Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

John Stuart Mill et Harriet Taylor : écrits sur l'égalité de sexes

 | 
Françoise Orazi

Anthologie

Autobiographie

Autobiography, 1873

Texte intégral

Bien que John Stuart Mill se soit mis à écrire son autobiographie vingt ans plus tôt, celle-ci ne parut qu’en 1873, à la mort de l’auteur. De son propre aveu, John Stuart Mill voulait que ce témoignage posthume rende hommage aux personnes qui l’avaient influencé. Harriet Taylor y figure en bonne place et ce sont les extraits la concernant qui sont reproduits ici.

 

chapter vii : [p. 223-227] – Un aperçu du reste de ma vie

[…]

1Lorsque deux personnes partagent entièrement leurs idées et réflexions, quand les discussions portant sur toutes les questions intellectuelles ou morales sont leur quotidien, qu’elles sont approfondies bien plus que n’ont l’habitude de le faire, probablement par commodité, les écrits destinés au grand public ; quand elles partent des mêmes principes pour arriver aux mêmes conclusions en ayant emprunté les mêmes voies, on ne peut attribuer l’originalité de la pensée à celle qui tient la plume : peut-être est-ce celle qui a le moins écrit qui a le plus réfléchi. En tout cas, l’ouvrage est le produit d’une égale participation des deux et il est souvent impossible de séparer ce qui revient à l’un ou à l’autre.

2D’un point de vue général, donc, toutes mes publications, non seulement celles qui parurent après mon mariage mais aussi celles écrites lors des nombreuses années d’amitié antérieures à celui-ci, étaient autant son œuvre que la mienne et sa participation s’est accrue au fur et à mesure des années. Il existe pourtant quelques travaux que l’on peut distinguer comme étant les siens propres et qui ont été identifiés comme tels. Outre l’influence générale de son esprit sur le mien, c’est elle qui fut à l’origine des idées et aspects les plus importants de nos collaborations, qui leur ont valu leur succès et réputation ; je me contentai, quant à moi, d’apporter les pensées que j’avais glanées chez d’autres penseurs et faites miennes uniquement dans la mesure où elles avaient pris leur place dans mon système de pensée. Pendant la majeure partie de ma vie d’auteur, j’ai tenu pour elle le rôle dont j’avais très tôt compris qu’il me convenait particulièrement et me permettait d’être utile dans le domaine des idées, celui d’interprète de penseurs originaux et d’intermédiaire entre eux et le public : j’ai toujours pensé être un penseur original médiocre, si ce n’est dans le domaine de la science abstraite (logique, métaphysique, ainsi que les principes théoriques de l’économie et de la politique) tout en étant bien plus désireux et capable que la plupart de mes contemporains d’apprendre de tout le monde. Or, n’ayant rencontré personne qui partageait le même empressement à se pencher sur toutes les opinions, anciennes ou nouvelles, pour chercher à savoir si elles se justifiaient, convaincu que même si elles comportaient des erreurs, elles contenaient aussi peut-être un fond de vérité, et qu’en tout cas, parvenir à exposer les causes de leur plausibilité participait du progrès de la vérité, j’avais décidé que c’était à cette tâche utile que je devais tout particulièrement m’employer ; d’autant plus que, grâce à ma rencontre avec les idées des coleridgiens, des penseurs germaniques et de Carlyle, qui étaient toutes contraires au mode de pensée dans lequel on m’avait élevé, j’avais acquis la conviction que ces idées contenaient certes de nombreuses erreurs mais aussi une grande part de vérité qui restait inaccessible aux esprits pourtant capables de compréhension, parce qu’elle était dissimulée et enfermée dans une phraséologie mystique et transcendantale, caractéristique de ces auteurs qui ne semblaient pourtant pas vouloir ou savoir en sortir : je ne désespérai pas de séparer le vrai du faux et de l’exprimer en des termes intelligibles qui ne répugneraient pas aux adeptes du même courant philosophique que moi. J’avais donc été formé ainsi et on comprendra aisément que lorsque je connus la communion intellectuelle avec une personne possédant des facultés très supérieures, dont le génie, en développement constant, ne cessait de découvrir des idées très en avance sur moi, un esprit dans lequel je ne distinguai aucune aberration, même partielle, comme chez les autres, les progrès qu’accomplit mon esprit se résumaient surtout à l’assimilation de ces vérités et la priorité de mon travail consistait à construire des ponts et à dégager les chemins afin de les relier à mon système de pensée*.

