Version classiqueVersion mobile

Arguments minimalistes

 | 
Alain Rouveret

Chapitre III

Traits et catégories

Texte intégral

  • 1 C’est là une faiblesse incontestable du Programme Minimaliste, quand on le compare aux grammaires d (...)

1Au cœur du Programme Minimaliste, il y a l’ambition de caractériser la Faculté de Langage à la lumière des exigences de lisibilité imposées par les systèmes cognitifs avec lesquels cette faculté se trouve en relation d’interface. La SMT explore l’hypothèse que le langage est un système configuré de façon optimale pour produire des objets lisibles par ces systèmes. Plusieurs aspects des représentations contribuent à leur lisibilité. Une représentation phonologique qui n’est pas pleinement linéarisable ni pleinement linéarisée n’est par définition pas « lisible » par le système SM ; une représentation sémantique contenant une expression nominale dépourvue d’interprétation thématique ou une expression quantifiée ne liant pas de variable n’est pas lisible par le système C-I. Une idée fondatrice du Programme Minimaliste est que le moteur des dérivations doit être cherché dans les exigences non satisfaites des items lexicaux et fonctionnels. Et ce sont les traits des items qui codent ces exigences et guident les opérations, celles du système computationnel et celles qui interviennent aux interfaces. La condition première pour qu’un objet (ou une représentation contenant cet objet) soit interprétable à un niveau de représentation donné est qu’il ne contienne pas de trait illisible au niveau concerné. Ce sont donc les traits qui constituent les atomes de base de la syntaxe et médiatisent la relation entre la prononciation d’un mot et sa signification. Plus généralement, la construction des structures syntaxiques, leur interprétation sémantique, leur prononciation reflètent la façon dont les traits d’un mot sont mis en relation ou combinés avec ceux d’un autre mot, sont sémantiquement interprétés et éventuellement phonologiquement manifestés. Malheureusement, dans les articles minimalistes, aucune théorie générale des traits n’est proposée, malgré le rôle déterminant qu’ils jouent dans le dispositif.1 L’objet de ce chapitre est de préciser ce que recouvrent les notions d’item lexical, de trait formel, de trait interprétable, de trait ininterprétable, de donner une idée plus exacte de la nature et de l’étendue du lexique fonctionnel, et d’indiquer comment est conçue la relation entre la syntaxe et la morphologie dans le Programme Minimaliste.

1. La forme des items lexicaux

  • 2 Par item lexical, on entend tout élément simple qui a son origine dans le Lexique. Le Lexique regro (...)

2En simplifiant beaucoup, on peut dire qu’un trait est une propriété constitutive d’un mot ou d’une catégorie. Il est donc utile de préciser la forme que prennent les items lexicaux dans l’approche minimaliste.2 Un item lexical est tout d’abord constitué de traits phonologiques, qui interviennent de façon déterminante dans la construction de PF et dans sa relation d’interface avec le système SM. Il est également constitué de traits sémantiques qui, par définition, doivent être lisibles aux « niveaux » LF et SEM et notent les propriétés pertinentes pour son interprétation par le système C-I. Enfin, on doit lui associer des traits grammaticaux/syntaxiques, qui interviennent directement dans la computation syntaxique et que Chomsky, dans C&T, désigne sous l’étiquette de « traits formels ». Les traits catégoriels [+/– N], [+/– V], si, du moins, ils sont présents dans le Lexique, appartiennent à cette classe, tout comme les traits de temps et d’aspect, les traits φ (c’est-à-dire les traits de personne, de nombre et éventuellement de genre), ainsi que les traits qui notent l’appartenance des items à une sous-classe syntactico-sémantique, comme le trait [+/– dénombrable], qui détermine pour une part le fonctionnement de la détermination dans les expressions nominales correspondantes. On en arrive à l’hypothèse qu’un item lexical est une collection de traits, certains formels (syntaxiques), d’autres phonologiques, d’autres enfin sémantiques, ce que représente le schéma (1) :

(1) Item lexical = {P, F, S}
  • 3 La position de Chomsky rappelle une idée présente dans l’article de Jakobson sur Boas (voir Jakobso (...)

3On doit supposer que si certains traits formels sont présents en LF, ils doivent, comme les traits sémantiques, être lisibles, c’est-à-dire interprétables à ce niveau. Comment donc justifier la distinction entre traits formels et traits sémantiques ? Chomsky avait énoncé une position très claire sur ce point dans ATS, qui contient une discussion approfondie sur la nature des entrées lexicales. Une entrée lexicale doit être considérée comme un « ensemble de traits » syntaxiques, phonologiques, sémantiques (voir ATS, p. 125). Un trait appartient donc à l’ensemble des traits sémantiques si aucune règle n’y fait référence dans le composant syntaxique ou phonologique. Inversement, la syntaxe n’a accès ni aux traits sémantiques ni aux traits phonologiques, seulement à ceux que l’on désigne ici sous l’étiquette de formels.3

4La conception minimaliste diffère de celle qui s’exprime dans le passage d’ATS qui vient d’être cité. Dans C&T (p. 231), Chomsky introduit une première distinction au sein des traits formels entre traits intrinsèques et traits facultatifs, les premiers « explicitement énumérés dans le Lexique et strictement déterminés par les propriétés ainsi énumérées », les seconds « ajoutés quand LI [l’item lexical] entre dans la numération ». Il donne l’exemple d’avion et de construit dans la phrase Jean construit des avions :

avion traits formels  
    intrinsèques : [nominal], [3e personne], [non humain]
    facultatifs : [nombre], [Cas]
  construire traits formels  
    intrinsèques : [verbal], [assigne l’accusatif]
    facultatifs : [φ], [temps]

5Mais la distinction de loin la plus importante est celle qui sépare les traits formels interprétables et les traits formels ininterprétables. Dans ce qui précède, j’ai évoqué la possibilité qu’un trait formel participe ou non à l’interprétation sémantique de l’item lexical qui le porte (et, de ce fait, participe à la construction de l’interprétation sémantique de l’énoncé qui contient cet item). Les traits formels qui ont une incidence directe sur l’interprétation sémantique sont désignés sous l’étiquette de « traits interprétables », qu’ils aient ou non une représentation morphologique. Les traits qui n’ont pas cette propriété sont dits « ininterprétables ». Chomsky reprend l’exemple précédent pour illustrer la distinction (voir C&T, p. 277).

avion traits formels  
    interprétables : [nominal], [3e personne], [non humain]
    ininterprétable  : [Cas]
  construire traits formels  
    interprétables : [verbal], [temps]
    ininterprétable : [φ], [assigne l’accusatif]

6Les traits formels sont actifs dans la syntaxe étroite, le parcours qui va de la numération à LF. Parallèlement à ces traits, il existe des traits sémantiques qui reçoivent une interprétation au niveau LF/SEM, mais n’interviennent pas dans le fonctionnement syntaxique. Il existe donc une intersection entre les traits formels et les traits sémantiques. Cette conception se distingue de la position affirmée dans le passage d’ATS cité plus haut, où les traits sémantiques sont définis comme n’ayant aucune intersection avec la syntaxe. Les traits ininterprétables peuvent à leur tour être caractérisés comme le sous-ensemble des traits formels qui n’est pas inclus dans l’ensemble des traits sémantiques. Alors que les traits interprétables sont pertinents au niveau LF/SEM, les traits ininterprétables jouent un rôle déterminant dans la computation syntaxique. C’est en effet la nécessité de « vérifier » ou de « valuer » les traits ininterprétables présents dans les structures qui guide le fonctionnement de la computation. La fonction de l’opération Agree est d’assigner une valeur à ces traits, avant de les effacer. Cette opération sera définie plus précisément dans le chapitre VI.

  • 4 La formulation de la Condition d’interprétabilité, donnée en (3), chapitre II, confirme que l’inter (...)

7Aux traits qui viennent d’être mentionnés, il convient d’ajouter les traits phonologiques qui deviennent accessibles dans le composant phonologique, produisant les représentations PF. Il ne fait pas de doute que pour Chomsky, la notion d’interprétabilité vaut aussi pour ces traits. Un trait interprétable au niveau PF est un trait qui est lisible et interprétable par les mécanismes opératoires à ce niveau, c’est-à-dire qui reçoit une réalisation phonétique appropriée, un trait ininterprétable est un trait qui ne peut être phonétiquement réalisé.4

8Il est évidemment tout à fait essentiel de préciser quels traits sont lisibles à chaque interface. Touchant l’interface C-I, une hypothèse naturelle est qu’elle a accès aux traits qui contribuent à construire les relations sujet-prédicat, les relations de portée quantificationnelle et à déterminer le statut propositionnel ou référentiel des objets syntaxiques. On peut d’autre part supposer que les traits lisibles à l’interface SM sont ceux qui interviennent dans les phénomènes intonationnels, dans la construction de la structure prosodique et de la structure syllabique, et aussi dans l’ordre des mots. Dans ce qui suit, je ne prendrai en compte que l’interprétabilité sémantique et admettrai qu’un trait interprétable est un trait qui contribue directement à l’interprétation sémantique de l’item lexical qui le porte.

9Ces distinctions précisées, indiquons quelle est l’origine des mots morphologiquement complexes dans cette approche. Dans le minimalisme, la formation des mots complexes est une tâche dévolue au Lexique, non au système computationnel. Les mots sont insérés déjà construits dans les dérivations syntaxiques, c’est-à-dire déjà pourvus d’affixes dérivationnels et de marques flexionnelles. Il est clair que la procédure de sélection lexicale décrite en II, (7), reproduite ici en (2), est formulée dans les termes de la théorie lexicaliste.

(2) a. Sélectionner [F] dans l’ensemble universel de traits F.
  b. Sélectionner LEX, en assemblant des traits de [F].
  c. Sélectionner LA (lexical array « échantillon lexical ») dans LEX.
  d. Appliquer LA sur EXP, sans recours à [F] pour la syntaxe étroite (narrow syntax).

10Mais, parallèlement, le minimalisme pose que les unités minimales manipulées par le système computationnel sont les traits formels associés aux items lexicaux. CHL doit aussi avoir accès aux traits phonologiques et sémantiques de ces items pour construire des représentations du son et de la signification. Cela suppose que la syntaxe puisse accéder aux traits individuels inclus dans la matrice associée à chaque item et, donc, référer à des unités plus petites que les mots. Cette position paraît aller à l’encontre de la thèse lexicaliste forte, posant que les règles de la syntaxe ne peuvent faire aucune référence à la structure morphologique interne des mots. Le paradoxe disparaît si l’on admet qu’« une entrée lexicale n’est rien d’autre qu’un ensemble de traits » (et si l’on pose que la syntaxe se borne à valuer les traits des items lexicaux, mais n’est absolument pour rien dans l’assemblage des traits qui définissent ces items et la structure interne des mots).

11Deux remarques pour conclure :

  • 5 Cette observation vaut pour les Cas dits « structuraux », le nominatif et l’accusatif, pas pour les (...)

(i) Les traits ininterprétables doivent avoir disparu en LF, mais peuvent être phonologiquement manifestés en PF. Le cas morphologique sur les noms, par exemple, dans les langues où il est instancié, est la manifestation d’un trait ininterprétable.5

  • 6 Dans le modèle des Principes et Paramètres, pro est l’élément qui occupe facultativement la positio (...)

(ii) Le schéma (1) laisse ouverte la possibilité qu’un item soit dépourvu de traits sémantiques – c’est le cas, selon Chomsky (MI), de l’explétif there ; il en va de même pour le il impersonnel du français – ou bien de traits phonologiques – cette situation est instanciée par les éléments nuls pro et PRO qui n’ont pas de réalisation phonétique.6

2. Le Principe d’uniformité

  • 7 Un exemple simple de cette situation, évoqué par Adger (2003), est fourni par le phénomène de mutat (...)
  • 8 Les énoncés suivants contiennent respectivement le vous pluriel et le vous d’adresse.
  • 9 Les traits de Cas structural discutés plus bas appartiennent à cette catégorie. Ces traits sont dép (...)

12La distinction entre le singulier et le pluriel sur les noms est marquée morphologiquement, au sens où la forme du mot varie selon qu’il est l’un ou l’autre : chevaux s’oppose à cheval. Parallèlement, l’interprétation associée à chaque forme diffère : la forme singulière renvoie à une entité unique, la forme plurielle à une collection d’entités. On peut considérer que cette situation justifie de poser un trait [nombre] ou [+/– pluriel], médiatisant la relation entre la prononciation et l’interprétation du mot qui le porte. Mais, comme l’observe Adger (2003), les choses ne sont pas toujours aussi simples. On est aussi amené à postuler l’existence d’un trait dans des situations où une variation dans la forme morphologique ne donne lieu à aucune différence interprétative,7 ou inversement dans des cas où une différence de nature sémantique n’est pas manifestée morphologiquement.8 Il peut même arriver qu’un trait sans réflexe morphologique et sans incidence sémantique soit nécessaire pour permettre l’établissement d’une relation syntaxique qui, si elle n’était pas établie, produirait un échec dérivationnel.9 Dans un modèle où la syntaxe étroite définit un parcours uniforme de la numération à LF, respectant des conditions de design optimal, et où la construction de la Forme Phonétique est réglée par des principes de nature différente, la question se pose de donner des divers décalages qui viennent d’être constatés une représentation appropriée.

13Si l’on adopte la caractérisation de l’opération Select en (2), chaque langue opère une sélection dans un vivier universel de traits, mis à disposition par la Grammaire Universelle. Au premier abord, cette conception paraît en porte-à-faux avec un autre principe qui, selon Chomsky, doit guider la recherche sur le langage, le Principe d’uniformité. Rappelons la formulation de ce principe, brièvement discuté en I.6.

