Version classiqueVersion mobile

Arguments minimalistes

 | 
Alain Rouveret

Chapitre IV

Structure syntagmatique

Texte intégral

1Le minimalisme, comme tous les modèles génératifs qui l’ont précédé, pose la question du statut de la « structure syntagmatique » (phrase structure ; on parle aussi de « structure en constituants », constituent structure). On désigne ainsi le groupement des éléments de la phrase en unités syntaxiques hiérarchiquement organisées, correspondant généralement à des séquences plus étendues que les mots, mais pouvant aussi se réduire à un mot, groupement qui sert de base à l’énoncé de régularités distributionnelles, sémantiques et phonologiques. Dans la caractérisation de la structure syntagmatique, une grammaire formelle doit affronter deux questions indépendantes :

(1) Quelles propriétés doivent manifester les structures syntagmatiques associées aux énoncés d’une langue L pour être empiriquement adéquates ?
(2) Comment ces structures syntagmatiques sont-elles construites ? Quels mécanismes formels génèrent l’ensemble infini des indicateurs syntagmatiques d’une langue L ?
  • 1 La notion de c-commande est définie en (13).

2La réponse à la question (1) détermine pour une large part celle qui est apportée à la question (2). C’est donc (1) qu’il faut examiner dans un premier temps. On ne peut résoudre le problème de l’infinité discrète de la syntaxe des langues naturelles sans admettre au préalable que les phrases ne se réduisent pas à de simples séquences de mots, mais sont des objets complexes, hiérarchiquement structurés, dans lesquels les mots sont regroupés pour former des expressions, elles-mêmes combinées avec d’autres expressions pour former des énoncés. En bref, le mode d’organisation des objets linguistiques est hiérarchique, non linéaire. Et les syntacticiens ont à leur disposition un ensemble de tests permettant de déterminer la structure en constituants des phrases et des syntagmes (possibilité de pronominaliser un élément, de l’élider, de le déplacer, de le coordonner avec un autre…). Une théorie de la structure syntagmatique doit être capable de représenter les relations hiérarchiques qui se vérifient entre les différents objets syntaxiques qui constituent l’énoncé. C’est là une exigence minimale. Elle doit aussi pouvoir dériver l’observation que les structures syntaxiques sont en général endocentriques (au sens où chaque constituant est organisé autour d’un élément lexical pivot) et semblent ne présenter que des branchements binaires, que, mis à part cet élément, tous les constituants d’un syntagme complexe sont eux-mêmes des projections, et qu’un grand nombre de relations de dépendance entre éléments semble impliquer une relation structurale particulière (la c-commande).1 Satisfaire à ces exigences permet de se faire une idée plus exacte de la forme que doivent prendre les objets syntagmatiques et de leurs propriétés, condition nécessaire pour caractériser le mécanisme qui construit ces objets. Dans le minimalisme, la structure syntagmatique prend la forme d’une bare phrase structure. Le mécanisme qui la produit est l’opération Merge.

3Avant de détailler la proposition minimaliste, il n’est pas inutile de rappeler les étapes essentielles de la pensée générative sur la structure syntagmatique, en indiquant, chemin faisant, pour quelles raisons théoriques ou empiriques certaines options, adoptées en un premier temps, ont ensuite été écartées ou reformulées en des termes différents. C’est l’objet de la première partie de ce chapitre. Les propriétés des objets syntagmatiques nus, la caractérisation de Merge, la question des labels sont abordées dans la deuxième partie. La troisième partie considère la possibilité d’étendre le champ de l’opération Merge, en définissant, aux côtés du Merge externe, un Merge interne, un Merge de paire et un Merge parallèle. La quatrième traite de la Condition d’extension. La cinquième et la sixième partie examinent les relations structurales, basiques et dérivées, pouvant être définies sur les structures produites par Merge. La dernière conclut le chapitre.

1. De Syntactic Structures à Barriers

4Il est particulièrement intéressant de reconsidérer l’évolution des grammaires chomskyennes à la lumière des questions (1) et (2). On retiendra tout particulièrement trois moments de cette évolution. La théorie X-barre, introduite au début des années soixante-dix, est née de l’observation que les règles de structure syntagmatique classiques échouent à représenter certaines régularités fondamentales de la constituance des langues naturelles, en particulier le fait que les syntagmes s’organisent autour d’un élément pivot, la tête, qui détermine l’identité catégorielle du syntagme tout entier. Au début des années quatre-vingt, sous la pression combinée d’une analyse plus étendue des données et d’une réflexion théorique continuée, les règles de structure syntagmatique (ou règles syntagmatiques) en usage dans les premières grammaires chomskyennes ont été abandonnées, parce qu’une part importante de l’information qu’elles contenaient était donnée ailleurs, dans le Lexique. L’émergence du Programme Minimaliste au début des années quatre-vingt-dix s’est accompagnée d’une réévaluation du statut de la théorie X-barre. Chomsky s’est attaché à démontrer qu’au moins certains des effets habituellement associés à cette théorie étaient dérivables des propriétés de Merge.

5Touchant (2), on sait qu’en 1957, date de la publication de Syntactic Structures, le consensus était que la grammaire syntagmatique d’une langue L devait incorporer un système de règles de réécriture, permettant d’exprimer les faits structuraux basiques de L en générant un ensemble d’indicateurs syntagmatiques (P-markers), spécifiant :
(i) les relations de dominance, c’est-à-dire le groupement hiérarchique des constituants dans les structures de L ;
(ii) le label de chaque constituant, c’est-à-dire le type catégoriel particulier qu’il instancie ;
(iii) les relations de précédence ou de succession, c’est-à-dire l’ordre linéaire des séquences résultantes.
Les règles de réécriture peuvent prendre deux formes, selon qu’elles sont dépendantes du contexte (context-sensitive) ou indépendantes du contexte (context-free). Une règle de réécriture indépendante du contexte étend une catégorie unique en une suite ordonnée de catégories (ou en une seule catégorie), sans qu’aucun contexte d’application soit spécifié pour son application. Le schéma général auquel se conforme une règle indépendante du contexte est donné en (3) ; (4) est un fragment de grammaire syntagmatique.

(3) A ➝ B C
(4) a. S ➝ NP VP
  b. VP ➝ V NP PP

6Une règle de réécriture dépendante du contexte étend une catégorie unique en une suite ordonnée de catégories (ou en une seule catégorie), en spécifiant le contexte dans lequel l’opération peut ou doit avoir lieu.

(5) A ➝ B C / --- D

7(5) signifie que la catégorie A est remplacée par la suite B C quand elle est immédiatement suivie par la catégorie D et que cette substitution n’a pas lieu quand A n’est pas immédiatement suivie par D. On peut considérer que les règles d’insertion lexicale utilisées dans ATS sont un cas particulier de règles de réécriture dépendantes du contexte.

(6) V ➝ comparer / --- NP à NP

8Les grammaires syntagmatiques dépendantes du contexte ont une capacité générative plus forte que les grammaires syntagmatiques indépendantes du contexte, au sens où les premières peuvent générer les descriptions structurales d’expressions que ne peuvent pas décrire les secondes. Elles souffrent cependant de plusieurs limitations.

  • 2 Cette affirmation doit être précisée et nuancée, voir note 3 dans Repères.
  • 3 Ces morphèmes sont les exposants de deux dimensions grammaticales à la fois. C’est le cas de ‑ont e (...)

9L’un des apports fondamentaux de Syntactic Structures est d’avoir établi l’insuffisance des grammaires syntagmatiques pour la description des langues naturelles, en s’appuyant sur une notion de structure en constituants rigoureuse et axiomatisée et en la confrontant avec des phénomènes empiriques indiscutables.2 Il en ressort que les règles syntagmatiques rencontrent plusieurs difficultés qu’elles ne sont pas à même de surmonter : l’existence de constituants discontinus, l’existence de morphèmes « portemanteau »,3 les phénomènes d’ambiguïté non structurale, l’impossibilité d’accorder un statut différent aux constructions basiques – les phrases actives – et aux autres – les passives, par exemple. La conclusion de Chomsky est que les règles syntagmatiques sont nécessaires et pleinement adéquates pour générer un sous-ensemble de phrases basiques, illustrant un nombre limité de types propositionnels – phrases indicatives, déclaratives, affirmatives –, et que les autres phrases, plus complexes, sont produites par des opérations d’un type différent, les transformations, s’appliquant de façon récursive aux structures produites par les règles syntagmatiques. La raison pour laquelle les transformations sont formellement plus complexes que les règles syntagmatiques est que ce ne sont pas, comme ces dernières, des règles de construction de la structure, introduisant progressivement les divers éléments d’une phrase, mais qu’elles sont assimilables à des opérateurs intervenant sur des structures déjà construites et les modifiant de façon complexe.

  • 4 Les transformations singulaires sont celles qui s’appliquent à des structures propositionnelles déj (...)

10Aspects of the Theory of Syntax introduit un changement majeur dans le traitement de la propriété récursive des langues naturelles. Dans The Logical Structure of Linguistic Theory et dans Syntactic Structures, les règles syntagmatiques associaient des indicateurs syntagmatiques aux phrases simples, mais la tâche de combiner deux structures propositionnelles simples en une structure propositionnelle complexe, afin de créer des structures subordonnées ou coordonnées, revenait à des transformations d’un type particulier, les transformations généralisées. Une transformation généralisée prend un indicateur syntagmatique K’ et l’insère dans une position vide désignée Ø dans un indicateur syntagmatique K, formant un nouvel indicateur syntagmatique K*. C’est donc une opération de substitution qui cible K et substitue K’ à Ø dans K. Dans ATS, les transformations généralisées sont abandonnées et la propriété de récursivité est localisée dans les règles syntagmatiques elles-mêmes. Le symbole S, qui, à l’époque, désignait les domaines propositionnels, apparaît naturellement à la gauche de la flèche de la première règle de réécriture, définissant l’axiome du système. Mais il peut aussi désormais figurer à la droite d’une règle, autorisant la récursivité. Ce qui est vrai de S l’est aussi d’autres catégories, NP par exemple. Une fois l’arbre construit, les règles d’insertion lexicale introduisent des items lexicaux dans les symboles préterminaux appropriés. Un niveau de représentation est défini, la structure D, qui correspond à l’output de la composante syntagmatique et des règles d’insertion lexicale et à l’input des transformations. Aux yeux de Chomsky, ce système est plus simple parce qu’il élimine toute la machinerie des transformations généralisées. Il observe aussi que certaines questions théoriques restées sans réponse ne se posent plus si cette hypothèse est adoptée. C’est le cas, par exemple, de l’ordre mutuel des transformations singulaires et des transformations généralisées (voir ATS, p. 182).4 L’exigence de cyclicité – l’idée que les transformations doivent opérer de bas en haut, de façon monotone, du domaine le plus enchâssé au domaine correspondant à la proposition matrice – est ce qui explique désormais l’absence de certaines dérivations dans les langues.

11L’article « Remarks on nominalization » introduit deux innovations essentielles, la théorie X-barre et l’hypothèse lexicaliste, qui l’une et l’autre intéressent directement la caractérisation des règles syntagmatiques et leur fonction dans le dispositif. La première innovation concerne la fonction et l’extension des règles syntagmatiques. Il s’agit de déterminer l’origine dérivationnelle de nominalisations comme the enemy’s destruction of the city. On peut les dériver de propositions par une extension de l’appareillage transformationnel, sans modifier le composant syntagmatique – la nominalisation considérée serait alors dérivée de la phrase the enemy destroyed the city. On peut aussi étendre les règles syntagmatiques de façon à accommoder directement les nominaux dérivés, simplifiant de ce fait le composant transformationnel. La seconde option, qui représente la position lexicaliste, est celle que défend Chomsky. L’argument contre la dérivation transformationnelle des nominalisations exploite les idiosyncrasies manifestées par ces dernières. Il n’est pas toujours facile de déterminer quelle serait la source propositionnelle de certaines nominalisations et inversement d’expliquer l’absence d’autres nominalisations. Pourquoi, en face des propositions (7a) et (7b), a-t-on (7d), mais pas (7c), c’est-à-dire pourquoi (7a) ne peut-elle être la source d’une nominalisation ?

