Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

John Stuart Mill et Harriet Taylor : écrits sur l'égalité de sexes

 | 
Françoise Orazi

Anthologie

Lettres à Lord Amberley

« To Lord Amberley », 1870

John Stuart Mill

Texte intégral

Le vicomte Amberley (1842-1876) était le fils du Premier ministre Lord John Russell et le père de Bertrand Russell, lui-même filleul de Mill. Avec son épouse, Katherine, ils devinrent des amis de John Stuart Mill et Helen Taylor. Ils étaient partisans des droits des femmes et Lady Amberley occupa diverses fonctions dans les comités pour le droit de vote.

 

Avignon
Le 2 février 1870
Cher Lord Amberley

  • 1 William Lecky (1838-1903), historien irlandais, auteur de History of the Rise and Influence of the (...)
  • 2 En 1870, la question de la prostitution était d’actualité grâce à la campagne menée par Josephine B (...)

1L’état d’esprit de M. Lecky1 est typiquement conservateur ; il pense que si la prostitution2 n’a encore jamais fait l’objet de réforme, alors elle ne peut être réformée. Voilà une position véritablement conservatrice : toutes les réformes qui ont déjà eu lieu trouvent grâce à leurs yeux et si lesdites réformes sont très anciennes alors ils pensent même qu’elles sont parfaites. Quant aux réformes à venir, qui sont peut-être souhaitables en elles-mêmes, on sait qu’elles engendreront des maux plus graves que ceux auxquels elles peuvent mettre fin… Il s’ensuit alors les jérémiades plus ou moins éloquentes et émouvantes qu’on entend habituellement dans les domaines de la politique et de la morale concernant les terribles conséquences sociales qu’aurait la moindre tentative de faire ce qui n’a pas déjà été fait. Il serait vraiment difficile de défendre une opinion en se fondant sur des arguments plus minces que ceux qu’emploie M. Lecky dans ce cas. Faut-il considérer que les agissements de l’Église au Moyen-Âge représentent la limite (maximale) du progrès moral que pourrait accomplir l’humanité ? Est-ce que les appétits et passions de barbares à moitié, ou entièrement, sauvages indiquent la mesure des obstacles que l’on rencontrera dans l’éducation des jeunes au sein d’une société de droit et de culture ? Au Moyen-Âge, l’Église a sincèrement et ardemment combattu les guerres privées ainsi que les abus de la violence militaire : elle n’a rencontré que peu de succès. Mais depuis, on a compris qu’on pouvait faire ce qui n’avait pu être fait à cette époque, et on l’a fait.

  • 3 L’édition (J. S. Mill, The Collected Works of John Stuart Mill, Vol. XVII – The Later Letters of Jo (...)
  • 4 La position de Mill tranche avec le point de vue majoritaire sur le désir sexuel inhérent aux deux (...)

2C’est la doctrine de M. Lecky qu’il faut examiner plutôt que ses arguments. Il considère que la prostitution est une soupape de sécurité qui permet d’éviter que la propension qu’elle soulage ne produise de pires effets3. Or, il faut d’abord admettre que cette propension a été encouragée, au lieu d’être affaiblie, par la civilisation (laquelle a été essentiellement livrée à l’influence des hommes) et par l’Église catholique qui a toujours exagéré, et continue de le faire, la puissance des passions naturelles afin de souligner la gloire de « la grâce de Dieu ». Je pense qu’il est très probable que cette passion-là finira pas passer entièrement sous le contrôle de la raison des hommes, comme c’est déjà le cas pour la majorité des femmes4. Si l’évolution a déjà eu lieu chez elles, c’est parce qu’elle est la condition qui leur permet d’obtenir l’amour et l’admiration des hommes. Pour elles, la forme supérieure de cette passion ne peut être assouvie que si elles en répriment la forme inférieure. On ne sait pas encore comment les hommes évolueraient s’ils étaient soumis aux mêmes circonstances. Je crois qu’ils se conformeront à nos espérances et je ne suis pas le seul à penser que la nature des hommes est telle qu’ils sont tout aussi capables de dominer ces passions que les femmes : je connais des médecins éminents et des juristes capables d’une grande logique qui partagent cette opinion.

3Mais admettons maintenant que M. Lecky a raison de penser, comme il semble le croire, que les hommes ne sont pas capables d’un contrôle efficace de cette propension : je continue de m’opposer à l’idée que la prostitution est la meilleure soupape de sécurité, car je pense qu’au contraire la prostitution est le pire des maux qu’engendre cette propension, hormis la brutalité et la violence. La prostitution est, à mes yeux, la pire des manières de s’abandonner à la sexualité, à l’exception des actes qui ne respectent pas la liberté et la sûreté des femmes, et ce non seulement parce qu’elle signifie le sacrifice de l’existence entière de ces misérables mais aussi parce qu’elle constitue la pire des corruptions pour les hommes concernés. Il n’y a aucune autre situation où règne une telle absence de la moindre lueur d’affection ou de tendresse ; aucune autre situation où la femme est à ce point réduite à l’état d’objet, de moyen utilisé pour une fin qui doit lui sembler répugnante. En outre, contrairement à M. Lecky qui croit que la prostitution permet de protéger les femmes vertueuses, je pense qu’elle nuit au bonheur des époux puisque les femmes en conçoivent un sentiment de différence et de distance entre elles et leurs maris et qu’elle empêche les époux de se faire franchement confiance. En fait, je crois que la prostitution est la seule réponse à un et un seul problème : comment permettre la plus grande débauche aux hommes tout en conservant une réserve ou pépinière de femmes chastes qui deviendront leurs épouses ? Les partisans de cette approche ne voient pas les choses comme vous et moi, ils ne cherchent pas le plus grand bonheur et la plus grande chasteté possibles pour les hommes, les femmes et les enfants. On n’a pas donné sa chance au mariage : on verra bien ce qui se passera quand celui-ci sera fondé sur l’égalité des droits des deux époux, la liberté de choix qui est encore très partielle aujourd’hui, voire tout à fait absente pour les femmes dans la plupart des pays, et enfin, avec une conscience scrupuleuse et le soutien de l’opinion, un nombre d’enfants suffisamment réduit pour que les parents puissent s’en occuper. Quand on aura essayé le mariage selon ces conditions et qu’on aura échoué, il sera temps de chercher une autre solution, laquelle sera, j’en ai la ferme conviction, meilleure que la prostitution.

