Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

John Stuart Mill et Harriet Taylor : écrits sur l'égalité de sexes

 | 
Françoise Orazi

Anthologie

L’octroi du droit de vote aux femmes

« The admission of women to the electoral franchise », discours prononcé à la Chambre des communes, Royaume-Uni, le 20 mai 1867

Texte intégral

En 1867, les dirigeants libéraux ne furent pas capables de faire passer leur loi sur une réforme électorale, qu’ils avaient pourtant voulue modeste de manière à s’assurer du soutien de la majorité parlementaire. Le gouvernement conservateur qui vint alors au pouvoir proposa à son tour un projet de loi en ce sens. Mill, alors élu à la Chambre des communes, ne craignant plus de compromettre la stratégie de modération de son parti, saisit l’occasion pour demander que les femmes soient incluses dans le nouvel électorat prévu par le projet de loi, au même titre que les hommes. Ce fut la première fois que la Chambre des communes eut l’occasion de se prononcer sur le vote des femmes. Seuls soixante-treize parlementaires, sur six cent cinquante-huit élus, apportèrent leur soutien à l’amendement proposé.

 

  • 1 Comme le veut l’usage, Mill s’adresse au Speaker qui préside la Chambre des communes.
  • 2 Le discours provenant des archives parlementaires, il fait figurer les acclamations des autres élus

1Monsieur1, je prends aujourd’hui la parole pour proposer un élargissement du corps électoral qui ne déclenchera pas les passions partisanes, ne heurtera pas les préjugés ou les consciences de classe, ne froissera ni les tenants de la propriété ni les défenseurs de la multitude, qui ne peut en aucune manière affecter cet équilibre des pouvoirs et des forces politiques dont on ne cesse de nous parler, ni susciter la plus petite terreur révolutionnaire dans l’esprit alarmiste du plus craintif, pas plus qu’il ne peut offusquer le plus jaloux des démocrates puisqu’il ne suppose ni de porter atteinte aux droits du peuple ni d’accorder le moindre privilège à une classe sociale au détriment d’une autre (bravo)2. Il n’existe pas de raison d’éviter de poser cette question très simple : peut-on donner une justification légitime au fait de continuer à priver toute la moitié de la population non seulement du droit de vote, mais aussi de la possibilité constitutionnelle de l’acquérir un jour, même si elle remplit toutes les conditions légales et constitutionnelles qui, dans n’importe quel autre cas que le sien, permet d’accorder ce droit ? Il s’agit ici, Monsieur, d’un cas isolé au sein de notre constitution. Il n’existe aucun autre exemple d’une privation absolue. Si la loi privait du droit de vote tous ceux qui n’ont pas cinq mille livres par an, il serait possible pour le plus pauvre des hommes de parvenir à obtenir le droit de vote : il y aurait forcément quelques cas exceptionnels. Mais rien, ni la naissance ou la fortune, ni le mérite, l’effort, l’intellect, ni même le hasard, qui décide pourtant si souvent des affaires des hommes, ne peut jamais permettre à une femme de voir sa voix prise en compte dans les affaires de la nation qui l’affecte, elle et tout ce qui est à elle, aussi sûrement que n’importe qui d’autre dans le pays. (bravo).

  • 3 Cette remarque fait écho à la position philosophique de Mill qui rejetait la notion de droits natur (...)
  • 4 En anglais expediency et non utility.
  • 5 William Gladstone (1809-1898), grand homme d’État et dirigeant du parti libéral.

2Avant de continuer, Monsieur, il me faut vous dire que l’affaire est a priori déjà entendue. Il n’est pas juste d’établir des différences, en droits et en privilèges, sans justification aucune. Je ne pense pas que le droit de vote soit un droit abstrait et que quiconque qui en est privé pour des raisons concrètes soit victime d’injustice3 : on ne comprendrait pas du tout le principe que je défends si on le confondait avec cela car mon argument repose entièrement sur la pratique et l’utilité4. Or, tout ce qui est utile n’est pas forcément d’importance égale. Il existe une branche de la pratique que l’on nomme la justice et si celle-ci n’exige pas que l’on accorde des fonctions politiques à chacun, elle interdit que l’on prive, par caprice et sans raison, certains de ce que l’on accorde aux autres. Comme mon honorable collègue, le représentant de la circonscription du sud du Lancashire5, dont on a remarquablement mal compris et particulièrement déformé le discours, a eu raison de le dire, seuls l’incompétence individuelle ou le danger pour la collectivité peuvent justifier que l’on refuse d’accorder le droit de vote. Peut-on opposer l’une de ces deux raisons dans le cas présent ? Peut-on prétendre que les femmes qui administrent un domaine, sont dans les affaires, payent un impôt, souvent important et sur leurs propres revenus aux mairies et à l’État, dont beaucoup sont de bons chefs de familles, dont certaines sont institutrices et, en tant que telles, enseignent aux autres ce que nombre des électeurs masculins n’ont même jamais appris, sont incapables d’exercer une fonction pourtant accessible à n’importe quel locataire ou propriétaire de sexe masculin ? (bravo). Ou alors craint-on que le droit de vote des femmes conduise à une révolution, bouleverse l’État, nous dépossède de nos chères institutions ; redoute-on que leurs suffrages ne mènent à l’adoption de lois moins bonnes ou à quelque dégradation du gouvernement ? Monsieur, personne n’est de cet avis.