(7) a. John grows tomatoes.
    « John fait pousser des tomates. »
  b. Tomatoes grow.
    « Des tomates poussent. »
  c. *John’s growth of tomatoes
    John ‘s pousse de tomates
  d. the tomatoes’ growth
    les tomates ‘s pousse
    « la pousse des tomates »
  • 5 L’analyse de Chomsky revenait à attribuer l’absence de propriétés verbales manifestée par certaines (...)

12Comme l’observe Marantz (1997), l’interprétation se faisant à l’époque au niveau de la structure D, il était essentiel qu’une équivalence sémantique stricte s’observe entre les propositions et les nominalisations correspondantes. L’absence d’une telle correspondance disqualifiait le traitement transformationnel.5 Mais, pour être mené à bien, le traitement lexicaliste requiert que l’on précise les propriétés générales des règles syntagmatiques. C’est l’objet de la théorie X-barre.

  • 6 Je reprends ici les symboles catégoriels utilisés dans les textes originaux, voir la Liste des abré (...)
  • 7 À l’époque les catégories fonctionnelles n’avaient pas encore été placées sous la compétence de la (...)

13Cette théorie est née de l’observation que les règles syntagmatiques classiques, insuffisamment contraintes, échouent à représenter certaines régularités fondamentales de la constituance des langues naturelles, en particulier le fait que les constituants ont une structure endocentrique, c’est-à-dire s’organisent autour d’un élément pivot, la tête, qui détermine l’appartenance catégorielle du constituant tout entier (un constituant identifiable comme la projection maximale de la catégorie N est un NP ; inversement, un NP inclut nécessairement une catégorie N comme composant). Un autre défaut des règles syntagmatiques est que, dans l’usage qui en a été fait, elles supposent l’existence d’un seul niveau de structure au-dessus du nœud terminal (en général, X apparaît à la droite de la flèche dans la règle qui développe XP). Or certaines données suggèrent que les domaines XP incluent deux niveaux de structure. La théorie X-barre pose que toutes les catégories majeures complexes (c’est-à-dire les catégories ne dominant pas immédiatement un item lexical, telles que NP, VP, AP, PP) ont la même structure interne, au sens où elles correspondent à la projection de l’item lexical qui est définissable comme leur tête (N, V, Adj ou P). X, la catégorie tête, forme, en se combinant avec son complément, une projection X’ ; X’ forme à son tour avec son spécifieur une projection X”, projection maximale de X, notée aussi XP.6 Les catégories têtes elles-mêmes ne se distinguent que par leurs traits, qui servent de base à la caractérisation de leurs différences. La combinaison des deux traits +/– N, +/– V génère quatre catégories : N = [+ N, – V], V = [– N, + V], P = [– N, – V], Adj = [+ N, + V].7 Les hypothèses centrales de la théorie X-barre peuvent donc être résumées comme suit :

(8) a. Tout syntagme a une structure endocentrique, c’est-à-dire qu’il a une tête X se projetant en des syntagmes plus étendus, X’, X”.
  b. La projection d’une tête est gouvernée par le schéma général suivant :
    (i) X’ ➝ X (Y”)
    (ii) X” ➝ (Z”) X’
    où X”, Y” et Z” désignent les projections de rang 2 de X, Y et Z, projections maximales habituellement notées XP, YP, ZP.
  c. Les têtes ne sont pas des éléments atomiques ; ce sont des complexes de traits.

14On peut aussi réécrire (8bi) et (8bii) sous la forme (9a) et (9b) :

(9) a. X’ ➝ X (Complément)
  b. X” ➝ (Spécifieur) X’

15La projection du Complément est contrôlée lexicalement au sens où elle dépend entièrement du statut lexical transitif ou intransitif de la catégorie lexicale X. Les parenthèses entourant Y” en (8bi) et Complément en (9a) indiquent ce statut. Le Spécifieur peut aussi ne pas être projeté, comme le marquent les parenthèses en (8bii) et (9b). Seule la tête X est obligatoirement présente.

16La mise en place du modèle des Principes et Paramètres à la fin des années soixante-dix marque un nouveau changement dans le façon de dériver la structure en constituants. Les notions de règle de grammaire, de construction grammaticale disparaissent presque complètement. Une seule opération transformationnelle très peu spécifiée subsiste, Déplacer α (Move α), qui s’applique chaque fois qu’elle le peut, à moins qu’un principe général, intégré à l’un des modules de la grammaire, ne l’empêche. S’il est possible de retenir une formulation aussi simple et minimale, c’est que ce sont désormais des conditions très générales sur l’application des opérations transformationnelles et sur les représentations qu’elles produisent qui déterminent leur comportement, sans qu’il soit nécessaire de préciser, dans une description structurale associée à chaque règle, le contexte syntaxique spécifique dans lequel elle peut ou doit opérer. Un mouvement parallèle affecte les règles syntagmatiques, abandonnées elles aussi. Chomsky (1981) et Stowell (1981) observent que ces règles sont redondantes, ne faisant que récapituler une information qui doit, de toute façon, figurer dans le Lexique. La grammaire du français incluait par exemple la règle syntagmatique (10), nécessaire pour construire la structure d’un VP ayant pour tête un verbe bitransitif comme comparer, alors que parallèlement, l’entrée lexicale associée à comparer contenait un trait de sous-catégorisation stricte de forme (11) :

(10) VP ➝ V NP à NP
(11) comparer, [+ --- NP à NP]

17Il est clair que si un mécanisme peut être éliminé, ce sont les règles syntagmatiques. C’est ce qui est fait dans le modèle des Principes et Paramètres. Il n’est pas possible en effet de faire l’économie de l’information contenue dans les entrées lexicales, puisque cette information fonctionne comme un principe de définition de chaque item lexical particulier. On peut dire que l’hypothèse de règles de construction de la structure indépendantes du Lexique se trouve réfutée par la redondance qui vient d’être signalée.

18Une dernière innovation est l’extension dans Barriers du schéma X-barre aux catégories et aux projections fonctionnelles. Pour l’essentiel, (8)/(9) a été maintenu dans le dispositif jusqu’à l’avènement du minimalisme.

19Deux résultats fondamentaux de la recherche en syntaxe formelle dans les années quatre-vingt doivent encore être mentionnés. Le premier, dû à Kayne (1984), est que l’organisation syntaxique des langues naturelles met exclusivement en jeu des branchements binaires.

(12) Les branchements sont au plus binaires. Les structures multi-branchantes n’existent pas.

20Le second, dû à Reinhart (1983), est que les dépendances pouvant s’établir entre positions dans une arborescence sont sensibles à une relation structurale particulière, la c-commande. Cette relation est définie comme suit :

(13) c-commande
  Un nœud α c-commande un nœud β si, et seulement si, β est le nœud sœur de α ou est contenu dans γ, nœud sœur de α.
  • 8 Les relations de dépendance lexicale (lexical dependencies) sont celles qui se vérifient entre un a (...)

21On peut montrer que cette relation intervient dans la définition de la plupart des dépendances définissables entre deux positions : les dépendances lexicales, les dépendances de mouvement, les dépendances d’accord, les dépendances référentielles.8 On se limitera ici à quelques exemples. Le déterminant de en français n’est légitime que s’il est c-commandé par un mot ou une expression négative. Quand cette condition n’est pas remplie, la phrase résultante est agrammaticale ; personne ne c-commande pas de (gorgonzola) en (14c).

(14) a. Jean n’a pas trouvé de gorgonzola.
  b. Personne n’a trouvé de gorgonzola.
  c. *La fille que personne n’a remarquée a trouvé de gorgonzola.

22La même chose est vraie pour les items à polarité négative : l’item doit être c-commandé par un élément négatif, il ne suffit pas qu’il figure dans une phrase contenant un tel élément. Cette condition n’est pas satisfaite par jamais en (15b).

(15) a. Pierre ne pensait pas qu’il refuserait jamais une offre pareille.
  b. *La fille que Paul n’a pas remarquée pense que Jean refusera jamais une offre pareille.
  • 9 La coréférence est soumise à une contrainte moins forte.

23De même, un pronom personnel de 3e personne peut entrer en relation avec une expression quantifiée et être interprété, non comme coréférent à cette expression, mais comme une variable liée dont le parcours notionnel est spécifié par la restriction associée au quantifieur. Or de façon intéressante, l’interprétation variable liée n’est disponible que si le pronom est c-commandé par l’expression quantifiée.9

(16) a. Chaque étudiant a adoré la fête qui a été organisée pour lui.
  b. La fête organisée pour chaque étudiant l’a rendu heureux.

24L’interprétation variable liée du pronom est disponible en (16a), pas en (16b).

25Ces propriétés, connues depuis longtemps, permettent de se faire une idée précise des conditions que doit satisfaire une théorie minimaliste de la structure en constituants et des configurations qu’elle doit être en état de générer (question 1).

26Curieusement, une fois abandonnées les règles syntagmatiques, Chomsky n’a pas précisé quels étaient les mécanismes qui, désormais, mettaient en place la structure en constituants. La seule précision donnée sur ce point dans LGB est que la structure syntaxique doit être conçue comme la projection, suivant le schéma X-barre, des propriétés de sélection lexicale des items, hypothèse connue sous le nom de Principe de projection. Mais, comme l’observent Freidin et Vergnaud (2001, p. 644), les principes de la théorie X-barre ne peuvent remplir ce rôle. Ce ne sont pas des opérations de construction de la structure, ni des instructions pour la construire, mais des conditions sur la structure. Quelle est donc la source des objets syntaxiques dont la théorie X-barre est supposée régler la bonne formation ? Cette lacune est comblée par l’introduction dans le Programme Minimaliste de l’opération Merge. Freidin et Vergnaud soulignent que cette opération de construction de la structure est transformationnelle en nature et n’a pas les propriétés d’une règle syntagmatique. Les règles syntagmatiques sont donc bien éliminées du dispositif.

2. Bare phrase structure /Merge

27Il est facile de voir dans quelle direction va porter l’effort minimaliste. Il va s’agir, dans un premier temps, de soumettre la théorie X-barre à une critique minimaliste, en débusquant les conventions et les stipulations qu’elle incorpore et en ne retenant de cette théorie que les caractéristiques qui reflètent des propriétés « réelles » de la structure en constituants. Nous savons que c-commande, endocentricité, binarité font nécessairement partie de la solution. Dans un second temps, on va s’attacher à montrer que, dans un modèle qui ne s’autorise qu’une structure syntagmatique nue, l’opération Merge, une fois qu’on la définit de façon appropriée, parvient à capturer ce qu’il y a d’utile dans la théorie X-barre classique, tout en satisfaisant aux exigences minimalistes.

