Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

John Stuart Mill et Harriet Taylor : écrits sur l'égalité de sexes

 | 
Françoise Orazi

Anthologie

Auguste Comte et le positivisme

« Auguste Comte and Positivism », Westminster Review, avril 1865

Texte intégral

John Stuart Mill publia deux articles sur la philosophie de Comte dans la Westminster Review en avril et en juillet , plus de vingt ans après avoir interrompu sa correspondance avec le philosophe ançais. Les articles firent ensuite l'objet d'une publication sous le titre Auguste Comte and Positivism. L'extrait ci-dessous provient du premier article.

[…]

1M. Comte considère qu’à l’origine [la vie de famille] était la seule source des sentiments sociaux et qu’elle demeure encore aujourd’hui la plus importante. C’est, selon lui, la seule école où l’homme peut apprendre l’altruisme et où les sentiments et la conduite qu’exigent les relations sociales peuvent être rendus habituels. Ce sujet fournit à M. Comte l’occasion de faire connaître son opinion sur la manière dont la famille doit être constituée et, plus particulièrement, sur l’institution du mariage : celle-ci est on ne peut plus orthodoxe et conservatrice. M. Comte ne se contente pas de partager la conception chrétienne courante, il plaide pour la conception catholique la plus stricte et reproche aux nations protestantes d’avoir porté atteinte à l’indissolubilité du mariage en autorisant le divorce. Il admet que les modifications intervenues grâce à l’évolution de la société ont été bénéfiques, dans une certaine mesure, et que d’autres évolutions auront encore lieu. Mais il insiste fortement sur le fait que ces changements ne peuvent concerner ce qu’il considère comme les principes essentiels du mariage, à savoir l’irrévocabilité de l’engagement et l’entière subordination de l’épouse à l’époux, ainsi que, plus généralement, de la femme à l’homme. Mais il s’agit là justement des aspects les plus contestables de l’organisation actuelle de la société pour ce qui concerne cette question capitale du mariage. Aussi déplaisant que soit une telle affirmation quand elle concerne un philosophe, l’opinion de M. Comte sur ces deux points s’explique par des incidents de sa vie qui ont été rendus publics par ses biographes : il a eu un différend avec sa femme*. Plus tard, sous l’influence de circonstances tout aussi personnelles, ses opinions et ses sentiments concernant les femmes furent fortement modifiés, sans pour autant devenir plus rationnels. En effet, dans son dernier projet social, les femmes ne sont plus traitées comme de grands enfants mais décrites comme des déesses, et M. Comte, avec exaltation, leur accorde force privilèges, honneurs et dispenses mais les prive toujours de justice tout simplement. Pour ce qui concerne le deuxième principe, c’est-à-dire l’irrévocabilité du mariage, on peut concéder que M. Comte a su rester impartial, car c’est la doctrine opposée qui lui aurait été plus utile à titre personnel ; mais c’est bien là la seule concession possible, puisque son argument est non seulement futile, mais aussi contradictoire. Il affirme que si l’on avait le droit de divorcer, on passerait sa vie dans une succession infinie d’expériences et d’échecs, et se félicite ainsi que les comportements et sentiments modernes ont dans l’ensemble permis d’éviter les effets désastreux auxquels on aurait pu s’attendre dans les pays protestants qui ont autorisé le divorce. Il n’a pas pu voir que si les habitudes et les sentiments modernes ont bien résisté à ce qu’il définit comme une tendance à moins de rigueur dans la loi sur le mariage, ce doit être parce que les habitudes et les sentiments modernes ne sont pas de nature à affronter l’enchaînement perpétuel de nouvelles épreuves qu’il craint.

2Si la nature humaine a tendance à la recherche du changement et de la variété, elle a aussi tendance à la constance, lorsqu’il s’agit de questions qui touchent au bonheur quotidien ; lorsqu’on a autant étudié l’histoire que M. Comte, on devrait savoir que depuis que l’homme a renoncé au nomadisme pour s’établir comme agriculteur, c’est la tendance à la constance qui s’est affirmée au détriment du changement. Tout montre que la mesure de la régularité des relations conjugales est presque exactement proportionnelle à celle de la civilisation industrielle. La vie militaire et ses longues périodes d’inactivité, de même que la vie de ceux qui ne travaillent pas, fournissent les conditions propices à une sexualité dissolue ou à ce que l’imagination soit livrée à des errements prolongés ayant trait à celle-ci. En revanche, les hommes occupés n’ont de temps à consacrer ni à l’un ni à l’autre. Leur foyer doit être un lieu de repos et non pas un endroit où ils seraient en proie à une excitation et à des perturbations perpétuellement renouvelées. Par conséquent, dans l’état actuel de la société moderne, il n’est pas probable que le mariage ne soit pas souvent synonyme, pour les deux parties, d’un désir sincère d’union permanente. M. Comte a lui-même montré que les choses se passent bien ainsi dans les pays qui ont autorisé le divorce et tout porte à croire que ce droit, s’il est accordé ailleurs, ne fera généralement que l’objet d’une utilisation légitime : permettre à ceux qui ont commis une erreur qu’on ne peut leur reprocher ou que l’on peut même excuser, et qui ont ainsi échoué dans leur première tentative de trouver le bonheur conjugal, de se libérer du pénible joug (en respectant pleinement les intérêts de tous ceux qui sont concernés) et d’aller tenter leur chance sous de meilleurs auspices […]

 

* Pour rendre justice aux deux, il faut noter qu’il a continué d’exprimer une haute opinion d’elle, à la fois sur le plan moral et sur le plan intellectuel, dans des lettres rendues publiques, tandis qu’elle n’a cessé de montrer un vif intérêt pour lui et sa renommée, ainsi que l’attestent M. Littré et la propre correspondance de M. Comte.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540