  • 6 On considère traditionnellement que ce principe a été mis en avant par la Grande Charte (Magna Cart (...)
  • 7 Chef de famille, femme majeure non-mariée.
  • 8 Parmi les partisans du droit de vote des femmes, certains, comme Emily Davies, désiraient faire cam (...)

3Priver les femmes de représentation politique, uniquement parce qu’elles sont femmes, ne constitue pas seulement un déni ou un oubli des principes universels de justice, cela contrevient aussi aux principes de notre constitution britannique et viole l’un de nos plus vénérés et plus anciens préceptes, une doctrine qui compte tant pour les réformateurs et que la plupart des conservateurs reconnaissent au moins en théorie, à savoir que l’impôt suppose la représentation élue6. Les femmes ne s’acquittent-elles pas de l’impôt ? Celles d’entres elles qui sont sui juris7 ne contribuent-elles pas au revenu public exactement de la même manière qu’un homme qui remplit, lui, les conditions pour avoir le droit de vote8 ? Si tant est que la notion d’intérêt dans la bonne marche des affaires du pays ait un sens, alors un propriétaire ou un locataire possède le même intérêt, qu’il soit de sexe masculin ou féminin. On peut trouver dans les archives de nos municipalités la preuve que les femmes ont déjà eu le droit de vote dans un passé certes lointain.

  • 9 Mill fait ici allusion à la controverse sur l’interdiction des réunions publiques de la Ligue pour (...)

4Ces messieurs de la Chambre s’attendent certainement à ce que je ne fonde pas mon argumentation sur les seuls principes de la justice ou de la constitution mais que je fournisse ce qu’on appelle des raisons pratiques. En tout état de cause, il est une raison pratique que je ne peux vous donner : les femmes ne tiennent pas de réunions publiques dans les parcs et ne manifestent pas à Islington9 (oh !). Ce n’est pas à moi de décider à quel point leur revendication s’en trouve fragilisée. Quant aux autres raisons pratiques, au sens le plus étroit du terme, elles sont nombreuses et je suis prêt à en vous en dresser la liste, mais permettez-moi auparavant de demander quelles sont les objections pratiques ? La réticence qu’éprouve la plupart des gens sur ce sujet n’est pas d’ordre pratique, loin s’en faut, puisqu’il s’agit d’un simple sentiment, un sentiment d’étrangeté : ils trouvent que la proposition est très nouvelle, ce en quoi ils se trompent puisqu’elle est très ancienne. Et bien Monsieur, le sentiment d’étrangeté finit toujours par disparaître. Certaines choses étaient étranges à nos yeux il y a trois mois et ne le sont plus aujourd’hui, beaucoup sont étranges en ce moment même et ne le seront plus dans quelques années voire quelques mois. Pour ce qui est de la nouveauté, eh bien nous vivons dans un monde de nouveautés ; la tyrannie de la coutume est sur le déclin, nous ne nous en tenons pas à la satisfaction de savoir ce qu’est une chose, nous voulons savoir si elle doit être ; et je dois croire que, dans cette assemblée au moins, les appels issus de la coutume sont jugés par un tribunal supérieur, celui de la raison. Or, les explications que nous donne la coutume sur cette question sont en général très courtes. C’est d’ailleurs là que réside l’une de mes principales difficultés : il n’est guère facile de réfuter des interjections, et c’est là, pourtant, que se trouve la seule partie du discours convenu sur le sujet qui soit un tant soit peu difficile à réfuter. Le reste réside en des aphorismes tels que : « La politique ne regarde pas les femmes et pourrait les détourner des devoirs qui leur sont propres. Les femmes ne veulent pas le droit de vote et préfèrent s’en passer. Les femmes sont convenablement représentées par le biais des hommes de leurs familles et de leurs connaissances. Les femmes ont déjà bien assez de pouvoir. » (rires) J’espère que la réponse que j’apporte sera considérée comme suffisante et que si l’un de mes honorables collègues devait se donner la peine de me répondre, j’espère qu’il sera capable de produire des arguments plus élaborés.