28Il faut rappeler que dans ce programme, la question de l’origine de la structure syntagmatique se pose dans des termes particuliers. Le point de départ de la computation n’est pas en effet une structure catégorielle hiérarchiquement organisée dans laquelle seraient insérés les items lexicaux, la structure D des modèles précédents, mais une collection d’items lexicaux, la numération. Or la Condition d’inclusion impose que la construction de la structure syntagmatique ne fasse pas intervenir d’autres entités que les traits associés aux items lexicaux présents dans la numération. Aucune structure ne préexiste à la numération. Aucune non plus n’existe indépendamment des items lexicaux qui la projettent. C’est en ce sens que Chomsky parle de bare phrase structure (« structure syntagmatique nue », c’est-à-dire structure syntagmatique minimale, réduite à l’essentiel…). Les structures syntaxiques, caractérisées précédemment comme des structures X-barre, sont désormais réanalysées en termes de bare phrase structure. Répondre à la question (1), c’est donc montrer qu’une structure syntagmatique nue suffit à représenter les propriétés réelles de la structure en constituants et peut donc se substituer avantageusement à la théorie X-barre classique ; répondre à la question (2), c’est indiquer comment ces objets syntagmatiques sont créés. Dans le minimalisme, la règle de construction est une opération ensembliste très simple, en fait la plus simple imaginable, Merge (voir II.4.1). La construction d’une théorie de la structure syntagmatique nue ne sera donc couronnée de succès que si l’on peut établir que l’opération binaire Merge qui la produit permet de représenter les propriétés essentielles des structures syntaxiques.

2.1. Propriétés de la structure syntagmatique

29Deux cas de figure se présentent quand on fait l’inventaire des informations mises à disposition par la théorie X-barre classique. Certaines de ces informations reflètent des caractéristiques « réelles » de la structure syntagmatique, que toute théorie adéquate doit capturer. D’autres propriétés de la théorie X-barre ne reflètent pas des caractéristiques « réelles » de la structure syntagmatique des langues naturelles et peuvent être ignorées. Elle autorise par exemple les nœuds non branchants. Cela tient à ce qu’un mot ne peut pas entrer dans une dérivation sans projeter deux niveaux de structure supplémentaires. Jean, dans l’énoncé Jean aime le jazz, est dominé par la catégorie N, qui, puisque les niveaux barre sont des caractéristiques intrinsèques du schéma X-barre, est elle-même dominée par une projection N’ et par une projection NP. Ni N’ ni NP ne branchent dans la représentation correspondante, puisque la tête est un nom propre, qui, par définition, ne sélectionne aucun complément et n’est associé à aucun spécifieur. Le recours à des nœuds non branchants dans les représentations syntagmatiques, qui n’est imposé ni par l’évidence empirique ni par la nécessité conceptuelle, est suspect d’un point de vue minimaliste, tout comme l’utilisation des niveaux barre eux-mêmes.

30La théorie de la bare phrase structure permet de faire l’économie des uns et des autres. Elle ouvre la voie à une détermination relationnelle des niveaux syntagmatiques. Dans C&T, Chomsky écrit :

Étant donné la Condition d’inclusion, les projections minimales et maximales ne sont pas identifiées par un marquage particulier, elles doivent donc être déterminées à partir de la structure dans laquelle elles apparaissent ; je suis Muysken (1982) en interprétant [ces notions] comme des propriétés relationnelles des catégories, non des propriétés inhérentes. […] Une catégorie qui ne se projette pas plus haut est une projection maximale Xmax et une [catégorie] qui n’est pas une projection du tout est une projection minimale Xmin ; toute autre [catégorie] est un X’, invisible à l’interface et pour la computation. (C&T, p. 242)

31En bref, dans une approche minimaliste qui adopte la Condition d’inclusion, les niveaux barre eux-mêmes sont suspects. Le statut projectionnel d’un objet syntaxique peut être déterminé, non pas sur la base du nombre de barres qui lui est associé, mais de façon relationnelle : une projection maximale est un objet syntaxique qui ne se projette pas, c’est-à-dire une catégorie qui n’est pas immédiatement dominée par une projection d’elle-même ; une projection minimale ne domine rien, c’est un item lexical sélectionné dans la numération ; une projection intermédiaire est un objet syntaxique qui n’est ni minimal ni maximal.

32Un avantage immédiat de l’approche relationnelle est qu’elle permet de faire l’économie des nœuds non branchants et des projections vides. Elle prend également acte du fait que dans la théorie de la structure syntagmatique nue, la distinction entre nœuds préterminaux et mots terminaux n’a plus cours. Dans les modèles des années cinquante et soixante, les items lexicaux étaient insérés dans des catégories (têtes) par des règles spécialisées, les règles d’insertion lexicale. Il était donc justifié de parler de symboles terminaux, les mots, et de nœuds préterminaux, les catégories d’accueil. Dans la théorie présentée ici, il n’y a plus de distinction entre les deux : le mécanisme computationnel manipule exclusivement des items lexicaux, le mot et la catégorie correspondante définissent conjointement le niveau terminal.

33La représentation « nue » de l’expression aime le jazz dans l’énoncé Jean aime le jazz serait à peu près (17). (17) est une représentation dans laquelle les crochets ont pour étiquettes des items lexicaux. Il est évidemment possible de traduire (17) en une représentation arborescente dont les nœuds auraient également pour labels des items lexicaux – ce que fait Chomsky dans BPS. Mais il faut se souvenir que les objets manipulés par la structure syntagmatique nue sont des ensembles, non des structures de type arborescent.

(17) [aime [aime] [le [le] [jazz]]]

34En (17), l’expression le jazz, qui est combinée avec un item lexical qui se projette, ne peut elle-même se projeter ; c’est une projection maximale au sens qui vient d’être défini. La même conclusion vaut pour Marie dans l’expression rencontre Marie.

(18) [rencontre [rencontre] [Marie Marie]]

35Marie, qui se combine par merger avec un objet qui se projette, ne se projette pas. Elle est donc identifiable comme une projection maximale. Elle est aussi identifiable comme une projection minimale puisque c’est un item lexical. Marie a donc ici un double statut. On peut vérifier qu’en (17) et en (18), la distinction inutile entre nœuds préterminaux et items lexicaux est éliminée, qu’aucun nœud n’est non branchant, et que le statut projectionnel de chaque objet syntaxique est adéquatement déterminé par sa relation avec les autres objets syntaxiques.

36Dans cette approche, les notions de complément et de spécifieur, utiles descriptivement, sont dépourvues de tout statut théorique. Elles désignent respectivement le premier élément combiné avec une tête (ce qui en fait la sœur d’une projection minimale non maximale) et celui qui l’est après (ce qui en fait la sœur d’une projection intermédiaire). Puisque ni le complément ni le spécifieur ne se projettent plus haut, ils définissent nécessairement des projections maximales, une propriété qui était stipulée dans la théorie X-barre. Ce point précisé, il ne devrait pas exister de restrictions supplémentaires sur la bare phrase structure. En particulier, aucune stipulation ne devrait limiter le nombre de spécifieurs associés à une tête, contrairement à ce que pose la théorie X-barre. De fait, Chomsky dans C&T analyse le mouvement de l’argument objet, nécessaire pour valuer les traits φ de v et éliminer le trait de Cas de l’objet, comme un déplacement dans le spécifieur externe de vP, le spécifieur interne étant occupé par l’argument externe du prédicat verbal.

37Chomsky précise enfin que les catégories X’ sont invisibles bien que présentes. Si l’on raisonne en termes dérivationnels et si la structure est construite par extensions successives de la racine de l’arbre, un X’ n’est rien d’autre qu’une catégorie qui était une projection maximale à une étape antérieure de la dérivation, mais qui a perdu ce statut à la suite du merger d’un syntagme à ses côtés. Lorsqu’on combine l’argument externe avec le vP dominant v et son objet VP, le vP initial cesse d’être une projection maximale, c’est le vP dominant à la fois l’argument externe et le vP initial qui hérite de ce statut. Il est donc possible, dans une approche intégrant la tête v, de distinguer structuralement les prédicats inaccusatifs (du type de arriver) et les prédicats inergatifs (du type de marcher), sans recourir à des nœuds non branchants. L’argument unique des premiers est inséré dans les structures comme une sœur de V, alors que l’argument unique des seconds est introduit comme une sœur du verbe léger v.

2.2. Caractérisation de Merge

38Dans le Programme Minimaliste, c’est à la seule opération Merge qu’est dévolue la tâche de construire des objets syntaxiques complexes à partir des ressources lexicales contenues dans la numération. La nécessité de caractériser Merge de la façon la plus précise possible est d’autant plus pressante que plusieurs travaux récents, Hauser, Chomsky et Fitch (2002) en particulier, proposent que le Merge récursif (ou tout mécanisme équivalent) est une propriété unique spécifique au langage humain, tombant dans le domaine du facteur 1, qui le distingue des systèmes de communication des autres espèces et qui est sous-jacente à des propriétés comme l’infinité discrète et, nous le verrons, le mouvement.

39 Merge est l’opération binaire, transformationnelle en nature, qui sélectionne deux objets syntaxiques α et ß et les combine. Selon Chomsky (C&T, p. 243), l’objet le plus simple qui peut être construit à partir de α et ß est l’ensemble {α, ß}. On peut donc poser que l’objet complexe K résultant de Merge contiendra au moins cet ensemble :

(19) Merge (α, ß) = K = {α, ß}

40Dans le cas le plus simple, α et ß sont des items lexicaux (c’est-à-dire des ensembles de traits). La combinaison par Merge de Jean et de rit produit l’ensemble {Jean, rit}.

41Après avoir défini Merge comme une opération binaire combinant deux objets, Chomsky poursuit :

Est-ce que c’est suffisant ? Les conditions de sortie suggèrent une conclusion différente ; les éléments verbaux et les éléments nominaux par exemple reçoivent des interprétations différentes en LF et ont un comportement différent dans le composant phonologique. K doit donc au moins (et on peut supposer au plus) avoir la forme {γ, {α, ß}}, où γ identifie le type auquel appartient K, indiquant ses propriétés pertinentes. Appelons γ le label (label) de K. (C&T, p. 243)

42Bien que Merge, dans la définition (19), se présente comme une opération pleinement symétrique, il est clair que c’est un élément unique qui détermine les propriétés de l’objet syntaxique résultant de la combinaison. On exprime cette observation en posant que l’output de Merge requiert une étiquette ou un label. En l’absence de label, il serait difficile d’opérer sur cet output ou même d’y référer. Le label donne aussi une indication précieuse sur la structure hiérarchique, quand deux objets syntaxiques, éventuellement complexes, sont combinés par Merge. Si deux objets sont combinés, c’est qu’il existe entre eux une relation (sinon, pourquoi les combiner ?) et cette relation présente en général toutes les caractéristiques d’une relation asymétrique. Le label code cette asymétrie de façon transparente. À (19), on doit donc substituer (20) :

(20) Merge (α, ß) = K = {γ, {α, ß}}, où γ est le label de K.

43Cette notation code l’information que c’est γ qui détermine les propriétés de l’objet complexe {α, ß}. Comme nous le verrons dans la sous-section suivante, γ ne peut être que α ou ß.

  • 10 J’admets ici provisoirement que le label d’un objet syntaxique peut être un item lexical, voir BPS (...)

44Une autre propriété définitoire de Merge est la récursivité : Merge est une opération qui peut s’appliquer à son propre output. Il est facile de voir comment l’application récursive de Merge permet de construire l’objet syntagmatique complexe Jean aime le jazz. En opérant le merger de aime et de l’expression construite indépendamment le jazz, on obtient l’objet syntaxique {aime, {aime, le jazz}}, dont le label aime indique qu’on a affaire à un groupe verbal.10Merge combine ensuite cet objet complexe et le verbe léger v, ce qui donne {v, {v, {aime, {aime, le jazz}}}}. Jean est enfin combiné avec l’objet complexe résultant, produisant {v, {Jean, {v, {v, {aime, {aime, le jazz}}}}}}, qui est également une projection verbale, puisque ses propriétés sont déterminées par v.

