anglais lorsqu’une trace intervient entre want et to (*Who do you wanna kiss you ?), qui sont autant d’indicateurs du mouvement.

144Ces observations valent pour le mouvement syntagmatique. Le mouvement de tête peut aussi donner lieu à un changement dans l’ordre linéaire. Mais le déplacement du verbe fini en français hors du domaine VP où il a son origine n’est détectable qu’en présence d’un adverbe ou d’une négation intervenante. Il faut également garder à l’esprit le fait que les structures dans lesquelles une tête n’occupe plus sa position d’origine peuvent résulter d’un mouvement résiduel, n’impliquant aucun mouvement de tête.

  • 53 Selon Fox (1999), la reconstruction dans les structures produites par un déplacement A’ est motivée (...)

145Du côté sémantique, la présence d’effets de reconstruction dans une structure est habituellement considérée comme un indice solide qu’un déplacement est intervenu dans la dérivation correspondante. Ces effets s’observent principalement dans les constructions A’ (voir chapitre X). Selon Chomsky (C&T, p. 326), ils ne devraient s’observer que dans les structures produites par mouvement A’, car ils sont directement corrélés à la formation de paires opérateur-variable.53 Mais ces effets ne sont pas absents des constructions A. Deux types d’exemples sont habituellement invoqués ; les constructions à montée, qui impliquent Move, se distinguent des constructions à contrôle par le fait que les premières, mais pas les secondes, donnent lieu à des effets de reconstruction (voir Lechner 2013). Seuls les sujets montés se comportent comme s’ils faisaient partie de la subordonnée, quand il s’agit de calculer la portée respective de deux expressions quantifiées. On peut conclure que le sujet superficiel a atteint par mouvement la position où il est prononcé dans la structure à montée (voir 53a), mais pas dans la structure à contrôle (voir 53b).

(53) a. Une reine est susceptible de séduire chaque chevalier
    une > chaque / chaque > une
  b. Une reine se propose de séduire chaque chevalier
    une > chaque / *chaque > une

146Les structures dérivées par mouvement, en particulier les structures à montée, se distinguent également par leur comportement vis-à-vis des restrictions sélectionnelles, de l’interprétation idiomatique, de la légitimation anaphorique (voir Postal 1974). (54) illustre la première propriété.

(54) a. Il semble il y avoir des troubles dans ce pays.
  b. *Il veut PRO y avoir des troubles dans ce pays.

147Des effets de reconstruction sont également détectables dans les constructions A’. Une difficulté majeure liée au test de la reconstruction est que le phénomène s’observe aussi dans les constructions résomptives. On peut imaginer que certaines d’entre elles soient dérivées par mouvement (même si l’implémentation de cette idée ne va pas de soi). C’est le cas des configurations dans lesquelles aucune frontière d’îlot ne sépare le site occupé par le pronom résomptif de son antécédent A’. Mais les phénomènes de reconstruction s’observent également dans des structures contenant un résomptif inclus dans un îlot. Cette observation, très généralement ignorée par les chercheurs intéressés aux phénomènes de localité, indique que la reconstruction ne peut être considérée comme un diagnostic sûr du mouvement.

148La discussion du mouvement de tête a établi que ce type de déplacement n’est pas en lui-même responsable des effets sémantiques éventuellement observables dans les structures correspondantes. Le mouvement phonologique est quant à lui dépourvu de toute incidence interprétative.

  • 54 Les structures résomptives ne donnent qu’exceptionnellement lieu à des effets de sous-jacence. Ces (...)

149Les autres tests permettant de diagnostiquer le mouvement sont ceux qui reposent sur une caractéristique de la procédure de mouvement elle-même. C’est le cas des effets de sous-jacence observables quand le site originel du terme déplacé est dominé par une combinaison particulière de nœuds.54 Étant donné la caractérisation de Move comme un processus d’attraction soumis à la MLC ou la conception d’Agree comme un préalable à Move, on s’attend à ce que des effets d’intervention soient également observables dans les configurations impliquant un déplacement. Mais, avant de conclure à la validité de ce test, il faut vérifier si des effets d’intervention se manifestent également dans les configurations mettant en jeu un processus de construal, c’est-à-dire un processus interprétatif. Si c’est le cas, la sensibilité à la minimalité ne montre pas nécessairement que la configuration correspondante résulte d’un déplacement. Le problème est repris dans le chapitre X.

