Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

John Stuart Mill et Harriet Taylor : écrits sur l'égalité de sexes

 | 
Françoise Orazi

Anthologie

Principes d’économie politique

The Principles of Political Economy with Some of Their Applications to Social Philosophy, 1848

John Stuart Mill

Texte intégral

La première édition de Principles of Political Economy date de 1848, les textes proposés ici sont traduits de la septième édition (1871).

 

livre i, chapitre viii, §5 [p. 127-128] – Trois causes rendent la division du travail productive

[…]

1Si un genre de travail, qu’il fasse appel aux muscles ou à l’intellect, diffère d’un autre, par cette raison même l’un sert, pour ainsi dire, de repos à l’autre. Certes, les premiers instants consacrés à la nouvelle tâche ne se feront peut-être pas au meilleur rythme, mais, à l’inverse, le rythme atteint dans la première besogne ne pourra être maintenu indéfiniment. L’expérience a mille fois démontré qu’un changement de travail apporte à l’esprit et au corps un soulagement que, sans cela, l’ouvrier eût trouvé seulement dans le repos absolu, et qu’une personne peut prolonger son travail plus longtemps si elle le varie. Des occupations variées mettent en action des muscles différents ou diverses facultés de l’esprit, et pendant que les uns travaillent, les autres se reposent. Le travail du corps lui-même est un repos pour le travail de l’esprit, et réciproquement. La variété a même un effet stimulant sur ce que, faute d’une expression plus convenable, nous appelons esprits animaux, si nécessaires à tout ce qui n’est pas travail mécanique. L’importance de ces considérations varie avec les individus. Quelques-uns sont plus aptes à une besogne uniforme, ils aiment peu le changement. II leur faut plus de temps pour se mettre en train, pour nous servir d’une expression devenue familière. Le désagrément de se mettre en train dure pour eux plus longtemps, leurs facultés ne se développent pas tout d’un coup ; une fois donc que ces premiers pas sont faits et que les difficultés sont surmontées, ils ne se soucient guère de s’arrêter pour recommencer ; ils vont même au détriment de leur santé. Le tempérament des gens n’est pas étranger à cette question. Il est certains hommes lents à concevoir, lents à rendre, et à qui le temps est indispensable. Il en est d’autres, au contraire, qui sont prompts à saisir, prompts à se mettre au courant des choses, à une tâche donnée, mais qui ne sauraient continuer longtemps sans s’épuiser. Mais si les facultés naturelles ont de l’influence sur ces résultats divers, l’habitude n’en a pas moins. Par une culture convenable, l’esprit et le corps apprennent à passer rapidement d’une occupation à une autre, et lorsque l’habitude est prise, il n’y a pas de temps perdu, comme le croit Adam Smith. Il n’y a pas défaut d’énergie et d’intérêt à sa tâche, mais au contraire, l’ouvrier attaque sa nouvelle besogne avec plaisir, et avec une fraîcheur vigoureuse qu’il n’eût pas conservée, s’il eût continué sans changer. Les femmes, du moins dans les circonstances où les a placées l’état social actuel, sont en général beaucoup plus versatiles que les hommes, et le sujet qui nous occupe fournit une preuve du peu de poids qu’ont eu jusqu’ici les idées et l’expérience des femmes dans la formation des opinions du genre humain. Il est peu de femmes qui ne rejettent bien loin d’elles l’idée que le travail est d’autant plus vigoureux, qu’il est plus longtemps prolongé, et qu’en changeant de tâche, ce travail perd de son efficacité. Mais en ce cas même, je le pense, l’habitude fait plus que la nature. Les occupations de neuf hommes sur dix sont spéciales ; celles de neuf femmes sur dix, au contraire, sont variées à l’infini, embrassent une multitude de détails dont chacun exige à peine quelques instants. Les femmes, par nécessité, passent d’une opération à une autre, soit mentale, soit physique, et cela sans effort et sans la moindre perte de temps. Mais les positions peuvent être renversées, et, en même temps qu’elles, les aptitudes reconnues en général. Ainsi, les femmes n’ont pas moins d’aptitudes que les hommes pour la besogne uniforme des manufactures, puisqu’elles y sont recherchées, et un homme qui a l’habitude de travaux divers, loin d’être, comme le dit Adam Smith, paresseux et lâche, est au contraire recherché pour son intelligence et son activité. Il est clair qu’il ne faut pas pousser cet argument à l’extrême et regarder le changement perpétuel comme utile au travail ; le changement continu est même plus fatiguant que l’uniformité d’occupation. […]

livre ii, chapitre xiii, §2 [p. 371-373] – Les raisons d’espérer un progrès

[…]