45Une autre caractéristique fondamentale de Merge est la binarité. Pour transposer la propriété (12) dans une approche minimaliste visant à construire une structure syntagmatique nue, il suffit de définir Merge comme une opération binaire. La binarité de Merge s’impose comme une évidence quand on cherche à représenter le fait que le mode d’organisation des structures syntaxiques dans les langues naturelles semble être de nature fondamentalement binaire. Mais peut-on produire des arguments internes au dispositif minimaliste lui-même qui appuieraient cette décision ? Comme l’observe Atkinson (2007), « le seul fait qu’une langue doive contenir une procédure pour construire des objets complexes à partir d’une ressource finie, son lexique, ne nous force pas à adopter une opération binaire. D’un point de vue logique, des opérations n-aires pour tout n > 1 satisferaient aussi cette exigence ». On peut observer que la construction des objets syntaxiques les plus simples, celui qui associe un verbe et son complément direct par exemple, fournit un exemple de merger binaire et de là conclure que toutes les instances de Merge sont binaires. C’est ce que proposent Hornstein, Nunes et Grohmann (2005, p. 209-210), qui font aussi appel pour justifier cette conclusion à des considérations d’économie, d’élégance, de simplicité, caractéristiques inhérentes des objets naturels.

  • 11 Le LCA, qui repose sur une conception de la structure syntagmatique qui distingue entre nœuds préte (...)

46Une autre possibilité consisterait à vérifier que la binarité de Merge joue un rôle dans la satisfaction des conditions d’interface, c’est-à-dire dans la lisibilité des représentations correspondantes. Il paraît peu probable que la binarité de Merge intervienne de façon déterminante dans la lisibilité des représentations de LF. Par contre, elle joue un rôle essentiel au niveau de PF, dans l’approche de la linéarisation des structures syntaxiques initiée par Kayne (1994). L’Axiome de correspondance linéaire (Linear Correspondance Axiom, abrégé LCA) pose que la c-commande asymétrique entre nœuds préterminaux est appliquée sur la précédence linéaire des éléments terminaux. Si l’on raisonne dans les termes du LCA, on est en droit de conclure que les exigences de l’interface PF justifient l’hypothèse que le système computationnel recourt exclusivement au Merge binaire.11

2.3. Labels et projections

47Revenons à la question des labels. La représentation des objets syntaxiques comme des ensembles ou des paires non ordonnées n’est pas suffisante pour assurer l’interprétation aux interfaces. On se souvient que les éléments nominaux et verbaux sont interprétés différemment en LF et se comportent différemment dans le composant phonologique (voir le passage de C&T cité en 2.2). Il est donc nécessaire d’assigner un label aux objets syntaxiques complexes. Deux questions partiellement corrélées se posent : (i) quelle est la nature du label ? (ii) quelle est l’origine du label ?

48Malgré le rôle important que jouent les labels dans la théorisation syntaxique récente, il faut admettre que la réponse à la question (i) reste floue. On ne sait pas si ce qui sert de label à un objet syntaxique est une catégorie syntaxique ou un sous-ensemble de traits, qui peut ne comporter que des traits catégoriels ou des traits lexicaux, ou même un item lexical (cette option n’est sérieusement considérée que dans BPS, voir 2.2).

49Quant à l’origine des labels, elle ne peut être que dérivationnelle et computationnelle, puisque c’est l’opération Merge elle-même qui construit la structure et qu’il s’agit d’étiqueter les objets syntaxiques au fur et à mesure de leur construction. Mais la position de Chomsky sur cette question a évolué dans le temps. Dans C&T et MI, l’assignation d’un label fait bien partie du processus de formation des objets syntaxiques et est une condition nécessaire à la participation de ces objets à la computation. Comment donc est définie l’identité de γ dans la structure {γ, {α, ß}} ? Il apparaît immédiatement que la Condition d’inclusion limite considérablement l’étendue des choix possibles et que l’hypothèse (21) s’impose d’elle-même :

(21) Le label γ doit être construit à partir des deux constituants α et ß. (C&T, p. 244)

50Chomsky considère les options suivantes :

(22) a. α ∩ ß (l’intersection de α et de ß)
  b. α ∪ ß (l’union de α et de ß)
  c. α ou ß  
  • 12 Poser la question en ces termes présuppose que les items lexicaux et fonctionnels qui se trouvent c (...)

51Les options (22a) et (22b) sont immédiatement exclues. Dans bien des cas, l’intersection de α et de ß va correspondre à l’ensemble vide (si, par exemple, α est nominal, c’est-à-dire [+ N, – V], et ß verbal, c’est-à-dire [– N, + V]). L’union de α et de ß va également produire un ensemble contenant des traits contradictoires, situation qui se vérifie si on combine à nouveau un α nominal et un ß verbal. Reste l’option (25c), posant que le label γ de K = {α, ß} est soit α, soit ß. Si c’est α qui se projette, K = {α {α, ß}} ; si c’est ß, K = {ß {α, ß}}.12 En bref, un seul des deux éléments associés détermine le label.

52Mais quelle est l’option correcte ? La question se pose de savoir si le label d’un objet {α, ß} peut être déterminé univoquement, par une recherche minimale, au moyen d’un algorithme simple, s’il peut être dérivé de principes généraux, sans stipulation particulière et sans anticipation garantissant le choix de l’option permettant une dérivation convergente. Dans le cas du Merge externe, il semble que la généralisation suivante soit correcte :

(23) C’est le terme sélecteur qui se projette dans les structures représentant les dépendances sélectionnelles.

53(23) énonce simplement que quand un verbe transitif direct et l’argument nominal qu’il sélectionne sont combinés, la structure résultante est un VP, non un DP. Dans l’expression aimer le jazz, c’est le verbe aimer qui requiert la présence d’un complément d’objet direct et fonctionne comme sélecteur. C’est donc lui qui, dans les termes de (23), détermine le label de la projection correspondante, soit VP. Il est facile de déterminer l’origine de cette asymétrie. Elle tient à ce que, lorsque le Merge externe s’applique à α, ß, c’est généralement pour satisfaire les exigences sélectionnelles de α ou de ß, mais pas des deux. Dans les expressions aimer le jazz et rencontrer Marie, aimer et rencontrer comportent un trait sélectionnel, requérant la présence d’un complément, alors que le jazz et Marie ne demandent à être les compléments de rien. On note que cette asymétrie n’est pas inhérente à l’opération Merge elle-même, elle réside dans les deux objets entrant en relation : l’un est le sélecteur, l’autre ne l’est pas. On peut donc déterminer de façon optimale, purement locale, sans anticipation, le label de l’objet complexe résultat : ce label est celui du sélecteur. (23) évite en particulier d’opérer le mauvais choix pour l’étiquetage de l’objet aimer le jazz et de poser par exemple que c’est le déterminant le de l’argument direct qui se projette au-dessus de l’objet complexe plutôt que le verbe aimer.

54Si le déplacement correspond aussi à une instance particulière de Merge (le Merge interne), il faut se demander quel mécanisme détermine le label de l’objet résultant.

(24) C’est la catégorie visée par le mouvement (the target of movement) qui se projette dans les structures produites par mouvement.
  • 13 L’opération de montée est déclenchée par les exigences du T matrice, codées par le trait [EPP] et l (...)

55(24) pose que dans la structure (25), où T est la catégorie visée par le déplacement du sujet enchâssé Jean, la catégorie résultante dominant conjointement T, le complément de T et le terme déplacé est un TP. Jean occupe la position spécifieur de cette projection.13

(25) Jeani T semble [Jean aimer le jazz]

56Dans ce cas, le label de l’objet résultant est celui de la tête qui porte les traits fonctionnant comme attracteurs (c’est-à-dire celui de la sonde, voir VI). Ce résultat était donné pour rien dans la théorie X-barre, dans laquelle le mouvement syntagmatique était conçu comme une opération de substitution de l’élément déplacé à un élément nul dans un spécifieur. Mais il n’était pas dérivé sur une base théoriquement fondée. Dans une approche fondée sur la bare phrase structure, où aucune structure ne préexiste aux opérations syntaxiques, la notion de substitution n’a pas de place. Pour garantir que le label d’un objet syntaxique structuralement complexe soit visible depuis l’extérieur, il faut supposer que le système a naturellement accès, par une recherche minimale, à l’élément le plus simple dans cet objet, c’est-à-dire à la tête ou, ce qui revient au même, à son label. Chomsky dans OP formule l’algorithme pertinent dans les termes suivants :

(26) Si α est combiné de façon interne (internally merged) avec ß, formant {α, ß}, alors le label de ß devient le label de {α, ß}.

57La situation n’est pas différente dans les structures résultant du Merge externe. Seule la tête de l’objet syntaxique complexe est accessible depuis l’extérieur.

  • 14 Agree et les notions de sonde et de cible sont définis au chapitre VI.
  • 15 Adger conçoit les traits de sélection catégorielle comme des traits non interprétables qui ne peuve (...)

58Il semble qu’aussi bien pour le Merge externe que pour le Merge interne, un seul choix soit possible dans chaque structure particulière. Chomsky établit un parallélisme entre le sélecteur obligatoirement impliqué dans le Merge externe et la sonde impliquée dans les relations sonde-cible sous-jacentes au Merge interne.14 Les traits de la sonde dans le Merge interne jouent le même rôle que les traits du sélecteur dans le Merge externe. Ce parallélisme a conduit plusieurs chercheurs à modeler les relations de sous-catégorisation sur les relations sonde-cible sous-jacentes au mouvement. Selon Adger (2003, p. 91), c’est l’opération Merge qui, créant une relation de sœur entre deux objets syntaxiques, autorise la vérification du trait de sélection catégorielle porté par une tête sélecteur.15 Pesetsky et Torrego (2006), Wurmbrand (2014) développent une approche réductionniste comparable. Dans cette conception, c’est uniformément la sonde qui projette le label.

59En bref, la détermination des labels constitue une dimension nécessaire de la computation minimaliste et a partie liée avec la sélection et le mouvement, conçus en termes de valuation de traits. On peut conclure avec Chomsky (dans C&T) que Merge est une opération plus complexe que le simple assemblage ensembliste, puisque l’assignation d’un label est impliquée dans l’opération. On peut aussi soutenir que le processus d’étiquetage est pris en charge par un mécanisme indépendant de l’opération Merge elle-même, comme Chomsky le fait dans les articles postérieurs à MI. Le problème est repris dans le chapitre V.

3. Autres instances de Merge

60Il est nécessaire à ce point d’affiner la caractérisation de Merge et d’introduire des distinctions supplémentaires.

3.1. Merge interne (mouvement)

61On peut a priori distinguer trois types de combinaisons en fonction des objets servant d’input à l’opération Merge.

62(i) Les objets combinés sont directement prélevés dans la numération. C’est le cas par exemple lorsque l’expression le jazz est assemblée.

63(ii) Les objets combinés sont eux-mêmes le résultat d’une application préalable de Merge. Si Merge ne pouvait opérer récursivement, il ne serait pas possible de dériver des objets plus complexes que des paires de mots. Un objet complexe qui doit être articulé avec un autre objet complexe – par exemple, un groupe nominal sujet (l’enfant) avec une structure prédicative (trouvera la solution) – doit avoir été assemblé au préalable, dans une dérivation auxiliaire.

  • 16 La théorie minimaliste du mouvement est présentée en VII.