(3) Principe d’uniformité (Uniformity Principle)
  En l’absence de données incontestables appuyant une conclusion contraire, admettre que les langues sont uniformes, la variété étant restreinte à des propriétés facilement détectables des énoncés.
  (DbP, p. 2)

14(3) implique par exemple que les propriétés flexionnelles sont universelles, bien que leur manifestation phonétique puisse varier. À l’appui de cette thèse, Chomsky fait référence à la théorie du Cas abstrait initiée par Vergnaud (1977) – le fonctionnement syntaxique de toutes les langues est réglé par le Filtre sur le Cas, mais seules certaines d’entre elles disposent d’un système de cas morphologiques – et à l’hypothèse de Borer (1983) que la variation paramétrique est restreinte au lexique, plus précisément au lexique fonctionnel. Touchant la computation syntaxique, la variation ne concerne qu’un ensemble restreint de propriétés flexionnelles. Il n’y a donc qu’un seul système computationnel et un seul lexique – si on met de côté l’arbitraire saussurien propre à ce dernier. La variation restante est cantonnée aux paramètres et à l’application de la structure syntaxique sur la Forme Phonétique PF.

  • 10 Il n’existe probablement pas de langue qui ignore la définitude, en effet. Mais le trait [définitud (...)
  • 11 Mahieu observe que l’opposition entre (2a) et (3) est moins radicale qu’il n’y paraît. (2a) pose la (...)

15Comme l’observe Sigurðsson (2004), cette caractérisation suggère que toutes les langues disposent du même ensemble de traits en LF (ou à SEM), une conclusion qui va clairement à l’encontre de l’hypothèse, exprimée en (2a), que les langues particulières sélectionnent un sous-ensemble [F], dans l’ensemble universel F. Défenseur résolu du Principe d’uniformité, Sigurðsson s’attache à montrer que « le fait qu’une langue n’exprime pas un certain trait dans sa Forme Physique [c’est ainsi qu’il rebaptise PF, la Forme Phonétique] ne signifie pas que le trait est absent de sa Forme Logique [LF] ». L’absence de copule en russe et en arabe ne signifie pas que les propositions correspondantes sont dépourvues de temps et de finitude. Le fait que certaines langues, le russe, le japonais, le finnois, n’aient pas d’article ne signifie pas qu’elles ignorent la définitude.10 Le fait que les infinitives à contrôle ne soient marquées ni pour le temps ni pour la personne ne signifie pas que ces traits sont sémantiquement absents dans ces structures, comme suffit à le montrer la phrase Jean espère [PRO gagner la course demain], où l’infinitive réfère clairement à une éventualité future, affectant l’entité désignée par l’argument sujet du verbe matrice. Mais si l’uniformité correspond à la seule option raisonnable, il suit qu’une bonne partie de ce que partagent les langues se réduit à des catégories présentes en LF, mais silencieuses en PF. Bref, le silence peut être chargé de signification. Si l’on suit Sigurðsson, le seul moyen de résoudre la tension qui existe entre (2a) et (3) est d’abandonner (2a) et de maintenir (3). La question reste ouverte.11

  • 12 La position de Chomsky est donc que l’ensemble des traits auxquels la syntaxe des langues naturelle (...)

16Il faut admettre que (3) n’est qu’une version particulière d’un ensemble d’hypothèses déjà présentes dans le modèle des Principes et Paramètres et qui sous-tendent la théorie de l’acquisition développée dans ce modèle : on doit supposer un haut degré d’uniformité entre les langues pour expliquer le phénomène de l’acquisition ; les paramètres sont fixés au cours de l’apprentissage sur la base de propriétés facilement détectables par l’enfant. Mais on peut considérer que l’une des nouveautés apportées par les développements récents est l’idée qu’une partie de la variation a son origine dans la réalisation ou non-réalisation de certains traits en PF. Suivant l’interprétation qui est faite du principe d’uniformité, la non-réalisation d’un trait peut refléter le choix opéré par une langue L de ne pas manifester ce trait, ou bien son absence totale dans le lexique de L. Le Lexique et l’application de la structure syntaxique sur la Forme Phonétique sont donc directement concernés, le Système computationnel ne l’est pas.12

3. Quelques traits formels

17Dans ATS, Chomsky introduit des traits catégoriels N, Adj, V, P dans les matrices associées aux items lexicaux (voir ATS, p. 151-152) :

(4) a. sincérité [+N, + Dét __, – dénombrable, + abstrait,…]
  b. garçon [+ N, + Dét __, + animé, + humain,…]

18Ces traits catégoriels renvoient aux quatre catégories lexicales « majeures », N, Adj, V et P. Puisqu’elles sont au nombre de quatre, on peut aussi adopter un système de traits binaires, qui attribuerait à chaque catégorie les spécifications suivantes :

(5) a. nom [+ N, – V]
  b. verbe [– N, + V]
  c. adjectif [+ N, + V]
  d. préposition [– N, – V]
  • 13 Les défauts du système schématisé en (5) sont connus depuis longtemps. Il ne fait pas de place par (...)
  • 14 Mais il n’est pas certain que l’information catégorielle doive être maintenue dans les entrées lexi (...)

19Un système de traits tire toute sa justification de sa capacité à représenter des classes naturelles d’objets. Dans les termes de (5), on s’attend à ce que les noms et les adjectifs, étant [+ N], partagent certaines propriétés, que les verbes et les adjectifs ([+ V]), les verbes et les prépositions ([– N]) en partagent d’autres.13 Les règles de construction de la structure syntagmatique font référence à ces traits catégoriels et ils interviennent aussi directement dans les relations de sélection. Pendant longtemps, les générativistes, Chomsky en particulier, ont semblé considérer que l’information catégorielle est si évidemment nécessaire qu’il est parfaitement inutile de justifier sa présence dans les entrées lexicales. Mais ces traits, dont la fonction est de répartir les mots en classes, n’ont aucun statut privilégié par rapport aux autres traits avec lesquels ils coexistent dans les entrées lexicales, ce qui pourrait suggérer de faire l’économie de la distinction entre trait et catégorie.14 À partir de MI et de DbP, une interrogation nouvelle se fait jour, qui concerne l’origine du label catégoriel des objets syntaxiques complexes produits par Merge ou résultant de Move. Chomsky explore la possibilité de traiter cette information comme une dimension dérivable de considérations indépendantes, plus précisément de la faire résulter de la dérivation elle-même.

20Avant d’introduire les autres traits intervenant dans le fonctionnement syntaxique, il est utile de préciser quel système est utilisé pour leur notation. En phonologie, les symboles complexes représentant les unités phonologiques ont longtemps consisté en des ensembles de paires <trait, valeur de trait>. Les modèles syntagmatiques, tels que Generalized Phrase Structure Grammar, Head-Driven Phrase Structure Grammar, ont étendu ce format à la syntaxe. Et c’est aussi celui qu’Adger (2003) adopte, posant que deux dimensions, l’identité (ou l’attribut) et la valeur, doivent être spécifiées conjointement dans la notation associée à un trait. On admettra par exemple qu’il existe un trait dont l’identité est nombre et que ce trait peut prendre deux valeurs, singulier et pluriel. Le trait de nombre associé à chevaux sera donc le suivant :

  • 15 Un trait d’identité F dont la valeur n’est pas déterminée est noté comme en (i).
(6) chevaux [nombre : pluriel]15

21Ce système est particulièrement bien adapté à la théorie de la vérification par valuation présentée au chapitre VI et à la théorie du mouvement développée au chapitre VII. L’accord et le mouvement d’un élément α sont formellement déclenchés par la nécessité de satisfaire les exigences d’une tête qui c-commande α. Ces opérations sont directement sensibles à la composition en traits de cette tête, en particulier à la présence de traits non valués, qui demandent à l’être.

  • 16 Les pronoms personnels de 1re et de 2e personne du singulier ne peuvent être compris qu’en référenc (...)

22D’autres traits que les traits catégoriels jouent un rôle dans la computation. Des traits nominaux tout d’abord. À côté du trait de nombre, les pronoms sont explicitement spécifiés pour un trait de personne.16 Bien que la personne n’ait pas de réalisation morphologique sur les noms et les expressions nominales, les phénomènes d’accord avec le verbe imposent de postuler qu’un trait de 3e personne est également présent sur ces objets syntaxiques. Depuis LGB, on réfère à la collection de traits regroupant la personne, le nombre et le genre sous l’étiquette de traits φ. Il est clair que les traits de nombre et de personne associés aux noms et aux pronoms sont interprétables. Il est plus délicat de préciser le statut du trait de genre, sur lequel je reviendrai dans la section 4.2. Il est clair également que les traits φ, interprétables sur les noms, ne sont pas interprétables sur les verbes. Cela signifie qu’un trait donné (ou une matrice de traits) n’est pas de façon inhérente interprétable ou non interprétable. Il peut être interprétable sur une catégorie, mais pas sur une autre, à une interface, mais pas à une autre.

  • 17 Il existe aussi des systèmes plus simples dans lesquels le trait formel de temps a deux valeurs, de (...)
  • 18 Il faut prendre garde de distinguer entre le temps comme catégorie sémantique et le temps comme tir (...)

23Parallèlement aux traits nominaux, il convient de définir des traits verbaux. L’aspect, le temps, le mode requièrent chacun une représentation en termes de traits. Si l’on s’en tient au temps, on dira que, dans les langues romanes, le trait de temps a trois valeurs [passé], [présent], [futur], si, du moins, le futur est analysé comme un temps, non comme un mode.17 Mais dans les langues et les dialectes romans qui continuent à distinguer imparfait et passé simple, il n’est pas facile de dire quelle est la valeur de l’un et de l’autre.18 En anglais, l’inventaire semble plus restreint. Le futur étant signalé au moyen de l’auxiliaire will, il semble suffisant de postuler une opposition binaire [+/– passé]. J’admettrai provisoirement que, comme les traits φ le sont sur les noms, le trait de temps est interprétable sur les verbes.

24Deux autres traits jouent un rôle déterminant dans la théorie syntaxique : le trait de Cas structural et [EPP]. Bien qu’ils remplissent des fonctions différentes dans le dispositif, ils partagent au moins une propriété. Ils sont l’un et l’autre ininterprétables et n’ont pas de contrepartie interprétable.

  • 19 Le Principe de projection est celui qui, dans le modèle des Principes et Paramètres, requiert que l (...)
  • 20 Ces diverses étiquettes ne sont pas équivalentes et renvoient à des conceptions différentes touchan (...)
  • 21 Il est vrai que la notion de sélection peut être prise dans un sens moins étroit : le prédicat n’es (...)

25[EPP] impose que le spécifieur de la catégorie tête qui le porte soit projeté et occupé. Quand il est attaché à la catégorie T, [EPP] reproduit les effets du Principe de projection étendu (Extended Projection Principle) du modèle des Principes et Paramètres, codant la propriété qu’ont toutes les propositions, finies ou non finies, matrices ou enchâssées, d’avoir un sujet.19 Cette exigence peut être satisfaite soit par déplacement d’une expression nominale dans le spécifieur de la catégorie T, soit par insertion directe d’un élément explétif dans cette position. [EPP] peut aussi être attaché à d’autres catégories. Associé au complémenteur C interrogatif, il déclenche le déplacement d’une expression interrogative dans le spécifieur de C. Le trait responsable du déplacement des expressions dans la périphérie gauche est aussi désigné sous l’étiquette P (pour « périphérique »), OCC (pour « occurrence ») ou EF (pour edge feature, « trait de marge »),20 le trait attirant les sujets dans le spécifieur de T conservant son étiquette traditionnelle [EPP]. Le statut de ce trait est assez incertain. Chomsky (MI) considère que [EPP] fonctionne à la manière d’un trait de sélection qui cherche une expression susceptible de se combiner avec la catégorie qui le porte. Notons avec Uriagereka (dans son commentaire de MI) que cet emploi du terme sélection est tout à fait surprenant. On parle de sélection pour désigner la relation qui se vérifie entre un prédicat verbal et l’argument interne qu’il requiert pour fonctionner lexicalement et auquel il assigne un rôle thématique. Cette exigence est satisfaite via Merge. Rien de tel n’est vrai ici. La relation entre T et son spécifieur n’est pas de nature thématique et le terme inséré dans SpecTP peut l’être par Move.21

26Le Cas est aussi une catégorie flexionnelle à propos de laquelle la question de l’interprétabilité se pose. Comme l’observe Chomsky dans « An interview on minimalism » (Interview, 2002), ceux parmi les Cas que l’on caractérise comme des « Cas inhérents » entretiennent une relation étroite avec certains rôles thématiques, qui sont eux clairement porteurs d’une interprétation sémantique. Rappelons qu’est dit porter un Cas inhérent tout constituant affecté d’un cas morphologique qui lui est assigné par un verbe lexical spécifique dont il est l’argument et qui endosse un rôle thématique particulier. En latin, le datif assigné par les verbes nocere « nuire » ou inuidere « envier » à leur argument interne est un Cas inhérent.

(7) Probus… inuidet nemini. (Cicéron, Timée 9)
  [l’homme] honnête-Nom envie personne-Datif
« L’homme honnête n’envie personne. »

27Si cette caractérisation est correcte, la morphologie qui code les Cas inhérents est la manifestation de traits interprétables. Il n’en va pas de même pour les Cas structuraux, le nominatif, l’accusatif, le génitif, dont les conditions d’assignation sont exclusivement structurales et qui peuvent chacun être associés à des nominaux endossant une multiplicité de rôles thématiques. Ces Cas ne contribuent pas à l’interprétation sémantique, ils sont ininterprétables. Pour des raisons de pure technique computationnelle sur lesquelles je reviendrai, le Cas structural n’est pas construit comme la contrepartie ininterprétable d’un trait interprétable, il n’apparaît que sur les catégories nominales, pas sur les catégories fonctionnelles qui, dans les versions antérieures du modèle, étaient supposées en être la source (T fini pour le Cas nominatif, v pour le Cas accusatif, P pour le Cas oblique…). Un trait de Cas ne peut donc définir la cible dans une relation d’accord. Il n’est valué que de façon collatérale, lorsqu’une sonde fonctionnelle, T ou v, porteuse de traits φ ininterprétables cible un DP capable de valuer ces traits et s’accorde avec lui. Le trait de Cas du DP est alors valué en sus.