150Le mouvement phonologique, dans les rares situations où il a été invoqué, est un phénomène très local qui observe une condition encore plus stricte que la sous-jacence ou la minimalité. Quant au mouvement de tête, il semble être strictement interne à la proposition qui contient minimalement l’élément déplacé. Il obéit donc à une condition plus stricte que la sous-jacence. La HMC, dans les structures où elle opère, montre qu’une version de la Condition de minimalité est également pertinente. Mais il faut vérifier si l’existence de structures impliquant le mouvement long d’une tête peut être réconciliée avec (une version de) la Condition de minimalité ou doit être prise en charge par un autre mécanisme.

Notes

1 La construction verbale passive fournit un exemple simple de cette situation. En (i) :

(i) Le problème sera bientôt résolu [le problème] par les chercheurs.

l’expression nominale le problème, argument direct de résolu, reçoit une interprétation θ dans sa position d’origine, la position complément du participe. Mais elle est prononcée dans une position différente : la position spécifieur du domaine TP. La formulation adoptée dans le texte suppose que cette position n’a pas d’incidence sémantique sur le terme qui l’occupe. Voir cependant la discussion de la section 2.

2 Toute théorie linguistique doit d’une façon ou d’une autre représenter et formaliser cette propriété. Cela ne passe pas nécessairement par l’intégration au dispositif d’une opération explicite de mouvement. Il est également possible de raisonner en termes représentationnels, en codant les effets du mouvement sur des représentations uniques contenant des copies ou des traces coïndicées avec les éléments déplacés – comme cela a été fait dans certaines versions représentationnelles du modèle des Principes et Paramètres – ou de recourir à des procédés comme les catégories slash du modèle HPSG. Tout procédé formel dont la fonction est de construire un lien entre deux positions syntaxiques peut endosser ce rôle, pourvu qu’il soit contraint de façon appropriée. La question de savoir si le procédé choisi doit être considéré comme une imperfection se pose dans tous les modèles. Qu’en est-il par exemple des catégories slash dans HPSG ?

3 Jacques Jayez, dans son cours « Introduction à la sémantique » (ENS-LSH, 2008-2009), donne de la compositionnalité la définition informelle suivante :

(i) La compositionnalité est le mécanisme par lequel la signification d’une unité complexe est construite à partir (i) de la signification que ses parties ont indépendamment et (ii) de règles de combinaisons syntaxiques et sémantiques.

4 Cette conception du mouvement est sous-jacente à ce qui a été dit de Move dans le chapitre II.

5 Rappelons que la catégorie Agr ne fait plus partie aujourd’hui de l’inventaire des catégories fonctionnelles, voir chapitre III.

6 Chomsky écrit : « Si l’argument externe est dans SpecvP […], alors la configuration v–VP peut être considérée comme exprimant le rôle causatif ou agentif de l’argument externe » (C&T, p. 315).

7 Cette présentation doit évidemment être affinée, pour tenir compte des phénomènes appuyant l’analyse scindée du système flexionnel, voir Pollock (1989).

8 Je simplifie à dessein. Nous savons que la vérification du trait de Cas et des traits φ peut s’effectuer sans déplacement dans une grammaire qui inclut Agree et que le mouvement est imposé par la présence de [EPP] sur T.

9 « Portée » (scope) désigne la portion d’une phrase qui est interprétée comme étant affectée par la présence d’un élément opérateur dans cette phrase (il peut s’agir d’un quantifieur ou de la négation). Des ambiguïtés de portée se manifestent quand deux ou plusieurs éléments dotés de force quantificationnelle coexistent au sein d’une même phrase.

