Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

John Stuart Mill et Harriet Taylor : écrits sur l'égalité de sexes

 | 
Françoise Orazi

Anthologie

De la liberté

On Liberty, 1859

Texte intégral

Ce texte, auquel Mill a refusé d’apporter des modifications parce qu’il le considérait comme une oeuvre commune (voir dans l’anthologie « Autobiographie »), est largement reconnu comme l’un des textes fondateurs du libéralisme en ce sens, notamment, qu’il valorise la sphère de l’individu face à toutes les atteintes à sa liberté (y compris celles portées par la majorité). Les quelques courts extraits reproduits ici montrent que pour l’auteur, la domination masculine compte parmi celles-ci.

 

chapitre i [p. 220-221] – Introduction

[…]

1Se protéger contre la tyrannie du magistrat ne suffit donc pas. Il faut aussi se protéger contre la tyrannie de l’opinion et du sentiment dominant, contre la tendance de la société à imposer, par d’autres moyens que les sanctions pénales, ses propres idées et ses propres pratiques comme règles de conduite à ceux qui ne seraient pas du même avis. Il faut encore se protéger contre sa tendance à entraver le développement, voire à empêcher la formation de toute individualité qui ne serait pas en harmonie avec ses us et coutumes et à forcer tous les caractères à se façonner sur un modèle préétabli. Il existe une limite à l’ingérence légitime de l’opinion collective dans l’indépendance individuelle : trouver cette limite et la défendre contre tout empiétement éventuel est tout aussi indispensable à la bonne marche des affaires humaines que se protéger contre le despotisme politique.

 

2Mais si cette question n’est guère contestable en théorie, celle de savoir où placer cette limite dans la pratique (c’est-à-dire trouver le juste milieu entre indépendance individuelle et contrôle social) est un domaine où presque tout reste à explorer. Tout ce qui donne sa valeur à notre existence repose sur les restrictions posées aux actions d’autrui. Il est donc nécessaire d’imposer certaines règles de conduite, par la loi d’abord ; puis, pour les nombreuses questions qui ne sont pas de son ressort, par l’opinion. Ce que doivent être ces règles est le problème majeur des sociétés humaines. C’est un problème qui, à de rares exceptions près, n’a pas encore trouvé de solution véritable. Il n’y a pas deux époques, voire deux pays, qui l’aient tranché de la même façon ; et la solution adoptée par une époque ou un pays donné a toujours été une source d’étonnement pour les autres. Pourtant, l’humanité n’a jamais accordé à ce problème qu’une attention limitée, comme s’il y avait toujours eu consensus sur la question. Les règles qui ont cours dans les différents pays sont si évidentes pour leurs habitants qu’elles semblent naturelles. Cette illusion universelle est un exemple de l’influence magique de l’habitude qui, comme le dit le proverbe, devient non seulement une seconde nature, mais se confond constamment avec la première. La coutume, qui neutralise toute critique éventuelle des règles de conduite que l’humanité s’impose à elle-même, est une arme d’autant plus efficace que nul n’éprouve généralement le besoin de la remettre en question, que ce soit collectivement ou individuellement. Les gens ont pris l’habitude de croire que, sur ce genre de questions, leur sentiment personnel prévaut sur la raison, rendant tout raisonnement superflu ; d’ailleurs, certains qui passent pour des philosophes les ont encouragés dans ce sens. Dans la pratique, le principe qui détermine leur opinion sur la conduite que chacun devrait adopter provient du sentiment que l’humanité entière devrait se conduire comme il leur plaît à eux ou à leurs proches. Certes, personne ne reconnaît qu’un tel jugement est le fruit de son inclination personnelle. Pourtant, lorsqu’on a une opinion sur la conduite à adopter qui n’est pas fondée dans le raisonnement, il faut bien admettre qu’il s’agit d’une inclination personnelle. Si, lorsqu’on a effectivement recours à des raisons pour justifier ce choix, on se contente d’évoquer les inclinations d’autres personnes, il s’agit bien toujours d’inclination personnelle, celle de la multitude plutôt que celle d’une seule personne. Cependant, que l’inclination de l’homme ordinaire soit régie par celle du plus grand nombre est pour lui non seulement un critère tout à fait satisfaisant, mais c’est, en général, le seul qui détermine toutes ses notions de moralité, de goût ou de convenance (autant de questions qui ne sont pas expressément abordées par sa religion), voire le critère qui détermine même l’interprétation de sa foi. En conséquence, les opinions des hommes sur ce qui est louable ou blâmable sont le produit de causes multiples : tantôt la raison, tantôt les préjugés ou les superstitions, souvent la sociabilité, assez fréquemment les penchants antisociaux, l’envie ou la jalousie, l’arrogance ou le mépris ; mais surtout l’ambition ou la peur de perdre, l’intérêt, légitime ou illégitime, autant de causes qui influencent leurs désirs concernant la conduite d’autrui ou toute autre question. Partout où existe une classe dominante, c’est, dans une large mesure, de ses intérêts et de son sentiment de supériorité qu’émane la moralité du pays. Spartiates et Ilotes, planteurs et esclaves, princes et sujets, nobles et roturiers, hommes et femmes : la morale est d’abord issue des intérêts et des sentiments de classe. Et les sentiments ainsi engendrés agissent à leur tour sur les conceptions morales de la classe dominante dans les relations entre ses membres. En revanche, lorsqu’une classe autrefois dominante perd son influence ou lorsque cette position dominante devient impopulaire, la morale qui prévaut porte fréquemment l’empreinte d’une vive aversion de toute supériorité. […]

chapitre iii [p. 269-271] – De l’individualité comme l’un des Éléments du bien-être

[…]

3J’ai dit qu’il était important de laisser le plus de champ possible aux choses contraires à l’usage afin qu’on puisse voir en temps voulu lesquelles méritent de passer dans l’usage. Mais l’indépendance d’action et le dédain de l’usage ne méritent pas seulement d’être encouragés pour la chance qu’ils donnent de découvrir de meilleures façons d’agir et des coutumes plus dignes d’être adoptées par tous. Il n’y a pas que les gens dotés d’un esprit supérieur qui puissent prétendre à mener la vie qui leur plaît. Il n’y a pas de raisons pour que toute existence humaine doive se construire sur un modèle unique ou sur un petit nombre de modèles.