64(iii) La troisième classe est celle des objets appartenant à des structures complexes constituées antérieurement. Ce cas correspond au mouvement, qui affecte des objets déjà construits. L’intégration du mouvement au dispositif grammatical est nécessaire pour accommoder le fait qu’un objet syntaxique peut être associé à plusieurs positions dans une structure et endosser plusieurs rôles (thématique, syntaxique, informationnel). La représentation la plus naturelle de cette propriété consiste à poser qu’un constituant déjà présent dans une structure, donc déjà inséré par Merge, peut, au sein de cette structure, définir l’input d’une autre application de Merge (par exemple, quel problème dans quel problème l’enfant résoudra quel problème). À partir de BEA, Chomsky ne considère plus Merge et Move comme deux opérations disjointes (voir II.4.3), mais conçoit le mouvement lui-même comme un cas particulier de l’opération générale Merge, pièce nécessaire du design optimal, sans aucun coût computationnel. Le Merge externe (external Merge, EM) correspond à l’opération qui sélectionne deux objets syntaxiques et les combine en un objet syntaxique plus étendu. Dans le Merge interne (internal Merge, IM), le terme affecté (c’est-à-dire déplacé) est contenu dans un objet complexe déjà construit.16 Mais, comme le souligne Chomsky dans PoP, il n’existe qu’une seule opération élémentaire Merge. La distinction opérée entre le Merge interne et le Merge externe entend simplement signifier que le mouvement n’est lui-même rien d’autre qu’une instance particulière de Merge.

3.2. Merge de paire (adjonction)

  • 17 Dans la théorie X-barre classique, on associait à l’adjonction les propriétés suivantes (voir Horns (...)

65La nécessité de distinguer entre les structures d’adjonction et les structures de complémentation ou de spécification est source de difficulté dans toutes les théories de la structure en constituants.17 Mais cette difficulté est encore accrue dans la bare phrase structure, puisque les adjoints deviennent structuralement indistinguables des spécifieurs. La projection du spécifieur YP de la catégorie XP résulte du merger de YP avec XP (qui, de ce fait, cesse d’être une projection maximale). L’adjonction de YP à XP produit un résultat strictement analogue. Dans la structure résultante, l’objet XP auquel se fait l’adjonction perd son statut de projection maximale, étant lui-même immédiatement dominé par une projection XP. On ne peut plus d’autre part opposer les structures d’adjonction et les structures de substitution, puisque dans un système où la structure syntagmatique est mise en place progressivement de bas en haut, il n’existe pas de position préalablement définie qui pourrait être un site de substitution. Une option permettant de saisir la différence entre adjoints et arguments est de considérer que le terme adjoint et l’objet syntaxique auquel se fait l’adjonction sont deux segments de la même catégorie. Cette analyse, introduite dans Barriers, traduit en termes formels l’intuition initiale sous-jacente à la notion de Chomsky-adjunction (voir ATS), selon laquelle, dans les structures d’adjonction, un nœud est répété dans le processus de construction de la structure.

  • 18 Chomsky désigne aussi parfois sous l’étiquette de pure Merge (Merge pur) les deux cas de Merge exte (...)

66Dans MI, une caractérisation différente est proposée, reposant sur l’idée que les adjoints et les arguments sont introduits dans les structures par des types différents de Merge. Pour désigner l’opération qui produit les structures de complémentation/spécification, Chomsky parle de set-Merge (Merge ensembliste), indiquant ainsi qu’elle produit un ensemble. Toutes les opérations de merger considérées jusqu’ici relèvent du Merge ensembliste. Lorsqu’une adjonction est en cause, Chomsky parle de pair-Merge (Merge de paire), pour signifier que le résultat de l’opération est une paire. Le Merge ensembliste et le Merge de paire admettent l’un et l’autre deux variantes, selon qu’ils sont ou non enchâssés dans un mouvement. Si on combine les deux oppositions mentionnées, on distinguera les quatre cas suivants : Merge ensembliste externe, Merge ensembliste interne, Merge de paire externe, Merge de paire interne.18

67Le Merge de paire, dans ses deux versions – adjonction basique ou adjonction par mouvement –, adjoint α à ß pour former un objet complexe <α, ß>. L’adjonction recèle une asymétrie inhérente, puisque α est adjoint à ß et non l’inverse et qu’en général, <α, ß> ≠ <ß, α>. L’objet syntaxique résultant consiste en une paire ordonnée. C’est la catégorie ß à laquelle se fait l’adjonction qui se projette. Et cela vaut aussi bien pour le Merge externe – l’adjonction basique d’un adverbial au vP qu’il modifie ou d’une proposition relative au NP antécédent dans l’analyse classique de ces constructions – que pour le Merge interne – l’adjonction d’une expression topicalisée à un domaine propositionnel (This guy, I like) dans l’analyse pré-cartographique de ces structures.

68Le point essentiel est ici que les structures d’adjonction, impliquant ou non un mouvement, se distinguent de celles produites par association ensembliste, non par la configuration résultante, mais par l’opération qui les dérive : Merge de paire, opération facultative, asymétrique de façon inhérente, vs Merge ensembliste, opération obligatoire et essentiellement symétrique. Quand une asymétrie est décelable dans l’output du Merge ensembliste, elle ne doit pas être imputée à l’opération elle-même, mais à la nature des deux objets combinés, l’un d’eux étant nécessairement sélecteur ou attracteur.

69Dans C&T, MI et BEA, Chomsky évoque la possibilité que les structures d’adjonction soient signalées par un système de labélisation différent de celui qui intervient dans les structures de complémentation. Dans BEA, il suggère que les deux objets associés par le Merge de paire participent à la définition du label de la structure résultante, sous la forme d’une paire ordonnée. Le Merge de paire de α et de ß produit le label <α, ß>. On se souvient que le Merge ensembliste de α, ß produit un objet dont le label est soit α, soit ß.

70En conclusion, la nécessité de distinguer entre les structures d’adjonction et les structures de complémentation/spécification impose de définir un deuxième type de Merge, le Merge de paire, qui s’oppose au Merge ensembliste. Ce dernier continue à être caractérisé comme une opération combinatoire maximalement simple.

3.3. Merge parallèle (multidominance)

71Plusieurs chercheurs ont observé que la caractérisation relativement flexible de Merge proposée dans les sections précédentes laissait ouvertes d’autres possibilités qui toutes méritent un examen plus approfondi. Parmi ces options, on peut citer le mouvement inter-arborescent de Bobaljik et Brown (1997) et le mouvement latéral (sideward movement) de Nunes (2004), qui en est une variante. Pour exclure de tels déplacements, il serait nécessaire de poser qu’un objet déplacé, c’est-à-dire remerged, doit nécessairement c-commander sa position originelle, une condition qui, selon ces auteurs, représenterait une complication de la théorie.

  • 19 On réfère aussi à cette hypothèse sous l’étiquette de Single Root Hypothesis (Hypothèse de la racin (...)
  • 20 Sur la valuation de trait, voir VI. Le problème est ici que la condition de biunivocité entre sonde (...)

72Une seconde option qui n’est pas exclue par la caractérisation de Merge développée jusqu’ici est la multidominance. La multidominance est la possibilité pour un nœud d’avoir plus d’une mère, situation qui va clairement à l’encontre de la conception classique de la structure syntagmatique et de l’hypothèse généralement admise qu’un constituant syntaxique ne peut être dominé que par un nœud et un seul.19 Il va de soi que l’intégration au dispositif de cette nouvelle instance de Merge soulève plusieurs questions : quelles sont les contraintes sur le Merge parallèle ? comment les structures ainsi dérivées sont-elles linéarisées ? comment sont-elles sémantiquement interprétées ? comment fonctionnent les processus de valuation des traits ininterprétables mettant en jeu l’élément partagé ?20 D’autre part, il ne suffit pas de montrer que la définition du Merge externe et celle du Merge interne autorisent la définition d’un troisième type de Merge. Il faut aussi établir que cette option est effectivement utilisée par les langues naturelles et qu’elle ouvre la voie à une analyse convaincante d’un grand nombre de constructions. Et de fait, dans les années récentes, des analyses en termes de multidominance ont été proposées pour un nombre croissant de phénomènes. On peut en particulier citer les constructions suivantes, qui toutes contiennent du matériel commun à deux sous-parties d’une phrase complexe. Le matériel partagé est noté en italique.

Right Node Raising

(27) Max aime et Léa déteste les opéras de Wagner.

Gapping

(28) Julie a commandé un œuf au plat et Lucie une salade de rougets.

Mouvement across the board

(29) Je me demande quel document Julie a perdu et Lucie a retrouvé.

Lacunes parasites

(30) Quels articles as-tu rangés sans avoir lus ?

Relatives libres

(31) Gomez pourchasse quiconque s’approche de Paloma.
  • 21 On peut aussi parler à propos de la structure résultante de Remerge externe, comme le fait de Vries (...)

73Les chercheurs qui admettent cette possibilité font valoir qu’il est plus coûteux de l’exclure que de l’admettre. Citko (2011) observe que l’existence de la multidominance est une conséquence naturelle des principes minimalistes gouvernant la construction de la structure syntagmatique et le mouvement. En fait, ce qu’elle appelle le Merge parallèle, l’opération qui donne lieu à des structures instanciant des relations de multidominance, combine les propriétés du Merge externe et celles du Merge interne. Il est comme le Merge externe en ce qu’il prend comme input deux objets syntaxiques distincts. Il est comme le Merge interne en ce qu’il combine l’un des objets avec une sous-partie de l’autre. Le processus a lieu en deux étapes : α se combine avec γ, puis β se combine avec γ et γ devient le terme partagé par α et β. On peut penser à l’élément partagé comme occupant simultanément deux positions différentes dans la configuration arborescente ou existant dans deux dimensions en même temps.21 On a donc successivement :

(32) a. Merge (α, γ) = δ
  b. Merge (γ, β) = ε

74Comme l’observe de Vries (2009), il serait nécessaire, pour exclure cette possibilité, d’introduire une condition supplémentaire sur l’output de Merge, posant que ce dernier est un objet syntaxique indépendant, mais le concept d’indépendance n’est pas facile à définir. Chomsky, quant à lui, considère ces développements sans indulgence, estimant qu’ils contribuent à accroître considérablement la complexité computationnelle (voir en particulier PoP). Il est préférable selon lui de s’en tenir à l’idée que Merge ne peut opérer qu’à la racine des objets syntaxiques, comme le requiert la Condition d’extension. On doit donc s’interroger sur l’opportunité de compliquer la théorie.

4. La Condition d’extension

75Le minimalisme marque un retour partiel à l’appareillage technique et formel en usage avant 1965, c’est-à-dire avant la définition de la théorie standard dans ATS. Il n’existe pas de niveau de structure D, puisque aucune structure ne préexiste à l’insertion lexicale et que le système computationnel manipule exclusivement des items lexicaux introduits on line au cours de la dérivation syntaxique. La dérivation procède de bas en haut, les unités syntaxiques les plus enchâssées étant créées les premières, avant de se combiner avec d’autres unités, mots ou expressions, pour construire des unités complexes plus étendues. Les processus qui combinent plusieurs unités complexes indépendantes pour former des structures plus étendues (correspondant aux transformations généralisées dans les modèles antérieurs à ATS) s’intercalent parmi ceux qui manipulent des structures déjà construites (les transformations singulaires).

  • 22 Les propositions, par exemple, définissent des phases. Sur la théorie des phases, voir chapitre VII (...)

76L’hypothèse cyclique est maintenue et prend la forme de la théorie des phases, qui, en posant qu’un domaine phasal cesse d’être accessible quand la dérivation a atteint la phase suivante, garantit que les dérivations procèdent de façon cyclique.22 Une autre condition, la Condition d’extension, introduite dans MPLT, pose que chaque application de Merge et de Move doit étendre l’indicateur syntagmatique. On peut la formuler comme en (33).

