Version classiqueVersion mobile

Arguments minimalistes

 | 
Alain Rouveret

Repères

Texte intégral

  • 1 Je suis pour l’essentiel le découpage périodique opéré par Boeckx et Hornstein (2010), même si les (...)

1Le minimalisme est la forme la plus récente de la grammaire générative transformationnelle. Afin de mieux évaluer l’importance de la rupture qu’il introduit, il n’est pas inutile de rappeler à grands traits les étapes principales de l’évolution de la grammaire générative. Plusieurs périodes peuvent être distinguées, chacune marquée par la publication d’un livre majeur, explorant une direction de recherche particulière, inaugurant un dispositif théorique original et introduisant des outils formels nouveaux.1

  • 2 Les années récentes ont été marquées par un regain d’intérêt des historiens et des épistémologues p (...)
  • 3 Philip Miller (communication personnelle) observe qu’en réalité, Syntactic Structures ne contient a (...)

2Le petit livre Syntactic Structures (1957) marque la naissance officielle de la grammaire générative chomskyenne, même si plusieurs travaux avaient précédé, en particulier l’opus magnum The Logical Structure of Linguistic Theory, datant de 1955, mais publié seulement en 1975.2 Il correspond à une période que l’on peut dire mathématique ou computationnelle, où la langue est vue comme un ensemble de phrases grammaticales, la tâche du linguiste consistant à découvrir la grammaire, c’est-à-dire le système de règles capable de générer toutes les phrases bien formées d’une langue et seulement les phrases bien formées. Chomsky insiste sur la dimension créatrice de la Faculté de Langage, sur le caractère d’infinité discrète des langues naturelles, qu’il associe étroitement à la notion de récursivité à l’œuvre dans les langages formels. Dans la modélisation qui est proposée, la grammaire générative d’une langue est un système fini de règles dont l’application récursive permet d’engendrer un nombre potentiellement infini de phrases. Ramenant les grammaires structurales antérieures à quelques modèles logiques simples, Chomsky montre que ni les grammaires à états finis ni les grammaires syntagmatiques (grammaires de structure en constituants) ne peuvent exprimer adéquatement certaines caractéristiques évidentes des langues naturelles, comme par exemple les relations pouvant s’établir à distance.3 Il conclut que seul un modèle intégrant, aux côtés des règles syntagmatiques, des opérations qu’il appelle transformations permet d’atteindre le résultat cherché.

3La période suivante, que l’on peut dire mentaliste ou cognitive, est inaugurée par la publication d’Aspects of the Theory of Syntax (1965), qui reste à ce jour le livre le plus accompli de Chomsky et contient ce que l’on est en droit d’appeler la théorie classique (ou « Théorie Standard ») de la grammaire générative. Plusieurs innovations techniques de grande portée sont introduites. Les transformations généralisées qui combinaient des paires de propositions simples en structures propositionnelles complexes, par coordination ou enchâssement, sont abandonnées, la fonction récursive de la grammaire étant désormais exclusivement localisée dans le composant syntagmatique (le système de règles de réécriture). L’output de ce composant et des règles d’insertion lexicale, la structure D, constitue l’input du composant transformationnel qui ne contient plus maintenant que des transformations singulaires (ainsi appelées pour les distinguer des transformations généralisées). Ces dernières s’appliquent désormais cycliquement, de bas en haut de l’indicateur syntagmatique, à partir du domaine propositionnel le plus enchâssé, jusqu’à inclure l’ensemble de la structure. Selon Chomsky, ce dispositif grammatical est plus simple, puisqu’il fait l’économie des transformations généralisées, et résout une difficulté sérieuse de l’organisation précédente, l’absence de certaines interactions entre transformations singulaires et transformations généralisées, permises par la théorie, mais sans motivation empirique (ATS, p. 182). Si l’on peut parler de période cognitive, c’est parce que les considérations liées au processus d’acquisition jouent déjà un rôle majeur dans l’argumentation. Le but que se fixe la théorie linguistique n’est pas seulement l’adéquation descriptive, c’est-à-dire la formulation de grammaires proposant des descriptions formalisées des langues naturelles et de la compétence sous-jacente des locuteurs natifs, mais l’adéquation explicative, supposée fournir un modèle linguistique expliquant les choix opérés par l’enfant, lors de l’apprentissage, dans la construction d’une grammaire descriptivement adéquate.