4Pour quiconque possède une dose suffisante de sens commun et d’expérience, le meilleur projet de vie possible est celui qu’il dessine lui-même, non pas parce qu’il est le meilleur en soi, mais parce qu’il est le sien. Les êtres humains ne sont pas des moutons ; et même les moutons ne sont pas rigoureusement identiques au point qu’on ne puisse pas les distinguer entre eux. Un homme ne trouve un habit ou une paire de bottes qui lui vont que s’ils sont faits sur mesure ou s’il dispose d’un magasin entier pour faire son choix. Trouve-t-on plus facilement chaussure à son pied que vie à sa convenance ? Ou se peut-il qu’il y ait moins de diversité dans la conformation physique et intellectuelle des hommes que dans la forme de leurs pieds ? Ne serait-ce que parce que les hommes n’ont pas tous les mêmes goûts, il ne faut pas tenter de les fabriquer tous sur le même modèle. Il y a autant d’hommes que d’itinéraires intellectuels : de même que les plantes ne peuvent pas toutes vivre sous le même climat ou dans le même milieu, les hommes ne peuvent pas tous prospérer dans la même morale. Les mêmes choses qui aident une personne à cultiver sa nature supérieure peuvent, au contraire, constituer des obstacles pour une autre. Le même mode de vie est pour l’une une stimulation salutaire qui entretient au mieux ses facultés d’action et de jouissance, tandis que pour l’autre il est un fardeau gênant qui suspend ou détruit la vie intérieure. Il y a de telles différences entre les hommes, dans leurs sources de plaisir, dans leurs degrés de sensibilité à la souffrance et dans leur manière de ressentir l’effet des diverses influences physiques et morales, qu’à moins que leurs modes de vie ne reflètent ces différences, ils ne pourront jamais prétendre à leur part de bonheur ni s’élever à la stature intellectuelle, morale et esthétique dont leur nature est capable. Pourquoi donc la tolérance devrait-elle seulement se limiter, dans le sentiment du public, aux goûts et aux modes de vie qui sont si répandus qu’ils ne peuvent manquer de recueillir l’assentiment ? La diversité des goûts n’est complètement niée nulle part (si ce n’est dans les institutions monastiques). Une personne peut, sans encourir de blâme, aimer ou ne pas aimer le canotage, le cigare, la musique, la gymnastique, les échecs, les cartes ou l’étude, et cela parce que ceux qui aiment l’une de ces choses et ceux qui la détestent sont trop nombreux pour être réduits au silence. Mais les hommes, et plus encore les femmes, qui peuvent être accusés soit de faire « ce que personne ne fait », soit de ne pas faire « ce que tout le monde fait », peuvent se voir autant dénigrés que s’ils avaient commis quelque grave délit moral. Il faut que les gens aient un titre ou possèdent quelqu’autre rang, ou encore qu’ils bénéficient de la considération des personnes de rang pour qu’ils puissent se permettre un tant soit peu le luxe de faire ce qui leur plaît, sans nuire à leur réputation. Se le permettre un tant soit peu, je le répète, car quiconque se permet trop ce luxe risque bien pire que l’injure, à savoir d’être traduit devant une commission de lunatico et de se voir enlever ses biens au profit de sa famille.* […]

 

* Il y a quelque chose de méprisable et de terrifiant à la fois dans le genre de témoignage ou preuve sur lesquels on peut, depuis quelques années, déclarer toute personne judiciairement incapable de diriger ses affaires et, après sa mort, tenir pour non-avenue la disposition qu’elle a faite de ses biens, si l’on trouve de quoi payer les frais de justice qui sont d’ailleurs prélevés sur les biens eux-mêmes. On fouille dans tous les menus détails de sa vie quotidienne, et tout ce qu’on trouve qui, aux yeux et aux dires de la pire crapule, semble différer un peu de la banalité la plus stricte, est présenté au jury comme preuve de folie ; et cela réussit souvent, les jurés étant à peine moins vulgaires et ignorants que les témoins, tandis que les juges, avec cette extraordinaire ignorance de la nature humaine et de la vie qui ne cesse de nous étonner chez les juristes anglais, contribuent souvent à les induire en erreur. Ces procès en disent long sur l’état des sentiments et des opinions du vulgaire sur la liberté humaine. Loin de valoriser l’individualité, loin de respecter le droit de tout individu d’agir dans les choses indifférentes comme son jugement et ses inclinations l’y portent, les juges et les jurés ne peuvent même pas concevoir qu’une personne saine d’esprit puisse désirer une telle liberté. Jadis, quand on proposait de brûler des athées, des gens charitables suggéraient de les mettre plutôt dans une maison de fous. On ne s’étonnerait pas de voir faire la même chose aujourd’hui et de voir les acteurs s’applaudir d’avoir adopté une manière si humaine et si chrétienne de traiter ces infortunés au lieu de les persécuter pour raisons religieuses, non sans une satisfaction secrète de leur avoir fait un sort selon leur mérite.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540