28Il est probable que les distinctions retenues ici comme significatives ne suffisent pas à épuiser la complexité des données, même dans l’échantillon restreint de langues où elles sont supposées être opératoires.

4. Les traits φ

4.1. La personne et le nombre

29L’étiquette « trait φ » fait référence à un paquet de traits regroupant la personne, le nombre, éventuellement le genre, et aussi, chez certains auteurs, la définitude et la spécificité. La matrice de traits φ est supposée jouer un rôle central dans les phénomènes d’accord morphologique, l’accord étant conçu comme une relation résultant d’une opération de partage de traits entre deux termes dans une configuration syntaxique déterminée, par exemple entre un verbe fléchi et son sujet dans une proposition à temps fini (8), entre un participe passé et le sujet ou l’objet qui le précède (9), entre un adjectif attribut et le groupe nominal dont il est prédiqué ou entre un adjectif épithète et le nom qu’il modifie (10).

(8)   Les enfants jouent.
(9) a. Beaucoup d’erreurs ont été commises.
  b. Quelle erreur a-t-il commise ?
  c. Cette erreur, Pierre l’a commise sans réfléchir.
(10) a. Le poète fréquentait des femmes élégantes et mystérieuses.
  b. Ces femmes sont élégantes et mystérieuses
  • 22 Pour un inventaire des différences de comportement entre la personne et le nombre, on se reportera (...)
  • 23 Sur l’accord des modifieurs adjectivaux, voir aussi VI.9.2. Ce qui est vrai des adjectifs ne l’est (...)

30Ces exemples élémentaires suffisent à montrer que quand les relations d’accord sont en jeu, la personne et le nombre se comportent comme deux dimensions distinctes et indépendantes.22 Ils indiquent aussi que les différentes catégories lexicales ont vis-à-vis de l’accord des comportements différents. Dans les langues romanes, les verbes fléchis manifestent les mêmes traits de personne et de nombre que leur sujet. En arabe standard, ils s’accordent également en genre avec lui. Au contraire, quand la tête du prédicat est un adjectif, ce dernier, dans les langues où l’accord est morphologiquement manifesté, ne s’accorde qu’en nombre et en genre avec son sujet, jamais en personne. Baker (2008b) interprète cette asymétrie comme l’indice d’une différence dans la façon dont sont établies les relations d’accord impliquant ces deux traits φ. Selon lui, une relation d’accord en personne entre deux termes ne peut être construite que s’ils se trouvent l’un par rapport à l’autre dans une configuration structurale maximalement locale, le terme portant le trait de personne occupant le spécifieur de la tête qui s’accorde ou étant adjoint à la projection de cette tête. Il propose une contrainte à cet effet, la Condition structurale sur l’accord en personne (SCOPA). La question se pose immédiatement de savoir pourquoi, si la condition sur l’accord en personne est de nature structurale, les adjectifs ne s’accordent pas en personne. Dans un livre précédent, Baker (2003) avait montré que le sujet des prédicats adjectivaux n’avait pas son origine dans le spécifieur de la tête Adj, mais dans une position structurale plus haute.23

  • 24 On cite habituellement le tsez (voir Polinsky et Potsdam 2001), l’innu-aimûn (voir Branigan et McKe (...)

31Un deuxième ensemble de données concerne les relations à distance. Il existe dans plusieurs langues des phénomènes d’accord en nombre à distance, qui partagent la propriété qu’un verbe s’accorde avec un argument interne à son complément propositionnel.24 Il ne semble pas exister de phénomène comparable impliquant la personne, ce qui représente la situation attendue si la SCOPA de Baker (2008b) est correcte.

32Inversement, la Contrainte de la personne et du cas (Person-Case Constraint, PCC), qui, en français, autorise (11a), mais exclut (11b), n’a pas d’équivalent dans le domaine du nombre. Alors que la cooccurrence d’un clitique datif de 3e personne et d’un clitique accusatif de 1re personne est systématiquement exclue (voir 11b), celle de deux clitiques de 3e personne de nombre différent n’a aucun effet de blocage (voir 11c, 11d).

(11) a. Ils me la présenteront.
  b. *Ils me lui présenteront.
  c. Ils les lui présenteront.
  d. Ils le leur présenteront.
  • 25 L’identité des traits au regard desquels la 3e personne est sous-spécifiée par rapport à la 1re et (...)

33Certaines analyses récentes du phénomène rapportent la restriction sur la personne au fait que les clitiques de 3e personne sont sous-spécifiés en termes de traits par rapport aux clitiques de 1re et de 2e personne.25 De ce fait, en (11b), lui fonctionne comme élément intervenant dans la relation entre me et T. Le nombre a un statut différent ; il semble que le singulier ne corresponde à aucun marquage. À nouveau, une différence majeure se fait jour entre le comportement morphosyntaxique de la personne et celui du nombre. Il existe une Contrainte de la personne et du cas, mais pas de contrainte du nombre et du cas.

  • 26 Dans une théorie qui intègre l’opération Agree, ces différences entre la personne et le nombre pour (...)

34Les observations qui précèdent soulèvent deux questions. Étant donné que les propriétés des différents traits φ dans les processus d’accord sont différentes, on est en droit de se demander si (i) une approche unifiée des phénomènes d’accord est possible, et si (ii) il est légitime de regrouper ces traits sous un label unique.26

4.2. Le genre grammatical

35Le genre grammatical, qui est habituellement considéré comme faisant partie de la matrice de traits φ associée aux noms, montre que tous les traits φ présents sur les noms ne sont pas interprétables.

36Contrairement au nombre, le genre est une propriété inhérente de chaque entité nominale, spécifiée dans le Lexique et qui ne dépend pas des contextes particuliers dans lesquels elle figure. Mais comme le nombre, le genre, dans les langues qui en sont pourvues, participe directement aux phénomènes d’accord impliquant le nom et les autres mots, adjectifs ou déterminants, qui entretiennent une relation grammaticale directe avec lui.

37Le genre est aussi une propriété arbitraire, qui n’entretient pas de relation sémantique évidente avec le nom auquel elle est associée, sauf lorsqu’on a affaire à des êtres sexués. Touchant ces derniers, il n’est guère surprenant que les noms latins pater et filius soient masculins et les noms mater et filia féminins. Le latin dispose d’une troisième classe de genre, le neutre, qui, lorsqu’elle est appliquée à des noms animés, semble désigner des collectivités indistinctes : les esclaves (mancipium), les prostituées (scortum), les enfants (en grec, παιδίον) sont désignés par des neutres (singuliers) et les adjectifs qui s’y rapportent s’accordent au neutre.

38Un point qui mérite d’être souligné est qu’en latin par exemple, aucune classe flexionnelle ne correspond à un genre grammatical défini. Fagus « hêtre » (comme plus généralement les noms d’arbre) est grammaticalement féminin (il déclenche un accord féminin sur les adjectifs qui le modifient, voir alta fagus « un hêtre élevé »), mais il se décline comme dominus « maître ». Poeta « poète », nauta « marin » sont grammaticalement masculins, quand il réfèrent à des individus de sexe masculin, mais se déclinent sur le modèle de puella « jeune fille ». Il existe donc des décalages entre la morphologie nominale explicite et le genre. Pour les intégrer dans un système cohérent, Lowenstamm (2012) introduit une distinction entre le genre et le profil. Dans la plupart des cas, il y a coïncidence entre genre et profil. Mais poeta a un genre [– fém] et un profil [+ F], fagus un genre [+ fém] et un profil [– F]. D’autres noms, ceux de la 3e déclinaison, suivent le même modèle flexionnel, bien que de genres différents. Leur genre grammatical n’est décelable que sur les adjectifs qui s’accordent avec eux. Il en va de même pour les noms qui désignent des choses, par définition dépourvues de sexe. Ces noms ont un genre et ce genre ne peut être déterminé a priori (même si en latin, c’est le neutre qui semble prévaloir dans ce cas). Selon Lowenstamm (2012), cette incertitude est particulièrement accentuée en français où il est impossible de deviner le genre grammatical de squelette et de belette, de groupe et de soupe, de doute et de route. On rencontre aussi beaucoup de situations où deux noms, dérivés de la même base, portent des genres différents et où l’opposition masculin/féminin ne recouvre pas l’opposition mâle/femelle. C’est le cas de médecine et de médecin, qui peut référer aussi bien à un praticien qu’à une praticienne. Le genre grammatical a dans ce cas une incidence sémantique évidente, mais il est difficile de considérer qu’il est interprétable, puisque l’interprétation en question ne renvoie pas à l’opposition des sexes et ne peut être généralisée. La même chose est vraie pour des homonymes comme le masculin mousse et le féminin mousse, où le genre n’a de valeur que distinctive.

  • 27 Le nom poeta par exemple, qui appartient au paradigme morphologique des noms féminins, est spécifié (...)

39On retiendra de ce qui précède que le genre grammatical d’un nom, non son profil morphologique, est pertinent dans les relations d’accord et intervient dans la valuation du trait de genre associé aux adjectifs et déterminants en latin et en français.27 En bref, ce sont des traits exclusivement syntaxiques qui sont impliqués dans les relations syntaxiques. Or le trait de genre sur les noms est clairement ininterprétable. La distinction habituelle entre genre grammatical et genre naturel reflète directement le fait qu’il n’y a pas nécessairement coïncidence entre la dimension pertinente pour la valuation et celle qui est occasionnellement interprétable. En bref, le genre grammatical sur les noms est une de leurs caractéristiques inhérentes et il n’est pas interprétable. Cela signifie qu’on ne peut établir une équivalence entre ces deux dimensions, le statut inhérent et l’interprétabilité.

40Si le genre grammatical sur les noms n’est pas interprétable, il convient de se demander comment le trait correspondant est éliminé des représentations d’interface présentées au système C-I. Picallo (2008) apporte une réponse intéressante à cette question. Elle propose que, bien que le genre grammatical ne soit généralement pas interprétable sur N, il est l’exposant formel d’un trait interprétable, le trait [classe], qui réside dans une catégorie fonctionnelle immédiatement au-dessus de N (ou de n, dans une approche où les têtes fonctionnelles sélectionnent des racines lexicales non spécifiées, comme la Morphologie Distribuée). Soit Classe cette catégorie, de label Cls. La configuration syntaxique pertinente pour un nom grammaticalement féminin est la suivante :

(12) [DP D… [ClsP [Cls] [NPN]]…]
    [α fém] [+ fém]
  • 28 Picallo reprend à son compte l’idée de Pesetsky et Torrego (2007) que l’interprétabilité et la valu (...)

41La notion de classe à laquelle il est ici fait référence renvoie à la répartition des noms opérée dans les langues bantoues, comme le swahili, et certaines langues amérindiennes, comme le jacaltec, où les noms se trouvent distribués en classes différentes, morphologiquement signalées, en fonction de certaines propriétés sémantiques des entités qu’ils dénotent (taille, couleur, texture, forme, statut animé ou inanimé, sexe…). Le genre grammatical dans les langues indo-européennes peut être vu comme manifestant la présence de la catégorie Cls, au même titre que les marques de classe précédant les noms en jacaltec ou les classifieurs du chinois. Picallo (2008) propose que dans le schéma (12), le trait [classe] ou [genre] sur la tête Cls est non valué, mais interprétable, alors que le trait [genre] sur la tête N est valué, mais ininterprétable. Le trait de genre [α fém] sur Cls, étant non valué, fonctionne comme une sonde, ciblant son corrélat valué sur la tête N. La valeur + du trait [fém] de N est copiée via Agree sur le trait de la sonde Cls. Le trait ciblé sur N, ininterprétable mais valué, est effacé en LF, mais conserve sa réalisation morphologique en PF.28

  • 29 Voir la discussion sur le Cas inhérent dans Interview.

42Le genre et le Cas sont des dimensions à propos desquelles la question de l’interprétabilité se pose de façon particulièrement aiguë. Dans Interview, Chomsky prend soin de préciser que la caractérisation globale de la morphologie flexionnelle comme une imperfection serait trop générale.29 Les marques morphologiques attachées aux catégories majeures ne sont pas nécessairement ininterprétables et ne tombent donc pas nécessairement dans la catégorie des imperfections. Le nombre, interprétable sur les noms, n’est ininterprétable que sur les catégories qui s’accordent avec les noms, c’est-à-dire les verbes, les adjectifs, et aussi les articles (définis, pronominaux, déictiques). On doit conclure que, par elle-même, la morphologie ne donne aucune indication sur le statut interprétable ou non interprétable du trait qu’elle réalise.

5. Catégories fonctionnelles

5.1. Deux types de catégories

43Les représentants de la catégorie V ont pour caractéristique de devoir se combiner avec d’autres objets syntaxiques pour pouvoir fonctionner lexicalement et sémantiquement comme prédicats. Ces objets syntaxiques sont lexicalement sélectionnés par V, au sens où ils définissent les arguments de la tête verbale, qui leur assigne à chacun un rôle thématique (noté désormais rôle θ), correspondant à la relation particulière que chaque actant entretient avec le procès dénoté par le verbe. Certains prédicats verbaux assignent un seul rôle – marcher assigne le rôle Agent à son unique argument ; d’autres assignent deux rôles – frapper un rôle Agent et un rôle Thème, craindre un rôle Expérient et un rôle Déclencheur ; d’autres en assignent trois, Agent/Source, Thème, Destinataire – c’est le cas des prédicats bitransitifs comme donner ou emprunter. La notion de rôle θ est fondamentale dans l’étude de la sémantique lexicale des prédicats verbaux, mais elle ne joue qu’un rôle limité en syntaxe. Ce qui importe à la syntaxe, c’est uniquement de vérifier si les rôles θ disponibles ont été assignés et si les expressions se qualifiant comme arguments ont chacune reçu un rôle et n’en ont reçu qu’un seul. C’est la restriction qu’exprime le Critère Thématique dans LGB.