5On dit que la politique n’est pas une affaire de femmes. Et bien, cher Monsieur, je pense plutôt que la politique n’est pas non plus une affaire d’hommes, à moins qu’il ne s’agisse d’un des rares hommes qui sont choisis et rétribués pour consacrer leur temps au service public ou d’un des membres d’une des deux Chambres. La grande majorité des électeurs masculins se compose d’individus ayant chacun ses propres affaires qui lui prennent presque tout son temps : mais je n’ai jamais entendu dire que les quelques heures durant lesquelles il se rend au bureau de vote lors des années électorales le conduisent à négliger son magasin ou sa salle des comptables, même si vous ajoutez le temps passé à la lecture des journaux et des traités politiques. Je n’ai pas cru comprendre que les électeurs font de plus mauvais commerçants, avocats, médecins voire prêtres que les autres. On croirait presque que la constitution britannique devrait refuser le droit de vote à ceux qui ne peuvent consacrer la majeure partie de leur temps à la politique : si tel était le cas, nous nous retrouverions avec un nombre très limité d’électeurs. Mais permettez-moi de poser une question : que veut dire la liberté politique ? Est-ce autre chose que le contrôle de ceux qui se consacrent à la politique par les autres ? La liberté constitutionnelle ne repose-t-elle pas essentiellement sur le simple fait que les forgerons et les tisserands interrompent un moment leur travail pour décider, et bien décider, s’ils ont un gouvernement convenable et qui les gouvernera ? Ce sont les nations qui accordent le plus d’importance à cette prérogative et qui l’appliquent le plus largement qui sont systématiquement les meilleures pour ce qui concerne les préoccupations courantes de la vie. Ordinairement, la plupart des femmes s’occupent principalement de leur foyer, et il en sera probablement ainsi dans l’avenir ; mais croire que leurs occupations ne peuvent coexister avec un très fort intérêt pour la politique du pays et toutes les grandes questions en général est aussi futile que la crainte, bien réelle à une époque, que les artisans abandonneraient leurs ateliers et leurs fabriques s’ils apprenaient à lire. Je sais qu’il existe un sentiment plus sombre, un sentiment que l’on cache parce qu’on en a honte, qui veut que la femme n’ait le droit de rien faire sauf de s’intéresser à la manière dont elle peut se rendre la plus utile et la plus dévouée possible pour servir un homme. Mais étant convaincu que personne dans cette assemblée ne possède une conscience qui l’accuse d’un sentiment aussi mesquin, je peux affirmer sans risquer d’offenser quiconque que cette volonté de confisquer l’existence entière de la moitié de l’espèce humaine sous prétexte que c’est commode pour l’autre moitié me semble non seulement injuste mais aussi particulièrement stupide. En effet, qui parmi ceux qui ont l’expérience, même ordinaire, du monde et des hommes ainsi que la capacité, même ordinaire, d’en tirer des enseignements se figure que les meilleurs travailleurs sont ceux qui ne comprennent rien d’autre que leur propre travail ? On a vécu une vie bien vaine si on n’a pas appris qu’il est impossible d’accomplir parfaitement une tâche nécessitant la moindre compréhension avec un esprit inculte. Il faut de l’intelligence pour mettre à profit son expérience pratique et un individu intelligent, même dépourvu d’expérience pratique, ira plus loin que quelqu’un qui possède cette expérience mais n’a pas d’intelligence. Mais peut-être pense-t-on que les tâches ordinaires des femmes sont moins propices à la compréhension des affaires publiques que celles des hommes ? Peut-être croit-on que celles à qui échoit principalement la charge de l’éducation morale des générations futures ne sont pas aptes à se forger une opinion quant aux questions morales et éducatives d’un peuple ? Que celles, pour finir, qui s’occupent tous les jours de dépenser l’argent judicieusement afin d’obtenir le plus possible de leurs petits moyens, ne peuvent donner de leçons à ces messieurs assis de l’autre côté de la Chambre qui s’appliquent à obtenir des résultats exceptionnellement maigres avec une telle abondance de moyens ? (acclamations ironiques).