10 L’emploi de qui en (5) restreint encore les interprétations possibles, au sens où ce pronom ne peut référer qu’à un humain.

11 Cette propriété se manifeste dans les énoncés qui, comme (i), contiennent plus d’une expression quantifiée ; (i) instancie une ambiguïté dans la portée relative de l’expression interrogative et de l’élément quantifié.

(i) À quel professeur chaque étudiant a-t-il parlé [tv à quel professeur] ?

On peut assigner à (i) une interprétation dans laquelle tous les étudiants ont parlé au même professeur. Dans ce cas, quel inclut chaque dans sa portée. On peut aussi assigner à (i) une interprétation distributive, telle que chaque étudiant a parlé à un professeur particulier. La portée de chaque excède alors celle de quel. Pour une analyse, voir X.1.

12 Ce passage est commenté par Atkinson (2007) qui observe qu’il est curieux de considérer « les propriétés quasi logiques comme l’implication » comme relevant de la même classe que les dépendances θ, d’autant que l’asymétrie entre (4a) et (4b) est bien un contraste de surface. Atkinson relève également une inconséquence à la fin du passage dans la partition établie entre propriétés profondes et propriétés de surface, les secondes étant supposées être spécifiques au langage humain et absentes des langages formels. S’il est une propriété dont s’occupent les langages logiques, ce sont bien les relations de portée !

13 Cette conception configurationnelle est celle qui est définie dans Hale et Keyser (2002).

14 Si on adopte la conception développée dans BEA, selon laquelle les « degrés de déviance » sont analysés comme des effets d’interface, n’ayant pas pour résultat un échec dérivationnel, IC, telle qu’elle est formulée ci-dessus, est probablement trop forte.

15 Pour un exemple de mouvement en PF, voir section 8.

16 Le terme « configurationnellement » signifie ici : en recourant à des déplacements créant des configurations syntaxiques particulières, plutôt qu’en exploitant des ressources morphologiques.

17 Voir les travaux pionniers d’Andrew Carstairs-McCarthy et ceux, plus récents, d’Olivier Bonami.

18 Nunes donne comme exemple les structures à copies multiples dans les constructions à mouvement d’interrogatif en allemand. (i) illustre cette possibilité.

(i) Weni willst du, wen Jakob ti besticht ?
    qui veux tu qui Jakob corrompt
  « Qui veux-tu que Jakob corrompe ? »

La structure résultant de l’adjonction du mot interrogatif à la tête C dans les complémenteurs intermédiaires n’est pas linéarisable, dans la mesure où elle associe deux têtes (voir V.2). Nunes propose qu’une opération de restructuration morphologique réanalyse cette structure en un seul élément terminal. Cette fusion a pour effet de rendre invisible à LCA le terme interrogatif (LCA n’opère pas de façon interne aux mots, voir V.2.2). La chaîne wen … wen … est donc linéarisable. Le phénomène de copie du verbe en chinois mandarin pourrait aussi impliquer une structure dans laquelle l’exigence d’asymétrie ne joue pas. Une possibilité est que les deux occurrences du verbe copié ne forment pas une chaîne, parce que la plus haute ne c-commande pas la plus basse, comme Jules Gouguet le propose.

19 La condition (10) n’impose pas que le mouvement soit successif cyclique. C’est la Condition de sous-jacence (12) qui produit ce résultat.

20 Cette affirmation doit être nuancée, voir VIII.5.

21 Lorsqu’il a fait cette proposition, Chomsky ne disposait pas en anglais d’évidence empirique appuyant l’hypothèse d’un déplacement interrogatif ou relatif successif cyclique. Mais on a découvert depuis que la cyclicité de ce déplacement avait des réflexes observables dans beaucoup de constructions dans un grand nombre de langues. Voir Kayne et Pollock (1978) sur l’inversion stylistique en français, Torrego (1984) sur les constructions interrogatives à distance en espagnol, McCloskey (1990) sur la relativisation à distance en irlandais, et beaucoup d’autres.