(13) Critère Thématique (ou Critère θ)
  Tout argument reçoit un rôle θ et un seul d’un prédicat donné, et tout rôle θ est assigné à un argument et un seul.
  (LGB, p. 36)

44Les représentants de la catégorie V ne sont pas les seules entités lexicales fonctionnant comme « catégories-opérateurs », c’est-à-dire sélectionnant des arguments. Les noms déverbaux, comme description, destruction…, les noms relationnels, comme mère…, certains noms appartenant à une classe limitée, comme photo, tableau, portrait, distribuent aussi des rôles θ dans les structures qui les contiennent. Il en va de même pour les prépositions (à l’exception de à et de de dans leur emploi comme outils grammaticaux, comme marqueurs casuels par exemple) et aussi pour certains adjectifs comme hostile, fier, fidèle…

45On doit ajouter que, si les arguments des noms et des adjectifs sont généralement prépositionnels (dans les langues dépourvues de cas morphologique), les types catégoriels auxquels appartiennent les compléments d’un verbe donné sont déterminés par le verbe lui-même. On dit qu’un verbe sélectionne catégoriellement ses compléments.

  • 30 On peut se demander s’il est possible de dégager un schéma général réglant l’articulation des têtes (...)

46Parallèlement aux catégories lexicales, il existe des catégories qui sélectionnent la catégorie de leur complément, mais ne lui assignent aucun rôle θ. Ces catégories, qui regroupent les mots et affixes grammaticaux, sont dites fonctionnelles. On distingue ainsi une catégorie T = Temps (qui abrite les marques flexionnelles de temps et reflète la relation sémantique que le temps entretient avec le reste de la phrase), une catégorie Aspect, une catégorie C = Complémenteur (abritant les marqueurs de subordination et, dans les langues qui en sont pourvues, les particules de phrase dans les propositions matrices), une catégorie D = Déterminant, une catégorie Nb = Nombre (désignant le nombre dans les expressions nominales), une catégorie Degré (regroupant l’ensemble des mots de quantité pouvant être couplés avec des adjectifs, comme trop, assez, si…). On ne peut dire que ces catégories soient dépourvues de tout contenu sémantique. Mais ce dernier est de nature grammaticale, non lexicale, et se distingue nettement des propriétés interprétatives associées aux dépendances θ. Une projection lexicale est très généralement construite comme le complément d’une tête fonctionnelle : NP, par exemple, est le complément de Nb (Nombre). Mais une tête fonctionnelle peut aussi sélectionner une projection fonctionnelle : dans les groupes nominaux n’ayant pour tête ni un nom propre ni un nom déverbal, D sélectionne NbP, la projection de Nombre. Et une tête lexicale sélectionne généralement comme complément une projection fonctionnelle : V peut sélectionner un domaine DP ou CP ou TP.30 Le point important est que toute tête fonctionnelle, dans la mesure où elle se projette, rend disponible une position spécifieur, pouvant fonctionner comme site de première insertion ou comme site d’arrivée ou de transit dans un processus de mouvement. Nous verrons par exemple que l’argument sujet, qui a son origine dans le spécifieur de la projection verbale vP, se déplace dans le spécifieur de la catégorie T. Pour illustrer ce point, il est nécessaire de se faire une idée plus exacte des propriétés de la catégorie v.

5.2. La tête v31

  • 31 Cette présentation emprunte certains de ses éléments à un cycle de conférences données par Alec Mar (...)

47L’analyse minimaliste des domaines verbaux est schématisée en (14).

(14) … [vP EA v [VP V IA]]

48La projection lexicale VP est coiffée par une projection vP ayant pour tête une catégorie v, catégorie à la fois fonctionnelle et lexicale, puisque son spécifieur abrite l’argument externe (EA) des verbes transitifs et inergatifs et que ses traits légitiment casuellement l’argument interne (IA). La tête v rend éventuellement disponible un spécifieur additionnel externe fonctionnant comme site de transit dans un déplacement hors du domaine verbal.

  • 32 Cette présentation suppose que le trait de Cas est présent à la fois sur l’expression nominale et s (...)

49Jusqu’à C&T, l’hypothèse nulle a été que les arguments sujets ont leur origine dans le spécifieur de VP (le VP le plus haut dans une coquille de Larson, voir Larson 1988) et des autres catégories lexicales. La théorisation récente en syntaxe a adopté l’hypothèse de Chomsky (C&T) et de Kratzer (1996) que les arguments externes sont introduits et marqués thématiquement par une tête indépendante, qui est également responsable de l’assignation du Cas accusatif à l’argument direct. Cette catégorie, que Chomsky désigne sous l’étiquette v et Kratzer sous le label Voice (Voix), est la tête qui, dans les constructions verbales transitives, introduit l’argument externe et porte les traits flexionnels correspondant à l’argument interne (traits φ, trait de Cas [accusatif]).32 Elle capture donc la généralisation que l’on connaît comme la « généralisation de Burzio », qui pose qu’un prédicat verbal dépourvu d’argument externe ne peut assigner de Cas accusatif et qu’un prédicat verbal qui n’assigne pas de Cas accusatif ne peut sélectionner/marquer thématiquement un argument externe. Tombent sous cette généralisation les verbes inaccusatifs, les constructions verbales passives et les constructions à montée.

  • 33 À l’appui de cette hypothèse, on observe que le sujet du verbe piquer endosse des rôles θ différent (...)

50L’hypothèse que les arguments externes ont leur origine dans le spécifieur d’une catégorie fonctionnelle désignée inaugure une façon nouvelle de concevoir la réalisation syntaxique des relations argumentales. Les langues ont à leur disposition des têtes spécialisées introduisant des arguments. Si l’hypothèse v est admise, cette propriété n’est pas exclusivement dévolue aux verbes lexicaux, aux prépositions et à un sous-ensemble de noms. Sa motivation initiale vient de l’observation de Marantz (1984) que les arguments externes ne sont pas de vrais arguments du verbe.33 Dans l’approche sémantique développée par Kratzer (1996), la catégorie qu’elle étiquette Voice se combine au VP par une règle qu’elle appelle Identification d’Événement (Event Identification), qui autorise l’ajout de conditions diverses à l’événement décrit par le verbe, par exemple, la condition que l’événement ait un Agent.

51En résumé, la tête v/Voice est la source de la sémantique agentive dans les constructions agentives ; elle permet la projection de l’argument externe et légitime casuellement l’argument direct, capturant la généralisation de Burzio qui établit un lien direct entre la disponibilité du Cas accusatif dans une structure et la présence d’un argument externe.

52Deux fonctions supplémentaires ont été assignées à v. Chomsky, dans DbP, caractérise v comme une tête de phase, ce qui signifie que v est l’une des deux catégories distinguées qui définissent un cycle dérivationnel, l’autre étant C.

53Dans l’approche fondée sur les racines défendue par Marantz (1997) et la Morphologie Distribuée, v est aussi l’une des têtes fonctionnelles qui définissent la catégorie syntaxique de (la tête de) leur complément. Les racines lexicales ne contiennent ni ne possèdent aucun trait syntactico-sémantique, quand elles sont introduites dans les dérivations. Elles sont donc catégoriellement neutres. Mais elles ne peuvent apparaître nues et doivent absolument être catégorisées. Elles le sont par le fait de se trouver en relation locale avec une tête fonctionnelle qui définit leur appartenance catégorielle. Une racine lexicale minimalement c-commandée par v est définie comme un verbe. Une racine lexicale minimalement c-commandée par une tête D (ou peut-être par une tête n encore à définir) est définie comme un nom. Les verbes et les noms ne sont pas des primitives, mais sont dérivés syntaxiquement de la structure fonctionnelle. Les parties du discours traditionnelles sont donc toujours syntaxiquement complexes, combinant nécessairement une racine et une tête « créatrice de catégorie » ; v est la tête fonctionnelle qui crée des verbes.

54En résumé, v a une motivation syntaxique (la propriété de transitivité de Burzio), une motivation sémantique (c’est le locus des traits d’agentivité), une motivation computationnelle (v est une tête de phase) et d’étiquetage (v est l’une des têtes qui définit l’appartenance catégorielle).

55Mais les linguistes divergent quant à la nature exacte de v. Kratzer (1996) caractérise Voice comme une tête fonctionnelle parce qu’elle est impliquée dans la vérification du Cas accusatif. Dans l’esprit de Chomsky (C&T), v ne peut être un item fonctionnel sémantiquement vide, puisqu’il introduit l’argument externe. C’est un « verbe causatif léger », partie intégrante du verbe lexical dans la proposition, lui-même analysé comme une combinaison v-V. Dans sa conception, aucune tête, aucune projection ne peut intervenir entre v et V.

56Une question générale se pose : comment les constructions qui satisfont négativement la généralisation de Burzio – les constructions inaccusatives, dans lesquelles aucun argument externe n’est projeté et aucun Cas accusatif assigné – doivent-elles être représentées ? Une pratique courante a consisté à poser que v est présent dans toutes les constructions verbales, mais peut prendre des colorations différentes (Marantz 1999 parle de flavors). Quand v n’est pas la « tête de Burzio », il est dit déficient. À la suite de Chomsky, on notera v* la tête des constructions verbales transitives et v celle des constructions verbales inaccusatives.

  • 34 La caractérisation de v qui vient d’être donnée reflète l’ambition de Chomsky de lier tous les proc (...)

57Une remarque pour conclure. Il n’est pas du tout certain qu’une seule et même catégorie puisse et doive endosser un ensemble aussi hétérogène de fonctions que celles qui sont assignées à v.34 On pourrait imaginer par exemple que cette caractérisation vaille pour le domaine verbal des constructions qui comportent une forme verbale unique (un verbe lexical fléchi par exemple), mais que les diverses fonctions qui viennent d’être énumérées se trouvent réparties sur des têtes syntaxiques différentes dans les constructions verbales complexes (comportant un auxiliaire fléchi, éventuellement des auxiliaires non fléchis et une tête verbale).

5.3. L’approche cartographique

5.3.1. Présentation et objectifs

  • 35 Je remercie Carla Soares-Jesel pour ses commentaires sur la section 5.3.

58L’approche cartographique s’est développée parallèlement au minimalisme et en interaction avec lui.35 Cinque et Rizzi (2008) soulignent qu’elle ne doit en aucun cas être considérée comme un programme concurrent, mais comme un thème de recherche, qu’ils définissent dans les termes suivants :

Les structures sont des objets intéressants en eux-mêmes, à la fois par leur constitution interne et par leur interaction avec différents principes et processus grammaticaux. La cartographie des structures syntaxiques est la ligne de recherche qui aborde ce sujet : c’est une tentative pour dresser des cartes aussi précises et détaillées que possible des configurations syntaxiques […]. C’est un thème de recherche qui pose la question suivante : quelles sont les cartes structurales exactes pour la syntaxe des langues naturelles ? (Cinque et Rizzi 2008, p. 42)

  • 36 L’approche cartographique s’articule de façon naturelle au modèle des Principes et Paramètres. Mais (...)
  • 37 Dans Barriers (Chomsky, 1986a), la théorie X-barre est posée comme pertinente à la fois pour les ca (...)
  • 38 La catégorie Agr, dans ses deux instanciations Agrs et Agro, ne figure plus dans l’inventaire minim (...)

59En un sens, la grammaire générative s’est toujours préoccupée de la structure en constituants et de son organisation catégorielle. En un sens, donc, « there is no alternative to cartography », comme l’énonce Williams (2009).36 Mais l’approche cartographique apparaît à un moment bien précis de l’histoire de la grammaire générative, marqué par l’extension de la théorie X-barre aux éléments fonctionnels de la proposition37 et par la proposition de Pollock (1989) de scinder la tête I (Inflection, Flexion) en plusieurs catégories indépendantes. L’observation fondamentale appuyant cette dernière proposition est la découverte qu’une catégorie flexionnelle I unique ne fournit pas l’espace syntaxique suffisant pour accommoder la distribution différentielle des formes verbales finies et infinitives en français et en anglais. Au moins, deux catégories fonctionnelles sont nécessaires au-dessus du VP, que Pollock identifie comme T et Agrs (Accord sujet).38 Son argumentation exploite de façon astucieuse la distribution des adverbes et de la négation en français et en anglais, en reprenant l’hypothèse d’Emonds (1978) que lorsqu’un adverbe est interpolé entre une forme verbale et son objet direct, c’est le verbe qui s’est déplacé – les adverbes ne se déplacent pas en général et n’ont aucune raison de le faire. On suppose donc que, dans les exemples (15a) et (16a), la position occupée par l’adverbe de fréquence est la même en français et en anglais et que dans les deux langues, il marque la périphérie gauche du Groupe Verbal. Du contraste entre (15a) et (16a), on peut donc conclure que la forme verbale finie quitte le Groupe Verbal en français, mais pas en anglais. La grammaticalité de (15c) indique qu’en français, la forme verbale infinitive se déplace également. Le contraste entre (15b) et (15d) révèle qu’elle se déplace moins haut que la forme verbale finie, puisque cette dernière précède systématiquement la négation pas dans l’ordre linéaire, alors que la forme infinitive la suit. Les données anglaises (16b)-(16d) confirment que, pas plus que les formes finies, les formes infinitives ne quittent le Groupe Verbal dans cette langue.

(15) a. Max rencontre souvent Léa dans les cafés.
  b. Max ne parle pas l’italien après cinq ans d’études.
  c. Parler souvent l’italien est un exercice agréable.
  d. Ne pas parler l’italien après cinq ans d’études est inquiétant.
(16) a. Max often meets Lea in the pubs.
  b. Max doesn’t speak Italian after five years’ studies.
  c. To often speak Italian is a pleasant exercise.
  d. Not to speak Italian after five years’ studies is bothersome.
  • 39 Sur le Principe du miroir, voir (22), section 6.2.
  • 40 On pourrait supposer que si les formes verbales infinitives se déplacent moins haut que les formes (...)