6J’ai bon espoir, Monsieur, pour cette question que je défends ici ; ce qui ne pourrait être le cas si le changement politique, qui n’a rien de phénoménal ou de sensationnel, n’était enraciné, comme c’est toujours le cas pour les changements politiques qui sont bénéfiques ou salutaires, dans un changement social qui a déjà eu lieu. L’idée selon laquelle il existerait une ligne de démarcation infranchissable entre les occupations des femmes et celles des hommes, laquelle interdirait aux femmes de s’intéresser aux mêmes choses que les hommes, est caractéristique d’un état social appartenant au passé, et il s’éloigne de nous à chaque instant. Nous parlons sans cesse de révolutions politiques mais nous n’avons pas suffisamment pris conscience de la révolution domestique qui vient de se dérouler en silence : pour la première fois dans l’histoire, les femmes et les hommes sont de vrais compagnons. Nous avons hérité des traditions ayant trait aux relations qu’il convient que les sexes établissent entre eux, d’une époque où ils vivaient et pensaient l’un sans l’autre, parce que leurs distractions, comme leurs occupations plus sérieuses, étaient séparées. En ce temps, les hommes passaient leur vie parmi les hommes ; les amis, les intimes étaient d’autres hommes : pour des questions sérieuses, on ne consultait que des hommes, l’épouse étant seulement un jouet ou la chef des domestiques. Il n’en va plus ainsi pour les classes supérieures. L’homme ne passe plus son temps à sortir pour se livrer à des exercices physiques brutaux ou dans de turbulentes réunions exclusivement masculines : les deux sexes vivent désormais ensemble. L’homme s’entoure habituellement des femmes de sa famille ; son épouse est son associée principale, l’amie à qui il confie ses secrets et le plus souvent, elle est aussi la conseillère en qui il a le plus confiance : un homme veut-il avoir pour plus proche camarade, pour compagne si intime, dont les désirs et préférences importent tant dans ses propres choix, une personne aux pensées si éloignées de ses propres préoccupations et qui ne peut apporter ni aide, ni réconfort, ni soutien à ses sentiments et intentions les plus nobles ? Cette relation profonde, presque exclusive, peut-elle s’accommoder du fait que l’on déconseille aux femmes de s’intéresser aux grandes questions, qu’on leur apprend à ne pas se préoccuper des choses dont les hommes doivent se préoccuper, qu’on leur inculque que le moindre intérêt réel pour ce qui se situe en dehors de la sphère du foyer est déplacé ? Est-il bon qu’un homme partage entièrement ses pensées et sentiments avec quelqu’un qu’on s’applique à maintenir dans l’infériorité, que l’on contraint à ne s’intéresser qu’à ce qui se passe entre les murs de sa maison et qui, afin d’être charmante, cultive ignorance et indifférence à l’endroit des questions les plus instructives auxquelles il a, lui, le devoir de consacrer ses pensées ? Croit-on que tout cela puisse ne pas porter préjudice au caractère de l’homme ? Dans la famille d’un homme, les femmes représentent soit un encouragement et un soutien soit un frein à ses plus hautes aspirations. Peut-être peut-on s’assurer qu’elles resteront ignorantes en politique, mais on ne peut les empêcher de se soucier de ce que la politique a de moins respectable : les questions de personne. Si les femmes ne peuvent comprendre et partager le sens civique de l’homme, elles se préoccupent, en revanche, de son intérêt personnel, et c’est en ce sens qu’elles agiront. Elles influeront constamment en faveur des tendances égoïstes de l’homme, guettant le moment où ses convictions morales montrent des signes de faiblesse, rendant toute tentation bien plus irrésistible encore. Même si elles paraissent ne pas prendre parti, leur simple impassibilité pèsera sur sa vigueur morale, le mèneront à considérer avec réticence toute concession dont elles pourraient faire les frais, tel l’abandon des avantages et succès matériels, au profit de desseins qu’elles sont incapables d’apprécier : même s’il a la chance de ne pas sacrifier sa conscience, il reste que les conséquences indirectes sur les aspects les plus nobles de sa personnalité sont déplorables.

7Croyant à tort que les qualités du caractère de chacun des deux sexes sont incompatibles, les hommes ont peur des femmes masculines, mais ceux qui ont réfléchi à la nature et au pouvoir des influences sociales savent bien que s’il n’y a pas de femmes masculines, il n’y aura bientôt plus d’hommes masculins. Quand les hommes et les femmes sont de vrais camarades, la frivolité des femmes, si elle existe, s’étend aux hommes ; si les femmes ne se soucient que de leurs intérêts personnels et vaines futilités alors les hommes ne se préoccuperont guère d’autre chose : les deux sexes doivent grandir ou déchoir ensemble. On peut toujours dire que les femmes ont la possibilité de s’intéresser à la politique sans pour autant avoir le droit de vote : il est vrai que cette possibilité existe mais combien d’entres elles le feront effectivement ? L’éducation et la société se sont acharnées à inculquer aux femmes qu’il convient qu’elles se conduisent conformément aux attentes de la société : il est évident pour tout le monde que le refus de leur accorder le droit de vote revient à affirmer que l’intérêt pour la chose publique ne fait partie de ces attentes. Pardi, la société endort les sentiments et la pensée des filles dès l’école : elles ne se passionnent pas pour l’histoire comme leurs frères parce qu’elles ne sont pas censées s’en préoccuper plus tard. S’il demeure des femmes, et elles sont nombreuses heureusement, qui s’intéressent effectivement à ces sujets et les étudient, c’est parce que leur force intérieure est telle qu’elles résistent au pire des découragements, celui qui n’agit pas par des obstacles contre lesquels on peut lutter mais qui étouffe cet esprit même qui triomphe des obstacles.