22 Le déplacement de quelle héritière, s’il est opéré en une fois, viole la condition (12), puisqu’il franchit plusieurs frontières TP. Chomsky propose que chaque domaine CP rend disponible une « porte de sortie » (escape hatch), correspondant à son spécifieur, qui permet le déplacement successif cyclique de l’expression interrogative. Aucune violation de la Condition de sous-jacence n’est induite, puisque chaque opération de déplacement cible le spécifieur du C le plus proche, ne franchissant qu’une frontière TP à chaque étape.

23 Par contre, la bonne formation de (i) est inattendue, si l’on raisonne dans les termes de (12) :

(i) Qui le comité exécutif sait-il où placer sur la liste électorale ?

On a souvent observé que la Condition des îlots interrogatifs (Wh-island Constraint) ne figurait pas dans la liste des conditions fournies par Ross, qui avait certainement découvert que, telle quelle, cette contrainte était trop forte.

24 La condition (12) permet de dériver certaines contraintes impliquant un îlot fort, la CNPC, la LBC, mais pas toutes les contraintes de ce type, en particulier pas la CSC, ni la Condition des sujets propositionnels. Sur la Condition des îlots interrogatifs, voir note précédente. Sur l’opposition entre îlots forts et îlots faibles, voir chapitre VIII.

25 Précisons que les chaînes de traits n’existent pas. Il ne serait pas facile de définir les notions de sororité et de c-commande pour les traits.

26 Son statut syntagmatique n’est pas modifié si c’est la tête déplacée qui se projette.

27 WI est l’analogue dans la syntaxe silencieuse de la morphologie sur la branche PF.

28 J’ignore ici le rôle joué par le statut phasal de vP. Sur ce point, voir chapitre VIII.

29 Rappelons que la lettre minuscule i précédant un symbole X référant à un trait donné indique que ce trait est interprétable ; la lettre minuscule u préfixée à Y indique que le trait correspondant est ininterprétable (uninterpretable).

30 Chomsky utilise le trait [Q] pour les questions. Il conviendrait de préciser quel est le trait-sonde dans les constructions exclamatives, les constructions focalisées et les relatives, ainsi que dans les structures topicalisées, une question dont Chomsky paraît se désintéresser complètement. Bien que, dans Interview, il reconnaisse l’importance des études cartographiques, il ne s’est jamais montré enclin à identifier les traits impliqués dans des processus de nature discursive, comme la topicalisation, préférant raisonner dans les termes de la catégorie portemanteau C. De fait, dans les cas considérés, le recours à des catégories et à des traits plus spécialisés ne modifierait pas sensiblement l’argumentation.

31 Comme l’observe Radford (2004), le fait que le C interrogatif porte un trait [Q] = [Opérateur] ininterprétable soulève une difficulté potentielle pour l’analyse des questions oui/non. Pour que ce trait soit proprement valué, ces dernières doivent également contenir un élément interrogatif, contrepartie nulle de whether en anglais et de si en français, inséré directement dans le système CP. C, qui est complet dans ces structures et porte un trait opérateur [Q], efface le trait morphosyntaxique ininterprétable de whether/si. On peut aussi, selon Radford, supposer que la dérivation des questions oui/non n’est pas parallèle à celle des questions partielles et que ces structures contiennent un trait [Opérateur] interprétable, ce qui dispense de poser une variante nulle de whether/si dans les représentations correspondantes.

32 Les indices souscrits, dans les représentations (30b) et (31b), ne sont évidemment pas des indices référentiels.

33 Dans l’approche définie dans OPh, les traits φ de T sont en réalité des traits que T a hérités de C. Dans cette hypothèse, la sonde C n’a accès qu’à TP/T, au point où elle effectue une recherche minimale, pas au sujet qui n’est pas encore réalisé dans le spécifieur de TP, voir VIII.6. Si Chomsky énonce que la structure résultante contient deux chaînes A, c’est qu’il suppose que le déplacement dans la périphérie déclenché par le trait [EF] crée non seulement une chaîne A’, mais aussi une chaîne A qui se réduit au site originel de l’élément interrogatif.