3Principles of Political Economy fut le premier ouvrage auquel elle participa de manière notable ; A System of Logic lui doit peu, si ce n’est pour quelques détails puisqu’elle était toujours de bon conseil pour ce qui concernait la composition : ses critiques si justes et clairvoyantes ont permis d’améliorer tous mes écrits. Parmi toutes les parties de Political Economy, le chapitre qui eut le plus d’influence sur l’opinion, intitulé « The probable future of the labouring classes » (« De l’avenir probable des classes laborieuses ») lui revient entièrement : la première édition du livre ne comportait pas ce chapitre. Elle me fit comprendre qu’un tel chapitre était nécessaire et que l’ouvrage demeurerait extrêmement imparfait si on ne l’ajoutait pas. C’est elle qui me poussa à l’écrire ; la partie la plus générale du chapitre qui constitue l’exposition et la discussion des deux théories opposées concernant ce que devrait être la condition de la classe laborieuse reflète entièrement ses pensées, les mots eux-mêmes étant souvent les siens. Ce n’est pas d’elle que j’ai appris la partie purement scientifique de Political Economy, mais le ton général de l’ouvrage, qui le distingue de tous les traités d’économie politique un tant soit peu scientifique publiés plus tôt et qui a, si utilement, permis de concilier des lecteurs auparavant rebutés, lui doit beaucoup. […]

4L’ouvrage présente les généralisations économiques qui dépendent non des nécessités de la nature, mais de ces nécessités combinées avec l’organisation actuelle de la société comme n’étant que provisoires et susceptibles d’être considérablement modifiées par le progrès social. Les hypothèses des saint-simoniens m’avaient déjà en partie permis d’adopter ce point de vue mais ma femme me poussa à faire de celui-ci le principe directeur de mon ouvrage. Ces circonstances sont une bonne illustration de la nature de la contribution de mon épouse à mes écrits. J’étais le seul auteur des parties abstraites et scientifiques tandis que l’aspect proprement humain provenait d’elle : pour tout ce qui concerne l’application de la philosophie aux exigences de la société des hommes et du progrès, j’étais son élève, j’apprenais de sa hardiesse spéculative et de sa prudence pratique. En effet, elle était à la fois bien plus courageuse et visionnaire que je ne l’aurais été sans elle dans sa manière d’anticiper le futur ordre des choses qui ne confondra plus les généralisations limitées avec des principes universels, comme c’est si souvent le cas aujourd’hui. Sans elle, les passages, particulièrement de Political Economy, qui envisagent les possibilités de l’avenir auxquelles les socialistes souscrivent et que les économistes politiques tendent à rejeter sans appel n’auraient pas figuré dans mes écrits, du moins pas sous une forme si franche et affirmée. Mais en même temps qu’elle me permit d’être plus hardi dans mes hypothèses concernant les affaires des hommes, son esprit pratique et son appréciation, quasi infaillible, des obstacles qui se dressent dans la pratique, mit fin à mes tendances véritablement chimériques. Son esprit tendait à se saisir des idées sous leur forme concrète pour concevoir comment elles pouvaient effectivement parvenir à fonctionner : grâce à sa connaissance des sentiments réels des gens et de leur conduite, elle ne se trompait que très rarement et pouvait presque toujours repérer la faiblesse d’une suggestion irréaliste**.

5De tous les écrits publiés sous mon nom, On Liberty fut plus directement notre œuvre commune, au sens littéral du terme, parce que pas une des phrases qu’elle contient n’a pas été examinée plusieurs fois par nous deux, reformulée de plusieurs façons et purgée des défauts que nous y trouvions, dans la pensée ou dans l’expression, avec une extrême attention. En conséquence, et bien que mon épouse ne pût effectuer la révision finale, cet ouvrage est de loin celui qui, du seul point de vue de la composition, surpasse tout ce que j’ai écrit avant ou après. Il est difficile de lui attribuer telle ou telle réflexion plus qu’une autre : tout le mode de pensée qu’exprime le livre était clairement le sien. Mais j’en étais moi-même tellement pénétré que les mêmes idées se présentaient naturellement à nos deux esprits ; cependant, c’est essentiellement à elle que je dois mon engagement intellectuel en ce sens. L’évolution de ma pensée aurait pu, à une époque, me porter vers trop de gouvernement dans les questions sociales et politiques, de même qu’il fut un temps où, par une réaction contraire mais également excessive, j’eusse pu avoir tendance à être moins le radical et démocrate convaincu que je suis. Dans ce cas comme dans beaucoup d’autres, sa capacité à renforcer mes certitudes quand elles étaient justes et à me faire délaisser mes erreurs pour me mener vers de nouvelles vérités fut salutaire. Ma promptitude et mon enthousiasme à apprendre de tout le monde et à modifier mes opinions pour y intégrer celles récemment acquises en adaptant les anciennes aux nouvelles auraient pu me conduire à trop me départir de mes premières opinions, sans son équilibre et son calme. Rien n’était plus précieux à mon développement intellectuel que l’exactitude de sa mesure de l’importance relative de différentes pensées qui me protégeât maintes fois contre la tentation de laisser des vérités nouvellement apprises prendre plus de place dans mon esprit qu’elles ne le méritaient.