8On nous dit, Monsieur, que les femmes ne désirent pas le droit de vote. Si c’était le cas, on aurait juste prouvé que les femmes sont toujours victimes de cet étouffement, que l’opiacé continu d’engourdir leur entendement et leur conscience. Mais elles sont nombreuses à exiger ce droit et avoir adressé des pétitions à cette assemblée. Il est impossible de savoir combien de milliers d’entre elles ne l’ont pas demandé parce qu’elles pensent ne pouvoir l’obtenir, ou par crainte de ce que les hommes, ou d’autres femmes, penseront d’elles, ou parce qu’elles détestent se départir de la discrétion qu’on leur a assidûment inculquée. Il faut croire que les hommes ont une forte tendance à l’aveuglement s’ils pensent qu’il leur suffit de poser une question aux femmes de leur famille pour découvrir leurs véritables sentiments concernant des sujets d’importance ou s’ils se figurent pouvoir obtenir qu’au moins une femme sur dix mille leur fasse une réponse parfaitement sincère. De par leur éducation, la plupart des femmes excellent dans l’art de faire de nécessité vertu et il leur en coûte peu de prétendre se moquer de ce qu’elles ne peuvent obtenir. En outre, l’éducation des femmes ne tend pas à favoriser la franche expression de sentiments qui pourraient déplaire ou pourraient sembler critiques de leur entourage proche : il s’agit là d’une vertu suffisamment dangereuse pour que les femmes prudentes ne prennent de risques que lorsqu’est en jeu une question plus grave à leurs yeux, plus personnelle. Quoiqu’il en soit, celles qui n’accordent pas d’importance au vote n’auront pas à user de leur droit : elles ne s’inscriront pas sur les listes ou alors voteront comme les hommes leur conseillent de le faire, ce qui n’aura pas de conséquences puisque de tels cas se répartiront en des proportions égales parmi les diverses classes. Celles, qu’elles soient nombreuses ou non, pour qui ce privilège compte, exerceront leur droit, bénéficieront de la stimulation de leurs facultés, de l’élargissement et de la libéralisation de leurs sentiments et intérêts que le droit de vote procure presque toujours à ceux qui y accèdent pendant que l’opprobre jeté sur tout un sexe serait enfin levé. La loi ne les jugerait plus incapables de choses sérieuses, ne déclarerait plus que leurs opinions et désirs concernant des choses qui les touchent autant que les hommes et beaucoup de choses qui les touchent bien plus sont indignes de considération. Elles ne seraient plus mises dans la même catégorie que les enfants, les débiles, les fous qui ne sont pas capables de s’occuper d’eux-mêmes et des autres et qui ont constamment besoin qu’on les aide sans leur consentement. Même si seule une femme sur vingt mille votait, le bienfait s’en ressentirait pour toutes les femmes car même s’il restait très théorique, le droit de vote permettrait que soit levée l’une des entraves à leur développement intellectuel, bien plus néfaste qu’elle ne paraît.

9On nous dit aussi que les femmes n’ont pas besoin de pouvoir direct parce qu’elles en possèdent beaucoup indirectement, par le biais de leurs influences sur les hommes de leur entourage. J’aimerais m’attarder un peu sur cet argument : les riches ont énormément d’influence indirecte, est-ce là une raison de les priver du vote ? Propose-t-on d’inverser le suffrage censitaire, de faire une loi retirant le droit de vote à ceux dont les revenus sont de 500 livres ou qui s’acquittent d’un impôt direct de 100 livres par an ? À moins qu’on ne réserve l’application de cette règle d’attribution du droit de vote aux femmes, il s’ensuit que les personnes dont la fortune dépasse une certaine somme auraient le droit de verser des pots-de-vin mais pas de voter. Il est vrai, Monsieur, que les femmes ont beaucoup de pouvoir. Mon argumentation repose d’ailleurs sur cet état de fait, mais elles le détiennent dans les pires circonstances parce qu’indirectement, donc sans en être responsables. Je veux, quant à moi, faire de ce grand pouvoir un pouvoir responsable. Je veux que la femme soit consciente de l’intérêt de l’exercer honnêtement. Je veux qu’elle sache qu’elle n’a pas reçu ce pouvoir pour qu’elle en use à des seules fins d’ascension personnelle. Je veux qu’elle exerce son influence par le biais de virils (manly) échanges d’opinions et non pas par les cajoleries. Je veux éveiller l’honneur politique en elle. Beaucoup de femmes influent fortement sur la conduite politique des hommes qui les fréquentent, voire la dominent quand elles ont une forte volonté : mais elles ne sont jamais ouvertement concernées, c’est uniquement l’homme qui a subi leur influence qui est responsable tandis que le pouvoir féminin s’exerce dans les coulisses, comme l’emprise d’une favorite. J’exige, Monsieur, que tous ceux qui exercent un pouvoir aient aussi la charge de connaître ce sur quoi leur pouvoir s’exerce. La reconnaissance du droit à une expression politique serait liée à la conscience du devoir corollaire. La conscience des femmes n’est, en général, pas moins sensible que celle des hommes. Faisons donc des femmes des agents moraux ; montrons-leur qu’on attend d’elles qu’elles aient une conscience politique : quand elles auront appris à reconnaître toute l’importance de ces questions, qu’elles comprendront leur caractère transcendant, elles sauront pourquoi il est mal de sacrifier ses convictions politiques à ses intérêts personnels ou à la vanité, elles comprendront que l’intégrité politique n’est pas un caprice ridicule auquel l’homme doit renoncer pour le bien de sa famille mais un devoir. Ainsi, leur influence rendra les hommes meilleurs pour tout ce qui a trait aux affaires publiques et non plus mauvais, comme c’est souvent le cas aujourd’hui.

  • 10 Cicéron, Lettres à Atticus, II, 1 : « Dicit enim tanquam in Platonis politeia, non tanquam in Romul (...)
  • 11 Elisabeth Garrett-Anderson (1836-1917) réussit, malgré une très forte opposition, à devenir la prem (...)
  • 12 La Royal Academy of Arts fut fondée en 1768 par le roi George III, elle comprenait alors deux femme (...)