34 La vraie raison de l’agrammaticalité de (32b) est que la relation d’accord casuel s’établit entre l’explétif et T, bloquant la valuation du Cas structural de quelle fille par T.

35 On peut supposer que la position d’origine de qui en (33a) est soit le spécifieur de être, soit la position sujet de la petite proposition sélectionnée par être.

36 Elle est aussi soumise à l’exigence imposée par ECP sur les catégories vides non pronominales : ces dernières doivent être lexicalement gouvernées par une tête et/ou localement c-commandées par un antécédent. Dans le cas du mouvement de tête, cela signifie que la tête déplacée s’adjoint à la tête qui la sélectionne et la c-commande minimalement.

37 Mais on ne peut exclure la possibilité que le verbe fléchi coexiste dans C avec la particule ou le complémenteur.

38 Ces difficultés ont été relevées par Roberts dans plusieurs articles, en particulier Roberts (2011), dont les sections 6.2 et 6.3 reprennent l’essentiel.

39 Cela est particulièrement clair si, adoptant une approche dérivationnelle à la morphologie flexionnelle, on suppose que les têtes T et Agrs abritent chacune un affixe, correspondant respectivement au temps et aux marques d’accord. C’est peut-être dans cette propriété que réside la différence majeure entre le mouvement de tête et le mouvement syntagmatique. Par définition, un spécifieur n’abrite jamais un élément affixal. Ou bien une position spécifieur est vide et on peut y déplacer un syntagme, ou elle est déjà occupée et rien ne peut y être déplacé. Une catégorie tête, par contre, peut abriter soit un mot ou un morphème libre, soit un élément affixal. Dans le premier cas, aucun matériel additionnel ne peut y être déplacé ; dans le second, l’affixe suit nécessairement le mouvement de la tête déplacée.

40 Il va de soi que, lorsque la tête déplacée s’adjoint à une catégorie fonctionnelle non remplie, aucun effet boule de neige n’est observable. C’est le cas dans la phrase Can you leave ? ou dans la construction V2 de l’allemand (voir 40a et 40b, où le mouvement de T dans C n’implique aucune complexification du terme déplacé).

41 L’étiquette T renvoie ici à l’ensemble des têtes fonctionnelles présentes dans le domaine flexionnel.

42 La question posée est délicate et la solution qu’on peut lui apporter relativement complexe. Il n’est pas tout à fait exact que l’exigence du trait N de T soit toujours satisfaite par un mouvement dans SpecTP. La cliticisation d’un pronom sujet en français (elle viendra) pourrait être analysée comme l’adjonction à T d’une tête D/φ. Les langues ne s’interdisent pas non plus de déplacer un groupe verbal dans le spécifieur de TP, plutôt qu’une expression nominale. Selon Massam (2000), c’est en termes de mouvement (résiduel) de VP dans SpecTP qu’il convient d’analyser les séquences verbe-sujet-objet en niue, une langue rigidement VSO. On doit convenir que cet argument de Chomsky est nettement moins solide que les précédents.

43 Chomsky (2003, p. 306) réaffirme cette position dans un texte peu connu, trop long pour être reproduit ici.

44 Le mouvement de tête se distingue aussi du mouvement A en ce qu’il n’est pas affecté, semble-t-il, chez les aphasiques, contrairement au mouvement A. L’analyse syntaxique de ce type de mouvement rencontre une autre difficulté, que Chomsky ne mentionne pas et qui est directement liée à la définition relationnelle du statut syntagmatique des objets syntaxiques dans une approche ayant recours à une bare phrase structure, voir section 4.4.

45 Une objection potentielle à l’analyse PF du mouvement de tête est l’existence d’effets de minimalité dans des structures impliquant le déplacement d’un verbe et celui d’un clitique pronominal. On admet couramment que l’enclise, c’est-à-dire l’ordre V-CL, reflète un mouvement long du verbe par-dessus le site occupé par le clitique, dans les propositions finies comme dans les propositions infinitives, alors que la proclise, c’est-à-dire l’ordre CL V, correspond à un déplacement court. On observe qu’une négation intervenante bloque l’enclise, c’est-à-dire le mouvement long du verbe. Les données du portugais européen sont particulièrement claires sur ce point.