6On Liberty survivra probablement plus longtemps que n’importe quel autre de mes écrits (à l’exception, peut-être de A System of Logic) parce que la conjonction de son esprit et du mien en a fait une sorte de manuel philosophique traitant d’une seule vérité à laquelle les changements progressifs de la société donnent de plus en plus de relief : l’importance, pour l’homme et la société, de la grande diversité des types de caractères et la nécessité de laisser la nature humaine pleinement libre de grandir dans une foule de directions diverses, voire opposées. […]

  • 1 Harriet Taylor mourut en 1858, On Liberty fut publié en 1859.

7Après avoir subi cette perte irréparable, l’un de mes premiers soucis fut d’imprimer et de publier le traité1, dont une si grande partie était l’œuvre de celle que j’avais perdue, et de le consacrer à sa mémoire. Je n’ai procédé à aucun changement, aucun enrichissement du texte, et je m’y refuserai toujours : même si elle n’a pu ajouter la dernière touche de sa main, je ne tenterai jamais de me substituer à elle. […]

 

* Les progrès intellectuels dont je lui suis redevable sont loin d’être ceux que des personnes mal informées pourraient croire. On pourrait supposer, par exemple, que c’est elle qui est à l’origine de mes convictions inébranlables en ce qui concerne l’égalité entre les hommes et les femmes, que ce soit sur le plan légal, politique, social ou personnel. Or, c’est loin d’être le cas, puisque ces convictions sont nées dès que je me suis préoccupé de questions de politique et elle s’intéressa d’abord à moi, je crois, plus parce que je n’étais prêt à aucune concession sur ce sujet que pour toute autre raison. En revanche, il est vrai que tout cela n’était guère pour moi qu’un principe abstrait jusqu’à ma rencontre avec elle. L’assujettissement légal des femmes à d’autres personnes ne m’apparaissait pas plus légitime que l’assujettissement des hommes. J’étais convaincu qu’il fallait que leurs intérêts soient préservés aussi bien que ceux des hommes et qu’elles n’obtiendraient probablement pas d’égale protection de ceux-ci avant de pouvoir participer à la rédaction des lois auxquelles elles sont soumises. Néanmoins, c’est grâce à ses enseignements que je pris conscience des nombreuses conséquences de l’incapacité des femmes dans la pratique, lesquelles sont exprimées dans l’ouvrage The Subjection of Women […]. Sans elle, j’aurais certes eu les mêmes opinions mais sa rare connaissance de la nature humaine ainsi que sa rare compréhension des influences morales et sociales m’ont permis de comprendre à quel point les effets de la situation d’infériorité des femmes sont inextricablement liés à tous les maux de la société actuelle et à toutes les difficultés que rencontre le progrès des hommes. Il me peine de me rendre compte que je n’ai pas réussi à reproduire ses meilleures idées sur le sujet et que ce petit traité est loin de correspondre à ce qu’elle aurait pu transmettre au monde si elle avait livré l’ensemble de sa pensée sur cette question ou si elle avait eu le temps d’apporter des corrections et des améliorations à mon exposé imparfait, ce qu’elle n’aurait pas manqué de faire.

** Les exemplaires de présentation de la première édition de Political Economy comprenaient quelques lignes de dédicace [À Mme John Taylor, que l’auteur considère être la personne la plus éminemment qualifiée pour formuler ou apprécier la réflexion sur le progrès social, à laquelle cette tentative d’explication et de diffusion d’idées dont beaucoup naquirent de son esprit est dédiée avec le plus grand respect et la plus grande considération.] qui expliquaient ce que l’ouvrage lui devait : si elles ne figurent pas dans les autres copies, c’est uniquement parce qu’elle n’aimait pas la publicité.

Notes

1 Harriet Taylor mourut en 1858, On Liberty fut publié en 1859.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540