  • 1 Jean-Charles Léonard Simonde de Sismondi (1773-1842), économiste et historien suisse.

2Mais essayons d’imaginer ce qui arriverait si l’idée que la concurrence d’un trop grand nombre de bras est la cause principale de la misère venait à prévaloir dans la classe laborieuse, de telle sorte que chaque ouvrier estime, suivant l’expression de Sismondi1, que tout homme qui a plus d’enfants que les moyens d’existence dont il dispose dans la société ne lui permettent d’en nourrir, lui fait tort personnellement et remplit seul une place qu’il devrait partager. Il faudrait bien méconnaître la nature humaine pour supposer que cet état de l’opinion n’aurait pas une grande influence sur la conduite des classes laborieuses ; il faudrait ne pas songer combien les motifs qui portent la plupart des hommes, même à prendre soin de leur intérêt, sont tirés de considérations d’opinion, de la crainte d’être déconsidérés ou méprisés pour leur négligence. Sur le sujet qui nous occupe, on peut dire que cet excès de complaisance est autant un effet du poids de l’opinion que de l’instinct animal ; car en général, l’opinion, surtout dans les classes peu éclairées, attache l’idée de vigueur et de puissance à la force de l’instinct, et l’idée d’infériorité à l’absence d’instinct ou à la modération ; cette corruption de l’opinion vient de ce qu’elle voit, dans la puissance de l’instinct, le moyen et le signe de la puissance exercée sur d’autres êtres humains. Dès lors que l’on sera parvenu à se débarrasser de cette notion factice, on cessera de stimuler l’instinct ; l’opinion ayant pris une autre direction, une révolution ne tardera pas à s’opérer dans la conduite des hommes. Certes, on nous dit souvent que même si le lien entre les salaires et la taille de la population est fermement établi, le travailleur ne changera pas sa conduite parce que ce ne sont pas ses propres enfants qui occasionnent effectivement l’effondrement du marché du travail. Cela est vrai, mais il est vrai aussi que la fuite d’un soldat ne fait pas perdre une bataille ; aussi n’est-ce pas par cette considération que le soldat garde son rang. C’est le sentiment du mépris naturel et inévitable qui règle la conduite de tout individu et qui aurait une force irrésistible s’il était ressenti par la majorité. Les hommes bravent rarement l’opinion générale de la classe à laquelle ils appartiennent, à moins qu’ils ne soient soutenus par quelque principe plus élevé que la crainte de l’opinion ou par une force d’opinion qui vient d’ailleurs.

3Il faut bien considérer aussi que l’opinion dont il est ici question serait soutenue, dès qu’elle aurait pris quelque force, par la grande majorité des femmes. Ce n’est jamais par la volonté de la femme que les familles deviennent trop nombreuses ; c’est la femme qui supporte, outre les douleurs physiques et sa part des privations, l’intolérable labeur domestique qui résulte du trop grand nombre des enfants. Une multitude de femmes, qui n’osent aujourd’hui réclamer, accueilleraient comme une bénédiction une opinion qui les soulagerait d’un grand fardeau dès qu’elles se verraient soutenues par le sentiment public. Entre tous les usages barbares que la loi et la morale n’ont pas encore cessé de sanctionner, il n’en est point de plus dégoûtant que celui qui permet à un être humain de penser qu’il a des droits sur la personne d’un autre.

  • 2 La question du contrôle des naissances (on pense alors plutôt à retarder l’âge du mariage et à l’ab (...)