60De la distribution des verbes lexicaux et de celle des auxiliaires finis et infinitifs dans les deux langues, Pollock (1989) conclut que deux têtes fonctionnelles sont nécessaires au-dessus du VP en français. Belletti (1990) ajoute un volet morphologique à la démonstration de Pollock en étendant le Principe du miroir de Baker (1985) – voir (22) – à la morphologie flexionnelle et en posant que, dans la forme verbale résultante, l’affixe le plus proche de la racine verbale est aussi celui qui a été attaché le premier au cours de la dérivation, l’affixe externe celui qui a été attaché le dernier, et que cet ordre reflète la hiérarchie des catégories fonctionnelles.39 Si le verbe s’est déplacé tête à tête pour incorporer successivement chaque affixe, l’ordre des affixes (17a) dans la forme verbale finiront indique que la hiérarchie des catégories fonctionnelles et lexicale dans la proposition est (17b).40

(17) a. X (finiv)
    affixe 1 (-r-, [Temps : – passé, – présent])
    affixe 2 (-ont, [Personne : 3e] + [Nombre : – singulier])
  b. [AgrsP Agrs [TP T [VP… V…]]]
  • 41 Pour des points de vue différents de celui de Cinque, voir Ernst (2001) et Costa (2000, 2004b) sur (...)

61La même logique que celle qui est sous-jacente à l’analyse de Pollock a conduit les chercheurs à introduire un nombre croissant de catégories fonctionnelles dans les structures propositionnelles – Mode, Modalité, Aspect, Voix, et bien d’autres. Dans bien des cas, ces catégories n’ont d’autre vocation que celle de permettre de résoudre un problème distributionnel spécifique dans une langue particulière. L’un des objectifs de l’entreprise cartographique, selon Cinque et Rizzi, est précisément de parvenir à mesurer le degré de complexité que peuvent atteindre les représentations structurales. Or, tant pour ce qui touche à la périphérie gauche de la proposition (Rizzi 1997) qu’à son noyau flexionnel (Cinque 1999) et à l’organisation interne du groupe nominal (Cinque 2010), il apparaît que l’inventaire des catégories fonctionnelles est beaucoup plus étendu qu’on ne le pensait précédemment. C’est ce que révèlent en particulier les études minutieuses de Cinque sur la distribution des différentes classes d’adverbes dans la proposition et des différentes classes d’adjectifs dans le groupe nominal – adverbes et adjectifs étant supposés occuper les positions spécifieurs des différentes têtes fonctionnelles.41

62Trois aspects de l’approche cartographique doivent être soulignés. Le premier est qu’elle fait sien le Principe d’uniformité – voir (3) –, ce dont témoigne le passage suivant :

Les hiérarchies de projections fonctionnelles dominant VP, NP, AP, PP, IP…, peuvent être universelles dans le type de têtes et de spécifieurs qu’elles comportent, dans leur nombre et dans leur ordre mutuel, même si les langues diffèrent par le type de mouvements qu’elles admettent et par leur choix de réaliser explicitement chaque tête et chaque spécifieur. (Cinque et Rizzi 2008, p. 44-45)

  • 42 Mais alors, pourquoi recourir à deux notions distinctes, celle de trait et celle de catégorie ? Une (...)

63Le deuxième est l’hypothèse (présentée comme une hypothèse de travail) que chaque trait morphosyntaxique correspond à une tête fonctionnelle indépendante occupant une place spécifique dans la hiérarchie fonctionnelle. Un slogan de l’approche cartographique est en effet : « une propriété morphosyntaxique = un trait = une tête ».42 Sur ce point, l’entreprise cartographique se distingue nettement du minimalisme, pour qui une catégorie se définit par une collection hybride de traits, les uns interprétables, les autres ininterprétables.

64Le troisième est le recours à des traits « sémantiquement transparents », permettant de « syntacticiser la sémantique ». L’usage de tels traits permet, selon les auteurs, d’« illustrer la transparence et la simplicité de l’association entre la forme et l’interprétation » (p. 51). Il n’y a pas de place, dans ce système, pour des traits formels ininterprétables.

65Cette dernière caractéristique appelle deux remarques. Le label sémantique utilisé pour désigner un trait ne fait pas que les processus qu’il déclenche sont eux-mêmes de nature sémantique, ni que l’analyse qui y a recours est de nature sémantique. Un trait est sémantique s’il est opératoire dans le composant Σ et si aucune règle de la syntaxe n’y fait référence. Un trait est syntaxique s’il intervient dans la formulation d’une règle de nature syntaxique. Cette dernière caractérisation vaut aussi pour les traits sémantiques « syntacticisés », comme [+ topique] et [+ focus], qui sont en réalité des traits syntaxiques, désignés par des étiquettes sémantiquement transparentes.

66Il n’est pas certain d’autre part que le mapping de la syntaxe sur la sémantique soit aussi trivial et transparent que le disent les auteurs. Chomsky prend en compte ce décalage entre statut syntaxique et interprétation lorsqu’il met en place la théorie de l’accord (présentée au chapitre VI). Il prend bien soin de distinguer entre l’interprétabilité, une notion sémantique, et la valuation, une opération syntaxique, et précise que ce ne sont pas les traits interprétables ou ininterprétables en tant que tels qui participent au fonctionnement syntaxique, mais les traits valués ou non valués, même si les deux notions s’appliquent au même objet.

5.3.2. La périphérie gauche

  • 43 Les versions plus récentes de la cartographie de la périphérie gauche intègrent aussi un nœud Int ( (...)

67L’équivalence entre traits (sémantiquement transparents) et catégories (syntaxiques) est à l’œuvre dans l’analyse que Rizzi (1997) développe de la « structure fine de la périphérie gauche ». Étudiant les données de l’italien, Rizzi démontre que CP est un terme-couverture pour une collection articulée de projections fonctionnelles, une abréviation pour la structure hiérarchique schématisée en (18) :43

(18) Force > Topique > Focus > Topique > Finitude

68Chaque tête porte le trait qui lui correspond, la tête Topique un trait [topique], la tête Focus un trait [focus], la tête Finitude un trait [finitude]… Ce schéma cartographique est directement lisible dans les exemples italiens suivants :

(19) a. Credo che a Gianni, QUESTO, domani, gli dovremmo dire.
    je-crois que à Gianni CECI demain lui nous-devrons dire
  « Je crois qu’à Gianni, ceci, demain, nous devrons le lui dire. »
b. Un uomo a cui il premio Nobel lo daranno senz’altro,…
    un homme à qui le prix Nobel le ils-donneront sans aucun doute
  « Un homme à qui, le prix Nobel, on le donnera sans aucun doute,… »
c. Il premio Nobel, a chi lo daranno ?
    le prix Nobel à qui le ils-donneront
  « Le prix Nobel, à qui le donneront-ils ? »
  • 44 L’idée que la « périphérie gauche », c’est-à-dire le domaine pré-IP de la proposition, ne peut se r (...)

69En (19a), a Gianni occupe le spécifieur de la position Topique la plus haute, domani celui de la position Topique la plus basse, questo le spécifieur de la position Focus, et che la position tête Force. La comparaison de (19b) et de (19c) indique qu’en italien, les opérateurs relatifs doivent précéder les topiques, alors que les opérateurs interrogatifs doivent les suivre dans les questions directes. Ces distributions suggèrent que les opérateurs relatifs occupent le spécifieur de ForceP, alors que les opérateurs interrogatifs occupent une position plus basse, le spécifieur de FocusP. Ces généralisations distributionnelles ne peuvent être exprimées si l’on raisonne dans les termes d’une catégorie périphérique unique.44

70L’approche cartographique permet de reprendre sur de nouveaux frais des questions restées longtemps sans réponse et, en même temps, en suscite de nouvelles.

71Dans les termes de cette approche, il existe un design universel dans l’architecture fonctionnelle des syntagmes et de la proposition. Ce schéma fixe les limites dans lesquelles peut s’inscrire la variation linguistique. Or le champ ainsi délimité est extrêmement vaste. Si l’on pose que la variation paramétrique se ramène à des différences dans l’équipement en traits des diverses têtes fonctionnelles, la multiplication de ces dernières dans la périphérie gauche ou dans le noyau flexionnel multiplie les sources de variation. Le Principe d’uniformité n’implique pas que la périphérie gauche de toutes les langues utilise de façon identique toutes les catégories recensées. Pour focaliser une expression, le portugais n’a pas recours à un mouvement (explicite) A’ dans une position de la périphérie. Ou la focalisation intervient in situ, ou le terme focalisé occupe la position de foyer dans une construction clivée. Par contre, il antépose les expressions qu- dans le spécifieur de la catégorie Focus, si l’on suit Rizzi (1997) dans son affirmation que le mouvement d’interrogatif n’est qu’un cas particulier de Mouvement vers Focus. On dira donc que la spécialisation de la catégorie pertinente n’est pas la même en italien et en portugais.

72Elle impose aussi de réévaluer les analyses classiques de certains phénomènes. Ainsi, dans la mesure où les sites d’accueil dans la périphérie sont multipliés, on ne peut plus analyser la restriction du phénomène du verbe second dans les langues germaniques aux phrases matrices comme reflétant le fait que le verbe fini occupe dans ces domaines la même position que le marqueur de subordination dans les enchâssées – dans l’analyse classique de den Besten (1981), la position pertinente était la catégorie C.

73D’autre part, la possibilité reste ouverte que les complémenteurs occupent en (18) des positions différentes ou même que deux complémenteurs soient présents dans la même structure. Les structures de recomplémentation dans les langues romanes médiévales, dans lesquelles un constituant topicalisé ou focalisé est encadré par deux marqueurs de subordination, indiquent que les têtes Force et Finitude peuvent l’une et l’autre être occupées par un marqueur de subordination et, de ce fait, confirment indirectement la présence de deux têtes distinctes dans la structure :

(20) Je vos comant, si chier com vos avez vostre cors, que
  maintenant que li enfes, qui de la roïne istra, sera nez, que
  vos le m’aportez, si que je le voie.
  (Tristan en prose, 23.3, cité par Skårup 1975, p. 476)
  • 45 C’est le cas du gallois dans l’analyse qu’en propose Roberts (2005) ; mai lexicalise Force, a ou y (...)

74Certaines langues ont recours à des complémenteurs différents pour lexicaliser ces deux têtes.45 Dans d’autres, l’anglais et l’italien par exemple, c’est le même complémenteur qui est utilisé dans les constructions subordonnées n’impliquant aucune focalisation et dans les situations de focalisation enchâssée.

(21) a. I believe that Peter left.
  b. I believe that this book, Peter bought and sold immediately.

75Doit-on conclure que that est toujours réalisé dans Force ? Ou qu’il occupe une position différente dans les deux types de structures ? Ou qu’il se déplace de l’une à l’autre ? Ce sont ces différences paramétriques dans la coexistence et la lexicalisation des deux positions têtes Force et Finitude qu’il s’agit désormais de recenser et d’expliquer.

76Le schéma (18) rencontre un succès considérable dans le traitement des régularités distributionnelles impliquant la périphérie. Les réserves qu’il suscite tiennent principalement au caractère hétéroclite des catégories qui composent ce schéma. Coexistent en effet une tête qui dénote la force illocutoire d’un énoncé (Force), une autre qui accueille les expressions interrogatives et a donc partie liée avec l’acte de parole Question (Focus), une autre encore, de nature sémantique, qui dénote la Finitude. Un trait saillant de l’approche cartographique est qu’elle recourt à des traits discursifs et informationnels pour représenter le fonctionnement syntaxique. Ces traits sont en réalité de nature pragmatique plutôt que sémantique. Ils ont donc pour effet de « syntacticiser » non pas la sémantique, comme le disent Cinque et Rizzi, mais la pragmatique. Pour certains chercheurs, Horvath (2010) en particulier, aucune fonction discursive ne peut être codée par un trait formel actif dans le système computationnel. Seules les dimensions de nature proprement sémantique, c’est-à-dire directement liées au calcul des conditions de vérité, peuvent figurer dans ce système et avoir pour corrélat un trait formel syntaxiquement actif. La conclusion de Horvath est que les mouvements A’ qui participent à la construction de la structure informationnelle doivent être conçus comme des phénomènes d’interface, plutôt que comme des processus guidés par un mécanisme de vérification de traits.

77Ces observations ne mettent nullement en question la nécessité et le bien-fondé de l’approche cartographique. Elles invitent seulement à s’interroger sur le statut des schémas cartographiques.

5.3.3. Pourquoi les schémas cartographiques sont nécessaires

78Les généralisations distributionnelles mises au jour par les études cartographiques ont potentiellement des implications majeures pour certaines questions qui sont au cœur de l’entreprise minimaliste. L’hypothèse de la dualité de la sémantique, formulée par Chomsky dans MI (voir VII.3), requiert que certaines distinctions interprétatives soient signalées configurationnellement et associées à des positions désignées dans l’arborescence. Seule une enquête de type cartographique est à même de préciser quelles sont les positions pertinentes. Chomsky d’autre part propose que la catégorie C définisse une tête de phase. Il faut évidemment préciser laquelle des têtes fonctionnelles énumérées en (18) endosse ce rôle. La définition d’une théorie de la localité fondée sur les phases dépend en partie de la solution de ce problème. Il en va de même, bien sûr, si l’on raisonne en termes d’élément intervenant, comme le fait la théorie de la Minimalité relativisée. Cette théorie suppose que l’on dispose d’une typologie des positions syntaxiques.

