Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

John Stuart Mill et Harriet Taylor : écrits sur l'égalité de sexes

 | 
Françoise Orazi

Anthologie

Considérations sur le gouvernement représentatif

Considerations on Representative Government, 1861

John Stuart Mill

Texte intégral

Paru deux ans après On Liberty, l’ouvrage Considerations on Representative Government est l’occasion pour Mill de compléter l’exposé de sa philosophie politique. Il se prononce en faveur du suffrage universel, dans un contexte où le droit de vote est réservé à environ un homme sur cinq. Dans l’extrait proposé, Mill indique que l’esprit du suffrage universel exige l’octroi du vote aux femmes.

 

chapitre viii [p. 479-481] – De l’extension du suffrage

[…]

1Dans l’argumentation qui précède, en faveur d’un suffrage universel mais gradué, je n’ai pas tenu compte de la différence des sexes : je considère qu’en matière de droits politiques, elle n’est en rien pertinente, pas plus que la différence de taille ou la couleur des cheveux. Un bon gouvernement présente le même intérêt pour tous les êtres humains : il affecte également le bien-être de tous, et chacun a le même besoin de pouvoir y faire entendre sa voix afin de garantir sa part des avantages qu’offre celui-ci. Si différence il doit y avoir, alors ce sont les femmes qui devraient en bénéficier plutôt que les hommes, puisque, étant physiquement plus faibles, elles dépendent plus de la société et de la loi pour ce qui concerne leur protection. L’humanité a depuis longtemps abandonné les seules prémisses qui permettent de conclure que les femmes ne devraient pas avoir le droit de vote. Personne n’affirme plus que les femmes doivent être asservies, qu’elles ne devraient avoir ni pensées, ni désirs, ni activités hormis leur rôle de bonne à tout faire au service de leurs maris, pères ou frères. Comme c’est le cas pour les hommes, on concède à celles qui ne sont pas mariées (et on n’est pas loin de l’accorder aux femmes mariées), le droit de propriété et le droit d’avoir des intérêts pécuniaires et commerciaux. On considère qu’il est convenable et séant que les femmes puissent penser, écrire et enseigner. Dès lors que l’on admet tout cela, la disqualification politique ne repose plus sur rien. Le mode de pensée moderne se prononce entièrement et de plus en plus clairement contre l’idée selon laquelle la société aurait le droit de décider, en lieu et place des individus, de ce qu’ils peuvent ou ne peuvent pas faire, de ce qu’ils seront autorisés ou pas à entreprendre.

2Si les principes de la politique et de l’économie politique moderne ont bien une utilité, c’est celle qui consiste à démontrer que seuls les individus eux-mêmes peuvent légitimement juger de ce qui leur convient et que, lorsqu’il y a liberté de choix, sans aucune restriction, alors, partout où il existe de réelles différences d’aptitudes, la grande majorité des individus se consacreront toujours aux tâches pour lesquelles ils sont généralement les plus capables et seules les exceptions auront des trajectoires exceptionnelles. Soit c’est toute la tendance du progrès social moderne qui s’est fourvoyée, soit il faut que ce dernier aille jusqu’à l’abolition complète de toutes les exclusions et de toutes les incapacités qui interdisent l’accès à toute forme d’emploi honnête à n’importe quel être humain.

3Mais il n’est même pas nécessaire d’énoncer ces arguments pour prouver que les femmes devraient avoir le droit de vote. Fût-il aussi juste qu’il est injuste que les femmes constituent une classe subalterne, enfermées dans leurs foyers, cantonnées aux tâches ménagère et placées sous l’autorité du chef de famille, elles auraient toutefois besoin du droit de vote pour se protéger des abus de cette autorité.

4Ce n’est pas pour gouverner que les hommes, comme les femmes, ont besoin de droits politiques, mais pour se prémunir contre les mauvais gouvernements. La plupart des hommes ne sont, et ne demeureront, que des travailleurs dans les champs de blé ou les usines. Mais ce fait ne rend pas leur droit au suffrage moins désirable, ni leur revendication d’en disposer (quand ils ne sont pas susceptibles d’en faire mauvais usage) moins convaincante.

5Personne ne prétend penser que les femmes feraient un mauvais usage du suffrage. Le pire que l’on puisse dire c’est que leur vote serait celui d’un simple serviteur aux ordres des hommes de la famille. Si ce doit être le cas, qu’il en soit ainsi. Il y a beaucoup à gagner si elles pensent par elles-mêmes et rien à perdre si ce n’était pas le cas.

6Il est bon que les êtres humains se débarrassent de leurs fers, même s’ils ne désirent pas marcher. Ce serait déjà un grand progrès pour la situation morale des femmes, si, pour ce qui concerne des enjeux qui constituent les préoccupations principales du genre humain, la loi ne les déclarait pas incapables d’avoir une opinion et ne leur refusait le droit de disposer d’un choix. Sur le plan individuel, il serait salutaire qu’elles disposent de quelque chose que les hommes de leur famille ne pourraient leur prendre de force et qu’ils seraient néanmoins désireux d’avoir. Un autre avantage de taille réside dans le fait que le mari discuterait forcément de ces questions avec son épouse et qu’ainsi le vote ne serait pas seulement sa préoccupation à lui mais bien une affaire commune.