(33) Condition d’extension
  Les opérations Merge et Move dans la syntaxe explicite ne peuvent cibler que des objets syntaxiques à la racine de l’arbre.
  • 23 Ce principe exclut qu’une opération impliquant deux positions internes à un cycle A intervienne une (...)

77Cette condition définit une contrainte sur la construction de la structure syntagmatique, c’est-à-dire sur Merge : le Merge externe et le Merge interne doivent cibler la racine de l’arbre. Elle exclut que l’on remonte le temps dérivationnel, en revenant à un domaine enchâssé couvert antérieurement, et subsume donc les effets du Principe de cyclicité stricte.23 En termes plus formels, l’application de Merge, externe ou interne, à une structure K donne systématiquement lieu à une extension K* de cette structure, qui inclut K comme sous-partie. La Condition d’extension peut être aussi conçue comme une condition sur l’output de Merge : l’output de Merge « n’est pas inclus dans un objet syntaxique plus étendu » (de Vries 2009).

  • 24 La transposition directe de cet exemple au français se heurte au fait que le français, contrairemen (...)

78À l’appui de cette hypothèse, Chomsky observe que dans la structure (34a), il serait possible, dans une approche n’intégrant pas cette condition, de déplacer John directement, en une seule étape, sans violation de localité, dans le spécifieur de la proposition matrice et d’insérer it dans le spécifieur de la proposition intermédiaire, produisant (33b), une structure illustrant le phénomène de super-raising (super-montée).24

(34) a. [I’ seems [I’ is certain [IP John to be here]]]
  b. *John seems it is certain John to be here.

79Un autre cas met en jeu la Contrainte des îlots interrogatifs. La Condition d’extension, comme précédemment le principe de cyclicité, exclut que dans la structure (35a), comment soit directement déplacé dans le spécifieur du CP matrice et qu’ensuite quelle voiture soit inséré dans le spécifieur du CP subordonné, en violation de la contrainte. Cela donnerait (35b) :

(35) a. [C’ C [Jean se demande [C’ C [Marie a réparé quelle voiture comment]]]]
  b. *Comment Jean se demande quelle voiture Marie a réparée quelle voiture comment ?

80(33) impose donc un ordre strict sur les opérations computationnelles. Il est exclu, par exemple, dans la dérivation de (36), de combiner par Merge le nom garçon et l’expression construite antérieurement voit Marie, puis de combiner l’article le avec la structure résultante.

(36) Le garçon voit Marie.

81Ce scénario produit un échec dérivationnel. (33) exclut en effet que le soit combiné avec garçon, après que garçon a été combiné avec voit Marie : garçon n’est plus alors un objet-racine – c’est le TP garçon voit Marie qui satisfait la définition. Le merger de le et de ce TP produit d’autre part une structure dans laquelle le et garçon ne forment pas un constituant : un résultat incorrect. L’effet de (33) est donc d’imposer que le merger de le et de garçon précède le merger de l’expression nominale avec le TP. Pour que la dérivation réussisse, il est nécessaire que le et garçon soient assemblés de façon indépendante, avant d’être combinés avec le reste de la structure.

82On voit que la Condition d’extension est une pièce essentielle dans une approche qui pose que la computation construit les structures arborescentes de bas en haut, combinant un item tiré de la numération avec un fragment de structure préalablement construit ou assemblant deux fragments de structure préalablement construits en parallèle.

83Cette condition a une autre implication : elle équivaut à poser que les opérations Merge externe et Merge interne préservent la structure existante. Je reproduis ici, sous forme simplifiée, la discussion de ce point dans MI (p. 52-53). Supposons que la dérivation ait combiné par Merge un item lexical H porteur d’un trait sélectionnel F et un XP satisfaisant F. Ce premier Merge produit l’objet syntaxique α = {H, XP}, de label H. Supposons maintenant que l’on cherche à combiner β avec α ; β est soit un objet déplacé depuis XP, soit un élément distinct directement inséré par pure Merge. A priori, deux options sont possibles : ß se combine à l’objet complexe de label H résultant du premier Merge ; ß se combine à la tête portant le trait sélectionnel. Ce qui donne (37a) ou (37b) :

(37) a. [H ß [H H XP]]
  b. [H XP [H H ß]]
  • 25 Cette discussion de la Condition d’extension laisse plusieurs questions sans réponse. Par exemple :

84Si H est T, XP VP et ß un explétif combiné avec TP ou un DP déplacé depuis VP, le résultat des deux opérations Merge est (37a), où ß correspond au spécifieur de TP et VP conserve son statut de complément de T. Les relations grammaticales basiques sont préservées. On ne veut pas que ß devienne le complément de T et VP son spécifieur, comme en (37b). Dans ce cas, les relations de sororité et de c-commande concernant H se trouveraient modifiées, alors qu’elles sont préservées par le choix précédent. La Condition d’extension exclut l’option (37b) et produit donc le résultat cherché.25

85Dans OPh, Chomsky évoque la possibilité que cette condition soit un cas particulier d’une contrainte à laquelle il donne le nom de No Tampering Condition, bloquant toute modification des structures déjà construites. Elle est formulée en (38) :

(38) Condition de non-altération (No-Tampering Condition, NTC)
  La combinaison par Merge de X et de Y laisse ces deux objets syntaxiques inchangés.
  (OPh, p. 139)
  • 26 Affix Hopping, introduit par Chomsky dans Syntactic Structures, attache les marques flexionnelles, (...)

86(38) est essentiellement une contrainte de préservation de la structure. Une fois qu’un objet syntaxique a été formé par CHL, il demeure inchangé pendant le reste de la computation et ne peut plus être modifié par d’autres opérations de construction de la structure ou de mouvement. Une fois qu’on a combiné X et Y par Merge externe ou par Merge interne pour former l’objet complexe Z, X et Y ne peuvent plus être altérés, ce qui prédit que dans le cas le plus simple Z est l’ensemble {X, Y}. La condition (38) exclut en particulier que Merge scinde X ou Y ou leur ajoute des traits. Elle permet donc de dériver les effets de la Condition d’inclusion, qui exclut l’introduction en cours de dérivation, à des fins descriptives, de barres, d’indices et de tout autre procédé technique. Elle impose indirectement le recours à la théorie du mouvement par copie, qui, lorsqu’un objet étendu est formé, ne modifie pas l’objet contenant initialement l’objet déplacé (voir TF). (38) implique aussi que Merge opère invariablement à la racine de l’arbre, contribuant ainsi à alléger considérablement la charge computationnelle : aucune recherche n’est nécessaire pour savoir comment deux objets syntaxiques sont combinés. Elle prédit l’omniprésence dans le fonctionnement syntaxique des opérations de montée (raising) : un objet syntaxique disloqué ne peut se déplacer que dans une position plus haute dans la structure ; une opération consistant à déplacer un élément dans une position plus basse violerait (38). Il est vrai que la grammaire admet l’existence d’opérations d’abaissement (lowering). Mais l’exemple le plus célèbre de ce type d’opération, Affix Hopping en anglais, est habituellement analysé comme un cas de merger en PF (voir Bobaljik 1995, Embick et Noyer 2001).26 Touchant les étiquettes catégorielles, elle exclut toute opération qui pourrait modifier les relations impliquant le label qui se projette – dans le cas considéré, la relation de sœur et celle de c-commande. On a donc affaire à une condition naturelle sur les computations efficaces, qui impose de préserver, sans les modifier, les objets syntaxiques préalablement introduits par Merge dans les dérivations. Dans la mesure où elle contraint à la fois l’application et l’output de l’opération de construction de la structure, la NTC, en éliminant les opérations superflues, contribue efficacement à minimiser la charge computationnelle.

5. Relations structurales basiques et dérivées

87Maintenant que la nature de Merge a été précisée, il devient possible de dresser l’inventaire des relations formelles définissables sur les objets syntaxiques et accessibles à CHL, le système computationnel du langage humain.

88Dans MI (p. 113), l’un des buts que Chomsky assigne à la théorie linguistique est de démontrer que « les relations qui entrent dans CHL (i) sont imposées par les conditions de lisibilité aux interfaces, ou (ii) découlent de façon naturelle du processus computationnel lui-même ». Le passage suivant peut servir à illustrer le point (ii) :

Merge prend deux objets α et ß et forme un nouvel objet K (α, ß). L’opération rend directement disponibles deux relations : la relation de sœur (sisterhood), qui se vérifie entre α et ß, et la relation « contient immédiatement » (immediately contains), qui vaut pour (K, α), pour (K, ß), ainsi que pour (K, K) (si on considère cette relation comme réflexive). (MI, p. 116)

89Certaines relations semblent devoir être accessibles au système computationnel, bien qu’elles ne fassent pas partie des relations fondamentales définies sur la base de Merge. C’est le cas de la notion générale de contenance et de celle de c-commande. Pour les obtenir, il suffit, selon Chomsky, de s’autoriser à composer les relations basiques entre elles. Si on procède « de toutes les façons possibles », on dérive trois relations nouvelles (voir MI, p. 116) :
(i) la clôture transitive contient de contient immédiatement, soit la composition de la relation contient immédiatement avec elle-même, rendue possible par sa réflexivité = (contient (contient)) ;
(ii) l’identité, soit la composition de la relation de sœur avec elle-même, qui, notons-le au passage, ne correspond à l’identité que parce que Merge est binaire = sœur (sœur) ;
(iii) la c-commande, soit la composition de la relation de sœur avec la relation contient = sœur (contient).

90Ce qui donne :

(39) K contient α si K contient immédiatement α ou contient immédiatement L qui contient α. Inversement, α est un terme de K si K contient α.
  • 27 Cette définition, qui est celle qu’utilise Chomsky dans le passage cité, est une variante de (13).
(40) α c-commande ß si α est la sœur de K qui contient ß.27

91Ces résultats semblent justifier la démarche de Chomsky qui consiste à fonder l’ensemble des relations formelles accessibles au système computationnel sur le processus dérivationnel lui-même, tout en admettant une extension de cette procédure reposant sur la possibilité de composer entre elles les relations précédemment obtenues.

  • 28 Selon Atkinson, le fait que la dominance immédiate – l’analogue dans la théorie des arbres de la co (...)

92On doit observer que la relation de c-commande n’est pas proprement dérivée par composition des relations élémentaires sœur et contient immédiatement. La c-commande n’est pas en effet restreinte aux éléments immédiatement contenus dans la sœur du terme c-commandant. Le processus de composition devient très complexe si l’on s’autorise à combiner une relation basique (la sororité) et une relation déjà dérivée par composition (la contenance), ce que fait Chomsky dans le passage cité.28

93La décision de restreindre l’accès du système computationnel aux relations formelles primitives résultant de Merge et à celles qui résultent de la composition de ces dernières a pour conséquence que certaines relations qui ont joué un rôle essentiel dans les analyses menées dans les cadres précédents ne sont plus disponibles et doivent être abandonnées. Chomsky précise ce point dans BEA :

Si la computation se conforme à ces conditions austères, elle ne peut s’appuyer sur une relation de Tête à Spécifieur = R(H, Spec), la relation appelée m-commande dans les travaux antérieurs. Une telle relation n’existe pas. Il existe par contre une relation R(Spec, H) [c’est-à-dire une relation du Spécifieur à la Tête, A.R], à savoir la c-commande […]. (BEA, p. 109)

94L’idée est ici qu’une tête ne peut, dans le cas général, entrer en relation directe avec le contenu de son spécifieur, parce que ce dernier ne se trouve pas dans son domaine de recherche défini en termes de c-commande. Quantité de relations dans les langues semblent pourtant démentir cette prédiction, par exemple la relation d’accord entre une forme verbale conjuguée et son sujet (si on suppose que le sujet et le verbe occupent à Spell-Out le spécifieur et la tête de la même projection flexionnelle ou se sont trouvés dans une telle configuration à un point de la dérivation). Mais selon Chomsky, c’est là une fausse évidence. Les relations Spec-Tête concernées recouvrent en réalité des relations Tête-Tête résultant d’une recherche minimale fondée sur la c-commande locale. Dans la configuration (41a), H peut entrer en relation avec X, la tête de son complément XP ; ce dernier peut ensuite se déplacer dans le spécifieur de HP, comme en (41b), créant l’illusion d’une relation directe entre H et XP.