4Les textes du début des années soixante-dix, « Remarks on nominalization » (1971) et « Conditions on transformations » (CoT, 1973), qui définissent la « Théorie Standard Étendue », proposent un approfondissement de la théorie, dans la double direction d’une répartition du travail plus fine entre le Lexique et le composant transformationnel – les nominalisations sont désormais produites par un processus de nature lexicale – et d’une précision plus grande des contraintes qui restreignent le fonctionnement des transformations.

5La troisième période, marquée par la publication en 1981 de Lectures on Government and Binding et la définition du modèle des Principes et Paramètres, est la période biolinguistique, qui mérite également, si l’on se place d’un point de vue différent, l’étiquette de comparative. L’objectif que se propose désormais la théorie linguistique est en effet de résoudre la tension induite par la double exigence à laquelle se trouve confrontée la construction des grammaires – donner une représentation plausible du processus d’acquisition et en même temps accommoder la variation linguistique. Pour atteindre ce but, une architecture modulaire est proposée, combinant des principes innés, qui constituent la Grammaire Universelle (UG) et n’ont pas à être appris par l’enfant, et des paramètres ouverts, attachés à ces principes, dont la valeur est fixée pour chaque langue particulière au cours de l’apprentissage. La prédiction est ici que les langues naturelles attestées, tout comme les langues aujourd’hui disparues et celles qui n’ont pas encore été découvertes ou étudiées, s’inscrivent toutes dans le patron ainsi défini, mais qu’elles ne représentent qu’un sous-ensemble des grammaires théoriquement possibles. L’étude de la variation entre les langues joue donc un rôle majeur dans les recherches de l’époque.

  • 4 J’emprunte l’expression « épistémologie du minimum » à Milner (1989).

6La quatrième période est la période minimaliste, inaugurée par la publication en 1993 de l’article « A minimalist program for linguistic theory » (MPLT), suivie en 1995 par celle du recueil The Minimalist Program (TMP) et par une dizaine d’articles depuis. Le minimalisme ne se distingue pas uniquement des modèles génératifs antérieurs par des choix techniques d’une sophistication extrême. Il adopte aussi une épistémologie du minimum, qui va bien au-delà d’une simple exigence de parcimonie et d’économie. Il s’agit tout d’abord de définir des computations efficaces, excluant les étapes superflues dans les dérivations et les symboles inutiles dans les représentations. Mais à cette exigence d’économie dérivationnelle et représentationnelle, nécessaire dans une théorie s’intéressant à un objet du monde naturel, s’ajoute le souci de n’intégrer au dispositif que des principes et des procédés formels satisfaisant à un critère de « nécessité conceptuelle virtuelle », imposés par le besoin de satisfaire les exigences des niveaux d’interface avec lesquels la Faculté de Langage est en relation. L’idée que le langage humain est un système configuré de façon optimale pour satisfaire les conditions d’interface imposées par les autres systèmes cognitifs avec lesquels il interagit constitue ce que Chomsky appelle la « thèse minimaliste forte ». Il s’agit désormais d’aller au-delà de l’adéquation explicative et d’expliquer pourquoi le langage est comme il est, pourquoi il a précisément les propriétés qu’on lui connaît. Les principes et les procédés formels introduits dans le modèle précédent sont soumis à un examen critique systématique, destiné à vérifier s’ils peuvent être éliminés ou si leurs effets peuvent être dérivés de considérations plus générales. On peut se demander pourquoi cette épistémologie du minimum, qui n’a jamais été absente de la conception de la science défendue par Chomsky, se trouve réaffirmée aussi fortement.4 C’est que, dans les années quatre-vingt-dix et deux mille, la situation est à l’opposé de ce qu’elle était dans les années soixante-dix et quatre-vingt. L’accumulation au cours de la période précédente de généralisations empiriques sur un nombre considérable de langues, la multiplication des outils conceptuels et formels expliquent et rendent nécessaire l’adoption d’une épistémologie minimaliste.