79Il est intéressant de se demander en conclusion pourquoi les cartographies sont nécessaires, en d’autres termes quel type d’information fournissent les études cartographiques, qui ne peut être obtenu autrement. La réponse, implicite dans ces études, mérite d’être formulée explicitement. Dans le modèle des Principes et Paramètres, la structure syntagmatique est caractérisée comme la projection, sous forme de structures syntaxiques, des propriétés lexicales des items contenus dans l’énoncé. Les valences lexicales sont projetées en syntaxe suivant des protocoles déterminés, en accord avec le Principe de projection. Mais on sait depuis longtemps que la forme des structures syntaxiques n’est pas intégralement déterminée par les propriétés lexicales des items. D’une part, la sélection catégorielle des items lexicaux n’est pas intégralement prédictible à partir de leur sélection sémantique (voir Grimshaw 1979, Pesetsky 1982). D’autre part, la position de sujet grammatical n’étant pas toujours sous contrôle lexical (elle peut abriter un explétif), il est nécessaire d’adjoindre au Principe de projection un Principe de projection étendu (EPP), requérant que dans toute proposition soit projetée une position de sujet flexionnel, éventuellement occupée par un élément nul. Comme la théorie X-barre dans le modèle des Principes et Paramètres, Merge et la bare phrase structure dans le Programme Minimaliste doivent prendre en compte les aspects de la structure syntagmatique qui ne sont pas dérivables des propriétés lexicales des items. Or le problème se complique considérablement quand on cherche à déterminer l’articulation structurale des catégories fonctionnelles les unes avec les autres. Pour les sémanticiens, il va de soi qu’Aspect est hiérarchiquement plus bas que Temps, lui-même hiérarchiquement plus bas que Mode/Modalité. Mais cette hiérarchie, qui ne peut être pleinement justifiée qu’à l’interface avec le système C-I, doit recevoir une représentation syntaxique. Si l’on considère l’organisation interne de la périphérie gauche, il est clair que la catégorie Topique n’est impliquée dans aucune relation de sous-catégorisation : elle n’est pas sélectionnée par la catégorie Force, elle ne sélectionne pas la catégorie Focus. L’approche cartographique ne fait donc rien d’autre que coder dans la syntaxe des régularités distributionnelles qui ne reflètent pas des relations de type sélectionnel et qui ne sont interprétables et interprétées qu’à l’interface avec le système C-I.

  • 46 La même conclusion vaut pour la périphérie du vP dans les langues comme le chinois où cette dernièr (...)

80Il est maintenant possible de préciser le statut d’un schéma tel que (18). Deux interprétations peuvent en être proposées. Si on transpose le schéma cartographique dans un modèle où la structure syntagmatique est construite de bas en haut, par application récursive de Merge, on peut supposer que la dérivation est guidée par ce que l’on peut appeler une « cartographie sous-jacente » : la construction de la structure gravit successivement tous les échelons de la hiérarchie cartographique et observe en particulier le schéma (18) dans la construction de la périphérie gauche.46 Dans un modèle où les dérivations doivent, pour converger, non seulement satisfaire aux diverses conditions de localité qui règlent le fonctionnement du mécanisme computationnel, mais aussi être évaluées aux interfaces, une forme d’anticipation (look ahead) est nécessaire pour éviter les échecs dérivationnels. Les schémas cartographiques, celui du noyau propositionnel et celui de la périphérie gauche, prendraient donc en charge cet aspect des dérivations, en fonctionnant comme des instructions pour construire la structure. La seconde interprétation des schémas cartographiques s’appuie sur le point de vue développé par Chomsky dans BEA (voir VII.1.3), posant qu’il est possible de se passer totalement de la sélection et de ne considérer les exigences sélectionnelles des têtes lexicales et fonctionnelles qu’à l’interface C-I, les structures ne respectant pas ces exigences étant jugées déviantes à ce niveau. Dans cette perspective, un schéma du type de (18) peut être interprété comme une condition de bonne formation, intervenant à l’interface C-I et rejetant les configurations qui ne s’y conforment pas. En bref, on retrouve touchant le statut des schémas cartographiques la même interrogation que celle que suscite le schéma X-barre lui-même.

6. L’interface syntaxe-morphologie

81D’une théorie de la syntaxe, on attend qu’elle rende explicite la structure interne des constituants et des phrases, identifie les procédés par lesquels sont dérivées les relations hiérarchiques que les constituants entretiennent entre eux et précise l’ordre des mots qui leur correspond. D’une théorie de la morphologie, on attend qu’elle isole la structure interne des mots et dise par quels mécanismes ils sont construits. D’une théorie de l’interface syntaxe-morphologie, on attend qu’elle spécifie sous quelle forme les mots sont introduits dans la computation syntaxique, qu’elle vérifie s’il existe une relation entre les processus qui construisent les mots morphologiquement complexes et ceux qui produisent les objets syntaxiquement complexes (les syntagmes et les phrases), enfin qu’elle précise dans quelle mesure les propriétés morphologiques déterminent les comportements syntaxiques.

82La question de la place de la morphologie se pose de façon particulière dans le dispositif minimaliste. Les traits formels présents sur les items fonctionnels et lexicaux, accessibles à la computation syntaxique, le sont également aux règles de la morphophonologie – le phénomène de mutation évoqué plus haut, note 7, fournit un exemple de cette interaction – et aux règles du composant sémantique – c’est du moins le cas pour les traits interprétables. La syntaxe par contre n’a pas accès aux traits phonologiques et sémantiques des items. Cela signifie que le comportement syntaxique d’un trait formel F est identique, que ce trait ait ou non une réalisation morphologique. Ces observations soulèvent la question de la relation de la morphologie à la syntaxe dans le minimalisme. Il existe plusieurs modèles de l’interface syntaxe-morphologie et on doit se demander si le Programme Minimaliste est conduit à adopter l’un plutôt que l’autre, et pourquoi.

6.1. Deux conceptions opposées

83Au cours de son histoire, la grammaire générative a oscillé entre deux approches, qui se distinguent par le statut qu’elles assignent à la morphologie dans le dispositif. Dans la première, la morphologie est un système computationnel de plein droit, autonome par rapport à la syntaxe et construisant une structure hiérarchique distincte de la structure syntaxique. Dans la seconde, la morphologie est englobée dans la syntaxe, dont elle est une sous-partie. Les deux approches qui viennent d’être définies se distinguent aussi généralement par la position qu’elles adoptent concernant l’« atomicité » des mots (voir Williams 1996). Dans la première, les mots, complexes ou non, sont les atomes de la syntaxe. La question de savoir comment ils en viennent à avoir les propriétés qu’ils ont ne concerne absolument pas les règles de la syntaxe. Dans la seconde, la dérivation des mots et la dérivation des phrases sont entremêlées de diverses façons. Dans l’une des versions de cette approche, les affixes occupent des positions syntaxiques et l’affixation est un processus intervenant au niveau de la phrase.

  • 47 T est en effet la seule position que peut occuper la forme verbale porteuse de la marque de temps e (...)
  • 48 « Remarks » ne dit rien sur la morphologie flexionnelle.

84Syntactic Structures fournit un exemple clair de la seconde approche. La règle Affix Hopping attache un affixe à une racine verbale située plus bas dans la configuration arborescente. Plus récemment, adaptant dans « Some notes on economy of derivation and representation » (1991) l’analyse de Pollock (1989) sur le mouvement du verbe (voir 5.3), Chomsky propose que l’affixe ‑ed en anglais occupe initialement la tête fonctionnelle T et se déplace dans la syntaxe explicite dans la position V abritant la racine verbale et que le complexe V-T ainsi formé monte à son tour dans T en LF.47 À partir de C&T, Chomsky adopte une position opposée à la précédente, en partie pour éviter le va-et-vient que suppose l’analyse des formes verbales en anglais. Il admet désormais que les processus d’affixation ont lieu dans le Lexique et que ce sont des mots pleinement formés et morphologiquement complets qui sont insérés dans les dérivations syntaxiques. Cette position, maintenue jusqu’à ce jour, rejoint la position défendue dans « Remarks on nominalization » (1970), selon laquelle les processus de morphologie dérivationnelle prennent place dans le Lexique, non dans le composant transformationnel.48

  • 49 La syntaxe a pourtant une incidence évidente sur la morphologie flexionnelle : dans une constructio (...)

85Depuis « Remarks », on désigne sous l’étiquette de « lexicalisme » l’hypothèse que la dérivation des mots et celle des syntagmes et des phrases interviennent dans des modules distincts de la grammaire, respectivement le Lexique et le composant syntaxique. L’Hypothèse de l’intégrité lexicale précise à son tour que la syntaxe n’a pas accès à la structure interne des mots et ne peut l’affecter en aucune manière.49 Du point de vue lexicaliste, il n’y a aucune raison de penser qu’il existe une relation systématique entre le mode de formation des mots et le mode de formation des objets syntaxiques complexes. Dans la mesure où les mots sont insérés déjà formés dans les configurations syntaxiques, il est exclu que les règles de la syntaxe puissent référer à des entités grammaticales plus petites que les mots.

86La seconde approche connaît un grand nombre de variantes. On se reportera en particulier aux travaux de Baker (1985, 1988), de Borer (1983) et de beaucoup d’autres. Elle est aussi illustrée de façon cohérente et systématique par l’ensemble des travaux que l’on regroupe sous l’étiquette de « Morphologie Distribuée » – voir Halle et Marantz (1993), Marantz (1997, 1999), Embick et Noyer (2007).

87Cette oscillation entre conceptions concurrentes semble indiquer qu’en lui-même, le projet minimaliste est compatible avec l’une et l’autre et que le choix entre elles repose surtout sur des raisons de nature technique, internes à la théorie. Mais, comme le montre Williams (1996), la conception de la relation syntaxe-morphologie sous-jacente au minimalisme n’est lexicaliste qu’en apparence et est en réalité une variante de l’approche concurrente. Avant d’examiner la position minimaliste, il peut être intéressant de discuter deux hypothèses importantes, formulées dans le cadre de l’approche non lexicaliste.

6.2. Le Principe du miroir

88Le Principe du miroir (Mirror Principle), introduit par Baker (1985), pose qu’il existe une correspondance étroite dans les langues entre la structure interne des mots complexes et la structure interne des syntagmes et des phrases. Il peut être formulé sous la forme simplifiée suivante :

(22) Principe du miroir
  Les dérivations morphologiques reflètent directement les dérivations syntaxiques, et vice versa.

89(22) implique que l’ordre des affixes dans la structure morphologique du verbe reflète l’agencement hiérarchique des têtes fonctionnelles dans la proposition. À l’origine de ce principe, il y a deux hypothèses. D’une part, le mouvement peut affecter des éléments qui sont du niveau du mot, c’est-à-dire des têtes, et pas seulement des syntagmes, et ce type de mouvement obéit aux mêmes contraintes que celles qui règlent le mouvement syntagmatique. D’autre part, les affixes sont des catégories syntaxiques comme les autres, occupant des positions syntaxiques désignées. L’affixation est un processus intervenant dans la syntaxe explicite, au niveau de la phrase. Si la dérivation procède de bas en haut et si les affixes ont leur origine dans des têtes fonctionnelles, on s’attend à ce que, dans les situations impliquant plus d’une affixation, l’ordre des affixes dans le mot complexe reproduise la séquence des opérations syntaxiques qui les ont attachés à la racine : les marqueurs affectés par des processus intervenant tôt dans la dérivation sont plus proches de la racine verbale que ceux qui sont affectés par des processus intervenant plus tard. Baker montre qu’un ensemble disparate de phénomènes peut ainsi être analysé de façon unifiée, comme impliquant l’incorporation syntaxique de constituants de niveau X dans le verbe. À l’appui de cette hypothèse, il cite la structure polysynthétique du mohawk, ainsi que plusieurs processus modifiant les fonctions grammaticales : les constructions causatives synthétiques, les applicatives, les antipassives et certaines constructions passives. Si la morphologie était entièrement traitée dans le Lexique ou si elle était exclusivement affaire de bonne formation en PF, on ne s’attendrait pas à ce que la séquence des affixes dans le mot reflète quelque ordre syntaxique que ce soit. C’est l’analyse syntaxique de ces phénomènes qui permet de dériver les correspondances observées. Bien que la proposition de Baker ne vise originellement que les processus de morphologie dérivationnelle, en particulier ceux qui impliquent un « changement de fonction grammaticale », elle a été étendue à l’analyse de la morphologie flexionnelle. Réinterprété dans ces termes, le Principe du miroir prédit que la hiérarchie des projections fonctionnelles verbales est reflétée directement dans la structure morphologique du verbe – voir (17).

90Il est clair que le Principe du miroir, s’il est confirmé par d’autres données, représente une découverte majeure de la recherche linguistique. Si l’on admet que les affixes morphologiques ont le statut de têtes en syntaxe, leur position à l’intérieur du mot ou à sa marge peut être interprétée par l’enfant comme un indice sur la structure interne du syntagme ou de la phrase qui contient ce mot, rendant plus facile la sélection de la grammaire appropriée. Mais s’il s’intègre naturellement à une approche de la morphologie orientée vers la syntaxe, ce principe pourrait aussi recevoir un statut dans une approche lexicaliste : il fonctionnerait alors comme une condition de bonne formation sur les objets morphologiques/syntaxiques. Une observation analogue vaut pour la proposition de Selkirk (1982), que les mots ont une structure interne qui peut se décrire dans les termes de la théorie X-barre, et pour la Right-Hand Head Rule of English Morphology de Williams (1981), qui capture l’observation que la catégorie d’un mot dérivé est déterminée beaucoup plus souvent par le suffixe que par le préfixe. Confirmant que la connexion entre syntaxe et morphologie est très étroite, ces propositions ouvrent la voie à l’hypothèse que ce sont les mêmes mécanismes qui créent des structures complexes au niveau de la phrase et au niveau du mot. Mais elles n’impliquent pas nécessairement que les processus de formation de mots soient situés dans la syntaxe plutôt que dans le Lexique. De fait, Williams (2007) énumère toutes les difficultés que devrait affronter une théorie qui essaierait de dériver les mots complexes dans le composant syntaxique.