(41) a. [HP H [XP X YP]]
  b. [HP XP [H’ H XP]]

95Par contre, quand le spécifieur est lui-même une simple tête K qui c-commande H, rien n’exclut l’établissement d’une relation directe entre K et H.

(42) [HP K [H’ H…]]
  • 29 L’hypothèse du sujet interne à VP est antérieure à l’hypothèse de la catégorie v et a pris des form (...)

96Bien qu’elle doive encore être justifiée empiriquement, la non-existence de la relation Tête-Spec a des conséquences importantes pour le fonctionnement du système computationnel. Elle implique en particulier que le Merge externe ne peut suffire à vérifier le trait [EPP] d’une tête H. Soit l’exemple de la catégorie T, équipée d’un trait [EPP], requérant que son spécifieur soit projeté et occupé. L’insertion de matériel dans le Spec de TP est nécessaire pour vérifier et éliminer ce trait. Dans une proposition contenant un DP sujet complexe, produit lui-même par applications successives de Merge, l’insertion directe de ce DP dans le Spec de TP par Merge externe ne peut satisfaire cette condition, simplement parce que le DP sujet n’est pas dans le domaine de recherche de T. Il faut supposer que ce DP a occupé une position c-commandée par T avant de se déplacer dans SpecTP. Cette position, on le sait, est SpecvP, qui, dans les termes de l’hypothèse du sujet interne à VP, est la position originelle de l’argument externe des prédicats transitifs agentifs (comme frapper) ou expérientiels (comme craindre).29 Une relation d’accord (Agree) est établie entre T et l’argument sujet dans SpecvP – les traits φ de T fonctionnent comme sonde, ceux du DP comme cible –, le résultat étant la valuation des traits φ de T et la vérification du trait de Cas de DP. Cette situation est illustrée par (43).

(43) a. [TP trouveront-T [vP [DPles étudiants] [v’trouveront la solution]]]
    φ φ  
    EPP Cas  
  b. [TP [DPles étudiants] trouveront-T [vP [DPles étudiants]
    φ φ  
      EPP Cas
    [v’trouveront la solution]]]    

97Les structures dans lesquelles la position de sujet grammatical est occupée par un pronom explétif fournissent l’exemple d’une situation dans laquelle le spécifieur de la catégorie T est une simple tête, il en français, there ou it en anglais. Dans ce cas, le terme occupant le spécifieur de T a accès aux traits de la tête T, qui est incluse dans son domaine de recherche. Ces constructions seront analysées en détail en VI.7.

98La non-disponibilité de la relation Tête-Spécifieur est à l’origine d’un changement majeur dans le fonctionnement des relations de vérification (j’emploie ce terme en un sens très général, pour désigner toutes les relations dans lesquelles entrent les traits non interprétables / non valués). Dans MPLT (p. 11) et dans C&T, le domaine de vérification (checking domain) d’une tête α est défini comme le domaine de la tête (c’est-à-dire comme l’ensemble des nœuds contenus dans la projection maximale de la tête, à l’exception de la tête elle-même), moins le domaine complément de la tête (le sous-ensemble des nœuds que contient le complément de la tête). Ce résidu inclut le spécifieur de la tête et tout ce qui est adjoint, l’adjonction pouvant s’effectuer à la projection maximale, au spécifieur, ou à la tête elle-même. Dans MI, DbP et BEA, le domaine pertinent est au contraire restreint au complément de la tête : l’opération Agree ne peut cibler qu’un item lexical ou un trait dans le domaine de c-commande de la tête et la vérification se fait in situ.

6. Remarque sur la notion de gouvernement

  • 30 Seul est concerné ici le gouvernement par tête – on ignore le gouvernement par antécédence intégré (...)

99Une dimension importante de la théorie minimaliste est le rejet de la notion de gouvernement (government) qui jouait un rôle déterminant dans quasi tous les modules de la grammaire dans le modèle des Principes et Paramètres, également désigné sous l’étiquette de modèle du Gouvernement et du Liage (voir LGB). C’est dans MPLT que Chomsky prononce cette exclusion, essentiellement motivée par le statut arbitraire de la notion, mais aussi par son caractère marqué de principe de la Grammaire Universelle (relevant donc directement du facteur 1 et de l’équipement génétique des locuteurs).30

100Dans ses premières instanciations, le gouvernement est la relation structurale qui se vérifie entre (i) une catégorie tête et la projection maximale complément (c’est-à-dire sœur) de cette tête, et aussi entre (ii) une tête et le spécifieur de la projection maximale complément de cette tête. En bref, si une tête gouverne une projection maximale, elle gouverne aussi le spécifieur de cette projection maximale. L’idée que ces deux configurations structurales partagent plusieurs propriétés et devraient être subsumées sous la même notion trouve sa motivation initiale dans plusieurs phénomènes, le marquage casuel, le mouvement, le liage.

(44) a. Max rencontre souvent tv Léa dans les cafés.
  b. Pierre laisse tv [Marie téléphoner à sa mère].
(45) a. Max a rencontré sa propre fille à la manifestation.
  b. Pierre laisse tv [sa propre fille téléphoner à l’avocat].
(46) a. Qui Max rencontre-t-il souvent tvqui dans les cafés ?
  b. Qui Pierre laisse-t-il tv [qui téléphoner à l’avocat] ?

101On supposait qu’en (44a), l’argument objet était casuellement marqué par le verbe rencontre (ou plutôt par la chaîne ayant pour tête rencontre) et qu’en (44b), laisse assignait le Cas accusatif au spécifieur de la proposition infinitive complément (qui est un TP). Les exemples (45) montrent que la position complément de rencontré et la position spécifieur du TP complément de laisse peuvent l’une et l’autre contenir une expression nominale anaphorisée par le sujet du verbe matrice. Les exemples (46) indiquent que le mouvement d’interrogatif (Wh-movement) est possible depuis ces deux positions. Le modèle du gouvernement et du liage est en partie construit sur l’idée que ces trois phénomènes – marquage casuel, mouvement et liage anaphorique – sont sensibles à une relation structurale unique, pertinente dans chacun des modules concernés, le gouvernement, et que cette relation est vérifiée dans les deux configurations mentionnées. Le concept de gouvernement formalise l’observation que le complément YP de X et le spécifieur ZP du complément YP de X sont l’un et l’autre accessibles à X.

102Il est vrai qu’au cours des années quatre-vingt, plusieurs observations ont contribué à brouiller la simplicité de la généralisation initiale : il est apparu que toutes les têtes, et même toutes les têtes lexicales, n’avaient pas les mêmes propriétés de gouvernement (N ne gouverne pas comme V) et qu’il était parfois tentant de supposer que le spécifieur d’une projection maximale était gouverné par la tête de cette projection. Ces observations, et aussi le fait que les chercheurs aient développé la notion dans des directions multiples et divergentes, ont conduit à l’abandon du concept de gouvernement dans le minimalisme. Cet abandon a imposé de reprendre sur des bases nouvelles l’analyse des phénomènes qui, dans les versions précédentes du modèle, étaient traités en termes de gouvernement. C’est le cas de l’assignation casuelle, des phénomènes de liage réglés par des principes formulés en termes de catégorie gouvernante, des effets liés au Principe des catégories vides (Empty Category Principle, ECP), de la distribution de l’élément nul PRO, dont on admettait qu’il devait occuper une position non gouvernée. Je reviendrai en détail sur le traitement minimaliste de certains de ces phénomènes. Mais il est clair que si le gouvernement ne joue plus de rôle spécifique dans la théorie, il doit, si l’on adhère à l’épistémologie du minimum, être éliminé.

  • 31 Notons que l’analyse résumée dans le texte n’impose pas de dire qu’une relation directe existe entr (...)

103Dans C&T, Chomsky observe que la relation tête-complément et la relation spécifieur-tête sont indépendamment reconnues par la grammaire, au sens où elles correspondent à des configurations élémentaires créées par Merge. Dans l’ensemble des structures subsumées sous la notion de gouvernement, la relation entre une tête et le spécifieur de son complément est la seule à ne pas correspondre à une configuration créée par Merge. C’est donc pour cette seule relation que la notion de gouvernement par tête doit être redéfinie. Le raisonnement de Chomsky est que cette configuration devrait pouvoir être ramenée à l’une des deux autres. Selon lui, l’idée que le sujet enchâssé de la proposition infinitive complément d’un verbe de la classe de laisser est casuellement marqué in situ par le verbe matrice (voir 44b) repose sur une fausse évidence et doit être abandonnée. Le marquage casuel exceptionnel résulte en fait de la montée du sujet enchâssé dans le spécifieur de la catégorie v matrice, équipée d’un trait de Cas accusatif et dans laquelle se déplace le verbe lexical.31 Cette analyse peut facilement être étendue à la légitimation casuelle de la trace d’interrogatif en (46b) et à la légitimation casuelle et interprétative de l’expression anaphorique en (45b).

104Il est d’autant plus intéressant de se demander si le gouvernement est ou non définissable par l’algorithme que Chomsky utilise dans MI dans sa discussion des relations formelles possibles. Comme je l’ai indiqué plus haut, il établit une distinction entre deux types de relations : celles qui dérivent directement de Merge et celles qui résultent de la composition des précédentes. La relation de sœur entre une tête lexicale ou fonctionnelle et son complément appartient au premier groupe et n’a pas besoin d’être justifiée. La relation entre une tête et le spécifieur de la catégorie complément, reconnue comme une relation de gouvernement dans le modèle précédent et dont la construction à marquage exceptionnel, dans l’analyse schématisée en (44b), fournit un exemple privilégié, est une relation du deuxième type. Or il est facile de vérifier que cette relation est dérivable par composition des relations basiques de sœur et de contenance immédiate. On en conclut que le système proposé par Chomsky pour définir les relations structurales disponibles autorise la dérivation des deux sous-cas de gouvernement par tête admis dans le modèle précédent. S’il en est bien ainsi, on peut se demander pourquoi le gouvernement est à ce point suspect d’un point de vue minimaliste. La réponse ne peut venir que de considérations empiriques montrant que ce concept est inutile. C’est le cas des constructions à marquage casuel exceptionnel, pour lesquelles une autre analyse paraît préférable. Mais le fait que (44)-(46) puissent être analysés en termes différents, ne faisant pas intervenir la notion de gouvernement, ne suffit pas à démontrer la non-pertinence du gouvernement.

105En conclusion, on peut rappeler un point évoqué brièvement plus haut. Lorsqu’il introduit la c-commande, Chomsky qui avait précédemment restreint la discussion à la contenance immédiate se met à parler de contenance, et démontre que la composition de sœur et de contenance produit la c-commande. Il introduit donc dans la discussion une relation non basique, la contenance, et ignore la relation basique, la contenance immédiate, dont la discussion menait tout droit à la dérivation du gouvernement par tête.