(i) Os meninos preferem dar-lhe o livro. [portugais]
  les enfants préfèrent donner-lui/elle le livre
    « Les enfants préfèrent lui donner le livre. »
(ii) Os meninos preferem não lhe dar o livro.
    les enfants préfèrent Neg lui donner le livre
  « Les enfants préfèrent ne pas lui donner le livre. »

S’il y a déplacement du verbe dans la syntaxe explicite, on peut assimiler ce blocage à un effet de minimalité. Mais s’il n’y a pas déplacement ou s’il y a mouvement en PF, alors une autre explication doit être trouvée. En bref, soit la restriction observée reflète une contrainte de niveau PF, qui n’est pas aisément identifiable, soit la répartition entre enclise et proclise ne reflète pas la portée du mouvement du verbe. Pour une analyse de la cliticisation dans laquelle le verbe occupe la même position dans les configurations d’enclise et de proclise, voir Nash et Rouveret (2002).

46 Cette possibilité a été explorée par Donati (2006) et Chomsky (OPh), voir IV.2.3.

47 Les langues celtiques à verbe initial soulèvent une difficulté à l’encontre de cette analyse, puisque aucun spécifieur n’est jamais projeté devant le verbe fléchi. Pour une solution, voir Bury (2005).

48 Les auteurs développent l’idée que, dans les configurations de mouvement, tous les traits d’une tête qui doivent être vérifiés ne peuvent l’être dans le domaine minimal de la tête en question. Cette limitation suit à son tour de l’Hypothèse de la vérification unique (Single Checking Hypothesis), qui énonce qu’une tête fonctionnelle ne peut être impliquée que dans une seule relation de vérification dans son domaine. Les traits non vérifiés à un niveau doivent fissionner et être copiés sur une tête proxy projetée immédiatement au-dessus de la tête originale ou sur une tête superordonnée déjà présente dans la structure.

49 Cette présentation, volontairement rapide, laisse plusieurs questions sans réponse. En particulier, on ne voit pas immédiatement dans quelle position l’argument objet pourrait être déplacé, avant que le vP ne gagne le spécifieur de FinP. Pour résoudre la difficulté, on peut adopter une conception légèrement différente du « mouvement résiduel », dans laquelle le déplacement du constituant entier est suivi par l’effacement sélectif de ses sous-constituants, comme le propose Hinterhölzl (2000). Dans cette analyse, la représentation associée à l’énoncé français (36a) est (i) :

(i) [FinP [vP Paul [v rencontre[Fin]] [VP V [DP Marie]]] Fin[Fin] [TP T [vP souvent
    [vP Paul [v rencontre] [VP V Marie]]]]]

50 Des analyses en termes de mouvement résiduel ont aussi été proposées pour les structures à verbe initial présentant une alternance VSO/VOS (voir les articles réunis dans Carnie, Harley et Dooley 2005).

51 Dans la mesure où elle invoque un mouvement syntagmatique dans la syntaxe étroite, elle laisse attendre la présence d’effets sémantiques. Ce qui reste à démontrer.

52 Mais aucun mouvement à vide n’est impliqué dans cet exemple, si l’on adopte l’analyse développée dans OPh, voir 4.4.

53 Selon Fox (1999), la reconstruction dans les structures produites par un déplacement A’ est motivée par deux facteurs : (i) une condition d’économie visant à minimiser la restriction d’un quantifieur, et (ii) la reconstruction d’un élément doté de portée dans la position occupée par l’une de ses copies.

54 Les structures résomptives ne donnent qu’exceptionnellement lieu à des effets de sous-jacence. Ces effets sont observables en gallois, mais pas en irlandais, voir McCloskey (1990) sur l’irlandais, Rouveret (1994) sur le gallois.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search