Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

John Stuart Mill et Harriet Taylor : écrits sur l'égalité de sexes

 | 
Françoise Orazi

Anthologie

Lettre à Herbert Spencer

« To Herbert Spencer », 1869

John Stuart Mill

Texte intégral

Herbert Spencer était un philosophe évolutionniste, libéral et utilitariste que Mill estimait et avec lequel il collaborait ponctuellement.

 

Avignon, 14 juin 1869

Cher Monsieur Spencer,

  • 1 Il s’agit sans doute de The Subjection of Women.

1Je suis entièrement d’accord avec vous quand vous dites que ce sont souvent les femmes qui tyrannisent les hommes et vous remarquerez que je n’ai pas omis de le remarquer dans le petit livre que je vous ai envoyé1, pas plus que je n’aie omis de préciser que ce sont, en général, les meilleurs hommes qui sont le plus victimes de celles-ci. Mais, ici comme souvent, deux négations n’équivalent pas à une affirmation, et, en tout cas, deux affirmations n’équivalent pas à une négation et deux tyrannies contradictoires n’équivalent pas à une liberté. D’abord, le pouvoir illégitime des femmes est plus grand qu’il ne serait si elles jouissaient d’une liberté légitime. Pour les hommes les plus généreux, la conscience de leur faiblesse encourage à ne pas exiger d’elles qu’elles soient justes, tandis que le fait que les femmes soient soumises à l’injustice toute leur vie durant les rend peu sensibles à la justice lorsque les circonstances les placent en position d’arbitre de justice envers d’autres. En outre, plus notre conviction que les femmes possèdent déjà un grand pouvoir dans la société se renforce (et personne n’est plus convaincu que moi), plus il devient important qu’elles soient capables de l’exercer comme il convient. Notre habitude morbide de considérer le sexe comme la cause première du destin de toute la vie des femmes ne fait qu’accroître le poids des facteurs qui poussent leur pouvoir à être malveillant. C’est cette même habitude qui, à son tour, confère à leur influence, tant dans ses intentions que dans ses méthodes, son caractère morbide et démoralisant. J’espère avoir l’occasion de discuter de cela ainsi que d’autres questions avec vous si vous êtes en ville cet été et pouvez nous consacrer un après-midi de temps en temps. Seriez-vous libre un dimanche en juillet ou dans la première quinzaine du mois d’août ? Si tel est le cas, peut-être pourriez-vous descendre dîner avec nous ? Pourriez-vous me dire quand ?

2Bien à vous […]

Notes

1 Il s’agit sans doute de The Subjection of Women.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540