4Si la classe laborieuse dans son ensemble adoptait une bonne fois pour toutes l’opinion selon laquelle son bien-être exige la limitation du nombre des familles, les ouvriers respectables et de bonne conduite se conformeraient à cette opinion, et on ne verrait s’en affranchir que ceux qui font habituellement bon marché des devoirs sociaux. Alors il y aurait lieu de transformer l’obligation morale de ne pas avoir trop d’enfants en obligation légale : comme il est arrivé plusieurs fois après un progrès de l’opinion, la loi finirait par imposer à la minorité récalcitrante des obligations qui, pour produire leur effet, doivent être générales et auxquelles la majorité, les jugeant utiles, s’est volontairement soumise. Il n’y aurait pas besoin toutefois de sanction légale si les femmes étaient admises, comme il serait évidemment juste, à jouir des mêmes droits que les hommes. Qu’elles cessent d’être réservées par l’usage à une seule fonction physique dont elles tirent leurs moyens d’existence et leur influence, et elles auront voix, pour la première fois, aussi bien que les hommes, sur tout ce qui se rapporte à cette fonction : de toutes les améliorations réservées à l’espèce humaine et qu’il est aujourd’hui possible de prévoir, aucune, dans mon opinion, n’aurait des conséquences morales et sociales plus avantageuses que celle-ci.2 […]

livre ii, chapitre xiv, §5 [p. 394-396] – Pourquoi le salaire des femmes est inférieur à celui des hommes ?

5Le fait que les salaires des femmes sont généralement moins, voire beaucoup moins, élevés que ceux des hommes mérite considération. Ce fait est général. Lorsque les hommes et les femmes travaillent dans le même métier, pour lequel les uns et les autres ont la même aptitude physique, ils ne sont pas toujours inégalement rétribués. Dans les fabriques, les femmes gagnent quelquefois autant que les hommes, et il en est de même dans le tissage au métier où l’ouvrage étant à la pièce, la capacité des femmes se trouve soumise à une épreuve certaine. Lorsque la capacité est égale et le salaire inégal, le seul motif de cette inégalité que l’on puisse donner est la coutume, fondée sur le préjugé ou sur cet arrangement de la société actuelle, qui fait de chaque femme l’appendice de quelque homme, ce qui permet aux hommes de se tailler la part du lion dans tout ce qui est commun à l’un et à l’autre sexe. La question principale est celle relative à l’emploi spécial des femmes. Leur rémunération est toujours, à ce que je crois, bien au-dessous de celle qu’obtiennent les hommes dans des emplois également désagréables et qui exigent une égale habileté. Dans quelques-uns de ces cas, le fait s’explique par les considérations développées plus haut ; comme lorsqu’il s’agit des domestiques, dont les gages, en général, ne sont point mesurés par la concurrence, mais très supérieurs au cours du marché. Dans ces salaires supérieurs, comme dans tout ce qui est réglé par la coutume, les hommes obtiennent la plus belle part. Dans les métiers où les entrepreneurs tirent tout l’avantage qu’ils peuvent de la concurrence, la médiocrité des salaires des femmes, comparés à ceux des hommes, prouve que les métiers sont encombrés ; que, bien que le nombre des femmes vivant de salaires soit moindre que celui des hommes salariés, les professions que la loi et l’usage rendent accessibles aux femmes sont relativement si peu nombreuses que ces professions sont encore plus encombrées que les autres. On peut observer que, dans l’état où sont les choses, un encombrement ordinaire suffit pour faire baisser les salaires des femmes à un minimum bien inférieur à celui des hommes. Le salaire, au moins pour une femme célibataire, doit être suffisant pour l’entretenir : le minimum de ce salaire est l’équivalent de la nourriture absolument nécessaire pour conserver la vie d’un être humain. Actuellement, aussi bas que l’excès de la concurrence fasse tomber le taux courant du salaire d’un homme, ce salaire est toujours un peu supérieur à ce minimum. Lorsque la femme de l’ouvrier n’est point appelée par la coutume à contribuer au gain commun, le salaire de l’homme doit être au moins suffisant pour le nourrir, lui, sa femme et le nombre d’enfants nécessaire pour maintenir le chiffre de la population, car autrement ce chiffre diminuerait. Lors même que la femme gagne quelque chose, le salaire réuni des deux époux doit être suffisant non seulement pour les entretenir, mais pour entretenir, au moins durant quelques années, leurs enfants aussi. Donc le dernier terme de l’abaissement des salaires, hors le cas d’une crise temporaire ou d’un métier qui décline, ne peut se rencontrer dans aucune profession destinée à faire vivre ceux qui l’exercent, excepté les professions des femmes.