10Mais, me direz-vous, en pratique les femmes ne sont pas lésées, en tant que femmes, parce qu’elles n’ont pas le droit de vote. Les intérêts des femmes sont protégés par leurs pères, leurs maris, leurs frères qui partagent ces intérêts, savent bien mieux qu’elles ce qui est bon pour elles, sans parler du fait qu’ils se soucient bien plus qu’elles-mêmes de leur bien-être. D’ailleurs, on prétend, Monsieur, qu’il en va de même pour les classes qui n’ont pas de représentation politique. Prenons le cas des ouvriers : ne sont-ils pas représentés par leurs employeurs ? N’ont-ils pas des intérêts identiques quand on y réfléchit bien ? Ceux qui insinuent le contraire ne sont-ils pas coupables de dresser les classes l’une contre l’autre ? Le fermier et le travailleur agricole n’ont-ils pas tous deux beaucoup à gagner à ce que l’agriculture prospère ? Le fabricant de textile et l’ouvrier du coton n’ont-ils pas également intérêt à ce que les calicots se vendent à bon prix ? La diminution des impôts n’est-elle pas avantageuse pour les deux ? L’employeur et l’employé n’ont-ils pas, exactement comme le mari et la femme, des intérêts communs également opposés à ceux des étrangers à leur commerce ou à leur famille ? Qui plus est, tous les employeurs ne sont-ils pas généreux, gentils et bienveillants ? N’aiment-ils pas tous leurs travailleurs et ne désirent-ils pas faire au mieux pour eux ? Toutes ces affirmations sont aussi vraies et pertinentes que celles que l’on applique aux hommes et aux femmes. Nous ne vivons pas, Monsieur, en Arcadie mais bien in faece Romuli10 ; or, dans cette partie du monde, les travailleurs ont besoin de protection autre que celle de leur employeur et les femmes d’une protection autre que celle de leurs maris. J’aimerais que cette assemblée reçoive un rapport dressant la liste du nombre de femmes qui, chaque année, meurent sous les coups de poing, les coups de pied, sont piétinés par leurs protecteurs, avec, dans la colonne d’en face, le nombre de condamnations, quand ces ignobles criminels n’ont pas tout simplement échappé à la loi. Il faudrait aussi une troisième colonne où figurerait le détail des condamnations pour vol strictement équivalentes. En comparant, pour un même juge, dans une même session, la durée des peines selon l’estimation de la propriété dérobée et celles prononcées pour le meurtre d’une femme, souvent après des années de torture, nous saurions, avec une précision arithmétique, quelle valeur les tribunaux masculins et les lois rédigées par les hommes attribuent à la vie d’une femme, et, si tant est qu’il nous reste de la dignité, nous irions tous nous pendre. Avant de déclarer, Monsieur, que les femmes ne sont pas lésées en tant que femmes, parce qu’on leur refuse le droit de voter, il faut s’informer sur leurs griefs éventuels, chercher à savoir si les lois et les pratiques que les lois peuvent modifier sont en tout point aussi favorables aux femmes qu’aux hommes. Or, qu’en est-il des faits ? Dans le domaine de l’éducation par exemple : on nous répète que les mères jouent le rôle le plus important dans l’éducation nationale parce qu’elles éduquent les hommes de l’avenir. Toutefois, cette importance est-elle vraiment reconnue ? Sont-ils nombreux les pères qui se préoccupent autant de l’éducation de leurs filles que de leurs fils et sont prêts à dépenser les mêmes sommes à cette fin ? Où sont les universités, les lycées, ou n’importe quel autre établissement d’enseignement supérieur pour les filles ? Si on pense que les filles reçoivent une meilleure éducation si elles restent chez elles, où sont les écoles de gouvernantes ? Où sont passées les dotations que la libéralité de nos ancêtres avait attribuées à l’éducation, non pas d’un seul mais des deux sexes sans distinction ? Une autorité dans ce domaine m’a appris que dans la plupart des cas, les fonds ne sont pas censés être affectés exclusivement aux garçons mais à l’éducation en général. La fondation Christ’s Hospital a reçu sa dotation d’origine à la condition expresse qu’elle accueille des enfants des deux sexes : aujourd’hui, ses pensionnaires et élèves masculins sont au nombre de 1 100 garçons pour 26 filles exactement. De plus, lorsqu’elles atteignent l’âge adulte, que deviennent ces femmes, de plus en plus nombreuses, qui sont nées dans les classes éduquées mais n’ont pas hérité d’une pension et n’en n’ont pas acquise par le mariage, peut-être parce qu’elles rechignaient à se marier pour une pension et qui doivent donc gagner leur vie par elles-mêmes ? Elles n’ont accès à aucune profession intellectuelle, à une exception près : elles seront gouvernantes ou rien. Un événement récent mérite d’être évoqué ici : une jeune femme, Mademoiselle Garrett11, a étudié la médecine, non par nécessité mais parce qu’elle était animée d’un désir honorable de se consacrer au soulagement de la souffrance d’autrui. Ayant obtenu son diplôme en bonne et due forme, elle a frappé à toutes les portes qui permettent l’accès légal à l’exercice de la profession médicale, et ce avec une énergie et une détermination qu’on ne peut trop saluer. Toutes ces portes lui étaient fermées sauf une qui avait était fort heureusement laissée ouverte par hasard. La société des pharmaciens avait, semble-t-il, oublié d’interdire l’accès à celles dont ils pensaient qu’elles ne voudraient jamais entrer, et la jeune femme a donc réussi à se faufiler dans le métier. Mais l’éminent corps des pharmaciens a trouvé si mauvaise l’idée qu’une femme puisse être médecin, même auprès d’autres femmes, que la brèche dont avait profité mademoiselle Garrett a été fermée immédiatement après son passage et aucune autre mademoiselle Garrett ne pourra s’y immiscer. Il s’agit là d’un cas courant : dès qu’une femme se montre capable de se mesurer à un homme dans une profession lucrative ou honorable, alors on interdit aux femmes l’accès à la profession en question. Il n’y a pas longtemps, les femmes pouvaient devenir membres de la Royal Academy12, mais elles parvenaient si bien à se distinguer, elles prenaient une place si honorable dans leur art qu’on les a privé de ce privilège. Voilà comment les hommes qui représentent les femmes s’occupent de préserver leurs intérêts. Voilà comment nous traitons les femmes qui ne sont pas mariées. Qu’en est-il des femmes mariées ? On pourrait dire que cette motion ne les concerne pas et il est vrai qu’elles ne sont pas directement concernées. Mais elle concerne celles, nombreuses, qui ont été mariées ou qui le seront.