7Les gens mesurent mal à quel point le fait que la femme puisse avoir une action sur le monde extérieur indépendamment de l’homme lui donne dignité et valeur aux yeux de l’homme du commun et fait d’elle l’objet d’un respect qu’il n’accorde jamais à celle dont il peut entièrement s’approprier l’existence sociale, quelles que soient au demeurant ses qualités individuelles. La qualité du vote n’en serait que meilleure : l’homme serait souvent obligé de trouver de bonnes raisons pour justifier son vote, de manière à convaincre un caractère plus droit et impartial de servir sous la même bannière. L’influence de son épouse le pousserait à rester fidèle à son opinion véritable. Bien sûr, on verrait fréquemment cette influence s’exercer en faveur, non pas du principe public, mais de l’intérêt personnel ou de la vanité temporelle de la famille. Mais les épouses qui auraient tendance à exercer leur influence en ce sens le font déjà pleinement dans la situation actuelle, et ce d’autant plus, qu’étant généralement tout à fait étrangères à la politique et au fait que celle-ci se fonde sur des principes, elles ne peuvent se rendre compte qu’elle inclut une question d’honneur. Or, en matière d’honneur, il en va de même qu’en matière de religion : pas plus qu’ils ne peuvent comprendre les sentiments religieux de ceux qui ont une religion différente de la leur, la plupart des gens ne comprennent que très mal les questions d’honneur des autres quand leur propre honneur n’est pas lui-même concerné. Donnez le droit de vote aux femmes et elles seront sensibles à cette question d’honneur politique. Elles apprendront à considérer la politique comme un domaine sur lequel elles peuvent se forger une opinion et dans lequel le fait d’avoir une opinion oblige à agir en conséquence. Elles sentiront alors que leur responsabilité personnelle est engagée et n’auront plus l’impression, comme c’est le cas actuellement, qu’aussi mauvaise que puisse être leur influence, tout va bien du moment que l’homme se laisse persuader, puisque tout est du ressort de sa responsabilité. Ce n’est qu’en étant encouragée à se forger sa propre opinion et à parvenir à une compréhension intelligente des raisons que la conscience devrait préférer aux tentations de l’intérêt personnel ou familial, qu’une femme peut cesser de troubler la conscience politique de l’homme. On ne peut empêcher son intervention indirecte d’être malveillante en politique qu’en lui donnant la possibilité d’une intervention directe en échange.

  • 1 La reine Victoria régna de 1837 à 1901.
  • 2 Il s’agit sans nul doute d’Élisabeth Ire, dont le règne de 1558-1603 fut marqué par la paix civil e (...)
  • 3 Jeremy Bentham (1748-1832), philosophe et réformateur britannique.
  • 4 Surnommé le « Bentham d’Hallamshire », ce philosophe britannique (1791-1870) appartenait aussi au c (...)
  • 5 Mill accordait beaucoup de valeur au système de représentation proportionnelle inventé par Thomas H (...)

8Jusqu’ici, j’ai supposé que le droit de vote dépend, comme ce devrait être le cas dans un bon ordre des choses, de conditions personnelles. Mais lorsque le vote se fonde, comme dans ce pays et dans la plupart des autres, sur la propriété, la contradiction que j’ai évoquée est encore plus flagrante. En effet, lorsqu’une femme donne toutes les garanties requises d’un électeur masculin, que ce soit l’indépendance matérielle, un titre de propriété ou un bail à son nom, la position de chef de famille, le paiement d’impôts, ou quelque autre condition imposée, on met de côté le système et le principe même du suffrage basé sur la propriété et l’on crée une disqualification personnelle dérogatoire dans le seul but de l’exclure : il s’agit là d’un cas d’irrationalité tout à fait exceptionnel. Si l’on ajoute à ce constat que dans le pays où l’on pratique cette exclusion, c’est une femme qui règne en ce moment1, et que le souverain le plus glorieux de toute l’histoire de notre pays fut aussi une femme2, on apporte la touche finale à ce tableau de déraison et d’injustice à peine masquée. On ne peut qu’espérer qu’alors que sont abattus, un à un, les vestiges de ces édifices en décomposition que sont le monopole et la tyrannie, celui-ci ne sera pas le dernier à tomber ; que l’opinion de M. Jeremy Bentham3, de M. Samuel Bailey4, de M. Thomas Hare5 et de nombreux autres formidables penseurs politiques de notre temps et de notre pays (pour ne rien dire des autres) parviendra à toucher les esprits que l’égoïsme et les préjugés invétérés n’ont pas rendu tout à fait sourds, et que, sans attendre la prochaine génération, on considérera que le hasard du sexe, ne peut, pas plus que le hasard de la couleur de la peau, être une justification suffisante pour priver la personne concernée de l’égale protection et des justes privilèges dus à un citoyen.

Notes

1 La reine Victoria régna de 1837 à 1901.

2 Il s’agit sans nul doute d’Élisabeth Ire, dont le règne de 1558-1603 fut marqué par la paix civil et l’enrichissement du pays.

3 Jeremy Bentham (1748-1832), philosophe et réformateur britannique.

4 Surnommé le « Bentham d’Hallamshire », ce philosophe britannique (1791-1870) appartenait aussi au courant utilitariste.

5 Mill accordait beaucoup de valeur au système de représentation proportionnelle inventé par Thomas Hare, juriste et théoricien politique (1806-1891).

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540