7. Conclusion

106La théorie développée dans BPS, C&T, MI et DbP se propose de représenter et d’expliquer les propriétés saillantes de la structure syntagmatique, endossées précédemment par la théorie X-barre, tout en satisfaisant à l’exigence minimaliste d’observer des conditions générales de design optimal et de n’intégrer au dispositif que des hypothèses et des outils formels imposés par la nécessité conceptuelle ou la loi naturelle. L’idée sur laquelle repose tout l’édifice est que les caractéristiques essentielles de la structure en constituants sont dérivables des propriétés de l’opération de construction de la structure, Merge, définie comme une opération binaire, récursive, combinant des objets syntaxiques simples ou complexes et produisant des structures hiérarchiques nues.

107Les propriétés de Merge interagissent avec des conditions générales sur le fonctionnement des computations – c’est le cas de la Condition d’extension qui fonctionne comme une contrainte sur l’application et sur l’output de Merge, sans qu’il soit nécessaire de stipuler quelque autre condition que ce soit sur le fonctionnement de cette opération.

108D’autres traits de cette théorie ne sont pas dictés par des considérations d’efficacité computationnelle, mais imposés par la nécessité de satisfaire de façon optimale les conditions d’interface imposées par les systèmes cognitifs avec lesquels la Faculté de Langage est en relation d’interface – il est par exemple inévitable d’assigner un label aux objets complexes résultant de Merge afin de distinguer de façon appropriée expressions nominales et prédicats au niveau LF/SEM.

109Une question de grande portée, brièvement évoquée, est celle de savoir ce qui déclenche Merge. Certains auteurs, Collins (2002), Abels (2003), Adger (2003), Pesetsky et Torrego (2006), Donati et Cecchetto (2011), Wurmbrand (2014), mais aussi Chomsky (MI), admettent que Merge, comme Move, est soumis à une condition de dernier recours et n’est possible que s’il contribue à la vérification d’un trait. Dans cette conception, des considérations d’économie et de dernier recours interviennent dans le fonctionnement des deux variantes de Merge.

110Une autre tâche urgente, quand on cherche à expliciter le fonctionnement de Merge, est de déterminer quelle relation Merge entretient avec l’ordre linéaire. Chomsky admet que la combinaison par Merge de deux objets syntaxiques α et β produit l’ensemble {α, β} (c’est du moins le cas du Merge ensembliste), c’est-à-dire un objet ne codant pas les relations de précédence. Dans OPh, il mentionne brièvement l’hypothèse concurrente que l’opération Merge forme une paire ordonnée <α, β>, mais observe que si elle était adoptée, la complexité de Merge s’en trouverait fortement accrue. Spell-Out, il est vrai, n’aurait plus la charge de dériver l’ordre linéaire. Cette deuxième option ne peut être écartée a priori. La question de la linéarisation est examinée au chapitre suivant.

Notes

1 La notion de c-commande est définie en (13).

2 Cette affirmation doit être précisée et nuancée, voir note 3 dans Repères.

3 Ces morphèmes sont les exposants de deux dimensions grammaticales à la fois. C’est le cas de ‑ont en français, à la fois personne et nombre.

4 Les transformations singulaires sont celles qui s’appliquent à des structures propositionnelles déjà construites. L’exemple (i) permet d’illustrer le constat fait par Chomsky.

(i) Jean semble avoir été arrêté.
  (ii) [Δ semble [Δ avoir arrêté Jean]]
  (iii) [Δ semble [Jean avoir été arrêté]]
  (iv) [Jean semble [avoir été arrêté]]

(Dans ATS, le symbole fictif Δ désigne une catégorie introduite par les règles syntagmatiques, qui n’est remplie que dérivationnellement.) Deux transformations singulaires sont impliquées : la passivisation opère dans la proposition enchâssée et affecte l’argument de arrêté promu au rang de sujet grammatical de avoir été arrêté – voir (ii) et (iii) ; la montée opère dans la proposition matrice et déplace l’argument précédent dans la position sujet de semble – voir (iv). La première doit intervenir avant l’enchâssement, la seconde doit intervenir après. La notion de cyclicité, introduite dans ATS, permet d’imposer l’ordre adéquat : l’opération qui affecte le domaine enchâssé intervient nécessairement avant l’opération qui cible une position ou un élément de la principale.

5 L’analyse de Chomsky revenait à attribuer l’absence de propriétés verbales manifestée par certaines nominalisations à l’absence, dans leur structure interne, d’un sous-constituant verbal. Le problème se pose aujourd’hui dans des termes différents. C’est à la structure fonctionnelle dominant le verbe (ou la racine lexicale) plutôt qu’au verbe lui-même que l’on attribue les caractéristiques verbales ou nominales des nominalisations.

6 Je reprends ici les symboles catégoriels utilisés dans les textes originaux, voir la Liste des abréviations.

7 À l’époque les catégories fonctionnelles n’avaient pas encore été placées sous la compétence de la théorie X-barre, ce qui a été fait plusieurs années après, dans Barriers.

8 Les relations de dépendance lexicale (lexical dependencies) sont celles qui se vérifient entre un argument et la tête lexicale qui le sélectionne. Les dépendances de mouvement (movement dependencies) désignent les relations qui s’établissent entre la position dans laquelle une expression est prononcée et celle où elle reçoit ses propriétés interprétatives essentielles, thématiques en particulier (voir VII). Les dépendances d’accord (agreement dependencies) associent un verbe ou un participe à l’expression nominale dont ils partagent les traits de personne et de nombre ou de nombre et de genre (voir VI). Les dépendances référentielles sont les relations qu’entretiennent les pronoms et les mots ou expressions anaphoriques avec leur antécédent (voir X.4).

9 La coréférence est soumise à une contrainte moins forte.

10 J’admets ici provisoirement que le label d’un objet syntaxique peut être un item lexical, voir BPS et (17), (18).

11 Le LCA, qui repose sur une conception de la structure syntagmatique qui distingue entre nœuds préterminaux et symboles terminaux et requiert l’existence de nœuds non branchants, est fondé sur des hypothèses incompatibles avec la bare phrase structure, la seule théorie de la structure syntagmatique qui, aux yeux de Chomsky, satisfait aux exigences minimalistes. Voir V.2.

12 Poser la question en ces termes présuppose que les items lexicaux et fonctionnels qui se trouvent combinés par Merge sont eux-mêmes introduits dans les dérivations comme des mots porteurs d’un label catégoriel. C’est là, exprimée en termes formels, la conception traditionnelle.

13 L’opération de montée est déclenchée par les exigences du T matrice, codées par le trait [EPP] et les traits [φ], associés à cette catégorie, qui demandent respectivement à être vérifié et valués. Sur les notions de vérification et de valuation, voir VI.

14 Agree et les notions de sonde et de cible sont définis au chapitre VI.

15 Adger conçoit les traits de sélection catégorielle comme des traits non interprétables qui ne peuvent être satisfaits que par l’insertion d’objets ayant les caractéristiques appropriées. rencontrer, par exemple, est porteur d’un trait nominal ininterprétable, le trait [uD], qui est valué lorsque intervient le merger avec un complément DP ; u dans [uD] note le statut ininterprétable (uninterpretable) du trait D.

16 La théorie minimaliste du mouvement est présentée en VII.

17 Dans la théorie X-barre classique, on associait à l’adjonction les propriétés suivantes (voir Hornstein et Nunes 2008) :

(i) l’adjonction préserve l’information liée au niveau « barre » (bar-level information) ;
  (ii) l’adjonction n’affecte pas l’information catégorielle ;
  (iii) les relations de tête sont préservées ;
  (iv) la structure d’adjonction hérite de l’information concernant le rang hiérarchique (en termes de niveau « barre ») de la cible.

18 Chomsky désigne aussi parfois sous l’étiquette de pure Merge (Merge pur) les deux cas de Merge externe.

19 On réfère aussi à cette hypothèse sous l’étiquette de Single Root Hypothesis (Hypothèse de la racine unique).

20 Sur la valuation de trait, voir VI. Le problème est ici que la condition de biunivocité entre sonde et cible n’est pas respectée. Mais voir VI.6.2 et IX.2 sur l’hypothèse de l’accord multiple.

21 On peut aussi parler à propos de la structure résultante de Remerge externe, comme le fait de Vries (2009). En (32), β n’a en effet aucun lien avec la racine δ.

22 Les propositions, par exemple, définissent des phases. Sur la théorie des phases, voir chapitre VIII.

23 Ce principe exclut qu’une opération impliquant deux positions internes à un cycle A intervienne une fois que le cycle B plus haut que le cycle A a été atteint, voir CoT.

24 La transposition directe de cet exemple au français se heurte au fait que le français, contrairement à l’anglais, n’admet pas que les complétives finies ne soient pas introduites par un complémenteur. Si un complémenteur est présent, la structure résultante est de toute façon rejetée par le principe, quel qu’il soit, qui exclut l’extraction A par-dessus le complémenteur d’une proposition à temps fini.

25 Cette discussion de la Condition d’extension laisse plusieurs questions sans réponse. Par exemple :

(i) La Condition d’extension est-elle pertinente pour les opérations intervenant dans la syntaxe silencieuse ?
  (ii) Comment réconcilier l’adjonction de tête avec la Condition d’extension ?

L’adjonction d’une tête à une autre tête, par exemple celle d’un item verbal à la catégorie T, même si elle a lieu à la racine de l’arbre, c’est-à-dire lorsque la dérivation a atteint le niveau T, n’étend pas la structure. Dans ce cas, le Merge local a précédence sur la Condition d’extension. Je reviendrai sur (i) et (ii) dans les chapitres VII et X.

26 Affix Hopping, introduit par Chomsky dans Syntactic Structures, attache les marques flexionnelles, initialement dans Aux, aux racines verbales contenues dans V, pour dériver les formes finies.

27 Cette définition, qui est celle qu’utilise Chomsky dans le passage cité, est une variante de (13).

28 Selon Atkinson, le fait que la dominance immédiate – l’analogue dans la théorie des arbres de la contenance immédiate dans la théorie des ensembles – soit couramment considérée comme réflexive n’implique pas que la notion ensembliste de contenance immédiate le soit aussi. À la procédure définie par Chomsky, il oppose une approche dans laquelle la relation « contient immédiatement » n’est pas réflexive.

29 L’hypothèse du sujet interne à VP est antérieure à l’hypothèse de la catégorie v et a pris des formes diverses, avant que v ne soit intégré à l’inventaire des catégories fonctionnelles, voir Manzini (1987), Kitagawa (1986), Koopman et Sportiche (1991).

30 Seul est concerné ici le gouvernement par tête – on ignore le gouvernement par antécédence intégré à la définition du gouvernement propre, lui-même dérivé du gouvernement.

31 Notons que l’analyse résumée dans le texte n’impose pas de dire qu’une relation directe existe entre le tête v et le contenu de son spécifieur. Une relation d’accord s’établit dans un premier temps entre l’objet in situ et le v matrice, suivie par un déplacement de l’objet dans le spécifieur de vP. Dans les versions antérieures du modèle (voir MPLT), le sujet enchâssé se déplaçait dans le spécifieur d’une catégorie Agro (Accord objet), sœur de la projection VP. Cette proposition est très proche de l’analyse que Postal, dans On Raising, proposait en 1974 des constructions du type de (44b). Postal suggérait que le sujet de la proposition enchâssée montait dans la proposition matrice et devenait de ce fait l’objet direct du verbe. Chomsky avait vigoureusement combattu cette analyse, considérant qu’il ne pouvait exister de position objet vide dans la proposition matrice susceptible d’accueillir le sujet déplacé ou, en termes équivalents, qu’un argument ne pouvait se déplacer dans une position elle-même argumentale (les positions objets sont nécessairement des sites argumentaux). La position spécifieur de Agro, par contre, n’est pas un site argumental. Pour une analyse minimaliste des constructions à marquage casuel exceptionnel, voir VI.5.2.2.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search