  • 13 Le statut de feme coverte, qui faisait de l’épouse une véritable enfant sous l’autorité de son mari (...)

11D’après le droit coutumier de notre pays, tout ce qu’une épouse possède appartient à son mari13 ; il peut tout lui soutirer, dilapider jusqu’au dernier centime dans sa débauche, la réduire à gagner son propre pain et celui de ses enfants par son seul travail et si, par ses efforts héroïques et ses sacrifices, elle parvient à mettre quelque chose de côté pour l’avenir, il peut fondre sur ses économies et la laisser sans le sou, sauf si elle est légalement séparée de lui. Or, de telles situations sont fréquentes. Monsieur, si nous étions suffisamment abrutis pour ne rien trouver à reprocher à ces états de faits, on pourrait nous trouver des excuses : mais il n’en est rien. Les classes fortunées mettent leurs filles à l’abri des conséquences de cette loi abominable : elles ont invariablement recours au contrat de mariage pour inventer une loi qui ne s’applique qu’à elles. Pourquoi est-ce que les filles des pauvres n’ont-elles pas droit à la justice que nous prenons garde d’assurer à nos propres filles ? Pourquoi ne pas garantir par la loi à toutes les filles de notre pays ce que nous garantissons à celles dont nous nous occupons personnellement, de manière à ce que l’enfant de parents pauvres, qui ne peuvent payer pour un contrat de mariage, puisse garder le droit de posséder une petite propriété qui lui serait transmise et contribuer aux décisions concernant l’argent qu’elle a gagné, qui constitue souvent la meilleure partie du revenu de la famille et la plus régulière ? On me demande parfois quels torts je voudrais redresser en accordant le droit de vote aux femmes : voilà un problème concret que je veux résoudre. Si j’évoque ces exemples, c’est pour prouver que les femmes ne sont pas ces enfants que la société cajole, comme beaucoup voudraient le croire ; elles ne connaissent pas la surabondance, ne vivent pas dans l’aisance qu’on leur prête et ne sont pas suffisamment représentées par les élus, des hommes qui n’ont pas le cœur de faire pour elles, au nom de la justice, une réforme aussi simple et évidente (bravo). Monsieur, on a vu des révolutions naître de doléances moins graves que l’injustice de la loi sur la propriété des femmes mariées quand elles émanaient de victimes moins habituées à la soumission passive. Nous ne devrions pas tirer profit de l’absence d’un tel danger dans le cas présent pour priver un nombre limité de femmes d’une participation modérée à la promulgation et à l’amélioration de nos lois que ma motion sollicite en leur nom, et qui permettrait aux sentiments des femmes en général de se faire entendre dans cette chambre par la voix de quelques représentants masculins. Nous ne devrions pas leur refuser ce que nous accordons à tous : le droit d’être consulté sur le choix d’un représentant, la simple possibilité d’envoyer au grand conseil de la nation quelques porte-parole de leurs sentiments, de disposer, comme c’est le cas du moindre corps de métier, de quelques députés qui se sentent particulièrement concernés par leurs intérêts et qui s’appliquent à comprendre comment leurs intérêts sont affectés par la loi ou signaler les conséquences des modifications législatives que l’on s’apprête à apporter. Cette motion ne demande rien de plus et j’ai la ferme conviction qu’après avoir fait cette concession, ce qui finira certainement par se produire, vous n’aurez jamais à le regretter.

  • 14 D’après la source, à la fin de son discours, Mill proposa son amendement qui remplaçait le terme «  (...)

[…]14

  • 15 Le projet de loi qui faisait l’objet d’un examen ne prévoyait que d’étendre aux femmes les nouvelle (...)