6.3. La Morphologie Distribuée

91Le courant connu sous le nom de « Morphologie Distribuée », représenté par Morris Halle, Alec Marantz et leurs élèves, pousse à l’extrême l’idée que les mots ont une structure interne en tous points semblable à celle des phrases et sont assemblés par les mêmes mécanismes computationnels, intervenant dans le même composant de la grammaire. Comme l’écrivent Embick et Noyer (2007) :

[…] le mot n’est pas un objet dérivationnel ayant un statut particulier au regard de l’architecture de la grammaire, puisque tous les objets complexes, mots ou constituants, sont traités comme l’output du même système génératif (la syntaxe). (p. 290)

92Ce choix théorique, qui a un lien de parenté évident avec l’approche de Baker, recouvre deux propositions distinctes. D’une part, ce sont les mêmes mécanismes qui prennent en charge la construction des mots et la construction des constituants et des phrases : l’opération Merge est impliquée dans les deux cas. D’autre part, ces mécanismes opèrent en un lieu unique du dispositif grammatical, la computation syntaxique. Il n’est plus nécessaire de distinguer entre W-syntax (syntaxe du mot) et S-syntax (syntaxe de la phrase), comme le faisait Selkirk (1982). C’est le sens du slogan de la Morphologie Distribuée : « La syntaxe est le seul moteur génératif. »

93Au-delà de cette hypothèse générale, la Morphologie Distribuée, dans la version particulière qu’en proposent Halle et Marantz, avance un grand nombre de propositions spécifiques concernant la relation entre syntaxe et morphologie. Ces hypothèses ne sont pas nécessairement partagées par les autres approches non lexicalistes.

94Bien qu’elle vise à dissoudre la morphologie dans la syntaxe, cette théorie est malgré tout contrainte d’admettre l’existence d’un composant morphologique autonome (Morphological Component), pour accommoder les décalages entre les éléments terminaux de la syntaxe et leurs exposants morphologiques. Un ensemble d’opérations est défini, qui procèdent à l’ajustement des deux « niveaux », morphologique et syntaxique, quand c’est nécessaire, prenant en charge les phénomènes de fusion, de syncrétisme, l’absence d’exposant pour certains traits. Il peut se faire que la syntaxe ne rende pas disponibles tous les nœuds nécessaires à la morphologie. Un processus appelé « fission » effectue dans ce cas l’ajustement requis.

95La syntaxe opère d’autre part sur des traits et des paquets de traits lexicaux (sémantiques) et grammaticaux (formels), plutôt que sur des items lexicaux. Les formes réelles ne reçoivent une interprétation phonologique qu’à un point ultérieur de la dérivation, sur la branche PF de la grammaire. C’est à un niveau de représentation particulier, la Structure Morphologique, qu’il devient possible d’accéder au Vocabulaire, c’est-à-dire à la liste des formes lexicales, et de remplir les nœuds morphologiquement déterminés des structures arborescentes. On parle, à propos de ce processus, d’« insertion lexicale tardive ». L’insertion des items lexicaux n’intervient donc que quand la dérivation morphosyntaxique a pris fin. Notons que, dans la mesure où les traits phonologiques sont introduits après Spell-Out, l’insertion lexicale tardive ne viole ni la Condition d’inclusion ni la Condition d’interprétabilité, qui ne sont pertinentes que pour la syntaxe étroite. Mais cette théorie est en porte-à-faux avec l’hypothèse minimaliste selon laquelle les structures linguistiques sont directement projetées à partir du matériel lexical, hypothèse qui exclut l’existence d’une structure morphosyntaxique indépendante des items lexicaux qu’elle accueille.

  • 50 Les traits lexicaux et les traits grammaticaux correspondent respectivement aux traits sémantiques (...)
  • 51 Il reste que les matrices de traits lexicaux et grammaticaux de l’approche distribuée fonctionnent (...)

96Soulignons un dernier aspect de cette approche. Les structures morphologiques (au niveau du mot) sont assemblées dans le composant syntaxique par les mêmes opérations que celles qui affectent les têtes et les syntagmes et suivant les mêmes principes. Elles ne sont pas assemblées en une fois, mais à différentes étapes de la dérivation. Les mécanismes de construction de mots qui relevaient précédemment d’un composant unique – le Lexique – sont désormais répartis dans toute la grammaire, d’où l’étiquette de Morphologie Distribuée. Mais puisque l’insertion lexicale est tardive, les atomes manipulés par la syntaxe sont des matrices de traits correspondant aux racines lexicales et des paquets de traits grammaticaux.50 Cette théorie n’inclut donc pas de Lexique, au sens habituel du terme. Dans la Morphologie Distribuée, la syntaxe ne manipule pas des atomes lexicaux et grammaticaux pré-assemblés en mots, mais des Morphèmes, matrices de traits qui ne sont dotées d’un contenu phonologique que tardivement, au moment de l’insertion des mots du Vocabulaire. Au contraire, dans la théorie lexicaliste, c’est dans le Lexique que les mots morphologiquement complexes sont construits. Les traits phonologiques sont déjà présents au moment de l’assemblage.51

6.4. La conception minimaliste

  • 52 Des exemples de dérivation sont donnés dans le chapitre VI.

97Au premier abord, le minimalisme semble adopter une conception ouvertement lexicaliste de la relation entre syntaxe et morphologie, puisque les mots sont morphologiquement complets lorsqu’ils sont introduits dans la dérivation. Or Williams (1996) montre que c’est là une fausse évidence. La vraie ligne de partage se situe, selon lui, entre les théories dans lesquelles le Lexique est le seul impliqué dans la composition des mots et les théories dans lesquelles des opérations de mouvement ou de vérification sont nécessaires pour combiner ou légitimer dans la syntaxe étroite les différentes parties d’un mot, c’est-à-dire celles dans lesquelles la compositionnalité s’établit entre des éléments de nature syntaxique. Or si dans C&T, MI et DbP, les mots sont insérés déjà construits dans les dérivations, il n’en reste pas moins que les affixes qu’ils portent restent associés à des positions syntaxiques – de façon indirecte, il est vrai, comme le montrera le chapitre VI. Dans la théorie de la vérification (C&T), dans celle de la vérification par valuation qui lui succède (MI et DbP), une matrice de traits est associée à chaque affixe, qui percole au niveau du mot et entre en relation avec les traits ininterprétables d’une tête fonctionnelle, afin de les vérifier ou de les valuer, puis de les éliminer.52 On peut conclure que la théorie de la vérification/valuation développée par Chomsky à partir de C&T repose sur une conception non (strictement) lexicaliste de l’interface syntaxe-morphologie.

98Williams montre en outre que plusieurs hypothèses, principes et mécanismes ne sont intégrés aux théories syntaxiques ayant fait le choix du lexicalisme que pour limiter la portée de ce choix et assurer le bon fonctionnement de la relation entre syntaxe et morphologie. À ses yeux, le Principe du miroir (22) est précisément l’un de ces mécanismes. Si les différents morphèmes qui composent un mot sont combinés entre eux par des opérations de mouvement intervenant dans la syntaxe étroite, si la composition concerne des entités syntaxiques, un principe est nécessaire pour garantir que le mot ainsi assemblé reflète la compositionnalité morphologique. C’est le rôle du principe (22). Or la situation n’est pas différente si l’on raisonne en termes de vérification/valuation des traits des têtes fonctionnelles, plutôt qu’en termes d’attachement d’affixes. Si les formes verbales, morphologiquement complètes quand elles sont introduites dans la computation syntaxique, doivent vérifier en syntaxe les traits des catégories fonctionnelles, on peut penser que l’ordre des affixes reflète l’ordre dans lequel les traits de ces derniers sont vérifiés. Mais puisque les entités impliquées dans la relation sont de nature syntaxique, un principe équivalent au Principe du miroir est nécessaire. Ce principe, comme (22), aura pour effet de contraindre l’interaction entre la structure morphologique du verbe et la structure syntaxique environnante.

99En conclusion : la conception de l’interface syntaxe-morphologie adoptée dans le Programme Minimaliste n’est lexicaliste qu’en apparence. Elle prend en réalité à son compte plusieurs aspects des approches non lexicalistes, dans lesquelles les sous-parties des mots (ou du moins les matrices de traits qui les constituent) restent accessibles aux opérations du système computationnel. Dans l’introduction de cette section, on avait aussi assigné à une théorie de l’interface syntaxe-morphologie la tâche de préciser dans quelle mesure les propriétés morphologiques déterminent les comportements syntaxiques. Cette question fait l’objet du chapitre VI. Il apparaîtra que dans l’approche développée dans MI et DbP, la morphologie n’est pas ce qui guide la syntaxe ; elle est le réflexe plutôt que la cause des opérations syntaxiques.

Notes

1 C’est là une faiblesse incontestable du Programme Minimaliste, quand on le compare aux grammaires dites d’unification, HPSG en particulier, qui intègrent des structures de traits sophistiquées et explicites.

2 Par item lexical, on entend tout élément simple qui a son origine dans le Lexique. Le Lexique regroupe les racines lexicales et les mots appartenant à des classes ouvertes, comme les noms, les verbes… Mais il inclut aussi comme sous-ensemble un lexique fonctionnel, constitué de la réunion des mots et affixes grammaticaux, comme les articles, les complémenteurs, les auxiliaires, les marques flexionnelles ou temporelles… C’est dire qu’un item lexical peut être un élément fonctionnel.

3 La position de Chomsky rappelle une idée présente dans l’article de Jakobson sur Boas (voir Jakobson 1963) : un trait grammatical n’est rien d’autre qu’un trait sémantique qui est devenu obligatoire, au sens où le locuteur ne peut pas se dispenser de l’exprimer et doit en fixer la valeur quand il parle sa langue. Pour Jakobson l’inventaire des traits grammaticaux peut varier considérablement d’une langue à l’autre : certaines ont grammaticalisé des traits comme l’évidentialité ou la distance ; or ces traits sont exclusivement sémantiques dans les langues qui nous sont familières. Dans l’approche minimaliste, au contraire, la collection des traits formels ne varie pas d’une langue à l’autre, mais est « uniforme » : une hypothèse discutable (voir section 2).

4 La formulation de la Condition d’interprétabilité, donnée en (3), chapitre II, confirme que l’interprétabilité concerne aussi les traits phonologiques.

5 Cette observation vaut pour les Cas dits « structuraux », le nominatif et l’accusatif, pas pour les Cas « inhérents ».

6 Dans le modèle des Principes et Paramètres, pro est l’élément qui occupe facultativement la position sujet des propositions à temps fini dans les langues romanes à flexion riche (voir l’italien : pro hanno mangiato la torta, litt. ont mangé le gâteau, « Elles/ils ont mangé le gâteau ») ; PRO est l’élément qui occupe la position sujet des propositions infinitives sélectionnées par un verbe à contrôle (voir Jean espère [PRO gagner la course]).

7 Un exemple simple de cette situation, évoqué par Adger (2003), est fourni par le phénomène de mutation consonantique. En gallois, la consonne initiale d’un mot varie en fonction de l’environnement syntaxique et lexical dans lequel ce mot figure. Après l’article pronominal fy « mon », « ma », la consonne initiale du mot suivant est nasalisée ; après l’article pronominal ei (3e personne singulier masculin), elle est voisée ; après l’article pronominal ei (3e personne singulier féminin), elle est aspirée.

(i) pen « tête » fy mhen « ma tête »
  (ii) pen « tête » ei ben « sa tête à lui »
  (iii) pen « tête » ei phen « sa tête à elle »

L’alternance phonologique manifestée sur l’initiale du nom ne modifie pas l’interprétation sémantique de ce dernier.

8 Les énoncés suivants contiennent respectivement le vous pluriel et le vous d’adresse.

(i) Vous êtes loyaux.
  (ii) Vous êtes loyal.

Ces deux formes diffèrent par la valeur du trait de nombre qui leur est associé, différence sémantique sans contrepartie morphologique sur l’item lui-même (la différence est manifestée par l’accord en nombre).

9 Les traits de Cas structural discutés plus bas appartiennent à cette catégorie. Ces traits sont dépourvus de toute incidence sémantique et sont présents même dans les langues où ils ne sont pas morphologiquement manifestés sur les noms.

10 Il n’existe probablement pas de langue qui ignore la définitude, en effet. Mais le trait [définitude] ne compte pas comme un trait formel dans toutes les langues, c’est-à-dire comme un trait participant directement au fonctionnement syntaxique. Mahieu (2007) établit par exemple que la définitude est en cours de grammaticalisation en finnois.

11 Mahieu observe que l’opposition entre (2a) et (3) est moins radicale qu’il n’y paraît. (2a) pose la question de savoir si toutes les langues disposent des mêmes ressources lexicales et sémantiques, indépendamment de ce que la morphologie rend visible. La réponse qui est donnée est négative, puisqu’une sélection est opérée dans un ensemble universel de traits. (3) invite à se demander si les classes de traits formels intervenant dans la computation syntaxique ont un comportement uniforme à travers les langues. La réponse qui est donnée est positive. Aucune de ces réponses ne peut être admise sans discussion. On peut ici rappeler l’idée de Boas et de Jakobson que les langues ne varient pas entre elles par ce qu’elles peuvent ou ne peuvent pas exprimer, mais plus fondamentalement, par ce qu’elles ne peuvent pas ne pas exprimer (voir Jakobson 1963).

12 La position de Chomsky est donc que l’ensemble des traits auxquels la syntaxe des langues naturelles est sensible est disponible universellement au moment de l’apprentissage et que l’acquisition consiste précisément pour l’enfant à sélectionner les traits qui sont actifs et opératoires dans sa propre langue.

13 Les défauts du système schématisé en (5) sont connus depuis longtemps. Il ne fait pas de place par exemple aux catégories verbo-nominales, le nom verbal des langue celtiques, le masdar de l’arabe. Il a d’autre part été introduit dans la théorie à une époque où le rôle majeur des catégories fonctionnelles dans la syntaxe des langues naturelles n’avait pas encore été pleinement reconnu. La question se pose donc de savoir quelle serait la caractérisation de ces catégories en termes de traits catégoriels. Imposent-elles de recourir à des traits différents ? Ou partagent-elles leur trait catégoriel avec la projection lexicale qu’elles sélectionnent ? T est-il [+ V], D est-il [+ N] ?