livre iv, chapitre vii3, §1 [p. 758-761] – La théorie de la dépendance et de la protection n’est plus applicable aux sociétés modernes

  • 3 Mill a écrit dans son autobiographie que ce chapitre était tout particulièrement dû à Taylor.

[…]

6Lorsque je parle ici et dans d’autres passages des « classes laborieuses » ou des travailleurs comme « classe » j’emploie ces locutions pour me conformer à la coutume et parce qu’elles expriment un état de relations sociales qui n’a rien de permanent. Je ne reconnais ni comme juste ni comme bon un état de société dans lequel il existe une « classe » qui ne travaille pas, où il y a des êtres humains qui, sans être incapables de travail et sans avoir acheté le repos au prix d’un travail antérieur, sont exempts de participation aux travaux qui incombent à l’espèce humaine. Mais tant que subsistera cette grande maladie sociale, une classe qui ne travaille pas, les travailleurs formeront, eux aussi, une classe, et on pourra en parler, provisoirement, comme d’une classe.

7L’état des travailleurs considéré au point de vue de la morale et de la société a été dans ces derniers temps l’objet de beaucoup plus d’études et de discussions que dans les temps antérieurs et l’opinion que cet état n’est pas ce qu’il doit être est devenue générale. Les projets qui ont été proposés, les discussions auxquelles ils ont donné lieu, sur des détails plutôt que sur le fonds même de la question, ont mis en lumière l’existence de deux théories opposées sur la position qu’il conviendrait que les travailleurs occupent. L’une peut être appelée la théorie de dépendance et de protection, et l’autre la théorie de l’indépendance.

  • 4 En français dans le texte.

8D’après la première de ces théories, le sort des pauvres, en tant que classe, devrait être réglé pour eux et non par eux. Il ne faudrait pas les encourager à penser par eux-mêmes, à donner à leur réflexion et à leur prévoyance une autorité dans le règlement de leur destinée. On suppose que le devoir des classes supérieures est de penser pour eux et de prendre la responsabilité de leur sort, comme le général et les officiers d’une armée sont responsables du sort des soldats qui la composent. Les classes supérieures, dit-on, doivent se préparer à remplir ce devoir consciencieusement, et leur attitude doit être propre à inspirer la confiance aux pauvres, afin que, pendant qu’ils acceptent d’obéir activement et passivement aux règles qu’on leur impose, ils s’abandonnent en toute autre chose à une insouciance4 confiante et se reposent à l’ombre de leurs protecteurs. D’après cette théorie (que l’on applique aussi aux rapports entre les hommes et les femmes), les rapports du riche avec le pauvre ne seraient qu’en partie des rapports de subordination ; ils auraient un caractère amiable, moral et sentimental ; ils constitueraient d’une part une tutelle bienveillante, de l’autre une déférence respectueuse et reconnaissante. Le riche serait une sorte de père pour le pauvre ; il le guiderait et le contiendrait comme un enfant. Il n’y aurait pas besoin que le pauvre agisse spontanément : on ne lui demanderait rien d’autre que son travail de chaque jour ainsi que d’être honnête et de vivre selon les préceptes religieux. La morale et la religion lui seraient aussi fournies par son supérieur, qui aurait soin de le faire enseigner convenablement et ferait ce qu’il faudrait pour qu’en retour de son travail et de son attachement, le pupille fût convenablement nourri, vêtu, logé, pieusement instruit et innocemment amusé. […]