[…]

  • 5 Women’s Suffrage Committee.
  • 6 Il s’agit probablement de Henry Selfe Page Winterbotham (1837-1873), élu au Parlement de 1867 à 187 (...)

4Serez-vous en Angleterre en avril ? Le comité pour le droit de vote des femmes5 préférerait tenir sa réunion publique en avril, je crois, mais si vous deviez ne pas être présent, la reporterait en juin. Pourriez-vous demander à M. Winterbotham6 de participer à la réunion ? En avril ou en juin selon vos propres disponibilités. […]

 

Avignon
Le 12 février 1870
Cher Lord Amberley

  • 7 Amberley avait fait part à Mill de sa conversation avec Lecky sur le sujet évoqué dans la première (...)
  • 8 Helen Taylor et lui-même.

5J’aurais beaucoup à dire sur les autres remarques de M. Lecky et sur vos difficultés7 mais je viens de trouver votre lettre à mon retour d’une excursion de cinq jours et je me hâte de vous écrire dans l’espoir de vous faire parvenir ce courrier à Florence. Je me contente donc de quelques pistes : je ne vois aucune preuve de la différence physique que vous pensez percevoir entre les hommes et les femmes sur ce point. Rien de ce que j’ai lu ou entendu ne me permet de croire qu’elle existe chez les sauvages, et les livres hindous nous parlent perpétuellement de l’irrépressible volupté des femmes. Je crois plutôt que la différence réside dans le simple fait que les maîtres ont plus l’habitude de se laisser aller à leurs propensions que les sujettes, et ont plus de mal à leur résister et à les contrôler. Tant pis pour « l’héroïque exigence de vertu » de M. Lecky. Je suis en complet désaccord avec sa conception de la prostitution comme la moins grave des sexualités illicites : je crois qu’elle est de loin la plus malfaisante et la plus dégradante. Dans l’ensemble, je préférerais que vous évitiez de montrer ma lettre à M. Lecky. Nous8 sommes désolés d’apprendre que vous allez perdre une résidence qui vous plaît et allez devoir vous donner la peine d’en chercher une autre. Nous informerons le comité pour le droit de vote des femmes de vos disponibilités réduites pour ce qui est de votre présence à la réunion publique. Merci d’avoir écrit à M. Winterbotham. Je ne sais pas comment il peut à la fois être toujours hésitant quant au vote alors qu’il dit « adhérer de tout cœur aux principes » du livre sur l’assujettissement des femmes. « La question des carrières et des droits politiques » réglera celle de l’éducation bien plus vite que l’éducation ne ferait avancer les carrières et les droits politiques, et il finira probablement par s’en rendre compte. En attendant, je suis déçu d’apprendre qu’il est moins avancé que je ne croyais, ce qui, au demeurant, n’a rien à voir avec le fait qu’il ne prendra pas la parole à la réunion. […]

Notes

1 William Lecky (1838-1903), historien irlandais, auteur de History of the Rise and Influence of the Spirit of Rationalismin Europe (1865) et History of European Morals from Augustus to Charlemagne (1869).

2 En 1870, la question de la prostitution était d’actualité grâce à la campagne menée par Josephine Butler pour l’abrogation des lois obligeant les prostituées à subir des examens médicaux susceptibles de déterminer si elles étaient atteintes de maladies vénériennes. Voir l’ouvrage de Frédéric Regard dans cette même collection.

3 L’édition (J. S. Mill, The Collected Works of John Stuart Mill, Vol. XVII – The Later Letters of John Stuart Mill, 1849-1873, Part IV) indique l’extrait suivant de History of European Morals, II, 300 : « Elle [la prostituée] incarne elle-même le vice suprême mais au fond elle est la meilleure gardienne de la vertu. Sans elle, d’innombrables foyers où règnent le bonheur et la pureté incontestée seraient gagnés par la pollution… C’est sur sa personne dégradée et ignoble que se concentrent les passions qui auraient sinon été la honte du monde. Les croyances et les civilisations vont et viennent : elle demeure la prêtresse éternelle de l’humanité, foudroyée par ses péchés », p. 1692.

4 La position de Mill tranche avec le point de vue majoritaire sur le désir sexuel inhérent aux deux sexes. Si différentes opinions s’expriment sur le sujet, il y a, à l’époque, un consensus autour de l’idée selon laquelle les femmes ont naturellement peu voire pas d’appétit en la matière tandis que la biologie ou le caractère des hommes les place dans un rapport à leur désir nécessairement différent.

5 Women’s Suffrage Committee.

6 Il s’agit probablement de Henry Selfe Page Winterbotham (1837-1873), élu au Parlement de 1867 à 1873.

7 Amberley avait fait part à Mill de sa conversation avec Lecky sur le sujet évoqué dans la première lettre reproduite ici.

8 Helen Taylor et lui-même.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540