14 Mais il n’est pas certain que l’information catégorielle doive être maintenue dans les entrées lexicales. Dans les approches qui la maintiennent, il faut préciser si les traits correspondants, qui ne demandent pas à être valués, sont interprétables ou ne le sont pas. La réponse ne va pas de soi. S’ils n’étaient pas interprétables, la théorie devrait admettre l’existence d’une classe de traits valués et ininterprétables. Sur la distinction entre interprétabilité et valuation, voir plus bas.

15 Un trait d’identité F dont la valeur n’est pas déterminée est noté comme en (i).

(i) [F : __]

16 Les pronoms personnels de 1re et de 2e personne du singulier ne peuvent être compris qu’en référence à la situation de discours, désignant respectivement le locuteur et le destinataire ; celui de 3e personne est utilisé pour référer à tout individu autre que le locuteur et le destinataire. Le trait [personne] semble donc pouvoir prendre trois valeurs. Il n’est évidemment pas souhaitable de recourir à trois valeurs différentes pour représenter les trois personnes. Afin de réduire l’inventaire, on peut exploiter l’idée de Benveniste que la 3e personne est la non-personne. Mais voir la discussion de la Contrainte de la personne et du cas (PCC) en IX.2.

17 Il existe aussi des systèmes plus simples dans lesquels le trait formel de temps a deux valeurs, des systèmes [+/– passé] et, beaucoup plus rares, des systèmes [+/– futur].

18 Il faut prendre garde de distinguer entre le temps comme catégorie sémantique et le temps comme tiroir verbal de langues particulières. Imparfait et passé simple en français relèvent du même trait [passé]. Mais l’imparfait est la réalisation en un seul suffixe d’un trait formel de temps ([+ passé]) et d’un ou de plusieurs traits formels d’aspect grammatical (au minimum [– perfectif]). Le trait aspectuel impliqué dans le passé simple a une autre valeur.

19 Le Principe de projection est celui qui, dans le modèle des Principes et Paramètres, requiert que les valences lexicales des items soient projetées en syntaxe suivant des protocoles déterminés, la théorie X-barre en particulier, et que leur représentation structurale demeure constante tout au long de la dérivation. Le Principe de projection étendu pose que la position de sujet grammatical est projetée en toute circonstance, même quand sa présence n’est pas imposée par la nécessité d’accueillir l’argument sujet.

20 Ces diverses étiquettes ne sont pas équivalentes et renvoient à des conceptions différentes touchant le statut du trait impliqué, voir VII.5 et VIII.5.1.

21 Il est vrai que la notion de sélection peut être prise dans un sens moins étroit : le prédicat n’est pas nécessairement verbal et la sélection n’est pas nécessairement lexicale (elle est exclusivement catégorielle quand on a affaire à une tête fonctionnelle).

22 Pour un inventaire des différences de comportement entre la personne et le nombre, on se reportera à den Dikken (2011a). Cette sous-section s’appuie en partie sur cet article.

23 Sur l’accord des modifieurs adjectivaux, voir aussi VI.9.2. Ce qui est vrai des adjectifs ne l’est pas nécessairement des participes. Dans la première analyse formelle de l’accord participial, celle de Kayne (1985), le DP source de l’accord transite par le spécifieur de la tête abritant le participe ; voir la discussion de (1), chapitre VI. Les participes se trouvent donc, à un point de la dérivation, dans le type de configuration maximalement locale qui autorise l’accord en personne. Pourtant, ils ne s’accordent pas en personne. On doit donc supposer que la SCOPA définit une condition nécessaire, mais pas suffisante, pour l’accord en personne.

24 On cite habituellement le tsez (voir Polinsky et Potsdam 2001), l’innu-aimûn (voir Branigan et McKenzie 2002), l’itelmen (voir Bobaljik et Wurmbrand 2005). Pour une discussion des données du tsez, voir IX.3.2.

25 L’identité des traits au regard desquels la 3e personne est sous-spécifiée par rapport à la 1re et à la 2e reste à préciser. Le problème est repris en IX.2.

26 Dans une théorie qui intègre l’opération Agree, ces différences entre la personne et le nombre pourraient suggérer que les traits correspondants sondent séparément et sont peut-être les propriétés de têtes fonctionnelles distinctes.

27 Le nom poeta par exemple, qui appartient au paradigme morphologique des noms féminins, est spécifié pour deux genres grammaticaux distincts, masculin ou féminin, selon qu’il réfère à un poète ou à une poétesse : l’accord des adjectifs et des déterminants se fait au masculin dans le premier cas et au féminin dans le second, voir hic poeta « ce poète », haec poeta « cette poétesse ».

28 Picallo reprend à son compte l’idée de Pesetsky et Torrego (2007) que l’interprétabilité et la valuation constituent deux dimensions autonomes qui doivent être absolument distinguées (voir VI, note 8). La nature du genre grammatical et la dissociation entre statut inhérent et interprétabilité appuient en fait leur proposition.

29 Voir la discussion sur le Cas inhérent dans Interview.

30 On peut se demander s’il est possible de dégager un schéma général réglant l’articulation des têtes fonctionnelles avec leur complément lexical ou fonctionnel et quel est en particulier le rôle de l’accord dans cette articulation. Cette question a occupé plusieurs chercheurs dans les années quatre-vingt-dix. Rouveret (1991) tente d’établir que les phénomènes d’accord impliquant des têtes lexicales (l’accord verbal, l’accord prépositionnel…) peuvent être accommodés de façon naturelle si l’on fait l’hypothèse que les combinaisons tête fonctionnelle - projection lexicale sont coiffées par une tête Agr. Cela signifie qu’une troisième tête est nécessairement impliquée dans la relation (d’accord) entre une tête fonctionnelle et la projection lexicale qu’elle gouverne. Watanabe (1993) démontre que la hiérarchie des têtes flexionnelles Agrs > T > Agro est directement déterminée par la nécessité de légitimer casuellement l’argument sujet et l’argument objet. Les mêmes considérations expliquent que la tête Neg ne puisse s’intercaler entre Agrs et T. Dans son approche, qui est celle de MPLT, un Cas est déchargé dans la position spécifieur de la tête Agr gouvernant le X qui porte ce Cas. La théorie du Cas fondée sur Agr a depuis été abandonnée, tout comme la catégorie Agr elle-même. Dans le modèle utilisé aujourd’hui, les phénomènes d’accord n’invoquent pas une catégorie spécifique Agr, mais une relation entre deux matrices de traits, portés respectivement par le terme qui s’accorde et par celui qui est source de l’accord.

31 Cette présentation emprunte certains de ses éléments à un cycle de conférences données par Alec Marantz à Paris, en janvier 1999, à l’invitation de l’UMR Structures formelles du langage.

32 Cette présentation suppose que le trait de Cas est présent à la fois sur l’expression nominale et sur la tête qui en est l’origine. On se souvient que dans les développements récents (voir MI), le trait de Cas n’est présent que sur l’expression nominale. La vérification du trait de Cas, ici [accusatif], est parasite sur celle des traits φ de la tête fonctionnelle, ici v (voir la fin de la section 3). Cette différence n’affecte pas la caractérisation de v.

33 À l’appui de cette hypothèse, on observe que le sujet du verbe piquer endosse des rôles θ différents en (ia) et (ib), comme celui du verbe casser en (iia) et en (iib) : Agent dans les exemples (a), Expérient dans les exemples (b). Marantz (1984, p. 23 et suiv.) conclut que le rôle θ de l’argument externe n’est pas déterminé par le verbe seul, mais par le groupe verbal tout entier. En bref, alors qu’une tête verbale transitive assigne directement un rôle à son argument interne, le rôle de l’argument externe ne lui est assigné qu’indirectement, comme « une fonction compositionnelle des propriétés sémantiques de l’ensemble du [VP] » (Radford, 2004, p. 253).

(i) a. Jean a piqué une fleur à sa boutonnière.
    b. Jean a piqué une crise.
  (ii) a. Jean a cassé la fenêtre.
    b. Jean s’est cassé le bras.

34 La caractérisation de v qui vient d’être donnée reflète l’ambition de Chomsky de lier tous les processus syntaxiques au concept de phase, voir en particulier BEA, OP et, ici même, VIII.

35 Je remercie Carla Soares-Jesel pour ses commentaires sur la section 5.3.

36 L’approche cartographique s’articule de façon naturelle au modèle des Principes et Paramètres. Mais l’exigence cartographique est ancienne et n’a pas partie liée avec la grammaire générative. On la rencontre chez certains chercheurs structuralistes. On peut considérer par exemple que ce que Skårup (1975) propose est une cartographie de la proposition en ancien français. Il est facile de reformuler ses analyses dans les termes de la théorie X-barre.

37 Dans Barriers (Chomsky, 1986a), la théorie X-barre est posée comme pertinente à la fois pour les catégories lexicales et pour les catégories fonctionnelles. Dans le schéma propositionnel résultant, les têtes C et I se projettent, tout comme la tête V, ce qui donne une séquence de projections CP-IP-VP.

38 La catégorie Agr, dans ses deux instanciations Agrs et Agro, ne figure plus dans l’inventaire minimaliste des têtes fonctionnelles. Cette catégorie ne reçoit pas d’interprétation à l’interface LF et son statut en PF est incertain. Sa motivation est purement interne à la théorie et il est souhaitable de s’en dispenser. Je poserai désormais que le domaine flexionnel de la proposition a pour tête la catégorie T. Mais cette décision ne doit pas faire oublier la conclusion de Pollock que deux têtes fonctionnelles sont nécessaires au-dessus du syntagme verbal pour accommoder l’étendue effective des possibilités. Si l’autre tête n’est pas Agr, ce ne peut être qu’une autre catégorie fonctionnelle (comme le soutient l’approche cartographique) ou une copie de la catégorie T elle-même.

39 Sur le Principe du miroir, voir (22), section 6.2.

40 On pourrait supposer que si les formes verbales infinitives se déplacent moins haut que les formes finies en français, c’est parce qu’elles doivent n’incorporer qu’un seul affixe. Malheureusement, les choses ne sont pas aussi simples. Le lecteur peut vérifier par lui-même que les formes participiales en ‑ant ont la même distribution que les formes verbales finies, bien qu’elles ne portent qu’un seul affixe.

41 Pour des points de vue différents de celui de Cinque, voir Ernst (2001) et Costa (2000, 2004b) sur les distributions adverbiales, et Williams (2013) sur la modification adjectivale.

42 Mais alors, pourquoi recourir à deux notions distinctes, celle de trait et celle de catégorie ? Une seule devrait suffire. Cette hypothèse implique par exemple que les traits [nombre] et [personne], regroupés (artificiellement) sous l’étiquette φ depuis LGB, sont dissociés dans l’approche cartographique. Par suite, aucune catégorie ne peut être dite défective en traits. D’autre part, l’interprétation la plus naturelle du slogan cartographique est que chaque catégorie ne porte qu’un seul trait. Ce trait unique ne peut être que le trait interprétable qui définit la catégorie. Il ne semble donc pas y avoir de place dans ce système pour les traits ininterprétables ou les traits non valués. L’approche cartographique doit donc nécessairement recourir à une théorie des traits distincte de celle qui sous-tend le système Agree-sonde-cible défini dans MI et DbP.

43 Les versions plus récentes de la cartographie de la périphérie gauche intègrent aussi un nœud Int (pour Interrogatif).

44 L’idée que la « périphérie gauche », c’est-à-dire le domaine pré-IP de la proposition, ne peut se réduire à une projection unique a été développée par plusieurs chercheurs au début des années quatre-vingt-dix. Brody (1990) établit l’existence d’une projection FocP au-dessous de CP en hongrois. Cardinaletti et Roberts (1991) proposent que la structure propositionnelle des langues romanes médiévales et des langues germaniques modernes inclue une tête supplémentaire, distincte de celle qui accueille la morphologie d’accord verbal fini et de C. Traitant spécifiquement du portugais européen, Rouveret (1992) démontre qu’il est nécessaire de distinguer deux têtes distinctes à la périphérie de la proposition, en plus de celle qui accueille le marqueur de subordination, une tête Focus et une tête étiquetée W (pour Wackernagel), capable d’accueillir les pronoms clitiques, et fournissant un site d’adjonction pour les verbes fléchis. L’adjonction d’une forme verbale à un W abritant un clitique est à l’origine des configurations d’enclise.

45 C’est le cas du gallois dans l’analyse qu’en propose Roberts (2005) ; mai lexicalise Force, a ou y lexicalise Finitude. Les analyses pré-cartographiques des structures galloises et des constructions du type de (20) postulaient la récursivité de la catégorie C (voir Rouveret 1994, parmi d’autres).

46 La même conclusion vaut pour la périphérie du vP dans les langues comme le chinois où cette dernière apparaît comme étant nettement plus étoffée qu’en anglais par exemple.

47 T est en effet la seule position que peut occuper la forme verbale porteuse de la marque de temps en LF, niveau auquel est construite l’interprétation sémantique.

48 « Remarks » ne dit rien sur la morphologie flexionnelle.

49 La syntaxe a pourtant une incidence évidente sur la morphologie flexionnelle : dans une construction verbale passive, l’accord en personne et en nombre de la forme verbale conjuguée se fait avec le sujet dérivé. Dans une perspective lexicaliste, les formes appropriées doivent être insérées dès le début de la computation syntaxique, quitte à ce qu’un mécanisme indépendant vérifie que ce sont bien les formes attendues.

50 Les traits lexicaux et les traits grammaticaux correspondent respectivement aux traits sémantiques et aux traits formels de C&T.

51 Il reste que les matrices de traits lexicaux et grammaticaux de l’approche distribuée fonctionnent dans le système computationnel exactement comme les unités du Lexique lexicaliste. Pour l’essentiel, la séquence d’opérations décrite en (2) peut être reproduite telle quelle dans l’approche distribuée, malgré les différences majeures qui viennent d’être signalées.

52 Des exemples de dérivation sont donnés dans le chapitre VI.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search