9Je sens tout ce qu’il y a de séduisant dans le tableau que cette théorie fait de la société. Même si un tel état de fait n’a jamais existé, c’est bien dans le passé que les sentiments qui sont le fondement de cette théorie trouvent leur origine et lui confèrent ainsi quelque chose de réel. Comme l’idée d’une société qui n’est soutenue que par les rapports et les sentiments qui naissent de l’intérêt pécuniaire a quelque chose qui repousse, il y a quelque chose d’attrayant dans cette société remplie de forts attachements et de dévouements désintéressés. Les rapports de protecteur à protégé ont jusqu’à ce jour été la source principale de ces sentiments. Les affections les plus fortes des hommes, en général, sont pour les personnes ou les choses qui les séparent de quelque mal redouté. C’est pourquoi dans un temps de violence sans loi et d’insécurité, de mœurs grossières et dures, où la vie était à tout instant entourée de dangers et de souffrances pour ceux qui n’avaient ni pouvoir par eux-mêmes ni titre à la protection de quelqu’un, la protection généreusement accordée et reçue avec reconnaissance fut le lien le plus fort entre les hommes, et les sentiments issus de ces rapports furent les plus forts qu’ils connurent : tout l’enthousiasme, toute la tendresse des âmes les plus sensibles se sont définis par rapport à ce lien social et les principes de fidélité d’une part, de générosité chevaleresque de l’autre, sont devenus des passions. Je ne veux pas déprécier ces qualités. Mais l’erreur vient de ce qu’on n’aperçoit pas que les vertus et les sentiments de ce temps, comme les sentiments du clan et l’hospitalité de l’Arabe nomade, tiennent à un état social grossier et imparfait, et que les sentiments de protecteur et de protégé entre rois et sujets, riches et pauvres, hommes et femmes, cessent d’avoir cette beauté et tendresse pour caractéristiques du jour où il n’y a plus de dangers sérieux contre lesquels la protection soit nécessaire. Quels motifs y a-t-il pour que, dans l’état actuel de la société, des êtres humains de force moyenne et de moyen courage éprouvent une chaude reconnaissance et éprouvent du dévouement en retour d’une protection ? Les lois les protègent, lorsqu’elles ne manquent pas criminellement à leur devoir. Autrefois, pour être en sûreté, il fallait être sous la dépendance de quelqu’un : aujourd’hui, c’est la seule condition où, généralement parlant, l’on soit exposé à l’injustice. Les soi-disant protecteurs sont aujourd’hui, sauf exception, les seules personnes contre lesquelles on a besoin de protection. Les actes de brutalité et de tyrannie dont nos rapports de police sont remplis sont commis par des maris contre leurs femmes ; par des parents contre leurs enfants. Que la loi ne prévienne pas ces atrocités, qu’elle essaie, depuis peu, à peine de les réprimer ou de les punir sérieusement, c’est là la honte de ceux qui font et appliquent les lois et en aucune manière une nécessité. Tout individu de l’un ou de l’autre sexe qui possède ou qui peut gagner de quoi vivre sans le secours d’autrui n’a pas besoin d’une autre protection que celle que lui donne ou que devrait lui donner la loi. Ceci étant, on prouve que l’on connaît bien peu la nature humaine lorsqu’on tient pour démontré que les relations fondées sur la protection subsisteront toujours ; lorsqu’on refuse de voir que le rôle de protecteur et le pouvoir qui y est attaché, sans qu’aucune nécessité le justifie, doivent inévitablement inspirer des sentiments contraires à la loyauté. […]

livre iv, chapitre vii, §3 [p. 765-766] – Effets probables du progrès intellectuel sur un mouvement plus réglé de la population