12Je répondrai juste à l’éminent collègue qui m’a demandé de retirer ma motion que je suis bien trop satisfait des discours prononcés contre elle, le sien y compris, pour vouloir la retirer. Rien n’est plus plaisant que de voir que chacun des orateurs qui voulaient argumenter contre la motion a fini par s’opposer à une réforme qui n’est pas proposée à cette assemblée (bravo). On a entendu des discours contre le droit de vote des femmes mariées, une proposition absente de ma motion, ou contre l’accès des femmes à la fonction de député, ou encore, comme Monsieur le député de la circonscription de Wick, contre l’admission des femmes au rang d’officier ou de général dans l’armée, une proposition, ai-je besoin de le rappeler, absente de ma motion. Je pense effectivement que le jour où nous en viendrons au suffrage universel, ce qui aura probablement lieu un jour ou l’autre (oh, oh), alors si le droit de vote est étendu à tous les hommes, il faudra l’étendre à toutes les femmes. Néanmoins, tant que le suffrage sera restreint, je ne propose pas qu’on octroie le droit de vote à d’autres femmes que celles qui répondent aux critères de propriété. Si, comme le suppute l’un des orateurs, les jeunes dames devaient attacher tant d’importance au vote qu’elles refuseront d’y renoncer afin de se marier, je ne peux que répondre que si elles ne souhaitent pas se marier sans le droit de vote, on les autorisera sûrement à le conserver (bravo, rires). Pour ce qui est de la fin des autres interdictions qui frappent les femmes, elles ne sont pas à l’ordre du jour. Certes, il y a beaucoup d’arguments et de considérations qu’il ne faut pas oublier de prendre en compte lorsque l’on traite de ces questions plus générales, mais je ne ferai pas de commentaires aujourd’hui parce qu’elles sont absentes de la motion. Je dirai seulement que si nous devions avec l’expérience, surtout une fois que nous aurons l’expérience des conséquences de l’admission au droit de vote, décider que les femmes mariées doivent pouvoir voter15 ou que les femmes doivent avoir l’accès aux emplois et occupations qui leur demeurent interdits, alors si l’ensemble de l’opinion pense qu’elles doivent l’avoir, elles l’auront sûrement.

Notes

1 Comme le veut l’usage, Mill s’adresse au Speaker qui préside la Chambre des communes.

2 Le discours provenant des archives parlementaires, il fait figurer les acclamations des autres élus.

3 Cette remarque fait écho à la position philosophique de Mill qui rejetait la notion de droits naturels préalables au contrat social que défendit en son temps Locke, pour ne citer qu’un exemple.

4 En anglais expediency et non utility.

5 William Gladstone (1809-1898), grand homme d’État et dirigeant du parti libéral.

6 On considère traditionnellement que ce principe a été mis en avant par la Grande Charte (Magna Carta) de 1215.

7 Chef de famille, femme majeure non-mariée.

8 Parmi les partisans du droit de vote des femmes, certains, comme Emily Davies, désiraient faire campagne pour que soient, au moins dans un premier temps, admises au suffrage les femmes en position de chefs de famille. D’autres, majoritaires, voulaient que les épouses bénéficient du droit de vote au même titre que leurs maris, lorsqu’ils remplissaient les conditions exigibles.

9 Mill fait ici allusion à la controverse sur l’interdiction des réunions publiques de la Ligue pour la réforme électorale (Reform League) imposée par le gouvernement en 1866, à laquelle il s’était fortement opposé. N’étant pas parvenu à infléchir la position officielle, il avait déconseillé aux partisans de défier ladite interdiction et la réunion s’était tenue à la halle de l’agriculture à Islington et Mill y avait fait un discours (R. Reeves, John Stuart Mill : Victorian Firebrand, p. 384).

10 Cicéron, Lettres à Atticus, II, 1 : « Dicit enim tanquam in Platonis politeia, non tanquam in Romuli faece sententiam. » (« Il opine comme dans la République de Platon, et nous sommes la lie de Romulus. »)

11 Elisabeth Garrett-Anderson (1836-1917) réussit, malgré une très forte opposition, à devenir la première femme diplômée de médecine.

12 La Royal Academy of Arts fut fondée en 1768 par le roi George III, elle comprenait alors deux femmes parmi ses membres élus. Mais, jusqu’au xxe siècle, aucune autre femme ne fut élue.

13 Le statut de feme coverte, qui faisait de l’épouse une véritable enfant sous l’autorité de son mari, ne serait véritablement modifié qu’avec les lois sur la propriété des femmes mariées de 1870 et 1882.

14 D’après la source, à la fin de son discours, Mill proposa son amendement qui remplaçait le terme « homme » par le terme « personne » dans l’article quatre du projet de loi sur la réforme du droit de vote qui modifiait les conditions de propriété afférentes au droit de vote dans les comtés. Après plusieurs discours, Mill conclut le débat parlementaire.

15 Le projet de loi qui faisait l’objet d’un examen ne prévoyait que d’étendre aux femmes les nouvelles dispositions de la réforme électorale qui prévoyait de limiter l’accès au droit de vote des chefs de famille répondant aux exigences censitaires.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540