Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

John Stuart Mill et Harriet Taylor : écrits sur l'égalité de sexes

 | 
Françoise Orazi

Anthologie

Lettre à Sir George Grey

« To Sir George Grey », 1851

John Stuart Mill

Texte intégral

Lord Grey (1799-1882) était ministre de l’Intérieur dans le gouvernement whig de 1846-1852 que dirigea John Russell. À l’occasion de l’affaire Sarah Chesham, surnommée « Sally arsenic », une empoisonneuse en série acquittée lors d’un premier procès et reconnue coupable dans une deuxième affaire, le comte de Carlisle avait déposé un projet de loi sur la réglementation de la vente de l’arsenic à la Chambre des lords, dont il était l’un des membres. Au cours de la troisième lecture le 24 mars, une clause supplémentaire visant à limiter la vente aux seuls hommes adultes fut ajoutée. Le projet de loi ainsi amendé fut voté sans débat préalable par les Communes le 23 mai 1851.

 

India House
Le 5 mai 1851
Monsieur

 

1J’espère pouvoir être excusé de vous adresser ainsi, plutôt que par voie de presse, une remontrance concernant la grave insulte à toutes les femmes de ce pays qui est contenue dans le projet de loi visant à réguler la vente de l’arsenic que la Chambre des communes examine en ce moment. La disposition en question ne faisait pas partie du projet dans sa première version mais a été ajoutée lors du passage à la Chambre des lords, par l’un de ses membres, je ne sais lequel : elle prévoit l’interdiction de vendre une quantité d’arsenic de moins de dix livres à toute autre personne qu’un « homme majeur », les femmes étant, indépendamment de leur position sociale, considérées comme inaptes à la détention du poison par peur qu’elles ne commettent un meurtre. Il est impossible de croire que le gouvernement ait donné son accord à une proposition si monstrueuse autrement que par inadvertance, et, même sans avoir eu l’honneur de faire votre connaissance, j’espère être excusé de prendre le risque d’être vu comme un importun en usant des moyens à ma disposition pour vous prier d’accorder votre attention à ce sujet, étant persuadé qu’il est impossible que vous l’ayez déjà considéré.

2Si la loi est votée avec cette disposition, il s’agira d’un recul, d’un retour à des idées et des pratiques appartenant à une époque barbare. Si l’esprit des temps présents est meilleur qu’avant c’est parce qu’il se caractérise par la tendance à l’élévation progressive des femmes qui conduit à mettre fin à leurs incapacités légales, à leur accorder plus de reconnaissance, leur attribuer une position plus importante, dans la société comme dans les foyers. Mais cette disposition constitue un pas en arrière : elle singularise les femmes pour les dégrader. Elle établit une restriction spéciale, une interdiction particulière qui ne touche qu’elles. Elle part du principe que les femmes s’adonnent plus au meurtre que les hommes ! Est-ce que les archives des infractions criminelles ou les rapports des tribunaux de police font apparaître que les crimes les plus atroces sont majoritairement commis par des femmes ? Chacun sait que c’est en fait tout le contraire, qu’on trouve beaucoup plus d’hommes que de femmes dans les rapports pénaux, la proportion exacte étant de l’ordre de quatre pour un. Sur quoi se fonde l’idée que l’on peut confier du poison aux hommes mais pas aux femmes si ce n’est sur le fait que ces dernières sont particulièrement cruelles ? Contrairement à l’esprit du temps et au sens du progrès qui veulent que les femmes deviennent les égales des hommes, ce projet de loi les stigmatise de la manière la plus dégradante et les infériorise précisément là où l’humanité s’accorde à les trouver supérieures : leur bonté morale.

3Si les restrictions que cette loi impose étaient appliquées à la fois aux hommes et aux femmes, cela reviendrait bel et bien à supprimer purement et simplement une des particularités – la plus précieuse – qui garantissent les libertés dont jouit le peuple anglais.

4Tout le monde, à l’exception du gouvernement et de ses représentants, serait traité comme un enfant. Mais au moins on accorderait à chacun la même justice, sans insulter ou dénigrer quiconque. L’Assemblée législative refuse de déclarer qu’on ne peut confier du poison aux hommes dans ce pays mais ne craint pas d’affirmer que les femmes ne sont pas dignes de la même confiance. Une telle loi qui s’appliquerait aux deux serait le reflet d’une frilosité, d’une trop grande précaution, mais si elle ne concerne que les femmes alors elle revient à déclarer que les Anglaises forment la classe des empoisonneuses par opposition aux Anglais. Et pour quelle raison sont-elles victimes d’une telle insulte ? Qu’est-ce qui a incité les législateurs ? Le simple fait que sur la douzaine d’assassinats commis dernièrement, deux ou trois ont reçu beaucoup d’attention parce qu’ils avaient été commis par des femmes qui avaient utilisé du poison. Est-ce le rôle de notre Parlement de modifier ses lois en fonction du hasard des détails du dernier meurtre dont il est question dans les journaux ? Si les deux ou trois derniers assassinats avaient tous été le fait d’hommes aux cheveux roux, les Chambres auraient aussi bien fait de voter aussitôt une loi interdisant aux rouquins d’acheter ou de posséder des armes mortelles.

5Le silence qu’ont gardé ceux qui étaient en position de faire entendre leurs voix justifie, je l’espère, que j’aie dû vous adresser cet appel si tardif. […]

Votre dévoué serviteur

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540