10Il me semble impossible que le progrès de l’intelligence, de l’éducation, de l’amour de l’indépendance chez les classes laborieuses ne soit pas accompagné d’un progrès correspondant du bon sens qui se manifeste par les habitudes de prévoyance ; par conséquent il est probable que la population diminue peu à peu proportionnellement à l’emploi et au capital. Ce résultat si désirable serait bien plutôt atteint s’il était accompagné d’un autre changement qui est bien dans l’esprit de notre temps, l’ouverture d’occupations industrielles libres pour les deux sexes. Les mêmes motifs qui font qu’il n’est plus nécessaire que les pauvres dépendent des riches font qu’il n’est plus nécessaire que les femmes dépendent des hommes. Le moins qu’exige la justice, c’est que la loi et la coutume n’établissent pas la dépendance, lorsque la protection corrélative est devenue inutile, en faisant qu’une femme à laquelle le hasard n’a pas donné de biens patrimoniaux n’ait guère d’autres moyens de vivre que d’être épouse et mère. Que les femmes qui préfèrent cet état l’adoptent, mais c’est une injustice flagrante qu’il n’y ait pas d’autre choix, d’autre carrière possible pour la grande majorité des femmes, à l’exception des professions les plus humbles. Les idées et les institutions d’après lesquelles l’accident du sexe est le point de départ d’une inégalité de droits et d’une différence nécessaire de fonctions sociales seront bientôt reconnues comme un des grands obstacles à tout progrès moral, social et même intellectuel*. Ici, je n’indiquerai parmi les effets qu’aurait probablement l’indépendance industrielle et sociale des femmes qu’une grande diminution des maux à l’excès de population. C’est en employant exclusivement à la fonction de faire des enfants la moitié de l’espèce humaine, c’est parce qu’un sexe tout entier n’a pas d’autre occupation et que l’autre y est constamment mêlé que l’instinct animal dont il s’agit a pris les proportions démesurées et l’influence énorme qu’il a exercée jusqu’à ce jour dans la vie des hommes.

 

  • 5 Mill fait ici allusion au Great Reform Act de 1832, qui stipule que sont autorisés à voter les homm (...)

* Il est réellement honteux que, sous le règne d’une femme, la législation n’ait rien fait pour diminuer le moins du monde l’injustice dont les femmes sont victimes. La populace brutale peut encore battre et presque tuer les femmes, sans, pour ainsi dire, être punie pour cela : quant à l’état civil et social, lorsqu’on a proposé un nouveau projet de réforme destiné à étendre les franchises électorales5, on n’a pas eu l’idée de reconnaître quelque chose comme une égalité de droits, par exemple en admettant à voter les femmes de la même classe, ayant les mêmes propriétés et les mêmes qualifications que les hommes appelés par le projet de loi à l’exercice des droits électoraux.

livre v, chapitre xi, §9 [p. 952-953] – Protection des enfants et des jeunes personnes, des animaux, le cas des femmes n’étant pas analogue

[…]

  • 6 Au xixe siècle, textes de loi successifs qui règlent les conditions de travail dans l’industrie bri (...)

11Au nombre des membres de la société dont la liberté de contracter devrait être contrôlée dans leur propre intérêt par la législature, à cause, dit-on, de leur position dépendante, on propose souvent d’inclure les femmes, et dans la loi qu’on vient de faire sur les manufactures (Factory Acts6), leur travail, comme celui des jeunes personnes, a été mis sous l’empire de restrictions spéciales. Mais il me semble insoutenable en principe et dangereux en pratique de classer ensemble, sous ce rapport et sous quelques autres, les femmes et les enfants. Les enfants au-dessous d’un certain âge ne peuvent juger ou agir pour leur compte et jusqu’à un âge beaucoup plus avancé, ils en sont inévitablement plus ou moins incapables. Mais les femmes sont aussi capables que les hommes d’apprécier et d’administrer leurs intérêts et la seule chose qui les en empêche est l’injustice de leur position sociale actuelle. Tant que la loi comptera dans les biens du mari tout ce que la femme acquiert, tandis qu’en la forçant de vivre avec lui, elle la force à supporter toute la somme d’oppression morale et même physique qu’il lui convient d’imposer, il y a quelque motif de considérer tout acte fait par la femme comme un résultat de la contrainte dans laquelle elle vit : mais c’est une des grandes erreurs des philanthropes et des réformateurs de notre temps de critiquer les conséquences d’un pouvoir injuste au lieu de s’attaquer à l’injustice elle-même. Si les femmes avaient, au même degré que les hommes, la liberté de disposer de leur personne et de leur patrimoine ou de leurs acquisitions, il n’y aurait aucun prétexte pour limiter le nombre des heures pendant lesquelles elles pourraient travailler pour elles-mêmes, afin de leur réserver le temps de travailler pour leur mari dans ce que les avocats de la restriction appellent son foyer. Les femmes employées dans les fabriques sont, de toutes les femmes de la classe laborieuse, les seules dont la position ne soit pas celle d’esclaves et de bêtes de somme ; précisément parce qu’il n’est pas facile de les forcer à travailler dans une fabrique et à y gagner un salaire contre leur volonté. Pour améliorer la condition des femmes, on devrait au contraire leur faciliter l’accès aux emplois industriels indépendants, au lieu de fermer totalement ou en partie ceux de ces emplois qui leur sont ouverts.