7Le Programme Minimaliste a été défini il y a une vingtaine d’années. Mais on peut déjà distinguer plusieurs étapes dans son évolution. La première qui va jusqu’à « Categories and transformations » (C&T, 1995b) est dominée par l’idée que les dérivations grammaticales sont contraintes par des conditions d’économie et que, pour choisir la dérivation optimale, celle qui représente le moindre coût, il est nécessaire de la comparer aux autres dérivations convergentes, c’est-à-dire aux autres dérivations qui réussissent en utilisant la même collection d’items lexicaux. Cette notion d’économie globale, ingérable d’un point de vue computationnel, a été abandonnée par la suite, au profit d’une économie strictement locale. La deuxième période est marquée par les articles techniques « Minimalist inquiries » (MI, 2000), « Derivation by phase » (DbP, 2001), « Beyond explanatory adequacy » (BEA, 2004), « On phases » (OPh, 2008), qui étendent la palette des procédés et mécanismes formels introduits dans « A minimalist program for linguistic theory » et « Categories and transformations ». Viennent s’ajouter à Merge les opérations Match, Agree, Label ; la notion de phase se substitue à celle de cycle. La troisième période n’est pas close. Elle est marquée par une réflexion renouvelée sur les notions de label et de projection et par la prise en compte, parmi les conditions qui façonnent la forme des langues, du « troisième facteur ». L’idée est que la Faculté de Langage au sens restreint n’est pas la seule dimension susceptible d’expliquer pourquoi le langage est comme il est. Les propriétés générales des systèmes organiques, les conditions réglant les computations efficaces, qui n’ont probablement rien de spécifiquement linguistique, doivent aussi être prises en considération. C’est là un changement de perspective majeur par rapport aux modèles antérieurs qui ne faisaient aucune référence aux facteurs non linguistiques.

Notes

1 Je suis pour l’essentiel le découpage périodique opéré par Boeckx et Hornstein (2010), même si les étiquettes que j’utilise pour caractériser chaque période diffèrent. La période de LGB me paraît cependant devoir être nettement distinguée de celle d’ATS.LGB établit avec ce qui a précédé une rupture tout aussi importante que le minimalisme.

2 Les années récentes ont été marquées par un regain d’intérêt des historiens et des épistémologues pour les années de formation de Chomsky et les étapes de son développement intellectuel. Ces études, qui se basent sur les textes antérieurs à 1957, soulignent l’influence considérable qu’ont exercée sur les débuts de la grammaire générative les travaux de Harris, Goodman, Quine et Bar-Hillel, ainsi que ceux des post-bloomfieldiens. Il semble que le jeune Chomsky privilégiait alors une approche formelle et anti-mentaliste de la théorie syntaxique, marquée par l’empirisme de Quine et de Goodman (voir Tomalin 2008).

3 Philip Miller (communication personnelle) observe qu’en réalité, Syntactic Structures ne contient aucune démonstration formellement valide de cette assertion, seulement un ensemble d’observations particulièrement suggestives, touchant la coordination, la relation actif/passif et, bien sûr, la structure des séquences d’auxiliaires en anglais. Personne, dans les années qui ont suivi la publication de ce livre, n’a tenté d’établir formellement que les grammaires syntagmatiques n’avaient pas une capacité générative suffisante pour caractériser les langues naturelles de façon appropriée. Bresnan, au début des années soixante-dix, a montré que la relation entre l’actif et le passif pouvait très bien être caractérisée en termes syntagmatiques, en recourant à des règles lexicales. Gazdar, Klein, Pullum et Sag (1985) ont établi à leur tour qu’en se dotant d’une théorie plus sophistiquée des traits syntaxiques et en concevant les catégories syntaxiques comme des matrices de traits, il devenait possible de décrire les dépendances interrogatives à distance sans recourir aux transformations et, plus généralement, d’accommoder les relations jugées problématiques par Chomsky. La question initialement posée par Chomsky retrouvait alors toute sa pertinence : les grammaires syntagmatiques ont-elles une capacité générative faible suffisante ? L’article de Shieber (1985) démontre que ce n’est pas le cas, fournissant à l’argumentation de Chomsky les preuves formelles qui lui faisaient défaut. Sur ce point, voir Miller (1991) et Abeillé (2007).

4 J’emprunte l’expression « épistémologie du minimum » à Milner (1989).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search