livre v, chapitre xi, §11 [p. 955] – Administration déléguée

[…]

12Les véritables motifs pour laisser aux associations particulières tout ce qu’elles sont en état de faire pèseraient de la même manière même s’il était certain que des fonctionnaires publics s’acquitteraient aussi bien, voire mieux qu’elles de la besogne. Ces motifs ont été déjà indiqués : c’est l’inconvénient de surcharger l’attention des principaux fonctionnaires et de les détourner de fonctions qu’eux seuls peuvent remplir, pour des choses qui peuvent être assez bien faites sans eux : c’est le danger de grossir sans nécessité l’autorité directe et indirecte du gouvernement, et de multiplier les occasions de conflit entre ses agents et les particuliers ; c’est l’inconvénient de concentrer dans une bureaucratie dominante toute l’habileté et l’expérience dans la gestion de grands intérêts, et toute la puissance d’action combinée qui existe dans la société ; habitude dont l’usage établit entre les citoyens et le gouvernement des rapports semblables à ceux qui existent entre un enfant mineur et son tuteur, et qui est la cause principale de l’infériorité politique qui a jusqu’à ce jour caractérisé les habitants des pays trop gouvernés du Continent, soit avec, soit sans gouvernement représentatif*. […]

 

* On peut trouver un cas du même genre dans le peu de goût pour la politique et dans le défaut d’esprit public qui caractérisent les femmes, prises comme classe, dans l’état actuel de la société, et dont se plaignent souvent les réformateurs politiques sans qu’ils veuillent pour cela en reconnaître la cause ou du moins demander qu’on la fasse disparaître. Cela vient de ce que les institutions et l’éducation tout entière des femmes leur enseignent qu’elles sont complètement étrangères à la politique. Lorsqu’elles ont exercé des fonctions politiques, elles y ont apporté autant d’application et d’aptitude, eu égard à leur temps, que les hommes qui vivaient à la même époque : dans cette période, par exemple, Élisabeth d’Angleterre et Isabelle de Castille n’étaient pas de rares exceptions, mais de brillants exemples d’intelligence et de compétence très fréquentes en ce temps parmi les femmes cultivées d’un rang élevé.

Notes

1 Jean-Charles Léonard Simonde de Sismondi (1773-1842), économiste et historien suisse.

2 La question du contrôle des naissances (on pense alors plutôt à retarder l’âge du mariage et à l’abstinence ou du moins la modération) et de son lien avec la pauvreté des classes laborieuses est très polémique à l’époque ; les malthusiens la soutiennent mais elle heurte les sentiments religieux. Mill la défendra toute sa vie.

3 Mill a écrit dans son autobiographie que ce chapitre était tout particulièrement dû à Taylor.

4 En français dans le texte.

5 Mill fait ici allusion au Great Reform Act de 1832, qui stipule que sont autorisés à voter les hommes qui vivent dans des logements d’une valeur annuelle de 10 livres au moins. Les conditions sont différentes dans les campagnes, mais le suffrage reste lié à la propriété. Environ un homme sur sept est admis au vote, cette proportion augmente un peu avec l’inflation, mais il faut attendre 1867 et le deuxième Reform Act pour que la valeur du logement donnant accès au vote soit baissée de manière significative.

6 Au xixe siècle, textes de loi successifs qui règlent les conditions de travail dans l’industrie britannique.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540